Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 14, n°3La mise en visibilité de la natur...« Zéro artificialisation nette » ...

La mise en visibilité de la nature dans l’aménagement. Nouveaux questionnements autour de la mise en scène et en récit de la « ville durable »

« Zéro artificialisation nette » en aménagement : compter et conter la nature en ville pour changer les pratiques ?

“Zero Net Artificialisation” in urban development: counting and storytelling nature in the city to change practices?
Taoufik Souami

Résumés

Pour expliquer la place de la nature dans les villes, nombre de recherches situent l’analyse à un niveau macrosocial (lois, programmes nationaux…) et soulignent la prédominance de sa marchandisation. L’analyse en France du Zéro artificialisation nette (ZAN), tel que saisi par le monde de l’aménagement, indique que la nature y est « travaillée » au niveau social intermédiaire (associations et réseaux professionnels…) et aux niveaux individuel et local (opérations, aménageurs…). À ces deux niveaux, les récits pluriels et concurrents des acteurs de l’aménagement tentent de donner sens au ZAN. Ils adoptent le registre de la quantification et de la comptabilisation des surfaces pour faciliter la mise en commun de sens partageables, dans un monde social hétéroclite. Ces sens ne sont pas enfermés dans des carcans économiques. Les sens recherchés sont aussi matériels, techniques et scientifiques. Ils activent, autour de la construction de récits, la transformation des pratiques d’aménagement autant que les cadres législatifs et politiques de l’urbanisme.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis une vingtaine d’années en France, la question de la nature en milieu urbain s’est affinée et spécifiée en fonction des particularités de l’aménagement urbain, son échelle et ses propres manières de procéder. La nature n’est plus l’objet de controverses quant à son rapport aux territoires anthropisés (Blanc et Clergeau, 2013 ; Blanc et Soini, 2015 ; Barles et Blanc, 2016). Les débats experts et scientifiques portent désormais sur la part de la nature dans ces territoires dits urbains, ses qualités, sa place, son rôle (Bourdeau-Lepage, 2017 ; Jaeger, 2018 ; Ernwein, 2019). Ce déplacement des débats a porté l’attention sur le sens de cette nature dans l’urbain, et donc dans la fabrique urbaine. Cette dernière, pour rappel, désigne tous les protagonistes et les processus socio-économico-politiques qui contribuent à la constitution matérielle et au fonctionnement socio-spatial des territoires urbains, qu’ils soient modestes (construction d’un pavillon par un particulier) ou de grande ampleur (développement d’une ville nouvelle par l’État, par exemple). Au sein de cette fabrique, l’aménagement urbain est la part de fabrication portée par les acteurs institutionnellement chargés de faire advenir, d’une manière volontariste, accélérée et exceptionnelle, un morceau significatif du territoire urbain (un quartier, une zone d’activités ou de commerce…). Ce sous-ensemble est constitué d’acteurs récurrents et spécialisés : collectivités locales, sociétés d’aménagement, développeurs immobiliers, bureaux d’études… Il possède ses propres outils et procédés techniques, juridiques, financiers et organisationnels. Il a sa logique, ses propres finalités et une histoire particulière. Ainsi, il est constitué en un monde social (Boltanski et Thévenot, 2015) où les récits au cours de son histoire jouent un rôle central pour maintenir sa consistance. Dans ce sous-ensemble composé d’acteurs hétéroclites (par leurs statuts, positions, rôles, logiques…) et de procédés empruntés à une diversité de mondes sociaux et d’univers cognitifs (différents secteurs économiques, plusieurs référentiels professionnels d’ingénieurs, d’architectes, de juristes, de sociologues…), les récits assurent deux fonctions centrales. D’abord, à l’échelle de l’ensemble du monde de l’aménagement, régulièrement récités, ils rappellent dans cette composition hétérogène ce qui tisse les liens structurels entre ses composantes et donne le sens historique de son activité (Souami et Verdeil, 2006). Par ailleurs, à l’échelle de chaque opération d’aménagement, ils racontent dans un ordre particulier les actions et les tâches assurées par chacun des protagonistes pour en donner et en partager le sens. Entre la dépollution d’un sol et l’installation d’un gymnase, des mots et des images sont composés en récits spécifiques pour articuler les actions. Ces récits portent pour la plupart sur les pratiques et les actions. Les résultats importent moins que les pratiques qui les produisent. Dans ce monde qui n’est pas défini par des frontières sociales ou politiques, ni par des noyaux socio-catégoriels ou socio-professionnels, ni même par une croyance ou une doctrine commune, les pratiques sont l’objet de la construction du commun par des récits qui en forgent les contenus.

2Le monde de l’aménagement est particulièrement concerné par l’impératif de donner du sens à la place de la nature en milieu urbain. Une des modalités pour cela, classique dans ce monde, est de mesurer cette nature comme un élément de programme d’aménagement dont il faut signifier la réalité. Quand l’aménagement se voit assigner l’objectif de réaliser des logements, leur nombre est affiché et intégré à sa présentation. L’objectif politique du « Zéro artificialisation nette » (ZAN) inscrit dans la loi française en 2021, adressé en particulier aux fabricants de l’urbain considérés comme les acteurs de l’artificialisation (Charmes, 2021) se situe donc dans un registre familier pour l’aménagement. Quantifier est une des modalités importantes chez les aménageurs pour raconter leur action et leurs réalisations, pour leur donner du sens et donc pour agir (Arab, 2007 ; Blanchart, 2018). La mise en avant publique du ZAN conduit les aménageurs à chercher le(s) récit(s) pour appréhender cet objectif.

3Notre article examine comment le ZAN, en résonance avec la quantification comme mode de construction du sens de l’action par le récit technique, modifie la place de la nature chez les acteurs de l’aménagement. Il s’agit de discuter les lectures actuelles qui tendent à confiner cette traduction de la nature par l’aménagement dans un registre discursif et communicationnel sans effets sur la situation réelle de l’environnement et des écosystèmes (Blandin, 2014 ; Doussan, 2018 ; Berthelot, 2020 ; Grimault, 2021 ; Louis-Lucas, 2021). Nous proposons plus précisément d’interroger les récits des pratiques d’aménagement et leur construction pour y identifier les éléments d’explication des changements ou de leur absence, bien au-delà d’en mesurer l’efficacité dans la réalité des lieux aménagés. En quoi le ZAN opère dans les pratiques des acteurs de l’aménagement à travers la construction de leurs récits de projet ? Nous ne proposons pas ici de porter à nouveau le regard sur les hyperstructures sociales : les cadres juridiques ou les lois et leurs conditions de production, les grands débats politiques et médiatiques, les concurrences idéologiques et les combats doctrinaux. Aussi, l’objectif n’est pas d’étudier l’élaboration de la loi Climat, ses décrets d’application, la convention citoyenne, ses apports et ses limites par ailleurs abondamment étudiés et analysés (Van Lang, 2020 ; Marine Fleury, 2022 ; Durieux, 2021 ; Reber, 2022).

