Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesEpistémologie, Histoire de la Géo...2024Le territoire est toujours vivant...

2024
1065

Le territoire est toujours vivant. Une analyse transversale de la littérature sur un concept central de la géographie

Territory is still alive. A transversal analysis of the literature on a central concept in geography
El territorio continua vivo. Un análisis transversal de la literatura sobre un concepto central en geografía
Alexis Gonin

Résumés

Le concept de territoire fait l’objet d’une très abondante littérature en sciences humaines et sociales, qui alimente des sens et des usages apparemment très différents. Cet article dresse un état de l’art multidisciplinaire qui situe les uns par rapport aux autres les différents courants sur le concept de territoire. Dans le format synthétique qui est le sien, le but n’est pas d’approfondir chacune des discussions théoriques. Le premier objectif est plutôt de structurer, à travers un corpus d’environ 120 références, un panorama de la très abondante littérature francophone, anglophone et hispanophone sur le territoire. Le deuxième objectif est de tenter des rapprochements entre ces arènes de discussions qui échangent peu entre elles, autour de trois problématiques qui pourraient leur être communes. Enfin, en approfondissant la lecture transversale de la littérature et l’effort de synthèse, le troisième objectif est de soumettre à la discussion des caractéristiques fondamentales qui pourraient constituer le cœur conceptuel original du territoire. On propose finalement d’envisager la territorialisation comme un processus de partage qui permet de traiter la problématique de la coexistence des groupes sociaux dans des milieux ou espaces partagés.

Haut de page

Texte intégral

Cet article a été considérablement transformé par rapport à son état initial. Je dois cette maturation aux nombreuses conversations que j’ai eu la joie d’entreprendre avec des chercheurs et des acteurs des territoires venus d’horizons très divers. La notion de territoire est largement partagée, et elle m’a permis de nombreuses rencontres heureuses, au gré des terrains, projets de recherche et lectures que j’ai pu avoir.
Je remercie chaleureusement David Blanchon, Andrea Mubi Brighenti, Jeanne Etelain, Patrice Maniglier et Héloïse Rato pour les lectures empathiques qu’ils ont fait de la première version de ce texte, et pour leurs nombreuses suggestions qui ont pleinement participé à son élaboration.
Je remercie le comité de rédaction de Cybergéo et les trois relecteurs anonymes qui ont réalisé des relectures attentives de ce texte et l’ont accompagné jusqu’à son état actuel.

Introduction : le territoire est-il mort ?

1"Le territoire est mort, vive les territoires !" annonçait le titre d’un ouvrage majeur sur la question (Antheaume, Giraut, 2005). En effet, dans un mouvement paradoxal, "le" territoire comme concept a pu apparaître asphyxié par l’abondance de ses usages, alors même que "les" territoires comme cadres des processus sociaux semblaient fleurir de toute part. Il en a découlé un usage toujours croissant du terme au pluriel, concomitant d’un relatif abandon, dans les sphères de la géographie francophone du moins, des débats sur le concept. Dès la période 1990-2000, le territoire est apparu débordé par trois voies au moins. D’abord, le cadre territorial comme espace de souveraineté est apparu transgressé par les pratiques des acteurs. Dans un contexte de mondialisation marqué par l’intensification des flux de toute sorte, le territoire, quand on le réduit à celui des États, n’est plus une maille pertinente pour contenir la réalité sociale, économique et politique (Agnew, 1994). Dans le contexte de l’après-Guerre froide marqué par la mondialisation et la libéralisation des échanges, certains pronostiquent "la fin des territoires" (Badie, 1995) dans un monde qui serait désormais dominé par des flux. D’un point de vue conceptuel, le réseau et le lieu (place) semblent être des formes plus adaptées pour décrire la complexité d’un monde tissé par les mobilités entre lieux interconnectés (Antheaume, Giraut, 2005 ; Antonsich, 2009 ; Jessop, Brenner, Jones, 2008) : les logiques topologiques semblent dominer les logiques topographiques (Lévy, 2003). Un cadre fixe ne peut comprendre une réalité par essence mobile (Retaillé, 2011). "Les limites du territoire, c'est de devoir toujours en avoir" (Vanier, 2005). En définitive, ce qui se joue entre les territoires semble désormais plus important que ce qui se joue au sein des territoires (Vanier, 2010).

2La deuxième source de débordement, réside dans la "fabrication débridée de territoires" (Antheaume, Giraut, 2005). Les projets, les processus de décentralisation, la reconnaissance des espaces de pratiques, les résistances (luttes indigènes et paysannes pour l'accès aux terres en Amérique latine, Zones à Défendre, communs pour l’auto-gouvernance de lieux urbains ou de ressources naturelles), nourrissent une dynamique "foisonnante" de territorialisation laissant place à un paysage territorial inextricablement enchevêtré (Haesbaert, 2013). Les États n’ont pas le monopole de la production territoriale, les pratiques d’une multitude d’acteurs donnent naissance à des "territoires dans le territoire" (Boelens, et al., 2016).

3La troisième source de débordement est épistémique, et constitue l’objet de cet article. Alors que dans la sphère anglophone, Paasi (2003), Painter (2010) ou encore Elden (2010) notent un manque de théorisation et de débats sur le terme, c’est l’inverse qui semble se przoduire dans les sphères francophones. Plusieurs courants de recherche se réfèrent au territoire, multipliant ses sens possibles (Lévy, 2003), voire contradictoires (Antheaume, Giraut, 2005 ; Elissalde, 1993 ; Moine, 2006 ; Vanier, 2009). Malgré des tentatives de mise en cohérence de ses différentes composantes (Di Méo, 1998), très tôt, l’on s’est demandé si l’on avait vraiment besoin de ce concept (Lévy, 1993), ou si celui-ci ne pouvait être intégré dans celui d’espace (Pumain, 2012). Depuis les années 2010, la plupart des publications en géographie en ont un usage très prudent, et plutôt lâche, du concept, utilisé parfois de façon interchangeable avec celui d’espace, ou de zone. De manière significative, le Collège International des Sciences du Territoire (CIST), fondé en 2012 (Beckouche et al., 2012) a changé de nom, mais pas d’acronyme, pour devenir le Collège International des Sciences Territoriales (Lajarge et al., 2019), reconnaissant ainsi la diversité des approches qui traitent de la notion, et entérinant un certain abandon des discussions conceptuelles. Dès lors, le territoire est-il mort, victime de ses "apories" (Elissalde, 1993) ? Ne peut-on l’employer qu’au pluriel (Lajarge et al., 2019), pour désigner indifféremment, ainsi qu’on le trouve le plus souvent dans les publications en géographie francophone, une échelle (le local), des contextes spécifiques, des réseaux d’acteurs locaux ? Pourtant, si la reconnaissance de la polysémie du concept a suspendu les débats théoriques dans la sphère de la géographie francophone depuis le début des années 2010, ceux-ci sont toujours vifs ailleurs, comme en témoignent une série d’états de l’art qui tentent des synthèses plus ou moins exhaustives des débats autour du concept (Antonsich, 2017 ; Brighenti, Kärrholm, 2020; Debarbieux, 1999 ; Del Biaggio, 2015 ; Delaney, 2005 ; Giraut, 2008 ; Paquot, 2011).

4Cet article embrasse la polysémie du concept de territoire et pose l’hypothèse qu’il existe derrière la diversité des usages une cohérence conceptuelle fondamentale propre au territoire, qui en fonde l’originalité et le distingue comme outil de description et d’analyse d’autres concepts majeurs de la géographie, comme ceux de milieux ou d’espace.

5La première partie dresse un panorama des usages du territoire. Elle permet de définir un corpus de publications scientifiques qui participent aux discussions sur le concept. Elles sont présentées sous forme généalogique, en retraçant de façon chronologique les différentes écoles de pensées en sciences humaines et sociales, francophones, anglophones et hispanophones, qui ont discuté le concept. Partant du constat que ces différentes sphères utilisent un même vocable mais n’échangent que peu entre elles, nous proposons dans la deuxième partie des rapprochements potentiels entre ces littératures en explicitant des problématiques qui, si elles ne sont pas exprimées dans les mêmes termes, pourraient néanmoins être communes. Enfin, nous poursuivons dans la troisième partie ce travail de synthèse en approfondissant la lecture transversale de ces différentes littératures pour faire ressortir deux caractéristiques fondamentales du concept qui lui donne une cohérence par-delà la diversité de ses usages.

