Navigation – Plan du site

AccueilVie ScientifiqueRevue de livres2024Bernard Lahire, 2023, Les structu...

2024

Bernard Lahire, 2023, Les structures fondamentales des sociétés humaines, Paris, La Découverte, Collection sciences sociales du vivant, 970 p.

Denise Pumain

Texte intégral

1L’ouvrage de Bernard Lahire est d’importance, par son volume, par son érudition qui en fait une véritable "somme" scientifique, et par sa position originale réaffirmant en la substantialisant la liaison entre les sciences sociales et les sciences de la nature. Il faut admirer le courage de l’auteur, qui mobilise un vaste corpus de données pour aller souvent à contre-courant des idées plus fréquemment reçues en sciences sociales, et identifier des éléments de savoirs cumulables pour construire une sociologie faite d’universaux et de lois. Je ne prétends pas faire ici la recension que mérite cet ouvrage, quant à ce qu’il représente en termes d’apport à la science sociologique, d’autres plus qualifiés s’en chargeront, et sa dimension et sa construction rendraient difficile autant qu’injuste une proposition de résumé. Chacune de ses trois grandes parties offre cependant une lecture qui sera du plus grand intérêt pour les géographes. La première partie "Des sciences sociales et des lois", consacrée à l’épistémologie des sciences sociales, revient sur des questions maintes fois posées et discute l’histoire des controverses en leur apportant des réponses claires. Il distingue ainsi le sociologique du culturel (les variations culturelles aident à identifier les universaux du social), en se tenant à distance du relativisme et des excès de nominalisme : il défend "une double attitude réaliste et constructiviste" (p.95), bien sûr en évitant les pièges possibles du déterminisme et du naturalisme. En plaidant pour l’unicité du raisonnement scientifique, il s’attache à identifier des invariants et des lois, à partir de la recension de faits objectivés et de la comparaison d’une multitude de sociétés à travers l’histoire.

2La deuxième partie, "Ce que les sociétés humaines doivent à la longue histoire du vivant", introduit l’essentiel de la démarche originale de l’auteur, qui consiste à préciser les composantes de la socialité humaine, par différence avec celles d’autres espèces animales. Les fondements universels des sociétés humaines sont en partie issus de la biologie spécifique des sapiens, que l’auteur détaille méticuleusement à partir d’une large gamme de références de biologie et de sciences sociales, en plus de sa propre expérience. Il identifie comme fait distinctif majeur celui de "l’altricialité secondaire", c’est-à-dire la longue durée de la dépendance vécue pendant la période infantile et la formation des adolescents. Cette dépendance et cette vulnérabilité initiale seraient à l’origine de l’universalité des rapports de domination qui s’établissent comme un modus operandi déployé dans toutes les activités et les institutions humaines. La transmission culturelle des artefacts et des savoirs est une autre spécificité de l’espèce des sapiens, qui caractérise une temporalité de l’histoire humaine considérablement accélérée par rapport à celle de l’évolution biologique. Les grands faits anthropologiques issus de ces spécificités biologiques sont déclinés par l’auteur en dix lignes de force (p.342-365) et seize lois générales (p.365-415) qui reprennent en les resituant, entre autres, des lois marxiennes ou celle de l’imitation de Tarde.

3Je ne les énumère pas ici, elles sont ensuite articulées dans une troisième partie qui s’inspire des modes de construction des savoirs tels que Marx ou Darwin les concevaient pour traiter en douze chapitres des principaux processus du fonctionnement et de l’évolution sociale ("De la structuration des sociétés humaines"). Sont ainsi rediscutés des processus comme ceux de socialisation-apprentissage-transmission, de la puissance des artefacts, des formes de la domination, de la partition sexuée, de la famille, de la division du travail : les géographes apprécieront la relecture de toutes ces dynamiques sociales qui sont à l’œuvre et qu’ils mettent en œuvre dans leurs propres travaux.