4Notre hypothèse méthodologique est que les changements sociaux et politiques concernant la place de la nature ne se jouent pas exclusivement dans les hyperstructures de la société où la recherche devrait donc trouver les explications. Elles se jouent également, et pour beaucoup en aménagement, dans des structures sociales intermédiaires (associations professionnelles, réseaux socio-politiques et citoyens locaux, scènes de décision locales…).

5L’hypothèse substantielle est celle d’un élargissement des champs de connaissances et des champs sémantiques qui construisent le sens de la nature dans les morceaux de ville aménagés avec pour mot d’ordre le ZAN. Cet élargissement serait révélateur du caractère processuel du récit construit autour de la nature, ici emblématisé par le ZAN. Il éclaire, selon nous, les multiples plans sociaux (débats publics, controverses expertes et scientifiques, négociations techniques et opérationnelles) dans lesquels se construisent les éléments du récit sur le ZAN et plus largement des projets où ils s’insèrent. Par la même analyse, nous explorerons comment l’intrication de ces niveaux sociaux donnent lieu à des traductions opérationnelles dans la réalité des projets et produisent des changements du réel qui ne sont pas figés dans le temps et dans l’espace, mais pris dans ce processus complexe.

1. État de la littérature : ZAN et autres récits sur la nature en aménagement, des récits-prétextes ?

6La question de la nature en ville ou dans les territoires urbains occupe les chercheurs depuis plusieurs décennies (Barles, 2010), plus récemment aux échelles abordées par l’aménagement urbain. Au cours des années 1980 à 2000, dans les projets urbains, la réponse à la question de la place de la nature fut de proposer des « lieux » de nature isolés du reste du périmètre aménagé pour en préserver les fonctions écosystémiques : espaces refuges dans les parcs urbains, continuités de strates floristiques, noues humides, espèces phytorémédiantes, nichoirs… Ces dispositifs saisis par le monde de l’aménagement correspondent à de grandes familles de solutions promues à l’échelle planétaire ou continentale selon des registres divers.

7Ces choix d’aménagement ont été analysés par différents travaux scientifiques qui ont souvent souligné leur faible effet sur les problèmes écologiques. Nous centrerons notre propos sur deux ensembles de dispositifs mobilisés par le monde de l’aménagement et objets des analyses scientifiques : les compensations, les infrastructures vertes.

1.1. Les analyses marxiennes des compensations de la nature

8Les compensations écologiques sont envisagées comme solutions aux atteintes à la nature au tournant des années 1980 et 1990. Elles sont traduites et mobilisées à l’occasion des conférences internationales et dans les législations nationales. Ces traductions sont supposées préciser la dernière séquence du principe d’action pour limiter les effets des actions humaines sur la nature : Éviter, Réduire, Compenser.

9En France, la loi sur la protection de la nature de juillet 1976 introduit le principe. Quelques années plus tard, la loi Grenelle II, à la suite de la directive européenne de 2004, précise la mise en œuvre des compensations. En 2016, la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages inscrit les principes dans le code de l’environnement. L’importance accordée à la Responsabilité sociale et environnementale (RSE) des entreprises et à l’Investissement socialement responsable (ISR) conduit à travailler sur ces compensations (Boyd et al., 2015).

10Ces compensations sont l’objet de recherches critiques qui mettent en cause leur effet limité ou fragmentant sur les écosystèmes (Blandin, 2014 ; Niak Sian Koh et al., 2019 ; Apostolopoulou, 2020). D’autres travaux s’inscrivent dans la lecture du processus de construction de la nature en objet économique qui en ignore les particularités propres (Zuindeau, 2010 ; Hundloe, 2022).

11Nombre de contributions scientifiques rapportent les compensations écologiques à une vision néolibérale de la nature visant à la soumettre exclusivement à des logiques de marché (Apostolopoulou et Adams, 2019 ; Pascoe et al., 2019 ; Knight-Lenihan, 2020…). Elles continuent des travaux plus anciens qui discutent les rapports entre les opérateurs économiques et la nature, en particulier sous des formes réparatrices ou compensatoires (Holmes, 2012). Elles proposent de considérer les constructions idéologiques comme les éléments d’explication des compensations écologiques et de compréhension des rapports à la nature qu’elles instituent.

12Dans ces analyses critiques, les aménageurs et leurs pratiques disparaissent comme acteurs autonomes pour être présentés comme des rouages dans la mécanique d’économisation de la nature et dans la réappropriation néolibérale de celle-ci. La position des acteurs de l’aménagement, leur interprétation des compensations, leurs pratiques et leurs évolutions paraissent négligeables dans un processus politique qui les dépasserait. Dans quelques travaux, les acteurs de l’aménagement urbain sont les moteurs de ce mécanisme et l’analyse porte alors sur la domination des logiques politiques et idéologiques économicisantes de la nature au sein de ce sous-secteur économique et sous-milieu socio-politique.

1.2. Les analyses critiques des infrastructures vertes

13Les infrastructures vertes sont un concept qui formalise, au cours des années 1990, les interdépendances dans les écosystèmes enserrés au sein de territoires anthropisés.

14Le concept connaît une forte diffusion mondiale au cours des années 2000, aussi bien chez les opérationnels que les chercheurs (Wright, 2011 ; Arrif et al., 2011). Il est traduit en France et adapté à travers la notion de trame verte et bleue portée par une loi. Leur traduction pratique est confiée notamment aux porteurs des projets urbains qui ont recours aux conseils des paysagistes puis des écologues (Souami, 2008 ; Clergeau, 2020).

15Les infrastructures vertes ont également fait l’objet d’analyses critiques des chercheurs. Celles-ci convergent dans leur conclusion : les infrastructures vertes n’ont pas produit une amélioration de la biodiversité (Filazzola et al., 2019) ni une transformation des rapports entre les humains et la nature en milieu urbain (Robert et Yengué, 2018). Par exemple, Chatzimentor et al. (2020) identifient une réduction des infrastructures vertes à des ensembles urbains et spatiaux classiques : parcs, linéaires de végétation, plans d’eau. Pour Clergeau et Blanc (2013), les trames vertes montrent une efficacité des corridors écologiques pour des micro-mammifères et des arthropodes, mais une diminution des richesses des espèces avec le taux d’urbanisation (espèces essentiellement généralistes en centre-ville). Avec ces trames, il y aurait une homogénéisation des communautés animales et végétales dans toutes les villes. Sur le plan des rapports humains-nature, les humains garderaient les mêmes intérêts pratiques pour la nature : passage, pique-nique, observation, contemplation, etc.

