Navigation – Plan du site

AccueilNuméros11Pratiques et réflexivitésLes classes danse : fécondité et ...

Pratiques et réflexivités

Les classes danse : fécondité et devenir d’un programme interdisciplinaire de danse au collège

Laura Soudy-Quazuguel et Patrick Germain-Thomas

Résumés

L’entretien est conduit avec une professeure de français qui met en œuvre des projets chorégraphiques avec des élèves de collège depuis 2009. Après l’obtention d’un doctorat en littérature (sur le thème « Danse et Littérature »), cette enseignante commence sa carrière en 2009 au collège Romain Rolland à Clichy-sous-Bois, classé dans le domaine de l’éducation prioritaire (REP). Elle initie d’emblée des projets chorégraphiques en partenariat avec le Centre national de la danse (CND) et le département de la Seine-Saint-Denis. Le projet est reconduit tous les ans entre 2009 et 2018 au collège Romain Rolland, puis, à partir de 2018 au collège La Neustrie à Bouguenais, en Loire-Atlantique. Il associe différents enseignements, non seulement le cours de français, mais aussi les arts plastiques, la musique, l’EPS, et parfois l’histoire. Il comprend l’intervention d’artistes chorégraphiques (ateliers et rencontres), des sorties au spectacle et des présentations publiques.

Haut de page

Texte intégral

Patrick Germain-Thomas : Pourrais-tu résumer brièvement ton propre parcours professionnel et ce qui t’a amenée à souhaiter mettre en œuvre des projets chorégraphiques à l’école ?

Laura Soudy-Quazuguel : C’est tout simplement le besoin de faire coexister deux passions, celle pour la littérature et celle pour la danse, que je pratique depuis toute petite. Au tout début de ma carrière, en 2009-2010 au Collège Romain Rolland à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), j’avais une classe de 3ème avec laquelle cela fonctionnait vraiment bien et j’ai voulu les ouvrir à autre chose par le langage de la danse. C’était l’année de la disparition de Pina Bausch, j’ai souhaité leur faire découvrir le travail de cette chorégraphe et, en parallèle, on a commencé à faire des ateliers de pratique pendant la pause méridienne. Avant cela, j’avais proposé à mes collègues d’arts plastiques et de musique de collaborer à ce projet : j’ai partagé des idées et des envies et j’ai eu la chance d’avoir des collègues réceptifs. Cela a démarré ainsi, c’est vraiment une rencontre et une envie de partager qui coïncidaient avec le début de mon doctorat sur les liens entre littérature et danse contemporaine. Ce projet a continué durant toute la période où j’ai été en poste dans ce collège, c’est-à-dire pendant près de dix ans.

Patrick Germain-Thomas : Peux-tu parler de la construction et de la mise en place de ce projet ? Quelle est sa structure ? Peux-tu en détailler les étapes et les différentes facettes ?

Laura Soudy-Quazuguel : J’avais participé cette même année à un stage « ouverture culturelle » du plan académique de formation à destination des enseignants qui se déroulait au Centre national de la danse. À l’issue de celui-ci, je suis allée voir la principale du collège pour lui demander son soutien pour la création d’une classe de 3e avec un projet interdisciplinaire en lien avec la danse ; ce qu’elle a fait. Parmi les propositions du Centre national de la danse, il y avait la possibilité d’une semaine d’immersion dans leurs locaux. Cela m’a paru une évidence pour ces jeunes qui quittaient très peu, voire pas du tout, Clichy-sous-Bois. Ils ont donc troqué leur sac de classe contre un sac de danse. Il y avait aussi l’idée que le projet danse se prolonge avec des temps d’ateliers sur toute l’année scolaire ; cette semaine de stage en était le temps fort en raison de sa dimension immersive.

Patrick Germain-Thomas : Peux-tu décrire un ou deux exemples de « classes danse » particulièrement marquantes ?

