Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 14, n°3ÉditorialD’un anniversaire à l’autre… 10 a...

Éditorial

D’un anniversaire à l’autre… 10 ans à la tête de DD&T

From one anniversary to the next... 10 years at the head of DD&T
Hélène Melin

Texte intégral

1La revue Développement Durable & Territoires (DD&T) a fêté il y a peu l’anniversaire de ses vingt ans de parution. Un numéro riche qui a permis – une fois n’est pas coutume – de rassembler les membres de la revue autour de rubriques revisitées, pour une mobilisation collective joyeuse et nourrie. À mon tour à présent par le biais de cet édito, qui prend la forme d’un billet personnel, de fêter un anniversaire…

2… mes dix ans à la tête du Comité de rédaction de DD&T, toujours en collaboration et en excellente compagnie. Vous l’aurez compris, les lignes qui suivent vont me permettre un retour réflexif sur ce parcours éditorial, à l’heure venue de laisser la place.

3Travailler pour et au sein d’une revue est l’un des engagements me semblant plutôt naturel pour une enseignante-chercheure, dans le cadre de la diffusion et de la valorisation scientifiques. Cela n’est cependant pas inscrit dans une quelconque fiche de poste de l’universitaire et souvent cette fonction vient s’ajouter à de nombreuses autres, sans qu’un temps dédié soit reconnu (encore moins gratifié). Il s’agit donc d’un engagement volontaire, qui ne peut répondre qu’à une envie de participer à un collectif, de prendre le temps de réfléchir à plusieurs et de vouloir porter des thématiques de recherche paraissant importantes.

4Il convient également d’apprécier le secteur de l’activité éditoriale. Réceptionner des propositions d’articles et de dossiers thématiques, interagir avec les auteurs et autrices, comme avec les évaluateurs et évaluatrices, échanger en comité de rédaction avec l’ensemble de l’équipe… tout cela est la base minimale du travail éditorial. Le relevé de la boite mail en est le socle, activité à la fois contrainte et en partie rébarbative quand il s’agit d’éliminer les multiples spams quotidiens, c’est aussi le point de départ de découvertes et de rencontres. Au sein de DD&T, tout se fait de façon professionnelle et artisanale, sans plateforme de soumission ni intelligence artificielle derrière les écrans. Les contacts, même s’ils sont à distance, sont menés par des vraies personnes et c’est donc d’emblée un dialogue entre collègues, toujours enrichissant même s’il n’aboutit pas à publication, qui est mis en place. Celui-ci repose, avec les auteurs et autrices, sur trois cercles d’intervenants. Le premier est constitué des co-responsables du Comité de rédaction – depuis 2020 j’assume cette fonction en collaboration avec Arnaud Buchs –, des responsables de rubriques et de nos deux co-secrétaires de rédaction. Nous examinons ensemble toutes les demandes et engageons le travail nécessaire. Vient ensuite le second cercle avec l’ensemble des membres du comité de rédaction, réuni en moyenne cinq fois par an, pour discuter collectivement tant des articles spontanés (rubriques Varia, Points de vue et Lectures) que des dossiers thématiques. Enfin, les comités scientifique et d’orientation nous appuient dans un troisième cercle, pour définir et faire évoluer notre cadre éditorial. Bien évidemment, la revue ne pourrait être ce qu’elle est sans nos relecteurs et relectrices. Tous nos articles sont soumis de façon anonyme à une double lecture de la part de deux experts du domaine traité, afin de statuer sur le caractère publiable ou non des propositions reçues. Rapporteurs attentifs, évaluatrices spécialisées, ces collègues, en France comme au niveau international, participent au premier plan au succès de la revue. Si nous les remercions chaque année à travers une liste nominative, il s’agit d’un engagement très majoritairement invisible aux yeux de nos tutelles. La reconnaissance professionnelle liée n’est pas institutionnelle, mais elle s’incarne dans les liens noués au sein de la communauté scientifique. Les comités de rédaction constituent alors un moment de mise en lumière de ces collaborateurs de l’ombre, par la discussion collective autour des rapports et l’évocation de noms d’évaluateurs, pressentis face à une thématique, comme autant de relais fiables et investis.

5Cet enchevêtrement des tâches et des échanges est à la fois quotidien – il convient d’être attentif à la réception des messages et à leur traitement – et périodique, rythmé alors par les réunions des comités. Si celles-ci sont indispensables à la gestion de toute revue, elles constituent également des moments forts de la vie de DD&T. C’est certainement cela que je retiendrai le plus longtemps et ce sont des images liées à ces rassemblements qui me viennent spontanément à l’esprit quand je pense à la revue. Aucune réunion n’a jamais été une contrainte – et je le dis en toute liberté et sans flagornerie – tant l’ambiance au sein de DD&T est marquée par la convivialité et la solidarité. L’un des plaisirs majeurs à occuper pendant dix ans la fonction d’animatrice du comité de rédaction tient fortement à cette situation. Savoir que l’on va retrouver des collègues souriants, dont plusieurs, en outre, chargés de viennoiseries, spécialités sucrées, et autres jus de pomme maison, voire même de légumes bio du jardin (la concernée se reconnaîtra !) ; savoir que l’on peut s’appuyer sur ces mêmes personnes pour le fonctionnement de la revue certes, mais aussi pour nous apporter réconfort et bonne humeur lors des coups de fatigue ; savoir que l’on va retrouver des collègues partageant un même objectif, autour de la diffusion de thématiques environnementales clés, même si cela ne veut pas dire que nous sommes tous d’accord – loin de là – sur les angles d’attaques, les démarches empiriques ou les cadres théoriques. Chacun, à DD&T, est libre de s’exprimer, sera écouté et entendu, et c’est au terme de discussions collégiales et ouvertes que les décisions seront prises. Bref un mode de travail toujours positif et constructif et cela constitue une vraie bouffée d’oxygène dans nos métiers de plus en plus contraints par des volets administratifs lourds, le manque de recrutements d’enseignants-chercheurs et de personnel biatss et itref, mettant chacun en tension, avec également un volet pédagogique prenant et des étudiantes et des étudiants à la fois de plus en plus exigeants et demandeurs de soutien…

