Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41VariaBâtons ferrés et aiguillons des p...

Varia

Bâtons ferrés et aiguillons des paysans-éleveurs du sud de la Gaule à l’âge du Fer : une proposition d’interprétation

Bernard DEDET
p. 235-252

Résumés

Les douilles coniques de petites dimensions en fer sont couramment considérées comme des talons de javelines, voire de lances. Cette note propose de les interpréter comme embouts pour aiguillons ou bâtons de marche. Cette lecture se fonde sur les dimensions, et en particulier le diamètre interne de l’ouverture de la douille, très infé- rieur à celui des talons de lances avérés. La prise en considération des lieux de découverte est également importante. Pour ces objets, très peu de tombes sont concernées, et les deux cas répertoriés sont bien particuliers. En revanche, beaucoup d’embouts proviennent d’habitats, mais aussi de voies de circulation protohistoriques et même d’un parc à bétail. Enfin, argument supplémentaire, l’existence de quelques exemplaires semblables en bronze ne pouvant servir que d’embouts d’aiguillon, car à cette époque, pointes et talons de lance sont alors en fer.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Peut-on imaginer la population protohistorique d’agriculteurs-éleveurs du Midi de la Gaule dépourvue de bâtons ferrés pour arpenter leurs chemins, parfois montant, rocailleux, malaisés, et aussi d’aiguillons pour guider leurs vaches qui constituent alors une bonne part de leur cheptel ? C’est en tous cas l’impression que donnent les connaissances actuelles sur le matériel, outils et ustensiles, de cette époque dans cette région.

2Rares sont en effet les archéologues qui font allusion à de tels instruments alors que sont parfois signalées des douilles coniques en fer, de même forme que celle des talons de lance mais généralement plus petites, et surtout de diamètre beaucoup plus réduit à l’ouverture de la douille. Ces objets sont habituellement interprétés par les découvreurs ou les auteurs des publications comme des talons de javelines ou même de lances. D’autres interprétations sont aussi évoquées. Ainsi par exemple, pour A. Rivalan ces objets pourraient avoir « une fonction cultuelle en tant qu’arme miniature » (Rivalan 2011, 83). M. Py émet l’hypothèse « d’étui à aiguille » pour l’exemplaire de La Liquière et de « poinçon emmanché » pour celui de Nages (voir infra, § 2.2.6. et 2.2.9.).

  • 1 Embouts de bâton ferré et aiguillons ne font pas l’objet d’une entrée dans le récent Dictionnaire d (...)

3Parfois cependant, ces douilles de petite taille suscitent des interrogations. Par exemple M. Feugère écrit à leur propos, lors de la publication d’un spécimen provenant d’un habitat proche de Fréjus : « il n’est pas impossible qu’il s’agisse aussi de talons d’outils (épieu, bâton) n’ayant pas forcément une destination militaire » (Feugère 1981, 156-157). Fer de bâton ou talon de lance sont aussi les deux hypothèses évoquées à propos de l’exemplaire du IIIe s. av. J.-C. découvert dans l’habitat rural de l’Arnoux à Saint-Félix-de-Lodez, Hérault (Rascalou et al. 2015, 174). Les avis plus nets sont rares. Deux spécimens issus de l’habitat du milieu de l’âge du Fer de Bourges, dans le Cher, mesurant 62,8 mm et 75 mm de long pour un diamètre interne de 9 mm, sont clairement interprétés comme des talons d’aiguillons (Fig. 1, A) (Augier, Buchsenschutz, Ralston 2007, 147). Nous-mêmes en avons publié trois comme « pointes d’aiguillons en fer ou de bâtons ferrés » dans l’étude des voies de la Pailletrice à Pérols, Hérault (Daveau, Dedet 2014, 10-11). Malgré cela, pareille interprétation pour ces objets reste largement méconnue, aussi nous a-t-il paru utile de faire un premier bilan de ces objets protohistoriques dans le Midi gaulois, de nous pencher sur leur contexte lorsque c’est possible, et de les comparer aux talons de lances avérés1.

Fig. 1 : A : Embouts d’aiguillons en fer découverts dans l’habitat de Bourges (d’après Augier, Buchsenschutz, Ralston dir. 2007, 147). B : Classement typologique des embouts en fer du sud de la France.

Fig. 1 : A : Embouts d’aiguillons en fer découverts dans l’habitat de Bourges (d’après Augier, Buchsenschutz, Ralston dir. 2007, 147). B : Classement typologique des embouts en fer du sud de la France.

4Nous avons pu recenser actuellement 31 de ces objets en fer dans le sud-est de la France, la plupart déjà publiés et interprétés comme des talons de lance ou de javeline, qui peuvent correspondre aussi bien à des embouts de bâton de marche qu’à des aiguillons pour le bétail. L’inventaire descriptif et illustré de ces embouts en fer est précédé d’un classement morphologique en trois types. Ceux-ci seront ensuite comparés avec les incontestables talons de lance de l’âge du Fer de la région. Les différents lieux de trouvaille seront aussi évoqués. À cela s’ajoutent six exemplaires en cornet simple, mais en bronze, qui peuvent être interprétés comme des aiguillons ; ils seront décrits ensuite.

2. Les embouts en fer, classement et inventaire

2.1. Classement

5Tous les objets envisagés ici sont en fer, composés d’une douille résultant du simple enroulement d’une feuille sur elle-même, les deux longs côtés de cette feuille se chevauchant et formant une pointe à l’opposé de l’ouverture de la douille. Aucune de ces pièces n’a fait l’objet d’une restauration. Malgré la corrosion un ou deux trous de fixation du bâton par un rivet transversal sont parfois signalés ou visibles. La documentation actuellement disponible autorise un classement en trois grands types (Fig. 1, B).

6Le type 1 est formé d’une pointe en cornet simple. L’extrémité du cornet opposée à l’ouverture de la douille est pleine, formant une courte tige conique de section circulaire, avec une pointe plus ou moins émoussée. Dans cette catégorie entrent 23 exemplaires répertoriés, soit la grande majorité de ces objets. Leur longueur s’échelonne de 36 mm à 120 mm, le diamètre extérieur maximum de la douille de 9 à 19,5 mm et le diamètre intérieur de la douille à son ouverture de 5 mm à 12 mm.

7Le type 2 se distingue du précédant par une courte tige anguleuse, de section pleine quadrangulaire à peu près carrée, prolongeant la douille et se terminant en pointe pyramidale. Pour les quatre exemplaires connus, la longueur est comprise entre 59 mm et 160 mm, le diamètre extérieur maximum de la douille de 7,5 mm à 20 mm et le diamètre intérieur de la douille à son ouverture de 5 mm à 12 mm.

8Le type 3 comprend deux parties : un cornet semblable à celui des types 1 et 2, mais prolongé par une longue pointe pyramidale pleine, de section quadrangulaire, formant un ressaut par rapport à la douille. Techniquement, le creux de la douille ne peut se poursuivre dans cette tige. Les quatre exemplaires attestés ont une longueur totale comprise entre 66 mm et 104 mm, un diamètre extérieur de la douille entre 9 mm et 15 mm, et un diamètre intérieur à l’ouverture de 4 mm à 11,5 mm. La pointe pleine forme elle-même 45 à 50 % de la longueur de l’objet.

2.2. Inventaire

  • 2 Dans cet inventaire, nous n’avons pas pris en compte les deux objets évoqués dans l’introduction, p (...)

9Les embouts en fer que nous avons pu répertorier sont au nombre de 31, issus de 15 lieux différents2 (Fig. 2). Nous avons nous-même étudié les exemplaires de la Pailletrice et de Gailhan. Pour les autres, nous avons utilisé les publications existantes.

2.2.1. Voies de La Pailletrice (Pérols, Hérault)

10Trois exemplaires de type 1 proviennent de deux tronçons de voies de la Pailletrice, datés de la fin du VIe s. et du début du Ve s. av. J.-C., près de leur jonction, non loin de tombes de la même époque (fouilles I. Daveau en 2004 ; Daveau, Dedet 2014, 10-13). Ils ont été trouvés sur les empierrements de ces chemins où figurent aussi des morceaux de poteries écrasés à plat, provenant essentiellement d’amphores massaliètes et étrusques. Ces chemins semblent s’inscrire dans un itinéraire nord-est/sud-ouest très important, repéré plus à l’ouest à la Cougourlude puis à Lattes, parallèle au littoral et au plus près des étangs (Ibid. 41).

  • Fig. 2, n° 1 : pointe en cornet simple de type 1, en fer ; complète ; L. : 93 mm ; diam. extérieur : 14 mm ; diam. intérieur ouverture : 11 mm. Deux trous de fixation de la hampe, de 2 mm, diamétralement opposés.

