Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 14, n°3La mise en visibilité de la natur...La nature en privilège : de l’eff...

La mise en visibilité de la nature dans l’aménagement. Nouveaux questionnements autour de la mise en scène et en récit de la « ville durable »

La nature en privilège : de l’effet des populations citadines aisées sur les paysages et la flore du Cœur vert de la Randstad Holland

Nature as a privilege: the effect of affluent city dwellers on the landscape and flora of the Green Heart of the Randstad Holland
Fabien Roussel

Résumés

Les espaces végétalisés situés autour des agglomérations occidentales (terres agricoles, espaces boisés, zones humides, espaces abandonnés ou de nature recréés) sont désormais intégrés aux politiques métropolitaines de gestion et de préservation de la nature et des paysages. Ils sont aussi un cadre de vie et de loisirs pour les citadins, notamment les plus aisés. Dans la lignée des réflexions sur les dynamiques de gentrification verte, la notion de luxury effect a été proposée pour désigner les effets des populations aisées sur l’accroissement de la biodiversité ou au contraire son appauvrissement, les auteurs évoquant alors un luxury effect inversé. La question doit être envisagée non seulement d’un point de vue quantitatif, mais aussi dans la dimension qualitative de la biodiversité.
Le vaste espace agricole au cœur de la Randstad Holland aux Pays-Bas – conurbation de près de 7 millions d’habitants en 2018 –, désigné dans la législation néerlandaise sous le nom de Cœur vert, constitue un archétype de gestion multifonctionnelle des espaces végétalisés périurbains qui croise enjeux agricoles, récréatifs et écologiques. D’abord très centralisatrice et régulatrice, la politique en faveur de la nature aux Pays-Bas a connu depuis 2010 une dynamique de désengagement de l’État central, au profit d’actions à l’échelle régionale et locale qui risquent d’accroître des logiques d’entre-soi paysager. Une approche biogéographique a été ici engagée à partir de données botaniques, d’observations paysagères et d’indicateurs socio-économiques pour discuter des effets des populations aisées sur les paysages et la flore du Cœur vert. Nous nous sommes focalisés sur les bords de rivières, plus accessibles, et très attractifs pour les citadins.
La flore des bords de l’eau associée aux secteurs les plus favorisés a un caractère très anthropophile, suggérant un luxury effect inversé, et met en lumière la dimension qualitative de la biodiversité. On rencontre en effet la flore hygrophile, répondant aux conditions des milieux humides et donc aux enjeux de préservation de la biodiversité, dans les espaces les plus éloignés de la conurbation, là où résident des habitants plus modestes. La nature visée par les citadins aisés est davantage un décor paysagé sous contrôle : rives boisées ou offrant une vue dégagée sur la rivière. Une convergence spatiale s’opère toutefois entre mesures de protection de la nature et présence de populations aisées. Des pistes de réflexion sont ouvertes concernant le pilotage de ces mesures par les institutions et les négociations induites avec les acteurs locaux.

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercier le laboratoire Discontinuités de l’université d’Artois ainsi que la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS) Lille Nord de France pour le financement de ces projets. Je remercie également Emma van der Zanden pour ses conseils précieux et l’accès à des sources de données spatiales et écologiques, ainsi que Marthe Derkzen pour son aide dans la prise de contacts et la découverte de certains lieux.

1L’attrait pour la nature des sociétés urbaines occidentales contemporaines a fait des espaces périurbains un cadre de vie pour quelques résidents, ou de loisir de proximité pour les habitants des agglomérations denses voisines (Corneloup et al., 2014 ; Poulot et al., 2016). La tendance a été encore amplifiée par la crise sanitaire de 2020-2021 (Nikolli et Girault, 2021). L’intérêt de certains citadins pour la nature autour des villes est un phénomène que l’on peut faire remonter au xixe siècle (Mathis, 2010 ; Mathis et Pépy, 2017) et qui s’accélère à compter des années 1970 (Urbain, 2008). Il doit être analysé sous un angle social : ces espaces sont particulièrement ciblés par les populations citadines aisées (Desponds, 2007 ; Gerrish et Watkins, 2018 ; Schaeffer et al., 2016) donnant lieu à des phénomènes de gentrification verte (Anguelovski et al., 2019) et d’inégalités dans l’accès aux espaces verts (Charles et al., 2007 ; Wolch et al., 2014). Les espaces végétalisés périurbains sont divers par leurs paysages et leurs fonctions : terres agricoles, espaces boisés, zones humides, espaces abandonnés (friches, délaissés), espaces de nature recréés (végétalisation d’anciens sites d’enfouissement des déchets, réouverture de cours d’eau, plantations en vue de recréer des forêts, etc.). Avec l’émergence des préoccupations environnementales à la fin du xxe siècle, les modalités d’aménagement de ces espaces se sont enrichies de nouvelles approches et de nouveaux termes, en constant renouvellement : multifonctionnalité, trames vertes, biodiversité, services écosystémiques, solutions basées sur la nature, etc. L’impératif écologique qui sous-tend ces enjeux masque la dimension paysagère et de cadre de vie des politiques publiques et les dynamiques socio-économiques évoquées plus haut (Roussel, 2019). La convergence entre espaces de nature périurbains, enjeux écologiques associés et appropriation par des populations aisées soulève en particulier la question de l’impact de ces dernières sur la diversité biologique localement. C’est ce qu’entend éclairer le concept de luxury effect (Leong et al., 2018), soit l’effet des populations aisées sur l’accroissement de la biodiversité ou au contraire son appauvrissement, les auteurs évoquant alors un luxury effect inversé. La question doit être envisagée non seulement d’un point de vue quantitatif, mais aussi dans la dimension qualitative de la biodiversité.

2Les espaces végétalisés proches des métropoles européennes, en particulier du nord de l’Europe, sont souvent montrés en exemple de préservation réussie des espaces végétalisés périurbains (Amati, 2008). Cette préservation y prend la forme d’aménagements mêlant enjeux paysagers (patrimoine, cadre de vie, esthétique), écologiques (biodiversité, services écosystémiques) et économiques (agriculture, tourisme). De ce point de vue, les Pays-Bas présentent un profil caractéristique : il s’agit d’un pays riche, ayant fait l’objet d’une politique d’aménagement extrêmement encadrée et régulatrice (Koomen et al., 2008). Les paysages et la flore associée à cet espace de 18 000 hectares presque exclusivement agricole au cœur de la Randstad Holland, connu dans la législation néerlandaise sous le nom de Cœur vert (Het Groene Hart), sont emblématiques de cette réussite. S’y déploie depuis les années 1980 une approche multifonctionnelle pour laquelle les dynamiques agricoles ont dû intégrer les enjeux urbains de récréation et les enjeux écologiques (Dewailly et Meur-Férec, 1995). Ceux-ci portent sur la lutte contre les risques d’inondations, sur la résorption de la pollution engendrée par l’activité agricole elle-même, mais aussi sur la question de la biodiversité, en particulier végétale et avicole (Groeneveld et al., 2018). Les pratiques urbaines (vélo, randonnée en bateau, aviron, etc.) sont venues s’ajouter aux usages touristiques déjà présents (Komossa et al., 2019). Parler de nature à propos d’un espace essentiellement constitué de polders soulève un paradoxe que l’emploi de l’expression nature development assume pleinement (Buijs et al., 2014 ; De Groot et Van Den Born, 2003). Il s’agit bien ici de créer de la nature, là où il y avait, avant le xviie siècle, de l’eau (Kooij, 2010), faisant pleinement des objets qui composent le Cœur vert des hybrides anthropiques/naturels (Lespez et Dufour, 2021). Si les paysages néerlandais laissent peu transparaître de disparités socio-économiques, les fortes densités humaines et urbaines ont toutefois tendance à rapprocher les populations aisées des aménités environnementales (Kruize, 2007). Nous voudrions ici prolonger ces réflexions en nous focalisant sur les espaces végétalisés hors parcelles agricoles et sur la flore, dans un contexte de désengagement de l’État néerlandais en faveur de la préservation du Cœur vert (Korthals Altes, 2018) et de la nature en général (Buijs et al., 2014 ; Tisma et Meijer, 2018). Ce désengagement renforce le rôle des échelons locaux de gouvernance (provinces et communes) davantage subordonnés aux contextes socio-économiques locaux. Il devient dès lors pertinent de poser la question d’un luxury effect dans le Cœur vert de la Randstad Holland.

3Pour ce faire, nous croisons approches naturalistes et sociales, dans le cadre d’une biogéographie renouvelée (Cohen et al., 2012 ; Alexandre et Génin, 2016) et d’une réflexion plus générale sur l’hybridation socio-écologique des milieux (Lespez et Dufour, 2021). La flore peut dès lors servir d’indicateur des territorialités à l’œuvre (Roussel, 2020), définies par le sentiment d’appartenance des habitants à un territoire donné. Les espaces végétalisés situés sur les berges de rivière ont été choisis comme cible d’étude privilégiée. Cela répond à des contraintes d’accès. Le Cœur vert est en effet largement couvert par les prairies d’élevage, propriété des éleveurs et difficiles d’accès (en raison de clôtures et de canaux). Seules les berges des cours d’eau sont généralement accessibles, gérées par des organismes publics (les waterschappen). En outre, les cours d’eau occupent une place singulière dans l’imaginaire néerlandais, entre nécessité d’aménagement et symbole de nature typique (Buijs, 2009 ; Komossa et al., 2019). Les rivières ont en effet été identifiées par les aménageurs comme des paysages marquants du Cœur vert, particulièrement le Vecht et le Vieux Rhin (Kooij, 2010) faisant de leurs rives une cible privilégiée pour la résidence des citadins aisés. Les berges sont dès lors susceptibles de montrer des cortèges floristiques qui reflètent les choix d’aménagement et/ou de gestion, variables selon le contexte socio-économique.

