Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 13, n°1ÉditorialFaut-il ou ne faut-il pas extrair...

Éditorial

Faut-il ou ne faut-il pas extraire les 66.000 tonnes de lithium de Tréguennec (Finistère) ?

Controverses chez les défenseurs de l’environnement
Hervé Flanquart

Texte intégral

1Des sondages réalisés par le BRGM (bureau de recherches géologiques et minières) indiquent la présence à Tréguennec, commune de 316 habitants sise en pays bigouden, d’un gisement de 66.000 tonnes de lithium. Dès que l’information a filtré dans la presse, des associations de défense de la nature et des citoyens soucieux de leur environnement se sont mobilisés. Ainsi, le 26 février 2022, 600 personnes ont manifesté à Tréguennec pour dire leur attachement au site situé en zone Natura 2000 et leur opposition à tout projet d’exploitation minière.

2Spontanément, nous ne pouvons que nous sentir solidaires des manifestants, en affinité avec leur volonté de préserver un site qui abrite des centaines d’espèces végétales et animales, dont certaines rares. Nous n’avons aucune envie que la lande et la biodiversité qu’elle abrite soient chamboulées. Surtout que Tréguennec se situe au cœur d’un écosystème, la baie d’Audierne, qui s’est vu attribuer le label Ramsar des zones humides à grande valeur environnementale. Pour certaines espèces fragiles, c’est là l’un des rares territoires où elles peuvent prospérer.

3Mais les choses sont-elles si simples ?

1. Écologistes versus écologistes ?

  • 1 C’est en ce sens que Barbara Pompili, ministre de l’écologie du gouvernement Castex, se prononce e (...)
  • 2 On rencontre ce même type de débat sur l’exploitation du lithium dans diverses parties du monde. C (...)

4En effet, d’autres voix se réclamant également de valeurs écologiques s’élèvent pour demander que dans les cas comme celui-ci l’on pèse bien les avantages et les inconvénients d’une exploitation du lithium avant de trancher1. Elles ne nient pas qu’une mine à ciel ouvert causerait au site des dégâts importants et en partie irréversibles, mais elles estiment que la balance dommages/bénéfices ne doit pas seulement être faite au niveau local mais aussi global, celui de la planète. Si l’on veut décarboner l’énergie, disent-elles, si l’on veut remplacer les véhicules polluants par d’autres qui le sont moins, si l’on veut être en mesure de stocker l’énergie des éoliennes et autres sources d’énergie verte mais intermittentes, il faut des batteries. Et donc du lithium2.

5On ne se trouve donc pas ici dans l’affrontement habituel entre, d’un côté, des productivistes peu soucieux de l’état de la planète et, de l’autre, des défenseurs du climat et de la nature : si les deux discours que l’on entend cette fois dans l’arène politique et médiatique sont opposés dans leurs conclusions, ils se réfèrent aux mêmes préoccupations environnementales. Pour simplifier, on peut dire que des écologistes s’opposent à d’autres écologistes. Et comme nous venons de le voir, leur désaccord est essentiellement une question d’échelle : les uns privilégient la locale (généralement le territoire qu’ils habitent), les autres la globale, puisqu’ils se réclament des intérêts de l’ensemble de l’humanité et de la planète. Dans le premier groupe on trouve les Tréguennécois, leurs voisins et bien d’autres défenseurs de la flore, de la faune et des paysages de Bretagne et d’ailleurs, dans le second ceux que n’indiffèrent certes pas la préservation de ces éléments mais qui disent défendre une écologie plus réaliste et plus globale. Et quand ces derniers pensent qu’il est rationnel et nécessaire de sacrifier des parties de la nature, aussi fragiles et précieuses soient-elles, pour sauver le tout, les premiers leur répondent que continuer à sacrifier, parcelle après parcelle, les espaces à fort intérêt environnemental est une façon d’attaquer le tout. Et de faire qu’un jour il ne pourra plus – voire ne méritera plus – d’être sauvé.