  • Fig. 2, n° 2 : pointe en cornet simple de type 1, en fer ; complète ; L. : 54 mm ; diam. extérieur : 13,5 mm ; diam. intérieur ouverture : 9,8 mm. En l’absence de restauration, on ignore l’existence de ces trous de fixation.

  • Fig. 2, n° 3 : pointe en cornet, en fer, dont il manque l’extrémité opposée à l’ouverture de la douille ; L. cons. : 40 mm ; L. estimée : 58 à 60 mm ; diam. extérieur : 13 mm ; diam. intérieur : 10,5 mm. En l’absence de restauration, on ignore l’existence de trous de fixation du bâton.

11Dans les trois cas, en l’absence de restauration, on ne distingue pas le recouvrement des deux côtés de la feuille.

2.2.2. Voie de Peyrouse (Marguerittes, Gard)

12Un embout a été découvert juste sous le sol de circulation d’une voie empierrée fouillée par L. Jallot et A. Vignaud en 1995 et datée de la première moitié du Ve s. av. J.-C. (Py, Vignaud 1998, 182-185, 190-192 et Fig. 9, n° 4). Le sol était composé d’un lit très dense de cailloutis incluant de petits tessons et fragments d’os animaux, ainsi que de petits nodules d’argile cuite. Cette voie a été dégagée sur une vingtaine de mètres et sa largeur conservée atteint 1,8 m. De direction nord-sud, elle semble relier la bordure septentrionale de la plaine du Vistre aux premiers reliefs de la Garrigue nîmoise.

  • Fig. 2, n° 4 : pointe en cornet simple de type 1, en fer, presque complète (ouverture ébréchée) ; L. : 67 mm ; diam. extérieur : 19,5 mm ; diam. intérieur ouverture : 11,5 mm. La corrosion ne permet pas de noter l’existence de trous de fixation. L’intérieur de la douille garde une trace calcinée du bâton en bois.

Fig. 2 : Extrémités d’aiguillons ou de bâtons ferrés du sud de la France.

Fig. 2 : Extrémités d’aiguillons ou de bâtons ferrés du sud de la France.

1 à 3 : chemin de La Pailletrice à Pérols, Hérault (clichés et dessins B. Dedet) ; 4 : chemin de Peyrouse à Marguerittes, Gard (d’après Py, Vignaud 1998) ; 5 et 6 : habitat de Gailhan, Gard (clichés et dessins B. Dedet) ; 7 à 9 : habitat du Marduel à Saint-Bonnet-du-Gard, Gard (d’après Py, Lebeaupin 1992 et Py, Lebeaupin 1994) ; 10 : habitat du Baou des Noirs à Vence, Alpes-Maritimes (d’après Latour 1985) ; 11 : habitat de la Liquière à Calvisson, Gard (d’après Py et al. 1984) ; 12 : habitat de la Redoute à Beaucaire, Gard (d’après Py 1990) ; 13 : habitat de Lattara à Lattes, Hérault (d’après Raux 1999) ; 14 : oppidum des Castels à Nages, Gard (d’après Py 2006-2007) ; 15 : habitat du Roc de l’Aigle à Nant, Aveyron (d’après Perrier, Poujol 2010) ; 16 : habitat du Baou de Saint-Marcel à Marseille (d’après Rayssiguier, Guichard 1989) ; 17 : tombe 551 de la nécropole du Causse à Labruguière, Tarn (d’après Giraud, Pons, Janin 2003) ; 18 : tombe 84 de la nécropole d’Ensérune à Nissan-lès-Ensérune, Hérault (d’après Schwaller, Marchand, Lejars 2018). Pour comparai- son, pointe et talon de lance de la tombe 273 de Saint-Julien à Pézenas, seconde moitié du VIes. av. J.-C. (dessin B. Dedet et G. Marchand).

2.2.3. Habitat de Gailhan (Gard)

13Deux pointes de type 1 ont été découvertes lors des fouilles que nous avons menées entre 1978 et 1988 sur la colline du Plan de la Tour à Gailhan, occupée du début du Ve s. av. J.-C. à la fin du siècle suivant (Dedet 1987 ; Dedet 1990 ; Dedet, Duday, Tillier 1991). Cet habitat de hauteur, très escarpé, domine la large vallée du Vidourle. Ces deux objets sont inédits.

  • Fig. 2, n° 5 : pointe en cornet simple de type 1, en fer ; complète mais tordue et ouverture ébréchée ; L. : 72,6 mm ; diam. extérieur : 15 mm ; diam. intérieur ouverture : 11,2 mm. La corrosion ne permet pas de noter l’existence de trous de fixation.

14Ce cornet provient d’un enclos à bétail (Espace 16) situé entre des habitations de l’agglomération de la première moitié du IVe s. av. J.-C. Cet enclos, de 60 m2 de superficie, comporte, pour tout aménagement, un fond de dolium ayant pu servir d’abreuvoir.

  • Fig. 2, n° 6 : pointe en cornet simple de type 1, en fer ; complète ; L. : 62 mm ; diam. extérieur : 11 mm ; diam. intérieur ouverture : 9 mm. La corrosion ne permet pas de noter l’existence de trous de fixation.

15Cet exemplaire a été trouvé sur un sol d’une cour domestique (Espace 22-3) daté de la seconde moitié du Ve s. av. J.-C.

2.2.4. Habitat du Marduel (Saint-Bonnet-du-Gard, Gard)

16Les fouilles du chantier central de l’habitat de hauteur du Marduel, menées par M. Py et D. Lebeaupin entre 1976 et 1990, ont procuré trois exemplaires.

  • Fig. 2, n° 7 : pointe en cornet simple de type 1, en fer ; incomplète (il manque l’extrémité opposée à la douille) ; L. estimée : 97 mm ; diam. extérieur : 19 mm ; diam. intérieur : 8,5 à 10 mm. Pas de trous de fixation du bâton signalés.

17Cette pointe a été trouvée dans espace de circulation desservant les maisons, une ruelle datée entre 440 et 420 av. J.-C. (Py, Lebeaupin 1992, 281 et 293).

  • Fig. 2, n° 8 : pointe en cornet simple de type 1, en fer, presque complète (il manque semble-t-il l’extrémité opposée à la douille) ; L. cons. : 83 mm, estimée : 93 mm ; diam. extérieur : 18,5 mm ; diam. intérieur ouverture : 8,5 mm. Pas de trous de fixation du bâton signalés.

18Ce cornet provient du sol d’abandon de la maison 1012, daté du premier quart du Ve s. av. J.-C. (Py, Lebeaupin 1994, 237).

  • Fig. 2, n° 9 : pointe en cornet simple de type 1, en fer, complète ; L. : 120 mm ; diam. extérieur : 17 mm ; diam. intérieur : 8,5 à 9,5 mm. Pas de trous de fixation du bâton signalés.

19Cet objet est issu d’un remblai consécutif à un incendie de maisons, accumulé en arrière du rempart entre 450 et 400 av. J.-C. (Py, Lebeaupin 1992, 278).

2.2.5. Habitat du Baou-des-Noirs (Vence, Alpes-Maritimes)

20La hauteur du Baou-des-Noirs, fouillée par J. Latour entre 1972 et 1976, est habitée à la fin du VIe s. et au siècle suivant, puis à nouveau à partir de la fin du IIIe s. av. J.-C. Une pointe provient d’une couche semble-t-il datée du Ve s. av. J.-C. (Latour 1985, 16 (n° 86) et 17).

  • Fig. 2, n° 10 : en cornet simple (type 1), en fer ; complet ; L. : 86,2 mm ; diam. extérieur : 14 mm ; diam. intérieur : 7,1 mm. Pas de trou signalé pour la fixation du bâton.

2.2.6. Habitat de la Liquière (Calvisson, Gard)

21Les fouilles menées par M. Py, F. Py et P. Sauzet dans l’habitat de hauteur de la Liquière entre 1968 et 1974 ont procuré un exemplaire.

  • Fig. 2, n° 11 : pointe en cornet simple de type 1, en fer, complète mais ébréchée à l’ouverture ; L. : 36 mm ; diam. extérieur : 8 mm ; diam. intérieur : 5 mm. Pas de trous de fixation du bâton signalés.

22Ce cornet se trouvait dans une couche de sédimentation d’habitat de la cabane L3C, datée entre 575 et 500 av. J.-C. (Py et al. 1984, 64).

2.2.7. Habitat de la Redoute (Beaucaire, Gard)

23La colline de la Redoute, très escarpée, dominant le cours du Rhône, a fait l’objet de trois sondages de la part de A. Michelozzi et M. Py en 1975 et 1976 (Dedet et al. 1978, 27-74). Fréquentée dès les IXe-VIIIe s., elle fut le siège d’un village au VIIe s. av. J.-C., puis habitée continûment à partir du siècle suivant.