4Cet article s’appuie sur un travail de terrain effectué en 2019, 2020 et 2022, croisant observations paysagères et collecte de données botaniques. Des entretiens auprès d’acteurs et de chercheurs, ainsi que des échanges prolongés avec des habitants, ont en outre permis de cerner les enjeux de gouvernance. Ayant été menés selon une approche plus exploratoire, ils nourrissent ici la réflexion sans pour autant constituer un matériau d’analyse. Après une présentation des enjeux, terrains et méthodes (1), nous verrons comment le contexte socio-territorial marque les paysages et la flore (2), puis nous ouvrirons la discussion sur la dimension sociale de la diversité floristique et paysagère en lien avec la possibilité d’un luxury effect (3).

1. La nature périurbaine : enjeux socio-écologiques et méthodes d’analyse

1.1. Le Cœur vert de la Randstad Holland, une nature façonnée par et pour les citadins aisés ?

5Il est attendu des espaces végétalisés proches des villes qu’ils remplissent des fonctions multiples : fonction nourricière depuis toujours, fonction sanitaire avec le courant hygiéniste apparu au xixe siècle, fonction patrimoniale puis récréative courant xxe, et désormais fonction écologique (Mathis et Pépy, 2017). Les aménageurs se sont emparés de ces impératifs en élaborant des mesures de préservation des espaces ouverts depuis la fin du xixe siècle. C’est ainsi que les ceintures vertes ont remporté un franc succès au cours du xxe siècle, parfois sous d’autres formes, tels les « coins verts » de l’agglomération de Copenhague ou le Cœur vert de la Hollande (Amati, 2008).

6Aux Pays-Bas, le terme de Cœur vert apparaît pour la première fois en 1958, en référence à la forme annulaire de la conurbation de la Randstad Holland qui l’entoure, et regroupe notamment les villes d’Amsterdam, d’Utrecht, de La Haye et de Rotterdam, pour ne citer que les quatre principales d’entre elles, soit plus de 7 millions d’habitants (Tisma et Meijer, 2018) (Figure 1). Le Cœur vert désigne une zone de plus de 18 000 hectares faiblement bâtie, dominée par l’activité agricole à 67 %, l’élevage laitier particulièrement (ibid.). L’occupation urbaine y a longtemps été soumise à des règles strictes. On se situe au-dessous du niveau de la mer, en raison de l’extraction de la tourbe dès le xie siècle, ce qui a conduit à la poldérisation de l’espace à compter du xvie siècle, puis à l’installation de l’activité agricole. Plus récemment, l’aménagement de ce Cœur vert agricole a suivi une logique d’infrastructure verte, consistant à incorporer des fonctions urbaines dans les espaces agricoles en instaurant un principe de « co-utilisation récréative » (Dewailly et Meur-Férec, 1995). Les agriculteurs se voient alors confier un nouveau rôle (De Boer et Bressers, 2014), celui de veiller à l’authenticité culturelle du paysage, à la qualité écologique des espaces et au développement de la nature. Ainsi la présence d’oiseaux de prairies fait-elle l’objet d’une politique de soutien financier aux agriculteurs, à la condition d’un changement de leurs pratiques : remontée de la nappe par régulation du pompage, inondations temporaires, plus grande diversité floristique, baisse de la quantité d’intrants, etc. (Koomen et al., 2008 ; Pfeifer et al., 2012).

7S’intéressant dans sa thèse à la question des inégalités environnementales aux Pays-Bas, particulièrement dans le contexte de la Randstad Holland, Hanneke Kruize (2007) est partie du postulat suivant : les Pays-Bas ont une tradition égalitaire et contractuelle mais doivent faire face à une pression très forte sur l’espace. Ceci a pour conséquence de mettre en contact étroit les zones résidentielles et les activités sources de pollution. Les aménités environnementales deviennent un point focal pour les populations les plus aisées qui recherchent leur proximité à l’échelle micro-locale. Les conclusions du travail de corrélation statistique entrepris par la chercheuse au début des années 2000 sont implacables : en moyenne, les revenus les plus hauts ont accès à six fois plus de mètres carrés d’espaces verts par habitant dans un rayon de 500 mètres que les revenus les plus bas (ibid.). C’est là l’indicateur d’inégalité le plus déterminant dans l’étude de H. Kruize, alors que d’autres indicateurs des inégalités environnementales, par exemple l’exposition au bruit aéroportuaire (l’aéroport international de Schiphol dans le cas présent), ne sont pas ici discriminants, compte tenu de l’impossibilité de fuir les effets de ces nuisances dans le contexte de la Randstad Holland (Faburel, 2013). La chercheuse a corrélé l’augmentation des inégalités d’accès aux aménités, surtout depuis le début des années 2000, à la disparition de la tradition égalitariste aux Pays-Bas. Cela fait écho à la dérégulation des politiques étatiques partout dans le monde (Amati, 2008).

8La politique de Cœur vert a connu des phases plus ou moins strictes d’application. Certaines périodes, comme dans les années 1960, ont vu l’urbanisation progresser sur ses franges. Jean-Michel Dewailly et Catherine Meur-Férec (1995) constataient alors que certaines populations aisées avaient eu davantage les coudées franches pour accéder aux espaces de nature du Cœur vert : « Ce développement urbain s’est fait en désaccord avec les orientations nationales d’aménagement du territoire (hors des “noyaux de croissance” notamment). Ceci s’explique en partie par le fait que les populations capables financièrement de construire dans le Cœur vert représentent des classes aisées d’occupants propriétaires qui ne bénéficient pas d’aides sociales au logement et échappent donc ainsi au contrôle direct de l’État. »

  • 1 Une sollicitation pour un entretien a été effectuée auprès du Waterschap Amstel, Gooi en Vecht, en (...)

9L’aménagement et l’attrait pour les bords de rivière et de plans d’eau illustrent ces dynamiques. Ils sont gérés par les waterschappen, organismes publics dont les compétences portent sur la régulation des inondations, le maintien des digues, la gestion écologique des rivières et de la qualité des eaux. Apparues dès le Moyen-Âge, ces institutions régionales reposent sur un conseil d’administration élu tous les quatre ans tout en restant sous tutelle de l’État, mêlant ainsi approche démocratique et technocratique selon un équilibre en évolution constante (Graaff et al., 2009)1. À la fin des années 1990, les inquiétudes grandissantes à l’égard du risque inondation ont conduit les waterschappen à proposer une approche plus intégrée de la gestion des cours d’eau, s’appuyant sur la mise en valeur paysagère et une place plus grande laissée aux dynamiques naturelles. Arien E. Buijs (2009) a relevé que les populations citadines, diplômées, nouvelles venues sont très favorables aux projets de renaturation, tandis que les populations nées sur place, moins éduquées, souvent des agriculteurs, restent attachées aux paysages agricoles traditionnels. La renaturation des espaces périurbains devient ainsi un thème de divergence entre populations d’origine urbaine et populations rurales. Une dichotomie infra-urbaine s’y ajoute lorsque l’on compare l’attachement à la nature des populations citadines natives des Pays-Bas à celui des populations citadines d’origine immigrée, plus modestes et moins diplômées, celles-ci préférant les espaces végétalisés très construits, sur le principe des parcs urbains (Buijs et al., 2014).

1.2. Tournant libéral et effets sur l’aménagement du Cœur vert

10Malgré les quelques libertés évoquées ci-dessus prises par rapport à la réglementation, la politique publique d’aménagement du Cœur vert a longtemps soutenu la préservation des paysages à l’échelle régionale. Associée à des approches plus locales de zones tampons au contact de la conurbation, cette politique a d’abord bénéficié d’une réglementation très stricte de limitation des constructions, dans une logique assumée d’action forte des autorités publiques qui a permis le succès de ce type de mesures, comme à Londres après la Seconde Guerre mondiale (Amati et Yokohari, 2006). Dans le cas du Cœur vert, la décision de faire passer certains axes de transport telle que la connexion Thalys vers Schiphol et Amsterdam en souterrain témoigne de ce volontarisme. Cependant, depuis 2013, la politique de préservation des espaces ouverts a été transférée aux provinces (Zuid-Holland, Noord-Holland et Utrecht) qui tendent elles-mêmes à déléguer aux communes les décisions stratégiques concernant le développement et/ou l’aménagement de l’espace. La province de Zuid-Holland a ainsi purement et simplement fait disparaître le Cœur vert de sa politique d’aménagement, seule subsistant une appréciation qualitative des milieux et des paysages autour de trois catégories « qualité exceptionnelle », « valeur spéciale », « zone rurale » (Korthals Altes, 2018).

