Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 14, n°3La mise en visibilité de la natur...Visibilité des aménités, invisibi...

La mise en visibilité de la nature dans l’aménagement. Nouveaux questionnements autour de la mise en scène et en récit de la « ville durable »

Visibilité des aménités, invisibilisation des inondations. L’inondation dans l’écoquartier à La Riche (agglomération de Tours)

Visualising benefits, hiding floods. Floods in the eco-district of La Riche (Tours metropolitan area)
Mathilde Gralepois

Résumés

L’article explore la mise en scène de la nature dans un écoquartier français (La Riche, agglomération de Tours) et ses conséquences sur le développement urbain durable face aux défis de l’adaptation au changement climatique. La mise en scène de la nature est une constante repérée, récurrente et encore peu étudiée dans les projets de quartier urbain en zone inondable constructible. La mise en scène se produit par un agencement d’éléments végétaux, paysagers, architecturaux et communicationnels valorisant la proximité entre le quartier et la nature. Alors même que le respect des règles de prévention des inondations conditionne le développement du quartier, leurs conséquences paysagères, urbaines et architecturales – telle que la surélévation, la condamnation des rez-de-chaussée ou les importantes surfaces végétalisées – sont occultées et retraduites sous forme de développement durable. Le processus de labellisation en écoquartier participe des processus de négociation et d’invisibilisation du risque d’inondation au profit d’une mise en scène des aménités environnementales.

Haut de page

Texte intégral

1Les objectifs de transition écologique de la ville (préservation de la biodiversité, maintien de pleines terres, soutien à l’agriculture périurbaine…) veillent à limiter l’étalement et insistent sur le renouvellement urbain. Les mots d’ordre des politiques de développement durable associent la qualité de vie à la proximité d’un paysage naturel, mais dompté. La mise en scène de la nature est une constante des projets d’aménagement durable (Emelianoff, 2018 ; Wintz, 2019), notamment dans les démarches d’écoquartiers (Hucy, 2016 ; Tozzi, 2013). L’article regarde spécifiquement la mise en scène de la nature dans les quartiers urbains en zone inondable se présentant comme adaptés à la présence du risque (Rode et al., 2018 ; Rode et Gralepois, 2017 et 2019). Le terme de « mise en scène » désigne l’agencement d’éléments urbains – essentiellement des éléments végétalisés, paysagers ou architecturaux – sur un périmètre délimité, ici un quartier urbain, en vue de l’organisation d’une représentation, en l’occurrence la proximité de la nature (Pradel, 2007).

2Dans un quartier urbain en zone inondable, la présence d’espaces naturels – friches maraîchères, plaines inondables, ruisseau enfoui, etc. – est une conséquence historique de l’exposition à la crue, voire aux risques d’inondation. L’inondation dans son sens le plus large est le recouvrement par l’eau d’un espace normalement exondé, c’est-à-dire non inondé (Vinet, 2018). C’est la submersion, rapide ou lente, d’une zone habituellement hors d’eau (GéoRisques, 2019) qui provoque des dommages et/ou des pertes. En France, le risque inondation est le premier risque naturel par l’importance des dommages qu’il provoque, l’étendue des zones inondables (27 000 km²) et la quantité de populations résidant dans ces zones (17,1 millions de résidents permanents) (ministère de l’Écologie, 2019). Les villes sont exposées au risque d’inondation, à la fois par leur localisation souvent à proximité d’un cours d’eau, d’un fond de vallée ou d’un littoral, par l’accumulation de population, de fonctions et d’activités qui en font des espaces de cumul d’enjeux fragiles à une inondation.

3La France, comme bien d’autres pays européens, a expérimenté plusieurs stratégies de réduction du risque d’inondation (Johnson et al., 2005) : drainage des sols (années 1930-1970), défense par les grands ouvrages (années 1980-1990), maîtrise de l’aménagement (années 1990-2000). À partir des années 2000, le débat sur le développement urbain en zone à risque change de nature. Face à la pénurie de foncier disponible et aux ambitions constantes de développement, l’idée de concilier l’aménagement et la présence d’aléa d’inondation trouve sa justification théorique et pragmatique dans le concept de résilience (Gleyze et Reghezza, 2007 ; Reghezza-Zitt et al., 2012). Le concept accompagne l’articulation entre développement et prévention des risques (Ledoux, 2018). Il prédit un changement radical et silencieux de discours pour légitimer la croissance et le renouvellement de la ville en zone à risques (Guevara Viquez et al., 2017).

4Si quelques exemples d’aménagements urbains travaillent à rendre visible l’inondation possible pour avertir ou sensibiliser sur les dangers (Metzger et al., 2018), la plupart des opérations urbaines mettent en scène la place de la nature – à travers des agencements d’éléments paysagers ou végétalisés – afin de rendre le nouvel aménagement non seulement durable, mais désirable et compétitif (Béal et al., 2011). Peu de projets urbains en zone inondable communiquent sur les choix urbanistiques, architecturaux et hydrauliques sans lesquels le projet ne pourrait pas se faire (Dournel et al., 2015). Pour le dire autrement, les techniques retenues pour traduire la réglementation issue des Plans de prévention des risques d’inondation sont occultées, tout comme le potentiel de danger d’une inondation. La logique est renversée. Les partis pris urbains sont expliqués par un discours sur la place de la nature, le respect de l’écoulement des eaux de pluie ou les corridors écologiques, jamais sur la prévention des inondations. La mise en scène des aménagements urbains préfère « harponner » les références aux politiques de développement durable, de biodiversité, d’îlots de chaleur, d’économie circulaire, de loisirs ou de maraîchage urbain pour donner du sens aux effets des choix techniques réglementaires, par exemple la part importante d’espaces non construits ou les surélévations (Rode et Gralepois, 2017). Ces aménagements urbains choisissent de mettre en avant des atouts naturels ostentatoires plutôt que d’assumer le potentiel dangereux de la ville en zone inondable (Fuchs et al., 2015 ; Gatien-Tournat et al., 2016 ; Rode et al., 2018 ; Thaler et al., 2019).

5Pour compléter l’analyse, l’article souhaite montrer que les écoquartiers ne font pas exception. Déjà pointés pour leurs effets amplificateurs d’inégalités sociales (Boissonade et Valegeas, 2018 ; Valegeas, 2016), ancrés dans une visée néo-hygiéniste (Tozzi, 2013 ; Valegeas, 2018) et ayant une vocation performative des modèles urbains (Lejeune et Villalba, 2012), l’article propose une lecture critique complémentaire. L’utilisation du label ÉcoQuartier a également des conséquences sur l’aménagement des espaces. À travers son caractère normatif et prescriptif, le processus d’écoquartier met en scène la place de la nature – ici la place d’un cours d’eau – pour en faire un élément de marketing ou de promotion immobilière, en tentant d’effacer les contraintes inhérentes à l’aménagement en zone inondable. L’article questionne les effets d’une mise en scène des solutions fondées sur la nature dans l’écoquartier qui invisibilise la présence du risque d’inondation, en sélectionnant les éléments végétalisés et paysagers créés de toutes pièces, au détriment d’autres histoires environnementales des lieux, notamment celle du risque d’inondation.

  • 1 Gralepois M., Rode S., Verdelli L., Bonnefond M., Guevara Viquez S., Daniel Lacombe É., Orillard F (...)

6Un cas discret et pourtant significatif d’une démarche d’invisibilisation de l’inondation se trouve dans les enjeux de l’écoquartier appelé la ZAC du Plessis-Botanique à La Riche (agglomération de Tours). La collecte de données se réalise en plusieurs étapes et sur le temps long. Premièrement, de façon chronologique, le terrain est investigué en décembre 2013 dans le cadre d’un projet de recherche nommé PRECIEU1. Le responsable du service Aménagement et Urbanisme et l’adjoint en charge de l’Urbanisme sont enquêtés afin de présenter la ZAC et les premières études de faisabilité au début des années 2000. Puis, l’article explore de façon inédite des documents de planification stratégique et réglementaire de première main compilés entre 2013 et 2019. Il s’agit de documents opérationnels, d’une part, sur la planification urbaine (plans d’urbanisme, pièces de dossiers de ZAC…) et, d’autre part, la prévention des risques (études d’aléas, plans de prévention des risques…). Ensuite, la collecte de données intègre un suivi par la presse locale, les documents de communication, des ressources internet des agences, des bureaux d’études ou des institutions. Enfin, l’analyse inclut principalement les apports de cinq entretiens semi-directifs réalisés entre décembre 2013 et juillet 2019. Les entretiens durent environ 1 h 30 avec un échange guidé et un enregistrement audio. Les interviewés racontent l’histoire du projet depuis les études préalables, la conception, la programmation et la réalisation urbaine. Il s’agit de gestionnaires publics des collectivités locales (responsable de l’aménagement, une fois en 2013 et une seconde fois en 2019), des élus (adjoint au maire de La Riche), l’agence d’urbanisme de l’agglomération de Tours (chargé de mission risques naturels) et l’aménageur de l’écoquartier (Icade).

