Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 13, n°1VariaLa forêt depuis sa gestion : mult...

Varia

La forêt depuis sa gestion : multifonctionnalité et équilibre sylvo-cynégétique dans un massif forestier de moyenne montagne (Vercors, Isère, France)

Forest from its management : multifonctionality and forest-game balance in a forest mountain range (Vercors, Isère, France)
Roméo Bondon

Résumés

Cet article propose de mettre en perspective deux notions employées et débattues dans la pratique de la gestion de l’environnement, l’une et l’autre largement employées par les représentant·e·s de la filière forêt-bois. Nous nous intéresserons d’abord à la notion de multifonctionnalité, soit la mise en évidence de trois fonctions forestières principales (économique, sociale, environnementale) et de leur nécessaire cohabitation. Il s’agira d’en faire la généalogie, d’en critiquer les présupposés et de la confronter à un territoire dominé par la forêt, le massif du Vercors. À partir de ce même espace, nous reviendrons ensuite sur la notion d’équilibre forêt-gibier ou sylvo-cynégétique, afin de confronter la consensuelle multifonctionnalité à un conflit récurrent sur ce sujet. Enfin, si l’on déplie les mots employés, que serait une forêt qui « fonctionne » ?

Haut de page

Texte intégral

L’auteur tient à remercier les relecteurs ou relectrices anonymes ayant permis d’améliorer la version initiale de cet article. Aussi, que soient remerciés le Parc naturel régional du Vercors pour son accueil et, en particulier, Mathieu Rivero et Noëllie Ortega pour leur belle et constante attention. Que soient également remercié·e·s Julie Riegel pour son suivi et son écoute, Coralie Mounet, Yves-François Le Lay et Camille Ollier pour leurs relectures déterminantes. Que soient enfin chaleureusement remercié.e.s toutes les personnes rencontrées au cours de cette enquête.

  • 1 Proposition de loi n° 3314 visant à l'encadrement des coupes rases, enregistrée le 15 septembre 20 (...)

1Septembre 2020. Une proposition de loi est déposée à l’Assemblée nationale, et sitôt renvoyée vers une commission annexe. Celle-ci concerne l’encadrement des coupes rases et s’intitule « La forêt : un bien commun ». Il s’agirait de restreindre les possibilités laissées aux propriétaires de couper d’un seul tenant les parcelles de plus de 2 hectares. Dans l’argumentaire se trouve la phrase suivante : « Nous devons préserver la multifonctionnalité des forêts, leurs fonctions sociales et écologiques1. »

  • 2 « Le ministre de l’Agriculture rallie le camp des défenseurs d’une exploitation intensive des forê (...)

2Juillet 2021. Une version provisoire de la stratégie de l’Union européenne pour les forêts a été malencontreusement dévoilée le mois précédent. Des tractations sont engagées et une lettre, paraphée par les ministres de 11 États européens, dont la France, entend rappeler l’importance économique des forêts. Un article en reproduit la teneur : « Ce projet de stratégie“ignore cruellement le rôle multifonctionnel des forêts et les réduit à des considérations environnementales, en ne tenant pas compte des aspects socio-économiques”, écrivent les 11 ministres2. »

3Le contraste entre ces deux mentions de la multifonctionnalité est saisissant : selon que l’on souhaite privilégier telle ou telle dimension, une action sur la forêt peut être jugée multifonctionnelle, ou, au contraire, manquer de l’être. Une première remarque s’impose. R. Larrère a pu écrire voici une vingtaine d’années : « Toutes les forêts sont plus ou moins multifonctionnelles, si bien que même en cas de spécialisation ou de zonage, il faut trouver les moyens de rendre ces fonctions compatibles » (Larrère, 2002 : 66). Par multifonctionnalité, il faut en effet entendre la pluralité des services fournis par un espace forestier, et donc les fonctions qui en dérivent. Elles seraient au nombre de trois, recoupant les piliers du développement durable : économique, sociale et environnementale. D’origine gestionnaire, cette notion nous paraît essentiellement descriptive : les trois fonctions mises en évidence sont de commodes catégories pour ordonner les actes et les discours qui portent sur l’espace forestier. Un auteur impliqué dans les institutions environnementales et forestières nationales a clairement résumé ce constat, le transformant en paradoxe : tandis qu’il n’a jamais été autant question de multifonctionnalité, que cette notion paraît des plus consensuelles, elle n’est, au sein de la filière forêt-bois et au-delà, « actuellement plus un objet de consensus » (Barthod, 2015 : 293).

  • 3 PNRV, Fiche mission, « Étude sociologique de la multifonctionnalité des forêts du Vercors », octob (...)

4C’est ce paradoxe que nous avons souhaité étudier afin de répondre à une commande émanant d’un organisme gestionnaire – le Parc naturel régional du Vercors (PNRV) – ancré sur un territoire de moyenne montagne3 – la communauté de communes du massif du Vercors (CCMV), dans le versant isérois du massif du Vercors. Quelle que soit l’échelle prise en compte, de l’Union européenne à une intercommunalité, la multifonctionnalité est avancée à la fois comme une clé de lecture et un outil pour comprendre et agir dans un territoire forestier. Ainsi, les instances régionales du territoire étudié considèrent que « la multifonctionnalité est une composante importante de ce massif [du Vercors] » (PRFB, 2019 : 27), cette dernière notion occupant une place de choix dans les documents de gestion territoriaux. Mais d’où vient que la multifonctionnalité s’est imposée comme la pierre angulaire de la gestion forestière ? D’ailleurs, l’est-elle vraiment ? Comment cette notion intègre-t-elle ce qui ne fait pas partie de la filière, mais surgit néanmoins en forêt ? Qu’en est-il à l’échelle d’un Parc naturel régional, d’une intercommunalité, d’une commune, d’un peuplement, d’un triage, d’une parcelle ?

5À la manière de ce qui a pu être fait sur la notion de continuité écologique (Mathevet et al., 2010), et reprenant les pistes méthodologiques lancées à partir d’un outil connu des forestiers, le Plan simple de gestion (PSG) (Rivière, 2017), nous nous proposons de déplier la généalogie de la notion de multifonctionnalité, ainsi que d’une autre notion dûment employée en contexte forestier, l’équilibre sylvo-cynégétique ou forêt-gibier. La redondance de la thématique cynégétique dans nos entretiens nous a semblé opportune pour mener conjointement deux approches généalogiques, à propos de notions qui concernent des acteurs similaires, en des territoires communs. Si un « embryon de réflexion » a déjà été avancé à propos de la multifonctionnalité, celui-ci « visant à contextualiser l’émergence de la notion » (Arnould et Calugaru, 2009 : 116), il n’en est rien concernant l’équilibre sylvo-cynégétique. Dans le premier cas, nous souhaitons prolonger une approche ; dans l’autre, défricher une notion peu critiquée, cela à l’aune de notre terrain de recherche.

6Pour ce faire, nous avons suivi un appel lancé voici plus de 40 années par le géographe G. Bertrand : « Il faudrait appréhender la question forestière à la fois de l’intérieur et de l’extérieur de la forêt » (Bertrand, 1980 : 17). Autrement dit, entendre autant les professionnel·le·s que les amateurs et amatrices, les travailleurs et travailleuses des bois que les excursionnistes qui les traversent. Aussi cette étude entend-elle partir de l’intérieur d’un secteur productif, des notions maniées par les acteurs professionnels de la forêt et leurs dimensions pratiques. Il s’agira d’observer ce qui ne participe pas nécessairement d’une culture professionnelle, mais s’y confronte, soit la mise à l’épreuve de ces mêmes notions et pratiques, avec toutes les personnes susceptibles de s’y frotter, sur un territoire donné. Nous verrons que les notions considérées ont une histoire qu’il convient, d’une part, de mettre à jour et, de l’autre, de mettre à l’épreuve d’un territoire et de ses particularités.

1. « Enforester » les sciences sociales

1.1. La forêt : un objet socio-historique ancien, un objet géographique ambigu

7Pour aborder ces questions, revenons sur la manière dont les sciences sociales se sont approprié l’espace forestier. Ce dernier offre aux historiens, sociologues et géographes un objet d’étude cohérent, formalisé par un corpus législatif et technique, ainsi que des acteurs facilement identifiables au cours des siècles. Si l’époque moderne est celle d’une « gestion sylvicole contradictoire et discontinue » (Chalvet, 2011 : 157), la création de l’école forestière de Nancy, en 1824, et l’édification du Code forestier, en 1827, assoient un véritable « État forestier » en formation depuis plusieurs siècles (Buttoud, 1983). Cette émergence a été largement étudiée (Corvol, 1987), que ce soit par le prisme de l’aménagement, outil par excellence du forestier (Arnould et al., 2002 ; Boutefeu, 2005), ou à travers le parcours des agents et groupes d’intérêt ayant informé ces évolutions institutionnelles, pour la forêt publique (Kalaora et Savoye, 1986), comme pour la forêt privée (Buttoud, 1980).

8Les suites de la Seconde Guerre mondiale ont lancé une importante réforme de la gestion forestière, faisant évoluer l’intervention étatique, quel que soit le régime de propriété. L’apogée de l’aménagement public du territoire est également celui de l’institutionnalisation de la gestion forestière d’État. La loi « pour l’amélioration de la production et de la structure foncière des forêts françaises » du 6 août 1963, dite « loi Pisani », porte à création l’Office national des forêts (ONF), ainsi que les Centres régionaux de la propriété forestière (CRPF), et instaure l’obligation pour les propriétaires privés de se doter d’un Plan simple de gestion (PSG) pour leurs parcelles au-delà d’une certaine taille. Les débats parlementaires entérinent une vision productiviste de la forêt. Il s’agit de permettre une mobilisation plus aisée de la ressource, et une exploitation accrue. Toutefois, cette évolution n’a pas été sans heurts. Par la création de nouvelles structures et de nouveaux outils, c’est le sens même de la propriété privée qui est discuté.

9Si la France a pu être qualifiée d'« État forestier », ses gestionnaires et ses propriétaires privés raillés pour leur conservatisme, la forêt française ne reste pas inchangée par les évolutions socio-économiques qui l’entourent. Pendant deux siècles, l’État a détenu « le monopole de la production de normes et de valeurs » (Sergent, 2010 : 99) en matière de gestion forestière. Toutefois, les évolutions sociales et économiques contemporaines impliquent qu’il n’a désormais « plus les moyens ni la légitimité pour opérer un pilotage centralisé de la mise en œuvre de la politique forestière » (Sergent, 2010 : 101). De nouveaux instruments sont ainsi mis en place : certifications, labels, chartes et contrats ouvrent les forêts à des organisations supranationales ou, au contraire, localisées, qui utilisent ou s’affranchissent des mécanismes étatiques. Ces organisations invitent à une territorialisation de la politique forestière nationale. Néanmoins, selon A. Sergent, l’État résiste : « L’injonction territoriale est de plus en plus forte mais elle est réappropriée, largement instrumentalisée et finalement en partie neutralisée dans la perspective d’une réactivation d’un mode de gouvernement sectoriel traditionnel centré sur l’État. [P]our le moment, la logique infranationale est donc toujours considérée comme une logique concurrente de la logique nationale, voire de la logique sectorielleet» (Sergent, 2017 : 107).

