Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 13, n°1Expérimentations de transition éc...Quels modes de voyage du modèle d...

Expérimentations de transition écologique

Quels modes de voyage du modèle d’écoquartier périurbain ? Une comparaison des modalités de circulation classique et numérique de deux opérations franciliennes

Quels modes de voyage du modèle d’écoquartier périurbain ? Une comparaison des modalités de circulation classique et numérique de deux opérations franciliennes
Claire Doussard et Claire Fonticelli

Résumés

Cet article interroge et compare les conditions de mobilité des modèles associées au pilotage de deux opérations écologiques périurbaines « expérimentales » et « exemplaires » franciliennes, le Presbytère à Bouray-sur-Juine, et l’éco-hameau du Champ Foulon à Saint-Cyr-en-Arthies. Il analyse plus particulièrement les modes de voyage impactés par les jeux d’acteurs et l’État à l’origine de la mise en mouvement du modèle d’écoquartier périurbain selon deux approches : la première basée sur des modalités classiques de rencontres de professionnels de l’aménagement et d’habitants ; la seconde au travers de la circulation d’informations sur le web. Les différentes analyses révèlent que si l’État et les Parcs naturels régionaux font autorité dans la mise en circulation du modèle d’écoquartier périurbain, la place non négligeable des habitants dans le pilotage du projet du Champ Foulon contribue à la réelle mise en mouvement des informations sur cette opération, plus particulièrement sur internet.

Haut de page

Texte intégral

1À mille lieues de l’image du logement neuf périurbain encore associé au pavillonnaire réalisé en étalement urbain et standardisé, des manières de produire la ville s’inventent en périurbain prenant les traits d’opération d’urbanisme endogène (Fonticelli, 2020). Le périurbain accueille des initiatives d’éco-conception et d’éco-construction. Celles-ci incarnent une certaine transition écologique du territoire qui se matérialise à la fois dans les manières de construire, les modes d’habiter projetés, et les engagements et montages portés par les habitants et différents organismes privés et institutionnels (Fonticelli et Doussard, 2021). C’est dans ce contexte que certains écoquartiers périurbains sont qualifiés d’« expérimentaux » et d’« exemplaires » par les acteurs qui les construisent. C’est également le pilotage de ces écoquartiers par différents acteurs qui ont à cœur de valoriser leur projet, et de le légitimer sur le plan écologique, qui conduit à ces qualifications. Ce désir de légitimation contribue également à la mise en circulation de ces modèles d’aménagements écologiques périurbains.

2La mise en circulation de modèles s’inscrit dans une tradition de recherche inspirée des sciences politiques, récemment critiquée au prisme de travaux de géographes (Dolowitz et Marsh, 1996 ; McCarn et Ward, 2012). Si les travaux en sciences politiques se sont initialement concentrés sur la question des transferts, principalement entre États (policy transfers), les travaux en géographie s’attachent à développer la notion de mobilité des modèles à plusieurs échelles. Alors que les transferts sont envisagés de façon soi-disant trop élémentaire, associés à de la simple circulation (Soderstrom, 2012), les mobilités s’intéressent plus particulièrement aux modes de « voyage » (travel) mis en œuvre par une pluralité d’acteurs, aux transformations subies durant ce voyage, et à l’adaptation des modèles implantés dans de nouveaux territoires (Healey, 2011). Cette adaptation est souvent décrite au sein de territoires essentiellement urbains, suite à une mise en circulation internationale, nationale, ou plus rarement au niveau local. Cependant, aucun des travaux de notre connaissance sur la mobilité des modèles ne porte spécifiquement sur le périurbain en France. Par ailleurs, les modes de voyages analysés dans le cas des études de mobilité urbaine demeurent relativement traditionnels et s’appuient sur l’entremise (agency) d’acteurs et d’institutions spécifiques (McCarn et Ward, 2013 ; Béal et al. , 2015). Or, la question du numérique et du développement d’internet est venue profondément bouleverser ces modes de voyage ces dix dernières années. Sa prise en compte demeure malgré tout encore anecdotique dans les recherches sur les mobilités des modèles d’aménagement.

3Pourtant, les opérations d’écoquartiers périurbains font l’objet de mobilités, par l’entremise d’acteurs souhaitant diffuser leurs démarches au travers de différents moyens de communication, qu’ils soient traditionnels ou sur le web. Aussi, notre article interroge, et compare, les conditions de mobilités associées au pilotage de deux opérations d’écoquartiers périurbains « expérimentaux » et « exemplaires ». Il se concentre plus particulièrement sur le mode de voyage, c’est-à-dire le processus, ou la technique, utilisés par un « porteur » (carrier) pour diffuser des pratiques d’aménagement sous la forme d’un « agencement » (assemblage) spécifique, parfois décrit en tant que « paquet » (bundle) (Healey, 2010) L’article examine le mode de voyage de ces opérations modèles selon deux approches. Celles-ci sont basées d’une part sur des modalités classiques de rencontres d’acteurs institutionnels, de professionnels de l’aménagement et d’habitants ; et d’autre part sur la diffusion d’informations sur le web. L’article pose ainsi comme hypothèse que ces deux modes de voyage sont conditionnés non seulement par leurs caractéristiques intrinsèques, mais également par des systèmes d’acteurs spécifiques des territoires périurbains. La première opération étudiée est un écoquartier dont le programme est la réhabilitation d’un presbytère et la construction de logements neufs à Bouray-sur-Juine. La seconde est un projet d’habitat écologique participatif, l’éco-hameau du Champ Foulon localisé à Saint-Cyr-en-Arthies. Ces deux initiatives ont été choisies pour plusieurs raisons. Inachevées au moment de l’écriture de cet article, elles sont toutes deux localisées en périurbain francilien, au sein de Parcs naturels régionaux (PNR). Elles sont qualifiées d’exemplaires par les acteurs qui les portent et sont en cours de labellisation EcoQuartier par le ministère de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (MCTRCT). En revanche, elles diffèrent sur le plan du pilotage de l’opération, sur la place des habitants dans l’élaboration du projet, et sur les modalités de voyage mises en œuvre pour diffuser leur modèle de projet, notamment sur le web.

4L’article explore ainsi la façon dont ces deux initiatives contribuent à la définition et à la circulation de pratiques d’aménagements écologiques en périurbain. Nous analysons dans un premier temps comment les travaux sur la mobilité des modèles peuvent être envisagés au prisme du périurbain d’un point de vue théorique. Puis, après avoir précisé notre méthodologie d’analyse et présenté les deux opérations étudiées, nous explorons la manière dont différents acteurs font voyager leur modèle, afin de valoriser au mieux ces projets écologiques périurbains.

1. La mobilité des modèles d’aménagement en milieu périurbain : considérations théoriques

1.1. Agencements, mobilités et modes de voyage au prisme des systèmes d’acteurs

5L’étude de circulation des modèles n’est pas un phénomène récent dans la littérature scientifique (Dolowitz et Marsh, 1996). Cette circulation a fait l’objet d’analyses en sciences politiques et en géographie, principalement dans les milieux anglo-américains (Soderstrom, 2012), même si certains travaux ont plus récemment porté sur ce phénomène pour les pays du sud (Parnell et Oldfield, 2014) ou dans les milieux francophones (Béal et al., 2015).