Un panorama des conceptions du territoire

6Plutôt qu’un état de l’art complet, impossible à mener de façon synthétique sur un sujet pour lequel autant d’écrits ont été produits depuis quarante ans, il s’agit ici d’esquisser une généalogie situant les approches du territoire les unes par rapport aux autres, dans un objectif panoramique. On suit pour cela une certaine chronologie (figure 1).

Figure 1 : Chronologie des discussions sur le concept de territoire

Figure 1 : Chronologie des discussions sur le concept de territoire

7Source : Gonin, 2024

Les trois entrées du territoire en géographie

8À l’origine, le territoire désigne une étendue sous la juridiction d’un pouvoir souverain, qui devient à l’époque moderne celui des États (Elden, 2013). Au XXème siècle, le concept est principalement utilisé en éthologie. Il est reconnu comme la zone défendue par un individu contre les intrusions extérieures (Lorenz, 1984 ; Von Uexküll, 1921). Si R. Ardrey (1967) transpose directement cette acception restreinte aux sciences humaines (définissant le territoire comme "l’espace vital terrestre, aquatique ou aérien, qu’un animal ou un groupe d’homme défend comme étant sa propriété exclusive"), trois auteurs (Sack, Raffestin et Bonnemaison), évoluant dans des sphères distinctes, vont chercher à démarquer territorialités humaines et animales. Se faisant, ils fondent chacun des théories très influentes pour la suite.

R. Sack, la territorialité comme stratégie

9Pour Sack, la territorialité humaine relève fondamentalement d’une stratégie, tandis que la territorialité animale est instinctive. Contrairement à ceux des animaux, les territoires humains apparaissent comme des instruments spatiaux consciemment et rationnellement mobilisés dans le but de configurer des relations sociales (Agnew, Paasi, Sack, 2000). L’œuvre de Sack (1983, 1986) est l’un des vecteurs les plus influents de la diffusion du concept de territoire dans les sciences humaines et sociales. Elle a été très lue et commentée par les géographes, notamment dans la géographie politique anglo-saxonne (Agnew et al., 2000 ; Delaney, 2005 ; Murphy, 2010).

10Sack définit la territorialité comme "la tentative d’un individu ou d’un groupe (x) d’influencer, de modifier ou de contrôler des objets, des personnes ou des relations sociales (y) en délimitant une aire géographique et en y affirmant un pouvoir". Cette définition est empreinte d’un certain behaviourisme (Murphy, 2012) dans la mesure où il est question d’agir sur le comportement des autres par le truchement des signes et marques du territoire.

11Les critiques adressées à la théorie de Sack portent notamment sur son caractère atemporel, déconnecté des contextes sociopolitiques (Agnew et al., 2000 ; Murphy, 2012). Ce manque s’explique en partie par le fait que Sack met surtout l’accent sur les effets escomptés de la territorialité comme stratégie de contrôle de personnes et de ressources plutôt que sur sa genèse.

C. Raffestin, un territoire sémiotique

12À l’instar de Sack, Raffestin rejette une transposition trop hâtive des conclusions des éthologues aux sociétés humaines. Les hommes ne répondent pas aux stimulus de l’environnement, mais ils l’interprètent et le transforment : ils le "sémiologisent", c’est-à-dire le codent, l’emplissent de signes (Raffestin, 1987). Les formes spatiales données sont transformées en formes territoriales habitables, dont les agencements, propres à chaque contexte socioculturel, sont composées à partir de structures invariantes : les nœuds, les réseaux, les mailles (Raffestin, 1987). Dans les sociétés urbanisées par exemple, les villes (nœuds) et les systèmes urbains (réseaux) sont les formes territoriales dominantes par rapport aux territoires agricoles (mailles). Contrairement à Sack, qui met l’accent sur les effets de la territorialité, Raffestin est sans doute le premier à mettre l’accent sur la généalogie du territoire. Celui-ci est une production d’acteurs socioculturels (Murphy, 2012), issue d’un processus "d’écogénèse territoriale" : un effort d’appropriation de l’espace qui demande travail et énergie pour l’adapter à des besoins particuliers. La dynamique de territorialisation-déterritorialisation-reterritorialisation (Deleuze, Guattari, 1980) prime sur le résultat : "le territoire n’est pas un objet, c’est un processus" (Raffestin, 1982, p.169).

13De façon impressionniste, Raffestin, dans ses multiples articles, fait progresser à petites touches un projet scientifique d’envergure : comprendre la relation des sociétés à l’extériorité de l’environnement physique et à l’altérité des autres hommes (Klauser, 2012). Relativement peu lu par ses contemporains (Fall, 2012 ; Fall, 2007), il connaît un écho quelque peu tardif, mais très important, notamment dans la littérature anglophone (Murphy, 2012).

J. Bonnemaison, un territoire culturel de l’identité

14Par rapport aux territoires des éthologues, définis d’abord par leur limite, et dont la fonction est d’exclure, Bonnemaison (1981) décrit les territoires par leurs "noyaux" centraux, une collection de lieux en réseau qui sont autant de points d’ancrage pour les affects portés à une terre. Le concept structure la géographie culturelle, qui se donne pour but d’expliquer comment une vision du monde particulière émerge de la relation affective d’un groupe culturel (d’abord réduit à une ethnie) à un espace, et comment cette vision du monde participe à l’agencement de cet espace. Le territoire est alors l’expression spatiale d’une vision du monde. Il se conçoit en termes de significations et de relations symboliques, il est porteur de sens. Il est avant tout idéel, quand l’espace est porteur de la composante matérielle. Bien qu’il s’en garde, cette approche du territoire ouvre la porte aux replis identitaires de type patriotiques, en essentialisant le rapport d’un "peuple" à une terre (Guérin-Pace, Guermond, 2006). Les discussions provoquées par ses travaux ont néanmoins été centrales jusqu’au début des années 2000 pour introduire le concept de territoire dans la géographie francophone.

Des maturations conceptuelles parallèles

15Les années 1990 et 2000 sont celles d’un foisonnement des recherches sur le territoire, qui se structurent autour de courants toujours actifs jusqu’à présent.

En géographie politique, un territoire de pouvoir

16The territory demeure un concept mineur en géographie anglophone, et les discussions suscitées dans la sphère francophone autour de ce terme sont plutôt traitées en anglais par les vocables land, place, ou space (Debarbieux, 1999). La littérature francophone sur le territoire serait plutôt à rapprocher des théories socio-spatiales anglophones (Klauser, 2012), tandis que le territory est surtout mobilisé dans le champ de la géographie politique anglo-saxonne. Celle-ci s’est structurée autour du refus de réduire le territoire à l’espace de souveraineté des seuls États-Nations. Les territoires étatiques sont certes les formes spatiales dominantes pour administrer des populations, allouer des ressources et se défendre (Gottman, 1973 ; Soja, 1971), mais il existe d’autres acteurs qui ont des stratégies territoriales (Sack, 1986), à l’instar par exemple des grandes entreprises capitalistes qui cherchent à exercer des formes de pouvoir souverain sur l’espace (Corson, 2011). Dans un article fondateur, J. Agnew (1994) met en garde contre "le piège territorial" qui consisterait à considérer le découpage du monde par les frontières internationales comme l’unique pavage territorial de référence.

17Historiquement, le territoire est une invention européenne de l’époque moderne (Alliès, 1980). Le concept émerge assez lentement dans la pensée occidentale et les pratiques politiques, comme le documente S. Elden dans une généalogie magistrale (2013). Face au pouvoir souverain, les acteurs locaux résistent en occupant ces espaces pour y revendiquer leurs droits et mener des "contre-territorialisations" (Isager, Ivarsson, 2002 ; Peluso, 2005).

