Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 11, n°1VariaUne méthode de suivi de la vulnér...

Varia

Une méthode de suivi de la vulnérabilité systémique à l’érosion et la submersion marines

A method for monitoring systemic vulnerability to marine erosion and sea-flooding
Catherine Meur-Ferec, Iwan Le Berre, Lucie Cocquempot, Élisabeth Guillou, Alain Henaff, Thibaud Lami, Nicolas Le Dantec, Pauline Letortu, Manuelle Philippe et Camille Noûs

Résumés

Le phénomène de littoralisation du peuplement et des activités, associé à la mobilité intrinsèque des côtes et au contexte de changement climatique, tend à accroître la vulnérabilité des territoires côtiers. Cet article propose, d’une part, une approche interdisciplinaire renouvelée du concept de vulnérabilité permettant de dépasser la dichotomie nature/société. D’autre part, il présente une méthode intersectorielle chercheurs-gestionnaires de construction d’une série d’indicateurs de suivi des quatre composantes de la vulnérabilité systémique (aléa, enjeux, gestion et représentations). Ces indicateurs préfigurent un observatoire intégré, à la fois source de données pour la recherche, et au service des politiques publiques pour les territoires côtiers.

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs tiennent à remercier tous leurs collègues, les étudiants-stagiaires et les gestionnaires qui, depuis une quinzaine d’années et sur l’ensemble du littoral français, ont travaillé avec eux sur la vulnérabilité systémique. Ils remercient également les financeurs des programmes de recherche qui ont permis d’avancer sur cette question : l’ANR (Projet-ANR-10-CEPL-0001Cocorisco), la Fondation de France et la DREAL Bretagne.

1Même si les incertitudes demeurent sur le rythme et l’ampleur de l’élévation du niveau marin en lien avec le changement climatique, les tendances se confirment vers une augmentation des aléas côtiers d’érosion et de submersion (Giec, 2018). Parallèlement, la littoralisation du peuplement continue à s’intensifier à l’échelle mondiale (Neumann et al., 2015), créant ainsi toujours plus d’enjeux exposés aux aléas. Dans ce contexte, on assiste depuis deux décennies environ à une montée des préoccupations sociétales face aux questions de risques côtiers, et à une demande accrue des pouvoirs publics en matière d’outils de diagnostic, de suivi et d’aide à la décision. En France, cette demande est nettement plus marquée depuis l’événement dramatique de la tempête Xynthia en 2010 qui a fait 47 morts sur la côte atlantique (Vinet et al., 2012). Ce drame a déclenché l’élaboration d’une Stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte (Medde, 2012) qui s’articule sur le littoral avec la Stratégie nationale de gestion des risques d’inondations (2014). Une réflexion gouvernementale est actuellement en cours sur la faisabilité d’une « recomposition spatiale des territoires littoraux » pour une gestion durable des côtes urbanisées dans un contexte de changement climatique (CGEDD, 2019).

2Face à cette demande, force est de constater que les savoirs en matière de risques d’érosion et de submersion sont encore trop fragmentés. Sciences de la nature et sciences humaines et sociales ont encore trop peu croisé leurs savoirs et leurs méthodologies sur ces questions pour fournir des données synthétiques facilement lisibles par les décideurs et les citoyens, et facilement utilisables pour éclairer les décisions publiques. Une des principales difficultés qu’éprouvent les différentes disciplines à dialoguer entre elles (voire au sein de chacune d’elles) concerne la notion de « vulnérabilité ». Polysémique et souvent considérée uniquement comme la composante sociale du risque, cette notion ne rend pas les services que l’on pourrait en attendre en matière de synthèse des connaissances et d’aide à la prise de décisions. C’est pourquoi dans cet article, nous nous fondons sur le concept de « vulnérabilité systémique » (Meur-Ferec et al., 2008) qui intègre tous les facteurs (naturels, économiques, politiques, sociaux) de fragilité d’un territoire côtier.

  • 1 Projets Osirisc vers un ObServatoire Intégré des RISques Côtiers d’érosion submersion (2016-2020) (...)

3Alors que la vulnérabilité systémique n’était jusqu’à présent utilisée que de façon statique, comme outil de diagnostic d’un territoire (Hénaff et Philippe (dir), 2014), nous proposons dans le cadre du projet de recherche Osirisc1 une méthodologie pour suivre son évolution. Par un travail interdisciplinaire et intersectoriel entre chercheurs et gestionnaires, nous avons mis au point une série d’indicateurs de suivi de la vulnérabilité systémique. Cet outil a une double finalité, à la fois d’avancée pour la recherche, et d’aide à la décision pour les acteurs des politiques publiques. Il préfigure un observatoire de la vulnérabilité systémique aux risques côtiers.

1. Pour une approche intégrée et élargie de la vulnérabilité

1.1. La vulnérabilité, un terme très usité et qui reste polysémique

4L’analyse de la littérature montre en premier lieu qu’un consensus est loin d’être établi en ce qui concerne la vulnérabilité. Le vaste état de l’art qui y est consacré en témoigne (Delor et Hubert, 2000 ; Eakin et Luers, 2006 ; Gallopín, 2006 ; Gilbert, 2009 ; Nicholls et Hoozemans, 2005 ; Turner et al., 2003 ; Wismer, 2016 pour ne citer que ceux-ci), de même que la diversité des approches conceptuelles présentées et justifiées par les auteurs. Thywissen (2006), par exemple, identifie 36 définitions de la vulnérabilité ! L’usage de cette notion de vulnérabilité s’est en outre fortement développé depuis une vingtaine d’années dans les publications concernant les impacts du changement climatique (Adger, 2006 ; Birkmann et Welle, 2015 ; Gornitz, 1990 ; Kasperson, et al., 2005 ; Magnan, 2009 ; Klein et Nicholls, 1999 ; Nguyen et al., 2016 ; Turner et al., 2003…). Même dans le champ restreint de la vulnérabilité des zones côtières, la diversité des usages de ce terme a incité le ministère chargé de l’Environnement à commander au BRGM une synthèse bibliographique internationale sur la question (Romieu et Vinchon, 2009).

5Cette dimension polysémique résulte du fait que ces définitions ont été élaborées simultanément dans différents champs disciplinaires (Thywissen, 2006). En matière de risques « naturels », on est passé, à la charnière des années 1980-1990, d’une conception très aléa-centrée, à une approche par la vulnérabilité, plus orientée sur les dimensions sociales prenant en compte les facteurs structurels et fonctionnels des sociétés exposées aux aléas (Becerra, 2012 ; Foucher, 1982 ; Morel et al., 2006 ; Léone et Vinet, 2006 ; Veyret et Reghezza, 2006). La vulnérabilité n’est d’ailleurs pas qu’une notion « négative » (Gallopín, 2006 ; Provitolo, 2012), car elle intègre aussi des facteurs atténuateurs. Elle fait en effet référence à la capacité de réaction des territoires face aux aléas, ainsi qu’à leur capacité d’adaptation à plus long terme (Birkmann et Welle, 2015). C’est pourquoi certains auteurs (Balica et al., 2012 ; Turner et al., 2003) intègrent à la vulnérabilité une composante organisationnelle (gouvernance, modalités de gestion, etc.) qui détermine notamment la résilience du système.

6Enfin, la vulnérabilité est propre à chaque territoire, intimement liée à son histoire, à son utilisation et à sa population (Barnett et al., 2008 ; Turner et al., 2003). Parce qu’elle est située socialement, elle ne peut être une notion universelle, décrite par une méthode unique reposant sur une seule formule (Barnett et al., 2008). Gallopin (2006) souligne d’ailleurs que, plutôt que de cultiver l’illusion d’une approche conceptuelle unique applicable à tous les territoires et à toutes les échelles, l’essentiel réside dans l’adoption de compromis locaux satisfaisants du point de vue scientifique comme opérationnel. Il rejoint en cela l’approche géographique promue par Cutter et al. (2003) à travers son concept de vulnérabilité du lieu (Place-based approach).

