Navigation – Plan du site

AccueilAu fil de l’eauEntretiens2022Dominique Petit : parcours d’un d...

2022

Dominique Petit : parcours d’un danseur français aux États-Unis, rencontres et circulations – N° 2

Années 1972 - 1973 : devenir danseur professionnel chez Paul Sanasardo
Dominique Petit et Maëva Lamolière

Résumés

Ce deuxième volet d’entretiens, « Années 1972 - 1973 : devenir danseur professionnel chez Paul Sanasardo », revient sur le moment où Dominique Petit est devenu membre de la compagnie de Paul Sanasardo. Au fil des rencontres qui ont marqué son parcours, Dominique Petit rend compte d’une histoire de la danse méconnue et témoigne d’une réalité de danseur-interprète aux États-Unis dans les années soixante-dix.

Haut de page

Texte intégral

1972

  • 1 Paul Sanasardo est un danseur et chorégraphe américain d’origine italienne. Diplômé de l’École des (...)
  • 2 Malou Airaudo est une danseuse française formée à la danse classique. Après une carrière dans diffé (...)
  • 3 Dominique Mercy est un danseur et pédagogue français. Après avoir rejoint le Ballet Théâtre Contemp (...)
  • 4 Jacques Patarozzi est un danseur d’origine corse. Il intègre le Tanztheater de Wuppertal en 1978. A (...)
  • 5 Estelle Rebaud est une danseuse française qui a dansé plusieurs années pour Paul Sanasardo dans les (...)
  • 6 Manuel Alum est un danseur et chorégraphe américain d’origine portoricaine. Il étudie auprès de Mar (...)

1Arrive l’été 1972 et, comme chaque année, le stage de Saratoga Spring. Paul [Sanasardo]1 avait à nouveau invité Pina [Bausch], mais comme chorégraphe pour la compagnie cette fois-ci. Il me semble qu’à ce moment-là de sa carrière, Pina enseignait à la Folkwang Hochschule d’Essen. Elle dansait aussi, mais je pense qu’elle était à un moment charnière de sa carrière. Et c’est là, au cours de ce stage, que Pina a rencontré Malou [Airaudo]2 et Dominique [Mercy]3 ! Entre-temps, Malou avait dû parler de son expérience américaine à Dominique, et celui-ci a profité des vacances d’été pour la rejoindre. Un petit groupe de danseurs·se·s français·e·s s’est donc formé lors de ce stage d’été de Saratoga Springs : Jacques Patarozzi4, Estelle Rebaud5, Dominique Mercy, Malou Airaudo et moi-même, autour de Paul et Pina. Au cours d’un programme partagé avec Manuel Alum6, Pina Bausch a dansé son solo Phillips 836887DSY. C’est ce célèbre solo dans lequel elle ne fait que traverser la scène de jardin à cour, à l’avant-scène, dans un couloir très étroit. C’est une traversée lente, d’une douzaine de minutes, avec ce phrasé inimitable, fait d’une fluidité inouïe aux accents fulgurants, un peu comme des spasmes. C’était très impressionnant, très original et, d’une certaine façon, très « contemporain ». En plus de cette représentation, elle a monté un ballet pour les danseuses de Paul : Nachnull. Il n’y avait que des interprètes femmes, toutes en collants délavés, vert olive, avec des marques noires qui m’évoquaient des fragments de squelette. Je me souviens surtout d’un amas de corps distordus, convulsés, d’une vision plutôt macabre. Dominique [Mercy] et Malou [Airaudo] passaient beaucoup de temps avec Pina [Bausch]. Iels sont tout de suite devenu·e·s ami·e·s ; c’était comme s’iels étaient en permanence sur une même longueur d’onde. J’étais le plus jeune mais tout heureux de faire partie de cette petite bande. On ne se quittait pas et on passait tout notre temps libre ensemble. C’était extrêmement gai et insouciant. On sentait tous que ce qui nous réunissait avait quelque chose de magique, d’extraordinaire, presque un peu irréel. C’est vrai qu’on était habitué·e·s avec Paul [Sanasardo] à ces relations très proches qui pouvaient ressembler à une structure familiale en quelque sorte.

  • 7 Lynn Haupert est une danseuse américaine, qui, après des études initiales en danse classique, a pou (...)

2Cet été-là, à ma grande surprise, Paul m’a inclus dans le nouveau ballet de la compagnie ! C’est ainsi que j’ai fait mes débuts professionnels, après à peine un an et demi de cours avec lui. Je ne m’y attendais absolument pas ! Le ballet s’appelait The Path. Je ne dansais pas dans les autres ballets ce soir-là, mais Paul m’avait écrit un petit solo et un duo avec Lynn Haupert7, qui débutait, elle aussi. Elle était même plus jeune que moi (sauf qu’elle avait déjà fait dix ans de danse classique), et ce duo jouait beaucoup sur notre apparence juvénile. Ce premier spectacle fut donné au théâtre de Saratoga Springs. C’était un petit théâtre à l'intérieur d’un campus. Ce n’était pas une grande salle de spectacle, mais tous les stagiaires étaient là, en plus du public d’habitués de cette saison de danse moderne tous les étés à Saratoga. On parlait de danse moderne, de modern dance, à cette époque. Cette première expérience de scène a été un moment exceptionnel pour moi. Ce qu’avait écrit Paul était tellement fait pour nous que j’avais l’impression de dire un poème que j’aurais écrit moi-même. Je me suis senti totalement libre et tout me paraissait facile. Quand Pina m’a vu danser, elle m’a dit qu’elle n'avait jamais vu un danseur progresser aussi vite en une seule année ! J’étais comblé !