18Le territoire, s’il est détaché de la seule souveraineté étatique, les États demeurant néanmoins les principaux producteurs (Agnew, 2010; Paasi, 2009), reste fondamentalement "un mécanisme de pouvoir" (Storey, 2020). Ce positionnement est entériné lors du lancement de la revue Territory Politics Governance en 2013 qui le consacre comme "un type important d’arrangement spatial par lequel le pouvoir se déploie et est vécu, mais qui ne se limite pas à l’État" (Agnew, 2013). La guerre en Ukraine le montre : comme espace de souveraineté étatique, il demeure un objet structurant de la géopolitique. Cette approche est cependant fortement critiquée actuellement pour sa tendance à universaliser un certain type de rapport à l’espace terrestre, alors que tel qu’il est définit, le concept demeure très empreint de la modernité européenne (Halvorsen, 2019).

En géographie sociale, un territoire de pratiques, économique, culturel et politique

19En France, une synthèse originale, sous couvert de géographie sociale, est esquissée dès les années 1990 par G. Di Méo (1998). Elle allie dans un même ensemble les différentes facettes du territoire, et notamment ses composantes matérielles et idéelles (Pachoud, Koop, George, 2022). Par rapport à la géographie culturelle, la géographie sociale insiste sur la façon dont des groupes sociaux inégalement dotés pratiquent et se représentent différemment un même espace. L’accent est mis sur la construction des territoires, qui se déroule selon quatre modalités (Di Méo, 1998, 2014) : (i) la construction des espaces concrets, par les pratiques sociales ; (ii) les rapports de production qui alimentent les échanges économiques ; (iii) l’idéologie territoriale, ou comment un groupe se représente son espace ; (iv) le pouvoir, qui s’exerce dans une perspective sackienne sur les individus par la médiation d’un espace délimité. Par rapport à la géographie politique anglo-saxonne, pour qui le territoire est un instrument de contrôle de l’espace, la géographie sociale met l’accent sur la production du territoire par les pratiques d’une multitude d’acteurs (Antonsich, 2011).

Développement local : un territoire de projet

20Saisis dans une approche d’économie spatiale, les territoires sont révélés par des flux (de données, de capitaux, de biens) entre acteurs répartis en différents lieux (Talandier et al., 2022). Le territoire de l’aéronautique par exemple est l’ensemble des espaces où sont situés les acteurs et les ressources qui participent au système industriel aboutissant à la fabrication d’avions. Il permet d’appréhender concrètement les acteurs et processus de la production et de l’échange (Pecqueur, 2009). Il met en lumière une échelle méso souvent négligée car transgressant les périmètres administratifs.

21L’approche par le développement local est distincte car elle met en exergue l’importance de l’échelle locale. Les systèmes productifs locaux, ou les clusters, montrent l’importance des relations de proximité (géographique, culturelle, institutionnelle) pour créer de la valeur et innover (Gumuchian, Pecqueur, 2007). Dans ces territoires se créent des coalitions d’acteurs qui valorisent des ressources locales, spécifiques au territoire. Le territoire est le résultat d’une dynamique intentionnelle des acteurs, en ce qu’il réside dans "un concours d'acteurs dans un espace géographique délimité […] qui vise à identifier puis tenter de résoudre un problème productif ressenti comme partagé par ses acteurs" (Campagne, Pecqueur, 2014). C’est sur cette appréhension du concept que prend racine le développement territorial (Torre, 2015) et l’ingénierie territoriale. Le projet, la mise en mouvement d’acteurs dans un objectif identifié, leur coordination pour mettre en œuvre les moyens d’atteindre cet objectif, créent le territoire, à l’échelle des problèmes à résoudre (Caron et al., 2018). Se pose alors la question de la gouvernance d’acteurs divers (Leloup et al., 2005). Si celle-ci est bien menée, alliant légitimité, démocratie et citoyenneté (Calame, 2015) dans une démocratie réellement participative, elle facilite des changements menés par les acteurs locaux (D’Aquino, 2002).

Les renouvellements actuels : le territoire comme assemblage et cohabitation

22Partageant des sources d’inspiration communes, les renouvellements actuels se rejoignent dans une approche relationnelle. Le territoire visibilise et codifie des assemblages d’acteurs dans leurs relations aux milieux, et permet ainsi à différents modes d’existence de cohabiter.

Le territorio, un pouvoir d’agir distribué qui fait territoire

23Un courant latino-américain se structure autour du concept de territorio (Sandoval et al., 2017). Ses auteurs sont très critiques de la géographie politique dominant la littérature anglo-saxonne, européanocentrée (Halvorsen 2019 ; Clare et al., 2018). Les analyses sont fondées sur des études de cas de collectifs en résistance, que cela soit les mouvements indigènes et paysans pour l’accès aux terres (Escobar, 2018 ; Haesbaert, 2013) ou les mouvements urbains contre les politiques libérales et leurs conséquences sociales (Schwarz, Streule 2022 ; Lombard et al., 2021). En s’attachant à décrire les pratiques quotidiennes de lutte, ces études éclairent une "praxis territoriale", d’autres façons de produire des territoires "par la base" (Ince, 2012). Clare et al. (2018) distinguent en espagnol le pouvoir souverain (poder) et le pouvoir d’agir (potencia), ce dernier inspiré par Foucauld et vu comme un pouvoir qui imprègne toute relation sociale. Les acteurs en lutte ne sont pas seulement dans un processus de résistance (contre-territorialisation), mais produisent des territoires par leurs pratiques, les liens qu’ils tissent, les projets qu’ils mettent en œuvre (rappelant les collectifs territoriaux de projet ; Campagne, Pecqueur, 2014), comme par exemple les organisations de chômeurs ancrées dans les réseaux de voisinage de Buenos Aires et qui ont redéfini des territoires de vie en ouvrant des écoles, des cliniques, des coopératives, des jardins partagés tout en s’opposant à la fabrique libérale de la ville. La lutte est pour les collectifs locaux tout à la fois la défense de moyens de subsistance, l’affirmation de visions du monde alternatives à l’idéologie moderne occidentale et l’opposition à des pouvoirs capitalistes (Escobar, 2018 ; Porto-Gonçalves, Leff, 2015).

La philosophie de l’écologie, le territoire comme manière d’habiter

24Depuis quelques années, la philosophie environnementale connait une audience élargie sur la question des relations entre vivants humains et autre qu’humains. Certains auteurs discutent dans ce cadre le concept de territoire, notamment Despret, dans un ouvrage majeur sur la question (2019). Étudiant l’évolution de la compréhension des comportements des oiseaux par les ornithologues, elle en vient à rejeter les fonctions classiquement attribuées au territoire par les éthologues (défense, reproduction, régulation des populations). Les oiseaux exercent des modes d’appropriation très différents de l’espace, comme autant de manières d’habiter propres à chaque espèce, voire à chaque individu. En retour, l’espace approprié fait agir les oiseaux (chanter, arpenter d’arbre en arbre, exhiber des couleurs). L’accent est mis sur les habitudes et les actes qui font le territoire. Finalement, il représente un type d’agencement, qui rend visible une manière d’habiter milieu, et permet de la communiquer aux congénères. Par sa fonction performative et ses codes, le territoire permet d’ajuster la distance aux autres individus d’une même espèce, ou d’espèces différentes (Morizot, 2016).

La territoriologie, un territoire animé

25Courant européen et multidisciplinaire, très marqué par la philosophie de l’immanence de Deleuze et Guattari (1980), la territoriologie s’oppose aux territoires donnés a priori, essentialisés de la géographie politique. Elle les décrit comme des assemblages momentanés de relations aux autres et à l’environnement, reprenant par là des éléments de la théorie de Raffestin (Brighenti, Karrholm, 2022). Par exemple, les aires de jeux pour enfants offrent des prises potentielles qui suggèrent de multiples possibilités aux enfants (ce que Gibson (1977) nomme des affordances, que l’on peut traduire par invites). Des relations se nouent, au matériel disponible, entre enfants : ces relations sont un territoire, une fin d’après-midi, un espace-temps distinct et préservé du reste de l’espace urbain rythmé par le travail et les mobilités (Brighenti, Kärrholm, 2020). Plus tôt ou plus tard dans la journée, d’autres agencements se nouent dans ce même environnement (par exemple entre assistantes maternelles en matinée ; entre adolescents lors d’une soirée conviviale). L’aire de jeu n’est pas un territoire, mais plusieurs, simultanés ou successifs.

