Navigation – Plan du site

AccueilVie ScientifiqueRevue de livres2004BESSE Jean-Marc, 2003, Face au mo...

2004

BESSE Jean-Marc, 2003, Face au monde. Atlas, jardins, géoramas, Paris, Desclée de Brouwer, Coll. "Arts et esthétique", 244 p.

Henri Chamussy

Texte intégral

1C’est un aspect tout à fait original – et méconnu – d’une vision de la géographie que nous offre aujourd’hui Jean-Marc Besse. Une des finalités de la géographie – la principale pendant longtemps – a été de donner à voir le monde. Les techniques de cartographie ont été et sont encore aujourd’hui un des vecteurs principaux de cette finalité, mais les cartes peuvent prendre, à travers les siècles, des formes surprenantes. C’est ce que J.M. Besse nous montre dans ce livre : de la Renaissance au XIX° siècle, une suite d’étonnantes réalisations destinées à vulgariser (au sens noble du terme) et à diffuser dans le public – le public cultivé, mais parfois aussi le grand public – la connaissance géographique accumulée au cours de ces quatre siècles qui furent celles de la découverte et de la prise de possession du monde par les Européens.

2L’extraordinaire bouillonnement intellectuel du XVI° siècle, et la période de ce que les manuels scolaires appellent " les Grandes Découvertes ", ont provoqué un intense besoin de connaître le monde, comblé par une intense production de cartes, pour la construction desquelles sont peu à peu retrouvées et utilisées les techniques mathématiques créées par les savants alexandrins, d’Eratosthène à Ptolémée, et oubliées durant le Moyen Age occidental. On connaît le Theatrum Orbis Terrarum d’Ortelius (1570) et l’Atlas, sive cosmographicae meditationes de fabrica mundi de Mercator (1595), mais il est des œuvres plus anciennes, comme la Cosmographia de Münster (1544), tôt traduite en français, ou plus tardives, comme le Nouveau théâtre du monde ou nouvel atlas de Hondius (1639). On notera en passant que la parution de ce dernier ouvrage suit de trois ans seulement le Discours de la Méthode et la " première " du Cid. Quelle époque ! On notera également que c’est Mercator qui, le premier, utilise le mot d’ " atlas ", en référence au personnage mythologique, mot qui éliminera progressivement celui de " théâtre " pour désigner les livres qui rassemblent les représentations de la terre et de l’univers (cosmographia).

3Ce qui intéresse particulièrement J.M. Besse , dans l’esprit du livre qu’il offre à notre lecture, ce ne sont pas tellement les cartes d’Ortelius ou de Mercator, mais les frontispices de ces ouvrages, hautement symboliques, et également, preuve de l’influence profonde de ce désir de connaissance du monde, la multiplication des cartes peintes pour décorer (mais en fait beaucoup plus que décorer…) palais, résidences princières, royales, pontificales, et jusqu'aux monastères. Ces cartes, plans, vues cavalières de régions entières, se multiplient, à Mantoue, dans la Villa Farnese de Caprarola, au Palacio Real de Madrid, au Palazzo Vecchio de Florence. Il en subsiste encore aujourd’hui quelques-unes unes, à la Villa Farnèse, mais surtout dans la Galerie des Cartes Géographiques du Vatican, où J.M. Besse promène longuement ses lecteurs. Et il montre clairement comment, derrière ces fresques, tapisseries, tableaux, sont embusquées les symboliques et les idéologies du Pouvoir et de l’Eglise : la grandeur du Prince, ses conquêtes, et, en ce qui concerne le Vatican, tout l’esprit de la Contre-Réforme. La connaissance géographique n’est jamais neutre ; cela peut-il nous étonner ?

4Puis vient l’époque des jardins géographiques : l’imagination géographique des paysagistes se donne libre cours, chez les Médicis à Florence, et surtout dans les jardins de la Villa d’Este à Tivoli, sans oublier le projet de François de la Porte pour les jardins du palais du Luxembourg à Paris. Constituant de véritables maquettes de paysages, les ruisseaux représentant les fleuves, des buttes les montagnes, des monuments ou statues les villes, ces jardins permettent aux promeneurs de voyager en quelques toises, à travers bosquets et au long de massifs. Mais ce n’est jamais simple décoration ou plaisir pour l’œil ; ce n’est pas non plus représentation du réel à une certaine échelle : les parcours sont toujours symboliques ou initiatiques.

5Ultérieurement on constate un glissement vers des finalités pédagogiques dans les extraordinaires projets du baron de Bouis au XVIII° siècle, et donc vers une reproduction du réel, sous la forme de gigantesques " cartes " en relief. Mais l’idéologie n’est jamais absente. La preuve en est que sous la Révolution, l’idée est reprise, mais non plus pour la gloire du Prince : c’est le projet du jardin " patriotique " du républicain Deleyre. Parmi les derniers en date de ces jardins, du moins en France, il y a la carte de France en relief, de 3300 m2, de J.L. Sanis et le " géorama universel " du pédagogue Chardon, qui, sur 4000 m2,en plein Paris, " représente à plat la surface de la Terre ". Il aura grand succès auprès du public, et les professeurs y conduisent leurs élèves " des deux sexes… ", entre 1868 et 1880.