6Cette littérature présente néanmoins des points communs malgré la diversité des terrains géographiques et des approches disciplinaires. En premier lieu, la plupart des travaux s’appuient sur la notion d’agencement, qui découle des travaux de Deleuze et Guattari (1987), et qui fait référence à un processus d’assemblage exprimant une identité et revendiquant un territoire. En ce sens, un modèle peut constituer un agencement d’éléments fixes et mobiles, de réglementation, de capacités institutionnelles, de « bonnes pratiques », ou encore de systèmes d’acteurs, qui sont rassemblés de manière particulière (McCann et Ward, 2013). C’est cet agencement qui est alors en mesure de voyager. En second lieu vient donc le temps du voyage, considéré comme la mise en mouvement de cet agencement (Healy, 2010). Si la littérature en sciences politiques s’est initialement concentrée sur la notion de transfert, en géographie il est plutôt proposé d’employer le terme de « mobilité ». Cette notion est comprise comme un processus complexe, plutôt que comme un simple mouvement de A à B (McCann, 2011). En d’autres termes, les processus de mobilité ne se résument pas à la manière dont une idée ou une technique passe d’un endroit à l’autre. Ils impliquent des mécanismes complexes de traduction, d’interprétation et d’adaptation (Healey, 2010). Ces processus permettent donc dans un troisième temps de souligner le caractère mutant des modèles durant leur voyage. En tant que phénomène socio-spatial, les mobilités nécessitent souvent des changements en cours de route, interprétés et réinterprétés par différents acteurs afin d’adapter un modèle à un territoire particulier (Peck et Theodore, 2010).

7Ces mutations sont ainsi dépendantes des modes de voyage associés au phénomène de mobilité. Healey (2010) avance plusieurs causes pouvant expliquer l’impact des modes de voyage sur la diffusion de modèles d’aménagement. La première est structurelle, et met l’accent sur des dynamiques politiques et économiques changeantes et interdépendantes, telles que d’anciennes relations impériales, la promotion par les pays riches de leur expertise pour ouvrir de nouveaux marchés, la pression exercée sur certaines élites locales pour qu’elles répondent aux demandes spécifiques d’habitants. Ces forces structurelles se concrétisent ensuite par des flux de personnes et de ressources réelles. Ce sont les réseaux, générés par des flux de porteurs d’idées et de pratiques, qui formalisent la mobilité des modèles. L’emphase est alors principalement mise sur la mobilité et la rencontre d’acteurs, qu’il s’agisse de consultants, élus, habitants activistes ou encore professionnels de l’aménagement. À noter qu’en périurbain on assiste peu à ces formes de mobilités, ou du moins elles ne sont pas prédominantes.

8Certains travaux francophones explorent quant à eux l’orientation de ces flux selon une approche structurelle. Dans le cas de mobilités horizontales, l’information circule principalement entre les collectivités et d’autres acteurs au niveau local. Les mobilités verticales traduisent quant à elles le rôle de l’État dans la diffusion d’information auprès d’acteurs locaux (Béal et al. , 2015). Mobilités verticales et horizontales s’influencent cependant l’une l’autre. Dans le cadre de circulations croisées, l’État régulateur s’appuie sur le développement d’instruments spécifiques, tels que des indicateurs de performance ou des labels pour mettre en mouvement des mises en réseau horizontales (Le Galès, 2013). C’est notamment le cas de la mise en œuvre du label EcoQuartier développé par le MCTRCT. Ces circulations croisées impliquent également des jeux d’acteurs difficilement maîtrisables, qui sont à l’origine des stratégies de mobilités. La multiplicité des acteurs (gouvernements locaux, acteurs privés, habitants) dans différents domaines (urbanisme, gouvernance, investissement), à différentes échelles (quartiers, villes, région, État), et pour différents types de territoires (urbain, périurbain, rural) contribue au développement de jeux d’influence dessinant la production et la circulation des modèles urbains (Peyrou et Sanjuan, 2016).

9Dès lors, les modes de voyages les plus étudiés dans la littérature concernent principalement la médiation d’acteurs ou d’organisations tiers traditionnelles, quelle que soit l’orientation des flux. Les mobilités s’opèrent alors au travers de consultants, de réseaux de coopération nationaux, d’associations professionnelles qui permettent à différents acteurs de devenir des vecteurs de mise en circulation de modèles. Cependant, de nouveaux modes de voyages prennent de l’envergure depuis une dizaine d’années. Si McCann et Ward (2012) envisagent brièvement YouTube comme vecteur de certaines expertises, le rôle du numérique est à ce jour peu exploré dans la littérature sur les mobilités des modèles. Pourtant, ces deux types de vecteurs, que nous qualifierons de traditionnel et de numérique, présentent des intérêts complémentaires pour la diffusion de modèles d’opérations d’aménagement en périurbain.

1.2. Les outils traditionnels de la diffusion des bonnes pratiques : labels, benchmarks et visites de site en périurbain

10L’État et la maîtrise d’ouvrage publique sont des relais pour la diffusion d’opérations d’aménagement. Pour ces acteurs, s’appuyer sur des exemples est un élément clé de leurs stratégies politiques.

11L’État se positionne comme un acteur de la diffusion de ces modèles, dans une logique de gouvernement par les prix et les labels (Beal et al. , 2015). La mise en place d’un « Prix de l’innovation » périurbaine en est un bon exemple : celui-ci a pour objectif de « récompenser des initiatives locales exemplaires parmi toutes celles qui ont été recensées » dans les espaces périurbains, sélectionnés selon « l’originalité des projets et leur capacité à essaimer dans d’autres territoires1 ». La volonté du MCTRCT d’attribuer le label EcoQuartier à des opérations périurbaines en est un autre. Chaque année, l’État organise une cérémonie de remise du label. L’objectif est alors de présenter des pratiques émergentes, exemplaires et innovantes à une assemblée d’élus et de professionnels du territoire. La cérémonie est également l’occasion de dresser un panorama, basé sur des éléments de benchmarking pour les acteurs en présence. Elle est accompagnée de visites de sites en Île-de-France, principalement en milieu urbain ou en banlieue (ministère de la Transition écologique, 2020). Les opérations périurbaines étaient en revanche sous-représentées durant les cérémonies de 2019 et 2020.

12Pour favoriser le voyage de modèles dans le périurbain, il faut donc se tourner vers d’autres acteurs et d’autres types de pratiques.

13Support de la circulation de modèle (Béal et al. , 2015), les acteurs de l’ingénierie périurbaine recourent beaucoup à des benchmarks. Le benchmarking suppose de donner à voir des références, des expériences réussies illustrant de bonnes pratiques, afin d’inspirer élus et habitants et de leur montrer l’adéquation d’une thématique – l’architecture contemporaine, la densité, le logement collectif – à leur territoire. Il s’agit le plus souvent de montrer des exemples locaux, pour témoigner de l’adéquation à leurs territoires des pratiques prônées. Prenons le cas de l’architecture contemporaine, souvent rejetée a priori dans les espaces périurbains, car elle évoque le grand ensemble (Donzelot, 2009). Pour la promouvoir, le PNR de la haute vallée de Chevreuse a programmé une exposition sur l’architecture contemporaine en milieu rural, soulignant que celle-ci peut être discrète et qualitative, pendant que le PNR du Gâtinais organisait des visites sur site et des conférences. Ces initiatives ont pour objectif de constituer une culture commune et une compréhension mutuelle, en présentant à la fois les enjeux de la densification et de ses qualités concrètes aux différents acteurs et habitants.

14La visite d’opérations exemplaires est également largement utilisée par les acteurs de l’ingénierie, comme les CAUE : « L’apprentissage par l’exemple, ça marche bien. […] Nous, je sais que ce qu’on a initié et qui se faisait dans d’autres CAUE, c’est la visite d’exemplarité » (entretien CAUE Seine-et-Marne, 2016). Les PNR pratiquent également ces voyages d’études auprès de ses élus : « Là on met en place des actions pédagogiques. Par exemple, on a fait un voyage dans les Vosges du Nord, on a amené une trentaine d’élus pour aller voir des opérations exemplaires (entretien PNR Gâtinais, 2016). L’objectif est de constituer un vocabulaire commun entre tous les acteurs, ce qui passe par de la pédagogie et de la sensibilisation, qui repose largement sur l’exemplarité.

