Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 13, n°320 ans : 20 et quelques motsTerritoire(s)

20 ans : 20 et quelques mots

Territoire(s)

Territory and Sustainable development
Olivier Petit, Bruno Villalba et Bertrand Zuindeau

Texte intégral

« Que font un homme, un elfe et un nain dans le Riddermark ? »
Réplique du Rohirrim Eomer dans le Seigneur des Anneaux, trilogie de Peter Jackson à partir du roman du même nom de J. R. R. Tolkien.

1Que pouvaient donc bien faire un géographe, un politiste et un économiste sur le territoire du développement durable (DD) ? En se portant volontaires pour la rédaction du tout premier article du tout premier numéro de Développement durable & territoires, R. Laganier (géographe), B. Villalba (politiste) et B. Zuindeau (économiste) se donnaient un double objectif, de fait, contenu dans le titre de l’article : « Le développement durable face au territoire : éléments pour une recherche pluridisciplinaire » (Laganier et al., 2002).

2D’une part, il s’agissait de montrer la fécondité heuristique du croisement d’une problématique – le DD – et d’une dimension particulière – le territoire. D’autre part, la contribution entendait convaincre de l’intérêt d’un traitement interdisciplinaire pour un tel choix de recherche. Pour cette nouvelle revue en ligne, dont deux sur trois des auteurs de l’article étaient à l’initiative, l’enjeu n’était pas négligeable. Il revenait à fonder une ligne éditoriale, éclairée par les trois mots clés de « durabilité », « territoire » et « interdisciplinarité » ; même si d’emblée l’indication de ces trois expressions ne prétendait nullement mener à une thèse particulière et admettait, au contraire, une très large variété d’interprétations.

3Vingt ans après, anniversaire aidant, il n’est pas inutile de reconsidérer ce point de départ éditorial, et ce, d’autant plus que l’article en question est l’un des plus cités de la revue, comme s’il était jugé représentatif de cette dernière. En nous limitant ici à la définition du ou des territoires, la relecture effectuée semble révéler une hésitation : entre, d’un côté, le choix d’une définition générale et consensuelle du territoire qu’on appliquerait aux divers objets du DD et, de l’autre, partant du DD lui-même, une territorialisation particulière de certains de ses aspects.

4La définition choisie provient de géographes (Auriac et Brunet, 1986 ; Brunet et Dolfus, 1990 ; Le Berre, 1995). Elle voit le territoire suivant trois dimensions complémentaires : une dimension identitaire (une entité spatiale dotée d’une identité propre), une dimension matérielle et fonctionnelle (certains traits naturels ou artificiels constituent des ressources valorisables par les acteurs), une dimension organisationnelle (une entité porteuse d’une organisation des acteurs sociaux et institutionnels).

5A priori, cette définition multidimensionnelle était de nature à susciter un consensus, car, outre la géographie, les autres disciplines peuvent aisément s’y retrouver, avec probablement des dominantes différentes : la dimension institutionnelle/organisationnelle pour les politistes et les juristes, la dimension identitaire pour les sociologues, anthropologues et psychologues, la dimension matérielle et fonctionnelle (mais aussi organisationnelle) pour les économistes.

6Une part importante de l’article séminal va consister à proposer des déclinaisons de cette définition suivant divers objets jugés pertinents en regard du DD. Une seule illustration parmi d’autres – et c’est là plutôt la dimension matérielle/fonctionnelle qui est convoquée : certaines caractéristiques (pollutions, épuisement de ressources…) sont à même de peser sur la durabilité du territoire, tandis qu’à l’inverse des politiques adaptées en termes de DD (réhabilitation de friches, dépollution…) vont permettre une transformation favorable du substrat, et entraîner toute une série d’effets a priori ambigus sur la compétitivité du territoire concernée (coût des mesures mises en œuvre versus résultats obtenus par ces mesures). Dans cet exemple (et d’autres pourraient être mobilisés), le territoire est un donné exogène auquel s’applique l’investigation en termes de durabilité.

