Navigation – Plan du site

Recommandations aux auteurs

RECOMMANDATIONS AUX AUTEURS ET NORMES ÉDITORIALES

(octobre 2018)

Informations générales

Aire géographique, domaine chronologique

Les numéros de la revue qui constituent la collection des D.A.M. contiennent des études analytiques et synthétiques sur les données archéologiques des cultures protohistoriques du sud de la France. La collection peut s’ouvrir également aux régions limitrophes. Chaque volume peut accueillir des articles de fonds développés, des articles de méthodologie, des informations plus ponctuelles et des notes archéologiques ou méthodologiques. La revue accueille également des dossiers thématiques. Plusieurs Chroniques de Protohistoire Européenne ont été publiées, de même que, régulièrement, les actes de table-rondes nationales ou internationales qui se déroulent dans le sud de la France. Chaque volume, au format 220 x 280 mm, comporte 250 à 300 pages imprimées. Les périodes abordées sont comprises entre le début de l’âge du Bronze et l’extrême fin de l’âge du Fer.

La préparation et l’édition des travaux

La gestion scientifique est assurée par un Comité de rédaction et un Comité de lecture composé de chercheurs du sud de la France appartenant à toutes les institutions de l’archéologie ainsi que des Conservateurs régionaux de l’Archéologie (en tant que membres de droit). La préparation des manuscrits, leur traitement informatique, les corrections et le maquettage sont placés sous la responsabilité éditoriale de la cellule d’édition de la revue, composée du comité de rédaction et du secrétariat d’édition.

Le Comité de rédaction

Il se réunit au printemps de chaque année. Chaque séance du Comité traite des articles qui seront publiés dans l’année en cours. Les éventuels refus sont explicités. Les manuscrits retenus sont édités dans un délai de six mois. Des retouches peuvent être demandées.

Les manuscrits

Ils doivent être inédits (texte et illustrations) et conformes aux normes. Ils seront envoyés au Directeur de la revue avant le 28 février de chaque année. Il conviendra d’informer préalablement par mail le directeur de la revue de l’intention de déposer un article.

Pour soumettre un manuscrit, il faut en envoyer deux exemplaires papiers (textes et figures respectant les normes de la revue) ainsi qu’une version numérique (CD ou DVD), comportant aussi un PDF complet du manuscrit (texte, bibliographie, liste des figures et toutes les figures à la fin).

Les différents fichiers informatiques seront réunis en un dossier portant le nom de l’auteur, regroupant les fichiers séparés suivants : texte ; notes ; bibliographie ; légendes des figures ; résumé ; éventuellement annexes et un dossier contenant toutes les figures aux normes demandées (cf. ci-dessous).

Epreuves de correction

Les auteurs reçoivent une épreuve qui doit faire l’objet d’une relecture attentive et minutieuse (on s’attardera spécialement sur les inventaires, les listes chiffrées, les références de pages, les numéros d’appel de figure…). Les corrections de ces épreuves doivent être très soignées et claires selon les conventions habituelles dans l’édition (se reporter au modèle habituel des codes de correction typographique). Les épreuves corrigées doivent être retournées au secrétariat d’édition sous une quinzaine de jours.

Après la sortie du volume papier, un PDF de l’article sera envoyé à chaque auteur (dans la limite de deux auteurs, au-delà il est à la charge de l’auteur principal d’envoyer le PDF à ses collaborateurs). La diffusion de ces PDF est limitée aux plates-formes officielles de dépôt (HAL-SHS) dans les deux premières années suivant la parution papier. A cette date, le volume des DAM sera mis en ligne sur le site dam.revues.org.

Normes de présentation

Les indications ci-après s’inspirent pour l’essentiel des normes nationales (AFNOR) et du code de typographie (Abrégé à l’usage de la presse, Paris, éd. CFPJ, 1984) ; on se reportera de façon pratique aux derniers volumes parus.

La présentation générale

Le texte de l’article devra être saisi sur un traitement de texte standard et enregistré au format Word (.doc ou .docx). Préférer une police simple (Times, Times New Roman ou Arial).

Les fichiers textes suivront les prescriptions suivantes :

  • pas de coupure de mot manuelle

  • pas de mise en page ni formatage des notes de bas de page, elles seront saisies dans un fichier séparé et indiquées dans le texte par un chiffre en exposant

  • réduire au maximum les enrichissements typographiques (italique, gras) ; la revue se réserve le droit de les modifier

  • ne pas souligner les titres ou des mots dans le texte

  • éviter le saut de ligne sauf entre les différents paragraphes et chapitres

  • la saisie effectuée par l’auteur doit demeurer la plus élémentaire possible : tous les enrichissements typographiques sont en effet réalisés lors du maquettage

-> En résumé : pas de tabulation / pas de mise en page / pas de mots soulignés / pas de paragraphes solidaires / pas de césures de mot / pas de tableaux dans le texte (dans le fichier « figures », à part)

Toutes ces prescriptions viennent en sus des recommandations générales faites aux auteurs.

