Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesEspace, Société, Territoire2024Impact du numérique sur la relati...

2024
1067

Impact du numérique sur la relation entre les systèmes de gestion de crise et les citoyens, analyse empirique en Île-de-France et en Région de Bruxelles-Capitale

Impact of digital technology on the relationship between emergency management systems and citizens, an empirical analysis in the Île-de-France and Brussels-Capital regions
Impacto de lo digital entre la relación de los sistemas de gestión de crisis y los ciudadanos. Análisis empírico en Isla de Francia y la Región de Bruselas-Capital
Victor Santoni

Résumés

Depuis une dizaine d’année, les systèmes de gestion de crise utilisent les canaux de communication apportés par le numérique. D'un côté, le recours aux plateformes numériques et aux applications smartphones permet une plus grande visibilité des connaissances sur le risque. De l’autre, les réseaux sociaux numériques apparaissent comme un levier idéal pour combler le manque d'implication citoyenne dans la gestion de crise. Pourtant, jusqu'à la crise sanitaire qui a débuté en 2020, rien ne semble avoir été fait pour impliquer les citoyens au cours du processus de gestion de crise. Dans cet article, nous posons la question de l'apport du numérique dans la transformation de la communication sur les risques et dans l'implication citoyenne dans la gestion de crise. En 2018, nous avons diffusé un questionnaire en Île-de-France et dans la région de Bruxelles-Capitale afin de comprendre les attentes des citoyens et les effets des stratégies de communication territoriale sur la perception des risques citoyens. Nos résultats suggèrent que la technologie numérique contribue à la gestion des catastrophes de deux manières principales : en facilitant la communication officielle avant et pendant les crises, et en favorisant l'implication des citoyens pendant les crises. Néanmoins, notre analyse révèle que même si la technologie numérique permet la prolifération des canaux d'information pour atteindre un public plus large, elle ne facilite pas l’émergence d'une approche ascendante, l’apprentissage des connaissances liées aux risques, ni l'amélioration de la compréhension par les citoyens de leur rôle dans la gestion des catastrophes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Pendant la gestion de la crise pandémique, la question de la position du citoyen au sein du système de gestion de crise a été remise sur le devant de la scène, car l'un des facteurs qui rend cet événement spécifique est que le principal levier d’action repose sur les citoyens. En effet, chaque individu est potentiellement porteur et propagateur de l'aléa et représente un risque, en particulier dans les zones densément peuplées. Les citoyens apparaissent alors comme les acteurs de leur propre sécurité et même de celle des autres. En France, l'idée que le citoyen est acteur de sa propre sécurité fait référence à la Loi n° 2004-811 du 13 août 2004 de modernisation de la sécurité civile1, qui est le texte de loi de référence sur la gestion des crises. Pourtant, jusqu'à la crise sanitaire qui débuta en 2020, rien ne semble avoir été fait pour impliquer les citoyens pendant la crise.

2Nous faisons ici référence aux gestionnaires de crise comme les différentes structures qui composent le système de gestion de crise d'un État. Le système de gestion de crise réunit l'ensemble des moyens mis à disposition par un territoire pour faire face aux situations de crises (Lagadec, 1991 ; Petak, 1985). Un système de gestion de crise peut être observé à partir de différents échelons géographiques (national, régional, local), à partir des différents acteurs qui le composent et à partir des interactions qui existent entre les différents acteurs au sein des différents échelons. Il existe deux types de communication, appliqués pendant deux temporalités différentes, qui entrainent un dialogue entre les systèmes de gestion de crise et la population. D’une part, les acteurs au sein des différents échelons de gestion de crise sont chargés de la communication institutionnelle sur les risques, c'est-à-dire de l'ensemble des mesures mises en place, sur le temps long, afin d'informer la population résidente sur un territoire soumis à un ou des risques majeurs. L'objet de la communication institutionnelle sur les risques majeurs est d'informer les citoyens sur les risques qu'ils encourent afin de les faire contribuer, par leur comportement, à la sécurité civile2. D’autre part, les acteurs au sein du système de gestion de crise sont en charge de la communication de crise. Ce mode de communication consiste, sur le temps court, à alerter la population en donnant des directives pour préserver les biens et les personnes, mais aussi à impliquer les citoyens. C’est dans cette temporalité que le système de gestion de crise intervient pour minimiser les impacts de l’aléa afin de prévenir la catastrophe (Reghezza-Zitt, 2019).

3Les canaux de communication apportés par le numérique devraient permettre une meilleure diffusion de la communication institutionnelle sur les risques, ainsi qu'une meilleure implication des citoyens pendant les crises. D'un côté, le recours aux plateformes numériques et aux applications smartphones permet une plus grande visibilité des connaissances sur le risque. De plus, la communication sur ces canaux devrait influencer la compréhension par la population, car elle est destinée aux citoyens. D'un autre côté, les réseaux sociaux numériques (RSN) apparaissent comme le levier idéal pour combler le manque d'implication citoyenne dans la gestion de crise au travers des MSGU (Média Sociaux en Gestion d'Urgence) (Douvinet, Gisclard, Kouadio, Saint-Martin, Martin, 2017 ; Latonero, Shklovski, 2011 ; Rive, Hare, Thomas, Nankivell, 2012 ; Service public fédéral Intérieur, 2013), grâce à la proximité entre les citoyens et les gestionnaires de crises sur les RSN. L’analyse de l’utilisation des MSGU permet de dégager plusieurs types de circulation de l’information entre les citoyens et les décideurs sur les RSN pendant une crise (Santoni, 2022). Ainsi, l'une des utilisations des MSGU prévoit une remontée d'informations citoyennes depuis le terrain pendant les crises. En Belgique, il existe depuis 2013 une équipe dédiée au suivi des mots-clés pour capter l'information échangé entre les citoyens pendant la crise dans le centre de crise fédéral (Ramacker, Mertens, 2013). En France, l'utilisation des MSGU ne dépasse pas le cadre de la communication de crise (Santoni, 2021).

4De quelle manière le numérique transforme-t-il la communication sur les risques et l'implication citoyenne pendant la gestion de crise ? Quelles sont les utilisations et les attentes des citoyens en matière de gestion de crise sur les canaux de communication numérique ? Pour répondre à ces questions, nous proposons au sein de cet article de croiser la perception des risques, la gestion de crise et l'utilisation des outils numériques chez les citoyens à partir d'une enquête diffusée à la population d'Île-de-France et à la population de la région Bruxelles-Capitale entre octobre 2018 et juin 2019. Nous avons sélectionné ces territoires car ils possèdent une culture du risque et des systèmes de gestion de crise différents, tout en étant comparables en termes de différentes crises survenues au cours des dix dernières années. Ces territoires sont aussi comparables parce qu'ils abritent tous deux une capitale européenne, ce qui permet d'étudier le phénomène d'emboîtement des échelles géographiques pendant une crise. Notre choix a également été motivé par le fait qu'à notre connaissance, il n'existe pas de questionnaire diffusé pour observer les effets sur la population de l'utilisation des canaux numériques pour la diffusion d'informations sur les risques et pour la gestion de crise sur ces deux territoires.

Opportunités ouvertes par les canaux de communication numérique au sein des pratiques dans la communication institutionnelle sur la prévention des risques et dans la gestion de crise

Enjeux de la communication sur les risques

  • 3 Prévention des risques majeurs, op.cit.

5Pour les gestionnaires de crises, la communication sur les risques majeurs a pour enjeu de réduire la vulnérabilité des populations face aux aléas au sein d’une transmission de savoirs et de bonnes pratiques à adopter pour se préparer face aux risques majeurs. C’est l’application de la formule "risque = aléa x vulnérabilité" (Pigeon, 2003), où les décideurs cherchent à réduire la vulnérabilité des populations pour atténuer les conséquences d’une catastrophe. Les gestionnaires de crise soulignent le côté descendant (ou top down) de la gestion des risques en utilisant la notion "d’éducation" des populations face aux risques3. Pourtant, le lien entre la diffusion d’informations sur les risques et la réduction de la vulnérabilité n’est pas évident. Une diffusion d’informations sur les risques majeurs ne signifie pas qu’il y aura un changement de réaction de la part de la population pendant les crises (Glatron, Heitz, 2015) mais cette tendance se vérifie moins dans les zones d’impact direct (Fenet, Daudé, 2020).