Laura Soudy-Quazuguel : Il y a eu par exemple le projet avec Dominique Dupuy autour de sa pièce Acte sans paroles I, d’après le texte du même titre de Samuel Beckett. C’est un projet où l’œuvre chorégraphique se mêle à l’œuvre littéraire. J’avais construit tout un cours qui nourrissait le projet, qui permettait de découvrir Beckett, son écriture, de comprendre en quoi celle-ci était à proprement parler chorégraphique et quel était ce lien particulier de Beckett avec la danse. C’était une année extraordinaire où la danse était inscrite dans les emplois du temps des élèves, une fois par semaine, en demi-groupes. J’avais vu la pièce Acte sans parole 1 et travaillé avec Dominique Dupuy et son assistant Wu Zheng pour préparer le premier atelier au collège et cette grande semaine d’immersion au Centre national de la danse. On a notamment collaboré avec le collègue professeur de musique pour un travail sur le rythme, toujours en relation avec l’écriture et l’univers de Beckett. Les élèves ont vu Acte sans paroles I, ils ont été spectateurs de cette pièce après tout ce chemin et la réception qu’ils ont eue de cette pièce, chargée du chemin réalisé avec l’artiste, a été très forte.

Patrick Germain-Thomas : Pourrais-tu donner un autre exemple ?

Laura Soudy-Quazuguel : L’année dernière (2020-2021), au Collège la Neustrie à Bouguenais (Loire-Atlantique), je suis partie d’une thématique – sauter et jouer avec la gravité – en m’inspirant de photographies réalisées par Philippe Halsman, aux États-Unis dans les années 1950. J’ai travaillé à la fois sur le saut, l’humour, le rapport à soi, l’autodérision et sur cette théorie du photographe qui dit que, dans un saut, on lâche quelque chose, on laisse paraître quelque chose de soi qu’on ne maîtrise pas forcément. J’ai appliqué cette idée dans le cadre d’une séquence sur l’écriture de soi, un travail sur l’autoportrait. Les collègues enseignantes en physique et en mathématiques ont pris le relai à travers les notions de gravité, de poids, la collègue d’histoire a travaillé sur le saut dans le temps, les collègues d’anglais et d’EPS sur le double dutch (sport de saut à la corde). Cette thématique s’est déployée dans le cadre d’un partenariat avec Vincent Blanc, artiste et responsable pédagogique du Centre Chorégraphique National de Nantes, dirigé par la chorégraphe Ambra Senatore. Vincent Blanc a notamment transmis des matières du travail d’Ambra Senatore sur les gestes du quotidien, son attachement aux détails. Dans le cadre d’une séquence intitulée « Regards poétiques sur le monde », les élèves ont écrit des poèmes à partir d’objets surréalistes qui les amenaient à voir différemment les objets du quotidien. Ces productions écrites sont devenues un matériau de composition chorégraphique, l’enjeu étant que les élèves composent eux-mêmes. Il ne s’agit pas de transmettre une danse mais de donner aux élèves une multitude d’ingrédients pour composer des mouvements qui peuvent devenir de la danse, en fonction de ce qu’on a travaillé dans ce projet interdisciplinaire.

En littérature, de façon métaphorique, ce projet a débouché sur un dossier que j’ai appelé « sauter en soi ». On avait étudié un extrait de la Promesse de l’aube de Romain Gary et ils ont écrit un texte à la manière de Romain Gary sur un événement de leur propre vie qui amenait à l’autodérision et donc à un regard distancié. Sauter et jouer avec la gravité c’était cela : porter un regard différent sur un évènement passé, « sauter en soi » pour voir autrement une situation vécue, et décrire cette expérience avec une forme d’humour et de décalage. C’est la raison pour laquelle j’aime faire ces projets en classe de 3ème, le programme de français donne une place à l’écriture de soi et j’aime particulièrement articuler le projet danse avec cette thématique-là. C’est une dimension introspective dans laquelle la classe danse vient nourrir une réflexion sur soi ; ensuite je leur demande de créer un dossier ou plutôt un support de leur invention qui parle d’eux et intègre les différents textes qu’ils ont dû rédiger au cours de cette séquence. Pour finir, il y a un passage à l’oral mais qui devient une forme de partage car les élèves vont se découvrir les uns les autres à travers cette matière qui est à cheval entre le projet danse et le cours de français. Le projet danse est construit dans un fin tressage avec le programme de français.

Patrick Germain-Thomas : Alors, si l’on reprend ces classes danse, qu’on-t-elles apporté selon toi, aux élèves, à toi-même, et éventuellement, aux danseurs ?