26Les interactions sociales sont par essence fugaces, évanescentes : le territoire est ce qui permet de faire durer ces liens, ces associations originales. C’est un effort de stabilisation du social (Kärrholm, 2007) ; il demeure pourtant mouvant, vivant, expérimental, jamais totalement établi. Les territoires ont besoin d’être sans cesse produits et reproduits (Kärrholm, 2017). Chaque territorialité est une manière propre de composer des assemblages (Gonin, 2022) selon une certaine "constitution" (Brighenti, Kärrholm, 2020). Il s’agit de rechercher une coexistence possible entre des acteurs disparates, en réglant la bonne distance entre eux, et en établissant une limite entre ceux qui participent et ceux qui sont extérieurs. Le territoire existe alors parce qu’il est imaginé, représenté par ses participants et visible par les autres (Brighenti, 2010) : pour de nouveaux arrivants, il apparaît comme un ensemble original de règles et de standards, avec lequel ils doivent composer. En retour, ce territoire imaginé rassemble et mobilise ses acteurs.

B. Latour, un territoire d’interdépendances pour se situer sur la Terre

27En suivant Charbonnier (2020), Latour (2021) part du constat d’une disjonction entre les territoires où l’on vit et les territoires dont on vit. Dans les sociétés modernes, ces derniers sont invisibilisés. Latour invite à les dévoiler en les faisant décrire à ses concitoyens lors d’ateliers participatifs selon trois critères (Latour, 2015, p.338 ; Maniglier, 2021a). L’enquête, qui suit les préceptes de la théorie de l’acteur-réseau (Latour, 2005), procède en remontant de proche en proche toutes les entités dont chacun dépend pour sa subsistance (i), dévoilant des êtres dont on ne soupçonnait pas dépendre de prime abord. Mais à cette aune, dans nos sociétés modernes mondialisées, tout est relié avec tout dans un indescriptible enchevêtrement. Le premier critère ne suffit donc pas à définir un territoire. Pour Latour, la découverte de liens d’interdépendance nous oblige à prendre soin d’eux, d’où un attachement (ii). Le réseau de liens s’étend jusqu’aux êtres que l’on est prêt à défendre (iii). Là se trouvent les limites du territoire.

28Le territoire est un concept descriptif dont l’objectif est de se situer sur Terre (Latour, 2021), définie d’après l’hypothèse Gaïa de J. Lovelock et L. Margulis comme un grand enchevêtrement continu et global, l’ensemble des êtres en interrelation qui contribuent à produire eux-mêmes une zone habitable. Les territoires géopolitiques demeurent "de surface" et ne permettent pas de distinguer alliés et adversaires et les lignes de clivages recomposées par les changements globaux. Le territoire est un outil permettant de détecter des unités "gaïapolitiques" (Maniglier, 2021b) : distinguer parmi les êtres interdépendants, lesquels ont des intérêts divergents et lesquels partagent, au sein de classes "géosociales", des intérêts convergents (Latour, Schultz, 2022). Le global est intégré, non pas comme une échelle intégratrice des territoires, mais comme un actant (Gaïa) qui est distribué/agit dans chaque territoire (Etelain, 2023).

29Pour les besoins de sa réflexion sur la crise écologique, Latour construit son propre concept, peut-être influencé par l’acception classique de la géographie politique, mais finalement assez déconnecté des autres littératures dont il n’intègre pas les apports. Néanmoins, sa proposition apparaît comme clairement ouverte aux approfondissements venus des autres efforts théoriques.

30Les courants distingués dans la première partie transgressent largement une tentative de périodisation (figure 1). Les regroupements (éminemment discutables) effectués autour d’un ou de quelques auteurs ne sont pas hermétiques les uns aux autres. Plutôt que des champs cloisonnés, ils constituent des pôles de discussion sur une carte du concept de territoire qu’il nous reste maintenant à esquisser.

Rapprochements conceptuels : des problématiques communes pour le territoire

31Au-delà du foisonnement conceptuel, des classifications des différents courants peuvent être esquissées, offrant des points de repères dans les débats actuels. Une manière de procéder est de distinguer les processus de production de territoires (tableau 1). Nous développons dans cette deuxième partie une autre classification possible du corpus présenté dans la première partie. Pour Deleuze et Guattari (1991), un concept répond à une problématique. Or, au-delà des différences disciplinaires, de méthodes, de vocabulaire entre les courants de la littérature, des convergences autour de problématiques communes peuvent être mises à jour. Pour cela, nous avons suivi une méthode qualitative. En se concentrant notamment sur les introductions, définitions données du territoire et méthodes d’analyse des publications du corpus établi dans la première partie, nous avons essayé d’exprimer trois problématiques communes par rapport auxquelles elles se situaient. Cette lecture transversale donne à voir des rapprochements entre certaines littératures qui n’échangent pas ou très peu, et qui pourraient pourtant s’avérer fructueux. La figure 2 est une cartographie du concept de territoire qui situe les champs de la littérature et les principales publications qui les constituent par rapport à trois problématiques transversales.

Figure 2 : Une cartographie des champs de la littérature sur le concept de territoire

Figure 2 : Une cartographie des champs de la littérature sur le concept de territoire

Gonin, 2024

Le territoire pour analyser les stratégies de pouvoir et de résistance

32S’inscrivant dans l’héritage de Sack (1983), pour qui la territorialité est une stratégie pour affirmer par l’espace un pouvoir sur des personnes ou des ressources, la géographie politique mobilise jusqu’à aujourd’hui le territoire principalement pour analyser l’affirmation par un acteur souverain de son pouvoir sur l’espace et ce qu’il contient. Ces analyses sont de trois ordres : décrire la dimension spatiale des stratégies politiques de contrôle de l’espace (Cochrane, 2012) ; les processus concrets par lesquels le pouvoir s’ancre dans l’espace, autour des frontières par exemple (Paasi, 2009) ; analyser la dimension spatiale de la confrontation entre pouvoirs souverains autour de certaines ressources, comme l’eau (Lasserre, Brun, 2018).

33L’affirmation d’un pouvoir souverain sur l’espace ne va jamais sans résistances ni contestations. Le territoire est alors saisi, dans les études sur la contre-territorialisation (Shattuck, Peluso, 2021) et celles sur le territorio (Sandoval et al., 2017), pour analyser les multiples façons dont des acteurs locaux résistent au quotidien à l’affirmation d’un pouvoir souverain par des États ou des grandes entreprises capitalistes, qu’ils souhaitent instaurer des concessions agricoles ou minières, ou de grands aménagements. Ces deux littératures font très peu références l’une à l’autre, peut-être parce qu’elles sont ancrées dans des contextes géographiques différents (plutôt l’Amérique latine pour celle sur le territorio, plutôt l’Asie du Sud-Est et l’Afrique pour la contre-territorialisation). Elles partagent pourtant une problématique commune. Bien qu’elles nourrissent chacune une critique très forte de l’approche anglophone dominante du territoire comme espace de pouvoir (Halvorsen, 2019), elles se situent sur le même plan qu’elle : le territoire est mobilisé pour analyser de façon située des jeux de pouvoir.

Le territoire pour analyser les dynamiques de réseaux et de projets locaux

34Il s’agit certainement d’un des usages dominants en géographie francophone aujourd’hui, en opposition avec le territoire comme espace administré par un acteur souverain (Banos et al., 2020). Les études de cas au cœur de la littérature sur le développement local donnent à voir la façon dont des acteurs locaux (citoyens, acteurs économiques, élus, agents des collectivités, etc.) tissent des liens et forment des coalitions pour mener à bien des projets de transition. La référence centrale reste le territoire de projet définit par Pecqueur (2009), bien que le courant s’inscrive dans une mouvance plus large, ouverte par la géographie sociale, du territoire comme résultat des pratiques et représentations des acteurs (Di Méo, 1998). S’il est souvent utilisé dans un sens assez lâche comme quasi synonyme de local, le concept de territoire est employé pour quatre types d’analyse : décrire des contextes spécifiques dans lesquels des acteurs portent des projets ; décrire les interstices dans lesquels s’expérimentent des projets alternatifs (Leloup, et al., 2023), par exemple des systèmes agri-alimentaires écologiques (Lamine, Chiffoleau, 2016) ; mener des analyses transectorielles des changements systémiques que les acteurs souhaitent mettre en œuvre ; analyser la gouvernance et les processus de coordination entre acteurs de projets.