3Il s’est passé autre chose encore au cours de ce séjour à Saratoga : Malou avait été chargée par Paul de donner des cours pour les stagiaires, et un jour, vers la fin du stage, elle s’est blessée. Je ne me souviens pas de ce qu’elle avait, mais toujours est-il que Paul me croise et me dit d’aller remplacer Malou juste une demi-heure avant l’heure du cours. J’étais plutôt fier que Paul fasse appel à moi ce jour-là et, en même temps, comme je n’avais jamais donné le moindre cours auparavant, j’ai senti une sorte de panique monter en moi, liée à mon manque total d’expérience de l’enseignement et au manque de temps pour préparer quoi que ce soit. Le cours avait lieu dans un bâtiment qui était à l’autre bout du campus, et, pour s’y rendre, il fallait marcher environ vingt minutes à travers une splendide pinède. Peut-être que le calme de cet environnement a eu un effet sur moi, je ne sais pas, mais tout en marchant, j’ai pensé que, pour pouvoir donner ce cours, il me fallait simplement me focaliser sur les exercices de Paul, que je connaissais très bien, en essayant de les transmettre tel que je les ressentais. Et c’est ce que j’ai fait, très modestement, et le cours s’est passé de manière extrêmement fluide avec une totale simplicité. Les étudiant·e·s m’ont fait des retours très chaleureux, et, surtout, je venais moi-même de passer un moment vraiment très agréable. Et je me suis dit alors que j’avais sans doute trouvé là une clé précieuse que je pourrais réutiliser si l’occasion de donner des cours se représentait à moi.

À partir de cet été-là, je suis devenu membre de la compagnie et, progressivement, j’ai repris des rôles dans différents ballets.

***

  • 8 Kilina Cremona est une danseuse, chorégraphe et pédagogue française. Formée à Paris chez Karin Waeh (...)
  • 9 Margaret Beals est une danseuse, chorégraphe et écrivaine américaine formée chez Martha Graham, Jos (...)
  • 10 Elaine Shipman est une danseuse et chorégraphe américaine. Formée à l’école de Martha Graham, elle (...)

4Mes journées s’organisaient autour des répétitions, des petits boulots, des cours de classique à la Joffrey School et, le soir, des cours au studio de Paul. Je voyais de temps en temps Kilina [Cremona]8. C’est à travers elle que j’entendais parler de ce qui se passait dans les lofts. Il y avait quelques danseur·se·s dans les cours chez Paul qui travaillaient dans ces mouvements alternatifs, mais ce n’était pas du tout l’univers de Paul et il n’y faisait jamais référence. Soit ça ne l’intéressait pas, soit il n’était pas informé. Il devait y avoir un peu des deux. En plus, je crois que l’abstraction, ça ne le concernait pas du tout. Je me souviens d’avoir croisé Margie Beals9 et Elaine Shipman10 qui étaient très engagées dans cet underground, et j’ai été voir quelques présentations en studio. Je n’étais pas vraiment en mesure de comprendre leur positionnement politique, ni leurs démarches artistiques qui devaient me paraître comme un peu trop intellectuelles. En effet, même si j’aimais bien ces gens-là ainsi que la liberté qui émanait de leur travail, j’étais surtout happé par le monde autour de Paul qui était vraiment ailleurs, et donc assez imperméable à ce type d’approche. Toute la danse underground se situait alors volontairement en-dehors des circuits des théâtres, alors que Paul essayait plutôt d’y être reconnu et d’y faire sa place. Il en était là, je crois, à ce moment-là de sa carrière, et c’est vrai qu’il avait une compagnie de très, très bon·ne·s danseur·se·s !

  • 11 Merce Cunningham est un danseur, pédagogue et chorégraphe américain. Après avoir été danseur chez M (...)
  • 12 Alvin Nikolais est un danseur, pédagogue et chorégraphe américain particulièrement actif en France (...)
  • 13 Paul Taylor est un danseur et chorégraphe américain. Il étudie dans un premier temps la peinture av (...)

5En tant que danseur de la compagnie, je ne payais pas les cours. Être membre de la compagnie te donnait accès gratuitement aux cours. Il y avait beaucoup des professionnel·le·s qui venaient prendre les cours, et comme Paul était un pédagogue très réputé, le studio était souvent plein ! Des danseur·se·s de chez Merce [Cunningham]11 et de chez Nikolais12 venaient prendre régulièrement le cours. La plupart des compagnies vivaient un peu comme ça : l’école permettait de financer une partie de la vie des compagnies. Peut-être pas pour Paul Taylor13, qui n’enseignait pas, mais il était plus reconnu que Paul Sanasardo à ce moment-là. Il bénéficiait sans doute de plus de fundings. Les fundings sont des fonds distribués par la ville ou l’État de New York, ou encore par le National Endowment for the Arts au niveau national. C’étaient davantage des sortes de bourses pour des projets qu’une aide pour le fonctionnement de la compagnie. Évidemment, certaines compagnies l’obtenaient tous les ans, mais, pour la plupart, ce n’était pas automatique !

  • 14 Alvin Ailey est un chorégraphe afro-américain formé auprès de Lester Horton, de Katherine Dunham, d (...)

