Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesEnvironnement, Nature, Paysage2024Déforestation au nord du Bénin : ...

2024
1061

Déforestation au nord du Bénin : un éclairage par des enquêtes communautaires

Understanding Deforestation Dynamics in Northern Benin: Insights from Community Inquiry
Deforestación en el norte de Benín: perspectivas a partir de encuestas comunitarias
Rodrigue Houessè et Catherine Mering

Résumés

Cet article part du constat d'une hétérogénéité spatio-temporelle de la déforestation dans le nord du Bénin au cours des quatre dernières décennies. Pour explorer les raisons sous-jacentes de ces disparités spatiales, nous avons mené une enquête approfondie auprès des résidents des territoires où le couvert ligneux a connu des évolutions s’écartant sensiblement de la tendance régionale. En utilisant des méthodes statistiques textuelles, notre analyse de ces entretiens a fourni des perspectives plus approfondies sur les nuances locales spécifiques dans les perceptions de la population concernant les transformations environnementales en cours au sein de leurs territoires. Nos enquêtes ont également mis en évidence une aggravation des inégalités sociales et foncières qui touche l’ensemble de la région. La poursuite de la déforestation au Nord du Bénin ainsi que le sentiment de vulnérabilité économique et sociale exprimé par les populations interrogées trouvent un écho à des situations déjà observées dans plusieurs autres régions rurales d’Afrique de l’Ouest.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le programme REDD (Réduction des émissions à effet de serre dues à la déforestation et à la dégrada (...)

1Dans un contexte où, depuis un demi-siècle, à l’initiative des Nations Unies, plusieurs sommets de la Terre se sont succédés à l’issue desquels la communauté internationale s’est engagée à promouvoir des initiatives en faveur de la protection de l’environnement, de la lutte contre la perte de biodiversité et le dérèglement climatique, des scientifiques de plusieurs disciplines se sont attachés à analyser les processus de déforestation dans les pays du sud (Laurance, 1999 ; Rudel et al., 2009). De nombreuses études ont été menées au sein des régions les plus concernées par le phénomène, qu’il s’agisse de l’Amérique latine (McCracken et al., 1999 ; Vieira et al., 2008), de l’Asie (Déry, 1996 ; Chowdhury, 2006 ; Achard et al., 2007) ou de l’Afrique (Fairehead, Leach, 2003 ; Legesse et al., 2019). De plus, la nécessité d’un suivi systématique de la déforestation comme participant à l’augmentation des émissions des gaz à effets de serre a été affirmée à l’échelle internationale par le lancement en 2008 du programme REDD1 (Tsayem Demaze, 2010).

2Au-delà de la mesure de ce processus, il est impératif d’en étudier les moteurs. Ainsi, Allen et Barnes (1985), Auclair (2004), Myers (1987), Codjoe (2007) ont mis plus particulièrement en avant le rôle de la croissance démographique dans les pays du sud, tandis que Tabutin et Thildgès (1992), Scouvart et Lambin (2006), Bourgeron et al. (2009), Binder et al. (2013) ont apporté des nuances à ce point de vue grâce à une approche par les socio-écosystèmes qui permet une meilleure compréhension des changements socio-environnementaux en cours dans ces pays, et dont la déforestation ne serait que l’une des résultantes les plus visibles.

3À l’instar d’autres régions d’Afrique de l’Ouest qui ont connu un grand nombre de changements au cours de ces dernières décennies, qu’ils soient d’ordre économique, socio-démographique, politique ou climatique (Le Barbé et al., 2002 ; Chaléard, 2010 ; Bidou et al., 2013 ; San Emeterio et al., 2013 ; Alexandre, Mering, 2018) et qui ont eu pour effet de modifier de façon importante l’occupation et l’utilisation des sols, le Nord du Bénin, région traversée par le gradient climatique soudano-sahélien et soudanien et bénéficiant de nombreuses aires protégées (figure 1) subit depuis plusieurs décennies un recul important de sa couverture ligneuse (Orékan, 2008 ; Mama et al., 2014 ; Agbanou et al., 2018). Le premier objectif de ce travail a été de mettre en évidence l’évolution de la couverture ligneuse au Nord du Bénin depuis la fin des années 1970 ainsi que l’hétérogénéité spatiale de ce processus.

4L’agriculture constitue la principale activité économique pratiquée au Nord du Bénin, région essentiellement rurale, et occupe une place primordiale dans l’économie familiale (Faostat, 2015). Elle repose sur des systèmes de production traditionnellement extensifs (main-d’œuvre familiale, jachère et conquête de nouvelles terres par brûlis) ou intensifs comme dans le bassin cotonnier avec l’usage d’engrais chimiques et la pratique de culture par attelage (Houessè, Mering, 2021). À la culture du coton, concentrée au nord de la région, sont associées les cultures vivrières et marchandes dont les plus importantes sont l’igname, le manioc, le maïs et le sorgho, qui assurent la bonne marche du système alimentaire béninois (Igué, 1999). Les activités pastorales, essentiellement de type transhumant, sont également très développées avec un cheptel national en forte croissance (ANOPER-Bénin, 2015). La déforestation qui a principalement touché le nord, le centre et l’est de la région, a pu être expliquée non seulement par une forte croissance démographique mais également par l’essor de la culture du coton et l’intensification d’une agriculture vivrière fondée sur l’utilisation d’intrants et sur le trait animal qui l’ont accompagnée (Bidou et al., 2018 ; Houessè, 2021).

Figure 1 : Localisation de la zone d’étude et les 4 zones climatiques du Nord du Bénin

Figure 1 : Localisation de la zone d’étude et les 4 zones climatiques du Nord du Bénin

Houessè, Mering, 2023

5Cependant, dans les territoires situés à l’ouest et au sud de la région étudiée, l’évolution du couvert ligneux ne peut être expliquée par la seule prise en compte de conditions climatiques, de la pression démographique ni par celle des systèmes agricoles qui y prévalent. Le deuxième objectif de ce travail a donc été de comprendre en quoi les pratiques et les perceptions des populations vivant dans ces territoires permettaient d’expliquer de telles différences. C’est dans cette perspective qu’ont été menés auprès de leurs habitants une série d’entretiens, afin de mieux connaître leur point de vue sur les changements qu’ils avaient observés dans leur environnement au cours des dernières décennies ainsi que sur leurs causes.

6Le troisième objectif de ce travail est de montrer en quoi les discours recueillis lors des entretiens entraient en résonnance avec des situations déjà rencontrées au cours d’enquêtes menées dans d’autres régions rurales d’Afrique de l’Ouest.

Un recul quasi-général du couvert ligneux

7Le suivi des changements de l’occupation des sols, en particulier celui de la déforestation, est classiquement effectué à l’échelle régionale et locale à partir de la Télédétection et de la Géomatique (Tucker, Townshend, 2000 ; Mas et al., 2004 ; Musumba Teso, Katcho, 2019 ; Legesse et al., 2019 ; Negassa et al., 2020 ; Nduka et al., 2022 ; Wingate et al., 2022). Ainsi, c’est en exploitant des séries temporelles d’images satellites durant une période allant de la fin des années 1970 à 2018 qu’a été effectuée l’analyse de l’évolution du couvert ligneux au Nord du Bénin lors des quatre dernières décennies.

Suivi du couvert ligneux par Télédétection

8Pour évaluer les différents niveaux de déforestation au Nord du Bénin, une série temporelle d’images Landsat a été analysée (tableau 1) dans le but de produire une cartographie de la densité du couvert ligneux et de son évolution spatio-temporelle au cours d’une période allant de la fin des années 1970 à 2018. Afin d’éviter les erreurs induites par les variations saisonnières de la couverture végétale, les prises de vues ont été choisies à des dates correspondant à la saison sèche (décembre, janvier ou février) et dans des conditions où les effets atmosphériques, comme la couverture nuageuse, étaient réduits afin de pouvoir mettre aisément en évidence les contrastes radiométriques entre les différentes catégories d’occupation du sol. Les différents niveaux de densité de couverture ligneuse qui ont pu être détectés sur les images Landsat ont permis d’opérer une classification qui va de la forêt dense aux sols nus en passant par la savane dense, la savane ouverte et la végétation ouverte sur sols nus (Andrieu, Mering, 2008). Ces cinq niveaux de densité ligneuse sont représentés sur les cartes d’occupation du sol de 1979, 1992, 2002 et de 2018 (figure 2).

Figure 2 : Occupation du sol par les ligneux au Nord du Bénin en 2018

Figure 2 : Occupation du sol par les ligneux au Nord du Bénin en 2018

Sources : Landsat 1979, 1992, 2002 et 2018

Houessè, Mering, 2023

Tableau 1 : Sélection des images issues des différents capteurs Landsat avec les dates de prises de vue

Capteur MSS

1976-1979

Capteur TM

1991-1992

Capteur ETM+

2002-2003

Capteur OLI_TIRS 2017-2018

03/02/1979 path 206 : scènes 52 ; 53 ; 54

27/12/1991 path 191 : scènes 52 ; 53, 54

13/01/2003 path 191 : scènes 52 ; 53

29/12/2017 path 191 : scènes 52 ; 53 

26/01/1979 path 207 : scènes 53 ; 54

03/01/1991 path 192 : scènes 52 ; 53 ; 54

04/01/2003 path 192 : scènes 52 ; 53 ; 54

21/01/2018 path 192 : scènes 52 ; 53 ; 54

15/01/1976 path 207 : scènes 52 

14/12/1992 path 193 : scènes 52 ; 53

26/12/2002 path 193 : scènes 52 ; 53

12/01/2018 path 193 : scènes 52 ; 53

Sources : https://earthexplorer.usgs.gov/​

Houessè, 2021

À l’échelle communale : des évolutions contrastées

9Le Nord du Bénin est composé de quatre départements que sont l’Atacora, la Donga, l’Alibori et le Borgou (figure 1), subdivisés en 27 communes. Il se trouve qu’au Bénin, l’échelle communale est le niveau territorial le plus fin qui donne accès à la fois aux données de recensement, aux informations sur les productions agricoles et aux indicateurs sur la vulnérabilité des populations. Ainsi, c’est par le biais d’une analyse multicritères à l’échelle communale, prenant en compte à la fois l’évolution du couvert ligneux au cours des dernières décennies, celle de la population et des productions agricoles, qu’a été élaborée une typologie de quatre types de socio-écosystèmes au Nord du Bénin que sont : le bassin cotonnier (au nord), les anciens foyers de peuplement (à l’ouest), les fronts de l’agriculture vivrière (au centre et à l’est) et les nouveaux fronts pionniers (au sud) (Houessè, Mering, 2021).

  • 2 Au sein des communes ont été retranchées les superficies des aires protégées dans la mesure où les (...)

10Afin de mettre en regard l’évolution de la couverture ligneuse avec ces socio-écosystèmes, les informations sur l’occupation du sol issues de l’analyse des images satellites ont été agrégées à l’échelle des communes. C’est ainsi qu’a été constitué un tableau de 27 lignes correspondant aux 27 communes du Nord du Bénin et 20 colonnes correspondant aux pourcentages de superficie occupés par chacune des cinq catégories d’occupation du sol au sein de chaque commune2 pour chacune des quatre années considérées (1979, 1992, 2002 et 2018). Afin de faciliter l’interprétation des résultats de la classification et la lisibilité des cartes qui en sont issues, le nombre de classes d’occupation du sol pour chaque année a été limité à cinq, en regroupant les classes de sols nus et aux végétations très ouvertes qui reflètent à elles deux les surfaces récemment défrichées. Une classification ascendante hiérarchique reposant sur le critère de Ward a été produite à partir de ce tableau. Cinq classes correspondant à une troncature du dendrogramme résultant (figure 3) en ont été déduites et assimilées à autant de trajectoires de recul de la couverture ligneuse d’importance croissante désignées par les lettres de A à E sur la carte résultant de la classification (figure 4).

