Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesEnvironnement, Nature, Paysage2024Les horizons de la géographie : u...

2024
1058

Les horizons de la géographie : une métaphore pour comprendre les situations problématiques ?

The horizons of geography: a metaphor for understanding problematic situations?
Los horizontes de la geografía: una metáfora para comprender situaciones problemáticas
Yves-François Le Lay

Résumés

Le double objectif de cet article exploratoire est de souligner l’intérêt de la métaphore de l’horizon dont la richesse herméneutique aide à appréhender différentes réalités, et de montrer comment la métaphore peut favoriser la compréhension des situations problématiques dans le cadre d’une géographie pragmatiste. Trois sens figurés du mot horizon sont développés. Voir les horizons géologiques invite à questionner la nature des discontinuités paysagères identifiées dans le monde, entre unité de base, ligne de démarcation et point de repère. Se mou-voir dans l’environnement, à l’invitation des horizons phénoménologiques, trouve une application dans l’étude géographique des espaces tels qu’ils sont vécus par leurs usagers. S’é-mou-voir à la faveur de la fusion des horizons proposée par Gadamer (1960) permet de discuter de la possibilité de se rapprocher d’un autre horizon et de souligner que la compréhension dans le dialogue contribue à l’élaboration d’un horizon commun. Pour chacune de ces approches, les notions essentielles sont définies et un exemple emprunté à la géographie fluviale du Rhône est détaillé pour mettre en valeur la plus-value du recours à la métaphore spatiale. Sont ainsi présentés successivement les débats autour de la crise messinienne dans le bassin rhodanien, les conséquences paysagères des opérations de restauration écologique et des stratégies de conservation du fleuve, ainsi que les controverses que suscite sa mise en valeur économique. Ces emplois métaphoriques de l’horizon révèlent trois postures à l’égard du monde (détachement, domination et interdépendance) et de ses discontinuités (discerner, franchir et effacer), qui peuvent aider à appréhender les situations problématiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Pour tout un chacun, l’horizon désigne une ligne majeure du monde physique – celle qui distingue le ciel de la terre (Corajoud, 2010) – ainsi qu’une limite essentielle du monde perçu – celle qui sépare ce qui est visible de ce qui ne l’est pas. La première ne s’affranchit pas complètement de la perception humaine : elle peut s’effacer à la faveur de la nébulosité, lorsqu’on ne fait plus la part entre les couleurs du ciel et de la mer depuis la côte ou une embarcation. La seconde peut également se cacher derrière le bâti, notamment en milieu urbain. Le cadre de vie se prive alors d’un repère commode pour trouver sa place dans le monde et s’orienter. En effet, l’orientation naît au croisement de la verticale de la silhouette humaine qui se tient debout et regarde devant soi et de la ligne d’horizon, en distinguant ce qui se trouve en haut ou en bas, à gauche ou à droite, proche ou lointain, devant ou derrière, visible ou non (Collot, 2018). L’horizon s’affirme ainsi comme une discontinuité majeure du monde perçu qui guide les conduites humaines.

2En géographie, R. Brunet s’est intéressé précocement au "problème de la continuité dans l’évolution spatiale et temporelle des phénomènes" (Brunet, 1968, p.10) et a reconnu que l’espace géographique est fondamentalement discontinu. Les interrogations sur le continu et le discontinu n’ont ensuite eu de cesse d’être approfondies du côté des sciences de la nature comme de celui des sciences sociales (Carroué et al., 2002 ; Alexandre, Génin, 2008). De manière générale, les discontinuités désignent une rupture qui apparaît dans l’espace ou le temps, se marquent souvent par la présence de seuils et révèlent "des formes géographiques plus ou moins stables" (Di Méo, Veyret, 2002, p.5). Dans l’espace, les discontinuités indiquent le passage brusque ou progressif d’un système à un autre. Même si de nombreuses dynamiques témoignent d’une continuité (par exemple certaines dynamiques environnementales et en particulier climatiques), l’organisation spatiale du monde est ainsi faite de ruptures (Gay, 1995 ; Carroué et al., 2002) ; la discontinuité est même "la manifestation primordiale de l’organisation de l’espace géographique" (Hubert, 1993, p.53). Il s’agit par exemple des mailles administratives, des interfaces entre deux ensembles spatiaux différents ou des conséquences spatiales d’une rupture dans l’évolution d’un phénomène (Gay, 1995 ; Gagnol et al., 2023). En particulier, les discontinuités permettent d’interroger utilement le mouvement dialectique de l’ouverture et de la fermeture : "opposer les deux termes serait oublier qu’il faut pour séparer une union et pour unir une séparation" (Gay, 1995, p.7). Récemment, J.C. Gay est revenu sur la question du morcellement et donc des limites qui désignent la ligne de séparation entre deux aires : il postule que "la société contemporaine est une société de la séparation et du franchissement au lieu de la continuité, de la fluidité et de la transparence prétendues" (Gay, 2016, p.12).

3Le terme horizon traduisant également une ouverture qui doit être close, son emploi comporte une tension entre limite et espace : il signifie en même temps la limite circulaire et signifiante de l’espace visible depuis un point de vue et cet espace sensible et limité lui-même. Cette tension se retrouve dans la perspective des peintres paysagistes dont la toile est structurée par un point de fuite qui est aussi un point de clôture. "Cette perspective dépend d’une part de la fermeture de l’horizon, fermeture qu’elle tient à distance, et d’autre part des objets contenus dans cet horizon, objets qu’elle rapporte à cette fermeture" (Calenge, 2010, p.4). L’horizon apparaît ainsi comme une métaphore de l’espace discontinu (Matoré, 1962). Ce n’est pas anodin, étant donné que les métaphores nous permettent d’appréhender la réalité, de structurer notre pensée et d’agir (Lakoff, Johnson, 1980).

4Les géographes ne s’y trompent pas, notamment ceux qui sont sensibles à l’entrée paysagère : faire un tour d’horizon constitue souvent un premier réflexe, bien que cela ne soit pas indispensable à la pratique géographique et que ce ne soit d’ailleurs pas toujours possible. "Les tours d’horizon comprennent tous les ensembles de faits que le géographe peut grouper dans le champ de sa vision, soit réelle, soit idéale, au moins tant que ces faits ne comprennent qu’une partie de la surface terrestre sensiblement circulaire autour de l’observateur et ayant comme limites, soit des lignes de relief aux aspérités variées que l’œil ne peut dépasser, soit la courbure de la surface terrestre matérialisée par d’immenses plaines ou par les eaux de l’Océan" (Vallaux, 1929, p.81). Tout comme Vallaux grimpe au second étage de sa maison de campagne en Bretagne pour illustrer le procédé du tour d’horizon, Deffontaines conseille dans son Petit guide du voyageur actif d’avoir, dès que possible, une "grande vue générale" (Deffontaines, 1937, p.225) depuis un point haut, une colline ou un clocher pour découvrir un "coin de nature" et le faire parler. De même, Veyret (1945) commence son ouvrage consacré aux Pays de la Moyenne Durance alpestre en proposant un "tour d’horizon" (p.1). Cela consiste en une vue d’ensemble de son terrain de thèse qu’il présente comme une "zone de transition entre Nord et Sud, marche intermédiaire entre montagne et bas-pays" (p.5). C’est ainsi l’occasion de fournir une première description des unités d’une "région géographique" (p.3) et de son cadre montagneux. Plus tôt, au XIXe siècle, Schrader avait instrumenté et instrumentalisé la mobilité du regard, décloisonnant ainsi les pensées et les pratiques scientifiques et artistiques (Berdoulay, Saule-Sorbé, 1998). Il a inventé l’orographe pour dessiner des panoramas circulaires et faire du tour d’horizon une méthode. De fait, la mobilité du regard complète celles du corps et des idées et encourage non seulement à la diversification des points de vue sur un monde en mutations, mais aussi à l’appropriation d’un terrain ou d’un territoire.

5À la faveur de la mobilité, on passe insensiblement de ce que l’on voit à ce que l’on connaît et habite (Arrault, 2008 ; Retaillé, 2014). L’horizon plaçant l’observateur au centre du monde, il invite le géographe à s’approprier son terrain. Le tour d’horizon mute en tour du propriétaire, un peu comme l’arrivée au sommet engendre un "complexe de supériorité", ce sentiment de domination que Bachelard (1948) qualifiait de monarchique en s’appuyant sur le poète anglais William Cowper : "Je suis le monarque de tout ce que je contemple ;/Mon droit sur ce point ne saurait m’être disputé" (cité dans Bachelard, 1948, p.385). Ce sentiment de domination est quasiment un invariant de l’imagination de la hauteur. Il procède non seulement de l’élévation du relief sur lequel l’observateur se trouve, mais aussi plus immédiatement de l’observateur qui se tient simplement debout, verticalement, pour regarder ce qui l’entoure.

6Ces différentes acceptions se trouvent dans l’étymologie du mot horizon. D’après le Dictionnaire de l’Académie française, il est emprunté au grec horizôn ("qui borne la vue"), qui dérive lui-même du substantif horos ("borne", "limite") ou, mieux, du verbe horizein ("limiter", "circonscrire"). Horizon et discontinuité ont ainsi une proximité sémantique qui compense la surprise que peut susciter le trajet métaphorique de l’horizon vers la discontinuité. L’emploi du terme horizon dans certains énoncés linguistiques relève de la catégorie des métaphores spatiales dans la mesure où l’espace sert alors de référence pour d’autres réalités en s’appuyant sur un rapport de ressemblance ou des relations structurelles (Calbérac, 2022). "Les métaphores spatiales […] manifestent que nous appréhendons des abstractions à travers des représentations concrètes liées à la vue, à la localisation et aux déplacements" (De Chanay, Rémi-Giraud, 2002, p.79).

7Assumant son caractère exploratoire, cet article se donne pour objectif premier de souligner l’intérêt géographique de la métaphore de l’horizon, dont la richesse herméneutique aide à appréhender diverses réalités biophysiques et psycho-sociologiques, dans le cadre de différents usages, et d’exprimer certaines de ses limites, notamment son lien étroit à la perception visuelle. Le second objectif est de souligner que différentes acceptions de l’horizon traduisent autant de modalités d’être au monde dont la combinaison permet d’enquêter sur des situations géographiques et de favoriser leur compréhension (figure 1). Dans une perspective pragmatiste, l’article se réfère ainsi au cadre théorique des emotionscapes qui s’intéresse au croisement des postures de détachement (voir), de domination (se mouvoir) et d’interdépendance (s’émouvoir) pour favoriser la compréhension de situations problématiques (Le Lay, 2019, 2021). Définie comme "le réseau évolutif de relations enchevêtrées et les interactions transformatrices qu’une entité entretient avec un assemblage hétérogène d’éléments abiotiques, biotiques et anthropiques" (Le Lay, Comby, 2021, p.5), une situation devient problématique dès lors que son instabilité ou son indétermination trouble l’organisme (y compris le chercheur, l’aménageur ou l’habitant) qui s’y trouve engagé. Morris (1964) a montré que ces situations sont intrinsèquement relationnelles et que leur signification a trois dimensions dites descriptive, prescriptive et appréciative.

Figure 1 : Trois acceptions de la métaphore de l’horizon pour mieux comprendre les situations problématiques

Figure 1 : Trois acceptions de la métaphore de l’horizon pour mieux comprendre les situations problématiques

Adapté à partir de Le Lay, 2021

8Ainsi, pour incarner chacune de ces dimensions de la signification des situations problématiques et sans prétendre épuiser l’inventaire herméneutique du terme horizon, trois acceptions contradictoires et complémentaires seront successivement envisagées, à savoir celles qu’ont proposées Humboldt (1823) en géologie, Husserl (1913) en phénoménologie et Gadamer (1960) en herméneutique philosophique. Elles permettent de discuter, voire de dépasser, des binarismes aussi classiques que concret-abstrait, objectif-subjectif ou particulier-universel. Elles ont été choisies parce qu’elles figurent chacune une relation privilégiée aux discontinuités et une modalité d’être au monde : discerner (posture de détachement), franchir (posture de domination) et effacer (posture d’interdépendance) (figure 1). Pour chaque acception, un exemple tiré de la géographie de la vallée du Rhône français est développé afin de montrer comment s’incarnent les propositions théoriques dans une situation particulière ; puis le recours à un autre exemple aide à monter en généralité et à repérer les biais de la démarche. La conclusion souligne la nature et les intérêts d’un tel processus métaphorique en géographie, qui tiennent tout à la fois aux composantes matérielle, représentationnelle et stratégique de l’espace.

