Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 13, n°1VariaLa matérialisation de la transiti...

Varia

La matérialisation de la transition énergétique dans les milieux urbains denses. Le cas du projet urbain Nanterre Cœur Université

The materialization of the energy transition in dense urban environments. The case of the urban project Nanterre Cœur Université
Meriam Bechir

Résumés

À travers le récit de la conception énergétique et spatiale du projet Nanterre Cœur Université, nous montrerons que les objectifs énergétiques ambitieux portés par les projets durables, pour matérialiser la transition énergétique, peuvent contraindre fortement la conception des projets et favoriser dans certains cas une multiplication des artefacts énergétiques mobilisés. La conception énergétique passe ainsi par diverses négociations entre les acteurs publics et privés qui peuvent, dans certains cas, re-questionner les objectifs énergétiques et les choix techniques, et ceci même à des stades déjà avancés de la conception. Nous montrerons enfin que l’intégration des artefacts énergétiques impacte fortement la spatialité des projets, principalement en réduisant les surfaces utiles et en créant des concurrences d’usages.

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercier chaleureusement les différentes personnes rencontrées durant cette enquête de terrain qui ont accepté de répondre à mes questions et de m’aider. Je remercie également Margot Pellegrino pour sa relecture minutieuse de ce texte, ses remarques et conseils.

  • 1 Les usages énergétiques ne seront pas abordés dans cet article, à ce sujet voir Beslay et al., 201 (...)
  • 2 En effet, cette question se poserait différemment dans les projets de rénovation de l’existant par (...)

1Afin de matérialiser la transition énergétique, les acteurs de la fabrique urbaine affichent des objectifs énergétiques de plus en plus importants dans les nouveaux projets immobiliers et urbains, dépassant parfois même les contraintes réglementaires. Pour aboutir à ces objectifs, les acteurs sont amenés à travailler dans un premier temps sur l’efficacité énergétique des bâtiments afin de réduire les consommations énergétiques et, dans un second temps, à intégrer une série d’artefacts énergétiques pour produire, stocker ou distribuer de l’énergie renouvelable localement1. C’est justement l’objet de cet article qui s’intéresse à l’intégration des artefacts énergétiques pour satisfaire les engagements énergétiques des projets immobiliers et urbains en milieu dense2.

2Nous définissons les « artefacts énergétiques » (AE) dans cet article comme l’ensemble des objets matériels sociotechniques qui sont réservés à la production, la distribution ou le stockage de l’énergie à une échelle locale. Ces dispositifs sont variés, nous retiendrons ici que les objets caractérisés par leur maturité technologique et leur adaptation aux milieux urbains denses (Beddiar et al., 2015 ; Debizet et Schneuwly, 2015). Ils peuvent être : (1) des dispositifs de production d’ENR, comme les panneaux solaires photovoltaïques ou thermiques, les micro-éoliennes, les pompes à chaleur, les capteurs/sondes géothermiques, les centrales de cogénération, les chaufferies biomasse ; (2) des dispositifs de stockage, par exemple les batteries pour l’électricité, les cuves de stockage d’huile pour la cogénération, les locaux de stockage de la biomasse, les ballons d’eau chaude ; (3) des dispositifs de distribution à l’échelle du quartier : les réseaux de chaleur et de froid, et les micro-réseaux électriques. Ils peuvent occuper différents espaces selon leurs fonctions : en façade des bâtiments, sur les toits, en sous-sol, au rez-de-chaussée d’immeubles, etc. Les espaces accueillant ces dispositifs sont considérés comme locaux techniques, locaux frigorifiques, sous-stations, etc.

3La nouveauté aujourd’hui ne réside plus dans l’utilisation des objets énergétiques à l’échelle des bâtiments individuels, qu’ils soient résidentiels ou tertiaires (ces technologies étant anciennes et bien maîtrisées pour la plupart), mais dans leurs combinaisons pour alimenter plusieurs bâtiments, avec divers usages pour mutualiser la production et la consommation d’énergie.

4La production d’énergie à travers divers artefacts énergétiques dans les projets se confronte à : (a) des complexités urbaines (densité et compacité urbaines, ensoleillement, insuffisance d’espaces pour le stockage de l’énergie…) ; de gouvernance des systèmes ; (b) des complexités techniques d’optimisation énergétique (ENR intermittentes, gestion des pointes de consommation, réseaux d’énergie existants, systèmes de stockage…) ; (c) des difficultés de montages juridiques et économiques (répartition des investissements et des redevances, articulation des responsabilités entre aménagement, promotion et exploitation) ; et parfois (d) des blocages concernant les aspects esthétiques des dispositifs techniques. Par conséquent, l’implantation de ces objets implique pour les aménageurs et les constructeurs de prendre en considération dans leurs pratiques de nouvelles problématiques comme la réduction des surfaces utiles dans les projets, la numérisation des processus, les conflits d’usages et les nuisances potentielles, etc. Enfin, l’intégration de ces objets dans les projets urbains suit souvent un processus complexe et non linéaire mêlant différents acteurs qui ont des objectifs et des intérêts multiples, et pour lesquels les enjeux énergétiques ne sont pas forcément une priorité. S’ajoutent donc aux contraintes pratiques la doctrine technique et les rapports de pouvoir entre les acteurs. Les compromis trouvés, les résultats produits peuvent se traduire par des incohérences dans la pratique et les usages, par exemple des installations de cogénération non utilisées.

5L’injonction à la durabilité et ses effets sur la production urbaine ne sont pas un sujet nouveau, la revue Metropolitiques consacrait déjà un numéro à ce sujet en 2012. Ce numéro intitulé « Fabriquer la ville à l’heure de l’injonction au “durable” »,3et coordonné par N. Roudil, a notamment abordé l’évolution des compétences des concepteurs face à ces injonctions, ainsi que l’implication des habitants dans la conception. Le constat que réalisait G. Molina dans son article » Lutte contre le réchauffement climatique : les acteurs de l’aménagement entre coopération, reconversion et concurrence » (2012) est éclairant et toujours d’actualité : « Le renouvellement des savoirs et savoir-faire présuppose une réflexivite et un temps minimal d’acculturation. Or, deux difficultés se posent. D’abord, les calendriers de dispositifs d’élaboration et de mise en œuvre des politiques publiques climatiques apparaissent particulièrement resserrés. L’“urgence” fait partie des mots d’ordre en matière d’action climatique. Ensuite, les savoirs ne sont pas stabilisés, car complexes » (Molina, 2012, p. 3).

6Depuis, l’intégration des questions énergétiques à l’échelle des projets immobiliers et urbains a fait l’objet d’un important effort de recherche. Dans un premier temps, certains travaux ont abordé les écoquartiers comme laboratoires d’expérimentations techniques (Beddiar et al., 2015 ; Menanteau et Blanchard, 2014) ; d’espace d’apprentissages entre les acteurs et de nouvelles manières de concevoir la ville (Debizet, 2015 ; Fenker, 2015 ; La Branche, 2014 ; Souami, 2009 ; Tardieu, 2015). Dans un second temps, des travaux plus récents ont abordé la mise en œuvre opérationnelle des objectifs énergétiques à l’échelle des projets urbains. La thèse de C. Tardieu s’est intéressée aux moments et aux échelles d’intégration des préoccupations énergétiques dans les projets urbains. La thèse de G. Blanchard a abordé la conception des choix énergétiques dans les projets d’aménagement en se concentrant sur les activités de la maîtrise d’ouvrage publique (Blanchard, 2018). M. Marquet s’est intéressée quant à elle aux modèles technicoéconomiques, aux conditions institutionnelles de mise en œuvre des systèmes énergétiques et à leur impact sur les modes de vie (Marquet, 2018). Toutefois, si ces travaux ont concerné les choix de conception urbaine, ils ont peu abordé les effets de l’intégration d’une variété d’artefacts énergétiques sur l’évolution du processus de conception énergétique et encore moins les effets sur la spatialité des projets.