10En plus de cette approche à l’échelle des institutions et de leurs acteurs, la géographie invite à considérer la production spatiale impliquée par les évolutions des politiques forestières successives. Si des liens avérés ont existé entre forestiers et géographes au tournant du xxe siècle, lorsque les deux pratiques s’institutionnalisent (Puyo, 1999 ; 2006), les travaux géographiques à l’égard de la forêt restent pendant longtemps peu nombreux. G. Bertrand l’a souligné à l’occasion d’un colloque, « Forêts et société », en 1980 : la rencontre entre ruralistes (sociologues, géographes, ethnologues) et forestiers est alors rare, sinon exceptionnelle (Bertrand, 1980). J. Dresch dira peu de temps après que c’est faute de partage disciplinaire et de moyens institutionnels suffisants (Dresch, 1984).

11Les années 1990, puis 2000 sont plus denses en travaux sur les spatialités des forêts françaises et leurs acteurs, en géographie comme dans le reste des sciences sociales. Les chantiers sont multiples : à la poursuite d’études de biogéographie régionale (Da Lage, 1995 ; Amat, 1999) s’ajoutent les apports théoriques de l’écologie du paysage (Linglart et Blandin, 2006 ; Robert et Servain, 2018) ; l’aménagement forestier est informé historiquement (Arnould, 2002) et la forêt privée se voit enfin abordée (Marty, 2004) ; aussi, les organisations institutionnelle et spatiale deviennent de véritables objets d’étude, de l’échelle locale propre à une Charte forestière de territoire (CFT) (Candau et Deuffic, 2009) ou à celle d’un Parc naturel régional (PNR) (Tillier, 2011), jusqu’à l’échelle européenne (Degron, 2009). Alors, on s’attache autant à la forêt comme ressource et à la mobilisation de bois-énergie (Avocat et al., 2011 ; Evrard et Poinsot, 2013 ; Tabourdeau, 2014 ; Dehez et Banos, 2017) qu’à la forêt comme espace prophylactique aux fonctions récréatives (Papillon et Dodier, 2011), ou encore à sa patrimonialisation pour des raisons esthétiques (Kalaora, 1983), économiques ou identitaires (Pottier, 2014 ; Cazals et al., 2013). Les évolutions de l’emprise spatiale forestière ont une réelle influence sur le vécu de ses riverain·e·s et habitant·e·s (Labrue, 2009), de même que celles du faciès forestier contemporain, prompt à voir les résineux gagner du terrain sur d’autres essences ou sur des espaces en friche (Moriniaux, 1999 ; Dodane, 2009). Enfin, le contexte climatique implique une attention renouvelée sur le potentiel de captation du carbone de la forêt (Boulier et Simon, 2010). Bois-énergie, changements environnementaux, aménagement, conservation : autant de dimensions que notre terrain d’étude condense, renouvelant sa longue histoire forestière.

1.2. Le Vercors : d’un massif montagneux à un massif forestier

Figure 1. Communes concernées par l’étude, recoupant le périmètre de la CCMV

Figure 1. Communes concernées par l’étude, recoupant le périmètre de la CCMV

Communes concernées par l'étude, recoupant le périmètre de la CCMV

Sources : IGN, Google satellite
Réalisation : Roméo Bondon

12Le terrain que ce travail se propose d’étudier (figure 1), soit les six communes de la communauté de communes du massif du Vercors, hérite d’usages forestiers variés et prépondérants dans le quotidien de nombreux habitant·e·s jusqu’à la moitié du xxe siècle (Hanus, 2007 ; 2015). Mais, depuis lors, en ces lieux où se superposent les structures administratives et les contrats (Gerbaux et al., 2000 ; Spiegelberger et al., 2018), les chartes et les zonages, qu’en est-il des forêts, elles-mêmes sujettes à des régimes de propriété et d’usages variés ? Le périmètre actuel du Parc naturel régional du Vercors regroupe 83 communes sur deux départements, Isère et Drôme, pour une population de 53 000 habitant·e·s. Une charte est définie pour 15 années, durant lesquelles les communes adhérentes s’engagent dans les différentes politiques menées à l’échelle du Parc. Cette étude est commanditée par ce dernier, alors qu’une charte est sur le point d’être renouvelée.

13Sur les plus de 200 000 hectares qui constituent le parc, 70 %, soit 139 000 hectares, sont qualifiés de forestiers. Ces espaces concernent un grand nombre d’acteurs : les agents de l’ONF gèrent les forêts domaniales et communales du territoire, qui en représentent 50 % de la surface ; près de 10 000 propriétaires privés se partagent les 50 % restant, que des associations ou groupements tentent de mobiliser collectivement.

14Toutefois, secteurs drômois et isérois ne recoupent pas nécessairement les mêmes enjeux. Le Programme régional de la forêt et du bois (PRFB) 2019-2029 distingue le Vercors du Diois et des Baronnies (PRFB, 2019). Pour cette étude, nous en sommes restés au périmètre défini par le PRFB pour le Vercors, soit seulement sa partie iséroise, et plus particulièrement le secteur historique des Quatre Montagnes, que recoupe l’actuel périmètre de la communauté de communes du massif du Vercors. La partie iséroise du Parc regroupe 65 000 hectares de forêt, avec en moyenne 222 hectares par propriétés de forêt publique, et 3,7 hectares pour les propriétés privées. Les essences dominantes, sont le sapin pectiné (Abies alba), l’épicéa commun (Picea abies), le hêtre (Fagus sylvatica) et, dans une moindre mesure, l’érable sycomore (Acer pseudoplatanus).

15Le diagnostic de territoire conduit en amont de la redéfinition de la charte du Parc naturel régional du Vercors rejoint les préconisations régionales. Ainsi, le Parc essaye « d’intégrer à la gestion forestière les enjeux écologiques et ceux d’accueil du public » (PNRV, 2020). En somme, il s’agit de tenir ensemble problématiques économique, sociale et écologique, dont aucune, à part la conservation par le biais d’un programme concernant les vieux bois, n’est gérée entièrement par le Parc – ce que la structure reconnaît : « L’intervention du Parc consiste essentiellement à répondre aux attentes d’une génération d’acteurs éprouvant des difficultés à mobiliser une nouvelle génération de professionnels » (PNRV, 2020). Et au sein de celle-ci, non seulement des forestiers, entrepreneurs de travaux forestiers (ETF) et commerciaux, mais également des accompagnateurs et accompagnatrices de moyenne montagne, usager·ère·s quotidien·ne·s. Comment appréhender cette hétérogénéité ? La multifonctionnalité, notion cadre posée en amont de ce travail, serait-elle la clé ? Comment dépasser l’entrée descriptive qu’implique cette notion ?

1.3. Méthode

16Nous avons souhaité partir des notions maniées par les organismes gestionnaires afin d’en proposer une approche généalogique et critique, poursuivant ainsi, sur un terrain différent, l’étude de ce que M. Foucault considérait comme des « procédures de contrôle et de délimitation du discours » (Foucault, 1971 : 7). Pour cela, il nous a fallu revenir aux textes et débats à l’origine de ces notions. Mais il est évident que ça ne suffit pas. Aussi, la rencontre d’une pluralité d’acteurs, issus ou non de la filière forêt-bois, au nord du massif du Vercors, nous a permis de confronter cette première approche avec un cadre territorial donné. Pour cela, nous avons effectué une vingtaine d’entretiens, dont 19 ont été enregistrés et retranscrits afin de saisir les redondances entre les individus ou, au contraire, les particularités de chacun·e, entre les groupes identifiés comme en leur sein. Les thèmes abordés ont évolué au fur et à mesure de notre étude ; les questions se sont précisées sur les interactions vécues en milieu forestier, la connaissance revendiquée de celui-ci, sa pratique et la valeur accordée aux usages qui y prennent place. L’origine des personnes interrogées n’est pas homogène : les rencontres nous ont mené à privilégier les agents de l’ONF, les habitant·e·s, les élu·e·s et les propriétaires forestiers privés des communes qui nous ont occupé, mais nous avons également pu passer du temps auprès des technicien·ne·s du CRPF, des chasseurs, des promeneurs et des promeneuses.

  • 4 La Forêt dedans, brochure tirée à 300 exemplaires par le Parc naturel régional du Vercors, 2021.

17Par ailleurs, nous avons eu l’occasion de participer à des journées de travail aux côtés de gestionnaires forestiers publics. Nous avons suivi le martelage d’une parcelle dans un cadre collectif, en compagnie de six techniciens, ainsi l’avancée de travaux de desserte, à chaque fois en présence d’un seul d’entre eux et les animations organisées par le Parc naturel régional du Vercors, l’interprofession Fibois et l’ONF « Vis ma vie de bûcheron ». Enfin, la participation, une nuit, à un comptage au phare de cervidés avec les membres d’une Association communale de chasse agréée (ACCA) et le suivi d’une formation à propos des indices d’abroutissement de cervidés sur les peuplements forestiers nous ont permis de mieux cerner l’hiatus émanant des relations entre milieu forestier et milieu cynégétique. Ces observations ont donné lieu à des reprises sous forme narrative, réunies en un recueil et illustrées de gravures afin d’effectuer une situation de retour originale pour la structure d’accueil, les personnes enquêtées et le grand public4 (Kobelinsky, 2008).

18Les résultats issus de cette enquête seront abordés en deux temps. D’abord, nous mettrons en perspective l’émergence et l’imposition de la multifonctionnalité comme cadre descriptif et normatif de l’intervention, professionnelle ou non, en forêt. Puis, nous verrons en quoi les relations entretenues entre chasseurs et forestiers peuvent permettre d’enrichir, localement, cette notion. Plus largement, nous montrerons que les interactions entre humains, espace forestier et gibier sont aussi sujettes à un discours normatif à même de contenir une situation conflictuelle.

2. La multifonctionnalité : un enjeu défini par une filière

2.1. Généalogie d’une notion

19Selon P. Arnould et C. Calugaru, « les forestiers se sont autoproclamés comme les premiers à avoir utilisé la notion de durabilité, ou plutôt de soutenabilité » (Arnould et Calugaru, 2009 : 115). En effet, il n’est pas rare de voir surgir des références à des édits ou décrets datant de plusieurs siècles dans les publications des revues forestières pour attester de l’ancienneté de la prise en compte des divers usages de la forêt dans leur pratique (Bianco, 1998 ; Puech, 2009). En pleine redéfinition des pratiques de gestion forestière, un ancien directeur de l’ONF a ainsi pu écrire à la fin des années 1990 : « La démarche de l’aménagement forestier – elle aussi venue du fond de l’histoire forestière – est parfaitement moderne et adaptée aux enjeux de la gestion durable » (Carrez, 1996 : 184).

  • 5 Par culture forestière, nous entendons celle construite par la pratique professionnelle forestière (...)

