Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41VariaUn village perché du piémont céve...

Varia

Un village perché du piémont cévenol au début du second âge du Fer :Vié-Cioutat I (Mons, Gard)

Bernard Dedet
p. 71-195

Résumés

Les recherches menées sur le site de Vié-Cioutat entre 1966 et 1979 ont permis de reconnaître quatre grandes phases d’occupation du site, du Néolithique à l’âge du Fer : Néolithique final (Vié-Cioutat 0), du milieu du Ve s. à la fin du IVe s. av. J.-C. (Vié-Cioutat I), de la fin du IIe s. av. J.-C. à Auguste (Vié-Cioutat II) et du dernier quart du Ier s. av. J.-C. à la seconde moitié du IIe s. apr. J.-C. (Vié-Cioutat III). Cet article concerne le premier village qui permet d’illustrer l’originalité de la région sous-cévenole par rapport, notamment, aux habitats du Languedoc oriental plus proches de la Méditerranée. C’est une agglomération peu dense de maisons en torchis sur solins de pierres et poteaux porteurs, occupées durant des laps de temps assez courts, coexistant avec des terrains non bâtis, dépourvue d’une enceinte bâtie. Elle est habitée par des agriculteurs-éleveurs, et les échanges avec les contrées proches de la côte, où circulent les produits importés du domaine marseillais, apparaissent ici limités. Elle s’éteint vers 300 av. J.-C. et la maison la plus récente retrouvée est abandonnée brusquement car les habitants ont laissé sur place leur attirail culinaire. Cet abandon correspond à une phase de déprise de l’occupation humaine propre à cet arrière-pays, en total contraste avec la partie méridionale du Languedoc oriental.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1. Présentation : le site et les recherches

1.1. La situation

1Vié-Cioutat se trouve dans la partie septentrionale du département du Gard, à 34 km au nord de Nîmes et à 8 km au sud-est d’Alès, non loin du piémont des Cévennes (Fig. 1). Ce lieu est à l’écart des grandes régions de passage et d’échange du Languedoc oriental que sont la plaine littorale et le sillon rhodanien, à une quarantaine de kilomètres de l’une comme de l’autre. Cependant, il bénéficie d’une situation particulière, sur la bordure méridionale de la longue dépression qui longe les Cévennes depuis les gorges de l’Hérault au sud-ouest, jusqu’au massif des Coirons au nord-est, et qui est séparée de l’axe rhodanien par les massifs calcaires des Gras ardéchois et du plateau de Lussan gardois. C’est justement l’une des premières hauteurs de ce dernier qui a été élue pour installer cet habitat.

Fig. 1 : La situation de Vié-Cioutat en Languedoc oriental.

Fig. 1 : La situation de Vié-Cioutat en Languedoc oriental.

2Le site est donc au contact de deux régions naturelles différentes. À l’ouest et au nord, cette dépression, ici appelée « bassin d’Alès », est une région de plaine alluviale, de terrasses caillouteuses et de côteaux entre 120 et 200 m d’altitude, drainée par le Gardon et un de ses affluents, l’Avène. À l’est, par contre, s’étend la vaste zone des plateaux de Lussan, étagés à plus de 200 m d’altitude et culminant à 629 m au Mont-Bouquet, surplombant des combes marneuses et recouverts par la végétation de garrigue. Vié-Cioutat est sur le tracé d’une liaison facile entre le bassin d’Alès et le Rhône par ce plateau de Lussan à travers la cluse des Angoustrines, juste au sud du Mont-Bouquet. Et la voie naturelle entre région nîmoise et Cévennes que constitue la Gardonnenque, ou vallée du Gardon, ne se trouve qu’à 6 km à l’ouest. Cette voie, appelée plus tard, au haut Moyen Âge, « chemin de Régordane », mettait en communication les Volques Arécomiques avec le pays des Gabales et, plus loin, celui des Arvernes. Les communications avec les plaines du bas-Languedoc proches du littoral et la moyenne vallée du Rhône sont donc aisées, n’étaient les distances, de l’ordre de 40 à 50 km pour la région nîmoise et le cours du Rhône, soit deux journées de marche.

1.2. Le site

3À la lisière occidentale du plateau calcaire de Lussan, le cours supérieur de la Droude, affluent de la rive gauche du Gardon, a creusé une petite dépression de 5 km de long sur 2 km de large au maximum, dont l’altitude minimale se situe à 140 m NGF (Fig. 2). Celle-ci est entourée par des hauteurs d’une altitude voisine de 250 m NGF, à l’exception d’une trouée au sud-ouest par où s’échappe la rivière.

Fig. 2 : Le site de Vié-Cioutat et la haute vallée de la Droude.

Fig. 2 : Le site de Vié-Cioutat et la haute vallée de la Droude.

4Le cours de la Droude, d’abord orienté est-ouest, forme ensuite un coude et prend la direction du sud pour rejoindre le Gardon à 15 km de là. L’agglomération de Vié-Cioutat est installée dans cette courbure, sur la bordure méridionale de cette dépression, sur le rebord d’un plateau calcaire (Sannoisien inférieur) légèrement incliné du nord vers le sud, à 248 m d’altitude en son point culminant (Fig. 3 et 4). Vers le nord et le nord-ouest, ce plateau domine la vallée supérieure de la Droude par une pente très abrupte de plus de 120 m de dénivelé, composée de marnes alternant avec des calcaires marno-gréseux. C’est sans doute là, la seule contrainte naturelle que présente le site. Au sud et à l’est, en revanche, ce plateau s’abaisse en pente douce vers de petits vallons occupés par des affluents temporaires du cours moyen de la Droude.

Fig. 3 : La hauteur de l'oppidum de Vié-Cioutat vue depuis le nord ; au premier plan, la haute vallée de la Droude.

Fig. 3 : La hauteur de l'oppidum de Vié-Cioutat vue depuis le nord ; au premier plan, la haute vallée de la Droude.

(cliché B. Dedet).

5Les avantages du lieu sont nombreux. L’habitat jouit de la complémentarité des terrains pour ses activités économiques. L’eau est abondante et proche. La Droude, qui naît à 3 km à l’est, en fournit la plus grande partie de l’année, et une nappe phréatique sous l’oppidum même alimente plusieurs sources sur la pente nord du site. L’accès et la circulation sont faciles. Le passage de la voie transversale menant de Beaucaire/Ugernum à Alès (oppidum de l’Ermitage) par Uzès/Ucetia, bien attestée à l’époque gallo-romaine, semble marquée dans les environs immédiats par le toponyme du col de « Tribiol », à 1 km au sud, qui pourrait signaler l’embranchement d’une bretelle desservant Vié-Cioutat, et par la découverte de plusieurs tombes et inscriptions funéraires gallo-romaines 2,5 km plus à l’ouest, dans le secteur du Couguioulet et du Grési, sur le territoire de la commune voisine de Méjannes-lès-Alès (Provost et al. 1999, 450 ; Dedet 2002) (Fig. 2).

Fig. 4 : L'oppidum de Vié-Cioutat, vue aérienne oblique depuis l'ouest.

Fig. 4 : L'oppidum de Vié-Cioutat, vue aérienne oblique depuis l'ouest.

(cliché L. Monguilan). On aperçoit l'enceinte de la phase II, et, à gauche l'emplacement de la fouille 1 avec les murs des constructions de la phase III.

1.3. L’historique des recherches

6Des vestiges d’un rempart en pierre sèche, bien visibles avant même le début des fouilles, des glanures de surface abondantes, ont valu à l’oppidum de Vié-Cioutat une certaine notoriété auprès des habitants du voisinage tout d’abord, et la légende tenace de l’existence d’un veau d’or caché parmi ses ruines. En effet, Vié-Cioutat est la transcription phonétique de l’occitan Vielha Ciutat, en français, la Vieille Cité.

7Dans la littérature érudite, la première mention du site date du milieu du XVIIIe s. L’abbé A. de Sauvages, dans son Dictionnaire languedocien françois paru en 1756, à la page 420, illustre la rubrique « ruino » avec les « ruines de la vieille Cîouta ». Les premières indications scientifiques apparaissent dans la seconde moitié du XIXe s. avec E. Germer-Durand, auteur d’un Dictionnaire topographique du Gard publié en 1868, pour qui il s’agit des « ruines d’un oppidum celtique (et plus tard gallo-romain) dont on retrouve encore l’enceinte » (p. VI et 262). Les historiens qui s’intéressent ensuite à Vié-Cioutat, G. Charvet (1872, 74-75), E. Flouest (1880, 294-308), J. de Saint-Venant (1897, 509), U. Dumas (1908, 105-106), F. Mazauric et J. Bourrilly (Mazauric, Bourrilly 1912, 598-599 ; Mazauric 1911, 24), apportent peu, faute de pouvoir s’appuyer sur des découvertes archéologiques précises. Leurs relations renferment la plupart du temps une description des lieux et de quelques trouvailles fortuites de surface, ainsi que des considérations à caractère historique. Tous insistent sur les vestiges d’époque gallo-romaine mais, même si le site ou tel objet est parfois qualifié de « gaulois », aucun, à l’exception de J. de Saint-Venant, ne souligne l’existence d’une occupation antérieure, qualifiée de « marnienne » par cet auteur. En 1930, M. Louis et R. Bruguière (1930, 50-60) font la synthèse des écrits précédents, décrivent les vestiges de murs visibles en surface d’un point de vue uniquement militaire et signalent l’existence d’une station « néolithique » au sud-est de l’enceinte.

8Les premières fouilles ont été effectuées par les membres du Cercle Amical des Mineurs d’Alès (CAMA) sous l’impulsion de J. Granier et R. Grefeuille en 1953 et furent interrompues l’année suivante. Ces travaux ont permis de dégager deux ensembles de murs appartenant à des habitations du Haut-Empire, ainsi qu’un puits, à l’intérieur de l’enceinte et, à 400 m au sud à l’extérieur, plusieurs salles d’une habitation du IVe s. ap. J.-C., dont une comportant une mosaïque à riche décor (Jannoray 1954, 424-425). À l’intérieur de l’enceinte, ces recherches n’ont apparemment pas affecté les niveaux pré-romains, aussi J. Jannoray, dans son ouvrage sur Ensérune, méconnaît-il toute occupation du lieu antérieure à la « domination romaine » (Jannoray 1955, 39-40, note 4).

9Nous avons pris le relais en 1966 et nos recherches à Vié-Cioutat se sont déroulées jusqu’en 1979. De 1966 à 1968 cinq sondages ont été menés en divers secteurs intra muros pour déterminer la chronologie de l’ensemble de l’occupation du site (sondages 1 à 5). Dès 1967, le sondage 1 était élargi et ce secteur a fait l’objet d’une fouille programmée jusqu’en 1979, sur quelque 2 000 m2 de superficie (fouille 1). Par ailleurs, une grande partie du parement extérieur de l’enceinte a fait l’objet d’un dégagement entre 1974 et 1977, et deux fouilles ponctuelles ont été pratiquées contre sa face extérieure (sondage 6 et point 7) (Fig. 5).

Fig. 5 : Plan général de l'oppidum de Vié-Cioutat et localisation des secteurs fouillés.

Fig. 5 : Plan général de l'oppidum de Vié-Cioutat et localisation des secteurs fouillés.

(dessin et DAO B. Dedet sur fond photogrammétrique conservé au SRA de Montpellier).

1.4. Les grandes phases de l’occupation des lieux

10Ces travaux ont permis d’établir quatre grandes phases d’occupation du site, certaines séparées par des hiatus.

11Phase Vié-Cioutat 0 : Néolithique final

12Une petite partie de l’assiette de la future agglomération protohistorique, en bordure de la pente septentrionale du plateau, est occupée au Néolithique final par, au moins, une habitation qui a livré un riche mobilier de faciès culturel Fontbouïsse, daté entre 2600 et 2200 av. J.-C. Celle-ci, décelée dans le sondage 2, est semble-t-il isolée car les autres sondages et la fouille menés sur le site n’ont livré aucun autre vestige de cette époque.

13Intervalle 0/1

14Entre le Néolithique final et le milieu du Ve s. av. J.-C., les lieux ne sont pas habités ; tout au plus quelques tessons de poteries excisés pourraient peut-être montrer une fréquentation à la fin du premier âge du Fer (voir infra 3.3.1. § D).

15Phase Vié-Cioutat I : du milieu du Ve s. à la fin du IVe s. av. J.-C.

16Cette phase est marquée par une vaste agglomération de constructions en matériaux périssables, dépourvue d’enceinte et couvrant environ 3 ha. Les vestiges de cette période sont présents dans la fouille 1 essentiellement, mais également dans les sondages 3 à 7. Le plateau n’est pas habité ensuite durant deux siècles, entre environ 300 et 100 av. J.-C.

17Phase Vié-Cioutat II : vers 100 - vers 20 av. J.-C.

18À l’extrême fin du IIe s. av. J.-C., est créée une nouvelle agglomération, architecturalement très différente de la précédente, mais exactement au même emplacement et occupant pratiquement la même superficie. Elle est connue essentiellement dans la fouille 1 et, également, par un rempart bâti en pierres, qui l’entoure complètement dès sa conception.

19Phase Vié-Cioutat III : du dernier quart du Ier s. av. J.-C. à la seconde moitié du IIe s. apr. J.-C.

20À l’époque augustéenne, l’habitat subit de profondes transformations. Certaines maisons sont réaménagées tandis que d’autres sont rasées et reconstruites selon un autre plan. Dans la seconde moitié du Ier s. apr. J.-C., des dépotoirs au pied du rempart marquent la fin de la fonction défensive de cette construction. Au IIe s. apr. J.-C. l’occupation paraît beaucoup moins intense et les lieux sont abandonnés définitivement dans la seconde moitié de ce siècle.

1.5. La question du nom antique : Vatrute ?

Fig. 6 : A : L'inscription géographique découverte à Nîmes et conservée au Musée de la Romanité à Nîmes (cliché D. Stokic). B : Localisation des agglomérations mentionnées sur l'inscription géographique découverte à Nîmes et identifiées (DAO B. Dedet).

Fig. 6 : A : L'inscription géographique découverte à Nîmes et conservée au Musée de la Romanité à Nîmes (cliché D. Stokic). B : Localisation des agglomérations mentionnées sur l'inscription géographique découverte à Nîmes et identifiées (DAO B. Dedet).

21L’appellation antique de l’oppidum de Vié-Cioutat figure peut-être sur une petite base de colonnette en marbre découverte en 1747 dans un champ, près de la source de la Fontaine à Nîmes sur laquelle sont inscrits les noms de onze agglomérations (Ménard 1750, 7-8 ; C.I.L., XII, 3362). Cette liste mentionne en effet, au nominatif, VATRVTE, accompagné de dix autres noms, pour la plupart identifiés, plus ou moins sûrement, avec des habitats d’origine préromaine de la cité de Nîmes. Y figurent ANDUSIA (Anduze), VGERNI (Beaucaire), VCETIAE (Uzès), BRIGINN (le Serre de Brienne à Brignon), SEGVSION (Suzon, hameau de la commune de Bouquet, au bord de la rivière du Seguissous) dans le Gard, et SEXTANT (Substantion à Castelnau-le-Lez) dans l’Hérault, mais aussi TEDVSIA, STATVMAE, VIRINN dont la reconnais- sance reste à ce jour problématique et BRVGETIA, que l’on a rapporté à l’oppidum de la Dame de Brueys à Aigaliers, dans le Gard (Fig. 6, A).

22La plupart des érudits du XIXe s. ont proposé de voir dans ce Vatrute le nom antique de Vié-Cioutat (Colson 1850- 1851, 108 ; Germer-Durand 1868, VII, 140, 262 ; Flouest 1880, 294-308 ; Allmer 1886, 242-246). L’argument en faveur de ce rapprochement est la parenté entre ce mot et le nom de la rivière Droude, ce dernier découlant de l’adjectif gaulois druta « vive, rapide », lui-même dérivant de druna « vigoureuse, rapide » (Delamarre 2001, 126). Deux indices renforcent cette hypothèse.

23D’une part, le lien topographique avec la rivière Droude est très fort. Vié-Cioutat est très proche de la naissance de ce cours d’eau, à seulement 3 km, et, dans la toponymie régionale, on constate fréquemment qu’une rivière ou un fleuve porte le nom d’un lieu habité à proximité de sa source. De plus cette rivière enveloppe littéralement le site, l’entourant au nord et à l’ouest. D’autre part, comme l’ont montré les prospections systématiques de terrain menées dans les années 1980 sous la direction de P.-Y. Genty sur le territoire des communes traversées par la Droude, Saint-Just-et-Vacquières, Deaux, Martignargues, Saint-Étienne-de-l’Olm, Saint-Césaire-de-Gauzignan et Cruviers-Lascours, le long des 25 km de ce cours d’eau, un seul autre habitat protohistorique et antique de quelque importance est attesté, celui du Serre de Brienne à Brignon, dominant la confluence de la Droude et du Gardon (Genty 1985 ; Genty 1987). Et la découverte, sur ce site, d’un poids étalon romain portant, inscrite, l’abréviation BRIG, confirme l’identification du Briginn de l’inscription géographique de Nîmes avec l’oppidum du Serre de Brienne (Souq 1989). Vié-Cioutat reste donc en fait la seule agglomération antique de cette vallée de la Droude pouvant revendiquer ce nom. En outre, le fait que Vié-Cioutat se situe, géographiquement, au milieu de la plupart des autres sites identifiés avec des toponymes figurant sur cette inscription, pourrait constituer un argument supplémentaire (fig. 6, B).

24La datation admise pour l’inscription de Nîmes est le début du IIe s. apr. J.-C. (Barruol 2002, 469). Si donc cette inter- prétation est la bonne, Vatrute serait le nom de Vié-Cioutat lors de sa phase III (fin du Ier s. av. J.-C. - fin du IIe s. apr. J.-C.), mais aussi lors de sa phase II (fin IIe - fin Ier s. av. J.-C) puisqu’il n’y a pas de solution de continuité entre les deux. On peut en revanche se demander s’il concerne également l’habitat de la phase I, puisqu’un hiatus de deux siècles sépare celle-ci de la phase suivante.

1.6. Le but de l’article

25Cet article propose l’étude des vestiges et des données concernant la phase Vié-Cioutat I, du milieu du Ve s. à la fin du IVe s. av. J.-C., qu’ont procurés les recherches menées sur ce site dans les années 1970. Les phases d’occupation postérieures feront l’objet d’autres publications.

26Deux articles avaient déjà donné un aperçu très partiel de cette phase I (habitation 6-2-C dans Dedet 1968 ; et secteur 3-A dans Dedet 1973), il convenait donc de compléter ces travaux pour donner une idée d’ensemble de cette occupation après l’extension des fouilles. C’est aussi l’occasion d’en corriger quelque peu la datation puisque, dans ces deux articles, nous faisions commencer cet habitat à la fin du VIe s. av. J.-C., début qu’il convient de rabaisser maintenant au milieu du Ve s., à la lumière des progrès faits sur la datation des mobiliers du Midi de la Gaule depuis ces trente dernières années. Nous avons donc jugé utile de reprendre en détail l’habitation 6-2-C et de préciser certaines données du secteur 3-A, présentées sommairement dans ces premières publications, afin d’assurer le regroupement des résultats et la cohérence méthodologique.

27Cette phase I de Vié-Cioutat a beaucoup souffert de la nouvelle agglomération qui s’installe au même endroit à partir du début du Ier s. av. J.-C. Les murs des maisons, les fosses, les trous et autres creusements, effectués alors souvent jusqu’au substratum rocheux, ont détruit des portions entières des couches antérieures subsistantes, les ont fractionnées selon les plans d’urbanisation successifs. Il est clair que les occupants postérieurs ont fait beaucoup de dégâts. Cette « fragmentation » des strates de la phase I rend donc son étude très lacunaire, notamment s’agissant des structures et des parois des habitats.

28Du fait de la date de ces fouilles, les prélèvements se sont limités aux os d’animaux et aux carporestes carbonisés. Les premiers ont été étudiés par Ph. Columeau et publiés dans son ouvrage de synthèse (Columeau 1991), les seconds ont été déterminés par J. Erroux et ont fait l’objet d’un rapport inédit qu’on trouvera ici.

29Malgré tous ces inconvénients, l’étude de cet habitat de l’âge du Fer de Vié-Cioutat a tout son intérêt. C’est, en effet, le seul site actuellement fouillé qui apporte des données à la connaissance de cette époque pour la partie septentrionale et intérieure du Gard, une région bien mal connue encore, comparée à la région nîmoise, à la vallée du Rhône, ou au bassin du Vidourle.

2. Les données des fouilles

30Dans le cadre de la fouille programmée, les vestiges de la phase 1 ont pu être reconnus sur une surface de 40 m de long d’est en ouest et de 10 à 20 m de large du nord au sud (Fig. 7, A). Ils surmontent le substrat calcaire, formé de strates compactes, très légèrement inclinées du nord vers le sud, ou parfois une mince couche de désagrégation de celui-ci. La surface de ce substrat est naturellement découpée en trois zones de différentes hauteurs : deux zones en creux, 1 à l’ouest et 3 à l’est, séparées par un banc rocheux, le secteur 2, qui les surmonte d’un dénivelé de quelque 0,80 m au maximum. Cette différence de hauteur est toutefois rarement d’une seule marche ; elle s’étage généralement selon l’épaisseur des strates calcaires (Fig. 7, B).

Fig. 7 : Fouille 1. A : plan général ; B : coupe générale ouest-est.

Fig. 7 : Fouille 1. A : plan général ; B : coupe générale ouest-est.

(dessin et DAO B. Dedet).

31Les couches de cette phase Vié-Cioutat I sont fractionnées par des murs, des tranchées de fondation et diverses fosses datant des occupations postérieures, du Ier s. av. J.-C. et du Ier s. ap. J.-C. À l’ouest, dominant le versant abrupt du plateau, elles ont été entamées par la construction du mur d’enceinte de l’oppidum, datable des environs de 100 av. J.-C. Cela empêche souvent la lecture des plans complets de ces structures et peut rendre difficile leur interprétation. Malgré cela, il est possible d’isoler un certain nombre d’espaces domestiques, d’en distinguer les caractères et la fonction, et de les classer dans le temps de l’occupation du site.

Fig. 8 : Fouille 1. L'occupation du lieu au cours des six séquences de la phase Vié-Cioutat 1.

Fig. 8 : Fouille 1. L'occupation du lieu au cours des six séquences de la phase Vié-Cioutat 1.

(dessin et DAO B. Dedet).

32Cette occupation Vié-Cioutat I apparaît assez courte. Elle s’inscrit entre le milieu du Ve et le dernier quart du IVe s. av. J.-C., soit moins d’un siècle et demi. Six grandes séquences peuvent être distinguées, dont les vestiges marquent, au demeurant, un déplacement sur le terrain au fil du temps, d’ouest en est (Fig. 8 et 9) :

Fig. 9 : Fouille 1, Secteur 1, Espaces A à F, coupe générale ouest-est.

Fig. 9 : Fouille 1, Secteur 1, Espaces A à F, coupe générale ouest-est.

(dessin et DAO B. Dedet).

  • séquence 1, au milieu du Ve s., dans le secteur 1, restes d’une habitation 1-1-A ;

  • séquence 2, durant le troisième quart du Ve s., dans le secteur 1, restes d’une habitation 2-1-B ;

  • séquence 3, au cours du dernier quart du Ve s., dans le secteur 1, plusieurs structures d’habitat 3-1-C, 3-1-D, 3-1-E, 3-1-F et 3-1-G, puis abandon de cet ensemble (3-1-G) ;

  • séquence 4, durant la première moitié du IVe s., dans le secteur 1, abandon et remblayage de l’habitation 1-1-A et installation des habitats 4-1-H et 4-1-I ; dans le secteur 3, remblayage de l’ensemble ;

  • séquence 5, durant le troisième quart du IVe s., abandon de tout le secteur 1 ; dans le secteur 2 aménagement de la structure 5-2-1 et de l’habitation 5-2-B ; continuation du remblaiement du secteur 3 ;

  • séquence 6, dans le dernier quart du IVe s., abandon de la structure 5-2-1 et de l’habitation 5-2-B, aménagement de l’habitation 6-2-C, poursuite et fin du remplissage du secteur 3.

33La description des structures et du matériel découverts sera faite dans l’ordre chronologique de ces séquences, à l’exception du remblai du secteur 3 qui sera traité à la fin.

  • 1 Dans la suite, pour chaque espace nous indiquons en note le numéro de l’US, du décapage ou de la co (...)

34Lors de la fouille, la numérotation des espaces de la phase Vié-Cioutat I, avait été soumise à celle des constructions du Ier s. ap. J.-C. Pour la clarté de cette étude, il convenait de renuméroter ces espaces de Vié-Cioutat I. Pour chacun d’eux, nous avons opté pour une désignation avec deux chiffres et une lettre : le premier chiffre indique la séquence chronologique (1 à 6), le second marque le secteur (1 à 3) et la lettre individualise l’espace (A, B, C, etc.)1.

35Le classement des différentes catégories de vases tournés, céramiques attiques, pseudo-attiques, pâtes claires dites massaliètes, grises peintes, grises monochromes, amphores étrusques et amphores massaliètes renvoie au Dicocer (Py 1993). Il en va de même de la « céramique tournée à gros dégraissant », dont nous avions défini les caractéristiques et les formes (Dedet 1978) : nous avons utilisé la nouvelle dénomination « céramique commune tournée du Languedoc oriental » du Dicocer1 qui reprend cette classification et nous l’avons ici complétée. Pour sa part, la céramique non tournée, du fait de son origine locale, a un faciès propre à ce village Vié-Cioutat. Cette production reflète les habitudes des habitants en ce domaine, une sorte de culture qui leur est propre. De ce fait, les formes de ces vases ne correspondent pas toujours à celles de la typologie de la céramique non tournée du Languedoc oriental (CNT-LOR) du Dicocer1. Cela est valable pour la céramique non tournée courante mais aussi pour une catégorie de céramique non tournée particulièrement soignée, aux formes élégantes et à la finition très bien faite, qui n’apparaît pas dans le Dicocer1 et que nous avons appelé « céramique non tournée délicate ». Nous avons donc choisi d’élaborer un classement propre aux vases non tournés de Vié-Cioutat (voir infra, § 3.3.1.A, 3.3.1.B et 3.3.1.C), en veillant cependant à donner, chaque fois que possible, la référence correspondante, ou la plus voisine, du Dicocer1 (dans ce classement VC = Vié-Cioutat, U = Urne, C = Coupe, coupelle et jatte, D = non tournée délicate). Pour les bords et les fonds de ces vases nous utilisons la classification parue en 1975 (Dedet, Py 1975).

2.1. Séquence 1, l’habitation 1-1-A, du milieu du Ve s. av. J-C

Fig. 10 : Fouille 1, Secteur 1, Espaces A, B et C, coupe sud-nord.

Fig. 10 : Fouille 1, Secteur 1, Espaces A, B et C, coupe sud-nord.

(dessin et DAO B. Dedet).

  • 2 US I1-M1-SD-c10.
  • 3 US I1-M1-SD-c12.

36L’habitation 1-1-A est marquée par un sol2 qui a pu être fouillé sur une surface de 16 m2, aménagé sur la mince couche d’argile jaune de décalcification du substrat rocheux3 (Fig. 10). Différents éléments marquent bien ce sol : un foyer construit (FY1), deux pots non tournés, écrasés sur environ 1 m2 à quelque 2 m au sud (Fig. 11, 12, 13, n° A et B et Fig. 16, n° 1 et 2), une petite urne non tournée posée à 1,50 m au sud-ouest (Fig. 11 et Fig. 16, n° 4), ainsi que des tessons, des os d’animaux et de petites pierres, éparpillés en position horizontale sur l’ensemble de la surface. Sa seule limite perceptible est constituée au sud par un segment de mur M1.

Fig. 11 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 1-1-A, sol (us 1-1D-c10).

Fig. 11 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 1-1-A, sol (us 1-1D-c10).

(dessin et DAO B. Dedet).

37Ce mur M1 est conservé sur 1 m de long et son tracé est rectiligne (Fig. 11, 12 et 13). Si son extrémité occidentale est ici atteinte, en revanche son extrémité orientale n’est pas connue du fait de la limite de la fouille. Ce tronçon est composé d’une assise de pierres plates, de petites dimensions (20 x 10 x 5 cm), liées avec de la terre, parementée sur sa face nord.

Fig. 12 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 1-1-A, sol (us 1-1D-c10).

Fig. 12 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 1-1-A, sol (us 1-1D-c10).

Vue générale cavalière, prise de l'ouest (cliché B. Dedet).

38Le foyer FY1, partiellement mis au jour à cause de sa situation en limite de la fouille à ce niveau, se compose d’une semelle de petites dalles de calcaire local, recouverte d’une chape d’argile dont la surface supérieure, lissée, ne paraît pas avoir été décorée. Cette dernière mesure environ 0,70 m de diamètre ou de côté.

Fig. 13 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 1-1-A, sol (us 1-1D-c10).

Fig. 13 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 1-1-A, sol (us 1-1D-c10).

A : vue générale prise du nord ; B : détail des vases écrasés 5 et 12 (l'échelle mesure 20 cm) (clichés B. Dedet).

  • 4 US I1-M1-SD-c11.

39Un mètre au nord de ce foyer s’ouvre une petite fosse (Fo1), de plan grossièrement arrondi, de 0,4 à 0,5 m de diamètre à l’ouverture, et de 0,09 m de profondeur4. Creusée dans la couche de décalcification du substrat, ses parois sont inclinées en pente douce et son fond est arrondi. Outre un tesson non tourné, elle renferme un grand nombre d’os se rapportant, au moins, à trois jeunes ou très jeunes ovi-caprinés, l’un d’eux n’étant âgé que de quelques jours (Fig. 14). Ces restes sont exempts de toute trace de découpe ou de marque de feu, mais ne présentent aucune connexion anatomique. Ils sont enrobés par le sédiment comblant la fosse, argileux au nord et incluant cinq petites pierres de faible épaisseur, mais cendreux et charbonneux au sud. Cette fosse apparaît contemporaine du sol 1. Il semblerait qu’elle ait été creusée expressément pour recevoir ces restes animaux, et dans ce cas, on pour- rait y voir autre chose qu’un simple rejet culinaire, peut- être un dépôt à vocation rituelle.

Fig. 14 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 1-1-A, fosse FO1 (us 1-1D-c11).

Fig. 14 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 1-1-A, fosse FO1 (us 1-1D-c11).

Vue en cours de fouille (cliché B. Dedet).

Le matériel céramique (Fig. 15)

Fig. 15 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 1-1-A (us 1-1D-c10), vers 450 av. J.-C.

Fig. 15 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 1-1-A (us 1-1D-c10), vers 450 av. J.-C.

Tableau statistique et typologique des céramiques.

40Céramique non tournée : 183 tessons dont 8 urnes et 6 coupes.

Fig. 16 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 1-1-A (us 1-1D-c10), vers 450 av. J.-C.

Fig. 16 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 1-1-A (us 1-1D-c10), vers 450 av. J.-C.

Céramiques non tournées (dessins B. Dedet).

  • Urne de forme VC-U1a : 2 exemplaires en partie reconstituables (manquent la partie inférieure de la panse et le fond) (Fig. 16, n° 1 et 2). Forme, style et facture sont semblables : panse haute, col haut convergent à bord divergent et lèvre C01/C03, décor en registre horizontal au contact col panse, surface polie sur le col, grossièrement lissée sur la panse. Seuls varient les dimensions et le décor. La plus importante (diam. max. de la panse : 300 mm) est décorée d’une rangée d’impressions ovalaires obliques, alternativement à gauche et à droite, entre deux lignes droites horizontales largement incisées (Fig. 16, n° 1). L’autre, d’un module plus réduit (diam. max. de la panse : 240 mm), est ornée d’un double alignement d’impressions de l’extrémité d’une baguette (Fig. 16, n° 2). Ces deux urnes peuvent entrer dans la catégorie CNT-LOR U5a1.

  • Urne de forme VC-U6b : petite urne dont il ne manque que le fond (Fig. 16, n° 4). Panse surhaussée, sans col, bord retroussé à lèvre G01, fond plat ou creux, surfaces uniformément lissées, pas de décor. Haut. : 80 mm ; diam. max. panse : 74 mm. Forme proche de la catégorie CNT-LOR U6a3.

  • Urne de forme indéterminée : 2 bords C01 et 1 bord C03 ; 3 contacts col-panse décorés d’un registre horizontal comportant des impressions, en coin de règle (Fig. 16, n° 3) ou pyramidales, ou bien des coups incisés étroits et obliques.

  • Coupe de forme VC-C1a : 2 exemplaires, panse arrondie-convexe et bord divergent E01 et E03 (peuvent entrer dans CNT-LOR C1).

  • Coupe de forme VC-C1b : 1 exemplaire, panse arrondie-convexe et bord parallèle F01 (peut entrer dans CNT-LOR C1).

  • Jatte de forme VC-C1c : 1 exemplaire, panse arrondie-convexe et bord convergent I05 (Fig. 16, n° 6) (peut entrer dans CNT-LOR C2).

  • Coupe-couvercle de forme VC-C4 : 1 exemplaire tronconique, avec bord C01 (Fig. 16, n° 5) (peut entrer dans CNT-LOR V2b).

  • Jatte de forme VC-C5 : 1 exemplaire, bord D07 orné, sur le dessus de la lèvre, de coups incisés étroits, obliques par rapport au rayon (CNT-LOR J1d).

41Céramiques tournées fines : 56 tessons.

42Céramique commune tournée du Languedoc oriental : 44 tessons (15,4 % du total céramique et 78,6 % de la céramique tournée fine). Moitié supérieure d’une urne de forme CCT-LOR 1b, décorée de deux traits horizontaux tracés au brunissoir sur la zone de diamètre maximum de la panse (Fig. 17, n° 1) ; 2 bords et 2 fonds de 2 à 4 autres urnes de même forme (Fig. 17, n° 2, 3 à 5).

Fig. 17 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 1-1-A (us 1-1D-c10), vers 450 av. J.-C.

Fig. 17 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 1-1-A (us 1-1D-c10), vers 450 av. J.-C.

Céramique commune tournée du Languedoc oriental (n° 1 à 5), céramique à pâte claire (n° 6 à 9), pierre (n° 10 et 11) (dessins B. Dedet).

43Céramique à pâte claire de type massaliète : 10 tessons (17,5 % de la céramique tournée fine). 4 tessons de coupes à anses à décor de bandes peintes, dont 1 bord de coupe de tradition B2 (CL-MAS 423) (Fig. 17, n° 8). 6 tessons de vases fermés du type cruche ou urne dont 1 bord et 5 panses à décor de bandes peintes, horizontales ou ondulées (Fig. 17, n° 6, 7 et 9).

44Céramique grise monochrome : 2 tessons informes de pâte du groupe 3 (3,6 % de la céramique tournée fine).

45Amphore

46Amphore massaliète : 47 tessons dont 1 anse.

47Autres objets

  • Pendeloque en pierre marbrière schistoïde de provenance alluviale (possiblement le Gardon d’Alès, distant de 6 km) (Fig. 17, n° 10). Façonnage essentiellement par abrasion ; trou de suspension percé à partir des deux faces à l’aide d’un foret à pointe lancéolée, probablement en silex. Haut. : 7,15 cm ; l. : 3,2 cm ; ép. : 1,15 cm.

  • Galet de silex gris clair, aplati et presque circulaire, utilisé probablement comme percuteur : un négatif d’enlèvement d’éclat cortical sur une des deux faces aplaties (Fig. 17, n° 11). L. : 8,2 cm ; l. : 7,1 cm ; ép. : 4,15 cm.

48Interprétation : Intérieur de maison ou cour domestique ? Il est difficile de se prononcer, cependant la présence de plusieurs vases culinaires écrasés en place plaide en faveur de la première hypothèse. Dans ce cas, le mur M1 pourrait appartenir au solin de base de la paroi méridionale de cet espace.

2.2. Séquence 2, l’habitation 2-1-B, troisième quart du Ve s. av. J-C

  • 5 US I1-M1-SD-c9.

49L’espace domestique 2-1-B a pu être fouillé également sur une surface de 16 m2. Il est marqué par une couche de sédimentation anthropique5, toujours bordée au sud par le mur M1 et au nord, à 4,10 m de M1 et grossièrement parallèle à lui, par un autre mur M2, installé sur le sol de 1-1-A, tandis qu’à l’ouest et à l’est, du fait des structures postérieures, les limites ne sont pas connues (Fig. 18).

Fig. 18 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 2-1-B (us 1-1D-c9), 450-425 av. J.-C.

Fig. 18 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 2-1-B (us 1-1D-c9), 450-425 av. J.-C.

Plan (dessin et DAO B. Dedet).

  • 6 US I1-M1-SD-c8.

50Le mur M2, très légèrement courbe, est conservé sur 3 m de long (Fig. 12 et 18). Ses extrémités ne sont pas connues, de même que sa largeur qui excède 1 m. Vers le sud, il possède un parement de deux assises de pierres de dimensions moyennes (25 à 40 x 20 cm), légèrement inclinées vers l’extérieur. Ce parement retient un blocage de pierres présentant des modules, des pendages et des orientations divers, sur une largeur de 0,90 à 1 m. Ce blocage6 inclut sur environ 2 m2 de superficie, avec une terre cendreuse gris sombre, 9 fragments de sole de foyer détruit et 96 petits tessons de poteries (céramique non tournée : 82 tessons ; dolium : 2 tessons ; céramique commune tournée du Languedoc oriental : 6 tessons ; céramique à pâte claire de type massaliète : 2 tessons ; amphore massaliète : 4 tessons). Ces vestiges doivent provenir de couches antérieures à cet espace.

51Entre ces deux structures prend place une couche peu épaisse de sédimentation d’habitat, formée par un sédiment argileux enfermant de petits nodules d’argile et de petites pierres de calcaire local, des graines carbonisées d’orge et de blé en petite quantité, plusieurs portions de vases non tournés cassés sur place, une coupelle presque complète, retrouvée entre deux pierres (Fig. 20, n° 3), ainsi qu’un mobilier fragmentaire abondant.

52Le matériel céramique (Fig. 19)

Fig. 19 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 2-1-B (us 1-1D-c9), 450-425 av. J.-C.

Fig. 19 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 2-1-B (us 1-1D-c9), 450-425 av. J.-C.

Tableau statistique et typologique des céramiques.

53Céramique non tournée : 563 tessons, dont 9 urnes et 20 coupes.

Fig. 20 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 2-1-B (us 1-1D-c9), 450-425 av. J.-C.

Fig. 20 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 2-1-B (us 1-1D-c9), 450-425 av. J.-C.

Céramique non tournée (n° 1 à 4 et 6), non tournée délicate (n° 5), pâte claire (n° 7 à 10), commune tournée du Languedoc oriental (n° 11 et 12), terre cuite (n° 13), pierre (n° 14), bronze (n° 15) (dessins B. Dedet).

  • Urne de forme indéterminée : 1 col haut convergent à bord divergent C01 (Fig. 20, n° 1) ; 6 bords divergents à lèvre aplatie (C03 : 5 ex.) ou arrondie (C01 : 1 ex.) ; 3 contacts col-panse décorés d’une rangée horizontale d’impressions en coin de règle (Fig. 20, n° 2), de coups de peigne obliques alternativement à gauche et à droite, ou d’impressions en demi-cercle ; 4 fonds plats (12A : 2 ex. ; 12B : 1 ex. ; 13A : 1 ex.).

  • Coupe de forme VC-C1a : 1 coupelle complète à panse arrondie-convexe, bord divergent E04 et fond ombiliqué, surfaces extérieures et intérieures toutes deux soigneusement lissées (diam. ouv. : 95 mm ; haut. : 38 mm), échancrure de 15 mm de largeur aménagée après cuisson sur le bord pour verser (Fig. 20, n° 3) (peut entrer dans CNT-LOR C5c) ; 6 autres exemplaires à bord divergent (E01 : 3 ex. ; E04 : 2 ex. ; E02 : 1 ex.).

  • Coupe de forme VC-C1b : 3 exemplaires à bord parallèle (F01 : 2 ex. ; F04 : 1 ex.) (peut entrer dans CNT-LOR C5c).

  • Coupe de forme VC-C1c : 5 exemplaires à bord convergent (I05 : 4 ex. ; I01 : 1 ex.) (Fig. 20, n° 4) (CNT- LOR C5d).

  • Coupe-couvercle de forme VC-C4 : 2 exemplaires tronconiques à bord dans le prolongement de la panse, (D01 ou D03) (CNT-LOR V2).

  • Jatte de forme VC-C5 : 2 exemplaires grossiers, à bord E04 ou E07, décorés de coups incisés obliques par rapport au rayon, sur le dessus de la lèvre (CNT-LOR J1d).

  • Céramique non tournée délicate, à surface polie : 1 bord C03 d’urne VC-D4 (Fig. 20, n° 5).

  • Faisselle : un fond de coupe à pied annulaire bas porte des perforations de 1 mm environ de diamètre, faites avant cuisson, et a pu servir de faisselle (Fig. 20, n° 6).

54Dolium : 4 tessons.

55Céramiques tournées fines : 33 tessons.

56Céramique commune tournée du Languedoc oriental (CCT-LOR) : 23 tessons (69,7 % de la céramique tournée fine). Une coupe de forme 6 dont il manque le fond, recouverte d’un engobe crème et décorée de bandes peintes horizontales de couleur rouge orangé (Fig. 20, n° 11) ; 1 fond plat d’urne (Fig. 20, n° 12).

57Céramique pseudo attique : 1 tesson de coupe de forme non précisable (0,1 % du total céramique et 3 % de la céramique tournée fine).

58Céramique à pâte claire de type massaliète : 8 tessons (24,2 % de la céramique tournée fine). 1 bord de coupe de tradition B2 à lèvre courte, large bande peinte en rouge sous le bord à l’extérieur, intérieur peint (proche de CL-MAS 427) (Fig. 20, n° 7). 1 tesson d’épaulement d’urne avec bandes horizontales peintes en rouge (CL-MAS 513 ou 514) (Fig. 20, n° 8). 3 tessons de panses de vases fermés, cruches ou urnes, à décor peint de bandes horizontales et de cercle pointé, de couleur ocre rouge ou brun rouge (Fig. 20, n° 9 et 10). 3 tessons de forme non déterminée, dont deux peints.

59Céramique grise monochrome : 1 tesson informe de pâte du groupe 3 (3 % de la céramique tournée fine).

60Amphore

61Amphore massaliète : 74 tessons informes.

62Autres objets

  • Moitié de bracelet en bronze, fin, non décoré (ouvert ? fermé ?) (Fig. 20, n° 15) ; section triangulaire de 4 mm de largeur et 3,2 mm d’épaisseur ; diam. intérieur : 42 mm. La courbure ne paraît pas déformée et dans ce cas, cet objet pourrait avoir été destiné à un enfant.

  • Rondelle découpée dans un tesson de panse d’urne non tournée ; diam. : 48 à 51 mm (Fig. 20, n° 13). 5 morceaux de la partie dormante d’une meule à va-et-vient en schiste gréseux, provenant de la vallée du Gardon ou des Cévennes. Une face présente une usure concave d’au moins 4 mm. Dimension maximum conservée : 100 mm (Fig. 20, n° 14).

  • Partie mobile de meule à va-et-vient, de même matière que la partie dormante ci-dessus.

63Carpologie (déterminations J. Erroux)

  • 5 grains d’orge dont un seul mesurable (6 x 3 x 2 mm), appartenant à l’orge polystique vêtue.

  • 9 grains de blé, dont 3 longs (étroits) d’amidonnier (Triticum dicoccum) (5 x 2,9 x 2 ,8 mm ; 5,6 x 3 x 3 mm ; 5,5 x 2,8 x 3 mm) et 2 courts (larges) (6 x 3,6 x 3,5 mm, grain gonflé ; 5,2 x 3,3 x 2,8 mm).

  • 10 débris charbonneux provenant probablement de grains d’orge et de blé mais indéterminables.

64Interprétation

65L’espace 2-1-B correspond-il à l’intérieur d’une maison ou à une cour domestique ? Ici aussi l’interprétation est délicate, mais la dissemblance des deux murs ne permet peut-être pas de les associer au même édifice. Il semblerait donc plutôt s’agir d’un espace entre deux constructions différentes, un lieu contigu à des maisons toutefois, comme une cour domestique, car le matériel recueilli évoque tout à fait les activités liées à l’habitat et à la préparation de la nourriture.

2.3. Séquence 3, un ensemble de structures d’habitat 3-1-C, 3-1-D, 3-1-E et 3-1-F, du dernier quart du Ve s. av. J.-C

66Cet ensemble de structures contemporaines, parois, foyer et sol, a pu être fouillé sur une superficie de 30 m2, entrecoupée par les constructions postérieures datant des environs de 100 av. J.-C. Les portions de parois découvertes, murs M2, M3, M4 et M5 et trous de poteaux TP1 et TP2, découpent ce lieu en trois espaces : une cour à l’ouest (3-1-C), une probable habitation au sud-est (3-1-D), et une cour ou une aire de circulation au nord-est (3-1-E). Cette dernière se poursuit vers l’est, dans l’aire B (Fig. 21).

Fig. 21 : Fouille 1, Secteur 1, Habitations 3-1-C, 3-1-D et 3-1-E, 425-400 av. J.-C.

Fig. 21 : Fouille 1, Secteur 1, Habitations 3-1-C, 3-1-D et 3-1-E, 425-400 av. J.-C.

Plan d'ensemble (dessin et DAO B. Dedet).

2.3.1. La cour 3-1-C

67La cour 3-1-C est un espace quadrangulaire, bordé au nord, au sud et à l’est par des murs mais dont la délimitation occidentale reste méconnue. Elle mesure entre 4 m et 4,80 m du nord au sud, et au moins 6 m d’est en ouest. Bien sûr, vers l’est, un doute subsiste puisque tout un secteur surmonté par des murs se rapportant aux phases Vié-Cioutat II et III n’a pas pu être fouillé. L’existence d’une paroi à cet endroit semble cependant peu probable car plusieurs tessons des mêmes vases ont été découverts de part et d’autre de ce secteur méconnu. Sur cet espace d’au moins 24 m2, 15 m2 ont pu être fouillés (Fig. 21).

68Le mur M2, existant déjà dans la séquence 2, sert toujours de limite vers le nord. Entre 4 m et 4,8 m de distance au sud, est construit le mur M3, surmontant le mur 1 antérieur. Ce mur M3, visible sur toute la largeur de l’espace fouillé, ici sur 2,10 m, est construit en moellons calcaires bruts d’extraction et de module hétérogène, des blocs de 60 cm de côté avoisinant avec des pierres de 25 cm d’arête. Il comprend deux parements déliaisonnés, dont l’espace central est colmaté par de la terre et de petites pierres.

