Navigation – Plan du site
Lectures

Derek Offord, Lara Ryazanova-Clarke, Vladislav Rjéoutski & Gesine Argent (eds). French and Russian in Imperial Russia. Volume 1. Language use among the Russian elite. Volume 2. Language attitudes and identity.

Marie-Christine Kok Escalle
p. 207-213

Texte intégral

1Edinburgh : Edinburgh University Press, 2015, 270 et 266 p. ISBN : 978 0 7486 9551 5 / ISBN : 978 0 7486 9553 9

2Slaviste, spécialiste de la Russie des dix-huitième et dix-neuvième siècles, Derek Offord, de l’université de Bristol, a depuis de longues années, rassemblé autour de lui une équipe de jeunes et moins jeunes chercheurs qui s’intéressent au rapport langue(s), culture(s), identité(s) dans la Russie impériale. Historiens, littéraires, linguistes, sociolinguistes croisent leurs approches dans l’analyse de documents publics ou privés qui renseignent sur les pratiques de la société russe d’avant la Révolution et mettent leur expertise au service d’une meilleure connaissance d’un monde qui a souvent été stéréotypé sous le coup de généralisation.

3La publication de French and Russian in Imperial Russia aux Presses de l’université d’Edinburgh s’inscrit dans la continuité du travail de cette équipe de recherche qui a animé les colloques tenus en août et septembre 2012 dans la capitale écossaise et à Bristol. Depuis 2011 Derek Offord a dirigé et favorisé la collaboration internationale dans le projet, financé par le Arts and Humanities Research Council britannique, qui avait initialement pour objet d’étudier l’histoire du français en Russie et qui a conduit à la publication de European Francophonie (Peter Lang, 2014), plaçant l’histoire du français dans le contexte plus large de l’Europe. Ce projet auquel ont participé de nombreux non-slavistes et plusieurs sihflésiens fait d’ailleurs suite à celui lancé à Paris en 2011 par Elena Gretchanaia, Alexandre Stroev et Catherine Viollet et dont la publication La francophonie européenne aux XVIIIe et XIXe siècles. Perspectives littéraires, historiques et culturelles (Peter Lang, 2012) entend examiner les auteurs d’expression française en Europe centrale et orientale et particulièrement en Russie.

4Les deux volumes de French and Russian in Imperial Russia se veulent complémentaires pour une approche multidisciplinaire de l’histoire des langues en Russie ; ils intéressent donc non seulement les slavistes, mais aussi les historiens, qu’ils soient spécialistes d’histoire culturelle ou historiens de la langue, les linguistes et sociolinguistes. Ils appréhendent le français en Russie comme la langue des élites européennes aux dix-huitième et dix-neuvième siècles et s’interrogent sur les caractères du bilinguisme russo-français, les deux langues coexistant, cohabitant, et ayant une influence mutuelle l’une sur l’autre. La période étudiée (la liste des têtes couronnées avec les dates de leur règne, qui se trouve en début de chaque volume, est tout à fait bienvenue) correspond aux Lumières et à l’époque romantique qui se termine avec Pushkin, lorsque le russe moderne devient le langage standard alors que le français était devenu la langue commune de l’élite sociale russe, usage encouragé par Elizabeth (1741-1761) qui en avait fait la langue de la cour, avant que Catherine II (1762-1796) n’en fasse la langue de la communication au sein de l’intelligentsia, la langue de la réflexion et de l’intime.

5Le premier volume s’attache à illustrer l’usage des langues au sein de l’élite russe, offrant une réflexion globale sur la coexistence des langues dans les pratiques langagières de la noblesse russe dans le contexte de la Russie de Catherine II (Derek Offord, Gesine Argent et Vladislav Rjéoutski) et dans le premier tiers du dix-neuvième siècle (Nina Dmitrieva et Gesine Argent), avant de proposer plusieurs études de cas, ce qui permet finalement d’aborder les fonctions du français dans les usages de bilinguisme avec ou sans diglossie, tant dans la sphère privée que dans la sphère publique.

6Les documents issus de la sphère privée – ego documents – que l’on trouve dans différents types d’archives ou de bibliothèques nationales, locales ou familiales sont une très bonne source pour étudier les pratiques linguistiques. Les correspondances forment un corpus fort généreux pour l’étude de l’usage des langues, ici le français, en exclusivité, dans un bilinguisme franco-russe ou avec l’allemand en partage. Ainsi en est-il des lettres que, au long du dernier quart du dix-huitième siècle, Catherine II adresse en français à Friedrich Melchior Grimm avec qui elle partage pourtant la même langue maternelle allemande (Georges Dulac), de celles des comtes Stroganov (Vladislav Rjéoutski et Vladimir Somov) ou de Nikolai Karamzin (Liubov Sapchenko) mais aussi des échanges épistolaires de la famille Vorontsov remarquables pour l’utilisation du code switching (Jessica Tipton), de la correspondance de Pushkin avec sa mère, son frère et sa sœur (Nina Dmitrieva), et des lettres que Aleksandr Radishchev adresse depuis son exil dans la dernière décennie du dix-huitième siècle (Rodolphe Baudin).

