Navigation – Plan du site
Lectures

Gérad Chouquer, Marie-Claude Maurel, 2019, Les mutations récentes du foncier et des agricultures en Europe, Besançon Presses universitaires de Franche-Comté, Collection les Cahiers de MSHE Ledoux, 300 pages.

Guillaume Schmitt

Texte intégral

1L’ouvrage « Les mutation récentes du foncier et des agricultures en Europe » réunit, en 300 pages, une quinzaine d’auteurs issus de champs disciplinaires variés (droit, économie, géographie, histoire, science politique…). Il est dirigé par Gérard Chouquer, historien et directeur de recherche honoraire au CNRS et par Marie-Claude Maurel, géographe et directrice d’étude à l’EHESS. Il a été publié, en 2018, aux Presses Universitaires de Franche-Comté dans la collection « Les cahiers de la MSHE Ledoux » et dans une série spécifiquement créée « Normes et pratiques foncières et agricoles dans le monde ».

2Spécifiquement, car cet ouvrage a la première particularité d’être également publié et traduit, peu ou prou dans le même temps, aux Presses Universitaires Sun-Yat-sen de l’Université de Guangzhou (Chine, province de Guangdong). Il est annoncé comme le premier ouvrage d’un projet éditorial particulièrement stimulant et ambitieux : « la publication d’ouvrages inédits […] quasi-simultanément » en Chine et en France. D’autres ouvrages déjà publiés en français avait fait l’objet de traductions en 2012 et 2013. Ce partenariat renforcé tient sans nul doute à l’importance du département de français à l’Université Sun Yat-sen de Guangzhou et à des collaborations anciennes et étroites entre les collègues chinois et leurs homologues français.

3La deuxième particularité tient à l’un des objets étudiés, le foncier. Il n’est pas fortement analysé dans la littérature académique comme le souligne souvent les quelques auteurs spécialistes de ce dernier depuis des décennies (Vincent Renard, Jean-Jacques Granelle…). Le foncier connait cependant un regain d’intérêt scientifique, ne serait-ce que par l’entremise d’enjeux sociétaux à l’instar de la financiarisation des marchés du logement ou de l’accaparement des terres agricoles. Le deuxième objet, les agricultures (et le pluriel a, comme le démontre les auteurs, une résonnance considérable) en Europe sont inscrites dans un échiquier mondial. Elles sont aussi le reflet de multiples héritages sociaux, économiques, politiques et culturels intimement liés aux façons dont l’Homme a modelé les milieux et les paysages au cours des millénaires. Le chapitre sur les agricultures méditerranéennes l’illustre clairement. Le foncier donne à lire cette complexité des agricultures. Ses mutations (troisième maître mot du titre de l’ouvrage) témoignent tout autant de l’importance de facteurs locaux (en cours de redéfinition par les circuits-courts ou par la (re)territorialisation de l’agriculture), régionaux (nouveaux circuits de distribution imposé par la Loi, dynamique de peuplement…), nationaux (Lois d’Orientation Agricole et Loi Agriculture et Alimentation), européens (normes environnementales) et bien évidemment internationaux (cours mondiaux…). De plus, cet ouvrage est pleinement dans les débats immédiats sur la réforme de la Politique Agricole Commune (chapitre 2). Il tombe également à point nommé sur le plan de la transmission de la connaissance, dans la mesure où le sujet des « agricultures en Europe » méritait une synthèse pluridisciplinaire récente après une décollectivisation protéiforme à l’Est de l’Europe et des évolutions des exploitations à l’Ouest en termes de nombre, de surface ou de types de culture (chapitres 1 et 5). Par ailleurs, au regard de la ligne éditoriale de la collection et de la série de l’ouvrage, le lecteur est rapidement tenté de faire le rapprochement avec des faits d’actualité récents. Par des truchements juridiques, de nombreux hectares de terres agricoles en France ont été acquis (indirectement) par une entreprise chinoise en vue d’alimenter en blé et en « pains frais » 1,39 milliard de compatriotes. Cet exemple a d’ailleurs amené à faire évoluer les modalités d’intervention des organismes en charge du « contrôle des structures agricoles » sur les marchés fonciers (les SAFER).

