Navigation – Plan du site
Lectures

Clara Ferrão Tavares et Jacques Cortès (coord.). Avec Robert Galisson, réhabiliter la Culture comme discipline universitaire à part entière, nº 4, Revue Synergies Portugal.

En ligne : http://gerflint.fr/Base/Portugal4/portugal4.html
Serge Borg
p. 209-211

Texte intégral

1À l’ère du nécessaire questionnement épistémologique qui interroge les territoires profonds des disciplines-carrefour en sciences humaines et sociales, telles que la didactique des langues et des cultures, explorer l’œuvre de celui que d’aucuns considèrent (à juste titre) comme l’un de ses pères fondateurs, n’est pas une entreprise aisée. Remettre en perspective l’itinéraire de réflexion qui l’a amené à construire progressivement ce champ disciplinaire, tout en lui assignant une nouvelle mission pour ce troisième millénaire, à savoir : celle de réhabiliter la culture comme discipline universitaire à part entière ; constitue un noble objectif que les auteurs, au travers de leur(s) article(s) publiés dans ce quatrième numéro de la revue Synergies Portugal, se sont employés à définir sur le registre de l’essai.

2Force est de constater qu’ils y sont parvenus, en identifiant de manière tantôt implicite, tantôt explicite, les multiples disciplines contributoires ayant façonné sa pensée didacticienne, lesquelles l’auront conduit à les classer rigoureusement en « discipline d’appoint et discipline d’appui ». Si l’on peut regretter que ce numéro fasse la part trop belle à la linguistique descriptive, notamment dans sa composante lexicographique, on ne peut que se réjouir de constater que sous l’égide d’une éclairante historicité, il pose les fondements mêmes d’une réflexion pertinente qui préfigure non pas la ré-habilitation de la culture comme discipline universitaire (le préfixe - re - suppose qu’elle l’aurait déjà été), mais une véritable intégration officielle et académique, dans l’offre de formation aux étudiants de licence et de master, autre que sous les traditionnelles appellations déviantes et circonvoisines que sont l’anthropologie, la littérature et/ou la civilisation (pour n’en citer que quelques-unes).

3On soulignera avec intérêt, la confluence des courants de pensée des différents auteurs qui régit, dans une harmonie constructive, l’identité de ce numéro où la perspective l’emporte volontairement sur le bilan (historicité nécessaire mais maitrisée), en évitant ainsi l’écueil de la nécrologie pour se tourner résolument vers un avenir qui place la culture au cœur des problématiques sociétales contemporaines et à venir. Parce que les contributions des différents auteurs soulignent, à des degrés divers mais bien réels, que le dialogue des langues et des cultures, pour éviter toute forme de repli ethnocentrique, « choc des civilisations » et autres formes de radicalisation auxquelles nous assistons aujourd’hui, suppose un enseignement de la culture où sa dimension archipélagique se verrait remembrer, au sein d’une discipline transversale en sciences humaines et sociales.

4De même, ce numéro a le mérite de poser, sans tabou, les questions fondamentales liées au projet et à l’objet de la discipline, et par là, à l’enseignement de la culture qui en émane. En témoigne le glissement de champ sémantique dans l’intitulé même du domaine, comme l’attestent les titres de certains dictionnaires allant de « la didactique des langues » (Robert Galisson/Daniel Coste) à celui de « Français langue étrangère et seconde » (Jean Pierre Cuq et Isabelle Gruca).

5Il y a là un changement de paradigme manifeste où le critère de diffusion des langues et plus particulièrement du français comme langue non-maternelle, inscrit de fait ce domaine complexe (au sens de la pensée complexe d’Edgar Morin), dans une logique de politique linguistique – éducative, dont Robert Galisson avait donné les outils de base, avec son « Appareil conceptuel/matriciel de référence pour la didactologie – didactique des langues-cultures » (1990).

6Enfin, ce numéro 4 de Synergies Portugal, remarquablement coordonné par Clara Ferrão Tavares et Jacques Cortès, consacre définitivement Robert Galisson dans sa dimension visionnaire et fédératrice qui se traduit, par l’usage ciblé du « trait d’union ». Puisqu’il s’agit ici d’une entreprise de revalorisation de la culture, c’est bien à Robert Galisson que nous devons l’attelage « Langue – Culture », un trait d’union dans la pensée didacticienne, à la charnière entre deux siècles, entre standardisation et contextualisation, entre enseignement et apprentissage, entre théorie et pratique, et entre didactique et didactologie. À bien des égards, Robert Galisson restera à jamais « l’homme du trait d’union », ce que cet ouvrage du GERFLINT, le groupe d’études et de recherches pour le français langue internationale, présidé par Jacques Cortès, sera parvenu à démontrer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Borg, « Clara Ferrão Tavares et Jacques Cortès (coord.). Avec Robert Galisson, réhabiliter la Culture comme discipline universitaire à part entière, nº 4, Revue Synergies Portugal. », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 58-59 | 2017, 209-211.

Référence électronique

Serge Borg, « Clara Ferrão Tavares et Jacques Cortès (coord.). Avec Robert Galisson, réhabiliter la Culture comme discipline universitaire à part entière, nº 4, Revue Synergies Portugal. », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 58-59 | 2017, mis en ligne le 02 mai 2018, consulté le 21 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/dhfles/4447

Haut de page

Auteur

Serge Borg

Université de Franche-Comté

Haut de page

Droits d’auteur

© SIHFLES

Haut de page
  • Logo SIHFLES
  • OpenEdition Journals