Voir : le cas des horizons en sciences de l’environnement

9Face au monde, la première réaction consiste souvent à le décrire et à lui donner du sens (figure 1). On le découpe et on le nomme en fonction de ce qu’on en perçoit, comme si la vérité était là, dans le monde, et qu’il nous revenait de la dévoiler, de la révéler, de la lire. Dans cette perspective, le concept d’horizon a permis aux géomorphologues, aux géologues et aux pédologues de distinguer et de caractériser des couches, d’identifier des coupures de temps et de discerner des étapes dans l’évolution des formes et des processus biophysiques.

La polysémie de l’horizon géologique

10En géologie, le terme horizon connaît un éclatement sémantique selon trois acceptions – entre unité indivisible, limite et repère (Ellenberger, 1979). Selon une première acception française, l’horizon désigne l’unité matérielle et concrète élémentaire de la stratigraphie. Plus petit que la zone, il ne peut pas être subdivisé, si bien qu’il se rapproche alors des termes couche, strate, banc, lit, niveau ou encore assise. Beaucoup d’auteurs ont utilisé indistinctement ces termes au sein d’un même texte (Foucault, Raoult, 1995). L’horizon se caractérise par une épaisseur sédimentaire et une faune homogène. On parle de biohorizon lorsque son contenu en fossiles le rend identifiable. Par exemple, Gabilly a travaillé sur les marno-calcaires fossilifères du Toarcien dans le Poitou, puis a proposé une échelle biostratigraphique pour le Toarcien du Centre-Ouest de la France. Elle se compose de huit zones et de vingt-sept horizons (Gabilly, 1976). Chacun de ces horizons correspond à la durée de vie d’une espèce. Leur succession donne une échelle de temps précise. Cette stratégie n’a pas été éradiquée par les techniques plus récentes. Par exemple, face à une série sédimentaire, Tintant préférait la dater de manière relative et aussi précisément que possible, au moyen des biozones, des sous-biozones et des horizons (Thierry, 2005).

11Cependant, dans la sphère anglophone, une autre acception a été défendue. L’American Stratigraphic Commission ne reconnaissait aucune épaisseur à l’horizon, tout comme dans le sens commun de la limite circulaire de la vue. "Le mot horizon signifie plus strictement une ligne de délimitation ou une limite" (Weller, 1960, p.439). Aujourd’hui, cette position a été un peu assouplie. Certes le mot est utilisé pour désigner un plan dans un ensemble de strates, mais "il peut s’agir d’une limite de changement lithologique ou, plus couramment, d’un lit mince et distinctif au sein d’une unité lithologique" (Allaby, 2008, p.279).

12Quant à l’idée de repère (litho)stratigraphique exceptionnel, elle apparaît avec le concept d’"horizon géognostique" que propose Humboldt (1823, p.16) et constitue l’acception originelle de l’horizon géologique. Selon Beaumont, "dans l’étude de la constitution géologique d’un pays d’une certaine étendue [...], il paraît convenable de s’occuper d’abord des terrains qui, s’étendant à de grandes distances, et franchissant les limites des systèmes de montagnes et des bassins hydrographiques sans changer sensiblement de caractères, fournissent, partout où ils se montrent, un point de repère assuré, et forment [...] une sorte d’horizon, qui peut servir de point de départ pour fixer l’ancienneté relative des couches situées au-dessus et au-dessous" (Beaumont, 1827, p.393). Aujourd’hui, l’horizon-repère comporte la marque d’un événement, tel qu’un changement du niveau de la mer ou une éruption volcanique (Sigal, 1982). Il peut s’agir d’une discontinuité sédimentaire ou bien d’une formation (dotée d’une épaisseur). Comme un horizon-référence se trouve dans différents lieux (où il présente néanmoins le même âge), son intérêt est de fournir une datation relative ou de proposer une corrélation à distance.

  • 1 Le Néogène est la deuxième période géologique du Cénozoïque (23,03-2,58 Ma). Succédant au Paléogène (...)

13Les significations de l’horizon hésitent ainsi entre l’épaisseur de la couche et la ligne de démarcation, entre les réalités lithologique et paléontologique, et entre le concret matériel du terrain et l’idée abstraite du niveau de référence. Le développement de l’exemple du Rhône pendant le Néogène1 montre comment ces tensions persistent encore aujourd’hui.

Les horizons du Rhône néogène et le cycle eustatique messino-pliocène

  • 2 Le Messinien est le dernier étage du Miocène (7,25-5,33 Ma).

14L’ampleur de la crise messinienne2 (notamment le confinement de la mer Méditerranée) est telle que cet événement géologique est considéré comme faisant partie de ceux qui ont "eu le plus fort impact environnemental depuis la crise biologique et géologique de la fin du Crétacé" (Hippolyte et al., 2020, p.145). Ses conséquences sur le Rhône néogène ont fait l’objet de "controverses passionnées plein d’intérêt" (Masseport, 1957, p.153) auxquelles se sont livrés de nombreux géographes et géologues. Différentes acceptions du concept d’horizon ont été mobilisées dans l’histoire des explications du creusement de la vallée du Rhône à la fin du Miocène et de son comblement au début du Pliocène.

  • 3 Le tracé du Rhône pré-pliocène était moins bien connu qu’aujourd'hui, si bien que le Rhône était pa (...)

15Fontannes (1882) a imposé le point de vue d’une invasion marine au Pliocène dans le bassin du Rhône et dessiné le premier ses contours après en avoir étudié les formations (figure 2). Il s’est appuyé par exemple sur l’horizon des couches à Congéries qui est marneux et comprend Congeria simplex et Melanopsis Matheroni. S’il avait également repéré la discordance de ravinement mio-pliocène à la base des formations marines, il l’interpréta au moyen de déformations tectoniques intervenues à la fin du Miocène. Cette perspective dite "mobiliste" a également été défendue par Faucher (1927), Masseport (1957), Grangeon (1960), Bourdier (1961), Mandier (1969) et Ballésio (1971)3. Au contraire, une perspective dite "fixiste" a insisté sur le rôle joué par l’eustatisme méditerranéen dans cette discordance. Depéret (1895) a ainsi explicitement envisagé l’abaissement du niveau de la mer Méditerranée, des phénomènes de ravinement, puis la pénétration de la Méditerranée dans la vallée du Rhône. Baulig (1928, 1953) a également souligné l’œuvre de l’érosion régressive, stimulée par l’abaissement considérable du niveau de la Méditerranée. Mais, même si Bravard (1963) estimait que les deux hypothèses n’étaient pas incompatibles, le consensus est resté longtemps introuvable. Les thèses de géographie n’ont pas manqué de contribuer à la controverse. Dans sa thèse sur la région du Bas-Rhône, George (1935) adhérait à l’hypothèse eustatique développée par Baulig (1928), au détriment de l’hypothèse tectonique soutenue par Faucher (1927).

Figure 2 : La ria pliocène du Rhône dans son cadre géologique

Figure 2 : La ria pliocène du Rhône dans son cadre géologique

D’après Ballésio, 1971 ; Clauzon, 1982 ; Hippolyte et al., 2020

  • 4 La hardiesse de l’hypothèse de Denizot est telle que beaucoup d’auteurs ne l’ont pas soutenue. Par (...)
  • 5 Gypse, halite, anhydrite et sels de potassium et de magnésium.
  • 6 Des informations concourantes et des hypothèses concurrentes ont été publiées, comme la formation d (...)

16Dans la Revue de Géographie de Lyon, Denizot (1952) a repris l’interprétation eustatique : il lui revient d’avoir su l’argumenter de manière révolutionnaire4. Son hypothèse a été confortée par la reconnaissance et la datation des niveaux à évaporites5 dans les bassins méditerranéens. Selon le modèle explicatif qui domine aujourd’hui, des dépôts massifs d’évaporites ont été accumulés dans l’étage messinien et ont été causés par l’assèchement de la Méditerranée. En effet, suite à la combinaison de mouvements tectoniques, d’une activité volcanique et de la baisse du niveau océanique, la fermeture du corridor de Gibraltar a isolé la mer Méditerranée de l’océan Atlantique (Hippolyte et al., 2020)6. Dans ces conditions physiographiques, le bilan hydrique déficitaire de la Méditerranée explique sa dessication drastique par évaporation. D’après les images de sismique-réflexion et les données de forages d’exploration, le niveau de base endoréique de la Méditerranée a chuté de 1500 m environ par rapport à son niveau actuel. Sur les continents, à la fin du Miocène, un tel abaissement a eu pour conséquence le déclenchement d’une dynamique d’incision par érosion fluviale dans les vallées, comme celles du Nil, du Danube ou du Rhône.

  • 7 Le Zancléen est le premier étage du Pliocène (5,33-3,6 Ma).

17Le Rhône est un témoin majeur de la crise de salinité messinienne. La réponse du fleuve aux variations eustatiques a consisté notamment en la formation, par érosion régressive, du canyon messinien qui présente une longueur de plus de 600 km et une profondeur d’au moins 1000 m à l’aval (Clauzon, 1982). La remise en eau du bassin méditerranéen détermine une transgression subite à la base du Pliocène – c’est le "déluge zancléen"7 (Benson, Rakic-El Bied, 1991) –, l’ennoiement de la vallée du paléo-Rhône et la formation d’une ria qui remontait au-delà de la latitude de Lyon. Cette profonde ria a été comblée par des dépôts marins d’argiles et de sables bleus au Pliocène inférieur puis par les alluvions continentales (associées à la surrection alpine) au Pliocène supérieur.

18Denizot (1952) s’est demandé ce que signifient certains horizons : il voit dans "l’horizon à Hipparion gracile" (à l’amont du Rhône et de ses affluents) un matériel continental, dans "l’horizon à Congéries" (au sud de Bollène) une forme littorale qui a été surélevée par endroits, dans "l’horizon de passage" entre les couches argilo-sableuses du Miocène et l’argile bleue du Pliocène (en Camargue) le faciès lagunaire d’une large zone littorale, et dans "l’horizon à Potamides" (dans le Bas-Rhône) des lits saumâtres. Correspondant au maximum de la transgression, ce dernier constitue "l’horizon limite" avec lequel s’achève la série pliocène marine. Denizot se réjouit de son uniformité et de sa continuité parce qu’elles lui permettent de déceler des variations tectoniques. "Avec une précision de l’ordre du décamètre, nous disposons donc d’un horizon de niveau bien défini : et comme sa dénivellation se chiffre par plusieurs centaines de mètres, cela nous donne la mesure des gauchissements qui l’ont affecté. Il est assez rare, en Géologie, de posséder de si bons éléments" (Denizot, 1952, p.342). Ainsi, depuis la fin du XIXe siècle, l’analyse des horizons (ou couches) a permis de décrire le colmatage plio-quaternaire de la vallée du Rhône par une série sédimentaire comportant des horizons de base qui signalent l’amorce de l’ingression marine, des horizons intermédiaires argileux, marneux et sableux (mais toujours marins) et des horizons continentaux dont les faciès varient. L’idée d’horizon-repère a également été mobilisée, puisque le couronnement du Pliocène marin par un "horizon limite" de caractère saumâtre dans la vallée du Rhône a été "parallélisé" (Bravard, 1963) avec l’horizon à Potamides basteroti de la région de Montpellier.