6Mais les " géoramas " ne sont pas tous des jardins : il y a les " panoramas ", qui présentent le monde par des peintures, des cartes, souvent disposées dans un bâtiment en rotonde ; ces géoramas deviennent, montre J.M. Besse, une véritable mode, dans toutes les capitales d’Europe et aux Etats-Unis. Et surtout, il se construit d’énormes globes terrestres qu’on visite, coup de génie, par l’intérieur, ce qui permet d’embrasser, sans bouger autrement qu’en tournant sur soi-même, toute la Terre d’un seul coup ; le plus célèbre de ces globes fut celui de Delanglard ; le projet prévoyait un diamètre de 120 pieds ; la réalisation fut plus modeste, mais fort admirée néanmoins par de nombreuses personnalités, dont Alexandre de Humboldt.

7Après nous avoir exposé bien d’autres projets et réalisations, J.M. Besse clôt le livre par la prodigieuse idée d’Elisée Reclus, en 1895 : un bâtiment de 200 m de hauteur, contenant un globe terrestre de 520 m de diamètre, des salles de conférences, etc., pour un budget modeste de vingt millions de francs (la tour Eiffel en a coûté huit millions !) Bien entendu, le projet resta… un projet, et l’Exposition Universelle de 1900 se contenta d’un globe de 46 m de diamètre, dans lequel Reclus n’était pour rien. J.M. Besse conclut mélancoliquement : " L’horizon politique d’émancipation défini par Reclus avait disparu de l’Exposition. Le Monde, désormais, n’était plus qu’un spectacle ".

8Le livre de J.M. Besse aurait pu n’être qu’une promenade à travers ces " théâtres ", jardins, géoramas qu’il aurait déjà été passionnant. Mais il s’agit de bien autre chose que d’une énumération factuelle. A travers ces frontispices, statues, galeries de cartes, jardins, géoramas, l’auteur emporte ses lecteurs dans une belle méditation sur l’évolution de la pensée géographique, non pas tellement celle des géographes patentés, mais celle d’artistes, paysagistes, pédagogues, qui, souvent sur commande, organisent ces spectacles du monde pour les princes et l’Eglise, puis, à mesure que les temps changent, pour la jeunesse et le public. Et c’est aussi, du même coup, une mine de réflexions sur la pédagogie de la géographie. Ce n’est pas par hasard que J.M. Besse se réfère à plusieurs reprises au Père Jean François, ce jésuite du XVII° siècle, qui est souvent d’une étonnante modernité, ce géographe qui fut peut-être professeur du jeune Descartes et qui déplore, en 1652, que la géographie " passe pour un art de mémoire " alors qu’elle devrait être " un discours de raison ". On peut méditer cela en pensant, malgré un siècle de géoramas, à ce qu’est devenue trop souvent la géographie enseignée dans les lycées (et même, horresco referens, dans les universités…)

9Est-ce par pudeur, pour ne pas revenir sur le fait que la géographie, "ça sert à faire la guerre ", que J.M. Besse ne dit pas un mot des fameux plans en relief qui furent, il y a peu, l’objet d’une belle querelle entre Paris et Lille ? Les militaires ont toujours été friands de plans en relief et de bacs à sable pour élaborer stratégie et tactique qui font la part belle à la connaissance géographique.

10Mais, peut-on se demander, l’époque des géoramas et de la géographie populaire est-elle terminée ? J.M. Besse aurait pu parler de l’extraordinaire panorama de la salle des fresques, dans la Gare de Lyon, à peu près contemporaine de la proposition de Reclus, qui déroule sur des dizaines de mètres, les monuments et paysages traversés par les rapides du P.L.M. ; elle est malheureusement mutilée par des aménagements imbéciles et iconoclastes qui en ont caché la partie inférieure. Mais on peut penser aussi à une sorte d’immense maquette des paysages et monuments les plus caractéristiques des Pays-Bas, qui ne veut pas représenter une partie " réelle " de ce pays, mais une sorte de synthèse. Je me souviens avoir visité en Autriche, un gigantesque " jardin " géologique et morphologique, avec des plissements, des failles, des grabens en réduction, le tout parsemé d’échantillons de roches variées, et Roger Brunet, dans Mappemonde, n°67, sept. 2002, p. 27, signale l’existence du Géodrome, jardin géologique de 10 000 m2, sur une aire de repos de l’A.10, au nord d’Orléans. Le temps des jardins géographiques ou géologiques n’est pas clos…

11Mais la géographie populaire aujourd’hui passe évidemment par les médias ; il n’y a plus besoin de géoramas, il y a Géo, et le National Geographic, il y a Ushuaia, et toutes les chaînes du câble et des bouquets satellitaires qui comblent la demande du grand public ; lisons ces revues, regardons ces émissions ; déplorons les souvent certes, mais n’oublions pas que ce sont elles qui véhiculent l’image de la géographie ; elles jouent le rôle de la galerie des cartes du Vatican, des jardins géographiques ; comme eux, elles véhiculent des idéologies (quand elles ne sont pas vulgaire publicité pour des agences de voyage, ce qui est d’ailleurs aussi une idéologie, marchande, celle-là !)

12Quand J.M. Besse nous offrira-t-il un livre sur cette vision de la géographie ? Il sera certainement aussi passionnant que celui qui vient d’être présenté. Toutes ces réalisations, anciennes et récentes, rejoignent une tendance profonde de l’imagination humaine à rêver sur l’Ailleurs :

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Chamussy, « BESSE Jean-Marc, 2003, Face au monde. Atlas, jardins, géoramas, Paris, Desclée de Brouwer, Coll. "Arts et esthétique", 244 p. », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 22 janvier 2004, consulté le 28 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/796 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.796

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search