Laura Soudy-Quazuguel : Il y a déjà une chose très simple, c’est une question de regard. Le fait de sortir de la classe, de faire parler son corps, y compris avec ses enseignants, cela crée un déplacement physique mais aussi un déplacement dans la façon de voir l’autre. Pour les enseignants comme pour les élèves, se voir en train de danser, se voir quitter ses chaussures, tout cela modifie le cadre des relations humaines. On n’est plus seulement élève ou professeur, on est des individus en train de créer autre chose, ensemble. La notion de liberté revient beaucoup dans la bouche des élèves à ce propos car en leur demandant de créer on les pousse à la responsabilité et l’autonomie ; c’est une ouverture de possibles. On change de regard parce qu’on change d’espace, on voit l’autre autrement, on est dans la découverte d’une vulnérabilité, d’un corps qui se déploie de façon complètement différente. Pour mentionner un exemple très précis, à Clichy-sous-Bois, il y avait un élève prénommé Neddim qui était vraiment en difficulté, à la fois sur le plan scolaire et dans son rapport aux autres. C’était difficile car il était souvent malmené, mais quand on a commencé les ateliers danse, tout le monde a vu que cet élève-là avait une présence et une grâce incroyables. C’était éblouissant, et si cela m’a ravie en tant qu’enseignante, cela a surtout modifié le regard des autres sur cet élève mal intégré, en échec scolaire. Tout à coup il y a eu de l’admiration, les autres se sont mis à le soutenir et l’évolution des regards portés sur lui l’a transformé, ainsi que l’image qu’il avait de lui-même. Cela lui a donné une vraie place au sein du groupe.

L’artiste associée était Sylvie Berthomé, et elle avait donné une consigne d’improvisation qui consistait à entrer en mouvement en imaginant des gestes du quotidien réalisés sans les objets nécessaires. Par exemple, elle leur avait demandé d’imaginer qu’ils jouaient au basket, mais sans le ballon. C’est ce que j’aime chez les artistes, cette capacité à mettre en mouvement sans en donner l’impression, cette façon subtile de mettre en jeu le corps de façon très simple et très libre, sans présupposés sur ce que devrait être la danse.

Patrick Germain-Thomas : Donc, la première chose c’est une modification du regard. Peux-tu mettre en avant d’autres apports ?

Laura Soudy-Quazuguel : Il y a la notion de collectif, cela fait travailler les élèves en groupe, cela fait coopérer les enseignants dans le cas de projets interdisciplinaires. Cette coopération se démultiplie et entraîne des progrès dans la connaissance de l’autre. C’est lié aussi aux valeurs de la laïcité. Très concrètement on rencontre l’autre dans un esprit de mixité, de laïcité, c’est une expérience concrète de ces valeurs de la république omniprésentes dans les discours politiques. Il s’agit de faire place à tous en acceptant les différences, notamment entre les filles et les garçons, c’est aussi ça l’intérêt. La notion de liberté est aussi très forte, la liberté d’expression, mais dans le respect de la liberté d’expression de l’autre. Lorsqu’on se trouve en situation de spectateur, ce qui est fréquemment le cas dans les ateliers, on apprend à regarder le travail de l’autre, à s’en nourrir. Il faut chercher à construire un cadre de confiance qui fait que chacun osera aussi être vu par les autres avec son propre corps, son état du jour, ses pensées. Cela renvoie aussi à la notion de fraternité, le collectif qui se crée autour du projet danse est très fort parce que, pour reprendre les mots d’une élève : « au moment où on danse, on a besoin les uns des autres, on a besoin de se faire confiance donc, même si on n’est pas d’accord ou qu’on ne s’apprécie pas dans le fond, on va travailler ensemble parce qu’on doit produire quelque chose collectivement. »

Dans un projet danse, c’est la question du corps qui est au centre. Pour les enseignants comme pour les élèves, il y a trop peu de place dans l’école aujourd’hui pour le corps, on n’est pas suffisamment à l’écoute de ce corps. Dans ce contexte, la danse est un moyen d’expression qui, contrairement au théâtre, ne nécessite pas forcément de passer par le langage verbal. Dans des établissements plus sensibles, où la parole manque, les mots peinent à venir, et on ne trouve pas forcément les bons. Pour moi la danse est une modalité d’expression qui offre la possibilité d’un détour, quitte à revenir aux mots par la suite. Par exemple, on peut travailler sur un poème sans s’obstiner à chercher un sens, on peut aborder le poème à travers le rythme, les répercussions de l’imaginaire dans le corps, pour ensuite reconsidérer l’objet poétique autrement, chargés de cette expérience corporelle. De surcroît, je défends vraiment l’idée que la notion de bien-être au collège passe par un corps qui va bien. Dans les ateliers que je mène moi-même, très souvent on s’allonge. On s’allonge au début, on dépose son corps, on ressent, on est à l’écoute, on va même être en contact les uns avec les autres. Et j’ai vraiment entendu les élèves dire que « ça fait du bien ». Je l’entends souvent et cette notion de bien-être dans ces lieux scolaires où on pense beaucoup à la performance intellectuelle est importante. Le raisonnement intellectuel peut aussi se développer dans un climat de bien-être et dans une écoute de soi et de son corps.

