Navigation – Plan du site

« In comodissimo volume, un gran tesoro di nozioni » : le Nuovo dizionario francese-italiano e italiano-francese (1886) du professeur Melzi

Michela Murano

Résumés

Enseignant, puis directeur de l’École des langues modernes de Paris, Giovanni Battista Melzi est l’auteur de manuels de correspondance et de conversation bilingues (italien / français / anglais / espagnol / allemand) destinés au public de la bourgeoisie marchande de la fin du XIXe siècle. La collaboration avec Pierre Larousse est sans doute à l’origine de son activité de lexicographe, qui commence par le célèbre Nuovo Vocabolario universale della lingua italiana (1880) et se poursuit avec une série de dictionnaires bilingues dans les principales langues européennes.
Dans notre contribution, nous situons l’œuvre lexicographique bilingue de Melzi par rapport à sa production précédente. La présentation du Nuovo dizionario francese-italiano e italiano-francese commerciale, scientifico, tecnico, militare, ma­rinaresco (1886) vise à montrer la modernité de cet ouvrage, aussi bien au niveau formel (format, composition typographique) que du point de vue des principes lexicographiques adoptés.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Nos sources biographiques principales sont l’article de Proietti dans le Dizionario biografico degl (...)

1Giovanni Battista Melzi naît à San Bartolomeo (Brescia) en 1844, dans une famille d’un bon niveau socioculturel1. À l’âge de 15 ans, en 1859, il part à Paris pour améliorer son français : d’une intelligence vive, doué pour les relations sociales, le jeune Melzi s’insère facilement dans la société parisienne et dans l’entourage de l’Ambassade italienne : en se remémorant ses années parisiennes, le célèbre avocat Enrico Ferri affirme que, au moment de se rendre à Paris pour ses études, on lui avait conseillé de s’adresser au professeur Melzi afin de trouver un logement et d’établir rapidement des contacts à la faculté de Droit (Ferri 1923 : 6).

2Melzi ne quitte la France qu’en 1881, après une longue carrière d’enseignement et la publication de ses premiers ouvrages didactiques et lexicographiques, parmi lesquels le Nuovo Vocabolario Universale qui a fait sa renommée. Sa production lexicographique bilingue, qui commence par le Nuovo dizionario francese-italiano e italiano-francese commerciale, scientifico, tecnico, militare, marinaresco (1886), se situe dans les premières années après le retour en Italie.

3Dans cet article, nous allons situer l’œuvre lexicographique bilingue de Melzi par rapport à sa production précédente. La présentation du Nuovo dizionario francese-italiano visera à montrer la modernité de cet ouvrage, aussi bien au niveau formel (format, composition typographique) que du point de vue des principes lexicographiques adoptés.

2. L’œuvre pédagogique de Melzi

  • 2 Texte original : « professore di belle lettere ».
  • 3 Texte original : « direttore della Scuola di lingue moderne, in Parigi ». Toutes les pages Wikipedi (...)

4Dans la préface du Nuovo Dizionario Francese-Italiano (1886), Melzi déclare que ce répertoire est le fruit de 23 ans d’enseignement des langues : on peut donc faire remonter le début de sa carrière d’enseignant à 1863, à peine quatre ans après son arrivée à Paris. En 1880, dans le frontispice du Nuovo Vocabolario Universale, Melzi se présente non seulement comme « professeur de belles lettres »2, mais aussi comme « directeur de l’École de Langues modernes, à Paris »3 : cet italien au tempérament américain (« fibra americana », Ferri 1923 : 9) a su repérer un secteur en pleine expansion à Paris entre le Second Empire et la Troisième République, celui des écoles de langues étrangères, et dirige à 36 ans l’une des écoles les plus réputées de la capitale, située au numéro 19 du boulevard Saint Martin.

5Melzi est également bien inséré dans le circuit des grands éditeurs parisiens : sa première publication, la traduction du Chant Premier de l’Enfer de Dante, paraît en 1875 chez Hachette. L’année suivante, il commence sa production de matériel didactique avec la publication, chez les frères Garnier, d’un manuel de correspondance italien (Il vero segretario italiano, o Guida a scrivere ogni sorta di lettere, 1876), qui aura une réédition l’année suivante (Il nuovissimo segretario italiano, 1877).

  • 4 Pour des raisons de place, nous n’avons inséré en bibliographie que les manuels du couple de langue (...)

6En 1878 Melzi réalise un projet éditorial original et de grande envergure : il s’agit d’une collection de vingt manuels4 de correspondance bilingues dans les cinq principales langues européennes (allemand, anglais, espagnol, français, italien), distribuée en Europe et en Amérique du Sud grâce aux accords passés avec différents éditeurs et distributeurs : Ollendorff en France, Dulau en Angleterre, Bocca en Italie, Bouret en Amérique du Sud, Verdager en Espagne, Pierer en Allemagne.

7La collection est conçue de telle manière que chaque communauté linguistique dispose de manuels pour l’enseignement des quatre langues étrangères. Tous les ouvrages de la collection ont la même structure bipartite, qui fait suivre au manuel de correspondance un dictionnaire des termes de commerce ; le manuel de correspondance est lui-même composé de deux parties, lettres familières et lettres commerciales, chacune divisée en chapitres selon l’acte de langage à accomplir (par ex. prière et demande, offres, refus, etc.).

  • 5 Ces lettres se trouvent dans la section Lettres familières, Chapitre 1 : Lettres de prière et de re (...)

8Les manuels de chaque couple de langues contiennent les mêmes lettres, si bien que l’un représente le corrigé de l’autre. Voici par exemple les premières lettres contenues dans le Manuel pratique de correspondance italienne (cf. image 1) et dans le Manuale pratico di corrispondenza francese (cf. image 2) : À un Ministre pour lui demander une audience / Ad un Ministro per chiedergli un’udienza ; À un député pour obtenir du Ministre de la guerre une pension pour un militaire blessé / Ad un deputato per chiedere al Ministro della guerra una pensione per un militare ferito5.

