Navigation – Plan du site

AccueilVie ScientifiqueRevue de livres2024Georges Courade, 2023, "Comme le ...

2024

Georges Courade, 2023, "Comme le fleuve, la vérité se perd dans le désert". Faire de la recherche dans les Afriques en décolonisation, Paris, Les Indes savantes, 151 p.

Marie-Claire Robic

Texte intégral

  • 1 L’ORSTOM, acronyme de l’Office de la recherche scientifique et technique d’Outre-Mer, a été créé en (...)

1Dans ce petit livre interrogeant sur un mode personnel les modalités de la recherche en Afrique subsaharienne entre les décennies 1960 et 2010, Georges Courade mène un projet devenu assez commun dans le monde de la géographie, l’égohistoire. Mais c’est un projet exigeant, visant à reconstituer la vérité d’un parcours scientifique, vérité pour soi, par rapport aux enjeux successivement formulés par l’institution de recherche "pour le développement" et en termes d’effets sur les sociétés étudiées. Ce récit de vie vise aussi à retracer une "aventure collective" menée par une "génération 1962-1968" dans le cadre d’une recherche finalisée au sein de l’ORSTOM puis de l’IRD1. Mais surtout, il s’agit d’une autofiction, une analyse réflexive menée en fin de carrière sous le truchement du personnage de Basile Costal.

2Le récit se déroule en dix chapitres. Les six premiers portent sur les débuts et sur le background du chercheur, encadrés par son "baptême" dans un coin peu connu de l’Afrique, le Cameroun anglophone, et par l’interprétation qu’il a tenté de donner au canon méthodologique français de la géographie tropicale. D’abord, donc, l’initiation au terrain, un peu sans filet. Puis des retours sur l’origine sociale du chercheur : une famille pauvre de paysans béarnais piégée par la modernisation agricole d’après-guerre, dans un milieu local étroit, et l’ascension sociale par l’école républicaine ; la liberté, les découvertes et les gaucheries d’un non-héritier à l’université de Bordeaux, son entrée à l’ORSTOM comme élève-chercheur en 1967, sa participation à mai 68 en sympathisant puis à la contestation du mandarinat, vite réprimée (il est vrai que pendant les années 1970, plusieurs articles accueillis dans les nouvelles revues de débat qu’étaient L’Espace géographique et Hérodote ont été publiés, par précaution, sous couvert d’un "Collectif" ou d’un pseudonyme).

3Les chapitres suivants restituent les pratiques du géographe sur son terrain. Sont alors abordées ses pratiques savantes, encadrées fermement par les prescriptions et les modèles de référence de l’institution (un métier modeste, fondé sur l’inventaire et la vérité-terrain), mais aussi lestés par des idéologies ou par des représentations diffuses tel l’afropessimisme, et tiraillées entre tropicalisme et tiers-mondisme. Puis la rétrospection voit le chercheur avancé, toujours en sympathie avec les paysanneries qu’il étudie, gagner un peu de marge de manœuvre, tentant de définir ses propres "problèmes critiques du développement" (la sécurité alimentaire, l’éducation, la justice sociale), et réussissant à construire un partenariat collectif in situ qui a permis l’éclosion "sous haute tension" d’une petite cohorte de chercheurs camerounais. L’analyse réflexive restitue aussi les hauts et bas de la vie quotidienne privée et professionnelle, les habitudes d’expatriés et de coopérants, solitaires ou en famille, et "une vie “de Blanc”" assignée à des relations sociales et de genre asymétriques, dans un "chaudron racialisé", et que Basile a vécue en "passager clandestin où qu’il fût".

4Le ton monte d’un cran, un certain désarroi se profile dans les chapitres finaux qui retracent sur le temps long les dessous de l’encadrement du développement, les objectifs officiels et souterrains de la politique française de recherche, ses scansions dans le temps au fil de la montée de l’humanitaire et du néolibéralisme dans un espace mondialisé. Il y déploie la verve critique qui parcourt l’ensemble du livre, entre passé et présent, scrutateur attentif et sourcilleux de l’époque contemporaine.