La préparation et la mise en œuvre de chaque atelier fait, il me semble, aussi place à l’intuitif, cela provient de tout ce que j’ai traversé dans ma pratique de la danse. Au début de l’atelier, les élèves sont tous allongés sur des tapis – c’est vrai que c’est encore mieux quand nous pouvons être en demi-groupes – et, à l’opposé de ce qu’on m’a appris moi dans mes années de stage, je vais chercher un contact physique avec les élèves. Cela passe par les chevilles et les pieds, je vais toucher chaque cheville et vérifier qu’il y a une détente au niveau des articulations. C’est comme ça que je le vis, j’estime qu’on a le droit d’être dans un toucher avec les élèves à cet endroit-là. Ce n’est pas un toucher problématique car on est dans une communication qui fait déjà partie de la danse. On sort ainsi du bruit, de l’agitation et éventuellement de la violence de certains rapports physiques. J’ai entendu des collègues me dire qu’après les ateliers du vendredi matin les élèves étaient vraiment différents.

Patrick Germain-Thomas : En s’appuyant sur toutes ces explications et analyses, pourrais-tu parler des difficultés que tu as pu rencontrer sur ton parcours pour construire et mettre en œuvre ces classes danse ?

Laura Soudy-Quazuguel : Naturellement, on rencontre parfois des difficultés au sein des classes, des conflits entre élèves peuvent se produire. Nous passons ensemble des moments de forte intensité en studio, des heures voire des journées entières, des conflits peuvent naître. Ce n’est pas très agréable à gérer mais je dois faire preuve de créativité pour les désamorcer, les postures d’élève et d’enseignant étant modifiées dans le contexte de l’atelier. J’ai remarqué que c’est justement du corps lui-même que naît la solution, parfois c’est le corps qui arrive à réparer. C’est arrivé une fois dans une classe où est apparu un conflit plus ou moins religieux au sujet d’une croix qui n’était pas cachée. On a pris un temps pour poser les choses, les verbaliser. D’où cela venait-il ? Qu’est-ce qui s’était passé ? Après j’ai rappelé ce qu’on était en train de vivre, qu’on avait la chance de faire un projet au Centre national de la danse. J’ai insisté sur le caractère inédit de cette expérience qu’on était en train de vivre. On a fini par reconnecter les corps grâce à la danse pour retrouver la force de ce collectif. En effet, ce n’est souvent qu’après, à la fin de l’année scolaire ou plus tard, que les élèves comprennent et réalisent ce qu’ils ont vécu. Donc, pendant la période de réalisation des projets, c’est important de rappeler ce que la situation a de particulier, tout le collectif qu’on a mis en jeu depuis le début avec les élèves et avec les collègues. On peut s’appuyer sur cette dynamique collective pour à la fois reconnaître la possibilité d’éventuels conflits et trouver la façon de les résoudre.

Au démarrage du projet il est important de gagner la confiance des élèves, d’amener certains élèves à dépasser d’éventuels préjugés ou des peurs, à faire confiance et à oser s’engager, car ils n’ont pas forcément choisi d’y participer. Pendant un certain temps à Clichy-sous-Bois, on intégrait dans la classe danse une moitié d’élèves qui avaient demandé à participer à ce projet – cela permet de s’assurer d’une motivation, d’une dynamique – mais on a pu constater que l’aventure opère également avec des classes où les élèves ne l’ont pas choisi. C’est avant tout une question de préparation mais, à un moment, il faut que les élèves s’approprient la démarche, c’est quand cela devient vraiment leur projet que cela fonctionne.

