Navigation – Plan du site
Appels à contributions en cours

Quels rôles des structures collectives dans le maintien d’exploitations et de filières agricoles durables dans les territoires ruraux ?

Hichem Amichi, Julien Frayssignes, Marie-Christine Henninger et Arnaud Buchs

Cadrage du dossier

Dans un contexte économique changeant et fortement concurrentiel, l’agriculture française fait face à l’émergence d’exigences nouvelles et de diverses natures telles que les préoccupations environnementales, les questions liées à la viabilité économique des exploitations agricoles et à leur maintien au sein des territoires ruraux, à l’apparition de nouvelles attentes sociétales, notamment celles relatives à la qualité des produits agricoles, au « consommer local » et aux modes de commercialisation. Dans ce contexte, l’hétérogénéité de l’agriculture est croissante au sein des territoires, influencée par une tendance forte à la diversification des modalités de production, de commercialisation et de leurs fonctions associées (Hervieu, 2002 ; Van der Ploeg et al., 2009). Cette évolution n’a pas été sans conséquences sur la recomposition des structures collectives, qui ont historiquement accompagné les agriculteurs dans leurs processus de transformation et d’adaptation aux différents changements auxquels ils ont fait face (Demeulenaere et Goulet, 2012 ; Lucas et al., 2014). La recomposition de l’action collective se manifeste alors, soit par le repositionnement des anciennes structures (de type coopératif, associatif ou sociétaire) en essayant de revoir leurs modalités de gouvernance, soit par l’émergence de nouvelles initiatives collectives qui tentent d’explorer d’autres alternatives de production et de commercialisation. En effet, il peut s’agir, d’une part, d’une recherche d’adaptation des anciennes structures telles que les coopératives agricoles, afin de concilier les exigences du marché par la recherche d’une plus grande efficacité économique de leurs filières (approvisionnement et distribution) ; avec l’impératif de garder une identité forte d’une organisation proche de ses adhérents (Filippi et al., 2008). Il peut s’agir, d’autre part, de l’émergence d’initiatives qui essaient de réinventer ou de mettre en place des alternatives aux paradigmes dominants actuels relatifs au productivisme agricole. Cela concerne, par exemple, la dynamique des circuits courts collectifs qui tentent de favoriser la proximité entre les producteurs et les consommateurs et réduire ainsi la pression sur les prix (et son incidence sur la qualité des produits agricoles) exercée par la grande distribution (Chiffoleau et Prevost, 2012).

La diversité de ces initiatives collectives observées au sein des territoires ruraux français témoigne d’une volonté d’évoluer vers des modèles de productions agricoles qui intègrent, en plus des préoccupations économiques, les dimensions sociales (rapport au local, juste rémunération des producteurs, etc.) et environnementales (préservation des ressources naturelles, réductions d’intrants chimiques, etc.). Se pose alors la question de la capacité des structures collectives, en émergence ou en restructuration, à accompagner les exploitations et les filières agricoles vers des fonctionnements plus durables sur le plan socio-économique et environnemental. L’objectif de ce dossier thématique est de recueillir des contributions originales qui renseignent et rendent compte d’abord de la reconfiguration actuelle des structures collectives dans les territoires ruraux français et qui questionnent ensuite leurs rôles dans le maintien ou le développement d’exploitations et des filières agricoles durables. Les contributions qui documentent la recomposition de l’action collective dans d’autres contextes agricoles et ruraux dans le monde, peuvent être associées à ce dossier thématique notamment si elles apportent des éclairages complémentaires ou comparatifs avec le contexte français. Sur la base de travaux empiriques et privilégiant les approches pluridisciplinaires, les contributions pourront apporter des éclairages à l’une ou plusieurs des thématiques/questionnements suivants :