L’article sera accompagné d’un résumé de 800 à 1000 signes, d’une liste de mots-clés (6 à 10), et d’une traduction anglaise du résumé et des mots-clés dans la mesure du possible.

La rédaction de l’article

Généralités

Le texte d’un article doit être concis, précis et aller à l’essentiel, sans analyses et inventaires répétitifs ou superfétatoires. Penser à séparer clairement les analyses globales et les considérations synthétiques des parties plus purement descriptives (catalogue). Prévoyez des renvois évidents et des concordances simples entre le texte et les illustrations : toutes les figures doivent être appelées dans le texte.

Découpage

Le texte doit être hiérarchisé à l’aide des titres et sous-titres numérotés en chiffres arabes :

3 niveaux uniquement : 1., 1.1., 1.1.1., 1.1.2., 1.1.3. … Au-delà, sous-titres possibles mais sans numérotation. Aucun paragraphe (surtout en début de texte) ne peut trouver place hors de la numérotation.

Le titre de l’article doit être concis et comporter les indications géographiques et/ou chronologiques. Le lieu-dit d’un site doit obligatoirement être suivi de l’indication de la commune et du département.

Le nom (ou les noms) de l’auteur est placé juste sous le titre (prénom, Nom) suivi d’un astérisque (*) pour le renvoi de domiciliation (indiquée à la fin de l’article).

La domiciliation comprend le rattachement institutionnel, l’adresse et le mail.

Les illustrations

Il convient d’insister sur l’importance de l’illustration dans le propos du chercheur. Elle participe de manière tout à fait complémentaire au discours écrit. Les auteurs doivent apporter autant de soin et de réflexion à sa mise en forme qu’à l’élaboration du texte. Les DAM sont désormais imprimés en couleur et les illustrations doivent donc tenir compte des possibilités et des impératifs d’une impression en quadrichromie.

Les auteurs de l’article s’engagent sur le fait que toutes les illustrations qu’ils présentent sont bien libres de droit. Toutes les figures devront comporter l’indication de leur(s) auteur(s) dans la légende.

Dans la conception des figures, il est important de tenir compte du format d’impression de la collection. Le « miroir de page » des éditions ADAM est de 190 × 235 mm, on peut donc préparer plusieurs types de figures :

  • pleine page, de 220 à 225 mm de hauteur pour 190 mm de largeur.

  • demi-page, de 190 mm de largeur pour une hauteur variable : un tiers (80 mm de hauteur au minimum), la moitié (110 mm) ou deux-tiers du miroir de page (160 mm de hauteur)

  • sur une colonne : avec une largeur de 90,5 mm pour une hauteur de 220 mm maximum

  • des figures sur 2/3 de page avec une largeur qui oscille entre 110 et 130 mm pour une hauteur de 220 mm maximum.

Il est nécessaire dans la conception des figures de tenir compte de ces justifications et de fournir des documents numériques à la taille souhaitée dans l’impression.

Les documents numériques

Toutes les illustrations sont appelées « figures » (y compris les tableaux, sauf ceux présentés en annexe) et numérotées de 1 à n.

Les illustrations pourront être fournies :

  • pour les tableaux et les diagrammes : en format Excel (xls ou xlsx). Le fichier ne doit comporter qu’une seule feuille dans la mesure du possible, et sinon il faut donner un nom clair aux différentes feuilles ; le mieux est de fournir un fichier excel par figure ;

  • pour les images : en format tiff ou jpg sans compression, en 300 dpi pour une image pleine page (300 dpi natif si possible) ; si vous mettez du texte dans l’image, utilisez la police Times ; l’image finale doit être aplatie et ne comporter qu’un seul calque.

  • pour les dessins sous Illustrator en format eps (le format .ai est un format de travail) ; les images figurant dans des documents illustrator doivent être incorporées (et non liées), elles doivent être dans un format jpg haute résolution au départ. Les éléments de textes doivent être en police arial et ne doivent pas être vectorisés. Le document final doit comporter un seul calque (utiliser la fonction « aplatir les calques »), verrouillé.

  • Si des dessins ou des documents graphiques réalisés au trait sont fournis scannés, ces derniers doivent être fournis en format tiff avec une résolution de 600 dpi en taille de sortie.

Sous photoshop comme sur illustrator, tous les calques doivent être aplatis pour être certain de fournir l’illustration destinée à la publication.

L’épaisseur des traits sera de préférence égale à 0.25, sans dépasser sauf exception 1 mm. En niveau de gris, la trame la plus faible pourra être de 10 % jusqu’à 100 % par tranche de dix en évitant une surcharge néfaste à la bonne compréhension du document. L’usage de la couleur devra être mesuré.