7Le quartier à La Riche n’est pas à proprement parler un grand projet urbain, il s’agit plutôt d’une opération classique, récemment labellisé ÉcoQuartier. Les résultats d’une étude comparative menée sur cinq quartiers en zone inondable (Gralepois, 2019) permettent de faire des hypothèses générales, illustrées par le cas de La Riche. Les aménagements urbains qui ne bénéficient ni d’une large médiatisation ni de gros investissements révèlent, derrière leur discrétion, un cumul de problématiques de pollution, de bâti dégradé, de délogement éventuel, de voisinage direct, avec des contraintes de préservation de la biodiversité, du patrimoine qui en font des opérations petites, souvent en renouvellement urbain, mais surtout difficiles à piloter. Ces opérations constituent aujourd’hui l’essentiel de la construction en zone inondable. Dans le cas de La Riche, il sera intéressant de voir ce que le processus de labellisation ÉcoQuartier modifie à l’hypothèse d’une mise en scène de la nature. Alors même qu’une opération urbaine en zone inondable a des particularités en termes d’acteurs, de règles, de partis pris d’aménagement, d’étapes dans la conception et la réalisation et/ou de ressources mobilisées, comment analyser le rôle du processus de labellisation ÉcoQuartier dans l’atténuation, la négociation et in fine l’invisibilisation des conséquences de la construction en zone inondable ?

1. Les « Terrains inondables constructibles »

8La cohabitation entre la ville et l’eau n’est pas nouvelle : elle est historique et désirée (1.1). Il s’agit de montrer comment un écoquartier en zone inondable – en tant qu’aménagement urbain censé poser une attention toute spéciale à son environnement – survalorise les éléments naturels pour leurs aménités paysagères, mais pas pour leur rôle essentiel de prévention des risques d’inondation (1.3).

1.1. Un Val de Loire inondable, habité et désirable

1.1.1. Un espace inondable et habité

9La Loire aval et la Loire moyenne constituent une zone d’étude de 4,7 millions d’habitants en 2019 (Insee, 2019), soit environ 7,25 % de la population. Les crues de Loire sont nées de la conjonction de dépressions méditerranéennes sur le haut du bassin et de dépressions océaniques en aval (Garcin et al., 2006). En Loire moyenne, où des digues de protection (600 km de levées de 5 à 7 m de hauteur) ont été édifiées pour protéger des petites et moyennes crues (Rode, 2010b, 2010a), les crues sont qualifiées de « crues lentes ». Les populations peuvent être averties à l’avance, mais la durée de submersion aggrave les dégâts et implique un retour à la normale tardif. Les conséquences d’un régime de crue lente sont d’abord positives : il n’y a pas régulièrement de catastrophe humaine, matérielle, patrimoniale, économique sur le bassin de la Loire. Mais il y a eu des crues importantes sur le Cher dans l’agglomération de Tours en juin 2016 qui doivent rappeler le risque. L’agglomération de Tours – spécifiquement la commune de La Riche – est située dans l’espace endigué entre la Loire et du Cher (cf. figure 1).

Figure 1. La Riche, une ville endiguée en bord de Loire

Figure 1. La Riche, une ville endiguée en bord de Loire

Source : Gralepois, 2022

10Si la localisation à proximité des grands cours d’eau est perçue comme un atout pour les villes selon les périodes historiques, elle est aussi source de danger (Dournel, 2016 ; Tours Métropole et al., 2017 ; Veyret et Reghezza-Zitt, 2005). Comme le notait Paul Fénelon, la Loire est « tour à tour capable de féconder sa vallée d’un riche limon, puis de la dévaster lors de ses crues, la Loire, comme le dieu Janus, offre à ses riverains un double visage » (Fénelon, 1978). Même si les agglomérations ligériennes sont spécifiquement exposées aux risques d’inondation (Beucher et Rode, 2009 ; Gralepois et al., 2013 ; Rode, 2010b ; Sajaloli et al., 2011), l’absence de crue catastrophique explique que les traces matérielles des crues et la mémoire du risque s’estompent au fil des années (Metzger et al., 2018). La vigilance collective et individuelle, qu’elle soit habitante, citoyenne, politique, institutionnelle ou gestionnaire, s’efface progressivement (Gralepois et al., 2011 ; Servain-Courant, 2017).

1.1.2. Un espace habité et désirable

11Contrairement aux images communicationnelles qui inventent le qualificatif de « sauvage », la Loire et ses affluents sont aménagés et anthropisés de longue date (Gautier et al., 2007). Depuis 70 ans, la densité de la population et des activités sur la Loire a connu une hausse d’environ 300 % (OCDE, 2010). Le territoire est inégalement, mais régulièrement attractif pour l’économie résidentielle, comme l’illustre l’attractivité des villes intermédiaires entre Orléans et Nantes. Il y a même un modèle de développement des villes de Loire face au risque, c’est-à-dire une logique commune dans l’implantation urbaine en zone inondable (Andrieu et Nowik, 2011). Les contraintes géographiques d’inondation n’ont pas limité le peuplement des rives de Loire dans les sites urbains : « L’aléa d’inondation n’est pas un frein au renouveau du développement de la vallée face à l’augmentation de la population sur ces espaces devenus centraux » (Andrieu et Nowik, 2011). Les villes se sont développées en zone inondable, notamment dans le périurbain inondable. Dans l’agglomération de Tours, la production résidentielle pavillonnaire en extension urbaine est soutenue par une forte demande sociale et par l’offre des promoteurs privés (Zaninetti et Andrieu, 2018).

12C’est le cas de la commune de La Riche, dans l’agglomération de Tours (cf. figure 2). La Riche comprend 10 331 habitants (Insee, 2021), en progression lente mais stable depuis les années 1970. La Riche multiplie les leviers d’attractivité : zone d’activités, projet de parc métropolitain, arrivée de la ligne 2 du tramway, salle de spectacle, maire précédemment président de la métropole de Tours, etc. La commune accueille une station métropolitaine de traitement des eaux usées (400 000 équivalent habitants) et du patrimoine culturel (prieuré de Saint-Cosme, maison de Ronsard, château de Plessis). Au-delà de ces signaux de développement urbain, la commune est « 100 % inondable », c’est-à-dire qu’elle est « entièrement inondable par des niveaux d’aléas conséquents » (Tours Métropole et al., 2017). Le Plan de prévention du risque d’inondation (PPRI) estime à plus de 9 900 les habitants de La Riche concernés par l’inondation (PPRI Val de Tours-Val de Luynes, 2016).

Figure 2. La Riche, une ville 100 % inondable dans l’agglomération de Tours

Figure 2. La Riche, une ville 100 % inondable dans l’agglomération de Tours

Source : Andrieu, 2022

13Les communes entièrement incluses dans le val inondable – comme La Riche – arrivent en limite de foncier disponible pour l’urbanisation. Le développement se confronte directement aux restrictions de construction en zone inondable transcrites dans les PPRI (Gralepois et al., 2011). Les choix d’aménagement découlent directement de ces contraintes hydrauliques, imposant la réduction des emprises au sol, la limitation des surfaces plancher, la surélévation, les techniques d’absorption au sol ou la mise hors d’eau des grands réseaux : mobilités, électricité, chauffage… (Gralepois et Rode, 2017 ; Rode, 2008 ; Rode et Gralepois, 2017). D’un point de vue légal, si un projet d’aménagement ne respecte pas le PPRI, il n’y a pas de développement d’un quartier en zone inondable. Tous les choix urbains sont guidés par ces règles.

1.1.3. Un espace attractif et réglementé

14Les PPRI issus de la loi de février 1995 relative au renforcement de la protection de l’environnement ont évolué en 25 ans. Comme l’écrivent Sylvain Rode et Julien Langumier (2019) : « Les règlements sont passés de quelques pages indiquant des principes généraux parfois peu opérationnels dans le champ de l’urbanisme à des volumes de près d’une centaine de pages, reflets des nombreuses dispositions ajoutées et précisées à la faveur des discussions avec les acteurs de l’urbanisme, d’une analyse jurisprudentielle et d’une mise à l’épreuve des projets en cours lors de l’élaboration du PPR. » C’est le cas dans pour les PPRI du bassin de la Loire, révisés dans les années 2010, comme pour celui de l’agglomération de Tours et donc de la ville de La Riche (PPRI Val de Tours-Val de Luynes, 2016).