20Afin d’historiciser ces propos, les auteurs cités ci-dessus mettent en évidence « trois âges forestiers » durant lesquels les modes d’appropriation de la forêt évoluent (Arnould et Calugaru, 2009 : 117). Le premier, correspondant à l’Ancien régime, serait celui du « multi-usage » ; le deuxième, après la Révolution, serait « mono-objectif » ; le dernier, contemporain, serait celui de la « multifonctionnalité ». Les évolutions entre le premier et le dernier âge ont été immenses : la transformation de la notion de propriété, la constitution d’un corps de fonctionnaires dédié à la forêt, la normalisation du droit à son égard, des modifications climatiques importantes… La notion de multifonctionnalité apparaît dans les années 1970-1980, dans un contexte de crise : l’exploitation et les actions gestionnaires sont de plus en plus contestées pour des raisons sociales et écologiques, tandis que la fréquentation touristique en forêt s’accroît. En somme, les forestiers font face à des attentes croissantes de la part de la société (Barthod, 2020). De même que, dans La Crise de la culture, H. Arendt constatait l’inquiétude qui a pu saisir les tenants d’une culture légitime devant la culture qui était qualifiée de masse – et s’apparentait alors aux seuls loisirs, soit la culture consommée (Arendt, 1972) –, les tenants d’une culture forestière légitime5 s’inquiètent de l’intrusion de tout un chacun en forêt.

  • 6 Loi n° 85-1273 du 4 décembre 1985 relative à la gestion, la valorisation et la protection de la fo (...)

21Néanmoins, les vocations sociales et environnementales de la forêt peinent à être reconnues dans la loi. Elles n’apparaissent qu’à la marge dans la loi Pisani de 1964, de même que dans la loi forestière suivante, en 19856. Par celle-ci, en effet, « le gouvernement […] voulait voir la nouvelle politique forestière aborder plus résolument le développement de la fonction économique de la forêt et de son aval » (Guillery, 1986 : 8-9) laissant dans les faits peu de place à la pluralité des usages forestiers – et moins encore à celle de ses fonctions. Pourtant, ces mêmes années sont celles de la formalisation du développement durable et de son introduction progressive dans la loi, le droit et les pratiques. Les acteurs de la filière récemment promue se sentent fragilisés ; il convient, pour eux, de réagir.

  • 7 Soit en 1994 « La gestion des forêts durables » et en 1995 « Les indicateurs de gestion durable de (...)

22Ainsi, « la notion de multifonctionnalité peut être lue dans ce contexte de crise et de conflit comme une solution miracle pour apaiser les tensions » (Arnould et Calugaru, 2009 : 120), solution qui passe par un nouveau régime de négociation fondé sur la concertation. Le rapport Bianco, commandé en 1998 afin d’amender la législation forestière pour faire cas des évolutions internationales en matière environnementale, reconduit une multifonctionnalité d’inspiration européenne et tente d’avancer un modèle français de celle-ci. Il met ainsi en évidence la nécessité d’une « gestion durable » des forêts du pays, dans la continuité de la conférence d’Helsinki qui en a consacré le principe en 1993, ainsi que des déclarations nationales qui se sont ensuivies7. Ce modèle est alors défini comme « la [gestion] et l’utilisation des forêts et des terrains boisés, d’une manière et à une intensité telles qu’elles maintiennent leur diversité biologique, leur productivité, leur capacité de régénération, leur vitalité et leur capacité à satisfaire, actuellement et pour le futur, les fonctions écologiques, économiques et sociales pertinentes aux niveaux local, national et mondial, et qu’elles ne causent pas de préjudices à d’autres écosystèmes » (Bianco, 1998 : 53). Définition a minima, donc. Le rapport ajoute deux dimensions importantes : « La gestion durable est un processus qui se construit, et pas seulement un résultat qui se constate » et « elle doit être démocratique et non technocratique, c’est-à-dire impliquer et motiver tous les acteurs, les citoyens-consommateurs, les propriétaires, les gestionnaires et les industriels » (Bianco, 1998 : 53). On le voit, « gestion durable » et « multifonctionnalité » cheminent ensemble, et se trouvent assorties d’un nouvel impératif, celui de la participation citoyenne (Riegel, 2018). Par ailleurs, issue d’une filière économique, la multifonctionnalité peut être liée aux outils et moyens de cette même filière : l’exploitation, l’aménagement, la gestion. On pourrait avancer que ce nouveau paradigme est une manière de ménager l’exploitation et l’aménagement, en optant pour des actions de gestion durable. En définitive, « dans le débat récurrent sur la multifonctionnalité des forêts, il faut […] entendre un débat sur la gestion forestière prenant ou non en compte cette multifonctionnalité de fait de la forêt, d’où le glissement […] de l’accent mis sur la multifonctionnalité de la forêt vers une gestion multifonctionnelle de la forêt » (Barthod, 2015 : 296).

  • 8 Loi n° 2001-602 du 9 juillet 2001 d'orientation sur la forêt.
  • 9 Article 67 de la loi n° 2014-1170 du 13 octobre 2014, dite loi d'avenir pour l'agriculture, l'alim (...)

23La loi d’orientation forestière traduit en 2001 ces nouveaux principes en outils, droits et devoirs à l’égard des gestionnaires8. Les différentes fonctions de la forêt sont mises sur le même plan : « La politique forestière prend en compte les fonctions économiques, environnementale et sociale des forêts », énonce ainsi son premier article. Elle introduit la gestion durable dans un cadre législatif, et l’accueil du public entre pour la première fois dans le Code forestier (Barthod et al., 2001). Si le caractère national d’une politique forestière est conservé s’affirment la régionalisation de ses structures et la territorialisation de ses outils. C’est seulement dans le cadre des Chartes forestières de territoire (CFT) et des plans de développement de massifs (PDM), nouveaux outils passant par la contractualisation, à même d’intégrer les acteurs hors filière aux décisions concernant les forêts, que le terme de multifonctionnalité apparaît. L’élan donné par le contexte international dans les années 1990 peine à trouver sa place dans les textes législatifs : « La gestion multifonctionnelle des forêts n’est donc pas devenue en France un objet réglementaire, ou plus exactement […] les quelques prémices prudentes d’une éventuelle évolution en ce sens ont été supprimées » (Barthod, 2015 : 300). Et si la notion réapparaît explicitement en 2014, c’est non plus dans le cadre d’un outil (CFT et PDM) ou comme grand principe organisateur, mais comme orientation à l’intérieur des programmes régionaux de la forêt et du bois (PRFB)9. Dès lors, et suivant en cela C. Barthod, quelle « mise en œuvre concrète » de cette gestion attendre (Barthod, 2015 : 300) ?

2.2. Quand la biodiversité investit la multifonctionnalité

  • 10 Intervention lors de la réunion du comité de pilotage du stage, 8 avril 2021.

24La notion de multifonctionnalité émane d’une filière productive où, nécessairement, la rentabilité est le principal moteur. Un de ses acteurs l’a rappelé en ces termes lors d’une réunion à laquelle nous avons participé : « Le premier pilier, c’est l’économie10. » Des chercheurs corroborent : l’économie « est constitutive du métier de forestier qui trouve en elle sa justification sociale » (Boutefeu et Arnould, 2006 : 64). Ainsi l’inclusion de la biodiversité, par le biais d’une fonction environnementale de la forêt, se fait sans contraindre l’économie du bois. Le mot d’ordre du Grenelle de l’environnement, en 2007, était en ce sens parlant : « Produire plus tout en préservant mieux la biodiversité : une démarche territoriale concertée dans le respect de la gestion multifonctionnelle des forêts. »

25Néanmoins, l’inclusion des fonctions environnementale et sociale dans la gestion de la forêt est saisie comme une opportunité, pour les acteurs de la conservation comme pour certains forestiers, de mettre en avant leurs intérêts conservationnistes. Le Grenelle entendait s’appuyer sur les services écosystémiques rendus par la forêt, les rémunérer ou les compenser pour les valoriser (Halley des Fontaines, 2008). Des outils préexistants se sont révélés propices pour mener cette première approche : la contractualisation Natura 2000 est l’un d’eux. Les directives de l’Union européenne souhaitent garantir, en certains espaces, un « bon état écologique » du milieu. Dix-huit pour cent de la forêt française est concernée, ce qui a poussé des gestionnaires à promouvoir l’intégration de mesures conservationnistes dans chaque plan de gestion, par le biais d’une contractualisation (Bland et Rambaud, 2011). En effet, selon ces derniers, « la politique nationale forestière et la mise en œuvre du réseau Natura 2000 […] reconnaissent toutes deux la multifonctionnalité de l’espace, visant à assurer sur un même milieu la poursuite d’objectifs à caractère économique, social et environnemental » (Bland et Rambaud, 2011 : 527). À titre d’exemple, un programme d’action répond à cette opportunité à l’échelle du Parc naturel régional du Vercors, avec la constitution d’une « Trame de vieux bois » passant par la contractualisation avec les parcelles publiques et privées du territoire pour préserver de vieux peuplements riches en biodiversité potentielle.

26La récente stratégie européenne pour la forêt tente d’aller dans le même sens en insistant sur la fonction environnementale de la forêt plus que sur une autre. Services écosystémiques et stockage du carbone sont les mots clés de cette proposition. Ce dernier point fait par ailleurs désormais partie du Code forestier, cette fonction étant reconnue d’intérêt général. À l’échelle de notre terrain d’étude, la tenue d’un forum sur les changements environnementaux et la forêt à l’automne 2021, organisé par le principal groupement de sylviculteurs du territoire et le Parc, indique un enjeu clairement reconnu localement. La fonction environnementale de la forêt a été intégrée, puis normalisée, autour de deux processus dont il paraît urgent, pour les forestiers, de se saisir : changement climatique et érosion de la biodiversité forestière.

  • 11 Observation lors d'un événement « Vis ma vie de bûcheron » à Saint-Agnan-en-Vercors, 6 août 2021.

27En matière de biodiversité, c’est le bois mort qui apparaît comme son principal objet d’intégration dans l’action gestionnaire et son discours. Le statut du bois mort a en effet changé au cours des dernières décennies. « Jusqu’au début des années 1970, les arbres morts ainsi que la faune et la flore associées étaient en effet considérés par l’administration des Eaux et Forêts […] et par les scientifiques eux-mêmes […] comme un sous-produit, voire un déchet, à éliminer » (Deuffic et Candau, 2017 : 1). Désormais, ces arbres, qu’ils soient au sol ou encore sur pied, servent doublement d’indicateur : celui d’un bon état écologique du milieu, et celui d’une gestion forestière locale respectueuse – un désordre sagement conservé. Ainsi, lors d’un événement public auquel nous avons assisté, tandis qu’un gestionnaire forestier mentionne la conservation d’arbres sénescents ou morts dans sa pratique, l’ensemble de l’audience hoche la tête en signe d’approbation : le bois mort est devenu synonyme de biodiversité à l’intérieur comme à l’extérieur des professions forestières11.