6Les facteurs qui expliquent le lien entre une meilleure connaissance des risques et un meilleur comportement des populations face à ces risques restent encore indéterminés (Rufat et al., 2020). Certains défendent que les démarches de communication et de persuasion autour des risques ne fonctionnent qu’à court terme et qu’il faudrait plutôt impliquer les citoyens dans une démarche ascendante (ou bottom-up) au sein d’exercices de gestion de crise (Fallon, Thiry, 2021), au sein de processus immersifs visuels et sonores (Provitolo et al., 2022) ou au sein de la politique publique sur le risque (Weiss, Girandola, Colbeau-Justin, 2011). Cependant, la participation des citoyens dans les politiques publiques présente aussi des limites, puisqu'il existe un phénomène de méfiance quant à l’implication de la population qui ne trouve que très peu d’espace pour s’exprimer (Glatron, Heitz, 2015).

7En plus de cette opposition entre approche top down et bottom up, il y a des enjeux territoriaux et politiques dans la communication institutionnelle sur les risques majeurs qui dépendent de la structure du système de gestion de crise. En France, la communication institutionnelle sur les risques n’est pas unifiée dans les territoires et peut générer des conflits entre l’échelon local et les échelons supérieurs. C’est pourquoi une analyse au cas par cas en fonction des contextes est nécessaire (Rufat et al., 2020). D’un côté, le gouvernement français communique sur les risques majeurs à l’échelon national au sein de campagnes de prévention et de sensibilisation aux risques majeurs. D’un autre côté, le gouvernement impose aux communes qui sont soumises à un risque majeur l’obligation de renseigner un DICRiM (Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs) et d’informer les habitants au travers de campagnes de prévention et de réunions biannuelles. Cette obligation peut générer des conflits entre le niveau national et communal, parce que la réalisation du DICRiM peut être perçue comme une contrainte imposée par l’État (Douvinet et al., 2013).

8En Belgique, ce conflit d’échelle est moins présent parce que l’organisation du système de gestion de crise fait que le niveau fédéral laisse plus de souplesse à l’échelon local pour la communication sur les risques. En Belgique, le système de gestion de crise est organisé de manière thématique sous la forme de 5 disciplines4. La discipline 5, en charge de la communication, est responsable de la communication institutionnelle sur les risques majeurs. L’organisation du système de gestion de crise belge prévoit une déclinaison des cinq disciplines dans toutes les échelles administratives. Ainsi, la discipline 5 est présente du niveau fédéral au niveau local par le biais d’un réseau de communicants qui maille le pays. À l’inverse de la France, ce sont les niveaux locaux qui sont les acteurs principaux dans la prévention du risque, alors que le niveau fédéral possède juste un rôle de conseil. Le niveau fédéral est en charge de la rédaction d’un guide de communication sur les risques5. Au niveau local, les responsables de la communication pour la discipline 5 adaptent et interprètent ce guide dans leurs communications sur les risques. Ce sont les gouverneurs de province et les bourgmestres6, eux-mêmes en charge des missions de communication et de planification des risques majeurs, qui désignent les responsables de la communication pour la discipline 5.

Enjeux de la communication et de l’implication des citoyens pendant une crise

9Pendant une crise ou une catastrophe, la communication entre le système de gestion de crise et la population évolue temporellement sur une période courte et passe dans le domaine de l'incertitude (Reghezza-Zitt, 2019) pour devenir une communication de crise. La communication de crise passe par l'utilisation de canaux d'information pendant une crise : le réseau de sirènes, l'appel aux numéros d'urgence, la radio et les journaux papier pour les crises à cinétique lente. En France, le Plan Communal de Sauvegarde est le document de référence pour la gestion de crise à l'échelon local. C'est ce document qui précise l'organisation de l'alerte et de la communication de crise. En Belgique, la communication de crise est supervisée par la discipline 5.

10Pour les gestionnaires de crise, le premier enjeu de la communication de crise est l'alerte à la population. Il s'agit d'une forme de communication top-down où les gestionnaires de crise cherchent à transmettre le plus rapidement et efficacement possible un message à la population exposée à un danger. La communication de crise évolue en fonction de la cinétique de la crise, c'est-à-dire le temps qu'il faut à un événement aléatoire pour atteindre le territoire, et de la temporalité de la crise, c'est-à-dire la période entre l'événement déclencheur et la sortie de crise. Par exemple, lors d'une crise de type crue de la Seine en Île-de-France, la cinétique de la crue est lente et la temporalité s'étend sur plusieurs jours. Dans ce cas, les systèmes de gestion de crise communiquent au fur et à mesure des événements pour informer la population sur l'alerte météo, les zones sinistrées, les directives à suivre pour éviter que la population ne se mette en danger, et éventuellement les ordres d'évacuation. Lors d'une crise à cinétique rapide, comme les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles, la communication est différente, car l'objectif des gestionnaires de crise est de transmettre rapidement des messages comportementaux afin de mettre la population à l'abri et de ne pas surcharger les numéros d'urgence.

11Le deuxième enjeu de la communication de crise est l’implication de populations dans la gestion de crise. Cette forme de communication bottom-up repose sur deux arguments. Tout d’abord, sur la capacité des citoyens à pouvoir sauver d’autres personnes. "Dans les situations très graves, la majorité des personnes sauvées le sont par les acteurs de proximité immédiate" (Lagadec, 2011), c’est-à-dire des citoyens. Ensuite, il s’agit de l’idée d’accompagner le travail de l’État pour sortir de la dynamique de crise vers un retour à la normale. Après une catastrophe, l’État met du temps avant de pouvoir intervenir. Par exemple, après l’ouragan Irma en 2017, des réseaux de solidarité se sont organisés à l’échelle locale en attendant les aides de la communauté et de l’État (Defossez, Gherardi, 2020). Par exemple, l’argument de la participation citoyenne pour sortir de la crise a particulièrement été mobilisé pendant l’épidémie de COVID-19, durant les divers types de confinements. Même si la participation citoyenne est prévue par la loi, les processus d’implication citoyenne au sein des systèmes de gestion de crise français et belges sont encore en construction. En France, il existe une réserve communale de sécurité civile7 qui permet aux citoyens de s’engager pour aider en cas de catastrophe, mais cette forme d’engagement n’est pas encore disponible sur l’ensemble du territoire. En Belgique, à l’exception de l’article 185 de la loi relative à la sécurité civile du 15 mai 20078, qui fait référence à l’incorporation d’habitants dans les services de la Protection Civile en temps de guerre, il n’est fait référence à aucune participation citoyenne.

Canaux de communication numérique entre États et citoyens

12Dans le domaine de la communication institutionnelle sur les risques, l’utilisation des canaux de communication numérique par les décideurs présente des opportunités nouvelles qui permettent d’observer une transformation des enjeux de la communication entre les systèmes de gestion de crise et la population. Les informations sur les risques locaux sont accessibles en ligne via des plateformes gérées par l’échelon national, générant un effet de proximité. Ainsi, les États communiquent des informations sur les risques naturels et technologiques depuis des portails web comme Géorisques9 en France ou comme Info-risque.be10 en Belgique.

13Du côté de la gestion de crise, il est aussi possible d’observer cette proximité entre l’échelon national et les citoyens dans les territoires. Cette proximité s’explique par la forte diffusion des smartphones (77 % de la population en France11 et 77 % de la population en Belgique12) dans la société. Ce support permet la création de nouveaux canaux pour diffuser l’alerte à la population sous la forme de Cell Broadcast, de SMS localisés et d’applications. En Belgique, le niveau fédéral a choisi un système d’alerte par SMS localisé, BE-Alert13 pour alerter la population. La discipline 5 utilise également BE-Alert pour effectuer des exercices et entraîner la population inscrite dans le dispositif. La France, de son côté, avait choisi de miser sur un système de gestion de crise numérique sous forme d’application. L’application SAIP (Système d’Alerte et d’Information aux Populations), développée par le Ministère de l’Intérieur, aurait pu permettre une implication citoyenne au travers d’exercices mais n’a pas pu être employée dans ce sens. En effet, des ratés pendant l’attentat de Nice en 2016 (Douvinet et al., 2017) combiné à une faible doctrine d’emploi (Vogel, 2017) ont conduit le gouvernement à retirer l’application des plateformes de téléchargement. Les autres applications de gestion de crise, de leur côté, permettent peu d’implication citoyenne (Bopp, Douvinet, Serre, 2018).

