Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Ce numéro de la revue Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde constitue le second volet des textes consacrés à l’étude de l’innovation en matière de l’enseignement/apprentissage du français langue étrangère. L’innovation, perçue pendant longtemps comme dangereuse et parfois néfaste à l’équilibre social et religieux, est néanmoins associée dans le Dictionnaire de l’Académie Française à « quelque nouveauté dans une coutume, dans un usage déjà reçu ». C’est justement cette idée de « nouveauté » qui est conservée dans les dictionnaires du XXe siècle consacrés au milieu éducatif, que ce soit dans un dictionnaire plus généraliste en matière pédagogique comme celui de Philippe Meirieu (Petit dictionnaire de pédagogie), ou dans un dictionnaire plus spécifique en matière de didactique du FLE comme celui dirigé par Jean-Pierre Cuq (Dictionnaire de didactique du français langue étrangère et seconde). Or, s’il est vrai que l’innovation pédagogique (ou l’innovation en éducation) suppose la transformation des pratiques par l’avènement d’une nouveauté pédagogique qui rompt avec des pratiques antérieures, jugées insuffisantes, insatisfaisantes ou inopérantes, il n’est pas moins judicieux de considérer, comme le font de nombreux chercheurs depuis des décennies, que l’innovation est surtout caractérisée par son caractère créatif, original, transférable et durable. Dans un tel processus, celui qui innove (l’innovateur, individuel ou collectif) est vu comme un passeur qui actionne la diffusion des idées nouvelles et des nouvelles façons d’envisager l’enseignement/ apprentissage. Du point de vue historique, il est donc important, dans ces circonstances, de questionner non seulement les progrès et les expérimentations, mais aussi les lieux, les outils et les méthodes de leurs opérationnalisations.

2Gérard Vigner inaugure ce numéro par une étude de longue haleine sur la diffusion de l’appareil grammatical français sur plus d’un siècle (1860-1965). Mû par une volonté de situer, du point de vue historique, les choix effectués en matière de descriptions grammaticales, l’auteur trace les grandes lignes de la matérialisation de la propagation du français hors de France et interroge les contours de l’édification d’un outil descriptif de référence spécifique, ses appropriations et remaniements selon les usages et les publics visés dans le secteur public et privé à l’étranger, ainsi que la légitimité des moyens institutionnels et matériels instaurés par la nation française.

3Aborder la question de la diffusion d’une langue peut aussi signifier tenir compte des lois du marché des langues à une certaine époque. En partant de cette prérogative, Réa Delveroudi décide de parcourir le chemin de la conjoncture historique favorable à l’implantation de la langue française dans certains milieux hellénophones en tant que langue de culture au XVIIIe siècle. En déplorant l’inexistence d’une étude ancrée sur le dépouillement des archives locales, elle lance les pistes de réflexion en insistant sur le besoin d’une prise en compte des données éditoriales et des facteurs sociopolitiques.

4Parfois les innovations linguistiques et pédagogiques instaurées par des nouvelles approches dans l’enseignement des langues ont leur point d’attache dans les questionnements effervescents autour de l’enseignement de la langue maternelle. En Russie Fédor Buslaev instaura au XIXe siècle une nouvelle méthode d’approche de la langue maternelle, peu connue aujourd’hui, qu’il baptisa alors de consciente et pratique, contrastive et comparée. Nadéjda Kriajeva s’attache à démontrer la réception des idées et des oeuvres innovatrices de Buslaev dans le système éducatif russe de la seconde moitié du XIXe siècle et leur accueil auprès de la communauté pédagogique nationale.

5À la même époque, l’espace éducatif européen voit apparaître différentes méthodes qui vont réformer l’approche de l’enseignement des langues étrangères. L’une des méthodes les plus connues au XIXe siècle fut sans doute celle de Franz Ahn. Alberto Lombardero Caparrós s’interroge sur l’influence exercée par cette méthode en Espagne : véritable influence ou stratégie éditoriale commerciale ?

6À l’aube du siècle suivant, apparaissent en Europe des objets nouveaux pour l’apprentissage des langues étrangères : les instruments d’approche de l’autodidaxie par la presse. En Grèce, Théodore Kyprios est pionnier dans ce secteur. Directeur du Journal français (1908-1911), il introduit, comme le démontre Despina Provata, un « système d’apprentissage autodirigé » dans le secteur éditorial voué à l’introduction des pratiques encore inédites à l’époque dans le pays, notamment en ce qui concerne la méthode directe.

7De la méthode directe à la « méthode orale », il n’y a qu’un pas. En prenant assise sur le rôle joué par Octave Merlier, devenu directeur de l’Institut français d’Athènes en 1945, Loukia Efthymiou et Nicolas Manitakis illustrent les différentes étapes de la mise sur pied d’une pratique innovante autour de la méthode orale adaptée aux besoins des débutants grecs et disséminée vers d’autres institutions pédagogiques françaises à l’étranger, à l’extérieur de l’espace hellénique.

8Le développement des nouvelles technologies alliées à l’usage de l’internet n’est pas sans produire des incidences sur les pratiques éducatives, notamment en ce qui concerne l’enseignement/apprentissage des langues étrangères. Partant d’une étude comparative et empirique de quelques applications pour l’apprentissage du français en ligne – ITooch et Busuu, ainsi qu’une plateforme en ligne, Wallangues –, Eléonore Quinaux pose la question de la valeur novatrice d’une didactique par le biais de ces technologies et attire notre attention, à travers les résultats de diverses expérimentations, sur « la problématique du renouvellement méthodologique que de telles applications pouvaient livrer à l’enseignement du français langue étrangère et seconde ».

9Nous fermons ce numéro de Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde de la même manière que nous l’avons ouvert, c’est-à-dire avec une réflexion sur la politique éducative de l’État français vers l’extérieur. La réflexion entamée par Gérard Vigner est ici poursuivie par Isabelle Cros, cette fois-ci autour des enjeux et des répercussions de la coopération technique. La boucle est ainsi bouclée par une mise en avant d’un changement de paradigme, survenu, selon l’auteure, dans les années d’après-guerre et après la décolonisation, par une « approche épistémique moderne qui met l’accent sur la science et la technique dans la diffusion du français ». Isabelle Cros montre, en effet, comment la technisation de l’enseignement des langues a pu changer le rapport au savoir et sa transmission. Selon elle, l’évolution historique déclenchée à partir des années 1950 grâce à l’élaboration d’outils pédagogiques suivant des approches scientifiques est venue questionner la place accordée à la réflexion pédagogique.

10Nous invitons de la sorte nos lecteurs à découvrir les réponses apportées par les auteurs de ce numéro à quelques questions émergentes du point de vue historique, qui ne manquent pas d’éveiller des résonnances actuelles, à savoir : l’évolution technologique est-elle synonyme d’évolution pédagogique ? Une invention pédagogique dans un domaine spécifique ou dans une culture particulière est-elle transférable ailleurs de façon durable ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ana Clara Santos, « Présentation », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 58-59 | 2017, mis en ligne le 04 mai 2018, consulté le 13 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/dhfles/4450

Haut de page

Auteur

Ana Clara Santos

Université d’Algarveavsantos@ualg.pt

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SIHFLES

Haut de page
  • Logo SIHFLES
  • OpenEdition Journals