9Image 1 : Manuel pratique de correspondance italienne, frontispice.

10Image 2 : Manuale pratico di corrispondenza francese, frontispice.

  • 6 Ferri (1923 : 6-7) affirme avoir commencé à étudier l’allemand dans l’école dirigée par Melzi à Par (...)
  • 7 H. G. Ollendorff, professeur d’allemand, d’italien et de français à Paris, a publié en 1835 son pre (...)

11Ces ouvrages vont dans le sens des besoins d’un public nouveau et en pleine expansion dans le dernier quart du XIXe siècle, celui de la bourgeoisie marchande et multilingue, qui a la nécessité d’entretenir une correspondance commerciale et voyage pour affaires dans les pays d’Europe. Les destinataires des manuels, tout comme les élèves de l’école de langues, ont pour objectif d’« apprendre vite et bien » une ou plusieurs langues étrangères6 : à ce propos, Melzi vante les mérites de la méthode Ollendorff7, qui est « intelligemment graduée » et qui est parvenue à éviter « l’ennui et la monotonie que présente l’étude des mots et des difficultés de la grammaire » (Melzi 1878b : VIII).

12Melzi affirme avoir recueilli dans les manuels le matériel didactique qu’il avait lui-même élaboré pour l’étude de la correspondance. Dans le paratexte des manuels on ne repère aucune indication précise quant à leur emploi dans les cours de l’École de langues modernes ; on y apprend en revanche que la collection entière est conçue pour être éventuellement utilisée en autoapprentissage :

La contre-partie de cet ouvrage, publiée en plusieurs langues, offre à l’élève ce grand avantage de lui permettre de vérifier, sans professeur, si les lettres qu’il a traduites sont rendues fidèlement et correctement (Melzi 1878b : IX).

13En 1880, Melzi collabore à la nouvelle édition de deux célèbres guides de conversation bilingues, dérivés des guides Bellenger pour les couples de langues français-italien et anglais-italien. En ce qui concerne le Nouveau guide de conversation moderne en français et en italien, qui avait été régulièrement mis à jour par G. Zirardini à partir de 1845, une confrontation entre l’édition de 1862, la dernière avant la mort de Zirardini, et celle de 1880, révèle l’ajout de presque 80 pages et de l’accent prosodique sur les mots italiens.

3. Le dictionnaire monolingue éponyme

  • 8 Dorénavant GDU.
  • 9 Larousse recrutait ses collaborateurs en écrivant aux experts ou en publiant des annonces dans les (...)

14Melzi fait ses premiers essais lexicographiques peu après son arrivée à Paris, en collaborant avec Pierre Larousse pour le Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle (1866-76)8 en tant qu’expert pour les entrées se référant à l’Italie9. En l’absence d’archives, puisque les articles de cette « œuvre protéiforme » (Mollier et Dubot 2012 : 104) sont anonymes, il est difficile de trouver les traces du travail de Melzi dans le GDU, d’autant plus que Larousse intervenait systématiquement sur les textes que ses collaborateurs lui envoyaient.

  • 10 Dorénavant NVU.

15L’héritage de Larousse est très évident dans le premier dictionnaire que Melzi publie en 1880 chez les frères Garnier : jusque dans le titre, le Nuovo Vocabolario Universale della lingua italiana : storico, geografico, scientifico, biografico, mitologico10 renvoie au modèle incarné par le GDU, qui associe la description métalinguistique aux renseignements encyclopédiques.

16Cependant, Melzi ne produit pas une œuvre gigantesque comme celle de Larousse, car il est persuadé que le monde contemporain exige avant tout des dictionnaires maniables et faciles à consulter :

  • 11 Texte original : « [il Vocabolario Universale,] mentre soddisfa ai bisogni linguistici dello studen (...)

[le Dictionnaire Universel] répond aux besoins linguistiques de l’étudiant, du maître, du journaliste, de l’homme d’affaires, etc., et en même temps il remédie très opportunément au manque de notions scientifiques, historiques, géographiques, biographiques de nombreux autres dictionnaires. En réunissant une quantité de notions utiles dispersées dans de volumineuses collections ou dans des ouvrages coûteux, ce Dictionnaire peut remplacer un grand nombre de livres différents11 (Melzi 1880 : V).

17Pour ce dictionnaire en un volume, probablement publié à son compte, Melzi s’inspire plutôt d’un dictionnaire de plus petit format, le Nouveau Dictionnaire de la langue française, que Pierre Larousse avait publié en 1856 et qui est considéré comme l’ancêtre du Petit Larousse illustré car il contient non seulement de petites notices étymologiques, scientifiques, historiques ou littéraires pour des entrées comme aérolithe, alchimie et fossile, mais aussi « un dictionnaire à part » (Larousse 1862 : XI) formé d’environ 500 notes encyclopédiques.

18La modernité de l’ouvrage se révèle également dans les choix lexicographiques opérés au niveau de la macrostructure : Melzi n’inclut pas dans la nomenclature les archaïsmes, les termes désuets et littéraires. Cette ouverture vers l’usage contemporain non littéraire fait du NVU une œuvre unique dans la lexicographie italienne de la fin du XIXe siècle.

19Au niveau de la microstructure, l’héritage de la méthode lexicographique de Larousse est évident dans l’importance accordée aux exemples, à propos desquels Melzi cite dans la préface du NVU la célèbre devise « Un dictionnaire sans exemples est un squelette » (Melzi 1880 : V). Melzi déclare avoir inséré cinquante mille exemples, non seulement pour préciser les définitions et les différents sens, mais aussi pour ajouter un complément d’information scientifique et historique.

  • 12 Texte original : « compilato sul Melzi ».
  • 13 La partie linguistique (Il Vocabolario per tutti) paraît en 1891, la partie scientifique (Il Melzi (...)