14Pourtant, les technologies apportées par le numérique permettent des formes d’implication citoyenne dans la gestion de crise. Hors des processus institutionnels, la multiplication de l’utilisation des systèmes d’information géographique au sein du Geoweb (Haklay, Singleton, Parker, 2008 ; Joliveau, 2011), la production d’informations géographiques volontaires par les citoyens (Goodchild, 2007) et le développement de l’Open Data (Kitchin, 2014) ont permis la création de cartographies de crise participatives. Par exemple, après le passage du typhon Ayan aux Philippines, les cartographes volontaires du projet Open Street Map ont cartographié les routes, les bâtiments et les points stratégiques de gestion de crise (Gévaudan, 2013) pour aider les secours sur place.

15L’utilisation des réseaux sociaux numériques pour la gestion des crises, aussi appelé MSGU (Média Sociaux pour la Gestion des Urgences), (Douvinet et al., 2017 ; Latonero, Shklovski, 2011 ; Rive et al., 2012 ; Service public fédéral Intérieur, 2013) apparaît alors comme la solution numérique la plus complète, car elle permet à la fois de diffuser des informations sur les risques majeurs, d’alerter les populations et aussi de donner un rôle actif aux citoyens pendant la gestion des crises. Les MSGU peuvent ainsi être utilisés selon trois approches :

  • L’approche top-down consiste à alerter la population pendant une crise en publiant un message sur les comptes officiels des gestionnaires de crises. Ces messages font office de communication officielle (Libaert, Motulsky, Baygert, Vanderbiest, Vicherat, 2018) pendant une crise. Le partage des messages gouvernementaux par les citoyens pendant une crise pourrait permettre au citoyen de participer à la gestion de la crise.

  • L’approche bottom-up consiste à la remontée d’information de terrain des citoyens vers les gestionnaires de crise. Sur les réseaux sociaux, cette approche prend la forme de messages privés, des réponses aux publications et d’interpellation dans les réponses de publications des comptes des gestionnaires de crises. L’approche bottom-up est une forme de participation citoyenne pendant une crise.

  • L’approche horizontale ou many-to-many est l’approche qui consiste à capter les informations échangées entre les citoyens sur les réseaux sociaux pendant une crise. Cette méthode est utilisée, en suivant soit des mots-clés, soit des localisations, soit des comptes spécifiques, afin de contribuer à l’amélioration de l’image de la situation de crise. L’exploitation de cette information involontaire est un enjeu pour les gestionnaires de crises (Liu et al., 2008 ; Palen, Vieweg, Liu, Hughes, 2009 ; Roche, Propeck-Zimmermann, Mericskay, 2013) parce qu’elle permet de compléter la remontée d’information volontaire de l’approche bottom-up.

16Pourtant, il semble que les systèmes de gestion de crise français et belge ne communiquent pas autour d’une utilisation bottom-up ou many-to-many des MSGU pour impliquer les citoyens pendant la gestion de crise.

17Afin de répondre aux problèmes soulevés autour des enjeux du numérique dans la communication institutionnelle sur les risques et dans l’implication de la population dans la gestion de crise, nous proposons de formuler cinq hypothèses auxquelles nous allons répondre au sein de cette étude :

  • Les canaux d’information numérique sont les plus consultés et sont, par conséquent, plus pertinents que les canaux d’information classiques pour communiquer pendant une crise.

  • Les réseaux sociaux numériques permettent d’impliquer facilement les citoyens pendant une crise.

  • L’utilisation des canaux d’information numérique permet un meilleur partage des informations sur les risques majeurs auprès des citoyens.

  • La perception des risques dépend de la dernière crise ayant eu lieu sur le territoire.

  • Le système de gestion de crise territorialisé a une influence sur les pratiques numériques des citoyens dans le domaine de la perception des risques majeurs et dans le domaine de la consultation et du partage d’informations pendant une crise.

Méthodologie de l’enquête sur la perception citoyenne en Île-de-France et en Région de Bruxelles-Capitale

18Pour vérifier nos hypothèses de recherche, nous avons diffusé un questionnaire entre octobre 2018 et juin 2019 visant à capturer les attentes et les usages des citoyens en ce qui concerne l'utilisation des canaux numériques pour la communication sur les risques majeurs et la gestion de crise. Nous avons souhaité éviter les biais territoriaux, c'est pourquoi nous avons diffusé notre questionnaire au sein de deux régions francophones qui possèdent un système de gestion de crise différent : la région Île-de-France (IDF) et la Région de Bruxelles-Capitale (RBC). Ces deux régions ont été sélectionnées pour notre étude en fonction de critères communs qui ont du sens dans la gestion des crises et des risques. Elles abritent toutes deux une capitale économique, politique et culturelle d'Europe de l'Ouest, soumises à un phénomène d'emboîtement des échelons de gestion de crise.

19En France, il existe quatre échelons de gestion de crise (local, départemental, zonal, national) qui peuvent être déclenchés de manière simultanée en cas d'événement grave, tandis qu'il en existe trois en Belgique (communal, provincial, fédéral). De plus, l'IDF et la RBC ont connu au moins un accident majeur de train, une crise industrielle de type incendie d'usine, une crise dite "naturelle" et un attentat au cours des dix dernières années (figure 1). La proximité géographique des deux régions fait que les crises dites "naturelles" ont tendance à toucher les deux régions, comme cela a été le cas lors des inondations européennes de mai/juin 2016. De plus, les événements du 13 novembre 2015 à Paris et les attentats de Bruxelles ont été commis par la même cellule terroriste franco-belge.

20Enfin, ces deux régions utilisent la même langue, ce qui nous permet de réaliser un questionnaire unique en adaptant certaines questions pour correspondre aux spécificités des systèmes de gestion de crise territorialisés. Par exemple, nous avons adapté les questions concernant les numéros d'urgence et les comptes des gestionnaires de crise sur les réseaux sociaux numériques.

Figure 1 : Chronologie des crises de 2009 à 2019 en Île-de-France et en Région de Bruxelles-Capitale

Figure 1 : Chronologie des crises de 2009 à 2019 en Île-de-France et en Région de Bruxelles-Capitale

Santoni 2023

21Le questionnaire test a été évalué sur un échantillon de 20 personnes pendant le mois de juillet 2018, puis ajusté en fonction des difficultés de compréhension rencontrées. Le questionnaire final a été créé à partir de l'application open-source Limesurvey. Il a été hébergé sur les serveurs de CY Cergy Paris Université pour une période de diffusion allant de septembre 2018 à juin 2019. Le questionnaire se compose de 46 questions réparties en 7 groupes : gestion du risque, circulation de l'information de haut en bas, niveau d'anxiété, entraide pendant une crise, utilisation du smartphone, réseaux sociaux et variables sociodémographiques. Le questionnaire comprend quatre questions visant à différencier les répondants non-inscrits sur les réseaux sociaux, les professionnels de la gestion de crise, les répondants possédant au moins un smartphone et ceux utilisant la géolocalisation. L'administration du questionnaire prend entre 10 et 15 minutes.

22La cible de ce questionnaire est constituée des habitants d'Île-de-France et de la Région de Bruxelles-Capitale, à partir de 13 ans. La limite d'âge fixée à 13 ans est fondée sur le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD), qui interdit la collecte et l'utilisation d'informations de personnes de moins de 13 ans sur les réseaux sociaux numériques. Nous avons cherché à obtenir des réponses des habitants, utilisateurs ou non des réseaux sociaux. Par conséquent, nous avons décidé de partager le questionnaire à la fois sur les réseaux sociaux et dans nos deux territoires, dans la rue.

23Sur les réseaux sociaux numériques, nous avons utilisé Facebook pour partager le questionnaire. Bien que Twitter soit le réseau social souvent utilisé dans la littérature pour analyser les informations de terrain partagées par les utilisateurs (Acar, Muraki, 2011 ; Kryvasheyeu et al., 2016 ; Sakaki, Okazaki, Matsuo, 2010 ; Santoni, Rufat, 2021 ; Takahashi, Tandoc, Carmichael, 2015), il n’est pas possible de cibler le lieu de résidence des répondants. Sur Facebook, nous avons partagé le questionnaire sur des groupes locaux ainsi que sur des pages de groupes universitaires en Île-de-France et dans la Région de Bruxelles-Capitale, afin de s’assurer du lieu de résidence des répondants.

