Navigation – Plan du site

AccueilVie scientifiqueAppels à contributions closModes d’habiter et sensibilités e...

Modes d’habiter et sensibilités environnementales émergentes : quels enjeux pour la qualité de vie ?

Sandrine Depeau, Élisabeth Guillou et Hélène Melin

Cadrage du dossier

Dans un contexte de défis planétaires aujourd’hui bien identifiés (déplacement de populations, montée du niveau marin…) rapprochant des enjeux environnementaux, économiques et sociaux, les sociétés sont confrontées à des mutations rapides et importantes. Ces mutations impactent non seulement les formes d’habiter, les formes d’adaptation et le rapport à l’environnement des individus mais questionnent également les formes de résilience des espaces et la qualité de vie des individus. La combinaison de ces enjeux entraîne deux champs problématiques complexes qui sont à explorer et à articuler : celui des conditions et modalités de processus socio-spatiaux et psycho-sociaux afférents aux modes d’habiter les espaces, et celui des processus psycho-sociaux émanant des adaptations humaines liées au changement climatique. Ce dossier thématique vise à questionner ces deux champs problématiques.

Le premier champ est aujourd’hui très largement soumis aux processus d’urbanisation et à l’essor des usages numériques qui transforment les dynamiques sociales et territoriales dans un contexte de société dite « numérique ». Partant, il conduit à un renouvellement des questions classiques relatives à la cohésion sociale, à la démocratie participative, à la gouvernance, aux jeux d’échelles, aux formes durables des modèles de villes, aux modes d’habiter les espaces, etc. Thématiques majeures qui animent depuis bon nombre d’années la communauté des SHS, sans pour autant parvenir à un consensus sur la notion de « qualité de vie ». Le second champ émane des enjeux de conservation et/ou de protection des territoires et des formes de vulnérabilités qui s’y déploient. Il invite alors à questionner autrement les processus d’engagement à l’œuvre pour la préservation de l’environnement, les formes de mobilisations ordinaires ou politisées, les sensibilités aux risques et les représentations des risques socialement construites. Ces questionnements conduisent à s’interroger sur les formes de vulnérabilité, et en conséquence, la qualité de vie.

Quelle que soit la problématique explorée dans ce dossier, l’objectif est de renouveler/d’approfondir les questionnements sur la place et le rôle des individus et des groupes sociaux dans les problématiques de qualité de vie au quotidien, et de soutenabilité des formes d’habiter. Ceux-ci pourraient être déclinés à différentes échelles spatiales significatives pour l’expérience des individus, comme mentionnés par Romice et al. (2017) en référence aux travaux anthropologiques de Hall (1966) : l’échelle métropolitaine, l’échelle du quartier et l’échelle pédestre. Ces réflexions peuvent également porter sur d’autres niveaux d’analyse qui se détachent du milieu urbain pour englober l’expérience plus globale de l’individu avec son environnement en pointant tout autant les déséquilibres sociaux et les inégalités sociales qu’ils peuvent entraîner, que les formes de cohésion sociale et de mobilisation. Trois axes sont identifiés :

