Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels à contributions en coursQuand transition énergétique rime...

Quand transition énergétique rime avec innovation technologique – Ouvrir la boîte noire de la modernisation écologique

Xavier Arnauld de Sartre, Brice Auvet, Sébastien Chailleux, Lise Desvallées, Rhoda Fofack-Garcia et Selin Le Visage

Cadrage du dossier

L’origine anthropique du changement climatique fait consensus dans les sphères scientifiques, politiques et industrielles internationales, de même que la nécessité d’une transition notamment énergétique. Cependant, les chemins, les enjeux et les technologies de cette transition sont moins clairs. Les exercices de prospective climatique identifient différents scénarios pour mettre en œuvre les transitions énergétique et environnementale. Si la plupart des scénarios incluent des changements de pratiques, des mesures d’économie d’énergie et des innovations technologiques, ils donnent un sens et une importance relative différents à chacune de ces dimensions.

Un scénario se retrouve dans chacune de ces prospectives depuis les premières, celui dit de modernisation écologique. Ce scénario privilégie les innovations technologiques pour la production et la consommation d’énergie, plutôt que des changements de comportement : la décarbonation de l’économie, notamment par l’électrification et le stockage géologique de CO2, permet de prolonger la croissance et la consommation de masse. Il perpétue aussi la spécialisation des espaces dans la production de grandes quantités d’énergies adaptées aux milieux où elles sont produites, puis leur distribution par le biais de grands réseaux. Ce scénario se construit sur une certaine conception de la modernité qui renvoie à un courant de pensée scientifique, qui s’autodénomme la modernisation écologique (Mol et al., 2009). Fondé sur les technologies vertes, l’innovation issue des sciences exactes et une mise en œuvre par projet, il dessine un univers cohérent. Ce numéro spécial vise à analyser cette modernisation écologique à l’œuvre, ou «  en action  », au travers de l’étude de réalisations se réclamant explicitement d’elle ou allant dans son sens.

Cette lecture, qui pourra bien entendu être critique, entend prendre au sérieux la modernisation écologique, comme courant de pensée ou comme réalité — ce qui est d’autant plus nécessaire que c’est le scénario qui a le plus de chances de se mettre en place. En effet, alors même que ce scénario et la communauté qui le porte font l’objet de controverses quant au choix du modèle de transition, il nous apparaît que la mise en œuvre concrète de l’impératif de transition s’opère essentiellement au prisme de cette modernisation écologique. Les contributions du numéro spécial privilégieront une étude entrant dans le fonctionnement des projets, leurs contradictions internes, leurs hésitations, les oppositions qu’ils suscitent, etc. La multiplication de projets qui relèvent préférentiellement du modernisme écologique nous amène à souhaiter analyser ces projets non seulement pour eux-mêmes, mais aussi par rapport à l’univers idéologique qui leur donne sens — l’objectif étant tout à la fois de révéler les points communs à ces projets, leur cohérence et leurs incohérences.

Avec ce numéro spécial, nous proposons d’ouvrir la boîte noire et les pratiques du modernisme écologique pour la transition énergétique, d’analyser la modernisation écologique «  en train de se faire  ». Nous privilégierons les approches à la fois compréhensive et critique, associant les dimensions techniques, sociales et politiques. La technique constitue souvent la légitimité première de ces innovations. Quelles sont les trajectoires technologiques de ces projets  ? Quelles incertitudes les caractérisent  ? À quelle manière de formuler le problème répondent-ils  ? Les dimensions sociales exploreront la diversité des acteurs impliqués et concernés par ces projets. Qui porte les projets et les technologies qui les accompagnent  ? Qui les soutient  ? Qui les critique  ? Qui sont les perdants et les gagnants du déploiement technologique  ? La dimension politique renvoie au portage des innovations. Comment ont-elles été conçues, puis territorialisées  ? Comment sont-elles portées  ? Quels sont les effets et les risques qui accompagnent ces technologies  ? Sont-ils présentés, suivis, gérés  ?

Coordination du dossier

Xavier Arnauld de Sartre, Centre national de la recherche scientifique, UMR TREE

Brice Auvet, Université de Pau et des Pays de l’Adour, UMR TREE

Sébastien Chailleux, Sciences Po Bordeaux, Centre Émile Durkheim

Lise Desvallées, Université de Pau et des Pays de l’Adour, UMR TREE

Rhoda Fofack-Garcia, France Énergies Marines

Selin Le Visage, Université Paris 8 Vincennes — Saint-Denis, UMR Ladyss

Procédure de soumission des contributions

Séquence

  • Les articles proposés devront être des documents originaux. Ils peuvent néanmoins avoir fait l’objet de communications lors d’un colloque ou de documents de travail, à condition d’être réadaptés au format de la revue Développement durable et territoires.
  • Les propositions d’articles (résumés de 4 500 signes espaces compris, hors bibliographie) seront soumises à un avis de pertinence pour juger de leur adéquation avec le cadrage du dossier. Ces propositions devront donc être suffisamment précises (titre de l’article, question de recherche, outils théoriques, terrain étudié, principaux résultats). Elles devront inclure les noms et prénoms des auteur·e·s, leur statut et leur rattachement institutionnel, ainsi que le courriel de l’auteur·e correspondant.
  • Les auteur·e·s avisé.e.s positivement seront invité.e.s à soumettre un article complet (entre 30 000 et 55 000 signes espaces compris, bibliographie et première page incluses).
  • Chaque article, sous couvert d’anonymat, sera soumis à deux relectures anonymes. Cette double relecture pourra donner lieu à des demandes de corrections (mineures ou majeures), à une réécriture éventuelle, voire à un refus de l’article.
  • Si des modifications demandées ne sont pas effectuées, et ce sans justification, le comité de coordination du dossier et le Comité de rédaction de la revue se réservent le droit de ne pas publier le texte concerné.

Calendrier prévisionnel

  • Publication de l’appel à article : 4 octobre 2022
  • Date limite de réception des résumés étendus : 30/11/2022
  • Avis du comité de coordination du dossier : 16/12/2022
  • Date limite de réception des articles : 03/03/2022
  • Publication prévue en (indiquer l’année estimée) : 2023/24

Consignes de rédaction

Format des résumés : 4 500 signes espaces compris max., hors bibliographie.

Format des articles : entre 30 000 et 55 000 signes espaces compris, bibliographie, notes et première page incluses ; voir les recommandations aux auteurs sur le site de la revue DD&T : http://developpementdurable.revues.org/1269

Adresse pour l’envoi des résumés et des contributions

brice.auvet@univ-pau.fr

Bibliographie

Mol A. P. J., Sonnenfeld D. A., Spaargaren G., 2009, The ecological modernisation reader : environmental reform in theory and practice, London-New York, Routledge.

Haut de page
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille
  • Logo Ceraps - Le Centre d'études et de recherches administratives, politiques et sociales
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search