Navigation – Plan du site

AccueilVie ScientifiqueRevue de livres2024Philippe Valette, Albane Burens, ...

2024

Philippe Valette, Albane Burens, Laurent Carozza, Cristian Micu (dir.), 2024, Géohistoire des zones humides. Trajectoires d’artificialisation et de conservation, Toulouse, Presses universitaires du Midi, 382 p.

Mathilde Resch

Texte intégral

1Les zones humides, notamment celles associées aux cours d’eau, sont des objets privilégiés de la géohistoire (Lestel et al., 2018 ; Jacob-Rousseau, 2020 ; Piovan, 2020). Dans Géohistoire des zones humides. Trajectoires d’artificialisation et de conservation, paru en 2024 aux Presses universitaires du Midi, Valette et al. explorent l’intérêt scientifique de ces milieux, qui réside selon leurs mots dans "la double inconstance de leurs modes de valorisation et de leurs perceptions qui a conduit, pour [chacun d’entre eux], à des successions d’usages et fonctionnement biophysiques très disparates" (2024, p.349). L’analyse des vestiges conservés dans leurs sédiments permet en effet de reconstituer sur le temps long les interactions entre les sociétés et leur environnement. En outre, les milieux humides ont souvent été abondamment décrits et cartographiés, en lien avec leur exploitation et leur aménagement précoces. Archives sédimentaires et historiques fournissent ainsi à la communauté scientifique un matériau précieux pour analyser les trajectoires de ces socio-écosystèmes.

2Depuis les années 2010, la géohistoire de l’environnement suscite un intérêt croissant en parallèle des réflexions sur la renaturation ou la restauration des milieux (Gramond, 2014 ; Valette, Carozza, 2019). L’ouvrage de Valette et al. s’inscrit dans ce récent dynamisme, parmi plusieurs manifestations scientifiques qui en témoignent également (2024, p.20-21). En valorisant des travaux présentés en juin 2019 à Tulcea (Roumanie) lors du colloque Géohistoire des zones humides d’ici et d’ailleurs. Regards croisés sur les trajectoires d’artificialisation et de conservation, l’ouvrage ambitionne de "faire le point sur l’approche géohistorique en lien avec les zones humides" (Valette et al., 2024, p.21). Le résultat est dense et richement illustré. Quinze contributions ont été regroupées en trois chapitres thématiques, qui organisent la lecture sans la cloisonner : plusieurs textes ont ainsi une dimension transversale.

Construction, restauration, patrimonialisation des zones humides

3Le premier chapitre, "Reconstitution des trajectoires spatio-temporelles des zones humides", est aussi le plus long (135 pages, 6 contributions) et celui où la mise en œuvre de la démarche géohistorique est finalement la plus manifeste. Les deux premiers textes (Bovagne et al. ; Lespez et al.) s’intéressent au temps très long des relations entre milieux humides et sociétés, dans un secteur restreint de la plaine alluviale du Vistre (Gard), pour le premier, et dans la vallée de la Sélune (Manche), pour le second. Les deux contributions qui suivent (Eschbach et al. ; Duquesne et al.) exploitent des cartes du XIXe siècle à nos jours pour caractériser l’évolution hydromorphologique de la Seine dans la Bassée (Seine-et-Marne) et des îles d’un tronçon de la Charente. L’ampleur des modifications anthropiques, en particulier pour la navigation, y est soulignée. Les deux derniers textes emmènent le lecteur hors de France. Les recherches menées sur la forêt inondable de Grondines au Canada (Hatvany et al.) conduisent les auteurs à la qualifier de "milieu de vie", intégrant ainsi sa dimension culturelle. En Roumanie, une démarche "ethnogéohistorique" est mise en œuvre dans le bassin du Cetățuia (Valette et al.) pour déterminer si le risque d’inondation s’est aggravé au cours du XXe siècle, en lien avec l’évolution de l’occupation du sol.