1. Mécanismes de gouvernance des structures collectives et leurs conditions de pérennité

La conciliation des différentes dimensions et enjeux de la production agricole et de sa commercialisation complique le repositionnement des anciennes structures collectives ainsi que l’émergence des nouvelles, et questionne leur capacité à se maintenir dans le temps. En effet, la difficulté de nombreuses structures à perdurer a été mentionnée dans la littérature scientifique en lien en particulier avec la forte volatilité des acteurs participants à ces initiatives (régularité, fréquentation, implication, fidélité, etc.). Certaines structures existantes, les coopératives agricoles principalement, rencontrent des problèmes d’approvisionnements, insuffisants en quantité de produits mais également fluctuants en matière de fréquentation et d’implication. Maintenir ainsi un nombre d’adhérents suffisant et assurer leur fidélité devient un enjeu majeur pour la pérennité de ces structures, de petites et moyennes tailles en particulier (Barraud-Didier et al., 2012). De la même manière, les questions de fidélisation et le degré d’implication des acteurs locaux dans les nouvelles structures, telles que les plateformes de circuits courts collectifs, constituent un des problèmes de gouvernance majeur de ces initiatives et une des conditions de leur pérennité (Prigent-Simonin et Hérault-Fournier, 2012). Des études de cas peuvent être mobilisées ici afin de documenter le fonctionnement de ces structures et les mécanismes de gouvernance renouvelés ou nouvellement mis en place. L’objectif est d’évaluer l’efficacité de ces mécanismes dans leurs capacités notamment à mobiliser et impliquer les acteurs autour des structures collectives et par extension leur impact sur les dynamiques de changement, technico-économiques, sociaux et environnementaux, que celles-ci envisagent d’entreprendre.

2. Stratégies d’ancrage territorial des structures collectives

Dans ces dynamiques multiples de repositionnement des structures collectives évoquées plus haut, la question du rapport au territoire des acteurs du monde agricole demeure importante, tout en revêtant de nouveaux aspects. Qu’il s’agisse des coopératives, des circuits courts collectifs ou d’autres initiatives collectives, les mutations à l’œuvre interrogent nécessairement les stratégies des acteurs à l’aune de leur dimension spatiale et territoriale. D’une manière générale, il s’agit donc de voir en quoi ces formes de rapport aux territoires – récentes ou plus anciennes – constituent pour les structures collectives des voies nouvelles de durabilité et de compétitivité. Sans prétendre à l’exhaustivité, cette approche en termes d’ancrage territorial (Zimmermann, 1998) peut renvoyer à deux questionnements :
1) Quelle mobilisation des ressources territoriales matérielles et immatérielles dans les stratégies productives des structures collectives ? Les différentes dynamiques de transition évoquées en introduction contribuent en effet à diversifier largement aussi bien les types de ressources que leurs modalités de mobilisation, en particulier dans la qualification des produits alimentaires. Si l’analyse des démarches sous signe officiel d’origine et de qualité (AOP, IGP, label rouge, bio) demeure d’actualité, les nouvelles attentes sociales et surtout environnementales viennent renouveler le questionnement en profondeur, notamment concernant le contenu des cahiers des charges (Gallien et al., 2015). De même, les produits commercialisés dans le cadre des circuits courts collectifs s’appuient sur des attributs territorialisés (proximité spatiale, relations de confiance, etc.).
2) Quelles synergies mises en place par les structures collectives avec les autres acteurs des territoires ? Dans les pays industrialisés notamment, l’évolution démographique de la population agricole a entraîné une redéfinition de la place de l’agriculture dans les territoires ruraux, et plus largement dans la société dans son ensemble. Bien que déjà anciennes, les stratégies de partenariats initiées ou non par les collectifs agricoles ont pris une ampleur nouvelle au cours de la dernière décennie, en particulier vis-à-vis des secteurs des énergies renouvelables (agro-énergies), de l’alimentation (gouvernances alimentaires territorialisées) ou encore du tourisme (tourisme culinaire, œnotourisme). Quelles que soient les formes prises par ces alliances, les enjeux pour les structures collectives agricoles résident notamment dans l’acquisition de nouvelles compétences transversales permettant la mise en œuvre de ce dialogue territorial (animation, gestion de projets, etc.).