16Dans ces analyses, les acteurs de l’aménagement apparaissent en creux, car vus à travers les résultats de leurs actions. Ces dernières sont évaluées au regard des promesses faites à travers le terme infrastructures vertes. Ces travaux adoptent des approches évaluatives et performatives de la question de la nature en milieu anthropisé. Au cours des années 2010 (Chaurand et al., 2019), ces états des lieux se centrent sur les preuves des défaillances vis-à-vis des critères écologiques et techniques. Ils dénoncent des formes d’imposture des acteurs de l’aménagement (Louis-Lucas, 2021 ; Grimault, 2021), ou à un décalage entre les discours annonciateurs d’objectifs et les réalités des réalisations (Ionașcu et al., 2020). Le monde de l’aménagement ne connaîtrait pas de changement sur les questions de nature qu’il ne sait que domestiquer (Rode, 2018 ; Wintz, 2015). Il serait ancré dans des logiques de performance purement financières et économiques qui les rendraient inaptes à intégrer les questions de nature (Gandy, 2018 ; Berthelot, 2020).

2. Une approche méthodologique pour appréhender le ZAN aux échelles du monde de l’aménagement

17Face à ces travaux, nous proposons de discuter l’hypothèse que la construction de la place de la nature en aménagement ne résulte pas d’un mécanisme de mise en œuvre de préceptes internationaux à un niveau macrosocial (institutions nationales, lois…), mais d’un processus engageant dans le monde de l’aménagement deux autres niveaux sociaux : un niveau intermédiaire (organisations professionnelles, réseaux d’acteurs spécialisés…) et un niveau local et opérationnel (les scènes de décision pour des opérations d’aménagement déterminées…).

18Pour produire le matériau permettant de discuter cette hypothèse, l’analyse a mobilisé deux ensembles de sources :

1- Concernant le niveau social intermédiaire : documents et entretiens donnés par le Réseau national des aménageurs (RNA), la Fédération nationale des agences urbaines (FNAU), le Club Ville et Aménagement, l’Union nationale des aménageurs (UNAM), le réseau SCET (services, conseil, expertises et territoires), l’association des communautés de France (AdCF) ; documents diffusés directement ou à travers des revues (Urbanisme, Traits urbains, Le Moniteur, Gazette des communes…).

2- Concernant le niveau social local et opérationnel : base de données documentaires Écoquartiers (ministère du Logement) regroupant près de 600 opérations d’aménagement, base de données documentaires Chaire Aménager le Grand Paris, données Institut Paris Région. Ceci a été complété par des entretiens semi-directifs avec les protagonistes des opérations selon un spectre significatif des structures d’aménagement :

- Établissements publics d’État : Epa Marne, Epa Saclay, Grand Paris Aménagement, Epa Nice Éco Vallée ;

- Établissements de collectivité locale : Semapa, SEM 77, Sorgem, SEM Loire-Atlantique Développement, Epfif ;

- Aménageurs privés spécialisés : Nexity, Brownfields, Novaxia ;

- Aménageurs de groupe immobilier ou industriel : Linkcity/Bouygues immobilier, Eiffage Aménagement, SNCF Immobilier.

  • 1 Voir plusieurs rapports produits sur la place des écologues et de l’écologie, la densité et la sob (...)

19Les matériaux collectés auprès de ces sources ont été traités dans le cadre de deux recherches distinctes1 selon quatre procédés analytiques différents : une étude sociologique des émetteurs des récits sur le ZAN et des milieux de leur diffusion au sein du monde de l’aménagement ; une analyse sémantique des occurrences, des localisations des termes signifiant la nature et du ZAN ; une analyse critique des définitions proposées du ZAN et de l’artificialisation par les professionnels de l’aménagement ; un examen critique des procédés associés à la réduction ou l’élimination de l’artificialisation du sol (techniques, méthodes, outils, indicateurs…).

3. Le ZAN : des récits pluriels au changement des pratiques

20L’imposition du ZAN dans le débat public à partir de 2018, puis parmi les obligations légales à partir de la loi de 2021 n’introduit pas un élément totalement nouveau dans le monde de l’aménagement. Ce dernier, au cours de son histoire, a été invité à réduire ses occupations du sol, l’invitation devenant plus ferme à partir des années 1960. Le registre quantifiant a été emprunté dès lors, comme le symbolise une phrase régulièrement répétée par les responsables politiques et les médias : « L’équivalent d’un département français de terres agricoles est urbanisé chaque année. » L’expression focalise l’attention sur les quantités et choisit l’étalon du département pour faire sens auprès des spécialistes comme des profanes. Les discours politiques et les lois s’ensuivirent sur la protection de l’environnement. Elles ont ralenti la consommation foncière par l’aménagement dans certains secteurs, mais n’ont pas eu les résultats escomptés (Bonnin-Oliveira, 2012). Comme indiqué, les scientifiques et les experts désignent l’hyperstructure sociale comme explication de ces résultats limités : les réseaux politiques et les connivences idéologiques pèseraient pour amoindrir les objectifs, réduire l’arsenal juridique et limiter les moyens de contrôle.

21Les matériaux collectés et analysés permettent d’explorer d’autres explications dans l’épaisseur sociale et économique du monde de l’aménagement, c’est-à-dire les deux autres niveaux sociaux, intermédiaire et opérationnel-local. C’est dans la construction collective et individuelle des récits que se joueraient la légitimité et les sens opérant dans le monde de l’aménagement. Les récits individuels et les récits collectifs qui s’alimentent et se croisent opéreraient pour remodeler les pratiques.

3.1. Les récits « collectifs » discutés et partagés au niveau social intermédiaire

22Si le ZAN provient bien d’un processus d’énonciation international et issu principalement des mondes de l’écologie et du vivant, la forme qu’il prend en prépare l’intégration au monde de l’aménagement. Dans l’histoire de celui-ci, l’appréhension du sol est un sujet central abordé à travers l’approche du « foncier ». Ce terme désigne en aménagement à la fois l’assise sur laquelle sont installées les infrastructures, les voiries et les constructions, et le capital que représente ce support pour développer des activités d’aménagement, puis d’exploitation socio-économique. La construction des récits collectifs a établi rapidement une équivalence entre, d’une part, le sol et la terre au sens écologique tels que synthétisés par le ZAN, et d’autre part, le foncier et le terrain tels qu’entendus par les aménageurs dans leur travail classique.

23Face au ZAN, les récits collectifs sont pluriels, mouvants et en partie contradictoires, contrairement à ce que peuvent laisser penser les analyses à partir de l’hyperstructure sociale. Ils sont construits dans différents lieux et à travers plusieurs vecteurs. Examinons les principaux en traversant le spectre des éléments versés dans la construction disputée des récits communs autour du ZAN.

  • 2 Anciennement : Syndicat national des aménageurs lotisseurs (Snal).
  • 3 Extrait du texte de présentation de l’outil de simulation élaboré par l’Unam et la FNSCOT.

24Dans la partie des opposants clairs et formels à l’obligation de réduction forte de l’artificialisation des sols, l’Union nationale des aménageurs (Unam)2 et la Fédération nationale des schémas de cohérence territoriale se sont associées pour faire valoir leur lecture. L’Unam a, avec d’autres organismes techniques opposants au ZAN, proposé « un outil de simulation pour avancer dans une dynamique de projets négociés à l’échelle locale3 ». Tout en reconnaissant la limitation de l’artificialisation « essentielle » (idem) comme tous les Français, elle vise à éviter un « assèchement » (idem) de la ressource foncière pour l’activité d’aménagement de ses 300 membres. L’appui du propos sur l’outil de simulation permet de se situer dans le registre de la quantification : face au « Zéro artificialisation nette », les aménageurs de l’Unam affichent les quantités de surfaces manquantes pour satisfaire les besoins en logements si l’objectif du ZAN est strictement appliqué.