20Le NVU a tout de suite un immense succès : on compte six éditions en France entre 1880 et 1882 ; en 1884, le napolitain Margeri est le premier éditeur italien de l’ouvrage. Le nom Melzi acquiert pratiquement le statut d’un nom de marque (Nascimbeni 1994 : 33), si bien que plusieurs libraires apposent frauduleusement au frontispice et à la couverture d’autres dictionnaires l’indication « rédigé d’après le Melzi »12 afin d’en augmenter les ventes. Après avoir gagné un procès contre 132 accusés pour usurpation du nom (Ferri 1923), Melzi cède les droits de l’ouvrage à l’éditeur Vallardi, qui publie rapidement une version illustrée de l’ouvrage en deux volumes13 et assure la diffusion de l’œuvre tout au long du XXe siècle.

4. Les dictionnaires bilingues

  • 14 Dorénavant NDFI. Comme nous l’avons déjà précisé (Murano, à paraître), l’exemplaire que nous avons (...)
  • 15 Le NDFI a eu plusieurs réimpressions à Milan chez Treves (1888, 1890, 1894, 1896, 1906, 1909, 1911, (...)
  • 16 Cf. Lonati 2012, O’Connor 1978, O’Connor 1990.
  • 17 Pour une présentation de ce dictionnaire et une reconstruction de ses éditions, cf. P. Rodríguez Re (...)

21Une fois rentré en Italie, tout en administrant ses domaines et les revenus provenant des ventes du NVU, Melzi entreprend la rédaction de trois dictionnaires bilingues, qu’il publie en dix ans : d’abord le Nuovo Dizionario Francese Italiano (1886)14 (cf. image 3) ; puis, vu le succès de ce dernier15 et les sollicitations d’élèves et professeurs, le Nuovo Dizionario Inglese Italiano (1892)16et le Nuovo Dizionario Spagnuolo Italiano (1894-97)17.

22Image 3 : NDFI, frontispice de la partie français-italien

23

  • 18 Le prix indiqué pour chaque dictionnaire est de 16 lires, soit environ cinq fois moins que les 75 l (...)

24Comme pour le dictionnaire monolingue, Melzi voulait créer des dictionnaires compacts et d’un prix abordable. Bâtis selon des principes communs, ces trois ouvrages monovolumaires qui ont entre 1 100 et 1 200 pages s’insèrent dans la collection des Dizionari scolastici de l’éditeur Treves18.

25Le premier des bilingues publiés est le NDFI, qui met en relation les deux langues et cultures dans lesquelles Melzi a évolué et pour lesquelles sa longue expérience d’enseignement lui a montré que le risque de bâtardise linguistique (« bastardume linguistico », Melzi 1886 : VI) est particulièrement présent :

  • 19 Texte original : « [p]ochi sono coloro che sappiano fermarsi alla frontiera delle due lingue, e non (...)

[p]eu sont ceux qui savent s’arrêter à la frontière des deux langues, et ne confondent pas ce qui doit être essentiellement distingué (ibid.)19.

26Dans les paragraphes suivants, le NDFI sera inséré dans la continuité de la production précédente de Melzi, tant didactique que lexicographique, et nous présenterons les caractéristiques fondamentales de l’ouvrage : l’aménagement astucieux d’une nomenclature foisonnante dans un dictionnaire compact ; la prise en compte des publics italophone et francophone ; l’encyclopédisme.

4.1 Des notes aux articles lexicographiques

27Le matériel didactique que Melzi a élaboré avant la publication de ses dictionnaires contient des articles lexicographiques embryonnaires. En effet, dans le riche appareil de notes en bas de page des manuels de correspondance, l’auteur fournit, si besoin est, le ou les équivalents, une paraphrase explicative, les synonymes et les homonymes, l’indication du genre ou de la catégorie grammaticale :

À tout prix (loc.av) a qualunque costo.

Place, traducesi qui per : posto, e non : piazza.

  • 20 La nomenclature dans la partie italien-autre langue est la même, à quelques exceptions près, dans t (...)
  • 21 Dorénavant VC.
  • 22 La moyenne d’entrées par page, calculée sur les pages 13-22 de la partie italien-français est de 56 (...)

28En outre, Melzi a inséré à la fin de chaque manuel de correspondance un dictionnaire bilingue des termes de commerce20. Dans le Manuale pratico di corrispondenza francese, le Vocabolario commerciale21 a 45 pages (23 pp. F-I et 22 pp. I-F) et une nomenclature estimée de 1 250 entrées pour chacune des deux parties22. Dans ce petit répertoire, la microstructure ne prévoit que l’indication du genre de l’entrée et la présentation du ou des traduisants ; dans les articles plus développés, des exemples sont présentés en italiques. Les parenthèses qui suivent parfois l’entrée contiennent une glose explicative ou un collocataire :

satiner (étoffe) rasare, dare il lustro alle stoffe.

voce (voto deliberativo), f. voix délibérative.

29Afin de vérifier une éventuelle correspondance de contenus entre le manuel et le dictionnaire bilingue, qui dans le frontispice se qualifie, entre autres, de « dizionario [...] commerciale », une analyse fine des deux textes lexicographiques s’impose. Si la coïncidence de quelques articles ou parties d’articles (cf. Valeur) semble indiquer que les matériaux du VC ont été repris dans le NDFI, dans d’autres cas (cf. Vaglia) les différences révèlent que Melzi a écrit pour le NDFI un texte nouveau :

VC : valeur, f. Valore ; - au, - al ; - en compte, - in conto ; - en espèces, - in contanti ; - reçue, - ricevuto.

NDFI : valeur, s.f. Valore, valuta : - en compte, - in conto. || - en espèces, - in contanti. ||- reçue, - ricevuto. || Prezzo. || Significato. || Pregio […].

VC : vaglia (di dock o di deposito), m. warant ; - postale, mandat sur la poste.

