Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54Préface

Texte intégral

1Ce numéro de Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, revue de la SIHFLES, éclaire les réalités de la pratique du français dans divers pays européens, tout particulièrement ceux de l’Est et des Balkans, sur une période relativement longue, allant du XVIIIe siècle au milieu du XXe siècle.

2Dans tous ces pays, l’apprentissage du français se fait souvent par des enseignants natifs qui tiennent compte du public d’apprenants auquel ils s’adressent. De langue maternelle française ou non, leur approche est contrastive, comparative, tant pour la pratique d’enseignement et l’usage de manuels que pour le discours théorique que dévoile leur correspondance.

3Dans les divers cas analysés, il apparaît aussi que le contexte dans lequel se situe l’apprentissage et l’usage du français langue étrangère est déterminant. La charge culturelle des idéologies dominantes qui relayent les contraintes politiques que sont celles des États, transparaît dans le contenu des manuels composés et utilisés pour l’enseignement à une époque donnée mais aussi dans les politiques éducatives de la France dans ces mêmes régions.

4Les études de cas présentées dans ce recueil rendent manifeste le rôle que ces deux paramètres, contextuel et contrastif, jouent dans la conception et dans la pratique de l’usage du français langue étrangère, révélateur identitaire et culturel.

5L’enseignement du français en Russie est abordé par le biais de personnes, actants essentiels que sont les enseignants ; ainsi Serguei Vlassov éclaire l’apport scientifique de deux praticiens français en Russie : Pierre de Laval, au XVIIIe siècle, adapte la grammaire de Restaut à son public d’apprenants russe et Jean Fleury, universitaire à Saint-Pétersbourg pendant le dernier quart du XIXe siècle, développe une approche comparative de la didactique du français en contexte russe. Vladislav Rjéoutski quant à lui, met en lumière la formation d’un jeune aristocrate russe du XVIIIe siècle, le prince Chtcherbatov qui séjourne à Londres pour y apprendre le français et autres langues étrangères. Les sources utilisées pour l’étude de ces personnages témoignent de la richesse des documents personnels que représentent les correspondances, conservées à la Bibliothèque nationale de Russie.

6L’histoire du français en Grèce aux XIXe et XXe siècles fait l’objet de recherches de différents points de vue. Jean Antoine Caravolas présente l’Introduction à la langue française, premier manuel de français pour l’enseignement dans la Grèce indépendante, rédigé par un auteur grec, Anastasios Herculides, en 1831. Ce manuel, inspiré de la méthode d’« enseignement universel » de Jean Joseph Jacotot fut l’outil d’apprentissage de générations de jeunes Grecs. Spécialement conçu pour les besoins des élèves de l’École centrale d’Égine, il vise surtout les apprenants d’un niveau avancé et enseigne la langue française à partir d’un échantillon varié de textes littéraires.

7L’étude du contenu culturel des manuels de français qui fait l’objet de la thèse de doctorat de Konstantinos Mytaloulis, a comme point de départ les manuels du XIXe siècle, mais se concentre sur les manuels contemporains utilisés dans l’enseignement secondaire et primaire en Grèce entre 1998-2009, période marquée par les consignes du Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL). La thèse envisage le manuel comme objet d’étude et souligne que l’enseignement de la langue passe aussi par l’enseignement de la culture.

8L’histoire du français en Grèce est aussi celle de l’histoire des écoles étrangères, congréganistes ou laïques, implantées dans le pays. Aikatérini Lalagianni et Vassiliki Lalagianni puisent dans les archives de l’école Jeanne d’Arc du Pirée, fondée en 1859 par les Sœurs de Saint Joseph de l’Apparition, pour reconstituer la contribution de cet établissement non seulement à l’éducation de la jeunesse, mais aussi pour souligner son œuvre philanthropique d’assistance sociale qui lui valut la reconnaissance officielle de l’État grec.