15Comme caractéristiques communes de ces opérations jugées exemplaires, relevons : des densités relativement importantes, l’utilisation d’éco-matériaux, d’une architecture connotée plutôt contemporaine, l’utilisation de logements collectifs plutôt qu’individuels, et sociaux plutôt que privés. En montrant ces opérations, l’objectif recherché est que l’exemple devienne la norme et se diffuse. Ces opérations incarnent une nouvelle norme de l’aménagement, même si leur dimension expérimentale est moindre, sinon par leur localisation en périurbain qui permet de les distinguer comme des alternatives à la maison individuelle en étalement urbain. Mais s’appuyer sur l’exemple questionne la standardisation des pratiques, dans des espaces où l’ingénierie est parfois limitée (Moquay et Fonticelli, 2021), notamment parce que certaines références vont se retrouver d’un benchmark à un autre, pour porter des discours proches.

1.3. Les phénomènes de circulation des modèles à l’ère d’internet : quelle place pour le périurbain ?

16Au-delà des modalités de circulation traditionnelle de ces modèles d’opérations périurbaines, de nouveaux modes de voyage se développent depuis une dizaine d’années. Les administrations publiques tendent, grâce aux plateformes numériques, à répondre aux demandes de « gouvernance de l’information » et d’« intelligence territoriale » (Le Corf, 2016). Alors que la première demande se base sur l’établissement de stratégies d’organisation d’informations nécessaires au bon fonctionnement des organismes (Serdalab, 2014), la seconde requiert de la part des acteurs des territoires d’innover sur des processus de mise en commun de ces informations (Bourret, 2008). Ces différentes demandes répondent à un idéal de libre circulation de l’information, et donc potentiellement de modèles urbains.

17Cette récupération contribue de fait à l’évolution des actions de gouvernance de l’information et d’intelligence territoriale, qui reconsidère le rôle des acteurs s’emparant des technologies de l’information et de la communication numérique (TICN). C’est pourquoi les institutions étatiques et territoriales font preuve d’une structuration progressive de leurs activités autour des dispositifs numériques (Bouquillion et Pailliart, 2006). Lorsque l’on considère les collectivités locales, des processus renouvelés de gouvernance au prisme de la production, du management et de la circulation des informations numériques ont par conséquent dû être mis en œuvre (Carmes et Noyer, 2014). Ces processus induisent également la mobilisation de professionnels jusque-là étrangers au champ du numérique, mais aussi d’usagers à même de devoir utiliser ces TICN. C’est notamment le cas des citoyens qui sont alors associés à de nouveaux processus de gestion urbaine (Le Corf, 2016). Les TICN permettent ainsi de répondre à des besoins sociaux des individus et de communautés très hétérogènes (Ascher, 2005).

18Qu’en est-il alors du périurbain ? Comme ailleurs, les TICN sont entrés dans le quotidien des périurbains. Les ménages ont ainsi systématisé certaines pratiques numériques, parfois au détriment de la figure de l’élu municipal, qui soit réagit de manière opportuniste, soit abdique face au numérique (Rougé et Vidal, 2015). Par ailleurs, du fait d’un accès grandissant et facilité aux TICN, certaines responsabilités qui relevaient auparavant du domaine de l’action publique sont de plus en plus déléguées aux citoyens (Le Corf, 2011). Aussi, au travers de l’utilisation de diverses plateformes numériques pensées comme des instruments de gouvernance, les administrations publiques font jouer de multiples rôles aux habitants (Le Corf, 2018), tels que celui de communicant pouvant être à l’origine de la circulation de modèles en périurbain. Ces plateformes sont également un facteur de communication pour les municipalités qui établissent de nouvelles stratégies urbaines afin de renforcer leur image auprès des habitants (Laudati, 2009). C’est le cas du périurbain, où les TICN contribuent à la quête d’affirmation de ce type de territoire (Vidal et Rougé, 2011).

19Les dispositifs associés aux TICN, tels que les réseaux sociaux ou les sites ou plateformes internet, obéissent enfin à des logiques de flux informationnels susceptibles de faire circuler les modèles (Akrab, 2016). Certains réseaux, tels que la plateforme web collaborative Colibri, contribuent à la diffusion d’information sur des initiatives exemplaires, notamment en périurbain. Le développement des TICN participe donc potentiellement à la reformulation des dynamiques de circulation des modèles d’aménagement, entre ceux qui produisent l’information et la publient en ligne, et ceux qui la reçoivent. Alors que les modes de circulation traditionnels nécessitent une relation humaine au travers de contacts directs, l’internet en tant que média de masse permet une interaction indirecte susceptible de remettre certains acteurs, et notamment le citoyen, au centre du jeu (Houllier, 2014). Ainsi, les orientations des mobilités, les jeux d’acteurs, et les modes de circulation en sont affectés.

20C’est pourquoi les écoquartiers du presbytère à Bouray-sur-Juine et du Champ Foulon à Saint-Cyr-en-Arthies permettent d’explorer plus particulièrement ces dynamiques.

2. Analyser les circulations du modèle de deux écoquartiers périurbains : éléments de méthode

2.1. La mobilisation d’une méthodologie mixte

21Afin d’analyser la façon dont les systèmes d’acteurs associés à ces deux initiatives contribuent à la circulation de pratiques d’aménagements écologiques exemplaires, notre étude s’appuie sur la mobilisation de plusieurs méthodes.

22La première concerne une étude documentaire centrée sur les documents relatifs aux opérations qui nous ont été rendus accessibles par le MCTRCT au travers de la plateforme EcoQuartier, et sur les documents disponibles sur les sites des collectivités territoriales, des PNR, ou de réseaux spécialisés tels que Colibri.

23Nous avons également interrogé plusieurs acteurs lors d’entretiens qualitatifs semi-directifs. Des entretiens ont été réalisés auprès d’élus des communes de Saint-Cyr-en-Arthies et de Bouray-sur-Juine, de chargés de mission de différent PNR franciliens, des conseils en architecture, aménagement urbanisme et environnement (CAUE) de certains départements d’Île-de-France (77, 78, 91), d’une responsable du réseau Colibri, et d’un habitant du Champ Foulon qui participe au cercle communication. Bien que le MCTRCT nous ait donné accès aux documents disponibles sur demande sur la plateforme EcoQuartier, celui-ci n’a pas souhaité répondre à nos sollicitations d’entretiens.

24Enfin, nous avons eu recours à une analyse quantitative de réseaux numériques sur internet, réalisée à l’aide du logiciel Gephi. Ce logiciel permet, entre autres, d’analyser les connexions existantes entre différents sites internet. Dans notre étude, l’objectif de son utilisation est triple. Tout d’abord, Gephi nous permet d’effectuer une cartographie du web, c’est-à-dire d’établir des cartes mettant en lumière les liens entre différents sites web, et donc entre les différents acteurs à l’origine de ces sites. Ensuite, l’analyse de ces cartes contribue à établir les types de stratégies de diffusion des pratiques d’aménagement écologique établies par ces acteurs en fonction des modes de communication et des médias choisis. Enfin, elle permet d’établir le poids de ces acteurs dans la diffusion de l’information, au travers de statistiques précises. Pour répondre à ce triple objectif, nous avons effectué plusieurs modélisations à l’aide du logiciel, nous permettant les analyses suivantes.