  • 4 « Penser l’architecture, la ville et les paysages au prisme de l’énergie », programme financé par (...)

7Par ailleurs, certains travaux, plus disparates, ont eu comme angle d’attaque la spatialisation des questions énergétiques et leur impact sur la conception architecturale. Dans leur article « Reinterpreting Sustainable Architecture : The place of The Technology », S. Guy et G. Farmer (2001) expliquent le caractère non consensuel de l’architecture durable et des moyens consacrés pour y parvenir. E. Grudet (2012) distingue quant à elle trois postures et approches de l’architecture durable : industrielle, critique et culturelle. Le programme de recherche intitulé Ignis Mutat Res4, et lancé en 2014, avait comme objectif d’interroger la relation de l’énergie et de l’architecture. Il a regroupé plusieurs recherches qui ont traité des figures des territoires de l’énergie (Hertweck et al., 2014), de la spatialisation des questions énergétiques dans les espaces ruraux et à très grande échelle (Coste et al., 2015). Néanmoins, mis à part le rapport intitulé « L’épiderme aérien des villes au regard de la question écoénergétique “learning from” Chicago, Montréal, Paris », portant sur l’usage des toits, notamment pour des questions énergétiques, cette problématique n’a pas été abordée. Dans ce rapport coordonné par A. Prochazka et publié en 2014, la contribution de L. Mosconi est éclairante, car elle analyse les différentes stratégies d’usage des toits par les collectifs des consultations du Grand Paris et notamment à des fins énergétiques et environnementales. Enfin, F. Lopez (2019) traite dans son ouvrage L’ordre électrique : infrastructures énergétiques et territoires, des impacts spatiaux du développement des grandes infrastructures électriques en Europe et aux États-Unis du début du xixe siècle jusqu’à aujourd’hui. Elle aborde notamment le traitement esthétique des centrales énergétiques et celui de l’architecture environnementale. Toutefois, ces travaux ont également peu étudié l’impact de l’intégration des artefacts énergétiques sur la conception spatiale des projets immobiliers ou urbains.

8Dans ce contexte, cet article se propose d’explorer la matérialisation des questions énergétiques à partir du cas du projet Nanterre Cœur Université (NCU), un projet immobilier qui, pour répondre à une forte ambition énergétique de départ, a été amené à intégrer et à combiner une variété de systèmes énergétiques en site urbain dense. Les habitants n’ayant pas été intégrés dans la conception du projet, nous ne les avons pas interrogés. Le cas du projet NCU est loin d’être un exemple isolé. En effet, beaucoup de projets sont amenés aujourd’hui à intégrer une diversité d’AE en milieux denses pour répondre aux exigences réglementaires (la RE 2020 imposant la production d’énergies renouvelables pour toutes les nouvelles constructions) ainsi qu’aux obligations réalisées par les collectivités locales en matière de production d’EnR (prescriptions locales). Dans quelle mesure les fortes ambitions énergétiques impactent la conception des projets urbains ? Quels sont les effets de la mobilisation d’une diversité d’artefacts énergétiques sur les processus de conception énergétique et spatiale ?

9L’article est structuré en quatre parties : nous commencerons par présenter la solution énergétique ambitieuse portée en phase concours ; puis nous rendrons compte des négociations et de la bifurcation de la solution énergétique. Dans la troisième partie, nous illustrerons l’intégration spatiale des artefacts énergétiques dans le projet. En conclusion, nous discuterons des enjeux de la matérialisation des objectifs énergétiques dans la fabrication des projets durables.

1. Un affichage des questions énergétiques en phase concours

1.1. Méthodologie

  • 5 Dans notre cas, il s’agit de repérer les espaces dédiés à la fonction énergétique (façade, toiture (...)

10Avant de passer à l’analyse, présentons la méthodologie utilisée. Nous mobilisons dans ce travail deux approches : sociotechnique et socio-architecturale. En effet, la sociologie de l’acteur réseau (Akrich et al., 2006 ; Callon, 1986) va nous permettre d’analyser les interactions entre la dimension physique des artefacts énergétiques, et leur dimension sociale incluant tous les acteurs intervenant dans les projets et la méthode typo-morphologique va nous permettre d’examiner la spatialisé des artefacts énergétiques. La typomorphologie combine l’étude de la morphologie urbaine et de la typologie architecturale. Le principe est de décomposer la forme en éléments (plan du bâti, du parcellaire et des voies) pour les étudier chacun indépendamment, puis de recomposer l’ensemble pour comprendre leurs relations spécifiques (Castex et al., (1979)5. La combinaison de ces deux approches sera utile d’une part pour étudier le processus d’arbitrage des choix pendant la conception énergétique et, d’autre part, pour observer l’impact spatial des objets de l’énergie et plus précisément les surfaces de projets immobiliers dédiées à la fonction énergétique.

11Notre méthodologie s’appuie sur l’analyse de deux corpus : d’une part une analyse du projet basée sur des documents graphiques (plans, coupes, façades) et rapports techniques, et d’autre part une analyse de 26 entretiens semi-directifs avec les différents acteurs intervenant sur ces questions (collectivité, aménageur, promoteur, assistants à la maîtrise d’ouvrage en énergie, énergéticiens, bureaux d’études énergie, architectes).

Présentation du projet Nanterre Cœur Université

Le projet Nanterre Cœur Université est un projet mixte situé autour de la gare de Nanterre en Île-de-Francea. Il est inscrit au sein de la ZAC Seine-Arche et il présente la seconde partie de la phase Nanterre Cœur Université. La maîtrise d’ouvrage de l’opération est constituée de la ville de Nanterre et de l’Établissement public Paris La Défenseb. Il comprend 497 logements (35 000 m² de surface de plancher SDP), dont 40 % de logement sociaux, 27 000 m² SDP de bureaux, 14 000 m² SDP de commercesc, et quelques équipements culturels dont un cinéma. Il dispose également de 770 places de stationnement automobile, dont environ 650 ouvertes au public. L’enjeu premier du quartier a été son désenclavement et son ouverture aux infrastructures existantes qui l’entourent. Une première tranche du projet a été livrée en 2019. Les tranches 2et 3 sont en cours de livraison depuis 2019 (cf. figures 1 & 2).

a. .https://nanterrealite.blogspot.com/​2015/​07/​coeur-de-quartier-phase-2.html
b. Anciennement appelé Établissement public d’aménagement de La Défense Seine-Arche (Epadesa).
c. Une trentaine de commerces et 13 restaurants.

Figure 1. Situation urbaine du projet et plan de masse des deux phases du projet Nanterre Cœur Université

Figure 1. Situation urbaine du projet et plan de masse des deux phases du projet Nanterre Cœur Université

CPAU de NCU, Paris La Défense, 2013

Figure 2. Photo de la tranche 1 du projet NCU

Figure 2. Photo de la tranche 1 du projet NCU

Photo prise par l'auteure, 11/2020

1.2. Un affichage des questions énergétiques en phase concours

12L’aménageur et la Ville de Nanterre ont lancé une consultation d’opérateurs en 2013 pour le projet NCU. Un cahier de prescriptions énergétiques et environnementales a été joint au dossier. Après des études énergétiques réalisées par l’AMO de l’aménageur LesEnR, un objectif de 55 % d’EnR tous postes confondus a été imposé à l’échelle du quartier, avec une obligation de réaliser une mutualisation énergétique entre les différents programmes (bureaux, commerces, logements). D’après nos entretiens, cet objectif faisait spécialement référence aux débats importants sur la production et la mutualisation en ville à l’époque. Au-delà de l’énergie, le cahier des charges de NCU, imposait également la mutualisation des commerces et des places de parkings au sein du projet. L’objectif d’ENR est important, car il intègre tous les postes de consommation dans les calculs, et notamment l’électricité spécifique. L’électricité spécifique représente l’électricité utilisée par les services qui ne peuvent être réalisés que par l’électricité (les appareils producteurs de froid, les postes audiovisuels et multimédias, etc.). Elle est considérée comme un poste de consommation difficile à estimer, ce qui fait qu’elle n’est pas intégrée dans les calculs de la RT 2012 par exemple.

