Navigation – Plan du site

AccueilVie ScientifiqueRevue de livres2024Rémi Rouault, Patrice Caro, 2022,...

2024

Rémi Rouault, Patrice Caro, 2022, Éducation et fractures scolaires. Questions de géographes à propos de l’école, Lyon, Chronique Sociale, 161 p.

Guilhem Labinal

Texte intégral

  • 1 Tous les deux rattachés à l’Université de Caen Normandie, UMR 6590 Espaces et Sociétés – ESO.

1C’est parce qu’ils ont questionné l’école en géographes que Rémi Rouault et Patrice Caro1 ont été en mesure de proposer cet ouvrage, précieux et nécessaire, pour analyser la situation socio-spatiale de l’école française. Et c’est parce qu’ils s’appuient sur un matériau riche de données récentes aux échelles nationale, académique et départementale qu’ils restituent la multiplicité des enjeux posés par les questions scolaires et les inégalités du système éducatif.

2Contribuant au renouvellement d’une géographie francophone de l’éducation dynamisée, depuis peu, par la publication d’un livre portant sur les espaces et les systèmes éducatifs dans le monde (Giband, Delage, Mary, Nafaa, 2023), l’étude présentée au fil des 161 pages de l’ouvrage sur le cas français, clairement rédigée par Rémi Rouault et Patrice Caro, est structurée en 8 chapitres. Ceux-ci évoquent les lieux, les espaces quotidiens et locaux de l’éducation (chapitres 1 à 3) puis les leviers et les acteurs clés de l’éducation (la question des moyens dans le chapitre 4, celle de la place et du rôle des parents dans le chapitre 5), avant d’examiner la diversité des enjeux auxquels l’école est aujourd’hui confrontée (les rapports de domination et de genre dans le chapitre 6, les inégalités socio-spatiales dans le chapitre 7, les questions "en suspens" dans le chapitre 8, dont celle de l’inclusion). Les auteurs abandonnent au lecteur la possibilité de reconstituer l’ossature du texte à défaut d’y trouver des parties pour la mettre en lumière, mais le cheminement qui lui est proposé trouve sa pertinence dans sa capacité à dépeindre la complexité des lieux, des échelles, des acteurs et des problématiques inhérentes à l’étude géographique de l’espace scolaire et éducatif français. Si la logique du parcours proposé, brièvement décrite dans l’ouvrage (p.21), témoigne de l’ordre et de la progressivité du raisonnement développé par les deux géographes, la thématisation permet au lecteur qui le souhaite de s’éloigner d’une lecture linéaire pour appréhender les chapitres de manière circulatoire.

3On apprécie les réflexions essentielles et statistiquement étayées des auteurs sur la gamme de facteurs susceptibles de nourrir les disparités socio-spatiales de notre système éducatif. Le va-et-vient reliant l’individu et l’espace de la sphère familiale aux logiques institutionnelles offre, en effet, une analyse multiscalaire de ce qui fonde les inégalités scolaires. Sans être exhaustif ici avec cette restitution sélective, le lecteur découvre utilement les types de relations entretenues, avec l’école, par les parents d’élèves (la typologie illustrée à la page 32 est à cet égard éclairante). Il prend connaissance du détail de l’offre scolaire (présence des écoles et des établissements secondaires dans les communes françaises, nombre d’écoles et de classes en France) et de la répartition spatiale des établissements dans le chapitre 2. Il saisit l’irrégularité du maillage des établissements d’enseignement public et privé, que les auteurs illustrent à l’appui de graphiques originaux et de cartes inédites. Il découvre, dans le chapitre 3, la manière dont l’école, publique ou privée, s’adapte aux particularités locales pour proposer des formations liées aux spécificités de l’activité économique dans tel ou tel territoire, pour répondre à l’attachement des familles à l’enseignement religieux ou à l’apprentissage d’une langue régionale. Il comprend en outre comment se créent des contextes locaux – du fait des spécialités des classes de première et de terminale notamment – et comment s’organisent les établissements dans les territoires d’outre-mer. Ce faisant et en questionnant une éventuelle adaptation de l’école au contexte socioéconomique et socioculturel, il mesure l’importance de l’orientation des jeunes des quartiers prioritaires vers les seconds cycles professionnels. La différenciation des situations qui, au fil de la lecture, permet de prendre conscience des fractures, trouve un écho dans le chapitre 4 qui porte sur la répartition des moyens alloués, en France, à l’éducation. Un chapitre d’autant plus pertinent qu’il distingue les écarts entre les cycles d’enseignement et n’élude pas les sujets plus sensibles, tels ceux relatifs aux ressources humaines dans les établissements (celui de l’inégale répartition des enseignants selon leur statut ou leur expérience notamment).