24Afin d’administrer le questionnaire en physique au sein de nos territoires, nous avons utilisé la méthode assistée en face à face dans des lieux publics. Cette méthode a été sélectionnée pour contourner les contraintes liées à la non-disponibilité des classes d’âge active pendant les heures de travail dans la journée. De plus, la diffusion du questionnaire en face à face nous a permis d’échanger avec certains répondants afin de comprendre certains choix de réponse. Nous avons cherché à faire varier les lieux publics afin d’obtenir un échantillon le plus composite possible. Dans la Région de Bruxelles-Capitale, la diffusion du questionnaire dans la rue s’est effectuée sur deux périodes : du 15 au 18 octobre 2018 puis du 8 au 12 juin 2019, en ciblant des profils de répondant qui manquait à l’échantillon. En Île-de-France, la diffusion du questionnaire dans la rue s’est effectuée sur cinq périodes. Le questionnaire a été diffusé dans Paris entre novembre 2018 et mars 2019 et dans plusieurs villes du département du Val d’Oise (95) en mai 2019.

25Le questionnaire compte 472 réponses complètes pour 967 soumissions, soit 48,8 % de réponses complètes. La répartition entre l’Île-de-France et la Région de Bruxelles-Capitale est de 322 pour la région parisienne, ramené à 300 en effectuant un ajustement de l’échantillon, contre 150 pour la région Bruxelloise. Le déséquilibre entre nos deux territoires s’explique pour des raisons de calendrier et de financement. Nous avons effectué une analyse composite de nos deux échantillons en fonction du genre et des catégories d’âges afin de les comparer avec des indicateurs du numérique et avec les chiffres sur la répartition de la population au sein des deux régions (figure 2).

Figure 2 : Structure de l’échantillon et pondération

Échantillon IDF

INSEE IDF 2016

Taux de pénétration RS IDF Statista 2020 (Pondéré)

Taux d'équipement smartphone IDF Statista 2020 (Pondéré)

Indice de pondération échantillon IDF

Genre

Femme

57,7

51,7

51,8

0,9

Homme

39,3

48,3

48,2

1,2

NSP

3

Tranche d'âge

13 à 17

15,3

8,8

6,7

7,6

0,5

18 à 25

28,7

12,4

11,5

12,1

0,4

26 à 39

20,7

24,1

19,8

22,9

1,1

40 à 60

23,3

32,7

19,3

26,1

1,2

+ de 60

12

22,0

10,6

13,6

1,4

Échantillon RBC

STATBEL RBC 2020

RS Advertising audience profile Data report 2020 BL (Pondéré)

Indice de pondération échantillon BRU

Genre

Femme

41

50,9

50,2

1,2

Homme

58,1

49,1

49,7

0,9

NSP

0,9

Tranche d'âge

13 à 17

8,5

8,1

4,8

0,8

18 à 25

35,8

11,1

17,8

0,4

26 à 39

30,8

21,5

24,3

0,7

40 à 60

16,2

33,6

19,3

1,6

+ de 60

8,5

25,7

18,3

2,6

Santoni 2023

26Afin de pallier les biais liés à la méthode d'administration du questionnaire en personne dans des lieux publics, nous avons pris la précaution de calculer un indice de pondération afin d'ajuster nos résultats à la répartition de la population dans nos deux régions et sur les réseaux sociaux numériques. Nous avons utilisé les chiffres de l'Institut National de la Statistique et des Études Économiques (INSEE) ainsi que les chiffres du ministère de l'économie disponibles sur le site Statbel pour comparer notre échantillon avec la répartition de la population en Île-de-France et dans la Région de Bruxelles-Capitale. En complément de ces indicateurs institutionnels, nous avons également utilisé des indicateurs fournissant des informations sur la répartition des populations sur les réseaux sociaux. Pour l'Île-de-France, nous avons utilisé le taux de pénétration des réseaux sociaux14 et le taux d’équipement en smartphone15 fourni par l’agence Statista. Pour la Région de Bruxelles-Capitale, nous avons utilisé l’advertising audience profile du Data Report 202016 fourni par l’agence We are Social et par la plateforme de gestion de réseaux sociaux Hootsuite. Comme nous avons deux indicateurs pour le numérique en Île-de-France, nous avons pondéré le poids de la variable Insee IDF 2016 pour le calcul de notre indice de pondération.

27Les traitements statistiques de cette étude ont été effectués en utilisant R. Les figures présentées dans cet article ont été réalisées à partir de la librairie ggplot2. Nous avons fait figurer l’intervalle de confiance pour les principaux résultats. Nous avons aussi effectué le test statistique du Khi2 afin de nous assurer de l’indépendance des variables entre elles.

Résultats de l’enquête

Ambivalence entre utilisation et confiance envers les canaux d’information numérique pendant une crise

28Nous avons cherché à comprendre quelle était la place des canaux numériques par rapport aux canaux d'information classiques pendant une crise afin de répondre à notre première hypothèse. Pour cela, nous avons demandé à nos répondants de classer le premier, le deuxième et le troisième canal d'information utilisé pendant une crise pour obtenir de l'information. Dans un second temps, nous avons également demandé à nos répondants de classer le premier, le deuxième et le troisième canal d'information en fonction de la confiance accordée, afin de pouvoir comparer les deux résultats avec le même score. Nous avons fait le choix d’écarter les sirènes parce qu’elles n’ont pas le même mode d’utilisation en France (multirisque) et en Belgique (risque Seveso Nucléaire).

Figure 3 : Score comparant la confiance et l’utilisation des canaux d’information pendant une crise en Île-de-France

Figure 3 : Score comparant la confiance et l’utilisation des canaux d’information pendant une crise en Île-de-France

Santoni 2023

Figure 4 : Score comparant la confiance et l’utilisation des canaux d’information pendant une crise en Région de Bruxelles-Capitale

Figure 4 : Score comparant la confiance et l’utilisation des canaux d’information pendant une crise en Région de Bruxelles-Capitale

Santoni 2023

29Nos résultats montrent que la situation est très similaire en Île-de-France (figure 3) et en Région de Bruxelles-Capitale (figure 4). Dans les deux cas, il existe une forme de déconnexion entre l'utilisation et la confiance accordée aux canaux d'information pendant une crise.

30Les canaux numériques (médias sur le web et les réseaux sociaux numériques) sont des canaux où l'utilisation pendant une crise est beaucoup plus forte que la confiance accordée par les utilisateurs. Nos résultats montrent également qu'il existe une méfiance spécifique envers les réseaux sociaux numériques, qui obtiennent le score de confiance le plus bas dans les deux régions, tandis qu'ils obtiennent le deuxième (figure 4) et le troisième (figure 3) score le plus élevé en termes d'utilisation en Région de Bruxelles-Capitale et en Île-de-France.

31En revanche, les canaux de communication non numériques, qui regroupent les journaux papier, les numéros d'urgence et la radio, bénéficient d'un score de confiance plus élevé que leur score d'utilisation. Les journaux papier ont un faible score d'utilisation, ce qui s'explique par le format de diffusion de l'information plus lent que les autres canaux d'information. Les numéros d'urgence bénéficient d'un bon score de confiance car ils sont identifiés comme un canal qui transmet une information officielle en provenance du système de gestion de crise. La radio obtient également un bon score de confiance car l'information diffusée sur les radios publiques revêt un caractère officiel.

32Enfin, nos résultats montrent que la télévision est un canal à part, puisqu'elle est le seul canal qui obtient à la fois un bon score de confiance et un bon score d'utilisation. Ce résultat peut s'expliquer par le fort taux d'équipement des ménages et l'utilisation quotidienne du canal d'information dans les deux régions.

Le paradoxe de l’utilisation des réseaux sociaux en gestion d’urgence

33Conformément à notre seconde hypothèse, nous avons voulu tester la perception de la population par rapport à l'utilisation des réseaux sociaux numériques comme un outil de gestion de crise. Pour cela, nous avons interrogé les "non-professionnels", c’est-à-dire notre sous-groupe de répondants ne travaillant pas dans un domaine lié aux secours ou à la sécurité. Nous avons d'abord demandé à nos répondants s'ils avaient déjà entendu parler de l'utilisation des médias sociaux en gestion d'urgence pour mesurer l'impact de la communication des gestionnaires de crises. Ensuite, nous avons posé la question de l'utilisation des réseaux sociaux pendant une crise à notre échantillon afin de mesurer une éventuelle utilisation latente des MSGU.