NDFI : vaglia […] s.m. (adm.) Mandat : Vaglia postale, Mandat de poste.

30Comme on le voit dans les articles ci-dessus, ce petit répertoire spécialisé est également pour Melzi un banc d’essai dans la recherche des techniques pour économiser des caractères et créer de la place pour les informations utiles : en effet, Melzi y exploite déjà la technique lexicographique du remplacement du mot-entrée par un tiret à l’intérieur de l’article.

4.2 Un besoin impératif : « tirer profit de chaque blanc typographique »23

  • 23 Texte original : « cavar profitto da ogni bianco tipografico » (Melzi 1886 : V).
  • 24 Texte original : « Dizionario di comodo formato, poco costoso, e contenente l’immenso materiale spa (...)

31La préface du NDFI, que Melzi a écrite alors qu’il rédigeait la seconde partie de l’ouvrage, se différencie de celle des deux autres dictionnaires bilingues pour son caractère de texte programmatique et pour la présence de longs développements consacrés à la classification des sens et aux locutions. Dans le premier paragraphe, Economia dell’opera, Melzi affirme qu’il a voulu offrir au public un « Dictionnaire d’un format pratique, peu coûteux, et contenant l’immense matériel dispersé dans de gros Dictionnaires »24 (Melzi 1886 : V). L’immense matériel recueilli par le NDFI est ainsi détaillé dans la page de titre :

Nuovo dizionario francese-italiano e italiano-francese com­merciale, scientifico, tecnico, militare, marinaresco, ecc., arricchito 1° D’un gran numero di locuzioni, gallicismi ed idiotismi più in uso, coi segni dei diversi significati ; 2° Di oltre 20 000 esempii nelle due lingue ; 3° Delle voci dell’uso toscano ; 4° Dei vocaboli antiquati ; 5° Della retta pronuncia delle parole nei casi dubbii ; 6° D’un dizionario di nomi proprii, sì personali che storici, geografici e mitologici.

32Ce texte met en évidence la tendance encyclopédique de ce dictionnaire bilingue compact, réalisée de deux manières : d’un côté, les termes commerciaux, scientifiques, techniques, militaires et de marine sont dans la nomenclature du NDFI ; de l’autre, les noms propres historiques, géographiques ou mythologiques sont recueillis dans une liste à part.

33Sans révéler la taille de la nomenclature, Melzi affirme que son ouvrage contient presque tous les mots présents dans le Littré (1872) et dans le Dictionnaire de l’Académie française (1878, 7e édition) auxquels il a ajouté des mots techniques, si bien que 8 000 mots recensés dans le NDFI ne se trouvent dans aucun grand dictionnaire.

  • 25 Le nom propre La Châtre est lemmatisé car il est le composant d’une locution : « la chÂtre (Avoir l (...)

34Nous avons vérifié cette affirmation en prenant un échantillon de 100 entrées du NDFI, de La à Laitue : dans cet intervalle, le Dictionnaire de l’Académie française a moins d’entrées (84) que le NDFI ; en revanche, le Littré a 191 entrées, soit presque le double. Dans la comparaison avec le Littré, il faut toutefois considérer que ce dernier dégroupe des entrées qui sont simples dans le NDFI : c’est le cas de lai (2 entrées dans le Littré), laie (4 entrées), laisse (5 entrées). En outre, le NDFI contient 11 mots qui ne sont pas lemmatisés dans le Littré (laboureuse, la chÂtre25, lÂchemou, lacustral, laganiste, laïcal, laïcat, laisser aller, laisser-courre, laisser-passer, laitiers).

35En ce qui concerne la nomenclature italienne, la préface ne fournit aucune indication ou comparaison avec des sources, mais il est fort possible que Melzi ait puisé dans son Nuovo Vocabolario Universale, auquel il a ajouté les mots désuets que les utilisateurs français peuvent rencontrer dans les textes littéraires, ainsi que les mots de la langue parlée toscane.

  • 26 Texte original : « un gran tesoro di nozioni ».

36Le choix d’inclure une nomenclature si vaste dans un ouvrage de dimensions assez réduites (12,6 cm x 18,6 cm x 4,9 cm) n’est pas sans conséquences, ce dont l’auteur est conscient au point d’affirmer que là résidait le problème à résoudre (Melzi 1886 : V). Plusieurs solutions sont mises en œuvre et concourent à l’objectif de créer un texte lisible, contenant « un grand trésor de notions »26 (ibid.).

37Du point de vue de la macrostructure, les exigences de place ont sans doute déterminé certains choix lexicographiques visant la réduction du nombre des entrées.

38Dans la partie français-italien, Melzi a opté pour le groupement des homonymes, même de catégories grammaticales différentes :

lai, e (lè), ag. Laico, converso : Frère -, Frate - . || s.m. Lamento (poemetto).

laie (lè), s.f. (st.nat.) Femmina del cignale. || Viottolo di selva. || Maglietto.

  • 27 Les familles étymologiques sont rarement réunies dans un seul article. Dans ce cas, les mots de la (...)

39Quant à la partie italien-français, elle est construite selon le principe du regroupement morphologique, que Melzi adopte par la suite dans les deux parties des dictionnaires bilingues de l’anglais et de l’espagnol : un article peut contenir plusieurs mots ayant la même racine, sans aller à la ligne pour chaque mot et sans que la racine soit répétée dans le texte. Par exemple, à l’article lÈgna sont enregistrés les mots legnáceo, legnággio, legnáia o legnára27.

  • 28 L’élégance de la composition est renforcée par le fait que le dernier article d’une colonne ne se t (...)