25Le Club Ville et Aménagement qui regroupe des établissements d’aménagement public nationaux et locaux ainsi que des développeurs privés, occupe une position plus médiane dans le spectre. Il propose des éléments de récits signifiant une adhésion au principe du ZAN mais demandant une modulation de sa mise en œuvre. Il publie, en 2020, un Manifeste pour le Zéro artificialisation nette où il affirme que le « Zéro artificialisation nette » des sols nécessite une démarche d’aménagement globale, adaptée aux contextes locaux, ou encore un bonus financier ou fiscal pour les opérations vertueuses. Le propos ne relève pas uniquement des discours habituels revendiquant des aides publiques. Il introduit les termes financiers propres à l’aménagement pour faire du ZAN un objet de bilan comptable d’opération. Dans ce propos, l’infratexte l’inscrit avec d’autres mots qui comptent en aménagement : moins de terrains aménageables pour plus de sol naturel signifie un surenchérissement du coût de mobilisation du foncier pour toute opération urbaine.

26Dans ce spectre, le Réseau national des aménageurs (RNA), qui rassemble trois à quatre fois par an plusieurs dizaines d’organismes et centaines de professionnels de l’aménagement, est devenu un espace de croisement et de diffusion plus central depuis quatre ans en France. Il condense cette pluralité des propositions et leur concurrence pour s’imposer dans le récit collectif. Dans ces manifestations, publications et rencontres du RNA, le récit « collectif » et la dispute de ses contenus se centrent sur les modalités de l’application réelle et effective des objectifs portés par le ZAN (Réseau national des aménageurs, 2020). Plusieurs organismes pointent la contradiction entre la limitation de l’accès au foncier et les impératifs de production de logements, en particulier les logements sociaux. D’autres entités soulignent le surenchérissement des coûts de la production des bâtiments quand ils sont construits dans des sites déjà urbanisés. La part du foncier dans les coûts de construction par cette localisation intra-urbaine serait passée à 50 % (Coloos, 2020). Dans ce cercle d’acteurs avertis et spécialisés, le registre de quantification est récurrent, voire constant, pour la construction des propos et des argumentaires. À partir du ZAN, comme principe à la formulation quantificatrice, se déclinent des surfaces au sol, des quantités de foncier, des nombres de logements, des hectares de terre, des volumes de financement, des coûts d’acquisition et des dépenses d’aménagement. Ces déclinaisons vers les mots qui comptent en aménagement n’enferment pas pour autant les récits dans le registre de la comptabilité financière et économique.

27En effet, ces oppositions de récits ne sont pas seulement dues à la défense catégorielle ou sectorielle par chaque acteur d’intérêts économiques spécifiques. Les variations dans l’interprétation technique et pratique du ZAN laissent ouvert l’espace de construction de ce récit commun. Au sein de ce milieu, le débat s’est en effet ouvert sur le sens de l’artificialisation : une terre agricole n’est-elle pas artificielle ? Les forêts françaises ne sont-elles pas toutes l’œuvre de l’homme ? Pour éviter de considérer tous les sols comme artificialisés, techniciens, experts et chercheurs ont été invités à préciser les définitions, et donc les sens. Les questions qui découlent du travail pour traduire l’objectif politique du ZAN en objectif opérationnel, puis en actions d’aménagement, conduisent à ouvrir l’éventail des interrogations sur le sens de cette terre dont on tente de réduire l’artificialisation. Se font ainsi jour les demandes de précisions sur son rôle ou ses fonctions dans ou pour la nature, puisque c’est la protection de celle-ci qui en justifie la défense contre l’artificialisation : biotope, substrat, ressource, vecteur alimentaire, véhicule hydrique… ? Ce débat sur le sens de l’artificialisation en aménagement ne se confond pas avec les controverses sur la définition juridique du ZAN dans la loi et ses textes d’application (Doussan, 2018 ; Blanc et al., 2021). Il s’étend dans le monde de l’aménagement et au-delà car, d’un point de vue opérationnel, il s’agit de préparer techniquement et spatialement le déploiement de fonctions écosystémiques. La concurrence sur les signifiants à reconnaître au sol non artificialisé conduit le monde de l’aménagement à en approfondir les fonctions, les caractéristiques techniques et chimiques, les particularités du sol comme éléments du vivant.

3.2. Les récits « individuels » des acteurs de l’aménagement

28À l’échelle de chaque acteur de l’aménagement, des récits sont aussi produits avec l’accumulation de déclarations, de révisions des documents stratégiques, de programmes opérationnels et d’outils techniques. Nous les appellerons ici des récits « individuels » d’organismes, même si ceux-ci sont en réalité des entités plurielles.

29À cette échelle, avec l’émergence de la question de la nature, des objectifs environnementaux quantifiés sont venus s’ajouter aux objectifs habituellement publicisés en aménagement, comme le nombre de logements ou de locaux construits. Le procédé se diffuse en Europe dès le milieu des années 1990 et adopte des formes d’énonciation qui visent à faire des objectifs environnementaux les principaux éléments de présentation des projets urbains. Au début des années 2000, BedZed, Beddington Zero Energy (fossil), est le nom donné à une opération d’aménagement dans la banlieue de Londres qui sera, pendant une dizaine d’années, une référence internationale particulièrement scrutée, visitée et suivie par les aménageurs. S’ensuivront de nombreux projets en Europe qui, au lieu de mettre en avant un patrimoine architectural ou une ambition urbaine selon les procédés classiques en aménagement, vont préférer prendre comme porte-drapeau un objectif environnemental formulé d’une manière marquante pour raconter le projet (Souami, 2009). Les formulations annonçant des « zéro émission de GES » ou des « 100 % d’ENR » dans les futurs quartiers se sont démultipliées.

30En France, les opérations d’aménagement adoptent le mode : « 100 % d’énergie renouvelable » dans la future ZAC Bercy-Charenton-Bercy et dans la ZAC Étoile de Strasbourg, « 100 % d’énergie photovoltaïque » dans la zone d’activités du Rocher pour Vienne Condrieu Agglomération, « Zéro tuyau » pour les eaux pluviales dans la ZAC Saint-Vincent-de-Paul (Paris), « 100 % des bâtiments avec des toitures végétalisées » dans la ZAC Notre-Dame à la Queue-en-Brie (Île-de-France), « ZéroPhyto » et « Zéro Gaspi » dans la ZAC du Cerf-Volant Route de la commune de Buc (Souami, 2021).