11En conclusion d’une étude historique portant sur le Cœur vert, Pim Kooij (2010) redoutait que le tournant libéral de l’aménagement renvoie de facto l’espace à ce qu’il était avant les années 1960, à savoir : « the hinterland of a number indivudual cities and towns, each of which has its own plans for cultivation. » Pour Arien Buijs et al. (2014), les élections nationales de 2010 – marquant l’arrivée au pouvoir d’une coalition de droite entre le VVD (parti conservateur libéral), le CDA (les chrétiens-démocrates) et le PVV (parti conservateur populiste) – ont entériné ce renversement, remettant en cause pour de bon « a robust “social contract” around Dutch nature conservation » (ibid.) initié en 1905 avec la création de Natuurmonumenten, la société de préservation des monuments naturels. Korthals Altes (op. cit.) voit la dérégulation à l’œuvre comme le meilleur moyen d’obtenir l’assentiment politique dans la lutte contre l’étalement urbain: « A combination of local zoning with more malleable regulations at regional level may be more capable of stopping unwanted development on the one hand, and of securing long-term political support on the other. » Tout dépend dès lors de qui émane et à qui profite ce soutien politique. S’intéressant à ce type d’initiatives de gouvernance locale en faveur de l’aménagement d’espaces verts urbains aux Pays-Bas, Carmen B.E.M. Aalbers et al. (2019) concluaient au rôle déterminant du capital social et économique des populations impliquées, mais aussi à leurs connaissances des mécanismes de décision pour garantir le succès des projets portés. C’est d’autant plus important que les collectivités locales, en apportant ou non un soutien financier aux projets des habitants, continuent de déterminer le succès des initiatives (Mattijssen et al., 2018). Ce n’est en outre pas sans conséquence sur la qualité et la cohérence globale des aménagements et de la gestion de ces espaces aux Pays-Bas (ibid.). Dans une approche critique, on peut voir dans ce transfert de la gestion des espaces verts vers les habitants, un facteur, voire un outil d’accélération du déclin des financements publics (Krinsky et Simonet, 2017). Ce sont dès lors de nouveaux paysages et milieux qui émergent, témoin d’une approche libérale de la nature et vecteurs d’inégalités spatiales (Tisma et Meijer, 2018).

12Dès lors, la coordination du Cœur vert est transférée à une structure de concertation, le Stuurgroep Groene Hart. Ce groupe se compose d’un député de chaque province, de cinq représentants de municipalités, élus pour quatre ans, de deux représentants des agences de l’eau, d’un représentant associatif. Trois personnes en composent le bureau opérationnel. D’après la responsable du bureau rencontrée en juin 2019, les missions tournent autour de quatre principes : « monitoring/connecting/networking/activating » (entretien du 27/06/2019). Cette structure est consultative : il n’y a pas d’obligations pour les membres, et la structure délivre des conseils aux municipalités pour préserver l’identité de la zone tout en en permettant le développement. Il existe en parallèle du Stuurgroep Groene Hart une autre structure qui gère un site internet promotionnel touristique. Si, dans les années 2000, les deux structures étaient liées – elles ont le même logo –, elles sont depuis distinctes, la seconde étant de nature semi-publique/semi-privée. Le logo est parfois affiché par les municipalités (à Gouda par exemple) quand d’autres ne souhaitent pas l’utiliser. La municipalité de Gorinchem au sud estime ainsi, selon la responsable du bureau du Stuurgroep Groene Hart, appartenir au secteur des « paysages de rivières », plutôt qu’au périurbain de la Randstad Holland. Groene Hart est ainsi devenue une marque déclinée localement ou non selon les stratégies de communication des municipalités concernant leur identité paysagère. Comme Alexandra Tisma et Johan Meijer (2018) le résument : « branding became the key word », en écho à des politiques de gentrification verte (Anguelovski et al., 2019) pour attirer certaines populations.

1.3. À la recherche d’un luxury effect au sein du Cœur vert : méthodes et outils

13Lorsque l’on sait l’attention écologique reçue par les espaces de nature périurbains, il devient alors nécessaire de discerner les effets des dynamiques socio-économiques sur les paysages et la flore. Pour y parvenir, nous nous sommes appuyés sur une approche biogéographique qui croise collecte de données paysagères, données botaniques et indicateurs socio-économiques à l’échelle locale.

14Une première mission de terrain a tout d’abord permis de réaliser un diagnostic paysager approfondi fondé sur un corpus de 500 photographies (Figure 1). La pratique du vélo étant bien adaptée à l’observation paysagère de terrain (Davodeau, 2021), ces photographies ont été collectées le long de plusieurs itinéraires cyclistes, l’ensemble constituant un trajet de 350 kilomètres au sein du Cœur vert (Figure 1). Les itinéraires ont été déterminés pour répondre à divers objectifs : identifier visuellement les grands modes d’occupation du sol repérés via des données SIG obtenues en amont et à l’origine de la carte 1 [données issues de Publieke Dienstverlening Op de Kaart (PDOK)], en affiner la compréhension par l’identification de modes d’habiter (habitat collectif ou pavillonnaire, zones d’activités, espaces urbains ou ruraux, contextes socio-économiques aisés ou plus modestes) et de certains milieux privilégiés par les approches écologiques (prairies tourbeuses plus ou moins valorisées sur le plan agricole, boisements, zones humides, aménagements des berges de rivières), préciser les modes de gestion en relation avec les fonctions (agricoles, écologiques, récréatives), observer enfin les transitions entre l’occupation urbaine et rurale.

Figure 1. Occupation du sol dans et autour du Cœur vert et observations de terrain effectuées

Figure 1. Occupation du sol dans et autour du Cœur vert et observations de terrain effectuées

Source : F. Roussel, 2021, d’après le Publieke Dienstverlening Op de Kaart (PDOK), 2015

15Pour approcher le contexte socio-économique, nous avons utilisé le revenu disponible (revenu total d’un individu, moins les primes et les impôts payés) moyen par habitant et par an à l’échelle des buurten2, un échelon statistique inférieur à la commune (gemeente) que le Centraal Bureau voor de Statistiek (CBS) renseigne chaque année. C’est un indicateur souvent utilisé dans les études s’intéressant au luxury effect, l’association entre le revenu moyen et la biodiversité pouvant également être due à des facteurs socio-économiques connexes tels que le niveau de diplôme, les représentations culturelles et l’accès aux institutions (Leong et al., 2018). Le CBS donne accès à des cartes en ligne, à des tableurs, mais aussi à des fichiers de formes (shapefiles) pour une utilisation géomatique. Cette ressource présente deux contraintes : le découpage des buurten est revu d’une année sur l’autre selon des critères que nous n’avons pu éclaircir pour le moment, ce qui ne permet pas de corréler un tableur et un fichier de formes à deux dates ; par ailleurs, d’une année sur l’autre, les indicateurs sont inégalement renseignés. Nous avons par conséquent retenu l’année 2011, car le revenu disponible moyen par habitant et par an à l’échelle des buurten y était le plus exhaustif (la figure 4 montre tout de même des espaces non renseignés). Cette année-là, l’indicateur était de 21 700 € en moyenne pour les Pays-Bas et de 23 830 € pour les buurten renseignés pour le Cœur vert.

  • 3 Le mois d’août n’est pas idéal, puisque la floraison d’une majeure partie des espèces est terminée (...)

16Dans la perspective biogéographique adoptée qui vise par ailleurs à faire « parler la flore » pour rendre compte des contextes territoriaux (Roussel, 2020), six cours d’eau ont retenu notre attention au cours d’une première campagne effectuée en août 20203, puis d’une deuxième en juin 2022 (Figure 1) : le cours aval de l’Amstel au sud d’Amsterdam, le cours amont de l’Amstel à Uithoorn, celui du Vecht entre Utrecht et Stichste Vecht, celui du Vieux Rhin entre Utrecht et Woerden à l’ouest, les bords de l’Alblas et du Giessen enfin. Ces terrains ont été retenus en référence à des critères paysagers (fonctions dominantes, types d’aménagement des berges), écologiques (type de gestion), socio-économiques [revenu moyen par habitant par commune (Figure 4)], mais aussi de facilité d’accès, compte tenu du temps imparti pour la mission (six jours en 2020 et quatre en 2022). Cela a donné lieu à la collecte de données botaniques sur 59 points de relevés (Figures 1 et 4). Nous avons appliqué un quadrat de 1 m2 à des espaces végétalisés sélectionnés selon un échantillonnage paysager : on comptabilise toutes les espèces au sein du quadrat, l’espace végétalisé retenu devant être homogène sur le plan paysager (une pelouse, une friche, un boisement par exemple). Pour réaliser les identifications botaniques, nous nous sommes appuyés sur deux ouvrages références pour la zone étudiée : Heukels’Flora van Nederland de Ruud van der Meijden (2005) et le Guide des plantes sauvages du Benelux de Ruud van der Meijden et al. (2016).

17Cent quarante espèces ont été inventoriées, dont sept au niveau du genre, faute de caractères spécifiques déterminants. Nous avons procédé à une analyse factorielle des correspondances (AFC) à partir d’un tableau de présence-absence des espèces selon les relevés pour identifier les facteurs à l’origine de l’organisation spatiale de la flore. Pour ne pas brouiller le travail de l’analyse statistique, nous avons considéré les espèces rencontrées une seule fois comme individus supplémentaires, c’est-à-dire non pris en compte dans l’analyse statistique, mais tout de même représentés sur la projection géométrique (Figure 4). Il s’agit tout d’abord de montrer précisément le type de nature que l’on rencontre, la flore étant un indicateur du milieu. Il s’agit en outre de répondre à l’hypothèse posée en introduction d’un possible lien entre flore et contextes socio-démographiques.