4La troisième particularité est que les auteurs de l’ouvrage disposent d’un espace d’expression conséquent avec en moyenne une vingtaine de pages environ pour chacun des 10 chapitres de l’ouvrage réparti en deux parties (à l’exception du chapitre 9 sur un sujet assez peu documenté – le travail saisonnier -, donc a fortiori très intéressant faisant 13 pages). Un glossaire de l’ouvrage très clair, une bibliographie par chapitre, une table des acronymes et des index géographiques viennent étayer l’organisation de l’ouvrage. Bien que l’on puisse imaginer que certaines coupes ont été nécessaires et que certains auteurs n’aient pu s’exprimer pleinement, un tel espace donné à chaque chapitre est in fine rare et témoigne d’une volonté d’exposer pleinement chaque aspect du sujet de l’ouvrage.

5La première partie est plutôt descriptive et s’intitule « Évolutions et révolutions dans les politiques agricoles ». Elle sépare en deux sous-chapitres les propos exposés d’une part sur la France et d’autre part sur l’Europe. Etant donné l’imbrication des deux territoires, les références à la politique française s’inscrivent dans une perspective européenne. Les chapitres estampillés « Europe » évoquent les similarités et les différences des agricultures françaises avec les agricultures européennes. Les efforts de synthèse formulés par les auteurs se positionnant auprès d’un lectorat international sont particulièrement convaincants au prix parfois pour un spécialiste de la question de regretter que certains phénomènes soient davantage contextualisant qu’expliqués précisément (par exemple sur l’étalement urbain, le marché commun…). En soi, chaque chapitre constitue une très bonne synthèse des questions foncières ou agricoles. Ils peuvent être lus séparément et fournir une synthèse de grande qualité pour des enseignants, étudiants, prospecteurs fonciers à l’international... Mobilisés ensemble, les chapitres fournissent un panorama fin des agricultures européennes et des modalités de tenure du sol. A la lecture croisée, un lecteur attentif relèvera toutefois, si ce n’est des contradictions, tout au moins des différences dans l’ampleur des faits énoncés. Ils ne remettent cependant pas en cause la qualité et la pertinence des propos. Ainsi, les trois premiers chapitres portent respectivement sur l’évolution de la production agricole depuis l’après seconde guerre mondiale, la politique agricole et la dimension juridique de la terre en France. Ces trois dimensions sont introduites de manière identique par un constat sur l’ampleur de l’évolution du nombre d’exploitations agricoles et de la Surface Agricole Utile (SAU). Les chiffres mobilisés ne sont cependant pas toujours identiques du fait par exemple d’arrondi des auteurs ou d’emploi de dates différentes de recensement. Ils peuvent aussi induire à une certaine confusion dans l’ampleur des évolutions à l’instar du nombre d’exploitations agricoles signalés à 437 000 en 2018 (chiffre de l’année 2016) dans le chapitre 1 et à 490 000 en 2010 dans le chapitre 2 (491 000 selon la même source que dans le chapitre 1).

6La seconde partie est plus courte (environ 90 pages contre environ 135 pages pour la partie 1). Elle est plus prospective avec un intitulé « interrogation autour des modèles ». Quatre chapitres se succèdent sur l’agriculture de firmes (à nouveau le pluriel est riche de sens), l’idée d’agriculture familiale en France, le développement du travail saisonnier (et des flux de migrants) et un dernier chapitre très instructif de 26 pages relatif aux débats théoriques sur la propriété foncière. Ce dernier chapitre fait également office de conclusion de l’ouvrage. Ce chapitre ne fait pas spécifiquement écho à l’introduction qui présente tout autant les choix (l’entrée foncière et les héritages agraires) liés à l’organisation de l’ouvrage que le projet éditorial unissant les deux presses universitaires partenaires. Gageons que les ouvrages suivants seront d’une qualité et d’un intérêt au moins aussi conséquent que celui-ci. En effet, cet ouvrage mérite amplement une lecture assidue pour toute personne s’intéressant au foncier et aux agricultures ou souhaitant mieux comprendre les termes « abusus, AMAP, fermage, fiducie, fructus, holding (agricole), hortus, métayage (indirect), saltus tenure, usus » et tant d’autres encore.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Schmitt, « Gérad Chouquer, Marie-Claude Maurel, 2019, Les mutations récentes du foncier et des agricultures en Europe, Besançon Presses universitaires de Franche-Comté, Collection les Cahiers de MSHE Ledoux, 300 pages. », Développement durable et territoires [En ligne], Vol. 10, n°3 | Décembre 2019, mis en ligne le 20 décembre 2019, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/developpementdurable/16461

Haut de page

Auteur

Guillaume Schmitt

Guillaume Schmitt est maître de conférences en Géographie, aménagement de l’espace et urbanisme, Université Polytechnique Hauts de France, laboratoire CRISS.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • OpenEdition Journals