1. Les différentes formes d’habiter face aux défis des espaces de vie post-carbone

Ce premier axe concerne les contextes urbains. Le milieu urbain est le contexte dominant d’habitat, de consommation d’énergie, et aussi le contexte « de nouvelles cultures en gestation » (Emelianoff, 2004 : 22) faites de luttes et d’expérimentations des formes soutenables. En ce sens, il est à la fois source d’une richesse culturelle et de grandes inégalités et vulnérabilités. Cet angle d’approche invite à une réflexion sur les processus psychosociaux en jeu dans la production de ces espaces. Dans nos sociétés toujours plus urbanisées et hiérarchisées, quel sens donner au fameux « droit à la ville » sans considérer au premier plan le champ des expériences ordinaires des individus et des groupes sociaux à travers la diversité des environnements ? Dans le contexte de ville post-carbone et des défis sociaux et territoriaux imposés, comprendre les formes d’habiter et les dynamiques sociales qui les animent permet d’investiguer le champ de nouvelles cultures urbaines dans ses modalités pratiques, représentationnelles, relationnelles et affectives. Pour appréhender les processus fondamentaux liés aux formes de participation spatiale, la notion d’appropriation pourra être mobilisée (processus et formes pratiques) afin d’explorer autant les pratiques simples que celles d’empowerment dans les initiatives locales des individus et des groupes. En résumé, il s’agit ici de comprendre quelles sont les formes de pratiques émergentes et les processus psychosociaux qui les soutiennent et qui peuvent être en jeu pour faire face aux défis de la ville post-carbone et permettre de créer des formes de mondes soutenables et producteurs de qualité de vie ?

2. Soutenabilité des formes d’habiter et justice environnementale

Le deuxième axe entend approcher les contextes de vie à partir des formes d’inégalités, de vulnérabilités et de sensibilités environnementales qu’ils peuvent produire. Celles-ci renvoient aux impacts environnementaux liés, entre autres, aux formes d’urbanisation qui transforment l’accès et les rapports aux espaces pouvant entraîner des nuisances (pollutions atmosphériques, nuisances sonores, stress urbains, questions sanitaires, etc.). Sont en jeu ici à la fois les questions d’inégalités rapportées à la circulation des individus et des ressources et aux formes environnementales qui peuvent induire des effets de polarisation socio-spatiale et d’inégalités territoriales. Qu’il s’agisse des formes de ségrégation ou de segmentation socio-spatiales, de phénomène de « clubbisation » (Charmes, 2011), de discrimination face aux ressources des espaces ou bien de formes de vulnérabilité et d’injustice environnementale auxquelles les individus sont confrontés, et pouvant renforcer la tendance à avancer vers l’ « impuissance apprise » (Seligman, 1965) au point d’affaiblir les chances de coopération, essentielles pour la durabilité. En outre, face aux défis sanitaires et environnementaux qui se déclinent dans la sphère quotidienne des groupes et des individus et qui révèlent autant de sensibilités émergentes, la recherche doit, a minima, saisir les perceptions et représentations des nouvelles formes de pollutions et de nuisances environnementales, afin de mieux définir ce que l’on appelle couramment des risques émergents. Partant, l’objectif ici est de caractériser les processus en œuvre augmentant la vulnérabilité environnementale, ou les phénomènes de résilience, soit les formes de sensibilités environnementales ou encore de capabilités émergentes face aux défis sanitaires et environnementaux actuellement en jeu.

3. Formes d’habiter et sensibilité environnementale face aux enjeux de métropolisation

Face aux enjeux d’urbanisation, de densification des villes et de naturalisation ou renaturation des espaces, certaines problématiques liées aux modes d’habiter, aux pratiques et représentations des environnements se posent aujourd’hui avec plus d’acuité. La différenciation de contextes déterminés par des niveaux de gradients caractérisant l’urbain vs le non urbain renouvelle un certain nombre de questions, non seulement en lien avec les formes émergentes d’habiter et de rapports affectifs aux espaces, mais aussi rapportées aux formes de sensibilité environnementale et d’adaptation des individus pour faire face aux défis environnementaux. Que modifient les enjeux de la ville dense dans les pratiques et représentations habitantes, autrement dit dans les formes d’habiter et leurs polarisations socio-spatiales ? Alors que les problématiques liées au changement de comportements sont aujourd’hui très largement traitées en psychologie, on peut se demander quels sont les mécanismes psychosociaux qui interviennent dans l’ancrage géographique des comportements ou dans les engagements pro-environnementaux. Quels sont les liens entre les modes d’habiter (« urbain » vs « rural ») et les sensibilités environnementales ? La construction des imaginaires urbains est-elle dépendante de la localisation résidentielle et des formes de pratiques socio-spatiales des individus ? Cette construction connaît-elle des mutations induites par l’essor des usages numériques et des formes de sociabilités produites ? Face aux enjeux de métropolisation et de densification des villes, les rapports à « la nature » ou aux formes (re)végétalisées des espaces posent également la question des formes émergentes de représentations et des pratiques d’habiter (les espaces urbanisés ou non) et de sensibilités ou mobilisations sensibles pour la défense ou la préservation d’espaces de vie et de leur articulation avec d’autres formes ordinaires de pratiques des espaces.