19Ce principe interprétatif a pris de l’importance à la faveur de la controverse sur le cycle messino-pliocène. Des discontinuités majeures jouent un rôle de surface de référence et de niveau-repère, non seulement du point de vue chronostratigraphique mais aussi géomorphologique (Clauzon, 1996). Migrant en permanence, la transition marin/continental est diachrone : l’apport alluvial est stocké sur place selon un régime progradant. En revanche, les autres discontinuités sont des limites de séquence isochrones que de brusques changements des processus géodynamiques ont créées. La surface d’abandon pré-évaporitique et la surface d’érosion messinienne enregistrent respectivement le début et la fin de l’activité érosive associée à la crise de salinité. Ces horizons isochrones (Pellen, 2016) constituent la signature continentale de la crise, tout comme les évaporites en sont la signature offshore. En effet, la surface d’abandon pré-évaporitique sur la marge est synchrone de la base des évaporites dans le bassin (5,7 Ma) ; de même, la surface d’érosion messinienne sur la marge est synchrone de la fin de la phase évaporitique dans le bassin (5,3 Ma).

20"Grâce à ces discontinuités [...], il est possible de procéder à l’investigation et d’établir le calendrier des déformations qui jalonnent l’évolution géodynamique du domaine méditerranéen français" (Clauzon, 1996, p.9). Dépourvus d’épaisseur, ces horizons minimisent la nature incarnée de l’horizon géognostique originel (Humboldt, 1823 ; Beaumont, 1827) pour privilégier sa fonction d’opérateur délimitant des ensembles distincts.

Voir le paysage pour le découper

21Décrire le monde et y fixer des limites contribuent à le rendre intelligible. La pédologie est exemplaire de cette posture. "En science du sol, comme dans les autres sciences, lorsque le cerveau humain se trouve face à des continuums, il s’efforce de les découper en unités élémentaires : horizons et unités cartographiques dans le domaine spatial, unités typologiques ou types dans le domaine typologique" (Baize, Girard, 2009, p.IX). Pour les pédologues, la tomographie – dont la racine grecque tomê évoque la coupe – désigne la représentation spatiale du sol en plusieurs plans horizontaux superposés, souvent en deux dimensions. En pédologie, la définition des horizons est relativement claire. "Les horizons sont des couches grossièrement parallèles à la surface du sol, dont l’existence est reconnue par l’observateur, qui manifestent l’anisotropie verticale du sol, et qui sont différentes les unes des autres par leurs constituants, leur organisation et leur comportement" (Boulaine, 1982, p.34). Si Derruau regrettait le choix des mots "profil" et "horizon" dans l’étude des sols car "rien dans un profil de sol ne se profile sur l’horizon’" (Derruau, 1972, p.223), il recommandait de respecter cette convention tant elle était bien établie.

22L’Association Française pour l’Étude des Sols (AFES) a proposé un Référentiel Pédologique (RP), paru en 1992, complété en 1995 et actualisé en 2008 (Baize, Girard, 2009). Reconnu par les grands programmes nationaux d’étude et de cartographie des sols, ce RP est une typologie qui rassemble 110 références définies par des horizons de référence spécifiques. Un intérêt majeur est d’avoir élaboré un langage harmonisé pour tous les utilisateurs, mais des limites persistent. Le nombre considérable d’entités de base nécessaire à l’identification et à la caractérisation d’une couverture pédologique révèle l’effort consenti pour rendre compte de la complexité du réel. De multiples classifications des sols coexistent dans le monde. Elles s’appliquent à des échelles différentes (notamment internationale et nationale) et sont organisées de manières distinctes, qui peuvent être hiérarchisées ou non. De plus, les horizons étant directement perceptibles à l’œil nu sur le terrain, la vue continue de dominer les autres sens. Cela dit, si le RP tient compte de la morphologie de la tranche verticale d’une couverture pédologique qui peut être observée dans une tranchée (solum), il intègre également des propriétés de comportement et de fonctionnement ainsi que des processus pédogénétiques.

23Ainsi, le voir (scape) correspond à la posture du détachement qui permet de prendre du recul par rapport à une situation qu’il faut décrire (figure 1). Incarnée dans la mythologie grecque par Icare (qui a exploré le milieu méditerranéen grâce à des ailes), cette modalité d’être au monde caractérise le travail du scientifique (Le Lay, 2021). Dépourvue de point de vue privilégié, elle prétend parfois à l’objectivité. Une telle vision du monde donne accès au paysage qui se déploie à la faveur de la distance. Si le paysage a d’abord désigné ce que l’on voit lorsque l’on regarde devant soi, les deux pieds sur la terre, le rapport du géographe à l’horizon et à la vision horizontale doit désormais être nuancé. L’écologie du paysage promeut ainsi une approche multiscalaire en prenant de la hauteur. Son essor n’a-t-il pas été favorisé par la diffusion de l’imagerie aérienne et satellitaire qui dévoile la diversité des taches d’habitat ? Malgré sa neutralité apparente, le point de vue zénithal n’est pas sans danger. Certes il révèle la mosaïque du monde et se montre propice à la modélisation, mais il favorise aussi ce qui est juste aux dépens de ce qui est important, masquant les spécificités situationnelles. Tel Icare grisé par le vol, le risque est alors d’oublier que nous habitons la Terre.

24Si les horizons aident les humains à ordonner et à sémantiser le monde, ils les appellent également à les franchir ou à les repousser. Il faut se mouvoir pour découvrir ce qui se cache derrière l’horizon. La mise en ordre et la sémantisation du monde permet de s’y déplacer et d’y agir.

Se mou-voir : les horizons de la perception et de l’action

25L’horizon ne guide pas seulement la lecture de ce qui est, mais implique aussi l’écriture du monde. Phénoménologues et psychologues de l’environnement en ont fait un concept clé qui unit la perception, la connaissance et l’action (Husserl, 1913 ; Merleau-Ponty, 1945 ; Gibson, 1979 ; Djian, 2018). De tels rapprochements ne manquent pas de questionner de manière critique l’intérêt que les géographes portent à l’environnement en général, ainsi que les référentiels qui sont mobilisés (explicitement ou non) dans le cadre des stratégies de conservation et de restauration des environnements fluviaux en particulier.

L’horizon, structure de la perception humaine

26M. Collot (2018) voit dans l’horizon une structure de la perception humaine et insiste sur la dimension visuelle de l’expérience paysagère, sans toutefois s’y limiter exclusivement. À ce titre, l’horizon intéresse la poétique, la phénoménologie, l’anthropologie, la psychologie, mais aussi la géographie. Dépendant d’un point de vue, il tient à la fois de l’objectif et du subjectif.

27Malgré leur position verticale, la vision des humains est d’abord horizontale, ce qui limite leur appréhension du lointain (Dastur, 2016). Considérant la perception d’un objet, Husserl (1913) identifie deux horizons. L’horizon interne borne les aspects de cet objet qui ne sont pas perçus actuellement, mais qui l’ont été ou peuvent l’être, pourvu que l’observateur se déplace : la chose ne se donne qu’à la faveur d’une succession d’esquisses. C’est le cas par exemple d’un arbre remarquable qui s’est développé au milieu d’un pâturage. Il faut en faire le tour pour en saisir tous les côtés. Mais, tout en observant le côté visible, l’on peut se remémorer l’autre face ou bien l’anticiper. Quant à l’horizon externe, il circonscrit les relations de l’objet à son environnement. Infini, il ne se limite pas à l’environnement immédiat ; c’est "l’horizon ouvert de la spatio-temporalité, horizon des réalités déjà connues […] mais aussi de celles, inconnues, qui peuvent accéder à l’expérience et à une connaissance ultérieure" (Husserl, 1939, p.39).

28Comme les objets se montrent en en cachant d’autres, la structure d’horizon alimente une dialectique du visible et de l’invisible sur laquelle Merleau-Ponty (1945, 1964) a mis l’accent. Cette solidarité entre apparition et occultation s’ouvre sur la partialité de tout point de vue (inévitablement incarné dans le corps de l’observateur), sur la relation qui unit la perception à la connaissance, ainsi que sur l’incitation à passer du statut d’observateur à celui de participant.

29Tout d’abord, l’horizon n’offre au regard qu’une partie du "pays" observé. Convergeant avec Merleau-Ponty, Gibson (1979) a repris ces réflexions et proposé l’idée de dispositif optique ambiant dont fait partie le point de vue. L’horizon (au sens commun) est un invariant de ce dispositif. Il sert donc de référence aux mouvements optiques : "Où qu’on aille, la terre apparaît comme séparée du ciel par un horizon qui, bien qu’il puisse être dissimulé par ce qui encombre la terre, existe toujours" (Gibson, 1979, p.218). Il parle d’occlusion quand une partie d’un objet n’est pas visible. Un bord occluant limite les surfaces visibles et occluses dans le champ de vision. "Il sépare et connecte, divise et réunit à la fois la surface cachée et la surface apparente" (p.458). Surtout, l’occlusion est non seulement provisoire puisque quelques pas permettent de la lever, mais aussi réversible étant donné qu’il suffit de revenir sur ses pas pour retrouver ce qui n’est plus visible.

30En bornant le champ de vue, l’horizon en conditionne la vision d’ensemble, la cohérence des éléments constitutifs dans un "paysage" organisé et la sémantisation (Collot, 1986). "Revenir aux choses mêmes, c’est revenir à ce monde avant la connaissance dont la connaissance parle toujours, et à l’égard duquel toute détermination scientifique est abstraite, signitive et dépendante, comme la géographie à l’égard du paysage où nous avons d’abord appris ce que c’est qu’une forêt, une prairie ou une rivière" (Merleau-Ponty, 1945, p.III). Certes la visibilité intégrale, dépourvue d’horizon, n’est pas possible, mais cette lacune simplifie l’environnement perçu et le rend manipulable cognitivement (et effectivement). De plus, au moyen de l’extrapolation, l’observateur inclut ce qu’il ne voit pas au dispositif optique ambiant et migre du domaine de l’expérience sensible à celui de la représentation et de la connaissance. Gibson va dans le même sens et associe volontiers le voir et le concevoir : selon lui, "la connaissance est une extension de la perception" (Gibson, 1979, p.391).

31Le jeu entre dissimulation et dévoilement débouche non seulement sur l’imagination, mais encore sur l’exploration de l’environnement. L’horizon constitue un appel à cheminer car il révèle qu’il existe un ailleurs. "Les horizons peuvent fonctionner comme une limite à un moment donné, mais ils sont toujours aussi des passerelles vers quelque chose d’autre" (Vessey, 2009, p.533). En tant que limite mouvante qui recule à mesure que je progresse vers elle, l’horizon est d’abord celui des possibles : il crée une attente et la possibilité de la surprise. Le développement de l’exemple des environnements rhodaniens montre comment les gestionnaires et les praticiens des écosystèmes aquatiques considèrent ce qui y est perçu et représenté et ce qui s’y cache lorsqu’ils doivent décider d’une action environnementale.

Le mystère des environnements rhodaniens

32Les composantes aquatique, minérale et végétale contribuent à l’organisation et à l’évaluation des environnements fluviaux. Mais leurs valeurs écologiques et esthétiques peuvent entrer en tension. Lorsque le style fluvial et la végétalisation du Rhône multiplient les bords occluants, ferment le paysage et limitent donc considérablement la portée du regard, ils motivent l’intervention des gestionnaires dans le cadre des pratiques d’entretiens, des opérations de restauration et des politiques de conservation des milieux terraqués.

  • 8 Une lône désigne un bras secondaire du cours d’eau.

33Les opérations de restauration écologique des cours d’eau font la part belle aux méandres et aux lônes8. C’est frappant sur le Rhône comme ailleurs. Aux États-Unis, la classification taxonomique des "rivières naturelles" (emblématique de la posture précédente, consistant à voir le monde et à le découper) et les préconisations de D.L. Rosgen (1994, 1996) conservent une influence réelle en dépit des critiques dont elles ont fait l’objet à plusieurs reprises (Miller, Ritter, 1996 ; Simon et al., 2007). C’est pourquoi le style à méandres est surreprésenté dans les programmes de restauration, y compris dans des contextes où les conditions environnementales ne le justifient pas (Hansen, 2003). De même, le programme de restauration hydraulique et écologique du Rhône s’appuie non seulement sur l’augmentation du débit réservé, mais aussi sur la réhabilitation des annexes fluviales. Depuis 1998, 44 chenaux secondaires ont été restaurés le long du Rhône français (Olivier et al., 2022). En draguant des lônes, la Compagnie Nationale du Rhône (CNR) s’est efforcée de faciliter leur reconnexion au chenal principal.