7Les diverses approches de la vulnérabilité peuvent être vues comme complémentaires pour évaluer la complexité du concept et de ses relations avec l’éco-socio-système (Eakin et Luers, 2006). Dans cet esprit, il convient donc de privilégier des approches pragmatiques, reposant sur les caractéristiques et les problématiques des territoires considérés, en choisissant un cadre conceptuel clair et une terminologie partagée et comprise par tous les acteurs concernés.

1.2. La vulnérabilité systémique, interdisciplinaire et intersectorielle

8Parmi ce foisonnement d’usages de la notion de vulnérabilité, nous proposons une approche de ce que nous appelons la « vulnérabilité systémique » aux risques côtiers de submersion-érosion (Meur-Ferec et al., 2003, 2008 ; Hénaff et Philippe (dir.), 2014 ; Nichols et al. 2019). Notre approche se nourrit bien sûr des travaux précédents, en particulier de ceux de D’Ercole (1994), qui définit la vulnérabilité des sociétés à travers leur capacité de réponse à des crises potentielles, capacité qui dépend de facteurs conjoncturels (l’aléa) et structurels (contexte social, économique, culturel, fonctionnel, institutionnel). Une des particularités de notre démarche consiste donc à considérer les aléas comme une partie intégrante de la vulnérabilité, alors qu’ils sont généralement étudiés à part. Cette séparation aléas-vulnérabilité, qui reste encore très présente dans la recherche, s’explique par l’histoire des sciences naturelles, techniques et sociales, mais elle demande aujourd’hui à être dépassée (Gilbert, 2009 ; Hellequin et al., 2013). Intégrer les aléas dans la vulnérabilité permet d’éviter « une lecture manichéiste et naïve du couple aléa et vulnérabilité (opposant nature d’une part et culture de l’autre) » (D’Ercole et Pigeon, 2000).

9Dans cette acception, la vulnérabilité devient non plus le paramètre social du risque, mais une résultante, exprimant la fragilité d’un territoire dans son ensemble. La vulnérabilité en tant que système résulte ainsi de la combinaison de quatre composantes interdépendantes (figure 1). De manière tout à fait classique, les aléas (1) (ici l’érosion côtière et la submersion marine) sont des processus d’origine plus ou moins naturelle susceptibles d’endommager ou de détruire les enjeux (2) qui leur sont exposés. Les enjeux regroupent les personnes, les biens et les activités qu’abrite un territoire exposé à l’aléa. Ces deux composantes permettent de définir le risque, mais sont insuffisantes pour évaluer la vulnérabilité. Deux autres composantes sont donc prises en compte. La gestion (3) du risque regroupe les politiques publiques de protection, de prévention, de gestion de crise et leur application par les acteurs de la gouvernance sur le terrain. Et les représentations (4) rendent compte de la relation au risque des populations présentes sur le territoire concerné (sensibilité au risque, relation au lieu, préférences d’adaptation, compréhension et acceptabilité des politiques de gestion…). Cette composante « représentations » a longtemps été négligée dans les études sur les risques, mais son importance a été dramatiquement soulignée en France par la catastrophe de la tempête Xynthia (Hellequin et al., 2013).

Figure 1. La vulnérabilité systémique à un moment T

Figure 1. La vulnérabilité systémique à un moment T

Source : modifié d’après Meur-Ferec et al., 2008

10Ces quatre composantes se combinent pour constituer la vulnérabilité systémique d’un territoire à un moment T (Meur-Ferec et al., 2008). Il est possible d’entrer dans le système par n’importe quelle composante ; l’important étant d’étudier les quatre et de tenir compte de leurs apports respectifs à la constitution de la vulnérabilité (figure 1, flèches pleines). Tout d’abord, aléas et enjeux sont des composantes primordiales, car constitutives du risque : en l’absence de l’une ou de l’autre il n’y aurait pas de risque, donc peu d’intérêt à évaluer la gestion et les représentations. Dans la même logique, ces deux composantes influencent de façon tout à fait déterminante le diagnostic global de vulnérabilité : si l’aléa est faible et les enjeux peu nombreux, une moindre sensibilité des populations au risque et une gestion qui en tient peu compte ont beaucoup moins d’importance que si l’on était en présence d’un risque élevé. Aléas et enjeux accroissent clairement la vulnérabilité. La gestion, quant à elle, va en principe dans le sens de la réduction de la vulnérabilité (même si une gestion inappropriée peut avoir des effets négatifs). L’influence des représentations sur la vulnérabilité est beaucoup plus délicate à saisir ; elle peut contribuer à l’augmenter ou à la diminuer. Enfin, les quatre composantes sont largement interdépendantes (figure 1, flèches pointillées). Par exemple, la gestion influence les enjeux en réglementant les constructions dans les zones exposées ; les représentations de la côte comme lieu de vie privilégié influencent les enjeux en accroissant la littoralisation du peuplement ; les aléas influencent la gestion en conditionnant les choix et le dimensionnement des aménagements de protection, etc.

11L’approche par la vulnérabilité systémique implique donc une analyse multicritère. Elle permet aussi de déconstruire la vulnérabilité systémique d’un territoire et de pointer, par exemple, les composantes contribuant le plus à la vulnérabilité globale. Selon les territoires, il peut s’agir de forts aléas (fort recul du trait de côte, zones basses exposées, etc.), d’une concentration élevée d’enjeux sur la frange côtière (habitations, installations conchylicoles, etc.), d’une faible prise en compte du risque dans les documents d’urbanisme, ou (et) encore de l’absence d’intérêt des habitants, etc.

12En raison du large spectre de compétences nécessaires pour traiter de la vulnérabilité systémique, cette approche implique obligatoirement l’interdisciplinarité, et même une interdisciplinarité « étendue » (Jollivet, 1992), associant sciences de la nature (physique, géologie, géographie, etc.) et sciences de la société (géographie, économie, droit, psychologie, sociologie, etc.). La vulnérabilité systémique permet de sortir de la dichotomie nature-société en inscrivant la vulnérabilité au sein de l’écoumène. On conçoit que la géographie, à l’interface entre sciences naturelles et sociales, puisse y jouer le rôle de « science du milieu » (Berque, 1996).

13En sus de cette cohérence conceptuelle, la vulnérabilité systémique implique une approche intersectorielle, liant milieux « académiques » et « professionnels ». Elle requiert, en effet, l’ouverture de la recherche à la sphère des praticiens, gestionnaires des territoires, et permet une double finalité de recherche et de gestion. Les gestionnaires du risque (services de l’État, élus, services techniques des collectivités territoriales, etc.) sont à la fois pourvoyeurs de connaissances alimentant les composantes de la vulnérabilité, mais aussi utilisateurs des résultats de l’analyse systémique. Cette approche intégrée a pour ambition d’éclairer les décisions politiques pour agir sur la vulnérabilité en définissant, par exemple, des priorités pour les interventions à court et moyen termes, des choix pour une gestion stratégique et durable des territoires côtiers.

  • 2 Pnec : Programme national d’environnement côtier.
  • 3 Miseeva : Marine Inundation hazard exposure modelling and Social, Economic and Environnemental Vul (...)
  • 4 Cocorisco : Connaissance, compréhension et gestion des risques côtiers.
  • 5 Osirisc : vers un Observatoire intégré des risques côtiers d’érosion submersion.

14Nous avons progressivement développé ce concept de vulnérabilité systémique dans plusieurs projets de recherche (Pnec2 2002-04, ANR Miseeva3 2008-11, ANR Cocorisco4 2011-2013), mais jusqu’à présent uniquement de façon statique, comme un outil de diagnostic territorial à un moment donné. Or nous savons que, d’un point de vue temporel, le système de vulnérabilité est éminemment dynamique : chacune de ses composantes, et des variables les constituant possède sa trajectoire propre, avec une temporalité, des séquences, et des impulsions différentes (Gallopin, 2006 ; Magnan, 2018). Un suivi temporel de leurs évolutions par des évaluations régulières permettra donc d’améliorer leur connaissance et d’éclairer les stratégies de gestion. Afin d’y parvenir, nous avons développé, dans le cadre du projet Osirisc5 (2016-20), et en étroite collaboration avec des gestionnaires, une méthode fondée sur des indicateurs de suivi de la dynamique des quatre composantes de la vulnérabilité systémique.

