Navigation – Plan du site

AccueilNuméros11Contextes et publicsRésonance d’un projet de danse en...

Contextes et publics

Résonance d’un projet de danse entre la France et la Colombie comme passerelle entre les cultures

Francisco Arboleda, Fiona Notaras et Brigitte Hyon

Résumés

À partir de l’élaboration d’un projet artistique, pédagogique et interculturel entre la France et la Colombie, utilisant la danse comme vecteur principal de transversalité, cet article s’intéresse à l’une des idées essentielles qui est de permettre à l'enfant et à l’adolescent d'imaginer, de découvrir et de construire d'autres univers à partir desquels ils puissent développer cette envie de « vouloir connaître ». L’objet de ce texte est d’essayer de comprendre comment, à l’heure où les sociétés sont en pleine mutation, se connectant au monde à partir de technologies qui font partie de la vie quotidienne, la danse, la pédagogie de la danse et les projets artistiques locaux et interculturels continuent de rester une voix d’approche qui rend possible d’autres dialogues afin de continuer à entrer en lien avec notre espace intérieur.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le projet Tracés de Lucioles a pris forme en 2005 à la fin du Module méthodologique, ateliers de pr (...)

1Notre témoignage porte sur un projet d’échange artistique, culturel et pédagogique à long terme intitulé Tracés de Lucioles1 : entre danses traditionnelles et danse contemporaine, chemins entrelacés avec les arts et la science. Ce projet, réalisé entre 2010 et 2017, est fondé sur la rencontre entre deux groupes d’élèves, les uns habitant en France et les autres en Colombie :

  • 2 DIDI-HUBERMAN Georges, Survivance des lucioles, Paris, Les Éditions de Minuit, « Paradoxe », 2009, (...)

« Peuples-lucioles quand ils se retirent dans la nuit, cherchent comme ils peuvent leur liberté de mouvement […], font l’impossible pour affirmer leurs désirs, émettre leurs propres lueurs et les adresser à d’autres2 ». 

  • 3 Diplômé d’État en danse contemporaine et jazz, expériences professionnelles en danses traditionnell (...)
  • 4 Ancienne danseuse du Moulin Rouge, diplômée d’État en danse classique, responsable principale de to (...)
  • 5 Site de Pasos al Viento, [en ligne], https://www.pasosalviento.com, site consulté le 22 novembre 20 (...)

2Cette pensée de Georges Didi-Huberman nous a aidés à poser les fondements de notre démarche, car elle traduit pour nous le sentiment fort que la danse est l’un des moyens majeurs pour accueillir et s’éveiller au sensible, afin de créer un dialogue avec le monde et les autres. Conçu par le danseur-chorégraphe Francisco Arboleda3 à l’issue d’un stage de formation au Centre national de la danse (CN D) de Pantin, le projet a été développé par la suite en collaboration avec la danseuse Fiona Notaras4. L’enjeu principal était de susciter, à travers la pédagogie de la danse, une dynamique de contacts et de transmissions entre les adolescents des deux pays tout au long de leur parcours dans l’enseignement secondaire. Nous avons souhaité, par-delà les frontières géographiques, qu’ils puissent avoir la possibilité de se rencontrer et de danser ensemble. En 2008, dans la continuité de cette initiative, l’artiste vidéaste Alma Arboleda – sœur de Francisco – nous a rejoints dans la création de Pasos al Viento5 (Les Pas dans le Vent), l’association porteuse du projet à Paris, qui a pour objet d’œuvrer pour la formation de l’enfant et de l’adolescent à travers la danse conçue comme un outil pédagogique, de sensibilisation artistique et en dialogue avec d’autres domaines (culturel, scientifique et environnemental). Depuis le début de nos activités, nous avons réalisé des évaluations et des bilans afin de recueillir les impressions, les motivations et les progressions des acteurs impliqués – élèves, professeurs, artistes – et, grâce aux films réalisés par Alma, nous disposons d’archives audiovisuelles et d’un ensemble de documents (supports de transmissions, de diffusion et de pratiques autoréflexives) sur lesquels prend appui le présent témoignage.

3De la conception du projet à l’organisation des ateliers avec les élèves, en passant par les différents échanges, les motivations et les diverses problématiques (entre les institutions, les artistes, les pédagogues et les scientifiques ainsi que la gestion générale entre les deux pays), nous souhaiterions, dans ce témoignage, nous pencher sur la richesse de cette expérience de dix ans, en mettant en relief certains aspects de l’articulation entre danse et éducation : la diversité des acteurs impliqués ; l’interaction entre différentes traditions pédagogiques et gestuelles ; la possibilité d’une réécriture contemporaine fondée sur les cosmologies et les symboles de pratiques et savoirs anciens ; enfin, l’ouverture d’un espace pédagogique interdisciplinaire entre danse et science. C’est par un approfondissement de ces axes thématiques que nous espérons rendre compte de notre expérience partagée de la danse en tant qu’outil éducatif.

2010 – 2017 : premiers pas et partenariats de Tracés de Lucioles

4La dynamique d’échanges entre les élèves scolarisés en France et en Colombie s’est organisée en plusieurs cycles dès 2010, avec des variantes et modulations pendant sept ans : thématiques différentes, nouveaux groupes, nouvelles interactions et institutions.

  • 6 Dans la terminologie colombienne, cela correspond aux échelons (estratos) 2 et 3, l’échelon 6 étant (...)

À Bogotá, les ateliers – deux à trois interventions annuelles avec une trentaine d’heures par session – ont été réalisés dans un établissement d’enseignement secondaire à orientation scientifique, le Gimnasio Campestre Marie Curie (GCMC), situé dans le district de Fontibón, dans un milieu socio-culturel constitué de classes défavorisées et moyennes6. Initialement composé d’une quarantaine d’élèves, le groupe en a été réduit à une vingtaine au fur et à mesure des ateliers. Ce groupe pilote, qui a été appelé les Lucioles en raison de l’image citée plus haut, est venu à Paris à deux occasions, en début octobre 2012 et en fin septembre 2014. Il n’a pas été facile de créer un ancrage pour notre projet dans cet établissement : ni la direction, ni les enseignants n’y voyaient un intérêt, car ils n’accordaient aucun rôle primordial à la danse en tant qu’outil formateur à part entière. De ce fait, les conditions de travail n’étaient pas très favorables : absence des élèves et annulations de séances à la dernière minute ; pas de salle adaptée pour la danse, contrainte de danser sur du carrelage, sans musique... Cependant, la motivation des élèves à poursuivre l’expérience nous a poussés à trouver d’autres espaces de danse à l’extérieur de l’établissement, si bien que de très beaux moments de danse ont pu avoir lieu malgré les contraintes. Par ailleurs, nous avons fait face à un manque de financement, que nous avons en partie compensé avec nos ressources propres et avec l’aide précieuse d’un mécène, Erik Jorgensen, ancien directeur de l’ONG Partage.