35Cette littérature forme un ensemble d’usages assez cohérents, qui s’opposent au territoire comme espace de souveraineté, mais sans faire référence à la territoriologie ou aux approches latouriennes, qui envisagent également les territoires comme des réseaux d’acteurs : des lectures croisées pourraient s’avérer fructueuses pour renforcer les usages du concept de territoire dans cette problématique.

Le territoire pour analyser la constitution de collectifs ancrés

36Territoriologie, approches latouriennes et philosophie de l’environnement ne communiquent pas forcément entre eux mais peuvent pourtant être regroupés dans une même approche dite relationnelle. Ils ont pour point commun de mobiliser le concept de territoire pour analyser les processus d’assemblages qui aboutissent à la constitution de collectifs d’acteurs. Les territoires protègent les conditions d’existence d’un collectif : un arrangement de relations construit pour satisfaire des besoins (Raffestin, 2012), ou un réseau d’acteurs qui dépendent les uns des autres pour leur subsistance (Latour, 2021 ; Pruvost, 2021). Les relations qui soudent ce groupe peuvent être fondées sur des interdépendances existentielles, des intérêts, des attachements (Latour, 2021), des représentations communes (Di Méo, 2014), un même projet (Pecqueur, 2009) ou encore une vision du monde partagée (Bonnemaison, 1981). Le territoire montre comment des groupes assurent leur intégrité et leur reproduction (Di Méo, 1998 ; Latour, 2021) en s’ancrant dans une matérialité (Brighenti, Kärrholm, 2020). En plus de donner corps à un groupe, le territoire est ce qui lui permet d’exister aux yeux des autres. "La territorialisation aide à définir, communiquer et renforcer un assemblage de relations à travers le déploiement d’arrangements spatiaux (frontières, zones, distinctions entre intérieur et extérieur, etc.)" (Blomley, 2019, p.235). La territoriologie ou la philosophie de l’environnement (Despret, 2019) emploient le territoire pour montrer comment un groupe rend ainsi visible aux yeux des autres un mode d’existence particulier. Ils rejoignent dans cette problématique les études sur le territorio. Dans les luttes qui opposent les populations locales aux territoires souverains, il s’agit également pour les premières de faire reconnaître d’autres façons de vivre et de se représenter le monde (Escobar, 2018). Les territoires permettent à la fois de résister (sens que nous avons distingué dans la première problématique) et d’exister, ce que Porto-Goncalves (2009) traduit dans un seul mouvement, "R-exister".

La territorialisation pour traiter la problématique du partage des espaces et des milieux

37Cette dernière partie poursuit la lecture transversale des littératures que nous avons regroupé autour de trois problématiques. Parmi les très nombreux usages et contextes de mobilisation de la notion de territoire, "l’analyse des analyses" fournies par les publications du corpus étudié ici fait ressortir deux caractéristiques fondamentales qui pourraient fonder le cœur conceptuel du territoire.

Analyser des processus : la territorialisation plutôt que le territoire

38L'idée de territorialisation est introduite par Deleuze et Guattari (1980) puis reprise par Raffestin (1987). Il la décrit comme un processus par lequel les acteurs s’approprient un espace en le transformant en territoire habitable grâce à leur énergie et leur travail. Or, même si peu de travaux s’intéressent à la façon dont les territoires sont construits (Gonin, Germaine, Kiryenko, 2023), un large consensus traverse les différents courants : les territoires sont les produits de processus, et non pas des cadres déjà-là, des périmètres administratifs ou institutionnels donnés. L’usage courant, et souvent l’usage scientifique, emploient plus volontiers le terme de "territoire" à celui de "territorialisation", dissimulant ainsi l’aspect processuel.

39Le tableau 1 explicite les différents types de processus de production de territoires et les différents acteurs à l’œuvre distingués par les littératures du corpus.

Tableau 1 : Quatre types de processus et d’acteurs de production des territoires

Acteurs producteurs de territoire

Acteurs souverains

Opposants

Multitude d’acteurs

Porteurs de projet

Héritage

Sack

Raffestin

Di Méo, Pecqueur

Approches

Géographie politique (anglophone)

Territorio et counter-territorialization

Géographie sociale et politique territoriologie

Développement territorial

Mode de production de territoires

"Technologie de pouvoir" (Elden, 2013)

Résistance et pratiques du quotidien

Pratiques du quotidien

Reconnaître un problème commun, constituer un réseau d’acteurs locaux, monter un projet, spécifier une ressource territoriale

Exemples de territorialisations

Cadastrer des terres, schémas d’aménagement, zonage, délimiter des aires protégées, enclore, user des forces armées, déplacer des populations

Résister, occuper. Paysans sans terre, mouvement indigènes, solidarités de quartier pour créer des communs face au démantèlement des services publics

Habiter, utiliser une ressource, aménager, s’approprier un espace, fréquenter un lieu

Monter une AOC, un Projet Alimentaire Territorial

Gonin, 2024

40Même les territoires administratifs où s’exerce la souveraineté sont les fruits de processus bien concrets, comme le décrit la géographie politique (Cochrane, 2012 ; Painter, 2010) : cadastrage des terres, schémas d’aménagement, attribution de permis d’exploitation à des compagnies agricoles, forestières ou minières privées, délimitation d’aires protégées, enclosure, usage des forces armées, déplacement de population. Des actions qui sont au cœur du processus de territorialisation de l’espace par des États ou des acteurs souverains qui veulent se l’approprier (Buch-Hansen, 2003 ; Sowerwine, 2004 ; Vandergeest, Peluso, 1995).

41Néanmoins, la territorialisation n’est pas le monopole des acteurs souverains, et les processus de production des territoires sont foisonnants (Antheaume, Giraut, 2005). À rebours des approches en termes de stratégies de pouvoir, les territoires sont envisagés par les travaux dans les champs de la contre-territorialisation, des territorios et de la territoriologie comme une production issue des pratiques sociales : ils émergent des activités quotidiennes (Ince, 2012 ; Smith, Hall, 2018). Ainsi, fréquenter, passer par, se représenter, habiter, aménager, c’est faire territoire (Kärrholm, 2007). Connaître une région, un paysage, simplement être là, occuper un lieu un temps (à l’instar des SDF dans l’espace public), ressentir un attachement affectif, revenir régulièrement pour un certain usage (par exemple jouer à la pétanque dans un square public), laisser des marques d’identification dans le paysage (par exemple des graffitis), aménager ou mettre en valeur des ressources (par exemple mettre en culture un champ), c’est aussi faire territoire. Les pratiques productrices de territoires peuvent être à la fois matérielles ou idéelles (Di Méo, 1998). Elles participent d’une appropriation collective d’un espace, dans un double sens : d’une part aménager un espace pour le rendre propre à un usage, répondre à des besoins ; d’autre part développer un sentiment d’appartenance (Bonnemaison, Cambrézy, Quinty-Bourgeois, 1999). Dans les approches du développement territorial, c’est le projet, la mise en mouvement d’acteurs autour d’un projet collectif, qui produit un territoire (Leloup et al., 2023). Concrètement, la production des territoires "émane/dérive des pratiques quotidiennes, "du bas"" (Shattuck, Peluso, 2021, p.199).