2. Une méthode interdisciplinaire et intersectorielle pour construire un outil de suivi de la vulnérabilité systémique

15En tant que notion complexe, la vulnérabilité ne peut être mesurée directement, parce qu’elle émane d’une construction sociale autant que d’une « réalité » objective (Kienberger et al., 2009 ; Morrow, 1999). Elle requiert la construction d’un ensemble de variables thématiques permettant d’en décrire les différentes composantes, puis leur combinaison, notamment sous forme d’indices (Barnett et al., 2008 ; Cutter et al., 2000 ; McLaughlin et Cooper, 2010 ; Preston et al., 2011). Les variables étant produites à partir de métriques variées, collectées sur le terrain ou extraites de différentes bases de données, elles doivent être rapportées à un référentiel commun permettant de les comparer et de les analyser conjointement. Les variables deviennent alors des indicateurs. La recherche d’indicateurs pertinents et opérationnels pour établir un diagnostic et un suivi de vulnérabilité est donc la première étape indispensable d’une démarche systémique de gestion durable des risques côtiers (Barnett et al., 2008 ; Meur-Ferec et al., 2009).

16Les aléas sont plutôt bien pourvus en moyens de suivi et d’indicateurs. L’inventaire des différents observatoires du trait de côte en France réalisé par le BRGM (Bulteau et al., 2011) a montré l’existence de 52 opérations de suivi du trait de côte aux caractéristiques très variées. Plus récemment, l’état des lieux réalisé dans le cadre du projet Osirisc+ (Cocquempot, et al., in prep) dénombre 69 « structures d’observation » du littoral aux motivations très diverses. Ce foisonnement d’initiatives a même incité le ministère de la Transition écologique et solidaire à impulser, en 2017, la création d’un Réseau national des observatoires du trait de côte.

17Mais il n’en est pas de même pour l’évolution des autres composantes de la vulnérabilité systémique, qui ne disposent pas de méthodes et d’outils équivalents. En ce sens, déterminer des indicateurs de suivi pertinents pour les enjeux, la gestion et plus encore les représentations (qui s’y prêtent mal) constitue un défi conceptuel et méthodologique.

2.1. Un cadre méthodologique commun

18Nous avons opté pour un cadre méthodologique commun à toutes les composantes et toutes les disciplines impliquées dans la recherche. Notre travail s’est appuyé sur des bibliographies méthodologiques disciplinaires, du travail de terrain, et une étroite collaboration avec le comité de suivi du projet Osirisc constitué de gestionnaires des risques côtiers (services de l’État et collectivités territoriales).

19Il s’est agi dans un premier temps de sélectionner des variables, quantitatives ou/et qualitatives, qui serviront d’indicateurs et sont représentatives des différentes composantes. Sans occulter les interrelations entre les composantes mises en évidence sur la figure 1, il a été fait le choix de développer des indicateurs indépendants entre eux permettant, dans une deuxième étape, d’explorer les combinaisons d’indicateurs afin de générer des indices pertinents. Ainsi, par exemple, les enjeux sont considérés isolément des aléas, et c’est leur combinaison qui peut fournir un indice de risque. Ce choix est lié aussi à la dimension dynamique donnée au travail : une population actuellement non touchée par un aléa n’est pas à risque, mais l’évolution des aléas ou des enjeux pourrait conduire à un risque à venir. Il s’agit donc de ne pas obérer les usages scientifiques et opérationnels futurs de l’observatoire proposé. Par ailleurs, et contrairement à des approches sectorielles, comme l’exposition du bâti résidentiel et de ses habitants à l’érosion côtière ou à la submersion (Juigner et al., 2017 ; Créach et al., 2015), nous cherchons à intégrer toutes les dimensions de la vulnérabilité des territoires côtiers à l’érosion et la submersion marine. Une des difficultés rencontrées a donc été de réduire le nombre de variables de façon à obtenir un outil robuste, mais qui reste opérationnel pour les gestionnaires qui seront amenés à les renseigner en partie.

20Le travail se décompose en plusieurs étapes (figure 2) : un premier inventaire (1) par composante a été mené à partir de recherches bibliographiques sur les indicateurs et de l’expertise des chercheurs impliqués. À ce stade, nous avions par exemple obtenu près de 90 « indicateurs potentiels » pour la seule composante de la gestion. Le danger de créer un outil scientifiquement solide, mais opérationnellement inutilisable était présent. Un premier tri (2) et parfois des compléments ont été ensuite réalisés en s’appuyant notamment sur la consultation des gestionnaires. Puis des choix (3) ont été faits par les chercheurs sur des critères à la fois de robustesse scientifique et d’utilité opérationnelle, tenant notamment compte de l’exhaustivité, de la précision, de l’accessibilité, etc. de la donnée.

Figure 2. Les étapes de la méthode de construction des indicateurs

Figure 2. Les étapes de la méthode de construction des indicateurs

Source : modifié d’après Quillet et al., 2019

21Finalement les 62 « indicateurs opérationnels » obtenus sont donc issus d’un processus d’échanges conceptuels et méthodologiques, à la fois entre les chercheurs de différentes disciplines, mais aussi par expertise croisée entre chercheurs et gestionnaires (Kienberger et al., 2009 ; Papathoma-Köhle et al., 2016). Ils sont le fruit de compromis entre la complexité du système de vulnérabilité et le temps nécessaire à la collecte répétée et au traitement de données de sources et de natures très hétérogènes. Ils reflètent également un compromis entre cette complexité et la clarté, l’utilité, l’accessibilité et l’acceptabilité sociale de l’information générée.

22Une fois les indicateurs sélectionnés, le calibrage vise à transformer la donnée brute hétérogène, celle qui a été mesurée, recueillie sur le terrain ou collectée dans une base de données, en une donnée hiérarchisée. Pour parvenir à homogénéiser des données quantitatives et qualitatives, exprimées dans des unités différentes (distances, surfaces, effectifs, proportions, avis, etc.), le choix a été fait de les ordonner par une cotation en cinq classes, si possible en fonction de l’action de l’indicateur sur la vulnérabilité globale. Selon la nature de la donnée brute, ces classes peuvent être délimitées par des méthodes statistiques, arithmétiques ou empiriques. Lorsque les variables sont quantitatives et présentent une distribution normale, l’usage de quantiles est préconisé. Calculés à partir de l’ensemble des données de la zone d’étude, ils permettent de préserver à la fois la distribution de la donnée source et de mettre en exergue les valeurs extrêmes. Lorsque le nombre de données est limité, les méthodes de discrétisation statistique sont peu pertinentes : par exemple, le nombre de monuments historiques et architecturaux classés (pour les enjeux). L’observation des données (seuils naturels) permet alors de déterminer empiriquement les bornes des classes. Enfin, lorsque les variables sont qualitatives (comme souvent dans la composante gestion par exemple), la définition de cotes de 1 à 5 est opérée à dire d’experts par les chercheurs, en association avec les praticiens.

23Enfin, deux dimensions sont essentielles à l’opérationnalisation de tous les indicateurs de suivi : l’espace et le temps. L’échelle spatiale à laquelle sont renseignés les indicateurs peut varier selon les composantes, mais il est nécessaire de définir la dimension de l’entité élémentaire adoptée pour présenter les indicateurs (granularité). C’est une maille élémentaire de 200 x 200 m qui est retenue pour les composantes aléas et enjeux. Cette maille étant peu adaptée à la gestion et aux représentations, les données sont agrégées à l’échelle communale pour ces deux composantes. L’échelle temporelle, correspondant au pas de temps de répétition des mesures et enquêtes, est spécifiée pour chaque indicateur en fonction de sa plus ou moins grande variabilité temporelle.