69À l’est, le mur M4, d’orientation nord-sud, comprend une seule assise parementée des deux côtés. Il est construit avec des pierres calcaires locales brutes d’extraction de forme triangulaire, dont une base constitue la face de parement, tandis que le sommet opposé est placé vers l’intérieur du mur et s’imbrique avec les pierres de l’autre parement. Sa largeur varie de 0,50 à 0,60 m. Il comprend deux segments sur une longueur totale de 2,35 m, séparés par une porte de 1,40 m de largeur, dont les deux piédroits sont bien marqués.

Fig. 22 : Fouille 1, Secteur 1, Habitat 3-1-C, foyer F2, 425-400 av. J.-C.

Fig. 22 : Fouille 1, Secteur 1, Habitat 3-1-C, foyer F2, 425-400 av. J.-C.

A : plan ; B : sole ; C : sole en cours de fouille ; D : semelle (dessin et clichés B. Dedet).

  • 7 US I1-M1-SD-c7 et US I1-M1-SC/4-c9.

70Le sol est matérialisé par plusieurs grandes lauzes calcaires, certaines mesurant 80 sur 45 cm, posées horizontalement ou en léger pendage vers le centre de l’espace7. Un foyer (FY2) est aménagé dans l’ouverture du mur M4, contre le piédroit septentrional (Fig. 21 et 22). Il se compose d’une sole d’argile à surface lissée, non décorée, conservée sur une aire à peu près circulaire de 0,80 m de diamètre, reposant sur une semelle formée de 37 morceaux de panse de dolium et 9 petites pierres plates, tous ces éléments étant peu serrés. Tout à côté, au sud, se trouvent des restes de branches carbonisées (Fig. 23). Le matériel découvert posé sur ce sol est peu abondant. Y figurent, en particulier, une coupe non tournée entière, la partie antérieure d’un chenet modelé en terre cuite et une pierre gravée, ainsi que 12 morceaux de sole lissée de foyer (Fig. 21 et 24).

Fig. 23 : Fouille 1, Secteur 1, Habitat 3-1-C, 425-400 av. J.-C.

Fig. 23 : Fouille 1, Secteur 1, Habitat 3-1-C, 425-400 av. J.-C.

A et B : branches carbonisées à proximité du foyer F2 (sol us 1-2A-c9) (clichés B. Dedet).

71Plusieurs indices laissent penser qu’il s’agit ici d’un espace non couvert, entre des habitations : les deux M2 et M3 qui montrent une légère courbure opposée l’une à l’autre, les différences dans la manière de construire les trois murs découverts, la présence d’un dallage partiel permettant d’éviter le contact avec un sol boueux par temps de pluie, et enfin la rareté du mobilier découvert.

Fig. 24 : Fouille 1, Secteur 1, Habitat 3-1-C (us 1-1D-c7), 425-400 av. J.-C.

Fig. 24 : Fouille 1, Secteur 1, Habitat 3-1-C (us 1-1D-c7), 425-400 av. J.-C.

A : vue générale prise du sud ; B : détail de la partie antérieure du chenet lors de sa découverte (l'échelle mesure 20 cm). C : pierre gravée, (l'échelle mesure 20 cm) (clichés B. Dedet).

Le matériel céramique (Fig. 25)

Fig. 25 : Fouille 1, Secteur 1, Cour 3-1-C (us 1-1D-c7), 425-400 av. J.-C.

Fig. 25 : Fouille 1, Secteur 1, Cour 3-1-C (us 1-1D-c7), 425-400 av. J.-C.

Tableau statistique et typologique des céramiques.

72Céramique non tournée : 83 tessons.

  • Urne indéterminée : 1 contact col-panse orné d’une rangée horizontale d’impressions en coin de règle ; 2 fonds plats.

  • Coupe de forme VC-C1a : 1 coupelle complète à panse arrondie-convexe, bord divergent E01, munie d’une anse en ruban horizontale juste sous le bord, fond à pied bas, surface extérieure soigneusement lissée, surface intérieure moins bien lissée (diam. ouv. : 100 mm ; haut. : 44 mm) (Fig. 26, n° 4) (pourrait correspondre à CNT-LOR C1c mais avec une anse) ; 1 exemplaire à panse arrondie-convexe et bord divergent avec lèvre épaissie E07 (CNT-LOR C1).

  • Coupe de forme VC-C1b : 1 exemplaire à panse arrondie-convexe et bord parallèle F01 (CNT-LOR C1).

  • Coupe de forme VC-C1c : 2 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord convergent I01 ou I08 (CNT-LOR C2).

  • Coupe-couvercle de forme VC-C4 : 1 fond à pied bas d’un exemplaire à panse tronconique (Fig. 26, n° 5) (CNT- LOR V2).

  • Jatte de forme VC-C5 : 1 jatte grossière à bord E07 décoré de coups incisés obliques sur le dessus de la lèvre (Fig. 26, n° 2) ; une oreille de préhension, ornée de coups incisés obliques sur son arête ; 1 jatte grossière à bord E04 équipé d’un bec verseur, avec décor de larges coups incisés obliques sur la lèvre aplatie (Fig. 26, n° 8) (CNT- LOR J1f) ; 1 exemplaire à bord rectiligne D04 décoré de coups incisés étroits et obliques sur la lèvre aplatie.

  • Coupe indéterminée : 1 bord D07.

  • Urne ou coupe : 1 fond plat. Céramiques tournées fines : 10 tessons.

Fig. 26 : Fouille 1, Secteur 1, Habitat 3-1-C (us 1-1D-c7), 425-400 av. J.-C.

Fig. 26 : Fouille 1, Secteur 1, Habitat 3-1-C (us 1-1D-c7), 425-400 av. J.-C.

Céramique à pâte claire (n° 1 et 3), non tournée (n° 2, 4, 5 et 8), terre cuite (n° 6), pierre (n° 7) (dessins B. Dedet).

73Céramique commune tournée du Languedoc oriental (CCT-LOR) : 4 tessons informes (40 % de la céramique tournée fine).

74Céramique à pâte claire de type massaliète : 5 tessons (50 % de la céramique tournée fine). 1 fragment de panse de coupe à anses de tradition B2, intérieur entièrement peint en ocre rouge, gouttes de peinture marron à l’extérieur sur le dessus de l’attache de l’anse (CL-MAS 423 ou 426 ; datation : 575-475 ou 475-375) (Fig. 26, n° 3) ; 1 fond et 2 tessons de panse de vases fermés, cruches ou urnes, dont 1 à décor peint d’une bande horizontale rouge (Fig. 26, n° 1).

75Céramique grise monochrome : 1 tesson informe, groupe non attribuable (10 % de la céramique tournée fine).

76Amphore

77Amphore massaliète : 5 tessons informes.

78Autres objets

    • Partie antérieure de chenet modelé en terre cuite (Fig. 26, n° 6). Tête recourbée et amincie, ornée sur le dessus de deux sillons longitudinaux, yeux figurés par deux cercles imprimés, bouche marquée par une dépression, faces latérales portant des chevrons incisés largement avant séchage ; pas de décor sur le poitrail (haut. max. : 67 mm ; L. cons. : 166 mm).

    • Dalle de calcaire local (Hauterivien), issue d’une strate superficielle ; haut : 320 mm ; l. max. : 16 mm ; ép. : 60 mm. Sa forme, allongée et irrégulière, est naturelle. L’une des grandes faces est gravée d’un réseau de traits à peu près droits, orthogonaux, délimitant des bandes et des rectangles, deux de ceux-ci étant occupés par des diagonales (Fig. 26, n° 7). Selon J.-C. Bessac, la gravure est très probablement exécutée avec un éclat de pierre dure, genre silex, utilisé en percussion posée sur un tranchant, un type de travail de la pierre bien connu en milieu indigène, au milieu de l’âge du Fer en Languedoc.

2.3.2. Une possible habitation 3-1-D

79Le secteur 3-1-D est délimité à l’ouest par le mur M4 qui le sépare de la cour 3-1-C, et au nord par le segment de mur M5. L’extrémité méridionale n’est pas connue, pas plus que la limite orientale qui a dû disparaître du fait d’un substrat calcaire plus haut dans cette direction. Cet espace a été fouillé sur une surface de 9 m2 (Fig. 21, 27 et 28).

Fig. 27 : Fouille 1, Secteur 1, Habitat 3-1-C, 3-1-D et 3-1-E, 425-400 av. J.-C.

Fig. 27 : Fouille 1, Secteur 1, Habitat 3-1-C, 3-1-D et 3-1-E, 425-400 av. J.-C.

Coupe sud-nord (dessin et DAO B. Dedet).

80Orienté est-ouest, le mur M5 n’est conservé que sur 0,80 m de long. Sa largeur mesure 0,40 m. Ce muret est construit selon deux parements déliaisonnés de moellons rectangulaires de calcaire local, bruts d’extraction, disposés en long par rapport à l’axe du mur. Il compte trois assises, avec des pierres plus épaisses à la base, surmontées de plaquettes plus minces. Ces pierres sont liées avec de la terre et de la pierraille. L’extrémité du mur M4 n’est pas liée au muret M5 ; son interruption ménage un intervalle de 10 cm avec le parement de ce dernier. Leur jonction forme un angle presque droit (97°), mais montre un manque dans le parement de M4 correspondant peut-être à l’emplacement d’une pierre, où prend place un petit tas de cendre pure.

Fig. 28 : Fouille 1, Secteur 1, Habitat 3-1-C, 3-1-D et 3-1-E, 425-400 av. J.-C.

Fig. 28 : Fouille 1, Secteur 1, Habitat 3-1-C, 3-1-D et 3-1-E, 425-400 av. J.-C.

A : vue d'ensemble prise du nord-est ; B : espace 3-1-E (M1-1C-c9) (échelle en dm ; VC II et VC III = murs plus récents, des phases Vié-Cioutat II et III) (clichés B. Dedet).

  • 8 US I1-M1-SC/2-c9.

81Le sol de cet espace, fouillé sur une surface de 9 m2, est implanté directement sur la couche d’argile jaune de décalcification du substrat rocheux. Il est recouvert par une couche de sédimentation anthropique composée d’une terre gris noir, localement très cendreuse, incluant de très nombreux petits fragments de charbon de bois et de petits éclats calcaires8. Le mobilier céramique est abondant mais très fragmenté. Les tessons de vases, de pendage presque toujours horizontal, ne présentent que de très rares connexions. Il s’agit presque toujours de tessons de vases divers, éparpillés. Hormis 16 scories de fer, les autres objets sont très rares.

82En l’absence d’aménagement caractéristique, la détermination de la fonction de ce lieu reste problématique. Malgré la présence de scories de fer, pour un poids total de 240 g, ainsi que celle, dans la couche de destruction de cet espace, d’un morceau de métal brut ferreux enveloppé dans de la scorie, il ne semble pas que le lieu ait servi d’espace de forge. La présence d’une porte dans le mur M4 assurant la communication avec une cour pourrait indiquer un secteur d’habitation.

Le matériel céramique (Fig. 29)

Fig. 29 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 3-1-D (us 1-1D-c9), 425-400 av. J.-C.

Fig. 29 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 3-1-D (us 1-1D-c9), 425-400 av. J.-C.

Tableau statistique et typologique des céramiques.

83Céramique non tournée : 342 tessons (85 % du total céramique), dont 10 urnes et 19 coupes.

    • Urne de forme indéterminée : 1 col haut parallèle à profil concave avec bord à méplat intérieur C12 (Fig. 30, n° 1) ; 4 bords C01, 4 bords C03, 1 bord D04 ; 5 morceaux de contact col-panse ornés d’une rangée horizontale de coups incisés larges, soit horizontaux (2 ex.), soit obliques à gauche (1 ex.), ou bien d’une rangée horizontale d’impressions en arc de cercle (2 ex.) ; 6 fonds plats.

    • Coupe et jatte de forme VC-C1a : 10 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord divergent E01 (5 ex.), E03 (2 ex.), E04 (2 ex.) et E07 (1 ex.) (entre dans CNT-LOR C1).

    • Coupe et jatte de forme VC-C1c : 6 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord convergent I01 (3 ex.), I04 (2 ex.) ou I05 (1 ex.) (Fig. 30, n° 2) (entre dans CNT-LOR C1).

    • Jatte de forme VC-C3 : 2 exemplaires à bord à méplat horizontal et lèvre arrondie B01 (Fig. 30, n° 3) ou amincie B09.

84- Jatte de forme VC-C5 : 1 exemplaire grossier à bord D03 décoré sur le dessus de la lèvre de coups incisés étroits et obliques.

85Céramique non tournée délicate, à surface polie :

863 tessons d’un vase caréné de forme VC-D4, portant un décor en « arêtes de poisson », gravé avant cuisson (Fig. 30, n° 4).

87Céramiques tournées fines : 24 tessons.

88Céramique commune tournée du Languedoc oriental (CCT-LOR) : 1 tesson (4,2 % de la céramique tournée fine) : pied haut tronconique de coupe (Fig. 30, n° 5).

89Céramique pseudo-attique : 1 tesson de forme non identifiable (4,2 % de la céramique tournée fine).

90Céramique à pâte claire de type massaliète : 20 tessons (83,3 % de la céramique tournée fine). 1 coupe à carène médiane arrondie, décorée de bandes peintes brun rouge ou marron sombre, avec, à l’extérieur, superposition de filets marron sombre sur une large bande brun rouge (pourrait relever de la forme CL-MAS 453, mais son caractère incomplet ne permet pas de savoir si ce vase était pourvu d’une anse verticale) (Fig. 30, n° 6). Un bord de tasse à carène avec arrachement supérieur d’une anse verticale bifide (CL-MAS 453). Trois bords d’urnes ou de cruches (Fig. 30, n° 7 et 8).

Fig. 30 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 3-1-D, couche c9, 425-400 av. J.-C.

Fig. 30 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 3-1-D, couche c9, 425-400 av. J.-C.

Céramique non tournée (n° 1 à 4), commune tournée du Languedoc oriental (n° 5), pâte claire (n° 6 à 8), amphore massaliète (n° 9), bronze (n° 10), fer (n° 11) (dessin et DAO B. Dedet).

91Céramique grise monochrome : 2 tessons informes des groupes 3 ou 9, dont un décoré d’une onde incisée (8,3 % de la céramique tournée fine).

92Amphore

93Amphore massaliète : 36 tessons (9 % du total céramique) dont une anse et un bord A-MAS bd5 (Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, 144-181) (Fig. 30, n° 9).

94Autres objets

    • Morceau de fibule en bronze, pied relevé à bouton conique (Fig. 30, n °10).

    • 16 scories de fer (Fig. 30 n °11) ; poids : 240 g.

2.3.3. Une possible aire de circulation 3-1-E

95L’aire 3-1-E est comprise entre le mur M5 au sud et le mur M6 au nord. Ces deux structures parallèles, orientées est-ouest, sont distantes de 1,90 m. Elles déterminent une aire dont les limites orientale et occidentale ne sont pas connues dans l’espace fouillé, soit sur une longueur de 3,2 m (Fig. 21, 27 et 28).

96Le mur M6, conservé sur 1,6 m de long, est large de 0,45 à 0,50 m. Comme le mur M5, il est formé de deux parements déliaisonnés de moellons rectangulaires de calcaire local, bruts d’extraction, placés en long par rapport à l’axe de la structure et liés avec de la terre. Il ne comporte cependant qu’une seule assise. Contre son parement méridional, se trouve un dispositif de calage de poteau formé de cinq pierres plantées, verticales ou obliques, qui déterminent un trou central triangulaire de 8 cm sur 12 cm (TP1). Ces deux structures semblent correspondre au solin et à l’un des poteaux d’une paroi en matériau périssable.

97Implanté directement sur la couche d’argile jaune de décalcification du substrat, le sol de base, fouillé sur une surface de 6 m2, ne se différencie pas de celui de l’espace 3-1-D. Il est recouvert par une couche de sédimentation d’origine anthropique composée d’une terre gris sombre cendreuse, incluant de nombreux petits fragments de charbon de bois et de petits éclats calcaires. Ici aussi le mobilier céramique est abondant mais, sauf l’exception d’une portion d’urne non tournée écrasée sur place, il s’agit de tessons divers et dispersés. Les objets non céramiques sont très rares.

98Ici encore, l’interprétation de ce lieu ne peut être qu’hypothétique. Les deux murs M5 et M6 semblent bien appartenir à deux constructions différentes. Leur parallélisme strict et la faible distance les séparant, 1,90 m seulement, font penser à un axe de circulation entre deux constructions.

Le matériel céramique (Fig. 31)

Fig. 31 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 3-1-E (us 1-1D-c9), 425-400 av. J.-C.

Fig. 31 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 3-1-E (us 1-1D-c9), 425-400 av. J.-C.

Tableau statistique et typologique des céramiques.

99Céramique non tournée : 597 tessons, dont 15 urnes et 18 coupes.

    • Urne de forme VC-U1a : partie supérieure d’un exemplaire avec col haut convergent, bord divergent C03, contact col-panse orné d’un rang horizontal de coups incisés obliques à gauche, surface polie sur le col, grossièrement lissée sur la panse (diam. max. de la panse : 140 mm) (Fig. 32, n° 1) (proche de CNT-LOR U5a1).

    • Urne de forme indéterminée : 10 bords C01, 4 bords C03 ; 8 morceaux de contact col-panse ornés d’une rangée horizontale de coups incisés étroits, alternativement à gauche et à droite (1 ex.), ou larges et obliques à gauche, sur cordon (1 ex.), ou bien d’une rangée d’impressions en demi-cercles, soit horizontaux (5 ex.), soit obliques (1 ex.), ou encore verticaux (1 ex.) ; 4 fonds plats.

    • Coupe de forme VC-C1a : 2 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord divergent E01 (CNT-LOR C1).

    • Coupe de forme VC-C1b : 1 exemplaire à panse arrondie-convexe et bord parallèle F04 (CNT-LOR C1).

    • Coupe de forme VC-C1c : 11 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord convergent I05 (5 ex.) (Fig. 32, n° 2) (CNT-LOR C2a), I01 (4 ex.) ou I09 (2 ex.).

    • Coupe-couvercle de forme VC-C4 : 1 exemplaire à panse légèrement convexe et bord E01/E04 (Fig. 32, n° 3) (CNT- LOR V2a3) et 2 exemplaires à bord D03 ou D04.

    • Jatte de forme VC-C5 : 1 exemplaire grossier à bord D04 décoré sur le dessus de la lèvre de coups incisés larges et obliques par rapport au rayon (CNT-LOR J1d).

    • Fonds indéterminés, coupes ou urnes : 3 fonds plats et un fond creux.

Fig. 32 : Fouille 1, Secteur 1, Habitat 3-1-D, couche c9, 425-400 av. J.-C.

Fig. 32 : Fouille 1, Secteur 1, Habitat 3-1-D, couche c9, 425-400 av. J.-C.

Céramique non tournée (n° 1 à 3), commune tournée du Languedoc oriental (n° 4 à 11), grise monochrome (n° 12), pâte claire (n° 13 à 17), amphore massaliète (n° 18 et 19), terre cuite (n° 20), fer (n° 21), pierre (n° 22) (dessin et DAO B. Dedet).

100Doliums : 2 tessons informes.

101Céramiques tournées fines : 105 tessons.

102Céramique commune tournée du Languedoc oriental (CCT-LOR) : 63 tessons (60 % de la céramique tournée fine). 5 parties supérieures d’urnes de forme 1 (Fig. 32, n° 4 à 6, 8 et 9) ; une partie supérieure d’urne de forme 3 (Fig. 32, n° 10) ; une partie supérieure de coupe de forme 5 (Fig. 32, n° 11) ; 1 tesson de panse d’urne, décoré de bandes peintes et d’ondulations peintes de couleur brun rouge (Fig. 32, n° 7) ; l morceau d’anse de coupe ; 54 tessons informes.

103Céramique attique : 1 tesson de forme non identifiable (0,9 % de la céramique tournée fine).

104Céramique à pâte claire de type massaliète : 30 tessons (28,6 % de la céramique tournée fine). 1 bord de coupe de tradition B2, entièrement recouvert à l’extérieur et à l’intérieur d’un vernis brun rouge sur lequel se détachent des filets marron sombre (CL-MAS 423) (Fig. 32, n° 15) ; 4 tessons de panse de 4 coupes de même forme, décorées de bandes peintes ; partie supérieure d’une coupe à bord rentrant, avec peinture brun rouge couvrant le bord à l’extérieur et toute la surface intérieure (forme ne figurant pas dans Dicocer) (Fig. 32, n° 13) ; 2 bords d’urnes ou de cruches, dont un décoré d’une bande peinte brun rouge, et un fragment de panse portant des bandes peintes brun rouge (Fig. 32, n° 14, 16 et 17).

105Céramique grise monochrome : 11 tessons (10,5 % de la céramique tournée fine). Parmi eux : 1 panse de coupe carénée du groupe 9 de C. Arcelin-Pradelle, de forme GR-MONO 6a, décorée d’une onde et d’une bande horizontale incisées (Fig. 32, n° 12) et 10 tessons informes se rapportant aux pâtes des groupes 3 et 9.

106Amphores

107Amphore massaliète : 81 tessons (98,8 % des amphores) dont deux bords A-MAS bd4 (Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, 144-181) (Fig. 32, n° 18 et 19).

108Amphore étrusque : 1 tesson (1,2 % des amphores) à pâte rose jaune enfermant un dégraissant abondant de mica noir très fin et d’inclusions plus grossières de quartz, mica blanc, schiste et nodules rouges. Ce tesson est semblable à ceux de l’amphore étrusque de la couche de destruction-abandon de l’espace 1 contigu (US 1-1D-c5 et 6) et a toutes chances de provenir du même récipient.

109Autres objets

    • Fusaïole modelée en terre cuite, bitronconique (haut. : 32 mm ; diam. : 34 mm) (Fig. 32, n° 20).

    • Pointe de flèche en fer : corps sans arête axiale pourvu de tranchants en arc de cercle, douille d’emmanchement (L. tot. : 65 cm ; L. corps : 41 cm ; l. corps : 18 mm ; L. douille : 24 cm ; diam. douille : 9 à 10 mm) (Fig. 32, n° 21).

    • Ardillon de fibule en bronze.

    • Couvercle circulaire aménagé dans une plaquette de calcaire ferme local, issu d’une strate superficielle (diam. : 145 mm ; ép. : 10 à 12 mm) ; enlèvement d’éclats périphériques par percussion ; deux secteurs plats, diamétralement opposés. La présence de ces derniers, destinés à faciliter la préhension, semble indiquer plutôt un couvercle de vase que de ruche tronc (Fig. 32, n° 22).

2.3.4. Un aire ouverte 3-1-F

Fig. 33 : Fouille 1, Secteur 1, Espace 3-1-F, 425-400 av. J.-C.

Fig. 33 : Fouille 1, Secteur 1, Espace 3-1-F, 425-400 av. J.-C.

A : plan ; B et C : coupes ; D : vue d'ensemble depuis le nord, au premier plan au centre le calage de poteau ; E : vue de la zone B, depuis le nord ; F : vue de la zone A, depuis l'ouest (dessin et clichés B. Dedet).

  • 9 US I1-M1-SC/3-c9.
  • 10 US I1-M1-SB-c4 ; la présence d’un arbre a oblitéré cette fouille sur 2 m2.

110Cette aire, fouillée sur une surface de 16 m2 (Fig. 33), est en continuité avec les espaces 3-1-D et 3-1-E et il ne semble pas exister de séparation aménagée avec eux. Elle est occupée par une couche de sédimentation d’habitat9 qui surmonte l’argile de décalcification du substrat rocheux10. Celui-ci est ici très irrégulier, avec la présence d’une strate calcaire plus haute vers le centre de l’espace. De ce fait cette couche correspond à une phase de sédimentation anthropique liée à un habitat, plus épaisse dans les secteurs où le substrat est profond, beaucoup plus mince là où ce dernier est le plus haut. Elle est formée d’une terre noire, charbonneuse, enrobant de très nombreux éclats de pierres calcaires, de nombreux morceaux de parois en torchis, et une grande quantité de tessons de céramique, de pendage le plus souvent horizontal. Dans la partie supérieure de cette couche, en deux secteurs, des portions de vases recassés sur place, avec des tessons de pendage horizontal, marquent l’existence d’un sol (Fig. 33, A, zones A et B). Sur ce sol, repose également une concentration de charbons de bois. Une seule structure aménagée a pu être remarquée dans cet espace : un calage de poteau constitué par cinq pierres calcaires verticales ou obliques, délimitant un espace rectangulaire de 22 cm sur 25 cm (Fig. 33, TP 2). Ce sol est en fait la suite de celui figurant à la base de l’espace 1-C3c, car plusieurs tessons de la même coupe à pâte claire de type massaliète à bord rentrant figurent dans les deux secteurs (Fig. 32, n° 13). Il admet donc la même datation, le dernier quart du Ve s. av. J.-C. Les deux trous de poteau présents dans chacun de ces deux secteurs pourraient appartenir à la même structure aménagée, celle-ci s’étendant vers le nord. Dès lors, malgré l’absence de tout aménagement dans le reste de l’espace sur une distance de 5 m, on peut se demander si ce secteur ne fait pas partie du même ensemble que l’aire 3-1-D, peut-être une même habitation.

Le matériel céramique (Fig. 34)

Fig. 34 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 3-1-F (us 1-1D-c9), 425-400 av. J.-C.

Fig. 34 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 3-1-F (us 1-1D-c9), 425-400 av. J.-C.

Tableau statistique et typologique des céramiques.

111Céramique non tournée : 2 342 tessons, dont 42 urnes et 72 coupes.

    • Urne de forme VC-U1a : 3 contacts col convergent-panse à profil en S, sans rupture, décorés d’une rangée de coups incisés étroits et obliques (Fig. 35, n° 11 et 12) ou d’une rangée de coups incisés étroits et obliques associée à trois lignes droites horizontales incisées (Fig. 35, n° 9).

    • Urne de forme VC-U1b : 1 contact col convergent-panse orné d’une rangée de coups incisés larges et obliques à gauche, ressaut au contact col-panse (Fig. 35, n° 10).

    • Urne de forme VC-U1c : 1 exemplaire de grandes dimensions (diam. max. panse de 380 mm) avec col convergent, bord divergent C07, profil très courbé, voire anguleux au contact col-panse décoré d’un rang horizontal d’impressions en coin de règle (Fig. 35, n° 1) (CNT-LOR U5a).

    • Urne de forme VC-U4b : 1 exemplaire presque complet, de petites dimensions (haut. : environ 100 mm), col divergent à bord divergent C01, panse ovoïde, profil anguleux au contact col-panse orné d’une rangée horizontale d’impressions circulaires, fond plat, col poli, panse peignée (Fig. 35, n° 2) (proche de CNT-LOR U5b).

    • Urne de forme VC-U6c : 1 exemplaire à cuisson sommaire, ouverture resserrée et surface extérieure peignée (Fig. 35, n° 13) (CNT-LOR U6).

    • Urne de forme indéterminée : 15 bords C01, 11 bords C03 (Fig. 35, n° 7), 3 bord C06 (Fig. 35, n° 8), 2 bords C04 (Fig. 35, n° 3), 1 bord C11, 1 bord C13, 1 bord D01, 1 bord D03, 1 bord F01, 1 bord F04 et 1 bord D04 (Fig. 35, n° 6) ; 8 fonds plats ; 14 tessons de contact col-panse décorés selon trois façons :

    • 1 double ligne brisée incisée avant cuisson : 1 ex. (Fig. 36, n° 10).

    • 1 rangée horizontale d’impressions en demi-cercles (3 ex.), de coups de peigne (1 ex.), de coups incisés, larges et obliques à gauche (1 ex.), étroits et obliques à gauche (2 ex.) ou alternativement à gauche et à droite (1 ex.).

    • Coupe et jatte de forme VC-C1a : 18 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord divergent E01 (6 ex.), E04 (4 ex.), E07 (4 ex.) (Fig. 36, n° 2 ; CNT-LOR C1), E04/E07 (1 ex.) et 1 bord E01/E04 (1 ex.).

    • Coupe et jatte de forme VC-C1b : 6 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord parallèle F04 (3 ex.), E01 (1 ex.), E04 (1 ex.) et F01 (1 ex.) (CNT-LOR C1).

    • Coupe et jatte de forme VC-C1c : 27 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord convergent I01 (13 ex.) (Fig. 35, n° 15 ; CNT-LOR C2a1), I05 (9 ex.), 4 bords I04 (4 ex.) (Fig. 35, n° 14 ; CNT-LOR C2a3), I08 (1 ex.) et I09 (1 ex.).

    • Coupe de forme VC-C1 : 1 anse horizontale, en boudin.

    • Coupe de forme VC-C2b : 1 exemplaire à panse carénée et bord rentrant H05 (Fig. 36 n° 1 ; CNT-LOR C4).

    • Coupe-couvercle de forme VC-C3 : 3 coupes tronconiques à bord à marli B03 (Fig. 35, n° 17).

    • Coupe-couvercle de forme VC-C4 : 9 exemplaires tronconiques à bord dans le prolongement de la panse D09 (2 ex.) (Fig. 35, n° 16 ; CNT-LOR V2c1), D03 (2 ex.), A11 (1 ex.), C04 (1 ex.) (Fig. 30, n° 19 ; CNT-LOR V2b), C03 (1 ex.) (Fig. 30, n° 18 ; CNT-LOR V2cb) ou D01 (2 ex.).

    • Jatte de forme VC-C5 : 6 exemplaires grossiers à lèvre décorée : 2 bords E04 à décor de coups incisés ou d’impressions au peigne (Fig. 36, n° 4 ; CNT-LOR J1f) ; 2 bords E07, 1 bord D04 et 1 bord F07 à décor de coups incisés (Fig. 36, n° 3).

    • Coupe indéterminée : 1 bord à lèvre élargie et aplatie (E07).

Fig. 35 : Fouille 1, Secteur 1, Espace 3-1-F, couche c4, 425-400 av. J.-C.

Fig. 35 : Fouille 1, Secteur 1, Espace 3-1-F, couche c4, 425-400 av. J.-C.

Céramique non tournée (dessin et DAO B. Dedet).

112Céramique non tournée délicate : plusieurs tessons d’une urne de forme VC-D3 à panse carénée, col divergent, bord éversé C03, décor de deux lignes brisées superposées gravées avant cuisson sur la partie supérieure de la panse (diam. ouv. : 130 mm) (Fig. 36, n° 6) ; morceau d’un autre exemplaire de forme VC-D3 à carène adoucie, décoré d’une ligne brisée gravée avant cuisson sur la partie supérieure de la panse (diam. panse : 162 mm) (Fig. 36, n° 7) ; morceau d’une urne carénée VC-D5 ornée d’une double ligne brisée horizontale au-dessus de la carène et une autre au-dessous, gravées avant cuisson (diam. panse : 225 mm) (Fig. 36, n° 9) ; morceau d’une seconde urne carénée VC-D5 avec motif en « arêtes de poisson » vertical gravé sur le col (Fig. 36, n° 8). Les surfaces extérieures de ces vases sont très soigneusement lustrées, col comme panse.

113Urnes ou coupes : 10 fonds plats, 4 fonds creux et 7 fonds annulaires ou à pied bas divergent.

Fig. 36 : Fouille 1, Secteur 1, Espace 3-1-F, couche c4, 425-400 av. J.-C.

Fig. 36 : Fouille 1, Secteur 1, Espace 3-1-F, couche c4, 425-400 av. J.-C.

Céramique non tournée (n° 1 à 5), commune tournée du Languedoc oriental (n° 6 à 10), terre cuite (n° 11 à 16) (dessin et DAO B. Dedet).

114Doliums : 5 tessons.

115Céramiques tournées fines : 84 tessons.

116Céramique commune tournée du Languedoc oriental : 8 tessons (9,5 % de la céramique tournée fine). Partie supérieure de 3 urnes de forme 1, dont une décorée de deux traits horizontaux incisés au brunissoir sur la partie supérieure de la panse (Fig. 37, n° 17 à 19) ; 2 bords indéterminés.

117Céramique commune tournée du Languedoc oriental (CCT-LOR) : 1 bord de coupe (Fig. 37, n° 20) et 1 fond annulaire à pied bas. Pâte dure, très cuite, finement granuleuse.

118Céramique attique à vernis noir : 1 bord triangulaire épaissi, semblant se rapporter à une coupe-canthare Agora 661 (Sparkes, Talcott 1970, 2, Fig. 7 et pl. 28) (AT-VN 648-665 du Dicocer1).

119Céramique à pâte claire de type massaliète : 63 tessons (75 % de la céramique tournée fine).

    • 7 coupes carénées à bord haut concave (CL-MAS 426) : 7 tessons dont 1 bord peint de zones gris marron à reflet métallique sur fond uniforme brun rouge (Fig. 37, n° 6), 1 panse avec bandes peintes ocre-brun et 2 pieds tronconiques, dont un avec traces de peinture brun ocre à l’extérieur (Fig. 37, n° 10 et 11).

    • Petite coupe à une anse, inflexion anguleuse médiane et lèvre aplatie (CL-MAS 417) : 1 exemplaire (Fig. 37, n° 2).

    • 1 coupe à carène médiane (CL-MAS 453) (Fig. 37, n° 5).

    • 1 gobelet à panse globulaire, col évasé et lèvre épaissie (ne figure pas dans Dicocer1) : 1 exemplaire (Fig. 37, n° 4).

    • Coupe à bord rentrant : des morceaux de l’exemplaire découvert dans l’espace 3-1-D, couche 9 (Fig. 32, n° 13).

    • 2 cruches : 2 bords avec départ d’anse verticale bifide (Fig. 37, n° 8 et 9).

    • 10 cruches ou urnes : 2 bords (fig. 37, n° 3), 1 col, 1 épaulement, 5 tessons de panse peints, dont un avec peinture violet noir (Fig. 37, n° 7) et 1 fond annulaire oblique orné d’une bande peinte ocre brun (Fig. 37, n° 12).

Fig. 37 : Fouille 1, Secteur 1, Espace 3-1-F, couche c4, 425-400 av. J.-C.

Fig. 37 : Fouille 1, Secteur 1, Espace 3-1-F, couche c4, 425-400 av. J.-C.

Pâte claire (n° 1 à 12), grise monochrome (n° 13 à 16), commune tournée du Languedoc oriental (n° 17 à 19), tournée à pâte grenue (n° 20), amphore massaliète (n° 21 et 22) (dessin et DAO B. Dedet).

120Céramique grise monochrome : 10 tessons (11,9 % de la céramique tournée fine). Parmi eux : 1 coupe carénée du groupe 9, forme VIa de C. Arcelin-Pradelle (Fig. 37, n° 14) ; 9 tessons du groupe 3 dont 3 coupes de forme VIa (Fig. 37, n° 13, 15 et 16).

121Amphores

122Amphore ionio-massaliète : 1 tesson informe (1,1 % du total amphores).

123Amphore massaliète : 93 tessons (98,9 % du total amphores), dont 1 bord A-MAS bd 4 (Fig. 37, n° 21), 1 bord A-MAS bd5 (Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, 144-181) (Fig. 37, n° 22) et 4 anses.

124Autres objets

    • 3 fusaïoles en terre cuite à profil bitronconique, même pâte que celle de la céramique non tournée : Fig. 36, n° 12 ; haut. : 21,5 mm ; diam. max. : 28 mm. Fig. 36, n° 13 ; fragmentaire : haut. cons. : 26 mm ; diam. max. : 28 mm. Fig. 36, n° 14 ; fragmentaire : haut. cons. : 22 mm ; diam. max. : 44 mm.

    • 2 fusaïoles en terre cuite à profil arrondi, même pâte que celle de la céramique non tournée : Fig. 36, n° 15 ; haut. : 27 mm ; diam. max. : 32 mm. Fig. 36, n° 16 ; fragmentaire : haut. cons. : 25 mm ; diam. max. : 36 mm.

    • Tore cylindrique en terre cuite, modelé dans une pâte semblable à celle de la céramique non tournée (Fig. 36, n° 11). Profil aplati sur les faces supérieure et inférieure, en arc de cercle proéminent sur la face extérieure, et avec une moulure concave sur la face centrale. Diam. : 80 mm ; diam. cercle central : 25 mm ; haut. 25 : mm. Il pourrait s’agir d’un support (de vase ?).

    • Chenets modelés en terre cuite :

    • 1 morceau de tête et d’encolure de chenet, décoré sur le dessus et sur les deux côtés latéraux d’un large point et de trois cercles concentriques imprimés (L. cons. : 60 mm).

    • 1 morceau de corps de chenet, décoré, sur la face latérale conservée, d’un cercle pointé imprimé et d’une ligne brisée largement incisée (L. cons. : 50 mm).

    • Récipient en terre crue : 2 morceaux.

    • Meule à va-et-vient, en basalte : 2 morceaux de la partie dormante (L. cons. : 70 mm et 80 mm) ; 1 morceau de la partie mobile (L. cons. : 45 mm). Aucune trace de taille n’apparaît.

    • Broyeur : 1 galet de rivière en quartz blanc, provenant vraisemblablement du Gardon, usé naturellement (L. cons. : 90 mm).

2.3.5. Aire 3-1-G : abandon des espaces 3-1-C, 3-1-D et 3-1-F, vers la fin du Ve s. av. J-C

  • 11 US I1-M1-SB-c5.

125Surmontant le niveau d’occupation des espaces 3-1-C, 3-1-D et 3-1-F, prend place une couche de destruction, marquée par la présence de très nombreuses petites pierres et éclats de pierres calcaires11. Y figure également un morceau de sole lissée de foyer décoré de lignes gravées parallèles ou orthogonales (Fig. 39, n° 7). Cette couche, fouillée sur une surface de 22 m2, inclut un mobilier erratique abondant, datable de la fin du Ve s. av. J.-C. (aire 3-1-G).

126Le matériel céramique (Fig. 38)

Fig. 38 : Fouille 1, Secteur 1, Espace 3-1-G, 425-400 av. J.-C.

Fig. 38 : Fouille 1, Secteur 1, Espace 3-1-G, 425-400 av. J.-C.

Tableau statistique et typologique des céramiques.

127Céramique non tournée : 457 tessons, dont 12 urnes et 31 coupes.

    • Urne de forme indéterminée : partie supérieure d’un exemplaire, à col haut convergent et bord divergent C03 ; partie supérieure d’un exemplaire à col haut parallèle et bord divergent C01 ; 4 bords C01, 4 bords C04, 1 bord C03 et 1 bord B01 ; 6 fragments de contacts col-panse orné d’un rang horizontal d’impressions semi-circulaires horizontales ou verticales (3 ex.), de coups incisés étroits et obliques à gauche (1 ex.), d’impressions de coups de peigne verticaux (1 ex.) ou en coin de règle (1 ex.).

    • Coupe et jatte de forme VC-C1a : 13 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord divergent E01 (8 ex.), E04 (4 ex.) ou E03 (1 ex.) (CNT-LOR C1).

    • Coupe et jatte de forme VC-C1b : 4 exemplaire à panse arrondie-convexe et bord parallèle F04 (3 ex.) ou F01 (1 ex.) (CNT-LOR C1).

    • Coupe et jatte de forme VC-C1c : 10 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord convergent I01 (7 ex.), I04 (1 ex.), I05 (1 ex.) ou I09 (1 ex.) (CNT-LOR C2a1).

    • Coupe-couvercle de forme VC-C4 : 3 exemplaires à bord B09 (Fig. 39, n° 1 ; CNT-LOR J1g), D03 ou D06.

    • Jatte de forme VC-C5 : 1 exemplaire grossier à bord D04 décoré sur le dessus de la lèvre de coups incisés étroits et obliques par rapport au rayon (CNT-LOR J1e).

    • Fonds indéterminés, coupes ou urnes : 5 fonds plats, 2 fonds creux et 1 fond annulaire.

128Céramiques tournées fines : 29 tessons.

Fig. 39 : Fouille 1, Secteur 1, Espace 3-1-G, 425-400 av. J.-C.

Fig. 39 : Fouille 1, Secteur 1, Espace 3-1-G, 425-400 av. J.-C.

Céramique non tournée (n° 1), pâte claire (n° 2 à 4), terre cuite (n° 5 et 6), foyer (n° 7), fer (n° 8) (dessin et DAO B. Dedet).

129Céramique commune tournée du Languedoc oriental (CCT-LOR) : 6 tessons de forme non identifiable (20,7 % de la céramique tournée fine).

130Céramique pseudo-attique : 1 tesson (3,4 % de la céramique tournée fine), fragment de fond de coupe.

131Céramique à pâte claire de type massaliète : 22 tessons (75,9 % de la céramique tournée fine). 1 bord et 1 fragment de panse de coupes de tradition B2 décorées de bandes peintes ; 2 bords et 1 fond d’urne ou de cruche, décorés de bandes peintes brun rouge (Fig. 39, n° 2 à 4) ; 17 tessons informes dont 3 à décor peint.

132Amphores

133Amphore massaliète : 40 tessons informes (97,6 % des amphores).

  • 12 US I1-M1, SD et SC-c8.

134Amphore étrusque : 1 tesson (2,4 % des amphores) à pâte rose jaune et abondant dégraissant de mica noir très fin et d’inclusions plus grossières de quartz, mica blanc, schiste et nodules rouges. Ce tesson est semblable à ceux de l’amphore étrusque de la couche de destruction-abandon de l’espace D tout proche (voir infra) et du niveau d’habitat sous-jacent de l’espace C12, et provient sans doute du même récipient.

135Autres objets

  • 1 fusaïole en terre cuite à profil arrondi (haut. : 16,5 mm ; diam. : 32 mm) (Fig. 39, n° 5).

  • 2 fusaïoles en terre cuite, bitronconiques (haut. : 18 mm ; diam. : 31 mm) (Fig. 39, n° 6).

  • 1 morceau de métal brut ferreux enveloppé dans de la scorie ; dimension maximum 55 mm.

2.4. Séquence 4, aires 4-1-H et 4-1-I réaménageant le secteur 3-1-G, au début du IVe s. av. J-C

  • 13 US I1-M2-SC-c9.
  • 14 US I1-M1-SD-c5 et c6.

136À la fin du Ve s. et au début du siècle suivant, le secteur 3-1-G, connaît une réinstallation de l’habitat matérialisée par deux couches associées chacune à un sol : aires 4-1-H13 et 4-1-I14, ce dernier s’étendant également vers l’est.

2.4.1. Occupation du secteur 4-1-H

  • 15 US I1-M1-SC-c7.

137Au-dessus de la couche de destruction des espaces 3-1-C, 3-1-D et 3-1-E, qui englobe le niveau d’arase des murs M2, M3, M4, M5 et M6, prend place une nouvelle occupation, marquée par une couche de sédimentation d’habitat mais dépourvue de tout aménagement et de toute structure bâtie (Fig. 9). Cette couche a pu être fouillée sur une surface de 40 m2. Elle inclut de très nombreuses petites pierres d’orientations et pendages divers. Elle contient aussi quelques objets et de très nombreux tessons de vases, et à sa base, par endroits, notamment dans l’aire 1-C, des tessons horizontaux marquent la présence d’un sol15. Sa partie orientale a également livré une douzaine de graines de céréales carbonisées et quelques tessons de dolium. Le matériel permet de dater cette occupation de la première moitié du IVe s. av. J.-C.

138Le matériel céramique (Fig. 40)

Fig. 40 : Fouille 1, Occupation du secteur 4-1-H, 400-350 av. J.-C.

Fig. 40 : Fouille 1, Occupation du secteur 4-1-H, 400-350 av. J.-C.

Tableau statistique et typologique des céramiques.

139Céramique non tournée : 3 431 tessons.

  • Urne de forme VC-U1a : 2 exemplaires probables attestés par un col convergent muni d’un bord divergent C03 (Fig. 41, n° 5) et 1 contact col-panse décoré d’une rangée horizontale de coups incisés étroits et obliques, alternativement à gauche et à droite (Fig. 41, n° 2).

  • Urne de forme VC-U1c : 1 exemplaire avec col convergent, profil anguleux au contact col-panse décoré d’un rang horizontal d’impressions semi-circulaires (Fig. 42, n° 1).

  • Urne de forme VC-U6a : 3 fragments avec bord rentrant C01, I01 et H04. Peuvent être classés dans la forme CNT-LOR U6a du Dicocer1.

  • Urne de forme indéterminée : 3 cols avec bord C07 (Fig. 41, n° 1), C03 (Fig. 41, n° 3) ou C08 (Fig. 41, n° 4) ; 21 bords (C01 : 28 ex. ; C03 : 11 ex. ; C06 : 4 ex. ; C04 et C07 : 2 ex. ; B03, C02, C09, C11, D01 et F07 : 1 ex.) ; 18 tessons de contact col-panse décorés selon six façons :

  • rangée horizontale de coups incisés, de largeur et orientation variées (étroits et obliques à gauche, 2 ex. ; larges et obliques à gauche, 1 ex. ; larges et alternativement verticaux et obliques à gauche, 1 ex. ; étroits et obliques, alternativement à gauche et à droite (5 ex.) ; larges et groupés par deux, obliques alternativement à gauche et à droite, 1 ex.) ;

  • rangée horizontale d’impressions en arcs de cercle horizontaux ou verticaux (5 ex.) ;

  • rangée d’impressions en coin de règle souligné par des coups incisés larges (1 ex.) ;

  • rangée horizontale d’impressions de coin de règle (4 ex.) ou de coup de peigne (3 ex.) ;

  • cordon horizontal portant des impressions (3 ex.) ou des coups incisés (2 ex.) ;

  • ligne brisée, gravée en trait simple (1 ex.).

  • Coupe et jatte de forme VC-C1a : 40 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord divergent (E01 : 27 ex. (Fig. 41, n° 9 ; CNT-LOR C1a) ; E04 : 18 ex. ; E02 : 2 ex. ; E07 : 2 ex. ; E03 et E01/E04 (1 ex.).

  • Coupe et jatte de forme VC-C1b : 8 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord parallèle (F01 : 4 ex. ; F04 : 2 ex ; E01 : 1 ex. ; F05 : 1 ex.).

  • Coupe et jatte de forme VC-C1c : 33 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord convergent : F04 : 1 ex. (Fig. 41, n° 6 ; CNT-LOR C2a) ; I05 : 7 ex. (Fig. 41, n° 10 ; CNT-LOR C2a) ; I01 : 19 ex. ; I02 : 2 ex. ; I04 : 3 ex. ; I09 : 1 ex.).

  • Coupe-couvercle de forme VC-C4 : 2 exemplaires tronconiques à bord D01 ou C03 dans le prolongement de la panse ; 2 exemplaires à bord rectiligne et lèvre aplatie (C04), ou à bord légèrement incurvé avec lèvre arrondie (B01).

  • Jatte de forme VC-C5 : 16 exemplaires grossiers ; 9 bords E07, dont trois décorés sur le dessus de la lèvre de coups incisés obliques, de même orientation ou alternés (Fig. 41, n° 7), 3 bords E04 (Fig. 42, n° 2 ; proche de CNT-LOR J1d) et 2 bord F04, tous portant le même décor que le précédent ; 2 bords E02, non décorés.

  • Coupe de forme non déterminable : 1 fond creux et 2 fonds annulaires.

  • Fonds indéterminés, coupes ou urnes : 15 fonds plats, 2 fonds creux et 5 fonds annulaires divergents.