3. Insertion des structures collectives dans les stratégies régionales de développement agricole et rural

Les modalités d’intervention des acteurs publiques dans le secteur agricole et rural ont connu une évolution sensible depuis les années 2000, suite notamment à la réforme de la PAC de 1999 qui a vu la création du second pilier. Dans ce contexte, les régulations sectorielles laissent de plus en plus de place à des régulations multi-acteurs dans lesquelles les collectivités territoriales se positionnent comme un acteur principal (Berriet-Solliec et al., 2005). Cette évolution a été renforcée dans le cadre de la PAC de 2014 qui consacre les Régions comme nouvelles autorités de gestion des fonds européens, leur permettant ainsi d’établir des programmes d’action et des stratégies de développement agricole et rural en fonction des spécifiés de leurs territoires(Capt et al., 2014).. Dans ce contexte de décentralisation, les collectivités territoriales tentent d’adapter leurs dispositifs d’intervention afin de répondre au mieux aux nouveaux enjeux socio-économiques et environnementaux de l’agriculture. Les contributions scientifiques dans le cadre de ce numéro thématique viseront à documenter la diversité des dispositifs régionaux mis en place afin de s’adapter et accompagner en particulier à la recomposition des structures collectives au sein de leurs territoires. Aussi, ces contributions viseront à questionner la cohérence de ces dispositifs, qui émanent parfois de la fusion de deux stratégies différentes des anciennes régions, avec les objectifs de développement agricole et rural qu’elles se donnent, dans lesquels les structures et initiatives collectives, prennent une place importante.

De manière transversale aux différentes thématiques abordées ci-dessus, et sur la base des différents éclairages de terrain qui seront apportés par les contributions, le dossier thématique vise à interroger le concept de pérennité et les différentes dimensions qui le fondent. Ce concept a fortement été mobilisé par les sciences de gestion pour analyser notamment la pérennité organisationnelle des entreprises mais avec un focus essentiellement économique à savoir : la capacité d’une structure ou d’une organisation à répondre aux besoins du marché et des consommateurs (Mignon, 2009). Deux autres dimensions ont été également abordées dans les analyses de pérennité, mais de manières moins centrales. Cela concerne, d’une part, la place que prennent ces nouvelles initiatives et organisations au sein des politiques publiques en matière d’accompagnement et de soutien. Il s’agit, d’autre part, de la capacité de ces initiatives à intégrer des pratiques qui respectent l’environnement et à les inscrire dans une logique de durabilité environnementale. Ce dossier thématique ambitionne de réinterroger cette notion de pérennité en y associant en plus des dimensions précitées, les dimensions sociales et territoriales qui influencent fortement la recomposition des structures collectives, très peu prise en compte jusque-là.

Coordination

Hichem Amichi (École d’Ingénieurs de PURPAN, Toulouse), Julien Frayssignes (UMR LISST-Dynamiques rurales, École d’Ingénieurs de PURPAN, Toulouse), Marie-Christine Henninger (UMR LISST-Dynamiques rurales, Université Toulouse Jean Jaurès), Arnaud Buchs (UMR LISST-Dynamiques rurales, Université Toulouse Jean Jaurès).

Procédure de soumission des contributions

Séquence

- Les articles proposés devront être des documents originaux. Ils peuvent néanmoins avoir fait l’objet de communications lors d’un colloque ou de documents de travail, à condition d’être réadaptés au format de la revue Développement durable et territoires.
- Les propositions d’articles (4 500 signes espaces compris, hors bibliographie) seront soumises à un avis de pertinence pour juger de leur adéquation avec le cadrage du dossier. Ces propositions devront donc être suffisamment précises (titre de l’article, question de recherche, outils théoriques et méthodes mobilisés, terrain étudié, principaux résultats). Elles devront inclure les noms et prénoms des auteurs, leur statut et leur rattachement institutionnel, ainsi que le courriel de l’auteur correspondant.
- Les auteurs avisés positivement seront invités à soumettre un article complet (entre 30 000 et 55 000 signes espaces compris, bibliographie et première page incluses).
- Chaque article, sous couvert d’anonymat, sera soumis à deux relecteurs anonymes. Cette double relecture pourra donner lieu à des demandes de corrections (mineures ou majeures), à une réécriture éventuelle, voire à un refus de l’article.
- Si des modifications demandées ne sont pas effectuées et ce sans justification, ou si les auteurs ne respectent pas les normes éditoriales de la revue, le comité de coordination et le comité de direction de la revue se réservent le droit de ne pas publier le texte concerné.