31La forme qui a été adoptée pour l’affirmation du « Zéro artificialisation nette » était donc bien familière pour une majorité des organismes d’aménagement. Chacun devait en revanche trouver à lui donner un sens pratique et opérationnel. Les propositions ont été diverses, avec pour point commun un maintien du registre de la quantification. Examinons les exemples représentatifs dans le paysage des organismes d’aménagement en France.

32Du côté des organismes publics d’État, l’Établissement public d’aménagement Nice Éco Vallée met en avant ses résultats en matière de sobriété foncière pour apporter la preuve d’une réelle action dans la trajectoire du ZAN. Les résultats opèrent dans le récit comme témoins, voire démonstrateurs des changements de pratiques effectifs. Ici, l’établissement raconte le fruit de son travail et de ses efforts sur le foncier dans une vallée caractérisée par ses « richesses naturelles » (EPA EcoVallée, 2020). Il met en exergue la division par dix du rythme d’artificialisation sur son territoire entre 1999 et 2017 ainsi que l’atteinte des 3,25 hectares de terres artificialisés par an en 2032. L’EPA EcoVallée est représentative des établissements publics d’aménagement qui, sous la tutelle du ministère de la Transition écologique, devaient faire exemple et valoriser des éléments de réalisation du ZAN dès 2019. Ils ont adopté le registre comptable de surfaces de terrain.

33Du côté des organismes publics locaux, les collectivités territoriales procèdent d’une manière comparable en privilégiant au préalable une quantification des surfaces. Par exemple, Saint-Nazaire Agglomération met en avant la réduction de ses consommations de 36 % entre 1992 et 2016. Dans le même territoire, le conseil départemental de Loire-Atlantique valorise la division par deux des surfaces artificialisées entre la décennie 2000 et la décennie 2010. Il annonce une totale neutralité à l’horizon 2035 et, pour ce faire, mobilise en particulier la SEM Loire-Atlantique Développement. Celle-ci communique sur sa rupture avec son modèle historique basé sur 80 % d’urbanisation extensive (Souami, 2021). Les quantités mises en avant manifestent à la fois la preuve et le sens de ces efforts. Elles laissent transparaître les difficultés, dans un même département, à tisser un récit commun.

34Côté organismes privés, les promoteurs et les développeurs immobiliers ont également produit leurs récits sur la question. Ils y articulent affichage de résultats et présentation de changements de pratiques opérationnelles. Par exemple, Vinci Immobilier fait savoir qu’il a orienté ses réalisations pour que la moitié de ses opérations atteignent un taux de terres désartificialisées supérieur au taux d’artificialisation du foncier. Il annonce atteindre le ZAN d’ici à 2030 et réaliser au même horizon plus de 50 % de son chiffre d’affaires dans des opérations de recyclage urbain. Dans ses déclarations médiatiques, son directeur de la stratégie et de l’innovation réaffirme que le but est de réduire fortement les 20 % du chiffre d’affaires réalisés sur des opérations liées à l’extension urbaine.

  • 4 Extrait de l’entretien réalisé par l’auteur avec le directeur de l’innovation de Bouygues Immobili (...)
  • 5 Désignation propre au label BiodiverCity développé par le Conseil international de la biodiversité (...)
  • 6 Extrait du Guide du Label BiodiverCity publié par le CIBI en 2014.
  • 7 Q : le facteur qualité biologique, qualité et rareté des espèces plantées ou « invitées », C : la (...)

35Bouygues Immobilier a choisi en 2014 de déployer le label BiodiverCity, puis d’appliquer cette approche à l’échelle d’un quartier. En 2019, il mettait en avant les 8 607 logements de ses projets couverts par la labellisation BiodiverCity. Cette dernière était centrale pour réaliser, en 2025, l’engagement4 des 25 % des surfaces de ses projets en « biodiversité positive5 ». Progressivement, l’entreprise a mesuré la difficulté de produire un récit faisant sens avec le label BiodiverCity : celui-ci prévoyait d’évaluer l’effet des projets sur la biodiversité selon quatre axes couvrant la gestion, les techniques et les usages. Dans le volet technique, il devait mesurer le « potentiel biologique intrinsèque du projet » défini comme « la valeur écologique de la propriété à terme : valeur écologique préservée sur site, reconstituée après l’opération et qui évoluera avec la pousse des végétaux et les logiques d’entretien adaptées6 ». Une formule accompagne cet indicateur à calculer : le Potentiel biologique PE = Q x C x F7. Les incertitudes autour de ce type d’indicateurs et sa difficile réappropriation par les autres acteurs pour faire sens expliquent le choix d’opter pour un autre opérateur de récit sur la question de la biodiversité.

36En 2020, Bouygues Immobilier modifie son récit et rend publique l’adoption d’un outil numérique visant à évaluer l’impact de son activité sur la biodiversité. L’outil applique un coefficient pondérateur aux surfaces aménagées ou construites en fonction de leur potentiel d’accueil de la biodiversité. Ce coefficient de biotope par surface correspond à la part de surfaces « favorables à la biodiversité » sur la parcelle : perméables, végétalisées… À terme, Bouygues Immobilier compte tendre vers une note jugée performante : 30 % de surfaces dites favorables à la biodiversité. Le coefficient de biotope paraît plus partageable et semble faire sens entre acteurs de l’aménagement que le label BiodiverCity et ses indicateurs.

37Une autre séquence, vécue cette fois par un organisme public, permet de comprendre cette confrontation nouvelle à la réalité du sol pour le vivant. Au début des années 2010, l’EPA Marne décida de réserver au cœur de la ZAC de Montevrain (périphérie est de Paris) 20 hectares destinés à une ferme agricole de proximité respectueuse de l’environnement. Il réalisa progressivement que la ferme supposait de sortir de ses pratiques habituelles. Il dut commander une étude agropédologique pour connaître les constituants physico-chimiques de la terre là où, habituellement, il réalisait une étude vérifiant la solidité mécanique du sol pour la construction. Il a été conduit à commander une étude d’irrigation, là où, par le passé, il demandait une étude d’hydrologie afin de mettre le quartier et les bâtiments « hors eau ». En résumé, il lui fallait appréhender le sol comme un milieu vivant dont la qualité environnementale supposait d’en comprendre les composantes participant au vivant.

  • 8 Nous n’entendons pas par là qu’il y a absence de facteurs politiques, mais que ceux-ci ne surdéter (...)