Des contributions de psychologie sociale sont attendues ainsi que des propositions d’autres disciplines telles que la géographie, la sociologie ou l’ethnologie, notamment.

Procédure de soumission des contributions

Séquence

- Les articles proposés devront être des documents originaux. Ils peuvent néanmoins avoir fait l’objet de communications lors d’un colloque ou de documents de travail, à condition d’être réadaptés au format de la revue Développement durable et territoires
- Les propositions d’articles (résumés de 4 500 signes espaces compris, hors bibliographie) seront soumises à un avis de pertinence pour juger de leur adéquation avec le cadrage du dossier. Ces propositions devront donc être suffisamment précises (titre de l’article, question de recherche, outils théoriques, terrain étudié, principaux résultats). Elles devront inclure les noms et prénoms des auteurs, leur statut et leur rattachement institutionnel, ainsi que le courriel de l’auteur correspondant
- Les auteurs avisés positivement seront invités à soumettre un article complet (entre 30 000 et 55 000 signes espaces compris, bibliographie et première page incluses)
- Chaque article, sous couvert d’anonymat, sera soumis à deux relectures anonymes. Cette double relecture pourra donner lieu à des demandes de corrections (mineures ou majeures), à une réécriture éventuelle, voire à un refus de l’article
- Si des modifications demandées ne sont pas effectuées, et ce sans justification, le comité de coordination du dossier et le Comité de rédaction de la revue se réservent le droit de ne pas publier le texte concerné.

Calendrier prévisionnel

- Publication de l’appel à article : mi-février
- Rappel lors de la publication du prochain numéro de Développement Durable et Territoires : mars 2019
- Date limite de réception des résumés étendus : 30 mai 2019
- Avis du comité de coordination du dossier : 30 juin 2019
- Date limite de réception des articles : 30 novembre 2019
- Publication prévue : 2020

Consignes de rédaction

Format des résumés : 4 500 signes espaces compris max., hors bibliographie.

Format des articles : entre 30 000 et 55 000 signes espaces compris, bibliographie, notes et première page incluses ; voir les recommandations aux auteurs : http://developpementdurable.revues.org/1269.

Adresse pour l’envoi des résumés et des contributions

sensibilitesenvirddt@gmail.com

Coordination du dossier

Sandrine Depeau, psychologue environnementale, Eso
Élisabeth Guillou, psychologue environnementale, LP3C
Hélène Melin socio-ethnologie, Clersé, Université Lille

Bibliographie

Charmes E., 2011, La ville émiettée. Essai sur la clubbisation de la vie urbaine, Paris, PUF.

Emelianoff C., 2004, L’urbanisme durable en Europe : à quel prix ?, Écologie & Politique, n° 29, p. 21-36, https://www.cairn.info/revue-ecologie-et-politique1-2004-2-page-21.htm.

Hall E., 1966, The hidden dimension, New York, Anchor Books Editions.

Romice O., Thwaites K., Porta, S., Greaves M., Barbour G. Pasino, P., 2017, “Urban design and quality of life” in G. Fleury-Bahi, E. Pol & O. Navarro (Eds.), Handbook of environmental psychology and quality of life research, Springer, chapitre 14.

Seligman M. E. P., 1975, Helplessness : On Depression, Development and Death, W. H. Freeman & Co Ltd.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search