5Au bout de quatre ans pendant lesquels la pertinence d’une pratique de la danse à l’école a mieux été cernée par le corps enseignant et administratif du GCMC, dans le sillage des Lucioles, sept filles, élèves de 7e en Colombie (5e en France) ont voulu participer à nos ateliers. On les a appelées les Kalimas, du nom d’un papillon qui peut se métamorphoser en prenant la couleur d’une feuille, d’une écorce, entre autres.

6À Paris, entre 2010 et 2012, les ateliers ont été réalisés avec une classe de 5e d’enfants dits « décrocheurs » – vingt-cinq élèves âgés de douze ou treize ans – du collège Guy Flavien du 12e arrondissement. Au sein même de l’établissement, divers espaces ont été investis par leur pratique de la danse : les salles, les halls, la cour. Au début, nous avons pu mettre en place des moments d’échange par Skype entre ce groupe et les Lucioles, en prenant en compte le décalage horaire et leurs emplois du temps respectifs. Une fois que nous avons réussi à établir une communication relativement fluide malgré les difficultés logistiques et les résistances institutionnelles, l’un des premiers objectifs a été de faire que les uns apprennent une danse pour la montrer aux autres. Dans les deux pays, les ateliers étaient organisés en fonction des déplacements de Francisco. Quand il n’était pas à Paris, il était remplacé par les deux enseignantes référentes (professeur d’espagnol et littérature) au collège Guy Flavien. Quand il n’était pas à Bogotá, c’est sa mère, Ofelia Betancourt, et sa sœur, Juliana Arboleda – artistes et enseignantes de danses folkloriques colombiennes toutes les deux –, qui prenaient le relais au GCMC

  • 7 Commencées en 2012, les négociations pour la paix entre le gouvernement du président Juan Manuel Sa (...)

7Dans la période initiale, les Lucioles ont pu venir à Paris pour la première fois en 2012 et elles ont été accueillies par les familles des jeunes français. Il faut signaler que, avec les négociations pour la paix en Colombie, le contexte socio-politique était particulièrement complexe7, ce qui n’était pas sans conséquences pour notre projet. Nous avons été confrontés à des imaginaires relativement stéréotypés des deux côtés : si les élèves colombiens avaient un regard idéalisé de l’Europe comme destination rêvée pour les études, les voyages et le travail, les élèves français avaient surtout une vision tronquée de l’actualité colombienne, qui pour eux se limitait au trafic de drogues, à la guérilla, au conflit armé et à l’insécurité. Leur rencontre tant souhaitée, dont l’ambition était d’enrichir ces regards par le partage artistique, s’est soudée de manière positive par une présentation à l’Espace Reuilly (le 10 octobre 2012) et par des séances dansées au CN D. L’une des conseillères pédagogiques et formatrices de cette institution, Agnès Bretel, qui menait alors un Atelier du regard, a pu faire un parallèle entre des danses originaires de la Sibérie qui ont été une source d’inspiration pour Le Sacre du printemps de Nijinsky et une danse des Witotos – peuple amérindien du sud-est de la Colombie – qui avait été transposée par Juliana Arboleda et interprétée par les Lucioles.

8En 2012, compte tenu du rôle de la figure de Marie Curie autant dans l’identité que dans le projet pédagogique de l’établissement scolaire colombien, Francisco s’est rapproché de Renaud Huynh, directeur du Musée Curie à Paris8, pour examiner la possibilité d’un partenariat international. Vers la même époque un autre partenariat a vu le jour, motivé par le projet Lucioles entre le GCMC et le département de physique de l’Université nationale de Colombie. Le physicien médical français Didier Paul9, qui avait déjà enseigné en tant que professeur invité dans cette université, s’est rapproché de Pasos al Viento lors de la première venue des Lucioles à Paris en 2012. En raison de son intérêt pour les enjeux éducatifs de sa discipline, il a apporté un soutien institutionnel dans plusieurs initiatives de l’association, tout en aidant à consolider notre collaboration avec ses pairs colombiens, les physiciens María Cristina Plazas et Hector Castro.

9Par la suite, d’autres collaborations ont émergé dans le milieu professionnel de la danse en France. Entre 2014 et 2017, Anne-Marie Sandrini, ancienne inspectrice de la danse pour la ville de Paris, a été la présidente de Pasos al Viento et a encouragé d’autres collaborations marquantes, comme nous le verrons plus loin. De 2010 à 2017, grâce au soutien de Brigitte Hyon et de Marina Rocco, respectivement directrice et conseillère pédagogique au département formation et pédagogie du CN D de Pantin, cette institution a été notre plateforme d’accueil et d’échange artistique et culturel.

Nos repères pour penser les pratiques éducatives en lien avec la danse

  • 10 RANCIÈRE Jacques, Le maître ignorant, Paris, 10/18, 2004.
  • 11 DEWEY John, Démocratie et éducation suivi d’Expérience éducation, Paris, Armand Colin, 2011, p. 467
  • 12 FREINET Célestin, La méthode naturelle. L’apprentissage de l’écriture, Belgique, Marabout service é (...)
  • 13 FREIRE Paulo, Pédagogie de l’autonomie, France, Érès, « Éducation formation poche », 2006, p. 112.

10Dès le début du projet, les préoccupations concernant la pratique de la danse en milieu scolaire nous ont amenés à nous interroger sur les significations que nous pouvions donner aux mots enseigner et apprendre. C’est ainsi que nous avons eu recours aux réflexions de plusieurs penseurs de l’éducation, à commencer par la critique que Jacques Rancière développe dans Le maître ignorant10 à propos de la division entre ceux qui savent et ceux qui ne savent pas. De John Dewey, l’auteur de Démocratie et éducation, nous avons surtout retenu l’idée de la fécondité des expériences que l’on vit : « Le problème central de l’éducation basée sur l’expérience consiste à choisir la nature des expériences présentes, capables de demeurer fécondes et créatrices dans les expériences suivantes11 ». L’ouvrage de Célestin Freinet, La méthode naturelle, nous a encouragés à adopter l’idée de l’apprentissage comme un tâtonnement expérimental pour notre démarche : « L’enfant acquiert dans la spontanéité de la vie par tâtonnement orienté, les moyens d’expression qui sont les outils de ses apprentissages. C’est l’individu qui doit forger ses propres outils12 ». Par ailleurs, en même temps qu’il nous rappelait que « comprendre que l’éducation est une forme d’intervention dans et sur le monde13 », l’ouvrage de Paulo Freire, Pédagogie de l’autonomie, attirait notre attention sur les exigences du métier d’enseignant, à savoir la joie et l’espérance, une esthétique et une éthique, l’esprit critique, une posture de chercheur, la nécessité d’une rigueur méthodique, l’écoute et le respect des savoirs des apprenants.