2.2. Ajustements aux particularités de chaque composante

24La variété des composantes et des disciplines impliquées entraîne des ajustements de la méthode de construction des indicateurs selon les composantes.

2.2.1. Aléas

25Les indicateurs d’aléa sont construits en s’appuyant sur la littérature nationale et internationale, relativement abondante pour cette composante (par exemple, Gornitz, 1991 ; Abuodha et Woodroffe, 2010 ; Hegde et Reju, 2007 ; Martínez-Grana et al., 2016 ; Cerema, 2017). Les valeurs de références au niveau national pour l’aléa érosion sont des distances érodées établies par segments de 200 mètres linéaires (dont l’Indicateur national de l’érosion côtière produit par le Cerema). Pour l’aléa submersion, les hauteurs d’eau dans les zones basses pour un niveau marin centennal fournies par le Shom et le Cetmef (2012) sont utilisées. Ces données moyennées sur plusieurs décennies (érosion), ou observées ou modélisées (submersion) permettent de définir l’amplitude de chaque aléa et de produire les cinq classes de sévérité de chacun d’eux. En ce qui concerne la granularité, les mesures de l’érosion s’effectuent sur des points de référence, le long de transects ou sur des portions de littoral présentant une homogénéité morpho-sédimentaire et/ou hydro-sédimentaire. Sur le terrain, les mesures sont réalisées selon les protocoles mis en place dans de nombreux observatoires côtiers, par topographie, acquisitions de photographies géolocalisées au sol, ou encore par utilisation d’applications pour smartphone telles que Rivages et Crisi (Cerema). L’aléa submersion est mesuré lorsqu’il survient. Il fait alors l’objet de mesures de hauteurs d’eau dans la zone d’extension selon des procédures adaptées de protocoles existants (Cerema, 2017). Ces données ponctuelles sont ensuite affectées à une maille de 200 mètres. Cette maille offre l’intérêt de son indépendance vis-à-vis du découpage administratif, fondamental pour les données naturalistes de cette composante.

26Le calibrage de 1 à 5 est réalisé selon le principe que plus la sévérité des aléas est importante (distance érodée, hauteur de submersion), plus la valeur des indicateurs se rapproche de 5. Logiquement, et toutes choses égales par ailleurs, l’augmentation des aléas accroît le risque et donc la vulnérabilité.

2.2.2. Enjeux

27Les données sur les enjeux sont en France de plus en plus riches et accessibles via l’information géographique de référence (RGE IGN, référentiel cadastral de la DGFIP, données carroyées de l’Insee, etc.). Cela permet de réduire le recours généralement très chronophage au terrain, mais aussi d’accéder à des descripteurs peu ou non visibles sur le terrain (surface habitable, matériaux, etc.). Toutefois, le terrain reste indispensable pour décrire certains attributs qui ne sont pas inclus dans ces bases de données (présence d’une ouverture sur le toit, surélévation, présence d’étage refuge, etc.) et doivent donc être collectés sur place, ce qui peut imposer de longs travaux d’enquête. À ce niveau, les partenariats avec les collectivités locales et les services de l’État sont précieux, d’autant plus que les collectivités produisent ces données à des fins opérationnelles, ce qui tend à améliorer leur qualité et leur mise à jour, et qu’elles bénéficient d’une légitimité territoriale qui rend la collecte de données individuelles acceptable aux yeux des habitants concernés.

28Les référentiels d’information géographiques permettent de produire la plupart des indicateurs à une granularité fine, intéressante pour nos indicateurs, tout en les rendant reproductibles aux échelles régionale ou nationale. Mais, s’il est souhaitable de décrire les enjeux avec la meilleure précision possible, il est en contrepartie indispensable de garantir la confidentialité des données individuelles (statut de l’habitat : principal ou secondaire, caractéristiques des occupants, etc.) ; leur accès est soumis à des conditions légales (Cnil). C’est la raison pour laquelle l’Insee diffuse désormais les données du recensement à travers ses données carroyées à la granularité de 200 mètres. De plus, certaines données possèdent une valeur stratégique qui peut rendre leur diffusion sensible. Ainsi, une représentation agrégée à la maille de 200 mètres permet de renseigner ces indicateurs, tout en préservant la confidentialité des données détaillées. Cette maille de 200 mètres étant aussi la maille de base retenue pour les aléas, elle permet un croisement aisé de ces deux composantes pour déterminer le risque.

29En termes de calibrage, plus il y a d’enjeux, plus la cote sera proche de 5. Comme pour les aléas, une augmentation des enjeux entraîne, toutes choses égales par ailleurs, une augmentation des risques et donc de la vulnérabilité.

2.2.3. Gestion

  • 6 PPR : Plan de prévention des risques.
  • 7 Papi : Plan d’action pour la prévention des inondations.

30Les indicateurs de gestion sont renseignés en partie à l’aide de données disponibles sur internet (PPR6, Papi7, etc.), et en partie par enquête sur le terrain auprès des services de l’État et des collectivités territoriales.

  • 8 Gemapi : Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations.

31Une des particularités de cette composante est qu’elle touche directement au travail des gestionnaires qui, plus que pour les autres composantes, sont à la fois producteurs de données et utilisateurs finaux. Une étroite collaboration avec eux est donc nécessaire pour construire les indicateurs. Le tri et le calibrage des indicateurs se font en concertation mais ne sont pas toujours le résultat d’un consensus, tant les positions des uns et des autres peuvent différer sur l’intérêt ou la signification d’un indicateur (Quillet et al., 2019). En effet, les positions des gestionnaires ne sont pas homogènes, souvent des divergences apparaissent entre services de l’État et collectivités territoriales. En cas de désaccord entre gestionnaires, certaines décisions ont été prises à dire d’expert par les chercheurs. Par exemple, le fait de prélever la taxe Gemapi8 nous apparaît comme un progrès vers la responsabilisation des acteurs locaux et donc la réduction de la vulnérabilité, alors que pour certaines collectivités locales, il s’agit davantage d’un signe de désengagement de l’État, accroissant les inégalités territoriales.

32Un point de vigilance particulier à la composante gestion est le fait que les gestionnaires ne doivent pas se sentir évalués par les chercheurs. Il ne s’agit pas de juger la qualité de leur travail, mais de situer l’avancée du territoire étudié par rapport aux autres, et surtout d’analyser son évolution dans le temps. C’est justement cette trajectoire de gestion qui peut être infléchie par des leviers politiques ou financiers. Pour cette composante, plus que pour les autres, la connaissance est clairement partagée entre chercheurs et praticiens, entre théories de politiques publiques et réalités de leurs applications sur le terrain.

33Le calibrage des indicateurs de gestion est inversé par rapport à celui des aléas et des enjeux, en partant du principe que la gestion tend à réduire la vulnérabilité. Ainsi, plus la gestion est considérée « avancée », plus la cote est proche de 5, et donc plus la vulnérabilité tend à être réduite.

34Quant à l’échelle des indicateurs de gestion, c’est la granularité de la commune qui a été retenue. En effet, c’est le plus petit maillon d’application des politiques publiques, même si l’intercommunalité tend à devenir l’échelle préférentielle d’application de beaucoup d’outils de gestion des risques côtiers.

2.2.4. Représentations

35La composante représentation est indubitablement celle qui pose le plus de défis conceptuels et méthodologiques. Comment imaginer un « observatoire de la pensée » ? De nombreuses précautions s’imposent pour la construction et surtout l’interprétation des indicateurs.