6Certaines compagnies comme celles de Paul Taylor ou d’Alvin Nikolais avaient une ou deux saisons à New York et tournaient beaucoup. Donc je pense que les danseur·se·s et le chorégraphe pouvaient vivre seulement de la danse, mais ça restait une exception. Merce [Cunningham] ne tournait pas encore beaucoup aux États-Unis, je ne suis pas sûr qu'il tournait autant que Paul Taylor ou Alvin Ailey14. Paul [Sanasardo], en tant que chorégraphe, et surtout grâce à l’école, vivait de la danse. Manuel Alum donnait quelques fois les cours chez Paul, je ne sais pas trop de quoi il vivait, je pense que la compagnie de Paul devait l’aider un peu. Comme je l’ai dit, les conditions de vie des danseur·se·s étaient assez précaires, et nous devions jongler entre plusieurs petits boulots pour nous en sortir. Certain·e·s donnaient des cours de danse, certain·e·s travaillaient avec d’autres compagnies ou alors faisaient des petits boulots qui n’avaient rien à voir avec la danse. J’ai fait la vaisselle dans un restaurant français, vendu des croissants dans une boulangerie, distribué des prospectus dans la rue, enregistré des cassettes audio de traduction anglais-français, travaillé comme gardien dans une galerie d’art ; c’était certes précaire à l’époque mais on pouvait vivre comme ça à New York. On pouvait trouver des petits boulots d’une semaine sur l'autre, et la vie ne coûtait pas encore trop cher.

7Les répétitions n’étaient pas payées, sauf en cas de création, bien sûr. Quand il y avait un spectacle, on touchait un chèque, on allait avec à la banque, et la banque endossait le chèque et nous donnait du liquide. Il n’y avait pas besoin d’avoir un compte en banque. Je ne sais pas si cela fonctionne encore comme cela aux États-Unis aujourd’hui. Tu pouvais aller au supermarché avec un chèque, et tu l’endossais au nom du supermarché, et puis ils te donnaient du liquide. Il n’y avait rien de contraint ! Je n’avais même pas d’assurance et je crois que personne n’en avait, on n’en n’avait pas les moyens. Il ne fallait pas se blesser et quand on allait chez le médecin ou à l’hôpital, on payait de notre poche ! Mais je n’ai jamais vu quelqu'un malade ou quoi que ce soit en fait. C’étaient ces conditions-là de vie.

8Quand j’ai été un petit peu indépendant, j’ai pu avoir mon premier appartement. C’était un deux-pièces, de vingt mètres carrés avec la baignoire dans la cuisine ! Mais c’était le lot des familles, les gens s’entassaient dans deux pièces. À ce moment-là, je payais quatre-vingts dollars par mois de location, et, dix ans après, le même appartement était loué huit cents dollars par mois, dix fois plus cher ! Tous ces immeubles-là ont été rachetés, rénovés et loués à nouveau très cher par des promoteurs. Dans cette partie de Manhattan, le Village, tout le monde vivait dans ces conditions. West Village, c’était un peu comme les Xe et XIe arrondissements de Paris, avec des artisan·ne·s, des petites boutiques, et on pouvait y vivre facilement. Dix ans après, avec la spéculation immobilière, c’était fini, les prix ont flambé. C’était aussi là que se situaient tous les lofts et tous les studios de danse, dont beaucoup ont dû déménager ou cesser leur activité à cause des loyers devenus exorbitants. Beaucoup d’artistes ont donc été forcé·e·s de quitter Manhattan. Je crois que Paul [Sanasardo] a pu garder son studio quelques années, mais je pense que le loyer y était très peu cher. Le bâtiment existe encore d’ailleurs. C’était un petit bâtiment à l’angle de la 8e Avenue et de la 21e Rue. Il n’y avait qu’un seul étage, le studio était au-dessus d’un bar. Il a continué à créer pendant assez longtemps avant de se remettre à la peinture et de cesser la compagnie dans les années 1980. Il avait fait l’école des beaux-arts à Chicago, il est retourné à Chicago, où il a continué à donner des cours et il s’est remis à la peinture.

***

  • 15 Richard (Dick) Gain est un danseur chorégraphe et pédagogue américain. Formé à l’école de Martha Gr (...)
  • 16 Kathleen Carlin est une danseuse américaine, membre de la compagnie de Lar Lubovitch dans les année (...)
  • 17 Lar Lubovitch est un danseur et chorégraphe américain. Après avoir étudié à la Julliard School aupr (...)
  • 18 Lotte Goslar est une danseuse et mime d’origine allemande formée auprès de Mary Wigman et Gret Palu (...)
  • 19 Zena Rommet est une danseuse et pédagogue américaine d’origine italienne. Après une formation de da (...)
  • 20 Lawrence Rodhes est un danseur, pédagogue et maître de ballet américain. Après une formation à New (...)
  • 21 Hector Zaraspe est un danseur et chorégraphe argentin. Après une carrière de danseur classique en E (...)
  • 22 Rudolf Noureev est un danseur classique, chorégraphe et directeur de ballet d’origine russe. Après (...)