  • 14 ROBINSON Jacqueline, Danse chemin d’éducation, Auto-édité, 1993, Paris, p. 18.

11En France, Jacqueline Robinson, Françoise Dupuy, Marcelle Bonjour et de nombreux artistes ont œuvré pour que la transversalité entre danse et éducation puisse se concrétiser au sein des institutions et des établissements. Il nous paraissait donc primordial d’avoir recours à leurs expériences et leurs pensées au sein de notre projet. « Quelle danse, pourquoi et comment14 ? », se demandait Jacqueline Robinson, en ajoutant que

  • 15 Ibid., p. 10.

« [dans le monde désaxé dans lequel nous vivons], il faut un contrepoison à la frustration, au désespoir, à la violence, à la perte de but et de sens de la vie. La danse peut jouer un rôle exceptionnel comme “contrepoison” justement, car elle éveille et développe conscience, maîtrise, plaisir et une qualité d’écoute qui peuvent rejaillir sur tous les aspects de la vie15 ».

  • 16 BONJOUR Marcelle, Restaurer le lieu d’un autre langage, Caen, colloque FNAREN, mai 2000.

Dans cette perspective, pour nos ateliers en France et en Colombie, nous nous sommes donnés pour but d’enrichir les sensibilités en partant à la recherche de ce « geste fondateur » qui selon Marcelle Bonjour correspond à ce « geste qui vient malgré nous, […] celui qui jaillit d’un élan, d’un désir initial non-identifié, d’une mobilisation issue de facteurs ou ressources personnels, de l’histoire du sujet, sociale, culturelle, de sa mythologie16 ».

  • 17 FABBRI Véronique, conférence donnée au CND le 6 juillet 2010 dans le cadre du stage « Rythme du cor (...)

12Lors du stage « Rythme du corps » avec Françoise Dupuy, au CN D de Pantin (2009-2010), Francisco a pu constater l’importance des frappes rythmées qui font émerger des gestes pendant les déplacements dans l’espace, en conduisant la colonne vertébrale à travers des ondulations dissociées de la marche. Par la suite, sur la base de ces enseignements de la modernité en danse dont Françoise et Dominique Dupuy ont hérité, le travail sur le rythme est devenu un fil conducteur pour les ateliers de Tracés de Lucioles. Nous avons pris conscience de l’importance du temps subjectif ou du rythme intérieur de chacun et chacune pour trouver des manières de se relier aux autres par le mouvement. C’est dans ce sens-là que nous avons songé à l’approche d’Émile Jaques-Dalcroze, qui attirait l’attention sur les chemins pour accéder à une conscience des rythmes en dehors des vécus temporels que la société a tendance à nous imposer. Selon Véronique Fabbri, « il y a chez Dalcroze un rythme premier, naturel qui est distinct des rythmes qu’on impose à l’organisme de la société [...] ; [pour lui, l’éducation] est un processus d’individuation au sens où la forme individuelle n’est jamais donnée spontanément mais elle est toujours à construire17 ». 

13À partir d’improvisations pouvant mener à des compositions, prenant souvent la musique comme support et en allant vers une transposition où le corps devient initiateur du mouvement (proposant des décalages en dehors du tempo), la conscience du rythme dans les ateliers suscitait la recherche d’une résonance à l’intérieur du corps, pour éveiller des perceptions et des sensations chez les élèves. Tout ce travail rythmique était sous-tendu par des moments de proprioception et de visualisation, avec un langage qui s’avérait parfois trop abstrait ou peu parlant pour certains : poids du corps, fluidité, densité, texture de l’espace, notamment.

14On peut, à titre d’exemple, évoquer le travail que Brigitte Hyon a mené avec les Kalimas lors de sa venue à Bogotá, en octobre 2016. Il s’agit d’un travail avec des tubulaires en tissu dans lesquels elles s’engouffrent joyeusement pour explorer différents mouvements par étirer cette matière. Brigitte décide d’intervenir et leur demande d’aller plus loin dans la tension qui repousse le tissu, d’utiliser toutes les parties du corps pour créer de vraies oppositions, afin de susciter un changement dans la détente pour aller vers un autre geste. La suite se fera sans l’objet : par le toucher, Brigitte les guide vers des relâchements du haut du corps, en essayant de leur faire prendre conscience de ce poids relâché qui va les porter dans le déplacement, vers de nouvelles suspensions à partir desquelles s’entameront, par la résonance du travail précédant, d’autres engagements dans l’étiré en tension.

Construire une contemporanéité pour nos traditions

  • 18 VIVEIROS DE CASTRO Eduardo, Le regard du jaguar, Bordeaux, Éditions La Tempête, 2021.

15C’est par le biais des rythmes naturels, qui se manifestent par exemple dans les pulsations intérieures de notre corps – respiration, souffle, voix –, que nous nous sommes progressivement intéressés au dialogue avec le monde naturel et à la conscience écologique de certaines communautés amérindiennes en Colombie, dans une recherche de ressources imaginaires pour créer des univers dansés. Une phrase de l’anthropologue brésilien Eduardo Viveiros de Castro pourrait illustrer la démarche que nous avons tenté d’adopter à l’égard des ressources culturelles – danses, chants, instruments, cosmogonies   des peuples amérindiens de la Colombie : « le hochet du chaman est un accélérateur de particules18 ». Les références aux territoires et aux pratiques de ces peuples ont en bonne mesure enrichi nos incursions rythmiques. Par la suite, comme si les ateliers étaient devenus des laboratoires pédagogiques, nous avons établi des analogies au niveau de la forme (lignes, configurations) entre ces éléments culturels et certains concepts de la physique, comme nous le verrons un peu plus loin. Un questionnement complexe a progressivement émergé au long de nos ateliers : comment faire dialoguer ou résonner les lignes de différents savoirs et savoir-faire – les danses, les arts, les cultures, les sciences – afin de proposer des relectures qui permettraient la production de sens ? Sur quels temps d’exploration et avec quels paramètres fallait-il susciter des entrecroisements et des lieux de passage entre ces domaines, tout en maintenant la qualité artistique du travail effectué avec les élèves ?