38Ces différents essais et changements ne sont pas principalement guidés par des considérations économiques ou des visions idéologiques. Ils se jouent beaucoup dans le champ technique et scientifique, avec la particularité que s’y croisent des techniques et des savoirs de la biologie avec des techniques des savoirs de l’aménagement8. Dans ce contexte, le ZAN offre la possibilité d’utiliser le sol comme objet intermédiaire pour traiter de la biodiversité, question complexe et difficile à saisir par le monde de l’aménagement. Ainsi, la question de la terre est mise à l’ordre du jour du travail quotidien des aménageurs : comment l’aborder concrètement au sein d’un processus d’aménagement où le vivant a souvent été réduit au traitement des espèces classées et/ou à la création d’espaces réservés pour laisser place à la nature ? À la recherche de réponses, le sol s’est avéré être l’objet intermédiaire le plus directement saisissable par le monde de l’aménagement pour appréhender d’une manière plus opérationnelle, mais aussi massive la question de la biodiversité et du vivant. La maîtrise du sol, de son affectation, de son usage direct et des usages qu’il commande indirectement est l’outil accessible pour ce monde de l’aménagement. Toutefois, la condition pour cela est d’extraire la question du sol de la discussion classique en aménagement sur le foncier comme support d’activités humaines (agriculture, construction…) pour le considérer comme une composante centrale des systèmes écologiques et des équilibres pour les vivants. La condition est également de se défaire de la recherche de maîtrise des aménageurs car, à la différence des « techniques mortes ou inertes » (constructions, chaussées, canalisations…), les « éléments naturels » sont moins contrôlables et leur fonctionnement n’est pas toujours prévisible. Les acteurs de l’aménagement ne pouvant dans l’immédiat s’approprier les « techniques vivantes ou du vivant », ont donc trouvé commode et rapidement opératoire d’agir en matière de biodiversité par le sol, élément plus familier pour eux, objet qui était jusque-là classé parmi les outils et les techniques « inertes ».

  • 9 Ademe, Fiches, Biodiversité, Cahier technique Écosystèmes dans les territoires, consulté en juin 2 (...)
  • 10 Extrait d’entretien avec une cheffe de projet de l’EPA Marne.

39Dans cette perspective, de nombreuses structures d’aménagement se sont engagées dans des réflexions sur la définition du coefficient de biotope (RNA, 2020) qui décrit la proportion des surfaces favorables à la biodiversité (surface écoaménageable) par rapport à la surface totale d’une parcelle9. Cet indicateur paraissait commode, car à l’intersection de l’approche du vivant et des objets familiers pour les aménageurs. Il faillit être la « solution miracle10 » en permettant aux aménageurs de limiter leur action à la mise à disposition de surfaces de sol favorables à la biodiversité. Le développement et le maintien de cette dernière relevant de processus qui ne dépendraient alors plus de la responsabilité de ces mêmes aménageurs. Dans les faits, le coefficient de biotope ouvrit à d’autres explorations et discussions chez les aménageurs et leurs experts pour préciser ce que pouvait être un sol accueillant du vivant et favorisant la biodiversité. Les multiples fonctions du sol devenaient à leur tour objet de réflexion et d’analyse pour répondre d’une manière crédible à l’exigence d’une prise en compte de la nature : une terre perméabilisée, mais polluée ou appauvrie pouvait-elle être considérée comme porteuse de biodiversité ? Si elle permettait le développement d’une seule espèce végétale, pouvait-elle être comptabilisée avec celle qui favorisait le développement de plusieurs strates végétales, les nidifications, les régulations climatiques et hydrauliques… ?

40Ces approfondissements en débat autour du coefficient de biotope portent sur la manière de formuler des objectifs lisibles, ici quantifiés en matière de biodiversité, et se développent nécessairement sur la manière d’assurer cette démonstration par la pratique et les choix opérationnels. Ces discussions montrent comment les récits collectifs et individuels, leur construction et élaboration, sont des espaces et des outils de remodelage des pratiques d’aménagement.

4. Discussion et conclusion

41L’objectif du ZAN en France, rendu obligatoire dans la loi Climat et Résilience, réintroduit et renouvelle la question de la nature chez les acteurs de l’aménagement urbain. Cette question a donné lieu à des travaux de recherche analysant selon les périodes ses traductions par le monde de l’aménagement : compensations écologiques, infrastructures vertes, trames vertes et bleues… Ces travaux se focalisent sur les effets limités des actions menées en la matière, les rapportant aux grands enjeux planétaires. Certains expliquent ces résultats par les traductions « économicisantes » de la nature qui la transforment en bien économique. D’autres insistent sur l’idéologie néolibérale qui préside aux logiques de la production urbaine et conduit à reléguer la nature et la biodiversité dans les rangs secondaires. Dans ces schémas d’explication, les acteurs de l’aménagement sont des rouages de la mécanique de marchandisation de la nature. Les discours des développeurs urbains et immobiliers sur la nature, la biodiversité et la sobriété foncière sont présentés dans ces schémas d’explication comme des éléments d’une communication qui masque la réalité des pratiques et des réalisations guidées par des cadres idéologiques.

42Il y aurait donc, d’une part, une activité discursive dont la première finalité serait de produire les éléments apparents des projets urbains, et d’autre part, la pratique, elle réelle, correspondant à ce qui va advenir. Cette césure classique entre les mots et les actes reproduit une analyse scientifique qui tend à donner aux énoncés et aux éléments discursifs le statut d’opérateur cognitif et social masquant, volontairement ou involontairement, la réalité de pratiques moins acceptables et, souvent, contraires aux énoncés.

43Ce schéma d’explication paraît très partiellement pertinent pour comprendre la place de la nature et le travail sur la biodiversité en aménagement. Dans ce champ et plus largement en urbanisme, le discours a un caractère performatif non pas seulement pour la construction d’une lecture du réel, mais par son rôle direct et indirect dans la construction des décisions et de l’action (Rosemberg 2000 ; Throgmorton, 2007 ; Van Hulst, 2012 ; Fijalkow, 2017). Il n’y a pas d’un côté le discours et de l’autre l’action. Le récit est le vecteur qui fait lien entre les deux. Pour schématiser, le discours construit un récit, les récits des pratiques, les pratiques du projet, pour lui donner sens, et le sens assoit les décisions collectives. Le sens forgé par les récits permet de construire le commun dans la complexité et la multiplicité des actions et des acteurs qui font la fabrication d’un morceau de ville. Le récit n’est pas un « conte » pour bercer d’illusions à l’aube d’un projet les acteurs extérieurs et les potentiels opposants à celui-ci, mais il a un rôle de définition de l’espace dans lequel s’élaborent à plusieurs les contenus des actions et des décisions qui permettent d’inscrire dans la matérialité des lieux les objectifs et les visées énoncés dans les discours. Le récit est l’objet de concurrences et d’alliances, car il est producteur d’effets structurants des pratiques et du réel en aménagement.