36Une première spécificité de cette composante et que les données ne sont pas préexistantes (pas de bases de données nationales, pas de site internet dédié). Elles doivent être créées par enquêtes répétées auprès de personnes concernées par les communes étudiées. Un prétest a été réalisé durant trois mois au printemps 2018 dans des communes du golfe du Morbihan. Plusieurs modes de communication ont été utilisés pour inciter les personnes qui habitent ou qui ont une activité au sein de ces communes à répondre à un questionnaire en ligne. Une communication a été faite via les sites Internet des mairies, les offices de tourisme, les pages Facebook… Des contacts ont été également pris avec les associations et les écoles pour communiquer l’adresse du site. Une information sous forme d’affichage en mairie, en médiathèque, sur panneaux lumineux en ville a conjointement été mise en place. Une passation du questionnaire en face-à-face a été effectuée en parallèle sur une commune. La passation d’enquête est une difficulté car, malgré les nombreuses sollicitations, le nombre de répondants est souvent faible en questionnaire auto-administré (à titre d’exemple, 79 réponses ont été obtenues sur 8 communes lors du prétest effectué en 2018). Il est souvent nécessaire de recruter des personnes pour effectuer ces enquêtes en direct. Ceci nécessite alors des temps de travail et des coûts considérables.

37Deuxième spécificité, les données sont des réponses à des questions d’enquête sur la relation au lieu, la confiance dans les acteurs, le fait d’être plus au moins concernés, voire inquiets face aux risques côtiers, les préférences en termes d’aménagements, etc. La plupart de ces indicateurs ne dégagent pas de tendance directe en termes de vulnérabilité. Par exemple, être très attaché à son cadre de vie peut signifier que l’on est vulnérable car on ne voudra jamais bouger, même si on est en danger ; et d’un autre côté cela peut impliquer que l’on a un fort « concernement » (Brunet, 2008) et donc une plus grande capacité de mobilisation et d’adaptation, ce qui tendrait à réduire la vulnérabilité. Le calibrage de 1 à 5 est donc difficile pour ces indicateurs, qui sont, pour la plupart, indirectement associés à la vulnérabilité, et n’ont de sens qu’interprétés conjointement. Autrement dit, cette composante a pour intérêt d’apporter une information qualitative concernant la vulnérabilité. Elle donne une image à un instant T de la représentation que les personnes se font de leur territoire, connaissance importante pour le gestionnaire, et de l’évolution de cette représentation, connaissance primordiale pour le chercheur qui étudie la dynamique sociale.

38Ainsi, les représentations sont complexes à analyser car résultant d’un faisceau de facteurs individuels et collectifs (sociaux, culturels, environnementaux, etc.) (Hellequin et al., 2013 ; Michel-Guillou et Meur-Ferec, 2017).

3. Résultats : des indicateurs de suivi dans les quatre composantes

39Nos résultats aboutissent à 62 indicateurs répartis dans les 4 composantes. Ils sont présentés dans le tableau 1.

Tableau 1. Les indicateurs d’Osirisc

Composante Thème Description
Aléa Érosion Distance érodée par an par 100 m linéaires
Surface érodée par an par 100 m linéaires
Volume érodé par an par 100 m linéaires
Migration Vitesse de migration dunaire
Submersion Hauteur de submersion
Linéaire exposé aux paquets de mer et aux écoulements
Enjeu Humain Nombre d'habitants
Nombre de bâtiments résidentiels
Pourcentage de personnes <10 ans ou > 65 ans
Part des ménages à bas revenu
Part des résidences secondaires
Emprise au sol du bâti résidentiel
Économique Capacité d’hébergement touristique
Nombre d’emplois
Valeur immobilière moyenne (par m²)
Diversité des activités
Emprise au sol des bâtiments à vocation économique
Structurel Capacité d’accueil des établissements recevant du public
Localisation des établissements industriels à risque
Densité des routes
Part du linéaire côtier présentant des ouvrages de défense
Localisation du bâti résidentiel sans étage refuge
Présence d’un établissement de secours
Proximité d’un établissement de secours
Nombre de monuments historiques et architecturaux
Présence d’un port
Zones tampons Surfaces occupées par l’agriculture
Nombre de zonages environnementaux
Gestion Maîtrise de l’urbanisation Contraintes de constructibilité en zone d’aléas
État d’avancement du PPR (Littoral ou Submersion marine)
Stratégie locale Démarche locale (Papi, SLGRI, SGGITC, autre)
Relocalisation dans stratégie locale
Mise en œuvre Papi
Acteurs partenaires de la démarche locale
Investissement humain sur les risques côtiers
Intégration acteurs extraterritoriaux
Mise en place de la compétence Gemapi
État des ouvrages
Gestion de crise Intégration du SDIS dans le PCS
Mise à jour du PCS
Moyens d’alerte
Sensibilisation Repères inondations et recul du trait de côte
Associations sur les risques côtiers
Sensibilisation dans les établissements scolaires
Modes de diffusion du Dicrim
Analyse pédagogique du Dicrim
Connaissance Publications scientifiques sur les risques côtiers
Représentations Confiance Attachement au lieu
Activités en lien avec la mer
Conscience du risque Expérience personnelle du risque
Expérience indirecte du risque
Information active (recherche volontaire d’informations)
Place des risques côtiers dans les problématiques locales
Intérêt du risque
Connaissance des programmes de gestion
Pratiques individuelles mises en place
Évaluation des pratiques collectives Confiance dans les institutions et acteurs médiateurs
Réglementation et recul du bâti
Mesures d’évacuation
Confiance dans les institutions locales et régionales
Confiance dans les institutions nationales et supranationales
Renforcement de l’existant

Nous considérons ici que le patrimoine naturel n’est pas un enjeu qui augmente la vulnérabilité, mais serait plutôt une opportunité d’adaptation : plus il existe d’espaces naturels « libres » de bouger, moins la vulnérabilité est importante.
SLGRI : Stratégie locale de gestion des risques d’inondation
SNGITC : Stratégie locale de gestion intégrée du trait de cote
SDIS : Service départemental d’incendie et de secours
PCS : Plan communal de sauvegarde

40Chaque indicateur est accompagné d’une fiche descriptive précisant sa fonction, les sources de données et éventuellement leur qualité, ainsi que le protocole pour le renseigner, effectuer le calibrage en cinq catégories et le pas de temps de mise à jour (figure 3).

Figure 3. Exemple de fiche de métadonnées, indicateurs d’Osirisc

Figure 3. Exemple de fiche de métadonnées, indicateurs d’Osirisc

41Les données spatio-temporelles renseignant les indicateurs sont archivées, traitées, représentées cartographiquement et diffusées par une interface web-SIG appelée « Osi » en cours de finalisation (Marcel et al., 2018). Base de données mutualisée entre scientifiques et gestionnaires, cette interface propose un tableau de bord graphique et cartographique interactif permettant de visualiser les indicateurs constituant la vulnérabilité, d’en comprendre les facteurs déterminants et d’en suivre l’évolution. Une première application a été réalisée pour cinq communes du golfe du Morbihan (figure 4).

Figure 4. Capture d’écran de l’interface WEB-SIG OSI

Figure 4. Capture d’écran de l’interface WEB-SIG OSI

4. Discussion sur l’outil proposé

42Le passage du concept de vulnérabilité systémique à la mise en pratique des indicateurs met en lumière certains points importants.

43Tout d’abord, il faut garder à l’esprit que réduire la complexité de la réalité à un nombre limité d’indicateurs conduit à une perte d’informations (Gallopin, 1997). Les indicateurs fournissent une tendance, mais ne se substituent pas à la connaissance du terrain et à l’analyse approfondie des données qui les ont constitués et de la méthode qui les a créés. Ils doivent pouvoir être déconstruits pour accéder à ces « données brutes » et éviter un effet « boîte noire » (Balica et al., 2012 ; Turner et al., 2003).

44Ensuite, le fait que des indicateurs de suivi doivent être remis à jour régulièrement impose des contraintes sur les méthodes d’acquisition des données et justifie, lorsque cela est possible, de privilégier les indicateurs issus de bases de données existantes et accessibles (Grasland et Hamez, 2005 ; Le Berre et al., 2011). Dans le cas contraire, des protocoles d’enquête ou de mesures précis et relativement « légers » doivent être mis en place.