4Tout en s’inspirant largement des travaux des sociologues, certains géographes revendiquent l’apport d’une contribution spécifique de leur discipline aux sciences sociales. Bernard Lahire n’en fait pas un point important de la structuration des sociétés, contrairement au sociologue Antony Giddens (1984) qui consacrait un long chapitre au processus de "régionalisation", créateur et consolidateur des différences culturelles, en empruntant largement à la théorie de la diffusion spatiale des innovations de Torsten Hägerstrand (1952). Aucune théorie géographique n’est citée dans le chapitre 5, consacré aux essais d’identification de lois en sciences sociales (p.137-209) et le nom de Waldo Tobler, que nous associons pourtant à "la première loi de la géographie" n’apparaît pas dans la bibliographie. Bernard Lahire cherche ses exemples en anthropologie (Alain Testart, Françoise Héritier), en histoire (Marc Bloch, Karl Marx) ; il utilise beaucoup la préhistoire, mais, alors même qu’il place la comparaison des sociétés au centre de sa démarche, il ne recourt pratiquement jamais à la géographie. Sauf inattention de ma part, Bernard Lahire ne cite qu’un seul géographe, qui est aussi et d’abord un "biologiste évolutionniste", Jared Diamond, au sujet de sa recension d’une vingtaine de définitions des religions (p.746). Mais, bien que trois ouvrages de cet auteur figurent dans la bibliographie finale, Bernard Lahire ne reprend pas la thèse de Jared Diamond (1997) relative à la détermination environnementale des émergences de l’agriculture au néolithique dans le monde, en des lieux situés dans des régions similaires par le climat et à des moments décalés dans le temps selon la diversité de leurs ressources biogéographiques. Bernard Lahire intitule un des chapitres de sa conclusion générale "un livre en forme de carte" (p.909), mais sa liste de la dizaine de disciplines devant participer au "bagage intellectuel de tout étudiant en sciences humaines et sociales" (p.82), pourtant élargie à la biologie évolutive et à l’éthologie ou aux neurosciences, ne comprend pas la géographie !

5En quelque sorte, en se voulant la plus générale possible, la sociologie fondamentale de Bernard Lahire serait-elle un peu "hors sol" ? L’ouvrage déduit, d’une conception anthropologique rétablie dans le concert du vivant, une partition sociologique que les géographes sont en droit de considérer bizarrement amputée des lois que les géographes ont établies dans trois dimensions essentielles : celle que les contraintes spatiales, ou plus largement environnementales, opposent aux capacités de développement et de maintien des sociétés ; celle de la territorialité, qui, bien que commune à d’autres espèces animales et inscrite plus généralement dans les rapports humains de domination, constitue tout de même un déterminant très important des conflits géopolitiques et de l’évolution des populations dans leurs territoires ; et celle, plus subtile, des interactions multiscalaires qui construisent les architectures des systèmes spatiaux dans le monde, que la géographie s’emploie à théoriser. Cette absence, dans un ouvrage majeur de la sociologie, ne doit pas se limiter à l’expression de notre frustration. Elle signifie une fois de plus, s’il en était nécessaire, l’importance que les géographes devraient accorder à leur activité de construction théorique et à cette forme de production et de dissémination des savoirs, dans leurs échanges interdisciplinaires, tout comme dans leurs enseignements et leurs applications aux aménagements des territoires.

Haut de page

Bibliographie

Diamond J., 1997, Guns, Germs, and Steel: The Fates of Human Societies, New York, Norton&Company’s, traduit Dauzat P.E., 2000, De l’inégalité parmi les sociétés. Essai sur l’homme et l’environnement dans l’histoire, Paris Gallimard.

Giddens A., 1984, The constitution of society: Outline of the theory of structuration, University of California Press.

Hägerstrand T., 1952, The propagation of innovation waves, Lund Studies in Geography, Series B, Human geography, 4.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Pumain, « Bernard Lahire, 2023, Les structures fondamentales des sociétés humaines, Paris, La Découverte, Collection sciences sociales du vivant, 970 p. », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 14 mars 2024, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/40922 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.40922

Haut de page

Auteur

Denise Pumain

CNRS-UMR Géographie-cités, France. Professeure émérite à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
pumain[at]parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search