18En parallèle, nous avons également effectué de façon plus exploratoire des entretiens auprès d’acteurs du Cœur vert à l’occasion d’une première mission en 2019 : la responsable du bureau Stuurgroep Groene Hart, la conseillère nature et paysage pour Groengebied Amstelland, structure privée appliquant la politique de loisir de la province de Hollande du Nord pour le secteur de l’Amstel, au sud d’Amsterdam, enfin, un agriculteur sur la commune de Wilnis, moteur en matière d’approche écologique et récréative de l’activité d’élevage laitier dans le Cœur vert. Ces entretiens ont permis de nourrir la réflexion sur les enjeux soulevés par l’analyse des données paysagères et floristiques : l’identité paysagère, la multifonctionnalité des espaces, leur mise en valeur écologique, les dynamiques socio-démographiques à l’œuvre, la gouvernance. À noter également deux trajets effectués avec des habitants, et qui ont donné lieu à des conversations informelles prolongées : d’une part un tronçon à vélo de 15 kilomètres le long de la rivière Meije avec un habitant de 50 ans rencontré lors d’un itinéraire exploratoire, résidant sur la commune de Reeuwijk, responsable géomatique dans l’entreprise néerlandaise d’acheminement du gaz, et pratiquant le cyclisme pour le loisir ; d’autre part, un parcours en bateau sur l’Amstel et le Waver faisant le tour du polder Round Hoep, en compagnie d’un habitant d’Ouder-Amstel de 60 ans, cadre dans une banque, et propriétaire de son embarcation (et de l’hébergement que nous louions). Ces deux rencontres ont permis d’identifier des pratiques de loisir et de recueillir des informations sur les modes de gestion des espaces de nature.

2. Paysage et flore, indicateurs des dynamiques socio-démographiques du Cœur vert

2.1. Le Cœur vert, un vaste jardin

19Le Cœur vert constitue d’abord et avant tout un espace d’activité agricole centré sur l’élevage bovin, dans une logique de production laitière. À l’exception des berges des cours d’eau, les terrains sont en dessous du niveau de la mer et présentent des sols tourbeux. La gestion des nappes d’eau superficielles constitue dans ce contexte un impératif pour les agriculteurs-éleveurs. Le niveau de la nappe est contrôlé en permanence pour éviter un sol trop saturé, qui serait alors détérioré par le piétinement du bétail. Cela donne lieu à une homogénéité très forte sur le plan floristique : les graminées fourragères comme le Ray-grass anglais (Lolium perenne) ou le Pâturin des prés (Poa pratensis) sont en certains endroits exclusives (Figure 2, photo 1). Sur des sols tourbeux acides, peu riches en nutriments, les apports en intrants pour enrichir les sols sont considérés comme une nécessité par les exploitants agricoles. Sur les franges occidentales du Cœur vert, des poches d’agriculture céréalière sont présentes là où les sols ont une texture plus argilo-sableuse à proximité des cours d’eau et du littoral, mais ces poches sont de faible étendue.

20La mise en place de politiques de préservation favorables aux populations migratrices d’oiseau de prairie a nécessité de remonter le niveau de la nappe et d’accroître la biodiversité végétale. Des mesures ont été prises pour contractualiser avec les agriculteurs et les encourager financièrement à laisser une part de leurs parcelles en gestion écologique (De Boer et Bressers, 2014). L’éleveur rencontré sur la commune de Wilnis témoigne de ces changements (entretien du 26/06/2019). Pour les terres asséchées, il reçoit 200 € par an et peut y installer du bétail ; pour les terres humides, il reçoit 1 600 € par an, mais a interdiction d’y mettre ses vaches. Il reçoit par ailleurs une subvention pour laisser une bande de 2 mètres de part et d’autre des canaux, avec une fauche en juillet uniquement. Sur sa propriété, les parcelles en gestion écologique sont ainsi passées de 49 espèces végétales à 105 entre 2005 et 2015, démontrant les effets bénéfiques de ces mesures sur la diversité floristique (Figure 2, photo 2). La végétation hygrophile est alors bien marquée avec une prédominance du Jonc aggloméré (Juncus conglomeratus) et du Rhinanthe à feuilles étroites (Rhinanthus angustifolius).

21À ces fonctions écologiques s’ajoutent des fonctions récréatives qui achèvent de faire de l’agriculteur un producteur et gestionnaire de paysages périurbains champêtres au goût des citadins (Pfeifer et al., 2012). Le même agriculteur de Wilnis s’est ainsi investi dans la mise en valeur touristique et patrimoniale de ses terres. Adossé à son activité principale, un café-restaurant en plein champ, géré par son épouse, lui permet d’attirer les promeneurs et d’engendrer de nouveaux revenus. Dans ce cadre, il a obtenu des aides financières pour, par exemple, rénover les barrières de ses propriétés selon la toponymie traditionnelle, désormais inscrite sur des portails en bois flambant neufs. L’ensemble du Cœur vert témoigne de cette patrimonialisation, qu’elle concerne les formes de bâti (fermes, écluses, moulins) ou le paysage. Celui-ci est soumis à une forte pression du tourisme de proximité le temps d’un week-end : déplacements à vélo ou en bateau le long des canaux notamment. La coordinatrice du Stuurgroep Groene Hart évoque la surfréquentation de certains espaces sur de petites routes étroites, qui a entraîné l’interdiction de la circulation des tracteurs le dimanche (entretien du 27/06/2019).

22Cette mainmise de l’urbain sur les espaces végétalisés du Cœur vert se traduit par une gestion accrue de certains lieux, selon un degré d’intervention plus (jardins privatifs ou partagés, parcs) ou moins (espaces boisés) prononcé. La zone étant particulièrement dépourvue en boisements – au centre du Cœur vert, les arbres ne sont parfois qu’un trait qui souligne l’horizon (Figure 2, photo 1) – les pouvoirs publics ont ainsi entrepris de développer des « forêts », de manière très volontaire dans leur aménagement comme à Bentwoud, où l’on peut lire sur les panneaux : « Découvrez cette jeune zone de nature et de loisirs » (Figure 2, photo 4).

23Dans un espace où dominent les étendues agricoles, les zones bâties, les fermes et les villages marquent le paysage végétal par la diversité des ornementations, souvent avec des espèces horticoles colorées à leur aise sur les sols tourbeux (rhododendrons, azalées, hortensias par exemple). Les jardins font l’objet d’une attention soutenue de la part des habitants. L’homme avec qui nous avons suivi la rivière Meije à vélo nous a confié à ce propos que le jardin était le reflet de l’état d’esprit de son propriétaire, ce laisser voir étant un enjeu sociétal fort aux Pays-Bas (Beaufils, 2018). Ces jardins montrent une forme de nature très encadrée et contrôlée qui se mêle, de façon parfois exubérante (Figure 2, photo 5), au paysage du Cœur vert, achevant d’en faire un vaste jardin.

Figure 2. Planche photographique présentant divers faciès paysagers du Cœur vert

Figure 2. Planche photographique présentant divers faciès paysagers du Cœur vert

Source : F. Roussel, 2022

2.2. La végétation des bords de l’eau, marqueur de l’emprise urbaine

24Une première analyse floristique porte sur le profil général de la flore collectée. Douze espèces ont été identifiées en moyenne par relevé. Le tableau 1 montre les espèces les plus fréquentes, présentes dans plus du tiers des relevés.

Tableau 1. Espèces les plus fréquentes

Espèces Fréquence absolue % des relevés concernés
Ortie dioïque Urtica dioica 42 70,0
Fromental élevé Arrhenatherum elatius 32 53,3
Liseron des haies Convolvulus sepium 29 48,3
Roseau commun Phragmites australis 24 40,0
Fétuque durette Festuca brevipila 22 36,7
Lierre terrestre Glechoma hederacea 21 35,0
  • 4 Le profil écologique des espèces est donné par le botaniste Philippe Julve dont la base de données (...)

25Ce sont des espèces caractéristiques des milieux anthropisés. L’Ortie, le Liseron ou encore le Lierre terrestre sont des espèces nitrophiles, indicatrices de concentrations importantes en nitrates dans les sols, typiques des espaces agricoles intensifs, mais aussi des sols urbains. La Fétuque durette, très tolérante aux sols sableux, a beaucoup été semée sur les bords des routes d’où elle s’est propagée ensuite (van der Meijden, 2005). Elle témoigne elle aussi de l’intervention humaine sur les milieux. Sur l’ensemble des espèces collectées, 49 ont un caractère hygrophile marqué4, ce qui est le cas du Roseau commun, très présent dans le paysage, et du Liseron des haies, tous deux mentionnés dans le tableau 1, mais aussi de l’Iris (Iris pseudacarus) rencontré 17 fois, ou encore de l’Angélique des bois (Angelica sylvestris) et de la Consoude officinale (Symphytum officinale) rencontrées chacune 15 fois. L’humidité est donc bien un facteur écologique présent. Cependant, certaines espèces ont à l’inverse un caractère mésoxérophile qui illustre l’entrelacement des conditions écologiques : la Fétuque durette mentionnée dans le tableau en est le signe, de même que le Céraiste commun (Cerastium fontanum) rencontré six fois.

26La chorologie des espèces nous renseigne sur leur aire de répartition à l’échelle du globe. Il s’agit le plus souvent d’espèces à très large aire de répartition : logiquement, l’espace voit se rencontrer 18 % d’espèces circumboréales ou holarctiques, 56 % d’espèces eurasiatiques et 29 % d’espèces européennes. 14 % sont cosmopolites, c’est-à-dire présentes sur tous les continents, à climat équivalent. On note seulement 5 espèces (4 %) considérées comme introduites : la Renouée du Japon (Reynoutria japonica), le Galinsoga cilié (Galinsoga quadriradiata) et le Bident à fruits noirs (Bidens frondosa) sont caractéristiques des bords de l’eau, alors que la Vergerette du Canada (Erigeron canadensis) et la Verge d’or du Canada (Solidago canadensis) croissent en tout type de milieu anthropisé. Si la Renouée du Japon est considérée comme espèce envahissante, sa fréquence est faible sur nos relevés (rencontrée une seule fois ; le Bident a été rencontré deux fois, la Vergerette deux fois, les autres une seule fois).