  • Fig. 2, n° 12 : pointe en cornet simple de type 1, en fer, complète ; L. : 54 mm ; diam. extérieur : 11,3 mm ; diam. intérieur : 7,9 mm. Pas de trous de fixation du bâton signalés.

24Cet exemplaire a été recueilli dans une couche remaniée du sondage 2, datée du IIe s. av. J.-C. (Py 1990, 416, doc. 82, n° 6 et 902).

2.2.8. Habitat de Lattara (Lattes, Hérault)

25L’habitat côtier de Lattara, aménagé dès la fin du VIe s. av. J.-C., bien que fouillé en extension depuis plusieurs décennies, n’a livré qu’un embout (Py 2009).

  • Fig. 2, n° 13 : pointe en cornet simple de type 1, en fer, incomplète ; L. cons. : 60 mm ; diam. extérieur : 9 mm ; diam. intérieur ouverture : 6 mm. Pas de trous de fixation du bâton signalés. L’extrémité de la pointe a une section circulaire et elle est arrondie.

26Ce cornet est issu d’un niveau d’habitat daté du IVe s. av. J.-C. (Raux 1999, 447 et 440, Fig. 1, n° 556).

2.2.9. Habitat des Castels (Nages-et-Solorgues, Gard)

27Un exemplaire est issu des fouilles effectuées par M. Py sur l’oppidum des Castels à Nages. Il a été découvert dans l’habitation H4 édifiée juste en arrière de la deuxième enceinte, au pied de la grande tour centrale. Il est daté par la stratigraphie entre 250 et 175 av. J.-C. (Py 2006-2007, 292, n° 101, et 295).

  • Fig. 2, n° 14 : en cornet simple (type 1), en fer. Il est semble-t-il complet, mais a subi un aplatissement vers son extrémité creuse. Les deux bords de la feuille sont bien visibles. L. : 83,5 mm ; diam. extérieur déformé : entre 15 et 8 mm ; diam. intérieur à l’ouverture entre : 10 et 3,5 mm. Pas de trous de fixation du bâton signalés.

2.2.10. Habitat du Rocher de l’Aigle (Nant, Aveyron)

28Cet habitat est installé durant le Ve s. av. J.-C. sur des terrasses perchées au sein d’un massif de rochers dolomitiques. Un embout y a été découvert dans une couche de sédimentation humaine (Perrier, Pujol, 2010, 97).

  • Fig. 2, n° 15 : en cornet simple (type 1), en fer ; complet ; L. : 57 mm ; diam. extérieur : 16 mm ; diam. intérieur ouverture : 10 mm. Pas de trous de fixation du bâton signalés. L’extrémité de la pointe a une section circulaire.

2.2.11. Habitat du Baou de Saint-Marcel (Marseille, Bouches-du-Rhône)

29En 1988, le dégagement du parement extérieur du rempart de l’oppidum du Baou de Saint-Marcel, a permis la découverte, au pied du mur, d’un petit groupement de 123 objets métalliques, déposé là, semble-t-il, durant la seconde moitié du VIe s. av. J.-C. Il s’agit essentiellement d’objets de parure et d’habillement, anneaux, chaînettes, bracelets, fibules en bronze, et de pointes de flèches, en bronze également, ainsi que de quatre « douilles » en fer (Rayssiguier, Guichard 1989). Un seul exemplaire de ces dernières est figuré (Ibid., 249, Fig. 7, n° 50).

  • Fig. 2, n° 16 : en cornet simple (type 1), en fer, semble-t-il complet. L. : 38 mm ; diam. extérieur : 13,5 mm ; diam. intérieur à l’ouverture : 5 mm. Pas de trous de fixation visible.

2.2.12. Habitat de la Ramasse (Clermont-l’Hérault, Hérault)

30Deux exemplaires, typologiquement différents, proviennent des fouilles effectuées sur l’habitat de hauteur de la Ramasse par D. Garcia et D. Orliac de 1983 à 1990. L’occupation du site s’étale de la fin du VIe à la fin du IIIe s. av. J.-C. (Garcia 1993, 35-40). Les deux embouts sont datables du IVe s. ou du début du IIIe s. av. J.-C., leur localisation précise au sein de cette agglomération n’est pas indiquée.

  • Fig. 3, n° 19 : pointe en cornet simple de type 1, en fer, complète ; L. : 92,5 mm ; diam. extérieur : 13 à 14,5 mm ; diam. intérieur : 11 mm. Pas de trous de fixation du bâton signalés. L’extrémité de la pointe a une section circulaire. (Garcia 1993, 278, Fig. 139, n° 10).

  • Fig. 3, n° 20 : pointe en cornet de type 2, en fer, avec une courte tige de section quadrangulaire se finissant en pointe pyramidale à l’extrémité opposée à la douille, complète ; L. : 59 mm ; diam. extérieur : 7,6 mm ; diam. intérieur : 5 mm. Pas de trous de fixation du bâton signalés. (Garcia 1993, 278, Fig. 139, n° 9).

2.2.13. Habitat du Cayla (Mailhac, Aude)

31Des fouilles effectuées par O. et J. Taffanel, entre 1931 et 1948, dans l’habitat du Cayla de Mailhac, proviennent quatre exemplaires d’embouts, trois de type 1 et un de type 2.

  • Fig. 3, n° 21 : en cornet simple (type 1), en fer ; complet ; L. : 106,5 mm ; diam. extérieur : 18 mm ; diam. intérieur : 10 mm. Pas de trous de fixation du bâton signalés. Il se rapporte au niveau III général d’occupation du site distingué par les fouilleurs, avec une datation entre 475 et 320 av. J.-C. (Taffanel 2007, pl. XI, Fig. 50, n° 15).

  • Fig. 3, n° 22 : pointe en cornet simple de type 1, en fer ; complète ; L. : 108 mm ; diam. extérieur : 22,6 mm ; diam. intérieur : 12 mm. Pas de trous de fixation du bâton signalés. Cet exemplaire a été découvert hors stratigraphie (Ibid., pl. XI, Fig. 50, n° 17).

  • Fig. 3, n° 23 : pointe en cornet simple de type 1, en fer ; complète ; L. : 114,5 mm ; diam. extérieur : 19 mm ; diam. intérieur : 10 mm. Pas de trous de fixation du bâton signalés. Provient du niveau V, daté entre 75 av. J.-C. et 300 après J.-C. (Ibid., pl. XI, Fig. 50, n° 18).

  • Fig. 3, n° 24 : pointe en cornet de type 2, en fer, avec une courte tige de section quadrangulaire se finissant en pointe pyramidale à l’extrémité opposée à la douille ; complète ; L. : 159 mm ; diam. extérieur : 20 mm ; diam. intérieur : 12 mm. Pas de trous de fixation du bâton signalés. Cet exemplaire est issu du niveau III, daté entre 475 et 320 av. J.-C. (Ibid., pl. XI, Fig. 50, n° 18).

2.2.14. Habitat du Bois Sorbier (Bourg-Saint-Andéol, Ardèche)

32La hauteur du Bois Sorbier, qui a fait l’objet d’une campagne de sondages par É. Durand en 1995, est habitée du milieu du Ve s. au milieu du IVe s. av. J.-C. (Durand 2012).

  • Fig. 3, n° 25 : pointe en cornet de type 2, en fer, avec une courte tige de section quadrangulaire se finissant en pointe pyramidale à l’extrémité opposée à la douille ; complète ; L. : 81 mm ; diam. extérieur : 14,6 mm ; diam. intérieur : 10 mm. Pas de trous de fixation du bâton signalés. La douille est en fait presque cylindrique, et l’extrémité de la pointe a été forgée en biseaux.

33Cet exemplaire de type 2 a été trouvé dans une couche de démolition de maison(s) adossée au rempart, datée du IVe s. av. J.-C. (Durand 2012, 30, n° 21).

2.2.15. Habitat du Puech de Mus (Sainte-Eulalie-de-Cernon, Aveyron)

34Le site du Puech de Mus, sur un rebord du causse du Larzac, fouillé par Ph. Gruat entre 1995 et 2007, est habité du Bronze final IIIb à la fin du IVe s. av. J.-C. Deux pointes, l’une de type 1, l’autre de type 3, ont été découvertes dans un niveau d’abandon des lieux, daté vers 400 av. J.-C.

  • Fig. 3, n° 26 : pointe en cornet simple de type 1, en fer ; complète ; L. : 102 mm ; diam. extérieur : 12 mm ; diam. intérieur : 8,6 mm. Pas de trous de fixation du bâton signalés (Gruat, Marty, Marchand 2003, 133).

    • 3 Exemplaire inédit. Nous remercions Ph. Gruat de nous avoir permis d’en faire mention ici, avec son (...)