9Le lycée de la Mission laïque française créé à Thessalonique en 1906, joue un rôle majeur dans la promotion de la francophonie, comme le confirme l’étude de Lampros Flitouris. Dans cette ville multiethnique et multiculturelle, l’antagonisme des langues est le reflet de l’antagonisme des puissances européennes lors d’une période décisive pour l’avenir de la ville. Ainsi, l’histoire du lycée de la Mission laïque française entre 1905 et 1950 est en grande partie définie par les tensions religieuses et ethniques qui secouent la région. Lié initialement au sort de la communauté juive de la ville, le lycée de la Mlf deviendra progressivement après la Seconde Guerre mondiale un centre de langues à l’image des Instituts français des autres pays.

10Souvent en question, aussi bien au XIXe qu’au XXe siècle, la formation des enseignants de français en Grèce est l’objet de l’ouvrage de Loukia Efthymiou, La formation des francisants en Grèce : 1836-1982, dont il est rendu compte. L’ouvrage montre les étapes qu’a connues l’histoire de la formation du professorat en Grèce, en passant par les initiatives de la diplomatie française à la fondation de la Section d’études françaises à l’université d’Athènes.

11Le français dans d’autres pays balkaniques fait aussi l’objet d’études. Olga Turcan, dans sa thèse qui porte sur la Moldavie, pays indépendant depuis 1991, montre que le français a longtemps tenu la première place parmi les langues étrangères. Cette réalité était déjà celle du XVIIIe siècle où sous l’influence des Phanariotes et de la noblesse roumaine le français était « symbole de la culture » ; il était aussi la langue de communication avec les officiers russes. Les péripéties politiques dues à la domination par des empires successifs n’ont pas éradiqué la langue française dans la région.

12Analysant le rôle de la musique dans l’enseignement du français langue étrangère, Andreas Rauch interroge les fonctions de la chanson dans l’enseignement du français en Allemagne sous l’influence du mouvement réformiste du dernier quart du XIXe siècle. Si la musique a été différemment utilisée selon les divers courants didactiques, son rôle éducatif a toujours été reconnu.

13Alors que la langue française perd, avec les traités mettant fin à la Première Guerre mondiale, sa place de première langue internationale, de langue de la diplomatie, elle conquiert une place non négligeable en Hongrie, où les élites choisissent une formation en langue et culture françaises mais aussi en autres langues étrangères, contrariant ainsi la domination toujours réelle de l’allemand. Catherine Tamussin analyse de près les influences de la réforme scolaire de 1924 sur l’enseignement du français en particulier et souligne que sous des aspects modernes, c’est bien l’intérêt de la classe sociale dominante et élitaire qui reste privilégié.

14En revanche, en Serbie, le contexte politique semble déterminant pour les contenus culturels de l’apprentissage du français dans l’enseignement public. Biljana Stikic montre que c’est le cas tant dans l’entre-deux guerres que dans l’après Seconde Guerre mondiale où l’influence de la Russie et de l’idéologie soviétique sont dominantes.

15En Bulgarie, pays de christianisme orthodoxe, les écoles françaises catholiques connaissent une longue tradition depuis le XVIIe siècle ; Julieta Velichkova-Borin présente l’histoire de ces écoles qui offrent aux jeunes Bulgares une instruction et une éducation en français et sont un relais de la France républicaine au XXe siècle.

16Enfin, le compte rendu que Gisèle Kahn fait du recueil publié par Vladislav Rjéoutski & Alexandre Tchoudinov invite à la lecture pour voir vivre de nombreux précepteurs francophones, connus ou anonymes, qui dans les divers pays d’Europe ont, du XVIIe au XIXe siècle, contribué à la diffusion du français hors de France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Despina Provata et Marie-Christine Kok Escalle, « Préface »Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 54 | 2015, 5-8.

Référence électronique

Despina Provata et Marie-Christine Kok Escalle, « Préface »Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 54 | 2015, mis en ligne le 13 décembre 2017, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/dhfles/3913

Haut de page

Auteurs

Despina Provata

Articles du même auteur

Marie-Christine Kok Escalle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SIHFLES

Haut de page
  • Logo SIHFLES
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search