La territorialisation comme partage : un processus qui rassemble et sépare

42En poursuivant la lecture transversale de la littérature, la territorialisation apparaît fondamentalement comme un processus de partage pour régler la coexistence d’acteurs dont les modes d’être au monde diffèrent les uns des autres. Le partage est alors une dynamique incessante d’ajustement des relations aux autres. C’est une dialectique, qui comprend deux facettes a priori contradictoires : rassembler et partager. La territorialisation apparaît donc comme un double processus d’assemblage de collectifs et de tri (Brighenti, Kärrholm, 2020). Il s’agit de rassembler tous ceux qui partagent, à un moment, des intérêts, des façons de faire et d’exister communes, et dans le même mouvement de distinguer ceux qui ne participent pas des mêmes dynamiques, qui n’ont pas les mêmes intérêts ou manière d’être au monde. C’est une problématique éminemment politique, puisqu’il s’agit de reconnaître, pour rassembler ou distinguer, ceux avec qui l’on peut cohabiter, ceux avec qui on peut s’allier, et ceux dont les intérêts et les modes d’existence sont adverses. C’est une problématique également éminemment géographique : les relations de coexistence se règlent de façon située, dans un milieu ou un espace dont les caractéristiques particulières jouent dans la façon dont les relations se nouent. Dans une approche d’économie politique, on s’intéresse au partage des espaces, de leurs ressources et populations. Dans une approche d’écologie politique, on met plutôt l’accent sur la notion de milieu, pour illustrer la façon dont se joue la cohabitation des vivants dans les écosystèmes anthropisés. Ces processus ne se déroulent pas seulement à l’échelle locale : les changements globaux posent la question de la coexistence sur une même planète, et donc du partage de la Terre (Gonin, Etelain, Maniglier, Brighenti, 2024).

43Un territoire, résultat provisoire du processus de territorialisation, est ainsi fondamentalement partagé : il n’appartient pas à un acteur, pas plus qu’il n’est dominé par une autorité (Gonin, 2022). Nul ne domine ces relations, le territoire est le résultat des interdépendances. Chacun a intérêt à prendre soin de ces relations qui l’engagent et lui permettent de coexister, c’est-à-dire à la fois de vivre en paix avec les autres, mais également, de façon plus profonde, d’assurer, en passant par les autres, la continuité de sa propre existence (Latour, 2012). Le territoire apparaît comme une instance de coexistence entre acteurs hétérogènes.

44La territorialisation, et singulièrement le processus essentiel de délimitation (Brighenti, 2006) ne suit aucune limite naturelle ou culturelle : elle est un processus de découverte et de négociation, lieu après lieu, acteur après acteur : qui est intéressé (au sens propre de s’immiscer dans une chaîne d’acteurs qui se reconnaissent dans une même problématique (Callon, 1984) pour participer à une même trajectoire territoriale, un même projet (Leloup et al., 2023), une même constitution (Brighenti, Kärrholm, 2020), une même manière de s’ajuster aux autres ? En ce point, les intérêts convergent-ils ou divergent-ils ? En répondant à ces questions, le partage s’opère, des collectifs s’agrègent peu à peu, en se distinguant les uns des autres. La territorialisation est alors un outil opératoire pour décrire la manière dont des collectifs se recomposent sans cesse dans l’espace, en comprenant qui se rassemble, qui se distingue, autour de quels enjeux, en quels lieux.

45Les collectifs qui se (re)composent dans le processus de territorialisation ne sont toutefois pas strictement exclusifs : les acteurs ne forgent pas leur identité en appartenant à un territoire, mais en participant à plusieurs d’entre eux (Gumuchian, Grasset, Lajarge, Roux, 2003 ; Vanier, 2015). Les acteurs jouent avec les limites et se jouent des limites. Ils participent tous à un "enchevêtrement territorial" complexe et dynamique (Antheaume, Giraut, 2005), comme d’un terrain de jeu commun structuré par les instances de stabilisation relativement pérennes que sont les territoires. Passer d’un territoire à un autre, c’est passer d’une logique à une autre, d’un certain assemblage construit sur une manière de fonctionner à un autre, changer de rythme (Brighenti, Kärrholm, 2020). Les territoires agissent comme des cadres de référence pour les acteurs : ils structurent et rythment les espaces et milieux partagés. Mais les acteurs demeurent mobiles, passant d’un ancrage à un autre (Debarbieux, 2014), sans être exempt de contradictions dans leurs multiples participations territoriales.

Conclusion

46Cet article a pour ambition d’embrasser toute l’étendue de la littérature scientifique qui discute le concept de territoire, sans réussir toutefois à être exhaustif pour citer toutes les publications concernées. Sa progression suit une démarche en entonnoir. La première partie a permis de définir et de structurer un large corpus, et d’offrir un panorama de la littérature dans une démarche généalogique. La deuxième partie tente de restreindre les champs d’application du concept en faisant émerger trois problématiques possibles pour mettre en discussion les différents champs distingués dans la première partie. Enfin, la troisième partie va plus loin dans l’approfondissement en recherchant ce qui fait le cœur conceptuel du territoire. Il s’agissait de démontrer qu’au-delà de l’abondance des usages, il existe une cohérence forte à même de fonder un concept utile car mobilisable. Les usages abondants ont en effet tendance à émousser le tranchant de cet outil majeur pour la géographie et les autres sciences humaines et sociales. Trop souvent encore, le territoire est réduit à une échelle, le local. La cohérence du territoire réside dans le fait qu’il s’agit fondamentalement d’un concept politique, qui permet de décrire et d’analyser des processus de partage : partages de milieux, d’espaces, de ressources, de l’échelle locale à l’échelle planétaire. Des processus sous-tendus par des relations de pouvoir, dans lesquels se dessinent des alliances et des lignes de clivage, sans cesse mouvantes. Au terme de cette quête de l’unité conceptuel du territoire, on peut le définir comme un processus d’ajustement des relations aux autres pour partager des espaces et des milieux, et qui permet à des collectifs de se constituer, d’exister et de perdurer par rapport à d’autres collectifs territoriaux.

Haut de page

Bibliographie

Agnew J., 1994, "The territorial trap: the geographical assumptions of international relations theory", Review of international political economy, Vol.1, No.1, 53‑80.

Agnew J., 2010, "Still trapped in territory?", Geopolitics, Vol.15, No.4, 779‑784.

Agnew J.A., 2013, "Territory, Politics, Governance", Territory, Politics, Governance, Vol.1, No.1, 1‑4.

Agnew J., Paasi A., Sack R.D., 2000, "Classics in human geography revisited", Progress in Human Geography, Vol.24, No.1, 91‑99.

Alliès P., 1980, L’invention du territoire, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 188 p.

Antheaume B., Giraut F., 2005, Le territoire est mort, vive les territoires ! Une (re) fabrication au nom du développement, Paris, IRD éditions, 386 p.

Antonsich M., 2009, "On territory, the nation-state and the crisis of the hyphen", Progress in Human Geography, Vol.33, No.6, 789‑806.

Antonsich M., 2011, "Rethinking territory", Progress in Human Geography, Vol.35, No.3, 422‑425.

Antonsich M., 2017, "Territory and territoriality", The International Encyclopedia of Geography, Oxford, Wiley-Blackwell.

Ardrey R., 1967, L’impératif territorial, Paris, Stock, 447 p.

Badie B., 1995, La fin des territoires : essai sur le désordre international et sur l’utilité sociale du respect, Paris, Fayard, 276 p.

Banos V., Gassiat A., Girard S., Hautdidier B., Houdart M., Floch S.L. et al., 2020, "L’écologisation, mise à l’épreuve ou nouveau registre de légitimation de l’ordre territorial ? Une lecture à partir des particularités du débat conceptuel en France", Développement durable et territoires. Économie, géographie, politique, droit, sociologie, Vol.11, No.1, 1‑22.

Beckouche P., Grasland C., Guérin-Pace F., Moisseron J.Y., 2012, "Le territoire comme résultante lisible de processus complexes et comme ressource pour l’action", in: Beckouche P., Grasland C., Guérin-Pace F., Moisseron J.Y. (Éd.), Fonder les sciences du territoire, Paris, Karthala, 11‑35.

Blomley N., 2019, "The territorialization of property in land: space, power and practice", Territory, Politics, Governance, Vol.7, No.2, 233‑249.

Boelens R., Hoogesteger J., Swyngedouw E., Vos J., Wester P., 2016, "Hydrosocial territories: a political ecology perspective", Water international, Vol.41, No.1, 1‑14.

Bonnemaison J., 1981, "Voyage autour du territoire", L’Espace géographique, Vol.10, No.4, 249‑262.

Bonnemaison J., Cambrézy L., Quinty-Bourgeois L., 1999, Le territoire, lien ou frontière ? Les territoires de l’identité, Paris, Éditions L’Harmattan.