7Cependant, une autre ligne d’analyse contenue dans l’article part du DD pour en déduire un ou des territoires particuliers faisant sens directement du point de vue de la problématique. Notamment, s’appuyant sur la notion d’interdépendance spatiale, il s’agit de montrer que les problèmes de durabilité ont leur géographie propre (bassins de fleuves, forêts affectées par des pollutions régionales – de type « pluies acides » –, voire monde dans son ensemble pour le changement climatique) et que les espaces qui en résultent ne coïncident généralement pas avec les espaces institutionnels de réponses potentielles.

8Il est vrai que, lorsque la question de la gouvernance est abordée dans l’article, on observe un mixte des deux attitudes. Un territoire institutionnel apparaît bien de manière exogène, mais pour tenir compte de la géographie particulière de certains enjeux de durabilité, les formes de gouvernance vont connaître des évolutions plus ou moins significatives : nouveaux modes de coopération internes et externes, nouveaux dispositifs ad hoc, élargissement de la base d’acteurs, etc.

9Par la seule définition donnée du territoire – en l’occurrence très large – et la grande souplesse de l’exercice de territorialisation du DD, le premier article de la revue Développement durable & territoires n’a pas cherché, tant s’en faut, à figer la conception du territoire, laissant le soin aux contributeurs à venir d’offrir leur propre regard sur le sujet.

10Vingt ans après, comment considérer l’évolution du traitement de la notion de territoire dans la revue ? On peut remarquer que la tonalité « territoriale » ne s’est pas démentie. Si le recours à l’expression de DD a parfois fait l’objet de controverses au sein même du comité de rédaction – certains jugeant cette expression comme trop lisse et pas assez subversive – le territoire est en revanche demeuré un marqueur net de l’identité de la revue DD&T depuis son origine (Audouit et al., 2022).

11Toutefois, la manière dont la notion de territoire a été mobilisée par les auteurs montre un niveau de différenciation sur lequel nous souhaiterions insister ici. Certains textes appréhendent en effet le territoire comme un décor, voire comme un support pour comprendre certaines dynamiques (d’Andréa et Zérillo, 2015) ; il est alors un espace dont les caractéristiques intrinsèques ne sont pas directement analysées. Cela n’enlève rien à l’intérêt de ces textes, néanmoins on peut dire qu’ils n’interrogent pas de manière directe le territoire leur servant de terrain d’investigation pour en analyser les dynamiques. Le territoire constitue ainsi un cadre spatial à partir duquel l’analyse est conduite, mais sans que celui-ci soit au centre des questionnements que proposent ces textes. Les acteurs dont les interactions sont analysées fonctionnent, par métonymie, comme la dimension tangible de l’espace territorial sur lequel ils évoluent.

12D’autres textes, et même parfois certains dossiers thématiques, vont au contraire plus loin dans la mobilisation du territoire en proposant d’en faire le support d’enjeux. C’est ce que l’on retrouve dans l’introduction du dossier thématique « Écologisation des pratiques et territorialisation des activités », où les auteurs définissent la territorialisation comme « l’ensemble des processus qui conduisent au renforcement des liens entre une activité et l’ensemble des composantes du territoire. Il peut alors s’agir d’un “retour au local”, en particulier dans un renforcement de la proximité géographique d’acteurs et/ou d’activités ». (Ginelli et al., 2020). On retrouve aussi dans ce cadre toute la dimension normative et politique du territoire, s’exprimant autour des enjeux associés aux activités qui s’y déroulent ; par exemple dans les secteurs de l’agriculture et de l’alimentation.

13Enfin, d’autres textes appréhendent le territoire comme un « ouvroir de problématiques », lorsque lui sont associées d’autres notions, voire d’autres dimensions. Cet aspect figure de manière explicite dans le dossier thématique « Identités, patrimoines collectifs et développement soutenable » (Nieddu et al., 2009), en particulier dans deux textes qui articulent explicitement les notions de patrimoine et de territoire (Landel et Senil, 2009 ; Requier-Desjardins, 2009). L’articulation entre les dimensions spatiale et temporelle des territoires figure aussi parmi les moyens mis en œuvre par les auteurs du dossier thématique « Les temps des territoires » (Clauzel et al., 2018) pour ouvrir à de nouvelles problématiques dont l’exploration s’est avérée féconde pour la revue.