  • 2 On notera dans notre analyse que ces relations sont des arcs et non des arêtes, puisque les relati (...)

25L’utilisation de l’algorithme ForceAtlas2 permet de représenter les relations entre différents sites web (Le Béchec, 2016), représentés sous la forme de nœuds (sites web) et des arcs ou des arêtes2 (relations), comme le montre la figure 1A. ForceAtlas2 permet de traduire visuellement la notion de communauté au travers de la proximité spatiale des nœuds (Lakel et Le Deuff, 2017 ; Jacomy et al., 2014).

26Le calcul de l’indicateur betweenness centrality permet d’établir la centralité d’un nœud dans cette communauté de sites web. Cette centralité est égale au nombre de chemins, c’est-à-dire de relations entre tous les nœuds, et qui passent par un nœud spécifique (Figure 1B). Un nœud dont la betweenness centrality est élevée a donc une plus grande influence sur la mise en circulation d’informations sur internet. Les différences de valeurs de betweenness centrality permettent donc d’établir un classement dans le poids des acteurs relativement à leur capacité à transmettre l’information.

27Nous avons également classé les nœuds en fonction du type de médias utilisés par les acteurs, afin de mieux comprendre les stratégies médias de diffusion de l’information.

28Enfin, nous avons mobilisé l’algorithme Hyperlink-Induced Topic Search (HITS), également connu sous le nom de hubs et autorités. Cet algorithme permet de calculer un score estimant si une page web présente des caractéristiques de hub, ou d’autorité (Figure 1C). Un nœud représente un acteur associé à un site web qui a deux propriétés principales, à savoir le nombre d’autres sites web qui le citent (liens hypertextes entrants), et le nombre d’autres sites web qu’il cite (liens hypertextes sortants) (Le Béchec, 2016). Or, ces hyperliens encodent un jugement humain latent ou caché qui fonde la notion d’autorité (Kleinberg et al., 2011). Ainsi, les pages web de type hub sont en fait des répertoires qui conduisent les utilisateurs vers d’autres pages faisant autorité sur un sujet. Un bon score de hub indique ainsi une page qui pointe vers de nombreuses autres pages, alors qu’un bon score d’autorité caractérise une page qui est liée par de nombreux hubs différents (Le Béchec, 2016).

Figure 1. Représentations cartographiques théoriques d’un réseau de sites web sur Gephi

Figure 1. Représentations cartographiques théoriques d’un réseau de sites web sur Gephi

29L’utilisation de ce dernier algorithme, conjointement avec celui permettant de calculer l’indicateur betweenness centrality, nous a ainsi permis d’identifier un nombre limité d’acteurs particulièrement actifs dans la mise en mouvement du modèle d’écoquartier périurbain.

2.2. Des opérations expérimentales ou exemplaires ?

30Ces deux projets, le Champ Foulon à Saint-Cyr-en-Arthies et le presbytère de Bouray-sur-Juine, se caractérisent par leur localisation en périurbain. Saint-Cyr-en-Arthies est un village du Val d’Oise comptant 230 habitants, implanté au cœur du PNR du Vexin français. Bouray-sur-Juine, 2 148 habitants, est une commune périurbaine de l’Essonne située au cœur du PNR du Gâtinais français.

31En germe depuis 2007, le projet de Saint-Cyr-en-Arthies a évolué de nombreuses fois, mais la volonté originale de réaliser un projet d’habitat participatif perdure et, depuis 2019, le projet est porté en auto-promotion. L’éco-hameau prévoit 27 logements, répartis dans 5 bâtiments d’un étage, dont l’architecture s’inspire des corps de fermes du Vexin. Le projet vise à mutualiser certains espaces : une maison commune, des buanderies, un atelier ou un potager.

32À Bouray-sur-Juine, l’écoquartier du presbytère est un projet de réhabilitation et de construction de sept logements sociaux et de petits équipements touristiques et culturels dans un ancien presbytère. La première étude, financée par le PNR du Gâtinais, remonte à 2014. Le projet compte 530 m² de surface de plancher, dont plus de la moitié en construction neuve. Trois des sept logements seront adaptés aux personnes à mobilité réduite. Par ailleurs, le projet envisage la création de locaux communs et d’espaces jardinés qui permettent de conserver près de la moitié du site non bâti. L’opération a été labellisée par le ministère en étape 2 en 2019.

33Le projet du Champ Foulon est éco-construit. Il utilise le béton de chanvre entre autres éco-matériaux biosourcés locaux. Autre point majeur, l’éco-hameau propose un système de noues, qui permet la phytoépuration des eaux usées. Les logements sont dotés de poêles à pellet pour le chauffage. Pour autant, comme l’exprime l’architecte du projet, spécialisée en éco-construction, il s’agit somme toute d’une opération assez banale : « Je dirais que c’est assez banal en termes d’éco-construction, mais tout de même vertueux » (2020). Cela n’empêche pas qu’il soit perçu comme exemplaire et expérimental par les futurs habitants.

34Il en va de même à Bouray-sur-Juine. L’ambition des porteurs de projets est de « réaliser une opération exemplaire sur le plan architectural, avec une réhabilitation de l’existant qui s’inscrit dans le patrimoine bouraysien, et de proposer une greffe contemporaine en construction neuve qui met en œuvre des matériaux locaux, comme le chanvre », comme l’exprime le PNR du Gâtinais français dans son Guide à destination des élus et des porteurs de projet (p. 57). L’opération sera dense mais conservera des espaces extérieurs, et des espaces intérieurs partagés. Des matériaux biosourcés seront utilisés, tels que le béton de chanvre et le bois afin de réaliser des constructions de basse consommation énergétique en maîtrisant l’impact carbone des bâtiments construits. Là aussi, s’il s’agit d’une démarche intéressante, elle n’est pas expérimentale ni réellement innovante en termes d’éco-construction.

35L’expérimentation est davantage dans les modes de faire et la programmation des opérations. Au Champ Foulon, la dimension participative de l’opération constitue une expérimentation forte pour l’ensemble des acteurs en présence. Il s’agit de décider collectivement, mais aussi d’expérimenter un habiter (Paquot et al., 2007) avant même que la construction ne soit réalisée : « J’ai demandé au groupe de devenir habitants ; de s’engager dans les associations de la commune. Notre idée c’était : “Les habitants avant les bâtiments” », explique Angélique Chedemois, architecte (2020). Devenir habitant passe par une participation à la vie locale, et les futurs habitants participent déjà aux activités communales organisées : ramassage des déchets, journées du patrimoine, gestion du jardin partagé.

  • 3 Les logements seront des logements « communaux » gérés en interne par la commune et non par un bai (...)

36L’opération de Bouray-sur-Juine quant à elle peut sembler de prime abord moins expérimentale. Pourtant, en prévoyant une programmation devant satisfaire aussi bien aux besoins de la communauté catholique de la commune qu’aux besoins en logement3, elle innove. Ainsi, l’un des logements communaux sera dédié au prêtre, qui occupait jusqu’alors seul le presbytère. Dans les espaces communs créés, les salles serviront notamment au catéchisme, mais pas seulement.

37Dans ces deux cas, les différents acteurs en présence sont porteurs d’une volonté de construire autrement, en rupture avec le pavillon associé au périurbain. En cela, il s’agit pour eux d’une expérimentation qui les conduit à vouloir faire connaître ces opérations.