45Autre élément essentiel, le renseignement des indicateurs est tributaire du temps dont disposent les chercheurs et les gestionnaires, ce qui rend l’outil dépendant de ressources humaines dédiées et d’une structure pérenne pour l’héberger (de type observatoire) (Le Berre et al., 2011).

46Par ailleurs, la signification accordée aux résultats et leur réception par les acteurs concernés se révèlent déterminantes (Levrel et al., 2010 ; Nardo et al., 2005). Il est donc essentiel de définir des approches conceptuelles et méthodologiques partagées, comprises et acceptées par les acteurs concernés.

47Enfin, tous ces indicateurs peuvent être utilisés tels quels, mais ils peuvent aussi être agrégés pour constituer des indices (Barnett et al., 2008 ; Eakins et Luers, 2006 ; Nardo et al., 2005). Quatre catégories d’indices sont encore en cours de construction dans le cadre du projet Osirisc : les indices thématiques intègrent un ensemble d’indicateurs, issus de la même composante et décrivant un même thème (par exemple : un indice de submersion ou un indice d’enjeu humain). L’agrégation des indices thématiques d’une même composante permet de produire des indices de composante (Aléas, Enjeux, Gestion ou Représentations). Ces indices de composantes, combinés entre eux peuvent donner lieu à un indice global décrivant la vulnérabilité systémique. Enfin, les indices transverses regroupent des indicateurs portant sur un aspect particulier et issus de différentes composantes (par exemple la vulnérabilité humaine, la vulnérabilité du bâti, ou uniquement le risque, etc.).

Conclusion

48Créer des indicateurs de suivi de la vulnérabilité systémique, simples tout en étant représentatifs, conceptuellement rigoureux tout en étant utiles au gestionnaire, est un objectif complexe auquel se sont attelés bien des chercheurs (Balica et al., 2012 ; Barnett et al., 2008 ; Birkmann et Welle, 2015). C’est à cet effort commun que nous avons voulu contribuer, en formalisant des réflexions interdisciplinaires nées d’allers-retours constants entre terrain et réflexions théoriques, et entre chercheurs et gestionnaires.

49Des avancées nous semblent réalisées sur la question de la vulnérabilité. D’abord, en raison de la polysémie du terme, la définition de la vulnérabilité utilisée demande à être précisée pour chaque travail de recherche (vulnérabilité de quoi et à quoi). Ensuite, il est important de rappeler que la vulnérabilité a un caractère éminemment géographique et est « située » socialement (place-based vulnerability – Cutter et al., 2000). C’est-à-dire qu’il importe, pour l’étudier, de considérer son contexte territorial, son ancrage historique (Noël, 2014) et les types de population qui rencontrent ces problèmes. Ceci est d’autant plus vrai que notre approche donne une place importante aux composantes gestion et représentations, qui diffèrent fortement d’une société à l’autre (Douglas et Wildavski, 1984), d’une organisation politique et administrative à l’autre (différences dans les politiques publiques, les modes de gouvernance des risques littoraux, etc.). Enfin, et cet apport nous paraît fondamental, la vulnérabilité systémique que nous proposons permet d’éviter le dualisme artificiel opposant nature et société. Notre choix d’intégrer les aléas dans la définition de la vulnérabilité systémique, encore peu usité, permet de ne pas dissocier ces composantes de l’éco-socio-système qui sont sur le terrain étroitement imbriquées et en interrelations constantes.

50En ce qui concerne les indicateurs, il nous semble utile de souligner que, quels qu’ils soient et quels que soient les efforts déployés pour les mettre au point, ils ne peuvent jamais remplacer des études détaillées de terrain, des acteurs de la gestion du risque et des habitants. Ensuite, et malgré les réserves et la prudence que l’on doit s’imposer lorsque l’on travaille sur des indicateurs, la méthode exposée dans cet article offre l’avantage de proposer un outil de suivi de la vulnérabilité systémique robuste scientifiquement, apportant des éléments de connaissance aux chercheurs, mais aussi opérationnel, éclairant l’analyse et les actions des gestionnaires. La coconstruction a favorisé la réception de la méthode par les acteurs des territoires impliqués. Ainsi, à partir de cinq communes du golfe du Morbihan engagées dans le programme de recherche (Locmariaquer, Saint-Philibert, Crac’h, Auray, Pluneret), plusieurs communautés de communes bretonnes se sont approprié la méthode et ont renseigné avec nous les indicateurs pour leurs territoires (CC Pays Bigouden-Sud, CC Lesneven Côtes des Légendes).

51Au final, coconstruire avec les gestionnaires des indicateurs, les cataloguer dans une base de données, les agréger ou non en indices, les représenter spatialement et les diffuser, est une chose que nous pouvons réaliser en tant que chercheurs. Mais pour que ce travail soit totalement opérationnel, pour suivre régulièrement et sur un temps long l’évolution de la vulnérabilité systémique, il doit être intégré dans une structure d’observatoire pérenne, soutenue par les collectivités territoriales et l’État. Les universitaires ne peuvent ici qu’appeler cet observatoire de leurs vœux et continuer à mobiliser les acteurs concernés…

Haut de page

Bibliographie

Abuodha P. A. O., Woodroffe C. D., 2010, « Assessing vulnerability to sea-level rise using a coastal sensitivity index : a case study from southeast Australia », Journal of Coastal Conservation, vol. 14, n° 3, p. 189-205.

Adger W. N., 2006, « Vulnerability », Global Environmental Change, vol. 16, p. 268-281.

Balica S. F., Wright N. G., van der Meulen F., 2012. « A flood vulnerability index for coastal cities and its use in assessing climate change impacts », Natural Hazards, vol. 64, p. 73-105, https://doi.org/10.1007/s11069-012-0234-1.

Barnett J., Lambert S., Fry I., 2008, « The hazards of indicators : insight from the Environmental Vulnerability Index », Annals of the Association of American Geographers, vol. 98, n° 1, p. 102-119.

Becerra S., 2012, « Vulnérabilité, risques et environnement : l’itinéraire chaotique d’un paradigme sociologique contemporain », Vertigo, vol. 12, n° 1, https://doi.org/10.4000/eps.7044.

Berque A., 1996, Être humains sur la terre : principes d’éthique de l’écoumène, Paris, Gallimard.

Birkmann J., Welle T., 2015, « Assessing the risk of loss and damage : exposure, vulnerability and risk to climate-related hazards for different country classifications », International Journal of Global Warming, vol. 8, p. 191-212, https://doi.org/10.1504/IJGW.2015.071963.

Brunet P., 2008, « De l’usage raisonné de la notion de “concernement” : mobilisations locales à propos de l’industrie nucléaire », Natures Sciences Sociétés, vol. 16, n° 4, p. 317-325.

Bulteau T., Garcin M., Oliveros C., Le Nôtre N., 2011, « Synthèse des travaux menés sur l’observation de l’évolution du trait de côte », rapport BRGM/RP-59396-FR, 156 p.

Cerema, 2017, Collecte d’information sur le terrain suite à une inondation. Guide méthodologique, coll. « Références », 66 p.

Cetmef, Shom, 2012, Statistiques des niveaux marins extrêmes de côtes de France, édition 2012.

CGEDD, 2019, « Recomposition spatiale des territoires littoraux », rapport au gouvernement, Conseil général de l’Environnement et du Développement durable, 234 p.

Créach A., Pardo S., Guillotreau P., Mercier D., 2015, « The use of a micro-scale index to identify potential death risk areas due to coastal flood surges : lessons from Storm Xynthia on the French Atlantic coast », Natural Hazards, vol. 77, p. 1679-1710.

Cutter S. L., Boruff B. J., Shirley W. L., 2003, « Social vulnerability to environmental hazards », Social Science Quaterly, vol. 84, p. 242-261.