15Le courrier d’engagement de la révision des PPRI sur la Loire, rédigé le 23 mai 2011 par le préfet de la Région Centre au titre de préfet coordinateur du Bassin Loire Bretagne, semble intransigeant : « Dans l’attente de l’élaboration ou de la révision des PPRI, l’État peut – et doit – s’opposer à des projets mettant en danger les occupants d’une construction » (p. 8) ; « il est demandé […] d’arrêter l’extension de l’urbanisation dans des zones inondables et de s’opposer à la délivrance d’autorisation de projets nouveaux dans les zones d’aléas forts » (p. 11). La doctrine laisse des possibilités d’adapter la règle aux configurations territoriales en employant un subjonctif révélateur (« dans les zones d’aléas fort directement exposés aux risques […] toute construction devrait y être interdite »). Elle autorise le renouvellement urbain dans les centres urbains et dans les autres secteurs urbanisés en renvoyant la définition du caractère urbanisé ou non d’un espace à l’appréciation in situ de la réalité physique du territoire. Ces ambivalences sont révélatrices de la posture de l’État en matière de maîtrise de la constructibilité dans les zones inondables. Là où la règle est présentée comme intransigeante, elle fait l’objet d’échanges et de négociations (Barroca et Hubert, 2008 ; Hubert, 2014 ; Moulin et al., 2014). Ces arrangements sur les périmètres d’aménagement urbain existaient dans l’agglomération de Tours dès le premier PPRI de 2001 (Beucher et Rode, 2009 ; Rode, 2012). Si les marges de négociation existent, comment la conception et de la construction d’un écoquartier – destiné à intégrer les enjeux environnementaux dans la ville – inscrivent concrètement ou non la prise en compte des inondations ?

1.2. La construction urbaine en zone naturelle, inondable et rentable

1.2.1. La mise en scène de la nature dans l’aménagement urbain : le cas des écoquartiers

16Institutionnalisé et labellisé en 2012 (Grudet, 2015), les écoquartiers dont il est question sont des quartiers centraux dans l’agglomération, ouverts sur la ville, inscrits dans de grands axes de communication intra-urbains qui permettent de réduire la place de l’automobile (Boutaud, 2009). Leur conception urbaine s’appuie deux principes : d’une part, une mixité sociale et fonctionnelle et, d’autre part, une éco-conception, basée sur l’efficacité énergétique, la gestion des eaux pluviales, la préservation de la biodiversité, etc. La portée du principe d’inclusion a été largement critiquée en France (Boissonade et Valegeas, 2018 ; Valegeas, 2016) comme en Europe (Béal et al., 2011). Concernant l’intégration de la nature dans les écoquartiers, il s’agit d’un élément emblématique des écoquartiers français labellisés (Hucy, 2016). Pour autant, la présence de la nature est extrêmement cadrée. Déjà, elle est essentiellement végétale et d’agrément. Elle sert surtout à produire des services écosystémiques (puits de carbone, qualité de l’air, réduction des îlots de chaleur, absorption et rétention des eaux de pluie, ambiance visuelle, etc.) réduisant les effets de la densification urbaine (Bourdeau-Lepage, 2019). Si d’autres cas d’études en France montrent que la place de la nature dans les écoquartiers se réduit à l’intégration fonctionnelle des éléments permettant de valider le cahier des charges du Label Écoquartier (Lejeune et Villalba, 2012), les effets de mise en scène et leurs conséquences sont à analyser.

17Un exemple fort peut s’incarner dans les écoquartiers à proximité de l’eau, souvent en zone inondable. Ces écoquartiers s’appuient sur un changement de paradigme général, un changement vers une reconnexion à l’eau en ville. Plus qu’une simple reconnexion, les quartiers à proximité de cours d’eau – après des décennies de marginalité urbaine (Rode et Sierra, 2008) – font figure de « ressource territoriale » (Pecqueur et Gumuchian, 2007). Dans le cas des villes de Loire, les bords du fleuve et les principaux affluents redeviennent des espaces d’aménités urbaines, des éléments à valoriser dans un contexte de réflexions environnementales et paysagères, des espaces à haut potentiel pour les projets urbains.

1.2.2. L’aménagement en zone inondable, mais rentable

  • 2 Cette apparente contradiction est un terme issu du vocabulaire de l’État lors des Grands Prix d’am (...)

18Les écoquartiers s’approprient rapidement les vocables et les stratégies des quartiers dits « résilients » (Rival et al., 2017 ; Rode et Langumier, 2019 ; Toubin et al., 2012) pour réussir à produire un quartier « inondable constructible2 ». Le terme désigne des espaces définis en zone inondable dans les PPRI, mais qui sont tout de même constructibles : soit parce que l’aléa inondation n’est pas considéré comme très fort ; soit parce que l’espace est composé d’un ouvrage de protection (digue, bassin de rétention, déversoir, plaine inondable) ; ou parce que le bâti déjà existant nécessite un renouvellement urbain. Pour les projets d’écoquartiers comme pour d’autres projets similaires non labellisés, les sites urbains inondables et constructibles offrent des espaces à forte plus-value, notamment pour les ambitions de renouvellement. Même si des contraintes réglementaires de constructibilité s’appliquent, ces territoires ont un caractère valorisable et valorisé qui n’est ni exprimé ni explicité lors des projets d’aménagement urbain (Dournel et al., 2015).

19Le rapport à l’eau est sur-mobilisé dans les discours et dans les choix de conception en tant qu’argument de marketing territorial. Si la littérature converge pour montrer comment l’eau devient tour à tour « le cœur », « le poumon », « la colonne vertébrale » de la ville et de ses aménagements, moins de recherches interrogent la mise en scène du discours dans les écoquartiers explicitement développés en zone inondable. Car le discours sur l’eau requalifie l’image des quartiers, accroît l’attractivité des aménagements et in fine augmente la valeur des biens immobiliers. Dès lors, comment la labellisation ÉcoQuartier participe et justifie-t-elle une logique de développement urbain dans les espaces inondables et constructibles ?

20Pour comprendre comment se formule ce « hiatus aquatique » (Hellier et al., 2019) entre inondabilité et valorisation de l’eau dans les écoquartiers, nous présentons la ZAC du Plessis. Le projet d’aménagement dit « Plessis Botanique » à La Riche est une opération urbaine de Zone d’aménagement concerté (ZAC). Elle prévoit plus de 1 000 logements individuels et collectifs, des programmes d’immobilier d’activité, de commerces et d’équipements publics sur une superficie de 15,5 hectares (cf. figure 3). Cet écoquartier présente trois atouts indéniables pour le développement : des superficies dégagées dans un contexte de pénurie foncière, une position de centralité et des aménités urbaines liées à la proximité de l’eau ou a minima au cadre naturel lié à une ressource aquatique dans le cadre de la Loire : les friches maraîchères, la végétation de la ripisylve ou encore les oiseaux (Rode, 2010b).

21Premier atout, la superficie permet de cristalliser les ambitions économiques, sociales et urbaines à l’échelle d’un quartier produisant des « effets de sens », qui permettent d’exprimer des valeurs politiques de développement durable (Bourdin, 2001) et une symbolique propre à attirer des habitants, des investisseurs et des entreprises.

Figure 3. La ZAC du Plessis

Figure 3. La ZAC du Plessis

Source : Étude de faisabilité urbaine. Impact des nouvelles mesures de prévention du risque d’inondation sur la ZAC du Plessis botanique, Ville de La Riche, SNC Plessis botanique, TCT atelier d’urbanisme, Composante urbaine, octobre 2011.

22Sa localisation survalorise le second atout de la centralité urbaine : proximité immédiate du centre de La Riche et approche rapide du centre-ville de Tours, voisinage du Jardin botanique, de l’hôpital Bretonneau, de la faculté de médecine, et accessibilité directe par le tronçon périphérique nord-ouest. Le projet promet de renforcer ces fonctions urbaines avec le passage de la seconde ligne de tramway de l’agglomération à l’horizon 2026. Enfin, le troisième atout « nature » est généralement lié dans le cas des terrains inondables et constructibles à la présence de sites naturels découlant de la préservation antérieure pour des raisons d’inconstructibilité. Dans le cas de la ZAC Plessis à La Riche, c’est un espace entre Loire et Cher. Même s’il n’existe pas de vue directe, l’espace inondable a profité durant des décennies du maraîchage, dont la forme et la multiplicité des parcelles marquent encore le paysage actuel.

23Les atouts de la ZAC Plessis sont indéniables au regard des ambitions de développement urbain, même s’ils sont vecteurs de contraintes, notamment réglementaires. Dans tous les cas, ces atouts sont considérés à travers les bénéfices du développement, i. e. comme supérieurs aux règles liées au risque d’inondation. Pour atténuer les effets de contraintes et garder un maximum d’effets de rentabilité, les acteurs de la ZAC – la Ville de La Riche et son aménageur – décident d’avoir recours à la labellisation ÉcoQuartier afin de mettre en cohérence les atouts naturels et, en corolaire, d’invisibiliser l’inondation.