    Fig. 3, n° 27 : cornet en fer de type 3, complet3. Il est prolongé à l’opposé de l’ouverture de la douille, par une pointe pyramidale, qui forme 40 % de la longueur totale de cet embout. Le recouvrement des deux côtés de la feuille est bien visible. Un trou près du bord permet la fixation du bâton ; L. : 83 mm ; diam. extérieur : 15 mm ; diam. intérieur : 9,7 à 10 mm (Gruat et al. 2003, Fig. 45, n° 1).

2.2.16. Habitat de Roque de Viou (Saint-Dionisy, Gard)

35Roque de Viou, fouillé par M. Py et P. Garmy entre 1968 et 1975, est d’abord habité au Bronze final IIIb puis durant la seconde moitié du IVe s. av. J.-C. Un exemplaire d’embout de type 3 provient d’un dépotoir d’habitat de cette deuxième phase d’occupation (Garmy, Py 1980, 62 et 65, Fig. 39, n° 5).

  • Fig. 3, n° 28 : cornet en fer de type 3, complet. Une pointe pyramidale prolonge l’extrémité opposée à l’ouverture de la douille. Les deux parties sont séparées par une moulure semi-circulaire. Cette pointe forme 50 % de la longueur de l’objet. Un trou près du bord permet la fixation du bâton. L. : 104 mm ; diam. extérieur : 15 mm ; diam. intérieur : 11,5 mm.

2.2.17. Tombe 551 de la nécropole du Causse (Labruguière, Tarn)

36Cette tombe, datée entre 675 et 625 av. J.-C., a accueilli les os incinérés d’un défunt de taille adulte, accompagnés de trois vases pour des denrées, une urne et deux grandes coupes, ainsi que des restes osseux d’un ou deux bovins et d’un ovin-caprin (Giraud, Pons, Janin 2003, vol. 1, 118, n° 5, vol. 2, 92 et vol. 3, pl. 60).

  • Fig. 2, n° 17 : pointe en cornet simple de type 1, en fer ; complète. On ignore s’il existe un trou de fixation. L. : 63,5 mm ; diam. extérieur : 9 mm ; diam. intérieur : 5,4 mm.

2.2.18. Tombe 84 de la nécropole d’Ensérune (Nissan-lès-Ensérune, Hérault)

37Datée de la fin du Ve s. ou du début du IVe s. av. J.-C., la tombe 84 d’Ensérune a livré les restes incinérés d’un jeune enfant, âgé de 4 à 6 ans, accompagnés des restes osseux de bœuf et de mouton, ainsi que d’un ensemble de 14 osselets de moutons, deux perles en pâte de verre, un bracelet et une fibule en bronze (Schwaller, Marchand, Lejars 2018, 236, 467-468 et 759, pl. 157).

  • Fig. 2, n° 18 : pointe en cornet simple de type 1, en fer ; complète. On ignore s’il existe un trou de fixation. L. : 69 mm ; diam. extérieur : 14 mm ; diam. intérieur ouverture : 10 mm.

2.2.19. Tumulus de Soulages (Saint-Georges-de-Lévéjac, Lozère)

38Un des tumulus exploré dans les années 1860-1880 par P.-B. Prunières sur le causse de Sauveterre, aux environs du hameau de Soulages, a livré deux embouts de type 3. Les données concernant les conditions de gisement et le contexte de ces objets font défaut ; tout au plus peut-on les attribuer à une utilisation de ces tombes à l’âge du Fer (Prunières 1884, 638 ; Simanjuntak 1998, 493, n° 3733 et 499, n° 3734).

Fig. 3 : Extrémités d’aiguillons ou de bâtons ferrés du sud de la France (suite).

Fig. 3 : Extrémités d’aiguillons ou de bâtons ferrés du sud de la France (suite).

19 et 20 : habitat de La Ramasse à Clermont-l’Hérault, Hérault (d’après Garcia 1993) ; 21 à 24 : habitat du Cayla à Mailhac, Aude (d’après Taffanel 2007) ; 25 : habitat de Bois Sorbier à Bourg-Saint-Andéol, Ardèche (d’après Durand 2012) ; 26 et 27 : habitat du Puech de Mus à Sainte-Eulalie-de-Cernon, Aveyron (d’après Gruat, Marty, Marchand 2003 et Gruat et al. 2003) ; 28 : habitat de Roque de Viou à Saint-Dionisy, Gard (d’après Garmy, Py 1980) ; 29 et 30 : tumulus de Soulages à Saint-Georges-de-Lévéjac, Lozère (d’après Simanjuntak 1998) ; 31 : tumulus de la Lozère (d’après Simanjuntak 1998).

  • Fig. 3, n° 29 : cornet complet en fer, de type 3. Il est prolongé, à l’opposé de l’ouverture de la douille, par une pointe pyramidale ; cette dernière représente 45 % de la longueur de l’objet ; L. : 82 mm ; diam. extérieur : 12,4 mm ; diam. intérieur : 9 mm. Le recouvrement des deux côtés de la feuille est bien visible.

  • Fig. 3, n° 30 : cornet complet en fer, de type 3. À l’opposé de l’ouverture de la douille, il se prolonge, par une pointe pyramidale qui constitue 37 % de la longueur de la pièce ; L. : 66 mm ; diam. extérieur : 9 mm ; diam. intérieur : 4 mm. Le recouvrement des deux côtés de la feuille est également bien visible.

2.2.20. Tumulus de la Lozère

39Dans la collection de P.-B. Prunières conservée au Musée de l’Homme à Paris figure un embout de type 2, seulement étiqueté « tumulus de la Lozère » (Simanjuntak 1998, 493, n° 3742).

  • Fig. 3, n° 31 : cornet de type 2, en fer, complet, avec une tige de section quadrangulaire se terminant en pointe pyramidale à l’extrémité opposée à la douille ; L. : 105 mm ; diam. extérieur : 7,5 mm ; diam. intérieur : 5,5 mm.

3. Les embouts en fer, la distinction avec les talons de lance

40Certes les embouts que nous venons de passer en revue ont les mêmes formes que celles des talons de lance en fer protohistoriques de la région. Ces derniers se présentent également sous quatre aspects (Dedet, Marchand, à paraître) :

  • des talons en une seule partie, formée d’un cornet simple, dont l’extrémité du cornet opposée à l’ouverture de la douille est pleine, mais ne comporte pas de prolongement au-delà de ce qui est nécessaire à l’enroulement de la pièce.

  • des talons en deux parties, dont la longueur totale dépasse 110 mm, avec un cornet semblable à celui des précédents, mais prolongé par une tige pleine qui se termine en pointe. Techniquement, le creux de la douille ne peut se poursuivre dans cette tige. Ce type peut être subdivisé en trois sous-types en fonction de la section de cette tige : tige conique à section circulaire ; tige anguleuse, de section carrée principalement, exceptionnellement hexagonale ou octogonale avec différenciation des deux parties du fait même de la section de la tige ; tige à section circulaire vers la douille, devenant carrée vers l’autre extrémité. Seul ce dernier sous- type n’apparaît pas dans les embouts dont nous parlons.

41La distinction entre les embouts et ces talons de lance repose sur deux critères, la longueur et surtout le diamètre intérieur de la douille à l’ouverture. Pour cela, nous prendrons en compte deux nécropoles de la région qui ont fourni un lot important de talons coniques et de pointes de lance, les deux objets figurant dans la même tombe, précision très importante puisqu’elle permet d’associer telle pointe à tel talon et donc d’être sûr que ce dernier n’est pas un embout ferré de bâton. Il s’agit des nécropoles de Saint-Julien à Pézenas (Hérault), dont les tombes s’échelonnent du milieu du VIIe au début du IVe s. av. J.-C., et de Las Peyros à Couffoulens (Aude) qui couvre les trois derniers quarts du VIe s. av. J.-C.

42Les longueurs des 18 talons de lance de Saint-Julien, identifiés comme tels, s’échelonnent entre 90 mm et 448 mm et la moyenne est de 233 mm. Celles des 12 talons de lance de Las Peyros sont comprises entre 118 et 227 mm, et la moyenne est de 164 mm. Pour leur part les embouts répertoriés ici sont globalement beaucoup moins longs : ils se distribuent entre 36 mm et 160 mm de long, avec une moyenne de 76,5 mm (Fig. 4).