13Notons par ailleurs que le portage de l’alimentation énergétique du projet par les acteurs publics a été envisagé par la maîtrise d’ouvrage publique, mais a très vite été écarté pour les diverses raisons que sont : le manque d’espace physique pour l’installation d’une chaufferie urbaine, la question de son installation en sous-sol impliquait une imbrication très complexe avec les six lots du projet, et notamment les parkings mutualisés dont la gestion sera confiée au privé ; l’incompatibilité du calendrier d’un réseau de chaleur et d’un projet immobilier porté par le privé et le coût important que représentait le portage sur le long terme d’un tel équipement par l’aménageur.

14Le promoteur Bouygues propose une réponse architecturale et urbaine avec son unité de conception des quartiers durables UrbanEra – créée en 2013 –, qui joue le rôle d’aménageur privé sur ce projet en collaboration avec François Leclercq en tant qu’architecte coordonnateur. Il propose également une réponse énergétique ambitieuse avec un collectif composé de l’assistant à maîtrise d’ouvrage (AMO) développement durable Greenaffair, de l’entreprise Embix (filiale du promoteur) qui est une start-up spécialisée dans le consulting smart grids et smart city et le pilotage de services urbains et de Dalkia Smart Building (DSB), anciennement appelé EDF OS, une entreprise qui combine des prestations de bureau d’études et d’entreprise générale spécialisée dans les lots techniques.

15En analysant les documents de réponse à la consultation de l’aménageur privé UrbanEra et ses équipes, nous avons constaté que la question énergétique a été fortement investie (une note de développement durable de 50 pages et une note énergie de 35 pages ont été réalisées). En effet, il y a eu au départ une définition des besoins énergétiques du quartier, puis la réalisation de plusieurs scénarios d’alimentation énergétique du projet. Après plusieurs études et scénarios, la solution technique retenue est celle d’une boucle d’eau tempérée alimentée par 146 sondes géothermiques à 200 m de profondeur, qui dessert des pompes à chaleur situées dans les sous-stations de chaque lot. Cette solution est considérée comme décentralisée, car la production de l’énergie se réalise à travers des objets énergétiques dans chaque lot et non à travers un seul équipement centralisé (cf. figure 3).

16UrbanEra s’engage ainsi sur la production de 55 % d’ENR, tous postes confondus. Ce taux peut aller, d’après le document présenté lors de l’oral du concours, jusqu’à 80 % d’EnR couvert par la géothermie. Pour arriver à ce taux, UrbanEra s’est engagée à explorer les possibilités de mutualisation énergétique avec les quartiers voisins, et notamment avec une piscine à proximité du projet. L’aménageur s’engage également sur la garantie de la performance au niveau du quartier, portée par l’entreprise Embix avec une réduction des factures des usagés estimée à 20 % (voir fig 3). L’entreprise Dalkia Smart Building est chargée quant à elle de la conception, réalisation et exploitation des artefacts énergétiques. La proposition du collectif de conception était doublement innovante à l’époque, d’une part sur le volet technique en proposant une solution décentralisée avec une possible mutualisation avec l’existant (solution peu répandue à l’époque) et, d’autre part, sur le volet gouvernance et engagement sur la performance énergétique en intégrant dès l’amont du projet Embix et DSB, des acteurs spécialisés dans la conception et l’exploitation des systèmes énergétiques. L’investissement sur l’énergie a relevé d’un élément de différenciation important mis en avant par UrbanEra. D’après notre enquête, tous les autres candidats ont répondu à l’objectif énergétique de 55 % d’EnR, mais sans intégration d’exploitants de réseaux ou de proposition de garantie de performance énergétique. La solution énergétique originale et la présentation d’un exploitant dès la phase concours auraient fait pencher la balance vers la sélection d’UrbanEra plutôt que vers d’autres opérateurs. En effet, plusieurs acteurs nous confient que, depuis quelques années maintenant, les questions énergétiques deviennent des critères de sélection importants pendant les concours d’urbanisme et d’architecture. Un directeur au sein du bureau d’études énergie Burgeap nous explique :

« Et clairement nous, ce qu’on a vu c’est que cette dimension énergétique s’est mise à peser très lourd dans les concours, beaucoup plus lourd que sa réelle valeur, il y a un côté surpondération. Quand on regarde le coût du système énergétique dans son ensemble par rapport à l’ensemble du projet, c’est que quelques pourcents, on ne dépasse jamais 5 % de l’ensemble du coût de construction d’un quartier ou d’un bâtiment. Mais quand on regarde la place que ça prend dans les concours, dans les décisions, dans le fait de gagner ou pas un quartier c’est un élément majeur » (entretien du 30-01-2019).

Figure 3. 3D de la solution énergétique proposée pendant le concours d’opérateurs

Figure 3. 3D de la solution énergétique proposée pendant le concours d’opérateurs

Bouygues Immobilier, 2013

  • 9 Deux autres raisons expliquent cette situation, la première est que les besoins d’un cinéma sont t (...)

17Ce récit nous montre qu’il y a eu une traduction en phase concours, par UrbanEra et son équipe, des prescriptions énergétiques définies par la maîtrise d’ouvrage publique en solution technique innovante, et ceci en allant même au-delà des exigences du cahier des charges. Le cas de NCU nous montre également l’existence d’une logique de surenchère des objectifs énergétiques mis en avant pour gagner les consultations, et ceci souvent sans intégration de la faisabilité technique des objectifs énergétiques par manque de temps. Par exemple, la couverture de 80 % des besoins énergétiques en géothermie était peu probable en milieu très dense et contraint comme Nanterre, même à cette phase d’études sommaires. De plus, s’il y a eu plusieurs scénarios présentés pendant la phase concours, le cinéma n’a pas été intégré aux études énergétiques. Une des explications est que l’intégration de cet équipement dégradait fortement la performance du réseau à cause de ses besoins importants en matière de chaleur et surtout de froid, à des périodes ponctuelles de sa fréquentation par le public9. À la mise en avant de la qualité architecturale des projets se rajoute ainsi la surenchère des objectifs énergétiques, le sujet de l’énergie étant considéré par les acteurs comme discriminant dans la sélection des lauréats.

2.Négociations et bifurcation de la solution énergétique pendant le développement du projet

2.1. Négociations autour des objectifs à atteindre

  • 10 Beaucoup d’expertises énergétiques ont été réalisées, nous n’avons cité ici que les principales.

18Après avoir gagné le concours début 2014, l’opérateur immobilier et ses équipes affinent les conceptions architecturales et énergétiques. Le collectif de conception énergétique est composé des acteurs identifiés pendant le concours en plus du BET fluide Ingerop. Plusieurs autres BET et AMO sont intervenus par la suite dans le projet pour réaliser quelques études, comme le BET Burgeap qui a réalisé le dimensionnement du champ de sondes géothermiques, le BET E-nergy qui a joué le rôle de conseil sur le montage juridique et contractuel du réseau10.