40Du point de vue de la typographie, Melzi déclare que les éditeurs n’ont pas regardé à la dépense et ont fait fondre exprès une police Nompariglia (corps 6), qui permet une composition élégante, claire et très compacte28. La hiérarchie typographique de l’article se fonde sur les oppositions gras/maigre et droit/italique, ainsi que sur les différences de taille et de famille des caractères :

41l’entrée et les locutions françaises sont en caractères égyptiens, gras, droits ;

42le texte de l’article, légèrement en retrait, est en caractères plus petits (corps 6, nompareille). Les équivalents et la prononciation figurée sont en caractères droits, alors que les abréviations, les exemples, les traduisants des locutions (partie F-I) ou les locutions (I-F) sont en italiques.

43Outre l’expédient du tiret qui remplace l’entrée dans le texte de l’article (cf. par. 4.1), Melzi parvient à gagner de la place en utilisant les crochets (it. ganci) : pour éviter d’occuper une nouvelle ligne avec les dernières syllabes du dernier mot d’un article, on les renvoie à la ligne précédente ou suivante, en les séparant du texte de l’article qui se trouve sur cette ligne par un crochet. Sur la marge extérieure de la colonne, un crochet plus long rattache les syllabes finales aux syllabes initiales du mot, comme on peut le voir dans l’image 4 :

44Image 4 : NDFI, articles Court – Courtaud, p. 101.

4.3 Les savoirs encyclopédiques dans un dictionnaire bilingue

45Le grand trésor de notions (Melzi 1886 : V) que Melzi a l’ambition de rassembler dans le NDFI se compose de savoirs (méta)linguistiques et extralinguistiques : ces derniers sont véhiculés d’un côté par les technicismes enregistrés dans la nomenclature, de l’autre par les noms propres, si bien qu’une évaluation globale des savoirs encyclopédiques contenus dans le dictionnaire doit prendre en compte tant le texte que le paratexte lexicographique.

  • 29 La proximité des deux langues italienne et française exige non seulement un soin particulier dans l (...)

46Dans la longue liste des abréviations29, les marques diatechniques se taillent la part du lion (46 sur 90 dans la partie F-I, 52 sur 90 dans la partie I-F) et frappent par leur variété et précision, ce qui est un indice fort de l’attention portée au vocabulaire technique dans la nomenclature : par exemple, la médecine est non seulement distinguée de la chirurgie, mais aussi, dans la partie I-F, de la pathologie et de la physiologie.

47L’analyse de l’échantillon de 100 mots qui va de La à Laitue permet d’évaluer l’emploi réel des marques dans le texte lexicographique : on repère 38 mots marqués avec 18 marques différentes (agr., anat., art., astr., bot., caccia, chim., farm., fisiol., giur., mar., mec., med., mus., sc.nat., st., st.nat., tip.), dont 24 mots pour lesquels l’acception marquée est la première ou la seule (ex. Lacrymal – anat. ; Lactucarium – farm.). Les marques les plus employées sont bot(anique) (9 occurrences) et mar(ine) (4 occurrences).

48En ce qui concerne le dictionnaire des noms propres, situé à la fin de chacune des deux parties, il n’ajoute pas d’information encyclopédique et se limite à fournir la traduction de noms de lieux et de personnes. L’analyse de la lettre L dans la partie F-I révèle que sur 132 entrées, 62 (47 % environ) sont des toponymes ou gentilés (ex. londonien, londres) ; en ce qui concerne les 70 anthroponymes (53 % environ), 45 sont de simples noms propres de personne (ex. lolotte, luc), 16 seulement sont accompagnés de la marque histoire (ex. linnÉ, loth) et 9 de la marque mythologie (ex. lÉda).

4.4 La direction de l’ouvrage : « sapere acconciamente servirsi della modernità dei due idiomi »30

  • 30 « Savoir se servir consciemment de la modernité des deux langues ». Les italiques sont dans le text (...)

49Il n’est pas aisé de déterminer les destinataires des dictionnaires bilingues de Melzi et, en particulier, d’évaluer la mono- ou bidirectionalité des ouvrages (cf. Rodriguez Reina 2010 : 356ss).

  • 31 Les italiques sont dans le texte.

50Si on considère les déclarations contenues dans les préfaces, dans le dictionnaire italien-anglais Melzi destine le dictionnaire aux savants des trois pays, Italie, Angleterre et États-Unis ; dans le bilingue italien-espagnol il souligne la nécessité d’un dictionnaire rédigé avec un esprit moderne en Italie, en Espagne et dans les pays hispano-américains ; en revanche, dans le NDFI l’auteur ne mentionne ni l’Italie, ni la France, ni les pays francophones. Les seules indications que l’on peut tirer de la préface dérivent du choix d’inclure les mots toscans et désuets dans la nomenclature italienne pour le public français qui pourrait les rencontrer dans la littérature ; en outre, on pourrait supposer une déclaration de bidirectionnalité lors de l’évocation, parmi les objectifs à atteindre pour le consultant, de la capacité de « servirsi della modernità dei due idiomi » (Melzi 1886 : VI)31.

51En ce qui concerne le métalangage, une distinction s’impose entre le texte lexicographique et le paratexte : la préface est en italien, tout comme les indications sur les signes typographiques qui se trouvent dans les deux parties du dictionnaire, ce qui pourrait faire supposer une destination prioritaire pour des italophones.

52En revanche, les abréviations grammaticales et toutes les marques sont en italien dans la partie F-I et en français dans la partie I-F, ce qui répond au dessein de faciliter le décodage dans les deux directions. Cependant, dans une étude évaluant du point de vue qualitatif et quantitatif la présence de marques diastratiques et diaphasiques dans le NDFI (Murano, à paraître), nous avons constaté un déséquilibre évident : la plupart des marques décrivent des unités lexicales du français, que ce soit des unités à traduire ou des équivalents, afin d’indiquer au public italophone les locutions à éviter dans les bonnes conversations. La bidirectionnalité prévue au niveau théorique par le double système d’abréviations n’est donc pas réalisée.