  • 9 Une espèce rhéophile préfère les eaux courantes.

34Bien sûr, ces travaux ont pour référence historique la bande active du Rhône telle qu’elle s’étendait avant les travaux d’endiguement réalisés au XIXe siècle en faveur de la navigation et l’aménagement hydraulique du fleuve par la CNR : les secteurs en tresse, les chenaux secondaires et les îles fluviales y étaient significativement plus nombreux qu’aujourd’hui (Le Lay, Comby, 2012). Favorisant l’accentuation de la sinuosité ou la multiplicité des chenaux, ces travaux de restauration sont adossés à des objectifs écologiques. Davantage que les chenaux rectilignes, les lits à méandres et à chenaux tressés se caractérisent par un champ de vitesses différenciées, une géomorphologie contrastée et des habitats fauniques diversifiés. En conséquence, la restauration des lônes a stimulé leur reconquête par leurs espèces caractéristiques. Par exemple, dans le tronçon restauré de Pierre-Bénite, à l’aval de Lyon, des mesures in situ ont montré le triplement en moyenne de la proportion des espèces de poissons qui préfèrent les microhabitats rapides et profonds (Chondrostoma nasus, Alburnus alburnus, Alburnoides bipunctatus, Leuciscus leuciscus) (Lamouroux, Olivier, 2015). Le suivi à long terme des macroinvertébrés benthiques dans les tronçons restaurés du Haut-Rhône français souligne l’augmentation des taxons rhéophiles9 (Ancylus fluviatilis, Heptagenia, Hydropsyche), celle des taxons indiquant une amélioration de la qualité de l’eau (Ancylus fluviatilis, Simuliidae) et l’installation de nouvelles espèces exogènes (Dikerogammarus villosus, Corbicula fluminea) (Olivier et al., 2022).

35Pour autant, le rôle des préférences paysagères ne saurait être négligé pour rendre compte de l’enthousiasme des spécialistes des sciences de la vie et de la terre en faveur des méandres et des lônes (Le Lay et al., 2012). Un peu comme le virage d’une route pousse à progresser pour voir ce qui se cache derrière, la courbure d’un chenal installe un bord occluant dans le paysage qui invite au cheminement et à l’exploration. L’occultation accroît le sens du mystère (Kaplan, Kaplan, 1989). "La suggestion que l’on peut en savoir plus en continuant, ou en changeant de point de vue, est fournie par les nombreux tours et détours du chemin de la rivière, par les notes d’eau scintillante à travers le feuillage, par les changements de végétation au bord de la rivière" (Kaplan, 1977, p.287-288). L’occultation suscite l’implication de l’observateur-participant à l’affut d’un supplément d’informations.

36Certes la lône n’est pas un méandre et, à elle seule, ne profite pas du même niveau d’attractivité : M. Kondolf a souligné "une préférence culturelle profondément ancrée, bien que méconnue, pour les chenaux uniques à méandres" (Kondolf, 2006, p.1). Mais la lône est associée à l’île fluviale dans un couple paysager particulièrement apprécié. La relation de l’île à la lône est si étroite que l’île fait partie de l’horizon externe de la lône. Ainsi, dans le secteur du Péage-de-Roussillon, des lônes ont été restaurées grâce au soutien des gestionnaires de la réserve naturelle de l’île de la Platière (figure 3). Dans un autre registre, le collectif artistique NOAO/IZEM a inventé le néologisme Ilône pour désigner des lieux éphémères qui ont été sélectionnés dans le cadre d’une exposition itinérante sur l’imaginaire du Rhône et des inondations (IZEM, 2009). Le tropisme dont profitent les îles fluviales dans l’imaginaire environnemental présente au moins deux composantes (Le Lay, Comby, 2012). D’une part, elles appartiennent à la famille des images du refuge dont la fermeture est protectrice, conformément à la première acception de la métaphore de l’horizon (voir le paysage). D’autre part, elles s’affirment comme une terre d’aventure, propice à l’exploration, à l’expérimentation et à l’apprentissage, comme l’exprime la deuxième acception de la métaphore (se mouvoir dans l’environnement) (figure 3).

Figure 3 : Bac à chaîne de la réserve naturelle de l’île de la Platière

Figure 3 : Bac à chaîne de la réserve naturelle de l’île de la Platière

Légende : Ce bac permet de traverser la lône et d’accéder à l’île des Graviers (secteur du Péage-de-Roussillon). Mieux qu’une passerelle, le bac répond au besoin que les visiteurs ressentent d’accéder à l’île, tout en en régulant le nombre.

Y.F. Le Lay, avril 2022

37Soutenu par les horizons interne et externe, le mystère des environnements fluviaux éveille la curiosité et incite ainsi à ne pas se contenter d’observer, mais à participer en s’y déplaçant pour gagner en connaissance. Si voir conduit non seulement à se mouvoir pour mieux savoir, les paysages peuvent aussi susciter l’action lorsqu’une intervention est susceptible de changer l’existant de manière positive.

Se mou-voir dans l’environnement pour l’explorer et le dominer

38L’ouverture et la fermeture des paysages constituent une dimension majeure de leur appréciation esthétique (Kaplan, Kaplan, 1989 ; Le Lay et al., 2012). Les paysages les plus attractifs ne sont pas complètement ouverts ou fermés. Deux théories bien connues contribuent à expliquer cette préférence en soulignant que la perception visuelle est complétée par l’anticipation de ce qu’il est possible de faire dans l’environnement considéré. Selon Appleton (1975), nous aurions un penchant pour les environnements qui nous offrent à la fois de quoi prospecter et de quoi se cacher : c’est la fameuse théorie dite prospect and refuge. Le prospect désigne la possibilité d’avoir accès à une vue ouverte et dégagée sur ce qui nous entoure ; en revanche, le refuge est proposé par les lieux sûrs et abrités. Ainsi, le jardin à l’anglaise, avec ses bosquets (pour se cacher) et ses prairies (à observer), serait particulièrement apprécié. D’une manière plus convaincante, Gibson (1979) a également mis en relation perception et action, en proposant le concept d’affordance. En quelque sorte, une affordance est un trait de l’environnement immédiat qui indique à l’usager comment il peut s’en servir. Par exemple, un arbre abattu offre l’affordance de s’asseoir pour un humain. Le mot affordance a parfois été traduit par "invite" ou "prise" – dans le sens de donner prise à et d’avoir une prise sur (Berque, 2016). Selon Gibson, l’environnement est donc perçu en fonction de ce qu’il propose à ceux qui y sont attentifs et des compétences qui permettent à ces derniers d’en profiter.

39La végétation joue un rôle considérable dans l’évaluation environnementale. Elle occupe l’espace et se manifeste aux dépens de ce qu’elle dissimule. En servant à la fois d’écrin et d’écran, elle donne ainsi tout son sens aux concepts d’horizon interne et de bord occluant. On peut y trouver une forme d’intimité ; mais lorsque la végétation devient hégémonique et empêche le regard de porter, l’environnement perd en cohérence et en lisibilité et s’avère moins apprécié. Cela pose la question de l’évaluation de l’enfrichement et de la fermeture paysagère ainsi que des mesures de gestion qu’elle motive. Sur le plateau des Millevaches, dans le Limousin, C. Labrue (2009) a montré que la forêt est un lieu fantasmé, entre attirance et rejet. Lorsque la forêt se rapproche des maisons, elle peut devenir enfermante : les habitants perçoivent d’abord la verticalité des arbres de lisière. La hauteur des arbres et la linéarité de la lisière forment une paroi opaque qui vient clore le paysage. La forêt dégrade alors l’espace vécu du fait des vues bouchées, du manque de lumière et de l’homogénéisation du relief (surtout si ses formes sont molles et les pentes modestes). En altérant les grandes lignes paysagères, la forêt enlève aux habitants les points de repère qui leur permettent de se situer et qui leur donnent le sentiment de connaître et de maîtriser leur environnement (Labrue, 2009).

40Le voir ne saurait être pensé sans le faire. C’est la raison pour laquelle Merleau-Ponty (1964) associait une carte du "je vois" et une carte du "je peux" (p.27). Ne se réduisant pas à la mobilité, le (se) mou-voir (motionscape) correspond à la propension qu’ont les humains de passer outre les limites et d’agir dans et sur le monde pour l’améliorer et satisfaire leurs aspirations (figure 1). Les compétences et le travail de Dédale (le père d’Icare) figurent nos efforts toujours insatisfaits pour maîtriser et modifier l’environnement (Le Lay, 2021). Les aménageurs et les ingénieurs contribuent ainsi à l’historicisation de l’environnement et à l’hybridation des processus, en soutenant les sociétés humaines dans leur posture de domination. Notion anthropocentrique, l’environnement est évalué en termes de ressources, de contraintes et de risques, selon la logique comptable de la maximisation de son utilité.

41Comme les horizons géologiques, les horizons interne et externe définis par Husserl (1913) jouent avec les limites, notamment entre visibilité et invisibilité. Mais l’observateur ne se satisfait plus de la lecture du monde et de la reconnaissance des limites : il se mue en acteur motivé pour repousser ces limites et participer à l’écriture du monde. Dès lors, la fréquentation ou la connaissance de ce qui était dissimulé derrière l’horizon met en relation avec ce qui restait distant.

S’é-mou-voir : mettre en relation des horizons

42Alors que la lecture et l’écriture du monde discernent et repoussent les horizons, l’établissement d’un échange avec le monde invite davantage à les effacer ou à les rapprocher. Mais s’il est tentant de fusionner les horizons à la faveur du dialogue, l’on peut se demander d’une part s’il ne s’agit pas d’un vœu pieux et d’autre part si les différences ne méritent pas également d’être reconnues.

La fusion des horizons de Gadamer

43Dans la philosophie herméneutique de Gadamer, l’horizon d’un individu est constitué par les interprétations tacites et anticipées, c’est-à-dire les préjugés et les prédispositions qui influencent sa perspective sur les choses (Krahn, 2009 ; Ramsbotham, 2019). En tant que modèle dialogique de compréhension (Nielsen, 2013), la métaphore éloquente et audacieuse de la fusion des horizons (Gadamer, 1960) est à la fois la plus proche de la pratique des géographes et celle à laquelle ils ont le moins recours explicitement, même si elle n’est pas complètement absente de leur littérature disciplinaire (Ruby, 2002). Gadamer la propose pour souligner que la compréhension de quelque chose n’exige pas de quitter son horizon pour un autre, mais de les fusionner. Cela demande moins de se transposer ou de parcourir la distance qui sépare deux horizons que de la résorber. Cette fusion ne vise pas une unité stable, mais se réalise dans le langage, "à la faveur d’un dialogue qui se poursuit toujours" (Gadamer, 1987, p.167). La compréhension d’un autre horizon s’effectue à partir de son propre horizon dont la fluidité et la mutabilité sont reconnues et que l’on cherche à ouvrir ou à élargir. Contemplé depuis un point de vue, l’horizon ne se réduit pas à ce point de vue et n’est pas synonyme de vision des choses : moins subjectif qu’il peut sembler dans son emploi courant, "il désigne d’abord ce qui dépasse la subjectivité, ce qui l’entoure" (Grondin, 2005, p.404). Comme dans l’acception phénoménologique de l’horizon, la métaphore de la fusion des horizons implique la réduction de la distance qui sépare le sujet de son objet.