28Il semble donc que la notion de multifonctionnalité ait été adoptée de manière commode par les acteurs de la filière forêt-bois et par les représentant·e·s politiques concerné·e·s par la forêt. Les acteurs de la biodiversité, eux, tentent de s’en emparer pour faire valoir leurs enjeux et les insérer dans l’exploitation – ou l’absence d’exploitation – forestière. Ainsi, la forêt serait concernée par « l’émergence concomitante des concepts d’écologisation et de territorialisation » (Lenglet et Caurla, 2020 : 3) que la notion de multifonctionnalité tendrait à conjuguer. Le terme, toutefois, ne reste que partiellement validé dans la loi. De plus, un rapport datant de 2008 atteste du manque d’efficacité de cette notion et enjoint à passer d’une multifonctionnalité « acquise », mise à mal par une économie du bois moribonde, à une multifonctionnalité « active », exprimant « le projet d’une communauté plus ou moins étendue, en réponse à des besoins que celle-ci se reconnaît et des objectifs qu’elle s’assigne » (Brédif, 2008 : 17). Ce serait aux territoires, quelle que soit leur emprise spatiale, de manier comme ils l’entendent une notion consensuelle dans sa définition, mais à redéfinir par l’usage.

2.3. Des outils territorialisés

  • 12 Entretien avec un élu, 23 avril 2021.

29Si la loi de 2001 a instauré momentanément une multifonctionnalité « articulée à l’échelle locale à travers les documents de gestion », une sociologue ajoute que « les pratiques et les modes de gestion ne [sont] toujours pas sujets à débat » (Rivière, 2017 : 7-8). La territorialisation de la politique forestière est censée répondre aux attentes de la filière comme des acteurs en dehors de celle-ci, pour que la multifonctionnalité soit intégrée « à l’échelle de chaque entité fonctionnelle de gestion » aussi bien que « dans le contexte de chaque structuration locale de la propriété forestière » (Barthod, 2015 : 294). Toutefois, l’introduction d’acteurs extérieurs à la filière forêt-bois dans la concertation à l’échelle locale souffre de freins et, selon A. Sergent, « les changements qui se profilent tendent à privilégier non pas une dynamique de décloisonnement en direction de la société mais plutôt un processus de recloisonnement autour de la logique de filière » (Sergent, 2017 : 106). Une étude portant sur la Charte forestière de territoire (CFT) a constaté qu’à l’inverse d’un renouvellement du débat dans un processus de concertation, cet outil produirait un « cadre normatif du dispositif d’intervention publique » (Candau et Deuffic, 2009 : 6). La reconnaissance institutionnelle de controverses, objectivées par le biais d’inventaires, transformerait ainsi « ce qui n’est au départ qu’un trouble, un vague problème de surfréquentation ou de disparition d’espèces, plus ou moins singulier et localisé » en « une catégorie légitime de problème public » (Candau et Deuffic, 2009 : 6). À l’instar de ces Chartes forestières de territoire (CFT), la commission forêt du Parc naturel régional du Vercors apparaît comme le principal espace de discussion entre acteurs forestiers, élu·e·s, représentant·e·s d’associations naturalistes. Néanmoins, la plupart des participant·e·s disent y chercher des informations en vue de soutenir ou d’amender une action, et ne le considèrent pas comme un espace où le débat se trouverait renouvelé par une présence extérieure à la filière forêt-bois. L’un des animateurs qui y participe depuis plusieurs décennies en résume ainsi l’enjeu : « Son utilité c’est de réunir tout le monde et de mettre tout le monde d’accord sur une politique d’ensemble. »12

30La multifonctionnalité entend faire consensus entre les usages et les usager·ère·s. Toutefois, les contradictions que tente de résoudre cette notion ne peuvent être totalement étouffées. À rebours de ce qu’ont promu la pratique et le discours des forestiers jusqu’à présent, la forêt ne nous paraît pas être un milieu « pacifié » (Kalaora et Savoye, 1986). Sa pratique quotidienne par un grand nombre d’acteurs extérieurs au milieu professionnel forestier ou les tensions récentes sur la question de la chasse sont là pour nous le rappeler (Stépanoff, 2020 ; 2021). Aussi nous a-t-il semblé pertinent d’étudier cette notion à l’aune d’un conflit de basse intensité, mais continu, suscité par l’appropriation différenciée de la forêt par la filière forêt-bois et la pratique cynégétique. Une notion supplémentaire, l’équilibre sylvo-cynégétique ou forêt-gibier, nous a semblé être une porte d’entrée originale pour aborder les relations entre forestiers et chasseurs dans les forêts du Vercors isérois. Par-là, nous souhaitons étoffer notre approche généalogique des notions gestionnaires, et renouveler l’étude de la multifonctionnalité en mettant en jeu, de manière transversale, l’ensemble de ses fonctions.

3. Variables contestées mais notion incontestable : l’équilibre sylvo-cynégétique

31Si les relations entre chasse, chasseurs, forêt, forestiers et faune sauvage devraient faire l’objet d’un regain d’intérêt de la part des sciences sociales du fait de la contestation qui concerne l’exploitation forestière et la pratique cynégétique, on a pu être surpris du peu de cas fait de cette question jusqu’à présent. Quelques articles s’en saisissent à la marge, intégrant les liens entre chasse et forêt à une approche plus large de la question cynégétique (Vollet, 2012 ; Fortier et Alphandéry, 2012 ; Saldaqui, 2012 ; Hubert, 2019 ; Ronsin et Mounet, 2020). Ce sont plutôt les revues de gestion forestière ou de gestion de la faune sauvage qui se sont largement saisies de cette relation, la normalisant afin de proposer des outils duplicables et opérants à même de résoudre des tensions latentes. Une notion oriente largement les échanges entre gestionnaires, chasseurs et forestiers : celle d’équilibre sylvo-cynégétique. À l’instar de ce que nous avons tenté d’élaborer pour la multifonctionnalité, sa genèse gagnerait à être détaillée, avant de laisser la parole aux principaux concernés sur notre terrain d’étude.

3.1. L’imposition d’un équilibre

32La loi n° 63-754 du 30 juillet 1963, rectifiée en 1978 par la loi n° 78-1240, institue le plan de chasse comme outil de régulation et de gestion du grand gibier, afin de « créer un nécessaire équilibre agro-sylvo-cynégétique ». Cette dernière notion n’a cessé depuis lors d’être mise en avant par le législateur comme par les gestionnaires, jusqu’à ce que le Code de l’environnement la consacre et que des rapports parlementaires la prennent en charge (Cardoux et Perea, 2019). Désormais, elle « fait consensus » (Mårell et al., 2012 : 712) – consensus qui, là encore, se doit d’être interrogé. Il n’est pas inutile de citer la quasi-totalité de l’article concerné, amendé en 2014 :

  • 13 Article L425-4 du Code de l'environnement, modifié par la loi n° 2014-1170 du 13 octobre 2014, dit (...)

« L’équilibre agro-sylvo-cynégétique consiste à rendre compatibles, d’une part, la présence durable d’une faune sauvage riche et variée et, d’autre part, la pérennité et la rentabilité économique des activités agricoles et sylvicoles. […] L’équilibre agro-sylvo-cynégétique est recherché par la combinaison des moyens suivants : la chasse, la régulation, la prévention des dégâts de gibier par la mise en place de dispositifs de protection et de dispositifs de dissuasion ainsi que, le cas échéant, par des procédés de destruction autorisés. La recherche de pratiques et de systèmes de gestion prenant en compte à la fois les objectifs de production des gestionnaires des habitats agricoles et forestiers et la présence de la faune sauvage y contribue. […] L’équilibre sylvo-cynégétique tend à permettre la régénération des peuplements forestiers dans des conditions économiques satisfaisantes pour le propriétaire, dans le territoire forestier concerné13. »

  • 14 Discussion lors de l'événement « Vis ma vie de bûcheron » à Saint-Agnan-en-Vercors, 6 août 2021.

33L’émergence de cette notion a formalisé une tension entre chasse et forêt autour des cervidés et des dégâts qu’ils peuvent impliquer sur les peuplements exploités, de même qu’entre chasse et agriculture autour des sangliers. La tension préexistait – d’aucuns l’ont même dite archaïque. Ainsi les mots d’un ingénieur forestier en charge d’activités cynégétiques dans les années 1960 : « Les anathèmes que se jettent réciproquement depuis des lustres forestiers et chasseurs rendent impensable, sinon cocasse pour certains, l’idée même de juxtaposer en un seul adjectif deux activités aussi divergentes à leurs yeux que la chasse et la foresterie et, a fortiori, de parler d’équilibre » (Daburon, 1968 : 567). Si jusque récemment il n’était question que de dégâts faits par les cervidés et, dans une moindre mesure, les suidés, aux peuplements forestiers (Daburon, 1963 ; Fol, 1964 ; Hoffmann, 1977 ; Saillet, 1980), la tension tend désormais à être normalisée et les termes techniques consacrés : équilibre forêt-gibier (Du Boisrouvray, 1974) ou équilibre sylvo-cynégétique (Guiraud, 1981). Ainsi, lorsqu’un agent de l’ONF nous demande quels sont les résultats obtenus par l’enquête en cours, la mention des relations entre chasseurs et forestiers l’amène à réagir spontanément : « ah oui, l’équilibre forêt-gibier14 » – comme si la formalisation terminologique de ce conflit avait, en même temps, évincé ses acteurs humains au profit de deux entités abstraites, devenues des variables d’ajustement.

34Les outils techniques employés indiquent une même conclusion. Des ingénieurs forestiers prévenaient voici une cinquantaine d’années : il est « évident que ce serait une gageure de vouloir mettre la vie du gibier en équation » (Fol et Tassel, 1966 : 159). Pourtant, la tentation est grande d’en passer par la métrique et la formule pour partager des données communes – c’est même là, actuellement, l’un des principaux objets de discorde.

3.2. Du plan de chasse aux indicateurs de changement écologique : s’entendre sur un objet commun

35Depuis une cinquantaine d’années s’est construit un impératif gestionnaire à propos des relations entre forêt et faune – comme, plus largement, pour tout espace dit naturel ou pour toute espèce dite sauvage (Poinsot, 2008). Si on en reste au milieu forestier, se sont imposés, conjointement et en concertation, une notion (équilibre sylvo-cynégétique), des outils (plan de chasse et documents de gestion durable), des indicateurs (Indicateurs de changement écologique), des lieux de rencontre et d’échange (observatoire national, observatoires locaux).

36Le plan de chasse a été inscrit dans la loi comme l’outil à privilégier pour maintenir un équilibre entre population d’ongulés et peuplements forestiers. Pourtant, certains gestionnaires forestiers ne cachent pas leur agacement vis-à-vis du monde de la chasse et de ses principaux moyens d’action. Un technicien d’une quarantaine d’années, dont l’appréhension de la chasse a évolué du rejet à une compréhension pragmatique depuis ses débuts dans la gestion forestière, l’a ainsi affirmé :

  • 15 Entretien avec une agent de l'ONF, 21 avril 2021.