53Au niveau des rubriques de la microstructure, la bidirectionnalité n’est pas assurée car les informations fournies sont asymétriques. La prononciation est indiquée seulement pour les mots français jugés difficiles et en particulier pour ceux avec l mouillé ; dans la partie I-F, l’accent tonique est indiqué sur les mots italiens à l’usage des Français.

5. Conclusion

  • 32 Texte original : « Figlio delle opere proprie ».

54« Fils de ses propres œuvres »32 (Ferri 1923 : 6), Giovanni Battista Melzi doit sa renommée au Nuovo Vocabolario Universale della lingua italiana (1880), que l’éditeur Vallardi a réédité tout au long du XXe siècle. Avec ce dictionnaire, réunissant la description de la langue et l’information encyclopédique, Melzi suit le chemin que Pierre Larousse avait tracé dans le Nouveau Dictionnaire de la langue française et repris dans le monumental GDU.

  • 33 La mention du métier d’enseignant ne manquait pas pour autant dans les faire-part du décès de Batti (...)

55Sa longue carrière dans l’enseignement, comme professeur, directeur de l’École des Langues Modernes et auteur de manuels de correspondance et de conversation bilingues, est aujourd’hui moins connue, sans doute car elle s’achève avant la publication du NV33.

56Cet article a présenté la première réalisation d’un vaste projet de Melzi concernant la lexicographie bilingue des principales langues européennes, le NDFI. Ce dictionnaire s’inscrit de plein droit dans la continuité de la production de Melzi, tant didactique que lexicographique : il emprunte aux manuels l’optique contrastive et la destination pour un public bourgeois, qui veut apprendre une langue étrangère pour des fins pratiques (converser et correspondre) ; il hérite du dictionnaire monolingue la tendance à accueillir dans un format réduit non seulement une nomenclature très vaste et comparable à celle des dictionnaires en plusieurs volumes, mais aussi des informations encyclopédiques.

57Les expédients typographiques et les principes lexicographiques mis en œuvre par Melzi confèrent à cet ouvrage un caractère résolument moderne, qu’il serait intéressant de confronter avec d’autres dictionnaires publiés dans les mêmes années, et notamment avec ceux d’un format comparable rédigés par un autre professeur, Candido Ghiotti (1883 – Nuovo dizionario comparativo [...] ; 1890 – Vocabolario scolastico [...]).

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Alighieri, Dante (1875). L’Enfer, Chant premier. Nouvelle édition publiée avec une notice, un argument de tout le poème et des notes en français, par B. Melzi. Paris : Hachette.

Dictionnaire de l’Académie française (1878). Septième édition, 2 vol. Paris : Librairie de Firmin-Didot et Cie.

Ghiotti, Candido (1883). Nuovo dizionario comparativo delle lingue italiana e francese. Turin : Bellardi e Appiotti.

Ghiotti, Candido (1890). Vocabolario scolastico italiano-francese e francese-italiano : compendio del nuovo vocabolario comparativo delle lingue italiana e francese. Turin : Petrini.

Larousse, Pierre (1856). Nouveau Dictionnaire de la langue française. Paris : Larousse et Boyer, libraires- éditeurs.

Larousse, Pierre (1866-1876). Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, 15 vol. Paris : Administration du Grand Dictionnaire Universel.

LittrÉ, Émile (1872). Dictionnaire de la langue française, 4 vol. Paris : Hachette.

Melzi, Giovanni Battista (1876). Il vero segretario italiano, o Guida a scrivere ogni sorta di lettere. Paris : Garnier Frères.

Melzi, Giovanni Battista (1877). Il nuovissimo segretario italiano, o Guida a scrivere ogni sorta di lettere. Paris : Garnier Frères.

Melzi, Giovanni Battista (1878a). Manuale pratico di corrispondenza francese contenente lettere familiari e commerciali arricchite di numerose note italiane e d’un vocabolario commerciale francese- italiano. Turin : Fratelli Bocca / Paris : P. Ollendorff.

Melzi, Giovanni Battista (1878b). Manuel pratique de correspondance italienne [...]. Paris : P. Ollendorff.

Melzi, Giovanni Battista (1878c). Manuel pratique de correspondance allemande [...]. Paris : P. Ollendorff.

Melzi, Giovanni Battista (1878d). Manuel pratique de correspondance anglaise [...]. Paris : P. Ollendorff.

Melzi, Giovanni Battista (1878e). Manuel pratique de correspondance espagnole [...]. Paris : P. Ollendorff.

Melzi, Giovanni Battista (1880). Nouveau guide de conversation moderne en français et en italien [...] par Ch. Witcomb, Nouvelle édition complètement refondue corrigée et augmentée de dialogues sur les voyages, les chemins de fer, les bateaux à vapeur, la télégraphie avec les accents de prosodie toscane [...] par B. Melzi. Paris : Baudry.

Melzi, Giovanni Battista (1880). New guide to modern conversation in English and Italian with the Tuscan prosodical accent marked […] by B. Melzi - Guida di conversazione moderna [...] per cura di Giuseppe Zirardini [...]. Paris : Baudry.

Melzi, Giovanni Battista (1880). Nuovo Vocabolario universale della lingua italiana : storico, geografico, scientifico, biografico, mito-logico. Paris : Garnier frères.

Melzi, Giovanni Battista (1886). Nuovo dizionario francese-italiano e italiano-francese commerciale, scientifico, tecnico, militare, marina-resco. Milan : Fratelli Treves Editori.

Melzi, Giovanni Battista (1891). Il vocabolario per tutti illustrato […]. Milan, Vallardi.

Melzi, Giovanni Battista (1892). Nuovo Dizionario inglese-italiano e italiano-inglese […]. Milan : Fratelli Treves Editori.

Melzi, Giovanni Battista (1893). Il Melzi scientifico : dizionario illustrato che comprende la geografia antica e moderna […], la storia […], la mitologia […], la biografia. Milan : A. Vallardi.