140Dolium : 33 tessons dont trois bords.

Fig. 41 : Fouille 1, Occupation du secteur 4-1-H, 400-350 av. J.-C.

Fig. 41 : Fouille 1, Occupation du secteur 4-1-H, 400-350 av. J.-C.

Céramique non tournée (n° 1 à 7, 9 et 10), terre cuite (n° 8), céramique à pâte claire (n° 11 à 17), pseudo-attique (n° 18), grise peinte (n° 19 à 21), tournée à pâte grenue (n° 22), commune tournée du Languedoc oriental (n° 23 à 27) (dessins B. Dedet).

141Céramiques tournées fines : 285 tessons.

142Céramique commune tournée du Languedoc oriental (CCT-LOR) : 132 tessons (46,3 % de la céramique tournée fine). Urne de forme 1 : 5 bords (Fig. 41, n° 24 et 25 et Fig. 42, n° 3 à 5), 4 fonds (Fig. 41, n° 26 et 27), 1 tesson de panse découpé en ogive. Coupe de forme 4 : 1 bord (Fig. 41, n° 23).

143Céramique tournée à pâte grenue, de fabrication régionale. 3 tessons d’une même coupe (1 % de la céramique tournée fine) ; pâte dure, très cuite, finement granuleuse, noire en surface extérieure et rose en surface intérieure, dégraissant de calcite et calcaire broyé (Fig. 41, n° 22).

144Céramique attique. 3 tessons (1 % de la céramique tournée fine) : 2 tessons informes et 1 fragment de fond de coupe à vernis noir.

145Céramique pseudo-attique à vernis noir. 2 tessons (0,7 % de la céramique tournée fine) : 1 bord de coupe-skyphos (PSEUDO-AT 605a) (Fig. 41 n° 18) ; 1 fond annulaire mouluré de coupe sans tige (PSEUDO-AT 493) ou de coupe-skyphos (PSEUDO-AT 605) (Fig. 42, n° 6).

146Céramique à pâte claire de type massaliète : 130 tessons (45,6 % de la céramique tournée fine).

  • 2 coupes de tradition B2 (CL-MAS 423) ornées à l’extérieur d’une large bande peinte rouge marron recouvrant la lèvre et la partie supérieure de la panse et intérieur de la vasque uniformément peint ou peinture disparue (Fig. 41, n° 11, et Fig. 42, n° 9) ; 6 coupes carénées à bord concave (CL-MAS 426) dont 4 décorées d’une large bande rouge orangé à l’extérieur, et, certaines, d’un filet sous le bord à l’intérieur, (Fig. 41, n° 12) ; la vasque de l’une d’elle est peinte à l’intérieur de filets brun sombre sur fond brun clair et une vasque à bandes ocre rouge (Fig. 42, n° 8 et 10 à 12) ; bord et un tesson peint de 2 coupes hautes ; 1 fragment de coupe à peinture noire ; 2 pieds tronconiques.

  • Urnes ou cruches : 24 tessons dont 9 à décor peint, l’un d’eux dans le style subgéométrique rhodanien (Fig. 41, n° 13 à 17 ; Fig. 42, n° 13 à 16 et 19).

  • 1 gobelet à panse globulaire, bandes peintes rouges ou brun orangé à l’extérieur comme à l’intérieur (pas de correspondance dans Dicocer) (Fig. 42, n° 18).

  • Probable cratère (CL-MAS 464) dont il ne reste que 1e pied, divergent et mouluré, peint de bandes noires ou rouge orangé et d’oves noires, dans le style subgéométrique rhodanien, avec une base élargie et facettée (Fig. 42, n° 17).

  • 1 couvercle à pâte gris beige, recouvert d’un enduit noir mat (forme CL-MAS 722) (fig.42, n° 7).

  • 48 tessons informes à surface peinte brun rouge.

147Céramique grise peinte : 8 tessons (0,2 % du total céramique et 2,8 % de la céramique tournée fine) d’autant de kylix imitant la forme précampanienne Lamb. A42B (Lamboglia 1952, 189, B), uniformément recouverts d’un vernis noir ou brun rouge, à profil en S peu prononcé (GR-PEINTE 3 ou 4) (Fig. 41, n° 19, 20 et 21).

Fig. 42 : Fouille 1, Occupation du secteur 4-1-H, couche c7, 400-350 av. J.-C.

Fig. 42 : Fouille 1, Occupation du secteur 4-1-H, couche c7, 400-350 av. J.-C.

Céramique non tournée (n° 1 et 2), commune tournée du Languedoc oriental (n° 3 à 5), pseudo-attique (n° 6), céramique à pâte claire (n° 7 à 19), grise monochrome (n° 20 et 21), amphore massaliète (n° 22 et 23), terre cuite (n° 24), fer (n° 25), bronze (n° 26), verre (n° 27) (dessin et DAO B. Dedet).

148Céramique grise monochrome : 9 tessons (0,2 % du total céramique et 3,2 % de la céramique tournée fine). Parmi eux : 1 anse verticale bifide de cruche GR-MONO 8, du groupe 3 de C. Arcelin-Pradelle ; 3 coupes carénées GR-MONO 6 et 6b, décorées d’une onde et d’une bande horizontale incisées, du groupe 3 également (Fig. 42, n° 20 et 21) et 1 fond du groupe 9 ; 4 tessons dont une anse verticale bifide de cruche, de groupe non déterminé.

149Amphores

150Amphore massaliète : 488 fragments, dont 2 bords de A-MAS bd4 (Fig. 43, n° 7 et Fig. 42, n° 23), 3 ou 4 bords

151A-MAS bd5 (Fig. 43, n° 2, 4 et 5), 2 bords A-MAS bd7 (Fig. 43, n° 1 et 6), 1 bord A-MAS bd6 (Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, 144-181) (Fig. 43, n° 3) et 3 anses.

Fig. 43 : Fouille 1, Occupation du secteur 4-1-H, (us 1-1D-c5/6), 400-350 av. J.-C.

Fig. 43 : Fouille 1, Occupation du secteur 4-1-H, (us 1-1D-c5/6), 400-350 av. J.-C.

Amphore massaliète (n° 1 à 7), bronze (n° 8), pierre (n° 9 à 11) (dessins B. Dedet).

152Amphore étrusque : 37 tessons de la panse d’une amphore à pâte rose jaune enfermant un dégraissant abondant de mica noir très fin et d’inclusions plus grossières (jusqu’à 7,5 mm) de quartz, mica blanc, schiste et nodules rouges (0,9 % du total céramique).

153Autres objets

  • Fusaïole modelée en terre cuite, profil bitronconique (haut. : 23,5 mm ; diam. : 34 mm) (Fig. 42, n° 24).

  • Perle en pâte de verre bleue, sphérique, de section en D ; diam. : 9 mm (Fig. 42, n° 27).

  • Pendant d’oreille en bronze (Fig. 42, n° 26), formé d’une fine tige, de section circulaire légèrement ovalisée, recourbée, renflée à une extrémité et amincie à l’autre. Diam. de la boucle : 19 mm ; diam. max. section : 3,5 mm.

  • Lame de couteau en fer, en deux fragments non jointifs ; pointe arrondie, profil du dos légèrement concave ;

  • L. cons. : 37 mm et 37,5 mm ; l. max. : 18,5 mm (Fig. 42, n° 25).

  • Tige en bronze, de section ronde de 3,1 mm de diamètre maximum, aux deux extrémités effilées et enroulées (Fig. 43, n° 8) ; longueur avec les enroulements : 87,7 mm. Il pourrait s’agir d’une fibule en cours d’élaboration.

  • Rondelle en calcaire mi-ferme à grain fin issu d’une strate superficielle, perforée (Fig. 43, n° 9) ; diam. : 85 mm ; ép. : 30 à 33,5 mm ; diam. perforation : 14 à 24 mm. Il s’agit peut-être d’un peson, confectionné avec des outils de fortune.

  • Galet de rivière schistoïde gris verdâtre veiné de brun foncé, de forme ovoïde aplati (L. : 50 mm). Des traces d’usure sur son chant attestent une utilisation comme lissoir (Fig. 43, n° 11).

  • Morceau de galet de rivière en schiste gréseux, de couleur verdâtre gris (L. : 40 mm). Il s’agit sans doute d’un lissoir utilisé tel quel.

  • Galet de rivière en minerai de fer (L. : 35 mm). Il a peut-être servi également de lissoir (Fig. 43, n° 10).

154Carpologie (déterminations J. Erroux)

  • 4 grains de blé amidonnier (Triticum dicoccum) (3 x 3 x 2,7 mm ; 5,5 x 2,9 x 2,2 mm, dos déformé ; 5 x 2,8 x 2,5 mm ; 6 x 2,9 x 2 mm).

  • 2 grains de blé, sans que l’on puisse être plus précis (5 x 3 x 2,5 mm, érodé ; 7 x 4,5 x 4,5 mm, très gonflé et érodé).

  • 7 débris charbonneux provenant probablement de grains d’orge et de blé, mais indéterminables.

Fig. 44 : Fouille 1, Occupation du secteur 4-1-I, 400-350 av. J.-C.

Fig. 44 : Fouille 1, Occupation du secteur 4-1-I, 400-350 av. J.-C.

A : vue d'ensemble prise du nord. B : vue de la partie occidentale, prise du sud. C : Céramique non tournée (n° 1, 2 et 7), commune tournée du Languedoc oriental (n° 3), pâte claire (n° 4 et 5), grise monochrome (n° 6), non tournée délicate (n° 8 et 9), bronze (n° 10 et 11), verre (n° 12), argent (n° 13), pierre (n° 14) (clichés, dessin et DAO B. Dedet).

2.4.2. Occupation du secteur 4-1-I

  • 16 US I1-M1-SC-c6, US I1-M1-SB-c ? et US I1-M1-SA-c3.

155Dans l’aire 4-1-I une autre couche16, associée à un nouveau sol, surmonte les vestiges de l’occupation 4-1-H (Fig. 9). Vers l’est, elle est limitée par une brusque remontée du substrat calcaire, véritable marche de 0,80 m de dénivelé (Fig. 44, A et B). Au-delà et sur quelques mètres, les couches de la phase Vié-Cioutat I ne sont pas conservées.

156Fouillée aussi sur une surface de 32 m2, l’aire 4-1-I n’a pas livré non plus de structure aménagée, mais contient un mobilier céramique également très abondant, datable de la première moitié du IVe s. av. J.-C.

157Le matériel céramique (Fig. 45)

Fig. 45 : Fouille 1, Occupation du secteur 4-1-I, 400-350 av. J.-C.

Fig. 45 : Fouille 1, Occupation du secteur 4-1-I, 400-350 av. J.-C.

Tableau statistique et typologique des céramiques.

158Céramique non tournée : 2 725 tessons.

  • Urne de forme VC-U1 : deux cols hauts convergents avec bord B01 ou C03.

  • Urne de forme VC-U2 : partie supérieure d’un exemplaire avec bord C01 (Fig. 44, n° 7 ; CNT-LOR U5d)

  • Urne indéterminée : 45 bords C01, 10 bords C03,3 bords C07, 2 bords C01/C03, 2 bords C09, 1 bord C04, 1 bord C11, 1 bord C19, 1 bord D07, 1 bord F01, 1 bord F04 et 1 bord F07 ; 9 fonds plats et 1 fond creux ; 27 tessons de contact col-panse décorés selon six façons :

  • rangée horizontale de coups incisés, larges et obliques à droite (1 ex), à gauche (1 ex.) ou alternativement à gauche et à droite (1 ex.) ;

  • rangée horizontale d’impressions circulaires (1 ex.) ou en demi-cercles (2 ex.) (Fig. 46, n° 32) ;

  • rangée horizontale d’impressions en coins de règle (10 ex. ; Fig. 46, n° 31a, b, d, e et f), ovalaires (2 ex.), circulaires (1 ex.) ou en arc de cercle (1 ex. ; Fig. 46, n° 31c), verticaux (1 ex.) ou de coups de peigne (2 ex.)

Fig. 46 : Fouille 1, Occupation du secteur 4-1-I, 400-350 av. J.-C.

Fig. 46 : Fouille 1, Occupation du secteur 4-1-I, 400-350 av. J.-C.

Céramique non tournée (n° 1 à 5, 31 et 32), pâte claire (n° 6 à 16), grise monochrome (n° 17), pseudo-attique (n° 18), commune tournée du Languedoc oriental (n° 19 à 23), tournée à pâte grenue (n° 24), amphore massaliète (n° 26 à 30), non tournée délicate (n° 33) (dessin et DAO B. Dedet).

  • rangée horizontale de coups incisés étroits et obliques à gauche surmontant une ligne horizontale incisée largement (2 ex.) (Fig. 46, n° 31h) ;

  • cordon horizontal portant des impressions (2 ex.) ou des incisions larges disposées en croisillon (1 ex.) ;

  • 3 éléments superposés : 1 rang d’impressions ovalaires surmontant 1 rang de coups incisés larges à gauche et à droite et 1 rang de coins de règle (Fig. 46, n° 31g).

  • Coupe et jatte de forme VC-C1a : 27 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord divergent E01 (13 ex.), E04 (9 ex.), E03 (1 ex.), E02/E07 (1 ex.), E05 (1 ex.), E07 (1 ex.) ou E07/E04 (1 ex.) (CNT-LOR C1).

  • Coupe et jatte de forme VC-C1b : 4 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord parallèle F01, F04, F05 (CNT- LOR C1).

  • Coupe et jatte de forme VC-C1c : 22 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord convergent I01 (13 ex ; Fig. 46, n° 4 ; CNT-LOR C2), I05 (6 ex.), I04 (2 ex. ; Fig. 46, n° 1 et 2 ; CNT-LOR C2) et H04 (1 ex.). L’une de ces coupes est décorée, sur le haut de la panse à l’extérieur, d’une double ligne brisée incisée largement avant cuisson (Fig. 46, n° 4).

  • Coupe de forme VC-C3 : 1 exemplaire de petites dimensions, à bord à marli B09 (Fig. 44, n° 1).

  • Coupe-couvercle de forme VC-C4 : 2 coupes-couvercles tronconiques à bord D01 ou E01 (Fig. 46, n° 3 ; CNT-LOR V2a3).

  • Jatte de forme VC-C5 : 4 jattes grossières, à décor sur le dessus de la lèvre, 1 exemplaire à bord aplati vers l’extérieur (D06) décoré sur le dessus de la lèvre d’impressions ovalaires, 1 exemplaire à bord aplati et épaissi (E07-D07) portant des coups incisés étroits, 2 exemplaires à bord C03 ou D04 ornés de coups incisés sur le dessus de la lèvre. L’une d’elle est équipée d’un bec verseur.

  • Urnes ou coupes : 22 fonds plats, 5 fonds creux et 4 fonds annulaires divergents ; 1 fragment d’anse verticale.

  • Gobelet à panse ovoïde et col bas et évasé : partie supérieure d’un exemplaire (Fig. 44, n° 2).

  • Céramique non tournée délicate, à surface polie : 1 fragment d’urne VC-D4 à col convergent et bord éversé C01, surface lustrée, noire (Fig. 46, n° 33) ; 1 bord C03 de vase VC-D3 ou D4, surface polie, beige (Fig. 44, n° 8) ; 1 fragment de panse très galbée décorée de deux lignes brisées superposées (Fig. 44, n° 9).

159Céramiques tournées fines : 108 tessons.

160Céramique commune tournée du Languedoc oriental (CCT-LOR) : 19 tessons (17,6 % de la céramique tournée fine). Partie supérieure de 6 urnes de forme 1 (Fig. 44, n° 3 et Fig. 46, n° 19 à 23).

161Céramique tournée à pâte grenue, de fabrication régionale : 1 partie supérieure de coupe à bord épaissi, pâte épurée, très cuite, sans dégraissant visible à l’oeil nu (Fig. 46, n° 24).

162Céramique pseudo-attique à vernis noir : 1 fond annulaire, mouluré, de coupe sans tige (PSEUDO-AT 493 : datation : 425-350) ou de coupe-skyphos (PSEUDO-AT 605) (1,4 % de la céramique tournée fine) (Fig. 46, n° 18).

163Céramique à pâte claire de type massaliète : 75 tessons (69,4 % de la céramique tournée fine).

  • Coupe à anse de tradition B2 (CL-MAS 423) : partie supérieure d’un exemplaire à large bandeau peint brun rouge à l’extérieur et intérieur de la vasque uniformément peint (Fig. 46, n° 7).

  • Coupes carénées à bord haut concave (CL-MAS 426) : 2 parties supérieures recouvertes d’un décor peint, l’une avec couverte brun rouge à l’extérieur et liseré noir sous le bord à l’intérieur (Fig. 44, n° 4), l’autre avec couverte brun rouge (Fig. 44, n° 5) ; partie supérieure de 2 exemplaires à large bandeau peint brun rouge à l’extérieur et un pied conique (Fig. 46, n° 8, 9 et 12) ; 1 tesson de panse à bandes peintes et départ d’anse.

  • Coupe à carène médiane et anse unique, verticale et bifide (CL-MAS 453) : 2 exemplaires (fig. 46, n° 10 et 11).

  • Gobelet à panse globulaire, col évasé (ne figure pas dans Dicocer) : 1 exemplaire avec bandes peintes brun-rouge à l'extérieur (fig. 46, n° 6).

  • Urne : 1 bord à peinture de couleur marron (fig. 46, n° 13).

  • Urnes ou cruches : 1 bord, 6 tessons de panse à décor peint et 4 fonds annulaires dont 1 orné d'une bande ocre (fig. 46, n° 14 à 16).

164Céramique grise monochrome : 12 tessons de groupe non déterminé (11,1 % de la céramique tournée fine). Parmi eux, 1 tesson de coupe carénée du groupe 9 de C. Arcelin-Pradelle de forme GR-MONO 6b, décoré d'ondes et de lignes horizontales (fig. 46, n° 17) ; 8 tessons du groupe 3 et 1 bord de petite cruche munie d'une anse verticale bifide GR-MONO 8e (fig. 44, n° 6).

165Amphore

166Amphore massaliète : 327 tessons, dont 1 bord A-MAS bd4 (fig. 46, n° 26), 7 bords A-MAS bd5 (Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, 144-181) (fig. 46, n° 27 à 30), 1 bord de type non précisé, 1 épaulement, 1 anse et 1 fond.

167Autres objets

  • Obole de Marseille à la roue et MA avec tête à droite, argent (inv. VC-4776) (fig. 44, n° 13). D/ Tête à droite, à chevelure bouclée, favoris visibles. R/ Roue à quatre rayons, légende MA dans deux cantons ; centre de la croix comportant une boule ; lettres collées au cercle, en bâtonnets et non bouletées. M/ Argent ; poids : 0,70 g ; direction des coins : 7 h ; mod. : 10,2 mm ; ép. : 2,1 mm. Datation : cette obole appartient au groupe ancien du type OBM-7 distingué par M. Py (2006, 29-31). Des exemplaires similaires figurent, dans la région, dès la fin du Ve s. av. J.-C., au Marduel et dans l’Île de Martigues, et, dans le premier quart du IVe s., à Mauressip et à La Madeleine de Tornac.

  • Fibule en bronze, dont il manque le pied et l’ardillon (fig. 44, n° 10) : arc surbaissé, formé d’une lamelle portant deux moulures longitudinales, ressort bilatéral à 6 spires et corde intérieure ; L. cons. : 53 mm ; largeur ressort : 11 mm ; type 7 de C. Tendille (1978, 86-88) ; datation : 425-350.

  • Deux morceaux d'une fibule en bronze, à pied relevé à angle droit et terminé par un bouton conique ; départ de l'arc cintré, fin, de section quadrangulaire ; L. cons. : 30 mm (fig. 44, n° 11).

  • Perle en pâte de verre bleu sombre, hémisphérique et aplatie à la base et au sommet ; haut. : 6,2 mm ; diam. : 10,5 mm ; diam. perforation : 3 mm (fig. 44, n° 12).

  • Fiche en fer, à extrémité recourbée.

  • Moitié de rondelle perforée, taillée dans un tesson de vase non tourné, sans doute un peson ; diam. : 50 mm ; diam. perforation : 7 mm (fig. 46, n° 5).

  • Couvercle de vase en calcaire local, issu d'une strate superficielle ; diam. : 120 à 130 mm ; ép. max. : 17 mm ; enlèvements d'éclats périphériques sur les deux faces, par percussion ; aménagement d'une encoche sur le bord pour la préhension. La présence de cette dernière, destinée à faciliter la préhension, semble indiquer plutôt un couvercle de vase que de ruche tronc (fig. 44, n° 14).

2.5. Séquence 5 : l'occupation du secteur 2 durant le troisième quart du IVe s. av. J-C

168À partir du troisième quart du IVe s. av. J.-C., hormis quelques tessons erratiques, aucune trace de présence humaine n'est matériellement attestée sur le secteur 1 qui doit alors constituer une sorte de terrain vague. Les seuls vestiges d'occupation repérés prennent place dans le secteur 2, une zone qui correspond à une remontée du substrat rocheux, de 0,6 à 0,8 m de dénivelé presque vertical par rapport aux secteurs 1 et 3 (fig. 7). Le rocher ne se trouve ici qu'à 0,3 m de profondeur sous la surface actuelle au nord, et à 0,5 m au sud, et de ce fait les vestiges d'occupation de la phase Vié-Cioutat I ne sont pas toujours conservés. Ils subsistent essentiellement dans une zone légèrement déprimée du substrat au sud (aire 5-2-A) et dans un creusement anthropique (habitation 5-2-B).

2.5.1. Espace 5-2-A

169L'espace 5-2-A est fractionné par un mur de la phase Vié-Cioutat II, de direction nord-sud. À l'ouest de celui-ci, sur quelque 4 m2, le socle rocheux émerge au-dessus du niveau du sol d'aménagement à la base de la couche 3. Vers le centre, il ne surmonte ce sol que de quelques centimètres, mais vers le nord, il forme une véritable banquette de 20 à 30 cm de haut. Ce ressaut se retrouve à l'est du mur de Vié-Cioutat II (fig. 47 et 48).

  • 17 US I1-M1-SE-c3.
  • 18 US I1-M1-SE-c4.

170De part et d'autre, on retrouve la même couche d'occupation de la phase Vié-Cioutat I, la couche 317, qui repose sur la couche 4 de décalcification du substrat calcaire, stérile en documents archéologiques18. Vers le centre, un empierrement s'étend sur un peu plus de 3 m2, constitué par de petites pierres calcaires jointives, mesurant 20 à 25 cm en moyenne, disposées horizontalement, (fig. 47 et 48, A et B). Trois calages de poteau (TP1, TP2 et TP3 y sont aménagés, alignés et proches les uns des autres ; une même distance, 60 cm d'axe à axe, les sépare. L'un d'eux, le TP3, a, semble-t-il, accueilli un poteau plus important que les deux autres : environ 20 cm de diamètre pour TP3, contre 10 cm pour TP1 et TP2. Cette sorte de pavage ne se poursuit pas à l'ouest de l'affleurement rocheux au niveau de la base de la couche 3. Celle-ci est détruite à 2,5 m à l'ouest de cet affleurement par les occupations postérieures. Elle est formée d'une terre argileuse de couleur marron sombre à rougeâtre, incluant de la pierraille, quelques rares pierres de dimensions plus importantes dans sa partie supérieure, de petits fragments de calcaire rougis, éclatés au feu, de nombreux petits charbons de bois, nodules d'argile jaune et rouge et morceaux de torchis et de parois de récipients en argile crue. Certains de ces derniers montrent parfois des traces de feu (fig. 50, n° 21). Cette couche contient aussi de nombreux glands et graines de blé et d'orge, carbonisés. Ces restes végétaux peuvent être concentrés en petites accumulations ou éparpillés dans toute la surface située à l'ouest de l'affleurement rocheux (fig. 47). Dispersés sont aussi les restes osseux animaux. Par ailleurs une traînée de charbons de bois très dense, épaisse d'une dizaine de centimètres, s'étend sur 1 m de long et 0,2 m de large sur l'affleurement rocheux (fig. 47, n° 1). Les tessons de céramique sont abondants dans cette aire mais ne présentent pas de connexions entre eux.

Fig. 47 : Fouille 1, Aire 5-2-A, couche c3, 350-325 av. J.-C.

Fig. 47 : Fouille 1, Aire 5-2-A, couche c3, 350-325 av. J.-C.

A : plan ; B : coupe (dessin et DAO B. Dedet).

Fig. 48 : Fouille 1, Aire 5-2-A, couche c3, 350-325 av. J.-C.

Fig. 48 : Fouille 1, Aire 5-2-A, couche c3, 350-325 av. J.-C.

A : vue d'ensemble prise de l'ouest ; B : vue de l'empierrement ; C : vue du secteur est, sous la rue d'époque gallo-romaine (clichés B. Dedet).

171Les restes de céréales et de produits de cueillette carbonisés, ainsi que de contenants en argile crue indiquent pour ce lieu, sans doute, une fonction dans la conservation des denrées végétales, peut-être un grenier dont subsisteraient une portion de sol empierré et trois calages de poteaux. Le matériel céramique permet de dater cet ensemble du troisième quart du IVe s. av. J.-C.

172Le matériel céramique (fig. 49)

Fig. 49 : Fouille 1, Aire 5-2-A, couche c3, 350-325 av. J.-C.

Fig. 49 : Fouille 1, Aire 5-2-A, couche c3, 350-325 av. J.-C.

Tableau statistique et typologique des céramiques.

173Céramique non tournée : 1 910 tessons, dont 28 urnes et 47 coupes.

  • Urne de forme VC-U1b : partie supérieure d'un exemplaire à col haut convergent (le bord manque), panse surhaussée (diam. max. panse : 240 mm), ressaut au contact col-panse décoré d'une rangée horizontale d'impressions ovalaires obliques, lissage soigné sur le col et rudimentaire sur la panse (fig. 50, n° 3) ; partie supérieure d'un autre exemplaire (le bord manque), panse surhaussée (diam. max. panse : 276 mm) et contact col-panse décoré d'une rangée horizontale de coups de peigne, col soigneusement lissé et panse peignée (fig. 50, n° 1).

  • Urne de forme indéterminée : 39 bords (13 bords C01, 10 bords C03, 3 bords C02, 2 bords C09, 1 bord C03, 1 bord B09, 2 bords C01/C03, 1 bord C03/C07, 2 bords C07, 2 bords C11, 1 bord E03 et 1 bord E04 ; 14 morceaux de contact col-panse décorés d'une rangée horizontale d'impressions en demi-cercles (5 ex.) ou en coup de peigne (2 ex.), d'impressions ovalaires obliques (1 ex.), de coups incisés étroits et obliques à gauche (2 ex.), de coups incisés étroits et horizontaux (1 ex.), de coups incisés étroits et obliques à droite (1 ex.), d'une ligne brisée incisée en trait simple après séchage (1 ex.) ou d'un cordon avec impressions digitales (1 ex.) ; 10 fonds plats et 1 fond annulaire.

  • Coupe et jatte de forme VC-C1a : 29 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord divergent E01 (13 ex.), 6 bords E04 (6 ex.) dont un orné, à l'extérieur, d'un cordon impressionné, E07 (6 ex.), E09 (2 ex.), E05 (1 ex.) et E06 (1 ex.) ; (CNT-LOR C1).

  • Coupe et jatte de forme VC-C1b : 3 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord parallèle E02, F01 ou F04 (CNT-LOR C1).

  • Coupe et jatte de forme VC-C1c : 7 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord convergent I05 (5 ex.) (fig. 50, n° 4), I01 (1 ex.) ou I01/I05 (1 ex.) (CNT-LOR C2).

  • Coupe de forme VC-C2a : 1 exemplaire à panse carénée et bord divergent D07 (fig. 50, n° 5).

  • Coupe-couvercle de forme VC-C4 : 2 exemplaires tronconiques à bord D03.

  • Jatte de forme VC-C5 : 2 exemplaires grossiers à bord D07 orné de coups incisés sur le dessus de la lèvre.

  • Fonds indéterminés, coupes ou urnes : 6 fonds plats, 1 fond creux et 2 fonds annulaires.

  • Céramique non tournée délicate : partie supérieure d'une urne VC-D3, à col divergent, bord éversé à méplat intérieur C11, panse arrondie très galbée, pâte fine et lustrée sans différence entre col et panse, de couleur beige (diam. ouv. : 180 mm) (fig. 50, n° 2).

174Dolium : 4 tessons : 1 bord, 2 fonds, dont un portant un peignage vertical au bas de la panse et 1 tesson de bas de panse non peignée, portant un cordon horizontal avec impressions circulaires (fig. 50, n° 12 à 15).

175Céramiques tournées fines : 70 tessons.

Fig. 50 : Fouille 1, Aire 5-2-A, couche c3, 350-325 av. J.-C.

Fig. 50 : Fouille 1, Aire 5-2-A, couche c3, 350-325 av. J.-C.

Céramique non tournée (n° 1 et 3 à 5), non tournée délicate (n° 2), commune tournée du Languedoc oriental (n° 6 et 7), attique (n° 8), pâte claire (n° 9 et 10), amphore massaliète (n° 11), dolium (n° 12 à 15), terre cuite (n° 16), pierre (n° 17), bronze (n° 18 et 19), fer (n° 20), argile crue (n° 21) (clichés, dessin et DAO B. Dedet).

176Céramique commune tournée du Languedoc oriental (CCT-LOR) : 3 tessons (4,3 % de la céramique tournée fine) dont une partie supérieure et un fond d'urnes de forme 1 (fig. 50, n° 6 et 7).

177Céramique attique : 1 tesson (1,4 % de la céramique tournée fine), bord de canthare à lèvre moulurée de type Agora 696 à 701, datable dans les trois premiers quarts du IVe s. av. J.-C. (Sparkes, Talcott 1970, 2, fig. 7 et pl. 29) (AT-VN 696-7804) (fig. 50, n° 8).

  • Céramique à pâte claire de type massaliète : 56 tessons (80 % de la céramique tournée fine).

  • Coupe carénée à bord haut concave (CL-MAS 426) ; 475-375) : partie supérieure de 2 exemplaires et 1 fond (fig. 50, n° 10).

  • Coupe à carène basse et anses au niveau de la lèvre (CL-MAS 433 ; 350-250) : partie supérieure d'un exemplaire (fig. 50, n° 9).

  • Olpé : fragment d'anse verticale.

  • Cruche ou urne : 1 bord.

178Céramique grise monochrome : 10 tessons (14,3 % de la céramique tournée fine), tous du groupe 9 de C. Arcelin-Pradelle, dont une panse de vase caréné de forme GR-MONO 6a ou 6b, décorée d'une onde et de stries horizontales.

179Amphore

180Amphore massaliète : 128 tessons dont 1 bord A-MAS bd4 (fig. 50, n° 11) et 1 bord probable A-MAS bd5 (Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, 144-181).

181Autres objets

  • Fragment de tête et de ressort d'une fibule en bronze et 1 fragment de tige recourbée en bronze, de section circulaire, pouvant appartenir au même objet (fig. 50, n° 18).

  • Morceau de plaque mince, en bronze ; L. max. cons : 24 mm (fig. 50, n° 19).

  • Fusaïole en terre cuite, profil à méplats (haut. : 17,5 mm ; diam. : 30,5 mm) (fig. 50, n° 16).

  • Couvercle grossièrement circulaire, aménagé dans une plaquette de calcaire, issu d'une strate locale superficielle (diam. : 107 à 115 mm ; ép. : 12,5 à 17,2 mm) ; enlèvement d'éclats périphériques sur les deux faces. Deux secteurs diamétralement opposés ont été abattus par simple cassure pour faciliter, semble-t-il, ce qui paraît indiquer plutôt un couvercle de vase que de ruche tronc (fig. 50, n° 17).

  • Lissoir ou pierre à aiguiser en grès dur à grain fin, légèrement schistoïde, de provenance alluviale, possiblement le Gardon, incomplet ; présente peut-être des traces d'usage ; L. cons. 75 mm ; l. cons. : 60 mm ; ép. cons. : 15 mm.

  • Morceau de meule (?) : roche gréseuse à composante principale de quartz ; dim. : 100 x 75 x 60 mm.

  • Morceau de partie mobile de meule en poudingue quartzeux de provenance régionale ; présente une surface plane ; dim. : 75 x 70 x 45 mm.

  • 13 scories de fer (fig. 50, n° 20) ; poids total : 17,2 g.

182Carpologie (déterminations J. Erroux)

  • 73 grains carbonisés de blé dont 37 grains de blé amidonnier (Triticum dicoccum Schrank), 1 grain de blé tendre compact (Triticum aestivo-compactum Schiem) et 35 grains de blé trop abîmés pour être mesurés et déterminés ;

  • 40 grains carbonisés d'orge plystique vêtue (Hordeum vulgare L.) ;

  • nombreux grains carbonisés de céréales, trop abîmés pour être déterminés, mais probablement d'orge et de blé ;

  • 62 glands carbonisés, ayant perdu leur cupule, probablement Quercus S.P. ;

  • 2 noyaux de cornouiller sauvage (Cornus mas) ;

  • 1 fruit rond, carbonisé, d'un diamètre de 4,5 mm, non déterminable.

2.5.2. Habitation 5-2-B

  • 19 Respectivement US Rue I/II-c2 et c 3.

183L'espace 5-2-B est une dépression de plan grossièrement circulaire, de 3,60 à 4 m de diamètre et 0,50 m de profondeur, creusée dans les strates superficielles du substratum calcaire (fig. 51, A et B). Les parois de cette cuvette sont verticales. Les bords dessinent un plan d'ensemble circulaire mais, dans le détail, ils sont irréguliers car les diaclases du calcaire occasionnent de nombreux décrochements. Le fond, très régulier car correspondant à une interstrate du rocher, est en léger pendage du nord vers le sud. Le plan d'ensemble de cette structure semble indiquer un creusement anthropique. Certes, aucune trace de travail d'extraction ne subsiste mais ces couches calcaires superficielles peuvent être ici très facilement débitées selon leurs plans de strates et de diaclases. Deux couches, 4 et 5, remplissent cette structure19, marquant deux phases distinctes d'occupation (fig. 51, C).

Fig. 51 : Fouille 1, habitation 5-2-B, 350-325 av. J.-C.

Fig. 51 : Fouille 1, habitation 5-2-B, 350-325 av. J.-C.

A : plan ; B : vue d'ensemble prise du sud ; C : coupe (cliché, dessin et DAO B. Dedet).

184À la base, la couche 5 paraît être le résultat d'une sédimentation d'origine anthropique par étalement de vidanges de foyers. C'est une terre grise à noire, cendreuse, incluant de très nombreux petits morceaux de charbons de bois, quelques morceaux de torchis et de nombreux petits éclats calcaires. Elle renferme de nombreux tessons de poterie, se rapportant presque toujours à des vases différents, et des os d'animaux.

185La couche 4, qui surmonte la précédente, présente le même aspect et le même contenu mais elle s'en distingue par l'existence de deux structures conservées. Dans la partie nord, près de la paroi rocheuse, figurent les restes d'un foyer aménagé, dont seule subsiste la semelle faite de petites plaquettes calcaires enrobées d'argile cuite. Ce foyer mesurait environ 70 cm de diamètre ou de côté. À l'opposé, au sud, contre la paroi rocheuse, trois pierres verticales, de 20 cm sur 15 cm, sont les vestiges d'un calage de poteau ou de piquet de 5 à 10 cm d'épaisseur.

186La datation du matériel livré par ces deux couches s'inscrit dans le troisième quart du IVe s. av. J.-C.

187Cet espace 5-2-B correspond probablement aux vestiges d'une habitation, comme l'atteste la présence d'un foyer. L'emplacement de celle-ci correspond-elle à la seule partie excavée dans la roche, d'une surface de 17 m2 ? Cette surface paraît extrêmement réduite pour une maison si l'on en croit les comparaisons régionales (Dedet 1999a, 325-326). Sans doute faudrait-il envisager un édifice plus grand, débordant tout autour de ce creusement, dont les structures auraient été détruites par l'occupation postérieure du lieu. En effet, dans ce secteur où le substrat calcaire est très peu profond, les couches et les structures des phases de Vié-Cioutat II et III reposent directement sur celui-ci. Dans cette hypothèse, ce creux aménagé dans le rocher aurait pu constituer une sorte de banc, autour du foyer.

188A) Le matériel de la couche 5 de l'espace 5-2-B

189Le matériel céramique (fig. 52)

Fig. 52 : Fouille 1, habitation 5-2-B, couche 5, 350-325 av. J.-C.

Fig. 52 : Fouille 1, habitation 5-2-B, couche 5, 350-325 av. J.-C.

Tableau statistique et typologique des céramiques.

190Céramique non tournée : 771 tessons, dont 22 urnes et 30 coupes.

  • Urne de forme VC-U3 : 1 contact col-panse décoré d'une rangée horizontale de coups incisés étroits et obliques à gauche surmontant une ligne brisée incisée grossièrement, ressaut au niveau du contact col-panse, panse peignée jusque dans la zone du décor (fig. 53, n° 7).

  • Urne de forme VC-U6a : urne à panse arrondie, sans col et bord rentrant H04.

  • Urne de forme indéterminée : 1col haut convergent à bord éversé C01/C03 (fig. 53, n° 10) ; 12 bords (3 bords C01, 3 bords C03, 1 bord C02, 1 bord C04, 1 bord C08, 1 bord C09, 1 bord C11 et 1 bord D04 ; 3 contacts col-panse décorés d'une rangée horizontale d'impressions ovalaires obliques faites au peigne ou avec un coin de règle ; 1 tesson de partie supérieure de panse peignée portant un cordon horizontal avec impressions rondes (fig. 53, n° 8).

  • Coupe et jatte de forme VC-C1a : 13 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord divergent E01 (3 ex.), D04 (2 ex.) ou E07 (1 ex.) (fig. 53, n° 11).

  • Jatte de forme VC-C1b : 1 exemplaire à panse arrondie-convexe et bord parallèle F01 (fig. 53, n° 12).

  • Coupe et jatte de forme VC-C1c : 7 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord convergent I05 (2 ex.), I01 (2 ex.) (fig. 53, n° 13), I04 (2 ex.) ou I01/I05 (1 ex.).

  • Coupelle de forme VC-C2b : 1 exemplaire à panse carénée et bord convergent I05 (fig. 53, n° 9).

  • Coupe de forme VC-C3 : 1 coupe tronconique à bord C19, à marli vers l'intérieur orné de traits parallèles transversaux finement gravés (fig. 53, n° 16).

  • Coupe-couvercle de forme VC-C4 : 1 exemplaire tronconique à bord C01 dans le prolongement de la panse (fig. 53, n° 15 ; CNT-LOR V2b2).

  • Jatte de forme VC-C5 : 6 exemplaires grossiers à bord parallèle à lèvre décorée : exemplaires à bord divergent E04 (3 ex.) ou DO4 (1 ex.) ou à bord parallèle F04 (1 ex.) (fig. 53, n° 14 ; CNT-LOR J1d), portant des coups incisés ou des impressions sur le dessus de la lèvre.

  • Urnes ou coupes : 1 fond plat et 1 fond creux.

Fig. 53 : Fouille 1, habitation 5-2-B, couche 5, 350-325 av. J.-C.

Fig. 53 : Fouille 1, habitation 5-2-B, couche 5, 350-325 av. J.-C.

Céramique non tournée délicate (n° 1 à 6), non tournée (n° 7 à 16, 27 et 28), attique (n° 8), pâte claire (n° 17 à 21), grise monochrome (n° 22 à 24), commune tournée du Languedoc oriental (n° 25 et 26) (dessin et DAO B. Dedet).

  • Céramique non tournée délicate : 3 parties supérieures d'urnes de forme VC-D3, col divergent, bord évasé C01 ou C03, panse à profil arrondi très galbé (diam. ouv. : respectivement 190 mm, 180 mm et 120 mm) (fig. 53, n° 1, 2 et 6) ; partie supérieure d'une urne de forme VC-D4, col parallèle (diam. max. cons. panse : 185 mm) (fig. 53, n° 4) ; 2 panses d'urnes de forme VC-D3 ou VC-D4, à profil arrondi très galbé (fig. 53, n° 3 et 5). Tous ces exemplaires ont une pâte fine et une surface lustrée.

191Céramiques tournées fines : 70 tessons.

192Céramique commune tournée du Languedoc oriental (CCT-LOR) : 8 tessons (0,8 % du total céramique et 11,4 % de la céramique tournée fine). Partie supérieure d'une coupe de forme 4 (fig. 53, n° 26) et 1 pied annulaire de coupe de forme non déterminée (fig. 53, n° 25).

193Céramique à pâte claire de type massaliète : 55 tessons (78,6 % de la céramique tournée fine).

  • Coupe à anse de tradition B2 : 1 tesson de panse avec départ d'anse (CL-MAS 423 ou CL-MAS 426).

  • Coupe imitant la coupe attique de type C : 1 pied en trompette (Agora 1413 ; (Sparkes, Talcott 1970, 1, 264 (datation deuxième quart Ve s.) et 2, fig. 4) (fig. 53, n° 20).

  • Coupe à carène basse et anses au niveau de la lèvre : partie supérieure d'un exemplaire avec départ d'anse (CL-MAS 433) (fig. 53, n° 19).

  • Cruches ou urnes : 3 bords dont 1 peint (fig. 53, n° 17 et 18), 2 tessons de panses peints avec bandes horizontales et cercle, ce dernier non tracé au compas (fig. 53, n° 21) et 2 fragments d'anses.

194Céramique grise monochrome : 7 tessons (10 % de la céramique tournée fine). Parmi eux : 2 coupes carénées du groupe 9 de C. Arcelin-Pradelle, de forme GR-MONO 6a ou 6b, décorées d'ondes et de lignes horizontales (fig. 53, n° 22 et 23) et 1 tesson de cruche avec départ d'anse, de groupe non déterminé, de forme GR-MONO 8 probable (fig. 53, n° 24).

195Amphore

196Amphore massaliète : 90 tessons informes.

197Autres objets

  • 2 rondelles découpées dans des tessons de panses d'urnes non tournées ; diam. : 48 à 57 mm et 45 à 48 mm (fig. 53, n° 27 et 28).

  • Morceau de lissoir en schiste de provenance alluviale, possiblement du Gardon, sans trace de taille ; L. cons. : 65 mm ; l. cons. : 35 mm ; ép. : 30 mm.

  • Morceau de corne poli.

198B) Le matériel de la couche 4 de l'espace 5-2-B

199Le matériel céramique (fig. 54)

Fig. 54 : Fouille 1, habitation 5-2-B, couche 4, 350-325 av. J.-C.

Fig. 54 : Fouille 1, habitation 5-2-B, couche 4, 350-325 av. J.-C.

Tableau statistique et typologique des céramiques.

200Céramique non tournée : 811 tessons, dont 18 urnes et 19 coupes.

  • Urne de forme indéterminée : 4 cols hauts convergents avec bord éversé C01 ou C01/C03 ; 14 bords (4 bords C01, 4 bords C03, 2 bords C01/C03, 1 bord B01, 1 bord C07, 1 bord C08, 1 bord C09) ; partie inférieure d'une panse lissée sommairement et fond plat (fig. 55, n° 2) ; 2 fonds plats ; 9 contacts col-panse décorés :

  • deux lignes brisées se chevauchant et surmontant une ligne horizontale, le tout incisé grossièrement : 1 ex. (fig. 55, n° 3h).

  • rangée horizontale d'impressions en coin de règle, surmontée dans un cas par deux lignes horizontales largement incisées : 5 ex. (fig. 55, n° 3a, 3c, 3d, 3f et 3g) ;

  • rangée horizontale de coups incisés étroits et obliques à gauche (fig. 55, n° 3b) ;

  • une ligne brisée largement incisée ;

  • un cordon impressionné (fig. 55, n° 3e).

  • Coupe et jatte de forme VC-C1a : 6 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord divergent E01 (1 ex.), E04 (3 ex.), E04/E07 (1 ex.) (fig. 55, n° 4 ; CNT-LOR C1a) ou E08 (1 ex.).

  • Coupe et jatte de forme VC-C1b : 7 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord parallèle E01 (4 ex.), ou E04 (1 ex.), ou E07 (1 ex.) ou F04 (1 ex.) (CNT-LOR C1).

  • Coupe et jatte de forme VC-C1c : 7 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord convergent I01/I05 (CNT-LOR C2).

  • Coupe de forme VC-C3 : 2 coupes tronconiques à bord à marli B01 ; l'une d'elle est ornée de traits parallèles transversaux finement gravés sur le marli (fig. 55, n° 5 et 8).

  • Coupe-couvercle de forme VC-C4 : 1 coupe-couvercle tronconique à bord rectiligne aminci D09 (CNT-LOR V2a).

  • Jatte de forme VC-C5 : 2 jattes grossières à bord parallèle D04/D07 ou D04/F04, avec, sur le dessus de la lèvre, des impressions circulaires ou des coups incisés (fig. 55, n° 6 et 7 ; CNT-LOR J1d).

  • Céramique non tournée délicate : partie supérieure d'un exemplaire de forme VC-D3 à col bas de profil concave, bord éversé à lèvre arrondie-aplatie C01/C03, panse surhaussée à courbure très prononcée, pâte fine à surface lustrée, sans différence entre col et panse (diam. ouv. : 186 mm) (fig. 55, n° 1).

Fig. 55 : Fouille 1, habitation 5-2-B, couche 4, 350-325 av. J.-C.

Fig. 55 : Fouille 1, habitation 5-2-B, couche 4, 350-325 av. J.-C.

Céramique non tournée délicate (n° 1), non tournée (n° 2 à 8), attique (n° 9), commune tournée du Languedoc oriental (n° 10), grise monochrome (n° 11), amphore étrusque (n° 12), terre cuite (n° 13), bronze (n° 14) (dessin et DAO B. Dedet).

201Céramiques tournées fines : 23 tessons

202Céramique attique : 1 tesson (4,3 % de la céramique tournée fine), bord de pyxis de type Agora 1298 ou 1300 (Sparkes, Talcott 1970, 1, p. 327 (dernier quart Ve s. ou vers 400) et 2, fig. 11) (AT-VN 1298-1302) (fig. 55, n° 9).

203Céramique commune tournée du Languedoc oriental (CCT-LOR) : 5 tessons (21,7 % de la céramique tournée fine). Partie supérieure d'urne à embouchure rétrécie de forme 2 (fig. 55, n° 10).

204Céramique à pâte claire de type massaliète : 12 tessons (52,2 % de la céramique tournée fine) dont 1 bord de coupe à anse de tradition B2 (CL-MAS 423 ou 426).

205Céramique grise monochrome : 5 tessons (21,7 % de la céramique tournée fine) dont 1 bord d'urne du groupe 3 de C. Arcelin-Pradelle, de forme GR-MONO 7 (fig. 55, n° 11).

206Amphores

207Amphore étrusque : 1 tesson (2,6 du total des amphores), morceau d'anse de petite dimension d’amphore de type A-ETR 4 (fig. 55, n° 12).

208Amphore massaliète : 38 tessons informes (97,4 du total des amphores).