3. Des modalités classiques de diffusion d’expérimentations

3.1. Modalités de circulation des projets de Bouray-sur-Juine et de Saint-Cyr-en-Arthies par les PNR et les habitants

38Ces deux opérations, jugées « exemplaires » font l’objet d’une diffusion. À Bouray-sur-Juine, c’est surtout le PNR qui porte ce discours sur l’exemplarité. Dès l’origine, le projet de réhabilitation a reçu des subventions pour des études pré-opérationnelles d’urbanisme durable devant conduire à « réaliser des opérations exemplaires sur le territoire4 ». La documentation du PNR à destination des élus contribue à une diffusion verticale du modèle d’écoquartier. L’ancien maire de Bouray-sur-Juine, M. Cabot (élu entre 2008 à 2020), participe quant à lui à différents évènements pour faire connaître l’opération, comme à des rencontres au sein du parc facilitant une diffusion cette fois horizontale de son opération.

  • 5 La charte de l’éco-hameau est écrite en écriture inclusive.

39L’enjeu n’est pas le même à Saint-Cyr-en-Arthies pour qui être exemplaire est un objectif affirmé, comme le précise la charte de l’éco-hameau, rédigée et signée par les futurs habitants : « Nous souhaitons que la vertu pédagogique de ce lieu de VIE inspire celleux5 qui seront de passage à mieux prendre conscience de l’impact réel de leurs décisions quotidiennes sur elleux-mêmes, la société et l’environnement. » Il s’agit bien de faire modèle, d’apprendre aux autres par le bon exemple donné et de diffuser l’expérience. Ainsi, l’ensemble des documents participant à l’élaboration de l’éco-hameau, des comptes-rendus de réunion des futurs habitants au protocole de recrutement des nouveaux venus sont en accès libre. L’idée étant que chacun puisse s’inspirer de la démarche de l’éco-hameau, et s’inscrive dans une circulation horizontale des pratiques. Au-delà, les habitants sont répartis dans différents cercles, dont un cercle « communication », dont l’objectif est autant de chercher des partenaires et de nouer des relations plus ou moins institutionnelles que de parler de l’éco-hameau et de diffuser ce modèle. Les futurs habitants n’hésitent pas à intervenir dans les médias locaux, voire dans la presse régionale ou nationale pour témoigner de leur expérience. Ils font également connaître leur démarche en participant à l’animation de différents réseaux comme celui des Oasis ou celui de l’habitat participatif, et aux évènements liés, comme le festival des Oasis ou les portes ouvertes de l’habitat participatif. Cette communication vise aussi à recruter d’autres habitants qui souhaiteraient vivre dans l’éco-hameau.

3.2. Récupérer pour mieux diffuser ces expérimentations : le rôle de l’État

40Ces projets intéressent jusqu’au ministère : les projets de Bouray-sur-Juine et de Saint-Cyr-en-Arthies sont aujourd’hui en cours de labellisation EcoQuartier par le MCTRCT. La démarche EcoQuartier, affiliée au label du même nom, récompense les opérations respectant des engagements de développement durable. Les projets labellisés et les acteurs de cette labellisation participent à un Club national des EcoQuartiers, regroupant des professionnels du milieu de l’aménagement et des collectivités, et animé par la Direction de l’habitat de l’urbanisme et des paysages. En cela, ils contribuent à la diffusion de bonnes pratiques et à la capitalisation de démarches innovantes et exemplaires (Béal et al., 2015).

41Pourtant, les deux projets ont été imaginés bien avant de demander une labellisation étatique, et la labellisation change peu le projet initié. Pour le Champ Foulon, aucun des interlocuteurs rencontrés n’était au fait de l’inscription sur la plateforme. À Bouray-sur-Juine, ce sont des représentants du ministère qui ont contacté le PNR du Gâtinais afin qu’il présente des quartiers à la labellisation : « Fin 2016, on [les] a rencontrés avec la DDT d’Essonne, il y avait la volonté, une attente pour le label EcoQuartier, de labelliser des projets dans les communes rurales […] À cette époque-là, on a réfléchi si le label était adapté aux opérations que l’on portait, et on a proposé de labelliser l’opération “les écoquartiers ruraux du Parc du Gâtinais” […] on a essayé de montrer ce qu’on faisait, et ce qui faisait assez proche de la grille d’évaluation EcoQuartier » (entretien chargé de mission PNR du Gâtinais, 2020).

42On peut y lire une instrumentalisation, par l’État, de ces projets ambitieux, dans une optique de montrer que le label EcoQuartier peut s’appliquer dans différents contextes urbains, périurbains et ruraux, alors même que l’obtention du label est complexe pour les opérations situées au-delà des métropoles (Fonticelli et Doussard, 2021). Les écoquartiers périurbains labellisés incarnent dès lors des « bonnes pratiques » en contexte périurbain, distinguées par le label. On peut également y voir une mise en circulation verticale du modèle d’EcoQuartier, depuis l’État, vers les PNR.

43Dans le cas de modes de voyage traditionnels tels que les rencontres institutionnelles lors d’événements spécifiques, l’échange d’expertises ou encore la visite de projets d’écoquartiers exemplaires, la place du MCTRCT est relativement similaire entre les deux projets. Des agents du ministère mobilisent principalement les PNR et les communes pour repérer, et éventuellement faire labelliser des écoquartiers en périurbain et en zone rurale. La labellisation de ces écoquartiers périurbains permet ainsi de positionner l’État en tant que régulateur, normalisateur et diffuseur de pratiques exemplaires locales (Le Galès, 2013), et traduites au travers de la plateforme EcoQuartier.

4. Faire voyager le modèle d’écoquartier périurbain à l’heure d’internet

4.1. Deux pilotages de projets au niveau local, deux approches de diffusion de modèles sur internet

44Sur le plan numérique, les écoquartiers de Bouray-sur-Juine et de Saint-Cyr-en-Arthies présentent différentes dynamiques de circulation de l’information, qui répondent à différentes dynamiques d’acteurs en charge de cette diffusion. Ces deux opérations, bien qu’elles ne soient pas encore construites et livrées, valorisent leurs expériences essentiellement sur internet.

45Lorsque l’on s’intéresse aux résultats de l’analyse réalisée avec Gephi, il devient clairement apparent que les stratégies de diffusion sur internet diffèrent entre les projets, et ce, en raison de différences de pilotage des acteurs.

46La première différence notable concerne tout d’abord le nombre de nœuds, c’est-à-dire de pages web associées aux projets (Figure 2). Ce nombre est trois fois plus important pour le projet de Saint-Cyr-en-Arthies (36 nœuds) que pour celui de Bouray-sur-Juine (12 nœuds). Cette observation est également valable pour le nombre de relations entre ces nœuds. Ceci indique une plus grande activité des acteurs responsables de la diffusion des informations relatives au projet de Saint-Cyr-en-Arthies. L’existence d’un pôle de communication dynamique porté par les futurs habitants du projet, et leur utilisation de plateformes spécialisées telles que celle du réseau Colibri, contribuent largement à transmettre les pratiques et les actualités associées à l’éco-hameau. Lorsque l’on observe les classements de page web sur la base du score betweenness centrality pour le projet de Saint-Cyr-en-Arthies, le blog du Champ Foulon et la page de Wiki Colibri, portés tous deux par les futurs habitants, apparaissent comme étant prépondérants dans la diffusion de l’information. C’est typiquement ce genre de plateforme numérique qui permet de remettre l’habitant-citoyen au centre des stratégies gouvernances de projet et de communication (Le Corf, 2018). Pour l’écoquartier de Bouray-sur-Juine, c’est le site de la commune qui présente le plus haut score de betweenness centrality, ce qui semble indiquer que ce sont des agents de la commune qui communiquent principalement sur le projet. La commune de Saint-Cyr-en-Arthies, bien que relativement importante du point de vue de son score de betweenness centrality, n’est pas aussi prépondérante dans la construction de stratégies de communication, comme c’est le cas pour la commune de Bouray-sur-Juine.