Les plans, coupes et restitutions spatiales doivent comporter une échelle métrique précise, ainsi qu’une orientation.

Les dessins de céramique doivent se conformer aux normes établies, la réduction courante étant de 1/3, sauf pour les grandes tailles au 1/4 ou au 1/5 et 1/1 pour les estampilles et les petites inscriptions. Les dessins d’objets métalliques, en verre, en bois ou en os respecteront également les normes en vigueur avec des réductions préconisées selon la nature et la taille des objets, de l’ordre du 1/3 ou du 1/2, le 1/1 ne convenant que pour de très petits objets et les détails. Sur la figure, il apparaîtra la numérotation des dessins en chiffres arabes en continu, ainsi qu’une échelle métrique. L’auteur doit veiller également à l’homogénéité de la présentation de l’ensemble des planches. Les planches doivent rentrer dans les justifications précédemment soulignées. Trop étroites elles laisseront des zones de blanc déséquilibrant la mise en page, trop importantes, elles seront trop chargées et peu lisibles.

Aucune figure en PDF ne sera acceptée pour l’impression.

Références bibliographiques

Elles sont intégrées dans le texte suivant le système « auteur date, page » (entre parenthèses) et séparées des « notes de commentaire ».

Notation de la référence dans le texte

Elle comporte (entre parenthèses) :

  • nom du ou des auteurs de l’article ou de l’ouvrage (trois maximum [au-delà : et al.] sans virgule après)

  • année d’édition (suivie d’une virgule)

  • la ou les pages choisies (sans indication p.)

    • exemple : (Gruat 2013, 9)

  • éventuellement, le renvoi à une note (= n.) ou à une figure (= fig.)

    • exemple : (Benoit 1955, 38, n. 2), (Villard 1960, fig. 13), (Villard 1960, fig. 13 n°4)

  • en cas de citation multiple, la séparation se fera avec des point-virgule

    • exemple : (Venoit 1965 ; Villard 1960)

La liste bibliographique

Toutes les références présentes en bibliographie doivent être appelées dans le cours du texte. Tous les renvois aux articles et ouvrages cités dans le texte seront regroupés par ordre alphabétique dans le fichier bibliographique. Chaque référence sera précédée de la notation « auteur date » (en gras dans le texte composé). S’il y a plusieurs ouvrages du même auteur, les classer du plus ancien au plus récent ; pour le même auteur la même année, utiliser a. b. c. … depuis le premier article cité.

Les renvois seront rédigés ainsi :

• pour un ouvrage

  • en gras, rappel du ou des auteurs (en minuscules) et de l’année ; double point

  • NOM + initiale du prénom ; point ; tiret

  • titre complet de l’ouvrage (en corps italique) ; point

  • lieu de l’édition, numéro de l’édition, éditeur, année de l’édition,  nombre de pages, de figures, de planches hors-texte (la collection éventuelle et le numéro du tome dans celle-ci)

Ex : Sparkes, Talcott 1970 : SPARKES B.A., TALCOTT L. – Black and Plain Pottery of the 6th, 5th and 4th centuries B-C. Princeton, 1970, 472 p. (The Athenian Agora, XII, 1 et 2).

• pour un article dans une revue

  • en gras, rappel du ou des auteurs (en minuscules) et de l’année (éventuellement suivie d’une lettre minuscule s’il y a plusieurs articles de la même année citée) ; double point

  • NOM + initiale du prénom ; point ; tiret long

  • titre complet de l’article (en corps romain) ; point 

  • titre complet du périodique (en italique)

  • numéro du tome, numéro du fascicule [ce dernier facultatif]

  • année de parution de la revue

  • pages de l’article complet (précédées de p.)

Ex : Bérato 1993 : BÉRATO J. – Evolution de la céramique non tournée de la fin de l’âge du Fer à la période gallo-romaine dans le département du Var. Documents d’Archéologie Méridionale, 16, 1993, p. 317-336.

• pour un article dans un ouvrage collectif

  • en gras, rappel du ou des auteurs (en minuscules) et de l’année ; double point

  • NOM + initiale du prénom ; point ; tiret

  • titre complet de l’article (en corps romain)

  • In + double point : indication du ou des directeurs de l’édition collective d’où l’article est tiré, du titre de l’ouvrage, du lieu et de l’année de parution, type de manifestation scientifique (dans le cas des Actes d’un congrès), pagination

Ex : Daugas, Malacher 1976 : DAUGAS J.-P., MALACHER F. – Les civilisations de l’âge du Fer dans le Massif Central. In : GUILAINE J. (dir.) – La Préhistoire française. Paris, CNRS, 1976, p. 734-752.

N.B. : les ouvrages collectifs sont généralement réalisés sous la direction d’un ou plusieurs auteurs, ce qu’on indique par (dir.) ; les actes de colloques sont édités par un ou plusieurs auteurs, ce qu’on indique par (éd.).