Cutter S.L., Mitchell J.T., Scott M.S., 2000, « Revealing the Vulnerability of People and Places : A Case Study of Georgetown County, South Carolina », Annals of the American Association of Geographers, vol. 90, p. 713-737.

D’Ercole R., 1994, « Les vulnérabilités des sociétés et des espaces urbanisés : concepts, typologie, modes d’analyse », Revue de géographie alpine, n° 4, tome LXXXII, p. 87-96.

D’Ercole R., Pigeon P., 2000, « L’évaluation du risque à l’échelle internationale. Méthodologie et application aux diagnostics préalables aux actions de préparation et de prévention des catastrophes », Cahiers savoisiens de géographie, n° 1, p. 29-36, https://doi.org/10.3406/rga.1994.3776.

Delor F., Hubert M., 2000, « Revisiting the concept of “vulnerability“ », Social Science & Medecine, vol. 50, n° 11, p. 1557-1570.

Douglas M., Wildavski A., 1984, Risk and Culture, An Essay on the Selection of Technological and Environmental Dangers, Berkeley, University of California Press.

Eakin H., Luers A. L., 2006, « Assessing the Vulnerability of Social-Environmental Systems », Annual Review on Environment and Resources, vol. 31, p. 365-394, https://doi.org/10.1146/annurev.energy.30.050504.144352.

Foucher M., 1982, « Esquisse d’une géographie humaine des risques naturels », Hérodote 1982/01, p. 40-67.

Gallopín G. C., 2006, « Linkages between vulnerability, resilience, and adaptive capacity », Global Environmental Change, vol. 16, p. 293-303.

GIEC, 2018., « Les scénarios + 1,5 °C », rapport spécial du Groupe intergouvernemental d’étude du climat.

Gilbert C., 2009, « La vulnérabilité : une notion vulnérable ? À propos des risques naturels », in Becerra S., Peltier A. (dir), 2009, Risques et environnement : recherches interdisciplinaires sur la vulnérabilité des sociétés, Paris, L’Harmattan, p. 23-41.

Gornitz V., 1990, « Vulnerability of the East Coast, USA to future sea level rise », Journal of Coastal Research, Special Issue, n° 9, p. 201-237.

Gornitz V., 1991, « Global coastal hazards from future sea level rise », Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, vol. 89, p. 379-398.

Grasland C., Hamez G., 2005, « Vers la construction d’un indicateur de cohésion territoriale européen ? », L’Espace géographique, tome 34, p. 97-116, https://doi.org/10.3917/eg.342.0097.

Hellequin A.-P., Flanquart H., Meur-Ferec C., Rulleau B., 2013, « Perceptions du risque de submersion marine par la population du littoral languedocien : contribution à l’analyse de la vulnérabilité côtière », Nature, Science, Société, vol. 21, p. 385-399, https://doi.org/10.1051/nss/2014002.

Hénaff A., Philippe M. (Eds), 2014, Gestion des risques d’érosion et de submersion marines, guide méthodologique, Projet-ANR-10-CEPL-0001Cocorisco, 156 p.

Jollivet M. (dir), 1992, Sciences de la nature, sciences de la société : les passeurs de frontière, CNRS éd. Paris, 589 p.

Juigner M., Robin M., Debaine F., Hélen F., 2017, « A generic index to assess the building exposure to shoreline retreat using box segmentation : Case study of the Pays de la Loire sandy coast, west of France », Ocean and Coastal Management, vol. 148, p. 40-52.

Kasperson J., Kasperson R., Turner B., Hsieh W., Schiller A., 2005, « Vulnerability to global environment change », in Kasperson J., Kasperson R. (Dir.), The social contours of risk, London, Earthscan, vol. 2, p. 245-285.

Kienberger S., Lang S., Zeil P., 2009, « Spatial vulnerability units-Expert-based spatial modelling of socio-economic vulnerability in the Salzach catchment, Austria », Natural Hazards and Earth System Sciences, vol. 9, p. 767-778.

Klein R. J. T., Nicholls, R. J, 1999, « Assessment of coastal vulnerability to climate change », Ambio, vol. 28, n° 2, p. 182-187.

Le Berre I., Hariz M. R., David L., Nogues L., 2011, « Des indices pour hiérarchiser la sensibilité du littoral aux pollutions marines par les hydrocarbures : l’exemple normand », Norois, n° 219, p. 109-129, https://doi.org/DOI: 10.4000/norois.3607.

Léone F., Vinet F., (dir.), 2006, La vulnérabilité des sociétés et des territoires face aux menaces naturelles. Analyses géographiques, Montpellier, Éditions Université Paul-Valéry, coll. « Géorisques », GESTER, p. 9-25.

Levrel H., Fossat J., Pelletier D., 2010, « Les indicateurs de biodiversité marine et côtière : état des lieux institutionnel », VertigO, vol. 10, n° 2, https://doi.org/10.4000/vertigo.9893.

Magnan A., 2009, « La vulnérabilité des territoires littoraux au changement climatique : mise au point conceptuelle et facteurs d’influence », rapport de l’IDDRI.

Magnan A., 2018, « A theory of adaptation to climate change, from trajectories of vulnerability to adaptation pathways », habilitation à diriger des recherches, université de La Rochelle, 103 p.

Marcel O., Le Berre I., Rouan M., Philippe M., Hénaff A., 2018, « Une application WEB-SIG de suivi de la vulnérabilité systémique des littoraux, projet Osirisc », in Merigéo De la côte à l’océan, l’information géographique en mouvement, Ifremer, Shom, AFB, Crige-PACA, Aix-en-Provence, p. 43-46.

Martínez-Grana A. M., Boskib T., Goya J. L., Zazoc C.,Dabriod C. J., 2016, « Coastal-flood risk management in central Algarve : Vulnerability and flood risk indices », Ecological Indicators, vol. 71, p. 302-316.

McLaughlin S., Cooper, J. A. G., 2010, « A multi-scale coastal vulnerability index : A tool for coastal managers ? », Environmental Hazards, vol. 9, p. 233-248.

Medde, 2012, Stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte. Vers la relocalisation des activités et des biens, ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, Paris, 20 p.

Meur-Ferec C., (coord), Deboudt Ph., Deldrève V., Flanquart H., Hellequin A.-P., Herbert V., Longuépée J., Morel V., 2003, « La vulnérabilité des territoires côtiers : évaluation, enjeux et politiques publiques », rapports de recherche Programme national Environnement côtier.

Meur-Ferec C., Deboudt Ph., Morel V., 2008, « Coastal Risks in France : An Integrated Method For Evaluating Vulnerability », Journal of Coastal Research, vol. 24, n° 2, p. 178-189.

Meur-Ferec C., Guillou É., 2019, « Interest of Social Representation Theory to grasp coastal vulnerability and to enhance coastal risks management », Psyecology, Taylor & Francis.

Michel-Guillou É., Meur-Ferec C., 2017, « Representations of coastal risk, erosion and marine flooding, among inhabitants of at-risk municipalities », Journal of Risk Research, vol. 20, p. 776-799.

Morel V., Deboudt Ph., Hellequin A.-P., Herbert V., Meur-Ferec C., 2006, « Regard rétrospectif sur l’étude des risques en géographie à partir des publications universitaires, 1980-2004 », L’Information géographique, vol. 70, p. 6-24.

Morrow B. H., 1999, « Identifying and mapping community vulnerability », Disasters, vol. 23, p. 1-18.

Nardo M., Saisana A., Tarantola S., Hoffman A., Giovannini E., 2005, Handbook on constructing composite indicators : methodology and user guide, OECD Statistics Working Papers, OECD, Paris.

Neumann B, Vafeidis A. T., Zimmermann J, Nicholls R. J., 2015 « Future Coastal Population Growthand Exposure to Sea-Level Rise and CoastalFlooding – A Global Assessment », PLoS ONE, vol. 10, n° 3, https://doi.org/10.1371/journal.pone.0118571.