44Ce rôle du récit se retrouve dans le traitement de la place de la nature en aménagement ou dans la mise de l’aménagement au service de la nature. Sa construction ici est l’objet de concurrences et d’une série d’ajustements entre, d’une part, ce que sont, savent, peuvent, projettent et anticipent les acteurs de l’aménagement et, d’autre part, ce que les questions environnementales supposent et appellent comme moyens et réalisations. Elle suit un processus social complexe et n’est pas une mécanique aboutissant à un seul résultat fixe et univoque. Ce processus est à la fois collectif pris dans un débat public, dans des alliances et des mésalliances entre les protagonistes de ce monde de l’aménagement. Ce processus est aussi individuel à l’œuvre au sein des structures qui aménagent et construisent, et parmi les experts ou les techniciens. Le récit collectif du monde de l’aménagement en France pris dans ce processus dynamique formalise progressivement des principes, des objets ou des manières de faire. Il cristallise en particulier le sol comme un « objet intermédiaire » entre les professionnels de l’aménagement et les spécialistes du vivant, ce qui aboutit au ZAN comme expression institutionnelle des objectifs. Le ZAN accélère l’appréhension du sol comme un élément du vivant par les acteurs de l’aménagement. Ces derniers sont conduits à approfondir la connaissance de son rôle dans les écosystèmes et à développer des moyens pour intervenir sur le sol comme éléments du vivant. Ils testent et discutent pour cela des termes pour désigner l’objet et l’objectif. Le ZAN participe de cette élaboration du récit. Sa forme quantificatrice et comptable traduit la tentative de reproduire une formalisation qui, dans le passé récent de l’aménagement, a permis de produire des récits opérants, c’est-à-dire permettant d’induire des changements de pratiques. Le « Zéro » est supposé faire sens auprès des différents publics et acteurs nécessaires à la fabrique urbaine (élus, habitants, organismes d’aménagement, développeurs immobiliers…), faire sens sur le cap visé, sur l’objectif ambitionné, sur la possibilité d’en vérifier la réalisation et sur la crédibilité technique de sa mise en œuvre. Les débats concernant la mise en œuvre du ZAN conduisent, comme nous l’avons souligné, à approfondir les modalités pratiques en remettant régulièrement en question des pratiques existantes et parfois très ancrées dans le monde de l’aménagement. Dans ce dernier, le processus de construction du récit est aussi un processus de mise en pratique, d’imprégnation des acteurs et de leurs manières de faire, de modification plus profonde de celles-ci. Pour ces raisons, les explications sur l’intégration de la nature, de la biodiversité du sol comme élément vivant ne sont pas à chercher dans les grands cadres idéologiques prioritairement, mais bien à analyser dans les processus propres au monde de l’aménagement où les récits et leur construction sont centraux dans l’action et la transformation du réel.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages et articles

Apostolopoulou E., 2020, Nature swapped and nature lost. Biodiversity offsetting, urbanization and social justice, Cham, Palgrave Macmillan, 404 p.

Apostolopoulou E., Adams W. M., 2019, « Cutting nature to fit: Urbanization, neoliberalism and biodiversity offsetting in England », Geoforum, vol. 98, p. 214-225, https://doi.org/10.1016/j.geoforum.2017.05.013.

Arrif T., Blanc N., Clergeau Ph., 2011, « Trame verte urbaine, un rapport nature-urbain entre géographie et écologie », Cybergeo, p. 1-23, https://doi.org/10.4000/cybergeo.24862.

Barles S., 2010, « Écologies urbaine, industrielle et territoriale », in Coutard O., Levy J. P. (eds.), Écologies urbaines, Paris, Economica/Anthropos, coll. « Villes », p. 61-83, 371 p.

Barles S., Blanc N., 2016, Écologies urbaines : sur le terrain, Paris, Economica, p. 374.

Berthelot K., 2020, « Du mythe de l’habitant écocitoyen à l’optimisation des modes de vie : vers une subjectivation néolibérale des conduites. Étude des représentations professionnelles sur l’écologie et les écoquartiers », Reflets et perspectives de la vie économique, n° VIII, p. 49-64.

Blanc N., Clergeau P., 2013, « La nature en ville », in Euzen A., Gaill F., Eymard L., Le développement durable à découvert, Paris, CNRS Éditions, p. 130-135.

Blanc N., Soini K., 2015, « Cultural and Biological Diversity: Interconnections in Ordinary Places », in De Beukelaer C., Pyykkönen M., Singh J. P. (eds), Globalization, Culture, and Development, Londres, Palgrave Macmillan.

Blanc J.-B., Loiser A.-C., Redon-Sarrazy C., 2021, Objectif de zéro artificialisation nette à l’épreuve des territoires, rapport d’information au nom de la commission des affaires économiques n° 584 (2020-2021), Sénat, p. 113.

Blandin P., 2014, « Au leurre de la biodiversité ? », Vraiment durable, vol. 5, n° 6, p. 19-41, https://doi.org/10.3917/vdur.005.0019.

Boltanski L., Thévenot L., 2015, « Comment s’orienter dans le monde social », Sociologie, vol. 6, p. 5-30, https://doi.org/10.3917/socio.061.0005.

Chaire Aménager le Grand Paris, 2019-2022, Définitions et débats sur le « Zéro artificialisation nette », pour Institut Paris Région, la Société du Grand Paris, l’EPA Marne, l’EPA Saclay.

Chatzimentor A., Apostolopoulou E. D., Mazaris A., 2020, « A review of green infrastructure research in Europe: Challenges and opportunities », Landscape and Urban Planning, vol. 198.

Chaurand J., Bigard C., Vanpeene-Bruhier S., Thompson J. D., 2019, « Articuler la politique Trame verte et bleue et la séquence Éviter-réduire-compenser : complémentarités et limites pour une préservation efficace de la biodiversité en France », Vertigo, vol. 19, n° 1, https://doi.org/10.4000/vertigo.24472.

Clergeau P., Blanc N., (coord), 2013, Trames vertes urbaines : De la recherche scientifique au projet urbain, Paris, Éditions du Moniteur, 339 p.

Clergeau P. (dir.), 2020, Urbanisme et biodiversité, vers un paysage vivant structurant le projet urbain, Rennes, Apogée.

Coloos B., 2020, « Rareté du foncier, limites des politiques, Fédération française du bâtiment », Constructif, n° 57, p. 9-12, https://doi.org/10.3917/const.057.0009.

Doussan I., 2018, « Quand les parlementaires débattent de la compensation écologique : des occasions manquées », Natures Sciences Sociétés, vol. 26, p. 159-169, https://doi.org/10.1051/nss/2018029.

Durieux B., 2021, « Climat et politique », Commentaire, vol. 175, p. 569-578.

Fijalkow Y. (dir.), 2017, Dire la ville c’est faire la ville. La performativité des discours sur l’espace urbain, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 196 p.

Filazzola A., Shrestha N., MacIvor J. S., 2019, « The contribution of constructed green infrastructure to urban biodiversity: A synthesis and meta-analysiss », Journal of Applied Ecology, vol. 56, n° 9, p. 2131-2143.

Gandy M., 2018, « Cities in deep time », City, vol. 22, n° 1, p. 96-105.

Grimault V., 2021, « Comment en finir avec la bétonisation », Alternatives économiques, n° 412, p. 32-33.

Holmes G., 2012, « Biodiversity for Billionaires: capitalism, conservation and the role of philanthropy in saving/selling nature », Development and Change, vol. 43, n° 1, p. 185-203.

Hundloe T., 2022, « Can we convert biodiversity into Dollars? », Environmental Impact Assesment, p. 227-236.