« Les plans de chasse étaient censés dans les années 1970 être des outils de régulation ; toutes les populations de gibier ont explosé, donc leur outil il est nul, il n’est pas adapté15. »

37C’est que le contexte de création de ces outils était en tout point différent à celui d’aujourd’hui. Alors, les populations de grands gibiers étaient faibles, sinon nulles ; celles de petits gibiers, à l’inverse, plus importantes. La démographie des animaux a changé sous la poussée conjointe de pratiques cynégétiques conservatrices et d’une modification des milieux naturels. Une synthèse des principaux rapports parus sur la forêt résume ainsi les évolutions : « Reste le grave problème de l’équilibre sylvo-cynégétique qui risque de compromettre la réussite du renouvellement des peuplements. [Le plan de chasse aux cervidés] n’a de sens que pour développer une population dans sa phase d’installation, ce qui n’est plus le cas depuis longtemps pour ces espèces. Ce point mérite une vigilance totale de la part de l’État et une grande implication des DDT » (Demolis et al., 2015 : 8). Pour des raisons techniques, scientifiques et politiques, nombre d’acteurs indiquent qu’il serait nécessaire de passer du plan de chasse à des indicateurs écologiques pour trouver une issue à des tensions séculaires. Pourtant, le plan de chasse résiste, les indicateurs peinent à être reconnus, et l’issue semble toujours ainsi incertaine.

  • 16 Coralie Mounet, communication personnelle.

38Dans les premiers mois de notre étude, une réunion pour établir les plans de chasse au niveau départemental est organisée sans que ne soient conviés le Parc et la communauté de communes du massif du Vercors, pourtant les principaux acteurs de la mise en œuvre d’indicateurs censés informer ces plans. Sous la pression des ACCA locales, les indicateurs ont été ignorés et les plans de chasse réduits – ce malgré un consensus partagé par les services techniques de l’État et la Fédération départementale des chasseurs de l’Isère (FDCI)16. L’argument a été le suivant : les comptages au phare effectués chaque année par les chasseurs locaux étant à la baisse, les plans de chasse se doivent de l’être également. Ainsi un conflit se cristallise autour d’observations qui ne portent pas sur les mêmes objets : les animaux comptés, d’une part ; les dégâts produits par ces mêmes animaux, de l’autre. Aux marques d’abroutissement et à l’absence de régénération s’oppose la constatation d’une baisse des effectifs de cervidés. Les chasseurs rencontrés l’ont tous attesté : s’ils reconnaissent une forte, voire trop forte présence de cervidés au début des années 2000 sur leur territoire, l’état actuel des populations les inquiète. L’un d’eux l’explique :

  • 17 Entretien avec un élu, propriétaire forestier privé et chasseur, 1er juillet 2021.

« Le dernier renouvellement de plan de chasse, on s’est battu – les chasseurs se sont battus – pour mettre le holà, […] pour demander 30 % de moins. Du fait des comptages qui étaient catastrophiques au printemps, on n’avait jamais fait des comptages comme ça. À Méaudre […] on a fait un comptage à 0, ce qui n’est pas arrivé depuis 20 ans17. »

  • 18 Participation à un comptage au phare, Villard-de-Lans, 27 avril 2021.
  • 19 Entretien avec un représentant d’association naturaliste, Lans-en-Vercors, 20 avril 2021.

39Le comptage au phare est censé trouver sa légitimité dans la répétition, chaque année au même moment, des mêmes trajets, dans les mêmes conditions, afin d’évaluer des tendances d’évolution. Toutefois, un incident ponctuel – « un comptage à 0 » –, même s’il ne se répète pas, peut avoir une valeur symbolique forte. Notre participation à l’une de ces sessions, sur la commune de Villard-de-Lans, a permis de saisir la standardisation recherchée par les associations cynégétiques18. Les trajets sont connus, les équipes reconduites. De même que l’œil du forestier est exercé à repérer les traces d’abroutissement sur les semis et les bourgeons (Guidoni-Stoltz, 2020), l’œil du chasseur passe rarement à côté d’un chevreuil immobile sur le haut d’un versant. Tout est fait pour que cet indicateur soit perçu comme objectif. La ritualisation, la redondance et le soutien d’une instance gestionnaire et scientifique appuient sa validité (Morellet, 2008 ; Hamann et al., 2011). Malgré cette légitimation méthodologique, la méfiance envers les comptages cynégétiques est entretenue par celles et ceux qui s’opposent à cette activité – en premier lieu, parmi les personnes rencontrées, des représentants d’associations naturalistes19. Une méfiance qui encourage la formalisation d’outils neutres, du moins en apparence, portés par des institutions tierces : des indicateurs construits sur une méthodologie fiable, dont la construction serait commune aux chasseurs et forestiers. Gardons-nous, néanmoins, d’être dupes : « Les indicateurs écologiques ont une visée pragmatique : ils réduisent la complexité de l’environnement sous une forme simple, facile à suivre en routine et qui permet d’orienter l’action […]. Ils sont des outils de gestion […] qui permettent d’explorer le réel mais qui véhiculent aussi un point de vue normatif » (Bouleau et Deuffic, 2016, p. 1). Il convient de prêter attention à cet aspect normatif, et de comprendre les raisons de la cristallisation d’un conflit à son sujet.

  • 20 Participation formation OGFH, col de la Croix-Perrin, Lans-en-Vercors, 25 mai 2021.

40Nous avons pu assister à une formation animée par un technicien de la Fédération régionale des chasseurs (FRC-AURA), portant sur un Observatoire grande faune et habitats (OGFH) censé suivre les évolutions de la pression des ongulés sur la flore du Vercors20. Cet observatoire se fonde sur un ensemble de mesures dont nous a été présenté le protocole de mise en œuvre. Il s’agit, d’une année sur l’autre, d’élaborer un indice de consommation (IC) pour observer la pression des ongulés sur les végétaux et un indice d’abroutissement (IA) afin d’observer la consommation sur les semis, auxquels s’ajoute une estimation de la régénération potentielle en fonction du nombre de tiges présentes et de leur état. Ainsi, les ICE sont autant d'« indicateurs proposés à la suite de validations scientifiques rigoureuses [qui] étudient les relations entre le compartiment animal et le compartiment végétal » (ONCFS, 2015 : 3). Ils fournissent « un outil de diagnostic objectif et réactif de l’état d’équilibre entre les populations d’ongulés sauvages et leur habitat » (ONCFS, 2015 : 43). L’étude de la pression sur la flore vient donc compléter les suivis précédents sur le comportement des animaux (Mårell et al., 2012).

  • 21 Entretien avec responsable associatif de la propriété forestière privée, 16 avril 2021.
  • 22 Discussion lors de la formation OGFH, col de la Croix-Perrin, Lans-en-Vercors, 25 mai 2021.

41Un fascicule détaillant la prise des mesures a été distribué à toutes les personnes présentes (gestionnaires forestiers, chargé·e·s de mission forêt des intercommunalités concernés, élu·e·s, propriétaires forestiers). Le soin apporté aux chiffres et à la régularité des mesures contraste avec l’apparente pauvreté ou le manque de fiabilité des outils employés : de nombreuses réactions ont porté sur la difficulté de retrouver les points GPS permettant de repérer les placettes d’une année sur l’autre. L’essentiel ne paraît pas résider dans la prise de mesures, mais dans les interactions qu’un tel outil permet, ainsi que dans l’espoir qu’un objet aux forestiers et aux chasseurs, construit par des technicien·ne·s et mobilisé par des représentant·e·s politiques, puisse apaiser les tensions sylvo-cynégétiques. Or, c’est là un point qui achoppe : une personne enquêtée déplore le positionnement des représentant·e·s politiques à l’égard des préconisations techniques : « Les techniciens de la DDT ont bien compris les enjeux et poussent plus dans notre sens qu’autre chose, mais le préfet reste soumis à la demande des chasseurs21 ». Au sein même de ces structures gestionnaires, les technicien·ne·s constatent la faible prise en compte de leur expertise : c’est ce que confie l’animateur de la formation OGFH déplorant le peu de cas qui est fait par les administrateurs de la fédération envers ses préconisations22. Ajoutons à cela la présence d’un seul chasseur lors de la formation, lequel s’est présenté « avec la casquette du forestier », couvre-chef à l’appui, effectivement floquée au nom du groupement de sylviculteurs local.

42Les organismes gestionnaires sont unanimement en faveur de tels indicateurs. Ce serait là un outil objectif, à même d’aider à la recherche d’un compromis. Du côté des instances cynégétiques, on plaide pour que les chasseurs soient associés aux forestiers dans la prévention des dégâts, ce qui permettrait de les mettre en relation « dans un but commun : maintenir une population abondante de grand gibier tout en préservant la qualité des peuplements forestiers qui accueillent les animaux chassés » (Charlez, 2008 : 63). Les indicateurs peuvent être repris comme des « objets intermédiaires » (Vinck, 2009) à même de promouvoir ces échanges. Néanmoins, d’autres méthodes d’évaluation plus installées, comme les comptages au phare, court-circuitent cette tentative de compromis dans la technique. Ce qui se trouve en jeu, donc, ce sont des outils – indicateurs, plan de chasse – et des espaces – structures qui accueillent la concertation, milieu forestier – les uns et les autres reposant sur des temps de gestion concurrents.

3.3. Des temps de gestion et des référentiels concurrents

  • 23 Commission forêt du PNRV, 10 mars 2021.

43Lors d’une commission forêt animée par le Parc naturel régional du Vercors est venu le moment d’aborder le Plan de relance mis en œuvre par le gouvernement, afin de renforcer une filière en difficulté23. Celui-ci doit octroyer des fonds aux propriétaires, privés ou publics, souhaitant améliorer leurs plantations. La réaction du représentant des sylviculteurs locaux a de quoi surprendre : un refus des subsides, au motif que la régénération naturelle est inexistante dans les forêts de ses adhérent·e·s. L’affirmation est forte, car définitive : il n’existe pas de session de rattrapage permettant de remobiliser ces subventions. En entretien, ce représentant entérine :

  • 24 Entretien avec responsable associatif de la propriété forestière privée, 16 avril 2021.

« Pour l’instant on est en train de faire comprendre aux élus que s’il n’y a pas d’équilibre sylvo-cynégétique, on ne peut pas faire d’adaptation des forêts au changement climatique24. »

44La conjoncture ajoute donc depuis quelques années un agent supplémentaire au conflit qui oppose forestiers et chasseurs, en plus des cervidés : les changements environnementaux globaux, ceux-ci impliquant des adaptations dans les plantations pour faire face aux sécheresses récurrentes et à des parasites plus virulents qu’auparavant. Si le temps des forestiers se calcule, à échelle individuelle, en décennies et, pour les objets qu’ils manient, en siècles, les changements environnementaux rapides qui opèrent les conduisent à réagir sur un temps plus court, à l’instar d’événements soudains tels que les incendies et les tempêtes. Le temps des chasseurs, lui, est bien différent. Il varie en fonction des abondances de gibier d’une année à l’autre, variations annuelles qui s’ajoutent les unes aux autres sous forme de tendances décennales. Néanmoins, il arrive que le rapport s’inverse – l’urgence à laquelle les gestionnaires forestiers doivent parer favorise de telles évolutions.