9Entre-temps j’ai aussi dansé pour d’autres compagnies, des spectacles pour enfants notamment. C’était des fables illustrées avec des petits tableaux, et je faisais la cigale dans l’un des tableaux : j’arrivais des coulisses en costume vert et avec des antennes ! On faisait des spectacles scolaires dans New York et aux alentours. Je me souviens aller prendre le métro pour aller au cœur de Harlem à 8 heures du matin, c’était impressionnant pour un blanc de marcher dans les rues de Harlem, à cette époque. J’ai également dansé avec Dick Gain15 et j’ai repris le rôle dans un ballet magnifique qui tournait beaucoup. Je ne me souviens ni du titre ni sur quel chœur de Schubert ou de Brahms il était dansé, mais c’était une évocation de la Shoah très intense et absolument bouleversante. De l’intérieur, c’était très impressionnant à danser. Au cours d’une tournée de ce spectacle, j’ai rencontré Kathleen Carlin16. C’était une danseuse magnifique qui dansait à l’époque pour Lar Lubovitch17 et Lotte Goslar18. Lotte Goslar est une chorégraphe allemande immigrée qui est arrivée en Amérique au moment de la montée du nazisme comme beaucoup d’artistes. Je me souviens être allé voir une répétition de son spectacle sur le cirque. Kathleen m’a fait connaître Zena Rommett19, qui donnait des cours extrêmement novateurs. En effet, son cours consistait en une longue barre au sol dans laquelle il fallait faire les mouvements avec le moins d’effort possible. Je ne sais pas où elle avait appris cela, mais des années plus tard, en découvrant la méthode Feldenkrais, je me suis dit que j’avais déjà fait ça dans les années 1970. Kathleen y allait régulièrement et insistait pour que je l’accompagne, mais je n’ai pas suivi ses conseils. À l’époque, il me fallait quelque chose qui bouge plus ! Je continuais de me rendre à la Joffrey School et quand j’ai pu prendre les cours plus avancés, j’ai eu deux professeurs extraordinaires : Lawrence Rodhes20 et Hector Zaraspe,21 le « coach » de Rudolph Noureev22, qui étaient tous les deux des professeurs invités et venaient enseigner ponctuellement. Cependant, c’étaient les cours de Paul [Sanasardo] qui me faisaient le plus progresser, parce que la structure des cours et les exercices eux-mêmes étaient en définitive assez répétitifs, et il m’était possible de noter des progrès à chaque cours. Un jour, j’ai constaté que je ne progressais plus. Je me souviens être en train de marcher sur la 6e Avenue pour aller prendre le cours et je me demandais ce que je pouvais faire pour remédier à cela, en sachant que la question n’était pas de me donner plus à fond que je ne le faisais, parce que je prenais à cœur de me donner à fond à chaque cours, depuis le premier jour. La réponse m’est venue comme ça : il fallait simplement que j’arrête de me considérer comme un élève. Dès lors, j’ai pu sentir une différence, car je m’attachais moins à des points techniques qui étaient désormais maîtrisés, mais je mettais mon attention sur d’autres aspects, sans doute plus artistiques. J’avais franchi un échelon décisif dans la manière de me considérer et dans le sens que je donnais au fait de prendre un cours. Je me suis dit que cette expérience allait me servir, le jour où j’aurai à enseigner, et ce fut le cas.

***

  • 23 Louis Falco est un danseur et chorégraphe américain. Il étudie la danse moderne auprès d’Alwin Niko (...)
  • 24 Kristina Varjan est une danseuse américaine. Après des études initiales de danse classique, elle po (...)

10Les contrats de danse, on ne les trouvait pas sur audition. C’était du bouche-à-oreille. On se téléphonait et on se filait les tuyaux ! En fait, je n’ai passé qu’une seule audition, c’était pour Louis Falco23, qui avait un engagement à Broadway pour une comédie musicale. On connaissait les danseur·se·s de sa compagnie qui nous avaient invité·e·s à venir passer l’audition. Je m’y suis donc rendu avec Malou [Airaudo] et Kristina Varjan24. On a passé la première sélection qui était un cours de danse et le lendemain, il fallait revenir pour chanter accompagné d’un pianiste. Je me souviens rentrer avec Malou en nous demandant ce qu’on allait bien pouvoir chanter, comme ça, sans préparation, du jour pour le lendemain ! Comme c'était le 14 juillet, j’ai chanté, ou plutôt tenté de chanter La Marseillaise a capella, et l’audition s’est terminée là pour moi ! Une Marseillaise comme ça, on n’en a jamais entendu à Broadway !

  • 25 Jennifer Muller est une danseuse et chorégraphe américaine formée à la Julliard School. Interprète (...)
  • 26 José Limón est un danseur, chorégraphe et pédagogue américain d’origine mexicaine. Il arrive aux Ét (...)
  • 27 Louis Murray est un danseur, chorégraphe et pédagogue américain. Il rencontre Alvin Nikolais lors d (...)
  • 28 De 1962 à 1964, un groupe de danseur·se·s se réunit de façon informelle dans la Judson Memorial Chu (...)

11C’est intéressant de parler de Louis Falco, parce que, avec Jennifer Muller25, c’étaient les artistes émergeant·e·s du moment. Iels étaient d’excellent·e·s danseur·se·s. Louis avait dansé avec José Limón26 et, au début des années 1970, il a créé sa compagnie qui a connu une reconnaissance et un succès immédiat. Iels amenaient une sorte de bouffée de jeunesse dans un paysage chorégraphique qu’occupaient principalement Alvin Nikolais, Louis Murray27, José Limón, Alvin Ailey, Paul Taylor et Merce Cunningham. Ces deniers n’étaient plus très jeunes et avaient tous atteint une notoriété incontestée. Louis Falco n’était évidemment pas le seul jeune chorégraphe émergeant, puisque déjà, dans la foulée de Merce Cunningham et d’Alvin Nikolais et au sein de la Judson Church28, un très grand nombre de danseur·se·s s’étaient lancé·e·s dans des recherches d’avant-garde qui ont amené un peu plus tard ce que l’on a appelé la post-modern dance. La danse exubérante et décomplexée de Louis avait quelque chose de très séduisant, mais, pour nous qui travaillions avec Paul, cette séduction nous apparaissait comme une forme quelque peu extérieure, qui contrastait surtout beaucoup avec le travail très intériorisé de Paul et de Manuel Alum. J’ai d’ailleurs failli faire un ballet avec Manuel Alum, un duo avec Lynn Haupert, mais il a décidé au dernier moment que ce n’était pas présentable, que ça n’avait pas abouti. J’étais un peu frustré, même s’il est vrai qu’on sentait dans les répétitions qu’il était un peu dans une impasse d’écriture et qu’il ne savait pas comment en sortir.