Figure 3 : Dendrogramme obtenu à l’issue de la classification ascendante hiérarchique en cinq classes des communes

Figure 3 : Dendrogramme obtenu à l’issue de la classification ascendante hiérarchique en cinq classes des communes

Sources : Landsat 1979, 1992, 2002 et 2018

Houessè, Mering, 2023

11Les profils de ces classes (figure 5) renseignent sur la contribution à la formation de la classe de chaque type d’occupation du sol pour chaque période. On constate que, jusqu’en 2002, toutes les communes ont connu une diminution progressive de la densité du couvert ligneux. On note de plus que la proportion des surfaces occupées par la savane ouverte et les sols nus au sein des communes a sensiblement augmenté au détriment des forêts et des savanes denses durant la dernière période d’observation (2002-2018).

12Le profil A correspond aux communes les moins densément végétalisées depuis les années 1970, où sols nus et savanes ouvertes dominent. Cette classe regroupe des communes anciennement défrichées où les savanes denses et les forêts sont quasi inexistantes et où les surfaces occupées par les savanes ouvertes diminuent inexorablement au profit des sols nus.

13Le profil B est celui des savanes ouvertes avec des superficies initialement non négligeables de savanes denses qui ont diminué progressivement jusqu’aux années 2000. De plus, au cours de la période récente (de 2002 à 2018), les superficies de savanes ont sensiblement diminué au profit des sols nus et ou très peu végétalisés.

Figure 4 : Représentation spatiale des profils d’évolution de l’occupation du sol des communes du Nord Bénin (à l’exclusion des aires protégées)

Figure 4 : Représentation spatiale des profils d’évolution de l’occupation du sol des communes du Nord Bénin (à l’exclusion des aires protégées)

Sources : Landsat,1979, 1992, 2002 et 2018

Houessè, Mering, 2023

Figure 5 : Évolution de l’occupation des sols au sein des trajectoires A, B, C, D et E

Figure 5 : Évolution de l’occupation des sols au sein des trajectoires A, B, C, D et E

Sources : Landsat,1979, 1992, 2002 et 2018

Houessè, Mering, 2023

14Dans les communes de type C, on note l’importance des savanes denses et des forêts en 1979 puis leur diminution depuis les années 1990 au profit des savanes ouvertes. Les surfaces occupées par la savane dense, après avoir diminué de façon progressive au profit des savanes ouvertes jusque dans les années 2000, ont brusquement décru lors de la dernière période au profit des sols nus.

15Le profil du type D est caractérisé par l’importance des formations de forêts et de savanes denses qui s’y trouvent. On y observe cependant un recul récent des forêts au profit de la savane ouverte et des sols nus et des brûlis importants.

16Enfin le profil E regroupe des communes caractérisées par la stabilité des surfaces de savanes ouvertes au cours du temps et une faible variation des superficies de sols nus. Au sein de ces communes, la forêt était déjà relativement peu présente dans les années 1970. Au cours de la dernière période, on y observe une progression des superficies de savane ouverte ainsi qu’une diminution des sols nus.

17En résumé, l’évolution de l’occupation des sols au Nord du Bénin, généralement marquée par le recul du couvert ligneux, ne se présente pas de la même façon pour toutes les communes. Ainsi, le recul important au sein des communes du bassin cotonnier (profil A) et de celles des fronts vivriers (profils B et C) est fortement lié à la forte croissance démographique, ainsi qu’à un essor remarquable de la culture du coton et plus généralement à l’intensification des pratiques agricoles et au développement important du vivrier marchand (Bidou et al., 2018 ; Houessè, Mering, 2021). Cependant, les dynamiques socio-environnementales qui sous-tendent le profil E, qui est celui des communes où la déforestation n’est plus perceptible aujourd’hui, ou encore le profil D, où le couvert ligneux reste plus dense qu’ailleurs mais où la déforestation se poursuit, sont apparues comme plus complexes. Aussi, afin de mieux comprendre les raisons de telles particularités dans l’évolution du couvert ligneux au sein de ces territoires, le choix a été fait d’interroger leurs habitants sur la façon dont ils analysaient les changements de leur environnement et sur celles de leurs pratiques qui seraient, d’après eux, à l’origine de tels changements. En enquêtant également au sein de territoires du bassin cotonnier (type A), où le processus de déforestation semble en passe d’être achevé, nous avons cherché à savoir en quoi les perceptions des habitants sur leur environnement passé et actuel pouvaient se distinguer de celles des habitants vivant à l’ouest ou au sud de la région, où les trajectoires d’évolution du couvert ligneux (respectivement E et D) se présentent comme significativement différentes.

Activité agricole et pastorale vs déforestation : Interroger le point de vue des acteurs locaux

18On cherche ici avant tout à savoir si les perceptions des acteurs locaux sur les changements qu’ils constatent dans leur environnement sont liées ou non à leur lieu de vie et à leurs pratiques (Kosmowski et al., 2015 ; Bédard, 2016). Dans cette perspective, le choix a été fait d’une méthode d’enquête fondée sur des entretiens semi-dirigés en langue locale complétés par des observations in situ. À la différence de travaux portant sur des questions similaires dans d’autres régions rurales d’Afrique de l’Ouest, au moyen d’enquêtes par catégorie de répondants, qu’il s’agisse de leur genre (Bidou et al., 2019) ou de leur statut social (Toulouse, 2019), une entrée par le lieu de vie des personnes interrogées (i.e. le village) a été privilégiée ici. Ainsi, pour mieux comprendre la raison des évolutions spécifiques de l’occupation du sol correspondant aux profils D, E et A (septentrional), nous avons interrogé les habitants de différents villages au sein des trois communes suivantes (du nord au sud) : Malanville (profil A) en zone soudano-sahélienne, aux marges du bassin cotonnier et du Parc W, à la frontière du Niger et du Nigéria, caractérisée à la fois par une forte croissance démographique et par un empiètement des défrichements et des parcours sur les aires protégées, Natitingou (profil E) en zone soudanienne ayant une croissance démographique comparativement plus faible et où la déforestation n’est pas avérée et Tchaourou (profil D), en zone soudanienne, connaissant une forte croissance démographique et où le couvert ligneux dans les espaces agricoles reste plus dense qu’ailleurs malgré la poursuite des fronts pionniers agricoles qui entraîne un mitage des forêts (figure 6).

Figure 6 : Évolution du couvert ligneux et taux de croissance de la population dans les trois communes enquêtées : Malanville (a ; d) ; Natitingou (b ; e) ; Tchaourou (c ; f)

Figure 6 : Évolution du couvert ligneux et taux de croissance de la population dans les trois communes enquêtées : Malanville (a ; d) ; Natitingou (b ; e) ; Tchaourou (c ; f)

Sources : Landsat 1979, 1992, 2002 et 2018 ; INSAE 1979 et 2013

Houessè, Mering, 2023

19Au sein de plusieurs villages situés dans les trois communes considérées, les informations ont été recueillies au fil des rencontres, de façon spontanée et sans intermédiaire. En nous adressant à des personnes d’âge, de sexe, et de statut social différents et impliquées à des titres variés dans les activités rurales, nous avons cherché à mieux connaître la diversité des points de vue. Ainsi, entre 2017 et 2019, des entretiens avec des villageois (hommes comme femmes) ont été réalisés dans les champs, sur les aires de pâturage, mais également au sein des habitations. Les trois communes où ont été réalisées les enquêtes présentent une mosaïque de groupes ethniques, ce qui nous a conduit à effectuer les entretiens dans différentes langues auprès de différents acteurs locaux (tableau 2).

Tableau 2 : Groupes linguistiques et activités des personnes interrogées au sein des trois communes

Commune

Langues des interlocuteurs

Activités des personnes interrogées

Nombre d’enquêtés

Malanville

Dendi, Peulh, Haoussa et Zerma

Agriculteurs, éleveurs, pécheur, chefs de quartiers-délégués, instituteur, soignants- tradi-thérapeutes, élèves-étudiants

22

Natitingou

Waama, Ditamari et Natimba

Agriculteurs, agro-éleveurs, chefs de quartiers-délégués, instituteur, artisan, élèves-étudiants, Présidente d’association des femmes

20

Tchaourou

Bariba, Gando, Peulh, Biali, Yindé, Waama, Pilapila, Fon, Gourmantché et Lokpa

Agriculteurs, éleveurs, chefs de quartiers-délégué, commerçantes, élèves-étudiants

35

Houessè, 2021

20Comme on peut le constater, les milieux ruraux de Tchaourou abritent un bien plus grand nombre de groupes ethniques qu’à Natitingou et Malanville. Alors que, dans ces deux dernières communes, nos interlocuteurs appartiennent pour la plupart à des groupes autochtones (ie installés de longue date), ceux de Tchaourou appartiennent aussi bien à des groupes autochtones (Bariba, Gando et Peulh) qu’allochtones (Biali, Yindé, Waama, Gourmantché, Lokpa, Pilapila et Fon). En effet, autrefois peu peuplée, la commune de Tchaourou reçoit depuis les années 1970 des vagues de nouveaux arrivants en provenance de régions du nord-ouest et du sud du pays, jadis plus densément peuplées.

  • 3 Pour cela, les discours en langue locale sont d’abord traduits en langue française par l’interprète (...)
  • 4 Les traitements sont réalisés à partir du logiciel Lexico 5 disponible sur www.lexi-co.com/.

21Les entretiens ont été effectués en langues française, ditamari, waama, dendi, bariba et fon. L’intégralité des entretiens a été enregistrée à l’aide d’un dictaphone avec l’accord des enquêtés. L’étape suivante a consisté à transcrire fidèlement les discours tenus par les personnes interrogées3 de façon à constituer un corpus d’entretiens en français. Le corpus des discours ainsi constitué a été soumis à des traitements de statistiques textuelles que sont l’analyse factorielle des correspondances, l’analyse des spécificités et celle des concordances4.

Exploration textométrique des entretiens

22En complément de l’analyse thématique de contenu, les méthodes de la statistique textuelle permettent un accès rapide à une vue d’ensemble du corpus étudié, aussi volumineux et complexe soit-il (Lebart, Salem, 1994) et de détecter ainsi des informations utiles qui auraient pu échapper au chercheur (Marega, Mering, 2018). L’utilisation des statistiques textuelles dans les enquêtes par entretiens offre également la possibilité de constituer des parties de textes, sur la base d'une identité de localité de résidence, d’activité professionnelle, de fonction sociale, de tranche d’âge, de genre, autant de parties que l'on peut ensuite comparer entre elles, afin de déceler des relations entre les variables étudiées et l'emploi du vocabulaire par les interviewés. Cette approche a permis d’analyser et de comparer entre eux les discours des locuteurs, et, par ce biais, les différents points de vue et les préoccupations exprimés.

Balisage du texte

23Avant de se livrer à l’analyse textuelle des entretiens transcrits en français, il est nécessaire de réaliser une mise en forme à travers le balisage du corpus. Cette étape consiste à segmenter manuellement l’ensemble du corpus en différentes parties dans le but d’effectuer des comparaisons entre ces parties. Ceci suppose que soit définies des unités de décompte dont on étudie les variations de fréquence au sein des différentes parties du corpus (Salem, 1987). Il s’agit donc d’insérer des clés de lecture qui sont déterminantes pour l’analyse des discours. Ces unités de partition sont des variables décrivant les différentes caractéristiques connues de l’enquêteur lors de l’entretien avec chacune des personnes interrogées. Dans cette étude, les différentes variables qui ont été prises en considération pour effectuer une partition du corpus sont les suivantes :

  • La commune, l’arrondissement, le village (pour l’entité administrative où a été mené l’entretien) ;

  • Le genre ;

  • La tranche d’âge ; ancien (plus de 50 ans), adulte (entre 35 et 50 ans), jeune (moins de 35 ans) ;

  • L’ethnie : groupe linguistique (Ditamari, Bariba, Dendi, Peulh, etc.) ;

  • L’activité : il s’agit de l’activité professionnelle principale de l’interviewé.

24À ces balises descriptives, nous avons ajouté des balises relatives à la religion, la taille du ménage, les coordonnées géographiques et l’identité du traducteur.