2. Ce qu’on donne à voir et ce qu’on cache : de l’écoquartier à la négociation sur la construction en zone inondable

24La place donnée à la nature va progressivement justifier la mise en place d’un écoquartier (2.1). Le processus de labellisation met en scène les enjeux environnementaux en occultant les effets de contraintes liées à la prévention des inondations (2.2), jusqu’à utiliser les enjeux urbains de l’écoquartier pour déroger à la règle générale de non-constructibilité dans le lit majeur et négocier des maisons de plain-pied.

2.1. Les étapes vers un écoquartier en trompe-l’œil

2.1.1. Un projet urbain complexe

25La ZAC Plessis-Botanique est un projet urbain complexe, c’est-à-dire qui implique la transformation d’un morceau de ville afin d’urbaniser et de modifier concrètement les espaces et les usages pour le renouveler (Arab, 2007).

26La ZAC est composée d’un fort morcellement foncier, basée sur d’anciennes tenues maraîchères. Sa forme surprenante tout en longueur et en dentelle interroge sur la possibilité d’accéder à un périmètre de ZAC, même en renouvellement urbain. Elle cumule également des pollutions des sols par accumulation de produits phytosanitaires dans un ancien secteur maraîcher (présence de métaux lourds, de pesticides et de composés chlorés dans les sols et les eaux souterraines), une gestion des eaux pluviales très contraintes (objectif zéro rejet : infiltration totale des eaux pluviales de la ZAC) (Icade et SNC Plessis Botanique, 2019) et l’application d’un PPRI en pleine phase de finalisation avant approbation (PPRI Val de Tours – Val de Luynes, 2016 ; Ville de La Riche et SNC Plessis Botanique, 2011). Dans un contexte de croissance urbaine, l’opération doit également intégrer la desserte par une seconde ligne de tramway dont le tracé a été validé en mai 2023.

27Dans tous les cas, le projet est fortement porté par les maires successifs : Alain Michel (maire de La Riche de 1983 à 2014), puis Wilfried Schwartz, maire de La Riche depuis 2014, président de Tours Métropole (2020-2021) et conseiller départemental (2021-2023). Là où tout portait à croire que l’assistance à maîtrise publique serait naturellement la Société d’équipement de Touraine, traditionnellement retenue pour ce type d’opération dans l’agglomération de Tours, la Ville de La Riche veut une opération exemplaire. Elle choisit de faire une maîtrise d’ouvrage déléguée à un aménageur : ce sera Icade. En droit de l’urbanisme, la pratique n’est pas courante : ce rôle n’est pas censé être délégué. C’est un contrat inédit, dont l’encadrement normatif est, sinon inexistant, pour le moins fluctuant. Comme le souligne le directeur aux projets urbains de la Ville de La Riche de l’époque : « C’était une nouveauté [Icade] a essuyé pas mal de plâtres… » (Direction Grands Projets, Ville de Tours, mai 2019.) Face à la diversité des problématiques, Icade Promotion a créé une filiale ad hoc, la SNC du Plessis Botanique, signataire du traité de concession en juin 2008. Il s’appuie alors sur un consortium de bureaux d’études spécialisées : l’atelier d’architecture et d’urbanisme TGTFP (Jérôme Treuttel, Jean-Claude Garcias, Jean-Jacques Treuttel, Laurent Fichou et Stéphane Pourrier) pour la maîtrise d’œuvre urbaine, Urban Water en mission de maîtrise d’œuvre paysage et eaux pluviales et dossier Loi sur l’eau, ainsi que deux cabinets d’études techniques : Igrec Ingénierie et Géoplus (Icade, 2021).

28Le projet est enchevêtré dans des contraintes économiques et environnementales, certaines encadrées par des règlements restrictifs mais précis comme avec le PPRI. Ainsi, l’aménageur et la Ville vont survaloriser les enjeux environnementaux afin de compenser les contraintes des règlements et in fine les négocier. La labellisation ÉcoQuartier va offrir ce cadre de négociations à la baisse, ce que l’on observe en se basant sur l’exemple de la construction en zone inondable.

2.1.2. Survaloriser les enjeux environnementaux : un résultat en demi-teinte

29Face aux enjeux environnementaux de la ZAC, l’option du grand retournement va être prise : celle d’aller d’abord chercher le label Haute Qualité Environnementale (HQE). Il s’agit de « transformer les contraintes du territoire en atouts », comme le précise Daniel Langé, adjoint à l’urbanisme de la Ville de La Riche (Icade et SNC Plessis Botanique, 2018).

30L’aménageur Icade et la Ville de La Riche mènent une démarche en trois étapes qui leur permet de justifier a posteriori d’une dimension progressive, itérative dite « d’amélioration continue », prouvant « une vision long terme » de développement durable (Icade et SNC Plessis Botanique, 2018). D’abord, le projet Plessis Botanique s’inscrit dans une démarche d’Approche environnementale de l’urbanisme (2008-2010) promue par l’Ademe. Puis l’opération est certifiée HQE Aménagement (démarche certifiée par Certivéa). Il s’agit d’une labellisation technique initiée en 2013 et validée lors d’un audit en octobre 2017. En parallèle, la Ville porte le projet de labellisation ÉcoQuartier afin de bénéficier du nom générique et de visibiliser les efforts environnementaux (Icade et SNC Plessis Botanique, 2018). La labellisation intervient en décembre 2017 et demande un réinvestissement fort sur les attendus du projet, notamment la construction bioclimatique et biosourcée, des nouvelles fonctionnalités de l’habitat (habitat partagé), de partage de l’espace public (axes dédiés aux mobilités douces). Daniel Langé, adjoint à l’urbanisme à La Riche, est interviewé dans le quotidien local La Nouvelle République : « Le travail avec notre aménageur a été considérable. Les atouts sont importants grâce au réseau urbain de chaleur (chauffage au bois privilégié) et au label Haute Qualité environnementale. De nouvelles voiries permettront des cheminements doux avec intégration de pistes cyclables larges…3. »

  • 4 « La Riche : Wilfried Schwartz revoit sa copie pour l'écoquartier Plessis Botanique », Nouvelle Ré (...)
  • 5 « La Riche : gros changements en vue sur le chantier du Plessis-Botanique », Info-tours.fr, 26/04/ (...)

31Le soutien politique est total. Le projet est désigné d’intérêt métropolitain en décembre 2020, faisant de la ZAC le premier projet d’aménagement de la Métropole et lauréate de l’appel à projets métropolitain « Nouveaux Espaces urbains durables » (Icade, 2021). L’aménageur et la Ville présentent régulièrement leur démarche lors de séminaires, conférences, forums d’aménageur pour soutenir le portage politique (Évaluation des écoquartiers, Cerema, décembre 2018 ; Réseau national des aménageurs, juillet 2019 ; Forum des projets urbains, novembre 2021). Pour autant, le projet ne rencontre pas le succès escompté. En avril 2021, la presse locale précise qu’« un petit quart de l’opération est déjà réalisé, comme l’explique Carine Robert, directrice synergies urbaines d’Icade4. « Le chantier subit ces temps-ci une vaste remise en question » indique le site d’informations Info-tours.fr5.

32La labellisation implique de nouveaux engagements dans le programme en cours : axes dédiés au tramway et circulations douces, rangées arborées, ruelles sans véhicule, ou constructions écoresponsables. Il s’agit de mettre en scène des éléments végétalisés et paysagers (arbres fruitiers, jardins cultivés, venelle végétalisée…) (cf. figure 4).

Figure 4. La mise en scène des éléments végétalisés et paysagers

Figure 4. La mise en scène des éléments végétalisés et paysagers

Source : photo de panneau de la ZAC (Gralepois, 2022)

  • 6 « La Riche : gros changements en vue sur le chantier du Plessis-Botanique », Info-tours.fr, op. ci (...)

33Le discours de la nouvelle architecte Claire Schorter (cabinet L’amour des quartiers – LAQ) réinterprète les ambitions du quartier : « On doit pouvoir dormir la fenêtre ouverte et être au calme l’été par une chaude nuit. Il faut un équilibre ville-nature6. »

34Cet équilibre n’est pas simple dans un secteur où les ambitions veulent tenir à la fois centralité urbaine, écoquartier, politique sociale d’accueil de nouveaux habitants. Icade indique dans la presse que les prix d’acquisition sont situés entre 3 700 et 4 000 € le m² en 20217. La direction de l’urbanisme jusqu’en 2019 à la Ville de La Riche explique :

« On est à des prix de sortie d’environ 3 500 € du mètre carré, donc on fait surtout des appartements, ce n’est pas attractif pour les familles. Elles n’auront pas les moyens […] on est dans un secteur très très attractif. Et très cher. On n’a pas la main sur la maîtrise des prix de sortie. On a fait des recommandations pour des primo-accédants, mais après il suffit qu’un investisseur arrive et prenne un lot d’appartements, on ne peut pas refuser. » (Ancien responsable de l'urbanisme de la Ville de La Riche.)