4Le deuxième chapitre, "Restaurer les zones humides et le mythe de l’état de référence" (91 pages, 5 contributions), aborde l’un des champs d’application les plus importants des recherches géohistoriques sur les milieux aquatiques. L’objectif d’atteinte du bon état écologique imposé par la Directive Cadre européenne sur l’Eau (2000) a donné lieu à de nombreux projets de "restauration" de ces milieux. En suggérant le retour à une situation passée, cette terminologie justifie la réalisation d’études visant à identifier un "état de référence" historique, considéré peu ou pas perturbé. Le texte introductif (Beck et al.) rappelle de manière très complète pourquoi cette démarche est problématique autant qu’illusoire, tout en explorant ses fondements. Les trois textes qui suivent montrent que plusieurs états de référence peuvent être pris en compte dans les opérations de restauration, qui ne renvoient pas tous à une situation passée. Dans le cas du marais de Comana (Roumanie), Ioana-Toroimac considère que l’efficacité du projet devrait être évaluée en comparant l’état post-restauration à un objectif défini par modélisation hydrologique, plutôt qu’à un état historique. Pour deux zones humides du sud-ouest de la France, l’identification d’un seul état de référence est difficile "compte-tenu des évolutions historiques et des enjeux mis en avant par les acteurs divers impliqués" (Angéliaume-Descamps et al., p.216). En Bretagne, la question du niveau d’eau cristallise les tensions autour du devenir de l’Aulne canalisée et révèle la diversité des situations historiques auxquelles se réfèrent les acteurs (Le Calvez). Enfin, Catteau et al. évoquent le risque qu’un outil SIG, élaboré pour mieux rendre compte du fonctionnement des zones humides, soit utilisé pour objectiver un état de référence donné.

5Le troisième et dernier chapitre porte sur "Les nouveaux usages, les nouvelles valeurs et les nouveaux patrimoines des zones humides" (84 pages, 4 textes). C’est certainement le chapitre le plus hétérogène et celui qui laisse le plus de pistes de recherche en suspens. Cubizolle et al. plaident pour la patrimonialisation des tourbières anthropiques du Massif Central oriental, sans toutefois en préciser la forme et les modalités. Comme le soulignent Angéliaume-Descamps et al. dans leur contribution, "qui dit "patrimoine" dit "maintien en l’état pour transmettre aux générations futures". Or, comment transmettre en l’état des écosystèmes qui, par définition, sont en constante évolution ?" (p.285). En reprenant l’exemple du Sud-Ouest français, les auteurs identifient quatre stades de patrimonialisation des zones humides, de la simple reconnaissance de leur intérêt écologique à leur intégration à des projets de territoire. Paly et al. s’intéressent de leur côté au rôle des représentations dans l’aménagement et la valorisation de deux zones humides du littoral breton. Quant à la dernière contribution (Angéliaume-Descamps et al.), elle illustre la confrontation d’objectifs différents autour de la protection du páramo de Chingaza (Colombie) : d’un côté la sécurisation de l’approvisionnement en eau potable de Bogotá, de l’autre le développement d’un écotourisme communautaire.

Les zones humides, objets hybrides par excellence

6À travers ces contributions, l’ouvrage invite à prendre acte du caractère hybride des zones humides, façonnées par la coévolution de processus biophysiques et anthropiques (Dufour, Lespez, 2020). Ce constat pousse de nombreux auteurs à réfuter l’idée d’une nature préexistante à l’être humain et séparée de celui-ci, "notamment concernant les zones humides qui, dès le Néolithique et le début de l’Holocène, sont apparues de manière concomitante avec lui" (Beck et al., p.167). Dans de nombreux exemples, les qualités écologiques défendues comme "naturelles" sont en fait héritées de l’action des sociétés sur le temps long. Malgré tout, il subsiste quelques discrètes contradictions d’un texte à l’autre, par exemple lorsque l’état de la Seine en 1839 est considéré "(quasi) naturel" (Eschbach et al., p.87) ou que l’analyse de photographies du littoral breton distingue les "éléments naturels" des "éléments anthropiques" (Paly et al.). Cela montre que la vision des êtres humains comme agents perturbateurs de la nature reste difficile à dépasser, y compris dans la sphère scientifique. De là découle la complexité de l’enjeu de restauration des milieux, encore trop souvent assimilé à un effacement des erreurs du passé. Or, paradoxalement, la géohistoire démontre qu’il est vain de chercher à revenir en arrière : au contraire, elle incite à se concentrer sur la définition d’un avenir désirable. Ceci dit, "le passé est toujours un actant du présent dans le monde matériel […] comme dans celui des idées" (Lespez et al., p.53) et "la question de la référence historique [demeure] une question réelle lors de l’application de la continuité écologique" (Le Calvez, p.236). Il existe bel et bien des héritages avec lesquels les gestionnaires de l’environnement doivent composer, surtout lorsqu’il s’agit de définir le "type de nature que l’on souhaite collectivement construire" (Beck et al., p.180). La géohistoire invite ainsi à une prise de recul et à l’humilité, afin "d’aborder l’ensemble des acteurs avec empathie" (Lespez et al., p.80).