14Avec l’émergence ou le renforcement de certains enjeux touchant directement au(x) territoire(s), quelles perspectives éditoriales peuvent être suggérées aujourd'hui pour DD&T ?

15Un premier enjeu majeur est celui de la résilience (ou de son proche parent, l’adaptabilité). Il s’en faut de beaucoup que cet enjeu soit nouveau mais il a pris ces dernières années une telle importance qu’il en devient un véritable paradigme (Rifkin, 2022), et ce, malgré de vives critiques, notamment sur le fait que le souci de résilience évacuerait la recherche de transformations plus systémiques (Ribault, 2021). Il est clair que la résilience fait sens d’un point de vue spatial, au point que les notions de « résilience des territoires » et de « territoire résilient » ont pris une ampleur considérable dans la dernière décennie (entre autres, Hamdouch et al., 2012 ; Shift Project, 2022). La résilience, qui est la capacité pour un territoire « d’anticiper, réagir, s’adapter [aux] perturbations, qu’elles soient lentes ou brutales » (CERDD, 2021) peut alors être vue comme l’envers de la vulnérabilité territoriale. C’est là un objet qui – c’est le moins que l’on puisse dire – n’est pas étranger à la revue DD&T. Celle-ci, dès l’origine, s’est intéressée aux territoires dit « fragiles », mais en mettant plus spécialement l’accent sur les régions d’ancienne industrialisation, victimes de lourdes séquelles environnementales (Letombe et Zuindeau, 2006). Justement, la montée du thème de la vulnérabilité/résilience, quelles que soient les critiques heuristiques et politiques qu’il suscite, appelle à renouveler les travaux en la matière, visant plus précisément les sujets suivants : l’adaptation – et la maladaptation (Jeanneau, 2022) – au changement climatique, les liens entre « adaptation » et  « atténuation », l’apport du biomimétisme à la résilience et les « solutions d’adaptation fondées sur la nature » – prônées notamment par l’UICN-France –, les liens entre résilience écologique et résilience économique, etc.

16Le deuxième enjeu actuel peut être inspiré par l’idée de « maillage », de « connectivité » (Rodary, 2019), de coévolution interdépendante entre les acteurs humains et non humains associés, car reliés au sein d’un même espace de vie. Cette conception systémique relie inextricablement l’homme à la nature (l’interconnexion) et permet de s’interroger sur l’exceptionnalité de la figure humaine qui conduit à sa posture anthropocentrique. Comme le souligne le philosophe Timothy Morton, nous sommes « constamment pris dans quelque chose » (Morton, 2019 : 101) et il convient de penser cette interconnectivité aux autres (humains et non-humains) comme une relation toujours activée. Cette connexion s’inscrit dans un territoire : le lieu qui rend possible la connexion, mais qui la fragilise aussi par le déséquilibre relationnel. Le territoire est le lieu de l’expérience du maillage, puisque, selon Morton, « le maillage des choses interconnectées est vaste, voire incommensurable. Chaque entité du maillage paraît étrange. Rien n’existe par soi-même, et donc rien n’est complètement “soi-même”. Il y a curieusement “moins” d’Univers au moment même où nous en voyons “plus”, et pour les raisons mêmes que nous en voyons “plus” » (Morton, 2019 : 42). Dès lors, le territoire n’est plus l’espace de construction du seul projet humain, mais se construit en collaboration avec les non-humains. Et une telle perspective accroît la responsabilité des acteurs humains.

17Le troisième enjeu s’attache à un des aspects particuliers de l’interdépendance entre humains et non-humains exposée ci-dessus, en proposant d’investiguer de manière plus approfondie l’attachement aux lieux et aux territoires. Il s'agit alors de développer la dimension sensible, qui permet de renouveler la question du lien entre territoire et identité. Cette dimension sensible, qui a déjà fait l’objet de deux dossiers thématiques de la revue DD&T (Michel-Guillou et Raymond, 2011 ; Depeau et al., 2021), permet de mobiliser les disciplines des sciences sociales comme la socio-anthropologie, la géographie humaine et sociale, la psychologie sociale et environnementale, et de concevoir les territoires dans leurs dimensions à la fois matérielle et immatérielle, pointant à la fois les enjeux de représentation autant que ceux de la perception que les acteurs peuvent leur témoigner. Comme le soulignent Bousquet et al. (2022 : 14), « la prise en compte de la nature des relations que les acteurs entretiennent avec des lieux paraît essentielle pour comprendre les rapports sociaux au sein des territoires et accompagner les transitions, sinon les transformations territoriales ». Dans le contexte des bouleversements auxquels les territoires sont aujourd’hui confrontés pour s’adapter notamment aux effets du dérèglement climatique, approfondir le chantier déjà engagé de la dimension sensible et de l’attachement au territoire nous paraît un enjeu essentiel.