  • 8 Plessis Botanique, Label Éco-Quartier, ministère de la Transition écologique, le 04 février 2022.

35Initialement, le projet est pensé uniquement avec du logement collectif, sans maison individuelle. Ensuite, la labellisation Éco-Quartier revendique : « 1 383 logements (dont 15 % sociaux) répartis en maisons de ville, maisons groupées et individuelles et collectifs, une antenne universitaire (2 ha – 2 500 étudiants), 5 955 m² SHON de bureaux, services et commerces de proximité ainsi que des espaces publics (4 ha pour des places, squares et jardins). Une densité moyenne de 140 log/ha est ainsi fixée, avec des bâtiments pouvant atteindre R+4+1 en retrait8. » Sur la base de cette annonce, tout est à nuancer. Les résidences étudiantes sont toujours au stade de la discussion. Le logement partagé concerne 8 familles sur 1 400 logements. Les mètres carrés de locaux d’activité inquiètent la Ville qui ne veut pas détériorer l’activité du centre-ville. Enfin, malgré les 15 % de logements sociaux, tout porte à croire que le quartier se destine à des catégories sociales aisées.

  • 9 « Écoquartiers et ville durable : "Derrière un vernis vert et participatif, la production urbaine (...)

36Pour atteindre cet objectif, les transformations paysagères, architecturales et urbaines du quartier sont autant de signaux d’un décor positif envoyés à une population ciblée. Au prix du mètre carré, la collectivité et son aménageur ont pris le parti de ne pas attirer des familles, qui chercheraient des surfaces d’environ 80 m2. Ils ont retenu des logements plus petits, sélectionnant in fine des personnes seules, des primo-accédants ou des couples. Les éléments « climatiques », ou de « circuits courts » créés de toutes pièces et mis en scène sont avant tout un élément de valorisation des prix immobiliers, comme l’explique François Valegeas dans un site collaboratif d’information locale La Rotative9 : « C’est révélateur d’un rapport à l’environnement que l’on peut qualifier de productiviste : il faut poursuivre l’urbanisation et donc consommer les ressources foncières, sans réellement prendre en considération les fonctionnements du territoire et chercher à le préserver. » Dans la ZAC du Plessis, l’absence de référence aux usages précédents, notamment maraîchers est patente, alors même que l’objectif est de remettre de la nature en ville et que le projet met en scène des jardins cultivés ou des arbres fruitiers. Pourtant, le site a un caractère intéressant d’un point de vue écologique, environnemental, agricole ou en matière de biodiversité, lié à sa localisation entre Loire et Cher, sur des plaines riches en alluvions. Le projet de ZAC remplace ces espaces au profit d’une mise en scène assez cynique à l’environnement en construisant, imperméabilisant en grande partie l’espace, puis en recréant par ailleurs des zones perméables, des noues, des espaces arborés ou des toitures végétalisées.

2.2. L’invisibilisation des contraintes liées à l’inondation

2.2.1. La difficile intégration de l’inondation dans les projets urbains

37La mise en scène de la nature s’observe aussi dans les négociations qui ont permis de programmer des maisons individuelles de plain-pied alors que cette possibilité est clairement interdite dans le PPRI du Val de Tours sur le secteur de la ZAC Plessis.

38Précédemment classé en zone d’aléa faible dans le PPRI de 2001, le projet Plessis Botanique à La Riche est situé dans une zone d’aléa fort à très fort dans le nouveau PPRI de 2016 (figure 5). Le secteur d’aléa fort se définit par une hauteur de submersion potentielle entre 1 m et 2,5 m. Il correspond à des hauteurs d’eau supérieures à 2,5 m et à des vitesses d’eau d’entre 0,25 m/s à 1 m/s.

Figure 5. Les zones de PPRI dans le projet Plessis Botanique

Figure 5. Les zones de PPRI dans le projet Plessis Botanique

Source : d’après le PPRI Val de Tours, 2016 (Gralepois, 2022)

39Le règlement du PPRI applique des contraintes aux secteurs prévus à la construction. La ZAC Plessis Botanique intègre une contrainte habituelle en zone inondable constructible : pas de logement en plain-pied, pas de pièce de vie en rez-de-chaussée (Gralepois et Rode, 2017). La contrainte est à la fois anecdotique et insurmontable. Anecdotique « techniquement », car la surélévation est un principe classique, connu, et ne semble pas poser de problèmes d’innovation technique. Pourtant, la surélévation est aussi perçue comme insurmontable « dans les usages » car la conception urbaine est ancrée dans des standards d’habiter, notamment le plain-pied, avec l’accès direct à la rue comme espace d’animation et de circulation urbaine par excellence. La surélévation est tout de suite envisagée avec une crainte pour la commercialisation des habitats, des locaux d’activités, mais aussi pour l’équilibre financier de l’opération. Le directeur de l’urbanisme de l’époque précise :

« Pas de pièce de vie sous les Plus Hautes Eaux Connues. C’était les bases de départ pour l’aménageur Icade. Et la solution ne pouvait pas être de densifier, on ne voulait pas monter trop haut : dans le secteur, ça n’avait pas de sens, il y a plein de petites maisons. Alors l’aménageur s’est posé la question de son bilan comptable… On a renégocié un avenant au traité de concession sur la base des surfaces plancher. » (Ancien responsable de l'urbanisme de la Ville de La Riche.)

40Les projets en zone inondable, surtout en renouvellement urbain, sont souvent confrontés à une contrainte en étau : l’interdiction des sous-sols et la surélévation, mais aussi des restrictions de hauteur des immeubles pour préserver des formes urbaines et paysagères répondant tant à l’environnement existant qu’aux attentes des futurs habitants.

41Il est vrai que certains territoires tolèrent moins les constructions en hauteur qui entreraient en contradiction avec les éléments historiques et patrimoniaux du paysage, tant urbain que naturel. Il y a un élément de rentabilité car – autre contrainte des projets en zone inondable –, pour limiter l’imperméabilisation du sol, les surfaces bâties créées à l’échelle de la ZAC ou des parcelles (l’ancienne « emprise au sol » ) sont limitées (Rode et al., 2018). Les contraintes hydrauliques – interdisant les constructions en sous-sol, excluant l’habitat en rez-de-chaussée, réduisant les capacités d’emprise au sol pour garder des terrains perméables – aboutissent à des formes urbaines plutôt en hauteur et denses pour créer suffisamment de surfaces habitables et rendre l’opération rentable (Tableau 1).

Tableau 1. Préconisations du PPRI Val de Tours appliquées à la ZAC Plessis Botanique

Aléa Zonage Résumé des préconisations Décryptage/Traduction
Aléa fort Cf. (centre urbain aléa fort) Stabiliser la population exposée Ne pas augmenter la population résidente actuellement
Réduire la vulnérabilité du bâti existant Protéger les logements existants avec des mesures de réduction de la vulnérabilité
Limiter l’imperméabilisation du sol Densifier plutôt que d'étaler, garder les espaces non construits
Limiter les remblais aux strictes nécessités techniques et évacuer les déblais hors zone inondable Ne pas apporter, ni extraire de terre sur le périmètre
Pour les constructions nouvelles : au moins 1 étage au-dessus des Plus Hautes Eaux Connues par logement/Placer le 1er niveau de plancher à 0,50 m au moins du terrain naturel/Limiter l’indice de surface de plancher/Mettre en œuvre les mesures de réduction de la vulnérabilité (clapet anti-retour ; alimentation électrique hors d’eau ; citernes ancrées ; équipements sensibles au-dessus des Plus Hautes Eaux Connues...) Surélever tous les logements construits et réduire leur vulnérabilité en leur permettant de fonctionner en cas de crue

Source : d’après le PPRI Val de Tours, 2016 (Gralepois, 2022)

Figure 6. Un immeuble en zone inondable, un rez-de-chaussée inutilisé pour l’habitat

Figure 6. Un immeuble en zone inondable, un rez-de-chaussée inutilisé pour l’habitat

Source : Gralepois, 2022

42Le respect de la surélévation pose problème à l’occupation des rez-de-chaussée, malgré l’imaginaire de la ville sur pilotis. Les opérations en renouvellement urbain ont des difficultés à intégrer cette contrainte. L’urbanisme de surélévation produit une série de dispositifs architecturaux et urbains partiellement ou totalement déconnectés de la rue. Qu’il s’agisse de mise sur pilotis ou d’étagement, le lien entre les bâtiments, les fonctions qu’ils abritent et la rue – comme espace public de passage, de vie, d’animation – s’en trouve distendu et altéré (figure 7).

