Navigation – Plan du site
Lectures

Marjolijn Voogel, Bon ton of boring ? De ontwikkeling van het Frans in het onderwijs en uitgeverij in Nederland [L’évolution du français – bon ton ou ennuyeux ? – dans l’enseignement et l’édition aux Pays-Bas].

Erasmus University Rotterdam 2018, 331 p. (notes, p. 217-280)
Marie-Christine Kok Escalle
p. 383-386

Texte intégral

1La page de couverture de l’ouvrage est éloquente et donne une clé de lecture du sujet traité : sur un fonds de carreaux de Delft symbolisant les Pays-Bas, se détache un dessin représentant une Tour Eiffel coiffée du chapeau de l’oncle Sam (personnification des États-Unis) aux couleurs du drapeau national américain, bleu-blanc-rouge, couleurs identiques à celles des drapeaux français et néerlandais. Le sous-titre annonce le cœur de la recherche exposée : l’évolution du français dans l’enseignement et l’édition aux Pays-Bas. Dans le pays des moulins, des vaches et des jeunes Hollandais et Hollandaises aux nattes blondes, l’hégémonie américaine a remplacé l’hégémonie française et la langue de l’Oncle Sam a manifestement pris la place de la langue parlée à Paris.

2L’auteur est romaniste et sociologue de formation, éditrice de profession, expertises qu’elle combine allègrement donnant autorité à une étude approfondie (avec plus de 60 pages de notes) et originale dans l’analyse de sources diverses, présentée comme thèse de doctorat soutenue à l’université Érasme de Rotterdam, loin des départements de langue, littérature et culture françaises des autres universités néerlandaises.

3La question centrale porte sur comment expliquer « the death of French culture » (D. Morrison, Time Magazine, 3-12-2007) d’un côté, et d’autre part le slogan lancé en 2013 par la Table ronde pour le français (qui offre un podium aux acteurs de l’enseignement du français aux Pays-Bas) « Le français, c’est pratique, pour tous, partout, cool » ; avec « cool », ce slogan intégrait l’anglais, langue concurrente dominant le WWW et le monde de l’économie mais langue de la pensée unique et de la mondialisation homogène, à l’image d’une langue française que l’on tentait de rendre attrayante par sa modernité et son universalité en l’associant à la diversité – une langue en partage, la langue du plurilinguisme ; or, ce slogan a été remanié juste avant le congrès des professeurs de français aux Pays-Bas en 2013 puisque le mot « cool » a disparu : « Le français, c’est pratique, pour tous, partout ».

4Aujourd’hui, aux Pays-Bas, le français est associé à des adjectifs comme démodé, difficile et ennuyeux, alors qu’il était considéré comme une belle langue qu’il était chic de parler. Le temps où il était la langue des gens cultivés est passé ! Telle est une des conclusions de l’auteur qui a pour soutenir sa thèse, mené une enquête auprès d’acteurs dans le monde de l’enseignement (chapitre 6) et de l’édition (chapitre 8) aux Pays-Bas pour comprendre l’évolution de la position du français, surtout dans la période qui suit la fin de la Seconde guerre mondiale, l’expliquer de façon rationnelle et structurée dans le cadre des changements qui affectent les langues et cultures sous le coup de la mondialisation économique et commerciale.

5Avec un ancrage théorique bourdieusien (chapitres 1 et 7), l’auteur trace l’évolution historique de l’usage du français aux Pays-Bas depuis le 16e siècle, analysé comme pratique sociale conditionnée par des éléments géopolitiques et socioculturels, faisant bien référence aux travaux des historiens comme ceux de Willem Frijhoff (chapitres 1-3).