19Pendant la phase de développement du projet (2014-2018), l’équipe de conception a rencontré plusieurs difficultés pour arriver à la performance visée lors du concours. De plus, le potentiel de mutualisation énergétique avec l’existant, comprenant notamment un raccordement du réseau à la piscine de Nanterre, s’annonçait compliqué. Le raccordement de la piscine paraissait intéressant, car cela permettait d’améliorer la performance énergétique du réseau, grâce à une demande constante de chaleur, notamment l’été, évitant ainsi que l’on soit obligé de réinjecter cette chaleur dans le sous-sol. Toutefois, cette piste a été très vite abandonnée à cause de complications de deux types : la nécessité, d’une part, d’obtenir plusieurs servitudes et autorisations de passage des réseaux privés sous les voies publiques et, d’autre part, de réaliser des forages sous des voies RATP pour le passage des réseaux. Les questions juridiques de propriété des voies et de sécurité dans un milieu urbain dense, caractérisé par une imbrication de réseaux divers, ont ainsi constitué un frein important pour la mutualisation énergétique avec les formes urbaines existantes.

  • 11 Greenaffair a donc réalisé une simulation thermique dynamique des besoins énergétiques du projet e (...)
  • 12 Le potentiel estimé est de 1 GWh en chaud et 1,2 GWh en froid pour tout le quartier. Estimation ré (...)
  • 13 Cette distinction entre l’échelle du réseau et cette du quartier s’explique par le fait que ce ne (...)

20Le collectif de conception coordonné par UrbanEra est donc retourné une première fois voir la ville de Nanterre et l’aménageur Paris la Défense pour essayer de négocier les objectifs à la baisse. Toutefois, à cette période, la maîtrise d’ouvrage publique est restée ferme sur ces objectifs. Pour la convaincre, UrbanEra a fait réaliser, par son AMO Greenaffair, un crash test11 pour prouver la complexité d’atteindre l’objectif de 55 % ENR, tous postes confondus à l’échelle du quartier. Le crash test montre en effet que le potentiel géothermique n’est pas assez important pour satisfaire les besoins du projet12. UrbanEra et la maîtrise d’ouvrage se mettent alors d’accord sur 40 % d’ENR à l’échelle du quartier, en prenant uniquement en compte les postes réglementaires de la RT 2012,et sur 65 % d’ENR à l’échelle du réseau d’eau tempéré13.

  • 14 Les habitants se plaignaient plus précisément d’avoir une facture constante toute l’année, même av (...)

21En contrepartie de cette demande, la maîtrise d’ouvrage a réussi à négocier avec UrbanEra et DSB une facture énergétique plafonnée pour les futurs habitants de l’ordre de 600 euros TTC/an pour un logement type T3 de 65 m². En effet, la limitation de la facture des futurs habitants était l’une préoccupations principales de la ville de Nanterre, et ceci notamment après des plaintes des habitants de quartiers durables déjà livrés à Nanterre sur l’importance de leur facture énergétique14. La garantie de performance énergétique proposée en phase concours s’est donc matérialisée par un plafonnement des factures énergétiques des usagers.

22UrbanEra et son équipe ont ainsi réalisé un travail d’intéressement de la maîtrise d’ouvrage en faveur d’un débordement du cadrage énergétique initial (Bernard, 2005 ; Callon, 1999). En effet, après plusieurs négociations, il y a eu une réévaluation de l’ambition énergétique (taux d’ENR) en contrepartie de l’intégration des enjeux de gestion des artefacts énergétiques, et notamment la limitation de la facture énergétique des habitants. Il y a par conséquent une évolution du cadrage énergétique pour intégrer les contraintes sociotechniques et spatiales du projet. Il faut affirmer que cet encadrement énergétique est assez innovant dans les projets durables, car souvent les cahiers de prescriptions énergétiques se concentrent sur des objectifs de performance sans aborder les conditions d’exploitation des AE, alors que les choix réalisés rapidement en phase concours peuvent avoir des répercussions très importantes sur toute la vie des projets.

23La solution énergétique se précise au fur et à mesure des études, mais le principe reste inchangé par rapport à la proposition du concours, et ceci jusqu’en décembre 2015. La frise suivante montre l’évolution de la solution énergétique du concours en 2014 jusqu’à la réalisation de l’Avant-Projet Sommaire (APS) fin 2015, la validation de l’Avant-Projet Détaillé (APD) fin 2016 et enfin le passage au chantier (cf. figure 4).

Figure 4. Chronologie simplifiée du projet

Figure 4. Chronologie simplifiée du projet

Réalisée par l'auteur

2.2. Bifurcation de la solution énergétique

  • 15 Elle ne couvre que 53 % des besoins de chaleur de tout le projet sans le cinéma et 65 % des besoin (...)

24En décembre 2015, après presque deux ans de conception, un grand changement apparaît dans la solution énergétique pendant la réalisation de l’avant-projet sommaire. Le BET Burgeap a réalisé des simulations thermiques du sous-sol qui montrent que la géothermie ne peut pas couvrir tous les besoins du projet15. Le potentiel géothermique de rafraîchissement se révèle moins important que ce qui a été estimé dans le crash test, mais, surtout, ce sont les besoins énergétiques (de chaud et de froid) du projet qui vont se révéler plus importants que prévu. En effet, à chaque fois qu’il y a eu une simulation des besoins énergétiques du projet, les besoins ont été réestimés à la hausse. Ceci s’explique notamment par le fait que ce sont les BET Greenaffair et Ingerop qui ont réalisé les estimations au départ et non l’entreprise DSB, un acteur qui, de par son rôle d’exploitant, a souvent tendance à surestimer les besoins énergétiques pour éviter d’éventuels problèmes en exploitation. En effet, la maîtrise d’ouvrage énergétique prend souvent de fortes précautions dans le dimensionnement des réseaux (Blanchard, 2018 ; Hampikian, 2017 ; Tardieu, 2015).

  • 16 Green Office est une marque créée en 2007 par Bouygues Immobilier qui vise à produire des immeuble (...)

25Face à cette situation, il y a eu une seconde négociation des objectifs énergétiques entre la maîtrise d’ouvrage publique et UrbanEra. D’après notre enquête, l’évolution des besoins énergétiques du projet n’a jamais été abordée pendant ces discussions, mais c’est plutôt le manque de potentiel géothermique qui a été mis en avant par UrbanEra. Celui-ci a ainsi proposé d’upgrader le deuxième immeuble bureau du projet en Green Office16et de réduire le taux d’ENR du réseau à 60 %. Proposition qui sera retenue. En effet, un responsable au sein de l’aménageur nous affirme qu’ils étaient ouverts à la négociation avec les opérateurs pour intégrer les différents enjeux du projet et ceci en adaptant, soit l’objectif, soit la solution énergétique pour éviter une surenchère technique qui engendrerait un coût important pour les usagers. L’essentiel pour l’aménageur et la ville était que le taux d’EnR du réseau dépasse les 50 % pour ainsi bénéficier d’une TVA réduite et limiter la facture des habitants. Le réseau est même jugé, par les acteurs interrogés pendant notre enquête, comme très performant en comparaison d’autres opérations de la ZAC Seine Arche.

« On avait fait un minimum d’études de dimensionner quelques éléments de principe avant de lancer la consultation avec notre AMO LesEnr à l’époque pour que les promoteurs répondent… mais c’est surtout Bouygues qui a mis au point la solution… Nous on voulait surtout s’assurer que le coût final pour les habitants ne soit pas supérieur à solution classique de type chaudières au gaz » (responsable aménagement, Paris La Défense, 03/04/2020).

  • 17 Système qui complète les sondes géothermiques, le principe de fonctionnement est semblable à celui (...)

26Il a également fallu rajouter d’autres équipements de production d’énergie renouvelable pour satisfaire le taux d’EnR. Le résultat final de cette étude est le passage d’une solution énergétique décentralisée à mixte. Concrètement, la production géothermique a été centralisée grâce à un thermo-frigo-pompe (TFP)17 et il y a eu le rajout de sept petites centrales de cogénérations dans les deux immeubles Green Offices. Plusieurs commerces disposent également de leurs propres équipements de production d’énergie (pompes à chaleur et groupes froids) pour ne pas dégrader la performance énergétique du réseau mutualisé (besoins imprévisibles des petits commerces non désignés encore). Cette solution est considérée comme mixte, car la production de chaleur est exploitée par un équipement central – un TFP – avec quelques appoints pour la production de chaud et de froid.