Figure 5 : Perception des MSGU et utilisation des réseaux sociaux numériques pendant une crise en Île-de-France

Figure 5 : Perception des MSGU et utilisation des réseaux sociaux numériques pendant une crise en Île-de-France

Santoni 2023

Figure 6 : Perception des MSGU et utilisation des réseaux sociaux numériques pendant une crise en Région de Bruxelles-Capitale

Figure 6 : Perception des MSGU et utilisation des réseaux sociaux numériques pendant une crise en Région de Bruxelles-Capitale

Santoni 2023

34Nos résultats montrent qu'il y a une déconnexion entre la perception des réseaux sociaux numériques comme un outil de gestion de crise et l'utilisation de ces réseaux sociaux numériques pendant une crise. En Île-de-France, 85 % (± 5 %) (figure 5A) des non-professionnels déclarent ne pas avoir entendu parler de l'utilisation des réseaux sociaux numériques, alors que 87 % (± 5 %) (figure 5B) de l'échantillon inscrit sur les réseaux sociaux déclare consulter les réseaux sociaux pendant une crise. Néanmoins, la part de non-professionnels ayant connaissance de l'utilisation des réseaux sociaux en gestion d'urgence est supérieure de 5 points en Belgique (15 %, ± 7 %) (figure 6A) par rapport à l'Île-de-France (figure 5A).

35Les échanges informels que nous avons eus avec les répondants pendant la diffusion du questionnaire vont dans le sens de la non-perception des RSN comme un outil de gestion de crise par la population. L'action de partager des informations depuis le territoire pendant une situation de crise n'est pas réalisée dans le but de transmettre de l'information aux gestionnaires de crise.

Le numérique ne permet pas une meilleure diffusion des informations sur les risques majeurs

36Nous avons demandé aux non-professionnels de renseigner quel canal ils utilisent afin de prendre connaissance d’information sur les risques majeurs. Conformément à notre troisième hypothèse, nous avons cherché à dégager quel est l’impact du numérique dans la communication institutionnelle sur les risques majeurs.

Figure 7 : Canaux utilisés en Île-de-France et en Région de Bruxelles-Capitale pour prendre connaissance d’information sur les risques majeurs

Figure 7 : Canaux utilisés en Île-de-France et en Région de Bruxelles-Capitale pour prendre connaissance d’information sur les risques majeurs

Santoni 2023

37En Île-de-France, 88 % (± 11 %) des non-professionnels franciliens déclarent ne pas avoir entrepris de démarche pour consulter des informations sur les risques (figure 7A). Seuls 7 % de notre échantillon en IDF déclarent avoir consulté une source gouvernementale, et 3 % déclarent avoir cherché de l'information en ligne sur un site spécialisé. En RBC, 90 % (± 17 %) des non-professionnels bruxellois déclarent ne pas avoir fait de démarche pour consulter des informations sur les risques (figure 7B). Les proportions sont similaires aux résultats trouvés en IDF, avec une inversion entre la recherche d'informations sur des sites Internet spécialisés sur le risque et la recherche en mobilisant une source gouvernementale. Si les résultats sur l'utilisation du numérique sont supérieurs de 5 points par rapport à l'IDF, il n'est pas possible d'affirmer que le numérique fait évoluer la communication sur les risques majeurs en RBC puisque les citoyens ne font pas non plus la démarche de chercher des informations sur les risques. Pour vérifier cela, nous avons interrogé notre échantillon au sujet de la démarche de connaissance des informations sur le risque dans la ville de résidence. Nos résultats montrent que les citoyens sont passifs dans la recherche d'information sur le risque, car les deux premières méthodes pour la connaissance des risques sont le hasard (34 % en IDF et 47 % en RBC), suivi de la catégorie "ne sait pas" (39 % en IDF et 31 % en RBC).

Une crise en efface une autre

38Nous avons demandé aux non-professionnels de nous citer les deux dernières crises qui se sont produites dans la région sous la forme d'une question ouverte afin de vérifier si la perception des risques était bien liée à l'exposition, conformément à notre quatrième hypothèse. Ensuite, nous avons regroupé les crises évoquées dans des catégories. Par exemple, nous avons regroupé dans la catégorie "Climat" les crises liées au climat, telles que les canicules, les tempêtes, les chutes de neige et le réchauffement climatique.

Figure 8 : Premier et second type de crise déclaré par les non-professionnels en Île-de-France

Figure 8 : Premier et second type de crise déclaré par les non-professionnels en Île-de-France

Santoni 2023

Figure 9 : Premier et second type de crise déclaré par les non-professionnels en Région de Bruxelles-Capitale

Figure 9 : Premier et second type de crise déclaré par les non-professionnels en Région de Bruxelles-Capitale

Santoni 2023

39En Île-de-France, nos résultats montrent que la mémoire des dernières crises est liée à l'emprise spatiale et à la récurrence des phénomènes, mais elle n'est pas liée au nombre de victimes. 32 % (± 4 %) des non-professionnels ont cité les inondations de juin 2016 ou de janvier 2018 comme première crise (figure 8A). La deuxième catégorie de crise la plus citée est "Ne sait pas", avec une réponse provenant de plus d'un quart des non-professionnels. La catégorie "Attentat" arrive en troisième position avec 18 %, en référence aux attentats de Paris du 13 novembre 2015. Lorsque nous demandons à l'échantillon de citer une deuxième crise (figure 8B), presque 60 % de notre échantillon n'est pas en mesure de citer un deuxième événement.

40En Région de Bruxelles-Capitale, nos résultats montrent que la mémoire des crises de type attentats est beaucoup plus forte qu'en Île-de-France (figure 9A). 58 % (± 11 %) des non-professionnels ont cité la catégorie "attentat" en référence aux attentats de Bruxelles du 16 mars 2016. La crue de Bruxelles de 2016 n'a été mentionnée que par 1 % de notre échantillon, tandis que la deuxième catégorie de crise la plus citée est "ne sait pas" avec un taux de 22 %. Pour le deuxième type de crise cité (figure 9B), tout comme en Île-de-France, presque 60 % des non-professionnels n'ont pas pu répondre. Malgré une réponse massive de "ne sais pas", les autres types de crises correspondent aux crises précédentes ayant eu lieu dans la région bruxelloise (figure 1).

Le numérique transpose les enjeux territoriaux

41En suivant notre cinquième hypothèse, nous avons cherché à comprendre si les usages de la population sur les RSN reflètent les enjeux territoriaux entre les différents échelons et les différents acteurs de gestion de crise qui publient de l’information pendant les crises. Nous avons pour cela demandé aux utilisateurs inscrits sur les réseaux sociaux numériques de sélectionner parmi les comptes Twitter de gestionnaires de crise ceux qu’ils consultent pour aller chercher de l’information pendant une crise.

Figure 10 : Comptes des gestionnaires de crise sur les réseaux sociaux mobilisés par les utilisateurs pour chercher de l’information pendant une crise en Île-de-France

Figure 10 : Comptes des gestionnaires de crise sur les réseaux sociaux mobilisés par les utilisateurs pour chercher de l’information pendant une crise en Île-de-France

Santoni 2023

Figure 11 : Comptes des gestionnaires de crise sur les réseaux sociaux mobilisés par les utilisateurs pour chercher de l’information pendant une crise en Région de Bruxelles-Capitale

Figure 11 : Comptes des gestionnaires de crise sur les réseaux sociaux mobilisés par les utilisateurs pour chercher de l’information pendant une crise en Région de Bruxelles-Capitale

Santoni 2023

  • 17 À l’époque de la diffusion du questionnaire, le compte du Ministère de l’Intérieur dédié à la commu (...)

42En Île-de-France (figure 10), nos résultats montrent que seuls 5 % des utilisateurs inscrits sur les réseaux sociaux numériques déclarent ne pas consulter les comptes des gestionnaires de crise. Les comptes liés au ministère de l'Intérieur (@Place_Beauvau, @PoliceNationale, @Prefpolice) sont les comptes les plus consultés, ce qui confirme leur identification en tant que principaux gestionnaires de crise par les citoyens. Le compte le plus consulté est le compte du ministère de l'Intérieur @Place_Beauvau17, choisi par 50 % (± 6 %) des répondants. Ce résultat n'est pas lié au nombre de followers, car les comptes gouvernementaux les plus suivis sont également les moins consultés pendant les crises. Nous pouvons observer que les comptes nationaux sont plus consultés que les comptes locaux, ce qui s'explique en partie par les inégalités dans la présence, les ressources et l'activité des municipalités sur les réseaux sociaux.