6L’évolution des échanges culturels et commerciaux internationaux est la toile de fond dans laquelle s’inscrit l’enquête sur la transformation de la position du français aux Pays-Bas, lingua franca administrative, littéraire, politique aux XVIe-XVIIIe siècles. La langue d’usage devenue langue de civilité est restée dominante au XIXe siècle et jusqu’en 1919 – date jusqu’à laquelle la connaissance du français était nécessaire pour entrer à l’école secondaire moderne, alors que les conditions qui expliquent cette position dominante, à savoir l’hégémonie française en Europe et dans le monde avaient disparu depuis le début du XIXe siècle. Le français restera langue de distinction encore pendant de nombreuses décennies, à cause de la valeur que revêt son capital symbolique. L’anglais devenant dominant comme langue de communication mondiale, le français se maintiendra longtemps, sous l’action des élites, pour son capital culturel de langue de prestige et de distinction, un statut qui disparaît progressivement dans le contexte de la mondialisation culturelle et que justement souhaitent mettre en avant les acteurs de la diffusion du français pour contrer le désintérêt face à l’apprentissage du français dans l’enseignement. Ceux-ci veulent jouer sur la diversité des langues offertes dans l’enseignement et les maisons d’édition qui publient des traductions et sur l’opposition à une homogénéisation linguistique mondiale causée par l’apprentissage global de l’anglais.

7Les entretiens menés auprès d’enseignants de français, d’auteurs de manuels et d’éditeurs en français sur la position du français, son rapport aux autres langues enseignées, son image et l’estimation de son avenir aux Pays-Bas illustrent les réalités du discrédit certain que connaît la langue française, sa disparition de l’enseignement et de l’édition, qui n’est pas soudaine mais bien le résultat d’un processus sur le long terme et non d’un changement brutal.

8Et même si l’auteur affirme dans les thèses qui accompagnent son ouvrage que « Grâce à son capital symbolique, le français a conservé son importance aux Pays-Bas plus longtemps que sa valeur de communication ne l’aurait laissé présager » et qu’« Une connaissance approfondie de l’histoire des Pays-Bas exige la maîtrise du français », il n’en est pas moins vrai que le français tout comme l’allemand d’ailleurs disparaît progressivement et au long des réformes successives, du programme obligatoire pour les élèves de l’enseignement secondaire néerlandais (chapitres 4-5) contrairement à l’anglais qui n’est presque plus considéré comme une langue étrangère mais plutôt comme une langue seconde, à l’instar de ce qu’était le français avant 1945.

9De même, analysant de près l’évolution depuis 1945, l’auteur montre que le monde de l’édition aux Pays-Bas a réduit de façon drastique les traductions du français qui deviennent le fait de quelques passionnés, un « hobby » (chapitres 7 et 8). Elle fait le constat que « L’accroissement de la diversité de l’offre de langues dans le domaine de l’enseignement et de l’édition renforce la position de l’anglais » et pose que « Les éditeurs doivent veiller à ne pas faire prévaloir le commerce sur leur tâche de donner un certain esprit à leur marchandise », déplorant que les traductions d’œuvres françaises soient souvent induites par un succès outre atlantique, comme cela a été le cas de l’ouvrage de Piketty en 2014.

10Elle laisse toutefois poindre une lueur d’espoir tout en posant la question de savoir s’il s’agit d’une amélioration structurelle, en indiquant que, depuis quelques années le marché semble saturé quant aux productions anglo-saxonnes et que, en revanche, le nombre de traductions d’œuvres françaises augmente en proportion et dans l’absolu.

11Le temps où les écoles françaises étaient des lieux privilégiés de formation des futures élites bourgeoises est bien passé tout comme celui où la littérature française était accessible en traduction, pour répondre à la question posée dans la conclusion « le français aux Pays-Bas, cool ou passé ? Un constat...

12Et l’auteur de formuler une proposition pour une politique d’avenir qui s’opposerait aux choix faits actuellement par les décideurs ministériels... Le temps où, surtout dans les zones dominées par la pratique de l’anglais, le français s’affirmera comme langue utilitaire partagée dans tous les milieux, est appelé de ses vœux et c’est de la vitalité du français dans ces milieux que dépendra son existence. À suivre !