  • 19 GUYOT Mireille, « La maison des indiens Bora et Miraña », Journal de la société des américanistes, (...)
  • 20 JULIEN Éric, CRUZ Gentil, Kogis. Le réveil d’une civilisation pré-colombienne, Paris, Albin Michel, (...)

16Au GCMC, établissement qui privilégie l’enseignement des mathématiques – orienté en bonne mesure vers les domaines de l’entreprenariat et du management –, l’un de nos premiers buts était de susciter chez les élèves une reconnaissance des cultures ancestrales de leur pays. Sur la base des quelques éléments que nous connaissions de la cosmologie et des rituels de certains peuples amérindiens, nous avons persisté à dynamiser l’imaginaire qui sous-tend le corps dansant et chantant. Ainsi de la maloca, la maison communautaire du peuple amazonien des Mirañas19, dont le toit représente la voûte céleste, et dont le sol est revêtu d’une multiplicité d’espaces imbriqués et de cheminements virtuels qui retrouvent des configurations symboliques dans les chants et les danses. Chez les Kogis20, peuple indien descendant des Tayronas et habitant sur les flancs de la Sierra Nevada de Santa Marta, au Nord de la Colombie, nous avons découvert le rapport sacré qu’ils entretiennent avec les roches, telles celles du site de Duanama, sur lesquelles sont taillées les inscriptions laissées par leurs ancêtres comme une mémoire – des rituels et des modes de vie – qui doit être transmise de génération en génération. 

17Un après-midi du mois de mars 2012, à la fin de la journée, des Lucioles – une douzaine de filles et garçons – sont restées au GCMC pour une séance de travail qui a été enregistrée par Alma Arboleda. Nous avons d’abord discuté du sonajero (hochet de coquillages), un instrument qui chez les Kogis et d’autres peuples amérindiens, sert à appeler la pluie et à établir une communication avec l’invisible ; il permet surtout que les uns guident les autres dans un voyage vers l’esprit d’un animal en particulier. Dans la captation de la séance, par le sérieux de leur engagement et leur concentration, on s’est aperçu que les élèves se laissaient peu à peu emporter par leur imaginaire, donnant corps et voix aux entités serpent et jaguar, à l’étrange balancement de la salamandre ou à la sensation du vent dans les ailes d’un oiseau. Les mouvements deviennent plus clairs et dans leur désinhibition, on observe des saccades, des mouvements avec une qualité de ralenti et d’autres manières de se déplacer dans la marche. Par la suite, les instruments traditionnels dont les élèves s’emparent les aident à moduler, par leur sonorité, la gestuelle qu’ils ont déjà incorporée.

18Par ailleurs, certaines danses régionales des littoraux atlantique et pacifique et de la cordillère andine ont constitué un fil conducteur de notre projet, en raison d’une transmission familiale à travers Darío Arboleda et Ofelia Betancourt – les parents de Francisco, Alma et Juliana –, tous les deux danseurs et pédagogues du folklore colombien, connus dans les années 1960 sous le nom de Los Darof. De l’esprit de leur duo, qu’ils désignaient en termes de « stylisation », nous pensons avoir retenu un sens de la réappropriation et de la reformulation des danses folkloriques, en essayant de garder en mémoire l’actualité de ces dernières dans le passage vers une transmission aux élèves du GCMC. Dans les premières séances en 2010, cette transmission a été assurée par Ofelia elle-même, ce qui donnait au travail de Pasos al Viento une dimension intergénérationnelle évidente : il s’agissait aussi, en quelque sorte, du legs d’un héritage culturel.

19Une autre forme de transmission a été créée par l’image vidéo. Alma Arboleda indique que ce fut un privilège d’avoir pu rencontrer tous ces jeunes des deux pays et d’avoir pu les accompagner dans ce voyage de l’enfance à l’adolescence. La liberté de filmer sur une longue période a été d’une grande richesse. Il a fallu également trouver un espace où la caméra devenait invisible afin qu’ils ne perdent pas leur spontanéité et qu’ils restent concentrés. C’est l’intérêt de pouvoir se regarder à l’image : cet autre regard qu’ils pouvaient avoir sur eux, sur les autres, du groupe a permis un travail d’une autre qualité gestuelle, de mouvement, d’attitude. En tant que vidéaste, Alma avoue avoir pu grandir avec eux pendant tout ce processus de projet, de voir la vitesse de croissance de ces jeunes et de sentir la responsabilité de ce qu’elle filmait et qui allait devenir des traces d’archives (témoignages, enregistrements vocaux, photos). Chaque nouvelle captation et chaque nouveau montage ont exigé une nouvelle réflexion, ont permis un nouveau regard sur eux, sur nous, et ont nécessité divers questionnements, des approches et une écoute réciproque et bienveillante à travers le corps, l’image et le ressenti de chacun.

  • 21 OCAMPO LOPEZ Javier, Las fiestas y folklor en Colombia, Bogota, El Ancora Editores, 1985, pp. 199-2 (...)
  • 22 ABADIA MORALES Guillermo, Compendio general de folklore Colombiano, Revista Colombiana de Folklor, (...)
  • 23 JIMENEZ Ivan, « Pasos al Viento. La danse pour croiser les cultures », in FOURREAU Éric (dir.), L’é (...)