6Chacun pourra, selon sa vision du monde et ses engagements personnels, se placer d’un côté ou de l’autre, se voir en gardien de chaque morceau de paysage et de biodiversité ou au contraire en défenseur du tout plutôt que des parties, on se gardera bien ici de trancher. On se contentera de dire – et de déplorer – que même si les deux visions ne sont pas toujours et obligatoirement opposées, que si dans l’idéal la réconciliation des contraires n’est pas exclue, ce n’est que rarement possible dès lors que l’on aborde des cas concrets. Dans bien des controverses environnementales se vouloir du côté de la nature, du développement durable ne suffit pas pour déterminer quelle position précise adopter.

  • 3 Voir l’article de Lorène Lavocat, « En Haute-Loire, l’opposition monte contre des projets de minic (...)

7Aussi, même si dans le cas de Tréguennec l’on arrivait à réconcilier les parties adverses et à trancher – exploiter ou pas le gisement de lithium –, cela ne réglerait aucunement la question de manière générale. Les débats qui, en matière environnementale, opposent local et global, avenir proche et avenir plus lointain sont en effet récurrents. C’est par exemple le cas lorsque l’on s’interroge sur l’opportunité de construire un barrage de faible puissance sur un cours d’eau. Presqu’à chaque fois qu’EDF ou un autre opérateur présente un projet de ce type, des citoyens et des associations de défense de la nature se demandent si le surcroît de production d’énergie décarbonée mérite que l’on bouleverse la vie de la rivière, que l’on complique la vie des saumons qui remontent le courant3. La question se pose de manière presqu’identique pour les champs d’éoliennes : combien de mégawatts d’énergie électrique verte faut-il produire pour compenser les pertes dans les flux d’oiseaux migrateurs, la perturbation du vol des chiroptères ? Les naturalistes d’un côté et les coopératives et entreprises de production d’électricité éolienne de l’autre ont forcément des avis différents.

  • 4 On peut penser à des personnes comme Jean-Marc Jancovici, président de l’association The Shift Pro (...)

8On peut même aller plus loin et évoquer l’argumentaire pronucléaire développé par certains chercheurs et politiques se réclamant de l’écologie4. Ils voient dans cette énergie, fortement décriée par les partis verts européens, la seule alternative aux énergies carbonées, la seule capable, au moins à court terme, de fournir la quantité d’énergie nécessaire au fonctionnement de nos sociétés développées (fussent-elles déjà engagées dans la voie d’une plus grande sobriété).

2. Quelle place pour DD&T dans ce débat ?

  • 5 « Ainsi le deuxième commandement fondamental de l'impartialité scientifique est-il celui-ci : il i (...)

9La tâche d’une revue comme DD&T n’est probablement pas de donner raison aux uns et tort aux autres, elle est plus, à travers les articles qu’elle publie, de fournir des outils et du matériau pour alimenter et éclairer le débat. Le savant n’est pas le politique, disait Max Weber. Ce qui ne veut bien-sûr pas dire que celles et ceux qui publient dans une revue scientifique en général et dans DD&T en particulier ne doivent avoir d’opinion ni sur ce qui est ni sur ce qui devrait être, néanmoins leurs textes doivent permettre, comme le disait le même Weber5, à celle ou celui qui les lit de repérer ce qui relève de la connaissance démontrée et ce qui relève plus de la conviction personnelle.

10Ces précautions étant prises, un certain nombre de questions peuvent être posées :

  • Quels enjeux environnementaux faut-il préserver prioritairement ? Contre quels risques doit-on lutter en premier ?
  • Comment déterminer les coûts (environnementaux, sociaux, économiques…) des différentes options ?
  • Quelles conséquences (irréversibles) ces options ont-elles sur le climat, les humains, les autres éléments de nature ?
  • Quels sont les principaux bénéficiaires, les principaux perdants de chacune d’elles ?
  • Par quelles instances et avec quelles modalités les décisions doivent être prises pour garantir la gouvernance la plus démocratique possible, la plus attentive aux intérêts des plus faibles ?