Haut de page

Bibliographie

Andréa N. D’, Zérillo F., 2015, « La prise en compte du vieillissement dans les écoquartiers : l’exemple de la participation autour de la résidence intergénérationnelle de Saint-Cyprien (Poitiers) », Développement durable & territoires, vol. 6, n° 2, https://doi.org/10.4000/developpementdurable.10942.

Audouit C., Buchs A., Schmitt G., 2022, « Contenu et contenant de la revue DD&T : 20 ans de publications au croisement de la durabilité et des territoires », Développement durable & territoires, https://journals.openedition.org/developpementdurable/21680.

Auriac F., Brunet R. (éd.), 1986, Espaces, jeux et enjeux, Nouvelle encyclopédie des sciences et des techniques, Paris, Fayard-Fondation Diderot.

Bousquet F., Quinn T., Jankowski F., Mathevet R., Barreteau O., Dhénain S., 2022, Attachements et changements dans un monde en transformation, Versailles, Quæ, coll. « Nature et Société ».

Brunet R., Dollfus O., 1990, Mondes nouveaux, Paris, Hachette-RECLUS, tome 1.

CERDD, 2021, La résilience territoriale : enjeux et applications, https://www.cerdd.org/Parcours-thematiques/Territoires-durables/Ressources-territoires-durables/La-resilience-territoriale-enjeux-et-applications.

Clauzel C., Gardin J., Carré C., Sourdril A., Fofack R., 2018, « Les temps des territoires. Introduction du dossier thématique », Développement durable & territoires, vol. 9, n° 2, https://doi.org/10.4000/developpementdurable.12282.

Depeau S., Guillou É., Melin H. (dir.), 2021, « Modes d’habiter et sensibilités environnementales : quels enjeux pour la qualité de vie ? », Développement durable & territoires, vol. 12, n° 2, https://doi.org/10.4000/developpementdurable.18070.

Ginelli L., Candau J., Girard S., Houdart M., Deldrève V., Noûs N., 2020, « Écologisation des pratiques et territorialisation des activités : une introduction », Développement durable & territoires, vol. 11, n° 1, https://doi.org/10.4000/developpementdurable.17272.

Hamdouch A., Depret M.-H., Tanguy C., 2012, Mondialisation et résilience des territoires : trajectoires, dynamiques d’acteurs et expériences, Québec, Presses de l’université du Québec.

Jeanneau C., 2022, « Comprendre la maladaptation : définition, exemples, enjeux », Nourritures terrestres, https://www.nourrituresterrestres.fr/p/maladaptation-definition-exemples?utm_source=email&s=r.

Laganier R., Villalba B., Zuindeau B., 2002, « Le développement durable face au territoire : éléments pour une recherche pluridisciplinaire », Développement durable & territoires, dossier 1, https://doi.org/10.4000/developpementdurable.774.

Landel P.-A., Senil N., 2009, « Patrimoine et territoire, les nouvelles ressources du développement », Développement durable & territoires, dossier 12, https://doi.org/10.4000/developpementdurable.7563.

Le Berre M., 1995, « Territoires », in Bailly A., Ferras R., Pumain D. (dir.), Encyclopédie de Géographie, Paris, Economica, p. 601-622.

Letombe G., Zuindeau B., 2006, « Gestion des externalités environnementales dans le bassin minier du Nord-Pas de Calais : une approche en termes de proximité », Développement durable & territoires, dossier 7, https://doi.org/10.4000/developpementdurable.2688.