44La fusion des horizons dit aussi la transformation lumineuse de deux entités en une seule, la compréhension confinant alors à la con-naissance. Traduire un texte ou citer un auteur, c’est déjà contribuer à la fusion des horizons. Comprendre quelque chose, c’est voir autrement à travers elle, suivre son rythme, se laisser prendre à son jeu et être ébranlé par cette expérience. Il ne s’agit pas de s’y transposer, mais d’être transporté par elle. Il importe donc de se garder de projeter ses propres idées préconçues sur ce que l’on cherche à comprendre tant elles peuvent s’avérer inaptes à rendre compte de la dynamique des systèmes considérés et des relations que d’autres sociétés entretenaient ou entretiennent encore avec leur environnement. En interprétant le passé à partir du présent, le risque est de n’y voir que ce que l’on veut y voir. N. Jacob-Rousseau regrette ainsi "le caractère téléologique de certains récits de la géographie historique qui tendent à projeter dans le passé les formes et les répartitions actuelles ou à y installer des types dépourvus de dynamique ou de complexité temporelle" (Jacob-Rousseau, 2009, p.2013). Avec cette posture actualiste, il n’y a plus fusion, mais confusion des horizons.

45Au contraire, la fusion désigne la rencontre avec un autre horizon et la découverte d’une vérité essentielle, c’est-à-dire l’expérience de "l’essence" durable d’une œuvre d’art, d’autrui, de ce qui était ou de leur situation. La fusion des horizons s’accomplit solidairement dans la pensée et le langage (qui compensent ainsi les limites de l’usage monosensoriel de la vision). Elle consiste en la résonance en soi du sens de l’autre ou du passé. L’interprétation d’une situation se réalise à partir de son propre horizon, notamment parce que l’autre horizon ne saurait être esquissé qu’au moyen de son propre lexique. Le passé est compris au présent, tout comme l’autre est compris ici. Lorsque la fusion des horizons réussit pleinement, le discret travail de l’interprète se fait oublier et donne le sentiment d’être en présence de la chose elle-même : l’interprétation devient juste et évidente, tant elle "est ‘conforme’ à la chose" (Gadamer, 1990, p.232).

46La fusion des horizons est aussi celle des mots et des choses. Autrement dit, tenant à la fois du particulier et du général, le processus langagier n’est pas seulement celui de la compréhension à une certaine époque ou pour une communauté donnée, mais aussi et d’abord celui des choses elles-mêmes (dont il procède et qu’il n’épuise pas). Gadamer refuse ainsi le relativisme (Pertierra, 2020). Les choses se présentent à nous en langage, à la faveur du co-ajustement immémorial de ce, celles et ceux qui composent le monde. Comme en témoigne la controverse sur le cycle messino-pliocène présentée plus haut, les scientifiques cherchent à découvrir et à porter au langage les choses elles-mêmes (telles qu’elles se donnent) ; réciproquement, le langage des choses met à l’épreuve ce qu’ils en comprennent. La compréhension se présente ainsi comme un processus dynamique (Vilhauer, 2009).

47L’horizon des choses peut résister à la fusion et appeler à une meilleure compréhension depuis l’horizon des interprètes. La tension est réelle entre distinction et fusion des horizons. La manière dont les inondations fluviales et l’aménagement du Rhône par la Compagnie Nationale du Rhône (CNR) sont interprétés fournit un exemple éclairant de ce fait : nous sommes constamment en train de nous distinguer des horizons et de fusionner des horizons.

Situation problématique et horizon de l’autre : le dialogue herméneutique comme méthode de résolution des conflits ?

48Distinguer et fusionner s’affirment comme les antichambres de la compréhension. "Que veut dire ‘comprendre’ ? Comprendre, c’est ‘prendre le parti de quelqu’un’" (Gadamer, 1987, p.165). Comprendre, c’est ainsi comprendre autrement ; comme le fait l’avocat, c’est pouvoir représenter un autre et parler en son nom. L’horizon de la compréhension caractérise ainsi la situation herméneutique dans laquelle se trouve tout humain dans son rapport au monde. La compréhension consiste en une fusion des horizons, c’est-à-dire en un dialogue entre son horizon et ce qui est étranger, que cet autre horizon soit historique ou celui d’une altérité. Mais les points de vue restent pluriels et il n’est pas sûr que leur reconnaissance, leur compréhension et le dialogue suffisent à résoudre les situations problématiques.

49L’aménagement du Rhône a suscité maintes controverses au cours desquelles des points de vue se sont opposés. Quel rôle peut jouer le dialogue dans ce type de situation problématique ? L’on peut se demander si son intérêt consiste à trouver une solution qui convienne à tous ou bien s’il s’agit plutôt de spécifier un désaccord pour en faciliter la compréhension et travailler à l’élaboration d’un horizon commun.

  • 10 Le Monde, 1er juillet 1982.

50Le projet de construire un vingtième barrage hydroélectrique sur le fleuve par la CNR a suscité une controverse (Flaminio, Le Lay, 2017). D’"une grande importance économique"10, le dossier du barrage de Loyettes est soumis à l’enquête publique en 1981. Son édification est envisagée à la confluence de l’Ain et du Rhône, bien que les particularités hydro-morphologiques et la richesse écologique du site aient été reconnues (Bravard, 1982 ; Amoros et al., 1986). La CNR se trouve en butte à des riverains, à des pêcheurs et à des chasseurs de la basse vallée de l’Ain. La Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (FRAPNA) soutenant les opposants (Michelot, 1990), une coalition anti-barrage s’organise et met en avant des arguments écologiques, paysagers et économiques. Des espèces emblématiques sont défendues, notamment l’Ombre commun (Thymallus thymallus) et la Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica). À cause de la fragmentation des débats et du confinement de certains échanges, les acteurs de la controverse peinent à élaborer un véritable "forum hybride" (Callon, Rip, 1992). Le projet est néanmoins suspendu en 1990. Le confluent de l’Ain et du Rhône est inscrit comme "site classé", ce qui compromet la construction de l’ouvrage : en raison de la valeur scientifique et paysagère du confluent, l’intérêt général de sa conservation est reconnu. Ce projet de barrage est l’un des premiers à se voir abandonné en France (Flaminio, Le Lay, 2017).

  • 11 Le projet de prolongation de la concession du Rhône ainsi que les documents relatifs à la concertat (...)

51En 2019, le projet de prolongation de la concession d’aménagement et d’exploitation du Rhône, qui est confiée à la CNR, a fait l’objet d’un débat public11. Dans ce cadre, la première réunion publique s’est tenue à Montalieu-Vercieu (Isère) le 2 mai 2019. Elle est animée par le garant de la commission nationale du débat public qui doit s’assurer que le public est informé de manière exhaustive et transparente et que les différentes opinions peuvent s’exprimer au moyen d’arguments. La mission de cette autorité administrative indépendante est, en effet, de mettre en discussion non seulement les grands projets d’équipement, mais aussi les plans et programmes dont fait partie la concession du Rhône. Schématiquement, trois postures se font jour dans les échanges, à la faveur des questions, des réponses, des relances et des observations.

52Premièrement, le projet de l’État est de prolonger la concession du Rhône, ce qu’il justifie en mettant en avant le "contexte global" dans lequel le fleuve joue un rôle majeur, sa "vision stratégique" de long terme matérialisée dans un Schéma directeur, les "missions d’intérêt général" et le "triple objet" de la concession, à savoir la production d’hydroélectricité, la navigation et l’irrigation. Le projet comporte l’extension géographique de la concession (dont le domaine doit s’étendre sur 30 000 ha et 550 km de fleuve), des études et des travaux (notamment la construction de cinq petites centrales hydroélectriques et, éventuellement, d’un nouvel aménagement hydroélectrique dans le secteur de Saint-Romain-de-Jalionas). La vision stratégique se décline en cinq volets d’action : l’enjeu est d’accroître la production hydroélectrique, d’augmenter le transport fluvial, d’accompagner l’évolution des pratiques agricoles, de reconquérir la richesse écologique du Rhône (en particulier par des travaux de restauration), et de favoriser le développement local par des actions partenariales. Les verbes utilisés débordent d’énergie : il s’agit d’aménager, de produire, de construire, de développer, d’augmenter, d’élever, d’allonger, de déplacer, de modifier, d’améliorer, de reconquérir, de draguer, de renforcer, d’équiper, d’expérimenter, etc. L’aménageur promeut volontiers la logique comptable, la valorisation utilitaire et la maximisation économique.

  • 12 À partir de 2018, la gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations (GEMAPI) est u (...)

53Deuxièmement, la perspective des habitants s’exprime depuis les situations concrètes, locales et particulières dans lesquelles ils sont engagés et qu’ils appréhendent d’une manière intégrée. Le maire de Saint-Romain-de-Jalionas est le premier à prendre la parole pour dire son étonnement de voir ressurgir la proposition de construire un nouvel aménagement, sans y avoir été aucunement associé. En effet, bien qu’astucieusement renommée, cette idée reprend en grande partie le projet du barrage de Loyettes débattu et abandonné dans les années 1980. Les questions portent sur le cadre de vie des habitants, l’entretien des paysages, les pratiques fluviales et riveraines (irrigation, navigation), les représentations relatives au Rhône (le terme Vieux-Rhône), les conséquences locales des aménagements hydrauliques et les enjeux écologiques. Si la proximité de la CNR avec les territoires semble appréciée localement, les échanges entre les habitants et l’État déconcentré ou non révèlent néanmoins des problèmes de gouvernance, d’oppositions entre les échelons, des conflits de compétences, des formes d’intrusion, des sentiments de privation et de délégitimation, des rapports de domination, etc. Des arguments appuyés sur le contenu du dispositif juridique – comme la GEMAPI12, le code de l’environnement ou le code de l’énergie – se confrontent aux émotions que ressentent et expriment les riverains et les pratiquants.

54Troisièmement, la voix du Rhône est portée par différents types d’intervenants, en premier lieu par des associations attentives au bon fonctionnement des écosystèmes, mais aussi l’Agence française pour la biodiversité (AFB). Les prises de parole attestent de l’existence de points chauds de biodiversité, demandent des études relatives au démantèlement ou à la construction de dispositifs techniques, s’inquiètent du sort des espèces typiques des eaux courantes, se montrent soucieuses de la qualité de l’eau et de la pollution des sédiments et appellent au respect de l’intégrité des aires protégées, comme la Réserve Naturelle Nationale du Haut-Rhône Français, le site classé à la confluence de l’Ain et du Rhône et les sites Natura 2000. Des manques sont repérés dans le projet de renouvellement concernant la trame verte et bleue ainsi que la restauration des continuités piscicole et sédimentaire. Les limites de la séquence "éviter, réduire, compenser" sont soulignées en montrant notamment que les mesures compensatoires se substituent trop rapidement aux étapes précédentes.

55Cette réunion d’environ trois heures a effectivement mis en place un dialogue. La parole circule. Même s’il n’est pas sûr qu’ils soient entendus, les élus locaux et les représentants d’associations savent développer leurs opinions. Mais tout le monde ne prend pas la parole ; des acteurs majeurs restent discrets : la CNR et les scientifiques s’expriment peu ou seulement indirectement. De plus, la visée du dialogue est le savoir. Les échanges montrent qu’il n’y a pas d’horizon unique et que les divers horizons ne sont pas fermés. Mais la délibération met aussi en valeur des conflits d’acteurs et d’usages ; elle ne permet aucunement de faire émerger un consensus.

56Les argumentaires se réfèrent à des plans inconciliables, à savoir sensible, pratique et intellectuel. De fait, la fusion des horizons peine à résoudre certaines situations questionnantes, notamment celles que des conflits intenses et asymétriques rendent particulièrement problématiques (Ramsbotham, 2019). Mais il n’y a pas lieu de s’en inquiéter ou de le regretter. En effet, le dialogue constitue moins une tentative d’éviter ou de dissiper tout malentendu ou tout conflit, qu’un processus visant à comprendre en quoi son discours s’oppose aux autres et à s’accorder momentanément sur un désaccord. Potentiellement conflictuel, le dialogue altéritaire (c’est-à-dire dans le cadre d’une confrontation à une altérité potentiellement déstabilisante) permet de comprendre, d’évaluer et de trier les interprétations, non pour forcer l’évacuation de tout conflit dans la perspective d’un "horizon des fusions", mais pour travailler ensemble à la reconfiguration toujours inachevée d’un horizon commun, dans la perspective d’une "fusion des horizons" (Debonot, 2020).