Melzi, Giovanni Battista (1894-97). Nuovo Dizionario spagnolo-italiano e italiano-spagnolo […]. Milan : Fratelli Treves Editori.

Ubertalli, Lucilla (1994). Dizionario enciclopedico Melzi. vol. 1. Lingua ; vol. 2 Cultura. Milan : Vallardi.

Sources secondaires

Almanacco italiano (1912), p. 681.

Almanacco italiano (1913), p. 660.

Christ, Herbert (1993). « De Meidinger à Ploetz, en passant par Seidenstucker, Ahn et Ollendorff, ou le cheminement de la méthodologie synthétique ». Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 12, 5-10.

Ferri, Enrico (1923). Difese penali : studi di giurisprudenza penale. Arringhe civili. Turin : UTET, vol. 2, pp. 5-35.

Lillo, Jacqueline (éd.) (2008). 1583-2000 : Quattro secoli di lessicografia italo-francese. 2 vol. Berne : Peter Lang.

Lonati, Elisabetta. (2012). « Systematizing usage in 1892 Melzi’s Nuovo Dizionario Inglese-Italiano e Italiano-Inglese : general vocabulary vs. specialized terminology ». Communication présentée lors du Colloque International « Norme et usage dans la lexicographie bilingue : XVIe-XXIe siècles », Raguse (18-20 octobre 2012), à paraître.

Mollier Jean-Yves, Dubot Bruno (2012). Histoire de la librairie Larousse, 1852-2010. Paris : Fayard.

Murano, Michela (à paraître). « Marquage et variation diastratique et diaphasique dans le Nuovo dizionario francese-italiano de Giovanni Battista Melzi ». In Christophe Rey & Valentina Bisconti (éds). Actes du colloque « Le dictionnaire : un terrain pour l’enquête sociolinguistique ? », Université de Picardie Jules Verne, 11-12 décembre 2014.

Nascimbeni, Giulio (1994). « Ma chi si ricorda del professor Melzi ? ». Corriere della Sera, 22 aprile 1994, 33.

O’Connor, Desmond (1978). « Italian-English Lexicography in the Twentieth Century ». Italica, 55, 3, 338-358.

O’Connor, Desmond (1990). A History of Italian and English Bilingual Dictionaries. Florence : Olschki.

Proietti Domenico, Melzi, Giovanni Battista, In Dizionario Biografico Treccani. En ligne : <http://www.treccani.it/enciclopedia/giovanni-battista-melzi_%28Dizionario-Biografico%29/>

Rodríguez Reina, Pilar (2010). « El Nuovo Dizionario Spagnolo-Italiano e Italiano-Spagnolo de B. Melzi ». In Felix San Vicente (éd.). Textos fundamentales de la lexicografia italoespañola (1805-1916). Monza : Polimetrica. vol. III, 339-379.

Sites internet

http://www.sbn.it/opacsbn/opac/iccu/free.jsp, Catalogo OPAC del Servizio Bibliotecario Nazionale.

Haut de page

Notes

1 Nos sources biographiques principales sont l’article de Proietti dans le Dizionario biografico degli italiani et l’article publié en 1994 par Nascimbeni dans le Corriere della Sera, à l’occasion de la parution chez Vallardi du Dizionario enciclopedico Melzi (Ubertalli 1994).

2 Texte original : « professore di belle lettere ».

3 Texte original : « direttore della Scuola di lingue moderne, in Parigi ». Toutes les pages Wikipedia consacrées à G. B. Melzi (dernière consultation 29/02/2016) affirment qu’il a été professeur d’italien à l’École Normale Supérieure de Paris. Dans les sources consultées, nous n’avons trouvé aucune autre mention claire de cette affectation de Melzi.

4 Pour des raisons de place, nous n’avons inséré en bibliographie que les manuels du couple de langues français-italien (Melzi 1878a et 1878b) et ceux qui sont destinés aux francophones Melzi 1878c, 1878d, 1878e).

5 Ces lettres se trouvent dans la section Lettres familières, Chapitre 1 : Lettres de prière et de requête.

6 Ferri (1923 : 6-7) affirme avoir commencé à étudier l’allemand dans l’école dirigée par Melzi à Paris.

7 H. G. Ollendorff, professeur d’allemand, d’italien et de français à Paris, a publié en 1835 son premier manuel pour l’apprentissage de l’allemand. Sa méthode pour apprendre « à lire, à écrire et à parler une langue en six mois » sera appliquée par la suite au français, à l’italien, à l’anglais et au latin et traduite dans les différentes langues européennes. Elle fait partie des méthodes dites synthétiques, dans lesquelles « on apprend la langue par la connaissance de la grammaire et par la synthèse, la construction de phrases » (Christ 1993) : Ollendorff pense avoir amélioré ces méthodes en présentant la phase synthétique sous forme de dialogues. Il ne faut pas oublier que les manuels de Melzi sont édités en France par les librairies fondées par le fils du professeur Ollendorff, Paul. Au milieu des pages de l’exemplaire du Manuel pratique de correspondance italienne que nous avons pu consulter à la Bibliothèque Nationale de France, nous avons repéré un feuillet publicitaire des manuels de la méthode Ollendorff.

8 Dorénavant GDU.

9 Larousse recrutait ses collaborateurs en écrivant aux experts ou en publiant des annonces dans les journaux étrangers (Mollier et Dubot 2012 : 120-122). Beaucoup d’entre eux, comme Melzi, restent anonymes car ils ne sont cités ni dans la préface, ni à la fin du quinzième volume.

10 Dorénavant NVU.

11 Texte original : « [il Vocabolario Universale,] mentre soddisfa ai bisogni linguistici dello studente, del maestro, del giornalista, dell’uomo di affari, ec., supplisce molto opportunamente al difetto di nozioni scientifiche, storiche, geografiche, biografiche, di molti altri dizionari. Riunendo una quantità di utili nozioni sparse in voluminose collezioni o in opere dispendiose, questo Vocabolario può sostituire da sé un gran numero di libri diversi ».