43En Région de Bruxelles-Capitale (figure 11), nos résultats montrent que 13 % des utilisateurs inscrits sur les réseaux sociaux numériques déclarent ne pas consulter les comptes des gestionnaires de crise. Les comptes nationaux sont plus suivis que les comptes locaux, avec un gradient thématique de communication (@Crisiscenterbe), de sécurité (@policefederale), d'information générale (@Belgiumbe) et de secours (@Croixrougebe). Le compte du Centre de crise fédéral, qui est le compte fédéral dédié à l'information de crise, est effectivement le premier compte consulté (40 % ± 7 %), mais il n'a qu'un écart de 7 points avec le compte de la police fédérale. Il existe une différence de 10 points entre le compte du Centre de crise fédéral (figure 11) et le compte du ministère de l'Intérieur (figure 10), bien que ce dernier ne soit pas exclusivement dédié à la communication de crise en France. Cette disparité s'explique par le fait que le Centre de crise fédéral est invisible pour les citoyens en dehors des périodes de crise, tandis que le ministère de l'Intérieur en France bénéficie d'une grande médiatisation.

Discussion

44Notre étude souligne qu'il existe une différence entre le potentiel d'utilisation des canaux numériques pour la communication sur les risques et la gestion de crise, et les usages et attentes de la population concernant ces canaux. Nos résultats sur l'utilisation et la confiance accordée aux canaux numériques mettent en évidence les premières limites dans l'utilisation de ce canal pour la gestion de crise par les utilisateurs. Ces résultats montrent que la population utilise prioritairement les technologies numériques pour rechercher des informations, car la diffusion est plus rapide que les autres modes de communication, mais la confiance accordée à ces informations est limitée. En effet, sur les réseaux sociaux numériques pendant le pic de crise, l'information de première main en provenance du territoire impacté ne représente qu'une infime partie de l'information, et les gestionnaires de crises réagissent trop tard pour que l'alerte soit efficace (Santoni, Rufat, 2021).

45Malgré l'ouverture de nouveaux canaux de communication bottom-up, grâce à la présence des gestionnaires de crise sur les réseaux sociaux numériques, il semble difficile d'impliquer les citoyens dans la gestion de crise via le numérique si les points suivants ne sont pas surmontés. D'une part, il existe une méfiance à l'égard des informations publiées sur les supports numériques pendant une crise, tant du côté des citoyens que d'une partie des gestionnaires de crise sur les réseaux sociaux numériques (Santoni, Audoin, 2017).

46D'autre part, les citoyens ne sont pas conscients de l'utilisation des réseaux sociaux dans la gestion des crises et du fait qu'ils sont le principal vecteur de transmission de l'information dans ce contexte. Nos résultats confirment l'existence d'un mode de communication involontaire de l'information géographique sur les réseaux sociaux numériques (Fischer, 2012), dont l’intention n’est pas d’être utilisée dans un contexte de gestion de crise. Nos résultats confirment aussi que l’implication citoyenne au travers des MSGU qui ne fonctionne pas malgré le potentiel collaboratif de l’outil (Douvinet et al., 2017). C'est d'ailleurs pour cette raison que les gestionnaires de crise développent l'aspect many-to-many des MSGU pour recueillir l'information involontaire publiée par les citoyens sur les réseaux sociaux, plutôt que de communiquer sur la possibilité de bottom-up. Dans notre étude, ces points de blocage sont indépendants du système de gestion de crise ou de la culture du risque, car nous les retrouvons dans des proportions similaires en Île-de-France et dans la Région de Bruxelles-Capitale.

47L'utilisation des canaux numériques pour la communication sur les risques majeurs ne permet pas de constater un changement significatif dans les pratiques, car la population ne cherche pas l’information par elle-même de toute façon. Il ne s'agit donc pas d'une question de canal, de technologie de communication ou même de facilité d'accès à cette information. Une piste serait plutôt de chercher à sortir du paradigme unique de la communication descendante et de l'"éducation de la population" aux risques majeurs, pour adopter une méthode de transmission de l'information sur les risques majeurs plus inclusive. Par exemple, les citoyens pourraient apporter leur expertise territoriale dans l'élaboration des plans de gestion des risque (Fallon, Thiry, 2021) ou au sein de conseils citoyens (Bance, Chassy, 2022).

48Nos résultats convergent vers le constat qu'il existe un phénomène de remplacement de la mémoire des crises, car ce sont les dernières crises ayant eu lieu sur le territoire qui sont citées par les répondants en Île-de-France. De plus, nos résultats révèlent que cette tendance va encore plus loin, car la moitié de notre échantillon n'est pas en mesure de citer une deuxième crise, indépendamment du territoire de résidence des individus. Ces résultats soulèvent également la question de l'impact de la mémoire des crises sur la perception des risques et des territorialités habitantes dans les villes (Reghezza-Zitt, Benitez, Devès, 2020) et donc la perception du risque de la population. Le facteur de la dernière crise est-il absolu lorsque plusieurs crises d'intensité différentes affectent un même territoire ? Dans la Région de Bruxelles-Capitale, la crue de mai/juin 2016 a été occultée au profit des attentats du 22 mars 2016. Une piste permettant d'expliquer ce résultat est le phénomène d'amplification sociale du risque. En effet, depuis au moins 30 ans, les scientifiques ont identifié le rôle des médias dans l'amplification sociale du risque, en accordant une plus grande attention aux risques inhabituels ou dramatiques tout en négligeant les risques moins connus (Kasperson et al., 1988). Aujourd’hui, le numérique transforme l’amplification sociale du risque au travers des réseaux sociaux numériques (Fellenor et al., 2018) parce que l’information est plus riche et parce que les utilisateurs sont actifs dans la recherche et la diffusion de l’information.

49Notre article souligne également que le numérique transpose les enjeux territoriaux, mais ne permet pas de se séparer du poids des systèmes de gestion de crise territorialisés. Nous pouvons constater que les usages du numérique suivent la même tendance entre l'Île-de-France et la Région de Bruxelles-Capitale. Cependant, il existe néanmoins des différences territoriales qui peuvent s'expliquer par les choix des gestionnaires de crise au sein de nos deux territoires d'étude. Par exemple, en France, certains répondants seront informés des risques majeurs grâce à des campagnes de sensibilisation, tandis qu'en Belgique, le travail du centre de crise sur les MSGU ressortira davantage dans nos résultats. Cependant, ces résultats restent modestes par rapport aux tendances globales de l'utilisation des canaux numériques pour la gestion de crise et des risques.

50Les enjeux territoriaux se trouvent plutôt dans la présence numérique des différents acteurs et échelons de gestion de crise. La population va d'abord chercher de l'information sur les comptes de l'échelon territorial national en fonction des thématiques. Le poids de l'organisation des systèmes de gestion de crise se fait également sentir sur les RSN. Par exemple, en Belgique, la consultation du compte Belgique.be, qui relaie les informations officielles en cas de crise, est importante, tandis qu'en France, la consultation du compte de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris, qui n'a pas d'équivalent à Bruxelles, est privilégiée. L'identification des gestionnaires de crise par les citoyens fonctionne également par le biais de la médiatisation, confirmant la déformation de la perception du risque par les médias (Dauphiné, Provitolo, 2013). Cette tendance se confirme avec la création du compte @Beauvau_alerte qui garde l’identité de la place Beauvau tout en embrayant sur les fonctionnalités du compte du centre de crise fédéral, c’est à dire la communication de crise sur un compte dédié au sein des réseaux sociaux numériques.

Conclusion

51Cela fait plus d'une dizaine d'années que les systèmes de gestion de crise français et belges ont entamé leur virage numérique pour la communication avec les citoyens. Au sein de cette étude, nous posons la question d'un éventuel bilan sur l'apport du numérique dans ce domaine. À partir de résultats empiriques, nous avons montré que l'apport du numérique dans le dialogue entre les systèmes de gestion de crise et les citoyens se concrétise autour de deux axes : la communication étatique avant et pendant les crises, ainsi que l'implication citoyenne pendant les crises. Dans les deux cas, nos résultats indiquent que le numérique permet bien une multiplication des canaux d'information pour toucher le plus grand nombre possible, mais ne permet pas d'établir une approche ascendante, de modifier les connaissances sur les risques et de faire évoluer la compréhension du rôle des citoyens dans la gestion de crise.