7Si l’usage du français est clairement dominant dans la rédaction des journaux de voyage ou récits de vie de femmes russes nobles, comme l’ont montré Elena Gretchanaia et Catherine Viollet dans Si tu lis jamais ce journal : diaristes russes francophones 1780-1854 (Paris : CNRS Éditions 2008), le multilinguisme y est aussi pratiqué, combinant le français et le russe mais aussi l’allemand, l’anglais et l’italien (Emilie Murphy). Si le français est bien leur langue de la communication écrite et orale, l’usage d’autres langues est pour elles un choix stratégique ; il leur permet d’abaisser les barrières sociales, de se réfugier dans leur langue maternelle pour ne pas être comprises des francophones et pour mieux exprimer leurs émotions, enfin d’affirmer leur identité culturelle de femmes éduquées faisant partie de l’élite.

8Dans la sphère publique et professionnelle, le français remplit diverses fonctions : dans la presse francophone russe, il servirait de médiateur ou d’instrument de propagande (Vladislav Rjéoutski et Natalia Speranskaia). Des études originales montrent l’importance de la terminologie française dans le monde de l’architecture et le langage architectural en Russie (Sergei Klimenko et Iuliia Klimenko) ou dans celui de la mode au sens le plus large où il fallait pouvoir se conformer au goût du jour et séduire pour manifester son appartenance à la société élégante, afficher sa distinction (Xénia Borderioux).

9Le deuxième volume analyse les effets de l’usage du français d’un côté et de l’autre, le regard russe porté sur cette élite bilingue, avec au centre la question de l’identité sociale et nationale construite dans l’acte discursif et le choix de la langue. On constate en Russie comme c’est aussi le cas aux Pays-Bas (dans la famille Hogendorp étudiée par Madeleine van Strien-Chardonneau, par exemple), que le français est la langue dans laquelle on exprime sa gallophobie linguistique ou culturelle, on critique la francophonie russe et l’on revendique son identité nationale. Le multilinguisme de l’élite russe est complexe, intégrant l’usage des langues européennes dans une prise de conscience croissante d’une identité russe, d’une « russéité » (Russianness) ; c’est l’objet de ce volume d’en montrer toute la complexité, dans la recherche d’un équilibre, depuis le dix-huitième siècle jusqu’à la Révolution de 1917, entre l’héritage des Lumières européennes et les nationalismes naissants (Stephen Bruce).

10L’évolution vers une identité littéraire et linguistique russe est portée par la francophonie russe, longtemps considérée dans un rapport filial par rapport à la langue et la culture françaises mais s’émancipant peu à peu dès la fin du dix-huitième et au dix-neuvième siècle pour soutenir l’évolution créatrice d’une « russéité » linguistique et culturelle. Illustrant ce processus, différents champs font l’objet d’étude, analysant les fonctions linguistiques dans l’expression littéraire et en particulier les activités de traduction.

11La figure de la Princesse Dashkova est emblématique : femme de lettres, nommée par Catherine à la tête de l’Académie des sciences, elle avance son multilinguisme comme une preuve de son appartenance au monde européen et en fait un outil pour définir son statut social sans minimiser le danger que l’influence européenne représente pour ce qui est unique dans la culture russe. Elle agit en faveur de la promotion d’une langue russe standardisée (grammaire, dictionnaire, substitution des mots étrangers) tout en insistant sur l’importance d’apprendre les langues étrangères, valorisant ainsi la Russie aux yeux des observateurs occidentaux (Michelle Lamarche Marrese).

12Les stratégies d’Aleksandr Sumarokov, traducteur de littérature française en langue russe au dix-huitième siècle, sont passées de l’encensement au dénigrement selon les périodes : vu comme le Molière russe ou le successeur de Boileau, il a ensuite été considéré comme un médiocre imitateur des auteurs français. Un nouvel éclairage porté sur le travail de ce francophile et slavophile met en évidence la tension qu’il tente de résoudre dans son travail de traduction, entre les normes linguistiques françaises et russes, faisant de lui un novateur (Sveltana Skomorokhva).

13La presse périodique qui se développe en Russie dès le début du dix-huitième siècle, de manière relativement tardive si l’on considère les Gazettes de Hollande, semble avoir été un lieu privilégié du débat linguistique ; favorisant à la fin du dix-huitième siècle, la transformation du bagage linguistique et culturel français en un outil d’émancipation et de création identitaire russe, elle est en cela soutenue par le regard porté par la presse périodique française, comme L’Année littéraire, sur la francophonie russe considérée comme un relais (inter)culturel (Carole Chapin).