Nguyen T. T. X., Bonetti J., Rogers K., Woodroffe C. D., 2016, « Indicator-based assessment of climate-change impacts on coasts : A review of concepts, methodological approaches and vulnerability indices », Ocean and Coastal Management, vol. 123, p. 18-43.

Nichols R. J., Hoozemans F. M. J., 2005, « Global vulnerability analysis », in Schwartz (ed.), Encyclopedia of coastal science, Kluwer Academic Publisher, Springer.

Nichols C., Wright L., Bainbridge S., Cosby A., Hénaff A., Loftis J. D., Cocquempot L., Katragadda S., Mendez G. R., Letortu P., Le Dantec N., Resio D., Zarillo G., 2019, « Collaborative Science to Enhance Coastal Resilience and Adaptation », Frontiers in Marine Science, Frontiers Media, n° 6.

Noël S., 2014, « La vulnérabilité des populations de la côte est du Cotentin 1700-1914 : l’approche historique dans l’analyse des enjeux, de l’aléa et de la gestion du risque de submersion », Actes du colloque international Connaissance et compréhension des risques côtiers, Brest, p. 445- 455.

Papathoma-Köhle M., Promper C., Glade T., 2016, « A Common Methodology for Risk Assessment and Mapping of Climate Change Related Hazards – Implications for Climate Change Adaptation Policies », Climate, vol. 4, n° 8, https://doi.org/10.3390/cli4010008.

Preston B. L., Yuen E. J., Westaway R. M., 2011, « Putting vulnerability to climate change on the map : a review of approaches, benefits, and risks », Sustainable Sciences, vol. 6, p. 177-202.

Provitolo D., 2012, « La "vulnérabilité résiliençaire”, un cadre conceptuel pour les recherches sur les risques et les catastrophes », in Y. Lazzeri et E. Moustier, Vulnérabilité, équité et créativité en méditerranée, Presses universitaires de Provence et presses universitaires d’Aix-Marseille, 263 p.

Quillet É., Meur-Ferec C., Chauveau É., Philippe M., 2019, « Contribution à la mise en place d’indicateurs de suivi de la gestion des risques côtiers en France Métropolitaine : vers un observatoire intégré des risques d’érosion submersion », Norois n° 250, 2019/1, p. 81-97.

Romieu E., Vinchon C., 2009, « Évaluation de la vulnérabilité de la zone côtière : état de l’art et analyse critique », Rapport du BRGM, n° 57389, Orléans.

Thywissen K., 2006. Components of risk : a comparative glossary, Studies of the university : research, counsel, education. United Nations University, Institute for Environment and Human Security, Bonn.

Turner B. L., Kasperson R. E., Matson P. A., 2003, « A framework for vulnerability analysis in sustainability science », Proceeding of National Academy of Sciences, USA, vol.  100, n° 8074–8079, https://doi.org/10.1073/pnas.1231335100.

Veyret Y., Reghezza M., 2006, « Vulnérabilité et risques. L’approche récente de la vulnérabilité », Annales des mines, série Responsabilité et environnement, n° 43, juillet, p. 9-13.

Vinet F., Defossez S., Rey T., Boissier L., 2012. « Le processus de production du risque "submersion marine" en zone littorale : l’exemple des territoires "Xynthia" », Norois, n° 222, p. 11-26, https://doi.org/10.4000/norois.3834.

Wismer B, 2016, « Vulnerability as Concept, Model, Metric, and Tool », in Oxford Research Encyclopedia, natural hazard science, Oxford University Press USA.

Haut de page

Notes

1 Projets Osirisc vers un ObServatoire Intégré des RISques Côtiers d’érosion submersion (2016-2020) et Osirisc + (2017-2020) cofinancés par la Fondation de France et la Dreal de Bretagne.

2 Pnec : Programme national d’environnement côtier.

3 Miseeva : Marine Inundation hazard exposure modelling and Social, Economic and Environnemental Vulnerability Assessment in regard to global change.

4 Cocorisco : Connaissance, compréhension et gestion des risques côtiers.

5 Osirisc : vers un Observatoire intégré des risques côtiers d’érosion submersion.

6 PPR : Plan de prévention des risques.

7 Papi : Plan d’action pour la prévention des inondations.

8 Gemapi : Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La vulnérabilité systémique à un moment T
Crédits Source : modifié d’après Meur-Ferec et al., 2008
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/16731/img-1.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Figure 2. Les étapes de la méthode de construction des indicateurs
Crédits Source : modifié d’après Quillet et al., 2019
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/16731/img-2.png
Fichier image/png, 49k
Titre Figure 3. Exemple de fiche de métadonnées, indicateurs d’Osirisc
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/16731/img-3.png
Fichier image/png, 595k
Titre Figure 4. Capture d’écran de l’interface WEB-SIG OSI
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/16731/img-4.png
Fichier image/png, 362k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Meur-Ferec, Iwan Le Berre, Lucie Cocquempot, Élisabeth Guillou, Alain Henaff, Thibaud Lami, Nicolas Le Dantec, Pauline Letortu, Manuelle Philippe et Camille Noûs, « Une méthode de suivi de la vulnérabilité systémique à l’érosion et la submersion marines », Développement durable et territoires [En ligne], Vol. 11, n°1 | Avril 2020, mis en ligne le 30 avril 2020, consulté le 23 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/developpementdurable/16731 ; DOI : https://doi.org/10.4000/developpementdurable.16731

Haut de page

Auteurs

Catherine Meur-Ferec

Catherine Meur-Ferec est professeure de géographie, spécialiste de la gestion intégrée des zones côtières et des risques côtiers. Université de Brest, IUEM, LETG UMR CNRS 6554.
meurferec@univ-brest.fr

Articles du même auteur

Iwan Le Berre

Iwan Le Berre, maître de conférences en géographie, étudie l’artificialisation du littoral par des méthodes de géomatique. Université de Brest, IUEM, LETG UMR CNRS 6554.
iwan.leberre@univ-brest.fr

Articles du même auteur

Lucie Cocquempot

Lucie Cocquempot est ingénieure de recherche, elle œuvre pour les partenariats pour l’observation du littoral et la coordination des efforts d’observation. Ifremer.
Lucie.Cocquempot@ifremer.fr

Articles du même auteur

Élisabeth Guillou

Élisabeth Guillou est professeure de psychologie, spécialiste de psychologie sociale environnementale. Université de Brest, LP3C EA 1285.
Elisabeth.Guillou@univ-brest.fr

Articles du même auteur

Alain Henaff

Alain Henaff est maître de conférences en géographie, spécialisé en géomorphologie littorale. Université de Brest, IUEM, LETG UMR CNRS 6554.
Lucie.Cocquempot@ifremer.fr

Articles du même auteur

Thibaud Lami

Thibaud Lami est ingénieur d’études et travaille sur le projet Osirisc. Université de Brest, IUEM, LETG UMR CNRS 6554.

Articles du même auteur

Nicolas Le Dantec

Nicolas Le Dantec est chercheur au Cerema, spécialiste de dynamique sédimentaire en zone côtière. Université de Brest, IUEM, LGO UMR CNCRS 6538 et Cerema, Direction eau, mer et fleuves.
nicolas.ledantec@univ-brest.fr

Articles du même auteur

Pauline Letortu

Pauline Letortu est maître de conférences en géographie, spécialiste des aléas côtiers. Université de Brest, IUEM, LETG UMR CNRS 6554.

Articles du même auteur

Manuelle Philippe

Manuelle Philippe est ingénieure en production et analyse de données dans des recherches appliquées à l’interface science-société. Université de Brest, IUEM, Amure UMR CNRS 6308.
manuelle.philippe@univ-brest.fr

Articles du même auteur

Camille Noûs

Camille Noûs est membre du laboratoire Cogitamus.
camille.nous@noussommesluniversite.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search