Figure 7 : Exemple de balisage d’un extrait d’entretien

Figure 7 : Exemple de balisage d’un extrait d’entretien

Houessè, Mering, 2023

25La segmentation du texte au moyen de l’une des balises (exemple : le village) permet de constituer un tableau lexical dans lequel on trouve, à l'intersection de la ligne i et de la colonne j, le nombre de fois où la forme i apparaît dans la partie j du corpus (tableau 3). On note ce nombre : k (i, j).

Tableau 3 : Tableau lexical calculé à partir des n parties du corpus de la commune de Tchaourou de longueur T (le nombre total de formes réunies dans le corpus)

j

Localités /

Termes

Barérou

Boué

Kokobè

Koro

Sébou

Tchatchou

Winra

Arbres

67

17

13

26

31

35

72

F1

Plantations

17

1

1

7

10

8

6

F2

i

Champ

75

11

k (i, j) = 11

27

20

18

44

Fi

Terre

65

10

12

33

21

23

45

t1

t2

tj

t3

tn

T

Ici, k (i, j) est le nombre d’occurrences de la forme "champ" dans la partie j du corpus qui correspond ici au village de Kokobè.

Houessè, Mering, 2023

L’analyse factorielle des correspondances

26L’analyse factorielle des correspondances (AFC), réalisée à partir du tableau lexical, permet d’obtenir des représentations synthétiques portant à la fois sur les distances calculées entre les textes et celles que l’on peut calculer entre les unités textuelles qui les composent (Salem, 2006). L’utilisation de cette méthode d’analyse statistique appliquée aux différentes parties du corpus d’entretiens permet de faire apparaître les contrastes et les similarités entre les discours selon l’une des variables (commune, village, ethnie, âge, genre, activité, etc.) décrites pour chaque entretien. Dans l’exemple suivant (figure 8), l’utilisation de l’AFC appliquée au corpus d’entretiens partitionné selon la variable "village" a permis de faire ressortir sur le premier plan factoriel des similarités et des dissimilarités entre les discours en fonction des localités où les entretiens ont été effectués. Ainsi, on peut constater une opposition entre les discours tenus dans les villages de Natitingou et de Tchaourou (à gauche sur le plan factoriel) et ceux tenus dans les villages de Malanville (à droite sur le plan factoriel). De même, le deuxième axe (vertical) de l’AFC permet de distinguer entre eux les discours tenus à Natitingou et à Tchaourou. À une échelle plus fine, c’est-à-dire au sein d’une même commune, on peut également observer des dissemblances entre les discours, comme c’est le cas à Tchaourou où l’on note un écart entre ce qui s’est dit dans le village Kokobè, majoritairement peulh ou gando, et les propos tenus dans les autres villages. Le même constat s’observe à Malanville entre les villages peulhs de Goula-gah et Gah-béri d’une part et les autres villages habités par des dendi, des zerma et des haoussa, d’autre part.

Figure 8 : Premier plan factoriel de l’AFC réalisée suivant une partition par village

Figure 8 : Premier plan factoriel de l’AFC réalisée suivant une partition par village

Houessè, Mering, 2023

L’analyse des spécificités

  • 5 Le modèle hypergéométrique est fondé sur la distribution en probabilité du nombre de rencontres de (...)

27L’analyse des spécificités sert à comparer les fréquences relatives d’emploi d’un même terme entre différentes parties du corpus en se référant à un modèle théorique d’équi-répartition de ce terme entre les différentes parties du corpus. Elle permet d’identifier les mots ou groupes de mots qui sont suremployés (spécificité positive), sous-employés (spécificité négative) ou employés de façon banale (spécificité nulle) dans telle ou telle partie d’un corpus (Lebart, Salem, 1994). La méthode des spécificités est fondée sur le modèle hypergéométrique5 (figure 9) et permet de poser, pour chacune des cases du tableau lexical, un diagnostic qui fait intervenir quatre nombres déduits du tableau lexical :

  • k (i, j) le nombre des occurrences de la forme i, dans la partie ;

  • <#ITALIQUES#></#ITALIQUES#>Fi, fréquence de la forme i, dans l'ensemble du corpus ;

  • tj, le nombre de formes de la partie ;

  • T le nombre total de formes réunies dans le corpus.

Figure 9 : Modèle hypergéométrique de probabilité à partir des paramètres Fi, tj, T issus du tableau lexical

Figure 9 : Modèle hypergéométrique de probabilité à partir des paramètres Fi, tj, T issus du tableau lexical

Houessè, Mering, 2023

28Le diagnostic concernant la forme i rencontrée dans la partie j avec une fréquence k (i, j) est produit en rapport avec ce que l’on aurait pu attendre sur la base d’une répartition due au hasard de cette même forme dans l'ensemble du corpus, selon le modèle hypergéométrique.

29Les écarts les plus significatifs dans la distribution de chacune des formes au sein de chacune des parties sont ainsi mis en évidence. À partir d'un seuil en probabilité que l'on détermine à l'avance (par exemple 5 %), les formes i surreprésentées dans la partie j sont appelées spécificités positives, celles qui sont sous-représentées sont les spécificités négatives, ce que l’on peut formaliser de la façon suivante :

si Prob (x>k(i, j))<0,05 → spécificité positive de la forme i dans la partie j

si Prob (x<k(i, j)) < 0,05 → spécificité négative de la forme i dans la partie j

30Les mots dont la répartition dans les différentes parties n’obéit pas à ces contraintes sont appelés banaux (du point de vue de leur répartition).

31Les personnes rencontrées dans les trois communes perçoivent toutes une diminution des arbres au cours du temps mais l’expriment de façon très différente. La figure 10 montre un exemple d’analyse des spécificités d’expressions telles que "les arbres diminuent", "détruire" ou encore "qui coupent les arbres", cette dernière pointant précisément les responsables de la déforestation. Ces expressions ont été utilisées de façon particulièrement fréquente (spécificité positive), très peu fréquente (spécificité négative) ou de façon banale (spécificité nulle) selon les territoires où se sont déroulés les entretiens.

Figure 10 : Usages spécifiques des expressions liées à la déforestation

Figure 10 : Usages spécifiques des expressions liées à la déforestation

Houessè, Mering, 2023

32De la même manière, l’analyse des spécificités fait ressortir en quoi les termes utilisés dans telle ou telle commune renvoie au rôle de l’action anthropique dans la déforestation (figure 11).

Figure 11 : Spécificités négatives, nulles et positives de l’emploi des formes en rapport avec les causes de la déforestation

Figure 11 : Spécificités négatives, nulles et positives de l’emploi des formes en rapport avec les causes de la déforestation

Houessè, Mering, 2023

33À Malanville, l’activité agricole est jugée comme étant responsable de la déforestation du fait de l’extension des "champs". On remarque aussi que le mot "bois", employé pour désigner le bois de chauffe, y est fréquemment utilisé. En raison de la position frontalière de cette commune, le commerce du bois est effectivement relativement florissant (photo 1a). À Natitingou, où la pression sur le couvert ligneux par l’agriculture reste relativement faible, ce sont principalement les "scieurs" qui sont désignés comme étant responsables de la disparition des arbres. À Tchaourou, où dominaient les savanes denses et les forêts jusqu’à une période récente, le terme "champ" est, comme à Malanville, fréquemment employé. En effet, l’igname, principale culture vivrière dans cette commune, nécessite le recours à des terres fertiles et implique la poursuite des défrichements (photo 1b).

Photo 1a : Vente de bois au bord de la route à Malanville

Photo 1a : Vente de bois au bord de la route à Malanville

Houessè, 2017

Photo 1b : Coupe d’arbres à Tchaourou

Photo 1b : Coupe d’arbres à Tchaourou

Houessè, 2019

34L’analyse des spécificités a ainsi permis de mettre à jour que, si les habitants des trois communes constataient unanimement le recul du couvert ligneux, ils l’expliquaient de façon différente selon leur lieu de vie. Leurs discours sur les causes anthropiques de ce phénomène sont en accord avec ce qui est connu des socio-éco-systèmes dans lesquels ils évoluent. Comme dans d’autres régions d’Afrique de l’Ouest, si le déboisement est bien perçu par les populations rurales, les points de vue sur ses causes divergent souvent (Toulouse, 2019 ; Diédhiou, Mering, 2019).

L’analyse des concordances

35L’analyse des concordances permet, à partir de l’ensemble des occurrences d’un mot sélectionné dans un corpus ou dans une sous-partie, d’afficher les contextes dans lesquels ce mot est utilisé. Si le recul de la couverture arborée a été évoqué dans la plupart des entretiens (figures 10 et 11), on s’accorde à reconnaître que certaines espèces d’arbres sont conservées dans les champs lors des défrichements. C’est ce que nous indique l’examen des concordances de l’expression "certains arbres" employée lors d’entretiens dans différents villages enquêtés. L’agroforesterie traditionnelle, encore pratiquée dans de nombreux villages, consiste en effet à maintenir "certains arbres", comme les karités et les nérés dans les champs et à en prendre soin en raison de leurs fruits, qui sont transformés et commercialisés par les femmes, de leurs qualités thérapeutiques ou encore de leur place dans certaines cérémonies religieuses (Bidou et al., 2019). En raison de leur utilité multiple, et en particulier de leurs qualités fertilisantes, les parcs agroforestiers constituent des systèmes agricoles encore très répandus en Afrique soudano-sahélienne (Boffa, 2000).

Figure 12 : Concordances de la forme "certains arbres"

Figure 12 : Concordances de la forme "certains arbres"

Houessè, Mering, 2023

D’un territoire à l’autre : des discours contrastés

36Pour apporter un éclairage sur les ressemblances ou les différences lexicales selon le lieu où ont été effectués les entretiens telles qu’elles ont été mises en évidence par l’AFC (figure 8), quelques mots et expressions ayant des spécificités positives dans les discours ont été projetés sur le premier plan factoriel. Sont ainsi encadrés en rouge les mots et expressions qui permettent d’illustrer les résultats issus de l’AFC (figure 13). Les trois classes de mots et d’expressions mises en évidence sur le premier plan factoriel de l’AFC peuvent être mises en relation avec les particularités de l’évolution de la couverture ligneuse, et les caractéristiques démographiques des communes étudiées ici.

Figure 13 : Les dissimilarités entre les discours selon le lieu d’enquête, mises en évidence sur le premier plan factoriel de l’AFC

Figure 13 : Les dissimilarités entre les discours selon le lieu d’enquête, mises en évidence sur le premier plan factoriel de l’AFC

Houessè, Mering, 2023

37À Malanville, les expressions spécifiquement employées se réfèrent aux activités rurales qui y sont pratiquées, à savoir l’agriculture et l’élevage bovin, qui s’appuient sur différents modes d’utilisation des ressources naturelles. Dans cette partie du Bénin, la dynamique de l’occupation du sol est marquée par une déforestation importante au profit des espaces cultivés jusqu’à atteindre une saturation de l’espace, au point d’empiéter sur les aires protégées (figure 6). À Natitingou, les discours des acteurs ruraux s’articulent plus particulièrement autour de termes qui font référence non seulement à l’agriculture mais également à d’autres activités non agricoles. Au sein de cette commune, comme dans celles des anciens foyers de peuplement où les taux de croissance démographique sont inférieurs à la moyenne nationale, la couverture ligneuse a peu évolué depuis la fin des années 1970 et on observe même que "les arbres repoussent". Dans les villages de Tchaourou, les discours se réfèrent à une agriculture diversifiée fondée principalement sur les cultures vivrières mais aussi à l’arboriculture. Au sein de cette commune où le taux de croissance démographique est particulièrement élevé, la dynamique des fronts pionniers est toujours active et attire encore aujourd’hui des migrants ruraux venus du département de l’Atacora à l’ouest de la région d’étude.

38L’opposition entre les groupes de mots employés selon les localités confirme à la fois la diversité de pratiques agricoles d’un territoire à l’autre et des différences entre les préoccupations exprimées par les habitants des trois communes étudiées.