2.2.2. La nature en avant-scène, les négociations de la prévention des inondations en arrière-plan

43L’aménageur va directement négocier une exception au règlement avec les services de l’État pour construire des maisons individuelles de plain-pied. Icade discute avec la Direction départementale aux Territoires d’Indre-et-Loire pour obtenir un avenant à l’arrêté « Loi sur l’eau » qui, conjointement avec la rédaction du PPRI de Tours fin 2015, les empêche de créer des maisons individuelles de plain-pied sur trois îlots au nord de l’opération, dans un secteur déjà pavillonnaire.

44En janvier 2019, l’aménageur plaide de nouveau pour obtenir une dérogation. La note relève toutes les limites à la construction de maison surélevée ou sur pilotis : déperdition de chaleur par le plancher (5e façade), manque d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite, manque de cohérence architecturale, d’animation de l’espace public, ou encore de solidité de la structure. Dans la note d’Icade, les arguments posent de vraies questions de sécurité et d’aménagement, au cœur des interrogations sur l’urbanisme résilient (Gralepois et Rode, 2017 ; Rode et al., 2018). Ils convergent surtout pour infléchir la règle générale et l’aménageur va obtenir sa dérogation. En juin 2019, la Direction départementale des territoires d’Indre-et-Loire signe un arrêté modifiant l’arrêté du 16 novembre 2011. Elle autorise Icade à implanter des ouvrages dans le lit majeur de la Loire dans le cadre de l’aménagement de la ZAC Plessis Botanique. La dérogation vaut pour trois îlots, soit environ 7 300 m2.

45Cette dérogation intervient en dehors du cadre de la concertation du PPRI approuvé en 2016. Pourtant, la loi autorise la création de zones d’intérêt stratégique dédiées aux projets urbains (Rode et Langumier, 2019). L’argument final va faire peser les objectifs et les exigences de l’écoquartier en arguant de la nécessité d’offrir une « programmation la plus diverse possible pour favoriser la mixité », montrant que l’interdiction des rez-de-chaussée va « à l’encontre d’une optimisation du caractère d’écoquartier de la ZAC ». Ces négociations marginales et invisibilisées existent entre les services déconcentrés d’État et le pouvoir politique local (Gralepois, 2011). Ici, elles sont portées par l’aménageur. Cela permet à la collectivité de déléguer le rapport de force, de revendiquer un droit à construire en zone inondable quand les conditions réglementaires sont réunies, pour lutter contre le « gel » du développement en zone à risques depuis des décennies (Martinais, 1996). Il y a une autre différence notable.

46La prise en charge des stratégies de dérogation à la construction dans les zones inondables par l’aménageur privé s’accompagne d’un processus de mise en scène, d’une logique de valorisation et de rentabilité de la présence d’éléments naturels. La mise en scène de la nature s’observe dans le nom des constructions (« Les terrasses du Plessis », « L’Orangerie », « Le Botanique », « Les jardins de Théia », etc.), dans la communication visuelle et dans les choix ponctuels végétalisés (cf. figure 7).

Figure 7. La mise en scène de la nature par l’aménageur de l’Écoquartier

Figure 7. La mise en scène de la nature par l’aménageur de l’Écoquartier

Source : photos de panneau de ZAC (Gralepois, 2022)

47L’aménageur recrée de toutes pièces une mise en scène par les éléments environnementaux et paysagers de l’écoquartier et, en conséquence, la démarche masque les spécificités structurelles d’une opération urbaine développée en zone inondable. En valorisant la présence de la nature, essentiellement liée à la réglementation sur la prévention des inondations, la politique d’aménagement de l’écoquartier invisibilise le risque, en occultant la raison d’être des éléments architecturaux, paysagers et végétalisés et en les renvoyant à un imaginaire de développement durable.

Conclusion

48L’aménagement de la ZAC Plessis Botanique à La Riche (agglomération de Tours) illustre les processus de l’écoquartier et les conséquences de la mise en scène de la nature, spécialement dans une zone à risque d’inondation.

49La labellisation en écoquartier va offrir un cadre de négociations à la baisse des contraintes de prévention des risques, et va masquer intentionnellement les caractéristiques d’une opération urbaine en zone inondable constructible. Au contraire, la mise en scène des éléments naturels du quartier sert à développer une représentation attractive pour les futurs habitants. L’écoquartier est fortement porté politiquement et institutionnellement. Il devient une scène d’échanges et de négociations, notamment pour déroger à la règle générale de non-constructibilité en rez-de-chaussée.

50L’aménageur participe au récit de territoires inondables. D’abord, il les présente comme des espaces compliqués à développer, contraints par la réglementation, peu intéressants financièrement. Ce discours existe avant le lancement des projets lors des phases de conception, puis il se reconstruit complètement lors des phases opérationnelles. Les territoires inondables représentent alors des espaces d’opportunité, malgré le risque. Les aménités naturelles – offertes par la non-constructibilité préalable au projet en raison de l’inondation – présentent des atouts indéniables, en plus de la centralité et la superficie des sites. Dans un contexte de tension sur le foncier disponible en renouvellement, ces opérations sont incontournables pour les acteurs – public et privé – du développement urbain durable. Face à des territoires certes inondables, mais pour lesquels l’exposition au risque permet de penser le développement. Ainsi, pour intégrer les contraintes du site, spécifiquement de l’inondation, le processus d’écoquartier renforce la mise en scène des atouts naturels du site, en les réagençant artificiellement, et en invisibilisant l’exposition aux inondations.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages et articles

Andrieu D., Nowik L., 2011, « La dynamique du peuplement dans le Centre-Ouest de la France. Quel rôle joue encore la Loire ? », Espace Populations Sociétés, vol. 3, p. 603-616, https://doi.org/10.4000/eps.4735.

Arab N., 2007, « À quoi sert l’expérience des autres ? », Espaces et Sociétés, vol. 131, n° 4, p. 33-47, https://doi.org/10.3917/esp.131.0033.

Barroca B., Hubert G., 2008, « Urbaniser les zones inondables, est-ce concevable ? », Développement durable & territoires, dossier 11, https://doi.org/10.4000/developpementdurable.7413.

Béal V., Charvolin F., Morel Journel C., 2011, « La ville durable au risque des écoquartiers. Réflexions autour du projet New Islington à Manchester », Espaces et sociétés, vol. 147, n° 4, p. 77-97, https://doi.org/10.3917/esp.147.0077.

Beucher S., Rode S., 2009, « L’aménagement des territoires face au risque d’inondation : regards croisés sur la Loire moyenne et le Val-de-Marne », Mappemonde, vol. 94, n° 2, p. 19.

Boissonade J., Valegeas F., 2018, « Ce que l’évaluation des écoquartiers nous apprend sur la ville durable : L’exemple du “vivre-ensemble” », Pollution atmosphérique, nos 237-238, https://doi.org/10.4267/pollution-atmospherique.6728.

Bourdeau-Lepage L., 2019, « De l’intérêt pour la nature en ville. Cadre de vie, santé et aménagement urbain », Revue d’Économie régionale et urbaine, décembre, vol. 5, p. 893-911, https://doi.org/10.3917/reru.195.0893.

Bourdin A., 2001, « Comment on fait la ville, aujourd’hui, en France ? », Espaces et Sociétés, vol. 2, n° 105, p. 147-166, https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k5619649t.image.f148.pagination.

Boutaud B., 2009, « Quartier durable ou éco-quartier ? », Cybergeo : European Journal of Geography, http://journals.openedition.org/cybergeo/22583.

Dournel S., 2016, « La vulnérabilité d’un territoire, un héritage complexe à révéler : démonstration à travers l’étude géohistorique du risque d’inondation en Val d’Orléans (France) », VertigO, vol. 16, n° 3, http://www.erudit.org/fr/revues/vertigo/2016-v16-n3-vertigo03075/1039986ar.

Dournel S., Gralepois M., Douvinet J., 2015, « Les projets urbains en zones inondables communiquent-ils sur les risques ? Regard sur les politiques d’aménagement de quartiers à Saint-Étienne, Orléans et Nantes », Belgeo, vol. 46, n° 1, https://doi.org/10.4000/belgeo.16691.

Emelianoff C., 2018, « Quartiers durables : un nouvel imaginaire de la nature ? », in Choné A., Hajek I., Hamman P. (Eds.), Guide des humanités environnementales, p. 545-556, Villeneuve-d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Fénelon F., 1978, Atlas et géographie des Pays de la Loire, Paris, Flammarion.

Fuchs S., Thaler T., Bonnefond M., Clarke D., Driessen P., Hegger D., Gatien-Tournat A., Gralepois M., Fournier M., Mees H., 2015, Societal transformation and adaptation necessary to manage dynamics in flood hazard and risk mitigation (TRANS-ADAPT), Conference Abstracts, EGU General Assembly Conference, Vienna, Austria, April 12.