47Un autre outil central en termes de diffusion de l’information au sein des deux réseaux étudiés est Facebook, bien que cet outil soit appréhendé différemment en fonction des projets. Alors que le projet du Champ Foulon dispose de sa propre page Facebook, portée par les futurs habitants, ce n’est pas le cas du projet du presbytère, dont les informations sont relayées par la page Facebook de la commune de Bouray-sur-Juine, gérée par un agent de la collectivité. Par ailleurs, la page Facebook du Champ Foulon est reliée à une multitude de réseaux sociaux, de sites associatifs ou associés à des médias plus traditionnels. Ainsi, certains des futurs habitants ont connu le projet au travers de la radio ou des journaux locaux imprimés, ou encore des réseaux sociaux et de sites web.

48La variété des sites web est également un facteur différenciant entre les deux projets. Alors que la majorité du réseau associé à l’écoquartier du presbytère présente des nœuds relatifs à des sites institutionnels en lien avec des acteurs publics (commune, département, PNR, CAUE, DRIEE), le réseau du Champ Foulon se constitue majoritairement de nœuds relatifs à des sites associatifs. Ceci confirme donc bien les différences de stratégies liées à la mobilité des informations pour les deux projets. Elle est plutôt de type institutionnel pour le projet du presbytère, et habitante pour le Champ Foulon.

Figure 2a. Cartographie des réseaux internet des écoquartiers du presbytère et du Champ Foulon en fonction du type de page web : le Presbytère, Bouray-sur-Juine

Figure 2a. Cartographie des réseaux internet des écoquartiers du presbytère et du Champ Foulon en fonction du type de page web : le Presbytère, Bouray-sur-Juine

Figure 2b. Cartographie des réseaux internet des écoquartiers du presbytère et du Champ Foulon en fonction du type de page web : Champ Foulon, Saint-Cyr-en-Arthies

Figure 2b. Cartographie des réseaux internet des écoquartiers du presbytère et du Champ Foulon en fonction du type de page web : Champ Foulon, Saint-Cyr-en-Arthies

49L’analyse de réseau issu d’une modélisation HITS vient apporter des éléments de réponse complémentaires, notamment sur les relations de pouvoir entre acteurs au travers de leur score d’autorité encodant un jugement humain latent (Kleinberg et al., 1999). Bien que le réseau du Champ Foulon soit constitué principalement de nœuds rattachés à des sites associatifs, ces sites ne font pas forcément autorité. À l’image du projet du presbytère, ce sont les sites institutionnels qui font autorité dans la diffusion de l’information, et notamment les PNR, malgré des scores de betweenness centrality relativement faibles (Figure 3). Les nœuds associés aux sites des communes respectives présentent également des scores d’autorité très élevés, ce qui semble indiquer ici que l’autorité relative aux informations diffusées demeure essentiellement institutionnelle pour les deux projets. Dans le cas du Champ Foulon, quelques acteurs se distinguent en matière d’autorité, mais de manière plus secondaire, tels que les habitants du projet qui portent le blog du Champ Foulon, l’association sur l’habitat participatif, ou encore l’architecte Angélique Chedemois.

Figure 3a. Cartographie des réseaux internet des écoquartiers du presbytère et du Champ Foulon en fonction du score d’autorité des pages web : le Presbytère, Bouray-sur-Juine

Figure 3a. Cartographie des réseaux internet des écoquartiers du presbytère et du Champ Foulon en fonction du score d’autorité des pages web : le Presbytère, Bouray-sur-Juine

Figure 3b. Cartographie des réseaux internet des écoquartiers du presbytère et du Champ Foulon en fonction du score d’autorité des pages web : Champ Foulon, Saint-Cyr-en-Arthies

Figure 3b. Cartographie des réseaux internet des écoquartiers du presbytère et du Champ Foulon en fonction du score d’autorité des pages web : Champ Foulon, Saint-Cyr-en-Arthies

50Bien que l’analyse HITS révèle que l’autorité des nœuds sur les informations relatives aux projets est plutôt de type institutionnel, ce n’est pas le cas des nœuds présentant un haut score de hub (Figure 4). Dans le cas du presbytère, c’est principalement Ekopolis, une association qui encourage le développement durable dans les champs de l’aménagement et de la construction au travers de la transmission d’informations aux professionnels, qui présente un haut score de hub. De même, le wiki Colibri, qui a pour mission d’inspirer et de soutenir des citoyens souhaitant développer des projets en lien avec la transition écologique, représente un hub important dans le réseau du Champ Foulon. Comme l’indique Gabrielle Paoli, directrice adjointe de la coopérative Oasis (2021), la plateforme des Colibris sert à « donner à voir ce qui existe pour donner envie. Pour cela, on documente les lieux, on raconte des parcours de lieux, des trajectoires, des réussites, pas mal d’échecs, aussi, parce que c’est toujours très apprenant tout ça. […] il y a des groupes en émergence, déjà constitués, qui se mettent à documenter les bonnes et les mauvaises pratiques ». Les structures associatives mobilisent ainsi les citoyens qui s’emparent des plateformes. C’est sans doute pour cette raison que les hubs principaux de chacun des réseaux sont relatifs à des structures associatives qui, si elles ne font pas autorité, sont essentielles à la bonne circulation des pratiques exemplaires à un plus large réseau. Les nœuds associés aux pages Facebook présentent également un score de hub important dans les deux cas, confirmant le rôle primordial du réseau social comme outil de mise en circulation.

Figure 4a. Cartographie des réseaux internet des écoquartiers du presbytère et du Champ Foulon en fonction du score de hub des pages web : le Presbytère, Bouray-sur-Juine

Figure 4a. Cartographie des réseaux internet des écoquartiers du presbytère et du Champ Foulon en fonction du score de hub des pages web : le Presbytère, Bouray-sur-Juine

Figure 4b. Cartographie des réseaux internet des écoquartiers du presbytère et du Champ Foulon en fonction du score de hub des pages web : Champ Foulon, Saint-Cyr-en-Arthies

Figure 4b. Cartographie des réseaux internet des écoquartiers du presbytère et du Champ Foulon en fonction du score de hub des pages web : Champ Foulon, Saint-Cyr-en-Arthies

4.2. Au niveau national, la place de l’État dans les circulations numériques

51De même que pour les modes de diffusion classiques, il est intéressant de noter le poids de l’État dans la circulation des modèles sur internet, à la croisée de mobilités verticales et horizontales.

52Lorsqu’une municipalité souhaite engager un projet dans la démarche EcoQuartier, elle peut s’inscrire sur la plateforme en ligne dédiée. Cette plateforme a alors pour mission « d’encourager “la réalisation, par les collectivités territoriales, d’opérations exemplaires d’aménagement durable des territoires” et plus particulièrement des opérations d’ÉcoQuartier dans les territoires » (lateforme EcoQuartier, 20216). La fiche d’identité du projet est accessible au grand public, mais les documents relatifs aux détails techniques et administratifs de l’opération, ainsi qu’à l’évaluation ne le sont quant à eux qu’après avoir déposé une demande auprès du MCTRCT. La plateforme est organisée autour de plusieurs modules. Une partie du site présente le label EcoQuartier et ses engagements afin de valoriser la démarche du ministère auprès des collectivités. Cette mobilité verticale est renforcée par des éléments de formations et de documentation susceptibles d’assister les acteurs locaux. La partie de la plateforme sur le Club EcoQuartier permet la mise en réseau des acteurs, et notamment des collectivités au niveau local. Le MCTRCT met donc en mouvement une circulation horizontale des informations, renforcée par une base de données sur les projets inscrits sur la plateforme. Une carte interactive permet de faire des recherches sur les opérations en fonction de différents critères tels que les types de projets, les régions où se situent les opérations, les étapes et années de labellisation.