4Au-delà de la rigueur de la documentation proposée, à l’instar de celle mobilisée dans le chapitre 5 qui interroge la manière dont les parents sont susceptibles d’influer sur la carte scolaire (équipement des communes en collèges, changement de secteurs, stratégies parentales et mobilités croisées en public et privé, fuite des établissements de l’éducation prioritaire, etc.), le mérite des deux géographes tient à l’adoption d’une posture réflexive et critique qui les conduit à souligner, régulièrement dans l’ouvrage, les difficultés posées par les comparaisons réalisées à l’appui des données. En témoignent par exemple les limites imposées à l’étude des dépenses d’éducation tant les situations contextuelles sont diverses (chapitre 2). Leurs descriptions n’en sont pas moins précises et leurs analyses efficaces car ils montrent, en étudiant divers indicateurs, la persistance des hiérarchies et la puissance des inégalités territoriales : le déploiement des NTIC atteste, plus particulièrement, de la faiblesse des équipements dans certaines académies – celles d’outremers, à l’exception de la Réunion, ou de Créteil – quand d’autres bénéficient d’une situation vraiment incomparable (80 % des établissements bénéficient du haut débit à Paris, mais aucun à Mayotte, p.85). Ce type de constat illustre, aisément, l’utilité d’une diffusion des données disponibles et trop souvent inaccessibles ou obtenues de manière sinon discrétionnaire, du moins dérogatoire. Les mettre à disposition des chercheurs et des citoyens reste indispensable mais, pour l’heure et ainsi que le soulignent les deux auteurs, beaucoup d’éléments leur échappent.

5Rémi Rouault et Patrice Caro admettent ne pas couvrir "l’ensemble des faits scolaires et éducatifs qui permettraient de mieux comprendre le fonctionnement de l’École et les inégalités qui en résultent" (p.121). On le comprend volontiers même si on peut regretter, dans le chapitre 7 consacré à la manière dont l’école contribue à la reproduction sociale, qu’ils se soient limités à une seule allusion à l’éducation à domicile. Celle-ci est envisagée brièvement au prisme de l’entre-soi scolaire entretenu par des classes moyennes et supérieures (p.106) mais cette affirmation, difficilement réfutable, peut toutefois être nuancée grâce aux travaux spécialisés sur le Homeschooling qui rendent compte de la complexité des motivations justifiant, en France, les décisions des familles (le harcèlement, les refus scolaires anxieux, les besoins éducatifs spécifiques, etc. ; Bongrand, 2021, p.33-34). On pourrait aussi mentionner, pour certains thèmes, une apparition réduite des apports de la sociologie ou des sciences de l’éducation (sur la parentalité et la co-éducation dans le chapitre 5 ou sur la dimension genrée des espaces scolaires dans le chapitre 6 plus particulièrement). Enfin, on pourrait signaler la dimension cumulative du septième chapitre qui prend en charge, dans des sections intéressantes au demeurant, tout à la fois la question de la fratrie, du handicap, des lycées militaires, des maisons d’éducation de la légion d’honneur, de la vie en foyer de l’Aide sociale à l’enfance, de la vie associative et culturelle des élèves au sein des établissements ou encore des cours particuliers et du soutien scolaire. Néanmoins, la critique est discutable tant il est difficile de rendre compte de la pluralité des questions abordées, ici, dans leur dimension spatiale alors que cette dernière est très souvent évacuée des discussions sur l’école et l’éducation. Accepter le caractère composite de certains passages est une concession nécessaire pour embrasser une grande diversité d’enjeux dans un livre synthétique et dont l’intérêt est de dresser, avec une rigueur remarquable, un tableau réunissant minutieusement des données éclatées et, pour certaines d’entre elles, difficilement accessibles. La qualité des restitutions réalisées, comme celle de l’articulation, par les auteurs, de différents registres d’analyse ou la clarté de leurs illustrations attestent, à eux seuls, de la réussite du projet. Elle leur permet de conclure que "l’origine sociale des élèves reste le facteur explicatif principal des différences de cursus, de parcours et de réussite", en ajoutant plus loin que les "conditions de scolarisation des enfants restent fortement tributaires de lieux de résidence des parents qui eux-mêmes sont déterminés par le niveau de revenu des familles" (p.144-145). Et ce, alors que les parents aisés ou informés sont davantage en mesure de choisir les parcours permettant, à leurs enfants, de ne pas subir de déclassement.

6On conseille volontiers, donc, la lecture de cet ouvrage qui faisait défaut aux enseignants, aux professionnels et aux citoyens soucieux de s’informer et de mettre en perspective les discours répandus sur l’école, son fonctionnement et ses moyens. Au reste, le livre tient en réserve bien des leçons pour le géographe qui trouve, dans ses pages, matière à étayer sa réflexion sur les questions liées à l’éducation et à ses inégalités.

Haut de page

Bibliographie

Bongrand P., 2021, "L’instruction en famille au risque de la connaissance – et réciproquement", CNRS, La lettre de I’InSHS, No.72, 33-34.

Giband D., Delage A. Mary K., Nafaa N., 2023, Géographie de l'éducation - Concepts, enjeux et territoires, Armand Colin, 232 p.

Haut de page

Notes

1 Tous les deux rattachés à l’Université de Caen Normandie, UMR 6590 Espaces et Sociétés – ESO.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guilhem Labinal, « Rémi Rouault, Patrice Caro, 2022, Éducation et fractures scolaires. Questions de géographes à propos de l’école, Lyon, Chronique Sociale, 161 p. », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 30 janvier 2024, consulté le 03 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/40822 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.40822

Haut de page

Auteur

Guilhem Labinal

CY Cergy Paris Université, INSPÉ de l’académie de Versailles, Laboratoire ÉMA (École, Mutations, Apprentissages), chercheur associé à l’UMR 8504 Géographie-cités, équipe É.H.GO
guilhem.labinal[at]cyu.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search