43En fait, c’est surtout par le diamètre intérieur de la douille à l’ouverture, suggérant ainsi celui de la partie en bois, que ces embouts à douille se distinguent bien des talons de lance de même forme. La comparaison de cette mesure pour ces deux types d’objets est éloquente. Le diamètre intérieur de l’ouverture de la douille des embouts de bâton supposés est compris entre 4 mm et 12 mm, la majorité se situant entre 8,5 mm et 11 mm (Fig. 5 et 6). Pour les talons de lances avérées, cette même mesure s’échelonne entre 16 mm et 21 mm à Saint-Julien, et entre 15,3 mm et 19,3 mm à Las Peyros, la plupart des exemplaires se situant partout entre 16 mm et 19 mm (Fig. 6 et 7). Dans les deux nécropoles, on remarque aussi que le diamètre intérieur de l’ouverture de la douille des pointes de lance est le même que celui du talon, ou très voisin de lui (Fig. 7). Pareille différence de diamètre des douilles, et donc des hampes en bois, implique deux fonctions différentes.

44Revenons sur l’embout de la tombe 84 d’Ensérune. Seulement deux autres sépultures de cette nécropole ont livré un talon de lance à douille en fer, associé d’ailleurs à la pointe de la lance, les tombes 57 et 101, datées respectivement dans le deuxième tiers du IIIe s. av. J.-C. et dans le dernier tiers de ce siècle, et, dans les deux cas, contrairement à la tombe 84 qui a accueilli un jeune enfant, le défunt est un adulte. Ces deux talons de lance ont des dimensions bien supérieures au cornet de la tombe 84, une longueur supérieure, de l’ordre de 100 à 110 mm, et un diamètre intérieur à l’ouverture de la douille de 18 mm (Schwaller, Marchand, Lejars 2018, 449 et 741 pour la T 57, et 474-476 et 767 pour la T 101).

45Avec ses deux extrémités métalliques acérées, une pointe et un talon permettant aussi bien de bloquer l’arme au sol que de poursuivre le combat quand la pointe est hors d’usage, la lance est principalement une arme de main, ne quittant pas les mains du combattant (Leroi-Gourhan 1945 [1973], 51). Le diamètre de la hampe en bois, ici compris entre 16 mm et 21,5 mm, doit donc être suffisant pour assurer une certaine résistance et un bon maniement de l’arme.

46Suggérant une hampe en bois beaucoup plus mince, les embouts ferrés pourraient effectivement équiper des armes de jet, comme des javelots. Or, les pointes de tels javelots font pratiquement complètement défaut dans la région à cette époque. Seuls sont ici attestés, et ce durant une période limitée, des javelots tout en fer, aussi dénommées soliferrea, composés d’une hampe en fer de section ronde, équipée d’une pointe et d’un talon très aigu, ainsi que d’une poignée en position généralement centrée.

  • 4 Dans le Midi, deux exemplaires de ce type A sont présents sur les deux oppida voisins de Jastres-Su (...)

47La forme des embouts de type 1 se rapproche de celle de certaines pointes de flèches en fer du milieu du Ier s. av. J.-C. découvertes sur les lieux des grandes opérations césariennes, comme Alesia ou Uxellodunum (Puy d’Issolud/ Fontaine de Loulié) (Duval 1970 ; Girault 2013, 63-66). Ce sont des pointes droites, sans barbelure et fixées à la hampe par une douille (type A de la classification d’A. Duval). Leur fer peut avoir une section quadrangulaire (sous-type A1), ronde (sous-type A2) ou aplatie (sous-type A3)4.

48Une autre fonction doit donc être évoquée pour les embouts ferrés plus anciens, celle d’extrémité de bâton de marche ou aiguillon pour le bétail, deux outils indispensables dans une société agro-pastorale traditionnelle. D’ailleurs, les lieux de découverte de ces objets peuvent aller dans ce sens.

4. Les embouts en fer, les lieux de découverte

49Bien que le nombre d’exemplaires soit réduit, l’inventaire des embouts en fer permet de mettre l’accent sur différents points, et notamment la nature des lieux de découverte qui apparaît tout à fait significative.

50Dans le cadre spatial pris en compte, ces objets se répartissent du VIIe au IIe s. av. J.-C., au moins, et d’un point de vue géographique, d’autre part, ils figurent dans le sud-ouest du Massif central (le Causse), en Languedoc occidental (Cayla de Mailhac, Ensérune), en Languedoc central (la Ramasse), dans le Rouergue (Puech de Mus, Roc de l’Aigle), en Languedoc oriental (la Liquière, Roque de Viou, Nages, la Pailletrice, Peyrouse, le Marduel, Gailhan, Lattara), dans la vallée du Rhône (la Redoute de Beaucaire, le Bois Sorbier), ainsi qu’en Provence (Baou de Saint-Marcel, Baou des Noirs). L’usage de ces embouts couvre donc l’ensemble des âges du Fer et l’ensemble du Sud-Est. Il ne s’agit nullement d’une particularité locale, ni d’une mode limitée dans le temps, et c’est là une double constatation importante (Fig. 8).

51Cinq de ces embouts en fer seulement figurent dans les tombes de la région, le Causse 551, deux tumulus de la Lozère, et Ensérune 84, alors que les lances, pointes et talons en fer, sont très fréquents en milieu funéraire, le plus souvent d’ailleurs tous deux associés dans la même sépulture, chaque fois, au demeurant, un adulte. Or, si l’on manque de données sur les deux tumulus lozériens, les deux autres sépultures sont particulières.

Fig. 4 : Comparaison des longueurs totales des extrémités d’aiguillons ou de bâtons en fer avec celles des talons de lance des nécropoles de Las Peyros à Couffoulens (Aude) et de Saint-Julien à Pézenas (Hérault).

Fig. 4 : Comparaison des longueurs totales des extrémités d’aiguillons ou de bâtons en fer avec celles des talons de lance des nécropoles de Las Peyros à Couffoulens (Aude) et de Saint-Julien à Pézenas (Hérault).

52Si le Causse 551 concerne bien un adulte, celui-ci est dépourvu de tout armement, son accompagnement est très modeste, une petite urne et deux coupes pour des denrées, et y figure essentiellement des restes de bétail, bovins et ovins. On pourrait donc faire le lien entre ces derniers et l’embout servant d’aiguillon.

Fig. 5 : Les extrémités d’aiguillons ou de bâtons en fer classées en fonction du diamètre intérieur de l’extrémité de la douille.

Fig. 5 : Les extrémités d’aiguillons ou de bâtons en fer classées en fonction du diamètre intérieur de l’extrémité de la douille.

(les numéros éventuels renvoient à la numérotation des objets sur la Fig. 2)

53Quant à Ensérune 84, cette sépulture n’a pas livré d’autre élément d’armement et le défunt est un jeune enfant âgé entre 4 et 6 ans. Certes, plusieurs tombes d’enfants du Midi de la France ont livré des armes d’adultes, Grand- Bassin I T55 à Mailhac, Negabous T331 à Perpignan, Saint-Antoine à Castelnau-de-Guers (Hérault), l’Agnel tumulus 1 à Pertuis (Vaucluse), mais dans tous les cas, il s’agit d’enfants plus âgés, entre 10 et 15 ans (Dedet 2008, 241-300 ; Dedet 2018, 215). Le grand enfant formé à la bataille dès cet âge-là est une réalité historique et ethnologique ; de même, au jeune enfant peut être dévolue la garde de bêtes, ce que pourrait marquer l’embout d’aiguillon de la tombe 84 d’Ensérune. Un embout provient d’un parc à bétail situé entre les habitations de Gailhan, et la fonction d’aiguillon ne peut être écartée. Cinq embouts ont été trouvés dans des voies de circulation. Il s’agit soit de chemins de campagne, comme pour les trois exemplaires de la Pailletrice ou celui de Peyrouse, soit d’une ruelle entre les maisons d’un village, comme pour l’un des exemplaires du Marduel. La fonction d’extrémité de bâton de marche ou d’aiguillon peut donc tout à fait convenir.

54Tous les autres embouts en fer proviennent d’habitats, intérieur de maisons, cours domestiques, dépotoirs, remblais, et semblent donc faire partie de l’attirail courant de cette population d’agriculteurs-éleveurs. Et pareils objets ne sont pas l’apanage de la Protohistoire. Par exemple, un embout semblable a été trouvé dans une des cabanes de berger de l’estive de Maurà à Enveigt, en Cerdagne, datée du XIVe ou du XVe s. (Rendu 2003, 146, Fig. 17, C1).

Fig. 6 : Comparaison de la répartition des diamètres intérieurs de l’extrémité de la douille des aiguillons ou bâtons en fer avec celle des diamètres intérieurs de l’extrémité de la douille des talons de lance des nécropoles de Las Peyros à Couffoulens (Aude) et de Saint-Julien à Pézenas (Hérault).

Fig. 6 : Comparaison de la répartition des diamètres intérieurs de l’extrémité de la douille des aiguillons ou bâtons en fer avec celle des diamètres intérieurs de l’extrémité de la douille des talons de lance des nécropoles de Las Peyros à Couffoulens (Aude) et de Saint-Julien à Pézenas (Hérault).

