Navigation – Plan du site

AccueilVie ScientifiqueRevue de livres2024Pierre Blanc, 2023, Géopolitique ...

2024

Pierre Blanc, 2023, Géopolitique et climat, Paris, SciencesPo Les presses, 248 p.

Emilie Lavie

Texte intégral

  • 1 L’auteur n’utilise pas l’écriture inclusive, je fais donc le choix de respecter son propos dans cet (...)

1"Après le choc de la pandémie de Covid, la secousse géopolitique de la guerre déclenchée en Ukraine le 24 février 2022 est venue rappeler au vieux continent que les conflits violents n’étaient pas relégués au passé. Puis les vagues de canicule, de sécheresse et d’incendies sans précédent de l’été 2022 ont ouvert les yeux des Européens sur les ruptures climatiques qui s’annoncent, dont les conséquences seront sans commune mesure avec celles du Covid et de la guerre" (p.7). Ainsi commence l’ouvrage écrit par Pierre Blanc, chercheur en géopolitique à l’Institut d’Études Politiques de Bordeaux et à Bordeaux Sciences Agro, rattaché à l’UMR LAM. Dans cette introduction (p.7-12), l’auteur explique que les Européens1 prennent à peine conscience des effets des changements climatiques, constat jusque-là assez circonscrit à quelques sphères de la société. Il y explique la philosophie de cet ouvrage, une approche par la géopolitique, soit les dimensions du politique (puissance, pouvoir, sécurité, conflit) et de son lien avec le territoire, le tout sous l’angle du climat, passé, actuel et envisagé pour le futur. Il se structure autour de six chapitres.

Le pouvoir des États

2Les deux premiers chapitres questionnent "le pouvoir des États, d’abord dans leur rapport avec l’extérieur (puissance), puis dans leurs relations avec la société (régime politique)" (p.11).

3Le chapitre 1 Climat et puissance, un moteur historique à quatre temps (p.13-44) est l’occasion d’un tour dans le passé pour analyser le rôle de la puissance étatique et de ses liens avec le climat, tout particulièrement par la prospérité et les catastrophes sociétales liées aux rendements agricoles. Les deux premiers de ces temps sont celui de la puissance par le climat et du climat contre la puissance. Ils sont illustrés par une série d’exemples pris sur le temps long : l’empire assyrien, dont la puissance et le déclin correspondent respectivement à des périodes arrosées et de pénurie, ou le recul de la civilisation maya. D’autres sociétés ont pourtant réussi à s’y adapter, notamment les civilisations fluviales autour du Nil, du Tigre, de l’Euphrate, des fleuves Jaune et Bleu, poussant à nuancer les causes climatiques et discuter de relations politiques. Pierre Blanc s’appuie sur des études scientifiques qu’il sait synthétiser, rendre accessible et nuancer. Il discute enfin des interrogations des historiens et géographes quant au rôle du climat dans le développement économique de l’Europe. Le troisième temps est celui de la puissance contre le climat : à partir de l’Anthropocène, "la dialectique entre climat et puissance se modifie" (p.16). Avec l’extraction et l’utilisation des ressources fossiles, les États font le "choix du feu" (Gras, 2007), d’abord le charbon, puis le pétrole et le gaz. Puissance économique, puissance militaire, puissance politique sont liées à l’énergie carbonée, et cela est d’autant plus prégnant à la fin de la Première Guerre Mondiale dans la mesure où les vainqueurs deviennent le modèle d’économie carbonée à suivre : "les États puisent dans le sous-sol les moyens d’assouvir leur rêve de puissance : rien d’étonnant à ce que la production de gaz à effet de serre se multiplie par sept entre 1945 et aujourd’hui" (p.31). Le quatrième temps est un questionnement : la puissance étatique peut-elle agir pour le climat ? Une première action serait de soutenir un développement technique mais l’auteur ne croit guère en des résultats marquants, sans compter les risques de manipulations du climat. La deuxième action est celle d’un soft power visant à engager une conversion énergétique que l’auteur pense plus efficace mais dont les effets ne se verront pas à court terme. Suivent ensuite une série d’exemples comme le retour dans cette politique des États-Unis et du Brésil suite aux élections de J. Biden et L.I. Lula, puis une discussion approfondie sur le rôle de l’Union européenne. Celle-ci a l’avantage d’être une région pauvre en ressources extractives tout en ayant de nombreux brevets techniques zéro-carbone. L’objectif de ses dirigeants est de rester à la tête de la politique environnementale de par le monde, à l’intérieur et à l’extérieur de ses frontières. Le rôle du Pape François dans cette politique, et la remise en cause de "l’anthropo-centrisme despotique" qui cherchait à dominer la nature, est prépondérant pour accompagner la politique européenne. Pour autant, face aux choix économiques de nombreux pays émergents non démocratiques, bien moins soft, le soft power de l’Union européenne doit aujourd’hui se matérialiser par des actes.