À Malanville : besoin en terres et conflits d’usage

La saturation de l’espace

39Une analyse des spécificités des mots fréquemment employés dans cette commune met ainsi en évidence ce qui, dans les discours tenus dans cette commune, se distingue de ce qui s’est dit ailleurs (figure 14). Ainsi le terme "espace" employé aussi bien par les éleveurs que par les agriculteurs renvoie à l’extension continue de l’espace cultivé qui a pour corollaire la pression sur les ressources naturelles. On peut comprendre que, dans un contexte de forte augmentation de la population (figure 6) et d’intensification agricole, se pose le problème de l’insuffisance d’espace, qu’il soit dédié à la culture ou à l’élevage.

Figure 14 : Spécificités positives (usage particulièrement fréquent) vs spécificités négatives (usage particulièrement peu fréquent) des mots traduisant la saturation de l’espace agraire et la surveillance des forêts dans les communes de Malanville, Natitingou et Tchaourou

Figure 14 : Spécificités positives (usage particulièrement fréquent) vs spécificités négatives (usage particulièrement peu fréquent) des mots traduisant la saturation de l’espace agraire et la surveillance des forêts dans les communes de Malanville, Natitingou et Tchaourou

Houessè, Mering, 2023

40En effet, l’adoption de nouveaux moyens de production a réduit considérablement le temps de travail et permis un accroissement rapide du domaine cultivé. On constate par exemple, dans plusieurs villages de Malanville, que la pratique de la jachère a disparu depuis plusieurs décennies, comme en témoigne les propos d’un habitant de Boïffo : "Il n’y a plus suffisamment d’espace pour qu’on laisse une terre se reposer et dire qu’on va ailleurs, non il n’y a plus ça. Ç’est l’engrais qui travaille. Même sur les collines, les gens ont labouré l’endroit où le sol n’est pas dur". Ainsi, grâce au développement de la traction animale, et de l’usage d’engrais chimiques qui ont accompagné l’essor de la culture du coton dans les années 1990, la pratique de la culture intensive à Malanville, tout comme dans le reste du bassin cotonnier, repose sur la possibilité d’extension des espaces cultivés et sur la permanence des cultures (Igué, 1999 ; Ale, 2008). De plus, l’usage spécifique du mot "bœufs" témoigne non seulement de l’importance de l’élevage bovin dans cette partie du Bénin mais aussi de la pratique de la culture attelée.

41À Malanville, la terre reste donc une ressource rare, convoitée qu’elle soit fertile ou non, et les terres marginales sont de plus en plus exploitées. Il faut également souligner la mise en valeur des bas-fonds par le maraîchage dans les "jardins" (photos 2a et b) qui permettent aux agriculteurs d’utiliser l’espace durant les saisons sèches ; ce dont se plaignent les éleveurs. En effet, ces aménagements maraichers constituent un obstacle au système d’élevage extensif fondé sur des déplacements plus ou moins importants des troupeaux en saison sèche, à la recherche de points d’eau, d’herbes ou d’arbres. Outre l’abandon progressif de la jachère, qui permet de reconstituer la fertilité du sol, la raréfaction du couvert végétal et des eaux de surface a réduit la disponibilité des ressources fourragères et des lieux de pacage des troupeaux, comme nous l’a fait savoir un éleveur peulh installé depuis plus de 50 ans dans un campement à la périphérie de Kantro : "Il y a de cela plus de 30 ans, l’eau était insuffisante et nous avait causé des problèmes. Les saisons de pluie étaient très courtes et duraient environ 2 mois. Mais depuis la fin de cette grande sécheresse, il pleut très bien partout. Avant que les agriculteurs ne s’intéressent aux jardins, nous n’avions pas ces problèmes d’eau. Les jardins des agriculteurs sont à côté des rivières et il n’y a même plus d’espace libre entre les champs et les jardins. C’est ça qui nous fait souffrir et il est impossible de se déplacer pour aller ailleurs".

Photo 2 : Extension de cultures maraîchères le long des cours d’eau dans les villages de Malanville au cours de la saison sèche : Kantro a)

Photo 2 : Extension de cultures maraîchères le long des cours d’eau dans les villages de Malanville au cours de la saison sèche : Kantro a)

Houessè, 2017

Issèné b)

Issèné b)

Houessè, 2017

Conflits d’usage des ressources naturelles

42L’élevage bovin est, lui aussi, en plein essor puisque certains agriculteurs ont également des troupeaux de bœufs qu’ils confient aux éleveurs peulhs pendant de longues périodes. Cependant, on déplore de plus en plus souvent des conflits entre agriculteurs et éleveurs, ces derniers étant rendus responsables des divagations des troupeaux dans les champs, ce qui peut conduire certains agriculteurs à devoir récolter leurs céréales plus tôt que prévu. Dans un tel contexte d’insuffisance de terres cultivables et de restriction des aires de pâturage, les aires protégées sont convoitées aussi bien par les éleveurs que par les agriculteurs. C’est ainsi qu’aux abords du parc du W, la situation est devenue particulièrement tendue en raison du durcissement récent de la surveillance par les gardes forestiers. On comprend alors la raison de l’emploi spécifique du mot "forestiers" dans cette commune (figure 14) où les allusions aux intrusions des agriculteurs et des éleveurs dans les aires protégées sont nombreuses (photos 3a et b).

Photo 3 a) Champ de coton dans la zone tampon aux confins du parc W

Photo 3 a) Champ de coton dans la zone tampon aux confins du parc W

Houessè, 2017

Photo 3 b) Retour des bœufs du Parc W

Photo 3 b) Retour des bœufs du Parc W

Houessè, 2017

43Les agents forestiers tentent en effet de faire respecter les lois de protection environnementale en n’hésitant pas à employer des mesures coercitives telles que l’arrestation d’agriculteurs au moment des récoltes, ou celle d’éleveurs qui peuvent subir l’abattage de leur bétail. Ainsi un éleveur peuhl de Gah Béri se confie : "Avant il y avait la forêt et personne n’allait dans le parc. Aujourd’hui si l’élevage a des difficultés c’est à cause de la brousse et des arbres. Les forestiers nous ont dit de nous arrêter au niveau de la zone tampon. Mais les éleveurs comme les agriculteurs rentrent dans le parc. C’est nous qui entrons beaucoup plus dans le parc parce que ce sont les éleveurs qui ont besoin d’herbe. Les forestiers sont en train de récupérer l’espace".

44Ainsi, comme dans d’autres régions de la zone soudano-sahélienne, l’époque où les éleveurs transhumants pouvaient circuler librement avec leurs troupeaux durant la saison sèche, en bonne entente avec les cultivateurs, semble révolue (Gonin, Tallet, 2012 ; Gonin, 2016). De façon plus générale, les préoccupations relatives à la pression sur l’espace et les ressources naturelles des habitants de Malanville résonnent avec celles qui se sont exprimées lors d’enquêtes réalisées par San Emeterio et al. (2013) de l’autre côté de la frontière, au sud-ouest du Niger.

À Natitingou : exode rural et déficit pluviométrique

45Comme on a pu le voir sur le premier plan factoriel de l’AFC (figure 13), les termes "jeunes" et "pluie" sont beaucoup plus souvent employés dans les villages de Natitingou qu’ailleurs. L’analyse des spécificités de ces mots (figure 15) confirme qu’il existe un fort contraste entre les trois communes étudiées dans l’utilisation de ces deux termes : ainsi le mot "jeune" est suremployé à Natitingou et sous-employé dans les deux autres communes.

Figure 15 : Spécificités positives vs spécificités négatives ou nulles dans les communes de Malanville, Natitingou et Tchaourou des formes "jeunes" et "pluie"

Figure 15 : Spécificités positives vs spécificités négatives ou nulles dans les communes de Malanville, Natitingou et Tchaourou des formes "jeunes" et "pluie"

Houessè, Mering, 2023

Le départ des jeunes

46À Natitingou, on pointe beaucoup plus souvent qu’ailleurs le fait que les jeunes se détournent de l’agriculture au profit des études ou d’autres activités moins pénibles physiquement, comme le montre l’analyse des concordances du terme "jeunes" (figure 16).

Figure 16 : Concordances de la forme "jeunes" à Natitingou

Figure 16 : Concordances de la forme "jeunes" à Natitingou

Houessè, Mering, 2023

47Une telle évolution est mal vécue par les adultes et les anciens qui y voient une menace pour l’avenir de l’agriculture, dans une région où la culture attelée est encore peu répandue et où la production repose essentiellement sur la main-d’œuvre familiale. Pour d’autres, notamment les jeunes, le départ vers les villes constitue une stratégie de diversification des revenus des familles face à la pénibilité du travail dans les champs et à la faiblesse des revenus issus de l’agriculture traditionnelle. C’est ce qu’exprime cet agriculteur âgé du village de Onsikoto : "À notre époque, c’était une fierté pour nous les plus jeunes d’aller au champ mais aujourd’hui, nos enfants n’aiment plus aller aux champs, ils fuient les travaux champêtres… Nos enfants sont diplômés, n’ont pas de travail et se retrouvent à la maison et ne peuvent plus faire le champ. Ça crée des problèmes au sein des familles, c’est inquiétant".

48Par ailleurs, les activités d’extraction minière sont récemment entrées en concurrence avec l’agriculture dans certains secteurs de la commune. Ainsi, à l’ouest de la ville de Natitingou, l’exploitation des mines d’or a pu avoir une influence sur l’abandon des activités agricoles, entraînant une baisse des productions agricoles, comme en témoigne cet extrait d’un entretien avec un habitant de Kota-Monongou : "S’il s’agit des terres, elles existent partout ici mais il n’y a personne qui va cultiver. C’est le travail de l’or qui intéresse aujourd’hui les plus jeunes. Les jeunes ne nourrissent plus leurs parents".

49Ainsi, la déprise agricole, dont témoigne l’enfrichement progressif des champs, est de nature à aggraver la pauvreté de ces milieux ruraux qui peuvent être touchés par une insécurité alimentaire parfois sévère. D’un tout autre point de vue, le maintien voire la progression du couvert ligneux (figure 6) est certainement à mettre sur le compte de la poursuite d’une agriculture pluviale extensive, qui inclut la pratique de la jachère et de l’agroforesterie. L’inquiétude des anciens face au départ des jeunes n’est certes pas propre à cette région du Bénin. Depuis plusieurs décennies, sur le continent africain, l’exode rural des populations les plus jeunes apparaît comme mettant en péril la poursuite d’une agriculture traditionnelle exigeante en force de travail (Quesnel, 1996 ; Foucher, 2002 ; Diédhiou, Mering, 2019).

Le manque de pluie : une préoccupation qui persiste

50Outre le désintérêt pour l’agriculture qu’elles reprochent aux jeunes, les personnes interrogées à Natitingou se plaignent de l’irrégularité des pluies. On note en effet que la forme "pluie" a été spécifiquement employée dans les villages de cette commune (figure 15). Selon un agriculteur du village de Koussigou, "l’autre grand problème c’est la pluie. La pluie ne commence pas à temps et se termine vite. Avant, la pluie terminait plus tardivement". L’analyse des concordances des formes "pluie" et "pluies" (figure 17) met clairement en évidence cette perception de l’irrégularité des précipitations dans cette partie du Bénin qui connaît pourtant une pluviométrie relativement importante (en moyenne 1200 mm/an) si on la compare à celle de la zone soudano-sahélienne (figure 1).

Figure 17 : Contextes d’utilisation des formes "pluie" et "pluies" à Natitingou

Figure 17 : Contextes d’utilisation des formes "pluie" et "pluies" à Natitingou

Houessè, Mering, 2023

51Cependant, pour les agriculteurs de la région, comme pour la plupart des agriculteurs en Afrique de l’Ouest où se pratique une agriculture pluviale, ce qui importe ce n’est pas tant le cumul annuel des précipitations que leur distribution spatio-temporelle. En effet, les dates du début et de fin de la saison pluvieuse déterminent les pluies utiles à l’agriculture. On note que ce sont principalement les personnes âgées de plus de 50 ans qui mettent en avant l’irrégularité des pluies, sans doute parce que ce sont elles qui ont connu les périodes des sécheresses des années 1970 et 1980, contrairement aux adultes qui en parlent de façon banale et aux jeunes qui n’en parlent pas (figure 18). Kosmowski et al. (2015) avaient déjà noté cette même préoccupation d’une insuffisance des pluies de la part des habitants les plus âgés lors d’enquêtes au Bénin et au Niger dans des secteurs où la reprise des précipitations depuis les années 2000 était pourtant avérée.