Garcin M., Carcaud N., Gautier E., Burnouf J., Castanet C., Fouillet N., 2006, « Impacts des héritages sur un hydrosystème : L’exemple des levées en Loire moyenne et océanique », in Allée P., Lespez L. (Ed.), L’érosion entre société, climat et paléoenvironnement, Nature, table ronde, Presses universitaires Blaise Pascal, p. 225-236, https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00407351.

Gatien-Tournat A., Gralepois M., Fournier M., Bonnefond M., Servain S., 2016, The French Country Report: Societal Transformation and Adaptation Necessary to Manage Dynamics in Flood Hazard and Risk Mitigation, Transadapt Work Package 2 Deliverable, JPI Climate Funding.

Gautier E., Burnouf J., Carcaud N., Chambaud F., Garcin M., 2007, Les interrelations entre les sociétés et le fleuve Loire depuis le Moyen-Âge, in Trémolières M., Schnitzler A. (éd.), Protéger, restaurer et gérer les zones alluviales, pourquoi et comment, Tec Doc, Lavoisier, p. 83-97.

GéoRisques, 2019, Inondations, Portail du ministère de l’Écologie sur les risques naturels.

Gleyze J.-F., Reghezz M., 2007, « La vulnérabilité structurelle comme outil de compréhension des mécanismes d’endommagement », Géocarrefour, vol. 82, p. 1-2, https://doi.org/10.4000/geocarrefour.1411.

Gralepois M., 2011, « Négociation et controverse des périmètres de prévention des risques », in November V., Penelas M., Viot P. (Eds.), Habiter les territoires à risques, Lausanne, Presses universitaires de Lausanne, p. 121-140.

Gralepois M., 2019, La production urbaine en zone inondable, habilitation à diriger des recherches, Paris-Est Marne-la-Vallée.

Gralepois M., Daluzeau J., Oger C., 2013, « La résilience face à la normativité et la solidarité des territoires. (Dés)Intégration du concept de résilience dans le Plan de Prévention des Risques d’Inondations du Val de Tours », EchoGéo, vol. 24, https://doi.org/10.4000/echogeo.13445.

Gralepois M., Dournel S., Sajaloli B., Servain S., Serrano J., 2011, « Tant va la ville à l’eau. L’intégration du risque d’inondation aux décisions politiques et administratives d’aménagement urbain des agglomérations ligériennes », Revue du Nord, hors série n° 16.

Gralepois M., Rode S., 2017, « L’urbanisme résilient déforme-t-il la ville ? », Risques urbains, vol. 17, n° 2, https://doi.org/10.21494/ISTE.OP.2018.0205.

Grudet I., 2015, « Le “moment écoquartier” en France. Expérimentations et labellisation », Cahiers RAMAU. Revue du Réseau activités et métiers de l’architecture et de l’urbanisme, vol. 7, p. 22-37, https://cahiers-ramau.edinum.org/337.

Guevara Viquez S., Rode S., Gralepois M., 2017, « Le changement radical et silencieux de paradigme sur le développement urbain face aux risques naturels », Métropoles, vol. 20, https://doi.org/10.4000/metropoles.5486.

Hellier E., Carré C., Dupont N., 2019, « Des représentations concurrentes de l’eau dans les projets urbains. Le cas des prairies Saint-Martin à Rennes », Sud-Ouest européen, vol. 47, p. 41-55, https://doi.org/10.4000/soe.5214.

Hubert G., 2014, « Ville et inondation : une cohabitation délicate », in Terrin J.-J. (Ed.), Villes inondables : prévention, adaptation, résilience, Marseille, Parenthèses.

Hucy W., 2016, « Natures d’écoquartiers : entre mise en scène d’une nature sauvage et désirs de moquette verte », colloque international du Réseau Thématique de Recherche MIDI (UMR Citeres, Irstea et INSA Centre-Val de Loire), Le rapport Action Nature de l’action sur la nature à la nature de l’action, Blois, France.

Johnson C. L., Tunstall S. M., Penning-Rowsell E. C., 2005, « Floods as catalysts for policy change: Historical lessons from England and Wales », Water Resources Development, vol. 21, n° 4, p. 561-575.

Ledoux B., 2018, La Houille blanche, dossier « La résilience », n° 5-6.

Lejeune C., Villalba B., 2012, « Test de charge de la durabilité urbaine : le cas de “l’écoquartier exemplaire” de la zone de l’Union (Nord, France) », VertigO, vol. 12, n° 2, https://doi.org/10.4000/vertigo.12227.

Martinais E., 1996, « Gestion du risque industriel et conflits territoriaux, le cas de Saint-Fons », Géocarrefour, vol. 1, n° 71, p. 31-44, https://doi.org/10.3406/geoca.1996.4319.

Metzger A., David F., Valette P., Rode S., Martin B., Desarthe J., Linton J., 2018, « Entretenir la mémoire des inondations via les repères de crue ? », Développement durable & territoires, vol. 9, n° 3, https://doi.org/10.4000/developpementdurable.12937.

Moulin É., Hubert G., Deroubaix J.-F., 2014, « La constructibilité des zones inondables ou la négociation territoriale des PPRI », Géocarrefour, vol. 3, n° 88, p 173-182, https://doi.org/10.4000/geocarrefour.9143.

Pecqueur B., Gumuchian H., 2007, La ressource territoriale, Paris, Economica.

Pradel B., 2007, « Mettre en scène et mettre en intrigue : un urbanisme festif des espaces publics », Géocarrefour, vol. 82, n° 3, p. 123-130, https://doi.org/10.4000/geocarrefour.2177.

Reghezza-Zitt M., Rufat S., Djament-Tran G., Le Blanc A., Lhomme S., 2012, « What Resilience Is Not: Uses and Abuses », Cybergeo, document 621, https://doi.org/10.4000/cybergeo.25554.

Rival F., Guezo B., Cadre R., Villatte A., Tarrit R., Minh C. T. D., 2017, Quartiers résilients aux inondations : quand la résilience vient questionner la prévention en partant du niveau local, Colloque SHF, Paris 10-11 octobre 2017, 10 p.

Rode S., 2008, « La prévention du risque d’inondation, facteur de recomposition urbaine ? », L’information géographique, vol. 72, n° 4, p. 6-26, https://doi.org/10.3917/lig.724.0006.

Rode S., 2010a, « De l’aménagement au ménagement des cours d’eau : le bassin de la Loire, miroir de l’évolution des rapports entre aménagement fluvial et environnement », Cybergeo, https://doi.org/10.4000/cybergeo.23253.

Rode S., 2010b, « Reconquête urbaine de la Loire et risque d’inondation : des représentations aux aménagements urbains », Géocarrefour, vol. 85, n° 3, p. 221-228, https://doi.org/10.4000/geocarrefour.7960.

Rode S., 2012, « Le chêne ou le roseau : quelles stratégies de gestion du risque d’inondation en France ? », Cybergeo, document 603, https://doi.org/10.4000/cybergeo.25299.

Rode S., Gralepois M., 2017, « Vers un urbanisme adapté aux inondations ? », in Vinet F. (Ed.), Inondations 2 : La gestion du risque, p. 365-380, ISTE Group.

Rode S., Gralepois M. (Eds.), 2019, « L’eau au service des territoires ? Entre valorisation et instrumentalisation. Avant-propos », Sud-Ouest européen, vol. 47, p. 5-10, https://doi.org/10.4000/soe.5118.

Rode S., Gralepois M., Daniel-Lacombe É., 2018, « Les transactions entre la ville et l’inondation pour un urbanisme plus résilient », La Houille blanche, vol. 3, p. 34-40, https://shs.hal.science/halshs-02284252.

Rode S., Langumier J., 2019, « Vive la règle pour le projet ! L’articulation de la règle et du projet au service de la résilience urbaine à l’inondation », in Scarwell H.-J. (Ed.), Adaptation, résilience, réversibilité, transition : de nouveaux enjeux pour le projet ?, Lausanne, Peter Lang.

Rode S., Sierra A., 2008, « Marges urbaines et risques à Tours et à Quito. Essai de comparaison Nord-Sud », Autrepart, vol. 45, n° 1, p. 137-155, https://doi.org/10.3917/autr.045.0137.

Sajaloli B., Servain-Courant S., Dournel S., Andrieu D., 2011, « L’inscription paysagère du risque d’inondation dans les politiques urbaines des agglomérations ligériennes, proposition d’un marqueur de résilience spatiale », Revue géographique de l’Est, vol. 51, p. 3-4, http://journals.openedition.org/rge/3439.

Servain-Courant S., 2017, Chapitre 4. « L’aménagement des villes et la gestion des risques d’inondation post 1950. L’exemple de la Loire », in Salvador P.-G., Scarwell H.-J., Schmitt G. (Eds.), Urbanisme et inondation : outils de réconciliation et de valorisation, Villeneuve-d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, p. 95-124.