  • 18 En effet, l’argument du manque de géothermie, dans un site urbain où la nappe est très sollicitée, (...)

27Pendant notre enquête, plusieurs motifs, parfois contradictoires, nous ont été présentés par les différents acteurs interrogés pour expliquer ce changement de solution18. En effet, le manque de gisements géothermiques ne serait pas le seul motif. Plusieurs acteurs (BET énergie, UrbanEra) nous confient que c’est la volonté des bureaux d’être autonomes énergétiquement qui a animé toute cette ré-étude. Effectivement, la direction de l’immobilier d’entreprise du promoteur a fortement incité à l’intégration des centrales de cogénérations dans chacun des Green Offices pour se prémunir de potentielles demandes de déconnexion des futurs preneurs des bureaux du réseau commun, et faciliter ainsi la vente de ces biens. Elle a donc profité de l’ouverture d’une fenêtre d’opportunité avec la réalisation de l’APS pour traduire ces priorités dans la conception énergétique. Par ailleurs, quand le UrbanEra a trouvé des preneurs pour les Green Offices, ces derniers ont effectivement demandé pendant la contractualisation une réserve de déconnexion de la boucle énergétique.

28Par ailleurs, d’après notre enquête, la relation entre UrbanEra et Dalkia Smart Building a été tendue à propos du dimensionnement des AE et de leur portage financer. En effet, UrbanEra redoutait que DSB suive une logique de surdimensionnement des réseaux pour se prémunir d’éventuelles fortes demandes énergétiques et avoir ainsi la possibilité d’étendre le réseau privé pour alimenter d’autres clients hors du périmètre du projet en exploitation ; et ceci tout en faisant porter à celui-ci une partie du financement de l’infrastructure. Cette problématique d’articulation des échelles entre les maîtrises d’ouvrage urbaine et énergétique, où la première raisonne à l’échelle du projet d’aménagement et la seconde à l’échelle du réseau énergétique, a été mise en évidence par plusieurs travaux (Hampikian, 2017 ; Tardieu, 2015). Les négociations sur le portage financier des AE ont duré très longtemps, jusqu’en début de l’année 2016 quand UrbanEra a pris la décision de lancer une consultation d’opérateurs pour étudier d’autres offres énergétiques. DSB sera retenue en définitive. D’après le chargé de projet NCU de l’époque à UrbanEra, l’objectif n’était pas de retenir un autre candidat, mais de recréer des marges de négociation avec l’entreprise. UrbanEra aura recours à plusieurs expertises tout au long du projet pour encadrer le travail de l’entreprise.

29L’APD de la solution énergétique a été finalisée en octobre 2016. La solution retenue mobilise d’innombrables artefacts énergétiques et présente 40 % d’ENR à l’échelle du quartier et 60 % d’ENR à l’échelle du réseau de chaleur et de froid. Concrètement, le quartier est alimenté en chauffage/ECS par une boucle d’eau tempérée alimentée par environ 90 sondes géothermiques sèches à une profondeur de 150 m et exploitée par un thermo-frigo-pompe (TFP). Sept centrales de cogénération et un système de récupération de la chaleur sur les eaux grises complètent l’ensemble. Plusieurs autres équipements décentralisés sont prévus comme appoint ou pour alimenter les commerces non raccordés au réseau. Un réseau de froid est également installé pour la climatisation des bureaux et des commerces. L’électricité produite par les panneaux solaires et les cogénérations, installés sur les toits des Green Offices, sera autoconsommée par les différentes installations techniques du quartier. L’ensemble du système énergétique est piloté par un réseau intelligent (smart grid) électrique et thermique (cf. figure 5).

30Dalkia Smart Building a été chargée de la réalisation puis de l’exploitation de la solution énergétique sur 27 ans. La solution énergétique a coûté 5 millions d’euros, dont 22 % financés par le fonds chaleur de l’Ademe (soit 1,1 million d’euros). Pour le reste, UrbanEra s’est retrouvé dans l’obligation de prendre à sa charge 70 % du coût de l’infrastructure, et 30 % est porté par DSB.

Figure 5. Schéma de l’approvisionnement énergétique chaud, froid et ECS du quartier

Figure 5. Schéma de l’approvisionnement énergétique chaud, froid et ECS du quartier

Bouygues Immobilier, 2015

31La conception énergétique à NCU a ainsi fait l’objet de diverses négociations et traductions pour concilier les différentes visions et demandes des acteurs intervenants (la Ville, l’aménageur, l’entreprise DSB, le promoteur, les investisseurs des produits immobiliers, etc.). L’avancement du projet et l’augmentation des connaissances des acteurs (grâce à la réalisation de diverses expertises) n’ont pas ainsi restreint les capacités d’action de ces derniers, cela a au contraire engendré la bifurcation de la solution énergétique (Arab, 2007). Nous rejoignons ainsi N. Arab pour affirmer que cette bifurcation s’explique par le fort régime d’incertitude existant dans un projet complexe comme NCU (manque de potentiel géothermique) et la distribution des capacités d’action des acteurs dans le projet. Concernant ce dernier point, la demande d’autonomie des investisseurs, portée par la direction Immobilier d’entreprises du promoteur a été un élément important qui a motivé la bifurcation de la solution énergétique. Ceci s’explique ainsi par des motivations de ces acteurs de contrôler les risques d’exploitation de leurs produits immobiliers en disposant de leurs propres équipements énergétiques. Ces gestionnaires réalisent ainsi un contrôle du futur en influençant, par l’intermédiaire des promoteurs, la conception des bâtiments (Campagnac, 2006 ; Guironnet, 2018). Les logiques « traditionnelles » de commercialisation immobilière (intervention d’investisseurs du cinéma et des immeubles de bureaux) sont ainsi venues reconfigurer l’ambition énergétique initiale, notamment en termes de périmètre et de montage.

3. Intégration spatiale des artefacts énergétiques dans le projet

32L’une des contraintes rencontrées lors du passage vers une solution mixte est la mobilisation de plusieurs locaux techniques par cette seconde solution. En effet, la nouvelle solution énergétique implique toujours six sous-stations pour les lots du projet (elles contiennent des échangeurs pour régler les régimes de température), en plus de nécessiter des espaces pour les productions décentralisées : six cogénérations, espaces de stockage de l’huile de colza, des groupes de froids, etc. D’après les acteurs interrogés, la conception spatiale se réalisait en parallèle de la conception énergétique pour intégrer les différents enjeux du projet, car chaque évolution ou modification risquait de mettre en péril l’équilibre du projet.

33Le RDC du projet représentait des surfaces prisées, notamment pour l’installation des commerces, et il n’était pas envisageable pour les acteurs d’y positionner des locaux techniques. Concernant les sous-sols, surfaces les moins nobles où sont en général positionnés ces locaux, ils sont également contraints par la nécessité de créer 770 places de parkings (le nombre de places représente également un des engagements du promoteur dès la phase concours). Se rajoute ainsi à l’importance du cahier des charges du projet, la forme du terrain en « Papillon » qui présente plusieurs angles aigus et qui ne facilite pas le dessin des places de parkings, par nature rectangulaires. D’après un maître d’ouvrage technique conception chez Bouygues, à 50 000 euros la place de parking, la priorité était forcément donnée au stationnement et ce sont les espaces perdus qui sont utilisés comme locaux techniques. Après de nombreuses négociations entre les acteurs, les cogénérations et plusieurs équipements décentralisés appartenant aux bureaux ont fini par être positionnés sur le toit des Green Offices. Le premier sous-sol (R-1) intègre les sous-stations des lots et les locaux géothermiques (cf. figure 6).