209Autres objets

  • Fibule en bronze de type 8 de C. Tendille (1978, 88-90 ; 450-350) : arc surbaissé, filiforme et épaissi de section ronde, pied replié vers l'arc, ressort à six spires et corde interne ; il manque l'extrémité du pied et la majeure partie de l'ardillon ; L. cons. : 43 mm ; l. ressort : 14,25 mm (fig. 55, n° 14)

  • Fusaïole en terre cuite, profil à carène avec méplat et profil concave de part et d'autre (haut. : 28,5 mm ; diam. : 43,5 mm) (fig. 55, n° 13). Cette objet a été cassé verticalement et seule en subsiste une moitié.

  • Rondelle découpée dans un tesson de vase non tourné ; diam. : 54 à 55 mm.

  • Lissoir ou pierre à aiguiser, incomplet, en schiste de provenance alluviale, possiblement du Gardon, montrant un lissage sur ses deux faces étroites, résultant de l'usage ; L. cons. : 45 mm ; l. : 36 mm ; ép. : 18 mm.

2.6. Séquence 6 : l'habitation 6-2-C, détruite dans le dernier quart du IVe s. av. J-C

210L'habitation 6-2-C se trouve dans un secteur où le substrat rocheux n'est qu'à 0,50 m sous la surface actuelle. Elle est implantée directement sur une fine strate d'altération de ce substrat. Elle est marquée par une mince couche de terre gris sombre, couche 3, de 5 à 10 cm d'épaisseur conservée sur une aire grossièrement circulaire, d'environ 5 m de diamètre. Elle est immédiatement surmontée par les témoins de la phase Vié-Cioutat III, avec notamment la base de deux murs et une légère cuvette où repose le fond d'une amphore Dressel 20.

Fig. 56 : Fouille 1, habitation 6-2-C, couche 3, 325-300 av. J.-C.

Fig. 56 : Fouille 1, habitation 6-2-C, couche 3, 325-300 av. J.-C.

A : vue partielle prise du nord (m = murs de la phase Vié-Cioutat III ; 11 à 13 renvoient aux numéros des vases de B (12a et 12b, respectivement parties inférieure et supérieure du vase 12) ; B : plan ; C : coupe (cliché, dessin et DAO B. Dedet).

211La base de cette couche 3 est bien marquée par différents vestiges (fig. 56) :

  • au nord, un foyer construit, composé d'une sole d'argile de 2 cm d'épaisseur, à surface lissée conservée sur environ 30 cm de diamètre, reposant directement sur la couche d'altération du rocher ;

  • deux amas de charbons et de cendres, l'un, de 40 cm de diamètre, au sud-ouest, et l'autre, de 25 cm de diamètre, au sud-est ;

  • 20 récipients en céramique non tournée, écrasés sur le sol, deux éléments de meule et une monnaie. Du fait de la faible épaisseur conservée de la couche 3, les vases ne sont pas complets et le manque varie du quart à la moitié.

212Cette couche renferme des morceaux de torchis, restes possibles de parois en matériaux périssables. À l'exception du foyer construit, aucune autre structure d'aménagement du lieu n'est conservée, mais les vases en place marquent l'existence d'un lieu couvert, et la présence du foyer et des tas de charbons laissent supposer une habitation. Aucun reste de paroi n'est conservé, et au-delà de cette aire de quelque 5 m de diamètre, les niveaux de la phase Vié-Cioutat III reposent directement sur le rocher, ayant fait disparaître toute trace antérieure.

213S'agit-il d'une petite maison de plan grossièrement circulaire, limitée à l'aire conservée de la couche 3 ? Dans cette hypothèse, les vases seraient placés près de la paroi curviligne, au nord, à l'ouest et au sud, et leur absence à l'est signalerait l'entrée de l'édifice dans cette direction. Mais force est de constater que la surface de cette habitation serait alors fort réduite, de l'ordre de 16 à 20 m2. Peut-être faut-il imaginer une extension de cet édifice vers l'est, vide de tout dépôt d'objets ? En l'absence des parois, seule serait visible pour nous la partie de la maison servant à la préparation des repas et au rangement de l'attirail domestique, tandis que celle destinée aux repas et au repos ne serait pas perceptible. Cette différence nette entre les deux secteurs de l'espace habité est bien saisissable lorsque les parois de l'édifice sont conservées, comme c'est le cas pour les maisons de Gailhan au Ve s. av. J.-C. (Dedet 1987 ; Dedet 1990a).

214Le matériel céramique et la monnaie découverts permettent de dater cette habitation du dernier quart du IVe s. av. J.-C.

215A) Le matériel en place

216Tous les vases sont en céramique non tournée (leur numérotation renvoie à celle du plan de la fig. 56).

Fig. 57 : Fouille 1, habitation 6-2-C, couche 3, 325-300 av. J.-C.

Fig. 57 : Fouille 1, habitation 6-2-C, couche 3, 325-300 av. J.-C.

Urnes non tournées n° 20 et n° 1 (cliché, dessin et DAO B. Dedet).

  • 1 : Urne de forme VC-U4a (fig. 57, n° 1), couchée, ouverture vers l'ouest. Urne de facture peu soignée, à col haut divergent rectiligne, bord évasé avec lèvre C13 irrégulière, panse surhaussée, pas de rupture dans le profil au niveau du contact col-panse, fond plat, décor d'un rang horizontal de coups incisés étroits et obliques, alternativement à gauche et à droite sur la partie supérieure de la panse, col et panse avec même lissage sommaire ; haut. : 236 mm ; diam. panse : 204 mm.

  • 2 : Partie mobile de meule en schiste gréseux de provenance alluviale ; L. : 165 mm (fig. 63, n° 2).

  • 3 : Partie dormante de petite meule de même matière que la précédente ; usure concave de 3 mm sur la face supérieure ; L. : 160 mm (fig. 63, n° 3).

  • 4 : Support d'objet ou brûle-parfum (?) en céramique non tournée (fig. 62, n° 4), découvert à proximité immédiate du foyer. Il se compose de deux coupelles tronconiques, opposées et reliées par une colonne pleine, cylindrique et lisse, munie d'une anse verticale en ruban ; haut. : 114 mm. Ces deux coupelles, à bord rectiligne et lèvre arrondie, sont très semblables, à ceci près que l'une est légèrement plus large et moins profonde que l'autre (diam. et prof. int. : 75 mm et 23 mm pour l'une et 82 mm et 19 mm pour l'autre. Toutes traces de combustion secondaire à l'intérieur des deux coupelles sont absentes, mais en l'absence d'analyse de chimie organique permettant d'identifier des contenus, on ne peut exclure que cette pièce n'ait pas servi de brûle-parfum. S'il s'agit d'un support, l'objet supporté, peut-être un vase, devait être de petites dimensions vu la faible dimension de la surface d'appui de la base. De ce point de vue la comparaison avec le vase support de la tombe 1 de la Bergerie-Hermet à Calvisson, Gard, daté de la fin du VIe s. av. J.-C., est éloquente (Dedet, Py 1973, 40-41).

  • 5 : Grande urne de forme VC-U5 (fig. 59, n° 5), couchée, fond à l'ouest et col détaché et déplacé à 1,4 m au sud-est. Urne de facture peu soignée, col bas divergent à bord C03, panse haute peu galbée, profil en S sans rupture au contact col-panse, fond légèrement creux, pas de décor ; col et panse avec même lissage. Haut. : 420 mm, diam. panse : 276 (s'apparente à CNT-LOR U5a1, mais s'en distingue par un col plus bas et l'absence de décor).

  • 6 : Découverte sous l'urne précédente, à son contact même, une obole de Marseille à la roue et MA avec tête à gauche, argent (inv. VC-1180) (fig. 63, n° 6). D/ tête à gauche, à chevelure bouclée, favoris visibles. R/ roue à quatre rayons, légende MA dans deux cantons ; centre de la croix comportant une boule ; lettres collées au cercle, en bâtonnets et non bouletées. M/ argent ; poids : 0,66 g ; direction des coins : 7 h ; mod. : 9,3 à 10,7 mm ; ép. : 1,6 mm. Datation : cette obole appartient au groupe ancien du type OBM-10, dont la chronologie s'étend de la fin du IVe à la fin du IIe s. av. J.-C., et serait l'un des exemplaires les plus anciens attestés dans la région (Py 2006, 37-41).

Fig. 58 : Fouille 1, habitation 6-2-C, couche 3, 325-300 av. J.-C.

Fig. 58 : Fouille 1, habitation 6-2-C, couche 3, 325-300 av. J.-C.

Coupe-couvercle n° 18, urnes n° 21 et n° 9 en céramique non tournée (clichés, dessins et DAO B. Dedet).

  • 7 : Partie inférieure d'une probable coupe-couvercle de forme VC-C4, renversée, face intérieure contre le sol (fig. 62, n° 7). Panse tronconique, très soigneusement lissée à l'extérieur, fond annulaire bas. Haut. cons. : 30 mm ; diam. fond : 57 mm.

  • 8 : Petite jatte de forme VC-C1a, écrasée face extérieure contre le sol (seuls les deux tiers sont conservés) (fig. 62, n° 8). Panse arrondie-convexe, bord divergent à lèvre arrondie E02 et fond plat ; lissage fruste à l'intérieur et à l'extérieur. Haut. : 74 mm ; diam. : 197 mm (CNT-LOR C1a).

  • 9 : Urne de forme non déterminée, dont il manque le col et le contact col panse (fig. 58, n° 9). Panse globulaire haute, fond plat ; surface lissée mais présentant des stries horizontales, parallèles et peu profondes sur le haut de la panse. Haut. cons. : 142 mm ; diam. : 180 mm.

  • 10 : Jatte de forme VC-C5 (fig. 63, n° 10), bord élargi et aplati E07, décoré de coups incisés sur le dessus de la lèvre ; bec verseur très peu proéminent, aménagé sur le bord ; fond manquant ; lissage fruste des surfaces intérieures et extérieures. Haut. cons. : 51 mm ; diam.  : 284 mm (CNT-LOR J1d).

Fig. 59 : Fouille 1, habitation 6-2-C, couche 3, 325-300 av. J.-C

Fig. 59 : Fouille 1, habitation 6-2-C, couche 3, 325-300 av. J.-C

Urne non tournée n° 5 (cliché, dessin et DAO B. Dedet).

  • 11 : Jatte de forme VC-C1a, écrasée face extérieure contre le sol (fig. 62, n° 11). Panse arrondie-convexe, bord divergent à lèvre arrondie et épaissie E12 et fond plat ; lissage soigné des surfaces intérieures et extérieures. Haut. : 124 mm ; diam. : 360 mm (CNT-LOR C1a).

Fig. 60 : Fouille 1, habitation 6-2-C, couche 3, 325-300 av. J.-C.

Fig. 60 : Fouille 1, habitation 6-2-C, couche 3, 325-300 av. J.-C.

Urnes non tournées n° 13 et n° 19 (clichés, dessins et DAO B. Dedet).

  • 12 : Grand vase en céramique non tournée délicate, de forme VC-D2 (fig. 61, n° 12), écrasé incliné de l'est (fond) vers l'ouest (bord) à panse carénée (de forme 7). Col bas convergent, bord éversé à lèvre très élargie avec méplat vers l'intérieur D08, base du col ornée d'une baguette horizontale, panse surbaissée à carène arrondie, pied bas légèrement oblique, avec une baguette anguleuse horizontale au contact pied-panse. Pâte fine, Surfaces lustrées, sans différence entre col, panse et pied. Haut. : 238 mm ; diam. panse : 430 mm.

Fig. 61 : Fouille 1, habitation 6-2-C, couche 3, 325-300 av. J.-C.

Fig. 61 : Fouille 1, habitation 6-2-C, couche 3, 325-300 av. J.-C.

Urnes non tournées délicates n° 12 et n° 16 (clichés, dessins et DAO B. Dedet).

  • 13 : Partie supérieure de grande urne de forme VC-U2 (fig. 60, n° 13). Col bas convergent, bord éversé à lèvre C01 ; panse haute très galbée, rupture du profil au niveau col-panse, contact col-panse décoré d'un rang horizontal de coups incisés larges et obliques à droite, souvent reliés par un trait incisé oblique, le tout surmonté d'une droite horizontale incisée ; col lissé soigneusement, panse peignée. Haut. cons. : environ 180 mm ; haut. tot. : de l'ordre de 450 mm ; diam. panse : 420 mm (proche de CNT-LOR U5d).

  • 14 : Petite coupe de forme VC-C1c (fig. 62, n° 14). Panse arrondie-convexe, bord convergent à lèvre arrondie I01 et fond ombiliqué ; lissage fruste des surfaces intérieures et extérieures. Haut. : 49 mm ; diam. max. : 81,5 mm (CNT-LOR C5d).

Fig. 62 : Fouille 1, habitation 6-2-C, couche 3, 325-300 av. J.-C.

Fig. 62 : Fouille 1, habitation 6-2-C, couche 3, 325-300 av. J.-C.

Coupes non tournées n° 7, 8, 11, 14, 17 et 22, et vase-support n° 4 (clichés, dessin et DAO B. Dedet).

  • 15 : Grande jatte de forme VC-C5 (fig. 63, n° 15). Jatte à bord élargi, aplati et incliné vers l'intérieur E08, dépourvue de tout décor ; fond plat ; lissage fruste des surfaces intérieures et extérieures. Haut. : environ 188 mm ; diam. : 440 mm (CNT-LOR J1e).

  • 16 : Moitié supérieure d'urne en céramique non tournée délicate, de forme VC-D1 (fig. 61, n° 16). Col moyen convergent, bord éversé à lèvre très élargie avec méplat vers l'intérieur, partie supérieure de la panse à profil arrondi ; surfaces lustrées, sans différence entre col et panse et pied. Haut. cons. : 280 mm ; haut. tot. estimée : de l'ordre de 300 mm ; diam. estimé panse : 250 mm.

  • 17 : Jatte de forme VC-C1c (fig. 62, n° 17). Panse arrondie-convexe, bord convergent à lèvre épaissie I08 et fond plat ; lissage soigné des surfaces intérieures et extérieures ; échancrure pour verser, pratiquée avant cuisson sur le bord. Haut. : 94 mm ; diam. : 329 mm (CNT-LOR C2a).

  • 18 : Coupe-couvercle de forme VC-C4 (fig. 58, n° 18). Panse tronconique, bord D03 dans le prolongement de la panse, fond annulaire bas ; surfaces extérieure et intérieure très soigneusement lissées. Haut. : 66 mm ; diam. : 207 mm (CNT-LOR V2a). Son diamètre et sa localisation à proximité immédiate du col de l'urne n° 21 laissent penser qu'il s'agit du couvercle de cette dernière (fig. 58, n° 21).

Fig. 63 : Fouille 1, habitation 6-2-C, couche 3, 325-300 av. J.-C.

Fig. 63 : Fouille 1, habitation 6-2-C, couche 3, 325-300 av. J.-C.

Obole n° 6, coupes non tournées n° 10, 15 et 23, meules n° 2 et 3. 1 et 2 : fusaïoles ; 3 : fibule en bronze ; 4 : tôle de bronze ; 5 : bracelet en fer ; 6 : scories de fer (clichés, dessin et DAO B. Dedet).

  • 19 : Urne de forme VC-U1d (fig. 60, n° 19). Col fortement arqué à bord divergent et lèvre aplatie D05, panse en tronc de cône, profil anguleux au contact col-panse, ce dernier décoré d'une ligne ondée largement incisée, surfaces lissées, sans différence entre col et panse. Haut. : 180 mm ; diam. max. : 161 mm (CNT-LOR U5a2).

  • 20 : Urne de forme VC-U1b (fig. 57, n° 20). Col convergent haut, bord divergent D08 à méplat vers l'intérieur ; panse haute peu galbée, ressaut au contact col-panse décoré d'un rang horizontal de coups incisés obliques à gauche ; col lissé plus soigneusement que la panse. Haut. : 292 mm ; diam. panse : 231 mm (pas d'équivalent dans la CNT-LOR du Dicocer1 ; se rapproche de la forme de CNT-BER U1, mais s'en distingue par le décor).

  • 21 : Urne de forme VC-U3 (fig. 58, n° 21). Col convergent haut, rectiligne, à bord éversé C03 ; panse moyenne, ressaut au contact col-panse décoré d'un rang horizontal d'impressions de coins de règle subverticaux et d'une double ligne brisée grossièrement incisée, fond légèrement creux ; col lissé, panse légèrement peignée. Haut. : 280 mm ; diam. panse : 244 mm (se distingue de CNT-LOR U5d par le galbe de la panse).

  • 22 : Jatte VC-C1c dont il manque le fond (fig. 62, n° 22). Panse arrondie-convexe, bord convergent à lèvre arrondie I0. Haut. estimée : 75 mm ; diam. : 294 mm (CNT-LOR C2a).

  • 23 : Jatte de forme VC-C5 (fig. 63, n° 23). Jatte à bord élargi et aplati E07, avec décor d'impressions ovalaires sur le côté extérieur de la lèvre. Haut. cons. : 58 mm ; diam. : 245 mm (proche de CNT-LOR J1f, mais s'en distingue par la place du décor).

  • Fusaïole en terre cuite, biconique (haut. : 30 mm ; diam. : 54 mm) (fig. 63, n° 1).

  • Fusaïole en terre cuite à profil arrondi (haut. : 28,5 mm ; diam. : 41,5 mm) (fig. 63, n° 2).

  • Morceau de fibule en bronze de type 3, 4 ou 5 de C. Tendille (Ve-début IVe s. av. J.-C.) : pied redressé à bouton conique et extrémité du porte-ardillon (fig. 63, n° 3). Le pied a été volontairement replié et plaqué contre le porte-ardillon ; longueur de l'ensemble : 13,85 mm. Cet élément pourrait correspondre à la récupération d'un objet cassé ou désuet et préparé pour une refonte.

  • Morceau de tôle de bronze fine, repliée sur elle-même (fig. 63, n° 4) ; L. max. cons. : 30 mm ; ép. : 3 mm. Peut-être s'agit-il d'un placage de petit récipient ?

  • 1 morceau de bracelet en fer, à tige de section circulaire de 4 à 10 mm d'épaisseur (fig. 63, n° 5). Décor, sur la face externe, de protubérances irrégulières ; diam. int. : 50 mm ; diam. ext. (hors protubérances) : 58 mm (semble un peu plus récent que l'objet précédent).

  • Morceau de culot de fer, dont la surface inférieure, de plan convexe, a moulé le fond du foyer ; L. cons. : 60 mm ; poids : 97,8 g (fig. 63, n° 6).

  • 2 scories de fer ; L. max. : 37 mm et 47 mm 60 mm ; poids total : 87,6 g (fig. 63, n° 7 et 8).

217B) Tessons erratiques

218Céramique non tournée

Fig. 64 : Fouille 1, habitation 6-2-C, couche 3, 325-300 av. J.-C.

Fig. 64 : Fouille 1, habitation 6-2-C, couche 3, 325-300 av. J.-C.

Céramique non tournée délicate (n°1 et 2), non tournée (n° 3 à 19), commune tournée du Languedoc oriental (n° 20), pâte claire (n° 21 et 22), amphore massaliète (n° 23) (dessin et DAO B. Dedet).

  • Urne de forme VC-U6a : partie supérieure d'un exemplaire à panse à profil arrondi, sans col, embouchure resserrée à bord I05, panse lissée (fig. 64, n° 11 ; CNT-LOR U6a2).

  • Urne de forme indéterminée : 5 bords (C11, C01/C09, G02, C01 ; C11 ou C12 et C13 (fig. 64, n° 3 à 7) ; contact col-panse décoré d'une ligne horizontale de coups incisés larges et obliques (fig. 64, n° 9) ou d'une rangée horizontale d'impressions en coin de règle (fig. 64, n° 8) ; partie inférieure d'une urne à fond plat, surface lissée (fig. 64, n° 10).

  • Coupe et jatte de forme VC-C1a : 4 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord divergent E01 (2 ex.) (fig. 64, n° 14 et 15), E01/E03 (1 ex.) (fig. 64, n° 16) ou E07 (1 ex.) (fig. 64, n° 17).

  • Jatte de forme VC-C2b : 1 exemplaire à bord convergent H01 (fig. 64, n° 12 ; CNT-LOR C4).

  • Jatte de forme VC-C3 : 1 exemplaire à bord à marli A01/B01, non décoré (fig. 64, n° 13).

  • Coupe-couvercle de forme VC-C4 : 2 exemplaires tronconiques à bord D07 (fig. 64, n° 18 et 19).

  • Céramique non tournée délicate à pâte fine et lustrée : partie supérieure d'une urne VC-D3 à col divergent, bord éversé à lèvre arrondie C01 (diam. ouv. : 240 mm) (fig. 64, n° 1) ; partie supérieure d'un exemplaire caréné VC-D5, bord éversé à lèvre arrondie C01 (diam. ouv. : 210 mm) (fig. 64, n° 2).

219Céramiques tournées fines

220Céramique commune tournée du Languedoc oriental (CCT-LOR) : 1 bord d'urne de forme 1 (fig. 64, n° 20).

221Céramique à pâte claire de type massaliète :

  • Coupe de tradition B2 : 1 anse (fig. 64, n° 22) ;

  • Olpé : 1 anse verticale de section ronde (fig. 64, n° 21).

222Céramique grise monochrome : 2 tessons appartenant aux groupes 3 et 9.

223Amphore

224Amphore massaliète : 1 bord de type 5 (datation : 450-300) (Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, 144-181) (fig. 64, n° 23).

2.7. Le secteur 3

225À l'est du secteur 2, le secteur 3 est une zone où le substrat rocheux est plus profond, limité vers l'ouest par une saute presque verticale de celui-ci, de 0,50 à 0,80 m de dénivelé, et au sud par une remontée par paliers, correspondant aux strates calcaires (fig. 7). La phase Vié-Cioutat I a laissé ici une épaisse couche terreuse mais, malgré cette profondeur du substrat rocheux, aucune structure aménagée ni aucune portion de sol n'a pu y être repérée, à l'exception d'une petite aire de quelque trois mètres carrés dans la zone C1.

226La zone 3-A, située sous des constructions des phases Vié-Cioutat II et III, a déjà fait l'objet d'une publication détaillée (Dedet 1973) ; nous n'y reviendrons donc pas sauf pour mentionner les éléments remarquables du sol de la zone C1-1968. On trouvera par contre ici la relation concernant les zones 3-B et 3-C, situées, respectivement, sous les maisons 1 et 2 de l'îlot II, datant du Ier s. av. J.-C. La zone 3-D, pour sa part, a été remaniée dès le Ier s. av. J.-C. par la construction de la salle A de la maison 1 de l'îlot 3.

2.7.1. Zone 3-A

227Dans la zone 3-A, une portion de sol est conservée sur trois mètres carrés environ, marquée par les portions de plusieurs vases partiellement reconstituables, datables du Ve s. av. J.-C. (fig. 7.) Parmi le matériel précédemment étudié (Dedet 1973, 10-22), divers éléments méritent des précisions complémentaires.

Fig. 65 : Fouille 1, Zone 3-A.

Fig. 65 : Fouille 1, Zone 3-A.

Céramiques non tournées (dessins et DAO B. Dedet).

  • fig. 65, n° 1 : partie supérieure d'une grande urne non tournée de forme VC-U1c. Col convergent peu arqué, à bord légèrement divergent C01, panse surhaussée, profil anguleux au contact col-panse décoré d'une rangée de profondes impressions fusiformes presque horizontales, lissage soigné sur le col, ébauché sur la panse ; diam. panse : 590 mm (proche de CNT-LOR U5a).

  • fig. 65, n° 2 : partie supérieure d'une urne non tournée de forme VC-U1a. Col convergent à bord divergent C03, panse surhaussée, profil en S sans rupture au contact col-panse décoré d'une rangée horizontale d'impressions fusiformes faites par déplacement de l'outil, lissage soigné sur le col, ébauché sur la panse ; diam. panse : 215 mm (CNT-LOR U5a1).

  • fig. 65, n° 3 : partie supérieure d'une urne non tournée de forme VC-U1c. Col convergent peu arqué à bord divergent C03, panse tronconique, profil anguleux au contact col-panse décoré d'une rangée horizontale d'impressions en coin de règle, lissage soigné sur le col, ébauché sur la panse ; diam. panse : 220 mm (CNT-LOR U5a2).

  • fig. 65, n° 4 : partie supérieure d'une urne non tournée de forme VC-U1b. Col convergent peu arqué à bord divergent C03, panse surhaussée, profil en S avec rupture au contact col-panse décoré d'une rangée horizontale d'impressions triangulaires faites sans déplacement de l'outil, lissage soigné sur le col, peignage irrégulier sur la panse ; diam. panse : 162 mm (proche de CNT-LOR U4 par la forme, mais s'en distingue par le décor).

  • fig. 65, n° 5 : partie supérieure d'une urne non tournée de forme VC-U2. Col convergent à bord divergent C11, panse surhaussée avec ressaut au niveau du contact col-panse, décoré d'impressions fusiformes obliques groupées deux par deux, col soigneusement lissé et panse peignée ; diam. ouv. : 154 mm (CNT-LOR U5d).

  • fig. 65, n° 6 : partie supérieure d'une jatte VC-C3, panse tronconique légèrement galbée, bord à méplat horizontal B03 ; surfaces extérieure et intérieure polies ; décor d'incisions fines en trois endroits différents : sur la face supérieure du bord, séries de cinq à huit traits obliques par rapport au diamètre du vase ; sur la paroi extérieure, sous le bord, une frise de triangles hachurés, sans base ; sur la paroi intérieure près du fond, une double ligne brisée, mais la cassure empêche d'en apprécier l'ampleur ; diam. ouv. : 247 mm.

  • fig. 65, n° 7 : Fragment de petite urne, à panse arrondie, et départ de col. Décor excisé : sur la base du col, deux lignes de triangles inversés dégageant une ligne brisée champlevée ; sur la partie conservée de la panse, deux alignements de triangles dégageant un alignement de triangles champlevés. La surface extérieure, bien que très altérée, montre un lissage fini sur le col, et un lissage ébauché sur la panse.

Fig. 66 : Fouille 1, Zone 3-A.

Fig. 66 : Fouille 1, Zone 3-A.

Céramique non tournée délicate (n° 1 à 5), grise monochrome (n° 6 et 7), fer (n° 8), verre (n° 9), bronze (n° 10). Pour comparaison, jetons ou poids en bronze de la tombe de Font de la Vie à Saint-Bauzille-de-Montmel, Hérault, milieu du Ve s. av. J.-C. (n° 11 à 13) (clichés, dessins et DAO B. Dedet).

  • fig. 66, n° 1 : partie supérieure d'une urne non tournée délicate de forme VC-D4. Col convergent, bord éversé à lèvre épaissie C07, panse à profil arrondi très galbé, contact col-panse marqué par un ressaut, pâte fine et surfaces lustrées, col comme panse ; diam. ouv. : 207 mm.

  • fig. 66, n° 2 : partie supérieure d'une céramique non tournée délicate : urne de forme VC-D3 ou D4. Départ de col convergent, panse à profil arrondi très galbé, contact col-panse marqué par une rainure, pâte fine et surfaces lustrées, col comme panse ; diam. panse : 200 mm.

  • fig. 66, n° 3 : fragment de col d'urne en céramique non tournée délicate, décoré d'une ligne brisée légèrement tracée à la pointe mousse avant séchage.

  • fig. 66, n° 4 : fragment de partie supérieure de panse carénée de grande urne en céramique non tournée délicate (forme VC-D2 ?), contact col-panse marqué par un léger ressaut, décor de lignes brisées et/ou de triangles légèrement tracés à la pointe mousse avant séchage.

  • fig. 66, n° 5 : fragment de panse carénée de grande urne en céramique non tournée délicate (forme VC-D2), décor de chevrons emboîtés, légèrement tracés à la pointe mousse avant séchage.

  • fig. 66, n° 6 : fragment de coupe carénée grise monochrome du groupe 9, de forme VIa ; décor d'une onde légèrement incisée.

  • fig. 66, n° 7 : fragment de grande coupe carénée grise monochrome du groupe 9, de forme VIa ; décor de trois groupes d'ondes et de deux lignes horizontales incisées.

  • fig. 66, n° 8 : Fibule en fer de type 10 de C. Tendille, à arc de section circulaire, ressort bilatéral à quatre spires et corde externe, pied recourbé vers l'arc, terminé par une boule prolongée par un appendice ; L. max. : 73 mm.

  • fig. 66, n° 9 : Chaton de bague en pâte de verre incolore, légèrement opaque, de forme ovale ; face supérieure légèrement bombée et ornée d'une silhouette humaine en pied, jambes et bras écartés, tenant un objet d'une main ; haut. : 7,6 mm ; l. : 6,5 mm ; ép. : 2,6 mm. La bague à chaton en verre est un objet exceptionnel dans la région à cette époque. Le seul exemplaire connu à ce jour est celui de Roque de Viou, rapporté à la seconde occupation de cet habitat, la seconde moitié du IVe av. J.-C. ou le début du siècle suivant, bien que découvert en surface. Cette bague est en fer et sur, le chaton, figure le profil d'une tête (Tendille 1980, 102). Ce type d'objet, à cette époque, n'est guère attesté que dans des tombes des établissements grecs de Marseille (tombe 247 de Sainte-Barbe ; Moliner et al. 2003, 271 et pl. 15), d'Agde (tombe 77 du Peyrou 2 ; Dedet, Schwaller 2018, 61) et d'Ampurias (Inhumations Martí 101, Bonjoan 71 et Bonjoan 78 ; Almagro 1953, 95, 210 et 212). Seule la bague de Bonjoan 78 a conservé le chaton qui représente, là aussi, un personnage en pied tenant une lance.

  • fig. 66, n° 10 : Jeton en bronze, circulaire, portant, sur chaque face, six cercles incisés, rangés sur deux files ; diam. : 9 mm; ép. : 4,4 mm ; poids : 1,3 g. La fonction de cet objet ne peut guère être définie : pion de jeu comme le suggère M. Py (2016a, 492) ou poids de balance ? Deux exemplaires identiques et de même poids proviennent de la tombe de Font de la Vie à Saint-Bauzille-de-Montmel, Hérault, à 40 km au sud-ouest, datée du milieu du Ve s. av. J.-C. (Dedet 1995, 153, n° 19 et 20, et 154). Ils ont souffert du passage sur le bûcher de l'incinération, mais tous deux sont également gravés de cercles, 6 cercles rangés par paires sur deux files, bien visibles sur le mieux conservé, et les poids sont très proches (1,5 g. et 1,4 g.). Cette sépulture a également livré un troisième exemplaire de même forme mais plus petit, gravé d'un seul cercle, et pesant trois fois moins (0,45 g.) (Ibid., 153, n° 21, et 154) (fig. 66, n° 11, 12 et 13). Des balances avec petits plateaux en bronze sont alors attestées, comme au Cayla de Mailhac aux VIe-Ve s. av. J.-C. et dans la tombe 60 d'Ensérune datée entre 450 et 375 av. J.-C. (Gailledrat, Taffanel 2002, 89 et 90, n° 24 et 26 ; Schwaller, Marchand, Lejars 2018, 451 et 744, n° 6).

2.7.2. Zones 3-B et 3-C

228Dans les zones 3-B et 3-C (fig. 7), la phase Vié-Cioutat I est marquée par une couche homogène (couche 4), formée d'une terre très noire, contenant de nombreuses petites pierres calcaires locales, d'un module ne dépassant pas le décimètre, des tessons de vases et des morceaux d'os d'animaux, le tout éparpillé. Cette couche repose directement sur le substrat rocheux, et, en fonction de la profondeur de celui-ci, son épaisseur maximum peut atteindre 0,60 m. En fait, son sommet affleure le haut de la strate rocheuse du secteur 2 central.

229Cette couche 4 a été perforée au cours du Ier s. av. J.-C. par plusieurs fosses organisées en fonction du plan de deux maisons édifiées alors à cet endroit. Sous la maison 2 de la phase Vié-Cioutat II (secteur 3-C), ce sont quatre petites fosses creusées dans la zone où le substrat rocheux est profond, dans certains cas jusqu'au rocher, disposées le long des murs de la maison 2 (fig. 7 et 67, A, fosses Fo 1 à Fo 4 et fig. 67, B). Sous la salle A de la maison 1 de la phase Vié-Cioutat II (secteur 3-B), ces fosses sont plus amples, creusées parallèlement aux murs de la maison, ne laissant subsister la couche 4 que sur une surface réduite (fig. 67, A, fosses Fo I à Fo IX). Comme de part et d'autre du mur commun aux maisons 1 et 2 il s'agit du même remblai témoignant de cette occupation Vié-Cioutat I, le matériel des deux zones 3-B et 3-C a donc été regroupé ici.

Fig. 67 : Fouille 1, Zones 3-B et 3-C.

Fig. 67 : Fouille 1, Zones 3-B et 3-C.

A : plan et coupes. B : vue générale du secteur 3-C2, prise du sud, sous la fondation des murs de la maison 2 de l'îlot 2 du Ier s. av. J.-C. On distingue à gauche et de bas en haut les fosses Fo 3 à Fo 1, creusées dans les niveaux de la phase Vié-Cioutat 1, et à droite le sommet du comblement de la fosse Fo 5 creusée dans le substrat rocheux (cliché, dessins et DAO B. Dedet).

230Rien ne permet de repérer des coupures dans la formation de cette couche 4. Aucun aménagement ni aucune structure bâtie n'apparaît. La répartition du matériel ne montre rien de particulier ; deux tessons recollant entre eux ont parfois été trouvés à plusieurs mètres de distance. Cette couche est pratiquement exempte de tout objet postérieur à la phase Vié-Cioutat I. Il s'agit d'un remblai accumulé entre la fin du Ve s. et la fin du IVe s. av. J.-C., destiné à combler cette partie en creux du substrat rocheux et à la mettre au même niveau que les secteurs 1 et 2 où sont installés divers aménagements et habitations.

231Manifestement ce secteur 3 n'a pas alors servi d'assiette pour des constructions. La raison d'être de ce remblayage a dû être de disposer d'une vaste aire plane à l'intérieur de l'agglomération. En l'absence de vestige caractéristique, son utilisation reste hypothétique : espace de circulation entre des quartiers d'habitations ? Sorte de place du village ? Espace pour des aménagements éphémères servant à sécher ou à conserver des produits de l'agriculture et de la cueillette ? Ou encore enclos à bétail ?

Fig. 68 : Fouille 1, Aires 3-B et 3-C.

Fig. 68 : Fouille 1, Aires 3-B et 3-C.

Tableau statistique et typologique des céramiques.

232Le matériel céramique

233Céramique non tournée : 4 126 tessons.

  • Urne de forme VC-U6a : partie supérieure d'un exemplaire à panse à profil arrondi, sans col, embouchure resserrée à bord I05, panse lissée (fig. 69, n° 5 ; CNT-LOR U6a2).

  • Urne de forme indéterminée : partie supérieure d'un exemplaire à col haut rectiligne et parallèle et bord C03 (fig. 69, n° 1) ; 8 bords C01, 19 bords C03, 1 bord C01/C03, 1 bord C01/C09, 5 bords C02, 1 bord CO6, 2 bords C07, 1 bord C08, 3 bords C11, 1 bord C13, 1 bord D01, 1 bord D04, 2 bords D07, 1 bord D08, 1 bord B01, 1 bord B01/B03, 1 bord C04, 1 bord G04 et 1 bord G02) (fig. 69, n° 2 à 4) ; 14 contacts col-panse décorés d'une rangée horizontale d'impressions en coin de règle (4 ex., fig. 69, n° 6a et 6f), d'impressions arrondies (2 ex., fig. 69, n° 6b), de coups incisés étroits et obliques à gauche (4 ex., fig. 69, n° 6d), de coups incisés larges et obliques à gauche (2 ex., fig. 69, n° 6c), de coups incisés larges et obliques alternativement à gauche et à droite (1 ex., fig. 69, n° 6e), ou d'un cordon avec des impressions digitales circulaires (2 ex., fig. 69, n° 6g et 6i) ou d'un cordon avec des impressions digitales de coups incisés étroits et obliques à droite (1 ex., fig. 69, n° 6h) ; 12 fonds plats, 2 fonds creux et 4 fonds annulaires.

  • Coupe et jatte de forme VC-C1a : 31 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord divergent E01 (13 ex.), E01-E04 (2 ex.), E02 (2 ex.) (fig. 69, n° 15), E04 (7 ex.), E05 (1 ex.), E07 (3 ex.) (fig. 69, n° 16), E08 (1 ex.) ou E09) (2 ex.).

  • Coupe et jatte de forme VC-C1b : 10 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord parallèle E01 (2 ex.) (fig. 69, n° 9 ; CNT-LOR C1a), 5 bords E04 (5 ex.), F01 (1 ex. avec départ d'anse en boudin horizontale juste sous la lèvre) ou F04 (1 ex.).

  • Coupe et jatte de forme VC-C1c : 24 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord convergent (9 bords I05 (9 ex.), 9 bords I01 (9 ex.) (fig. 69, n° 14), 1 bord I08 (1 ex.), 2 bords I09 (2 ex.), 1 bord I05/I09 (1 ex.), 1 bord I07 (1 ex.) (fig. 69, n° 17) ou I02) (1 ex.).

  • Jatte de forme VC-C2b : 1 exemplaire à panse carénée et bord I01/I09 (fig. 69, n° 13 ; CNT-LOR C4).

  • Coupe de forme VC-C3 : 1 coupe tronconique à bord à marli B11 orné de traits parallèles transversaux finement gravés sur le méplat et la partie supérieure de la panse à l'intérieur (fig. 69, n° 10).

  • Coupe-couvercle de forme VC-C4 : 7 exemplaires tronconiques à bord C03 (2 ex., dont un décoré à l'intérieur, juste sous le bord, d'un rang horizontal de pastilles en relief, fig. 57, n° 12), C01 (1 ex.), D01 (2 ex.), D05 (1 ex.) ou E07 (1 ex.)

  • Jatte de forme VC-C5 : 2 jattes grossières à bord divergent E04, avec coups incisés obliques par rapport au rayon sur le dessus de la lèvre (fig. 69, n° 11).

  • Coupe de forme indéterminée : 2 fonds ombiliqués.

  • Urnes ou coupes : 4 fonds plats, 1 fond creux et 5 fonds annulaires.

  • Vase excisé : 1 tesson de probable gobelet, à partie supérieure légèrement concave, décorée d'une droite horizontale et de deux séries de triangles inversés excisés, dégageant une ligne brisée champlevée (fig. 69, n° 8).

  • Céramique non tournée délicate : 1 tesson d'urne de forme VC-D3 ou D4, panse à profil arrondi, col concave, contact col-panse anguleux (fig. 69, n° 21) ; 1 tesson de col, décoré d'une ligne brisée incisée en trait simple après séchage (fig. 69, n° 7).

Fig. 69 : Fouille 1, Secteur 2, Espace 3-B.

Fig. 69 : Fouille 1, Secteur 2, Espace 3-B.

Céramique non tournée (n° 1 à 6 et 8 à 17), non tournée délicate (n° 7 et 21), grise peinte (n° 18 et 20), pâte claire (n° 22 à 30), grise monochrome (n° 31 à 36), amphore massaliète (n° 37 à 41), commune tournée du Languedoc oriental (n° 42 et 43) (dessins et DAO B. Dedet).

234Céramiques tournées fines : 277 tessons.

235Céramique commune tournée du Languedoc oriental (CCT-LOR) : 8 tessons (2,9 % de la céramique tournée fine), dont 2 bords d'urnes de forme 1 (fig. 69, n° 42 et 43).

236Céramique attique à vernis noir : 2 tessons (0,7 % de la céramique tournée fine), dont 1 fragment d'anse de coupe.

237Céramique grise peinte : total 3 (1,1 % de la céramique tournée fine) dont une coupe (GR-PEINTE 4 ; datation 350-175) à pâte gris beige, micacée, tendre, et vernis noir peu adhérant, couvrant l'ensemble de la surface extérieure et intérieure (fig. 69, n° 18) et 1 bord avec anse horizontale au niveau de la lèvre (fig. 69, n° 20).

238Céramique à pâte claire de type massaliète : 198 tessons (3,9 % du total céramique et 71,5 % de la céramique tournée fine) dont :

  • Coupe à anse de tradition B2 (CL-MAS 423 ou CL-MAS 426 ; 575-375) : 2 bords, 4 panses et 3 pieds coniques peints de couleur brun rouge (fig. 70, n° 6 et 7) ;

  • Coupe carénée à bord haut concave (CL-MAS 426), à peinture rouge couvrant l'intérieur et large bande peinte à l'extérieur (fig. 69, n° 19) ;

  • Cruches ou urnes : 7 bords dont 1 peint d'une bande horizontale et d'une bande ondulée (fig. 69, n° 22, 28, 29 et fig. 70, n° 1 et 4), 5 tessons de panses dont une carène avec bande peinte (fig. 70, n° 5), 1 fond à pied bas (fig. 69, n° 23), 4 fonds annulaires (fig. 69, n° 24, 25, et fig. 58, n° 5) et 3 fragments d'anses.

  • Olpés : 2 bords (fig. 69, n° 26 et 27), 1 fond annulaire (fig. 69, n° 30) et un fond légèrement creux (fig. 69, n° 3).

Fig. 70 : Fouille 1, Secteur 2. 1 à 16 : espace 3-C. 17 et 18 : espace 3-C4.

Fig. 70 : Fouille 1, Secteur 2. 1 à 16 : espace 3-C. 17 et 18 : espace 3-C4.

Céramique à pâte claire (n° 1 à 7 et 17), grise monochrome (n° 8), commune tournée du Languedoc oriental (n° 9 et 10), amphore massaliète (n° 11), bronze (n° 12 et 13), terre cuite (n° 14 et 15), pierre (n° 16) (cliché, dessins et DAO B. Dedet).

239Céramique grise monochrome : 66 tessons (23,8 % de la céramique tournée fine) dont :

  • coupe carénée de forme GR-MONO 6 ou 6a : 16 tessons avec décor d'ondes, accompagné souvent de lignes horizontales, dont 1 partie supérieure de vase avec bord (fig. 69, n° 32) et 1 carène (fig. 69, n° 33), 13 fragments de panse (fig. 69, n° 34, 35, 36 et fig. 69, n° 8) ;

  • 1 coupe de forme GR-MONO 2a, à décor ondé (fig. 69, n° 31) ;

  • 2 bords d'urnes ou de cruches.

240Amphore

241Amphore massaliète : 733 tessons dont 1 bord de type 3 (datation : 500-425 ; Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, 144-181) (fig. 69, n° 38), 2 bords de type 3/5 (datation : 475-400 ; Py dir. 1993, 62) (fig. 69, n° 37 et fig. 70, n° 11) et1 bord de type 6 (datation : 450-300 ; Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, 144-181) (fig. 69, n° 39 {425-200}), 1 fond d'amphore 3 (datation : 420-350 ; Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, 131-132) (fig. 69, n° 41 {450-225}) et 1 fragment de col marqué d'une croix incisée (fig. 69, n° 40).

242Autres objets

  • Fibule en bronze de type 8 de C. Tendille, dont seul subsiste l'arc surbaissé, filiforme ; L. cons. : 44 mm ; diam. arc : 2,5 mm (datation : 450-350) (fig. 70, n° 12).

  • Pied de fibule en bronze, à bouton conique et 3 fragments d'ardillon (fig. 70, n° 13).

  • Morceau de dessus de tête de chenet modelé en terre cuite, avec crinière centrale, en céramique à gros dégraissant calcaire ; L. cons. : 77 mm (fig. 70, n° 14).

  • Extrémité de chenet modelé en terre cuite opposée à la tête, à pan coupé (peut-être le même que le précédent) ; sur le dessus, deux dépressions des côtés dégagent un bourrelet axial ; sur la face latérale conservée, décor estampé composé du même motif de trois cercles concentriques ; L. cons. : 80 mm (fig. 70, n° 15).

  • Pilon en calcaire oolithique ferme, de couleur blanche (fig. 70, n° 16) ; cylindre grossier taillé de manière fruste à l'aide d'un instrument pointu non identifiable ; haut. : 42 mm ; diam. : 52 mm.

2.7.3. Zone 3-D

243De la zone 3-D, remaniée dès le Ier s. av. J.-C., ne proviennent que quelques documents antérieurs résiduels.

  • Deux fragments jointifs de la partie supérieure de la panse d'une urne en céramique non tournée, aux surfaces altérées, portant un décor excisé. Deux registres horizontaux sont conservés. De haut en bas : une double rangée de triangles excisés, emboîtés bases inversées, déterminant une bande brisée champlevée ; deux rangées superposées de triangles isocèles, bases alignées à droite (fig. 70, n° 17).

  • Obole de Marseille à la roue et MA avec tête à gauche « cornue », argent (inv. VC-5617) (fig. 70, n° 18). D/ tête à gauche à chevelure finement bouclée, terminée sur le front par une mèche en forme de corne, sans favoris visibles ; frappe légèrement décentrée ; fin grènetis au pourtour. R/ roue légèrement décentrée à quatre rayons, légende MA dans deux cantons ; centre de la croix comportant une boule ; lettres collées au cercle, en bâtonnets et non bouletées ; pas de barre horizontale pour le A. M/ Argent ; poids : 0,64 g ; direction des coins : 2 h ; mod. : 9,6 - 10,5 mm ; ép. : 1,6 mm. Datation : ce type d'obole est attesté régionalement dès le IVe s. av. J.-C., avec des trouvailles dans des contextes de la seconde moitié de ce siècle dans les habitats de Roque de Viou, du Marduel et de l'Île de Martigues (type OBM-8 dans Py 2006, 31-33).

2.8. L'extérieur de l'enceinte de l'habitat du Ier s. av. J-C

244

245Le dégagement de l'enceinte établie autour de l'habitat des phases II et III a permis en deux secteurs, les points 6 et 7 (fig. 5), de relever la présence de vestiges de la phase Vié-Cioutat I à l'extérieur de cette construction et jouxtant son parement.

2.8.1. Point 6

246Dans le secteur nord, l'enceinte de l'habitat du Ier s. av. J.-C. est établie au sommet de la pente abrupte qui dévale jusqu'au cours de la Droude. Lorsque l'observation est possible, le parement extérieur du rempart repose presque partout, soit directement sur le socle calcaire, soit sur la couche argileuse jaune de la décomposition de ce substrat. Sur cette surface figurent parfois quelques documents erratiques, tessons de poteries provenant des occupations Vié-Cioutat II et III, ainsi que morceaux de tegulae et d'imbrices. Cependant au point 6, surmontant le substrat naturel, est conservé un lambeau de couche de terre noire cendreuse, sur lequel est posée la base du rempart. Cette couche, épaisse de quelque 10 cm, est conservée sur 2 m le long du rempart et 1 m de large en avant de celui-ci. Il contient de petites pierres, parfois avec traces de brûlures, des morceaux de soles de foyers, et 34 tessons de vases, deux d'entre eux recassés sur place, et la plupart en position horizontale.

247Céramique non tournée : 30 tessons.