1973

12Je suis devenu officiellement danseur de la compagnie à partir de l’été 1972 et, en 1973, j’ai commencé à faire des reprises de rôle dans plusieurs pièces : Pain, Metallics et Footnotes. J’ai également participé à trois créations, The Path, Small Prayers et Platform. Small Prayers était composée sur des musiques de guitare. Il y avait quelque chose d’hispanique et c’était une suite de danses qui ressemblaient à des rituels païens. Cette pièce a vraiment été écrite pour notre petit groupe de « Frenchies », Jacques [Patarrozzi], Michelle [Rebaud], moi et Kris [Kristina Varjean], qui était devenue ma compagne.

13Il faut dire qu’à cette époque-là, nous étions les danseur·se·s les plus proches de Paul. Les autres étaient là depuis très longtemps, et nous, les français·e·s, étant fraîchement arrivé·e·s, nous étions dans une écoute de Paul très ouverte et on était prêt·e·s à tout avec lui. Cette année-là, il a acheté une petite maison à Cooperstown, dans le nord de l’État de New York, et il nous a invité·e·s plusieurs fois, tou·te·s les quatre, à venir y passer quelque temps. On l’aidait à retaper la maison et je me souviens surtout que nous avons passé un Noël là-bas. On était sous la neige, on sentait Paul extrêmement heureux, et c’est un de mes plus beaux souvenirs de Noël.

  • 29 Martha Graham est une danseuse, pédagogue et chorégraphe américaine. Formée à la Cumnock School of (...)
  • 30 Janette Ordman est une danseuse sud-africaine formée à la danse classique. Elle danse pour le Salde (...)

14Avec la compagnie, on a un peu tourné aux États-Unis (Philadelphie, Pittsburg, Tampa…), mais on a surtout dansé à la Brooklyn Academy of Music, ce qui représentait alors une sorte d’ultime consécration à New York. C’était l’année d’après, au printemps 1974. À côté de cela, Paul était accueilli presque chaque année en Israël par la compagnie Bat-Dor. Il y avait alors deux compagnies de danse à Tel Aviv, toutes deux financées par la baronne Bethsabée de Rothschild : la compagnie Bat-Dor et la Batsheva. L’histoire de la baronne avec la danse est assez incroyable : dans sa jeunesse, elle était mariée à un Américain et ils vivaient à New York dans les années 1950-1960. Elle se retrouva veuve jeune et traversa une période de dépression, et son médecin lui conseilla de faire de la danse. Elle est apparemment tombée par hasard sur l’école de Martha Graham29, où elle a pris quelques cours avant de devenir la mécène de la compagnie. Un peu plus tard, elle est partie s’installer en Israël et a tout fait pour que Martha Graham vienne y vivre et aie sa propre compagnie en Israël. C’est pour cela qu’elle a créé la Batsheva. Martha Graham est donc venue, je crois qu’elle y a créé des ballets, mais elle n’a pas voulu s’installer en Israël. Après cela, la compagnie a fait appel à d’autres chorégraphes pour devenir une compagnie de répertoire, comme il y en avait à l’époque. Plus tard encore, la baronne de Rothschild s’est éprise de la danseuse et chorégraphe sud-africaine Jeannette Ordman30, et elle a créé une nouvelle compagnie pour elle : la compagnie Bat-Dor. Jeannette Ordman en était la directrice artistique et faisait quelques créations, mais elle invitait aussi d’autres chorégraphes, dont Paul qui y a été assez régulièrement, soit pour remonter un ballet de la compagnie, soit pour y faire une création.

15En 1973, il est allé créer la pièce Carnival pour la compagnie et m’a emmené comme assistant pour remonter Shadows, que j’avais moi-même dansé. Paul disait que c’était la plus française de ses pièces. En fait, on est partis juste au moment du déclenchement de la guerre du Kippour qui s’est prolongée pendant tout notre séjour. On a pu tout de même travailler, mais l’ambiance était très particulière. Chaque jour, on se demandait si les danseurs·se·s allaient pouvoir être là ou s’ils allaient partir au front, car tous les jeunes, hommes et femmes, pouvaient être réquisitionné·e·s du jour au lendemain pour aller combattre. Heureusement, aucun d’elles·eux n’a été appelé pendant notre résidence. À cela s’ajoutait aussi un couvre-feu tous les soirs à Tel Aviv qui plongeait la ville dans une atmosphère très particulière. Ce séjour a été une expérience incroyable d’un point de vue professionnel mais aussi par cette situation tellement étrange et intense.

16Le bon côté des choses, c’est qu’on pouvait aller le week-end à Jérusalem. La ville n’était pas menacée par la guerre, mais il n’y avait plus aucun touriste. Nous avons visité une Jérusalem pratiquement déserte, il n’y avait que de rares petites boutiques arabes ouvertes, et nous avons pu aller dans tous les lieux saints, même la mosquée d’Omar, sans aucun problème ! C’était à la fois étrange et magique, et on a passé des moments inoubliables.

Après cette expérience, Paul m’a proposé de donner le cours de niveau intermédiaire au studio lorsqu’il était en déplacement.

Haut de page

Notes

1 Paul Sanasardo est un danseur et chorégraphe américain d’origine italienne. Diplômé de l’École des arts de Chicago, il a ensuite étudié la danse avec Anthony Tudor et Martha Graham. Il fonde en 1957 la compagnie Paul Sanasardo-Donya Feuer. Pour plus d’informations, je renvoie le lecteur à l’ouvrage de Mark Franko, Excursion for Miracles : Paul Sanasardo, Donya Feuer and Studio for Dance 1955-1964, Middleton, Wesleyan University Press, 2005.