34L’analyse du plan du sous-sol (Figure 6) montre que les locaux techniques, regroupés pour former des pôles techniques et faciliter leur gestion, occupent majoritairement les espaces difficiles à aménager. La traduction des locaux techniques dans la spatialité du projet suit toujours une logique économique où la valeur de l’espace est déterminée par la valeur du service rendu (Fenker, 2017). Il s’agit ainsi d’intégrer en priorité les fonctions les plus rentables dans le projet. Les logiques « traditionnelles » d’organisation de l’espace priment dans la majorité des cas et les systèmes énergétiques occupent souvent des délaissés spatiaux.

Figure 6. Plan du sous-sol R-1 en phase PROJET

Figure 6. Plan du sous-sol R-1 en phase PROJET

Bouygues Immobilier, 2017, retravaillé par l’auteur

35L’évolution de la solution énergétique a re-questionné le travail paysager d’aménagement des toitures réalisé au départ du projet par l’agence Babylone. Dix pour cent de la surface construite sera toutefois investie par des espaces verts. Selon le président d’Aveltys, un gestionnaire de charges locatives et services énergétiques, ces complexités dans l’aménagement se posent tout le long du projet. Cela s’explique principalement par le fait que les bâtiments sont de plus en plus optimisés (spatialement et techniquement), ce qui rend problématique la moindre évolution des choix techniques.

« Les toitures à Nanterre, c’est extrêmement compliqué, tout s’imbrique, il n’y a plus un centimètre de place en toiture [...] Plus vous optimisez, moins vous êtes résilient. On est sur des objets extrêmement optimisés et pour lesquels le moindre mouvement fait que c’est très compliqué. Et comme la solution énergétique a bougé, le réseau aussi a bougé, les relations entre objets ont bougé, pour moi c’est plus à mettre sous la coupe de la complexité. Dès que vous touchez à un endroit, vous pouvez faire tomber le château de cartes d’à côté. Pour moi, c’est plus lié à la complexité globale » (entretien du 09-04-2019).

36En effet, les concepts de mutualisation et d’optimisation sont décrits, dans le discours des acteurs de la production urbaine, comme des logiques de travail importantes dans la conception des projets urbains répondant aux impératifs de développement durable. D’ailleurs, le cahier des charges de NCU, réalisé par la maîtrise d’ouvrage, imposait dans la conception du projet NCU la mutualisation des commerces, des parkings et de la production d’énergie. Toutefois, le projet NCU nous montre que cette mutualisation pèse fortement sur le développement du projet en restreignant les capacités d’action des acteurs.

37Quant à l’intégration esthétique des artefacts énergétiques, mis à part le lot 4 conçu pour mettre en valeur les objets de l’énergie, comme en témoigne la « coiffe canopée » de panneaux photovoltaïques mise en visibilité sur le toit, ces objets ne sont pas visibles dans le projet NCU. Les panneaux solaires intégrés dans le lot 6 par exemple sont couverts par un acrotère en façade. En effet, d’après notre enquête, l’intégration esthétique et architecturale des artefacts énergétiques est différemment perçue par les architectes, entre ceux qui les considèrent comme une opportunité de réinventer l’esthétique de l’architecture écologique, ceux qui revendiquent et anticipent leur usage et gestion dans la conception, et ceux qui les appréhendent comme une contrainte supplémentaire à prendre en considération (Grudet, 2012) (cf. figure 7). D’après l’architecte du lot 6 :

« La volonté de départ c’était ne pas de les exprimer outre mesure… Je pense qu’on n’a pas besoin d’en faire des tonnes, il y a déjà des labels de tous les côtés, on n’a pas besoin de faire des tonnes là-dessus. On a d’autres choses à raconter sur un projet je trouve que faire du PV… Mais le bâtiment de Béchu à côté, surexprimer ça, je trouve que ça n’a pas de sens. Et si on arrive à donner une fonction en fait à ces panneaux PV qui remplissent leur fonction complète de restituer l’énergie solaire en électricité et qui en plus de ça permettent de planquer un peu ce qu’il y a en dessous, c’est très bien. C’est personnel et je ne parle pas au nom de l’agence » (agence François Leclercq & associés, entretien du 11-02-2019).

Figure 7. De gauche à droite : photos du Green Office lot 4 et lot 6 du projet

Figure 7. De gauche à droite : photos du Green Office lot 4 et lot 6 du projet

Photos prises par l'auteur, 11/2020

4. Quelle matérialisation des artefacts énergétiques en milieux urbains denses ?

38Que nous dit finalement ce récit sur la matérialisation des objectifs énergétiques dans la fabrication des projets durables ? Premièrement, le récit nous montre que les objectifs énergétiques importants portés en phase concours peuvent fortement contraindre le processus de conception énergétique et spatiale des projets. En effet, si la surenchère des objectifs énergétiques est souvent portée par les collectivités et les aménageurs dans les milieux denses, qui considèrent que les investissements technico-économiques dans l’infrastructure seront amortis en partie par les recettes de commercialisation des bâtiments, la matérialisation de ces objectifs peut se révéler très complexe dans des projets qui sont déjà soumis à diverses contraintes sociotechniques et spatiales. À NCU, l’impératif de répondre aux objectifs ambitieux portés en phase concours a engendré une « surenchère » des artefacts énergétiques mobilisés (rajout de plusieurs centrales de cogénérations et équipements décentralisés de chaleur et de froid pour les commerces). C’est notamment UrbanEra qui a dû porter une grande partie des investissements financiers dans l’infrastructure pour honorer ses engagements.

39Le cas de NCU nous conduit ainsi également à nous intéresser à la phase concours comme moment important de définition des objectifs. L’étape des concours permet, en mettant en concurrence plusieurs opérateurs, de négocier le coût du projet et de faire émerger diverses innovations à l’exemple de la solution énergétique portée à NCU. Toutefois, cette étape exacerbe le poids des dimensions esthétique (jeux d’images et de styles architecturaux, mise en avant de la biodiversité, etc.) et d’affichage pour se distinguer des concurrents, ce qui engendre souvent une surenchère des objectifs visés (Collet, 2017). La prise en compte, dans la définition des objectifs énergétiques, des potentiels énergétiques locaux ainsi que des contraintes des milieux denses se révèle ainsi comme un enjeu primordial.

  • 19 Espace nécessaire pour l’entretien et l’exploitation des AE.

40Dans un second temps, l’analyse sociotechniques de la conception énergétique du projet NCU a mis en avant l’importance de la prise en compte des enjeux de montage et d’exploitation des artefacts énergétiques en amont des projets. La conception énergétique à NCU a ainsi fait l’objet de diverses négociations et traductions pour concilier les différentes contraintes sociotechniques du projet : le montage d’un réseau mutualisé entre différents usagers (investisseurs, exploitants, futurs habitants…), le raisonnement en coût global qui intègre l’investissement financier dans l’infrastructure et le prix de sortie de l’énergie, la répartition des financements entre les maîtrises d’ouvrage énergétique et urbaine, la propriété juridique ou encore la localisation des AE19. En plus des contraintes de performance énergétique, c’est les conditions d’exploitation des AE qui ont également fait débat dans le projet.

41Le processus de conception énergétique du projet NCU a ainsi fortement évolué pour intégrer ces différentes questions engendrant la bifurcation de la solution énergétique d’une solution décentralisée à mixte, ainsi que la réduction des objectifs énergétiques (de 55 % d’EnR tous postes confondus à 40 % d’EnR à l’échelle du quartier sur les postes réglementaires). La conception d’un projet de quartier durable intégrant une diversité d’acteurs humains et non humains (systèmes techniques, contrats d’exploitation, potentiel énergétique local, bilans financiers des réseaux…) engendre ainsi l’évolution des choix de conception technique.