  • Urne de forme VC-U1c : partie supérieure d'un exemplaire dont il manque le bord ; col haut convergent, ressaut du profil au contact col-panse décoré d'une ligne horizontale de coups de peigne obliques col lissé, léger raclage sur la panse ; diam. panse : 160 mm (fig. 71, n° 1 ; (CNT-LOR U5a2).

  • Urne de forme indéterminée : 1 bord D03 (fig. 71, n° 2).

  • Coupe de forme VC-C1a : 2 exemplaires à panse arrondie-convexe et bord divergent E01 ou E03 (fig. 71, n° 3 et 4).

  • Urne ou coupe : 1 fond plat (fig. 71, n° 5).

Fig. 71 : Point 6.

Fig. 71 : Point 6.

Céramique non tournée (n° 1 à 5), commune tournée du Languedoc oriental (n° 6), pâte claire (n° 7) (cliché B. Dedet ; dessin et DAO S. Izac).

248Dolium : 1 fragment de panse peignée.

249Céramiques tournées fines

250Céramique commune tournée du Languedoc oriental (CCT-LOR) : partie supérieure d'une coupe de forme 7, à bord divergent ; peinture orangée couvrant l'intérieur et bande horizontale près du bord à l'extérieur (fig. 71, n° 6).

251Céramique à pâte claire de type massaliète : 1 anse horizontale de coupe de tradition B2, section ronde (fig. 71, n° 7).

252Amphore

253Amphore massaliète : 1 tesson informe.

254L'ensemble de ce matériel entre tout à fait dans le créneau chronologique de la phase Vié-Cioutat I de la fouille 1, soit entre le milieu du Ve et la fin du IVe s. av. J.-C. La coupe à pâte claire, la coupe en céramique commune tournée et l'urne non tournée, dont on retrouve les équivalents dans la fouille 1, l'attestent clairement. Aucun de ces fossiles ne permet toutefois d'avancer une datation plus précise à l'intérieur de cette fourchette. Ces vestiges correspondent à des restes d'habitat de cette période sur lequel le rempart a été construit au Ier s. av. J.-C.

2.8.2. Point 7

255Dans le secteur oriental de l'enceinte, à 5 m du parement extérieur, l'enlèvement de la végétation a amené la découverte d'une portion de la partie supérieure d'une urne non tournée, cassée sur place.

  • Grande urne non tournée de forme VC-U1a : partie supérieure d'un exemplaire, col haut convergent, bord divergent C03, panse surhaussée, profil en S sans rupture au contact du col et de la panse, contact col-panse décoré d'un rang horizontal d'impressions d'extrémité de baguette surmontant une rainure droite profondément incisée avant cuisson, col bien lissé, panse sommairement lissée ; diam. ouv. : 170 mm ; diam. max. cons. : 250 mm (fig. 72) (CNT-LOR U5a1).

Fig. 72 : Point 7.

Fig. 72 : Point 7.

Urne non tournée (cliché B. Dedet ; dessin et DAO S. Izac).

256Cette urne est tout à fait comparable à plusieurs exemplaires provenant de la fouille 1 et admet donc la même datation. Cet élément semble isolé dans ce secteur, mais pourrait signaler que l'occupation de la phase Vié-Cioutat I s'étend sur une aire plus vaste que celle délimitée au Ier s. av. J.-C., dans ce secteur topographiquement plat.

3. Synthèse

3.1. L'agglomération de Vié-Cioutat I

3.1.1. La forme de l'agglomération

257L'agglomération Vié-Cioutat I occupe une surface importante comparée à ses voisines peu ou prou contemporaines de la région sous-cévenole. Elle s'étend sur environ trois hectares de ce rebord de plateau, alors que celle de Gailhan n'occupe qu'un demi-hectare et celle de La Madeleine à Tornac seulement quelque 1000 m2, ces deux dernières étant toutefois installées sur des sommets plus escarpés (Dedet 1987 ; Dedet, Michelozzi 2008). En l'état des recherches, cette localité ne semble pas bénéficier d'un système défensif. Certes, le rempart du Ier s. av. J.-C. n'a fait l'objet d'aucune fouille et seuls les éboulis ont été dégagés, surtout côté extérieur. Il peut donc cacher une muraille plus ancienne, mais le débordement des vestiges de Vié-Cioutat I en dehors de l'aire ainsi délimitée, en deux points opposés, plaide en faveur de cette absence à cette époque (fig. 5, S6 et P7). Le seul souci défensif semble marqué par la position sommitale de cette installation, bordée par une pente abrupte au nord et au nord-ouest, alors que l'accès par le plateau au sud et à l'orient est des plus aisés.

3.1.2. Les maisons

258Les habitations de cette phase ne peuvent être appréhendées que très partiellement, du fait des arasements et des constructions postérieures.

259Dans le secteur 1 sont conservées des bases de murs rectilignes en pierres locales, brutes et simplement fracturées, liées avec de la terre, et des trous de poteaux marqués par leurs pierres de calage, parfois associés à ces bases de murs. Dans les couches de destruction et d'abandon, la rareté des pierres pouvant servir à la construction semble bien indiquer que les élévations étaient en matériaux périssables, torchis sur poteau-porteur, les murs retrouvés constituant les solins. Aucun plan complet de maison, ou d'annexe de celle-ci, n'est perceptible. Tout au plus peut-on identifier partiellement, dans le secteur 1, une habitation avec son sol, son foyer, son entrée (3-1-D), une cour domestique au sol en partie dallé (3-1-C) et une aire de passage (3-1-E), ou encore différents sols d'occupation. La surface occupée par cette maison ne peut être évaluée avec précision, du fait du manque de certaines limites. L'habitation elle-même mesure 7,5 m sur plus de 4 m, soit plus de 28 m2, et sa cour s'étend sur 6 m de long et 4,6 m de large soit environ 27 m2. Il s'agit là de modules tout à fait dans la norme de cette époque en Languedoc (Dedet 1999a, 327-331). Ainsi, par exemple, à Gailhan, dans la même région sous-cévenole, la maison de l'unité domestique 22-4, vers 450 av. J.-C., couvre 26,5 m2 et la cour environ 55 m2, l'unité domestique 18-21, vers 425 av. J.-C., comprend une maison de 23 m2 et une cour de 40 m2, et l'unité domestique 1, à la même époque, comprend une maison de 36 m2, une cour de 28 m2 et un petit bâtiment annexe de 3 m2. Autres exemples plus au sud, en Vaunage : les deux maisons du IVe s. av. J.-C. fouillées, RF 5-4 et RG 3, mesurent respectivement 78 m2 et 35 m2.

Fig. 73 : Part relative de chacune des grandes catégories céramiques (Non tournée, Tournée fine, Amphore, dolium), selon le lieu.

Fig. 73 : Part relative de chacune des grandes catégories céramiques (Non tournée, Tournée fine, Amphore, dolium), selon le lieu.

260Dans le secteur 2, deux portions de salle d'habitation sont bien discernables, mais du fait de la faible profondeur du substrat rocheux et des remaniements postérieurs, les parois de ces pièces et une partie des sols ont complètement disparu. Ainsi, de l'habitation 5-2-B seule subsiste une partie à peu près circulaire excavée dans le roc, de quatre à cinq mètres de diamètre ayant accueilli notamment un foyer domestique. Cette structure, de quelque 17 m2 de superficie, semble trop petite pour constituer la totalité de la surface habitable. Sans la maison débordait-elle autour de ce creusement de la roche qui a pu ainsi former une banquette autour de ce foyer. De l'habitation 6-2-C, il ne reste qu'une partie du sol, avec un foyer domestique et des objets, en particulier la vaisselle écrasée et conservée en place après un abandon sans doute brutal. La répartition de ces vases marque une superficie de l'ordre de 16 à 20 m2, mais celle-ci peut seulement correspondre à la partie de la maison réservée au rangement de l'attirail domestique, comme cela est bien visible à Gailhan dans la maison à absides du Ve s. av. J.-C. (UD 22-4). En effet, le plan de cette maison de Gailhan est entièrement reconnu du fait de la conservation de la base de ses parois : or l'équipement domestique et les récipients de conservation des denrées sont regroupés dans une des extrémités absidiales et n'occupent que 10 m2 sur les 26 m2 qui forment la totalité de la surface habitée (Dedet 1990a).

261Des aménagements des habitations de Vié-Cioutat I ne subsistent que quatre foyers culinaires encore en place. Ils se composent d'une sole d'argile cuite reposant dans trois cas sur quatre sur une semelle réfractaire, mesurant 0,7 à 0,8 m de diamètre (habitats 1-1-A, 3-1-C et 5-2-B). Pour deux foyers (1-1-A et 5-2-B), cette semelle est faite de plaquettes de calcaire local, placées horizontalement. Le troisième (3-1-C) associe de telles pierres avec des tessons de doliums, les premières moins nombreuses et dispersées au milieu des seconds. Pour le quatrième foyer (6-2-C), la semelle repose directement sur la fine couche d'altération du rocher. Les deux foyers les mieux conservés (1-1-A et 3-1-C) ne montrent pas de décor à la surface de la semelle. Cette habitude du foyer décoré, bien attestée alors en Languedoc oriental, n'est cependant sans doute pas méconnue à Vié-Cioutat car, parmi les vestiges de soles de foyers détruits retrouvés, figure un morceau dont la surface est incisée de traits parallèles ou orthogonaux (fig. 39, n° 7). On soulignera enfin que, en place ou à l'état de ruines, ces foyers sont peu nombreux pour toute cette portion d'agglomération, surtout si on compare cette présence à celle, beaucoup plus abondante, constatée dans l'unité domestique n° 1 de Gailhan, à la même époque (Dedet 1987). De même, à Gailhan, les foyers installés dans un lieu couvert sont presque toujours décorés, tandis que ceux qui sont aménagés dans les cours ne le sont pas et sont par contre plusieurs fois refaits, devant supporter directement les intempéries.

262La plupart de ces habitations se succèdent (fig. 8). Lors de l'occupation du secteur 1-D1 et 1-D2, au milieu et dans le troisième quart du Ve s., aucun aménagement significatif ne semble affecter le reste de la surface fouillée. Il en va de même au dernier quart de ce siècle lorsque l'habitat s'étend sur l'ensemble du secteur 1. Au milieu du IVe s., c'est tout le secteur 1 qui est abandonné quand les maisons occupent le secteur 2. Ce déplacement de l'habitat sur le site entre le milieu du Ve et la fin du siècle suivant est bien illustré par le cas de la maison 6-2-C : sous le sol de celle-ci, bien marqué par tous les vases écrasés in situ et bien daté de la fin du IVe s. av. J.-C. par le type de l'obole de Marseille, ne subsistait aucun vestige antérieur.

263À côté de ces habitations, la structure 5-2-A, aménagée avec un sol empierré et des calages de poteaux, a livré de nombreux restes de céréales et de produits de cueillette, carbonisés, ainsi que des vestiges de récipients en argile crue ; elle était peut-être réservée à la conservation de denrées végétales. Pareil grenier, moins dégradé cependant, a été découvert au sein de l'habitat du Ve s. av. J.-C. du Pègue, dans la Drôme (Lagrand, Thalmann 1973, 28-29). Durant tout ce laps de temps les secteurs 2 et 3 sont comblés avec les déchets de la vie quotidienne des habitants. Il en résulte une aire plane, bordant ces installations, lieu de circulation et, possiblement, de réunion.

  • 20 Aucune fusaïole ni aucun reste de chenêt n’ont été répertoriés dans les secteurs publiés précédemme (...)

264Tous ces vestiges témoignent d'une suite d'occupations de courte durée chaque fois, et d'une population peu dense. Outre le petit nombre de foyers domestiques, deux autres indices vont dans le même sens d'une faible densité de cet habitat. Sur l'ensemble fouillé les restes de cinq ou six chenets seulement ont été retrouvés, ce qui est fort peu pour une durée d'au moins un siècle et demi. Et il en va de même du petit nombre de fusaïoles en terre cuite, 14 seulement découvertes20. Ces dernières, résistant bien à la destruction, marquent donc un nombre de fileuses de laine bien réduit dans un groupe humain où, pourtant, l'élevage du mouton tient une grande place (voir infra). À titre de comparaison, l'unité domestique n° 1 de Gailhan, habitée dans le dernier tiers du Ve s. av. J.-C., a livré, à elle seule, dix de ces ustensiles.

3.2. L'économie vivrière et l'alimentation

3.2.1. Agriculture et cueillette

265Des restes de graines et de fruits carbonisés ont été récupérés dans les lieux d'habitat 1-D-1, 4-1-H et 5-2-A, datés de la fin du Ve comme du début du IVe s., et surtout dans l'installation 5-2-A, du milieu du IVe s. av. J.-C. Ayant souffert de la combustion et parfois déformés, ils sont souvent érodés, mutilés ou brisés, et les graines de céréales sont rarement déterminables avec précision. Ces vestiges ont fait l'objet d'un rapport inédit de J. Erroux dont nous donnons ici les conclusions.

266Numériquement, c'est le blé qui apparaît le plus important. Quel que soit le lot, les grains carbonisés les moins abîmés paraissent tous appartenir au même groupe, le blé amidonnier Triticum dicoccum Schrank, blé à grain vêtu qui se prête à la panification. Il semble qu'il s'agisse là de la culture céréalière de base des habitants de Vié-Cioutat. Les caractéristiques des 42 grains mesurables peuvent être résumées ainsi :

  • Longueur (L) : 4,1 à 6,1 mm ; moyenne : 5,3 mm.

  • largeur (l) : 1,9 à 3,5 mm ; moyenne : 2,5 mm.

  • hauteur (h) : 1,8 à 2,8 mm ; moyenne : 2,1 mm.

  • Rapports : L/l = 2,1 ; L/h = 2,5 ; l/h = 1,2

267Quelques autres grains rappellent l'engrain à grain vêtu (Triticum Monococcum L.) et le blé à grain nu, tendre compact (Triticum aestivo-compactum Schiem), qui se consomment plutôt sous forme de bouillies ou de galettes. Cependant, du fait de la faiblesse de l'échantillon et du mauvais état de conservation, cette présence demande confirmation.

268À côté du blé, figure également l'orge, dont les grains paraissent numériquement beaucoup moins importants. Il s'agit uniquement de l'orge polystique à grain vêtu (Hordeum vulgare L.), céréale rustique analogue à l'escourgeon actuel. 14 grains sont mesurables :

  • Longueur (L) : 4,5 à 6,5 mm ; moyenne : 5,4 mm.

  • largeur (l) : 2,5 à 3,1 mm ; moyenne : 2,7 mm.

  • hauteur (h) : 1,9 à 2,6 mm ; moyenne : 2,2 mm.

  • Rapports : L/l = 2 ; L/h = 2,4 ; l/h = 1,7.

269Cette céréaliculture ne semble guère différer de celle qui apparaît sur l'oppidum de Gailhan au Ve et au début du IVe s., le seul autre habitat gardois pour lequel nous disposons d'analyses de carpo-restes. Figurent en effet à Gailhan, dans les sondages préliminaires comme dans l'unité domestique n° 1, ces deux espèces de blés selon des proportions variables (Erroux 1980 ; Dedet 1987, 164-166 ; Erroux 1987).

270Ces grains, retrouvés carbonisés, proviennent en fait de la part de ces denrées qui, lors de l'opération du grillage, subissait un excès la rendant impropre à la consommation. Ce grillage, qui s'applique généralement à des grains récoltés avant maturité complète, peut avoir plusieurs raisons. Il empêche la germination durant le stockage et il facilite ensuite le battage et la mouture. En cas de soudure difficile, il permet de réduire la durée de la disette en accélérant le séchage des grains (Gast 1968, 87-88). Sur le plan culinaire, le grillage accroît considérablement la saveur des céréales et, de fait, cette préparation est bien connue dans l'Antiquité classique, par diverses sources littéraires, ainsi que dans l'alimentation traditionnelle (André 1961, 57-58 ; Erroux 1976, 188 ; Gast 1968, 88).

271Les habitants de Vié-Cioutat, du moins d'après les restes découverts, ne semblent pas cultiver la vigne, contrairement à ceux de Gailhan, où des pépins de raisin (Vitis vinifera L.) attestent cette culture. Toutefois, les échantillons sont ici très limités et il convient de rester prudent sur ce point.

272Par ailleurs des débris carbonisés de cornouiller mâle (Cornus Mas.) et de glands (Quercus sp.), dont il est impossible de déterminer l'espèce, cupule ou pédoncule n'étant jamais conservé, montrent l'existence de la cueillette dans l'économie vivrière des habitants de Vié-Cioutat. Après grillage, une fois que le tanin a été éliminé, les glands peuvent être consommés sous forme de bouillie, de galette ou de pain (Maurizio 1932, 52-53 et 92-93). Ces deux produits de ramassage sont aussi présents à Gailhan (Erroux 1980).

273Aucun objet découvert à Vié-Cioutat ne semble devoir être rapporté au labeur agricole. Il est vrai que les outils métalliques sont alors très rares dans les habitations de cette région, et sans doute précieux. L'unité domestique n° 1 de Gailhan en fait foi, où ne figurent, pour tout outillage, qu'une herminette et un couteau en fer, un exemplaire de chaque seulement. Sans doute les ustensiles étaient-ils reforgés pour être réutilisés, comme l'attestent les découvertes de scories en fer dans les habitations 3-1-D et 6-2-C, ainsi que dans l'aire 5-2-A.

274Pour le stockage de ces denrées, le dolium en céramique non tournée ne semble guère utilisé ici, si l'on en croit les rares fragments retrouvés : ceux-ci, présents dans certains secteurs seulement, ne forment alors que 0,2 à 0,8 % du total des tessons (fig. 73). Les restes de récipients en terre crue, qui ont pu aussi jouer cet office, sont très rares, sauf dans le secteur 5-2-A qui a fourni d'ailleurs le lot le plus important de carpo-restes. Sans doute ce lieu a-t-il accueilli un dispositif permettant d'abriter ces contenants : il en resterait le sol pavé et les calages des poteaux d'une superstructure, comme une sorte de grenier, pour les protéger de l'humidité.

3.2.2. Élevage et chasse

Fig. 74 : Fréquence des différentes espèces animales en fonction de l'âge, en nombre de restes osseux.

Fig. 74 : Fréquence des différentes espèces animales en fonction de l'âge, en nombre de restes osseux.

275Les os d'animaux ont été déterminés par Philippe Columeau qui en a publié un tableau global (1991, 42). Dans ce matériel, 1 175 fragments (fig. 74) ont permis de décompter 315 individus différents, répartis au sein de 12 espèces, 6 domestiques et 6 sauvages (fig. 75 et 76).

Fig. 75 : Fréquence des différentes espèces animales en fonction de l'âge, en nombre minimum d'individus.

Fig. 75 : Fréquence des différentes espèces animales en fonction de l'âge, en nombre minimum d'individus.

276Parmi les animaux domestiques figurent mouton, chèvre, porc, bœuf, cheval et chien. Moutons et chèvres ont été regroupés sous l'appellation ovicapridés car très peu de fragments ont pu être attribués avec certitude à l'une ou l'autre espèce. Cependant sur six fragments bien identifiables, cinq appartiennent à des moutons et un seul à une chèvre ; le troupeau d'ovicapridés devait donc être surtout constitué de moutons. De même chez les suidés, il se peut qu'il se trouve quelques sangliers, mais chaque mesure prise indique du porc domestique ; la présence de sangliers doit donc être plus que discrète, voire occasionnelle.

Fig. 76 : Importance des différentes classes d'âge de chaque espèce animale en fonction de l'âge, en nombre minimum d'individus.

Fig. 76 : Importance des différentes classes d'âge de chaque espèce animale en fonction de l'âge, en nombre minimum d'individus.

277Les ovicapridés constituent la moitié du troupeau des habitants de Vié-Cioutat, suidés et bœufs se partageant à égalité l'autre moitié. La présence du chien adulte marque la garde de ce troupeau. Chez les ovicapridés et les suidés, pour chacune des deux espèces, il y a à peu près autant d'individus adultes que de jeunes ou de très jeunes, tous représentés de manière très semblable. En revanche pour les bœufs, les adultes forment plus de la moitié du troupeau, les jeunes presque un tiers et les plus jeunes un sixième. Bœufs et vaches sont donc abattus de préférence âgés, après avoir servi comme animaux de trait pour les premiers, de productrices de lait pour les secondes. Le cheval n'est attesté que par des sujets adultes, ce qui signe un rôle pour la monte ou comme animal de trait. On soulignera par ailleurs sa rareté, six individus en tout attestés dans ce secteur de Vié-Cioutat sur une durée de l'ordre d'un siècle et demi (fig. 75 et 76).

278En complément de ces données issues des restes osseux, la présence de 14 fusaïoles en céramique non tournée témoigne du filage de la laine de ces moutons, et la découverte de quelques restes de faisselles, en céramique également, attestent pour leur part de la fabrication de fromages.

279L'éventail des animaux chassés comprend les cerfs, les chevreuils, les lapins de garenne, les oiseaux galliformes, les renards et les lynx. Parmi eux, les cerfs occupent la première place, et de loin, avec presque les deux tiers des individus (fig. 75 et 76). Cette abondance des cerfs est le signe d'un environnement largement boisé aux alentours de cette agglomération de Vié-Cioutat, signe sans doute d'un peuplement humain peu dense dans cette région.

  • 21 Pour la conversion du nombre d’individus en poids de viande consommable, les données utilisées sont (...)

280Parmi les espèces élevées, les bœufs procurent la plus forte masse de nourriture, 67,3 % de la viande d'élevage, devançant très nettement suidés et ovicapridés, respectivement 16,6 % et 9,8 %. La proportion de la viande de cheval est faible, 5,8 %, et cela montre bien que le rôle de cet animal est autre. Et en ce qui concerne la chasse, c'est le cerf qui fournit l'essentiel de la viande d'animal sauvage, avec 97,1 % de celle-ci21, les autres espèces apparaissant très marginales (fig. 77). Dans cette activité de chasse, on privilégie donc l'animal le plus rentable.

Fig. 77 : Les poids de viande fournis par les différentes espèces animales, en kilogramme, et leur proportion.

Fig. 77 : Les poids de viande fournis par les différentes espèces animales, en kilogramme, et leur proportion.

281L'alimentation carnée provient en fait pour sa plus grande part des ressources de l'élevage : 88,4 % du total de la viande consommée par les habitants du lieu. Avec 11,6 % de ce total, la chasse n'apparaît que comme un complément (fig. 77). Même si la part des sangliers a peut-être été minimisée, donnant une perception légèrement inférieure à la réalité, cette proportion est l'indice d'une économie équilibrée. Toutefois, il apparaît que le cerf donne aux habitants de Vié-Cioutat plus de viande que les ovicapridés et presque autant que les suidés.

282Ce travail de détermination mériterait bien sûr d'être affiné par l'étude détaillée, pour chaque espèce, des parties présentes des squelettes et des traces de découpe afin de pouvoir préciser les lieux d'abattage des bêtes, de débitage des carcasses, l'exploitation alimentaire de ces dernières, l'utilisation des peaux et des cornes, etc.

283Toutes les espèces animales faisant partie de l'économie vivrière des habitants de Vié-Cioutat, se retrouvent à la même époque dans les habitats du Languedoc oriental, et plus spécialement dans ceux de l'arrière-pays pour lesquels on dispose de données, La Madeleine à Tornac au pied même des Cévennes (Gardeisen 2008), Gailhan dans la moyenne vallée du Vidourle (Columeau in Dedet 1987) et les Barbes-et-Fon-Danis à Saint-Laurent-de-Carnols dans la basse-vallée de la Cèze, non loin du sillon rhodanien (Renaud, Porcier, Goury 2010). Tous ces villages sont dans le même environnement, éloignés de la région côtière du Languedoc oriental, installés sur un promontoire ou un rebord de plateau calcaire peu élevé, à végétation de garrigue, dominant une plaine alluviale ou une vallée. L'alimentation carnée de ces communautés ne se distingue les unes des autres que par les proportions, et ces variations se retrouvent dans les autres contrées du Languedoc oriental, littoral, plaine côtière, premières hauteurs des Garrigues, Grands Causses, comme l'a montré A. Gardeisen dans une étude de synthèse consacrée au Midi au milieu de l'âge du Fer, une alimentation carnée relativement libre qui ne reflète pas un élevage spécialisé (Gardeisen 2010).

284À la Madeleine la chasse occupe une place semblable à celle perceptible à Vié-Cioutat : presque 10% des animaux en proviennent. Mais cette place apparaît plus importante à Gailhan, par exemple pour les habitants de l'unité domestique n° 1, ainsi qu'aux Barbes-et-Fon-Danis, avec environ 28 % dans les deux cas.

285À la Madeleine, les proportions des espèces élevées sont tout à fait semblables, en nombre d'individus : 45,2 % pour les ovicapridés, 26 % pour les suidés, 19,2 % pour les bovidés, 5,4 % pour les chevaux et 4,1 % pour les chiens (pour les pourcentages de Vié-Cioutat, cf. fig. 75). L'unité domestique n° 1 de Gailhan, dans le dernier tiers du Ve s., montre, elle, des différences : moins de bovidés (13,1 à 15,3 % selon la couche) et plus d'ovicapridés (52,6 à 54,1 %), tandis que les suidés sont comparables (24,7 à 31,6 %) (Dedet 1987, 165). Quant aux Barbes-et-Fon-Danis, on trouve une variation inverse : moins de capridés qu'à Vié-Cioutat (36 %), plus de bovidés (32 %) et autant de suidés (24 %). Pour sa part, le cheval est surtout présent à La Madeleine (5,6 %) et à Vié-Cioutat (2,2 %), tandis qu'il est anecdotique à Gailhan (1,1 %), et absent aux Barbes-et-Fon-Danis.

286En fait, les deux habitats qui ont un spectre faunique voisin sont aussi les plus proches géographiquement, Vié-Cioutat et La Madeleine que sépare une distance de 16 km seulement, et qui ont un environnement naturel le plus comparable, au piémont des Cévennes.

3.2.3. Témoignages d'une éventuelle apiculture ?

287Les trois petites dalles circulaires calcaires découvertes dans les secteurs 3-1-E, 4-1-I et 5-2-A ont pu servir à couvrir l'ouverture de pots culinaires, ou bien ont pu être destinées à surmonter des ruches troncs. La ruche aménagée dans des troncs d'arbre, dont l'intérieur est creusé et le sommet recouvert par une pierre plate, est un modèle très ancien directement inspiré du processus de nidification des abeilles dans des troncs d’arbres creux. Ces trois couvercles peuvent donc peut-être témoigner d'une apiculture pratiquée par les habitants de Vié-Cioutat.

3.3. Deux activités locales non vivrières, la céramique non tournée et le travail du fer

3.3.1. La céramique non tournée

288Parmi le matériel céramique issu des couches de Vié-Cioutat I, la céramique non tournée occupe la première place et de loin, soit 84,2 % du total des tessons (21 783). Mettons à part le taux de 64 % de l'habitation 1-1-A, la plus ancienne, milieu du Ve s., mais la moins fournie en tessons (286). Pour le reste la proportion varie de 76 % à 93 % selon les lieux, et sans qu'aucune évolution chronologique n'apparaisse (fig. 73). Parmi la vaisselle (c'est-à-dire l'ensemble des céramiques non tournées et des différentes catégories de vases tournés fins, donc à l'exclusion des amphores, liées au transport, et des jarres (dolia ou pithoi), dédiées au stockage, globalement sur l'ensemble de la partie fouillée elle compte pour 84 % des tessons.

289Les traces directes de fabrication de ces vases non tournés, réserve de calcite broyée, comme c'est le cas dans l'unité domestique n° 1 de Gailhan à la même époque (Dedet 1987, 47), ou ratés de cuisson, comme ceux du VIe s. av. J.-C. découverts au pied de l'habitat perché de l'Agréable à Villasavary, Aude (Ournac, Passelac, Rancoule 2009, 495), font ici défaut. Cependant, le style de cette céramique non tournée propre aux habitants de cette agglomération montre qu'il s'agit d'une production locale. Et c'est là le principal témoignage conservé d'une telle activité de fabrication.

290Dans le lot de cette céramique non tournée de Vié-Cioutat, certains vases se distinguent par leur forme, leur façonnage, leur finition et, éventuellement, leur décoration spécifique, autant d'éléments qui leur confèrent un caractère raffiné par rapport au reste des vases fabriqués sans l'aide du tour, que nous qualifierons de céramique non tournée courante. Nous l'appellerons ici « céramique non tournée délicate ».

291A) Le style de la céramique non tournée courante de Vié-Cioutat

292Classement des urnes non tournées (fig. 78 et 79)

Fig. 78 : Classement des urnes non tournées.

Fig. 78 : Classement des urnes non tournées.

1 à 5 : type VC-U1a ; 6 et 7 : type VC-U1b ; 8 et 9 : type VC-U1c ; 10 : VC-U1d ; (1 et 2 : espace 1-1-A ; 4 : point 7 ; 5, 8 et 9 : espace 3-C1 ; 6 et 10 : espace 2-E3 ; 7 : espace 5-2-A).

  • VC-U1 : Urne haute, col convergent haut à bord divergent, panse surhaussée dont le diamètre maximum se situe dans sa partie haute, fond plat (bien attesté dans la version VC-U1c, et si aucun exemplaire des versions VC-U1a et VC-U1b ne présente de profil complet jusqu'au fond, il est cependant presque sûr que celui-ci est plat car, parmi les nombreux restes fragmentaires d'urnes non classables, les fonds creux ou annulaires sont exceptionnels. L'aménagement de la surface extérieure diffère pour le col et la panse : col soigneusement poli et panse grossièrement lissée. Au contact des deux prend place le décor, en registre horizontal. Cette forme admet quatre versions en fonction du profil général :

  • VC-U1a : profil en S, sans rupture au niveau du contact col-panse ;

  • VC-U1b : profil avec ressaut au niveau du contact col-panse ;

  • VC-U1c : profil peu arqué pour le col et anguleux au niveau du contact col-panse ;

  • VC-U1d : col au profil bien arqué et profil anguleux au niveau du contact col-panse.

Fig. 79 : Classement des urnes non tournées, suite.

Fig. 79 : Classement des urnes non tournées, suite.

1 à 3 : type VC-U2 ; 4 : type VC-U3 ; 5 : type VC-U4a ; 6 : type VC-U4b ; 7 : type VC-U5, 8 : type VC-U6a ; 9 : type VC-U6b ; 10 : type VC-U6c ; (1, 4, 5, 7 et 8 : espace 6-2-C ; 2 et 3 : espace 3-A ; 6 et 10 : espace 3-1-F ; 9 : espace 1-1-A).

  • VC-U2 : Urne haute, col convergent haut à bord divergent, panse surhaussée dont le diamètre maximum se situe dans sa partie haute. Pour cette forme également, le fond semble être plat. L'aménagement de la surface extérieure diffère pour le col et la panse : col soigneusement lissé et panse peignée. Au contact des deux prend place le décor, en registre horizontal. Le profil général en S marque un angle net ou un ressaut au niveau du contact col-panse.

  • VC-U3 : Urne haute, col convergent haut à profil rectiligne et bord divergent, panse moyenne dont le diamètre maximum se situe vers sa partie médiane, fond plat ou légèrement creux. L'aménagement de la surface extérieure diffère pour le col soigneusement lissé et la panse peignée. Au contact des deux prend place le décor, en registre horizontal. Le profil général présente un ressaut au niveau du contact col-panse.

  • VC-U4 : Urne haute, col divergent haut à profil rectiligne et bord divergent, panse surhaussée dont le diamètre maximum se situe dans sa partie haute, fond plat. Au contact col-panse prend place le décor, en registre horizontal.

293Cette forme admet deux versions en fonction du profil général et de l'aménagement des surfaces :

  • VC-U4a : profil en S, sans rupture au niveau du contact col-panse, col soigneusement poli et panse grossièrement lissée ;

  • VC-U4b : profil anguleux au niveau du contact col-panse ; col soigneusement poli et panse peignée.

  • VC-U5 : Urne haute, col bas et bord divergents, panse haute dont le diamètre maximum se situe dans sa partie haute, fond plat ou légèrement creux. L'aménagement de la surface extérieure ne diffère pas entre le col et la panse, tous deux soigneusement lissés. Absence de décor. Le profil général présente un profil en S, sans rupture au niveau du contact col-panse.

  • VC-U6 : Urne sans col, embouchure resserrée, panse haute dont le diamètre maximum se situe dans sa partie haute, surfaces soigneusement lissées ou bien peignées. Absence de décor.

294Cette forme admet trois versions en fonction du bord :

  • VC-U6a : surface lissée, bord rentrant, dans le prolongement de la panse ;

  • VC-U6b : surface lissée, bord retroussé vers l'extérieur ;

  • VC-U6c : surface peignée, bord rentrant.

295Certaines formes d'urnes de Vié-Cioutat peuvent être classées dans les rubriques de la CNT-LOR du Dicocer1, mais parfois plusieurs critères diffèrent. D'autres formes n'apparaissent pas dans ce classement. Ainsi :

  • VC-U1a correspond à la forme CNT-LOR U5a1 ;

  • VC-U1b n'apparaît pas dans la CNT-LOR ; elle ressemble, par la forme, aux urnes produites dans la région de l'étang de Berre (CNT-BER U1 ; Py dir. 1993, 257-259), mais s'en distingue nettement par un aménagement de la panse ne faisant pas appel au peignage ;

  • VC-U1c est proche de CNT-LOR U5a2 ;

  • VC-U1d peut entrer dans la forme CNT-LOR U5a2 ;

  • VC-U2 correspond à la forme CNT-LOR U5d ;

  • VC-U3 n'apparaît pas dans le Dicocer1 ; elle se distingue nettement de CNT-LOR U5d par un diamètre maximum vers la mi-hauteur de la panse ;

  • VC-U4a n'apparaît pas dans le Dicocer1 ; elle se distingue nettement de CNT-LOR U5b1 ou CNT-LOR U5b2 par un profil en S sans ressaut au contact col-panse, ainsi que par le peignage de la panse ;

  • VC-U4b est proche de CNT-LOR U2b mais en diffère par un profil avec angle au contact col-panse et non un ressaut marqué ;

  • VC-U5 s'apparente à CNT-LOR U5a1, mais s'en distingue par un col plus bas et l'absence de décor ;

  • VC-U6a correspond à la forme CNT-LOR U6a2 ;

  • VC-U6b correspond à la forme CNT-LOR U6a3 ;

  • VC-U6c correspond à la forme CNT-LOR U6b.

296Avec un profil, des proportions, des aménagements de surface et un décor semblables, plusieurs de ces formes d'urnes de Vié-Cioutat ont des correspondants exacts dans les habitats voisins que nous venons d'évoquer :

  • l'urne VC-U1a, au Marduel vers 420-400, vers 400-375 comme entre 375 et 300 av. J.-C. (Py, Lebeaupin 1992, 304, n° 7 ; Py, Lebeaupin 1989, 143, n° 1 et 158, n° 7), à Gailhan et à Tornac dans le dernier quart du Ve s. av. J.-C. (Dedet 1987, 61, n° 1, 63, n° 3 et 4 et 117, n° 1 ; Dedet, Michelozzi 2008, 195, n° 4).

  • l'urne VC-U1b, au Marduel entre 375 et 300 av. J.-C. (Py, Lebeaupin 1989, 158, n° 1 et 6), à Gailhan et à Tornac entre 425-400 (Dedet, Michelozzi 2008, 176, n° 11 ; Dedet 1987, 62, n° 1).

  • l'urne VC-U1c, au Marduel vers 400-375 (Py, Lebeaupin 1989, 143, n° 1) et à Gailhan entre 425-400 (Dedet 1987, 61, n° 4).

  • l'urne VC-U1d, au Marduel entre 420 et 400 et entre 375 et 300 av. J.-C. (Py, Lebeaupin 1992, 305, n° 12 ; Py, Lebeaupin 1989, 158, n° 12).

  • l'urne VC-U2, au Marduel entre 375 et 300 av. J.-C. (Py, Lebeaupin 1989, 58, n° 4), à Gailhan entre 425-400 (Dedet 1987, 61, n° 2 et 3, 82, n° 1, 85, n° 1 et 89, n° 4) et à Roque de Viou vers 300 av. J.-C. (Garmy, Py 1980, 64, n° 1).

  • l'urne VC-U3, au Marduel vers 420-400 (Py, Lebeaupin 1992, 304, n° 5 et 313, n° 25) et à Roque de Viou au tout début du IIIe s. av. J.-C. (Garmy, Py 1980, 75, n° 1).

  • l'urne VC-U4a, au Marduel entre 375 et 300 et vers 250-200 av. J.-C. (Py, Lebeaupin 1989, 158, n° 2 et 181, n° 2).

  • l'urne VC-U5, à Roque de Viou au IVe s. av. J.-C. (Garmy, Py 1980, 71, n° 7).

  • l'urne VC-U6a, au Marduel vers 250-200 av. J.-C. (Py, Lebeaupin 1989, 182, n° 6).

297Ces vases peuvent également apparaître sur ces autres oppida du Languedoc oriental avec un aménagement de la surface de la panse différent, la présence ou l'absence d'un décor. Signalons quelques exemples significatifs. Les urnes de forme VC-U1a, VC-U1b et VC-U1c figurent avec une panse peignée, et non grossièrement lissée, au Marduel, entre 440 et 300 et à Gailhan entre 425-400 (VC-U1a : Py, Lebeaupin 1992, 290, n° 7 ; Dedet 1987, 63, n° 5 ; VC-U1b : Dedet 1987, 64, n° 1 ; VC-U1c : Py, Lebeaupin 1989, 171, n° 7). L'urne de forme VC-U2 est attestée au Marduel, dépourvue de tout décor (Py, Lebeaupin 1989, 143, n° 2). L'urne de forme VC-U6a est présente, avec un décor à Gailhan (Dedet 1987, 115, n° 4). Dans le même habitat, se retrouve l'urne VC-U6b ici décorée, ou bien avec une surface peignée, à la différence de Vié-Cioutat (Dedet 1987, 55, n° 4 et 63, n° 2). Et bien sûr, à l'inverse, des formes présentes ailleurs sont absentes à Vié-Cioutat, comme les urnes surbaissées du type 3 de Gailhan (Dedet 1987, 66, n° 5 et 6, 68, n° 9 et 152).

298La décoration des urnes non tournées (fig. 80)

Fig. 80 : La décoration des urnes non tournées.

Fig. 80 : La décoration des urnes non tournées.

299Lorsque ces urnes sont décorées, l'ornementation est toujours située sur la partie supérieure de la panse et juste à la base du col. Sa composition est toujours horizontale. Le plus souvent les motifs sont disposés en un seul registre, parfois en deux registres superposés. Certaines de ces compositions apparaissent dans les habitats voisins du Languedoc oriental, d'autres semblent connues seulement à Vié-Cioutat, pour l'instant :

  • A1 : coups de baguette étroite, donnant de courtes incisions obliques dans le même sens, soit à gauche, soit à droite. Motif attesté également à Tornac, Gailhan, Le Marduel et Roque de Viou.

  • A2 : coups de baguette étroite, donnant de courtes incisions horizontales. Motif attesté également à Gailhan.

  • A3 : coups de baguette étroite, donnant de courtes incisions horizontales surmontant une droite horizontale incisée.

  • A4 : coups de baguette étroite, donnant de courtes incisions obliques à gauche groupées par deux, chaque groupe séparé par une courte incision horizontale.

  • A5 : coups de baguette étroite, donnant de courtes incisions obliques, inclinées alternativement à gauche et à droite. Motif attesté également à Gailhan, Le Marduel et Roque de Viou.

  • A6 : coups de baguette étroite, donnant de courtes incisions obliques inclinées alternativement à gauche et à droite, encadrées en haut et en bas par une droite horizontale incisée.

  • A7 : coups de baguette étroite, donnant de courtes incisions obliques, inclinées alternativement à gauche et à droite.

  • B1 : coups de baguette épaisse, donnant des impressions ovalaires obliques dans le même sens, soit à gauche, soit à droite. Motif attesté également à Tornac, Gailhan, Le Marduel et Roque de Viou.

  • B2 : coups de baguette épaisse, donnant des impressions ovalaires verticales. Motif attesté également à Tornac, Gailhan, Le Marduel et Roque de Viou.

  • B3 : coups de baguette épaisse, donnant des impressions ovalaires obliques à droite, reliées deux à deux par un trait incisé oblique à gauche.

  • B4 : coups de baguette épaisse, donnant des impressions ovalaires obliques à gauche, surmontant une ligne brisée incisée. Motif attesté également à Gailhan.

  • B5 : coups de baguette épaisse, donnant des impressions ovalaires verticales, surmontant une double ligne brisée incisée.

  • B6 : coups de baguette épaisse, donnant des impressions ovalaires verticales coupées par une droite horizontale incisée et encadrées en haut et en bas par une droite horizontale incisée.

  • C1 : coups de baguette épaisse, donnant des impressions semi-circulaires à corde horizontale disposées sur une seule rangée. Motif attesté également à Tornac et à Gailhan.

  • C2 : coups de baguette épaisse, donnant des impressions semi-circulaires à corde horizontale disposées sur deux rangées.

  • C3 : coups de baguette épaisse, donnant des impressions semi-circulaires à corde horizontale disposées sur une seule rangée soulignée par une droite horizontale incisée.

  • D1 : coups de baguette épaisse, donnant des impressions triangulaires inclinées dans le même sens, soit à gauche soit à droite. Motif attesté également à Tornac et à Gailhan.

  • D2 : coups de baguette épaisse, donnant des impressions triangulaires contiguës, pointes vers le haut.

  • E1 : ligne incisée ondulante. Motif attesté également à Roque de Viou.

  • F1 : coups de peigne, donnant des impressions disposées horizontalement.

  • F2 : coups de peigne, donnant des impressions disposées par groupes de deux, chaque groupe incliné alternativement à gauche ou à droite.

  • G1 : cordon horizontal portant des impressions arrondies.

  • G2 : cordon horizontal coupé par des coups de baguette obliques à gauche.

  • G3 : cordon horizontal portant des coups de baguette étroite, donnant de courtes incisions obliques, inclinées alternativement à gauche et à droite.

300Ces mêmes motifs peuvent apparaître aussi dans d'autres compositions à Gailhan, à Roque de Viou ou au Marduel. C'est le cas des motifs A1, A2 et A5 surmontés d'une droite horizontale incisée, du motif A1 souligné par une file d'arcs horizontaux incisés, du motif A1 formant une suite d'angles, du motif A1 doublé et dont les deux files sont séparées par une droite horizontale incisée, des motifs A1 et B1 en deux files superposées et séparées par une droite horizontale incisée, du motif A5 doublé, du motif B1 surmonté par le motif E1, du motif D2 disposé en triangle et non plus en file, du motif E1 surmonté d'une droite horizontale incisée ou bien doublé, du motif F1disposé en oblique à gauche, parfois encadré par deux droites horizontales incisées, ou bien en ligne brisée simple ou double. Deux motifs seulement, connus à Roque de Viou, n'existent pas dans le répertoire découvert à Vié-Cioutat : l'alignement de coups de baguette épaisse, donnant des impressions circulaires, les arcs horizontaux incisés, qui peuvent y être associés au motif A1, ou bien groupés par deux superposés.

301Classement des coupes et jattes non tournées à Vié-Cioutat (fig. 81)

Fig. 81 : Classement des coupes et jattes non tournées.

Fig. 81 : Classement des coupes et jattes non tournées.

1 à 3 : type VC-C1a ; 4 et 5 : type VC-C1b ; 6 et 7 : type VC-C1c ; 8 : type VC-C2a ; 9 : type VC-C2b ; 10 : type VC-C2c ; 11 : type VC-C3 ; 12 et 13 : type VC-C4 ; 14 à 16 : type VC-C5. (1, 6, 12, 14 et 16 : espace 6-2-C ; 2 : espace 2-1-B ; 3 et 15 : espace 3-1-C ; 4 : espace 3-1-D ; 5 : espace 4-1-I ; 7 et 8 : espace 5-2-A ; 9 : 3-1-F ; 11 : espace 3-A ; 13 : espace 5-2-B).

  • VC-C1 : coupe et jatte à panse à profil arrondi-convexe, bord dans le prolongement de la panse, fond plat, creux ou annulaire bas. L'aménagement de la surface est presque toujours le même à l'extérieur et à l'intérieur, un lissage fini ou ébauché. Ce type de vase est très rarement décoré. Lorsque c'est le cas, l'ornementation affecte la partie supérieure de la panse à l'extérieur. Les dimensions sont variables. Cette forme admet trois versions en fonction du profil général et de l'orientation du bord, toujours dans la continuité du profil de la panse :

Fig. 82 : A : Diagramme des diamètres d'ouverture des coupes non tournées à profil arrondi-convexe, bord divergent, parallèle ou convergent (types VC-C1a, VC-C1b et VC-C1c). B : Comparaison des diamètres d'ouverture des coupes-couvercles et des urnes non tournées.

Fig. 82 : A : Diagramme des diamètres d'ouverture des coupes non tournées à profil arrondi-convexe, bord divergent, parallèle ou convergent (types VC-C1a, VC-C1b et VC-C1c). B : Comparaison des diamètres d'ouverture des coupes-couvercles et des urnes non tournées.
  • VC-C1a : bord divergent à lèvre simplement arrondie, aplatie ou amincie. Les dimensions sont variables, de 93 à 330 mm de diamètre, mais deux grands modules se dégagent : un petit modèle vers 90 ou 100 mm (deux exemplaires mesurables) et un grand modèle de 180 à 360 mm de diamètre (neuf exemplaires mesurables) (fig. 82, A). Les grands modèles peuvent servir de coupes pour préparer, présenter et consommer collectivement les aliments, les petits modèles plutôt de coupelles à boire individuelles. Les premiers sont munis d'un fond plat, plus stable, tandis que les seconds peuvent avoir un fond creux ou annulaire bas. Ces derniers sont parfois équipés d'une anse horizontale placée près du bord.

  • VC-C1b : bord parallèle à lèvre simplement arrondie, aplatie ou amincie. Seul le grand modèle est ici attesté, avec un diamètre à l'ouverture compris entre 180 et 255 mm (fig. 82, A).

  • VC-C1c : bord convergent à lèvre simplement arrondie, aplatie ou amincie. Dans cette version on retrouve deux modules, illustrant sans doute les deux fonctions précédemment citées, un petit, entre 80 et 100 mm de diamètre maximum (deux exemplaires mesurables) et un grand, entre 145 à 340 mm (11 exemplaires mesurables) (fig. 82, A).

  • VC-C2 : coupe et jatte à carène dans la partie supérieure de la panse et bord dans son prolongement. C'est une forme rare à Vié-Cioutat et aucun des exemplaires attestés ne présente un profil complet permettant de privilégier le type de fond, plat, creux ou annulaire bas. Les dimensions sont variables avec deux modèles de dimensions, comme pour les coupes et jattes à panse arrondie-convexe et sans doute les mêmes usages : un exemplaire de petit module, 90 mm, et quatre de grand module, entre 185 et de 270 mm de diamètre. L'aménagement de la surface est presque toujours le même à l'extérieur et à l'intérieur, un lissage fini ou, plus rarement, ébauché. Ce type de récipient n'est pas décoré.