53Malgré ces efforts ministériels, qu’en est-il de la place de cette plateforme dans les deux réseaux associés aux projets de Bouray-sur-Juine et de Saint-Cyr-en-Arthies ? Dans les deux cas, la plateforme n’est pas centrale, puisqu’elle présente de très faibles scores de betweenness centrality. Elle ne présente pas non plus de forts scores d’autorité, quel que soit le projet, mais présente un score de hub relativement important pour le projet du presbytère. Au regard du mode de circulation « internet », le MCTRCT est un acteur secondaire, voire anecdotique dans le cas de Saint-Cyr-en-Arthies dans la diffusion de bonnes pratiques. Alors que cette plateforme numérique a pour mission la diffusion de connaissances sur ces opérations, l’analyse Gephi démontre que cette action n’a qu’un impact mineur sur les projets du presbytère et du Champ Foulon. On peut imaginer que, pour le grand public, le non-accès à l’intégralité des informations sur les opérations en raison de la confidentialité des résultats des évaluations, contrairement à d’autres référentiels et labels internationaux (Doussard, 2017), contribue à la minimisation du rôle de l’État dans la diffusion de modèles sur internet.

Conclusion

54Les projets du Champ Foulon et du presbytère sont jugés expérimentaux et exemplaires par les futurs habitants, élus, chargés de mission des PNR qui participent à leur réalisation. Toutefois, cette dimension expérimentale se discute. Si, sur bien des sujets, ces écoquartiers se contentent de reprendre des « bonnes pratiques »et des modèles qui existent déjà, c’est, de fait, surtout le contexte périurbain qui rend ces constructions « atypiques » et « expérimentales », parce qu’elles se construisent comme des alternatives au modèle du pavillon réalisé en étalement urbain. Cela n’empêche pas les différents acteurs d’ériger ces opérations en modèle et de vouloir les diffuser.

55En réponse à notre hypothèse de départ, la construction d’une exemplarité de projet fait l’objet de différentes stratégies de mobilité en fonction du pilotage des acteurs et des modalités classiques ou numériques choisies. Dans le cas de l’écoquartier du presbytère, la stratégie choisie est de mobiliser principalement des ressorts institutionnels à différentes échelles territoriales (commune, PNR, MCTRCT) pour transmettre un discours sur l’exemplarité. Cette approche essentiellement institutionnelle prend ses origines dans les discussions entre le chargé de mission du PNR du Gâtinais et les agents du ministère, ces derniers étant à la recherche de certains projets périurbains qu’ils estiment a priori exemplaires pour les inscrire sur la plateforme, diffusant ainsi a posteriori ces pratiques à l’échelle nationale. Dans le cas du éco-hameau du Champ Foulon, ce sont les futurs habitants du projet au travers du pilotage d’un pôle communication, qui sont moteurs de cette stratégie de diffusion de l’information. Les TICN mobilisées leur permettent de prendre une place plus importante que celle du MCTRCT dans la diffusion de l’information. Cependant, même si ces habitants sont des ressources clés pour diffuser l’information, ils ne sont pas à l’origine de pages web faisant autorité sur leur projet. Pourtant, ce sont bien ces habitants qui tendent à construire un discours sur l’exemplarité.

56L’article s’est concentré sur les modes de voyage du modèle d’écoquartier dans les espaces périurbains, mais peu sur l’impact sur d’autres projets. La reproductibilité de ces opérations, bien que souhaitée, interroge : ces différentes opérations peuvent-elles contribuer à essaimer un modèle écologique dans le périurbain ? En effet, ces deux opérations doivent beaucoup à la présence d’une ingénierie forte, notamment liée à la présence de deux PNR qui apportent des capitaux et participent à la diffusion de ces exemples. Les espaces périurbains, marqués par leur grande diversité, n’offrent pas tous des contextes rendant possible l’émergence de tels projets.

Haut de page

Bibliographie

Akrab H., 2016, « La réorganisation des activités info-communicationnelles et des modes de coopération dans la gestion des dispositifs numériques territoriaux », Pyramides. Revue du centre d’études et de recherches en administration publique, vol. 26-27, p. 191-214¸ http://journals.openedition.org/pyramides/1003.

Ascher F., 2005, La société hypermoderne où ces événements nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Béal V., Epstein R., Pinson G., 2015, « La circulation croisée. Modèles, labels et bonnes pratiques dans les rapports centre-périphérie », Gouvernement et action publique, vol. 4, n° 3, p. 103-127, https://doi.org/10.3917/gap.153.0103.

Bouquillion P., Pailliart I., 2006, Le déploiement des TIC dans les territoires : le rôle des collectivités territoriales, Grenoble, PUG.

Bourret C., 2008, « Éléments pour une approche de l’intelligence territoriale comme synergie de projets locaux pour développer une identité collective », Projectics/Proyéctica/Projectique, vol. 1, p. 79-92.

Carmes M., Noyer J.-M., Carmes M., Douay N., Lakjaa A., Malsch E., Miranda S., Mons A., Musiani F., Peugeot V., 2014, Devenirs urbains, Paris, Presses des Mines.

Dolowitz, D., Marsh, D., 1996, « Who learns what from whom : a review of the policy transfer literature » Political studies, vol. 44, n° 2, p. 343-357.

Donzelot J., 2009, La ville à trois vitesses, Paris, Éditions de La Villette.

Doussard C., 2017, Évaluer les éco-quartiers : analyses comparatives internationales, thèse de doctorat en aménagement, université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Paris, 400 p.

Fonticelli C., 2022, « De la lutte contre “l’urbanisation galopante” à un urbanisme endogène, le rôle des PNR franciliens pour construire autrement en périurbain », Pour, n° 2043, p. 285-295.

Fonticelli C., Doussard C., 2021, « Éco-quartier périurbain, appropriation périurbaine d’un modèle urbain  ? Le cas des éco-quartiers ruraux du PNR du Gâtinais français », in Despond D., Fonticelli C. (dir.), Mutations du périurbain. De l'espace décrié aux territoires désirables ? Paris, Devenirs urbains.

Healey P., 2010, « Introduction, The transnational flow of knowledge and expertise in the planning field » in Healey P., Upton, R. (eds), Crossing borders : international exchange and planning practices, Londres, Routledge.

Healey P., 2011, « The universal and the contingent : some reflections on the transnational flow of planning ideas and practices », Planning Theory, vol. 11, n° 2, p. 188-207.

Houllier-Guibert C.-É., 2012, « De la communication publique vers le marketing des territoires : approche microsociologique de la fabrication de l’image de marque », Gestion et Management public, vol. 1, n° 2, p. 35-49, https://doi.org/10.3917/gmp.002.0035.

Jacomy M., Venturini T., Heymann S., Bastian M., 2014, « ForceAtlas2, a continuous graph layout algorithm for handy network visualization designed for the Gephi software », PloS One, vol. 9, n° 6, e98679, https://doi.org/10.1371/journal.pone.0098679.

Kleinberg J. M., Newman M., Barabási A.-L., Watts D. J.., 2011, Authoritative sources in a hyperlinked environment, Princeton, Princeton University Press.