4Le chapitre 2 Climat et régimes politiques, des liaisons dangereuses (p.45-91) questionne le pouvoir des États sur ses citoyens et ses liens possibles avec le climat. Il commence par une première partie épistémologique sur des essais de scientifiques à propos du lien entre pouvoir et climat, à travers les exemples de Montesquieu, Ibn Khaldoum et Karl Wittfogel. L’objectif de Pierre Blanc n’est pas ici de pointer leur évident déterminisme climatique mais de pouvoir par la suite questionner les relations de divers régimes politiques avec le climat. Le premier type de régime discuté est celui des démocraties, dont la capacité à mettre en place des mesures fortes et des contraintes peut être questionnée au regard des calendriers électoraux. Il est effectivement difficile d’agir pour le long terme quand les conséquences économiques sont parfois très lourdes à court terme ou quand les contraintes ne sont pas acceptées, et que les "démocraties se sont constituées dans un monde en croissance qui les a sans doute peu préparées à entrer dans une dynamique d’effort" (p.58). Pour autant, les démocraties ont des atouts pour répondre aux enjeux climatiques : une science plutôt libre, des mobilisations citoyennes. Mais les tensions sont franches entre par exemple les agriculteurs et les militants écologistes aux Pays Bas ou dans le cadre de la crise des gilets jaunes en France. Les démocraties européennes sont les plus en avance dans leurs politiques d’action et dans la baisse des gaz à effet de serre (qui s’explique en partie par un transfert des activités sur d’autres continents), mais elles peuvent faire mieux. D’autres démocraties comme le Japon ou le Canada prennent le pas sur ces politiques climatiques. Mais il suffit de l’élection de personnalités comme D. Trump pour inverser la tendance, ce qui emmène au deuxième type de politique mis en discussion : le national-populisme. Plusieurs exemples de l’Alberta à l’Inde et à la Pologne démontrent la thèse selon laquelle le national-populisme est "aussi une hypothèque pour le climat compte-tenu de sa tendance à dénier le changement en cours" (p.76). Enfin, les régimes autoritaires sont illustrés par la Russie, au climato-scepticisme marqué, et la Chine.

(In-)sécurités et conflits

5Les deux chapitres suivants forment aussi un couple, sur l’insécurité puis un de ses effets : la guerre.

6Le chapitre 3 Insécurités humaines, Quand le politique décuple le climatique (p.93-127) aborde l’interdépendance et les effets d’entraînement des sept types de sécurités identifiées par le PNUD en 1994 : économique, alimentaire, sanitaire, environnementale, personnelle, communautaire et politique ; complémentaires de la sécurité militaire. Il se consacre aussi aux effets d’échelles entre le local et le global des manifestations de l’insécurité humaine. Quels liens entre la sécurité humaine et les changements climatiques ? Ce chapitre les explore à travers des exemples passés orientés sur les sécurités alimentaire et environnementale.