S’é-mou-voir avec le milieu pour le comprendre

57La conception gadamérienne du dialogue herméneutique procède précisément de la reconnaissance de la faillibilité des points de vue d’êtres finis, historiquement situés et ouverts aux autres. Malgré ce que pourrait laisser supposer le syntagme "fusion des horizons", il n’existe pas d’horizons clos et indépendants qui se feraient face et qui pourraient se fondre l’un dans l’autre. La compréhension est un dialogue en ceci que les horizons sont en constante médiation. Elle crée ainsi quelque chose de commun, ne serait-ce qu’un accord sur le contenu d’un malentendu.

58J. Cattant (2017) a étudié le rôle que joue l’horizon dans le projet architectural. C’est l’occasion de croiser les significations qui ont été données précédemment à la métaphore de l’horizon et de montrer que le dialogue se noue entre humains et autres qu’humains ainsi qu’entre les ouvrages bâtis et leur milieu. Dans le couvent de la Tourette qu’il a conçu à Eveux (Rhône), Le Corbusier joue avec l’horizon qu’il donne à voir depuis des points de vue qui permettent d’observer le monde à distance, de le décrire, de le classer et de le sémantiser (voir le paysage ou scape). Sur la toiture-terrasse, le sommet des acrotères consolide l’horizontalité de la ligne d’horizon qui sert ainsi de référence (Cattant, 2011). L’horizon étant alternativement révélé et occulté, son expérience appelle le mouvement et l’exploration (motion-scape ou se mou-voir dans l’environnement). Mais Le Corbusier vise notre sensibilité et son objectif final est de susciter l’émotion plastique (e-motion-scape ou s’é-mou-voir au milieu du monde) pour "redécouvrir l’unité qui gère les œuvres humaines, et celles de la nature" (Le Corbusier, 1946, p.43). De son côté, l’architecte Claude Parent a prolongé la réflexion au moyen de dessins où de multiples horizons invitent les habitants à se mouvoir pour les pratiquer et les consommer (Cattant, 2013). Ainsi l’horizon s’affirme-t-il dans sa pluralité : il "révèle non seulement la présence d’éléments contraires, mais il permet leur coexistence par la mise en place d’un rythme qui permet de passer de l’un à l’autre sans qu’aucun ne s’annule" (Cattant, 2011, p.35).

59S’émouvoir (emotionscape) désigne ainsi une modalité d’être au monde qui caractérise bien l’habitant (figure 1). Sujette à de vives émotions, la figure mythique du roi Minos témoigne de notre interdépendance avec le monde. Des activités aussi simples que l’observation de la faune et de la flore ou la marche à pied favorisent le ressourcement en ébranlant les limites qui nous séparent des autres (qu’humains) : "Au milieu du monde, l’habitant s’y attache volontiers et y reconnaît d’autres centres d’attention susceptibles de le voir, de le mouvoir et de l’émouvoir" (Le Lay, 2021, p.15). À rebours des deux postures qui consistent à se détacher et à dominer, il importe alors de s’ouvrir au monde et de l’enrichir par l’ajout d’autres points de vue. Cette perspective relationnelle invite à renoncer à l’autonomie des individus et à prendre acte que nous sommes tous vulnérables (humains ou non, vivants ou non). Aussi l’éthique de la sollicitude (care) promeut-elle le souci des autres et des conséquences (Laugier, 2012). Plutôt que d’avoir raison tout seul, l’enjeu est de maintenir le lien. La sollicitude s’affirme comme une manière de répondre à la vulnérabilité des relations. Consistant en une micropolitique du proche où prime ce qui nous lie ici et maintenant, elle nous incite à (ré)habi(li)ter chaque jour le (mi)lieu que nous avons en commun (Le Lay et al., 2023).

Perspectives et conclusion

Vers un horizon d’attente des situations problématiques ?

60La métaphore verbale transporte (Ascher, 2005). Cette opération de langage donne à un mot une autre signification que celle qu’il a habituellement. Dans un énoncé linguistique, elle surprend en donnant à une chose le nom d’une autre. Elle met ainsi en relation deux entités en pointant une similitude entre elles. La relation n’est donc pas conventionnelle (comme le symbole). Comme elle ne relève pas de la contiguïté contextuelle, elle n’est pas non plus métonymique (comme l’indice). Avec la métaphore, la relation est d’abord de ressemblance, c’est-à-dire analogique (comme l’icône). L’image sensible joue un rôle essentiel. En quelque sorte, la métaphore donne une forme poétique au modèle.

61L’horizon relève de la catégorie des métaphores spatiales dans la mesure où l’espace constitue la source du transfert métaphorique (Calbérac, 2022). La métaphore de l’horizon recourt à l’espace, dans ses dimensions matérielle, représentationnelle et stratégique. Ainsi, "l’espace en jeu dans ce que l’on appelle métaphore spatiale n’est pas seulement l’espace de l’expérience concrète où se meuvent nos corps, mais aussi et peut-être plus fondamentalement un espace de représentation – entendons par là un médium qui prête sa matérialité à des découpages signifiants, c’est-à-dire un réservoir de signifiants disponibles, condition a priori de tout phénomène d’intellection" (De Chanay, Rémi-Giraud, 2002, p.79).

62La métaphore de l’horizon fonctionne en tant que rapport d’analogie : l’horizon est au ciel et à la terre ce que l’horizon géologique, au moins pour l’une de ses acceptions, est aux couches qu’il sépare, ce que le bord occluant est à l’objet et à son environnement, et ce que la distance est à l’interprète et à l’objet qu’il considère, à savoir une discontinuité sensible. Certes, utiliser une métaphore pour désigner une discontinuité tient du paradoxe dans la mesure où le processus métaphorique vise justement à passer outre la distance qui sépare deux choses distinctes. Mais une telle métaphore nous aide à prendre conscience de la manière dont nous percevons et interprétons le monde.

63Le recours à la métaphore permet d’exprimer concrètement une idée abstraite. Le développement de trois sens figurés du mot horizon par des géologues et des philosophes – l’horizon géologique, les horizons interne et externe, et la fusion des horizons – exprime des idées abstraites. La métaphore satisfait ceux qui réclament une abstraction plus vivante que ne leur offrent les termes abstraits. La séquence des trois acceptions explorées ici s’applique à des domaines de moins en moins spatiaux. Si l’horizon géologique et l’horizon interne restent très spatiaux, l’horizon externe et surtout la fusion des horizons le sont moins. Dans le même temps, les rapprochements métaphoriques s’avèrent de moins en moins fondés sur la ressemblance. La ligne qui sépare le ciel de la terre ressemble de manière substantielle à celle qui délimite deux couches géologiques. En revanche, les horizons de Gadamer ne ressemblent à l’horizon du sens commun que de manière structurelle. L’espace étant utilisé pour signifier quelque chose qui n’a rien de spatial, l’analogie cède le pas à l’homologie : la correspondance entre les réalités ne concerne plus que leurs relations (De Chanay, Rémi-Giraud, 2002). L’horizon d’autrui et le mien ne conservent que la structure de la réalité visuo-spatiale de l’horizon commun qui sert de modèle.

64En s’inspirant de l’herméneutique gadamérienne, Jauss (1978) a forgé la notion d’horizon d’attente au sein de l’esthétique de la réception des œuvres littéraires. Désormais reconnue par la théorie littéraire, cette notion redonne au public un rôle actif dans l’acte d’interprétation. Si elle reste attentive aux limites matérielles que l’œuvre impose au processus interprétatif, elle considère aussi les conditions socio-historiques où s’élabore ce dernier. Les géographes ne font-ils pas de même à l’égard des situations problématiques qui les appellent, qui les questionnent et qui les invitent à s’en saisir ? Ils reconnaissent désormais le rôle primordial qu’ils jouent dans l’émergence du sens. Mais, contrairement aux approches radicalement constructivistes, l’horizon d’attente des situations guide leur interprète. Il s’agit en quelque sorte d’un constructivisme interactionniste que les différentes acceptions de la métaphore de l’horizon permettent de déployer. Si la structure tripartite de cet article peut laisser entendre que les trois horizons forment trois temps d’un processus de délibération morale, il importe d’insister ici sur la circularité de l’enquête problématique et de la coexistence des modalités d’être au monde. La propension de la métaphore à transporter et à mettre en relation en fait un outil susceptible de contribuer à naviguer dans les situations problématiques, comme une controverse ou un conflit. "Horizon : notion picturale, mais aussi stratégique" (Foucault, 1976, p.76). En effet, avec la métaphore spatiale, l’espace ne s’affirme plus seulement comme représentation, mais comme "lieu où s’exerce la stratégie des concepts" (commentaire de Chatelet, dans Lacoste, 1976, p.23).

Le recours à la métaphore de l’horizon de la géographie

65Ainsi, même s’ils sont moins couramment utilisés dans les cadres théoriques que les discontinuités, les horizons sont susceptibles de concerner de nombreux domaines de la géographie, telles que la géomorphologie et la géographie des sols, le paysage dans ses composantes matérielle et sensible, ou encore les géographies historique, sociale et littéraire. La coexistence d’une pluralité d’acceptions fait de l’horizon un concept dont le potentiel se montre particulièrement ubiquiste. Dans ces conditions, ne risque-t-il pas de perdre en compréhension ce qu’il gagne en extension ? Comme M. Collot (2018), il nous semble surtout qu’il permet d’insister sur ce qu’ont en commun des approches qui se sont parfois développées indépendamment les unes des autres. L’horizon géognostique de Humboldt, les horizons interne et externe de Husserl et la fusion des horizons de Gadamer apparaissent comme autant de conceptions qui invitent à repenser la scission entre ouverture et fermeture. Comment comprendre, en effet, une situation passée ou éloignée si leurs horizons restaient clos ? En se replaçant dans la situation d’un autre, on le comprend tout en reconnaissant son altérité (Gadamer, 1960). Les horizons mettent à l’épreuve des dualismes aussi connus que le particulier et l’universel, le subjectif et l’objectif, le concret et l’abstrait. Il ne s’agit pas de renoncer à la doctrine dualiste, mais plutôt d’éviter de la figer. Si le dualisme reste difficile à dépasser, des déplacements peuvent le nuancer : c’est "l’ennemi tout à fait nécessaire, le meuble que nous ne cessons de déplacer" (Deleuze, Guattari, 1980, p.31).

66Les trois acceptions qui ont été développées dans cet article illustrent trois postures à l’égard du monde et de ses discontinuités. Premièrement, les horizons géologiques insistent sur l’enjeu de repérer et de critiquer des solutions de continuité. Or, distinguer des catégories est un préalable nécessaire à la sémantisation de ce qui nous entoure. Deuxièmement, voir une chose invite à se mouvoir pour regrouper les points de vue que l’on peut en avoir (horizon interne) et cerner les relations qu’elle entretient avec les autres éléments de son environnement (horizon externe). Troisièmement, l’idée de fusion des horizons questionne la possibilité d’une compréhension dans le dialogue, par exemple entre le présent et le passé ou entre soi et autrui. Le concept d’horizon unifie donc trois stratégies à l’égard des discontinuités, à savoir (i) le discernement et la reconnaissance, (ii) le franchissement ou l’expansion, et (iii) l’ouverture et la dissolution (figure 1).

67Chacune des trois approches s’affirme comme un complément nécessaire aux deux autres. L’ordre dans lequel elles ont été présentées a été retenu pour des critères de commodité et de pédagogie. Mais cette invitation à s’é-mou-voir des situations géographiques ne propose pas un chemin à suivre, tel que le fil d’Ariane l’a indiqué à Thésée. À la différence du traditionnel entrecroisement des fils de chaîne et de trame que les métiers à tisser ont automatisé, elle évoque le tissage plus subtil qu’exige la combinaison d’au moins trois directions.