Michel-Guillou É., Raymond A. (dir.), 2011, « Développement durable… question de sens ! », Développement durable & territoires, vol. 2, n° 3, https://doi.org/10.4000/developpementdurable.9094.

Nieddu M., Petit O., Vivien F.-D., 2009, « Éditorial : Identités, patrimoines collectifs et développement soutenable », Développement durable & territoires, dossier 12, https://doi.org/10.4000/developpementdurable.8126.

Requier-Desjardins D., 2009, « Territoires – Identités – Patrimoine : une approche économique ? », Développement durable & territoires, dossier 12, https://doi.org/10.4000/developpementdurable.7852.

Ribault T., 2021, Contre la résilience. À Fukushima et ailleurs, Paris, L’Échappée, coll. « Pour en finir avec ».

Rifkin J., 2022, L’âge de la résilience – La Terre se réensauvage, il faut nous réinventer, Paris, Les liens qui libèrent.

Rodary E., 2019, L’apartheid et l’animal. Vers une politique de la connectivité, Marseille, Wildproject, https://wildproject.org/livres/lapartheid-et-lanimal.

Shift Project, 2022, Vers la résilience des territoires – Pour tenir le cap de la transition écologique, Gap, Yves Michel Eds.

Villalba B., 2019, « Timothy Morton, 2019, La Pensée écologique, traduit de l’anglais par Cécile Wajsbrot, Paris, Éditions Zulma, 272 pages. », Développement durable et territoires, vol. 10, n° 3, https://doi.org/10.4000/developpementdurable.16458.

Zuindeau B. (dir.), 2010, Développement durable et territoire, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du septentrion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Petit, Bruno Villalba et Bertrand Zuindeau, « Territoire(s) »Développement durable et territoires [En ligne], Vol. 13, n°3 | Décembre 2022, mis en ligne le 16 décembre 2022, consulté le 24 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/developpementdurable/21970 ; DOI : https://doi.org/10.4000/developpementdurable.21970

Haut de page

Auteurs

Olivier Petit

Olivier Petit est Maître de conférences en économie à l’Université d’Artois et chercheur au Clersé (CNRS-Université de Lille). Ses travaux portent principalement sur la gestion de l’eau (avec un focus sur les eaux souterraines) et sur les enjeux de biodiversité, dans une perspective résolument interdisciplinaire. Chargé de mission à l’action écologique et sociale à l’université d’Artois, il co-dirige le Master Gestion des territoires et Développement Local - parcours « Développement des Territoires, Aménagement et Environnement » (DTAE) dans cette même université. Ancien co-rédacteur en chef de la revue Développement durable et territoires (2010-2020), il est actuellement l’un des éditeurs de la revue Ecological Economics et assure la co-direction de la collection Ecopolis aux éditions Peter Lang.
olivier.petit@univ-artois.fr
n° Orcid : 0000-0002-7987-0767

Articles du même auteur

Bruno Villalba

Bruno Villalba est professeur de science politique. Ses recherches portent sur la théorie politique environnementale, notamment à partir d’une analyse de la capacité du système démocratique à reformuler son projet à partir des contraintes environnementales. Il a rédigé ou coécrit une dizaine d’ouvrages (Günther Anders, Dix thèses sur Tchernobyl, Paris, PUF, hors collection, 2022 ; L’écologie politique en France, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2022 ; Les collapsologues et leurs ennemis, Paris, Le Pommier, 2021 ; avec R. Botte, La figure du paysan. La ferme, l’Amap et la politique, Bordeaux, Éditions Le Bord de l’eau, 2021…).
AgroParisTech et membre du laboratoire Printemps (CNRS UMR 8085)
Bruno.villalba@agroparistech.fr
n° Orcid : 0000-0003-0483-497X

Articles du même auteur

Bertrand Zuindeau

Bertrand Zuindeau, maître de conférences HDR, de 1989 à 2011 à l’Université de Lille 1. Il exerce ses activités de recherche et d’enseignement dans le domaine de l’économie de l’environnement et du développement durable. Il a rejoint la Région Hauts-de-France en 2011. Il est actuellement conseiller technique au sein d’une direction en charge d’une politique de transition énergétique : rev3.
bertrand.zuindeau@hautsdefrance.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search