6Alors me direz-vous, pourquoi partir si ce micro-monde « dédétien » (il conviendra de nous chercher un petit nom pour désigner les membres de DD&T, je le proposerai au prochain comité tiens !) est si joli et réconfortant ? Excellente remarque du lecteur attentif. Dix ans à la tête du Comité de rédaction, c’est pas mal quand même non ? Alors effectivement, au plan personnel et professionnel je pourrai volontiers continuer sans souci. Mais il y a des règles qui existent, une nécessité de ne pas « accaparer » une fonction ou un support scientifique, un besoin aussi de renouveler les idées et façons de faire et une injonction à répondre aux critères de nos tutelles nationales. Tout cela est bien normal, je ne suis pas non plus poussée à la porte. Donc oui il est légitime de proposer à d’autres de s’engager et de mon côté de s’effacer du devant de cette modeste scène. Mais je triche un peu, avouons-le. Je ne quitte évidemment pas la revue, ni non plus son animation. Je reste une membre active – peut-être bientôt promue tête de liste ? – d’une des rubriques clés de la revue, Varia, accueillant les articles spontanés. Outre le fait de rester au Comité de rédaction, je vais continuer à animer cette rubrique dont je fais partie depuis mon entrée à la revue. Il en faudrait beaucoup pour me faire abandonner la team varia, petite équipe réactive, à l’efficacité sans faille, à l’expertise reconnue…. Quoi ? Cela se voit que je nous auto-promotionne ? Certes, peut-être légèrement, mais l’article de Christelle Audouit, Arnaud Buchs et Guillaume Schmitt, « Contenu et contenant de la revue Développement Durable & Territoires : 20 ans de publications au croisement de la durabilité et des territoires » dans notre numéro anniversaire a confirmé notre bon fonctionnement ! Et si les chiffres le disent, que les conversations de couloir le confirment, alors, pourquoi douter ? Je continue donc mon chemin au sein de la revue, tout en accueillant avec confiance et joie un ou une future collègue à la co-rédaction en chef, pour toujours plus d’échanges et des idées nouvelles.

7Qu’ajouter d’autre ? Je ne vais pas faire mon auto-analyse, peu attractive pour les lecteurs, ajouter des compliments supplémentaires envers la revue, ses porteurs et ses membres, deviendrait suspect, quant à vanter la qualité des publications, inutile, les lecteurs sont les mieux placés. Une dernière référence quand même à notre numéro anniversaire, puisqu’il s’agit ici de basculer d’un anniversaire à l’autre. Une bande dessinée a été créée pour l’occasion, « Devenir chercheur·e. L’expérience de la revue scientifique DD&T », très belle œuvre conjointe de Adèle Huguet, Thibault Boughedada, Iratxe Calvo-Mendieta, Leslie Carnoye, Rhoda Fofack-Garcia, Caroline Lejeune et Lucie Morère. Cette expérience inédite pourrait utilement être reconduite pour narrer le fonctionnement quotidien de la revue et ainsi faire ressortir tant les aspects officiels d’une vie éditoriale, que les moments plus subjectifs, fugaces, conviviaux et invisibles qui font la substance de la revue et qui expliquent qu’elle ait pu fêter ses vingt ans, que j’ai souhaité occuper le poste de co-rédactrice en chef durant dix ans… Oui, une nouvelle bande dessinée, ou pourquoi pas une autre initiative, des portraits et scènes photographiques ? Ce numéro paraît pour les fêtes de fin d’année, tous les vœux sont permis…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Melin, « D’un anniversaire à l’autre… 10 ans à la tête de DD&T »Développement durable et territoires [En ligne], Vol. 14, n°3 | Décembre 2023, mis en ligne le 22 décembre 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/developpementdurable/23529 ; DOI : https://doi.org/10.4000/developpementdurable.23529

Haut de page

Auteur

Hélène Melin

Hélène Melin est maître de conférences en anthropologie et sociologie à l’Université de Lille. Co-directrice du comité de rédaction de la revue Développement Durable et Territoires, membre de l’Observatoire Hommes-Milieux du Littoral Méditerranéen. Ses travaux en sociologie et anthropologie de la nature et de l’environnement portent sur l’étude des pratiques de nature à travers la marche, l’analyse de l’anthropisation des espaces naturels et de la reconquête écologique des friches industrielles. Elle analyse également la sociologie et l’anthropologie des usages et savoirs locaux de la nature, afin d’analyser les transformations des rapports sociaux et politiques au vivant.
Université de Lille, Clersé (UMR 8019)
helene.melin@univ-lille.fr
n° Orcid : 0000-0001-8315-6104

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search