La question des représentations et des idées préconçues sur la danse est plus compliquée. Ce ne sont pas seulement des préjugés, c’est souvent plus une forme de mise à distance que les élèves se formuleraient en ces termes : « je ne danse pas, la danse n’est pas pour moi, elle ne me concerne pas ». Tout de suite j’essaye de les tranquilliser et modifier ces attitudes en leur disant : « il ne s’agira pas de danser en imitant des modèles mais de trouver votre propre danse en partant de ce que vous êtes ! ». Comme le dit Dominique Dupuy, il s’agit de chercher le danseur en soi. En réalité, je pense que le vrai frein c’est la peur de se montrer, de se donner à voir. Ce n’est pas qu’une question de genre, parce que cela vaut pour les filles comme pour les garçons, ce qui fait vraiment peur, c’est le regard des autres. Ce n’est pas facile d’oser montrer son corps en mouvement, c’est pour cela que je m’engage dans la pratique avec eux, je partage cette prise de risque. Avec mes collègues, nous n’arrivons pas simplement devant eux en leur disant : « on vous a préparé un projet, on va vous observer ». Bien au contraire, on pratique en même temps qu’eux et cela change tout, parce qu’on est tous au même endroit, il n’y a pas de position en surplomb.

Patrick Germain-Thomas : Concernant les apports de cette pratique de la danse, que tu ressens et que tu expérimentes, pourrais-tu mettre à présent l’accent sur les conditions nécessaires à la fécondité des actions que tu conduis, les facteurs qui sont déterminants pour leur réussite ?

Laura Soudy-Quazuguel : Le premier facteur c’est le temps, le temps de préparation et le temps de réalisation. C’est vraiment un choix, ce type de projet doit vraiment se préparer en amont. Cela se pense collectivement autour d’une table avec les enseignants et avec l'artiste associé, afin de créer des échos et des liens dans l’exploration des possibles : « ah, si toi tu fais cela ça me donne une idée dans mon cours ! ». Ce temps de préparation conduit d’abord sur un temps de présentation, il faut présenter le projet aux élèves et à leurs familles. Je fais cela tout le temps, il faut vraiment expliquer pourquoi on le fait, en quoi il est étroitement lié avec les enseignements et la raison d’être de l’éducation artistique et culturelle. C'est un temps nécessaire qui crée du collectif entre toutes les parties prenantes du projet et qui pourra se déployer dans le temps long de l’année scolaire.

Au sein de ce temps long, je suis également favorable à l’existence d’un temps fort, c’est-à-dire une période de plus forte concentration de la pratique (plusieurs jours). Le projet de la « classe danse » est présent tout au long de l’année à travers les liens avec les enseignements et les ateliers de pratique, mais je pense qu’il est aussi important d’avoir à un moment donné une période d’immersion qui permette d’aller plus loin dans l’exploration et dans l’expérience collective (un jour, deux jours, jusqu’à cinq jours). Ce temps-là approfondit la confiance aussi, fait mieux comprendre ce qui se déroule dans un atelier de danse et permet d’aller plus loin dans la création. C’est quoi travailler dans le silence ? Être à l’écoute des autres ? Regarder les autres ? C’est parce qu’à un moment donné on entre plus profondément et régulièrement dans la démarche que ça se déploie mieux.

Concernant la finalisation, l’aboutissement du projet, j’ai toujours proposé des restitutions ou au moins des présentations d’étapes de travail. À l’issue d’une période d’immersion, je me donne comme objectif de présenter ce qui a été réalisé au bout de ce temps fort. Plus tard, en fonction des possibilités, on peut montrer la nature du travail réalisé et des expériences traversées à d’autres endroits, et pas seulement dans des salles de spectacles. On a, par exemple, fait des restitutions dans des médiathèques, l’année dernière cela s’est fait sous forme de films : on a eu des séquences filmées dans le collège, on a redécouvert des endroits du collège autrement par la danse et nous avons partagé cela avec les familles et d’autres personnes du collège. Cette idée d’un partage me paraît plus importante que celle d’une représentation, on présente ce qu’on a vécu. Cette année, j’aimerais vraiment faire évoluer les choses, j’aimerais que les élèves proposent eux-mêmes des modalités de présentation de leur travail, je leur ai dit que je ne ferai rien sans eux et nous déciderons tous ensemble d’une façon de restituer ce qu’ils auront vécu. Finalement, ce pourrait être aussi bien en montrant et en commentant des images. La notion de spectacle n’est pas un dogme. Les élèves pourraient aussi montrer certains moments de danse avec des images et raconter ce qu’ils ont vécu. Cela ne m’intéresse pas de montrer de la danse sans avoir mis une parole sur ce que cela nous a fait, ce que l’on a vécu, sans avoir passé en revue les étapes que nous avons traversées et comment elles nous ont transformés.