52Ces résultats sont constants dans nos deux territoires d'étude et montrent qu'il existe une forme de méfiance généralisée autour des informations publiées sur les supports numériques, qui atteint son paroxysme sur les réseaux sociaux numériques. Les différences régionales en termes de connaissance des risques s'expliquent plutôt par les différentes méthodes de communication non numériques employées par les systèmes de gestion de crise pour atteindre le niveau local que par des différences culturelles entre les deux territoires. Nos résultats relancent aussi l’approche des réseaux sociaux par les territoires (Emsellem, Caglioni, Moreno Sierra, 2021 ; Santoni, 2022) parce que nous montrons, à partir du point de vue des citoyens, comment le numérique transpose depuis les territoires les problématiques de méconnaissance des informations sur les risques majeurs mais aussi l’identification des acteurs des systèmes de gestion de crise. Il serait néanmoins nécessaire de diffuser une nouvelle enquête en Île-de-France et en Région de Bruxelles-Capitale en reprenant les mêmes questions afin de pouvoir constater les impacts de la crise sanitaire et de l’utilisation des applications type Tous anti covid au sein des deux territoires.

53La réalisation d'un bilan global sur l'apport du numérique dans la gestion de crise est impérative, car le gouvernement français a choisi d'utiliser un nouvel outil, l'alerte par SMS, pour annoncer le premier confinement pendant la crise pandémique. L'évolution du système d'alerte se poursuit sans bilan global, avec l'arrivée d'un système d'alerte de type Cell-broadcast pour la France, appelé FR-Alert18. Pourtant, nos résultats montrent que, malgré son système d’alerte par SMS BE-Alert mis en place depuis 2011 (Douvinet, 2020), l’augmentation du nombre de canaux, numérique ou non, n’apporte pas de solution dans le domaine de la perception du risque ou plus d’implication citoyenne. Tout se passe comme si un nouvel outil de gestion de crise venait remplacer le précédent sans jamais prendre en compte les pratiques et les attentes de la population dans le processus.

Haut de page

Bibliographie

Acar A., Muraki Y., 2011, "Twitter for crisis communication: lessons learned from Japan’s tsunami disaster", International Journal of Web Based Communities, Vol.7, No.3, 392402.

Bance P., Chassy A., 2022, "Conseils citoyens et remédiation face à la crise sanitaire : une perspective post-nouvelle gestion publique", La Revue des Sciences de Gestion, Vol.315‑316, No.3‑4, 37‑52.

Bopp E., Douvinet J., Serre D., 2018, "« Faire un tri dans le monde des applis ». Expérimentations sur 50 applications smartphones proposant d’alerter la population face aux risques majeurs en France", Netcom. Réseaux, communication et territoires, Vol.32, No.3/4, 385‑406.

Dauphiné A., Provitolo D., 2013, "Chapitre 5 - Représentations des risques et comportements humains face aux catastrophes", U, 131‑156.

Defossez S., Gherardi M., 2020, "Face au cyclone Irma ! Le rôle des populations dans la gestion de la crise à Saint-Martin (Petites Antilles, îles du Nord)", EchoGéo, No.51, [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/18987

Douvinet J., 2020, "L’alerte par sirènes : une priorité discutable en France", Annales de geographie, Vol.731, No.1, 5‑32.

Douvinet J., Gisclard B., Kouadio J.S., Saint-Martin C., Martin G., 2017, "Une place pour les technologies smartphones et les Réseaux Sociaux Numériques (RSN) dans les dispositifs institutionnels de l’alerte aux inondations en France ?", Cybergeo : European Journal of Geography, [en ligne]. URL : http://cybergeo.revues.org/27875

Douvinet J., Pallares R., Genre-Grandpierre C., Gralepois M., Rode S., Servain-Courant S., 2013, "L’information sur les risques majeurs à l’échelle communale. Occurrence et facteurs explicatifs du DICRIM, un outil préventif sous-utilisé", Cybergeo : European Journal of Geography, [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/26112

Emsellem K., Caglioni M., Moreno Sierra D., 2021, "Twitter fait-il parler les territoires ? Retour d’expériences à partir des tweets autour de l’attentat du 14 juillet 2016 à Nice", Netcom. Réseaux, communication et territoires, Vol.35, No.3/4, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/netcom/6337

Fallon C., Thiry A., 2021, "Associer les citoyens à la gestion de crise ?", La Revue Nouvelle, Vol.8, No.8, 11‑18.

Fellenor J., Barnett J., Potter C., Urquhart J., Mumford J.D., Quine C.P., 2018, "The social amplification of risk on Twitter: the case of ash dieback disease in the United Kingdom", Journal of Risk Research, Vol.21, No.10, 11631183.

Fenet J., Daudé É., 2020, "La population, grande oubliée des politiques de prévention et de gestion territoriales des risques industriels : le cas de l’agglomération rouennaise", Cybergeo : European Journal of Geography, [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/34020

Fischer F., 2012, "VGI as Big Data, a New but Delicate Geographic Data-Source", Geo Informatics, Vol.15, No.3, 4647.

Gévaudan C., 2013, "Cartographie de crise aux Philippines", Libération.fr, [en ligne]. URL : https://www.liberation.fr/ecrans/2013/11/14/cartographie-de-crise-aux-philippines_946920

Glatron S., Heitz C., 2015, "Outils d’information du public sur les risques majeurs : les cartes sont-elles un vecteur d’acculturation ? Étude exploratoire de la perception de cartes de risque d’inondations par les individus exposés (Eurométropole de Strasbourg)", Communication à la session "Risque et environnement" des Journées en Science Sociale de la SFER (Société français d’économie rurale), Nancy, [en ligne]. URL : https://univoak.eu/islandora/object/islandora%3A51105/

Goodchild M.F., 2007, "Citizens as sensors: the world of volunteered geography", GeoJournal, Vol.69, No.4, 211221.

Haklay M., Singleton A., Parker C., 2008, "Web Mapping 2.0: The Neogeography of the GeoWeb", Geography Compass, Vol.2, No.6, 20112039.

Joliveau T., 2011, "Le géoweb, un nouveau défi pour les bases de données géographiques", L’Espace géographique, Vol.40, No.2, 154‑163.

Kasperson R.E., Renn O., Slovic P., Brown H.S., Emel J., Goble R. et al., 1988, "The Social Amplification of Risk: A Conceptual Framework", Risk Analysis, Vol.8, No.2, 177187.

Kitchin R., 2014, The Data Revolution: Big Data, Open Data, Data Infrastructures and Their Consequences, SAGE, 241 p.

Kryvasheyeu Y., Chen H., Obradovich N., Moro E., Hentenryck P.V., Fowler J. et al., 2016, "Rapid assessment of disaster damage using social media activity", Science Advances, Vol.2, No.3.

Lagadec P., 1991, La Gestion des Crises, outil de réflexion à l’usage des décideurs, [en ligne]. URL : http://www.patricklagadec.net/fr/pdf/integral_livre1.pdf

Lagadec P., 2011, "Le citoyen dans les crises. Nouvelles donnes, nouvelles pistes", Prévention Sécurité, No.115.

Latonero M., Shklovski I., 2011, Emergency Management, Twitter, and Social Media Evangelism, Rochester, NY, Social Science Research Network, [en ligne]. URL : https://papers.ssrn.com/abstract=2045863

Libaert T., Motulsky B., Baygert N., Vanderbiest N., Vicherat M., 2018, Communication de crise, Pearson, 265 p.

Liu S.B., Palen L., Sutton J., Hughes Amanda L., Liu S.B., Palen L. et al., 2008, The Emergent Role of On-Line Photo Sharing in Times of Disaster.

Palen L., Vieweg S., Liu S., Hughes A., 2009, "Crisis in a Networked World", Social Science Computer Review - SOC SCI COMPUT REV, Vol.27, 467480.

Petak W.J., 1985, "Emergency Management: A Challenge for Public Administration", Public Administration Review, Vol.45, 37.

Pigeon P., 2003, "L’intérêt du risque pour l’enseignement de la géographie", Les risques, 3-15.

Provitolo D., Tricot A., Schleyer-Lindenmann A., Boudoukha A.H., Verdière N., Haule S. et al., 2022, "Saisir les comportements humains en situation de catastrophes : proposition d’une démarche méthodologique immersive", Cybergeo: European Journal of Geography, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/cybergeo/39495

Ramacker B., Mertens P., 2013, "Les médias sociaux en communication de crise", SPF Intérieur - DG Centre de Crise.