27L’AFC a été réalisée sur 85 espèces (celles qui apparaissent deux fois et plus). Elle nous aide à identifier des ressemblances ou des dissemblances dans les communautés végétales des 59 relevés. L’inertie générale est de moyenne qualité avec une valeur de 6,4, légèrement supérieure à la valeur 6 recommandée. Il n’y a donc pas une structure nette de nos données, en lien avec une certaine hétérogénéité des arrangements floristiques (Borcard, 1997). La valeur propre des facteurs est toutefois correcte : celle de F1 est de 0,418, celle de F2 de 0,369, celle de F3 de 0,318. On considère généralement (ibidem) qu’une valeur propre comprise entre 0,4 et 0,7 traduit une opposition forte de variables. L’AFC met donc en évidence une organisation spatiale notable sinon nette de la flore qu’il convient d’interpréter en observant les assemblages floristiques des relevés (Figure 3). Les résultats de l’AFC se présentent sous forme arithmétique (indicateurs de contribution et de justesse de la représentation) et géométrique. Cette dernière montre un nuage de points composé des relevés et des espèces (Figure 3). Pour les deux premiers facteurs F1 et F2, le nuage bien que ramassé, laisse tout de même percevoir une forme de parabole, même si elle n’est pas des plus caractéristiques, évoquant un « effet Guttman », c’est-à-dire un effet régional lorsque les individus statistiques sont des objets spatiaux (ici les relevés). Cela invite à interpréter de façon combinée les deux premiers facteurs principaux. On peut dès lors interpréter les facteurs organisateurs de la flore en observant la position des relevés et des espèces qui étirent les axes F1 et F2, en négatif et en positif (Figure 3).

Figure 3. Projection des relevés (rouge), des espèces (bleu) et des espèces supplémentaires (vert) sur les deux premiers axes factoriels F1 et F2 de l’AFC

Figure 3. Projection des relevés (rouge), des espèces (bleu) et des espèces supplémentaires (vert) sur les deux premiers axes factoriels F1 et F2 de l’AFC

Sont indiqués les noms codés des éléments mentionnés dans le texte. Nous avons également mis en évidence les regroupements identifiés ci-après

Source : F. Roussel, 2022

28Le facteur 1 montre une opposition entre d’un côté des milieux où les interventions et la gestion sont fortes, en écho à la proximité d’espaces bâtis, et d’un autre côté, des milieux humides, où l’effet des activités humaines se fait ressentir dans la présence de plantes nitrophiles qui profitent du contexte agricole environnant et de l’apport en intrants. La forme du nuage de points permet d’esquisser un gradient urbain-rural qui rend compte d’usages différenciés de l’espace. En voici l’analyse détaillée :

- Les espèces qui contribuent le plus à l’allongement de l’axe 1 dans les coordonnées négatives sont le Laiteron épineux (Sonchus asper – « SonA » sur la figure 4), le Plantain lancéolé (Plantago lancelolata ­– PlLa), le Trèfle des prés (Trifolium pratense – TrPr), l’Achillée millefeuille (Achillea millefolium – AcMi) ou encore la Fétuque durette (Festuca brevipila ­– FeBr) : ce sont des espèces herbacées eutrophiles (croissant sur des sols riches en nutriments), caractéristiques des prairies et des pelouses en contexte très aménagé, sans que l’hygrométrie ait un rôle significatif. On trouve ainsi également sur cette partie de l’axe 1 le Géranium mou (Geranium molle – GeMo) ou encore la Camomille sauvage (Matricaria camomilla – MaCa). En écho, les relevés situés dans cette partie de l’axe 1 (AMS2, VRI8, VRI3, VECH4, voire VRi7 sur la figure 4) montrent des formations herbeuses basses, entretenues (tonte ou fauche) proches des zones urbaines et des axes de circulation (Figure 4, photo 1) ;

- Les espèces qui contribuent le plus à l’étirement de l’axe 1 dans les coordonnées positives sont la Morelle douce-amère (Solanum dulcamara – SoDu), la Valériane à petites feuilles (Valeriana officinalis – VaOf), le Pâturin commun (Poa trivialis – PoTr) ou encore le Gaillet gratteron (Galium aparine – GaAp) et, dans une moindre mesure, la Baldingère (Phalaris arundinacea – PhAr), le Roseau commun (Phragmites australis – PhAu) et le Cresson amphibie (Rorippa amphibia – RoAm). Les trois premières espèces sont caractéristiques des milieux ouverts sur des sols très riches en nutriments, proches de l’eutrophisation, avec un caractère hygrophile affirmé témoignant de la présence d’eau. La présence du Gaillet gratteron confirme le caractère nitrophile. Roseaux, baldingères et cressons illustrent le caractère franchement hydromorphe des sols de ces relevés, tout comme les espèces supplémentaires situées dans cette partie de l’axe 1 : la Glycérie aquatique (Glyceria maxima – GlMa) ou la Laîche des marais (Carex acutiformis – CaAc). Les relevés concernés se situent dans des contextes plus agricoles, voire ruraux au sud du Cœur vert (ALB5, GIE2, ALB10) sur des bords de l’eau dominés par les roselières, peu fréquentés et souvent difficiles d’accès (Figure 4, photo 2).

29L’axe factoriel 2 de l’AFC oppose quant à lui des milieux boisés d’un côté, et de l’autre des milieux ouverts, herbacés, indifférenciés. En voici l’explication :

- les espèces qui contribuent à l’allongement de l’axe 2 dans la partie négative sont le Frêne commun (Fraxinus excelsior – FrEx), le Lierre grimpant (Hedera helix – HeHe) et l’Aubépine (Crataegus monogyna ­– CrMo) : elles caractérisent ici au sens large des milieux boisés très anthropisés. On rencontre aussi dans cette partie de la projection, mais avec des contributions moindres, l’Ḗrable sycomore (Acer pseudoplatanus – AcPs), l’Ḗrable champêtre (Acer campestre – AcCa), l’Orme champêtre (Ulmus minor – UlMi) ou encore le Chêne pédonculé (Quercus robur – QueR). Parmi les espèces supplémentaires, il est alors logique d’observer la Benoîte commune (Geum urbanum – GeuU) la Fougère mâle (Dryopteris filix-mas – DrFM) ou encore le Chêne sessile (Quercus petraea – QueP). Les paysages des relevés concernés (UIT5, VECH1, VECH2, VECH9, VECH8 voir VRi6) confirment ce contexte de ripisylve caractérisé par des espèces rudérales et non hygrophiles (Figure 4, photo 3) ;

- en ce qui concerne les espèces aux coordonnées positives, on note l’importance du Ray-grass anglais (Lolium perenne – LoPe), de la Carotte sauvage (Daucus carota – DauC) et de la Patience aquatique (Rumex hydrolapathum – RuHy) ou encore de l’arroche couchée (Atriplex prostata – AtPr). Les contributions sur cette partie de l’axe sont faibles. On peut cependant conclure à la présence d’espèces herbacées de milieux ouverts, de manière indifférenciée sur le plan hydrique (la Patience est hygrophile alors que la Carotte ne l’est pas). Le Ray-grass anglais est quant à lui typique des pelouses et/ou des prairies pâturées. Cela se confirme dans l’analyse paysagère des relevés (AMS2, WIN2, VECH5) (Figure 4, photo 4).

  • 5 Plus le R2 est proche de 1 ou –1, plus la corrélation entre deux variables est positive ou négativ (...)

30Il est difficile à ce stade de conclure à un lien franc entre la flore et le contexte socio-économique. Ainsi, avec un R2 de 0,09 le test statistique de corrélation (Pearson) effectué sur le nombre d’espèces par relevé en relation avec le revenu moyen des buurten concernés n’est pas significatif5 : il n’y a pas plus de diversité spécifique sur les berges situées dans des secteurs aisés.

31Cependant, même si ce résultat mériterait d’être conforté pour être statistiquement significatif, on peut observer que les relevés qui contribuent à l’allongement de l’axe 2 dans les coordonnées négatives – ce sont donc des boisements – montrent une homogénéité de revenus pour les buurten correspondants : les six relevés concernés présentent un revenu moyen de 31 850 €. Quatre sont situés le long du Vecht (Figure 5). Ils témoignent d’une longue tradition de villégiature bourgeoise au nord d’Utrecht dans l’un des rares secteurs boisés du Cœur vert, ces boisements constituant dès lors une aménité de choix. Un cinquième se situe le long du Vieux Rhin dans une proche banlieue aisée de Woerden, à l’ouest d’Utrecht (VRi6).

32Les relevés situés sur la partie positive de l’axe F1 – des roselières riches en espèces nitrophiles – se situent en majorité dans les espaces méridionaux plus agricoles du Cœur vert, le long de l’Alblas ou du Giessen. Un relevé réalisé le long du Winkel s’insinue aussi dans la liste. Pour ces relevés, l’indicateur de revenu se situe à 24 600 € de moyenne, légèrement supérieure à la moyenne régionale donc, mais tout de même nettement inférieure aux relevés situés dans des secteurs boisés, plus proches des agglomérations. Les relevés qui présentent un caractère hygro/hydrophile marqué, proche des conditions naturelles de bords de l’eau, ne semblent donc pas être là où résident les habitants les plus aisés.

33Une approche plus qualitative permet d’envisager des indices montrant une relation entre préservation des milieux et appropriations sociales et d’ouvrir une discussion sur un luxury effect à l’échelle du Cœur vert.