7Le chapitre 4 Aléas du ciel et enfer sur terre. Vers des guerres climatiques ? (p.129-153) commence par une discussion sur le terme de "guerre de l’eau", largement utilisé par les médias et les politiques à partir des années 1990 pour y analyser les relations inter-étatiques au Moyen-Orient. S’appuyant sur un état de l’art international, Pierre Blanc nuance l’appellation, lui préférant celle de "violences hydrauliques", l’eau restant un facteur aggravant de tensions existantes. Pour autant, la notion de guerre de l’eau, même déconstruite "reste prégnante" (p.137) et le changement climatique peut lui redonner une place au centre de l’arène médiatique et scientifique. Entre-t-on alors dans l’ère des guerres climatiques ? Pierre Blanc tente d’y répondre à travers le cas des conflits en Syrie et au Darfour. Dans les deux cas, il est difficile de caractériser les sécheresses constatées et mesurées comme des aléas météorologiques temporels ou liés au changement climatique. Toujours est-il que "sans nier l’importance du climat comme facteur de déstabilisation politique, il importe d’abord de prendre la mesure des phénomènes conflictuels afin d’éviter de naturaliser à l’excès l’arrière-plan climatique et d’exonérer les pouvoirs politiques de leurs responsabilités" (p.138). Concernant le Darfour soudanais, il décrit finement les manifestations de relations conflictuelles assez classiques entre pasteurs nomades et agriculteurs sédentaires, exacerbées par un contexte de raréfaction des précipitations. Il y pointe la responsabilité d’un état soudanais "failli". Quant à la guerre en Syrie, elle prend certes racine dans une période de sécheresses mais dans un contexte de fragilisation agricole de quelques décennies et un exode rural déjà engagé. Ce chapitre termine sur une prise de recul à l’échelle planétaire, avec une synthèse bibliographique sur les effets du climat, comme par exemple les années El Niño, sur les conflits. Mais l’auteur nous invite à ne pas tomber dans un certain déterminisme : le climat exacerbe des tensions sans les créer.

Approche par les territoires

8Enfin "les deux derniers chapitres, à vocation prospective, s’intéressent aux territoires directement affectés par les ruptures climatiques puis à ceux qui pourraient bénéficier ou pâtir des bifurcations énergétiques en cours" (p.12). Le chapitre 5 Gagnants et perdants directs. Une prospective incertaine (p.155-190) pose la question de la difficile modélisation des effets des changements climatiques sur la géopolitique des territoires, en fonction des échelles spatiales et temporelles mais aussi de l’intensité des changements. Il propose quelques focus sur des territoires qui pourraient trouver des bénéfices du changement comme la Russie avec la fonte de la banquise arctique, mais aussi les probables grands perdants, par une augmentation des extrêmes hydroclimatiques comme les crues éclair et les grandes sécheresses, ou encore la submersion et la salinisation des terres. Mais là encore, le lecteur est invité à garder en tête que si le climat aura irrémédiablement des effets sur la production agricole, le secteur souffrira moins des crises climatiques que des systèmes et structures de production. Le chapitre termine par la question de l’assurance d’une croissance soutenue dans des pays à forte croissance démographique dans un contexte de décarbonation de l’économie ; en somme, comment aller vers une justice climatique ? Cela dépendra des orientations de l’économie mondiale, et c’est l’objet du chapitre 6 Perdants et gagnants indirects. Géopolitique d’une bifurcation incertaine (p.191-225). À l’échelle globale, des producteurs d’énergie fossiles à ceux qui s’orientent vers des énergies décarbonées, des échelles nationales des inégalités d’accès aux revenus issus de la production énergétique actuelle et future, Pierre Blanc propose une longue série d’exemples de possibles injustices climatiques. Impossible à résumer, tant l’explication est complexe et précise, la réflexion pousse les lecteurs à ouvrir les yeux sur de possibles trajectoires.

Pour conclure

9Passionnant d’histoire et de géographie politique dans le passé, cet ouvrage n’en reste pas moins très utile pour l’analyse de la situation actuelle et prendre compte des enjeux à venir. À mettre dans toutes les mains des étudiants et chercheurs en sciences humaines et sociales sur les questions de transition.

Haut de page

Notes

1 L’auteur n’utilise pas l’écriture inclusive, je fais donc le choix de respecter son propos dans cette revue d’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emilie Lavie, « Pierre Blanc, 2023, Géopolitique et climat, Paris, SciencesPo Les presses, 248 p. », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 09 janvier 2024, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/40774 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.40774

Haut de page

Auteur

Emilie Lavie

Emilie Lavie, Maîtresse de Conférences HDR en géographie, Université Paris Cité, France. En délégation à l’UMR 5115 LAM
emilie.lavie[at]u-paris.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search