2 Malou Airaudo est une danseuse française formée à la danse classique. Après une carrière dans différents ballets, elle intègre en 1974 le Tanztheater de Wuppertal, dirigé par Pina Bausch, dont elle devient l’une des interprètes principales.

3 Dominique Mercy est un danseur et pédagogue français. Après avoir rejoint le Ballet Théâtre Contemporain dirigé par Jean-Albert Cartier et Françoise Adret en 1968, il fait la rencontre de Pina Bausch en 1972 aux États-Unis et intègre le Tanztheater Wuppertal en 1974 en tant que membre fondateur. Suite au décès de Pina Bausch, il prend la codirection de la compagnie avec Robert Sturm entre 2009 et 2013, puis il continue son travail en tant que danseur et directeur de répétitions.

4 Jacques Patarozzi est un danseur d’origine corse. Il intègre le Tanztheater de Wuppertal en 1978. Après avoir créé sa propre compagnie en 1982, la compagnie Balmuz, il initie en 1999 le festival Le Printemps de la danse en Charente. Il dirige le Théâtre de l’avant-scène de Cognac de 2009 à 2014 et est ordonné moine zen en 2004.

5 Estelle Rebaud est une danseuse française qui a dansé plusieurs années pour Paul Sanasardo dans les années 1970.

6 Manuel Alum est un danseur et chorégraphe américain d’origine portoricaine. Il étudie auprès de Martha Graham, de Mia Slavenska et de Karel Shook avant de rejoindre la compagnie de Paul Sanasardo en 1962. En 1972 il crée sa compagnie, la Manuel Alum Dance Company.

7 Lynn Haupert est une danseuse américaine, qui, après des études initiales en danse classique, a poursuivi sa formation auprès de Paul Sanasardo qui l’engage dans sa compagnie, alors qu’elle n’a que dix-huit ans. Elle devient interprète de la compagnie de 1972 à 1975 et danse dans plusieurs ballets.

8 Kilina Cremona est une danseuse, chorégraphe et pédagogue française. Formée à Paris chez Karin Waehner et à New-York au Studio Cunningham, elle danse aussi pour Meredith Monk, David Gordon, Twyla Tharp et Viola Farber. Elle rentre en France en 1980 et crée sa propre compagnie. Après s’être installée à Zagreb en Croatie, en 1995, elle revient à Lyon en 2002 et ouvre les ateliers Desmaé qui entretiendront un partenariat avec le cursus « danse études » de l’université Lyon 2.

9 Margaret Beals est une danseuse, chorégraphe et écrivaine américaine formée chez Martha Graham, José Limón et Maggie Black. Elle a développé une pratique de l’improvisation qui combine le mouvement, la voix, le texte et la poésie. Elle est la fondatrice et la directrice artistique d’Impulses Dance Theater Arts et est également enseignante.

10 Elaine Shipman est une danseuse et chorégraphe américaine. Formée à l’école de Martha Graham, elle danse pour Charles Weidman et Pearl Primus. Elle étudie ensuite au studio de Merce Cunningham, dont elle devient très proche et qui lui donne une bourse permanente. En 1973, elle s’implante à Paris où, avec notamment Harry Sheppard, elle fonde la Compagnie SITU, pour laquelle elle crée de nombreuses pièces qui développent une vision lyrique et spontanée de la danse.

11 Merce Cunningham est un danseur, pédagogue et chorégraphe américain. Après avoir été danseur chez Martha Graham, il crée ses premiers soli dès 1945 avant de fonder sa compagnie en 1953 au Black Mountain College. Il collabore, entre autres, avec Robert Rauschenberg et John Cage, et produit des formes chorégraphiques très diverses. Pour que ses danseur·se·s puissent être disponibles à ses propositions chorégraphiques, il établit une série d’exercices (on parle alors de technique Cunningham) et met le hasard au cœur de son processus chorégraphique.

12 Alvin Nikolais est un danseur, pédagogue et chorégraphe américain particulièrement actif en France de 1970 à sa mort, en 1993. Il dirige en effet le Centre national de danse contemporaine d’Angers de 1978 à 1981. Ses œuvres chorégraphiques donnent une même importance aux danseur·se·s, à la lumière, à la scénographie et à la musique.

13 Paul Taylor est un danseur et chorégraphe américain. Il étudie dans un premier temps la peinture avant de rejoindre la Julliard School et de se former ensuite auprès de Martha Graham, de Doris Humphrey, de José Limón et de Charles Weidman. Il danse pour Merce Cunningham, Martha Graham et Georges Balanchine, et fonde sa compagnie, la Paul Taylor Dance Company en 1954.

14 Alvin Ailey est un chorégraphe afro-américain formé auprès de Lester Horton, de Katherine Dunham, de Martha Graham, de Doris Humphrey et de José Limón. Il fonde en 1958 sa propre compagnie, la Alvin Ailey American Dance Theater et reçoit, en 1987, deux ans avant sa mort, un American Dance Festival Award pour l’ensemble de sa carrière.

15 Richard (Dick) Gain est un danseur chorégraphe et pédagogue américain. Formé à l’école de Martha Graham, puis soliste de la compagnie, il mène une carrière extrêmement éclectique, dansant notamment pour le Joffrey Ballet, l’American Ballet Theater, l’Asheville Ballet et dans plusieurs productions à Broadway. En 1965, il forme la Compagnie Triad avec Richard Kutch et Kazuko Hirayabashi. Il crée plusieurs pièces pour le Winnipeg’s Contemporary Dancers Group. Il a enseigné dans de nombreuses institutions comme l’Apalachian Dance and Theater Department et la North Carolina School of the Arts.