20Dans la continuité de ces deux axes de travail – l’intérêt pour le folklore et pour les cultures amérindiennes en Colombie –, les Lucioles ont dansé dans l’église Saint-Honoré d’Eylau (16e arrondissement) le 29 septembre 2014, lors de leur deuxième séjour à Paris. Elles ont dansé sur un chant du Lumbalú21, un rite funéraire afrocolombien de la communauté de San Basilio de Palenque, sur la côte caribéenne, qui a été travaillé conjointement avec un chant de Noël – un arrullo22, c’est-à-dire une berceuse – de la région afrocolombienne du littoral du Pacifique. Accompagnées de deux musiciens, elles ont aussi présenté une composition gestuelle sur la musique des Indes Galantes de Rameau. Avec le souvenir des images de la chorégraphie que Blanca Li en a faite en 2003 pour l’Opéra de Paris, que nous avions visionnée au préalable, et à partir des discussions que nous avions eues, notamment au sujet du titre « Les Sauvages », qui leur a semblé particulièrement réducteur et inapproprié, les Lucioles ont formulé leurs interrogations à ce sujet : comment représenter aujourd’hui les peuples indiens, des Amériques ou d’autres parties du monde, sans tomber dans la stigmatisation (exotisme, orientalisme) ? Pourquoi ne pas opposer à la verticalité et à la galanterie raffinée du XVIIIe siècle une autre approche corporelle qui puisse mieux rendre compte de leurs propres questions et de leur malaise ? Ce sont les interrogations de ce genre, qui relèvent des transformations du regards que nous portons sur les autres et sur nous-mêmes, qui nous amènent à confirmer la démarche interculturelle de décentrement, que le chercheur Ivan Jimenez23 a observée dans le travail de Pasos al Viento. Sur la captation de ce moment de danse à Paris, on s’aperçoit que, corporellement, il y avait d’abord quelque chose de lyrique et de joyeux, de l’ordre de l’élévation, qui allait ensuite, par contraste, vers un travail de poids du corps évoluant principalement au ras du sol.

Pratiques pédagogiques à la croisée des disciplines : ce que la danse peut faire à la physique

21L’orientation scientifique du GCMC a ouvert un champ de collaborations plutôt inattendues. Entre février et mars 2013, suite à la prise de contact prise par Francisco avec le Musée Curie à Paris, Pasos al Viento a porté l’organisation d’une série d’événements à la croisée de la danse, de la science et de l’éducation, en présence de plusieurs scientifiques de l’Institut Curie qui sont allés à Bogotá24. À ce moment-là, impossible de ne pas songer à l’image de la Fée électricité, aux particules de radium que Loïe Fuller aurait voulu incruster dans son voile et à l’histoire de la rencontre entre la danseuse et chorégraphe états-unienne et les scientifiques Pierre et Marie Curie25, rencontre que Renaud Huynh, le directeur du musée parisien, n’a pas manqué d’évoquer, et qui nous a donné envie d’orienter nos recherches dansées vers un travail avec la lumière et des voiles. L’un des moments les plus marquants de ces échanges entre danse et science a été la rencontre entre le comité de l’Institut Curie et la direction de l’Institut national de cancérologie en Colombie, que le physicien médical Didier Paul a organisée le 25 février 2013 à l’Albergue Luisito, un établissement qui héberge gratuitement des enfants sous traitement oncologique. À cette occasion, sans doute confrontés pour la première fois à un contact si proche avec la maladie et la possibilité de la mort, les Lucioles sont sorties de leur zone de confort pour partager leurs danses sur la lumière et l’ondulation avec les enfants atteints de cancer. Cette expérience entre les deux groupes a permis aux élèves du GCMC de transmettre leur vécu artistique à travers une sensibilité et un ressenti qui s’exprimaient par le toucher.

22C’est avec le physicien Hector Castro, enseignant-chercheur à l’Université nationale de Colombie, qu’une collaboration pédagogique fructueuse s’est développée à partir de 2014, grâce aux interventions qu’il faisait au GCMC pour une vingtaine d’élèves, dont les Lucioles. Le point culminant de ce travail conjoint a sans doute été la conférence internationale Science pour la Paix, que le professeur Castro a organisée avec d’autres collègues le 7 octobre 2016, à l’ Université nationale, dans le contexte du référendum sur l’accord pour la paix avec les Forces armées révolutionnaires de la Colombie (FARC). À cette occasion, qui coïncidait avec la Semaine des Sciences et le Festival Átomos por la paz au GCMC, Francisco, les Lucioles et les Kalimas ont pris part à la conférence dansée « Éducation pour la paix, éducation pour l’altérité : entre danse et sciences », avec le chercheur Ivan Jimenez.

  • 26 Sphère imaginaire englobant l'espace de proximité du corps, dont le centre correspond au centre de (...)
  • 27 GUILBERT Laure, Danser avec le IIIe Reich : les danseurs modernes et le nazisme, Bruxelles, Complex (...)

23Les interventions du professeur Castro au GCMC nous ont permis d’aborder et de mieux comprendre plusieurs concepts du domaine de la physique : champs magnétiques, espaces de phase, entropie, chaos, collisions de particules, attracteurs étranges, diffraction dans la lumière à travers le cristal, entre autres. Le 14 juin 2014, dans une séance entre danse et physique, il a fait une introduction à l’étude de la cristallographie, nous expliquant qu’à une échelle microscopique, il existe dans le cristal un mouvement subatomique qui perdure un certain temps en faisant croître sa matière, résonant uniquement dans ses bordures. À cet égard, nous nous sommes permis de faire un rapprochement avec la pensée du danseur-chorégraphe et théoricien Rudolf Laban, dont la kinésphère26 ressemble, selon l’historienne Laure Guilbert, à un polyèdre régulier. Laban, qui voyait la nature comme « un immense espace de danse », considérait que « les minéraux, les plantes, les animaux [étaient] régis de façon identique par les lois spatiales de la cristallographie27 ». La notion de résonance interne et d’autres propriétés optiques des cristaux, telles la transparence, l’opacité, la réflexion et la réfraction, nous ont fait songer à une autre forme de mémoire ou de trace laissée par les flocons de neige, les grains de sel ou les pierres précieuses. Ce type d’associations a été pour nous le point de départ pour créer des propositions dansées dans les ateliers.