45On peut s’inspirer de la notion de shifting baseline syndrome (Pauly, 1995 ; Soga et Gaston, 2018) – soit le décalage temporel et progressif de l’état de référence quantitatif d’une espèce donné à chaque génération de naturaliste – pour caractériser le rapport des forestiers et, surtout, des chasseurs, à ce qui constitue la ressource principale de leur activité. Il est constamment fait référence à un état passé au moment des premières chasses en famille ou individuelles, que ce soit pour montrer le chemin parcouru depuis, en déplorer la perte, ou simplement l’évoquer à titre d’exemple. Cette référence, toutefois, est mouvante.

  • 25 Discussion avec un chasseur lors d'un comptage au phare, Villard-de-Lans, 27 avril 2021.

46Nous avons pu partager la route avec un chasseur et son jeune fils lors du comptage au phare25. La transmission de l’un à l’autre est évidente. De même que le père a passé son permis de chasse dès que possible en son temps, le fils semble attendre avec hâte que son tour vienne. La baisse des populations de cervidés inquiète le père, qui prend son fils à témoin : si lui, chasseur, a eu la chance de pouvoir prélever des cerfs et des chevreuils en quantité, que restera-t-il aux générations suivantes ? Il est unanimement reconnu que le cerf a été réintroduit sur le territoire dans les années 1980 et qu’une gestion locale conservatrice est allée dans le sens d’un accroissement des populations. Néanmoins, le recul de ces populations introduites est devenu impensable : l’état actuel, pour une espèce donnée, fait référence, même si l’état connu antérieurement était tout à fait différent. Le cerf marque ainsi le présent. À l’inverse, d’autres espèces comme le lièvre illustrent le passé, ce que confirme un chasseur d’une commune voisine :

  • 26 Entretien avec un élu, propriétaire forestier privé et chasseur, 1er juillet 2021.

« Si tu reprends il y a 50-60 ans en arrière, il y avait pas de grand gibier sur le plateau, il a été réintroduit. Le chevreuil, le cerf ont été réintroduits. Les anciens, mon arrière-grand-père qui habitaient au fond d’Autrans, là-haut, mon grand-oncle, tout ça, ils ne chassaient que le lièvre26. »

47Cette référence aux anciens est fréquente, pour les chasseurs comme pour les forestiers. De la même manière, au terme d’une matinée de martelage, la mention des changements environnementaux et des expérimentations à venir nous ont mené à examiner le passé autant que le futur. Trois agents ont en effet devisé sur les essais effectués par leurs prédécesseurs dans la forêt domaniale des Coulmes : les charbonniers locaux et saisonniers ont privilégié le hêtre au xixe siècle, laissant des traces dans le paysage, puis les forestiers en charge de ce triage ont planté quelques poches de résineux. Ces glorieux prédécesseurs n’avaient pas idée de ce qu’allaient donner leurs plantations ; les gestionnaires actuels naviguent à vue tout autant avec les leurs.

  • 27 Entretien avec un agent de l’ONF, 13 avril 2021.

48Les registres dont usent forestiers et chasseurs pour légitimer leur approche sont bien rodés (Traïni, 2004) – et, souvent, les deux groupes disent parfaitement comprendre l’autre, sans qu’une entente ne survienne. Exploitation forestière et pratiques cynégétiques sont perçues par les enquêtés les plus âgés comme les deux versants d’une même culture locale, ce qui parfois les rapproche. Un agent de l’ONF proche de la retraite a ainsi rappelé sur le ton de l’humour qu’il avait pu faire figure de vieux grincheux avec un représentant d’ACCA lors d’une réunion publique portant sur l’accroissement de la fréquentation sur des secteurs forestiers du plateau27. Les forestiers plus jeunes, eux, semblent enclins à faire cas des évolutions sociales concernant leur profession et leurs activités, les conduisant à mobiliser plus fréquemment la notion de multifonctionnalité, sans que celle-ci n’inclue nécessairement la chasse, usage pourtant omniprésent dans les forêts du territoire. La diversité des parcours professionnels (agent forestier est, pour certain, l’issue d’une reconversion professionnelle), plus forte qu’auparavant, ainsi que les particularités gestionnaires des forêts de montagne (qu’en serait-il en plaine ?), sont deux autres facteurs à convoquer. Multifonctionnalité et équilibre sylvo-cynégétique ne semblent pas communiquer, alors même que ces deux notions obéissent aux mêmes injonctions gestionnaires et sont toutes deux censées répondre à des crises ou tensions au sein d’un secteur ou entre des pratiques concurrentes. Doit-on en conclure à un conflit sans issue du fait de références qui ne se mêlent guère, court-circuitant les menées gestionnaires pour plus de consensus ?

  • 28 Durant le temps de notre enquête, la chasse au cerf élaphe a été autorisée par le conseil départem (...)

49À l’échelle du Parc naturel régional du Vercors, des recompositions ponctuelles peuvent survenir en fonction de certains enjeux. À l’instar de ce qui peut se produire concernant des espèces comme les sangliers ou les loups, les dissensions peuvent évoluer et que des recompositions ne sont pas impossibles (Mounet, 2012 ; Bondon et al., 2021). Sur le territoire de la Réserve nationale des hauts plateaux, au centre du Parc naturel régional du Vercors, cerfs, sangliers et gélinottes ont pu faire l’objet de longues discussions au sein du conseil scientifique du Parc. La Fédération départementale des chasseurs de l’Isère (FDCI) et l’ONF ont posé une demande conjointe de révision du règlement intérieur de la réserve, pour que la chasse y soit plus efficace. Les intérêts n’étaient pas similaires : réduire les dégâts d’une part, chasser en un lieu réglementé de l’autre. Néanmoins, là où nous avons grossièrement avancé que forestiers et chasseurs s’opposent, il apparaît que des alliances de circonstance interviennent autour d’un objet commun à défendre (Ronsin et Mounet, 2020)28.

Conclusion

50Revenons sur les termes étudiés : multi-usage, multifonctionnalité, équilibre sylvo-cynégétique. Ceux-là sont avant tout descriptifs : oui, il y a plusieurs usages ; oui, si l’on raisonne en termes de services, la forêt a plusieurs fonctions ; oui, un équilibre permettrait, en principe, de pacifier un certain nombre de tensions au sein d’un territoire – sans songer qu’un équilibre est a minima dynamique, voire tout à fait illusoire (Holling, 1973). Par ailleurs, ils deviennent normatifs, car ils schématisent la manière de se représenter un milieu (la forêt), des activités (l’exploitation, la conservation, la chasse) et des relations entre collectifs humains ainsi qu’avec des espèces animales ou végétales. Enfin, c’est une bien pauvre manière de considérer l’espace forestier. Une forêt multifonctionnelle serait, littéralement, une forêt qui fonctionne. Les mots d’un agent de l’ONF illustrent cette intériorisation :

  • 29 Idem.

« La multifonctionnalité, c’est un terme un peu technique, qui ne parle pas vraiment aux gens de l’extérieur, mais qui pour nous signifie bien de quoi on parle : une forêt qui remplit ses différentes fonctions, et aussi toutes celles qu’on n’imagine pas encore29. »

51Convoquons la distinction établie par M. Benasayag entre « fonctionner » et « exister » : « Le fonctionnement est, au mieux, une façon de comprendre et de représenter de l’extérieur les processus de la machine et du vivant, du biologique et de l’inerte, l’existence renvoyant quant à elle à la compréhension en intériorité des processus et du vivant, et des situations dans lesquelles ils se déroulent » (Benasayag, 2018 : 126). Gardons-nous de calquer cette opposition sur le milieu forestier – mais sachons nous en inspirer. Si une approche strictement multifonctionnelle est prompte à mettre en chiffre les aménités environnementales et à contrôler l’accueil, les loisirs ou les usages faits du milieu pour en simplifier la gestion, elle peine à se confronter aux frottements, tensions et conflits en cours ou à venir. Une piste pourrait être lancée en direction d’une approche plus vivante et ouverte de la gestion, en phase avec les attentes environnementales et sociales, s’inspirant d’une conservation « conviviale » telle qu’élaborée récemment (Büscher et Fletcher, 2020).

52Notre étude n’a pas valeur prescriptive. Elle s’est bornée à élaborer la généalogie déjà ébauchée d’une notion, la multifonctionnalité, et a esquissé celle d’une autre notion, l’équilibre sylvo-cynégétique. Elle visait à rendre visible l’histoire de ces notions gestionnaires et à les décloisonner de leur usage pratique – en somme, à les interroger avec les outils critiques qui sont à la disposition du chercheur ou de la chercheuse. À titre méthodologique, l’exploration des notions maniées par les gestionnaires permet d’élucider leur pouvoir de normalisation. Celle, parallèle, que nous avons menée, a montré que deux notions construites dans des temporalités similaires, en fonction de buts proches, opérant dans un même milieu naturel, ne se rencontrent guère dans les faits. Elles cohabitent plus qu’interagissent. Aussi pensons-nous que l’approche en termes de multifonctionnalité gagnerait à intégrer des grilles d’analyse transversales sur les sujets qui n’obéissent pas strictement à l’un ou l’autre de ses axes. La chasse en milieu forestier, par exemple, croise chacune des fonctions attribuées à ce même milieu et n’obéit à aucune en particulier. Son approche ne peut rester cloisonnée et implique de dynamiser le cadre analytique. À propos des tensions entre forestiers et chasseurs, l’élucidation de la notion d’équilibre sylvo-cynégétique et sa confrontation avec les pratiques quotidiennes des gestionnaires, chasseurs, forestiers et usager·ère·s nous ont permis de cerner des obstacles au débat, résidant dans l’absence de reconnaissance d’outils et d’indicateurs communs. Ces derniers, aussi imparfaits soient-ils, existent : à charge de s’en saisir, de partager les siens ou d’en bâtir de nouveaux.

Haut de page

Bibliographie

Amat J.-P., 1999, La forêt entre guerre et paix 1870-1995  : étude de biogéographie historique sur l’Arc meusien de l’Argonne à la Woëvre, thèse de doctorat, géographie, université Lille 1, 1 285 p.

Arendt H., 1972, La crise de la culture, Paris, Gallimard, 380 p.

Arnould P., 2002, « Histoire et mémoire des aménagements forestiers », Ingénieries eau-agriculture-territoires, numéro spécial, p. 9-20.

Arnould P., Calugaru C., 2009, « La production durable de biens et services en forêt  : une mise en perspective historique », Forêt méditerranéenne, vol. 30, n° 2, p. 115-122.

Arnould P., Marty P., Simon L., 2002, « Deux siècles d’aménagement forestier  : trois situations aux marges méridionales de la France », Ería : Revista Cuatrimestral de Geografía, n° 58, p. 251-267.

Avocat H., Tabourdeau A., Chauvin C., De Sède-Marceau M.-H., 2011, « Énergie et bois dans le territoire alpin : stratégies autour d’une ressource incertaine », Revue de géographie alpine, vol. 99, n° 4.