11Ce ne sont que quelques-unes des nombreuses questions que l’on peut se poser à propos de ces débats qui voient s’affronter, comme à Tréguennec, des adversaires qui se réclament, chacun à sa façon, de la pensée écologique, de la défense de l’environnement. Et comme la tâche d’une revue comme DD&T est moins d’apporter des réponses simples à des questions anciennes que d’en faire émerger de nouvelles, il y a du travail pour les politistes, économistes, géographes, urbanistes-aménageurs, sociologues, écologues et les chercheuses et chercheurs d’autres disciplines qui veulent y consacrer un article.

Haut de page

Notes

1 C’est en ce sens que Barbara Pompili, ministre de l’écologie du gouvernement Castex, se prononce en février 2022 dans une interview donnée au journal Les Échos, https://www.letelegramme.fr/dossiers/du-lithium-en-pays-bigouden/la-france-doit-extraire-du-lithium-sur-son-territoire-plaide-barbara-pompili-18-02-2022-12924823.php, consulté le 21 sept. 2022.

2 On rencontre ce même type de débat sur l’exploitation du lithium dans diverses parties du monde. C’est notamment le cas au Portugal, dans la région rurale de Montalegre, à proximité de l’Espagne.

3 Voir l’article de Lorène Lavocat, « En Haute-Loire, l’opposition monte contre des projets de minicentrales hydrauliques », publié le 9 mars 2019 par le site Reporterre ; https://reporterre.net/En-Haute-Loire-l-opposition-monte-contre-des-projets-de-minicentrales, consulté le 21 sept. 2022.

4 On peut penser à des personnes comme Jean-Marc Jancovici, président de l’association The Shift Project, ou à Bruno Comby et les membres de l’AEPN (association des écologistes pour le nucléaire).

Voir aussi l’article « Peut-on être écologiste et pronucléaire » publié sur le site de GoodPlanet mag’. Il oppose d’un côté Brice Lalonde, Thierry Caminel et Yann Arthus-Bertrand, favorables au nucléaire dans un contexte de changement climatique rapide, et de l’autre Charlotte Mijon (Sortir du nucléaire), qui y reste défavorable ; https://www.goodplanet.info/2020/05/25/peut-on-etre-ecologiste-et-pro-nucleaire/, consulté le 21 sept. 2022.

5 « Ainsi le deuxième commandement fondamental de l'impartialité scientifique est-il celui-ci : il importe à tout moment d'indiquer clairement dans ces cas aux lecteurs (et, répétons-le, avant tout à soi-même) où et quand cesse la recherche réfléchie du savant et où et quand l'homme de volonté se met à parler, bref d'indiquer à quel moment les arguments s'adressent à l'entendement et au sentiment » (Max Weber, L'objectivité de la connaissance in Essais sur la théorie des sciences, Paris, Pocket Agora, 1992, p. 132).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Flanquart, « Faut-il ou ne faut-il pas extraire les 66.000 tonnes de lithium de Tréguennec (Finistère) ? »Développement durable et territoires [En ligne], Vol. 13, n°1 | Juillet 2022, mis en ligne le 22 juillet 2022, consulté le 03 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/developpementdurable/20539 ; DOI : https://doi.org/10.4000/developpementdurable.20539

Haut de page

Auteur

Hervé Flanquart

Hervé Flanquart est sociologue et professeur en aménagement et urbanisme. Il travaille principalement sur la perception/représentation des risques technologiques, naturels, sanitaires
Université du Littoral Côte d’Opale, université de Lille, ULR 4477 – TVES – Territoires Villes Environnement & Société, F-59140 Dunkerque, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille
  • Logo Ceraps - Le Centre d'études et de recherches administratives, politiques et sociales
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search