68Pour celles et ceux qui placent les situations au centre de leurs réflexions géographiques (Bridge, 2021 ; Lussault, 2021), le concept d’horizon pourrait se montrer utile, voire incontournable. Toute situation implique un horizon qui est susceptible de s’élargir ou de se rétrécir (Ricoeur, 1986). Or, nous sommes toujours engagés dans une situation – ni à côté, ni en face, ni au-dessus, mais bien dedans. Et notre implication dans une situation nous empêche d’en construire un savoir objectif. "Ce qui définit le concept de situation, c’est précisément le fait qu’elle représente un lieu où l’on se tient et qui limite les possibilités de vision" (Gadamer, 1960, p.323). Aussi l’horizon et la situation vont-ils de pair. "L’horizon est le champ de vision qui comprend et inclut tout ce que l’on peut voir d’un point précis" (Gadamer, 1960, p.324). L’on retrouve ici non seulement les appels de Vallaux (1929) et de Deffontaines (1937) à procéder sérieusement aux tours d’horizon, mais aussi une certaine conception de la géographie elle-même : l’étude et l’interprétation des particularités des situations concrètes, à la surface de la terre, a pu apparaître comme le domaine propre des géographes (Beaujeu-Garnier, 1971).

Haut de page

Bibliographie

Alexandre F., Génin A. (dir.), 2008, Continu et discontinu dans l’espace géographique, Tours, Presses universitaires François-Rabelais.

Allaby M., 2008, A dictionary of earth sciences, New York, Oxford University Press.

Amoros C., Bravard J.P., Castella C., Castella E., Girel J., Jacquet C., Pautou J., Reygrobellet J.L., Richardot-Coulet M., Richoux P., Roux A.L., Roux C., 1986, Recherches interdisciplinaires sur les écosystèmes de la Basse-Plaine de l’Ain (France) : potentialités évolutives et gestion, Grenoble, Université scientifique, technologique et médicale de Grenoble, Documents de cartographie écologique, No.29.

Appleton J., 1975, The experience of landscape, Chichester, Wiley.

Arrault J.B., 2008, "Une carte de l’élargissement de l’horizon géographique au début du XXe siècle", Mappemonde, Vol.92, [en ligne]. URL : http://mappemonde-archive.mgm.fr/num20/articles/art08403.pdf

Ascher F., 2005, "La métaphore est un transport", Cahiers internationaux de sociologie, No.118, 37-54.

Bachelard G., 1948, La Terre et les rêveries de la volonté, Paris, José Corti, 409 p.

Baize D., Girard M.C. (coord.), 2009, Référentiel pédologique 2008, Paris, Quae.

Ballésio R., 1971, "Le Pliocène rhodanien", Documents des Laboratoires de Géologie de Lyon, Hors-série, 201-239.

Baulig H., 1953, "Les hauts niveaux de base du Pliocène", Revue de géographie de Lyon, Vol.28, No.3, 205-221.

Baulig H., 1928, Le plateau central de la France et sa bordure méditerranéenne. Étude morphologique, Paris, Colin.

Beaujeu-Garnier J., 1971, La géographie : méthodes et perspectives, Paris, Masson.

Beaumont de E., 1827, "Observations géologiques sur les différentes formations qui, dans le système des Vosges, séparent la formation houillère de celle du Lias", Annales des Mines, Vol.4, 393-468.

Benson R.H., Rakic-El Bied K., 1991, "The Messinian parastratotype at Cuevas del Almanzora, Vera Basin, SE Spain: refutation of the deep-basin, shallow water hypothesis?", Micropalaeontology, Vol.37, No.3, 289-402.

Berdoulay V., Saule-Sorbé H., 1998, "La mobilité du regard et son instrumentalisation. Franz Schrader à la croisée de l’art et de la science", Finisterra, Vol.33, No.65, 39-50.

Berque A., 2016, "Perception de l’espace, ou milieu perceptif ?", L’Espace géographique, Vol.45, No.2, 168-181.

Booth-Rea G., Ranero C.R., Grevemeyer I., 2018, "The Alboran volcanic-arc modulated the Messinian faunal exchange and salinity crisis", Scientific Reports, Vol.8, No.13015, 14 p.

Boulaine J., 1982, "Remarques sur quelques notions élémentaires de la pédologie", Cahiers de l’ORSTOM, Vol.19, No.1, 29-41.

Bourdier F., 1961, Le Bassin du Rhône au Quaternaire. Géologie et préhistoire, Paris, CNRS, Vol.1.

Bravard J.P., 1982, "Le barrage de Loyettes, nature ou énergie de pointe ?", Revue de géographie de Lyon, Vol.57, No.3, 287-290.

Bravard Y., 1963, Le Bas-Dauphiné. Recherches sur la morphologie d’un piedmont alpin, Grenoble, Allier.

Bridge G., 2021, "On pragmatism, assemblage and ANT: Assembling reason", Progress in Human Geography, Vol.45, No.3, 417-435.

Brunet R., 1968, Les phénomènes de discontinuité en géographie, Paris, Éditions du CNRS.

Calbérac Y., 2022, "La métaphore spatiale : pour une lecture de Michel Foucault et Yves Lacoste", EspacesTemps.net, [en ligne]. URL : https://www.espacestemps.net/en/articles/la-metaphore-spatiale%e2%80%89-pour-une-lecture-de-michel-foucault-et-yves-lacoste/.

Calenge S., 2010, "Les limites du cheminement et l'horizon du sens", Sciences humaines combinées, No.5, [en ligne]. URL : http://preo.u-bourgogne.fr/shc/index.php?id=178.

Callon M., Rip A., 1992, "Humains, non-humains : morale d’une coexistence", Autrement, série Sciences en société, No.1, 140-156.

Carroué L., Claval P., Di Méo G., Miossec A., Renard J.P., Simon L., Veyret Y., Vigneau J.P., 2002, Limites et discontinuités en géographie, Paris, SEDES.

Cattant J., 2017, "Le projet d’architecture à l’épreuve de l’horizon", in : Hanrot S. (dir.), Quels rapports entre recherche et projet dans les disciplines de l’architecture, de l’urbanisme, du paysage et du design ? Actes des Rencontres Doctorales en Architecture 2015, Marseille, ENSA-Marseille, 49-56.

Cattant J., 2013, "L’horizon matière de l’habiter", Projets de paysage, No.9, [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/paysage/12302

Cattant J., 2011, "L’horizon comme matière d’architecture", Le Journal Spéciale’Z, No.2, 34-51.

Clauzon G., 1996, "Limites de séquences et évolution géodynamique", Géomorphologie, No.1, 3-22.

Clauzon G., 1982, "Le canyon messinien du Rhône : une preuve décisive du “desiccated deep-basin model”", Bulletin de la Société Géologique de France, Vol.24, No.3, 597-610.

Collot M., 2018, "L’horizon comme structure anthropologique de la perception humaine", Fabula, [en ligne]. URL : https://www.fabula.org/atelier.php?Horizon_structure

Collot M., 1986, "Points de vue sur la perception des paysages", L’Espace géographique, Vol.15, No.3, 211-217.

Corajoud M., 2010, Le Paysage, c’est l’endroit où le ciel et la terre se touchent, Arles, Actes Sud.

Dastur F., 2016, "Phénoménologie de la surprise : horizon, projection et événement", Alter, No.24, 31-46.

De Chanay H.C., Rémi-Giraud S., 2002, "‘Espèces d’espaces’ : approche linguistique et sémiotique de la métaphore", Mots, No.68, [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/mots/7013.

Debonot M., 2020, "Versions pragmatique et herméneutique de la conflictualité interculturelle : fusion des horizons/horizon des fusions ?", in : Nicolas L., Ravat J., Wagener A. (dir.), La valeur du désaccord, Paris, Éditions de La Sorbonne, 345-357.

Deffontaines P., 1937, "Conseils pour la découverte d’un coin de nature", Bulletin de la Société de Géographie de Lille, No.6, 224-226.

Deleuze G., Guattari F., 1980, Mille plateaux, Paris, Éditions de Minuit.

Denizot G., 1952, "Le Pliocène dans la vallée du Rhône", Revue de Géographie de Lyon, Vol.27, No.4, 327-357.

Depéret C., 1895, "Aperçu sur la structure générale et l’histoire de la formation de la vallée du Rhône", Annales de Géographie, Vol.4, No.17, 432-452.

Derruau M., 1972, Précis de géomorphologie, Paris, Masson.

Di Méo G., Veyret Y., 2002, "Problématiques, enjeux théoriques et épistémologiques pour la géographie", in : Carroué L., Claval P., Di Méo G., Miossec A., Renard J.P., Simon L., Veyret Y., Vigneau J.P., Limites et discontinuités en géographie, Paris, SEDES, 5-26.

Djian A., 2018, "L’horizon et le destin de la phénoménologie", Philosophiques, Vol.45, No.2, 343-364.

Ellenberger F., 1979, "Origine et histoire du terme Horizon en Géologie et en Paléontologie. Un exemple d’éclatement sémantique", Travaux du Comité français d’Histoire de la. Géologie, [en ligne]. URL : http://www.annales.org/archives/cofrhigeo/horizon.html

Faucher D., 1927, Plaines et bassins du Rhône moyen entre Bas-Dauphiné et Provence. Étude géographique, Paris, Colin.

Flaminio S., Le Lay Y.F., 2017, "Vers la construction d’un capital environnemental par la lutte contre un projet d’aménagement ? Le barrage de Loyettes (Rhône-Alpes)", Développement durable et Territoires, Vol.8, No.3, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/developpementdurable/11882.

Fontannes F., 1882, "Note sur l’extension et la faune de la mer pliocène dans le Sud-Est de la France", Bulletin de la Société géologique de France, Vol.11, 103-141.

Foucault A., Raoult J.F., 1995, Dictionnaire de géologie, Paris, Masson.

Foucault M., 1976, "Questions à Michel Foucault sur la géographie", Hérodote, No.1, 71-85.

Gabilly J., 1976, Le Toarcien à Thouars et dans le Centre-Ouest de la France. Biostratigraphie. Evolution de la faune (Harpoceratinae, Hildoceratinae), Paris, CNRS.

Gadamer H.G., 1990 [2004], "Art et cosmologie", in : Gadamer H.G., Esquisses herméneutiques. Essais et conférences, Paris, Vrin, 225-236.

Gadamer H.G., 1987 [2005], "Romantisme, herméneutique et déconstruction", in : Gadamer H.G., L’herméneutique en rétrospective, Paris, Vrin, 161-175.

Gadamer H.G., 1960 [2005], Vérité et méthode. Les grandes lignes d’une herméneutique philosophique, Paris, Seuil.

Gagnol L., Lageiste J., Moullé F. (dir.), 2023, Penser avec les discontinuités en géographie, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Gay J.C., 2016, L’Homme et les limites, Paris, Economica.

Gay J.C., 1995, Les discontinuités spatiales, Paris, Economica.

George P., 1935, La région du Bas-Rhône. Étude de géographie régionale, Paris, Baillière.

Gibson J.J., 1979 [2014], Approche écologique de la perception visuelle, Bellevaux, Éditions Dehors.

Grangeon P., 1960, "Contribution à l’étude des terrains tertiaires, de la tectonique et du volcanisme du massif du Coiron", Travaux du Laboratoire de Géologie de la Faculté des Sciences de Grenoble, Vol.36, 143-285.

Grondin J., 2005, "La fusion des horizons. La version gadamérienne de l’adæquatio rei et intellectus ?", Archives de Philosophie, Vol.68, No.3, 401-418.

Hansen A., 2003, Post-project appraisal of a channel reconstruction on Cuneo Creek, California, Berkeley, University of California, [en ligne]. URL : https://escholarship.org/content/qt0rp8s57b/qt0rp8s57b.pdf

Hippolyte J.C., Suc J.P., Gorini C., Rubino J.L., Do Couto D., 2020, "La Méditerranée s’assèche à la fin du Messinien", in : Bouridey J. (coord.), La géologie des Bouches du Rhône. Roches et paysages remarquables, Orléans, BRGM Édition, 145-160.