Brighenti A., 2006, "On territory as relationship and law as territory", Canadian Journal of Law and Society, Vol.21, No.2, 65‑86.

Brighenti A., Karrholm M., 2022, Territories, Environments, Governance: Explorations in Territoriology, London, Routledge.

Brighenti A.M., 2010, "On Territorology Towards a General Science of Territory", Theory, culture & society, Vol.27, No.1, 52‑72.

Brighenti A.M., Kärrholm M., 2020, Animated Lands: Studies in Territoriology, Lincoln, University of Nebraska Press, 252 p.

Buch-Hansen M., 2003, "The territorialisation of rural Thailand: between localism, nationalism and globalism", Tijdschrift voor economische en sociale geografie, Vol.94, No.3, 322‑334.

Calame P., 2015, "La gouvernance territoriale, clé de la transition vers des sociétés durables", L’Économie politique, Vol.68, No.4, 59‑70.

Callon M., 1984, "Some elements of a sociology of translation: domestication of the scallops and the fishermen of St Brieuc Bay", The sociological review, Vol.32, No.1, 196‑233.

Campagne P., Pecqueur B., 2014, Le développement territorial. Une réponse émergente à la mondialisation, Paris, Charles Léopold Mayer, 268 p.

Caron P., Valette E., Wassenaar T., Coppens d’Eeckenbrugge G., Papazian V., 2018, Des territoires vivants pour transformer le monde, Versailles, Quae.

Charbonnier P., 2020, Abondance et liberté : une histoire environnementale des idées politiques, Paris, La Découverte.

Clare N., Habermehl V., Mason-Deese L., 2018, "Territories in contestation: relational power in Latin America", Territory, Politics, Governance, Vol.6, No.3, 302‑321.

Cochrane A., 2012, "Making up a region: the rise and fall of the ‘South East of England’as a political territory", Environment and Planning C: Government and Policy, Vol.30, No.1, 95‑108.

Corson C., 2011, "Territorialization, enclosure and neoliberalism: non-state influence in struggles over Madagascar’s forests", Journal of Peasant Studies, Vol.38, No.4, 703‑726.

D’Aquino P., 2002, "Le territoire entre espace et pouvoir : pour une planification territoriale ascendante", L’Espace géographique, Vol.31, No.1, 3‑22.

Debarbieux B., 1999, "Le territoire : histoires en deux langues. A bilingual (his-) story of territory", in: Chivallon C., Ragouet P., Samers M. (Éd.), Discours scientifiques et contextes culturel. Géographies françaises et britanniques à l’épreuve post-moderne, Bordeaux, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 33‑46.

Debarbieux B., 2014, "Enracinement–Ancrage–Amarrage : raviver les métaphores", L’Espace géographique, No.1, 68‑80.

Del Biaggio C., 2015, "Territory beyond the Anglophone Tradition", in: Agnew J., Mamadouh V., Secor A.J., Sharp J. (Éd.), A Companion to Political Geography, Chichester, Wiley-Blackwell, 35‑47.

Delaney D., 2005, Territory: a short introduction, Malden, Blackwell, 165 p.

Deleuze G., Guattari F., 1980, Mille plateaux, Paris, Éditions de Minuit, 645 p.

Deleuze G., Guattari F., 1991, Qu’est-ce que la philosophie ?, Paris, Éditions de Minuit.

Despret V., 2019, Habiter en oiseau, Arles, Actes Sud, 211 p.

Di Méo G., 1998, Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan, 317 p.

Di Méo G., 2014, Introduction à la géographie sociale, Paris, Armand Colin, 191 p.

Elden S., 2010, "Land, terrain, territory", Progress in Human Geography, Vol.34, No.6, 799‑817.

Elden S., 2013, The Birth of Territory, Chicago, University of Chicago Press, 493 p.

Elissalde B. (Éd.)., 1993, "Les apories du territoire. Espaces, couper/coller", Espaces Temps, Vol.51‑52, No.1, 209.

Escobar A., 2018, Sentir-penser avec la Terre, Paris, Seuil.

Etelain J., 2023, A Theory of Zones. Conceptualizing Space in the Planetary Era, Nanterre, Université Paris Nanterre, New-York University, 366 p.

Fall J.J., 2007, "Lost geographers: power games and the circulation of ideas within Francophone political geographies", Progress in Human Geography, Vol.31, No.2, 195‑216.

Fall J.J., 2012, "Reading Claude Raffestin: pathways for a critical biography", Environment and Planning. D, Society and Space, Vol.30, 173‑189.

Gibson J.J., 1977, "The theory of affordances", in: Shaw R., Bransford J. (Éd.), Perceiving, acting, and knowing: Toward an ecological psychology, NJ, Erlbaum, Hillsdale, 67-82

Giraut F., 2008, "Conceptualiser le territoire", Historiens et géographes, No.403, 57‑68.

Gonin A., 2022, "Inhabiting Together. Manure Contracts and Other Territorial Compositions Between Pastoralism and Agriculture in Western Burkina Faso", in: Brighenti A., Karrholm M. (Éd.), Territories, Environments, Governance: Explorations in Territoriology, London, Routledge.

Gonin A., Etelain J., Maniglier P., Brighenti A., 2024, "Terrestrial Territories. From the Globe to Gaia, A new Ground for Territory", Dialogues in Human Geography.

Gonin A., Germaine M.A., Kiryenko N., 2023, "The production of territories seen from a materialist perspective: Humans and more-than-humans in the politics of territorialisation in France’s Sélune Valley", Territory, Politics, Governance, 1‑20.

Gottman J., 1973, The Significance of Territory, Charlottesville, University Press of Virginia.

Guérin-Pace F., Guermond Y., 2006, "Identité et rapport au territoire", L’Espace géographique, Vol.35, No.4, 289‑290.

Gumuchian H., Grasset E., Lajarge R., Roux E., 2003, Les acteurs, ces oubliés du territoire, Paris, Economica, 186 p.

Gumuchian H., Pecqueur B. (Éd.)., 2007, La ressource territoriale, Paris, Economica, Anthropos, 252 p.

Haesbaert R., 2013, "A Global Sense of Place and Multi-territoriality: Notes for Dialogue from a ‘Peripheral’Point of View", in: Spatial politics: essays for Doreen Massey, Wiley Online Library, 146‑157

Halvorsen S., 2019, "Decolonising territory: Dialogues with Latin American knowledges and grassroots strategies", Progress in Human Geography, Vol.43, No.5, 790‑814.

Ince A., 2012, "In the Shell of the Old: Anarchist Geographies of Territorialisation", Antipode, Vol.44, No.5, 1645‑1666.

Isager L., Ivarsson S., 2002, "Contesting Landscapes in Thailand: Tree Ordination as Counter-territorialization", Critical Asian Studies, Vol.34, No.3, 395‑417.

Jessop B., Brenner N., Jones M., 2008, "Theorizing sociospatial relations", Environment and planning. D, Society and space, Vol.26, No.3, 389‑401.

Kärrholm M., 2007, "The materiality of territorial production: a conceptual discussion of territoriality, materiality, and the everyday life of public space", Space and culture, Vol.10, No.4, 437‑453.

Kärrholm M., 2017, "The temporality of territorial production–the case of Stortorget, Malmö", Social & Cultural Geography, Vol.18, No.5, 683‑705.

Klauser F.R., 2012, "Thinking through territoriality: introducing Claude Raffestin to Anglophone sociospatial theory", Environment and Planning-Part D, Vol.30, No.1, 106‑120.

Lajarge R., Cailly L., Ruas A., Saez G., 2019, Demande (s) territoriale (s), Paris, Karthala.

Lamine C., Chiffoleau Y., 2016, "Reconnecter agriculture et alimentation dans les territoires : dynamiques et défis", Pour, Vol.232, No.4, 225‑232.

Lasserre F., Brun A., 2018, Le Partage de l’eau : Une réflexion géopolitique, Odile Jacob, 179 p.

Latour B., 2005, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 637 p.

Latour B., 2012, Enquête sur les modes d’existence. Une anthropologie des Modernes, Paris, La Découverte, 498 p.