Vers une consolidation théorique de la géohistoire de l’environnement

7L’ouvrage se conclut par quelques réflexions d’ordre épistémologique (Valette et al.). Les auteurs reconnaissent que toutes les communications du colloque de Tulcea (et partant, tous les textes de l’ouvrage) n’assument pas pleinement le label "géohistoire". Le terme est alors utilisé comme "alibi" pour justifier "une mise en forme temporelle d’un récit plutôt [qu’une] réflexion analytique ou holistique sur la nature de l’espace et de ses dynamiques" (p.351). Cela indique que la géohistoire de l’environnement est une approche en construction dont il reste à délimiter les bases théoriques, sans quoi "[elle] sera certes mobilisée, mais aussi instrumentalisée par différents chercheurs de toutes disciplines dès lors qu’ils auront à affronter la temporalité" (p.352). Cet effort doit notamment passer par une poursuite des réflexions sur ce qui distingue la géohistoire d’autres approches temporelles, comme la géoarchéologie ou l’histoire de l’environnement (Jacob-Rousseau, 2009 ; Valette, Carozza, 2019). En tout cas, il est certain que l’interdisciplinarité et le croisement des méthodes, dont l’ouvrage offre de beaux exemples, y occuperont une place centrale.

Haut de page

Bibliographie

Dufour S., Lespez L. (dir.), 2020, Géographie de l’environnement. La nature au temps de l’Anthropocène, Paris, Armand Colin.

Gramond D., 2014, "Géohistoire environnementale : contours sémantiques et conceptuels. Discussions sur les héritages et patrimoines reconnus aux zones humides fluviales", Développement durable et territoires, Vol.5, No.3, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/developpementdurable/10585

Jacob-Rousseau N., 2009, "Géohistoire/géo-histoire : quelles méthodes pour quel récit ?", Géocarrefour, Vol.84, No.4, [en ligne]. URL : https://journals.openedition.org/geocarrefour/7598

Jacob-Rousseau N., 2020, "La géohistoire : la trajectoire incertaine des systèmes fluviaux", in : Dufour S., Lespez L. (dir.), Géographie de l’environnement. La nature au temps de l’Anthropocène, Paris, Armand Colin, 123-134.

Lestel L. et al., 2018, ArchiSEINE : une approche géohistorique du bassin de la Seine, fascicule PIREN-Seine.

Piovan S.E., 2020, The Geohistorical Approach. Methods and Applications, Springer Geography.

Valette P., Carozza J.M., 2019, Géohistoire de l’environnement et des paysages, CNRS Alpha.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Resch, « Philippe Valette, Albane Burens, Laurent Carozza, Cristian Micu (dir.), 2024, Géohistoire des zones humides. Trajectoires d’artificialisation et de conservation, Toulouse, Presses universitaires du Midi, 382 p. », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 08 juillet 2024, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/41152 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11ypb

Haut de page

Auteur

Mathilde Resch

Docteure en géographie rattachée à l’UMR 7218 LAVUE (équipe Mosaïques)
mathilde.resch[a]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search