Figure 18 : Spécificités (nulle, positive, négative) d’emploi des formes "pluie" et "pluies" selon la tranche d’âge (adultes, anciens, jeunes) dans les entretiens effectués à Natitingou

Figure 18 : Spécificités (nulle, positive, négative) d’emploi des formes "pluie" et "pluies" selon la tranche d’âge (adultes, anciens, jeunes) dans les entretiens effectués à Natitingou

Houessè, Mering, 2023

À Tchaourou : l’émergence de l’anacardier et la question foncière

  • 6 Pour étudier l’usage du groupe de mots associé à "anacardier" codé "anacard+", nous avons fait les (...)

52L’analyse textométrique du corpus a mis en évidence l’usage spécifique des termes6 "plantation, anacardier" (figure 19) par les villageois de Tchaourou, ce qui témoigne de leur intérêt pour cette sylviculture de rente, alors qu’à Natitingou, ces termes sont employés de façon banale et pratiquement pas à Malanville.

Figure 19 : Spécificités négatives, nulles et positives de l’emploi des mots "anacardier et plantation" dans les communes de Malanville, Natitingou et Tchaourou

Figure 19 : Spécificités négatives, nulles et positives de l’emploi des mots "anacardier et plantation" dans les communes de Malanville, Natitingou et Tchaourou

Houessè, Mering, 2023

Le succès de l’anacardier "l’arbre de l’argent"

53Si dans les discours sont également évoqués les tecks ou les manguiers, une attention particulière est accordée aux plantations d’anacardiers qui, d’après nos observations de terrain, semblent se développer rapidement aussi bien dans les anciens terroirs que dans les secteurs nouvellement défrichés (photos 4a et b). L’analyse des concordances de la forme "anacardiers" nous permet de connaître les contextes dans lesquels ce mot est employé dans les villages de Tchaourou (figure 20).

Figure 20 : Contextes d’utilisation de la forme "anacardiers" dans les villages de Tchaourou

Figure 20 : Contextes d’utilisation de la forme "anacardiers" dans les villages de Tchaourou

Houessè, Mering, 2023

54Même si, par le passé, les arguments d’ordre environnemental avaient conduit les agents forestiers à autoriser les plantations d’anacardiers dans certaines aires protégées très dégradées, aujourd’hui ces plantations ont une raison essentiellement économique. De plus, la crise cotonnière de 2005 a favorisé le recours à ce type d’investissement peu contraignant en termes de main d’œuvre et d’entretien. Une femme âgée de Barérou dans la commune de Tchaourou s’exprime ainsi à ce propos : "C’est à cause de l’argent que les gens plantent les anacardiers. L’argent de l’anacarde est plus facile à chercher, tu ne te déranges pas trop et les plantes te donnent de l’argent à partir de la troisième ou quatrième année".

Photo 4 a) Ancienne plantation d’anacardiers à Koro

Photo 4 a) Ancienne plantation d’anacardiers à Koro

Houessè, 2019

Photo 4 b) Jeune plantation d’anacardiers dans un champ de Winra, Tchaourou

Photo 4 b) Jeune plantation d’anacardiers dans un champ de Winra, Tchaourou

Houessè, 2019

55Les récoltes des noix d’anacarde procurent des revenus en saison sèche, période au cours de laquelle une bonne partie des agriculteurs n’ont pas d’autres activités. Par ailleurs, selon les personnes interrogées, l’entretien des plantations demande peu d’efforts, ce qui permet de poursuivre les cultures vivrières en attendant que l’ombre projetée par la couronne des arbres ne constitue un obstacle à la croissance des plantes cultivées au sol. Un agriculteur interrogé à Onsikoto souligne même la rente que constitue l’anacarde : "Ce sont les anacardiers que les gens plantent le plus. Ils ont compris que ça donne l’argent maintenant. C’est l’arbre de l’argent".

56Au Bénin, l’anacarde a en effet vu sa valeur économique augmenter au fil des années et est désormais le deuxième produit d’exportation après le coton (INSAE, 2019). Certains producteurs s’organisent en coopératives avec le soutien de l’État et des partenaires techniques et financiers internationaux dans le but d’améliorer la productivité et la valeur ajoutée de la filière, dont la majorité de la production est exportée vers l’Asie. Pour les personnes interrogées, les plantations d’anacardiers représentent une nouvelle opportunité dans un contexte de monétarisation de l’économie rurale et de l’émergence de nouveaux besoins comme la santé, les dépenses scolaires, les habitats, les transports, la téléphonie, comme le soulignent Gangneron et Robert (2015). De ce fait, elles prennent de plus en plus d’ampleur dans les systèmes agricoles de certains territoires du Bénin (Houessè et al., 2023).

57Toutefois, à travers la question de l’émergence de l’anacarde et de la dynamique actuelle des plantations qui ressort systématiquement dans les discours des villageois de Tchaourou, se dégagent des préoccupations davantage liées au droit foncier. Tout d’abord, cette opportunité d’investissement dans l’anacarde ne profite pas aux populations des groupes ethniques allochtones qui ont des droits limités sur l’usage des terres qui leur sont prêtées. En effet, comme tout arbre, l’anacardier, une fois planté, témoigne d’une revendication foncière et d’une affirmation des droits sur la terre (Bidou et al., 2019).

58Or, tout le monde n’est pas autorisé à planter des arbres dans les champs qu’il cultive, comme nous l’explique un agriculteur Bariba (autochtone) du village de Sébou : "Un étranger n’a pas le droit de planter d’arbre sur une terre qui ne lui appartient pas. Seuls ceux qui ont des terres plantent les anacardiers sinon à la longue il serait difficile de récupérer ta terre après". De son côté, un paysan originaire de l’Atacora, considéré comme "étranger" bien qu’installé depuis plus de dix ans à Tchaourou avec sa famille, exprime ainsi son impossibilité de se livrer à cette arboriculture : "Nous les étrangers, nous ne plantons pas d’anacardiers. Sinon c’est le propriétaire qui viendra prélever les fruits ou bien il vient tout couper".

59Ce développement remarquable des plantations d’anacardiers au Nord du Bénin a également été observé au Burkina Faso (Audouin, Gonin, 2014), au Sénégal (Samb et al., 2018 ; Diédhiou, Mering, 2019) ou encore en Côte d’Ivoire (Koné et al., 2020). Mais l’extension effrénée des plantations au détriment de la jachère, outre qu’elle entre en compétition avec celle des cultures vivrières tout en restreignant l’espace pastoral, pourrait à terme constituer une menace pour la biodiversité et pour la fertilisation des sols jusque-là préservée par l’agroforesterie traditionnelle (Boffa, 2000 ; Sané et al., 2018 ; Bidou et al., 2019).

La question foncière

60Si les plantations d’anacardiers sont considérées comme une opportunité économique, elles sont également révélatrices des inégalités foncières au sein des populations d’un même village auxquelles viennent s’ajouter celles dues à la marchandisation des terres agricoles, qui est spécifiquement évoquée à Tchaourou (figure 21).

Figure 21 : Spécificités négatives, nulles et positives de l’emploi des formes liées à la commercialisation des terres à Malanville, Natitingou et Tchaourou

Figure 21 : Spécificités négatives, nulles et positives de l’emploi des formes liées à la commercialisation des terres à Malanville, Natitingou et Tchaourou

Houessè, Mering, 2023

61En effet, si la terre ou l’espace agraire est une ressource convoitée à Malanville, elle l’est également à Tchaourou. Mais ici, les tensions autour de la terre ne sont pas directement liées à l’extension de l’espace cultivé mais plutôt à la montée en puissance des transactions foncières. Le calcul des spécificités des expressions relatives à cette thématique (figure 21) met en évidence l’importance particulière qu’accordent les habitants de Tchaourou au mouvement de vente des terres dans leur village. L’expression "vendent les terres" n’est évidemment pas la seule expression qui témoigne de l’importance des transactions autour des terres agricoles dans les villages de Tchaourou. D’autres expressions comme "achètent" sont également utilisées par les villageois pour rendre compte de leur inquiétude sur le devenir des activités agricoles, comme en témoigne une habitante Bariba de 80 ans : "Bientôt nous n’allons plus trouver la terre pour faire le champ car ils ont tout vendu et les nouveaux propriétaires ne voudront pas que l’on fasse le champ là-dessus. On risque de ne plus trouver à manger. Si tu vends la terre de tes ancêtres, tu t’es vendu".

62De tels propos font référence au droit coutumier qui avait cours dans les sociétés rurales africaines et qui interdisait aux propriétaires de vendre leur terre (Stamm, 2013). En l’absence d’héritiers prêts à reprendre l’activité agricole, ceux-ci la prêtaient à de nouveaux arrivants pour que soit poursuivie leur mise en valeur (Doevenspeck, 2004). Avant que le Nord du Bénin ne connaisse une forte croissance démographique, une pression sur les terres agricoles et une monétarisation de son économie, le respect de cette tradition avait garanti un certain équilibre social au sein des villages où s’étaient installés des agriculteurs venant d’autres régions du Bénin. Cependant, les évolutions politiques récentes, avec notamment la mise en œuvre de la décentralisation (Bierschenk, Olivier de Sardan, 1998), et les réformes foncières successives ont bouleversé cet équilibre en favorisant la commercialisation des terres. Ainsi, à travers la mise en place d’une nouvelle législation, l’État reconnaît explicitement les droits fonciers coutumiers et la gestion des terres par les présumés propriétaires terriens qui sont devenus à ce titre de véritables acteurs des transactions foncières (Lavigne Delville, 2010).

63On comprend alors que, dans un contexte où la terre est devenue un bien précieux et onéreux, ses modes d’accès par les prêts et les dons deviennent largement minoritaires (Aboudou et al., 2015). De plus, nombreux sont les acquéreurs qui s’inscrivent dans une logique de pure spéculation foncière. Ainsi, les terres agricoles, jadis sacrées, deviennent progressivement objets de transaction commerciale, où certaines parcelles dont la vente est matérialisée par des bornes ou des plaques, restent en friches ou occupées par des plantations (photos 5a et b).

64

Photos 5 : Terres vendues, en friches à Yarimarou (Tchaourou), avril 2019. a)

Photos 5 : Terres vendues, en friches à Yarimarou (Tchaourou), avril 2019. a)

Houessè, 2019

b)

b)

Houessè, 2019

65C’est ainsi que, dans ces zones de fronts pionniers, les inégalités liées au statut social d’accès à la terre ont tendance à s’accentuer. Parallèlement, on a vu naître des conflits portant sur la remise en cause des droits des acquéreurs par les héritiers des vendeurs. Ainsi, on peut citer les nombreuses contestations des droits de propriété que les plans fonciers ruraux (PFR) avaient tenté de régler en formalisant les droits fonciers coutumiers individuels ou collectifs en milieu rural (Lavigne Delville, 2020 ; Wren-Lewis et al., 2020).

66Les enquêtes menées à Tchaourou nous ont montré une nouvelle fois que les situations d’insécurité foncière sont devenues récurrentes dans cette partie du Nord du Bénin et aggravent de ce fait la vulnérabilité des populations locales, comme c’est également le cas dans bien d’autres régions rurales d’Afrique de l’Ouest (Hesseling, 1994 ; Lavigne Delville et al., 2002 ; Diédhiou, Mering, 2019 ; Montaz, 2020).

D’un territoire à l’autre : des inquiétudes en commun

67Il a été montré plus haut que les pratiques des populations et leurs perceptions diffèrent selon leur lieu de vie, ce qui permet de mieux comprendre la diversité des formes que prend la déforestation au Nord du Bénin. Si l’analyse des discours a pu faire ressortir de telles spécificités locales dans les préoccupations des populations rurales, certains points de vue exprimés par les personnes rencontrées dans des territoires pourtant éloignés peuvent également se recouper. Leurs discours traduisent, la plupart du temps, un sentiment de vulnérabilité dans un contexte de fortes mutations socio-environnementales.