Lakel A., Le Deuff O., 2017, « À quoi peut bien servir l’analyse du web ? », Les Cahiers du numérique, vol. 13, n° 3, p. 39-62, https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-du-numerique-2017-3-page-39.htm.

Laudati P., 2009, « Identité urbaine : caractères de permanence et continuité de sens » in Valat C. (dir.), Pérennité urbaine ou la ville par-delà ses métamorphoses, vol. 3 « Essence ».

Le Béchec M., 2016, « Le territoire comme un graphe », Les Cahiers du numérique, vol. 12, n° 4, p. 131-156, https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-du-numerique-2016-4-page-131.htm.

Le Corf J.-B., 2011, « La création collective de la plateforme de services publics numériques de la rive droite de Bordeaux : entre communication territoriale et gestion publique locale », Études de communication. Langages, Information, Médiations, vol. 37, p. 131-148, https://doi.org/10.4000/edc.3168.

Le Corf J.-B., 2016, « Les pratiques d’innovation de services des développeurs web dans les territoires : le cas des projets Open Data », Communication et Organisation, n° 50, p. 123-136, https://doi.org/10.4000/communicationorganisation.5387.

Le Corf J.-B., 2018, « La fabrique conceptuelle des “villes numériques” face aux rhétoriques contemporaines du marketing urbain », in De Biasse A. (dir). Digital Polis. La ville face au numérique : enjeux urbains conjugués au futur, L’Œil d’or.

Le Galès P., 2013, « La gouvernance territoriale après la crise » in Pasquier R., Simoulin V., Weisbein J. (dir.), La gouvernance territoriale : pratiques, discours et théories, LGDJ.

McCann E, 2011, « Urban Policy Mobilities and Global Circuits of Knowledge : Toward a Research Agenda », Annals of the Association of American Geographers, vol. 101, n° 1, p. 107-30.

McCann E., Ward K., 2011, « Urban assemblages, Territories, Relations, Practices and Power » in McCann E., Ward K. (eds.), Mobile urbanism : cities and policymaking in the global age, vol. 17. University of Minnesota Press.

McCann E., Ward K., 2012, « Policy assemblages, mobilities and mutations : Toward a multidisciplinary conversation », Political studies review, vol. 10, n° 3, p. 325-332.

McCann E., Ward K., 2013, « A multi-disciplinary approach to policy transfer research : geographies, assemblages, mobilities and mutations », Policy Studies, vol. 31, n° 1, p. 2-18.

Parnell, S., Oldfield S. (eds.), 2014, The Routledge handbook on cities of the global south, Londres, Routledge.

Peck, J., Theodore N., 2010, « Mobilizing Policy : Models, Methods and Mutations », Geoforum, vol. 41, n° 2, p. 169-74.

Peyroux É., Sanjuan T., 2016, « Stratégies de villes et “modèles” urbains : approche économique et géopolitique des relations entre villes. Introduction. », EchoGéo, n° 36, https://doi.org/10.4000/echogeo.14553.

Rougé L., Vidal P., 2015, « Les maires périurbains face à l’appétence numérique de leurs habitants », Pouvoirs locaux : les cahiers de la décentralisation/Institut de la décentralisation, vol. 103, p. 104-109.

SerdaLAB, 2014, Livre Blanc du Serda « La gouvernance de l’information dans les organisations : services publics, entreprises privées, associations », https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notices/64551-gouvernance-de-l-information-dans-les-organisations-livre-blanc.

Söderström O., 2012, « Des modèles urbains en mouvement », Urbanisme, n° 383, p. 41-42.

Vidal P., Rougé L., 2011, « Les espaces périurbains habités par le numérique ? Le cas de la Normandie », Éditions du Certu, 54 p.

Haut de page

Notes

1 Voir un article consacré par Géoconfluence : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/veille/evenements/prix-innovation-periurbaine, consulté le 16-06-2021.

2 On notera dans notre analyse que ces relations sont des arcs et non des arêtes, puisque les relations étudiées entre acteurs sont orientées sur le web.

3 Les logements seront des logements « communaux » gérés en interne par la commune et non par un bailleur social. Ils répondent aux grilles logements sociaux en termes de loyers des logements et de plafond de ressources pour les habitants.

4 Voir fiche projet EcoQuartier, http://www.ecoquartiers.logement.gouv.fr/operation/2289/, consulté le 16-06-2021.

5 La charte de l’éco-hameau est écrite en écriture inclusive.

6 Voir plateforme EcoQuartier : http://www.ecoquartiers.logement.gouv.fr/le-label/, consulté le 16-06-2021.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Représentations cartographiques théoriques d’un réseau de sites web sur Gephi
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/20067/img-1.png
Fichier image/png, 230k
Titre Figure 2a. Cartographie des réseaux internet des écoquartiers du presbytère et du Champ Foulon en fonction du type de page web : le Presbytère, Bouray-sur-Juine
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/20067/img-2.png
Fichier image/png, 50k
Titre Figure 2b. Cartographie des réseaux internet des écoquartiers du presbytère et du Champ Foulon en fonction du type de page web : Champ Foulon, Saint-Cyr-en-Arthies
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/20067/img-3.png
Fichier image/png, 306k
Titre Figure 3a. Cartographie des réseaux internet des écoquartiers du presbytère et du Champ Foulon en fonction du score d’autorité des pages web : le Presbytère, Bouray-sur-Juine
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/20067/img-4.png
Fichier image/png, 39k
Titre Figure 3b. Cartographie des réseaux internet des écoquartiers du presbytère et du Champ Foulon en fonction du score d’autorité des pages web : Champ Foulon, Saint-Cyr-en-Arthies
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/20067/img-5.png
Fichier image/png, 286k
Titre Figure 4a. Cartographie des réseaux internet des écoquartiers du presbytère et du Champ Foulon en fonction du score de hub des pages web : le Presbytère, Bouray-sur-Juine
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/20067/img-6.png
Fichier image/png, 39k
Titre Figure 4b. Cartographie des réseaux internet des écoquartiers du presbytère et du Champ Foulon en fonction du score de hub des pages web : Champ Foulon, Saint-Cyr-en-Arthies
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/20067/img-7.png
Fichier image/png, 250k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Doussard et Claire Fonticelli, « Quels modes de voyage du modèle d’écoquartier périurbain ? Une comparaison des modalités de circulation classique et numérique de deux opérations franciliennes »Développement durable et territoires [En ligne], Vol. 13, n°1 | Juillet 2022, mis en ligne le 22 juillet 2022, consulté le 03 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/developpementdurable/20067 ; DOI : https://doi.org/10.4000/developpementdurable.20067

Haut de page

Auteurs

Claire Doussard

Claire Doussard est enseignante à l’École spéciale d’architecture, et chercheuse associée à l’UMR AUSser 3329 CNRS, laboratoire AHTTEP. Ses travaux en aménagement s’intéressent à l’évaluation des écoquartiers et au développement de projets urbains écologiques, en France et à l’international. Elle est également experte indépendante dans le champ de l’urbanisme durable.
Claire.doussard@gmail.com

Claire Fonticelli

Claire Fonticelli est maîtresse de conférences urbanisme et aménagement au sein de l’université d’Aix-Marseille – Département Villes et territoires durables. Rattachée au laboratoire Lieu, elle est également chercheuse associée au Larep (ENSP) et du laboratoire Places (CY). Auteure d’une thèse sur la densification des espaces périurbains en Île-de-France, elle s’intéresse à l’urbanisation dans les espaces périurbains en France.
claire.fonticelli@univ-amu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille
  • Logo Ceraps - Le Centre d'études et de recherches administratives, politiques et sociales
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search