5Au début du XXIe siècle, sorti de l’institution, installé en France, devenu chercheur indépendant, "[q]ue Basile pouvait-il penser du monde après avoir partagé le sentiment anticolonial et tiers-mondiste, vécu de près le triomphe de l’économie de marché et de l’humanitaire, senti venir l’écologisme politique et observer [sic] l’État français peiner à faire nation ?". L’épilogue esquisse un diagnostic de "pessimiste actif" : conscience de nouveaux enjeux globaux en matière d’environnement, doute sur le devenir collectif du monde, foi en la capacité d’émancipation des Africains et appel, ici et ailleurs, à la "décolonisation mémorielle" ; il en appelle aussi, sans doute, aux vertus de l’exercice d’une "formation à la recherche et à la pensée critique" qui semble avoir été constitutive de son éthique de scientifique.

  • 2 La liste nominative de personnes mêle ainsi des hommes politiques, qui dominent le panel (en italiq (...)

6On apprend beaucoup au long de cette chronique sur les espaces-temps intellectuels, sociaux et politiques qui entrent en résonance au long d’un tel parcours de vie. Certes le ou la non-initié(e) à la recherche française sur le développement en coopération pourrait se trouver égaré(e), au cours de ces péripéties africaines, françafricaines, internationales puis mondialisées, dans ce que l’on pourrait appeler, en parodiant le titre, les bras anastomosés d’un fleuve exotique. C’est compter sans la facture métissée du livre qui, jouant de multiples registres, intrigue et accroche. Le rédacteur avoue son choix d’une langue qui combine l’idiome du "terrain" à celui des sciences sociales et à des parlers et proverbes subsahariens ; mais c’est la variété des écritures, la richesse des mises en scène du texte et les mélanges de genres qui confèrent au livre sa puissance. Le choix d’un pseudonyme, Basile Costal, s’accompagne ainsi de la requalification expressive d’institutions de référence, tels le Comptoir des Inventaires (CDI), le Bureau de la Science du Développement et l’Observatoire de l’Ajustement ; d’autres agences, telle la Banque mondiale, figurent en majesté. Les parties liminaires manifestent le plus pur professionnalisme, et des hybridations. En ouverture, un avant-propos et une biographie de Basile dans son contexte, ainsi qu’un avertissement, calent didactiquement le récit de vie qui suit. Un résumé synthétique, suivi par plusieurs épigraphes éclectiques, introduit chaque chapitre. Le comble de ce travail rédactionnel "pro" réside dans l’apparat final qui comprend quatre pages de sources établies chapitre par chapitre, un triple Index de dix pages – géographique, nominatif et thématique – distinguant en gras les termes-clés, soit respectivement 37, 25 et 80 entrées principales, dont l’analyse ne manque pas d’intérêt2. Ce professionnalisme de scientifique s’exprime aussi par l’insertion de photographies et de cartes originales thématiques, représentant "le Cameroun de Basile (1969-2005)" et "les territoires de Basile dans les pays de l’Adour", qui ne semblent omettre aucun des toponymes cités dans le texte, ni l’au-delà des frontières. On ne peut ignorer, enfin, l’ultime page éditoriale produisant la "Sélection de livres du même auteur", qui exhibe le nom de l’Auteur, comme l’a fait, avant même le bouclage de l’opuscule par la Table des matières, le recensement des "documents et sites consultés". Ainsi se scelle le "pacte autobiographique" qui, selon les spécialistes (Baudelle, 2020), caractérise les "écritures de soi".

7Le profond charme du livre tient au choix de l’autofiction, qui permet à l’auteur d’exhiber vie et origines, d’avouer des tâtonnements, de déclarer ses doutes et désillusions, de se targuer d’inventions – des "bricolages" – et d’oser se vanter des (quelques) réussites qu’il a conduites à bas bruit en chercheur sous contrôle puis menées de façon de plus en plus libre et militante, mais dans la perplexité.