14La charge sémantique et culturelle du lexique est abordée dans le registre du mot « amour » qui, formé au début du dix-huitième siècle grâce entre autres aux traductions d’œuvres françaises, est resté très fragmentaire et limité, comme en témoigne la version russe (1768) du Dictionnaire d’amour de Jean-François Dreux du Radier (Victor Zhivov). Il l’est aussi dans le registre de la mode, française, modèle à suivre ou à éviter. Le langage de la mode parisienne a intégré peu à peu la langue russe, comme d’ailleurs les autres langues européennes, assurant une victoire là où les troupes napoléoniennes ont échoué, « conquérant l’immense Empire russe » (Olga Vassilieva-Codognet). L’étude du lexique comme révélateur de l’expression identitaire a ses limites : les traductions russes du concept de Patrie, de « l’amour de la Patrie » que partagent Catherine II et Napoléon, font l’objet d’une étude dont seul le slaviste confirmé pourra mesurer l’intérêt (Sara Dickinson).

15La gallophobie linguistique est mentionnée à plusieurs reprises ; elle est analysée dans le théâtre comique russe qui « reflète le dilemme de l’occidentalisation » (Derek Offord) et en particulier dans la dernière pièce de Krylov qui critique la gallomania sur le modèle des Précieuses ridicules de Molière. Le travail d’écriture de Krylov est présenté comme une subversion, transposant le modèle français critiqué (le Molière du dix-septième siècle) dans le contexte de la Russie du dix-neuvième siècle ; cette pièce est exemplaire du processus d’appropriation culturelle de l’élite russe francophone car elle montre les interactions entre les cultures française et russe au début du dix-neuvième siècle et en l’occurrence les effets des idées véhiculées par la culture que l’on s’approprie (D. Brian Kim). Les débats linguistiques sur les usages du russe et du français, très présents dans la Russie alexandrine, sont illustrés dans l’approche de penseurs, littéraires et politiques se confondant souvent, avec les points de vue de Karamzin – dont le bilinguisme épistolaire a été étudié dans le premier volume (Liubov Sapchenko) – et Shishkov (Gesine Argent) complétés par ceux de Fedor Rostopchin et Sergei Glinka, tenants d’un nationalisme conservateur qui reposerait essentiellement sur un nationalisme linguistique (G. M. Hamburg).

16Enfin une réflexion sur l’usage du français et les fonctions de celui-ci dans les récits fictionnels de Pushkin propose de voir dans l’assimilation des langues et cultures étrangères, une étape décisive pour la création d’une littérature/culture « éventuellement conçue comme authentiquement russe », Pushkin jouant un rôle essentiel dans ce domaine (Derek Offord).

17L’intérêt de ces volumes réside dans la variété des thèmes abordés autour de l’usage du français en contexte russe au temps où l’on parle de l’Europe française mais aussi des guerres napoléoniennes, dans la combinaison des approches micro et macro et dans l’exploitation de documents rendus accessibles aux non-russophones. Peter Burke considère cette publication comme une étape importante dans l’histoire sociale du langage.

18Ce que l’on constate dans le monde russe de la Russie impériale de la deuxième moitié du dix-huitième et de la première moitié du dix-neuvième siècle, – à savoir que le développement d’une conscience linguistique va de pair avec la prise de conscience identitaire et que l’usage de la langue française ne signifie pas nécessairement une attitude gallophile ni n’exclut pas non plus une attitude gallophobe –, se retrouve dans d’autres coins de l’Europe à la même époque et même plus tôt pour ce qui est de pays de l’Europe du Nord comme les Pays-Bas ou l’Allemagne. Aussi, le lecteur averti pourra placer le résultat de ces recherches dans l’ensemble des études portant sur le français langue étrangère ou seconde qui sont au cœur des activités de la SIHFLES et apporter une dimension comparative à l’exploration du monde russe francophone en soulignant les liens entre des processus comparables. Souhaitons que l’ouverture de cette équipe de chercheurs slavistes vers le monde hors Russie, entamée pour le projet qui a donné naissance à European Francophonie se poursuive dans l’exploration des documents qui permettent de comprendre les enjeux des pratiques langagières constitutives de la construction identitaire du sujet social, culturel et personnel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Christine Kok Escalle, « Derek Offord, Lara Ryazanova-Clarke, Vladislav Rjéoutski & Gesine Argent (eds). French and Russian in Imperial Russia. Volume 1. Language use among the Russian elite. Volume 2. Language attitudes and identity. », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 55 | 2015, 207-213.

Référence électronique

Marie-Christine Kok Escalle, « Derek Offord, Lara Ryazanova-Clarke, Vladislav Rjéoutski & Gesine Argent (eds). French and Russian in Imperial Russia. Volume 1. Language use among the Russian elite. Volume 2. Language attitudes and identity. », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 55 | 2015, mis en ligne le 19 novembre 2017, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/dhfles/4336

Haut de page

Auteur

Marie-Christine Kok Escalle

Université d’Utrecht, Pays-Bas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SIHFLES

Haut de page
  • Logo SIHFLES
  • OpenEdition Journals