Figure 4. Photographies des sites de relevés botaniques significatifs au sein de l’AFC

Figure 4. Photographies des sites de relevés botaniques significatifs au sein de l’AFC

Source : F. Roussel, 2022

3. La nature périurbaine, une nature pour habitants privilégiés ?

3.1. Une instrumentalisation de la protection de la nature par les populations aisées ?

34La figure 5 montre un certain gradient décroissant du nord vers le sud du revenu moyen par habitant et par an, qui coïncide avec l’accroissement de la distance à la conurbation. Parmi les secteurs les plus riches, on retrouve la vallée du Vecht au nord d’Utrecht, les pourtours d’Amsterdam (notamment la commune d’Amstelveen) au nord du Cœur vert, les alentours de la ville de Gouda au centre ouest ainsi qu’une poche proche de Rotterdam au sud-ouest. L’opulence des habitants des buurten les plus riches se donne à voir dans la morphologie de l’habitat individuel. Celui-ci est parfois hérité du siècle d’or hollandais, comme en vallée du Vecht où de vastes manoirs sont toujours présents, et il coïncide globalement avec la présence de plans d’eau qui permettent les loisirs nautiques, particulièrement prisés des Néerlandais (Figure 2, photo 6). Ce rapprochement est bien visible sur la figure 4. Par conséquent, populations aisées et mesures de protection de la nature coïncident également. Cela se vérifie avec les zones classées au titre du Réseau Natura 2000, comme en témoigne la figure 4. Les secteurs moins riches correspondent à l’inverse aux zones les plus éloignées des agglomérations dans le sud rural du Cœur vert et, dans une moindre mesure, dans des secteurs d’agriculture intensive à l’ouest où l’on trouve les seuls espaces de céréaliculture et de serres. Selon une étude datée de 1996, ces secteurs étaient alors parmi les moins appréciés des citadins : particulièrement les alentours de l’aéroport de Schiphol, le polder Haarlemmermeer ou le secteur de Zoetemeer (Kooij, 2010).

Figure 5. Revenus disponibles moyens par habitant (moins les primes et les impôts payés) et par an à l’échelle des buurten (2011) au sein du Cœur vert ; situation des plans d’eau et des espaces protégés au titre de Natura 2000

Figure 5. Revenus disponibles moyens par habitant (moins les primes et les impôts payés) et par an à l’échelle des buurten (2011) au sein du Cœur vert ; situation des plans d’eau et des espaces protégés au titre de Natura 2000

Source : F. Roussel, 2022, d’après des données statistiques issues du Centraal Bureau voor de Statistiek (CBS) et des données de l’Agence européenne pour l’environnement pour les sites Natura 2000

35Pour mieux comprendre les mécanismes de gouvernance locale qui conduisent à ces rapprochements, le cas de l’Amstel, au sud d’Amsterdam, est particulièrement éclairant. Les activités récréatives du secteur sont gérées par le Groengebied Amstelland (littéralement les « zones vertes » de l’Amstelland) dont nous avons rencontré la conseillère nature et paysage (entretien du 01/07/2019). Groengebied Amstelland est une antenne locale de droit privé de Recreatie Noord-Holland, l’institution provinciale qui promeut le développement touristique de la Hollande septentrionale. L’objectif de Groengebied Amstelland est de favoriser la création de parcs plus ou moins anthropisés sur les pourtours de l’agglomération à l’usage des habitants. La panoplie des aménagements est large : cela inclut des espaces de nature en zones humides comme des parcours publics de golf tels que celui de De Hoge Dijk. Groengebied Amstelland est financé par la province et par les municipalités qui le composent, en proportion du nombre d’habitants. Ses statuts lui confèrent un poids important puisque les communes doivent en tenir compte au moment de réaliser leurs propres plans d’urbanisme. Il s’agit de la seule structure de ce type au sein du Cœur vert à avoir maintenu dans ses statuts les enjeux agricoles et de préservation et de nature, les autres ne se préoccupant plus désormais que du tourisme et des loisirs.

36Dans le contexte de désengagement de l’État néerlandais en faveur des politiques de préservation de la nature (Buijs et al., 2014), la conseillère nature et paysage estime que la privatisation d’il y a 15 ans a porté un coup sérieux à ces ambitions croisées. La crise de 2008 a, selon elle, réduit les investissements des communes en faveur de Groengebied Amstelland et la structure doit désormais trouver ses propres ressources en louant par exemple certains parcs en sa possession pour l’organisation de festivals ou d’activités sportives (en 2021, 7 % des revenus provenaient de cette exploitation6). La conseillère regrette que le pouvoir de la structure auprès des communes ait décru. Elle constate qu’elle n’est plus guère sollicitée en matière de projets d’aménagement et que son avis sert les intérêts locaux de préservation de la part des habitants aisés, comme c’est le cas pour la municipalité d’Amstelveen. Ce phénomène est aussi décrit pour l’ensemble du Cœur vert (Dewailly et Meur-Férec, 1995, § 1.2.) ou pour les espaces verts urbains (Aalbers et al., 2019, § 1.2.). Bourg plus ancien et plus étendu qu’Amsterdam dans les premiers temps de l’urbanisation, Amstelveen a vu son territoire grignoté par la capitale au fil du temps. Depuis, la municipalité s’est toujours montrée récalcitrante vis-à-vis des politiques de contrôle des usages du sol, émanant notamment de Groengebied Amstelland. Lors de la destruction des anciennes serres, la municipalité a ainsi choisi de construire de nouvelles zones résidentielles, au lieu de restituer ces terres à des usages agricoles ouverts, comme le prévoyaient les statuts de Groengebied Amstelland.

37En outre, les nouveaux acquéreurs de biens immobiliers n’hésitent pas, avec l’aval de la municipalité, à détruire les bâtiments en place et à en construire d’autres, plus grands, plus modernes, les paysages champêtres étant au cœur de cet attrait, pris dans une éco-gentrification qui ne dit pas son nom (Dooling, 2009). La conseillère de Groengebied Amstelland se livre à ce propos: « Rich people are the most fanatic supporters of the open land. » Les espaces ouverts de la Randstad Holland n’ont cessé de faire l’objet de pressions de la part de promoteurs immobiliers, dans un contexte de densité de la population et du bâti qui contraint les possibilités de développement (Farjon et al., 2004). Si cette tradition de villégiature bourgeoise le long de la rive gauche de l’Amstel date du xviiie siècle, elle s’est étendue, sur les rives du Vinkeveense au nord d’Utrecht par exemple (Figure 3, photo 6, avec un revenu disponible moyen annuel par habitant de 39 300 euros en 2011, nettement supérieur à la moyenne régionale de 23 830 €).

3.2. Un luxury effect dans le Cœur vert ?

38Le concept de luxury effect a d’abord été proposé pour l’agglomération de Phoenix aux États-Unis, où diversité végétale et niveau de richesse des habitants sont corrélés (Hope et al., 2003), en raison essentiellement du rôle des jardins dans un contexte semi-aride. L’accès et le coût de l’eau pour entretenir les jardins sont alors le facteur déterminant pour comprendre l’existence d’un luxury effect (Chamberlain et al., 2020). Dans le contexte néerlandais, c’est un facteur opérant de manière toute différente, puisqu’il s’agit ici de jouer sur une eau en présence excessive. En Afrique du Sud, Lubbe et al.(2010) l’ont quant à eux vérifié directement sur la flore des jardins : une plus grande diversité d’espèces est présente dans les jardins des quartiers les plus aisés, une plus faible dans ceux des quartiers les plus défavorisés. Dans le premier cas, c’est la flore exotique qui est principalement présente, alors que la flore locale – plus corrélée aux conditions écologiques – se retrouve davantage dans le second cas. La surreprésentation en plantes exotiques comme signe de distinction sociale est un deuxième facteur identifié pour l’existence d’un luxury effect (Chamberlain et al., op. cit.). Ce facteur doit inviter à nuancer ce qui est considéré comme biodiversité, voire comme nature, à la fois dans les études et dans les projets locaux (Wintz, 2019). La donnée botanique collectée dans le Cœur vert ne nous permet pas d’aller dans ce sens, les espèces introduites observées, étant très peu fréquentes. Il faudrait diriger l’enquête vers les jardins privatifs pour identifier des dynamiques similaires.

39Une analyse à l’échelle territoriale peut aussi révéler des tendances à un luxury effect, en lien avec les mesures de protection et de valorisation des espaces végétalisés, comme cela a été montré pour les pourtours de l’agglomération parisienne (Roussel et Alexandre, 2021). En Île-de-France, la présence des Parcs naturels régionaux (PNR), comme celui de la Haute Vallée de Chevreuse, entraîne une gentrification verte dont les effets sont visibles sur la flore, produisant de facto un luxury effect : d’une part les individus et les municipalités aisées ont plus de moyens pour investir dans la préservation de la biodiversité, d’autre part, les zones riches en biodiversité étant plus attractives, elles voient les prix du foncier augmenter. En ce sens, et compte tenu des mesures réglementaires en vigueur pendant près de 50 ans, le Cœur vert pourrait être considéré comme l’équivalent d’un PNR francilien. Il faudrait pour confirmer ce parallèle engager une comparaison avec d’autres espaces périphériques n’ayant pas bénéficié de politiques de préservation des espaces ouverts, sur les marges externes de la Randstad Holland par exemple. En l’état, l’analyse de la flore montre le poids des usages et des modes de gestion : prédominance de l’activité agricole dans les parties les plus éloignées de la conurbation, pénétrations citadines aisées le long des cours d’eau au sortir des villes, ou encore espaces marqués par une gestion écologique dans des lieux les moins accessibles.