Au nord comme au sud : la marginalisation des Peulhs

68Dans ce qui suit, l’analyse des entretiens réalisés au sein des villages de Malanville et de Tchaourou met en évidence une affirmation par les Peulhs de la valeur de leur collectif et de leurs traditions en même temps qu’un sentiment d’injustice à leur égard.

69L’utilisation des pronoms "je, on, nous, nos et ils", qui font partie des mots les plus fréquemment utilisés dans l’ensemble des entretiens, ne sont pas seulement des "mots outils" sans intérêt sémantique. En effet, l’analyse des spécificités de leur emploi (figures 22 et 23) peut nous renseigner sur la façon dont les pratiques sont perçues comme étant collectives ou individuelles. Nous nous sommes intéressés ici à l’emploi différencié de ces pronoms en fonction de l’ethnie des interlocuteurs. On remarque sur la figure 22 que la forme "je" est employée de façon banale voire légèrement suremployée par la plupart des groupes ethniques à l’exception des Peulhs interrogés à Malanville et à Tchaourou qui, eux, sous-emploient ce terme.

Figure 22 : Spécificités nulles, négatives ou positives de l’emploi des formes "je, on, nous, nos" et "ils" selon les groupes ethniques

Figure 22 : Spécificités nulles, négatives ou positives de l’emploi des formes "je, on, nous, nos" et "ils" selon les groupes ethniques

Houessè, Mering, 2023

Figure 23 : Contextes d’utilisation de la forme "nous" par le groupe ethnique Peulh

Figure 23 : Contextes d’utilisation de la forme "nous" par le groupe ethnique Peulh

Houessè, Mering, 2023

70Quant aux pronoms "on, nous et nos", qui traduisent l’importance accordée au collectif, la spécificité de leur emploi est particulièrement élevée dans le discours des Peulhs. On peut trouver la raison de la fréquence de l’emploi de ce pronom dans les particularités de la vie sociale et économique des Peulhs : ceux-ci vivent en communauté, le plus souvent dans des campements à la périphérie des villages ; leur vie quotidienne étant étroitement liée à l’élevage, à la conduite collective des troupeaux, et plus généralement aux modes traditionnels du pastoralisme transhumant comme l’indique les concordances du terme "nous" employé par les Peulhs (figure 23).

71De plus, on remarque une utilisation particulièrement fréquente de la forme "ils" par les Peulhs (figure 22) pour désigner ceux qui n’agissent pas comme eux ou, pire, ceux qui agissent à leur encontre. L’usage de l’expression "ils" fait référence dans la plupart des cas à ceux, essentiellement des cultivateurs mais parfois des agents forestiers, qui entravent le bon déroulement de l’activité pastorale et en particulier les parcours des troupeaux à la recherche des ressources fourragères et d’eau. Cette méfiance actuelle entre monde agricole et monde pastoral complique encore la cogestion de ressources naturelles qui se font, par ailleurs, de plus en plus rares.

72Si ces deux groupes ont vécu ensemble pendant plus d’un siècle dans une relative harmonie, c’est au cours des années 1980 que sont intervenus les premiers changements dans les relations qu’entretiennent agriculteurs et éleveurs (De Haan, 1997). L’une des causes de la marginalisation sociale et politique des Peulhs du Nord du Bénin réside dans leur sous-représentation au sein de l’appareil d’État béninois, qui s’explique à son tour par le faible taux de scolarisation des enfants peulhs (Bierschenk, Forster, 2004 ; ANOPER-Bénin, 2015 ; Droy, Bidou, 2015). De ce fait, ils sont souvent ignorés dans les négociations officielles menées entre l’État et les institutions étrangères lors de l’élaboration et de la mise en œuvre de projets de développement rural (Gangneron, 2011).

73La situation des éleveurs peulhs du Nord du Bénin n’est pas sans faire penser à celle qu’ils connaissent dans d’autres pays de l’Afrique subsaharienne (Gonin, Tallet, 2012 ; Hiernaux et al., 2014 ; Gonin, 2016 ; Marega, Mering, 2018 ; Rangé et al., 2020), où les politiques publiques ont le plus souvent privilégié l’agriculture au détriment de l’élevage. Les rapports d’alliance et le contexte économique ayant évolué depuis plusieurs décennies dans ces pays, les Peulhs se retrouvent sans grande protection dans une situation sociale incertaine, ce qui les conduit parfois à "s’auto marginaliser" (Ciavolella, 2010) du fait de leur faible poids dans le jeu politique local et national.

À l’ouest et au sud : engrais sous condition de coton

74En raison de l’épuisement des terres, phénomène évoqué dans la plupart des villages enquêtés, les populations expriment souvent la nécessité de recourir aux engrais chimiques pour fertiliser les sols. On a pu constater différents contextes d’utilisation du mot "engrais" à Natitingou, au nord-ouest de la zone d’étude, et à Tchaourou, au sud. Si ce terme est employé pour justifier la nécessité de recourir aux engrais afin d’améliorer les rendements des cultures, l’analyse des concordances de ce mot à partir des entretiens réalisés à Natitingou (figure 24), montre que c’est plus précisément du manque d’accès aux engrais qu’il est question, comme l’exprime un des agriculteurs interrogé dans cette commune : "La préoccupation des cultivateurs ici est que nous n’arrivons pas à trouver les engrais qu’il nous faut parce que la terre est devenue pauvre. C’est pour cela qu’on laisse des terres non fertiles pour défricher ailleurs. Ou alors il faut payer des engrais et pour cela il faut que tu aies de l’argent. Des fois on a l’argent et on ne trouve même pas d’engrais".

Figure 24 : Contextes d’utilisation de la forme "engrais" à Natitingou

Figure 24 : Contextes d’utilisation de la forme "engrais" à Natitingou

Houessè, Mering, 2023

75Il se trouve que l’État accorde la priorité d’accès aux engrais aux producteurs du coton, tels que ceux de Malanville, en les faisant bénéficier de subventions et de crédits pour leur acquisition auprès des structures étatiques que sont les centres régionaux pour la promotion agricole. De leur côté, les producteurs des cultures vivrières, pourtant nombreux, ne bénéficient pas de telles facilités et se sentent donc défavorisés. On retrouve parfois cette même préoccupation à Tchaourou. Ainsi, le conseiller du village de Koro compare sa situation à celle des producteurs de coton : "On ne considère pas les agriculteurs qui font des cultures vivrières comme des producteurs dans ce pays parce que c’est le coton qui est l’or blanc du pays. Le producteur de vivriers se bat et il ne trouve pas d’engrais tandis que ceux qui font du coton en trouvent sans payer".

76Dans ce contexte, la culture du coton est perçue par certains agriculteurs comme étant un bon moyen d’obtenir des encadrements techniques ainsi que des engrais à crédit, dont une partie est réutilisée pour des cultures vivrières ou encore revendue à d’autres agriculteurs. Certains d’entre eux n’hésitent pas à faire preuve de solidarité envers les autres, comme nous le dit un producteur de cultures vivrières de Tchaourou : "Si tu connais quelqu’un qui fait du coton, tu t’entends avec lui pour qu’il te revende une partie des engrais qu’il a reçus". Ainsi, ceux qui s’adonnent à la culture vivrière subissent la volatilité des prix sur le marché et sont parfois lésés par les commerçants qu’ils sollicitent pour des emprunts. Par ailleurs, ces agriculteurs, bien que nombreux, ne sont pas réunis en organisation paysannes comme c’est le cas pour les producteurs de coton à divers niveaux (village, communes ou départements). Si à Natitingou le manque d’engrais a favorisé le maintien de l’agriculture traditionnelle, à Tchaourou en revanche, où la crise de la filière des années 2000 avait entraîné l’abandon du coton par certains agriculteurs, sa relance récente laisse entrevoir la possibilité d’une reprise de la production.

Conclusion

77Au Nord du Bénin, le recul du couvert ligneux observé par télédétection, s’il est quasi-général, n’a pas la même ancienneté ni la même intensité selon les secteurs. Au nord, comme au centre et à l’est, où ils sont à l’œuvre depuis plusieurs décennies et les défrichements se poursuivent. Au sud, on assiste à une déforestation partiellement compensée par des plantations arborées. En revanche, à l’ouest, la couverture ligneuse apparaît relativement stable et progresse même par endroits. Les enquêtes auprès d’acteurs locaux nous éclairent sur la diversité de ces dynamiques paysagères et leurs perceptions par les populations. Au nord, où les terres ont été défrichées depuis longtemps pour laisser place à la culture du coton avec le recours à la traction animale et aux engrais chimiques, le manque d’espaces cultivables et de ressources fourragères pousse agriculteurs et éleveurs à opérer des incursions dans les aires protégées. À l’ouest, où les villageois s’inquiètent pour l’avenir de l’activité agricole délaissée par les plus jeunes, on observe à la fois des enfrichements, la poursuite de la jachère et de l’agroforesterie traditionnelle. Au sud, on assiste à l’émergence des plantations d’anacardiers, qui ne compense cependant pas un mitage des forêts qui se poursuit en raison d’une dynamique de fronts pionniers agricoles toujours vivace.

78Les entretiens avec les habitants des trois catégories de territoires étudiés ont permis de constater que, quelle que soit l’évolution du couvert ligneux observé, les mutations à l’œuvre dans ces milieux ruraux génèrent une accentuation de la pauvreté là où se maintient une agriculture traditionnelle extensive, et une aggravation des inégalités sociales et de l’insécurité foncière dans les territoires qui se sont tournés vers une intensification des pratiques agricoles. Ainsi, outre la persistance de la marginalisation des éleveurs peulhs, au nord comme au sud de la région, on observe plus récemment celle d’agriculteurs arrivés depuis longtemps d’autres régions du pays et pour qui l’accès aux terres devient de plus en plus difficile. Enfin, il faut souligner que les politiques agricoles, à nouveau très favorables à la production cotonnière, nourrissent chez les éleveurs et les petits paysans qui s’adonnent à l’agriculture vivrière le sentiment d’être abandonnés par les pouvoirs publics.

79Aujourd’hui, entre incitations à la poursuite des cultures de rente, qui contribuent à la déforestation, et réformes foncières qui visent à limiter celle-ci, le projet des décideurs paraît pour le moins ambivalent. Qu’il s’agisse des obstacles auxquels se heurte chaque jour davantage l’élevage transhumant, de la déprise rurale, de l’insécurité foncière, de l’abandon progressif de l’agriculture et de l’agroforesterie traditionnelles, les situations observées au sein des différents territoires du Nord du Bénin se présentent comme des concentrés de ce que vivent les populations rurales dans d’autres régions d’Afrique, contraintes de faire évoluer leurs pratiques et leurs activités afin de réduire leur vulnérabilité face aux changements environnementaux, économiques et politiques dont elles sont les premières à subir les effets. Ici comme ailleurs en Afrique de l’Ouest, la question, restée apparemment sans réponse satisfaisante à ce jour, est de savoir quelles seraient les mesures politiques offrant à ces populations la possibilité de tirer de leur activité un revenu les mettant à l’abri du besoin, sans pour autant poursuivre les défrichements tout en abandonnant la jachère, mais aussi sans devenir dépendantes des fluctuations du marché international auxquelles sont périodiquement soumises les cultures d’exportation.

Haut de page

Bibliographie

Aboudou Y.M.A.R., Gnélé J.E., Abdoulaye A.R., 2015, "Accaparement des terres rurales dans la commune de Tchaourou (Bénin) : une nouvelle problématique foncière", Revue de Géographie de l’Université de Ouagadougou, Vol.2, No.4, 65-78.

Achard F., De Fries R.S., Eva H., Hansen M., Mayaux P., Stibig H.J., 2007, "Pan-tropical monitoring of deforestation", Environmental Research Letters, Vol.2.

Agbanou T., Paegelow M., Toko I.I., Tente B., 2018, "Modélisation des changements d’occupation des terres en région soudanienne au Nord-Ouest du Benin", European Scientific Journal, Vol.14, No.12, 248-266, [en ligne]. URL : https://eujournal.org/index.php/esj/article/view/10788

Ale A.G., 2008, "Libéralisation agricole et incidence sur la production du coton au Bénin", Alternatives sud, Vol.15.