8Ce charme tient aussi à sa façon de reconstruire une "vie savante", selon l’expression de l’anthropologue Nicolas Adell (2022), qui attend moins d’une biographie scientifique la recherche de "l’unité fondamentale d’une existence" que "le travail d’unification de soi et comment sont repérées, depuis le présent professionnel, les “charnières” qui actionnent l’unité de la personne" : il en appelle aux "coupures, sutures et vies rêvées" qui composeraient en général une biographie, dans un certain "écart […] entre la personne intime du savant et le producteur de savoirs […], entre la vie privée et la vie de laboratoire [versus terrain]" (p.12, 18 et 25). Or ici, point de vocation initiale de géographe ou de chercheur ; point non plus de fascination d’enfant pour l’ailleurs. La tension du récit puise dans le repérage de fractionnements, de ruptures ou de fractures de soi, dans le sentiment récurrent d’étrangeté au monde et dans les analyses des quelques sutures, justement, sur lesquelles reposerait le continuum individuel du personnage (tel, pour ne prendre qu’un exemple, le thème de la "fin des paysans" qui relie la famille béarnaise et les sociétés africaines).

9On regrette, avec l’auteur, que les parcours de ce qui serait une "génération 1962-1968" se soient déroulés dans un cadre hexagonal, riche en débats, certes, mais qui sont restés confinés, sauf exception, dans une sphère francophone, et longtemps au sein d’une "bulle tropicale". On se prend à se demander si cette bulle n’a pas été opacifiée par le vocable du Tiers-Monde et par un "patronage" corporatiste, celui de Pierre Gourou, personnage complexe et discuté, mais que seuls des auteurs anglophones ont vraiment radiographié (Bowd, Clayton, 2019), avec leur outillage critique propre. Quant au "développement", fût-il "durable", le terme ne relevait-il pas d’emblée de l’intervention économique internationale d’après-guerre, en particulier par le Plan Marshall et son programme conduit par l’ECA (Economic Cooperation Administration for the Development of the Dependant Overseas Territories) ?

10Ce livre invite alors à relancer des conversations sur l’histoire récente et sur l’actualité du XXIe siècle : "Que peut la géographie, que pouvait-elle pour rendre le monde meilleur ?" se demande l’auteur. Il n’est pas trop tard, avec de nouvelles générations et l’inscription de la recherche dans un champ scientifique presque obligatoirement interdisciplinaire et international, pour débattre à nouveaux frais de cette longue histoire scientifique et politique de la décolonisation, de la dépendance et du développement.

11Voici une très belle réalisation éditoriale et, surtout, une vraie réussite.

Haut de page

Bibliographie

Baudelle Y., 2020, "Le nom de l’auteur dans son texte (autobiographie et autofiction)", Études françaises, Presses de l’Université de Montréal, Vol.56, No.2, [en ligne]. URL : https://id.erudit.org/iderudit/1075544ar

Adell N., 2022, La Vie savante. La question biographique dans les sciences humaines, Presses universitaires de France.

Bowd G., Clayton D., 2019, Impure and Worldly Geography. Pierre Gourou and Tropicality, Routledge.

Haut de page

Notes

1 L’ORSTOM, acronyme de l’Office de la recherche scientifique et technique d’Outre-Mer, a été créé en 1953, réintitulé Institut de recherche scientifique et technique pour le développement en coopération en 1984, sans changement d’acronyme, puis transformé en Institut de recherche pour le développement (IRD) en 1998. Créé sur le papier en novembre 1942, l’organisme a été constitué réellement par une loi d’octobre 1943 et rattaché au ministère des Colonies ; depuis 1949, il a dépendu à la fois du ministère en charge de la recherche et de celui des Affaires étrangères (je remercie Frédéric Thomas de m’avoir précisé ces points naguère).

2 La liste nominative de personnes mêle ainsi des hommes politiques, qui dominent le panel (en italiques ici), des savants et autres : soit les noms des dirigeants camerounais (Ahidja et Biya), en tête par le nombre de pages où ils figurent (8), puis Gourou (4), Charbonnneau, Chirac, Foccart (3), Bourdieu, Camdessus, Dumont (2), Borlang, Curien, Mendras, Tandeng Muma Salomon (1).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Claire Robic, « Georges Courade, 2023, "Comme le fleuve, la vérité se perd dans le désert". Faire de la recherche dans les Afriques en décolonisation, Paris, Les Indes savantes, 151 p. », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 19 février 2024, consulté le 22 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/40845 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.40845

Haut de page

Auteur

Marie-Claire Robic

Associée à l’équipe EHGO, UMR Géographie-cités (UMR 8504)
mcr[at]parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search