12 Texte original : « compilato sul Melzi ».

13 La partie linguistique (Il Vocabolario per tutti) paraît en 1891, la partie scientifique (Il Melzi scientifico) en 1893. Elles seront réunies par la suite dans un seul volume portant le titre de Novissimo Melzi.

14 Dorénavant NDFI. Comme nous l’avons déjà précisé (Murano, à paraître), l’exemplaire que nous avons analysé réunit les deux parties en un volume (F-I 539 p., I-F 561 p.) et, à la fin de la préface, il porte la date de mai 1886. Il s’agit sûrement d’une réimpression postérieure à 1886, que nous ne pouvons pas dater précisément, car dans le frontispice Melzi est décrit comme l’auteur du Nuovo Dizionario Inglese-italiano, du Nuovo dizionario Spagnolo-Italiano et du Nuovissimo Melzi. Le catalogue OPAC du Servizio Bibliotecario Nazionale sbn.it fait état d’autres exemplaires en deux volumes, portant la date 1887 pour la partie italien-français (vol. 2).

15 Le NDFI a eu plusieurs réimpressions à Milan chez Treves (1888, 1890, 1894, 1896, 1906, 1909, 1911, 1917, 1934) et en France (1891, Paris, Librairie Le Soudier) (cf. Lillo 2008).

16 Cf. Lonati 2012, O’Connor 1978, O’Connor 1990.

17 Pour une présentation de ce dictionnaire et une reconstruction de ses éditions, cf. P. Rodríguez Reina (2010).

18 Le prix indiqué pour chaque dictionnaire est de 16 lires, soit environ cinq fois moins que les 75 lires pour les deux volumes du Nuovo Dizionario Universale della Lingua Italiana de Petrocchi (cf. pages finales non numérotées du NDFI).

19 Texte original : « [p]ochi sono coloro che sappiano fermarsi alla frontiera delle due lingue, e non confondano ciò che dev’essere essenzialmente distinto ».

20 La nomenclature dans la partie italien-autre langue est la même, à quelques exceptions près, dans tous les manuels.

21 Dorénavant VC.

22 La moyenne d’entrées par page, calculée sur les pages 13-22 de la partie italien-français est de 56,8.

23 Texte original : « cavar profitto da ogni bianco tipografico » (Melzi 1886 : V).

24 Texte original : « Dizionario di comodo formato, poco costoso, e contenente l’immenso materiale sparso in grossi Vocabolarii ».

25 Le nom propre La Châtre est lemmatisé car il est le composant d’une locution : « la chÂtre (Avoir le bon billet de), l.fig., Star fresco. »

26 Texte original : « un gran tesoro di nozioni ».

27 Les familles étymologiques sont rarement réunies dans un seul article. Dans ce cas, les mots de la famille se retrouvent s.v. lÈgna, Legnáio, Legnamáre, Legnáta, Legnático, Légno, Legnosità, Legnóso.

28 L’élégance de la composition est renforcée par le fait que le dernier article d’une colonne ne se termine jamais dans la colonne qui suit. Chacune des deux colonnes du texte lexicographique commence donc avec une nouvelle entrée.

29 La proximité des deux langues italienne et française exige non seulement un soin particulier dans la distinction des signifiés, mais aussi un système de marquage très détaillé : « À la traduction naturelle de chaque mot, quand le mot peut être traduit de différentes manières, j’ai fait suivre les synonymes. On trouve ensuite les différentes significations, en passant des plus lointaines au plus métaphoriques. Des abréviations indiquent quels mots doivent être considérés comme relevant d’un usage légitime et lesquels sont sortis de l’usage ; quels mots sont scientifiques, poétiques, figurés ; quels mots sont familiers, populaires, triviaux ; quels mots sont des néologismes, des termes techniques, commerciaux etc. » (Melzi 1886 : VI, les italiques sont dans le texte original). Texte original : « alla traduzione naturale d’ogni parola, quando può essere voltata in varii modi, feci tener dietro i sinonimi ; vengono poscia i diversi significati, passando dai più lontani ai più metaforici. Appositi segni abbreviativi indicano quali parole abbia lo studioso a ritenere d’uso legittimo, quali fuori d’uso ; quali le scientifiche, le poetiche, le figurate ; quali le familiari, le popolari, le triviali ; quali i neologismi, i termini tecnici, commerciali e via via […] ». Nous avons souligné dans une autre étude l’importance accordée par Melzi au marquage diastratique et diaphasique des unités lexicales françaises, en particulier des locutions (Melzi 1886 : VII ; cf. Murano, à paraître).

30 « Savoir se servir consciemment de la modernité des deux langues ». Les italiques sont dans le texte (Melzi 1886 : VI).

31 Les italiques sont dans le texte.

32 Texte original : « Figlio delle opere proprie ».

33 La mention du métier d’enseignant ne manquait pas pour autant dans les faire-part du décès de Battista Melzi : dans l’Almanacco italiano il est décrit comme « Melzi prof. Battista, auteur de nombreux dictionnaires et encyclopédies populaires » (« Melzi prof. Battista, autore di molti dizionari e enciclopedie popolari », 1912 : 681) et « Melzi Battista, prof. Lexicographe » (« Melzi Battista, prof. Lessicografo », 1913 : 660).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michela Murano, « « In comodissimo volume, un gran tesoro di nozioni » : le Nuovo dizionario francese-italiano e italiano-francese (1886) du professeur Melzi », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 56 | 2016, mis en ligne le 04 février 2018, consulté le 25 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/dhfles/3968

Haut de page

Auteur

Michela Murano

Université Catholique du Sacré Cœur de Milan
michela.murano@unicatt.it

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SIHFLES

Haut de page
  • Logo SIHFLES
  • OpenEdition Journals