Alexandre F., Mering C., 2018, "Changements socio-environnementaux et dynamiques rurales en Afrique de l’Ouest", L’Espace géographique, Vol.47, No.3, 193-200.

Allen J.C., Barnes D.F., 1985, "The Causes of Deforestation in Developing Countries", Annals of the Association of American Geographers, Vol.75, 163-184.

Andrieu J., Mering C., 2008, "Cartographie par télédétection des changements de la couverture végétale sur la bande littorale ouest-africaine : exemple des Rivières du Sud du delta du Saloum au Rio Geba", Télédétection, Editions scientifiques GB, Vol.8, No.2, 93-118, [en ligne]. URL : https://eac.ac/revues/35

Association Nationale des Organisations Professionnelles d’Éleveurs de Ruminants du Bénin, 2015, "Les défis des éleveurs : le cas du Bénin en Afrique de l’Ouest", Dynamiques paysannes, No.36, CFSI.

Auclair L., 2004, " La déforestation dans les pays du sud : interactions entre population et développement ", In: Domenach H., Picouet M., (dir.), Environnement et populations : la durabilité en question, Paris, L'Harmattan, 101-127.

Audouin S., Gonin A., 2014, "L’anacarde : produit de la globalisation, moteur de la territorialisation, l’exemple du Sud du Burkina Faso", EchoGéo, Vol.29, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/echogeo/13926

Bédard M., 2016, "Réflexions sur les perceptions, conceptions, représentations et affections ou la quadrature des approches qualitatives en géographie", Cahiers de géographie du Québec, Vol.60, No.171, 531-549.

Bidou J.E., Ballo B.F., Doy I., 2013, "Crise cotonnière, politiques publiques et inégalités spatiales dans le Sud du Mali", Mondes en Développement, Vol.4, No.64, 35-56.

Bidou J.E., Droy I., Houessè R., Mering C., 2018, "Dynamiques démographiques, vulnérabilité et évolution du couvert végétal au nord Bénin : des interactions complexes", Espace populations sociétés, Vol.3, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/eps/8083

Bidou J.É., Koukpéré A., Droy I., 2019, "L’évolution des parcs à karité au Bénin : inégalités de genre et désenchantement du monde", L’Espace géographique, Vol.48, No.2, 138-152.

Bierschenk T., Olivier de Sardan J.P., 1998, Les pouvoirs au village, Ed. Karthala, Paris, 298 p.

Bierschenk T., Forster R., 2004, L'organisation sociale des Peuls dans l’est de l’Atakora (République du Bénin, communes de Kouandé, Péhonco et Kérou), Working Papers No.46, Institut für Ethnologie und Afrikastudien, Johannes Gutenberg-Universität, Mainz, 94 p.

Binder C.R., Hinkel J., Bots P.W.G., Pahl-Wostl C., 2013, "Comparison of frameworks for analyzing social-ecological systems", Ecology and Society, Vol.18, No.4, 26 p.

Boffa J.M., 2000, "Les parcs agroforestiers en Afrique de l’Ouest : clés de la conservation et d’une gestion durable", Unasylva, Vol.51, 11-17.

Bourgeron P.S., Hulphries H.C., Riboli-Sasco L., 2009, "Regional analysis of social ecological systems", Natures sciences sociétés, Vol.17, No.2, 185-193.

Chaléard J.L., 2010, "Les réponses de l’agriculture aux défis démo-économiques", Bulletin de l'Association de géographes français, Vol.1, 40-55, [en ligne]. URL : https://www.persee.fr/doc/bagf_0004-5322_2010_num_87_1_8180

Chowdhury R.R., 2006, "Driving forces of tropical deforestation: The role of remote sensing and spatial models", Singapore Journal of Tropical Geography, Vol.27, 82-101.

Ciavolella R., 2010, Les Peuls et l’État en Mauritanie, une anthropologie des marges, Paris, Karthala-UNIMIB, 430 p.

Codjoe S.N.A., 2007, "Integrating Remote Sensing, GIS, Census, and Socioeconomic Data in Studying the Population-Land Use/Cover Nexus in Ghana: A Literature Update", Africa Development, Vol.32, No.2, 197-212.

De Haan L., 1997, Agriculteurs et éleveurs au Nord-Bénin : Ecologie et genres de vie, Édition KARTHALA, Paris, 213 p.

Déry S., 1996, "Expansion agricole et déforestation : le modèle sud-est asiatique", Cahiers de géographie du Québec, Vol.40, No.109, 29-48.

Diédhiou I., Mering C., 2019, "D’une rive à l’autre du fleuve : Changements d’occupation du sol et dires d’acteurs en Basse-Casamance", L’Espace géographique, Vol.49, No.2, 117-137.

Doevenspeck M., 2004, "Migrations rurales, accès au foncier et rapports interethniques au sud du Borgou (Bénin) : une approche méthodologique plurielle", Afrika spectrum, No.39, Institut für Africa-Kunde, Hamburg, 23 p.

Droy I., Bidou J.É., 2015, "La fragilité de la sédentarisation d'une population pastorale peule au Bénin", in : Bosc P.M., Sourisseau J.M., Bonnal P., Gasselin P., Valette E., Bélières J.F. (Eds.), Friedmann H. (Pref.), Diversité des agricultures familiales : exister, se transformer, devenir, Versailles, Quae, 79-90.

Fairehead J., Leach M., 2003, Reframing deforestation. Gobal analysis and local realities: studies in West Africa, Taylor and Francis e-library ed., 238 p.

Faostat., 2015, Système d’information statistique en ligne de la FAO, [en ligne]. URL : http://faostat.fao.org

Foucher V., 2002, "Les « évolués », la migration, l’école : pour une nouvelle interprétation de la naissance du nationalisme casamançais", Le Sénégal contemporain, 375-424.

Gangneron F., 2011, "Heurs et malheurs de la gestion communautaire du barrage de Daringa dans la commune de Djougou au Bénin", Mondes et développement, No.155, 23-36.

Gangneron F., Robert E., 2015, "Droit au sol et gestion de la fertilité, Deux perspectives différentes : Djougou (Bénin) et Niakhar (Sénégal)", In: Sultan B., Lalou R., Sanni A.M., Oumarou A., Soumaré A.M. (Eds), Les sociétés rurales face aux changements climatiques et environnementaux en Afrique de l’Ouest, IRD Editions, 249-265.

Gonin A., Tallet B., 2012, "Quel avenir pour l'élevage dans le bassin cotonnier de l'Ouest du Burkina Faso ? Dynamiques agro-pastorales et recompositions territoriales", Autrepart, Vol.1, No.60, 95-110.

Gonin A., 2016, "Les éleveurs face à la territorialisation des brousses : repenser le foncier pastoral en Afrique de l’Ouest", Annales de géographie, No.707, 28-50.

Hesseling G., 1994, "La terre, à qui est-elle ? Les pratiques foncières en Basse Casamance", in Barbier-Wiesser F.G. (éd.), Comprendre la Casamance, Paris, Karthala, 243-260.

Hiernaux P., Diawara M., Gangneron F., 2014, "Quelle accessibilité aux ressources pastorales du Sahel ? L'élevage face aux variations climatiques et aux évolutions des sociétés sahéliennes", Afrique contemporaine, Vol.1, No.249, 21-35.

Houessè R, 2021, Les trajectoires des territoires ruraux face aux changements socio-environnementaux au Nord du Bénin, Thèse de l’Université Paris Cité, 360 p.

Houessè R, Mering C., 2021,"La déforestation au Nord Bénin : vers une multiplicité de trajectoires territoriales", L’Espace géographique, Vol.50, No.3-4, 153-174.

Houessè R., Koukpéré A., Mering C., Houessè A.M., 2023, "Recomposition des terroirs de Djougou au nord du Bénin en Afrique de l’Ouest : entre fronts pionniers agricoles et mise en place des plantations", Géovision, No.9, 184-200.

Igué O.J., 1999, Le Bénin et la mondialisation de l’économie : les limites de l’intégrisme du marché, Ed. Karthala, Paris, 310 p.

INSAE, 2019, Rapport sur les échanges extérieurs du Bénin en 2018 : Grands traits du commerce extérieur du Bénin, Cotonou, 29 p.

Koné M., Douffi K.G.C., Silué S.S, Soro F.A., N’guessan Y.J., Koffi I., Coulibaly L., 2020, "Cartographie de l’occupation du sol et dynamique des anacardiers de la sous-préfecture de Napié, au nord de la Côte d’Ivoire", Journal of Research in Environmental and Earth Science, Vol.6, No.2, 35-46.

Kosmowski F., Lalou R., Sultan B., Ndiaye O., Muller B., Galle S., Séguis L., 2015, "Observations et perceptions des changements climatiques : analyse comparée dans trois pays d'Afrique de l'Ouest", In : Sultan B., Lalou R., Sanni A.M., Oumarou A., Soumaré A.M. (Eds), Les sociétés rurales face aux changements climatiques et environnementaux en Afrique de l’Ouest, IRD Éditions, 339-376.

Laurance WF., 1999, "Reflections on the tropical deforestation crisis", Biological Conservation, Vol.91, 109-117.

Lavigne Delville P., Ouédraogo H., Toulmin C., 2002, "Dynamiques foncières et interventions publiques : enjeux, débats actuels et expériences en cours sur les politiques foncières en Afrique de l’Ouest", in: Lavigne-Delville P., Ouédraogo H., Toulmin C. (Eds.), Pour une sécurisation foncière des producteurs ruraux, Actes de séminaire international, Ouagadougou, GRAF/GRET/IIED, 17-35.

Lavigne Delville P., 2010, "La réforme foncière rurale au Bénin : Émergence et mise en question d’une politique instituante dans un pays sous régime d’aide", Revue française de science politique, Vol.60, No.3, 467-491.

Lavigne Delville P., 2020, "« Les plans fonciers ruraux » au Bénin (1992-2015). La carrière d’un instrument « pilote » au sein de politiques non stabilisées", Revue internationale de politique comparée, Éditions De BOECK SUPERIEUR, Vol.27, No.2, 61-86, [en ligne]. URL : https://www.cairn.info/revue-internationale-de-politique-comparee-2020-2-page-61.htm

Le Barbé L., Lebel T., Tapsoba D., 2002, "Rainfall variability in West Africa during the years 1950-90", Journal of Climate, Vol.15, No.2, 187-202.

Lebart L., Salem A., 1994, Statistique Textuelle, Dunod, Paris, 344 p.

Legesse G., Hayicho H., Alemu M., 2019, "Assessment of the Trend, Cause and Effect of Deforestation Using GIS and Remote Sensing in Goba District, Bale Zone, South Eastern Ethiopia", Agricultural Sciences, Vol.10, 546-566.

Mama A., Bamba I., Sinsin B., Bogaert J., De Canniere C., 2014, "Déforestation, savanisation et développement agricole des paysages savanes-forêts dans la zone soudano-guinéenne du Bénin", Bois et Forêts des Tropiques, Vol.322, No.4, 65-77.

Marega O., Mering C., 2018, "Les agropasteurs sahéliens face aux changements socio-environnementaux : nouveaux enjeux, nouveaux risques, nouveaux axes de transhumance", L’Espace géographique, Vol.47, No.3, 235-260, [en ligne]. URL : https://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2018-3-page-235.htm

Mas J.F.H., Puig H., Palacio J.L., Sosa-Lopez A., 2004, "Modelling deforestation using GIS and artificial neural networks", Environmental Modelling & Software, Vol.19, 461-471.

McCracken S.D., Brondfzio E.S., Nelson D., Moran E.F., Siqueira A.D., Pedraza C.R., 1999, "Remote Sensing and GIs at Farm Property Level: Demography and Deforestation in the Brazilian Amazon", Photogrammetric Engineering & Remote Sensing, Vol.65, No.11, 1311-1320.

Montaz L., 2020, "Mobilités, conflits fonciers et jeunesse. Dynamique des pouvoirs en pays bété", Côte d’Ivoire, Revue internationale des études du développement, Vol.3, No.243, 175-197.