55Ces exemplaires ne sont peut-être qu’un minimum. On pourrait aussi penser qu’un certain nombre de douilles coniques en fer dont le diamètre est supérieur à celui des embouts ici inventoriés, découverts hors de tout contexte funéraire, en habitat ou sur des voies, puissent aussi être rattachés à ce type d’instrument. Sans vouloir être exhaustif, signalons les exemples de trois lieux qui permettent de s’interroger puisque les pointes de lances y sont absentes : l’habitat de la Granède à Millau, au premier âge du Fer, un embout de 103 mm de long et 15 mm de diamètre intérieur à l’ouverture de la douille (Costantini et al. 1985, 24, Fig. 20, n° 5) ; l’habitat de la Madeleine à Tornac, Gard, au début du IVe s. av. J.-C., avec un embout de 120 mm de long et 15 mm de diamètre à l’ouverture (Dedet, Michelozzi, 2008, 187) ; et aussi un cône de 15 mm de diamètre intérieur à l’ouverture de la douille et de 155 mm de long, provenant du même secteur de voie de la Pailletrice que les embouts de ce site décrits ci-dessus (Daveau, Dedet 2014, 10-11, Fig. 12, n° 1).

Fig. 7 : Les diamètres intérieurs des extrémités des douilles des talons et des pointes de lances des nécropoles de Saint-Julien à Pézenas (Hérault) et de Las Peyros à Couffoulens (Aude).

Fig. 7 : Les diamètres intérieurs des extrémités des douilles des talons et des pointes de lances des nécropoles de Saint-Julien à Pézenas (Hérault) et de Las Peyros à Couffoulens (Aude).

Ces objets sont numérotés quand la tombe en contient deux.

5. Aiguillons à embout en bronze

56La fonction d’embout d’aiguillon pour le bétail semble aussi convenir pour d’autres petites douilles coniques de même forme, mais en bronze cette fois, provenant de l’épave de Rochelongue à Agde, de l’habitat du Cayla de Mailhac, et du tumulus du Jouc, sur le causse Rouge, entre Larzac et Lévézou. Ces objets, en tous cas, ne peuvent être interprétés comme des talons de lance puisque, à l’âge du Fer, pointes et talons de lances sont systématiquement en fer. Ces pièces sont composées d’une douille résultant du simple enroulement d’une feuille sur elle-même, les deux longs côtés de cette feuille se chevauchant et formant un cône creux à l’opposé de l’ouverture de la douille.

57Épave de Rochelongue (Agde, Hérault)

  • 5 Exemplaires inédits. L’étude exhaustive de l’épave de Rochelongue est en cours sous la direction de (...)

58L’épave échouée par quelque cinq mètres de fond à 600 m au sud-ouest de la pointe de Rochelongue, entre l’embouchure de l’Hérault et le cap d’Agde, a livré un grand nombre d’objets en bronze, cuivre et étain. La très grande majorité du lot est composée de lingots et de déchets de fonderie (environ 800 kg). Les objets, environ 1700, s’échelonnent du IXe à la fin du VIIe s. av. J.-C. (Lugand, Bermond 2001, 399-400). Parmi ces derniers figurent trois petits embouts d’aiguillons en bronze5.

  • Fig. 9, n° 1 : Petite douille conique en bronze, en cornet simple, complète ; un trou de fixation près de l’ouverture de la douille. L. cons. : 60 mm ; diam. extérieur : 13,5 mm ; diam. intérieur : 10 mm.

  • Fig. 9, n° 2 : Petite douille conique en bronze, en cornet simple, incomplète (il manque les deux extrémités). L. cons. : 49 mm ; diam. extérieur : 12 mm ; diam. intérieur : 9,2 mm.

  • Fig. 9, n° 3 : Petite douille conique en bronze, en cornet simple, incomplète (il manque l’extrémité distale) ; un trou de fixation vers l’ouverture de la douille. L. cons. : 60 mm ; L. estimée : 65 mm ; diam. extérieur : 12 mm ; diam. intérieur : 9,2 mm.

Fig. 8 : Localisation des embouts répertoriés.

Fig. 8 : Localisation des embouts répertoriés.

59Habitat du Cayla (Mailhac, Aude)

  • Fig. 9, n° 4 : Petite douille conique en bronze, en cornet simple ; pas de trou de fixation signalé près de l’ouverture de la douille. L. : 46,5 mm ; diam. extérieur : 6,8 mm ; diam. intérieur : 4,5 mm. Elle se rapporte au niveau III général d’occupation du site daté par les fouilleurs entre 475 et 320 av. J.-C. (Taffanel 2007, pl. XI, Fig. 49, n° 5).

  • Fig. 9, n° 5 : Petite douille conique en bronze, en cornet simple ; pas de trou de fixation signalé près de l’ouverture de la douille. L. : 50,3 mm ; diam. extérieur : 12 mm ; diam. intérieur : 9,7 mm. Il se rapporte au niveau V, daté entre 75 av. J.-C. et 300 après J.-C. (Ibid., pl. XI, Fig. 49, n° 6).

Fig. 9 : Extrémités d’aiguillons en bronze.

Fig. 9 : Extrémités d’aiguillons en bronze.

1 à 3 : épave de Rochelongue au large d’Agde, Hérault (dessins J. Gascó) ; 4 et 5 : habitat du Cayla à Mailhac, Aude (d’après Taffanel 2007) ; 6 : Tumulus du Jouc à Castelnau-Pégayrols, Aveyron (d’après Soutou 1958).

60Tumulus du Jouc (Castelnau-Pégayrols, Aveyron)

  • Fig. 9, n° 6 : Petite douille conique en bronze, en cornet simple, avec un trou de fixation signalé près de l’ouverture de la douille. L. : 57 mm ; diam. extérieur : 12 mm ; diam. intérieur : 9,3 mm. Cet objet provient d’un tumulus que le reste du mobilier, quatre pointes de flèche de type Le Bourget et un bracelet en bronze, permet de dater du VIIe ou du début du VIe s. av. J.-C. Aucune donnée n’est connue concernant les restes osseux du défunt (Soutou 1958 ; Gruat, Malige, Vidal 2011, 131-132).

6. Conclusion

61Cette note n’a d’autre but que de proposer une autre interprétation pour les douilles coniques de petites dimensions, dont les exemplaires en fer sont couramment considérés comme des talons de javelines, voire de lances, alors que les pointes de ces supposées javelines sont presque toujours absentes des lieux ici répertoriés. Notre proposition d’embouts pour aiguillons ou bâtons de marche se fonde sur les dimensions, et en particulier le diamètre interne de l’ouverture de la douille, très inférieur à celui des talons de lances avérés. La prise en considération des lieux de découverte est également importante. Pour ces objets, très peu de tombes sont concernées, et les rares cas répertoriés sont bien particuliers. En revanche, beaucoup d’embouts proviennent d’habitats, mais aussi de voies de circulation protohistoriques et même d’un parc à bétail. Enfin, argument supplémentaire, l’existence de quelques exemplaires semblables en bronze ne pouvant servir que d’embouts d’aiguillon, car à cette époque, pointes et talons de lance sont alors en fer.

Haut de page

Bibliographie

Augier, Buchsenschutz, Ralston 2007 : AUGIER L., BUCHSENSCHUTZ O., RALSTON I. (dir.) – Un complexe princier de l’âge du Fer. L’habitat du promontoire de Bourges (Cher) VIe-IVe s. av. J.-C. Bourges/Tours, Service d’archéologie préventive de Bourges Plus/Fédération pour l’Édition de la Revue Archéologique du Centre de la France, 2007, 200 p. (suppl. 32 à la Revue Archéologique du Centre de la France/Monographie Bituriga, 2007-3).

Costantini et al. 1985 : COSTANTINI G., DEDET B., FAGES G., VERNHET A. – Vestiges de peuplement du Bronze final II au premier âge du Fer dans les Grands Causses. Revue Archéologique de Narbonnaise, XVIII, 1985, p. 1-125.

Daveau, Dedet 2014 : DAVEAU I., DEDET B. – Tombes à fossé circulaire et chemins de la fin du premier âge du Fer à la Pailletrice (ZAC du Parc de l’Aéroport, Pérols, Hérault). Nouvelles données sur les pratiques funéraires protohistoriques des plaines languedociennes. Gallia, 71-2, 2014, p. 3-46.

Dedet 1987 : DEDET B. – Habitat et vie quotidienne en Languedoc au milieu de l’âge du Fer : l’unité domestique n° 1 de Gailhan, Gard. Paris, CNRS, 1987, 228 p. (suppl. 17 à la Revue Archéologique de Narbonnaise).