Hubert J.P., 1993, La discontinuité critique. Essai sur les principes a priori de la géographie humaine, Paris, Éditions de la Sorbonne.

Humboldt de A., 1823, Essai géognostique sur le gisement des roches dans les deux hémisphères, Paris, Levrault.

Husserl E., 1939 [1970], Expérience et Jugement. Recherches en vue d’une généalogie de la logique, Paris, Presses Universitaires de France.

Husserl E., 1926 [1998], De la synthèse passive. Logique transcendantale et constitutions originaires, Grenoble, Millon.

Husserl E., 1913, [1950], Idées directrices pour une phénoménologie, Paris, Gallimard.

IZEM, 2009, L’odyssée des îlônes. Exposition itinérante sur l’imaginaire du Rhône et des inondations, Lyon, IZEM.

Jacob-Rousseau N., 2009, "Géohistoire/géo-histoire : quelles méthodes pour quel récit ?", Géocarrefour, Vol.84, No.4, 211-216.

Jauss H.R., 1978, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard.

Kaplan R., 1977, "Down by the riverside: informational factors in waterscape preference", in: USDA Forest Service, River recreation management and research, Saint Paul, General technical report NC-28, 285-289.

Kaplan R., Kaplan S., 1989, The experience of nature. A psychological perspective, Cambridge, Cambridge University Press.

Kondolf G.M., 2006, "River restoration and meanders", Ecology and Society, Vol.11, No.2, [en ligne]. URL : http://www.ecologyandsociety.org/vol11/iss2/art42/

Krahn R.D.T., 2009, Gadamer’s fusion of horizons and intercultural interpretation, Mémoire de master en philosophie, University of Guelph.

Labrue C, 2009, L’enfermement de l’habitat par la forêt : exemples du plateau de Millevaches, des Maures et des Vosges du Nord, thèse de géographie, Université de Limoges, 490 p.

Lacoste Y., 1976, "Pourquoi Hérodote ? Crise de la géographie, géographie de la crise", Hérodote, No.1, 8-69.

Lakoff G., Johnson M., 1980 [1985], Les métaphores dans la vie quotidienne, Paris, Minuit.

Lamouroux N., Olivier J.M., 2015, "Testing predictions of changes in fish abundance and community structure after flow restoration in four reaches of a large river (French Rhône)", Freshwater Biology, Vol.60, 1118-1130.

Laugier S. (dir.), 2012, Tous vulnérables ? Le care, les animaux et l’environnement, Paris, Payot.

Le Corbusier, 1946 [1963], Manière de penser l’urbanisme, Paris, Gonthier.

Le Lay Y.F., 2021, "Emotionscapes ou s’é-mou-voir des situations problématiques : l’exemple du bassin du Rhône", Géocarrefour, Vol.95, No.3, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/geocarrefour/17650

Le Lay Y.F., 2019, Emotionscapes. S’é-mou-voir des situations géographiques, Mémoire d’HDR, ENS de Lyon.

Le Lay Y.F., Comby E., 2021, "Pour une géographie des situations problématiques", Annales de Géographie, No.741, 5-29.

Le Lay Y.F., Comby E., 2012, "Habiter les îles fluviales : géographie d’un eau-delà", Géographie et cultures, No.84, 121-140.

Le Lay Y.F., Cottet M., Piégay H., Rivière-Honegger A., 2012, "Ground imagery and environmental perception: Using photo-questionnaires to evaluate river management strategies", in : Carbonneau P., Piégay H. (dir.), Fluvial remote sensing for science and management, Chichester, Wiley-Blackwell, 405-429.

Le Lay Y.F., Reymond F., Comby E., Cottet M., Lebreton C., Olivier J.M., Riquier J., 2023, "Les projets de restauration écologique en question : expérimenter un trajet d’instauration sur le fleuve Rhône avec Souriau", VertigO, Vol.23, No2, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/vertigo/41439.

Lussault M., 2021, "Spatiality First", in : Tambassi T., Tanca M. (eds.), The philosophy of geography, Berlin, Springer, 81-93.

Mandier P., 1969, "La vallée épigénique du Rhône d’Andance à Tournon, et le contact du socle avec l’avant-pays mollassique. Essai de mise au point morphologique", Revue de Géographie de Lyon, Vol.44, No.2, 117-168.

Masseport J., 1957, Le Diois, les Baronnies et leur avant-pays rhodanien. Étude morphologique, Grenoble, Allier.

Matoré G., 1962, L’espace humain, Paris, La Colombe.

Merleau-Ponty M., 1964, Le visible et l’invisible, Paris, Gallimard.

Merleau-Ponty M., 1945, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard.

Michelot J.L., 1990, "Les conflits pour l’aménagement de l’espace au confluent Ain-Rhône", Annales de géographie, Vol.99, No.555, 513-530.

Miller J.R., Ritter J.B., 1996, "An examination of the Rosgen classification of natural rivers", Catena, Vol.27, No.3-4, 295-299.

Morris C., 1964, Signification and Significance. A study of the relation of signs and values, Cambridge, The MIT Press.

Nielsen C.R., 2013, "Hearing the other’s voice: How Gadamer’s fusion of horizons and openended understanding respects the other and puts oneself in question", Otherness Essays and Studies, Vol.4, No.1, 25 p.

Ohneiser C., Florindo F., Stocchi P., Roberts A.P., DeConto R.M., Pollard D., 2015, "Antarctic glacio-eustatic contributions to late Miocene Mediterranean desiccation and reflooding", Nature Communications, Vol.6, No.8765,‎ 10 p.

Olivier J.M., Carrel G., Lamouroux N., Dole-Olivier M.J., Malard F., Bravard J.P., Piégay H., Castella E., Barthélemy C., 2022, "The Rhône River basin", in : Tockner K., Zarfl C., Robinson C.T. (eds.), Rivers of Europe, Amsterdam, Elsevier, 391-451.

Pellen R., 2016, Géodynamique et impact de la crise d'érosion et de salinité Messinienne sur les transferts sédimentaires (bassin de Valence, bassin Adriatique), thèse de Science de la Terre, Université de Bretagne Occidentale, Vol.1.

Pertierra I.X.L., 2020, "On Gadamerian hermeneutics: Fusions of horizons, dialogue, and evolution(s) within culture as dynamic system of meaning", Eidos, Vol.4, No.4, 45-62.

Ramsbotham O., 2019, "Hans-Georg Gadamer’s truth and method revisited: On the very idea of a fusion of horizons in intense, asymmetric and intractable conflicts", Journal of Dialogue Studies, Vol.7, 73-92.

Retaillé D., 2014, "De l’horizon borne à l’horizon ouvert", Bulletin de la Société Géographique de Liège, Vol.62, No.1, 7-14.

Ricoeur P., 1986, Du texte à l’action. Essais d’herméneutique, II, Paris, Seuil.

Rosgen D.L., 1996, Applied River Morphology, Pagosa Springs, Wildland hydrology Books.

Rosgen D.L., 1994, "A classification of natural rivers", Catena, Vol.22, No.3, 169-199.

Ruby C., 2002, "Hans-Georg Gadamer. L’herméneutique : description, fondation et éthique", EspacesTemps.net, [en ligne]. URL : https://www.espacestemps.net/articles/hans-georg-gadamer-lhermeneutique-description-fondation-et-ethique

Sigal J., 1982, "La stratigraphie, ses méthodes. Crise et renouveau", Travaux du Comité français d’Histoire de la. Géologie, [en ligne]. URL : http://www.annales.org/archives/cofrhigeo/stratigraphie.html

Simon A., Doyle M., Kondolf M., Shields Jr. F.D., Rhoads B., McPhillips M., 2007, "Critical evaluation of how the Rosgen classification and associated "Natural Channel Design" methods fail to integrate and quantify fluvial processes and channel response", Journal of the American Water Resources Association, Vol.43, No.5, 1117-1131.

Thierry J., 2005, "Henri TINTANT à la recherche du temps de la Terre : un demi-siècle de réflexions stratigraphiques appliquées au système Jurassique", La Revue Scientifique Bourgogne-Nature, No.2, 67-74.

Vallaux C., 1929, Les sciences géographiques, Paris, Alcan.

Vessey D., 2009, "Gadamer and the fusion of horizons", International Journal of Philosophical Studies, Vol.17, No.4, 531-542.

Veyret P., 1945, Les pays de la Moyenne Durance alpestre (Bas Embrunais, Pays de Seyne, Gapençais, Bas Bochaine). Étude géographique, Grenoble, Arthaud.

Vilhauer M., 2009, "Beyond the ‘fusion of horizons’. Gadamer’s notion of understanding as ‘play’", Philosophy Today, winter, 359-364.

Weller J.M., 1960, Stratigraphic principles and practice, New York, Harper.

Haut de page

Notes

1 Le Néogène est la deuxième période géologique du Cénozoïque (23,03-2,58 Ma). Succédant au Paléogène, elle est divisée en deux époques, celles du Miocène et du Pliocène.

2 Le Messinien est le dernier étage du Miocène (7,25-5,33 Ma).

3 Le tracé du Rhône pré-pliocène était moins bien connu qu’aujourd'hui, si bien que le Rhône était parfois représenté comme une succession de cuvettes séparées par des seuils (Faucher, 1927 ; Denizot, 1952).

4 La hardiesse de l’hypothèse de Denizot est telle que beaucoup d’auteurs ne l’ont pas soutenue. Par exemple, Bourdier (1961) la trouvait inutilement "catastrophique" pour expliquer les différences constatées entre les faunes marines du Miocène et du Pliocène dans la vallée du Rhône. "Nous ne pouvons pas souscrire à la conception de G. Denizot [...] imaginant une brusque ouverture du détroit de Gibraltar, les flots de l’Océan se précipitant dans la cuvette desséchée de la Méditerranée, la remplissant presque instantanément et noyant sous plusieurs centaines de mètres d’eau l’ancien cours du Rhône pontien" (Bourdier, 1961, p.235).

5 Gypse, halite, anhydrite et sels de potassium et de magnésium.

6 Des informations concourantes et des hypothèses concurrentes ont été publiées, comme la formation d’un arc volcanique à l’est du détroit de Gibraltar (Booth-Rea et al., 2018) ou la remontée du fond marin par isostasie (Ohneiser et al., 2015).

7 Le Zancléen est le premier étage du Pliocène (5,33-3,6 Ma).

8 Une lône désigne un bras secondaire du cours d’eau.

9 Une espèce rhéophile préfère les eaux courantes.

10 Le Monde, 1er juillet 1982.

11 Le projet de prolongation de la concession du Rhône ainsi que les documents relatifs à la concertation sont disponibles à cette adresse : https://www.prolongation-rhone.fr/.

12 À partir de 2018, la gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations (GEMAPI) est une compétence confiée aux établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Trois acceptions de la métaphore de l’horizon pour mieux comprendre les situations problématiques
Crédits Adapté à partir de Le Lay, 2021
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40781/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 2 : La ria pliocène du Rhône dans son cadre géologique
Crédits D’après Ballésio, 1971 ; Clauzon, 1982 ; Hippolyte et al., 2020
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40781/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Titre Figure 3 : Bac à chaîne de la réserve naturelle de l’île de la Platière
Légende Légende : Ce bac permet de traverser la lône et d’accéder à l’île des Graviers (secteur du Péage-de-Roussillon). Mieux qu’une passerelle, le bac répond au besoin que les visiteurs ressentent d’accéder à l’île, tout en en régulant le nombre.
Crédits Y.F. Le Lay, avril 2022
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40781/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves-François Le Lay, « Les horizons de la géographie : une métaphore pour comprendre les situations problématiques ? », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 1058, mis en ligne le 17 janvier 2024, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/40781 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.40781

Haut de page

Auteur

Yves-François Le Lay

Professeur des Universités, ENS de Lyon, Environnement Ville Société, UMR 5600, France : yves-francois.le-lay[at]ens-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search