Patrick Germain-Thomas : À ce sujet, tu as aussi un projet de film. Peux-tu en parler ?

Laura Soudy-Quazuguel : Le principal enjeu de ce projet, que je mène avec la réalisatrice Chrystel Jubien, est de partager cette expérience de la classe danse en la donnant à voir dans une dimension diachronique, à la fois au présent, avec des moments du projet de cette année – « Je ressens donc je suis » –, et au passé avec le témoignage d’anciens élèves. Depuis près d’un an, nous avons questionné des anciens élèves, non seulement à Bouguenais mais aussi à Clichy-sous-Bois, pour savoir quelles traces ils ont de cette année de classe danse qu’ils ont vécue, quels sont leurs souvenirs et quels en ont été les effets. Et il y a un mot qu’on n’a pas encore dit et que j’aimerais bien employer pour évoquer la nécessité de faire ces projets, c’est la notion de plaisir. Ce n’est pas un but en soi mais les notions de bien-être et de plaisir sont centrales dans une réflexion sur la façon de travailler les disciplines et de travailler ensemble. Les élèves que nous avons revus ont gardé l’envie de danser, ils se souviennent très bien du Centre national de la danse, cela a été pour eux une expérience forte voire fondatrice. Le film va chercher à montrer ces espèces de déclics, à travers la parole des anciens, l’impact sur ce qu’ils sont aujourd’hui. Si l’on en revient à la timidité, à cette difficulté de se montrer, les anciens élèves formulent le fait que le projet danse donne confiance, qu’il apprend à se laisser voir par les autres, à oser se montrer.

Nous avons donné un titre provisoire à ce film : Classe danse et après ? Il est en rapport avec ce que vivent les jeunes de quatorze-quinze ans qui réfléchissent à leur avenir. La classe de 3e est une année charnière : les élèves s’interrogent sur eux, sur l’après collège et puis il faut passer l’oral du brevet. La classe danse amène à se voir autrement, à faire des rencontres qui ouvrent l’esprit. Cette expérience-là est un pas vers une liberté, parce qu’à un moment donné on leur a fait confiance, on les a considérés autrement que comme de simples élèves, on leur a demandé d’être créatifs, de se prendre en main, de travailler en groupe. Toutes ces compétences leur seront utiles pour la suite et seront un merveilleux moteur pour susciter de nouvelles envies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Soudy-Quazuguel et Patrick Germain-Thomas, « Les classes danse : fécondité et devenir d’un programme interdisciplinaire de danse au collège »Recherches en danse [En ligne], 11 | 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/danse/5533 ; DOI : https://doi.org/10.4000/danse.5533

Haut de page

Auteurs

Laura Soudy-Quazuguel

Professeure de lettres dans le secondaire, docteure en littérature française, ses recherches et explorations portent sur les liens entre littérature et danse contemporaine (Le Chorégraphe et l’écrivain paraîtra aux éditions Honoré Champion en 2022). Depuis 2018, elle est coordonnatrice territoriale en danse sur le 44 pour la DAAC (Délégation académique à l'éducation artistique et à l'action culturelle) du Rectorat de Nantes.

Patrick Germain-Thomas

Patrick Germain-Thomas est docteur en sociologie et chargé de cours à l’université Paris-3. Il a conduit une étude socio-économique du secteur chorégraphique, publiée aux Éditions de l’Attribut en 2012 : La danse contemporaine, une révolution réussie ? Dans le prolongement de ce travail, il a réalisé entre 2013 et 2015 une enquête sur la danse à l’école qui a donné lieu à la publication d’un livre en avril 2016 : Que fait la danse à l’école, enquête au cœur d’une utopie possible ? Ce livre est publié également aux Éditions de l’Attribut, dans la collection Culture Danse, qu’il dirige et qui a pour objectif d’éditer chaque année plusieurs ouvrages de fond sur l’art chorégraphique (les artistes, les esthétiques, les pratiques et les enjeux sociétaux).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search