Musumba Teso P., Katcho K., 2019, "Assessing Forest Cover Change and Deforestation Hot-Spots in the North Kivu Province, DR-Congo Using Remote Sensing and GIS", American Journal of Geographic Information System, Vol.8, No.2, 39-54.

Myers N., 1987, "Population, environment and conflict", Environmental Conservation, Vol.14, No.1, 15-22.

Nduka O.V., Yusha’u A.M., Dinshiya U., 2022, "Assessment of Changes in Land Cover by Deforestation in Kurmi LGA, Taraba State, Nigeria Using Remote Sensing/Geographic Information System", Aswan University Journal of Environmental Studies, Vol.3, No.1, 67-87.

Negassa M.D., Mallie D.T., Gemeda D.O., 2020, "Forest cover change detection using Geographic Information Systems and remote sensing techniques: a spatio-temporal study on Komto Protected forest priority area, East Wollega Zone, Ethiopia", Environmental Systems Research, Vol.9, 11-14.

Orékan V.O.A., 2008, Implementation of the local land-use and land-cover change model CLUE-s for Central Bénin by using socio-economic and remote sensing data, Thèse de doctorat, Université de Bonn, 230 p.

Quesnel A., 1996, "Population et devenir des agricultures africaines", in Gendreau F., Gubry P., Véron J. (Eds), Populations et environnement dans les pays du Sud, Karthala, Paris, 113-124.

Rangé C., Magnani S., Ancey V., 2020, "« Pastoralisme » et « insécurité » en Afrique de l’Ouest Du narratif réifiant à la dépossession politique", Revue internationale des études du développement, Vol.3, No.243, 115-150.

Rudel T.K., Defries R.S., Asner G.P., Laurance W.F, 2009, "Changing Drivers of Deforestation and New Opportunities for Conservation ", Conservation Biology, Vol.23, No.6, 1396-1405.

Salem A., 1987, Pratique des segments répétés. Essai de statistique textuelle, Éditions Klincksieck, Paris, 333 p.

Salem A., 2006, "Proximité segmentale", in : Viprey J.M. (ed.), JADT, Vol.2, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 843-853.

Samb O.C., Faye E., Dieng M., Sanago D., Samba A.N., Koita B., 2018, "Dynamique spatio-temporelle des plantations d’anacardier (Anacardium occidentale L.) dans deux zones agroécologiques du Sénégal", Afrique Science, Vol14, No.3, 365-377.

Sané T., Mering C., Cormier-Salem M.C., Diédhiou I., Ba B.D., Diaw A.T., Tine A.K., 2018, "Permanences et mutations dans les terroirs rizicoles de Basse Casamance (Sénégal)", L’Espace géographique, Vol.47, No.3, 201-218, [en ligne]. URL : https://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2018-3-page-235.htm

San Emeterio J.L., Alexandre F., Andrieu J., Génin A., Mering C., 2013, "Changements socio-environnementaux et dynamiques des paysages ruraux le long du gradient bioclimatique nord-sud dans le sud-ouest du Niger (régions de Tillabery et de Dosso)", VertigO, - la revue électronique en sciences de l'environnement, Vol.13, No.3, [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/14456

Scouvart M., Lambin É.F., 2006, "Approche systémique des causes de la déforestation en Amazonie brésilienne : syndromes, synergies et rétroactions", L’Espace géographique, Vol.35, No.3, 241-254, [en ligne]. URL : https://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2006-3-page-241.htm

Stamm V., 2013, "Formaliser les pratiques coutumières", Études Rurales, Vol.191, 169-189

Tabutin D., Thiltgès É., 1992, "Relations entre croissance démographique et environnement", Tiers-Monde, Vol.33, No.130, 273-294.

Toulouse B., 2019, "Utilisation et gestion de la savane arborée par les sociétés rurales au Sahel, Le cas de la forêt classée de Nianing (Sénégal)", L’Espace géographique, Vol.49, No.2, 153-170.

Tsayem Demaze M., 2010, "Éviter ou réduire la déforestation pour atténuer le changement climatique : le pari de la REDD", Annales de géographie, No.674, 338-358.

Tucker C.J., Townshend J.R.G., 2000, "Strategies for monitoring tropical deforestation using satellite data", International Journal of Remote Sensing, Vol.21, No.6-7, 1461-1471.

Vieira I.C.G., Toledo P.M., Silva J.M.C., Higuchi H., 2008, "Deforestation and threats to the biodiversity of Amazonia", Brazilian Journal of Biology, Vol.68, No.4, 949-956.

Wingate V.R., Akinyemi F.O., Iheaturu C.J., Ifejika Speranza C., 2022, "A Remote Sensing-Based Inventory of West Africa Tropical Forest Patches: A Basis for Enhancing Their Conservation and Sustainable Use.", Remote Sensing, Vol.14, 6251.

Wren-Lewis L., Becerra-Valbuena L., Houngbedji K., 2020, "Formalizing land rights can reduce forest loss: Experimental evidence from Benin", Science Advances, Vol.6, No.26, [en ligne]. URL : https://www.science.org/doi/10.1126/sciadv.abb6914

Haut de page

Notes

1 Le programme REDD (Réduction des émissions à effet de serre dues à la déforestation et à la dégradation des forêts) a été lancé en 2008 à l’initiative de l’ONU et a été suivi par REDD+ qui soutient financièrement les actions qui visent à réduire la déforestation dans les pays du sud.

2 Au sein des communes ont été retranchées les superficies des aires protégées dans la mesure où les activités humaines susceptibles d’exploiter les ressources naturelles (agriculture, élevage, chasse, etc.) y sont interdites.

3 Pour cela, les discours en langue locale sont d’abord traduits en langue française par l’interprète présent lors de l’enquête avant d’être transcrits puis mis en forme à travers le balisage du corpus.

4 Les traitements sont réalisés à partir du logiciel Lexico 5 disponible sur www.lexi-co.com/.

5 Le modèle hypergéométrique est fondé sur la distribution en probabilité du nombre de rencontres de toutes les permutations possibles dans les différentes parties du texte des formes étudiées dans l’hypothèse d’équiprobabilité.

6 Pour étudier l’usage du groupe de mots associé à "anacardier" codé "anacard+", nous avons fait les calculs sur tous les mots comportant la suite de caractères "anacard". La même technique a été utilisée pour prendre en compte le terme "plantation" au singulier comme au pluriel.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation de la zone d’étude et les 4 zones climatiques du Nord du Bénin
Crédits Houessè, Mering, 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 2 : Occupation du sol par les ligneux au Nord du Bénin en 2018
Légende Sources : Landsat 1979, 1992, 2002 et 2018
Crédits Houessè, Mering, 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 3 : Dendrogramme obtenu à l’issue de la classification ascendante hiérarchique en cinq classes des communes
Légende Sources : Landsat 1979, 1992, 2002 et 2018
Crédits Houessè, Mering, 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 4 : Représentation spatiale des profils d’évolution de l’occupation du sol des communes du Nord Bénin (à l’exclusion des aires protégées)
Crédits Sources : Landsat,1979, 1992, 2002 et 2018
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Figure 5 : Évolution de l’occupation des sols au sein des trajectoires A, B, C, D et E
Légende Sources : Landsat,1979, 1992, 2002 et 2018
Crédits Houessè, Mering, 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 6 : Évolution du couvert ligneux et taux de croissance de la population dans les trois communes enquêtées : Malanville (a ; d) ; Natitingou (b ; e) ; Tchaourou (c ; f)
Légende Sources : Landsat 1979, 1992, 2002 et 2018 ; INSAE 1979 et 2013
Crédits Houessè, Mering, 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Figure 7 : Exemple de balisage d’un extrait d’entretien
Crédits Houessè, Mering, 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 8 : Premier plan factoriel de l’AFC réalisée suivant une partition par village
Crédits Houessè, Mering, 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 9 : Modèle hypergéométrique de probabilité à partir des paramètres Fi, tj, T issus du tableau lexical
Crédits Houessè, Mering, 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 10 : Usages spécifiques des expressions liées à la déforestation
Crédits Houessè, Mering, 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 11 : Spécificités négatives, nulles et positives de l’emploi des formes en rapport avec les causes de la déforestation
Crédits Houessè, Mering, 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Photo 1a : Vente de bois au bord de la route à Malanville
Crédits Houessè, 2017
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Photo 1b : Coupe d’arbres à Tchaourou
Crédits Houessè, 2019
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 12 : Concordances de la forme "certains arbres"
Crédits Houessè, Mering, 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 13 : Les dissimilarités entre les discours selon le lieu d’enquête, mises en évidence sur le premier plan factoriel de l’AFC
Crédits Houessè, Mering, 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 14 : Spécificités positives (usage particulièrement fréquent) vs spécificités négatives (usage particulièrement peu fréquent) des mots traduisant la saturation de l’espace agraire et la surveillance des forêts dans les communes de Malanville, Natitingou et Tchaourou
Crédits Houessè, Mering, 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Photo 2 : Extension de cultures maraîchères le long des cours d’eau dans les villages de Malanville au cours de la saison sèche : Kantro a)
Crédits Houessè, 2017
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Issèné b)
Crédits Houessè, 2017
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Photo 3 a) Champ de coton dans la zone tampon aux confins du parc W
Crédits Houessè, 2017
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Photo 3 b) Retour des bœufs du Parc W
Crédits Houessè, 2017
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 15 : Spécificités positives vs spécificités négatives ou nulles dans les communes de Malanville, Natitingou et Tchaourou des formes "jeunes" et "pluie"
Crédits Houessè, Mering, 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 16 : Concordances de la forme "jeunes" à Natitingou
Crédits Houessè, Mering, 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 17 : Contextes d’utilisation des formes "pluie" et "pluies" à Natitingou
Crédits Houessè, Mering, 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Figure 18 : Spécificités (nulle, positive, négative) d’emploi des formes "pluie" et "pluies" selon la tranche d’âge (adultes, anciens, jeunes) dans les entretiens effectués à Natitingou
Crédits Houessè, Mering, 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 19 : Spécificités négatives, nulles et positives de l’emploi des mots "anacardier et plantation" dans les communes de Malanville, Natitingou et Tchaourou
Crédits Houessè, Mering, 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 20 : Contextes d’utilisation de la forme "anacardiers" dans les villages de Tchaourou
Crédits Houessè, Mering, 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Photo 4 a) Ancienne plantation d’anacardiers à Koro
Crédits Houessè, 2019
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Photo 4 b) Jeune plantation d’anacardiers dans un champ de Winra, Tchaourou
Crédits Houessè, 2019
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 21 : Spécificités négatives, nulles et positives de l’emploi des formes liées à la commercialisation des terres à Malanville, Natitingou et Tchaourou
Crédits Houessè, Mering, 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Photos 5 : Terres vendues, en friches à Yarimarou (Tchaourou), avril 2019. a)
Crédits Houessè, 2019
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre b)
Crédits Houessè, 2019
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 22 : Spécificités nulles, négatives ou positives de l’emploi des formes "je, on, nous, nos" et "ils" selon les groupes ethniques
Crédits Houessè, Mering, 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 23 : Contextes d’utilisation de la forme "nous" par le groupe ethnique Peulh
Crédits Houessè, Mering, 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Figure 24 : Contextes d’utilisation de la forme "engrais" à Natitingou
Crédits Houessè, Mering, 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40849/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rodrigue Houessè et Catherine Mering, « Déforestation au nord du Bénin : un éclairage par des enquêtes communautaires  », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 1061, mis en ligne le 27 février 2024, consulté le 23 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/40849 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.40849

Haut de page

Auteurs

Rodrigue Houessè

Post-doctorant, IRD-CESSMA (UMR 245), Université Paris Cité, 8 place Paul Ricœur, 75013 Paris, France ; rodrigue.houesse@ird.fr

Catherine Mering

Professeure-Emérite, LIED (UMR 8236), Université Paris Cité, 35 rue Hélène Brion, 75013 Paris, France ; catherine.mering@univ-paris-diderot.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search