• pour une référence en ligne (internet)

Indiquer le DOI et/ou l’URL de consultation

Notes de commentaire

Réunies en fin d’article, elles ne doivent pas être nombreuses et seulement contenir des considérations indispensables qui ne peuvent s’intégrer au texte. Les renvois seront indiqués dans le texte en exposant selon une numérotation continue en chiffres arabes. Ces appels de notes ne seront jamais situés dans un titre ou un intertitre. Il faut proscrire les renvois d’une note à une autre.

Les notes ne sont pas destinées à contenir des renvois bibliographiques (sauf exceptions inévitables). Elles peuvent mentionner des sources grecques ou latines, des documents d’archive, des articles de journaux.

Quelques rappels

Usage des majuscules

L’emploi doit être limité à l’essentiel, sans abus ; on se reportera au Bon usage de la langue française de M. Grévisse (éd. Duculot). Aucun mot ou nom propre ne doit être totalement en majuscules dans le texte. Les noms d’une civilisation ou d’une période chronologique, employés substantivement, prennent une majuscule au mot signifiant : la Protohistoire méridionale, l’âge du Fer, le premier âge du Fer, le second âge du Fer. Le mot âge prend toujours une minuscule sauf dans Moyen Âge (qui s’écrit sans trait d’union). Les noms de points cardinaux prennent une majuscule quand ils font fonction de nom propre : ex. les populations du Sud ; ils prennent une minuscule quand ils sont employés adjectivement : ex. au nord du mur 44.

Usage de l’italique

Il est limité aux mots latins et étrangers non courants : le terminus ante quem de cette place fortifiée ; l’agglomération grecque d’Emporion en Catalogne. Les locutions et mots latins sont composés en italique dans un texte en romain, et en romain dans un texte en italique.

Usage des abréviations et des conventions

Afin d’alléger les textes, l’édition emploie un certain nombre d’abréviations dont il convient cependant de respecter la transcription. Pour notre discipline, voici une liste restreinte d’abréviations et de conventions usuelles :

Les prénoms

Ecrire les prénoms en entier la première fois qu’ils sont utilisés dans le texte. Par la suite, on peut mettre uniquement l’initiale du prénom, suivie du nom.

Les nombres

Généralement écrits en lettres dans le courant du texte (ex. six niveaux, deux périodes), sauf pour les mesures de longueur, de poids ; ils sont toujours en chiffres dans les inventaires et les catalogues.

  • Les nombres à partie décimale : écrire 3,25 m (et non pas 3m, 25)

  • Les grands nombres : ne pas mettre de point entre les centaines et les milliers, un espace seulement : écrire 10 420 m et non pas 10.420 m

  • Les coefficients de réduction : écrire 1/2 500 ou 1/3 et non pas 1/2.500° ou 1:3

Les indications d’unités

Les conventions d’unités de longueur, de capacité ou de poids ne prennent pas la marque du pluriel et ne sont pas suivies d’un point ; elles ne s’abrègent que si elles accompagnent un chiffre.

  • millimètre = mm

  • centimètre = cm

  • décimètre = dm

  • mètre = m ; mètre carré = m2

  • kilomètre = km ; kilomètre carré = km2

  • litre = l

  • gramme = g

  • kilogramme = kg

Les indications chronologiques

Ne pas écrire « siècle » ou « avant/après Jésus-Christ » en entier ; ne pas écrire les siècles en caractères arabes, mais en romain suivi de « er » ou « e » en exposant : Ier s. av. J.-C., IIe s. ap. J.-C.

Les indications ordinales

Ne pas écrire Ière partie ou 2e moitié mais = première partie du résumé, seconde moitié du IIe s. de n. è.

Les abréviations dans les inventaires

Obligatoires dans les parties descriptives répétitives. On les choisira dans la liste ci-dessous. Dans ces cas, les abréviations prennent un point (mais pas la marque du pluriel).

Exemples usuels

  • L. = longueur

  • l. = largeur

  • ép. = épaisseur

  • ex. = exemplaire(s)

  • fr. = fragment(s)

  • diam. = diamètre (éviter Ø)

  • p. = poids

  • R. = recto

  • V. = verso

  • mod. = module

On explicitera éventuellement en tête du catalogue les autres conventions employées. On évitera au maximum dans le corps du texte l’emploi d’abréviations non prescrites ci-dessus ; ainsi on écrira : Saint-Blaise (et non St. Blaise).

Les citations dans le texte

Toute citation doit être placée entre guillemets et référencée par un appel bibliographique indiquant la page précise.

Les citations en langue étrangère seront traduites en note (ou bien la version originale sera présentée en note si c’est la traduction qui est utilisée dans le corps de l’article) ; indiquer le traducteur dans tous les cas.