302Cette forme admet trois versions en fonction du profil général :

  • VC-C2a : bord divergent à lèvre simplement arrondie, aplatie ou amincie ;

  • VC-C2b : bord parallèle à lèvre simplement arrondie, aplatie ou amincie ;

  • VC-C2c : bord convergent à lèvre simplement arrondie, aplatie ou amincie.

  • VC-C3 : coupe et jatte à panse tronconique, ouverture à rebord horizontal ou légèrement incliné vers l'intérieur du vase. Aucun exemplaire ne présente un profil complet permettant de privilégier le type de fond, plat, creux ou annulaire bas. Les dimensions varient de 100 à 318 mm de diamètre, avec deux petits modèles entre 100 et 120 mm, et un grand modèle entre 217,5 et 379,5 mm. Un décor finement gravé après séchage et avant cuisson affecte la plupart de ces vases, surtout le dessus du marli, et parfois aussi l'intérieur et l'extérieur de la panse. Du fait de la position intérieure de ce décor, ces vases n'ont pas dû servir de couvercles mais être plutôt destinés à la présentation ou tenir lieu de coupelle à boire, selon la dimension.

  • VC-C4 : coupe-couvercle à panse tronconique à profil rectiligne ou légèrement bombé ou bien légèrement creux, bord dans le prolongement de la panse avec lèvre simplement arrondie, aplatie ou amincie. Le « fond » annulaire bas est le seul attesté. L'aménagement de la surface est presque toujours le même à l'extérieur et à l'intérieur, lissage fini ou ébauché. Le décor est exceptionnel, à l'intérieur, près du bord. Cette forme correspond à un usage de couvercle, le « fond » servant en fait pour la préhension. Le diamètre extérieur du bord s'échelonne de 126 à 207 mm pour les neuf exemplaires mesurables, soit une moyenne de 162,6 mm. Ces dimensions concordent avec les mesures du diamètre intérieur du col des urnes à l'ouverture (fig. 82, B) : si l'on met à part les urnes miniatures, pour lesquelles cette mesure est inférieure à 90 mm (trois exemplaires), et une grande urne de 332 mm d'ouverture, ces diamètres intérieurs des cols d'urne vont de 108 à 252 mm, soit une moyenne de 165,3, très proche de celle de ces coupes couvercles.

  • VC-C5 : jatte à panse tronconique ou à profil quelque peu bombé, bord dans le prolongement de la panse avec lèvre aplatie et souvent élargie. Le fond plat est le seul attesté. Le dessus de la lèvre est le plus souvent horizontal, ou parfois incliné vers l'intérieur, et marqué de coups incisés plus ou moins étroits, obliques par rapport au rayon de l'ouverture du vase. Plus rares sont les coups incisés d'orientation rayonnante ou les impressions arrondies. Exceptionnellement le décor peut se placer sur le côté extérieur du bord. La surface intérieure présente presque toujours un aménagement plus soigné (lissage fini) que la surface extérieure (lissage ébauché). Parfois une échancrure est aménagée sur le bord pour verser le contenu. Les dimensions varient de 246 à 438 mm de diamètre, soit une moyenne de 320,3 mm pour six exemplaires mesurés. Ces jattes peuvent servir pour la préparation, la présentation et la consommation collective des aliments.

303Certaines de ces formes de coupes et de jattes de Vié-Cioutat peuvent être classées dans les rubriques de la CNT-LOR du Dicocer1, mais parfois certains critères diffèrent. D'autres formes n'apparaissent pas dans ce classement.

  • VC-C1a regroupe les formes CNT-LOR C1a, C1b et C1c, distinguées par leur fond, respectivement plat, creux ou annulaire, distinction rarement possible vu le manque d'exemplaires au profil complet.

  • VC-C1b n'est pas distinguée de la précédente dans le Dicocer1.

  • VC-C1c correspond à la forme CNT-LOR C2a1 et C2a3.

  • VC-C2a et VC-C2b n'apparaissent pas dans le Dicocer1.

  • VC-C2c regroupe les formes CNT-LOR C4a, C4b et C4c, distinguées par leur fond, respectivement plat, creux ou annulaire.

  • VC-C3 n'apparaît pas dans le Dicocer1 ; diffère des formes CNT-LOR V1a et V1b par le marli horizontal.

  • VC-C4 correspond aux formes CNT-LOR V2a1, V2a2, V2a3, V2b1, V2b2 et V2b3.

  • VC-C5 correspond aux formes CNT-LOR J1d, J1e et J1f.

304Les coupes et jattes à panse arrondie-convexe à bord divergent, parallèle ou convergent (VC-C1a, VC-C1b et VC-C1c), les coupes à marli (VC-C3), les coupes-couvercles (VC-C4) et les jattes à rebord impressionné (VC-C5) sont des vases très courants, selon la même technique qu'à Vié-Cioutat, dans les autres habitats contemporains voisins, La Madeleine, Gailhan, Le Marduel et Roque de Viou. La coupe à panse à profil caréné (VC-C2a, C2b et C2c) est rare dans la région à cette époque, comme à Vié-Cioutat ; elle est également signalée cependant à Roque de Viou (Garmy, Py 1980, 69, n° 21) et au Marduel (Py, Lebeaupin 1989, 172, n° 9 ; Py, Lebeaupin 1992, 274, n° 5). Semble originale par contre, la décoration d'une coupe à marli, incisée dans la pâte encore molle sur les deux faces de la panse et sur le dessus du marli, à base de triangles remplis de traits parallèles, de lignes brisées et de zones hachurées de sens inversé (fig. 65, n° 6).

305B) Un support de vase ou brûle-parfum

306Le support de vase ou brûle-parfum en céramique découvert sur le niveau d'abandon de l'habitation 6-2-C, à proximité immédiate du foyer, est un objet qui n'apparaît que très rarement dans l'âge du Fer du Midi de la France (fig. 62, n° 4 et fig. 83, n° 1). Il est vrai que la perception d'un tel ustensile dépend beaucoup de son état de conservation. En Languedoc oriental et en Provence occidentale quatre exemplaires seulement, façonnés dans la même matière que les vases non tournés courants, sont connus. Comme celui de Vié-Cioutat, leur colonne est pleine et ne comporte pas de conduit reliant les deux coupelles.

307Le spécimen de l'oppidum de Labaume I, sur la commune de Serviers-et-Labaume, daté approximativement du IIIe s. av. J.-C., est typologiquement le plus proche de celui de Vié-Cioutat, et d'ailleurs c'est aussi le moins éloigné géographiquement puisque les deux habitats ne sont distants que de 15 km (Provost et al. 1999, 688, fig. 850). Il a une forme identique à celui de Vié-Cioutat, avec une anse semblable. Il est légèrement plus grand (180 mm de haut contre 114 mm) et cette différence réside essentiellement dans la longueur de la colonne reliant les deux coupelles hémisphériques (fig. 83, n° 3). Celui de l'habitat provençal de l'Arquet, près du cap Couronne, sur la commune de Martigues, daté du milieu du Ve s. av. J.-C., est tout à fait semblable à celui de Vié-Cioutat (Lagrand 1959, 192 et 198, n° 4). Ses dimensions sont très proches, mais les coupelles sont moins profondes, comme le montre celle qui est le mieux conservée (fig. 83, n° 2). Un autre exemplaire a été découvert dans une tombe du Ve s. av. J.-C. de l'ensemble funéraire de Saint-Pierre à Lattes à 70 km au sud-ouest (Dusseaux et al. 2017, 48 et 88, n° 1). Il n'est pas plus haut que celui de Vié-Cioutat, mais les deux coupelles sont un peu plus grandes et la colonne intermédiaire est plus courte et dépourvue d'anse (fig. 83, n° 4). De l'oppidum d'Ambrussum, est issu un vase du même type, mais très incomplet, daté de la fin du IVe ou du début du IIIe s. av. J.-C. (Fiches, Fenouillet, Wujek 1976, 41). Il n'en reste que la colonne, de dimension ici supérieure (160 mm), de section quadrangulaire et décorée de trois rangs de pastilles, ainsi que le fond de chacune des vasques (fig. 83, n° 5). Un vase semblable à celui de Vié-Cioutat, quoique moins haut, provient de la Cova Fonda à Salomó, près de Tarragone (fig. 83, n° 6) (Lagrand 1959, 192 et 198, pl. IX, n° 5) ; sa datation n'est cependant pas précisable.

Fig. 83 : Vases-supports ou brûle-parfum.

Fig. 83 : Vases-supports ou brûle-parfum.

1 : Vié-Cioutat, habitation 2-E3 ; 2 : habitat côtier de l'Arquet (Martigues, Bouches-du-Rhône) ; 3 : oppidum de Labaume (Serviers-et-Labaume, Gard) ; 4 : tombe de Lattes/Saint-Pierre (Hérault) ; 5 : oppidum d'Ambrussum (Villetelle, Hérault) ; 6 : Cova Fonda (Salomó, province de Tarragone, Espagne) ; 7 : oppidum du Cayla (Mailhac, Aude) ; 8 : oppidum de Pech-Maho (Sigean, Aude) ; 9 : nécropole de Saint-Julien (Pézenas, Hérault) ; 10 : oppidum du Puy d'Issolud (Vayrac, Lot). 1 et 9 : dessins B. Dedet ; 2 et 6 : dessins Ch. Lagrand ; 3 : cliché J.-M. Pène ; 4 : d'après Dusseaux et al. 2017 ; 5 : dessin J.-L. Fiches ; 7 : dessin É. Gailledrat et O. Taffanel ; 8 : dessin É. Gailledrat et Y. Solier ; 10 : dessin J.-P. Girault et J. Gascó.

308En Languedoc occidental, l'habitat du Cayla de Mailhac a livré un tel objet, mais en céramique tournée "ibérique peinte", daté de la première moitié du VIe s. av. J.-C. (Gailledrat, Taffanel 2002, 207 et 217, n° 4). Cet exemplaire est plus grand (234 mm de haut) et les deux coupelles sont dissymétriques, à profil tronconique et avec une ouverture plus large d'un côté (en bas ?), à profil arrondi de l'autre (fig. 83, n° 7).

309Ces vases ont suscité des interprétations diverses : "bougeoir ?" de Labeaume, "support de lampe" de Mailhac, "thymiaterion" de Labeaume, Mailhac et Ambrussum pour M. Py (2016a, 475-476), "thymiaterion" également dans la tombe de Lattes/Saint-Pierre. Ce dernier, découvert récemment, a fait l'objet d'analyses de chimie organique qui ont permis de constater que la céramique était imprégnée par de la poix de conifère, de la graisse de ruminant et du jus de raisin blanc, et de conclure à des "restes de parfum ?" (Barberan et al. 2017, 48). Concernant cette hypothèse de brûle-parfum, on remarquera cependant que les coupelles du spécimen de Vié-Cioutat ne montrent aucune trace de combustion secondaire.

310Trois autres objets de forme similaire diffèrent cependant des précédents par la présence d'un conduit à l'intérieur de la colonne, mettant en communication les deux coupelles. L'un d'eux provient de la nécropole de Saint-Julien de Pézenas, dont l'usage s'étend du VIIe s. à la fin du IVe s. av. J.-C., découvert hors-tombe (Dedet 1974, fig. 118, n° 36). Fabriqué dans la même matière que celle des vases non tournés courants, il est formé de deux coupelles reliées par une colonne de 85 mm de long, de section hexagonale ; sa hauteur conservée est de 162 mm (fig. 83, n° 9). Un autre, en céramique non tournée également, figure dans le matériel de la fin du Bronze final et du premier âge du Fer découvert anciennement sur le Puy d'Issolud à Vayrac, dans le Lot (Girault, Gascó 2011, 33 et 55, fig. 14, n° 119). De petites dimensions, il ne mesure que 70 mm de hauteur et les deux coupelles, tout à fait semblables, ont un diamètre de 63 mm. Un autre, enfin, a été trouvé dans l'habitat de Pech-Maho à Sigean et il est daté entre 540 et 450 av. J.-C. (Gailledrat, Solier 2004, 243 et 247). En céramique tournée "ibérique peinte", haut de 224 mm, il comporte deux coupelles tronconiques tout à fait symétriques, de 155 mm d'ouverture, reliées par une colonne d'environ 120 mm de long (fig. 83, n° 8). Dans les trois cas, le conduit interne ne permet pas de considérer que l'une des coupelles ait pu servir de réservoir à liquide. La fonction de support est donc ici la plus plausible.

311C) Le style de la céramique non tournée délicate de Vié-Cioutat

312La céramique non tournée que nous appelons « délicate » se distingue nettement de la céramique non tournée courante par la qualité de sa fabrication ainsi que des formes originales et, éventuellement, une décoration particulière, qui lui confèrent une élégance certaine.

313La composition de la pâte, et en particulier le dégraissant, ne marquent pas de différences notables avec celle de la non tournée courante, s’agissant presque toujours de calcite broyée. Cependant, celle-ci est ici broyée le plus souvent très finement. La pâte de ces vases est plus consistante et homogène. Les parois sont plus minces et plus régulières. Les surfaces sont toujours très soigneusement aménagées, polies, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur, et, contrairement aux vases fermés de type urne de la céramique non tournée commune, aucune dissemblance n’apparaît entre les diverses parties du vase, col et panse notamment étant traités avec la même finition. La couleur de l'épiderme est le plus souvent homogène sur chaque pièce, beige, marron ou gris plus ou moins sombre selon les cas, noir parfois. Quelques cas marquant des différences de couleur, de beige à gris-noir, indiquent une cuisson en meule (fig. 61, n° 12).

314Cinq formes de cette céramique non tournée délicate peuvent être dégagées à Vié-Cioutat, aucune n'apparaissant dans le répertoire de la non tournée commune (fig. 84).

Fig. 84 : Classement des vases en céramique non tournée délicate de Vié-Cioutat.

Fig. 84 : Classement des vases en céramique non tournée délicate de Vié-Cioutat.

1 : type VC-CNT D1 ; 2 : type VC-CNT D2 ; 3 à 9 : type VC-CNT D3 ; 10 et 11 : type VC-CNT D4 ; 12 et 13 : type VC-CNT D5 (1, 2 : espace 6-2-C ; 3, 5, 6, 8 et 9 : espace 5-2-B ; 4 : espace 5-2-A ; 7 et 13 : espace 3-1-F ; 10 et 11 : espace 3-B et C). Pour comparaison : 14 : type VC-CNT D1, tombe 41S de Sizen-Vigne ; 15 et 16 : type VC-CNT D3, habitat de Gailhan ; 17 et 18 : type VC-CNT D3, tombes 68 et 34 de Sizen-Vigne ; 19 et 20 : type VC-CNT D4, habitat de Gailhan ; 2 : type VC-CNT D4, habitat de Roque de Viou.

  • VC-D1 : urne haute, à col moyen, convergent, bord éversé à lèvre élargie pourvue d'un méplat vers l'intérieur, partie supérieure de la panse à profil arrondi, fond sans doute plat ou annulaire (un seul exemplaire attesté à ce jour, qui ne présente cependant pas de profil complet jusqu'au fond) ; aménagement de la surface identique sur le col et la panse.

  • VC-D2 : urne basse, à col bas convergent, bord éversé à lèvre élargie pourvue d'un méplat vers l'intérieur, panse surbaissée à carène arrondie, pied bas légèrement oblique ; aménagement de la surface identique sur le col, la panse et le fond ; sur le seul exemplaire complet figure une baguette anguleuse horizontale au contact pied-panse.

  • VC-D3 : urne basse à col bas divergent, bord éversé à lèvre simplement arrondie ou aplatie, panse surhaussée à profil arrondi très galbé ; fond non connu (aucun exemplaire découvert ne présente de profil complet), sans doute plat ou annulaire ; aménagement de la surface identique sur le col et la panse.

  • VC-D4 : urne basse à col bas convergent, bord éversé à lèvre simplement arrondie ou aplatie, panse surhaussée à profil arrondi très galbé ; fond non connu (aucun exemplaire découvert ne présente de profil complet), sans doute plat ou annulaire ; aménagement de la surface identique sur le col et la panse.

  • VC-D5 : vase ouvert, caréné, à bord éversé à lèvre arrondie ; fond non connu, aucun exemplaire découvert ne montrant un profil complet.

315La décoration, quand elle existe, constitue une autre particularité avec la céramique non tournée courante. Pour les formes VC-D2, D3 et D4, le contact col-panse est souvent marqué par un fin ressaut et/ou une fine rainure. Surtout fréquemment, aussi bien sur le col que sur la panse, et parfois aux deux emplacements à la fois, les vases VC-D3, D4 et D5, ont un décor gravé dans la pâte en cours de séchage avec une pointe aigüe ou mousse. Et le style est également particulier, à base de lignes brisées disposées horizontalement. Celles-ci peuvent être seules ou superposées ou composées entre elles. Plus rare, mais également angulaire, figure un décor à base de chevrons, qui peuvent également être superposés, en « arêtes de poisson ».

316Des vases entrant dans cette catégorie ont déjà été remarqués dans d'autres habitats contemporains du Languedoc oriental. Un exemplaire correspondant à la forme VC-D4 est signalé comme faisant « exception » dans le corpus de la céramique non tournée fine d'une couche de Roque de Viou, datée du second quart du IVe s. av. J.-C. (Garmy, Py, 1980, 46 et 47). Des vases « entièrement lissés » sont également mis à part du « lot très traditionnel » de la céramique non tournée de la seconde moitié du IIIe s. à Nages (Py 1978, 188). Et, parmi eux, sont présents deux spécimens de forme VC-D4 et D5 (Py 1978, 185, fig. 88, n° 28 et n° 31 et 188). Deux vases décorés de forme VC-D3 ou D4 figurent aussi au Marduel dans la seconde moitié du Ve s. et dans le premier quart du siècle suivant, mais ne sont pas séparés du reste de la céramique non tournée (Py, Lebeaupin 1992, 273, n° 4 et 280, tab. IV ; Py, Lebeaupin 1989, 143, n° 7 et 139, fig. 15). À Gailhan plusieurs exemplaires de forme VC-D3 et D4 sont dans l'unité domestique n° 1 au moment de son abandon dans le dernier quart du Ve s. (Dedet 1987, 66, fig. 78, n° 1 et 2, 68, fig. 80, n° 1, 74, fig. 85, n° 1, 75, fig. 86, n° 1 et 88, fig. 94, n° 5 à 7), et ils ont été classés dans une catégorie particulière, dénommée « urne de série 2 » (Dedet 1987, 151-152). De même, 13 vases non tournés fins et lustrés proviennent de tombes de la nécropole du Sizen-Vigne à Beaucaire, datées du IVe et de la première moitié du IIIe s. av. J.-C., et ils constituent le « groupe D » distingué dans la céramique non tournée du site par M. Py (2016b, 131-133). Preuve de la valeur accordée à ces vases très soignés, l'un de ceux de Gailhan, de forme VC-D3, porte des trous de réparation, à l'instar de certaines coupes d'Ensérune importées de Grèce ou de Campanie (Dedet 1987, 87 et 88, n° 5).

317La forme VC-D1 est attestée à Nages mais avec toutefois un bord simple, non élargi (Py 1978, 185, n° 29). La forme VC-D3 est bien connue à Gailhan (Dedet 1980a, 58, n° 8 ; Dedet 1987, 66, n°1 et 2 et 88, n° 5), parfois munie d'une anse verticale (Dedet 1987, 68, n° 1). La forme VC-D4 figure dans plusieurs lieux de la région : à Gailhan (Dedet 1980a, 45, n° 17 ; Dedet 1987, 55, n° 3 et 88, n° 6 et 7), au Marduel (Py, Lebeaupin 1989, 143, n° 7 ; Py, Lebeaupin 1992, 273, n° 4), à Roque de Viou (Garmy, Py 1980, 47, n° 13), à Nîmes (Py 1981, 73, n° 8 et 9), à Nages (Py 1978, 185, n° 28), ainsi qu'à Lattes (Py 1999, 299, n° 3). Avec une anse verticale elle est aussi attestée au Sizen-Vigne, dénommée forme D3 sur ce site (Py 2016b, 131, fig. 125).

318La seule décoration qui affecte ce type de vases, à Gailhan, au Marduel, à Nîmes ou encore à Lattes, procède de la même technique qu'à Vié-Cioutat. S'y rencontrent également les motifs simples à base de lignes brisées, mais également des compositions plus complexes mettant en œuvre des méandres, des croix de Saint-André, des triangles et des carrés remplis de traits parallèles ou encore des losanges, et même parfois à Gailhan, des représentations figuratives, végétaux, animaux, paysage (Dedet 1987, 55 et 56, fig. 70, n° 3 et 4).

319La répartition de cette céramique non tournée délicate concerne l'ensemble du Languedoc oriental, du milieu du Ve au début du IIIe s. av. J.-C. Le même style de forme et de décor prévaut de la partie orientale de l'Hérault (Lattes) à la vallée du Rhône (Beaucaire) et jusqu'au piémont cévenol. Il s'agit très probablement d'une production propre aux habitants de cette région, une céramique « gardoise » ou plutôt « languedocienne orientale », car elle n'est guère attestée à l'est ou à l'ouest de cette région. Entre les différents lieux où elle est attestée, chaque forme diffère quelque peu. Ce fait est notable en particulier là où les séries sont relativement fournies, comme Vié-Cioutat, Gailhan et Beaucaire, ce qui semble montrer une fabrication locale chaque fois, à l'instar de la céramique non tournée commune. Au-delà du Rhône, certaines productions des ateliers des rives de l'étang de Berre offrent, à même époque, des vases avec un polissage semblable, mais les formes sont, là, bien différentes, imitant celles des coupes et les cruches tournées à pâte claire ou grise monochrome (CNT-BER dans Py dir. 1993, 257-259). Par ailleurs, deux des formes de cette céramique délicate de Vié-Cioutat, l'urne haute D1 et l'urne basse D3, ont leurs homologues dans la production régionale tournée d'inspiration celtique bien attestée en Languedoc occidental (Rancoule 1995, 196, fig. 1, n° 5, et 198, n° 3) comme en Provence (Marcadal, Paillet 2003, 289, fig. 64, n° 1). Mais dans ces deux régions, ces vases sont tournés.

320D) Les tessons de céramique non tournée à décor excisé

321Des strates attribuées à la phase Vié-Cioutat I sont issus des tessons de trois vases non tournés à décor excisé, provenant tous trois de différents points du secteur C :

  • secteur 3-A : un tesson d'une petite urne creusé de deux alignements de triangles inversés dégageant une ligne brisée champlevée sur la base du col (motif 2 de Dedet 1980b), et de deux alignements de triangles dont les sommets sont vers la droite (motif 9), dégageant un alignement de triangles champlevés sur la partie conservée de la panse (fig. 65, n° 7) ;

  • secteur 3-B et 3-C : un tesson de gobelet, creusé d'une droite horizontale (motif 1) et de deux séries de triangles inversés dégageant une ligne brisée champlevée (motif 2) (fig. 69, n° 8) ;

  • secteur 3-D : deux tessons jointifs de la panse d'une urne creusée d'une double rangée de triangles excisés, emboîtés bases inversées, déterminant une bande brisée champlevée (motif 2), et de deux rangées superposées de triangles dont les sommets sont vers la gauche (motif 10) (fig. 70, n° 17).

322De tels vases excisés, produits localement, sont bien connus dans la région aux VIIe et VIe s. av. J.-C. (Dedet 1980b). Ils semblent cependant encore en usage à l'extrême fin du VIe s. Ainsi, le dépotoir accumulé vers 500 dans une fosse de La Condamine VII à Vauvert, Gard, en a livré un exemplaire, un seul vase cependant sur 182 que renfermait ce dépotoir (Séjalon et al. 2014, 115 et 117, fig. 25). Deux tessons d'une coupe ont été découverts dans une couche de l'habitat de Sextantio à Castelnau-le-Lez, Hérault, datée du premier quart du Ve s. av. J.-C. (Py, à paraître). À Vié-Cioutat ces tessons excisés figurent au sein de couches remaniées, parmi des objets dont les plus anciens ne remontent pas au-delà de la seconde moitié du Ve s. av. J.-C. Deux des motifs présents ici, la droite horizontale et les deux alignements de triangles inversés dégageant une ligne brisée champlevée (motifs 1 et 2 de Dedet 1980b) sont les plus fréquemment attestés en Languedoc oriental. Les autres, deux rangées superposées de triangles à sommets à droite (motif 9) ou à gauche (motif 10), traités dans la même position, sont, pour le moment, propres à Vié-Cioutat. Peut-on conclure de cette présence que ce type de décor se prolonge à cette époque ? Ou bien faut-il y voir les témoignages d'une fréquentation des lieux au premier âge du Fer ? Il est bien difficile de répondre sûrement. Toutefois, on remarquera que les ensembles régionaux bien datés de la seconde moitié du Ve s. av. J.-C. et du siècle suivant, comme La Madeleine à Tornac ou Gailhan, n'en livrent aucun vestige. Et d'autre part, l'état de conservation des tessons de Vié-Cioutat apparaît moins bon que celui du reste du matériel des niveaux où ils ont été découverts : les tessons des deux urnes des secteurs 3-C1 et 3-C4 ont des surfaces et des cassures très altérées, et le fragment du gobelet du secteur 3-C2/C3 est de très petite dimension. Ces deux arguments plaident plutôt en faveur de la seconde hypothèse, d'autant que les fouilles n'ont affecté qu'une partie du site.

3.3.2. Traces d'un travail du fer

323Des scories de fer informes, ont été découvertes éparpillées en trois secteurs de la partie explorée de Vié-Cioutat, et leur datation s'échelonne durant toute l'occupation :

  • dans l'habitation 3-1-D, au dernier quart du Ve s. av. J.-C. : 16 scories pour 240 g ;

  • dans l'annexe 5-2-A, au troisième quart du IVe s. : 13 scories pour 17,2 g ;

  • dans l'habitation 6-2-C, au dernier quart du IVe s. : 2 scories pour 87,6 g.

324En outre un morceau de métal brut ferreux enveloppé dans de la scorie provient du niveau de destruction de l'habitation 3-1-D, et un morceau de culot de fer (97,8 g), dont la surface inférieure a moulé le fond du foyer, figure dans l'habitation 6-2-C.

325Dans le secteur fouillé, manquent les structures et aménagements d'atelier du travail du fer, les outils de la forge, les chutes, les produits semi-finis, mais tous les restes découverts marquent cependant l'existence d'un tel travail à proximité de ces lieux d'habitat, réduction et forgeage. La présence du culot et celle du morceau de métal brut pourraient simplement témoigner d'un stockage de matière utilisable par les habitants du lieu, en attendant de les apporter au lieu même de la forge de l'agglomération, d'une récupération de ce métal pour être reforgé.

326Cette activité de forge, marquée par des scories, est une constante dans les habitats de la région à cette époque, comme par exemple ceux de la Madeleine à Tornac, de Roque de Viou ou du Marduel.

3.3.3. Trace d'un travail du bronze ?

327Un travail du bronze pourrait être aussi signalé par la présence, dans l'aire 4-1-H, d'une fibule en cours d'élaboration, si tant est que peut être ainsi interprétée une tige de section ronde (de 3,1 mm de diamètre maximum), aux deux extrémités effilées et enroulées, longue de 87,7 mm avec les enroulements (fig. 43, n° 8). Pareille explication a été proposée pour des objets semblables découverts à Lattes et datés de la première moitié du IVe s. av. J.-C. (Raux 1999, 478 et fig. 16, n° 887, fig. 27, n° 1432).

3.4. Les échanges

328Les échanges avec le monde extérieur à la communauté villageoise de Vié-Cioutat sont essentiellement attestés par la présence de différentes séries de céramiques. Certaines catégories se rapportent à un environnement plus ou moins proche, d'autres à une sphère plus ou moins éloignée. Parmi les premières figurent la céramique commune tournée du Languedoc oriental et la céramique à pâte grenue, les vases à pâte claire, grise peinte et grise monochrome, et parmi les secondes les vases attiques et pseudo-attiques et les amphores étrusques et massaliètes. En outre, les premières marquent plutôt un usage des récipients eux-mêmes dans la vie quotidienne, tandis que les amphores signalent plutôt la consommation d'une denrée particulière.

3.4.1. Les céramiques tournées fines

329A) Céramique commune tournée du Languedoc oriental

330Parmi les différentes catégories de céramiques tournées fines, la céramique commune tournée du Languedoc oriental (CCT-LOR) représente, selon les US, entre 2,9 % et 78,6 % des tessons, une proportion qui n'atteint ou dépasse les 50 % que rarement toutefois (fig. 85). Il s'agit d'une catégorie de vases propre au Languedoc oriental, qui a fait l'objet d'une étude synthétique régionale sous l’appellation « céramique tournée à gros dégraissant » (Dedet 1978), et la classification proposée alors a été reprise intégralement dans Dicocer1 sous la rubrique CCT-LOR. Outre Vié-Cioutat, cette production était alors repérée dans différents habitats du Gard datés de la seconde moitié du Ve s. av. J.-C., La Madeleine, Gailhan, Nîmes/Mont-Cavalier, Espeyran, La Redoute et Saint-Vincent (Dedet 1978, 24-25). Depuis lors, elle a été reconnue dans le port côtier de Lattes où elle occupe quantitativement la première place dans la céramique de cuisine commune tournée régionale (Curé 2010).

Fig. 85 : Part relative de chacune des catégories de céramiques tournées fines (Attique, Pseudo-attique, Pâte claire, Grise peinte, Grise monochrome, Commune tournée du Languedoc oriental, Tournée à pâte grenue), selon le lieu.

Fig. 85 : Part relative de chacune des catégories de céramiques tournées fines (Attique, Pseudo-attique, Pâte claire, Grise peinte, Grise monochrome, Commune tournée du Languedoc oriental, Tournée à pâte grenue), selon le lieu.

331La pâte est une argile compacte, légèrement stratifiée en feuillets de couleur noire ou grise, à laquelle ont été ajoutés des grains de calcite broyée, généralement compris entre 1 et 2 mm, mais pouvant atteindre 3,5 mm. La couleur des parois varie selon le mode de cuisson. La couleur extérieure peut être gris noir à marron sombre et l'intérieur beige clair, témoignant d'une cuisson réductrice suivie d'une post-cuisson réductrice également. Les surfaces peuvent aussi être beige clair à l'extérieur comme à l'intérieur, avec parfois une nuance plus claire à l'intérieur, ce qui marque une cuisson réductrice suivie d'une post-cuisson oxydante. Ces deux aspects concernent la majorité des vases, mais quelques vases à cuisson et post-cuisson réductrices ont des surfaces extérieures et intérieures uniformément grises ou noires.

332Dans cette fabrication, on trouve sept ou huit formes de vases (fig. 86) :

  • Urne de forme 1 (CCT-LOR 1), à col divergent très bas, lèvre arrondie, panse globuleuse haute, bas de panse rectiligne et fond plat ou légèrement creux. Deux lignes horizontales sont souvent incisées dans la zone de diamètre maximum de la panse.

  • Urne de forme 2 (CCT-LOR 2), sans col, à embouchure rétrécie, bord convergent et légèrement retroussé.

  • Urne de forme 3 (CCT-LOR 3), sans col, à embouchure rétrécie, bord en gouttière avec ressaut interne pour recevoir un couvercle. Cette forme, présente ici à un seul exemplaire, évoque celle de la caccabé grecque, connue seulement dans la région côtière du Languedoc oriental.

  • Jatte ou grande coupe de forme 4 (CCT-LOR 4), à panse à profil arrondi-convexe et bord divergent à lèvre épaissie.

  • Coupe de forme 5 (CCT-LOR 5), à panse tronconique et bord dans le prolongement de la panse à lèvre arrondie. Le seul exemplaire attesté à Vié-Cioutat provient de la même US que l'urne de forme 3, et a peut-être constitué le couvercle de ce dernier.

  • Coupe de forme 6 (CCT-LOR 6), à panse à profil arrondi-convexe, bord convergent et lèvre simple. Elle admet un décor de bandes peintes rouge brun, horizontales à l'extérieur et à l'intérieur, dans le style des coupes à pâte claire de tradition massaliète.

  • Coupe de forme 7, à panse à profil arrondi-convexe, bord divergent et lèvre simple. Cette forme n'apparaissait pas dans la classification de 1978 et dans Dicocer1 ; elle pourrait être appelée CCT-LOR 7.

  • Coupe de forme 8 (?) : un pied tronconique et une anse horizontale évoquent l'existence d'une forme dérivant de la coupe ionienne B2, à l'instar des productions régionales à pâte claire de tradition massaliète. Ce pourrait être la forme CCT-LOR 8.

333Dans cet ensemble, l'urne de forme 1 est le vase le plus fréquent, et de loin, représentant environ 80 % des récipients de cette catégorie (fig. 86, n° 1). Les autres formes ne sont sûrement attestées qu'à un ou deux exemplaires.

334B) Céramique à pâte claire de tradition massaliète

335Parmi les différentes catégories de céramiques tournées fines, la céramique à pâte claire de tradition massaliète est la mieux représentée, entre 17 % et 83 % des tessons de tournées fines, une proportion qui atteint ou dépasse les 50 % dans la plupart des US (fig. 85, 87, 88 et 89).

Fig. 86 : Céramique commune tournée du Languedoc oriental.

Fig. 86 : Céramique commune tournée du Languedoc oriental.

1 : espace 1-1-A ; 2 : espace 3-1-F ; 3, 6 et 9 : espace 3-1-E ; 4 et 12 : espace 3-1-D ; 5 et 8 : espace 5-2-B, c4 ; 7 : 4-1-H ; 10 : espace 2-1-B ; 11 : point 6.

336La pâte de ces vases présente deux aspects. Dans l'immense majorité des cas, elle est très tendre et pulvérulente, se rayant très facilement à l'ongle et laissant des traces au toucher. Elle est le plus souvent finement micacée. Sa couleur est jaune clair, tendant parfois légèrement à l'ocre. Les parois, du moins certaines portions d'entre elles, sont recouvertes d'une peinture très fragile, s'écaillant ou s'effaçant facilement. Celle-ci est mate, de couleur rouge à brun rouge. Quelques vases, uniquement des coupes, diffèrent cependant des autres par une pâte beaucoup plus dure et sonore, de couleur jaune plus clair ou beige clair. La peinture est aussi de meilleure qualité, montrant une superposition de couches avec un fond brun rouge clair sur lequel se détachent des filets marron sombre (fig. 89).

337Parmi ces vases à pâte claire figurent des récipients ouverts, coupes et gobelets, ainsi que des vases fermés, cratères, urnes et cruches. Le couvercle est exceptionnel.

Fig. 87 : Coupes et couvercle à pâte claire de type massaliète.

Fig. 87 : Coupes et couvercle à pâte claire de type massaliète.

1, 8, 13, 18, 19 et 26 : espace 4-1-I ; 2, 5, 10, 11, 23 et 27 : espace 4-1-H ; 3 et 16 : espace 13-1-E ; 4 : espace 1-1-A ; 6 : espaces 3-B et 3-C ; 7 et 21 : espace 5-2-A ; 9, 12, 14, 20, 25 et 31 : espace 3-1-F ; 15 : espace 2-1-B ; 17 : espace 3-1-D ; 22 et 24 : espace 5-2-B.

338La plupart des coupes dérivent de la coupe ionienne B2 à anses prenant naissance à la carène. Les plus proches de ce modèle sont les coupes à lèvre entrant dans la forme CL-MAS 423. L'ornementation peinte comprend, à l'extérieur, une large bande horizontale couvrant toute la lèvre, et des bandes également horizontales, mais plus étroites, dans la partie inférieure de la panse, tandis que l'intérieur est entièrement peint, avec parfois un filet réservé ou surpeint juste sous le bord (fig. 87, n° 1 à 5). D'autres coupes ont un bord plus haut et une panse plus ou moins carénée haute ; elles peuvent être classées dans la forme CL-MAS 426 (fig. 87, n° 6 à 14). D'autres enfin ont une carène médiane, un bord évasé et peuvent être équipées d'une anse verticale reliant le bord à la carène ; elles entrent dans la forme CL-MAS 453 (fig. 87, n° 17 à 19). Plus rare est la coupe à lèvre évasée basse, de forme CL-MAS 427 (fig. 87, n° 15 et 16). Pour tous ces vases, l'ornementation peinte ne diffère guère de celle des coupes imitant le plus la coupe B2.

Fig. 88 : Urnes, cruches et olpés à pâte claire de type massaliète.

Fig. 88 : Urnes, cruches et olpés à pâte claire de type massaliète.

1, 8, 10, 11, 14, 15, 23 et 26 : espace 4-1-H ; 2 et 28 : espace 2-1-B ; 3, 4, 20 et 24 : espace 3-1-F ; 5, 6, 7, 9, 18, 21 et 22 : espace 3-B et 3-C ; 12 : espace 3-1-D ; 13 et 17 : espace 3-1-G ; 19 : espace 4-1-F ; 25 : espace 3-1-E ; 27 : espace 5-2-B, c5.

339La coupe attique C a pu aussi inspirer certains de ces vases comme l'atteste un pied en trompette (forme Agora 1413 de Sparkes, Talcott 1970). Plusieurs coupes semblent imiter le « bolsal » attique, avec deux anses horizontales placées au niveau du bord et une paroi plus ou moins concave (forme Agora 558 de Sparkes, Talcott 1970) ; elles peuvent être classées dans la forme CL-MAS 433. Une petite coupelle à bord élargi et inflexion médiane, avec un profil en courbe et contre-courbe, peut être classée dans la forme CL-MAS 417, variante 1.

Fig. 89 : Vases à pâte claire de type massaliète.

Fig. 89 : Vases à pâte claire de type massaliète.

1 : espace 1-1-A ; 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8 et 9 : espace 4-1-H ; 10 : espace 2-1-B ; 11 : espace 5-2-B, c5.

340En marge de ces types de coupes qui sont bien attestées en Languedoc oriental à la même époque, il existe une forme originale à Vié-Cioutat, non inventoriée dans Dicocer1 : le gobelet à panse globulaire, col évasé et lèvre épaissie, pouvant être orné de bandes peintes brun-rouge à l'extérieur (fig. 87, n° 25 à 27). Cette forme n'apparaît pas, semble-t-il, dans le matériel publié des sites contemporains du Languedoc oriental, à l'exception de l'oppidum de Saint-Vincent à Gaujac, avec un exemplaire dans un ensemble de la fin du Ve ou du début du IVe s. av. J.-C. (Charmasson 1982-1986, 118, fig. 34, n° 174).

341Cratères, urnes et cruches ne peuvent être que rarement différenciés du fait de leur état de fragmentation. Parmi les cratères (CL-MAS 464), on peut sans doute ranger un pied divergent et mouluré, à base élargie et facetée (fig. 88, n° 1). Un tesson de partie supérieure de panse, décoré de bandes peintes horizontales, peut être classé parmi les urnes (fig. 88, n° 2). Deux bords avec anse surélevée, verticale, appartiennent sans conteste à des cruches (fig. 88, n° 3 et 4). Mais, le plus souvent, il est impossible de faire la distinction entre urnes et cruches. C'est le cas de nombreux cols et bords et de pieds et de fonds, de diamètre et de forme variés (fig. 88, n° 8 à 23). Plusieurs tessons de panse signalent aussi l'existence du décor peint de style dit « subgéométrique rhodanien » (fig. 88, n° 24 et 26 à 28).

342Toutes ces formes d'urnes et de cruches figurent, et souvent en abondance, sur les oppida voisins du Languedoc oriental dans la seconde moitié du VIe s. et au Ve s. av. J.-C. Le cratère par contre est beaucoup plus rare. Le pied de l'exemplaire de Vié-Cioutat est tout à fait comparable à celui du cratère à colonnettes, décoré dans le style subgéométrique rhodanien, provenant de l'oppidum des Barbes-et-Fon-Danis, à Saint-Laurent-de-Carnols, dans le Gard rhodanien, et daté de la fin du Ve s. av. J.-C. (Goury 1989, 358). Cette forme est attestée aussi, mais chaque fois très rare, dans d'autres habitats de la région, comme le Mont-Cavalier à Nîmes ou la Chazette à Congéniès (Py 1981, 72, n° 7 ; Michelozzi, Py, 1980, 128).

343Le couvercle CL-MAS 722, quant à lui, est exceptionnel. On le retrouve dans la région, avec la même forme, mais toujours en très petite quantité : un exemplaire à Villevieille et un autre au Marduel (Py, Tendille 1975, 122, n° 7 ; Py, Lebeaupin 1992, 268, n° 25).

344Ce groupe de céramique, peinte ou non, est attesté, avec les mêmes caractères de forme, sur les habitats voisins du Languedoc oriental aux Ve -IVe s. av. J.-C. : La Madeleine à Tornac, Le Plan de la Tour à Gailhan, La Jouffe à Montmirat, Villevieille, Roque de Viou à Saint-Dionisy, Le Mont-Cavalier à Nîmes, Le Marduel à Saint-Bonnet-du-Gard, La Redoute à Beaucaire, La Roche à Comps ou encore Saint-Vincent à Gaujac. À Vié-Cioutat cependant, les exemplaires de bonne qualité, à pâte dure et peinture résistante, fréquents sur les habitats de la vallée du Rhône ou de la zone littorale, sont pratiquement absents. L'aspect pulvérulent de la pâte et la mauvaise adhérence de la peinture éventuelle ne semblent pas résulter de conditions physico-chimiques de conservation propres à ce site. Vié-Cioutat comme les autres oppida cités se trouve sur des hauteurs calcaires de même nature. Ce faciès original pourrait plutôt résulter d'atelier(s) de fabrication particulier(s), sans doute proche(s) de ce site puisque cette production ne semble pas répandue ailleurs.

345C) Céramique grise peinte

346Variante de la production à pâte claire, distribuée principalement en Languedoc oriental, mais peu répandue toutefois, la céramique grise peinte est très rare à Vié-Cioutat. Dans les deux secteurs où elle est attestée, elle ne représente que 0,06 % à 0,5 % du total céramique et 1,1 % à 17,8 % de la céramique tournée fine (fig. 85). Il s'agit de coupes à anses uniformément recouvertes d'un vernis noir ou brun rouge, imitant la forme précampanienne Lamb. A42, à profil en S peu prononcé (GR-PEINTE 3 ou 4). Ces vases marquent essentiellement le IVe s. av. J.-C.

347D) Céramique grise monochrome

348La part de la céramique grise monochrome est assez réduite, entre 0,1 % et 1,4 % de la céramique fine, tournée ou non, et entre 2 % et 23,8 % de la céramique tournée fine (fig. 85). La grande majorité des pièces a été analysée par C. Arcelin-Pradelle dans le cadre d'une étude d'ensemble portant sur la céramique grise monochrome en Languedoc oriental (Arcelin-Pradelle, Dedet, Py 1982). Elles se répartissent dans deux types de pâte distingués, et donc deux ateliers ou groupes d'ateliers, les groupes 3 et 9. Ces deux groupes sont ici quantitativement équivalents : au moins 19 exemplaires pour le groupe 3, et au moins 24 pour le groupe 9.

349Le groupe 3 se caractérise par une pâte gris clair, non feuilletée, vacuolaire, incluant de nombreux petits éléments non plastiques (0,1 mm), parmi lesquels le calcaire est le plus abondant. La paroi est couverte d'un enduit gris terne, passé au pinceau ou appliqué par trempage, très sensible à l'usure, souvent écaillé ou même disparu quand les conditions de conservation ne sont pas bonnes. Trois formes sont attestées : la coupe carénée de forme VIa, sans épaulement au-dessus de la carène, ornée d'une bande d'ondes incisées sur la partie supérieure de la panse et d'une à trois lignes horizontales incisées juste au-dessus de la carène (trois exemplaires) ; la cruche de forme VIII et l'urne de forme VII (un tesson de bord de chaque) (fig. 90).

350Le groupe 3 est une production de grande série et de grande diffusion, notamment dans tout le Languedoc oriental, mais qui laisse à l'écart Marseille et tout l'est de la Provence. Il est probable que les ateliers de fabrication soient situés dans la région rhodanienne, mais ceux-ci ne sont pas encore localisés. À Vié-Cioutat, ces vases constitueraient donc des importations à petite distance. Cette production est attestée durant la seconde moitié du VIe s. et tout le Ve s. av. J.-C.

351Le groupe 9 a une pâte de couleur grise, parfois brune au centre avec nette démarcation entre les deux teintes. Cette pâte, non feuilletée, peut présenter des vacuoles étroites, allongées dans le sens du tournage, jusqu'à 1 mm environ. Sa principale caractéristique est la présence de grains de calcaire ronds, parfois à l'état de calcite, dont la dimension la plus courante est de 0,5 mm ; mais les grains atteignant 1 ou 2 mm sont fréquents. Ces inclusions ont parfois fait éclater une écaille à la surface du vase. Les surfaces présentent un enduit noir, appliqué par trempage, souvent épais et brillant, qui leur donne un aspect « glacé ». Il peut arriver qu'un début de grésage les fasse virer au gris ou au violet clair. Par ailleurs, la surface peut aussi avoir totalement perdu son enduit dont seules quelques écailles demeurent. Ce groupe se caractérise aussi par la fréquence des maladresses de tournage : séries d'irrégularités, d'ondulations ; carènes faites à l'estèque, en écrasant la pâte ; décor parfois incisé très profondément, presque jusqu'à la limite de la rupture de la paroi. La coupe carénée de forme VIa, est ici la mieux attestée, avec douze exemplaires ; l'urne de forme l n'est représentée que par un bord (fig. 90, n° 5 à 12).

352Le groupe 9 n'est pas une production côtière ni de la vallée du Rhône. Totalement inconnu en Provence, il n'est pas représenté non plus dans le Gard rhodanien (Le Marduel, La Roche de Comps, Beaucaire, Espeyran), pas plus qu'à Nîmes. La diffusion de ces vases est limitée à l'intérieur du Languedoc oriental, la région sous-cévenole (Vié-Cioutat, La Madeleine à Tornac) jusqu'à la moyenne vallée du Vidourle (Villevieille). Cette production ne paraît pas démarrer avant le milieu du Ve s. av. J.-C. et cesse au milieu du siècle suivant. Son répertoire typologique peu diversifié mais assez mal fixé, joint aux signes d'une technique de façonnage pas très sûre, donnent l'impression d'une production marginale qui a peut-être tenté de relayer les productions de grandes séries lorsqu'elles étaient sur leur déclin. Les ateliers restent à découvrir, mais l'aire de répartition de cette catégorie semble indiquer une provenance relativement proche de Vié-Cioutat, donc des apports ne venant pas de loin.

353E) Céramique attique

354La céramique attique, la seule importation lointaine attestée ici, transitant à l'évidence par la zone bas-rhodanienne distante seulement de deux journées de marche, est extrêmement rare. Elle n'est présente que dans certains secteurs de l'habitat et dans des proportions très faibles, comprises entre 0,04 % et 0,15 % du total de la vaisselle, et 0,7 à 1,4 % des vases tournés fins (on ne tiendra pas compte du taux exceptionnel de 4,2 % pour la couche 4 de l'habitation 2-E2, car le corpus est très réduit, avec 23 tessons de céramiques tournées fines) (fig. 85).