Reghezza-Zitt M., 2019, "Gestion de crise et incertitude(s) ou comment planifier le hors-cadre et l’inimaginable. Application aux crises résultant de crues majeures en Île-de-France", Annales de géographie, Vol.726, No.2, 5‑30.

Reghezza-Zitt M., Benitez F., Devès M., 2020, "Vivre avec la mémoire de la catastrophe : l’éruption de La Soufrière de Guadeloupe en 1976", VertigO : la revue électronique en sciences de l’environnement, Vol.20, No.3, [en ligne]. URL : https://www.erudit.org/en/journals/vertigo/1900-v1-n1-vertigo06191/1079346ar/abstract/

Rive G., Hare J., Thomas J., Nankivell K., 2012, "Social Media in Emergency: A Best Practice Guide", Wellington Region CDEM Group: Wellington.

Roche S., Propeck-Zimmermann E., Mericskay B., 2013, "GeoWeb and crisis management: issues and perspectives of volunteered geographic information", GeoJournal, Vol.78, No.1, 2140.

Rufat S., Fekete A., Armaş I., Hartmann T., Kuhlicke C., Prior T. et al., 2020, "Swimming alone? Why linking flood risk perception and behavior requires more than “it’s the individual, stupid”", WIREs Water, Vol.7, No.5.

Sakaki T., Okazaki M., Matsuo Y., 2010, "Earthquake shakes Twitter users: real-time event detection by social sensors", in: Proceedings of the 19th international conference on World wide web, WWW ’10, Raleigh, North Carolina, USA, Association for Computing Machinery, 851860.

Santoni V., 2021, Utilisation des réseaux sociaux numériques dans un contexte de gestion territorialisée des crises, comparaison entre l’Île-de-France et la région de Bruxelles-Capitale, thèse de doctorat en géographie, CY Cergy Paris Université.

Santoni V., 2022, "Territoire 2.0 et information géographique involontaire : gestion des crises et réseaux sociaux numériques", Annales de géographie, Vol.743, No.1, 72‑94.

Santoni V., Audoin L., 2017, "De l’urgence d’une cartographie de crise au centre de crise zonal", EU Sequana ; la gestion de crise à l’épreuve de l’exercice.

Santoni V., Rufat S., 2021, "How fast is fast enough? Twitter usability during emergencies", Geoforum, Vol.124, 2035.

Service public fédéral Intérieur, 2013, "Les Médias Sociaux en communication de crise - Utilisation des médias par la Discipline 5 : organisation et conseils pratiques", SPF Intérieur - DG Centre de Crise.

Takahashi B., Tandoc E.C., Carmichael C., 2015, "Communicating on Twitter during a disaster: An analysis of tweets during Typhoon Haiyan in the Philippines", Computers in Human Behavior, Vol.50, 392398.

Vogel J.P., 2017, Le système d’alerte et d’information des populations : un dispositif indispensable fragilisé par un manque d’ambition - Sénat, Sénat, [en ligne]. URL : https://www.senat.fr/notice-rapport/2016/r16-595-notice.html

Weiss K., Girandola F., Colbeau-Justin L., 2011, "Les comportements de protection face au risque naturel : de la résistance à l’engagement", Pratiques Psychologiques, Vol.17, No.3, 251‑262.

Haut de page

Notes

1 En ligne. URL : https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000000804612/2020-12-10/, consulté le 10 décembre 2020.

2 Prévention des risques majeurs, [en ligne]. URL : https://www.ecologie.gouv.fr/prevention-des-risques-majeurs, consulté le 10 mai 2023.

3 Prévention des risques majeurs, op.cit.

4 Organisation lors d’une situation d’urgence sur le terrain, [en ligne]. URL : https://centredecrise.be/fr/que-font-les-autorites/gestion-de-crise/organisation-lors-dune-situation-durgence-sur-le-terrain, consulté le 14 mai 2023.

5 Brochure communiquer sur les risques du centre de crise fédéral, [en ligne]. URL : https://centredecrise.be/sites/default/files/brochure_team_d5_communiquer_sur_les_risques_fr_0.pdf, consulté le 7 décembre 2020.

6 En ligne. URL : http://www.ejustice.just.fgov.be/cgi_loi/change_lg.pl?language=fr&la=F&cn=1963123130&table_name=loi, consulté le 16 décembre 2020.

7 Réserve communale de sécurité civile, [en ligne]. URL : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F11971, consulté le 13 mai 2023.

8 En ligne, URL : http://www.ejustice.just.fgov.be/cgi_loi/change_lg.pl?language=fr&la=F&cn=2007051561&table_name=loi, consulté le 10 décembre 2020.

9 En ligne. URL : https://www.georisques.gouv.fr/, consulté le 3 juin 2021.

10 En ligne. URL : https://www.info-risques.be/fr, consulté le 3 juin 2021.

11 En ligne. URL : https://www.vie-publique.fr/en-bref/272039-barometre-du-numerique-95-des-francais-disposent-dun-telephone-mobile, consulté le 10 décembre 2020.

12 En ligne. URL : https://datareportal.com/reports/digital-2020-belgium, consulté le 12 novembre 2020.

13 En ligne. URL : https://be-alert.be/, consulté le 16 décembre 2020.

14 En ligne. URL : https://fr.statista.com/statistiques/480837/utilisation-reseaux-sociaux-france-age/, consulté le 12 novembre 2020.

15 En ligne. URL : https://fr.statista.com/statistiques/505110/taux-de-penetration-du-smartphone-par-age-france/, consulté le 12 novembre 2020.

16 En ligne. URL : https://datareportal.com/reports/digital-2020-belgium, consulté le 12 novembre 2020.

17 À l’époque de la diffusion du questionnaire, le compte du Ministère de l’Intérieur dédié à la communication de crise en France @Beauvau_Alerte n’avait pas encore publié de tweet de crise et n’a pas pu être pris en compte.

18 FR Alert, en ligne]. URL : https://www.fr-alert.gouv.fr/, consulté le 10 mai 2023.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Chronologie des crises de 2009 à 2019 en Île-de-France et en Région de Bruxelles-Capitale
Crédits Santoni 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/41008/img-1.png
Fichier image/png, 195k
Titre Figure 3 : Score comparant la confiance et l’utilisation des canaux d’information pendant une crise en Île-de-France
Crédits Santoni 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/41008/img-2.png
Fichier image/png, 136k
Titre Figure 4 : Score comparant la confiance et l’utilisation des canaux d’information pendant une crise en Région de Bruxelles-Capitale
Crédits Santoni 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/41008/img-3.png
Fichier image/png, 129k
Titre Figure 5 : Perception des MSGU et utilisation des réseaux sociaux numériques pendant une crise en Île-de-France
Crédits Santoni 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/41008/img-4.png
Fichier image/png, 85k
Titre Figure 6 : Perception des MSGU et utilisation des réseaux sociaux numériques pendant une crise en Région de Bruxelles-Capitale
Crédits Santoni 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/41008/img-5.png
Fichier image/png, 91k
Titre Figure 7 : Canaux utilisés en Île-de-France et en Région de Bruxelles-Capitale pour prendre connaissance d’information sur les risques majeurs
Crédits Santoni 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/41008/img-6.png
Fichier image/png, 100k
Titre Figure 8 : Premier et second type de crise déclaré par les non-professionnels en Île-de-France
Crédits Santoni 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/41008/img-7.png
Fichier image/png, 146k
Titre Figure 9 : Premier et second type de crise déclaré par les non-professionnels en Région de Bruxelles-Capitale
Crédits Santoni 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/41008/img-8.png
Fichier image/png, 131k
Titre Figure 10 : Comptes des gestionnaires de crise sur les réseaux sociaux mobilisés par les utilisateurs pour chercher de l’information pendant une crise en Île-de-France
Crédits Santoni 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/41008/img-9.png
Fichier image/png, 87k
Titre Figure 11 : Comptes des gestionnaires de crise sur les réseaux sociaux mobilisés par les utilisateurs pour chercher de l’information pendant une crise en Région de Bruxelles-Capitale
Crédits Santoni 2023
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/41008/img-10.png
Fichier image/png, 88k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Victor Santoni, « Impact du numérique sur la relation entre les systèmes de gestion de crise et les citoyens, analyse empirique en Île-de-France et en Région de Bruxelles-Capitale », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 1067, mis en ligne le 30 mai 2024, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/41008 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11qp7

Haut de page

Auteur

Victor Santoni

CY Cergy Université, Laboratoire PLACES, France
chercheur post-doctoral
victor.santoni@cyu.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search