40Nos observations botaniques auraient toutefois tendance à mettre en lumière un luxury effect inversé (Chamberlain et al., 2020) reposant plus sur le paysage que sur la biodiversité. La biodiversité la plus forte se situe ainsi dans les secteurs les moins favorisés, non pas du point de vue de la diversité floristique en tant que telle (§ 2.2), mais de celle des communautés végétales rencontrées. Au sein du Cœur vert, les communautés qui se rapprochent le plus des conditions du milieu humide semblent être les plus éloignées de l’agglomération. Les habitants aisés résident le long de berges constituées des espèces plus typiques des interventions humaines, telles que celles rencontrées sur l’axe 1 en négatif de l’AFC, mais aussi les espèces arborées de l’axe 2. L’attrait des plus aisés pour le Cœur vert de la Randstad Holland aurait tendance à urbaniser la flore, simplement parce que l’usage qui est fait des berges – loisirs, vue dégagée sur la rivière et/ou les polders – ne tolère guère la dynamique spontanée du milieu. Le témoignage de l’habitant que nous avons suivi en bateau sur l’Amstel va dans ce sens : les roseaux qui servent pour la lutte contre l’érosion sont en certains endroits coupés pour conserver les vues, des autorisations étant par ailleurs délivrées aux résidents par les waterschappen pour stationner leur bateau sur la rive lorsque leur propriété est séparée de la rivière par la route. À l’inverse, la présence de boisements agit comme un cadre attractif, phénomène bien identifié pour les villes occidentales (Gerrish et Watkins, 2018).

41Pour étayer davantage le lien entre contextes sociaux et types de végétation, et donc type de nature dans le Cœur vert, cette étude doit se poursuivre dans deux directions. Tout d’abord, il apparaît nécessaire de mieux identifier le pilotage de ces mesures par les institutions et les négociations avec les acteurs locaux en fonction des intérêts des uns et des autres. Rencontrer les gestionnaires en charge de la politique de trames bleues, mais aussi de l’entretien et de la mise en valeur des berges de rivières, membres des waterschappen, est une piste. Ensuite, il semble utile d’étendre l’analyse floristique à d’autres types de milieux (les parcs au contact de l’agglomération par exemple, ou bien les jardins privatifs) et d’espaces (zones agricoles périurbaines sur la partie externe de la Randstad Holland).

Conclusion

42Le Cœur vert ne laisse entrevoir aucun espace végétalisé sans fonction, en réponse à l’impératif de gestion de l’eau depuis des siècles et renouvelé dans un contexte de crise climatique. Mais il faut aussi y voir une tradition historique du « laisser voir » qui nivelle par le haut l’exigence de soins aux espaces. T. Beaufils (2018) évoque ainsi « une éthique du regard néerlandais » dès le xviie siècle, qui résonne avec les propos du philosophe allemand Hegel (1770-1831) à propos de la peinture hollandaise : « C’est le dimanche de la vie, qui nivelle tout et éloigne tout ce qui est mauvais » (Beaufils, op. cit). Est-ce à dire que rien ne transparaît en dehors des enjeux écologiques dans la nature périurbaine de la Randstad Holland ?

43L’observation de la flore spontanée des bords de l’eau nous renseigne sur le poids plus ou moins prononcé des usages urbains, agricoles ou écologiques des milieux rivulaires, en fonction de la proximité de la ville. Plus on se rapproche de l’agglomération, plus la flore est déterminée par les usages urbains – promenade, activités sportives et nautiques, dimension esthétique – et plus les espaces sont investis par des populations aisées. Cette convergence se traduit ici par une flore très anthropophile, banale, composée d’espèces caractéristiques des pelouses et des boisements rudéraux. La notion de luxury effect fondée sur la seule biodiversité quantitative est donc à discuter. Sur des aspects plus qualitatifs, on observera que ce n’est donc pas tant la nature qui est recherchée qu’un décor de nature sous contrôle : rives boisées ou offrant une vue dégagée sur la rivière. Cela participe au brouillage des frontières entre objets anthropiques et naturels dans un contexte d’anthropocène (Lespez et Dufour, 2021) et entraîne une déconnexion entre construction paysagère et dynamiques floristiques. Les cortèges floristiques caractéristiques des milieux humides ont ainsi tendance à se situer plutôt dans les espaces éloignés des villes, où prédominent des modes d’habiter ruraux et plus modestes liés au maintien de l’élevage.

44Quoi qu’il en soit, le concept de luxury effect ouvre un champ de recherche sur l’articulation entre biodiversité et domestication de la nature, sur fond de processus d’appropriation sociale des espaces végétalisés, qui mérite d’être étendu à d’autres contextes métropolitains. Le principal enseignement de cet article est en effet que le luxury effect ne s’exerce pas de façon univoque, mais différenciée suivant ces contextes.

Haut de page

Bibliographie

Aalbers C. B. E. M., Kamphorst D. A., Langers F., 2019, « Fourteen local governance initiatives in greenspace in urban areas in the Netherlands. Discourses, success and failure factors, and the perspectives of local authorities », Urban Forestry et Urban Greening, vol. 42, p. 82-99.

Alexandre F., Génin A., 2016, « Biogéographie. De la marginalisation à une science de l’environnement interdisciplinaire », in Chartier D. et Rodary E. (dir.) Manifeste pour une géographie environnementale, Paris, Presses de Science Po, p. 280-304.

Amati M., 2008, Urban green belts in the twenty-first century, New York, Ashgate, coll. » Urban Planning and Environment ».

Amati M., Yokohari M., 2006, « Temporal changes and local variations in the functions of London’s green belt », Landscape and Urban Planning, vol. 75, n° 1-2, p. 125-142.

Anguelovski I., Connolly J. J. T., Garcia-Lamarca M., Cole H., Pearsall H., 2019, « New scholarly pathways on green gentrification: What does the urban “green turn” mean and where is it going? », Progress in Human Geography, vol. 43, n° 6, p. 1064-1086.

Beaufils T., 2018, Histoire des Pays-Bas : des origines à nos jours, Paris, Tallandier.

Borcard D., 1997, Quelques notes sur l’interprétation d’une analyse factorielle ou canonique des correspondances, institut de botanique, université de Neuchâtel.

Buijs A. E., 2009, « Public support for river restoration. A mixed-method study into local residents’ support for and framing of river management and ecological restoration in the Dutch floodplains », Journal of Environmental Management, vol. 90, n° 8, p. 2680-2689.

Buijs A. E., Mattijssen T., Arts B., 2014, « The man, the administration and the counter-discourse: An analysis of the sudden turn in Dutch nature conservation policy », Land Use Policy, vol. 38, p. 676-684.

Chamberlain D., Reynolds C., Amar A., Henry D., Caprio E., Batáry P., 2020, « Wealth, water and wildlife: Landscape aridity intensifies the urban luxury effect », Global Ecology and Biogeography, vol. 29, n° 9, p. 1595-1605.

Charles L., Emelianoff C., Ghorra-Gobin C., Roussel I., Roussel F.-X., Scarwell H.-J., 2007, « Les multiples facettes des inégalités écologiques », Développement durable & territoires, dossier 9, https://doi.org/10.4000/developpementdurable.3892.

Cohen M., Baudoin R., Palibrk M., Persyn N., Rhein C., 2012, « Urban biodiversity and social inequalities in built-up cities: New evidences, next questions. The example of Paris, France », Landscape and Urban Planning, vol. 106, n° 3, p. 277-287.

Corneloup J., Bourdeau P., Bachimon P., Bessy O., 2014, « L’habitabilité récréative périurbaine », Sociétés, vol. 125, n° 3, p. 47-58, https://doi.org/10.3917/soc.125.0047.

Davodeau H., 2021, « Quelques considérations sur la spatialité du cycliste et sa traversée du paysage à vélo », Projets de paysage. Revue scientifique sur la conception et l’aménagement de l’espace, n° 25, https://journals.openedition.org/paysage/23597.

De Boer C., Bressers ., 2014, « Le cadre institutionnel d’une nouvelle ruralité aux Pays-Bas. Organiser la multifonctionnalité des espaces », in Larrue C. (dir.), Le régime institutionnel d’une nouvelle ruralité, Bern, Peter Lang, p. 107-130.

De Groot W. T., Van Den Born R. J. G., 2003, « Visions of nature and landscape type preferences: An exploration in The Netherlands », Landscape and Urban Planning, vol. 63, n° 3, p. 127-138.

Desponds D., 2007, « Les impacts d’un parc naturel régional (PNR) sur les évolutions socio-démographiques de son espace rural : le cas du Vexin français », Norois. Environnement, aménagement, société, n° 202, p. 47-60, https://doi.org/10.4000/norois.1620.

Dewailly J.-M., Meur-Férec C., 1995, « Le Cœur vert de la Randstad Holland : l’adaptation d’un concept aux exigences du développement », Hommes et Terres du Nord, vol. 4, n° 1, p. 222-230, https://doi.org/10.3406/htn.1995.2516.

Dooling S., 2009, « Ecological Gentrification: A Research Agenda Exploring Justice in the City », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 33, n° 3, p. 621-639.

Faburel G., 2013, « Comprendre les inégalités et injustices environnementales. Défis pour l’analyse et pour l’égalité des territoires » in Laurent É. (éd.), Vers l’égalité des territoires. Dynamiques, mesures, politiques, ministère de l’Égalité des territoires et du Logement, p. 204-221.

Farjon J. M. J., Bezemer V., Blok S., Goossen C. M., Nieuwenhuizen W., de Regt W. J., de Vries S., 2004, Groene ruimte in de Randstad : Een evaluatie van het rijksbeleid voor bufferzones en de Randstadgroenstructuur. Achtergronddocument bij Natuurbalans 2003 – [Les espaces verts dans la Randstad : une évaluation de la politique nationale en matière de zones tampons et de la structure verte de la Randstad. Document de référence pour Natuurbalans 2003], Planbureaurapporten 6, p. 156, Natuurplanbureau – vestiging Wageningen, https://library.wur.nl/WebQuery/wurpubs/fulltext/43419.