Ionașcu E., Mironiuc M., Anghel I., Carmen Huian M., 2020, « The Involvement of Real Estate Companies in Sustainable Development – An Analysis from the SDGs Reporting Perspective », Sustainability, vol. 12, n° 3, p. 798.

Knight-Lenihan S., 2020, « Achieving biodiversity net gain in a neoliberal economy: The case of England », Ambio, vol. 49, n° 12, p. 2052-2060.

Louis-Lucas T., 2021, « Que recouvre l’intérêt des promoteurs pour la biodiversité ? », Métropolitiques, 20 septembre, https://metropolitiques.eu/Que-recouvre-l-interet-des-promoteurs-pour-la-biodiversite.html.

Marine MarineFleury A., 2022, « Des citoyens pour relever le défi du changement climatique, est-ce vraiment sérieux ? » Cahiers Droit, Sciences & Technologies, n° 14, p. 117-132, https://doi.org/10.4000/cdst.6104.

Niak Sian Koh S. N., Hahn T., Boonstra W. J., 2019, « How much of a market is involved in a biodiversity offset? A typology of biodiversity offset policies », Journal of Environmental Management, n° 232, p. 679-691.

Pascoe S., Cannard T., Steven A., 2019, « Offset payments can reduce environmental impacts of urban development », Environmental Science and Policy, n° 100, p. 205-210.

Pereira P., Baró F., 2022, « Greening the city: Thriving for biodiversity and sustainability », Science of The Total Environment, n° 817.

Reber B., 2022, « Récits et responsabilités : délibérer des preuves de futurs souhaitables », Annales des Mines – Responsabilité et environnement, n° 107, p. 57-61.

Réseau national des aménageurs, 2020, L’aménageur au cœur d’injonctions contradictoires, comment résoudre l’équation ? » Comment limiter l’artificialisation des sols, en soutenant les besoins de développement français sur l’ensemble de son maillage territorial ? », Actes de la 1re journée du cycle de travail 2020, RNA, 36 p. + annexes.

Robert A., Yengué J.-L., 2018, « Les citadins, un désir de nature “sous contrôle”, “fleurie et propre” », Métropoles, vol. 22, https://doi.org/10.4000/metropoles.5619.

Rode S., 2018, « L’imaginaire de la nature végétale dans l’aménagement urbain : entre instrumentalisation, nouveautés et continuités », Crossways Journal, vol. 2, n° 1.

Rosemberg M., 2000, Le Marketing urbain en question. Production d’espace et de discours dans quatre projets de villes, Paris, Anthropos, coll. « Villes ».

Souami T., 2009, Écoquartiers en Europe. Secrets de fabrication, Paris, Ed. Les carnets de l’Info, 230 p.

Souami T., Verdeil É., 2006, Concevoir et gérer les villes – Milieux d’urbanistes du sud de la Méditerranée, Paris, Economica, 230 p.

Souami T., 2008, « Le développement durable change-t-il le monde des urbanistes ? Vers une structuration du milieu professionnel ? », Les Annales de la recherche urbaine, n° 104, p. 18-27, https://doi.org/10.3406/aru.2008.2736.

Throgmorton J. A., 2007, « Inventing the Greatest: Crafting Louisville’s Future Out of story and Clay », Planning Theory, vol. 6, n° 3, p. 237-262.

Van Hulst M., 2012, « Storytelling, a model of and a model for planning », Planning Theory, p. 299-318.

Van Lang A., 2020, « La Convention citoyenne pour le climat vue du droit de l’environnement : un dispositif participatif singulier en voie d’institutionnalisation », Archives de philosophie du droit, vol. 62, p. 509-525.

Wintz M., 2015, « Nature urbaine, nature distante, nature policée », in Hajek I., Hamman P., Lévy J.-P. (dir.), De la ville durable à la nature en ville, Villeneuve-d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, p. 155-169.

Wintz M., 2019, « La nature en ville : une réconciliation en trompe-l’œil », Revue du MAUSS, n° 54, p. 95-107, https://doi.org/10.3917/rdm.054.0095.

Wright H., 2011, « Understanding green infrastructure: the development of a contested concept in England », Local Environment, vol. 16, n° 10, November, p. 1003-1019.

Xie L., Bulkeley H., 2020, « Nature-based solutions for urban biodiversity governance », Environmental Science & Policy, vol. 110, August, p. 77-87.

Sources institutionnelles

EPA EcoVallée, 2020, Projet stratégique et opérationnel, 323 p.

EPFIF, 2007, Plan pluriannuel d’intervention 2007-2013, Établissement public foncier d’Île-de-France, p. 59.

EPFIF, 2021, Plan pluriannuel d’intervention 2007-2013, Établissement public foncier d’Île-de-France, p. 60.

Souami T., 2021, Évaluation des projets d’aménagement durable, rapport de synthèse, ministère de la Transition écologique et solidaire, 67 p.

Haut de page

Notes

1 Voir plusieurs rapports produits sur la place des écologues et de l’écologie, la densité et la sobriété foncière, les fonctions écologiques du sol et la programmation en aménagement, les retombées sociales et économiques des projets écologiques, dans Souami T. (coord.), 2011-2018 et dans Chaire aménager le Grand Paris, 2019-2022.

2 Anciennement : Syndicat national des aménageurs lotisseurs (Snal).

3 Extrait du texte de présentation de l’outil de simulation élaboré par l’Unam et la FNSCOT.

4 Extrait de l’entretien réalisé par l’auteur avec le directeur de l’innovation de Bouygues Immobilier dans le cadre de la recherche.

5 Désignation propre au label BiodiverCity développé par le Conseil international de la biodiversité et l’immobilier (CIBI).

6 Extrait du Guide du Label BiodiverCity publié par le CIBI en 2014.

7 Q : le facteur qualité biologique, qualité et rareté des espèces plantées ou « invitées », C : la capacité biologique, les surfaces, voire les « volumes » offerts pour accueillir cette nature, F : le facteur fonctionnalité, les conditions permettant l’accès, l’accueil et la survie des espèces.

8 Nous n’entendons pas par là qu’il y a absence de facteurs politiques, mais que ceux-ci ne surdéterminent pas les processus à l’œuvre.

9 Ademe, Fiches, Biodiversité, Cahier technique Écosystèmes dans les territoires, consulté en juin 2022.

10 Extrait d’entretien avec une cheffe de projet de l’EPA Marne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Taoufik Souami, « « Zéro artificialisation nette » en aménagement : compter et conter la nature en ville pour changer les pratiques ? »Développement durable et territoires [En ligne], Vol. 14, n°3 | Décembre 2023, mis en ligne le 22 décembre 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/developpementdurable/23244 ; DOI : https://doi.org/10.4000/developpementdurable.23244

Haut de page

Auteur

Taoufik Souami

Taoufik Souami croise des approches techniques sociologiques et économiques pour analyser la transformation des pratiques en aménagement et les usages dans les projets urbains intégrant les enjeux environnementaux.
École d’urbanisme de Paris, Université Gustave Eiffel, LATTS
taoufik.souami@enpc.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search