Dedet 1990 : DEDET B. – Une maison à absides sur l’oppidum de Gailhan, Gard, au milieu du Ve s. av. J.-C. La question du plan absidial en Gaule du Sud. Gallia, 47, 1990, p. 29-55.

Dedet 2008 : DEDET B. – Les enfants dans la société protohistorique. L’exemple du Sud de la France. Rome, École française de Rome, 2008, 400 p. (coll. de l’École française de Rome, 396).

Dedet 2018 : DEDET B. – Coutumes funéraires en Gaule du Sud durant la Protohistoire (IXe-IIe siècle av. J.-C.). Arles, Errance/Actes Sud, 2018, 256 p.

Dedet, Duday, Tillier 1991 : DEDET B., DUDAY H., TILLIER A.-M. – Les inhumations de fœtus, nouveau-nés et nourrissons dans les habitats protohistoriques du Languedoc : l’exemple de Gailhan (Gard). Gallia, 48, 1991, p. 59-108.

Dedet, Marchand, à paraître : DEDET B., MARCHAND G. – Armes et tombes de guerriers en Languedoc et en Provence (Bronze final IIIb et premier âge du Fer), à paraître.

Dedet, Michelozzi 2008 : DEDET B., MICHELOZZI A. – Un habitat du milieu de l’âge du Fer en bordure des Cévennes : La Madeleine à Tornac, Gard. Documents d’Archéologie Méridionale, 31, 2008, p. 171-211.

Dedet et al. 1978 : DEDET B., MICHELOZZI A., PY M., RAYNAUD Cl., TENDILLE C. – Ugernum. Protohistoire de Beaucaire. Caveirac, Association pour la Recherche Archéologique en Languedoc Oriental, 1978, 156 p. (Cahier, 6).

Durand 2012 : DURAND É. – L’éperon barré protohistorique de Bois Sorbier, Bourg-Saint-Andéol (Ardèche). Ardèche Archéologie, 29, 2012, p. 26-36.

Duval 1970 : DUVAL A. – Esquisse d’une typologie des pointes de flèches contemporaines de la Conquête. Les pointes de flèches d’Alésia au Musée des Antiquités Nationales. Antiquités Nationales, 2, 1970, p. 35-51.

Feugère 1981 : FEUGÈRE M. – Découvertes au quartier de Villeneuve, Fréjus (Var). Le mobilier métallique et la parure. Documents d’Archéologie Méridionale, 4, 1981, p. 137-168.

Garcia 1993 : GARCIA D. – Entre Ibères et Ligures. Lodévois et moyenne vallée de l’Hérault protohistoriques. Paris, CNRS, 1993, 355 p. (suppl. 26 à la Revue Archéologique de Narbonnaise).

Garmy, Py 1980 : GARMY P., PY M. – Nouvelles données sur l’oppidum de Roque de Viou (Gard), fouilles 1972-1975. Bulletin de l’École Antique de Nîmes, 15, 1980, p. 27-90.

Giraud, Pons, Janin 2003 : GIRAUD J.-P., PONS F., JANIN Th. (dir.) – Nécropoles protohistoriques de la région de Castres (Tarn). Le Causse, Gourjade, Le Martinet. Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 2003, vol. 1 : Études et synthèses, 275 p., vol. 2 : Catalogue des ensembles funéraires, 268 p., vol. 3 : Planches du mobilier, 231 p. (Documents d’Archéologie Française, 94).

Girault 2013 : GIRAULT J.-P. – La Fontaine de Loulié au Puy d’Issolud. Le dossier archéologique du siège d’Uxellodunum. Glux-en-Glenne, 2013, 176 p. (Bibracte, 23).

Gruat, Malige, Vidal 2011 : GRUAT Ph., MALIGE G., VIDAL M. – L’Aveyron. Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres/Maison des Sciences de l’Homme, 2011, 694 p. (Carte Archéologique de la Gaule, 12).

Gruat, Marty, Marchand 2003 : GRUAT Ph., MARTY G., MARCHAND G. – Systèmes de fortification de l’habitat de hauteur du Puech de Mus à Sainte- Eulalie-de-Cernon (Aveyron) au Ve s. av. J.-C. Documents d’Archéologie Méridionale, 26, 2003, p. 63-157.

Gruat et al. 2003 : GRUAT Ph., FRANCQUEVILLE B., MARTY G., MARCHAND G. – L’enceinte protohistorique de rebord de plateau du Puech de Mus à Sainte-Eulalie-de-Cernon (Aveyron). Rapport intermédiaire (dactylographié).

Latour 1985 : LATOUR J. – L’oppidum du Baou-des-Noirs à Vence (A.-M.). Documents d’Archéologie Méridionale, 8, 1985, p. 9-24.

Lefèbvre 2006 : LEFÈBVRE C. – Oppida helvica. Les sites fortifiés de hauteur du plateau de Jastres (Ardèche) de Jastres-nord à Lussas (Ardèche). Paris, de Boccard, 2006, 487 p. (Gallia Romana, VII).

Leroi-Gourhan 1945 [1973] : LEROI-GOURHAN A. – Milieu et techniques. Paris, Albin Michel, 1945 [1973], 475 p.

Lugand, Bermond 2001 : LUGAND M., BERMOND I. – Agde et le Bassin de Thau. Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 2001, 448 p. (Carte Archéologique de la Gaule, 34/2).

Perrier, Pujol 2010 : PERRIER X., PUJOL J. – L’habitat protohistorique du Rocher de l’Aigle à Nant (Aveyron, France). Documents d’Archéologie Méridionale, 33, 2010, p. 77-130.

Prunières 1884 : PRUNIÈRES P.-B. – Tumuli des âges du Bronze et du Fer sur les Causses lozériens. In : Association Française pour l’Avancement des Sciences, compte rendu de la 12e session (Rouen, 1883). Paris, 1884, p. 632-640.

Py 1990 : PY M. – Culture, économie et société protohistoriques dans la région nîmoise. Rome, École française de Rome, 1990, 957 p. (coll. de l’École française de Rome, 131).

Py 2006-2007 : PY M. – La zone H de l’oppidum des Castels (Nages-et-Solorgues, Gard). Documents d’Archéologie Méridionale, 29-30, 2006-2007, p. 277-344.

Py 2009 : PY M. – Lattara, Lattes, Hérault. Comptoir gaulois méditerranéen entre Étrusques, Grecs et Romains. Paris, Errance, 2009, 343 p.

Py 2016 : PY M. – Dictionnaire des objets protohistoriques de Gaule méditerranéenne (IXe-Ier siècles av. n. è.). Lattes, Association pour le Développement de l’Archéologie en Languedoc-Roussillon, 2016, 576 p. (Lattara, 23).

Py, Lebeaupin 1992 : PY M., LEBEAUPIN D., avec la coll. de CHAZELLES C.-A. de – Stratigraphie du Marduel (Saint-Bonnet-du-Gard). V - Les niveaux de la deuxième moitié du Ve s. av. n. è. sur le chantier central. Documents d’Archéologie Méridionale, 15, 1992, p. 261-326.

Py, Lebeaupin 1994 : PY M., LEBEAUPIN D., avec la coll. de BESSAC J.-C. – Stratigraphie du Marduel (Saint-Bonnet-du-Gard). VI - Les niveaux du Bronze final au milieu du Ve s. av. n. è. sur le chantier central. Documents d’Archéologie Méridionale, 17, 1994, p. 201-265.

Py, Vignaud 1998 : PY M., VIGNAUD A. – Voie et habitat protohistoriques de Peyrouse à Marguerittes (Gard). Documents d’Archéologie Méridionale, 21, 1998, p. 181-196.

Py et al. 1984 : PY M., PY F., SAUZET P., TENDILLE C. – La Liquière, Calvisson, Gard, Village du premier âge du Fer en Languedoc oriental. Paris, CNRS, 1984, 363 p. (suppl. 11 à la Revue Archéologique de Narbonnaise).

Rascalou et al. 2015 : RASCALOU P., FOREST V., FIGUERAL I., CHAZELLES C.-A. de, ÉCARD P. – L’Arnoux (Saint-Félix-de-Lodez, Hérault) : un habitat rural du IIIe s. av. J.-C. de la moyenne vallée de l’Hérault). Documents d’Archéologie Méridionale, 36, 2015, p. 155-192.

Rayssiguier, Guichard 1989 : RAYSSIGUIER G., GUICHARD C. – Un dépôt d’objets métalliques aux Baou de Saint-Marcel à Marseille. Documents d’Archéologie Méridionale, 12, 1989, p. 245-251.

Raux 1999 : RAUX S. – Les objets de la vie quotidienne à Lattes au IVe siècle av. n. è. Lattes, Association pour la Recherche Archéologique en Languedoc Oriental, 1999, p. 439-518 (Lattara, 12).