42Notre analyse a montré par ailleurs que les acteurs ont différentes perceptions de la notion de « réussite » d’un projet durable, qui dérive entre autres des différentes visions de la « performance» et de la « gestion » des artefacts énergétiques. Pour les élus, la réussite d’un projet c’est la satisfaction des futurs habitants et des usagers, et ceci passe notamment par la limitation de la facture énergétique de ces derniers. Pour les investisseurs, la réussite d’un projet dépend de la performance et de la liquidité de leurs produits immobiliers dans une logique de services. Ce qui incite ces acteurs à privilégier une indépendance infrastructurelle et énergétique de leurs actifs immobiliers. Pour les opérateurs urbains, la réussite d’un projet dépend de la satisfaction des demandes des collectivités et des besoins des clients, et ceci tout en maîtrisant l’investissement technicoéconomique dans l’infrastructure. Enfin, pour un énergéticien, la réussite d’un projet, c’est la performance et la robustesse des systèmes techniques mobilisés, la simplicité de leur exploitation et enfin la possibilité d’étendre le réseau pour alimenter d’autres clients dans une logique d’extension des réseaux (Hampikian, 2017).

  • 20 En s’appuyant sur les différents documents graphiques du projet.

43Enfin, l’analyse typomorphologique du projet NCU20 s’est révélée être une approche intéressante pour réaliser une lecture de l’espace bâti et pour identifier les variations dues à l’intégration des AE au sein du projet. Cette analyse a ainsi montré que les artefacts énergétiques engendrent un impact important sur la spatialité des projets en réduisant les surfaces utiles et en créant des conflits d’usages (végétation vs artefacts énergétiques, parkings vs locaux techniques, abandon de la mutualisation énergétique avec la piscine). Nous avons notamment montré que la spatialisation des systèmes énergétiques répond souvent à des impératifs économiques et la valeur des espaces est toujours déterminée par sa valeur d’usage (Fenker, 2017). Les espaces qui sont le plus souvent impactés dans les projets sont les toits des bâtiments, les sous-sols et dans une moindre mesure les rez-de-chaussée. La question de l’aménagement des toitures par exemple ne se pose pas uniquement sur le quartier de Nanterre étudié. En effet, notre enquête a montré qu’il existe souvent dans les projets durables deux logiques qui s’affrontent. La première qui met en avant l’importance de l’aménagement paysager des toitures et de leur accessibilité pour les habitants. La seconde qui considère la cinquième façade comme un espace adapté pour l’installation des artefacts énergétiques afin de libérer d’autres espaces prisés comme les rez-de-chaussée. Il y a souvent par conséquent un jeu de négociations qui se met en place entre les différents acteurs autour des différents usages. L’intégration de divers artefacts énergétiques implique par conséquent d’importantes contraintes à traduire par les concepteurs dans les projets immobiliers et urbains.

Haut de page

Bibliographie

Akrich M., Callon M., Latour B. (dirs.), 2006, Sociologie de la traduction  : textes fondateurs, Paris, Presses des Mines, coll. « sciences sociales », 300 p.

Arab N., 2007, « Activité de projet et aménagement urbain  : les sciences de gestion à l’épreuve de l’urbanisme », Management & Avenir, vol. 12, n° 2, p. 147, https://doi.org/10.3917/mav.012.0147.

Beddiar K., Amjahdi M., Lemale J., 2015, Solutions énergétiques dans les écoquartiers, Paris, Dunod, 219 p.

Bernard B., 2005, « Le “cadrage-débordement” : un concept pour comprendre le changement. Le cas de la gestion des forêts publiques », Pyramides. Revue du Centre d’études et de recherches en administration publique, vol. 10, p. 25‑38, http://journals.openedition.org/pyramides/319.

Beslay C., Gournet R., Zélem M.-C., 2015, « Le “bâtiment économe” : utopie technicienne et “résistance” des usages », in Boissonade J. (dir.), La ville durable controversée. Les dynamiques urbaines dans le mouvement critique, Paris, Éditions Pétra, p. 335-364.

Blanchard G., 2018, Comment la maîtrise d’ouvrage urbaine conçoit-elle les choix d’aménagement  ? Élaboration et assemblage des choix énergétiques à Bordeaux Euratlantique, thèse de doctorat en Aménagement de l’espace, urbanisme, université Paris-Est, 509 p.

Callon M., 1986, « La domestication des coquilles Saint-Jacques dans la baie de Saint Brieuc », L’Année sociologique, p. 169‑208.

Callon M., 1999, « La sociologie peut-elle enrichir l’analyse économique des externalités ? Essai sur la notion de cadrage-débordement », in D. Foray et J. Mairesse, Innovations et performances, Paris, EHESS, p. 399‑431.

Campagnac E., 2006, « De l’équipement au service, la métamorphose des organisations », in Azan W., Bares F., Cornolti Ch., Logiques de création : enjeux théoriques et management, Paris, L’Harmattan, p. 137‑158.

Castex J., Céléste P., Panerai P., 1979, Versailles, lecture d’une ville, Paris, Le Moniteur, 235 p.

Collet A., 2017, « Pour une intégration des enjeux de gestion dans la conception », Cahiers Ramau, Concevoir la ville durable. Un enjeu de gestion  ? 8, Paris, Éditions de la Villette, p. 100‑112.

Coste A., Guillot X., Dubus N., Pernet A., Ruchon M., Chamodot M., 2015, « Spatialiser la transition énergétique. Vers la production d'“ écosystèmes énergétiques territoriaux” en milieu rural », rapport final, Ignis mutat res, penser l’architecture, la ville et les paysages au prisme de l’énergie. Programme interdisciplinaire de recherche 3e session 2013-2015.

Debizet G., 2015, Scénarios de transition énergétique en ville  : acteurs, régulations, technologies, Paris, La Documentation française, 197 p.

Debizet G., Schneuwly P., 2015, « Technologies de mobilisation des énergies renouvelables et de coordination énergétique dans les écoquartiers », Innovatio, vol. 2, p. 12.

Fenker M., 2015, « La fabrication des écoquartiers comme espace d’apprentissage pour la maîtrise d’ouvrage urbaine », Cahiers Ramau, Architecture et urbanisme durables, Modèles et savoirs, 7, Paris, Éditions de la Villette.

Fenker M., 2017, « L’espace comme enjeu de gestion. Éléments pour un élargissement du questionnement sur la ville durable », Cahiers Ramau, Concevoir la ville durable. Un enjeu de gestion ?, Lavue.

Geneviève Z.-M., 2020, Quand l’incertitude s’invite dans les projets d’aménagement Nouveaux contextes, nouvelles pratiques, Paris, Le Manuscrit Éditions, 288 p.

Grudet I., 2012, « Mobilisation, méfiance et adaptation des architectes devant la demande de durabilité ».

Grudet I., 2016, « L’habitant et la fabrication énergétique des éco-quartiers », Laboratoire Espaces Travail (LET), École Nationale supérieure d’architecture de Paris-La Villette (ENSAPLV)/VEOLIA, Laboratoire Espaces Travail (LET).

Guironnet A., 2018, La financiarisation du capitalisme urbain : marchés immobiliers tertiaires et politiques de développement urbain dans le Grand Paris et le Grand Lyon, les projets des Docks de Saint-Ouen et du Carré de Soie, doctorat en aménagement de l’espace, urbanisme, université Paris-Est, École doctorale Ville, Transports et Territoires, 588 p.

Guy S., Farmer G., 2001, « Reinterpreting Sustainable Architecture : The Place of Technology », Journal of Architectural Education, vol. 54, n° 3, p. 140‑148.

Haller H., 2018, « Le désintérêt des concepteurs de bâtiments performants envers les comportements énergétiques des habitants  : stratégie défensive de leurs savoirs  ? », Journée doctorale du RT9-AFS  : Normes et usages de la ville, quand les pratiques sociales interrogent les modalités de production urbaine.