Gerrish E., Watkins S. L., 2018, « The relationship between urban forests and income: A meta-analysis », Landscape and Urban Planning, n0 170, p. 293-308.

Graaff T., Gerrits L., Edelenbos J., 2009, « Waterschappen tussen technische en sociale rationaliteit » [Les régies des eaux entre rationalité technique et sociale], Bestuurswetenschappen, vol. 63, n° 3, p. 44-62.

Groeneveld A. N., Peerlings J. H. M., Bakker M. M., Polman N. B. P., Heijman W. J. M., 2018, « Effects on participation and biodiversity of reforming the implementation of agri-environmental schemes in the Netherlands », Ecological Complexity.

Hope D., Gries C., Zhu W., Fagan W. F., Redman C. L., Grimm N. B., Nelson A. L., Martin C., Kinzig A., 2003, « Socioeconomics drive urban plant diversity », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 100, n° 15, p. 8788-8792, https://doi.org/10.1073/pnas.1537557100.

Komossa F., van der Zanden E. H., Verburg P. H., 2019, « Characterizing outdoor recreation user groups: A typology of peri-urban recreationists in the Kromme Rijn area, the Netherlands », Land Use Policy, vol. 80, p. 246-258.

Kooij P., 2010, « How the Netherlands got a green heart and lost it again », in Town and countryside in a Dutch perspective, Groningen, University of Groningen Press, p. 195-208.

Koomen E., Dekkers J., van Dijk T., 2008, « Open-space preservation in the Netherlands: Planning, practice and prospects », Land Use Policy, vol. 25, n° 3, p. 361-377.

Korthals Altes W. K., 2018, « Rules versus ideas in landscape protection: Is a Green Heart attack imminent? », International Planning Studies, vol. 23, n° 1, p. 1-15. https://doi.org/10.1080/13563475.2017.1321479.

Krinsky J., Simonet M., 2017, Who Cleans the Park? Public Work and Urban Governance in New York City, Chicago, The University of Chicago Press.

Kruize H., 2007, On environmental equity. Exploring the distribution of environmental quality among socio-economic categories in the Netherlands, thèse de doctorat en géographie, Copernicus Institute for Sustainable Development and Innovation, Utrecht University, Utrecht, 219 p.

Lespez L., Dufour S., 2021, « Les hybrides, la géographie de la nature et de l’environnement », Annales de géographie, vol. 737, n° 1, p. 58-85.

Lubbe C., Siebert S., Cilliers S., 2010, « Political legacy of South Africa affects the plant diversity patterns of urban domestic gardens along a socio-economic gradient », Scientific Research and Essays, vol. 5.

Mathis C.-F., 2010, In Nature We Trust. Les paysages anglais à l’ère industrielle, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne.

Mathis C.-F., Pépy É.-A., 2017, La ville végétale : une histoire de la nature en milieu urbain (France, xviie-xxie siècles, Ceyzérieu, éd. Champ Vallon.

Mattijssen T., Buijs A., Elands B., Arts B., 2018, « The “green” and “self” in green self-governance – a study of 264 green space initiatives by citizens », Journal of Environmental Policy et Planning, vol. 20, n° 1, p. 96-113, https://doi.org/10.1080/1523908X.2017.1322945.

Nikolli A., Girault C., 2021, « L’accès à la nature au prisme de la crise sanitaire, ou le contrôle politique d’un espace de liberté », Cybergeo, https://doi.org/10.4000/cybergeo.36211.

Pfeifer C., Sonneveld M. P. W., Stoorvogel J. J., 2012, « Farmers’ contribution to landscape services in the Netherlands under different rural development scenarios », Journal of Environmental Management, vol. 111, p. 96-105.

Poulot M., Aragau C., Rougé L., 2016, « Les espaces ouverts dans le périurbain ouest francilien : entre appropriations habitantes et constructions territoriales », Géographie, Économie, Société, vol. 18, n° 1, p. 89-112, https://doi.org/10.3166/ges.18.89-112.

Roussel F., 2019, « Valoriser l’écologie pour légitimer le paysage ? Regards croisés sur l’aménagement des espaces de “nature” en ceinture verte d’Île-de-France », EchoGéo, janvier/mars, n° 47, https://doi.org/10.4000/echogeo.17344.

Roussel F., 2020, « L’étude de la végétation, entre dynamiques écologiques et territoriales » in Dufour S., Lespez L. (dir.), Géographie de l’environnement. La nature au temps de l’Anthropocène, Paris, Armand Colin, p. 177-188.

Roussel F., Alexandre F., 2021, « Landscape ecological enhancement and environmental inequalities in peri-urban areas, using flora as a socio-ecological indicator – The case of the Greater Paris area », Landscape and Urban Planning, vol. 210.

Schaeffer Y., Cremer-Schulte D., Tartiu C., Tivadar M., 2016, « Natural amenity-driven segregation: Evidence from location choices in French metropolitan areas », Ecological Economics, vol. 130, p. 37-52.

Tisma A., Meijer J., 2018, « Integral Landscape planning in the Netherlands: Lessons learned from the intentions and consequences », in Passerini G., Marchetinni N., WIT Transactions on Ecology and Environment—Sustainable developement and planning, WIT Press., vol. 217, p. 269-281.

Urbain J.-D., 2008, Paradis verts. Désirs de campagne et passions résidentielles, Paris, Petite bibliothèque Payot.

Van der Meijden R., 2005, Heukels’ flora van Nederland, Groningen, Wolters-Noordhoff.

Van der Meijden R., Strack van Schijndel M., Van Rossum F., 2016, Guide des plantes sauvages du Benelux, Meise, Éditions du Jardin botanique.

Wintz M., 2019, « La nature en ville : une réconciliation en trompe-l’œil », Revue du MAUSS, n° 54, p. 95‑107, https://doi.org/10.3917/rdm.054.0095.

Wolch J. R., Byrne J., Newell J. P., 2014, « Urban green space, public health, and environmental justice: The challenge of making cities “just green enough” », Landscape and Urban Planning, vol. 125, p. 34-244.

Haut de page

Notes

1 Une sollicitation pour un entretien a été effectuée auprès du Waterschap Amstel, Gooi en Vecht, en charge des secteurs d’étude, mais n’a au moment de la rédaction de cet article pas abouti. Cliquer pour plus d’informations.

2 L’indicateur s’intitule « INK_INW » (Gemiddeld inkomen per inwoner en néerlandais).

3 Le mois d’août n’est pas idéal, puisque la floraison d’une majeure partie des espèces est terminée, mais c’était l’unique fenêtre disponible dans un contexte de crise sanitaire.

4 Le profil écologique des espèces est donné par le botaniste Philippe Julve dont la base de données en ligne Catminat regroupe l’ensemble de la flore française métropolitaine. Les plantes rencontrées aux Pays-Bas y sont toutes mentionnées.

5 Plus le R2 est proche de 1 ou –1, plus la corrélation entre deux variables est positive ou négative ; s’il se rapproche de 0, alors la corrélation est nulle.

6 Bilan d’activité de la structure pour l’année 2021.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Occupation du sol dans et autour du Cœur vert et observations de terrain effectuées
Crédits Source : F. Roussel, 2021, d’après le Publieke Dienstverlening Op de Kaart (PDOK), 2015
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/23276/img-1.png
Fichier image/png, 9,7M
Titre Figure 2. Planche photographique présentant divers faciès paysagers du Cœur vert
Crédits Source : F. Roussel, 2022
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/23276/img-2.png
Fichier image/png, 868k
Titre Figure 3. Projection des relevés (rouge), des espèces (bleu) et des espèces supplémentaires (vert) sur les deux premiers axes factoriels F1 et F2 de l’AFC
Légende Sont indiqués les noms codés des éléments mentionnés dans le texte. Nous avons également mis en évidence les regroupements identifiés ci-après
Crédits Source : F. Roussel, 2022
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/23276/img-3.png
Fichier image/png, 591k
Titre Figure 4. Photographies des sites de relevés botaniques significatifs au sein de l’AFC
Crédits Source : F. Roussel, 2022
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/23276/img-4.png
Fichier image/png, 4,4M
Titre Figure 5. Revenus disponibles moyens par habitant (moins les primes et les impôts payés) et par an à l’échelle des buurten (2011) au sein du Cœur vert ; situation des plans d’eau et des espaces protégés au titre de Natura 2000
Crédits Source : F. Roussel, 2022, d’après des données statistiques issues du Centraal Bureau voor de Statistiek (CBS) et des données de l’Agence européenne pour l’environnement pour les sites Natura 2000
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/23276/img-5.png
Fichier image/png, 5,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Roussel, « La nature en privilège : de l’effet des populations citadines aisées sur les paysages et la flore du Cœur vert de la Randstad Holland »Développement durable et territoires [En ligne], Vol. 14, n°3 | Décembre 2023, mis en ligne le 22 décembre 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/developpementdurable/23276 ; DOI : https://doi.org/10.4000/developpementdurable.23276

Haut de page

Auteur

Fabien Roussel

Fabien Roussel est enseignant-chercheur en géographie de l’environnement et biogéographie. Ses recherches portent sur les usages, modes de gestion et dynamiques écologiques des plantes et communautés végétales dans les villes et sur leurs pourtours.
Université Sorbonne Paris Nord, UR 7338 Pléiade
fabien.roussel@univ-paris13.fr
n° Orcid : 0000-0001-9038-1879

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search