Rendu 2003 : RENDU C. – La montagne d’Enveigt. Une estive pyrénéenne de longue durée. Le Canet-en-Roussillon, Trabucaire, 2003, 606 p.

Rivalan 2011 : RIVALAN A. – Typologie et chronologie des objets métalliques du Bronze final IIIb à la fin du premier âge du Fer en France méridionale (900-450 av.

Schwaller, Marchand, Lejars 2018 : SCHWALLER M., MARCHAND G., LEJARS Th. – Ensérune, la nécropole du second âge du Fer. Lattes, Association pour le Développement de l’Archéologie en Languedoc-Roussillon, 2018, 3 vol., 900 p. (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 38).

Simanjuntak 1998 : SIMANJUNTAK H.-Tr. – Étude de la collection du Dr Prunières. Banassac-La Canourgue, Centre de recherche et de documentation préhistorique de la Lozère, 1998, 528 p.

Soutou 1958 : SOUTOU A. – Les pointes de flèches en tôle de bronze (type Le Bourget) du Midi de la France. Bulletin de la Société Préhistorique Française, 55-11, 1958, p. 711-714.

Taffanel 2007 : TAFFANEL O. – Le Cayla de Mailhac (Aude), petit mobilier. Inventaire informatisé, publié sur le site Internet de la Société d’études scientifiques de l’Aude, 10 textes, 26 planches (http://www.sesa-aude.fr).

Haut de page

Notes

1 Embouts de bâton ferré et aiguillons ne font pas l’objet d’une entrée dans le récent Dictionnaire des objets protohistoriques de Gaule méditerranéenne (IXe-Ier siècles av. n. è.) (Py 2016).

2 Dans cet inventaire, nous n’avons pas pris en compte les deux objets évoqués dans l’introduction, provenant des environs de Fréjus et du site de l’Arnoux, car le diamètre à l’ouverture de la douille ne permet pas de les isoler des véritables talons de lance.

3 Exemplaire inédit. Nous remercions Ph. Gruat de nous avoir permis d’en faire mention ici, avec son illustration figurant dans le rapport de fouilles. On notera que ce niveau d’abandon de l’habitat du Puech de Mus a également livré deux pointes en fer, ovalaire ou losangique, prolongées par une douille, dont l’interprétation pose problème (Gruat, Marty, Marchand 2003, 149, n° 6 et 8). La longueur totale de ces objets, respectivement 10 cm et 10,5 cm, semble trop importante pour y voir des pointes de flèche, mais le diamètre de la douille, respectivement 8 et 9 mm, suggère une hampe bien trop mince pour la préhension et le jet d’un javelot ou d’une javeline.

4 Dans le Midi, deux exemplaires de ce type A sont présents sur les deux oppida voisins de Jastres-Sud et Jastres-Nord, fondés respectivement vers 80/70 av. J.-C. et au milieu de ce siècle, sur la voie stratégique reliant le territoire des Helviens à ceux des Vellaves et des Arvernes (Lefèbvre 2006, 73 et pl. 4, n° 15 ; Ibid. 374 et pl. 15, n° 19).

5 Exemplaires inédits. L’étude exhaustive de l’épave de Rochelongue est en cours sous la direction de J. Guilaine et J. Gascó, que nous remercions d’avoir bien voulu nous communiquer les dessins de ces trois objets et nous autoriser à en faire état.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : A : Embouts d’aiguillons en fer découverts dans l’habitat de Bourges (d’après Augier, Buchsenschutz, Ralston dir. 2007, 147). B : Classement typologique des embouts en fer du sud de la France.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7064/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Fig. 2 : Extrémités d’aiguillons ou de bâtons ferrés du sud de la France.
Légende 1 à 3 : chemin de La Pailletrice à Pérols, Hérault (clichés et dessins B. Dedet) ; 4 : chemin de Peyrouse à Marguerittes, Gard (d’après Py, Vignaud 1998) ; 5 et 6 : habitat de Gailhan, Gard (clichés et dessins B. Dedet) ; 7 à 9 : habitat du Marduel à Saint-Bonnet-du-Gard, Gard (d’après Py, Lebeaupin 1992 et Py, Lebeaupin 1994) ; 10 : habitat du Baou des Noirs à Vence, Alpes-Maritimes (d’après Latour 1985) ; 11 : habitat de la Liquière à Calvisson, Gard (d’après Py et al. 1984) ; 12 : habitat de la Redoute à Beaucaire, Gard (d’après Py 1990) ; 13 : habitat de Lattara à Lattes, Hérault (d’après Raux 1999) ; 14 : oppidum des Castels à Nages, Gard (d’après Py 2006-2007) ; 15 : habitat du Roc de l’Aigle à Nant, Aveyron (d’après Perrier, Poujol 2010) ; 16 : habitat du Baou de Saint-Marcel à Marseille (d’après Rayssiguier, Guichard 1989) ; 17 : tombe 551 de la nécropole du Causse à Labruguière, Tarn (d’après Giraud, Pons, Janin 2003) ; 18 : tombe 84 de la nécropole d’Ensérune à Nissan-lès-Ensérune, Hérault (d’après Schwaller, Marchand, Lejars 2018). Pour comparai- son, pointe et talon de lance de la tombe 273 de Saint-Julien à Pézenas, seconde moitié du VIe s. av. J.-C. (dessin B. Dedet et G. Marchand).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7064/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Titre Fig. 3 : Extrémités d’aiguillons ou de bâtons ferrés du sud de la France (suite).
Légende 19 et 20 : habitat de La Ramasse à Clermont-l’Hérault, Hérault (d’après Garcia 1993) ; 21 à 24 : habitat du Cayla à Mailhac, Aude (d’après Taffanel 2007) ; 25 : habitat de Bois Sorbier à Bourg-Saint-Andéol, Ardèche (d’après Durand 2012) ; 26 et 27 : habitat du Puech de Mus à Sainte-Eulalie-de-Cernon, Aveyron (d’après Gruat, Marty, Marchand 2003 et Gruat et al. 2003) ; 28 : habitat de Roque de Viou à Saint-Dionisy, Gard (d’après Garmy, Py 1980) ; 29 et 30 : tumulus de Soulages à Saint-Georges-de-Lévéjac, Lozère (d’après Simanjuntak 1998) ; 31 : tumulus de la Lozère (d’après Simanjuntak 1998).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7064/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Fig. 4 : Comparaison des longueurs totales des extrémités d’aiguillons ou de bâtons en fer avec celles des talons de lance des nécropoles de Las Peyros à Couffoulens (Aude) et de Saint-Julien à Pézenas (Hérault).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7064/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre Fig. 5 : Les extrémités d’aiguillons ou de bâtons en fer classées en fonction du diamètre intérieur de l’extrémité de la douille.
Légende (les numéros éventuels renvoient à la numérotation des objets sur la Fig. 2)
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7064/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Titre Fig. 6 : Comparaison de la répartition des diamètres intérieurs de l’extrémité de la douille des aiguillons ou bâtons en fer avec celle des diamètres intérieurs de l’extrémité de la douille des talons de lance des nécropoles de Las Peyros à Couffoulens (Aude) et de Saint-Julien à Pézenas (Hérault).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7064/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Titre Fig. 7 : Les diamètres intérieurs des extrémités des douilles des talons et des pointes de lances des nécropoles de Saint-Julien à Pézenas (Hérault) et de Las Peyros à Couffoulens (Aude).
Légende Ces objets sont numérotés quand la tombe en contient deux.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7064/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Fig. 8 : Localisation des embouts répertoriés.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7064/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Titre Fig. 9 : Extrémités d’aiguillons en bronze.
Légende 1 à 3 : épave de Rochelongue au large d’Agde, Hérault (dessins J. Gascó) ; 4 et 5 : habitat du Cayla à Mailhac, Aude (d’après Taffanel 2007) ; 6 : Tumulus du Jouc à Castelnau-Pégayrols, Aveyron (d’après Soutou 1958).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7064/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard DEDET, « Bâtons ferrés et aiguillons des paysans-éleveurs du sud de la Gaule à l’âge du Fer : une proposition d’interprétation », Documents d’archéologie méridionale, 41 | 2018, 235-252.

Référence électronique

Bernard DEDET, « Bâtons ferrés et aiguillons des paysans-éleveurs du sud de la Gaule à l’âge du Fer : une proposition d’interprétation », Documents d’archéologie méridionale [En ligne], 41 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 30 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/dam/7064 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dam.7064

Haut de page

Auteur

Bernard DEDET

CNRS, Montpellier, UMR 5140« Archéologie des Sociétés Méditerranéennes » Université Paul Valéry Montpellier 3, CNRS, Ministère de la culture, INRAP, ASMUMR 5140, F 34000 Montpellier, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search