24La quatrième fois que le professeur Castro est venu à l’établissement (le 22 octobre 2016), nous disposions de l’une des salles de classe les plus grandes. Il évoque un sujet choisi par les élèves : les champs magnétiques. La plupart d’entre eux savent qu’il est question d’électromagnétisme, de champs vectoriels, de forces qui agissent comme des aimants (attraction ou répulsion), de charges électriques orientées dans une certaine direction. Après un début proprioceptif, de mise en état de danse, c’est lui, le professeur de physique, qui souhaite développer une proposition gestuelle. Il demande aux élèves de s’organiser en trois files orientées différemment, chacun gardant une distance de cinquante centimètres avec la personne de devant. Les trois élèves qui sont en tête de file commencent par proposer un mouvement latéral ou sagittal du torse, en allant et en revenant dans l’axe. Les autres suivent le geste comme par un effet domino. Tout le monde continue de proposer des mouvements du torse, en ayant la possibilité de pivoter d’un quart de tour à chaque fois ; ils captent alors le mouvement de la personne qui est à côté, qu’ils peuvent décider de suivre ou non. Ensuite Francisco prend le relais d’Hector et décide de dynamiser cette configuration avec des déplacements dans l’espace et des arrêts qui varient dans leurs formes : chacun continue de s’approprier le geste de l’autre en se plaçant à côté, derrière ou en face de celui ou de celle que l’on choisit comme point de repère. Au fur et à mesure que le tempo s'accélère, une variété d’appuis commence à émerger. À la fin de l’exercice, nous échangeons sur ce qui s’est passé entre chaque arrêt, de leurs ressentis, de la proposition gestuelle en lien avec la notion de champ magnétique et son évolution. Enfin, nous invitons Hector à rejoindre le groupe pour une marche dans l’espace. Durant ce déplacement et après quelques variations rythmiques visant à l’unisson, Francisco leur demande de suivre quelqu’un de leur choix et de se placer très près derrière cette personne. De manière spontanée, un cercle réduit se forme dans lequel ils continuent de se déplacer. Soudain, entre rires et bousculades, Hector s’arrête pour s’exclamer : « mais c’est un espace de phase ! ». Il faisait référence à une sorte d’espace abstrait décrit par des coordonnées, des variables et des trajectoires dynamiques dans un système. C’était sa façon de nommer, avec la terminologie de la physique, le passage de l’aléatoire dans la marche à la configuration du cercle. À ce moment précis, la définition scientifique du concept nous était inconnue, mais l’important pour nous était que l’enseignant-chercheur en physique ait pu faire ce rapprochement avec la constitution progressive du cercle, et que nous ayons pu comprendre le concept d’espace de phase autrement, c’est-à-dire l’approcher corporellement, par le ressenti.

Un tracé qui se prolonge

25Quelques mois après la Semaine des Sciences et la conférence dansée à l’Université nationale de Colombie, à la fin de l’année 2016, les Lucioles devaient présenter un bref mémoire en binôme pour l’obtention de leur baccalauréat. Le titre du mémoire réalisé par Natalia Torres et Oscar Wilches à partir d’ateliers menés auprès des élèves du primaire du GCMC, en dit long sur le bilan positif qu’ils ont tiré de leur expérience dans Tracés de Lucioles : « La danse contemporaine comme espace ludique et de formation pour surpasser la timidité ». Au début de l’année 2017, le souhait était tellement fort de donner une suite au projet de danse, que trois Lucioles – Natalia Torres, Angie Lorena Herrera et Brayan Pulido – sont venues à Paris pendant deux mois et demi (du 8 janvier au 17 mars), pour suivre un programme d’activités formatives et de performances. C’est, une fois de plus, grâce à la multiplicité des collaborations et partenariats de Pasos al Viento que ce riche programme a pu se concrétiser. En parallèle des cours de français à l’Alliance française, les trois Lucioles ont suivi les cours de danse de Marina Rocco au CN D et ils sont intervenues dans la classe d’application d’adultes amateurs de cette dernière, consistant à mener une initiation aux rythmes, aux pas, aux figures spatiales et à l’univers sonore (chants, onomatopées) de quelques danses folkloriques colombiennes, dont la cumbia, la guaneña y vueltas Antioqueñas. Par ailleurs, Natalia, Angie et Brayan ont participé à quelques rencontres dansées (environ trois) avec le groupe de personnes en situation de handicap de l’association La Possible Échappée – par une initiative de sa présidente, Anne-Marie Sandrini –, et avec un groupe de jeunes de l’Institut médico-éducatif Romand Rolland, à Aubervilliers, présentant une déficience intellectuelle, avec ou sans troubles de la personnalité. Âgés de dix à quinze ans, ils étaient accompagnés d’un psychomotricien – Antoine Clairon – et d’une enseignante spécialisée – Claire Lewis.

26Comme à d’autres moments du déroulement de Tracés de Lucioles, l’écriture de ce témoignage a été une occasion d'entendre les anciens élèves qui ont participé au projet. À présent engagés dans des études universitaires ou dans une carrière, quelques Lucioles ont accepté de nous parler de l’apport des ateliers de danse – entre cultures ancestrales et gestes contemporains, entre arts et sciences – dans leurs propres cheminements. Pour Santiago Penagos, actuellement diplômé en production scénique et visuelle pour les arts du spectacle, les ateliers ont été l’opportunité de « grandir » par la découverte de sa voie professionnelle :

  • 28 Échanges vocaux par whatsapp en octobre 2021.

« Dès que j’ai intégré ce projet à l’âge de onze ans, je me suis rendu compte que ce n’était pas une activité ludique ; j’avais le pressentiment qu’il s’agissait de quelque chose de plus important. [...] Ce projet nous a aidés à essayer de savoir quel chemin nous pouvions prendre […]. Donc, [ce n’était] pas simplement danser pour danser, mais pour grandir28. »

27Angie Lorena Herrera, qui fait des études en psychologie, insiste à la fois sur la « passion » qu’elle a gardée pour la pratique de la danse et sur une ouverture d’horizons pour son futur métier :

  • 29 Échanges vocaux par whatsapp en octobre 2021.

« Je me suis rendu compte, il y a peu de temps, que la motivation que j’ai eue pour aller au bout de mes études universitaires prend appui sur la danse. [...]. Le souvenir que je garde de ce projet est en total accord avec mon développement personnel et avec tout ce qu’il m’a permis de sonder en moi-même […]. Ce qui me reste encore en moi, c’est le fait d’avoir pu m’approprier la danse ; elle faisait alors entièrement partie de ma vie, et à travers elle, je me suis rendu compte que [plein de] choses étaient possibles29. »

28Aujourd’hui, elle prend la mesure de l’importance des situations qu’elle a pu vivre – moments avec les personnes en situation de handicap, jeunes adolescents avec troubles psychologiques et psychopathologiques et enfants en lutte contre le cancer – en mettant en relief le lien entre pratique artistique et sensibilité humaine. Ses propos nous indiquent que la pratique de la danse dans des contextes si divers – associations spécialisées, instituts médico-pédagogiques – constitue un point d’appui pour aller vers ceux et celles qui ont besoin d’aide et peut-être les aider à surmonter au mieux leurs difficultés.

29La pandémie que nous vivons depuis deux ans a suspendu les prolongements du projet. Cependant, en ce moment de reprise, malgré les conditions très complexes – imprévus pour voyager, distanciation sociale, port du masque, entre autres –, les artistes-pédagogues gardent leur motivation et souhaitent poursuivre le travail pour les nouvelles générations, en prenant acte des enjeux de notre temps : comment continuer le travail conjoint entre danse et science, tradition et contemporain, avec les jeunes d’aujourd’hui qui sont en permanence confrontés aux réseaux virtuels, avec le risque d’un appauvrissement de leur vécu corporel ? Comment trouver les moyens de les « déconnecter » un moment de leur quotidien technologique qui rétrécit le monde, pour susciter une expérience plus intime de notre être ?