16 Kathleen Carlin est une danseuse américaine, membre de la compagnie de Lar Lubovitch dans les années 1970 et de la compagnie de Lotte Goslar.

17 Lar Lubovitch est un danseur et chorégraphe américain. Après avoir étudié à la Julliard School auprès d‘Antony Tudor, José Limón, Anna Sokolow et Martha Graham, il fonde sa propre compagnie, la Lar Lubovitch Dance Company, en 1968. Il a également chorégraphié de nombreuses pièces chorégraphiques pour des compagnies de danse classique mais aussi pour des comédies musicales et des spectacles de danse sur glace.

18 Lotte Goslar est une danseuse et mime d’origine allemande formée auprès de Mary Wigman et Gret Palucca. Elle s’exile aux États-Unis en 1937 et y reste jusqu’à son décès, en 1997. En 1954, elle crée sa compagnie, la Lotte Goslar’s Pantomime Circus.

19 Zena Rommet est une danseuse et pédagogue américaine d’origine italienne. Après une formation de danseuse classique auprès de grands professeurs, elle fait ses débuts à Broadway en 1944. En 1968, elle ouvre son école de danse à Greenwich Village et développe une technique, la Floor-barre®, qui combine alignement, étirement et renforcement pour une plus grande efficacité dans le mouvement mais aussi pour prévenir et récupérer des blessures.

20 Lawrence Rodhes est un danseur, pédagogue et maître de ballet américain. Après une formation à New York à la Ballet Russe School, il poursuit une carrière de danseur classique de 1958 à 1960 aux Ballets russes de Monte-Carlo avant de rejoindre le Joffrey Ballet en 1960 et de devenir premier danseur. Professeur invité par les plus grandes compagnies de ballet, il dirige Les Grands Ballets canadiens de Montréal de 1989 à 1999 et prends la direction du département danse de la Julliard School de 2002 à 2017. Il décède deux ans après, en 2019.

21 Hector Zaraspe est un danseur et chorégraphe argentin. Après une carrière de danseur classique en Espagne, il part aux États-Unis en 1964. Il rencontre Rudolf Noureev et Margot Fonteyn, et devient leur professeur particulier. Il chorégraphie pour de nombreuses compagnies et enseigne dans diverses institutions, en particulier la Julliard School où un prix à son nom est décerné chaque année depuis 1998. Il fonde en 1993 la Fundación Zaraspe et est nommé en 2004 ambassadeur culturel pour la ville de Buenos Aires.

22 Rudolf Noureev est un danseur classique, chorégraphe et directeur de ballet d’origine russe. Après une formation en danse folklorique, il entre à l’académie Vaganova de Saint-Pétersbourg et intègre en 1958 le ballet du Mariinsky où il devient vite soliste. Il demande l’asile en France en 1961 lors d’une tournée du Kirov à Paris. Il rencontre Margot Fonteyn en 1962 au Royal Ballet de Londres et devient directeur du Ballet de l’Opéra de Paris de 1983 à 1989, puis maître de ballet et chorégraphe en chef jusqu’en 1992. Il décède en 1993.

23 Louis Falco est un danseur et chorégraphe américain. Il étudie la danse moderne auprès d’Alwin Nikolais, de Martha Graham, de Charles Weidman, de Louis Murray et de José Limón. Interprète pour Alvin Ailey, il poursuit ensuite sa carrière de danseur auprès de José Limón de 1960 à 1970. En 1968, il crée sa propre compagnie, la Louis Falco Dance company et se produit principalement à New York, en Italie et en France. Il est le chorégraphe du film Fame (1980). Il dissout sa compagnie et 1983.

24 Kristina Varjan est une danseuse américaine. Après des études initiales de danse classique, elle poursuit sa formation auprès de Paul Sanasardo et devient membre de sa compagnie en 1973. En octobre 1974, elle voyage à Paris avec Dominique Petit et rencontre Carolyn Carlson, qui l’engage au Groupe de recherche chorégraphique de l’Opéra de Paris (GRTOP) où elle fait la connaissance de l’acteur-danseur américain Henry Smith avec qui elle fonde le groupe Solaris, basé à New York. À son contact, elle s’initie aux arts martiaux. Après s’être formée en aïkido auprès des plus grands maîtres, elle fonde un dojo en Arizona où elle transmet cet art séculaire.

25 Jennifer Muller est une danseuse et chorégraphe américaine formée à la Julliard School. Interprète pour José Limón, elle s’associe ensuite à Louis Falco et développe son propre travail. Elle crée sa propre compagnie en 1974, la Jennifer Muller and the Works, et y déploie une approche multidisciplinaire.

26 José Limón est un danseur, chorégraphe et pédagogue américain d’origine mexicaine. Il arrive aux États-Unis en 1928 et reçoit l’enseignement de Doris Humphrey et de Charles Weidman, avant de danser pour ces deux chorégraphes pendant plus de dix ans. Il fonde sa propre compagnie en 1946, La José Limón Dance Company dont Doris Humphrey devient la directrice artistique. La compagnie connaît un succès international dès les années 1950 et Limón développe sa propre technique.

27 Louis Murray est un danseur, chorégraphe et pédagogue américain. Il rencontre Alvin Nikolais lors d’un stage donné par Hanya Holm en 1949 et devient son premier danseur avant de fonder, en 1953, la Murray Louis Dance Company, sans jamais cesser de travailler avec Alvin Nikolais. Parallèlement à son activité chorégraphique, il écrit des essais et réalise des vidéos et des films. Il collabore avec Rudolf Noureev de 1975 à 1978 et reçoit un American Dance Festival Award pour l’ensemble de sa carrière en 2006.