Hampikian Z., 2017, « Structuration urbaine d’un réseau de chaleur et énergie fatale  : la proximité comme variable dynamique », Flux, vol. 109‑110, n° 3, p. 9, https://doi.org/10.3917/flux1.109.0009.

Hertweck F., Klouche D., Potié P., 2014, « Figures des territoires de l’énergie – Climats et recroissance des métropoles transfrontalières », Ignis Mutat Res, tome 1.

La Branche S. L., 2014, « Innovations dans les écoquartiers  : quelques leçons pour la gouvernance de la transition énergétique », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement, vol. 14, n° 3, https://doi.org/10.4000/vertigo.15683.

Lopez F., 2019, L’ordre électrique. Infrastructures énergétiques et territoires, Genève, Metis Presses, 217 p.

Marquet M., 2018, « Les modèles d’ilôts/quartiers à système énergétique local bas carbone : fondamentaux techniques et économiques, conditions institutionnelles de mises en œuvre et conséquences pour les modes de vie », Sciences économiques, Communauté université Grenoble Alpes.

Menanteau P., Blanchard O., 2014, « Quels systèmes énergétiques pour les écoquartiers  ? Une première comparaison France-Europe », Revue de l’énergie, n° 622, p. 22.

Molina G., 2012, « Lutte contre le changement climatique : les acteurs de l’aménagement entre coopération, reconversion et concurrence ».

Souami T., 2009, Écoquartiers : secrets de fabrication : analyse critique d’exemples européens, Paris, Les carnets de l’info, coll. « Modes de ville », 207 p.

Tardieu C., 2015, Transition énergétique dans les projets urbains : conditions de mise en œuvre, PhD Thesis, université Lille 1 Sciences et technologies, 426 p.

Haut de page

Notes

1 Les usages énergétiques ne seront pas abordés dans cet article, à ce sujet voir Beslay et al., 2015 ; Grudet, 2016 ; Haller, 2018.

2 En effet, cette question se poserait différemment dans les projets de rénovation de l’existant par exemple.

3 Ramau, https://www.ramau.archi.fr/spip.php ?article743 [consulté le 31/01/21].

4 « Penser l’architecture, la ville et les paysages au prisme de l’énergie », programme financé par le ministère de la Culture et de la Communication, lancé en en trois sessions de 2011 à 2015. Il a mobilisé un grand nombre de recherches dans l’objectif d’interroger les relations entre les modes de vie dans l’espace et l’énergie (Fleury et al. , 2013 ; Vigano et al. , 2014 ; Potié et al. , 2014, etc.), http://www.culturecommunication.gouv.fr/Thematiques/Architecture/Formations-Recherche-Metiers/La-recherche-architecturale-urbaine-et-paysagere/L-organisation-de-la-recherche/La-politique-incitative-a-la-recherche/Ignis-Mutat-Res-IMR.

5 Dans notre cas, il s’agit de repérer les espaces dédiés à la fonction énergétique (façade, toiture, espace technique, etc.), d’étudier leurs caractéristiques architecturales, puis d’appréhender leurs interrelations techniques et spatio-fonctionnelles.

9 Deux autres raisons expliquent cette situation, la première est que les besoins d’un cinéma sont très ponctuels, il est donc très compliqué de les prévoir. La seconde est que la direction commerces de BI – créée en 2013 – participant au concours met dès le départ sur la table le risque économique d’intégrer un cinéma dans une boucle énergétique commune, qui en cas de dysfonctionnement mettrait en péril l’équipement.

10 Beaucoup d’expertises énergétiques ont été réalisées, nous n’avons cité ici que les principales.

11 Greenaffair a donc réalisé une simulation thermique dynamique des besoins énergétiques du projet et l’a confrontée au potentiel géothermique local.

12 Le potentiel estimé est de 1 GWh en chaud et 1,2 GWh en froid pour tout le quartier. Estimation réalisée à l’époque qui va se révéler surestimée par la suite, dans le cas du potentiel froid notamment.

13 Cette distinction entre l’échelle du réseau et cette du quartier s’explique par le fait que ce ne sont pas toutes les activités du projet qui sont raccordées au réseau, à l’exemple du cinéma qui est indépendant énergétiquement.

14 Les habitants se plaignaient plus précisément d’avoir une facture constante toute l’année, même avec la réduction de leurs consommations de chauffage, notamment en été (ceci s’explique par l’importance de la part la part fixe R2, qui représente l’amortissement de l’infrastructure).

15 Elle ne couvre que 53 % des besoins de chaleur de tout le projet sans le cinéma et 65 % des besoins froid de tout le projet sans le cinéma. Le cinéma a été conçu comme indépendant énergétiquement du projet, et ceci notamment à cause de ses besoins énergétiques spécifiques (une forte demande d’énergie, mais ponctuelle).

16 Green Office est une marque créée en 2007 par Bouygues Immobilier qui vise à produire des immeubles de bureaux très performants énergétiquement et qui ont un bilan énergétique annuel positif.

17 Système qui complète les sondes géothermiques, le principe de fonctionnement est semblable à celui des pompes à chaleur (mais dispose de six tubes). Ce dispositif gère la chaleur et le froid puisés dans les puits géothermiques suivant un coefficient COP spécifique à chaque dispositif. Il est complété de deux ballons d’eau de 80 m3 prévus pour permettre de stocker l’eau chaude et glacée sur le quartier.

18 En effet, l’argument du manque de géothermie, dans un site urbain où la nappe est très sollicitée, a été évoqué dès les études du concours et il est revenu souvent dans les discussions tout au long du développement du projet, et ceci notamment face aux besoins énergétiques importants des programmes immobiliers.

19 Espace nécessaire pour l’entretien et l’exploitation des AE.

20 En s’appuyant sur les différents documents graphiques du projet.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Situation urbaine du projet et plan de masse des deux phases du projet Nanterre Cœur Université
Crédits CPAU de NCU, Paris La Défense, 2013
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/20409/img-1.png
Fichier image/png, 885k
Titre Figure 2. Photo de la tranche 1 du projet NCU
Crédits Photo prise par l'auteure, 11/2020
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/20409/img-2.png
Fichier image/png, 327k
Titre Figure 3. 3D de la solution énergétique proposée pendant le concours d’opérateurs
Crédits Bouygues Immobilier, 2013
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/20409/img-3.png
Fichier image/png, 214k
Titre Figure 4. Chronologie simplifiée du projet
Crédits Réalisée par l'auteur
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/20409/img-4.png
Fichier image/png, 115k
Titre Figure 5. Schéma de l’approvisionnement énergétique chaud, froid et ECS du quartier
Crédits Bouygues Immobilier, 2015
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/20409/img-5.png
Fichier image/png, 320k
Titre Figure 6. Plan du sous-sol R-1 en phase PROJET
Crédits Bouygues Immobilier, 2017, retravaillé par l’auteur
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/20409/img-6.png
Fichier image/png, 123k
Titre Figure 7. De gauche à droite : photos du Green Office lot 4 et lot 6 du projet
Crédits Photos prises par l'auteur, 11/2020
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/20409/img-7.png
Fichier image/png, 181k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Meriam Bechir, « La matérialisation de la transition énergétique dans les milieux urbains denses. Le cas du projet urbain Nanterre Cœur Université »Développement durable et territoires [En ligne], Vol. 13, n°1 | Juillet 2022, mis en ligne le 22 juillet 2022, consulté le 03 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/developpementdurable/20409 ; DOI : https://doi.org/10.4000/developpementdurable.20409

Haut de page

Auteur

Meriam Bechir

Doctorante ENPC-Bouygues immobilier
Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés (LATTS)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille
  • Logo Ceraps - Le Centre d'études et de recherches administratives, politiques et sociales
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search