355Ces récipients sont de petite taille. Lorsque la forme est identifiable, sont attestées une pyxide de type Agora 1298 ou 1300 (Sparkes, Talcott 1970, 1, 327 et 2, fig. 11), un canthare à lèvre moulurée de type Agora 696 à 701 (Ibid., 2, fig. 7 et pl. 29), ainsi que quelques coupes dont l'état de conservation ne permet pas un classement sûr, peut-être une coupe-canthare Agora 661 (Ibid., 2, fig. 7 et pl. 28). La pyxide marque le dernier quart du Ve s. ou les environs de 400, le canthare et la coupe-canthare, les trois premiers quarts du IVe s. av. J.-C.

Fig. 90 : Céramiques grises monochromes.

Fig. 90 : Céramiques grises monochromes.

1 à 4 : Groupe 3 ; 5 à 12 : Groupe 9. 1, 2, 3, 6 : espace 3-1-F ; 4, 10 et 11 : espace 5-2-B, c5 ; 5 et 8 : espace 4-1-H ; 7 : espace 3-1-E ; 9 et 12 : espace 3-A.

356Cette grande rareté de la céramique attique à cette époque dans cette région n'est pas le propre de Vié-Cioutat. Dans tous les autres habitats du Languedoc oriental, la proportion qui a pu être calculée par rapport au total de la vaisselle (en nombre de tessons) est toujours très faible : 0,12 % à la Madeleine (Dedet, Michelozzi 2008, 201), 0,4 % puis 0,2 % au Marduel entre la fin du Ve s. et le début du IVe s. (Py, Lebeaupin 1992, 297 et 310 ; Py, Lebeaupin 1989, 139), 0,5 % à Nîmes/Mont-Cavalier (Py 1981, 60) ; 0,8 % à Saint-Vincent de Gaujac (Charmasson 1982-1986, 132). Et cette céramique est absente dans l'unité domestique n° 1 de Gailhan, lors de son abandon, à la fin du Ve s. av. J.-C. En revanche, elle est alors beaucoup moins rare dans le port côtier de Lattes, où elle représente entre 7 % et 3 % de la vaisselle, entre le dernier quart du Ve s. et le premier quart du siècle suivant (Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, 267-268).

357F) Céramique pseudo-attique

358Production de Marseille imitant l'attique, la céramique pseudo-attique est également très rare à Vié-Cioutat. Sa présence n'est attestée que dans certaines couches du secteur 1, dans des proportions comprises entre 0,02 et 0,1 % du total des vases fins et entre 0,4 et 4,2 % de la céramique tournée fine (fig. 85). Ces tessons, six en tout, se rapportent tous à des coupes, des coupes-skyphos PSEUDO-AT 605 ou 605a, datées entre 375 et 300 av. J.-C. et peut-être une coupe à tige PSEUDO-AT 493, produite entre 425 et 350 av. J.-C. (Py dir. 1993, 536-538).

359Cette céramique est donc aussi rare à Vié-Cioutat que la céramique attique. Cela est également visible dans les autres agglomérations de la région : 0,12 % du total de la vaisselle à La Madeleine (Dedet, Michelozzi 2008, 201), 0,2 % à Saint-Vincent (Charmasson 1982-1986, 132), entre 0,12 % et 0,28 % au Marduel (Py, Lebeaupin 1992, 297 et 310 ; Py, Lebeaupin 1989, 139), 1,1 % à Nîmes/Mont-Cavalier (Py 1981, 60). À Lattes cette proportion s'accroît de 0,7 % vers 400 à 2,5 % entre 350 et 325 avant d'amorcer son déclin (Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, 1175). Dans ce port, la présence de cette production massaliète ne surpasse pas, au maximum de sa diffusion, celle de la céramique attique, qui est ici relativement abondante, par rapport aux habitats de l'arrière-pays. Parmi les fondations grecques du Midi de la Gaule, cette céramique pseudo-attique n'est pour le moment signalée qu'à Olbia, fondée au milieu du IVe s. av. J.-C., mais dans de très faibles proportions (Bats 1988, 92-94). Face à ce constat aussi bien M. Bats que M. Py, A. Adroher et C. Sanchez évoquent la possibilité qu'il s'agisse d'une production réservée en priorité au marché indigène. Cependant, force est de constater qu'à la fin du Ve s. et durant le IVe s. av. J.-C., les habitants de Vié-Cioutat et des autres agglomérations de l'arrière-pays du Languedoc oriental ne possèdent pas plus de ces récipients massaliètes pseudo-attiques que de vases attiques eux-mêmes.

3.4.2. Les amphores

360La catégorie des amphores est presque exclusivement représentée par les productions de Marseille. À côté des 2 175 tessons issus des zones ici étudiées (sans compter ceux qui ont été répertoriés dans le secteur 3 publié dans Dedet 1973) ne figurent qu'un tesson d'amphore ionio-massaliète et deux exemplaires d'amphores étrusques (fig. 91).

Fig. 91 : Part relative des catégories d'amphores, selon l'espace.

Fig. 91 : Part relative des catégories d'amphores, selon l'espace.

361A) Amphore étrusque

362Avec deux spécimens seulement, la présence de l'amphore étrusque est ici anecdotique.

363Une amphore de type 4 est attestée par un tesson d'anse. Ce type, créé à la fin du VIe s. av. J.-C., connaît dans la région littorale une grande diffusion au début du siècle suivant, en forte baisse à la fin de ce siècle et une disparition au début du IVe s. av. J.-C.

364Une autre amphore est représentée, quant à elle, par une portion de panse ovoïde, dont 37 tessons sont groupés dans la couche d'abandon de l'espace 1-A1, tandis que deux tessons appartenant sans doute au même récipient procèdent de l'espace 1-A2, contigu au précédant. La pâte, de couleur rose jaunâtre, enferme un dégraissant abondant de mica noir très fin et d'inclusions plus grossières (jusqu'à 7,5 mm) de quartz, mica blanc, schiste et nodules rouges. Si tant est que ce récipient puisse être rattaché à un production étrusque, les caractères de sa pâte ne se retrouvent pas dans les classements effectués par G. Marchand (1982), M. Py (1985) ou J.-C. Sourisseau (1997). Peut-être est-il à rapprocher des exemplaires de l'épave de Bon-Porté dans la pâte desquels est signalée la présence de nodules rouges (Liou 1974) ?

365B) Amphore massaliète

366Selon les couches, les tessons d'amphore massaliète comptent pour 4,4 % à 16,4 % du total des tessons de céramiques, toutes catégories confondues (fig. 91).

367Les 27 bords identifiables permettent de préciser quelque peu l'horizon chronologique de ces importations : 1 A-MAS bd3, 2 A-MAS bd3/5 et 6 A-MAS bd4 indiquent le Ve s. av. J.-C. ; 14 A-MAS bd5 signalent la seconde moitié du Ve s. et/ou le début du siècle suivant ; 3 A-MAS bd6 se rapportent à ce même intervalle mais peuvent aussi relever du plein IVe s. ; 1 seul A-MAS bd7 date du IVe s., voire du début du IIIe s. av. J.-C. Ces amphores s'inscrivent donc entre le début du Ve et la fin du IVe s., avec un maximum de présence dans la seconde moitié du Ve s., suivi d'un décroissement au début du IVe s. av. J.-C. L'ajout à cette liste des bords du secteur 3-C1 déjà publiés (Dedet 1973, 18, 26, 36 et 52) ne fait que confirmer cette tendance, le cumul s'élevant à 2 A-MAS bd3, 2 A-MAS bd3/5, 9 A-MAS bd4, 20 A-MAS bd5, 3 A-MAS bd6 et 1 A-MAS bd7 (fig. 92).

368La comparaison de la quantité d'amphores massaliètes présentes à Vié-Cioutat avec celle des autres habitats du Languedoc oriental contemporains est très instructive (fig. 93). La proportion globale de 9,7 % est voisine de celle des autres habitats du piémont cévenol vers le début du IVe s. av. J.-C. : 14,8 % à La Madeleine (Dedet, Michelozzi 2008, 201, fig. 31), 10,7 % à La Jouffe et 9 % à Gailhan (Dedet 1990b, 90, fig. 2). Celle-ci augmente nettement dans les agglomérations plus proches de la côte : 22 % globalement pour les habitats de la Vaunage, 24 % au Marduel, près de 25 % à Nîmes/Mont-Cavalier (Py 1990, 75, fig. 1 ; Py 1981, 68) et 17 % à Arles (Arcelin 1995, 334). Sur le littoral même, cette proportion atteint 50 % à Lattes et 60 % à Espeyran (Py 1990, 75, fig. 1). À l'évidence, l'éloignement de la côte freine grandement la diffusion de ces amphores et donc du vin dans cette région intérieure du Languedoc oriental. Cette présence modeste des amphores massaliètes à Vié-Cioutat dans la seconde moitié du Ve s. et durant tout le siècle suivant montre que la vallée du Gardon ne joue pas alors le rôle de voie commerciale à travers les Cévennes pour exporter le vin vers l'intérieur du Massif central, à la différence de ce que l'on constatera deux siècles plus tard pour le vin italien, avec la création, vers 100 av. J.-C., de l'oppidum-marché de l'Ermitage (Dedet, Salles 2013). Et la pénétrante fluviale, que constitue le Rhône, ne semble guère jouer de rôle en ce domaine à cette époque, puisqu'à Gaujac comme aux Barbes-et-Font-Danis la proportion de tessons d'amphores de Marseille est de l'ordre de 1 % seulement (Charmasson 1982-1986, 132 ; Dedet 1990b, 95).

3.4.3. Plusieurs niveaux d'échanges

Fig. 92 : Part relative des différents types de bords d'amphores massaliètes.

Fig. 92 : Part relative des différents types de bords d'amphores massaliètes.

369La présence des différentes catégories de céramiques qui viennent d'être passées en revue témoignent des relations des habitants de Vié-Cioutat avec l'extérieur, et ce à plusieurs niveaux.

370D'abord un extérieur proche. C'est en particulier le cas des vases en céramique commune tournée du Languedoc oriental, du groupe 9 de la céramique grise monochrome et sans doute de certains récipients à pâte claire. Même si les ateliers de production n'ont pas été retrouvés, la diffusion de ces céramiques est propre à l'arrière-pays du Languedoc oriental, et elle évoque des productions de cette région, sans exclure la partie septentrionale et sous-cévenole du Gard.

371Mais aussi un extérieur plus lointain. Par cette région proche de Vié-Cioutat doivent transiter les productions provençales ou "marseillaises", céramiques à pâte claire, certaines grises monochromes, les rares vases pseudo-attiques et le vin, contenu dans les amphores massaliètes, ainsi que, également, les très exceptionnelles coupes attiques.

372Ces échanges apparaissent relativement limités si l'on compare la proportion d'amphores massaliètes présentes à Vié-Cioutat (9,6 % du total des tessons) avec celles qu'on peut mesurer dans les habitats du contact des Garrigues et de la plaine littorale (près de 25 %) et surtout des ports de la côte (50 à 60 %) (fig. 93). Mais bien sûr toute une part des échanges qui ne laissent pas de trace matérielle pour nous, produits agricoles ou d'élevage, nous échappe complètement.

Fig. 93 : Répartition proportionnée des tessons d'amphores massaliètes par rapport au total des tessons dans des fouilles d'habitat du Languedoc oriental et de la vallée du Rhône, au début du IVe s. av. J.-C.

Fig. 93 : Répartition proportionnée des tessons d'amphores massaliètes par rapport au total des tessons dans des fouilles d'habitat du Languedoc oriental et de la vallée du Rhône, au début du IVe s. av. J.-C.

1 : Vié-Cioutat ; 2 : La Madeleine ; 3 : Gailhan ; 4 : La Jouffe ; 5 : Les Barbes-et-Font-Danis ; 6 : Gaujac ; 7 : Habitats de Vaunage ; 8 : Nîmes/Mont-Cavalier ; 9 : Le Marduel ; 10 : Arles ; 11 : Espeyran ; 12 : Lattara.

373Dans ce registre, on peut s'interroger sur la présence de trois oboles anciennes de Marseille, du type à la roue et MA, qui s'échelonnent entre la fin du Ve et la fin du IVe s. av. J.-C. (séries OBM-7, OBM-8 et OBM 10 ancienne selon la typologie de Py, 2006). Deux d'entre-elles proviennent d'aires dont la fonction est mal caractérisée, peut-être un remblai de la première moitié du IVe s. av. J.-C. (aire 1-CBA5 et zone 3-C4). La troisième reposait sur le sol de l'habitat 2-E3, daté de la fin du IVe s., juste sous une urne posée sur ce sol et au contact même du vase, comme si elle avait bénéficié d'une attention particulière de la part de son propriétaire. De telles oboles à cette époque figurent aussi, avec la même rareté, dans les habitats voisins : l'Ermitage d'Alès (une OBM-7 ; Dedet, Salles 1981, 45), La Madeleine (une OBM-7 ; Dedet, Michelozzi 2008, 196), Gailhan (une OBM-7 et deux OBM-8 ; étude en cours). Elles sont quelque peu moins rares sur les oppida du contact des Garrigues avec la plaine littorale, comme Roque de Viou ou Nages, et plus nombreuses dans les ports de la côte, comme Lattes, Martigues, ou dans l'arrière-pays de Marseille (Py 2006, 28-61) (fig. 94).

Fig. 94 : Répartition globales des oboles anciennes de Marseille à la roue et MA, fin Ve – IVe s. av. J.-C.

Fig. 94 : Répartition globales des oboles anciennes de Marseille à la roue et MA, fin Ve – IVe s. av. J.-C.

(séries OBM-7, OBM-8 et OBM 10 ancienne et dépôt 1 de Lattes) (d'après les listes de Py 2006, 28-50). 1 : Vié-Cioutat ; 2 : Ermitage d'Alès ; 3 : La Madeleine ; 4 : Gailhan ; 5 : Gaujac ; 6 : Bourg-Saint-Andéol ; 7 : Le Pègue ; 8 : Malaucène ; 9 : Chauzon ; 10 : Puech de Lascours ; 11 : Puech de Mus ; 12 : Le Marduel ; 13 : Roque de Viou ; 14 : Mauressip ; 15 : Nages ; 16 : Glanon ; 17 : Mouriès ; 18 : L'Île de Martigues ; 19 : Roquefavour ; 20 : Baou-Roux ; 21 : Lattara ; 22 : Aniane ; 23 : Aumes.

374Dans ce piémont cévenol, éloigné de la côte et de tout axe de circulation naturel, ces pièces exceptionnelles ne sauraient indiquer l'existence d'une économie monétaire et servir à des échanges entre les habitants de ces villages au IVe s. av. J.-C. Dès lors, on peut s'interroger sur leur présence dans un tel milieu et sur leur valeur. À Athènes, à cette époque, l'obole correspond à la moitié de la somme qu'il faut pour nourrir chaque jour un fantassin de l'armée, selon ce que nous apprend Démosthène dans sa "Première Philippique" (351 av. J.-C.). Même si les prix de la nourriture ne peuvent être comparés entre Athènes et le Midi de la Gaule, cela donne cependant une idée approximative de la valeur d'une pareille pièce dans un tel milieu. On pourrait voir ainsi dans la présence d'une obole isolée dans une habitation, les restes de deux transactions successives : par exemple un habitant de Vié-Cioutat vend une bête de son troupeau sur un marché de la région à un marchand grec, ou un intermédiaire indigène spécialisé dans les transactions, qui la lui paie en monnaies massaliètes. Avec cette somme, il achète une ou plusieurs amphores de vin et, de cette opération, lui reste une obole qu'il rapportera en son logis. L'augmentation du nombre de ces pièces de monnaie à mesure que l'on se rapproche de la côte, marquerait ainsi l'accroissement de tels échanges. Et les trésors découverts dans les ports littoraux, comme Lattes et Martigues, pourraient correspondre à « un capital marchand destiné aux transactions du commerce maritime » selon l'expression de M. Py (2012, 272).

3.5. Comportements culturels

3.5.1. Des sépultures de nouveau-nés

375La coutume d'enterrer l'enfant mort à la naissance, ou peu de temps après, dans la maison ou à ses abords, est bien attestée dans le Midi de la Gaule durant tout l'âge du Fer (Dedet 2008) ; Vié-Cioutat n'y échappe pas. À la phase Vié-Cioutat II se rapporte une sépulture en place, datée au début du Ier s. av. J.-C. (Ibid., 100). Concernant la phase Vié-Cioutat I, si aucune tombe en place n'a été repérée, cependant, parmi les nombreux restes osseux animaux récoltés lors des fouilles, figurent deux lots d'os de deux périnatals humains, vestiges de deux tombes installées dans deux secteurs distants de quelque 25 m l'un de l'autre, entre la fin du Ve s. et celle du IVe s. av. J.-C., et détruites lors de remaniements ou d'aménagements effectués par les habitants des lieux.

376Lot n° 1 (tombe 1)

Fig. 95 : Schéma d'inventaire des restes des squelettes de périnatals 1 et 2.

Fig. 95 : Schéma d'inventaire des restes des squelettes de périnatals 1 et 2.
  • 22 La durée de la grossesse, en moyenne 280 jours, est souvent exprimée, par commodité, en mois lunair (...)

377Le lot 1 se compose de cinq pièces découvertes à proximité les unes des autres (1,5 m au maximum) dans l'aire 4-1-I, dans un niveau datable de la première moitié du IVe s. av. J.-C. Tous ces os sont compatibles entre eux : ils sont issus vraisemblablement du squelette d’un seul et même individu, un prématuré de 8,5 à 9 mois lunaires, mort-né ou mort à la naissance22

  • un fémur gauche complet, mais aux extrémités érodées. La longueur (60,7 mm) et la largeur de l’extrémité distale (15,4 mm) induisent, selon les équations de Fazekas et Kosa (1978), une stature corporelle de 43 cm, soit celle d’un prématuré de 8,5 mois lunaires.

  • un fragment de partie distale de fémur droit. Aucune mesure caractéristique ne peut être effectuée, mais il apparaît nettement que cet élément appartient au fémur symétrique du précédent.

  • un tiers proximal d’ulna gauche. Les mesures du périmètre et des diamètres au milieu de la diaphyse et du diamètre de l’extrémité proximale, moins précise que la longueur de l'os, correspondent à celles d'un sujet de 8,5 à 9 mois lunaires.

  • un tiers proximal d’humérus gauche. La seule mesure qu’il est possible de prendre, le diamètre maximal de l’extrémité proximale, indique le même âge au décès.

  • un fragment de partie distale d’humérus droit. Aucune mesure caractéristique ne peut être prise mais, d’après sa taille, cet os peut être attribué à un enfant mort en phase périnatale.

378Lot n° 2 (tombe 2)

379Le lot n° 2 provient de la zone 3-C-4. Il comprend sept os découverts dans la même couche et dans une surface d'un mètre carré. Leur datation pose cependant problème car ces pièces osseuses proviennent d’un niveau remanié, à l’interface des phases I et II, renfermant un mobilier très fragmenté majoritairement datable du IVe s. av. J.-C., mais comprenant aussi des objets du Ier s. av. J.-C. et du Ier s. apr. J.-C. De plus, les couches sous-jacentes n’ont pas été fouillées. Il semble toutefois logique de penser que ces os, cassés anciennement, appartiennent à l’horizon du IVe s. av. J.-C. et qu’ils ont subi les conséquences du remaniement des lieux au début de la phase II.

380Ces os sont parfaitement compatibles entre eux et signent la présence d’un squelette anciennement démantelé d’un nouveau-né à terme (10 mois lunaires), de 52,0 cm de stature corporelle, mort-né ou décédé à la naissance ou dans les premiers jours de son existence (fig. 95) :

  • un humérus gauche complet. La longueur (64,9 mm) et la largeur à l’extrémité distale (17,3 mm), indiquent, selon les équations de Fazekas et Kosa, une stature corporelle de 52,0 cm, soit un individu de 10 mois lunaires.

  • une moitié proximale d’ulna droit. Les mesures possibles (périmètre et diamètre au milieu de la diaphyse ; diamètre au point antérieur du bec coronoïdien ; hauteur de l’incisure trochléaire ; diamètres de l’extrémité olécrânienne) correspondent à celles d'un sujet de 10 mois lunaires.

  • une moitié distale de radius gauche. Les mesures au milieu de la diaphyse (périmètre et diamètre) et à l’extrémité distale sont compatibles avec celles de sujets de 10 mois lunaires.

  • un fémur droit presque complet (il manque la partie mésiale de l’extrémité distale). D’après la longueur (76,1 mm) on peut estimer la stature corporelle à 53,5 cm, soit un sujet de 10 mois lunaires.

  • une moitié distale d’humérus droit. La largeur à l’extrémité distale, érodée, est de 16,2 mm, ce qui induit une stature corporelle d’au moins 49,8 cm, très proche de la limite inférieure de la fourchette admise pour les individus de 10 mois lunaires.

  • une fibula droite dont il manque l’extrémité proximale. Les mesures au milieu de la diaphyse (périmètre et diamètre) et à l’extrémité distale sont voisines de celles d'un sujet de 10 mois lunaires.

  • un fémur gauche presque complet (le bord latéral de l’extrémité distale manque). La longueur (75,0 mm) induit une stature corporelle de 52,8 cm, soit un sujet de 10 mois lunaires. Morphologiquement ce fémur s’apparie avec le fémur droit du même secteur.

  • 23 On est obligé de faire la même déduction pour les nourrissons de 1 à 12 mois qui sont exceptionnels (...)

381Durant tout l'âge du Fer dans le Midi de la Gaule, les périnatals et nouveau-nés ne prennent normalement pas place dans les cimetières villageois, à l'exception de certains cas de décès de femmes lors de l'accouchement (Dedet 2008, 60-65 ; Dedet 2018, 31-35). Certes, la nécropole correspondant à l'habitat de Vié-Cioutat I n'est pas connue, mais celles qui sont attestées dans cette région à cette époque, Ambrussum et Sizen-Vigne à Beaucaire, n'échappent pas à cette règle (Dedet 2012, 185-188 ; Demangeot, Dedet 2016, 239-242). Or deux périnatals seulement repérés dans un habitat dont l'existence s'étend sur un siècle et demi environ, cela paraît bien peu, en regard du taux de mortalité périnatale très élevé qui a cours dans les sociétés ignorant l'hygiène et la médecine moderne (de l'ordre de 12,5 % d'enfants décèdent entre la naissance et un mois). Mais de ce point de vue, Vié-Cioutat I n'est pas isolée. À Gailhan, la densité des tombes et des restes de nouveau-nés découverts est tout à fait conforme à la réponse systématique à une très forte mortalité aux environs de la naissance : par exemple, dans le village du dernier quart du Ve s. av. J.-C., on compte dix périnatals dans cinq unités domestiques, correspondant chacune à une famille nucléaire, donc en moyenne deux enterrements de nouveau-nés par famille sur un quart de siècle, soit une génération (Dedet, Duday, Tillier 1991). La même fréquence se retrouve sur ce site dans la première moitié du siècle suivant, ou encore dans un autre village, celui du Puech de Mus en Aveyron, au Ve s. av. J.-C. (Dedet, Gruat, Marty 2001). Cependant de telles densités ne sont pas constatées dans tous les habitats, loin de là. Certes ces périnatals sont longtemps passés inaperçus mais même dans des fouilles où la recherche a intégré cette problématique, certains manques paraissent significatifs. Par exemple à Lattes, l’absence se remarque dans des îlots pourtant étudiés selon les mêmes méthodes que ceux qui ont livré de tels ensevelissements, et au Puech de Mus, aucun reste de nouveau-né ne peut être non plus attribué à la phase d'occupation du IVe s. av. J.-C. Le déficit dans certaines agglomérations, comme à Vié-Cioutat I, parfois même l'absence dans d’autres, conduisent à envisager que le dépôt de ces jeunes morts en habitat n’est pas une coutume systématique partout dans le Sud de la France, à toutes les époques de la Protohistoire, et que d’autres solutions, à l’extérieur du village mais hors du cimetière, ont dû exister mais dont nous ignorons les modalités23.

3.5.2. Des stèles

382Trois pierres gravées, découvertes dans des contextes différents, permettent de poser différentes questions sur la présence de « stèles » dans cet habitat de Vié-Cioutat I.

383La « stèle » de la cour domestique 3-1-C

384Cette pierre naturelle, provenant d'une strate superficielle du calcaire local (Hauterivien), de forme allongée et irrégulière (L. max. : 32 cm), reposait sur le sol de la cour domestique 3-1-C, daté du dernier quart du Ve s. av. J.-C. Elle gisait couchée sur la grande face opposée à celle qui porte les gravures, un réseau de traits orthogonaux, délimitant des bandes et des rectangles, deux de ces derniers étant coupés par des diagonales (ci-dessus § 2.3.1. ; fig. 26, n° 7).

385Cette stèle n'est pas ici en réemploi dans un rempart ou autre édifice collectif, ni dans le mur d'une maison, comme c'est si souvent le cas à l'âge du Fer dans le Midi de la Gaule. Pareille trouvaille sur le sol d'un habitat, habitation ou cour comme ici, n'est guère attestée dans la région (Arcelin, Dedet, Schwaller 1992 ; Gruat, Garcia dir. 2011). Renversée, elle ne paraît pas non plus à sa place originelle. Quelle était sa fonction ? Était-elle, à l'origine dressée, en ce lieu ou à son voisinage ? Est-elle ici réemployée, abandonnée ? Autant de questions sans réponse.

386La stèle du versant nord du plateau

387Une autre stèle en calcaire local (Hauterivien), issue d'une strate superficielle du site a été découverte en surface, sur la pente nord, très raide et ravinée, du plateau de Vié-Cioutat, à 200 m en contrebas de la limite septentrionale de l'agglomération des Ve-IVe s. av. J.-C.

Fig. 96 : Stèles.

Fig. 96 : Stèles.

1 : stèle du versant nord du plateau ; A : dessin de la face gravée et coupe ; B : vue de la face gravée. 2 : stèle en remploi dans le parement de l'enceinte ; A : vue ; B : dessin de la face 1 et projection des autres faces 2 à 4, prises dans le mur (en hachuré, parties non visibles) (clichés et dessins B. Dedet).

388Elle mesure 41,5 cm de haut, 29 cm de largeur maximum, 19,5 cm de largeur à la base et 8,2 cm d'épaisseur maximum (fig. 96, n° 1). Sa forme est entièrement naturelle, avec une extrémité en pointe régulière. Même si les côtés du triangle sommital et du fût sont asymétriques, cette forme a été mise à profit pour la disposition du décor et se rapprocher de celle de la stèle à sommet triangulaire ou en mitre. Seule l'une des grandes faces, celle qui présente une surface régulière, est gravée, et c'est là le seul aménagement que porte cet objet. Ce décor, par ses motifs et sa technique, rappelle fortement celui de la stèle précédente. Des lignes à peu près droites, orthogonales, encadrent une plage centrale à peu près rectangulaire, occupée par deux diagonales et un axe horizontal qui déterminent un motif rayonnant. L'encadrement lui-même est divisé en damier, sauf, semble-t-il, à gauche. La technique d'exécution est également semblable, très probablement un éclat de pierre dure posé sur un tranchant, utilisé en percussion.

389Cette stèle est privée de tout contexte, mais la pierre locale utilisée, les caractères techniques et stylistiques semblent indiquer une contemporanéité, et peut-être une origine topographique et une fonction communes avec celles de la stèle de la cour 3-1-C, et donc une datation également vers la fin du Ve s. av. J.-C. ou plus ancienne.

390La stèle réemployée dans le rempart du Ier s. av. J.-C.

391Un stèle, incomplète, a été repérée en réemploi à la base du parement extérieur du rempart édifié aux environs de 100 av. J.-C., à 9 m au nord-est de la porte méridionale (fig. 96, n° 2). Du fait de sa situation, sa connaissance demeure incomplète. C'est un bloc de calcaire coquillier étranger à la géologie du site et dont les gisements les plus proches se trouvent dans le bassin d'Uzès, à une quinzaine de kilomètres au sud-est. Il a la forme d'un parallélépipède très régulier. Cassé à l'une de ses extrémités, il est posé sur une de ses grandes faces, et il montre en parement l'une de ses petites faces. La longueur conservée de cette dernière, qui est aussi celle de la hauteur de la stèle, est de 66 cm, et sa largeur (= épaisseur de la stèle) est de 13 cm. La largeur du bloc qui s'engage dans le parement du rempart, ne peut être connue, mais elle dépasse 42,6 cm.

392Les faces visibles sont très plates, égrésées et sans trace d'outil. Les arêtes sont très émoussées. Le décor, que l'on peut voir sur les quatre faces entièrement ou partiellement accessibles, se compose d'un encadrement de traits rectilignes gravés à l'aide de l'angle d'un tranchant, près des arêtes et parallèles à elles : sur la face en parement du mur, deux traits parallèles au petit côté et un parallèle au grand côté, la plage centrale étant lisse (fig. 96, 2A, et 2B, face 1) ; un trait parallèle au bord est également visible sur les lits de pose et d'attente du bloc, de même que sur la face intacte perpendiculaire au parement (fig. 96, 2B, faces 2 à 4). Les traits, de section plutôt triangulaire, sont larges et profonds d'environ 1 mm. Comme cette ornementation affecte les quatre faces visibles, on peut exclure qu'il s'agisse d'une base, d'un linteau ou d'un pilier.

393La datation de cette stèle pose également problème. Elle est antérieure au début du Ier s. av. J.-C., date de construction de l'enceinte, mais elle peut tout aussi bien appartenir à l'habitat de la phase Vié-Cioutat I, comme témoigner de l'existence d'un lieu cultuel sur le site, antérieurement à cette phase, avant le milieu du Ve s. av. J.-C., ou durant la période d'abandon qui court entre la fin du IVe s. et la fin du IIe s. av. J.-C.

394En définitive, aurait-on affaire à des stèles « désacralisées », provenant d'un sanctuaire qui aurait été implanté sur le lieu par le groupe social avant qu'il ne vienne l'habiter, selon l'hypothèse proposée par D. Garcia pour le Celtique méditerranéenne (2004, 105-107) ? La question ne peut ici qu'être posée.

4. Conclusion sur le village de Vié-Cioutat I

395Les recherches menées sur le site de Vié-Cioutat entre 1966 et 1979 permettent de projeter quelques lueurs sur la première occupation protohistorique du lieu. Bien sûr, la surface fouillée ne représente que 7 % de la surface occupée alors, et des réponses à bien des questions évoquées ici sont susceptibles d'être apportées par des découvertes nouvelles. Quoi qu'il en soit, l'intérêt de cet habitat est d'illustrer l'originalité de la région sous-cévenole par rapport, notamment, aux habitats du Languedoc oriental plus proches de la Méditerranée.

396Ce village de Vié-Cioutat I est créé au milieu du Ve s. av. J.-C., mais il n'est pas impossible que cette fondation ait été précédée par une phase de reconnaissance quelques décennies plus tôt, qu'attesterait la présence des restes des trois vases excisés, un essai en quelque sorte avant cette installation. Un tel processus a été repéré sur l'habitat voisin de la Madeleine à Tornac, avant l'aménagement d'une terrasse commune à plusieurs habitations aux alentours de 400 av. J.-C. (Dedet, Michelozzi 2008, 199).

397Les édifices de Vié-Cioutat I sont bâtis en matériaux légers, parois de torchis sur solins de pierres et poteaux porteurs. C'est alors le mode de construction en vigueur dans ce piémont cévenol, alors que les maisons des agglomérations plus proches de la mer, à partir de Gailhan et de la moyenne vallée du Vidourle, sont édifiées avec des murs élevés en dur (Dedet 1999a, 317-319).

398Ce village a une durée relativement courte, 150 ans au maximum, soit cinq ou six générations. Ce n'est pas une exception dans cet arrière-pays du Languedoc oriental : l'agglomération de Gailhan est fondée au début du Ve s. et abandonnée dans la seconde moitié du siècle suivant, et l'installation sur le site de la Madeleine se maintient moins d'un siècle tout au plus, de la seconde moitié du Ve s. au milieu du IVe s. av. J.-C. Ce qui fait la différence avec ses voisines, c'est que Vié-Cioutat I est une agglomération peu dense, dans laquelle les espaces habités se déplacent au fil du temps, coexistant avec des terrains non bâtis. La durée d'occupation des maisons est courte, ce qui est sans doute lié à la fragilité des constructions. Quand ces édifices sont délaissés, leur emplacement n'est pas réoccupé. De cette faible densité rend compte un certain nombre d'éléments caractéristiques d'une maisonnée : le petit nombre de foyers domestiques, de chenets, de meules ou encore de fusaïoles. De cette modestie du peuplement peut témoigner aussi l'absence de toute protection, car une enceinte nécessite un groupe humain relativement nombreux, aussi bien pour la construction que pour la garde et la défense.

399L'économie vivrière de la population ne diffère pas de celles des agglomérations voisines, et comme pour elles, les échanges avec les contrées proches de la côte, où circulent les produits importés du domaine marseillais, apparaissent ici limités.

400Vié-Cioutat I s'éteint vers 300 av. J.-C. et la maison 6-2-C, la plus récente retrouvée, est abandonnée brusquement car les habitants ont laissé sur place leur attirail culinaire. Cet abandon correspond à une phase de déprise de l'occupation humaine propre à cet arrière-pays du Languedoc oriental (Dedet 1999b, 72 et 78-79). C'est à la même époque que disparaissent tous les habitats de cette région, du moins ceux que l'on connaît suffisamment par des fouilles, La Madeleine, La Jouffe, Gailhan, Saint-Vincent de Gaujac, le Camp de César de Laudun..., et qui, pour certains, seront réoccupés à partir de la fin du IIe s. ou le début du Ier s. av. J.-C., comme Vié-Cioutat. Les causes de ce dépeuplement nous échappent, qu'elles soient économiques ou sanitaires, mais la crise est ici profonde. En tous cas, cette situation est en total contraste avec la partie méridionale du Languedoc oriental, qui voit, à cette époque, les agglomérations, comme par exemple Nîmes, augmenter fortement leur superficie, voire la doubler.

Haut de page

Bibliographie

Allmer 1886 : ALLMER A. – Revue épigraphique du Midi de la France, 42, nov.-déc. 1886, p. 242-246.

Almagro 1953 : ALMAGRO M. – Las necrópolis de Ampurias. I. Introducción necrópolis griegas. Barcelona, Museo Arqueológico, 1953, 399 p. (Monografías Ampuritanas, III).

André 1961 : ANDRÉ J. – L'alimentation et la cuisine à Rome. Paris, Klincksieck, 1961, 235 p.

Arcelin 1995 : ARCELIN P. – Arles protohistorique, centre d'échanges économiques et culturels. In : ARCELIN P., BATS M., GARCIA D., MARCHAND G., SCHWALLER M. (éd.) – Sur les pas des Grecs en Occident, Hommages à André Nickels. Paris/Lattes, Errance/Association pour la Diffusion de l’Archéologie Méridionale, 1995, p. 325-338 (Études Massaliètes, 4).

Arcelin, Dedet, Schwaller 1992 : ARCELIN P., DEDET B., SCHWALLER M. – Espaces publics, espaces religieux protohistoriques en Gaule méridionale. Documents d’Archéologie Méridionale, 15, 1992, p. 181-242.

Arcelin-Pradelle 1984 : ARCELIN-PRADELLE Ch. – La céramique grise monochrome en Provence. Paris, de Boccard, 1984, 224 p. et 1 pl. h.t. (suppl. 10 à la Revue Archéologique de Narbonnaise).

Arcelin-Pradelle, Dedet, Py 1982 : ARCELIN-PRADELLE Ch., DEDET B., PY M. – La céramique grise monochrome en Languedoc oriental. Revue Archéologique de Narbonnaise, XV, 1982, p. 19-67.

Barberan et al. 2017 : BARBERAN S., BEL, V., CHARDENON N., FOREST V., GARNIER N., SÉJALON P. – Des analyses de chimie organique à la recherche du contenu des récipients. In : DUSSEAUX D., ODE B., GILABERT C., BREUIL J.-Y. (dir.) – Circulez, y a tout à voir. Archéologie des grands travaux entre Nîmes et Montpellier. Lattes, Musée Henri Prades, catalogue d'exposition (2017). Gand, Snoeck, 2017, p. 48-49.

Barruol 2002 : BARRUOL G. – Sextantio (Substantion), Castelnau-le-Lez (Hérault). In : FICHES J.-L. (dir.) – Les agglomérations gallo-romaines en Languedoc-Roussillon, I. Lattes, Association pour le Développement de l’Archéologie en Languedoc-Roussillon, 2002, p. 469-482 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 13).

Bats 1988 : BATS M. – Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence. Paris, CNRS, 1988, 271 p., 71 pl. (suppl. 18 à la Revue Archéologique de Narbonnaise).

Charmasson 1982-1986 : CHARMASSON J. – Les niveaux de cendres à structures de foyer (fin Ve s. - début IVe s. av. J.-C.) de l’oppidum de Saint-Vincent à Gaujac (Gard). Bulletin de l’École Antique de Nîmes, 17, 1982-1986, p. 91-132.

Charvet 1872 : CHARVET G. – Rapport au nom de la commission chargée de faire exécuter des fouilles archéologiques aux environs de l'établissement thermal des Fumades. Comptes Rendus de la Société Scientifique et Littéraire d'Alais, IV, 1872, p. 52-87.

Colson 1850-1851 : COLSON A. – Essai sur une inscription celtique trouvée à la Fontaine de Nîmes et sur une inscription latine du musée de cette ville. Mémoires de l'Académie de Nîmes, 1850-1851, p. 75-135.

Columeau 1991 : COLUMEAU P. – L'animal pour l'Homme. Recherches sur l'alimentation carnée dans le sud de la France, du Néolithique au Moyen Âge d'après les vestiges osseux. I. Le monde rural. Aix-en-Provence, Université de Provence, 1991, 186 p. (Travaux du Centre Camille Jullian, 9).

Curé 2010 : CURÉ A.-M. – La céramique de cuisine tournée. In : JANIN Th. (dir.) – Premières données sur le cinquième siècle avant notre ère dans la ville de Lattara. Lattes, Association pour le Développement de l'Archéologie en Languedoc-Roussillon, 2010, p. 501-528 (Lattara, 21-2).

Dedet 1968 : DEDET B. – Céramiques dites indigènes du IIe âge du Fer sur l'oppidum de Vié-Cioutat (Mons, Monteils, Gard). Cahiers Ligures de Préhistoire et d'Archéologie, 17, 1968, p. 178-197.

Dedet 1973 : DEDET B. – Les niveaux protohistoriques de l’oppidum de Vié-Cioutat, à Mons-Monteils (Gard) (fouilles 1966-1968). Revue Archéologique de Narbonnaise, VI, 1973, p. 1-71.

Dedet 1974 : DEDET B. – La céramique non tournée de la nécropole de Saint-Julien à Pézenas (Hérault) dans son contexte languedocien au VIe s. av. J.-C. Thèse de doctorat. Montpellier, Université de Montpellier, 1974, 470 p. et 170 pl. h.t. (dactylographié).

Dedet 1978 : DEDET B. – Note sur la céramique tournée à gros dégraissant du Languedoc oriental (deuxième moitié du Ve s. av. J.-C.). Figlina, 3, 1978, p. 24-42.

Dedet 1980a : DEDET B. – Premières recherches sur l’oppidum du Plan de la Tour à Gailhan, Gard ; sondages 1975-1977. Caveirac, Association pour la Recherche Archéologique en Languedoc Oriental, 1980, 132 p. (Cahier, 8).

Dedet 1980b : DEDET B. – La céramique excisée du premier âge du Fer en Languedoc oriental. Documents d’Archéologie Méridionale, 3, 1980, p. 5-43.

Dedet 1987 : DEDET B. – Habitat et vie quotidienne en Languedoc au milieu de l'âge du Fer : l'unité domestique n° 1 de Gailhan, Gard. Paris, CNRS, 1987, 230 p. et 174 fig. (suppl. 17 à la Revue Archéologique de Narbonnaise).

Dedet 1990a : DEDET B. – Une maison à absides sur l’oppidum de Gailhan, Gard, au milieu du Ve s. av. J.-C. La question du plan absidial en Gaule du Sud. Gallia, 47, 1990, p. 29-55.

Dedet 1990b : DEDET B. – La diffusion des amphores massaliètes dans les Garrigues du Languedoc oriental, les Cévennes et la Lozère. In : BATS M. (dir.) - Les amphores de Marseille grecque, table ronde de Lattes (1989). Lattes/Aix-en-Provence, Association pour la Diffusion de l’Archéologie Méridionale/Université de Provence, 1990, p. 87-97 (Études Massaliètes, 2).

Dedet 1995 : DEDET B. – Une illustration de l’évolution des pratiques funéraires en Languedoc oriental à l’âge du Fer : la tombe de Font de la Vie à Saint-Bauzille-de-Montmel, Hérault, Ve s. av. J.-C. Gallia, 52, 1995, p. 145-163.

Dedet 1999a : DEDET B. – La maison de l’oppidum languedocien durant la Protohistoire, forme et utilisation de l’espace. Gallia, 56, 1999, p. 313-355.

Dedet 1999b : DEDET B. – Le Gard protohistorique, du début de l’âge du Bronze final à la fin de l’âge du Fer. In : PROVOST M. et al. – Le Gard. Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1999, p. 60-80 (Carte Archéologique de la Gaule, 30/2 et 3).

Dedet 2002 : DEDET B. – Vié-Cioutat, Mons et Monteils (Gard). In : FICHES J.-L. (dir.) – Les agglomérations gallo-romaines en Languedoc-Roussillon, II. Lattes, Association pour le Développement de l’Archéologie en Languedoc-Roussillon, 2002, p. 856-864 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 14).

Dedet 2008 : DEDET B. – Les enfants dans la société protohistorique. L’exemple du sud de la France. Rome, École française de Rome, 2008, 400 p. (coll. de l’École française de Rome, 396).

Dedet 2012 : DEDET B. – Une nécropole du second âge du Fer à Ambrussum, Hérault. Paris/Aix-en-Provence, Errance/Centre Camille Jullian, 2012, 282 p. (Bibliothèque d'Archéologie Méditerranéenne et Africaine, 11).

Dedet 2018 : DEDET B. – Coutumes funéraires en Gaule du sud durant la Protohistoire (IXe-IIe siècle av. J.-C.). Arles, Errance/Actes Sud, 2018, 256 p. (Les Hespérides).

Dedet, Duday, Tillier 1991 : DEDET B., DUDAY H., TILLIER A.-M. – Les inhumations de fœtus, nouveau-nés et nourrissons dans les habitats protohistoriques du Languedoc : l’exemple de Gailhan (Gard). Gallia, 48, 1991, p. 59-108.

Dedet, Gruat, Marty 2001 : DEDET B., GRUAT P., MARTY G. – Sépultures d’enfants en bas âge dans l’agglomération du Puech de Mus à Sainte-Eulalie-de-Cernon, Aveyron, au Ve s. av. J.-C. Documents d’Archéologie Méridionale, 24, 2001, p. 127-162.

Dedet, Michelozzi 2008 : DEDET B., MICHELOZZI A. – Un habitat du milieu de l’âge du Fer en bordure des Cévennes : La Madeleine à Tornac, Gard. Documents d’Archéologie Méridionale, 31, 2008, p. 171-211.

Dedet, Py 1973 : DEDET B., PY M. – Les tombes protohistoriques de la Bergerie Hermet à Calvisson (Gard). Gallia, 31, 1973, p. 37-58.

Dedet, Py 1975 : DEDET B., PY M. – Classification de la céramique non tournée protohistorique du Languedoc méditerranéen. Paris, de Boccard, 1975, 106 p. et 3 tabl. h.t. (suppl. 4 à la Revue Archéologique de Narbonnaise).

Dedet, Salles 1981 : DEDET B., SALLES J. – Aux origines d’Alès. Recherches sur l’oppidum de l’Ermitage. Bulletin de l’École Antique de Nîmes, 16, 1981, p. 5-67.

Dedet, Salles 2013 : DEDET B., SALLES J. – L’Ermitage d’Alès, Gard : un oppidum-marché du Ier s. av. J.-C. et la question des antécédents de la voie cévenole. In : OLMER F. (dir.) – Itinéraires des vins romains en Gaule (IIIe - Ier siècles av. J.-C.). Confrontation de faciès. Actes du colloque européen organisé par le CNRS (Lattes, 2007). Lattes, Association pour le Développement de l’Archéologie en Languedoc-Roussillon, 2013, p. 23-38 (Monographies d'Archéologie Méditerranéenne, hors-série 5).

Dedet, Schwaller 2018 : DEDET B., SCHWALLER M. – Grecs en Gaule du Sud, Tombes de la colonie d’Agathè (Agde, Hérault, IVe - IIe siècles av. J.-C.). Paris/Aix-en-Provence, Errance/Centre Camille Jullian, 2018, 201 p. (Bibliothèque d'Archéologie Méditerranéenne et Africaine, 24 ; Études Massaliètes, 15).

Delamarre 2001 : DELAMARRE X. – Dictionnaire de la langue gauloise. Une approche linguistique du vieux celtique continental. Paris, Errance, 2001, 352 p.

Demangeot, Dedet 2016 : DEMANGEOT C., DEDET B. – Les pratiques funéraires dans la nécropole du Sizen-Vigne. In : DEMANGEOT C., PY M., DEDET B., CARME R., CENZON C., ROVIRA N., TILLIER M., ROURE R. – La nécropole du second âge du Fer du Sizen-Vigne à Beaucaire (Gard). Lattes, Association pour le Développement de l'Archéologie en Languedoc-Roussillon, 2016, p. 237-259 (Monographies d'Archéologie Méditerranéenne, 37).

Dumas 1908 : DUMAS U. – Les enceintes préhistoriques du Gard. L'Homme Préhistorique, 1908, p. 105-106.

Dusseaux et al. 2017 : DUSSEAUX D., ODE B., GILABERT C., BREUIL J.-Y. (dir.) – Circulez, y a tout à voir. Archéologie des grands travaux entre Nîmes et Montpellier. Lattes, Musée Henri Prades, catalogue d'exposition (2017). Gand, Snoeck, 2017, 120 p.

Erroux 1976 : ERROUX J. – Les débuts de l'agriculture en France, les céréales. In : GUILAINE J. (dir.) – Civilisations néolithiques et protohistoriques. La Préhistoire française, 2. Paris, CNRS, 1976, p. 186-191.

Erroux 1980 : ERROUX J. – Étude des vestiges paléobotaniques (plantes cultivées, pépins de raisin). In : DEDET B. – Premières recherches sur l’oppidum du Plan de la Tour à Gailhan, Gard ; sondages 1975-1977. Caveirac, Association pour la Recherche Archéologique en Languedoc Oriental, 1980, p. 117-122 (Cahier, 8).