Pour conclure

30Au sein du projet Tracés de Lucioles, la proposition d’un dialogue entre plusieurs domaines qui ne sont pas d’emblée reliés – danse, physique, enseignement scolaire, cultures ancestrales et traditions folkloriques – ne s’est pas faite sans obstacles, car, dans le milieu scolaire où nous avons mené les ateliers – principalement au GCMC – la danse continue généralement d’être considérée comme un passe-temps et n’est pas encore reconnue comme un véritable outil de formation pour l’enfant et l’adolescent. Nous pouvons malgré tout constater qu'au sein de leurs institutions respectives, certains enseignants et scientifiques associés à notre projet sont désormais plus ouverts pour créer des espaces pédagogiques plus hybrides entres les disciplines scolaires et l’art en général. C’est surtout chez les élèves qui ont participé à notre projet que nous avons observé un parcours de formation et une ouverture émotionnelle progressive : par l’intermédiaire de leurs corps et des gestes dansés, ils et elles ont réussi à faire émerger une pensée propre et un désir de connaissance. Au début, nous avons été confrontés à de nombreux a priori chez les élèves colombiens – sur la danse en général ou sur les cultures indigènes et le folklore –, mais tout au long des sept années de l’expérience, nous avons pu les voir grandir, acquérir une maturité et développer une réflexion par la richesse de leur vécu : les rencontres avec les collégiens parisiens, la collaboration et le travail de transmission auprès de groupes en situation de handicap physique et psychique, ou avec les enfants atteints de cancer, ce qui a parfois entraîné un bouleversement émotif qui s’est avéré positif sur le long terme. Qu’ont gardé ces jeunes élèves de cette diversité d’expériences ? Pendant longtemps, cette question est restée sans réponses précises, car ce que nous percevions initialement, c’était plutôt une motivation fondée sur la possibilité de voyager à Paris. Cependant, de manière quelque peu inattendue, par le contact avec leurs camarades danseurs ici et là-bas, certains se sont découverts autrement au sein même des ateliers. Le lien que nous avons pu garder avec eux nous montre que quelque chose de cette expérience les a probablement marqués. Dans leurs témoignages, nous avons été sensibles aux moyens qu’ils ont trouvés pour garder la pratique de la danse dans leurs vies personnelles, ou pour la combiner avec leurs filières universitaires, et ainsi envisager de futures articulations professionnelles (danse et orthophonie, psychologie, production scénique). Ce prolongement de notre projet témoigne de notre intention d’approcher la danse comme un outil pour éveiller diverses vocations et pour permettre aux élèves d’acquérir un esprit d’autonomie et d’initiative, et une qualité d’écoute de soi-même et des autres.

Haut de page

Bibliographie

ABADIA MORALES Guillermo, «Compendio general de folklore Colombiano», Revista Colombiana de Folklor, Bogota, Instituto Colombiano de cultura y antropología, n° 1, 1970.

BONJOUR Marcelle, Restaurer le lieu d’un autre langage, Caen, colloque FNAREN, mai 2000.

BONJOUR Marcelle, « Traversées de danse à l’école », Revue Marsyas, « Hors-série 7, décembre 1997, pp. 395-405.

DEWEY John, Démocratie et éducation. Suivi de Expérience et éducation, Paris, Armand Colin, 2011.

DIDI-HUBERMAN Georges, Survivance des lucioles, Paris, Les Éditions de Minuit, « Paradoxe », 2009.

FREINET Célestin, La méthode naturelle. L’apprentissage de l’écriture, Verviers, Marabout service éducation, 1975.

FREIRE Paulo, Pédagogie de l’autonomie, Toulouse, Érès, « Éducation formation poche », 2006.

GUILBERT Laure, Danser avec le IIIe Reich : les danseurs modernes et le nazisme, Bruxelles, Complexe, 2000.

GUYOT Mireille, « La maison des indiens Bora et Miraña », Journal de la société des américanistes, n° 61, 1972, pp. 141-176.

JIMENEZ Ivan, « Pasos al Viento. La danse pour croiser les cultures », in FOURREAU Éric (dir.), L’éducation artistique dans le monde. Récits et enjeux, Toulouse, Éditions de l’Attribut, 2018, pp. 120-125.

JULIEN Éric, CRUZ Gentil, Kogis. Le réveil d’une civilisation pré-colombienne, Paris, Albin Michel, « Clés », 2004.

OCAMPO LOPEZ Javier, Las fiestas y folkor en Colombia, Bogota, El Ancora Editores, 1985.

OCAMPO LOPEZ Javier, Música y folklor de Colombia, Bogota, Plaza & Janés, 1976.

RANCIÈRE Jacques, Le maître ignorant, Paris, 10/18, 2004.

ROBINSON Jacqueline, Danse, chemin d’éducation, Pour une pédagogie de l’être, Paris, Auto-édité, 1993.

VIVEIROS DE CASTRO Eduardo, Le regard du jaguar, Bordeaux, Éditions La Tempête, 2021.

Haut de page

Notes

1 Le projet Tracés de Lucioles a pris forme en 2005 à la fin du Module méthodologique, ateliers de pratique artistique en milieu scolaire suivi par Francisco Arboleda au CN D de Pantin.

2 DIDI-HUBERMAN Georges, Survivance des lucioles, Paris, Les Éditions de Minuit, « Paradoxe », 2009, p. 134.

3 Diplômé d’État en danse contemporaine et jazz, expériences professionnelles en danses traditionnelles d’Amérique du Sud, personne-ressource pour la mise en place de la danse à l’école.

4 Ancienne danseuse du Moulin Rouge, diplômée d’État en danse classique, responsable principale de toute la gestion du projet.

5 Site de Pasos al Viento, [en ligne], https://www.pasosalviento.com, site consulté le 22 novembre 2022.

6 Dans la terminologie colombienne, cela correspond aux échelons (estratos) 2 et 3, l’échelon 6 étant celui des classes les plus aisées.

7 Commencées en 2012, les négociations pour la paix entre le gouvernement du président Juan Manuel Santos et la guérilla des FARC avaient pour but de mettre fin à un conflit armé qui a duré plus de cinq décennies. Rejeté lors du référendum du 2 octobre 2016, la version finale de l’accord finit par être signée le 12 novembre 2016.