Thaler T., Attems M.-S., Bonnefond M., Clarke D., Gatien-Tournat A., Gralepois M., Fournier M., Murphy C., Rauter M., Papathoma-Köhle M., 2019, « Drivers and barriers of adaptation initiatives-How societal transformation affects natural hazard management and risk mitigation in Europe », Science of the Total Environment, vol. 650, p. 1073-1082.

Toubin M., Lhomme S., Diab Y., Serre D., Laganier R., 2012, « La résilience urbaine : un nouveau concept opérationnel vecteur de durabilité urbaine ? », Développement durable & territoires, vol. 3, n° 1, https://doi.org/10.4000/developpementdurable.9208.

Tozzi P., 2013, « Ville durable et marqueurs d’un “néo-hygiénisme” ? Analyse des discours de projets d’écoquartiers français », Norois. Environnement, aménagement, société, vol. 227, p. 97-113, https://doi.org/10.4000/norois.4700.

Valegeas F., 2016, « L’habitat durable contre la mixité sociale ? Production et réception des normes d’habiter dans les écoquartiers », Sciences de la société, vol. 98, p. 44-62. https://doi.org/10.4000/sds.4741.

Valegeas F., 2018, « Une durabilité sous conditions ? La production des écoquartiers français, révélatrice d’une doxa néohygiéniste du développement durable », Métropoles, article hors-série 2018, https://doi.org/10.4000/metropoles.6017.

Veyret Y., Reghezza-Zitt M., 2005, « L’émergence du risque en géographie », Cahiers nantais, vol. 64, https://doi.org/10.3406/canan.2005.1153.

Vinet F., 2018, Inondations 1 : La connaissance du risque, ISTE Group.

Wintz M., 2019, « La nature en ville : une réconciliation en trompe-l’œil », Revue du MAUSS, vol. 54, n° 2, p. 95-107, https://doi.org/10.3917/rdm.054.0095.

Zaninetti J.-M., Andrieu D., 2018, « L’étalement résidentiel des métropoles intermédiaires de la région Centre-Val de Loire », Mappemonde, n° 124, https://doi.org/10.4000/mappemonde.310.

Sources institutionnelles

Icade, 2021, « EcoQuartier du Plessis-Botanique », https://www.icade.fr/projets/amenagement-urbain/zac-du-plessis-botanique-la-riche-37.

Icade, SNC Plessis Botanique, 2018, Formation Démarche Écoquartier, séminaire organisé par le Cerema, les Apports et enseignements de l’évaluation des Écoquartiers.

Icade, SNC Plessis Botanique, 2019, ZAC du Plessis Botanique, Réseau national des aménageurs (RNA).

Insee, 2019, Population totale par sexe et âge au 1er janvier 2019, https://www.insee.fr/fr/statistiques/1892088?sommaire=1912926.

Insee, 2021, Évolution et structure de la population (données locales commune de La Riche (37195) ; RP2008, RP2013 et RP2018, exploitations principales, géographie Au 01/01/2021).

Ministère de l’Écologie, 2019, Les chiffres clés du risque naturel inondation en France. https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/prevention-des-inondations.

Ministère de l’Écologie et ministère du Logement, 2015, Grand Prix aménagement en terrain inondable constructible, Comment mieux bâtir en terrain inondable constructible, ministère de l’Écologie et ministère du Logement.

Ministère de l’Écologie et ministère du Logement, 2016, Grand Prix aménagement en terrain inondable constructible, lauréats 2016, Comment mieux bâtir en terrain inondable constructible, ministère de l’Écologie et ministère du Logement, https://www.cerema.fr/system/files/documents/2018/11/Brochure_GPATIC_2016.pdf.

OCDE, 2010, Étude de l’OCDE sur la gestion des risques d’inondation : bassin de la Loire, France.

PPRI Val de Tours-Val de Luynes, 2016, http://www.indre-et-loire.gouv.fr/Politiques-publiques/Risques-naturels-et-technologiques/Plan-de-prevention-des-risques-inondations/PPRI-Val-de-Tours-Val-de-Luynes-LOIRE.

Tours Métropole, Atelier d’urbanisme de Tours (ATU) et préfecture d’Indre-et-Loire, 2017, Stratégie locale de gestion du risque d’inondation (SLGRI), 1er cycle de mise en œuvre de la direction Inondation, période 2016-2021 ; Annexé à l’arrêté préfectoral du 12 juillet 2017 portant approbation de la SLGRI du TRI de Tours.

Ville de La Riche, et SNC Plessis Botanique, 2011, Étude de faisabilité urbaine. Impact des nouvelles mesures de prévention du risque d’inondation sur la ZAC du Plessis Botanique.

Haut de page

Notes

1 Gralepois M., Rode S., Verdelli L., Bonnefond M., Guevara Viquez S., Daniel Lacombe É., Orillard F., 2016, Projet d’études sur les contraintes d’inondations dans les espaces urbanisés (PRECIEU), 3e programme Risques Décisions Territoires (RDT 2013-2015), ministère de l’Écologie.

2 Cette apparente contradiction est un terme issu du vocabulaire de l’État lors des Grands Prix d’aménagement en terrains inondables constructibles (linistère de l’Écologie et ministère du Logement, 2015, 2016).

3 « Plessis-Botanique : signature de convention », Nouvelle République, 08/07/2019, consulté le 04 février 2022.

4 « La Riche : Wilfried Schwartz revoit sa copie pour l'écoquartier Plessis Botanique », Nouvelle République, 24/04/2021, consulté le 04 février 2022.

5 « La Riche : gros changements en vue sur le chantier du Plessis-Botanique », Info-tours.fr, 26/04/2021, consulté le 04 février 2022.

6 « La Riche : gros changements en vue sur le chantier du Plessis-Botanique », Info-tours.fr, op. cit.

7 « La Riche : gros changements en vue sur le chantier du Plessis-Botanique », Info-tours.fr, op. cit.

8 Plessis Botanique, Label Éco-Quartier, ministère de la Transition écologique, le 04 février 2022.

9 « Écoquartiers et ville durable : "Derrière un vernis vert et participatif, la production urbaine traditionnelle se poursuit" », La Rotative, 28/12/2020, consulté le 04 février 2022.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La Riche, une ville endiguée en bord de Loire
Crédits Source : Gralepois, 2022
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/23238/img-1.png
Fichier image/png, 14M
Titre Figure 2. La Riche, une ville 100 % inondable dans l’agglomération de Tours
Crédits Source : Andrieu, 2022
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/23238/img-2.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 3. La ZAC du Plessis
Crédits Source : Étude de faisabilité urbaine. Impact des nouvelles mesures de prévention du risque d’inondation sur la ZAC du Plessis botanique, Ville de La Riche, SNC Plessis botanique, TCT atelier d’urbanisme, Composante urbaine, octobre 2011.
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/23238/img-3.png
Fichier image/png, 3,6M
Titre Figure 4. La mise en scène des éléments végétalisés et paysagers
Crédits Source : photo de panneau de la ZAC (Gralepois, 2022)
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/23238/img-4.png
Fichier image/png, 2,0M
Titre Figure 5. Les zones de PPRI dans le projet Plessis Botanique
Crédits Source : d’après le PPRI Val de Tours, 2016 (Gralepois, 2022)
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/23238/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Figure 6. Un immeuble en zone inondable, un rez-de-chaussée inutilisé pour l’habitat
Crédits Source : Gralepois, 2022
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/23238/img-6.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Figure 7. La mise en scène de la nature par l’aménageur de l’Écoquartier
Crédits Source : photos de panneau de ZAC (Gralepois, 2022)
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/23238/img-7.png
Fichier image/png, 433k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Gralepois, « Visibilité des aménités, invisibilisation des inondations. L’inondation dans l’écoquartier à La Riche (agglomération de Tours) »Développement durable et territoires [En ligne], Vol. 14, n°3 | Décembre 2023, mis en ligne le 22 décembre 2023, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/developpementdurable/23238 ; DOI : https://doi.org/10.4000/developpementdurable.23238

Haut de page

Auteur

Mathilde Gralepois

Mathilde Gralepois est maître de conférences HDR en aménagement-urbanisme, au Département d’aménagement et environnement, de l’École polytechnique, à l’université de Tours. Elle est chercheuse à l’UMR Citeres (centre interdisciplinaire CItés, TERritoires, Environnement et Sociétés) sur les politiques publiques locales, les transformations des collectivités locales, la prévention des inondations et la production urbaine en zone à risque naturel.
Université de Tours, laboratoire Citeres (UMR 7324)
Mathilde.Gralepois@univ-tours.fr
n° Orcid :0009-0007-6345-0112

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search