Latour B., 2015, Face à Gaïa : huit conférences sur le nouveau régime climatique, Paris, La Découverte.

Latour B., 2021, Où suis-je ? Leçons du confinement à l’usage des terrestres, Paris, La Découverte, 187 p.

Latour B., Schultz N., 2022, Mémo sur la nouvelle classe écologique : Comment faire émerger une classe écologique consciente et fière d’elle-même, Paris, La Découverte, 95 p.

Leloup F., Moyart L., Pecqueur B., 2005, "La gouvernance territoriale comme nouveau mode de coordination territoriale ?", Géographie, économie, société, Vol.7, No.4, 321‑332.

Leloup F., Moyart L., Pecqueur B., 2023, "La gouvernance territoriale : d’un mode de coordination à un processus de cohésion territoriale ?", Géographie Économie Société, Vol.25, No.2, 145‑161.

Lévy J., 1993, "A-t-on encore (vraiment) besoin du territoire ?", Espaces Temps, Vol.51, No.1, 102‑142.

Lévy J., 2003, "Territoire", Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 907‑910.

Lombard M., Hernández-García J., Salgado-Ramírez I., 2021, "Beyond displacement: territorialization in the port city of Buenaventura, Colombia", Territory, Politics, Governance, 1‑20.

Lorenz K., 1984, Les fondements de l’éthologie, Paris, Flammarion, 426 p.

Maniglier P., 2021a, Le philosophe, la Terre et le virus. Bruno Latour expliqué par l’actualité, Paris, Les Liens qui Libèrent, 269 p.

Maniglier P., 2021b, "Latour, chef de guerre. Petit traité de gaïapolitique", Le cri de Gaïa. Penser avec Bruno Latour, Paris, Les empêcheurs de penser en rond.

Moine A., 2006, "Le territoire comme un système complexe : un concept opératoire pour l’aménagement et la géographie", L’Espace géographique, Vol.35, No.2, 115‑132.

Morizot B., 2016, Les diplomates. Cohabiter avec les loups sur une autre carte du vivant, Paris, Wildproject, 315 p.

Murphy A.B., 2010, "Identity and territory", Geopolitics, Vol.15, No.4, 769‑772.

Murphy A.B., 2012, "Entente territorial: Sack and Raffestin on territoriality", Environment and Planning D: Society and Space, Vol.30, No.1, 159‑172.

Paasi A., 2003, "Territory", in: Agnew J., Mitchell K., Toal G. (Éd.), A Companion to Political Geography, Malden, Blackwell, 109‑122.

Paasi A., 2009, "Bounded spaces in a ‘borderless world’: border studies, power and the anatomy of territory", Journal of Power, Vol.2, No.2, 213‑234.

Pachoud C., Koop K., George E., 2022, "Societal transformation through the prism of the concept of territoire: A French contribution", Environmental Innovation and Societal Transitions, Vol.45, 101‑113.

Painter J., 2010, "Rethinking territory", Antipode, Vol.42, No.5, 1090‑1118.

Paquot T., 2011, "Qu’est-ce qu’un « territoire »?", Vie sociale, No.2, 23‑32.

Pecqueur B., 2009, "De l’exténuation à la sublimation : la notion de territoire est-elle encore utile ?", Géographie, économie, société, Vol.11, No.1, 55‑62.

Peluso N.L., 2005, "Seeing property in land use: Local territorializations in West Kalimantan, Indonesia", Geografisk Tidsskrift-Danish Journal of Geography, Vol.105, No.1, 1‑15.

Porto-Gonçalves C.W., 2009, "De Saberes y de Territorios-diversidad y emancipación a partir de la experiencia latino-americana", Polis. Revista latinoamericana, Vol.22, 1‑13.

Porto-Gonçalves P., Leff E., 2015, "Political Ecology in Latin America: the Social Re-Appropriation of Nature, the Reinvention of Territories and the Construction of an Environmental Rationality", Desenvolvimento el meio ambiente, Vol.35, 65‑88.

Pruvost G., 2021, Quotidien politique. Féminisme, écologie, subsistance, Paris, La Découverte, 394 p.

Pumain D., 2012, "Espace et territoire : vers des concepts scientifiquement intégrés", in: Beckouche P., Grasland C., Guérin-Pace F., Moisseron J.Y. (Éd.), Fonder les sciences du territoire, Paris, Karthala, 53‑70.

Raffestin C., 1982, "Remarques sur les notions d’espace, de territoire et de territorialité", Espaces et sociétés, No.41, 167‑171.

Raffestin C., 1987, "Repères pour une théorie de la territorialité humaine", Cahier/Groupe Réseaux, Vol.3, No.7, 2‑22.

Raffestin C., 2012, "Space, territory, and territoriality", Environment and Planning-Part D, Vol.30, No.1, 121.

Retaillé D., 2011, "Du paradigme sahélien du lieu à l’espace (mondial) mobile", L’Information géographique, Vol.75, No.1, 71‑85.

Sack R.D., 1983, "Human territoriality: a theory", Annals of the Association of American Geographers, Vol.73, No.1, 55‑74.

Sack R.D., 1986, Human territoriality: its theory and history, Cambridge, Cambridge University Press, 259 p.

Sandoval M.F.L., Robertsdotter A., Paredes M., 2017, "Space, power, and locality: The contemporary use of territorio in Latin American geography", Journal of Latin American Geography, 43‑67.

Schwarz A., Streule M., 2022, "Rendering territory (in)visible. Approaching urban struggles through a socio-territorial lens", Territories, environments, politics, New Yord, Routledge, 136‑152.

Shattuck A., Peluso N.L., 2021, "Territoriality", in: Akram-Lodhi H., Dietz K., Engels B., McKay B.M. (Éd.), Handbook of Critical Agrarian Studies, Cheltenham, Elgar, 197‑204.

Smith R.J., Hall T., 2018, "Everyday territories: homelessness, outreach work and city space", The British Journal of Sociology, Vol.69, No.2, 372‑390.

Soja E.W., 1971, The Political Organization of Space, Washington DC, Association of American Geographers.

Sowerwine J.C., 2004, "Territorialisation and the Politics of Highland Landscapes in Vietnam: Negotiating Property Relations in Policy, Meaning and Practice", Conservation and Society, Vol.2, No.1, 97.

Storey D., 2020, "Territory and territoriality: retrospect and prospect", A Research Agenda for Territory and Territoriality, Cheltenham, Elgar, 1‑24.

Talandier M., Bouba-Olga O., Vanier M., 2022, "Catégories et clivages. La fin de la paix territoriale ?", Multitudes, Vol.86, No.1, 202‑208.

Torre A., 2015, "Théorie du développement territorial", Géographie, économie, société, Vol.17, No.3, 273‑288.

Vandergeest P., Peluso N.L., 1995, "Territorialization and state power in Thailand", Theory and society, Vol.24, No.3, 385‑426.

Vanier M., 2005, "L’interterritorialité : des pistes pour hâter l’émancipation spatiale", Le territoire est mort. Vive les territoires !, Paris, IRD Éditions, 317‑336.

Vanier M. (Éd.)., 2009, Territoires, territorialité, territorialisation : controverses et perspectives, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 228 p.

Vanier M., 2010, Le pouvoir des territoires, Paris, Economica, 186 p.

Vanier M., 2015, "Démocratie locale : changement d’horizon ?", Esprit, No.2, 109‑118.

Von Uexküll J., 1921, Umwelt und innenwelt der tiere, Berlin, Heidelberg, Springer.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Chronologie des discussions sur le concept de territoire
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40974/img-1.png
Fichier image/png, 164k
Titre Figure 2 : Une cartographie des champs de la littérature sur le concept de territoire
Crédits Gonin, 2024
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/40974/img-2.png
Fichier image/png, 205k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexis Gonin, « Le territoire est toujours vivant. Une analyse transversale de la littérature sur un concept central de la géographie », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 1065, mis en ligne le 05 avril 2024, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/40974 ; DOI : https://doi.org/10.4000/w62s

Haut de page

Auteur

Alexis Gonin

Maître de conférences en géographie. Université Paris Nanterre, UMR LAVUE 7218, équipe Mosaïques, France.
agonin[at]parisnanterre.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search