Erroux 1987 : ERROUX J. – Étude des vestiges paléo-botaniques (plantes cultivées, pépins de raisin). In : DEDET (B.) – Habitat et vie quotidienne en Languedoc au milieu de l'âge du Fer : l'unité domestique n° 1 de Gailhan, Gard. Paris, CNRS, 1987, p. 225-228 (suppl. 17 à la Revue Archéologique de Narbonnaise).

Fazekas, Kosa 1978 : FAZEKAS I.-G., KOSA F. – Forensic fetal osteology. Budapest, Akademiai Kiado, 1978, 414 p.

Fiches, Fenouillet, Wujek 1976 : FICHES J.-L., FENOUILLET M., WUJEK C. – Sept ans de recherches à Ambrussum, oppidum relais de la voie domitienne (1968-1974). Caveirac, Association pour la Recherche Archéologique en Languedoc Oriental, 1976, 122 p. (Cahier, 4).

Flouest 1880 : FLOUEST E. – Archéologie gauloise, un casque en fer et des bouterolles de fourreau d'épée. Lettre à M. Bertrand, directeur des Antiquités Nationales. Revue Archélogique, 1880, p. 294-308.

Gailledrat, Solier 2004 : GAILLEDRAT É., SOLIER Y. – L’établissement côtier de Pech Maho (Sigean, Aude), aux VIe-Ve s. av. J.-C. (fouilles 1959-1979). Lattes, Association pour le Développement de l’Archéologie en Languedoc-Roussillon, 2004, 467 p. (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 19).

Gailledrat, Taffanel 2002 : GAILLEDRAT É., TAFFANEL O., TAFFANEL J. – Le Cayla de Mailhac (Aude), les niveaux du premier âge du Fer (VIe-Ve s. av. J.-C.). Lattes, Association pour le Développement de l’Archéologie en Languedoc-Roussillon, 2002, 272 p. (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 12).

Garcia 2004 : GARCIA D. – La Celtique méditerranéenne. Habitats et sociétés en Languedoc et en Provence, VIIIe-IIe siècles av. J.-C. Paris, Errance, 2004, 206 p.

Gardeisen 2008 : GARDEISEN A. – Les restes fauniques de l'habitat de la Madeleine à Tornac, Gard. Documents d’Archéologie Méridionale, 31, 2008, p. 204-211.

Gardeisen 2010 : GARDEISEN A. – Gestion des animaux de bouche au cours du Ve s. av. n. è. dans le Midi méditerranéen (475-375 : un aperçu lattois). In : JANIN Th. (dir.) – Premières données sur le cinquième siècle avant notre ère dans la ville de Lattara. Lattes, Association pour le Développement de l'Archéologie en Languedoc-Roussillon, 2010, p. 419-428 (Lattara, 21-2).

Garmy, Py 1980 : GARMY P., PY M. – Nouvelles données sur l’oppidum de Roque de Viou (Gard), fouilles 1972-1975. Bulletin de l’École Antique de Nîmes, 15, 1980, p. 27-90.

Gast 1968 : GAST M. – Alimentation des populations de l'Ahaggar, étude ethnologique. Paris, Arts et Métiers Graphiques, 1968, 457 p. (Mémoires du Centre de Recherches Anthropologiques, Préhistoriques et Ethnographiques, 8).

Genty 1985 : GENTY P.-Y. (dir.) – Rapport de révision de l'inventaire archéologique de quatre cantons du Gard. Montpellier, Archives Scientifiques du S.R.A., 1985, n. p.

Genty 1987 : GENTY P.-Y. (dir.) – Occupation du sol de la Gardonnenque. Rapport de révision de l'inventaire archéologique de quatre cantons du Gard. Montpellier, Archives Scientifiques du S.R.A., 1987, n. p.

Germer-Durand 1868 : GERMER-DURAND E. – Dictionnaire topographique du Gard comprenant les noms de lieu anciens et modernes. Paris, Imprimerie impériale, 1868, 298 p.

Girault, Gascó 2011 : GIRAULT J.-P., GASCÓ J. – La Fontaine de Loulié au Puy d'Issolud (Lot) et la vallée de la Dordogne. Recherches sur la fin de l'âge du Bronze et le premier âge du Fer. Brive-La-Gaillarde, Les Monédières, 2011, 319 p.

Goury 1989 : GOURY D. – Un cratère à colonnettes de style subgéométrique rhodanien découvert sur l'oppidum des Barbes-et-Fon-Danis à Saint-Laurent-de-Carnols (Gard). Revue Archéologique de Narbonnaise, XXII, 1989, p. 355-361.

Gruat, Garcia dir. 2011 : GRUAT Ph., GARCIA D. (dir.) – Stèles et statues des Celtes du Midi de la France (VIIIe-IVe s. av. J.-C.). Actes de la table ronde de Rodez (2009). Documents d’Archéologie Méridionale, 34, 2011, 349 p.

Jannoray 1954 : JANNORAY J. – Informations, XIe Circonscription. Gallia, 12-2, 1954, p. 410-426.

Jannoray 1955 : JANNORAY J. – Ensérune, contribution à l'étude des civilisations pré-romaines de la Gaule méridionale. Paris, de Boccard, 1955, 490 p. (Bibliothèque des Écoles Françaises d'Athènes et de Rome, 181).

Lagrand 1959 : LAGRAND Ch. – Un habitat côtier de l’âge du Fer à l’Arquet à la Couronne (B. du Rh.). Gallia, 17, 1959, p. 179-201.

Lagrand, Thalmann 1973 : LAGRAND Ch., THALMANN J.-P. – Les habitats protohistoriques du Pègue (Drôme). Le sondage n° 8 (1957-1971). Grenoble, Centre de Documentation de la Préhistoire Alpine, 1973, 158 p.

Lamboglia 1952 : LAMBOGLIA N. – Per una classificazione preliminare della ceramica campana. In : Actes du Ier Congrès International d’Études Ligures (Monaco-Bordighera-Gênes 1950). Bordighera, Institut International d’Études Ligures, 1952, p. 139-206.

Liou 1974 : LIOU B. – Note provisoire sur deux gisements gréco-étrusques (Bon-Porté et Pointe du Dattier). Cahiers d'Archéologie Subaquatique, III, 1974, p. 7-19.

Louis, Bruguière 1930 : LOUIS M., BRUGUIÈRE R. – La Vié-Cioutat, l'oppidum et la station préhistorique. Revue des Musées, Fouilles et Découvertes Archéologiques, 26, 1930, p. 50-60.

Marcadal, Paillet 2003 : MARCADAL N., MARCADAL Y., PAILLET J.-L. – La nécropole protohistorique et gallo-romaine de Servanes-Cagalou (Ier s. av. J.-C. - IIIe s. ap. J.-C.) à Mouriès (Bouches-du-Rhône) : sépultures et monuments funéraires. Documents d’Archéologie Méridionale, 26, 2003, p. 251-348.

Marchand 1982 : MARCHAND G. – Essai de classification typologique des amphores étrusques. La Monédière, Bessan (Hérault). Documents d’Archéologie Méridionale, 5, 1982, p. 145-158.

Maurizio 1932 : MAURIZIO A. – Histoire de l'alimentation végétale depuis la Préhistoire jusqu'à nos jours. Paris, Payot, 1932, 663 p.

Mazauric 1911 : MAZAURIC F. – Recherches et Acquisitions, année 1911. Nîmes, 1911, p. 24.

Mazauric, Bourrilly 1912 : MAZAURIC F., BOURRILLY J. – Statistique des enceintes préhistoriques et protohistoriques du Gard. In : Actes du VIIe Congrès Préhistorique de France (Nîmes 1911). Paris, Société Préhistorique Française, 1912, p. 540-610.

Ménard 1750 : MÉNARD L. – Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nîmes, I. Paris, Chaubert, 1750, 168 p.

Michelozzi, Py 1980 : MICHELOZZI A., PY M. – L'habitat de plaine de La Chazette à Congéniès, Gard. Documents d’Archéologie Méridionale, 3, 1980, p. 125-135.

Moliner et al. 2003 : MOLINER M., MELLINAND P., NAGGIAR L., RICHIER A., VILLEMEUR I. (éd.) – La nécropole de Sainte-Barbe à Marseille (IVe s. av. J.-C. - IIe s. ap. J.-C.). Aix-en-Provence, Édisud/Centre Camille Jullian, 2003, 491 p. (Études Massaliètes, 8).

Ournac, Passelac, Rancoule 2009 : OURNAC P., PASSELAC M., RANCOULE G. – L'Aude. Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres/Maison des Sciences de l'Homme, 2009, 573 p. (Carte Archéologique de la Gaule, 11/2).

Provost et al. 1999 : PROVOST M. et al. – Le Gard. Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres/Maison des Sciences de l'Homme, 1999, 863 p. (Carte Archéologique de la Gaule, 30/2 et 3).

Py 1978 : PY M. – L’oppidum des Castels à Nages (Gard) (fouilles 1958-1974). Paris, CNRS, 1978, 361 p. (suppl. 35 à Gallia).

Py 1981 : PY M. – Recherches sur Nîmes préromaine. Habitats et sépultures. Paris, CNRS, 1981, 242 p. (suppl. 41 à Gallia).

Py 1985 : PY M. – Les amphores étrusques de Gaule méridionale. In : Il comercio etrusco arcaico. Rome, Consiglio Nazionale delle Ricerche, 1985, p. 73-94 (Quaderni del Centro di Studio per l’Archeologia Etrusco-Italica, 5).

Py 1990 : PY M. – La diffusion des amphores massaliètes sur le littoral du Languedoc oriental. In : BATS M. (dir.) – Les amphores de Marseille grecque, table ronde de Lattes (1989). Lattes/Aix en Provence, Association pour la Diffusion de l’Archéologie Méridionale/Université de Provence, 1990, p. 73-86 (Études massaliètes, 2).

Py dir. 1993 : PY M. (dir.) – Dicocer1. Dictionnaire des céramiques antiques (VIIe s. av. n. è. - VIIe s. de n. è. Lattes, Association pour la Recherche Archéologique en Languedoc Oriental, 1993, 622 p. (Lattara, 6).

Py 1999 : PY M. – Le faciès de la céramique lattoise du IVe siècle avant notre ère. Lattes, Association pour la Recherche Archéologique en Languedoc Oriental, 1999, p. 287-438 (Lattara, 12).

Py 2006 : PY M. – Les monnaies préaugustéennes de Lattes et la circulation monétaire protohistorique en Gaule méridionale. Lattes, Association pour le Développement de l’Archéologie en Languedoc-Roussillon, 2006, 2 vol., 1270 p. (Lattara, 19).

Py 2012 : PY M. – Les Gaulois du Midi. De la fin de l'âge du Bronze à la Conquête romaine. Paris, Errance, 2012, 400 p.

Py 2016a : PY M. – Dictionnaire des objets protohistoriques de Gaule méditerranéenne (IXe-Ier siècles avant notre ère). Lattes, Association pour le Développement de l'Archéologie en Languedoc-Roussillon, 2016, 576 p. (Lattara, 23).

Py 2016b : PY M. – Le mobilier de la nécropole Sizen-Vigne : chronologie et faciès culturel. In : DEMANGEOT C., PY M., DEDET B., CARME R., CENZON C., ROVIRA N., TILLIER M., ROURE R. – La nécropole du second âge du Fer du Sizen-Vigne à Beaucaire (Gard). Lattes, Association pour le Développement de l'Archéologie en Languedoc-Roussillon, 2016, p. 127-147 (Monographies d'Archéologie Méditerranéenne, 37).

Py, à paraître : PY M. – Les céramiques protohistoriques du quartier de la Farigoule, sur l’oppidum de Sextantio (Castelnau-le-Lez, Hérault), à paraître.

Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001 : PY M., ADROHER AUROUX A., SANCHEZ C. – Dicocer2. Corpus des céramiques de l’âge du Fer de Lattes (fouilles 1963-1999). Lattes, Association pour la Recherche Archéologique en Languedoc Oriental, 2001, 1306 p. (Lattara, 14).

Py, Lebeaupin 1989 : PY M., LEBEAUPIN D., avec la coll. de DUDAY H., FABRE V., TILLIER A.-M. – Stratigraphie du Marduel (Saint-Bonnet-du-Gard), IV, les niveaux des IVe et IIIe s. av. n. è. sur le chantier central. Documents d’Archéologie Méridionale, 12, 1989, p. 121-190.

Py, Lebeaupin 1992 : PY M., LEBEAUPIN D., avec la coll. de CHAZELLES C.-A. de – Stratigraphie du Marduel (Saint-Bonnet-du-Gard), V, Les niveaux de la deuxième moitié du Ve s. av. n. è. sur le chantier central. Documents d’Archéologie Méridionale, 15, 1992, p. 261-326.

Py, Tendille 1975 : PY M., TENDILLE C. – Villevieille antique (Gard). Caveirac, Association pour la Recherche Archéologique en Languedoc Oriental, 1975, 144 p. (Cahier, 3).

Rancoule 1995 : RANCOULE G. – Céramiques tournées à cuisson réductrice du deuxième âge du Fer en Languedoc occidental. In : ARCELIN P., BATS M., GARCIA D., MARCHAND G., SCHWALLER M. (éd.) – Sur les pas des Grecs en Occident, Hommages à André Nickels. Paris/Lattes, Errance/Association pour la Diffusion de l’Archéologie Méridionale, 1995, p. 41-49 (Études Massaliètes, 4).

Raux 1999 : RAUX S. – Les objets de la vie quotidienne à Lattes au IVe siècle avant notre ère. Lattes. In : Recherches sur le quatrième siècle avant notre ère à Lattes. Lattes, Association pour la Recherche Archéologique en Languedoc Oriental, 1999, p. 439-518 (Lattara, 12).

Renaud, Porcier, Goury 2010 : RENAUD A., PORCIER S., GOURY D. – Étude archéozoologique d'une cours d'habitat sur le site des Barbes-et-Fon-Danis à Saint-Laurent-de-Carnols (Gard, fin Ve s. av. J.-C. - début IVe s. av. J.-C.). Documents d’Archéologie Méridionale, 33, 2010, p. 145-157.

Roubaud, Michelozzi 1993 : ROUBAUD M.-P., MICHELOZZI A. – Un quartier bas de l’oppidum de la Roche de Comps (Gard) au milieu de l’âge du Fer. Documents d’Archéologie Méridionale, 16, 1993, p. 257-278.

Saint-Venant 1897 : SAINT-VENANT J. de – Les derniers Arécomiques, traces de la civilisation celtique dans la région du bas-Rhône, spécialement dans le Gard. Bulletin Archéologique du Comité des Travaux Historiques, 1897, p. 481-531.

Schwaller, Marchand, Lejars 2018 : SCHWALLER M., MARCHAND G., LEJARS Th. – Ensérune, la nécropole du second âge du Fer. Lattes, Association pour le Développement de l'Archéologie en Languedoc-Roussillon, 2018, 3 vol., 900 p. (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 38).

Séjalon et al. 2014 : SÉJALON P., PY M., CHARDENON N., FIGUERAL I., FOREST V., GAFA R., MOURRE V., BOUSQUET J. – Occupation du premier âge du Fer sur le site de La Condamine VII à Vauvert (Gard). Documents d’Archéologie Méridionale, 37, 2014, p. 89-142.

Souq 1989 : SOUQ F. – Un poids romain inscrit découvert à Brignon (Gard). Revue Archéologique de Narbonnaise, XXII, 1989, p. 375-380.

Sourisseau 1997 : SOURISSEAU J.-Ch. – Recherches sur les amphores de Provence et de la basse vallée du Rhône aux époques archaïque et classique (fin VIIe – début IVe s. av. J.-C.). Thèse de doctorat. Aix-en-Provence, Université de Provence, 1997, 3 vol. (dactylographiée).

Sparkes, Talcott 1970 : SPARKES B. A., TALCOTT L. Black glaze and plain Pottery of the 6th, 5th and 4th centuries B.C. Princeton, 1970, 472 p. (The Athenian Agora, XII-1 et 2).

Tendille 1978 : TENDILLE C. – Fibules protohistoriques de la région nîmoise. Documents d’Archéologie Méridionale, 1, 1978, p. 77-112.

Tendille 1980 : TENDILLE C. – Mobiliers métalliques protohistoriques de la région nîmoise : autres objets de parure et d’habillement (III). Documents d’Archéologie Méridionale, 3, 1980, p. 95-124.

Haut de page

Notes

1 Dans la suite, pour chaque espace nous indiquons en note le numéro de l’US, du décapage ou de la couche, ainsi que, en abrégé, la localisation sous les constructions du Ier s. ap. J.-C. (phase Vié-Cioutat III), indications qui figurent dans les rapports et qui restent celles du rangement du matériel dans le dépôt de fouille : I = îlot, m = maison, S = salle (salles A, B, C, D et E de la maison 1 de l’îlot I, rue I/II, salle 1a de la maison 1 et maison 2 de l’îlot II, maison 1 de l’îlot III).

2 US I1-M1-SD-c10.

3 US I1-M1-SD-c12.

4 US I1-M1-SD-c11.

5 US I1-M1-SD-c9.

6 US I1-M1-SD-c8.

7 US I1-M1-SD-c7 et US I1-M1-SC/4-c9.

8 US I1-M1-SC/2-c9.

9 US I1-M1-SC/3-c9.

10 US I1-M1-SB-c4 ; la présence d’un arbre a oblitéré cette fouille sur 2 m2.

11 US I1-M1-SB-c5.

12 US I1-M1, SD et SC-c8.

13 US I1-M2-SC-c9.

14 US I1-M1-SD-c5 et c6.

15 US I1-M1-SC-c7.

16 US I1-M1-SC-c6, US I1-M1-SB-c ? et US I1-M1-SA-c3.

17 US I1-M1-SE-c3.

18 US I1-M1-SE-c4.

19 Respectivement US Rue I/II-c2 et c 3.

20 Aucune fusaïole ni aucun reste de chenêt n’ont été répertoriés dans les secteurs publiés précédemment (Dedet 1973).

21 Pour la conversion du nombre d’individus en poids de viande consommable, les données utilisées sont celles fournies dans Syslat (en kg). Boeuf : A = 200 ; J = 110 ; TJ = 52. Suidé : A = 50 ; J = 36 ; TJ = 13. Ovicapridé : A = 17 ; J = 11 ; TJ = 6. Cheval : A = 180 ; J = 100 ; TJ = 50. Chien : A = 10 ; J = 5 ; TJ = 2. Cerf : A = 75 ; J = 50 ; TJ = 30. Chevreuil : A = 20 ; J = 10 ; TJ = 5. Renard : A = 3 ; J = 2 ; TJ = 1. Lapin de garenne : A = 1 ; J = 0,5 ; TJ = 0,2. Oiseau galliforme : A = 1 ; J = 0,5 ; TJ = 0,2.

22 La durée de la grossesse, en moyenne 280 jours, est souvent exprimée, par commodité, en mois lunaires de 28 jours. Pour la méthode de détermination de l’âge au décès d’après les mesures prises sur les os, on se reportera à Dedet 2008, 28 et 343-345.

23 On est obligé de faire la même déduction pour les nourrissons de 1 à 12 mois qui sont exceptionnels dans les habitats comme dans les nécropoles alors qu’il meurt autant d’enfants à la naissance et dans le premier mois que durant les 11 mois suivants.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : La situation de Vié-Cioutat en Languedoc oriental.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 665k
Titre Fig. 2 : Le site de Vié-Cioutat et la haute vallée de la Droude.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Fig. 3 : La hauteur de l'oppidum de Vié-Cioutat vue depuis le nord ; au premier plan, la haute vallée de la Droude.
Légende (cliché B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 4 : L'oppidum de Vié-Cioutat, vue aérienne oblique depuis l'ouest.
Légende (cliché L. Monguilan). On aperçoit l'enceinte de la phase II, et, à gauche l'emplacement de la fouille 1 avec les murs des constructions de la phase III.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 5 : Plan général de l'oppidum de Vié-Cioutat et localisation des secteurs fouillés.
Légende (dessin et DAO B. Dedet sur fond photogrammétrique conservé au SRA de Montpellier).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Fig. 6 : A : L'inscription géographique découverte à Nîmes et conservée au Musée de la Romanité à Nîmes (cliché D. Stokic). B : Localisation des agglomérations mentionnées sur l'inscription géographique découverte à Nîmes et identifiées (DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Fig. 7 : Fouille 1. A : plan général ; B : coupe générale ouest-est.
Légende (dessin et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Fig. 8 : Fouille 1. L'occupation du lieu au cours des six séquences de la phase Vié-Cioutat 1.
Légende (dessin et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 661k
Titre Fig. 9 : Fouille 1, Secteur 1, Espaces A à F, coupe générale ouest-est.
Légende (dessin et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Titre Fig. 10 : Fouille 1, Secteur 1, Espaces A, B et C, coupe sud-nord.
Légende (dessin et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Fig. 11 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 1-1-A, sol (us 1-1D-c10).
Légende (dessin et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Fig. 12 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 1-1-A, sol (us 1-1D-c10).
Légende Vue générale cavalière, prise de l'ouest (cliché B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Fig. 13 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 1-1-A, sol (us 1-1D-c10).
Légende A : vue générale prise du nord ; B : détail des vases écrasés 5 et 12 (l'échelle mesure 20 cm) (clichés B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 653k
Titre Fig. 14 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 1-1-A, fosse FO1 (us 1-1D-c11).
Légende Vue en cours de fouille (cliché B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 15 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 1-1-A (us 1-1D-c10), vers 450 av. J.-C.
Légende Tableau statistique et typologique des céramiques.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Titre Fig. 16 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 1-1-A (us 1-1D-c10), vers 450 av. J.-C.
Légende Céramiques non tournées (dessins B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 646k
Titre Fig. 17 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 1-1-A (us 1-1D-c10), vers 450 av. J.-C.
Légende Céramique commune tournée du Languedoc oriental (n° 1 à 5), céramique à pâte claire (n° 6 à 9), pierre (n° 10 et 11) (dessins B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 619k
Titre Fig. 18 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 2-1-B (us 1-1D-c9), 450-425 av. J.-C.
Légende Plan (dessin et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Fig. 19 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 2-1-B (us 1-1D-c9), 450-425 av. J.-C.
Légende Tableau statistique et typologique des céramiques.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
Titre Fig. 20 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 2-1-B (us 1-1D-c9), 450-425 av. J.-C.
Légende Céramique non tournée (n° 1 à 4 et 6), non tournée délicate (n° 5), pâte claire (n° 7 à 10), commune tournée du Languedoc oriental (n° 11 et 12), terre cuite (n° 13), pierre (n° 14), bronze (n° 15) (dessins B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 619k
Titre Fig. 21 : Fouille 1, Secteur 1, Habitations 3-1-C, 3-1-D et 3-1-E, 425-400 av. J.-C.
Légende Plan d'ensemble (dessin et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 607k
Titre Fig. 22 : Fouille 1, Secteur 1, Habitat 3-1-C, foyer F2, 425-400 av. J.-C.
Légende A : plan ; B : sole ; C : sole en cours de fouille ; D : semelle (dessin et clichés B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 691k
Titre Fig. 23 : Fouille 1, Secteur 1, Habitat 3-1-C, 425-400 av. J.-C.
Légende A et B : branches carbonisées à proximité du foyer F2 (sol us 1-2A-c9) (clichés B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 671k
Titre Fig. 24 : Fouille 1, Secteur 1, Habitat 3-1-C (us 1-1D-c7), 425-400 av. J.-C.
Légende A : vue générale prise du sud ; B : détail de la partie antérieure du chenet lors de sa découverte (l'échelle mesure 20 cm). C : pierre gravée, (l'échelle mesure 20 cm) (clichés B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Fig. 25 : Fouille 1, Secteur 1, Cour 3-1-C (us 1-1D-c7), 425-400 av. J.-C.
Légende Tableau statistique et typologique des céramiques.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre Fig. 26 : Fouille 1, Secteur 1, Habitat 3-1-C (us 1-1D-c7), 425-400 av. J.-C.
Légende Céramique à pâte claire (n° 1 et 3), non tournée (n° 2, 4, 5 et 8), terre cuite (n° 6), pierre (n° 7) (dessins B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Fig. 27 : Fouille 1, Secteur 1, Habitat 3-1-C, 3-1-D et 3-1-E, 425-400 av. J.-C.
Légende Coupe sud-nord (dessin et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Fig. 28 : Fouille 1, Secteur 1, Habitat 3-1-C, 3-1-D et 3-1-E, 425-400 av. J.-C.
Légende A : vue d'ensemble prise du nord-est ; B : espace 3-1-E (M1-1C-c9) (échelle en dm ; VC II et VC III = murs plus récents, des phases Vié-Cioutat II et III) (clichés B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Fig. 29 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 3-1-D (us 1-1D-c9), 425-400 av. J.-C.
Légende Tableau statistique et typologique des céramiques.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Titre Fig. 30 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 3-1-D, couche c9, 425-400 av. J.-C.
Légende Céramique non tournée (n° 1 à 4), commune tournée du Languedoc oriental (n° 5), pâte claire (n° 6 à 8), amphore massaliète (n° 9), bronze (n° 10), fer (n° 11) (dessin et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Fig. 31 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 3-1-E (us 1-1D-c9), 425-400 av. J.-C.
Légende Tableau statistique et typologique des céramiques.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Titre Fig. 32 : Fouille 1, Secteur 1, Habitat 3-1-D, couche c9, 425-400 av. J.-C.
Légende Céramique non tournée (n° 1 à 3), commune tournée du Languedoc oriental (n° 4 à 11), grise monochrome (n° 12), pâte claire (n° 13 à 17), amphore massaliète (n° 18 et 19), terre cuite (n° 20), fer (n° 21), pierre (n° 22) (dessin et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Fig. 33 : Fouille 1, Secteur 1, Espace 3-1-F, 425-400 av. J.-C.
Légende A : plan ; B et C : coupes ; D : vue d'ensemble depuis le nord, au premier plan au centre le calage de poteau ; E : vue de la zone B, depuis le nord ; F : vue de la zone A, depuis l'ouest (dessin et clichés B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Fig. 34 : Fouille 1, Secteur 1, Habitation 3-1-F (us 1-1D-c9), 425-400 av. J.-C.
Légende Tableau statistique et typologique des céramiques.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Titre Fig. 35 : Fouille 1, Secteur 1, Espace 3-1-F, couche c4, 425-400 av. J.-C.
Légende Céramique non tournée (dessin et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Fig. 36 : Fouille 1, Secteur 1, Espace 3-1-F, couche c4, 425-400 av. J.-C.
Légende Céramique non tournée (n° 1 à 5), commune tournée du Languedoc oriental (n° 6 à 10), terre cuite (n° 11 à 16) (dessin et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Fig. 37 : Fouille 1, Secteur 1, Espace 3-1-F, couche c4, 425-400 av. J.-C.
Légende Pâte claire (n° 1 à 12), grise monochrome (n° 13 à 16), commune tournée du Languedoc oriental (n° 17 à 19), tournée à pâte grenue (n° 20), amphore massaliète (n° 21 et 22) (dessin et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 601k
Titre Fig. 38 : Fouille 1, Secteur 1, Espace 3-1-G, 425-400 av. J.-C.
Légende Tableau statistique et typologique des céramiques.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 39 : Fouille 1, Secteur 1, Espace 3-1-G, 425-400 av. J.-C.
Légende Céramique non tournée (n° 1), pâte claire (n° 2 à 4), terre cuite (n° 5 et 6), foyer (n° 7), fer (n° 8) (dessin et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 40 : Fouille 1, Occupation du secteur 4-1-H, 400-350 av. J.-C.
Légende Tableau statistique et typologique des céramiques.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Titre Fig. 41 : Fouille 1, Occupation du secteur 4-1-H, 400-350 av. J.-C.
Légende Céramique non tournée (n° 1 à 7, 9 et 10), terre cuite (n° 8), céramique à pâte claire (n° 11 à 17), pseudo-attique (n° 18), grise peinte (n° 19 à 21), tournée à pâte grenue (n° 22), commune tournée du Languedoc oriental (n° 23 à 27) (dessins B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Fig. 42 : Fouille 1, Occupation du secteur 4-1-H, couche c7, 400-350 av. J.-C.
Légende Céramique non tournée (n° 1 et 2), commune tournée du Languedoc oriental (n° 3 à 5), pseudo-attique (n° 6), céramique à pâte claire (n° 7 à 19), grise monochrome (n° 20 et 21), amphore massaliète (n° 22 et 23), terre cuite (n° 24), fer (n° 25), bronze (n° 26), verre (n° 27) (dessin et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Fig. 43 : Fouille 1, Occupation du secteur 4-1-H, (us 1-1D-c5/6), 400-350 av. J.-C.
Légende Amphore massaliète (n° 1 à 7), bronze (n° 8), pierre (n° 9 à 11) (dessins B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Fig. 44 : Fouille 1, Occupation du secteur 4-1-I, 400-350 av. J.-C.
Légende A : vue d'ensemble prise du nord. B : vue de la partie occidentale, prise du sud. C : Céramique non tournée (n° 1, 2 et 7), commune tournée du Languedoc oriental (n° 3), pâte claire (n° 4 et 5), grise monochrome (n° 6), non tournée délicate (n° 8 et 9), bronze (n° 10 et 11), verre (n° 12), argent (n° 13), pierre (n° 14) (clichés, dessin et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Fig. 45 : Fouille 1, Occupation du secteur 4-1-I, 400-350 av. J.-C.
Légende Tableau statistique et typologique des céramiques.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 46 : Fouille 1, Occupation du secteur 4-1-I, 400-350 av. J.-C.
Légende Céramique non tournée (n° 1 à 5, 31 et 32), pâte claire (n° 6 à 16), grise monochrome (n° 17), pseudo-attique (n° 18), commune tournée du Languedoc oriental (n° 19 à 23), tournée à pâte grenue (n° 24), amphore massaliète (n° 26 à 30), non tournée délicate (n° 33) (dessin et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 47 : Fouille 1, Aire 5-2-A, couche c3, 350-325 av. J.-C.
Légende A : plan ; B : coupe (dessin et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 48 : Fouille 1, Aire 5-2-A, couche c3, 350-325 av. J.-C.
Légende A : vue d'ensemble prise de l'ouest ; B : vue de l'empierrement ; C : vue du secteur est, sous la rue d'époque gallo-romaine (clichés B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 686k
Titre Fig. 49 : Fouille 1, Aire 5-2-A, couche c3, 350-325 av. J.-C.
Légende Tableau statistique et typologique des céramiques.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Titre Fig. 50 : Fouille 1, Aire 5-2-A, couche c3, 350-325 av. J.-C.
Légende Céramique non tournée (n° 1 et 3 à 5), non tournée délicate (n° 2), commune tournée du Languedoc oriental (n° 6 et 7), attique (n° 8), pâte claire (n° 9 et 10), amphore massaliète (n° 11), dolium (n° 12 à 15), terre cuite (n° 16), pierre (n° 17), bronze (n° 18 et 19), fer (n° 20), argile crue (n° 21) (clichés, dessin et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Fig. 51 : Fouille 1, habitation 5-2-B, 350-325 av. J.-C.
Légende A : plan ; B : vue d'ensemble prise du sud ; C : coupe (cliché, dessin et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 635k
Titre Fig. 52 : Fouille 1, habitation 5-2-B, couche 5, 350-325 av. J.-C.
Légende Tableau statistique et typologique des céramiques.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 453k
Titre Fig. 53 : Fouille 1, habitation 5-2-B, couche 5, 350-325 av. J.-C.
Légende Céramique non tournée délicate (n° 1 à 6), non tournée (n° 7 à 16, 27 et 28), attique (n° 8), pâte claire (n° 17 à 21), grise monochrome (n° 22 à 24), commune tournée du Languedoc oriental (n° 25 et 26) (dessin et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Fig. 54 : Fouille 1, habitation 5-2-B, couche 4, 350-325 av. J.-C.
Légende Tableau statistique et typologique des céramiques.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 417k
Titre Fig. 55 : Fouille 1, habitation 5-2-B, couche 4, 350-325 av. J.-C.
Légende Céramique non tournée délicate (n° 1), non tournée (n° 2 à 8), attique (n° 9), commune tournée du Languedoc oriental (n° 10), grise monochrome (n° 11), amphore étrusque (n° 12), terre cuite (n° 13), bronze (n° 14) (dessin et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Fig. 56 : Fouille 1, habitation 6-2-C, couche 3, 325-300 av. J.-C.
Légende A : vue partielle prise du nord (m = murs de la phase Vié-Cioutat III ; 11 à 13 renvoient aux numéros des vases de B (12a et 12b, respectivement parties inférieure et supérieure du vase 12) ; B : plan ; C : coupe (cliché, dessin et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Titre Fig. 57 : Fouille 1, habitation 6-2-C, couche 3, 325-300 av. J.-C.
Légende Urnes non tournées n° 20 et n° 1 (cliché, dessin et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Fig. 58 : Fouille 1, habitation 6-2-C, couche 3, 325-300 av. J.-C.
Légende Coupe-couvercle n° 18, urnes n° 21 et n° 9 en céramique non tournée (clichés, dessins et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 59 : Fouille 1, habitation 6-2-C, couche 3, 325-300 av. J.-C
Légende Urne non tournée n° 5 (cliché, dessin et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Fig. 60 : Fouille 1, habitation 6-2-C, couche 3, 325-300 av. J.-C.
Légende Urnes non tournées n° 13 et n° 19 (clichés, dessins et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Fig. 61 : Fouille 1, habitation 6-2-C, couche 3, 325-300 av. J.-C.
Légende Urnes non tournées délicates n° 12 et n° 16 (clichés, dessins et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Fig. 62 : Fouille 1, habitation 6-2-C, couche 3, 325-300 av. J.-C.
Légende Coupes non tournées n° 7, 8, 11, 14, 17 et 22, et vase-support n° 4 (clichés, dessin et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 641k
Titre Fig. 63 : Fouille 1, habitation 6-2-C, couche 3, 325-300 av. J.-C.
Légende Obole n° 6, coupes non tournées n° 10, 15 et 23, meules n° 2 et 3. 1 et 2 : fusaïoles ; 3 : fibule en bronze ; 4 : tôle de bronze ; 5 : bracelet en fer ; 6 : scories de fer (clichés, dessin et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Fig. 64 : Fouille 1, habitation 6-2-C, couche 3, 325-300 av. J.-C.
Légende Céramique non tournée délicate (n°1 et 2), non tournée (n° 3 à 19), commune tournée du Languedoc oriental (n° 20), pâte claire (n° 21 et 22), amphore massaliète (n° 23) (dessin et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 633k
Titre Fig. 65 : Fouille 1, Zone 3-A.
Légende Céramiques non tournées (dessins et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Fig. 66 : Fouille 1, Zone 3-A.
Légende Céramique non tournée délicate (n° 1 à 5), grise monochrome (n° 6 et 7), fer (n° 8), verre (n° 9), bronze (n° 10). Pour comparaison, jetons ou poids en bronze de la tombe de Font de la Vie à Saint-Bauzille-de-Montmel, Hérault, milieu du Ve s. av. J.-C. (n° 11 à 13) (clichés, dessins et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Fig. 67 : Fouille 1, Zones 3-B et 3-C.
Légende A : plan et coupes. B : vue générale du secteur 3-C2, prise du sud, sous la fondation des murs de la maison 2 de l'îlot 2 du Ier s. av. J.-C. On distingue à gauche et de bas en haut les fosses Fo 3 à Fo 1, creusées dans les niveaux de la phase Vié-Cioutat 1, et à droite le sommet du comblement de la fosse Fo 5 creusée dans le substrat rocheux (cliché, dessins et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 722k
Titre Fig. 68 : Fouille 1, Aires 3-B et 3-C.
Légende Tableau statistique et typologique des céramiques.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Titre Fig. 69 : Fouille 1, Secteur 2, Espace 3-B.
Légende Céramique non tournée (n° 1 à 6 et 8 à 17), non tournée délicate (n° 7 et 21), grise peinte (n° 18 et 20), pâte claire (n° 22 à 30), grise monochrome (n° 31 à 36), amphore massaliète (n° 37 à 41), commune tournée du Languedoc oriental (n° 42 et 43) (dessins et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 631k
Titre Fig. 70 : Fouille 1, Secteur 2. 1 à 16 : espace 3-C. 17 et 18 : espace 3-C4.
Légende Céramique à pâte claire (n° 1 à 7 et 17), grise monochrome (n° 8), commune tournée du Languedoc oriental (n° 9 et 10), amphore massaliète (n° 11), bronze (n° 12 et 13), terre cuite (n° 14 et 15), pierre (n° 16) (cliché, dessins et DAO B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Fig. 71 : Point 6.
Légende Céramique non tournée (n° 1 à 5), commune tournée du Languedoc oriental (n° 6), pâte claire (n° 7) (cliché B. Dedet ; dessin et DAO S. Izac).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Fig. 72 : Point 7.
Légende Urne non tournée (cliché B. Dedet ; dessin et DAO S. Izac).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 585k
Titre Fig. 73 : Part relative de chacune des grandes catégories céramiques (Non tournée, Tournée fine, Amphore, dolium), selon le lieu.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Fig. 74 : Fréquence des différentes espèces animales en fonction de l'âge, en nombre de restes osseux.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Fig. 75 : Fréquence des différentes espèces animales en fonction de l'âge, en nombre minimum d'individus.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Fig. 76 : Importance des différentes classes d'âge de chaque espèce animale en fonction de l'âge, en nombre minimum d'individus.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Titre Fig. 77 : Les poids de viande fournis par les différentes espèces animales, en kilogramme, et leur proportion.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Fig. 78 : Classement des urnes non tournées.
Légende 1 à 5 : type VC-U1a ; 6 et 7 : type VC-U1b ; 8 et 9 : type VC-U1c ; 10 : VC-U1d ; (1 et 2 : espace 1-1-A ; 4 : point 7 ; 5, 8 et 9 : espace 3-C1 ; 6 et 10 : espace 2-E3 ; 7 : espace 5-2-A).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 621k
Titre Fig. 79 : Classement des urnes non tournées, suite.
Légende 1 à 3 : type VC-U2 ; 4 : type VC-U3 ; 5 : type VC-U4a ; 6 : type VC-U4b ; 7 : type VC-U5, 8 : type VC-U6a ; 9 : type VC-U6b ; 10 : type VC-U6c ; (1, 4, 5, 7 et 8 : espace 6-2-C ; 2 et 3 : espace 3-A ; 6 et 10 : espace 3-1-F ; 9 : espace 1-1-A).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Titre Fig. 80 : La décoration des urnes non tournées.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 81 : Classement des coupes et jattes non tournées.
Légende 1 à 3 : type VC-C1a ; 4 et 5 : type VC-C1b ; 6 et 7 : type VC-C1c ; 8 : type VC-C2a ; 9 : type VC-C2b ; 10 : type VC-C2c ; 11 : type VC-C3 ; 12 et 13 : type VC-C4 ; 14 à 16 : type VC-C5. (1, 6, 12, 14 et 16 : espace 6-2-C ; 2 : espace 2-1-B ; 3 et 15 : espace 3-1-C ; 4 : espace 3-1-D ; 5 : espace 4-1-I ; 7 et 8 : espace 5-2-A ; 9 : 3-1-F ; 11 : espace 3-A ; 13 : espace 5-2-B).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 610k
Titre Fig. 82 : A : Diagramme des diamètres d'ouverture des coupes non tournées à profil arrondi-convexe, bord divergent, parallèle ou convergent (types VC-C1a, VC-C1b et VC-C1c). B : Comparaison des diamètres d'ouverture des coupes-couvercles et des urnes non tournées.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 607k
Titre Fig. 83 : Vases-supports ou brûle-parfum.
Légende 1 : Vié-Cioutat, habitation 2-E3 ; 2 : habitat côtier de l'Arquet (Martigues, Bouches-du-Rhône) ; 3 : oppidum de Labaume (Serviers-et-Labaume, Gard) ; 4 : tombe de Lattes/Saint-Pierre (Hérault) ; 5 : oppidum d'Ambrussum (Villetelle, Hérault) ; 6 : Cova Fonda (Salomó, province de Tarragone, Espagne) ; 7 : oppidum du Cayla (Mailhac, Aude) ; 8 : oppidum de Pech-Maho (Sigean, Aude) ; 9 : nécropole de Saint-Julien (Pézenas, Hérault) ; 10 : oppidum du Puy d'Issolud (Vayrac, Lot). 1 et 9 : dessins B. Dedet ; 2 et 6 : dessins Ch. Lagrand ; 3 : cliché J.-M. Pène ; 4 : d'après Dusseaux et al. 2017 ; 5 : dessin J.-L. Fiches ; 7 : dessin É. Gailledrat et O. Taffanel ; 8 : dessin É. Gailledrat et Y. Solier ; 10 : dessin J.-P. Girault et J. Gascó.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Fig. 84 : Classement des vases en céramique non tournée délicate de Vié-Cioutat.
Légende 1 : type VC-CNT D1 ; 2 : type VC-CNT D2 ; 3 à 9 : type VC-CNT D3 ; 10 et 11 : type VC-CNT D4 ; 12 et 13 : type VC-CNT D5 (1, 2 : espace 6-2-C ; 3, 5, 6, 8 et 9 : espace 5-2-B ; 4 : espace 5-2-A ; 7 et 13 : espace 3-1-F ; 10 et 11 : espace 3-B et C). Pour comparaison : 14 : type VC-CNT D1, tombe 41S de Sizen-Vigne ; 15 et 16 : type VC-CNT D3, habitat de Gailhan ; 17 et 18 : type VC-CNT D3, tombes 68 et 34 de Sizen-Vigne ; 19 et 20 : type VC-CNT D4, habitat de Gailhan ; 2 : type VC-CNT D4, habitat de Roque de Viou.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 603k
Titre Fig. 85 : Part relative de chacune des catégories de céramiques tournées fines (Attique, Pseudo-attique, Pâte claire, Grise peinte, Grise monochrome, Commune tournée du Languedoc oriental, Tournée à pâte grenue), selon le lieu.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Fig. 86 : Céramique commune tournée du Languedoc oriental.
Légende 1 : espace 1-1-A ; 2 : espace 3-1-F ; 3, 6 et 9 : espace 3-1-E ; 4 et 12 : espace 3-1-D ; 5 et 8 : espace 5-2-B, c4 ; 7 : 4-1-H ; 10 : espace 2-1-B ; 11 : point 6.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 609k
Titre Fig. 87 : Coupes et couvercle à pâte claire de type massaliète.
Légende 1, 8, 13, 18, 19 et 26 : espace 4-1-I ; 2, 5, 10, 11, 23 et 27 : espace 4-1-H ; 3 et 16 : espace 13-1-E ; 4 : espace 1-1-A ; 6 : espaces 3-B et 3-C ; 7 et 21 : espace 5-2-A ; 9, 12, 14, 20, 25 et 31 : espace 3-1-F ; 15 : espace 2-1-B ; 17 : espace 3-1-D ; 22 et 24 : espace 5-2-B.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 643k
Titre Fig. 88 : Urnes, cruches et olpés à pâte claire de type massaliète.
Légende 1, 8, 10, 11, 14, 15, 23 et 26 : espace 4-1-H ; 2 et 28 : espace 2-1-B ; 3, 4, 20 et 24 : espace 3-1-F ; 5, 6, 7, 9, 18, 21 et 22 : espace 3-B et 3-C ; 12 : espace 3-1-D ; 13 et 17 : espace 3-1-G ; 19 : espace 4-1-F ; 25 : espace 3-1-E ; 27 : espace 5-2-B, c5.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 618k
Titre Fig. 89 : Vases à pâte claire de type massaliète.
Légende 1 : espace 1-1-A ; 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8 et 9 : espace 4-1-H ; 10 : espace 2-1-B ; 11 : espace 5-2-B, c5.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 634k
Titre Fig. 90 : Céramiques grises monochromes.
Légende 1 à 4 : Groupe 3 ; 5 à 12 : Groupe 9. 1, 2, 3, 6 : espace 3-1-F ; 4, 10 et 11 : espace 5-2-B, c5 ; 5 et 8 : espace 4-1-H ; 7 : espace 3-1-E ; 9 et 12 : espace 3-A.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 637k
Titre Fig. 91 : Part relative des catégories d'amphores, selon l'espace.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Fig. 92 : Part relative des différents types de bords d'amphores massaliètes.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 570k
Titre Fig. 93 : Répartition proportionnée des tessons d'amphores massaliètes par rapport au total des tessons dans des fouilles d'habitat du Languedoc oriental et de la vallée du Rhône, au début du IVe s. av. J.-C.
Légende 1 : Vié-Cioutat ; 2 : La Madeleine ; 3 : Gailhan ; 4 : La Jouffe ; 5 : Les Barbes-et-Font-Danis ; 6 : Gaujac ; 7 : Habitats de Vaunage ; 8 : Nîmes/Mont-Cavalier ; 9 : Le Marduel ; 10 : Arles ; 11 : Espeyran ; 12 : Lattara.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Fig. 94 : Répartition globales des oboles anciennes de Marseille à la roue et MA, fin Ve – IVe s. av. J.-C.
Légende (séries OBM-7, OBM-8 et OBM 10 ancienne et dépôt 1 de Lattes) (d'après les listes de Py 2006, 28-50). 1 : Vié-Cioutat ; 2 : Ermitage d'Alès ; 3 : La Madeleine ; 4 : Gailhan ; 5 : Gaujac ; 6 : Bourg-Saint-Andéol ; 7 : Le Pègue ; 8 : Malaucène ; 9 : Chauzon ; 10 : Puech de Lascours ; 11 : Puech de Mus ; 12 : Le Marduel ; 13 : Roque de Viou ; 14 : Mauressip ; 15 : Nages ; 16 : Glanon ; 17 : Mouriès ; 18 : L'Île de Martigues ; 19 : Roquefavour ; 20 : Baou-Roux ; 21 : Lattara ; 22 : Aniane ; 23 : Aumes.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 95 : Schéma d'inventaire des restes des squelettes de périnatals 1 et 2.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 599k
Titre Fig. 96 : Stèles.
Légende 1 : stèle du versant nord du plateau ; A : dessin de la face gravée et coupe ; B : vue de la face gravée. 2 : stèle en remploi dans le parement de l'enceinte ; A : vue ; B : dessin de la face 1 et projection des autres faces 2 à 4, prises dans le mur (en hachuré, parties non visibles) (clichés et dessins B. Dedet).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/7089/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Dedet, « Un village perché du piémont cévenol au début du second âge du Fer :Vié-Cioutat I (Mons, Gard) »Documents d’archéologie méridionale, 41 | 2018, 71-195.

Référence électronique

Bernard Dedet, « Un village perché du piémont cévenol au début du second âge du Fer :Vié-Cioutat I (Mons, Gard) »Documents d’archéologie méridionale [En ligne], 41 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 26 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/dam/7089 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dam.7089

Haut de page

Auteur

Bernard Dedet

CNRS, Montpellier, UMR 5140« Archéologie des Sociétés Méditerranéennes » Université Paul Valéry Montpellier 3, CNRS, Ministère de la culture, INRAP, ASMUMR 5140, F 34000 Montpellier, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search