28 De 1962 à 1964, un groupe de danseur·se·s se réunit de façon informelle dans la Judson Memorial Church de New York. Autour de Robert Ellis Dunn, le groupe élabore de nouveaux modes de travail et développe la pratique de l’improvisation et du contact improvisation. David Gordon, Steve Paxton, Yvonne Rainer, Trisha Brown, Lucinda Childs, Deborah Hay, Simone Forti, Sally Gross, Elaine Summers, Aileen Passloff, Meredith Monk, Jessica Cargill, Jen Scoble en sont les membres fondateurs.

29 Martha Graham est une danseuse, pédagogue et chorégraphe américaine. Formée à la Cumnock School of Expression de Los Angeles puis à la Denishawn School, elle fonde sa propre compagnie en 1926, la Martha Graham Dance Company. Uniquement composée de danseuses à l’origine, la troupe s’ouvre aux hommes en 1938 suite à sa rencontre avec le danseur Erick Hawkins. Influencée par la psychanalyse et les grands mythes, elle développe une technique de danse basée sur la contraction et le release.

30 Janette Ordman est une danseuse sud-africaine formée à la danse classique. Elle danse pour le Salders’ Well Opera Ballet à Londres et pour la télévision. Elle devient directrice de l’école Bat-Dor en 1967 puis première danseuse de la compagnie Bat-Dor en 1968.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Petit et Maëva Lamolière, « Dominique Petit : parcours d’un danseur français aux États-Unis, rencontres et circulations – N° 2 »Recherches en danse [En ligne], Entretiens, mis en ligne le 05 avril 2022, consulté le 01 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/danse/4464 ; DOI : https://doi.org/10.4000/danse.4464

Haut de page

Auteurs

Dominique Petit

Dominique Petit se forme à la modern dance américaine lors d’un séjour de quatre ans à New York auprès de Paul Sanasardo. Il est interprète de sa compagnie pendant trois ans. De retour en France, il rencontre Carolyn Carlson et intègre le Groupe de Recherche Théâtrale de l’Opéra de Paris, dont il restera membre jusqu’au départ de Carolyn Carlson en 1980.
Tout en dansant pour d’autres chorégraphes (Caroline Marcadé, François Verret, Régine Chopinot), il commence peu à peu son propre travail de création. Il est remarqué au festival d’Avignon en 1981, avec son solo Igor Urstark accompagné par Barre Phillips. Suite à cela, il entreprend plusieurs collaborations avec des musiciens (Barre Phillips, Steve Lacy, Denis Levaillant, John Surman, Hervé Bourde…).
En 1983, la Maison de la Danse de Lyon accueille ses premières créations de groupe : Les pas perdus et Aranzaquil, qui signent le début de sa compagnie. En compagnie d’Anne Carrié, il reçoit, en 1985, le 1er Prix du Forum Régional d’Île-de-France pour leur duo Jade.
À partir de cette date, la compagnie Dominique Petit reçoit le soutien du Ministère de la Culture au titre de l’aide à la création puis de l’aide aux compagnies. Elle est accueillie dans de nombreux festivals en France (Danse en Yvelines, Festival d’Aix en Provence, Danse Emoi, Les Hivernales d’Avignon...) et à l’étranger (Utrecht, Nüremberg...).
Il est invité comme professeur et coordinateur des études au CNDC d’Angers de 1985 à 1988. Il enchaîne pendant dix ans les créations et les tournées avec sa compagnie : Les Leçons de L’aube, Frontières... et surtout Les Tournesols, pièce chorégraphique pour six danseurs hommes.
En 1996, il est à nouveau invité au CNDC L’Esquisse comme coordinateur des études et décide alors de se consacrer prioritairement à l’enseignement. Titulaire du CA de danse contemporaine, il a enseigné dans de nombreux pays (USA, Chili, Colombie, Israël, Allemagne, Belgique…) et au conservatoire de La Roche-sur-Yon, en poursuivant parallèlement des projets artistiques divers, comme danseur, performer et chorégraphe : Danser hors de soi de Daniel Dobbels, Objets Trouvés, Sweet suite, East side, Variations sur le Faune, Panique…, Sale défaite, Monsieur Fugue, Philipina.
En 2019, il est engagé par Akram Khan pour sa dernière pièce, Outwitting the Devil, créée au Festival d’Avignon et en tournée internationale pour plusieurs années.

Articles du même auteur

Maëva Lamolière

Maëva Lamolière a été formée à la danse contemporaine au conservatoire de La Roche-sur-Yon puis au Trinity Laban Conservatoire de Londres.
Depuis 2015, elle développe ses propres projets chorégraphiques et est interprète pour Marie-Gabrielle Rotie, Marguerite Danguy des Déserts (DDD compagnie) et Alain Michard.
Elle obtient son Diplôme d'État en 2017 et enseigne la danse contemporaine (conservatoire de Gennevilliers) et la culture chorégraphique (conservatoire de Gennevilliers et conservatoire de Lille). Depuis septembre 2019 elle accompagne également les élèves de master du CNSMDP de Paris et intervient au sein de la formation DE (Pont Supérieur) de Nantes. Après un master 2 au département danse de Paris 8, Maëva commence en octobre 2018 une thèse de doctorat co-dirigée par Isabelle Launay et Sylviane Pagès et actuellement intitulée : Carlotta Ikeda : Poétique des métamorphoses pour une déconstruction des catégories de genre. Entre la France et le Japon, retour sur une généalogie butô minorée. Elle est depuis septembre 2021 contractuelle au département arts de l’université de Lille 3.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

association des Chercheurs en Danse

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search