Barthod C., 2015, « La multifonctionnalité des forêts entre discours et pratiques : illusion ou réalité à assumer  ? », Revue forestière française, vol. 67, n° 4, p. 293-319.

Barthod C., 2020, « Les attentes sociétales vis-à-vis des forestiers », Revue forestière française, vol. 72, n° 2, p. 157-165.

Barthod C., Barrillon A., Arcangeli F., 2001, « La loi d’orientation sur la forêt du 9 juillet 2001 », Revue forestière française, vol. 53, n° 5, p. 491-510.

Benasayag M., 2018, Fonctionner ou exister ?, Paris, Le Pommier, 142 p.

Bertrand G., 1980, « Écologie et forêt : recherche d’une ouverture sociale », Revue forestière française, numéro spécial, p. 16-19.

Bianco J.-L., 1998, La forêt : une chance pour la France, rapport, 108 p.

Bland F., Rambaud L., 2011, « Le réseau Natura 2000 : un défi pour la gestion multifonctionnelle des forêts », Revue forestière française, vol. 63, n° 5, p. 527-537.

Bondon R., Mathevet R., Mounet C., Chamaillé-Jammes S., 2021, « Passer les limites, rythmer le territoire. Paysage et mobilités du sanglier en Valbonnais (Isère, France) », Géocarrefour, vol. 95, n° 4.

Bouleau G., Deuffic P., 2016, « Qu’y a-t-il de politique dans les indicateurs écologiques ? », VertigO : la revue électronique en sciences de l’environnement, vol. 16, n° 2, https://doi.org/10.4000/vertigo.17581.

Boulier J., Simon L., 2010, « Les forêts au secours de la planète : quel potentiel de stockage du carbone  ? », L’Espace géographique, vol. 39, n° 4, p. 309-324.

Boutefeu B., 2005, « L’aménagement forestier en France : à la recherche d’une gestion durable à travers l’histoire », VertigO : la revue électronique en sciences de l’environnement, vol. 6, n° 2, https://doi.org/10.4000/vertigo.4446.

Boutefeu B., Arnould P., 2006, « Le métier de forestier  : entre rationalité et sensibilité », Revue forestière française, vol. 58, n° 1, p. 61-72.

Brédif H., 2008, « Référentiels de durabilité forestière  : l’universalité en question », Natures Sciences Sociétés, vol. 16, n° 3, p. 209-219, https://www.cairn.info/revue-natures-sciences-societes-2008-3-page-209.htm.

Büscher B., Fletcher R., 2020, The Conservation Revolution. Radical Ideas for Saving Nature beyond the Anthropocene, Londres, Verso, 196 p.

Buttoud G., 1980, « Les propriétaires forestiers privés et l’État », Revue forestière française, numéro spécial, p. 96-101.

Buttoud G., 1983, L’État forestier : politique et administration dans l’histoire française contemporaine, thèse de doctorat, sciences politiques, université Nancy 2, Nancy, 691 p.

Candau J., Deuffic P., 2009, « Une concertation restreinte pour définir l’intérêt général des espaces forestiers : regard sur un paradoxe », VertigO : La revue électronique en sciences de l’environnement, vol. 6, https://doi.org/10.4000/vertigo.8906.

Cardoux J.-.N., Perea A., 2019, Restaurer l’équilibre agro-sylvo-cynégétique pour une pleine maîtrise des populations de grand gibier et de leurs dégâts à l’échelle nationale, rapport dans le cadre de la mission parlementaire relative à la régulation des populations de grand gibier et à la réduction de leurs dégâts, 73 p.

Carrez J.-F., 1996, « Gestion durable et forêts publiques », Revue forestière française, vol. 48, p. 181-186.

Cazals C., Deuffic P., Sergent A., Ginelli L., 2013, « La forêt, un patrimoine au prisme de l’écologisation : le cas des Landes de Gascogne », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement, hors-série n° 16, https://doi.org/10.4000/vertigo.13702.

Chalvet M., 2011, Une histoire de la forêt, Paris, Seuil, 351 p.

Charlez A., 2008, « Plan de chasse et dégâts à la forêt : l’évolution », Faune sauvage, n° 281, p. 56-63.

Corvol A., 1987, L’Homme aux bois : histoire des relations de l’homme et de la forêt, xviie-xxe siècle, Paris, Fayard, 585 p.

Da Lage A., 1995, Regards sur la forêt dans le Vexin français et le Pays de Thelle : espaces, milieux et empreintes de l’action humaine, thèse de doctorat, géographie, université Paris 10, 909 p.

Daburon H., 1968, « L’équilibre sylvocynégétique », Revue forestière française, vol. 20, n° 9, 567-570.

Daburon H., 1963, « Les dégâts de cerf et de chevreuil en forêt », Revue forestière française, vol. 15, n° 11, p. 860-874.

Degron R., 2009, « L’espace de la politique forestière en question », Revue géographique de l’Est, vol. 49, n° 2-3, https://doi.org/10.4000/rge.1904.

Dehez J., Banos V., 2017, « Le développement territorial à l’épreuve de la transition énergétique. Le cas du bois énergie », Géographie, économie, société, vol. 19, n° 1, p. 109‑131, https://doi.org/10.3166/ges.19.2017.0005.

Demolis C., Dereix C., Vallance M., 2015, Forêts anciennes et stockage du carbone, synthèse de rapports, CGAAER, 72 p.

Deuffic P., Candau J., 2017, « Quand la science construit des problèmes exemplaires », SociologieS, « Théories et recherches », https://doi.org/10.4000/sociologies.6058.

Dodane C., 2009, Les nouvelles forêts du Massif central : enjeux sociétaux et territoriaux. Ces hommes qui plantaient des résineux pour éviter la friche, thèse de doctorat, géographie, ENS de Lyon, 491 p.

Dresch J., 1984, « Les géographes français et la forêt », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest. Sud-Ouest européen, vol. 55, n° 2, p. 301-308, https://doi.org/10.3406/rgpso.1984.2985.

Du Boisrouvray F., 1974, « Arc-en-Barrois, vers un équilibre forêt-gibier à très haut niveau », Revue forestière française, vol. 26, n° 2, p. 99-110.

Evrard É., Poinsot Y., 2013, « La gestion territoriale des ressources énergétiques forestières  : jusqu’où le ménagement d’hier peut-il s’appliquer aujourd’hui  ? », L’Espace géographique, vol. 42, n° 2, p. 128-142.

Fol R., 1964, « L’aménagement du grand gibier », Revue forestière française, vol. 16, n° 6, p. 451-473.

Fol R., Tassel F., 1966, « Un des facteurs déterminants du plan de chasse : l’accroissement des populations de cervidés », Revue forestière française, vol. 18, n° 3, p. 149-159.

Fortier A., Alphandery P., 2012, « Les enjeux d’une gestion durable de la faune sauvage. La mise en œuvre des ORGFH en France », Économie rurale. Agricultures, alimentations, territoires, n° 327‑328, p. 52-64, https://doi.org/10.4000/economierurale.3350.

Gerbaux F., Paillet A., 2000, « Supracommunalité et intercommunalité de base : quelles articulations ? L’exemple du Parc naturel régional du Vercors », Revue de géographie alpine, vol. 88, n° 1, p. 35-43, https://doi.org/10.3406/rga.2000.2977.

Guillery C., 1986, « La loi forestière plus en détail », Revue forestière française, vol. 38, n° 1, p. 8-16.

Guiraud C., 1981, « Sur la chasse en forêt en Europe », Revue forestière française, vol. 33, n° 6, p. 514-521.

Halley des Fontaines S., 2008, « Grenelle de l’environnement et Assises de la forêt. Plan d’action pour la forêt », Revue forestière française, vol. 60, n° 1, p. 7-12.

Hamann J.-L., Bonenfant C., Michallet J., Klein F., Garel M., 2011, « L’indice nocturne  : un indicateur des variations d’abondance des populations de cerfs », Faune sauvage, n° 292, p. 17-22.

Hanus P., 2015, « Forestiers, bûcherons et maquisards dans le Vercors (1939-1945) », in Corvol A., Dereix C., Gresser P., Lormand F. (dir.), Forêt et montagne, Paris, L’Harmattan, p. 167-180.

Hanus P., 2007, L’appel des Coulmes : histoire d’une forêt du Vercors, Conservation du patrimoine de l’Isère-Musée dauphinois, 152 p.

Hoffmann G., 1977, « Les dégâts causés aux peuplements par les cervidés », Revue forestière française, vol. 29, n° 2, p. 131-135.

Holling C. S., 1973. « Resilience and stability of ecological systems », Annual Review of Ecology and Systematics, vol. 4, p. 1-23.

Hubert A., 2019, « “Forcés à tuer” : les chasseurs ardennais face au plan de tir cervidés », Revue forestière française, vol. 71, n° 4, p. 381-391.

Kalaora B., 1983, « Le génie d’un lieu. Étude de deux cas : la forêt d’Orléans et la forêt de Fontainebleau », Norois, vol. 120, n° 1, p. 583-590, https://doi.org/10.3406/noroi.1983.4156.

Kalaora, B., Savoye A., 1986, La forêt pacifiée : les forestiers de l’École de Le Play, experts des sociétés pastorales, Paris, L’Harmattan, 132 p.

Kobelinsky C., 2008, « Les situations de retour. Restituer sa recherche à ses enquêtés », in Bensa A., Fassin D. (dir), Les politiques de l’enquête, Paris, La Découverte, p. 185-204.

Labrue C., 2009, L’enfermement de l’habitat par la forêt : exemples du plateau de Millevaches, des Maures et des Vosges du Nord, thèse de doctorat, géographie, université de Limoges, 490 p.

Larrère R., 2002, « Les fonctions sociales de la forêt », Revue EAT Thématique, numéro spécial, p. 63-69, https://revue-set.fr/article/download/5956/21338.

Lenglet J., Caurla S., 2020, « Territorialisation et écologisation dans la filière forêt-bois française  : une rencontre fortuite  ? », Développement durable & territoires. Économie, géographie, politique, droit, sociologie, vol. 11, n° 1, https://doi.org/10.4000/developpementdurable.16645.

Linglart M., Blandin P., 2006, « La biodiversité des petits bois, “anthroposystèmes insulaires” dans les plaines de grandes cultures : l’exemple du Gâtinais occidental », Annales de géographie, vol. 651, n° 5, p. 569-596, https://doi.org/10.3917/ag.651.0569.

Mårell A, Pellerin M., Rocquencourt A., 2012, « Mesure et suivi de l’empreinte écologique des ongulés sauvages sur la végétation forestière », Revue forestière française, vol. 64, n° 5, p. 711-721.

Marty P., 2004, Forêts et sociétés : logiques d’action des propriétaires privés et production de l’espace forestier : l’exemple du Rouergue, Paris, Publications de la Sorbonne, 379 p.

Mathevet R., Thompson J., Delanoë O., Cheylan C., Gil-Fourrier C., Bonnin M., 2010, « La solidarité écologique : un nouveau concept pour une gestion intégrée des parcs nationaux et des territoires », Natures Sciences Sociétés, vol. 18, n° 4, p. 424-433, https://www.cairn.info/resume.php ?ID_ARTICLE =NSS_184_0424&contenu =article.