8 Unité mixte de service entre le CNRS et l’Institut Curie. Cf. https://www.amcsti.fr/fr/membres/musee-curie/.

9 Ancien directeur de l’école rattachée au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives. Sur son initiative, Pasos al Viento a reçu un titre Honoris Causa de la part de l’Académie des arts, lettres et sciences de Languedoc, en présence de Monsieur l’ambassadeur de Colombie Federico Renjifo, le 3 décembre 2013.

10 RANCIÈRE Jacques, Le maître ignorant, Paris, 10/18, 2004.

11 DEWEY John, Démocratie et éducation suivi d’Expérience éducation, Paris, Armand Colin, 2011, p. 467.

12 FREINET Célestin, La méthode naturelle. L’apprentissage de l’écriture, Belgique, Marabout service éducation, 1975, p. 6.

13 FREIRE Paulo, Pédagogie de l’autonomie, France, Érès, « Éducation formation poche », 2006, p. 112.

14 ROBINSON Jacqueline, Danse chemin d’éducation, Auto-édité, 1993, Paris, p. 18.

15 Ibid., p. 10.

16 BONJOUR Marcelle, Restaurer le lieu d’un autre langage, Caen, colloque FNAREN, mai 2000.

17 FABBRI Véronique, conférence donnée au CND le 6 juillet 2010 dans le cadre du stage « Rythme du corps » dirigé par Françoise Dupuy.

18 VIVEIROS DE CASTRO Eduardo, Le regard du jaguar, Bordeaux, Éditions La Tempête, 2021.

19 GUYOT Mireille, « La maison des indiens Bora et Miraña », Journal de la société des américanistes, n° 61, 1972, pp. 141-176.

20 JULIEN Éric, CRUZ Gentil, Kogis. Le réveil d’une civilisation pré-colombienne, Paris, Albin Michel, « Clés », 2004.

21 OCAMPO LOPEZ Javier, Las fiestas y folklor en Colombia, Bogota, El Ancora Editores, 1985, pp. 199-201.

22 ABADIA MORALES Guillermo, Compendio general de folklore Colombiano, Revista Colombiana de Folklor, n° 1, Bogota, Instituto Colombiano de cultura y antropología, 1970, pp. 118-119.

23 JIMENEZ Ivan, « Pasos al Viento. La danse pour croiser les cultures », in FOURREAU Éric (dir.), L’éducation artistique dans le monde. Récits et enjeux, Toulouse, Éditions de l’Attribut, 2018, pp. 120-125.Voir l’ouvrage cité par ce dernier, MEUNIER Olivier (dir.), Cultures, éducation, identité. Recompositions socioculturelles, transculturalité et interculturalité, Arras, Artois Presses Université, 2015.

24 En plus du directeur du musée, Renaud Huynh, ont participé à ces événements le cancérologue-radiothérapeute Pierre Bey, directeur de l’Institut Curie, et plusieurs membres de la famille de la célèbre scientifique dont l’établissement porte le nom : ses deux petits-enfants, la physicienne Hélène Langevin-Joliot et le biologiste Pierre Joliot-Curie, ainsi que l’épouse de ce dernier, la biologiste Anne Joliot.

25 Site du Musée Curie, [en ligne], https://musee.curie.fr/decouvrir/documentation/loie-fuller, page consultée le 22 novembre 2022.

26 Sphère imaginaire englobant l'espace de proximité du corps, dont le centre correspond au centre de gravité de celui-ci, formée par tous les points de l'espace que peuvent atteindre les extrémités du corps sans déplacement et dont la forme s'inspire de celle d’un icosaèdre.

27 GUILBERT Laure, Danser avec le IIIe Reich : les danseurs modernes et le nazisme, Bruxelles, Complexe, 2000, p. 34.

28 Échanges vocaux par whatsapp en octobre 2021.

29 Échanges vocaux par whatsapp en octobre 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francisco Arboleda, Fiona Notaras et Brigitte Hyon, « Résonance d’un projet de danse entre la France et la Colombie comme passerelle entre les cultures »Recherches en danse [En ligne], 11 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/danse/5472 ; DOI : https://doi.org/10.4000/danse.5472

Haut de page

Auteurs

Francisco Arboleda

Interprète de danses traditionnelles sud-américaines, Francisco Arboleda est titulaire du diplôme d'État en danse jazz et contemporaine. En France, personne-ressource pour la mise en œuvre de la danse à l’école en relation avec les autres arts (formation interministérielle), il participe également aux jurys pour les diplômes d’État. Il intervient en tant qu’artiste chorégraphique et enseignant dans le cadre de la Formation diplômante au Centre national de la danse de Pantin (CN D) et aux Rencontres internationales de danse contemporaine (RIDC). Il conduit également des projets d’éducation artistique et culturelle avec le CN D et avec le Centre chorégraphique national de Roubaix. Co-fondateur de l'association Pasos al Viento, il est le concepteur/coordinateur et le chorégraphe du projet Tracés de Lucioles 2010-2017 entre la France et la Colombie. 

Fiona Notaras

De formation classique (formée au conservatoire de Versailles ainsi que par son maitre Anne Marie Sandrini, ancienne danseuse de l’Opéra de Paris), danseuse au Moulin Rouge pendant plus de dix-sept ans (danseuse et capitaine), diplômée d’État en danse classique au CN D, Fiona est la co-fondatrice de l’association Pasos al Viento, a collaboré à la création du projet « Tracés de Lucioles » avec Francisco Arboleda, ainsi qu’à la transmission pédagogique et artistique pour les différents groupes du projet.

Brigitte Hyon

C’est en tant que danseuse et chorégraphe que Brigitte Hyon a fait partie des Ballets modernes de Paris dirigés par Françoise et Dominique Dupuy. Elle a créé la compagnie de danse « Libre Parcours » en 1982. Personne-ressource pour la danse à l’école, elle a dirigé de nombreux projets de danse à l’école et danse au collège. Directrice artistique et pédagogique des Rencontres internationales de danse contemporaine (RIDC) de Paris de 1986 à 2009 puis directrice du département Formation et pédagogie/éducation artistique et culturelle du Centre national de la danse (CN D) de Pantin de 2009 à 2016. Depuis 2017, elle continue à collaborer en France et en Colombie à des projets de Formations de formateurs tant pour l’éducation artistique et culturelle, que pour le diplôme d’État de professeur de danse.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search