Calendrier prévisionnel

- Publication de l’appel à article : début novembre 2018
Date limite de réception des résumés étendus : 31 janvier 2019
- Avis du comité de coordination du dossier : 28 février 2019
- Date limite réception des articles : 6 septembre 2019
Publication prévue en 2020

Consignes de rédaction

- Format des résumés : 4 500 signes espaces compris max., hors bibliographie
- Format des articles : entre 30 000 et 55 000 signes espaces compris, bibliographie, notes et première page incluses ; voir les recommandations aux auteurs sur le site de la revue : https://journals.openedition.org/developpementdurable/1269.

Adresses pour l’envoi des résumés et des contributions

agri.ddt@gmail.com

Bibliographie

Barraud-Didier V., Henninger M.-C., Anzalone G., 2012, « La distanciation de la relation adhérent-coopérative en France », Études rurales, N° 190, p. 119-130.

Berriet-Solliec M., Déprés C., Trouvé A., 2005, La territorialisation de la politique agricole en France. Vers un renouvellement de l’intervention publique en agriculture ? Working Paper, Centre d'économie et sociologie appliquées à l'agriculture et aux espaces ruraux, 14 p.

Capt D., Lepicier D., Leseigneur A., 2014, « Le rôle des territoires de projets infra-régionaux sur l’agriculture et l’alimentation. Le cas du développement de circuits de proximité », Géocarrefour, vol. 89, N° 89/1-2, p. 105-113.

Chiffoleau Y., Prevost B., 2012, « Les circuits courts, des innovations sociales pour une alimentation durable dans les territoires », Norois, Environnement, aménagement, société, N° 224, p. 7-20.

Demeulenaere E., Goulet F., 2012, « Du singulier au collectif », Terrains & travaux, N° 1, p. 121-138.

Filippi M., Frey O., Mauget R., 2008, « Les coopératives agricoles face à l’internationalisation et à la mondialisation des marchés », Revue internationale de l’économie sociale : Recma, N° 310, p. 31-51.

Gallien M., Chazoule C., Fleury P., 2015, « Associer préservation de l’environnement et signes officiels de qualité français (AOP-IGP) en productions viticoles et fruitières : levier pour la résilience des systèmes alimentaires liés au territoire », 52e colloque de l'ASRDLF « Territoires méditerranéens : agriculture, alimentation et villes », 15 juillet 2015, Montpellier, France.

Hervieu B., 2002, « La multifonctionnalité de l’agriculture : genèse et fondements d’une nouvelle approche conceptuelle de l’activité agricole », Cahiers agricultures, vol. 11, N° 6, p. 415-419.

Lucas V., Gasselin P., Thomas F., Vaquié P.-F., 2014, « Coopération agricole de production : quand l’activité agricole se distribue entre exploitation et action collective de proximité », in Gasselin P., Choisis J-P., Petit S., Purseigle F., Zasser S, (dir.), L’agriculture en famille : travailler, réinventer, transmettre, Paris, EDP Sciences, p. 201-222.

Mignon S., 2009, « La pérennité organisationnelle : un cadre d’analyse », Revue française de gestion, vol. 35, N° 192, p. 73-89.

Prigent-Simonin A.-H., Hérault-Fournier C., 2012, Au plus près de l’assiette. Pérenniser les circuits courts alimentaires, Dijon, Éditions Quæ-Educagri, Collection « Science et partage ».

Van der Ploeg J.-D., Laurent C., Blondeau F., Bonnafous P., 2009, « Farm diversity, classification schemes and multifunctionality », Journal of environmental management, vol. 90, p. S124-S131.

Zimmermann J.-B., 1998. « Nomadisme et ancrage territoriale : propositions méthodologiques pour l’analyse des relations firmes-territoires », Revue d'économie régionale et urbaine, p. 211-230.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • OpenEdition Journals