Morellet N., 2008, « La gestion des grands herbivores par les indicateurs du changement écologique », Faune sauvage, n° 282, p. 9-18.

Moriniaux V., 1999, Les Français face à l’enrésinement. xvie-xxe siècles, thèse de doctorat, géographie, Paris 4, 502 p.

Mounet C., 2012, « Conflits et reconfigurations socio-spatiales autour du sanglier. Des postures générales aux arrangements locaux », Économie rurale. Agricultures, alimentations, territoires, n° 327‑328, p. 79-95, https://doi.org/10.4000/economierurale.3367.

ONCFS, 2015, « Suivi des populations d’ongulés et de leurs habitats », fiche technique Indicateurs de changement écologique (ICE), 83 p.

Papillon P., Dodier R., 2011, « Les forêts périurbaines : des usages récréatifs à l’espace prophylactique », Revue de géographie alpine, vol. 99, n° 3, https://doi.org/10.4000/rga.1562.

Pauly D., 1995, « Anecdotes and the shifting baseline syndrome of fisheries », Trends in ecology and evolution, vol. 10, n° 10, p. 430.

PNRV, 2020, Charte du Parc naturel régional du Vercors 2023-2028, avant-projet de charte pour soumission au comité syndical du 12 décembre 2020.

Poinsot Y., 2008, « Les enjeux géographiques d’une gestion durable de la faune sauvage en France », Annales de géographie, vol. 663, n° 5, p. 26-47, https://doi.org/10.3917/ag.663.0026.

Pottier A., 2014, « Le massif forestier des Landes de Gascogne, un patrimoine naturel ? Le regard des gestionnaires », Annales de géographie, vol. 698, n° 4, p. 1016-1038, https://doi.org/10.3917/ag.698.1016.

PRFB, 2019, Programme régional de la forêt et du bois Auvergne-Rhône-Alpes 2019-2029.

Puech J., 2009, Mise en valeur de la forêt française et développement de la filière bois, rapport, 74 p.

Puyo J.-Y., 1999, « La science forestière vue par les géographes français, ou la confrontation de deux sciences “diagonales” (1870-1914) », Annales de géographie, vol. 108, n° 609, p. 615-634, https://doi.org/10.3406/geo.1999.2071.

Puyo J.-Y., 2006, « L’excursion, des forestiers aux géographes : entre intérêt pédagogique et rite initiatique », Sociétés & Représentations, vol. 21, n° 1, p. 175-189, https://doi.org/10.3917/sr.021.0175.

Riegel J., 2018, « Une neutralité militante : les médiateurs du dialogue territorial », Terrains/Théories, n° 9, https://doi.org/10.4000/teth.1757.

Rivière C., 2017, « De la ressource “bois” à la forêt multifonctionnelle ? Étude du plan simple de gestion forestière au sein du PNR des Alpilles », Développement durable & territoires. Économie, géographie, politique, droit, sociologie, vol. 8, n° 1, https://doi.org/10.4000/developpementdurable.11597.

Robert A., Servain S., 2018, « Retracer les temporalités d’une forêt emmurée », Développement durable & territoires. Économie, géographie, politique, droit, sociologie, vol. 9, n° 2, 2018, https://doi.org/10.4000/developpementdurable.12163.

Ronsin G., Mounet C., 2020, « Les gélinottes, les sangliers et les cerfs. L’émergence d’une vision cosmopolitique dans le conseil scientifique du Vercors », VertigO : la revue électronique en sciences de l’environnement, vol. 20, n° 1, https://doi.org/10.4000/vertigo.27734.

Saillet B., 1980, « Les dommages de gibier en forêt vus par un praticien ou “plaidoyer pour la forêt alsacienne” », Revue forestière française, vol. 32, n° 6, p. 547-560.

Saldaqui F., 2012, « L’importance de l’expertise locale dans la gestion concertée de la faune sauvage. Quels enseignements des guides de chasse de l’Office national des forêts pour les associations communales de chasse  ? », Économie rurale. Agricultures, alimentations, territoires, n° 327‑328, p. 65-78, https://doi.org/10.4000/economierurale.3358.

Sergent A., 2017, « Pourquoi la politique forestière française ne veut pas du territoire », Revue forestière française, vol. 69, n° 2, p. 99-109.

Sergent A., 2010, « Régulation politique du secteur forestier en France et changement d’échelle de l’action publique », Économie rurale. Agricultures, alimentations, territoires, n° 318‑319, p. 96-110, https://doi.org/10.4000/economierurale.2824.

Soga M., Gaston K. J., 2018, « Shifting Baseline Syndrome : Causes, Consequences, and Implications », Frontiers in Ecology and the Environment, vol. 16, n° 4, p. 222-230.

Spiegelberger T., Bergeret A., Crouzat É., Tschanz L., Piazza-Morel D., Brun J.-J., Baud D., Lavorel. S., 2018, « Construction interdisciplinaire d’une trajectoire socio-écologique de vulnérabilité à l’exemple du territoire des Quatre Montagnes (Isère, France) de 1950 à 2016 », Revue de géographie alpine, vol. 106, n° 3.

Stépanoff C., 2020, « La forêt est en guerre. Enquête sur le conflit autour de la chasse à courre », Terrain. Anthropologie & sciences humaines, https://doi.org/10.4000/terrain.19516.

Stépanoff C., 2021, L’animal et la mort, Paris, La Découverte, 384 p.

Tabourdeau A., 2014, Entre forêt et énergie : composer la transition : le cas du bois-énergie en Auvergne et Rhône-Alpes, thèse de doctorat, géographie, université de Grenoble, Grenoble, 362 p.

Tillier S., 2011, Gérer durablement la forêt méditerranéenne : exemple du parc naturel régional des Alpilles, thèse de doctorat, géographie, université du Maine, Le Mans, 394 p.

Traïni C., 2004, « Territoires de chasse », Ethnologie française, vol. 34, n° 1, p. 41-48, https://doi.org/10.3917/ethn.041.0041.

Vinck D., 2009, « De l’objet intermédiaire à l’objet-frontière », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 3, n° 1, p. 51-72, https://doi.org/10.3917/rac.006.0051.

Vollet D., 2012, « Chasse et développement territorial. Vers un cadre d’analyse global ? », Économie rurale, n° 327-328, p. 24-37, https://doi.org/10.4000/economierurale.3337.

Haut de page

Notes

1 Proposition de loi n° 3314 visant à l'encadrement des coupes rases, enregistrée le 15 septembre 2020.

2 « Le ministre de l’Agriculture rallie le camp des défenseurs d’une exploitation intensive des forêts », https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/07/10/le-ministre-de-l-agriculture-rallie-le-camp-des-defenseurs-d-une-exploitation-intensive-des-forets_6087840_3244.html, 10 juillet 2021.

3 PNRV, Fiche mission, « Étude sociologique de la multifonctionnalité des forêts du Vercors », octobre 2020.

4 La Forêt dedans, brochure tirée à 300 exemplaires par le Parc naturel régional du Vercors, 2021.

5 Par culture forestière, nous entendons celle construite par la pratique professionnelle forestière et défendue par un corps de métiers allant de l'aval à l'amont de la filière forêt-bois. Un développement complet a porté sur cette notion dans le cadre d'un mémoire de master.

6 Loi n° 85-1273 du 4 décembre 1985 relative à la gestion, la valorisation et la protection de la forêt.

7 Soit en 1994 « La gestion des forêts durables » et en 1995 « Les indicateurs de gestion durable des forêts françaises ».

8 Loi n° 2001-602 du 9 juillet 2001 d'orientation sur la forêt.

9 Article 67 de la loi n° 2014-1170 du 13 octobre 2014, dite loi d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt.

10 Intervention lors de la réunion du comité de pilotage du stage, 8 avril 2021.

11 Observation lors d'un événement « Vis ma vie de bûcheron » à Saint-Agnan-en-Vercors, 6 août 2021.

12 Entretien avec un élu, 23 avril 2021.

13 Article L425-4 du Code de l'environnement, modifié par la loi n° 2014-1170 du 13 octobre 2014, dite « loi d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt ».

14 Discussion lors de l'événement « Vis ma vie de bûcheron » à Saint-Agnan-en-Vercors, 6 août 2021.

15 Entretien avec une agent de l'ONF, 21 avril 2021.

16 Coralie Mounet, communication personnelle.

17 Entretien avec un élu, propriétaire forestier privé et chasseur, 1er juillet 2021.

18 Participation à un comptage au phare, Villard-de-Lans, 27 avril 2021.

19 Entretien avec un représentant d’association naturaliste, Lans-en-Vercors, 20 avril 2021.

20 Participation formation OGFH, col de la Croix-Perrin, Lans-en-Vercors, 25 mai 2021.

21 Entretien avec responsable associatif de la propriété forestière privée, 16 avril 2021.

22 Discussion lors de la formation OGFH, col de la Croix-Perrin, Lans-en-Vercors, 25 mai 2021.

23 Commission forêt du PNRV, 10 mars 2021.

24 Entretien avec responsable associatif de la propriété forestière privée, 16 avril 2021.

25 Discussion avec un chasseur lors d'un comptage au phare, Villard-de-Lans, 27 avril 2021.

26 Entretien avec un élu, propriétaire forestier privé et chasseur, 1er juillet 2021.

27 Entretien avec un agent de l’ONF, 13 avril 2021.

28 Durant le temps de notre enquête, la chasse au cerf élaphe a été autorisée par le conseil départemental de l’Isère sur une parcelle de la Réserve nationale des hauts-plateaux, propriété du département, où elle était jusqu’alors interdite, au nom de l’équilibre sylvo-cynégétique. Cette évolution augmente la zone chassable dans la réserve de 67 % à 81 % du territoire.

29 Idem.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Communes concernées par l’étude, recoupant le périmètre de la CCMV
Légende Communes concernées par l'étude, recoupant le périmètre de la CCMV
Crédits Sources : IGN, Google satelliteRéalisation : Roméo Bondon
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/20439/img-1.png
Fichier image/png, 3,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roméo Bondon, « La forêt depuis sa gestion : multifonctionnalité et équilibre sylvo-cynégétique dans un massif forestier de moyenne montagne (Vercors, Isère, France) »Développement durable et territoires [En ligne], Vol. 13, n°1 | Juillet 2022, mis en ligne le 22 juillet 2022, consulté le 03 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/developpementdurable/20439 ; DOI : https://doi.org/10.4000/developpementdurable.20439

Haut de page

Auteur

Roméo Bondon

Roméo Bondon est titulaire d’un master en géographie de l’environnement, Il prépare un projet de thèse sur la géographie des animaux. Il a contribué aux revues Géocarrefour, Lectures et Ballast et il est l’auteur de trois ouvrages.
ENS de Lyon
romeo.bondon@ens-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille
  • Logo Ceraps - Le Centre d'études et de recherches administratives, politiques et sociales
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search