13La SIHFLES

14La Société Internationale pour l’Histoire du Français Langue Étrangère ou Seconde (SIHFLES) a été fondée en décembre 1987 à l’initiative d’un groupe d’universitaires de diverses nationalités, de responsables d’institutions francophones ou internationales, de rédacteurs de revue. Son but : « promouvoir l’histoire de l’enseignement et de la diffusion du français langue étrangère ou langue seconde hors de France et en France et, d’une manière générale, de la didactique des langues, en réunissant les chercheurs, en faisant connaître les résultats de leurs travaux, en suscitant de nouvelles recherches, en favorisant l’ouverture d’études dans les formations universitaires et la création d’un Centre de documentation et d'archives spécialisé » (statuts, article 2). Elle rassemble des chercheurs de différentes disciplines, des didacticiens, des praticiens de l’enseignement du français langue étrangère ou langue seconde de nombreux pays. Elle organise chaque année des rencontres, colloques ou journées d’étude.

15Les adhérents de la SIHFLES reçoivent :

  • Une fois par an : la revue Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde (articles issus des colloques et numéros banalisés, réflexions, analyses documentaires, comptes rendus). Ils peuvent y collaborer.

  • Une fois par an : la Lettre de la SIHFLES (informations concernant la Société, projets de publications, annonces de colloques, parutions)

16Adresses :

17SIHFLES, c/o FIPF secrétariat, 9, rue Jean de Beauvais, 75005 PARIS

18Site : www.sihfles.org

19Documents en ligne : http://dhfles.revues.org/​

20SIHFLES 2019

21 BULLETIN D’ADHÉSION

22 BULLETIN DE RÉADHÉSION

23 BULLETIN DE PARRAINAGE

24à retourner à la SIHFLES

25c/o FIPF- secrétariat-

269, rue Jean de Beauvais

2775005 PARIS

28accompagné du règlement correspondant

29 chèque bancaire ou postal

30 annonce de virement bancaire ou postal

31Je souhaite (ré)adhérer à la SIHFLES

32NOM ……………………………………………………………….

33Prénom ……………………………………………………………

34Nationalité...……………………………………………………….

35Adresse personnelle

36…………………………………………………………………...…

37……………………………………………………………………...

38……………………………………………………………………...

39Adresse professionnelle

40………………………………………………………………..…….

41……………………………………………………………………...

42……………………………………………………………………...

43Adresse électronique

44……………………………………………………………………...

45Fonction occupée

46………………………………………………………………......…

47………………………………………………………………......…

48À ........................ le ......................... 2019

49 Signature

50COTISATION ANNUELLE

51Membre actif  40,00 €

52Tarif réduit

53(étudiants, pays à monnaie faible) 15,00 €

54Institutions 48,00 €

55(cotisation annuelle + abonnement à Documents
et à la Lettre de la SIHFLES).

56Membre bienfaiteur

57droit d’entrée forfaitaire 150,00 €

58+ cotisation annuelle 80,00 €

59Règlement à rédiger à l’ordre de la SIHFLES

Pour les personnes physiques ou morales résidant et/ou disposant d’un compte en France :

  • par chèque bancaire

60Pour les personnes ne disposant pas d’un compte en France :

  • par virement international sur le compte bancaire :

6130002 00421 0000007719B 88

62IBAN : FR73 3000 2004 2100 0000 7719 B88

63 BIC : CRLYFRPP

64LCL PARIS Nation

651 place de la Nation – 75011 PARIS

66Attention ! Libellez vos chèques en euros et veillez à ce qu’ils soient compensables dans une banque française. N’envoyez pas d’eurochèques ou de chèques non compensables en France, les frais de change étant devenus très élevés.

67PRIX DES ANCIENS NUMÉROS

68Vous pouvez commander les anciens numéros de Documents aux prix suivants :

69n° 1, 2, 3, 4, années 1988 et 1989 : 12 € les 4 numéros + 5 € de frais d’envoi.

70- n° 5, juin 1990 (48 p.) et n° 6, décembre 1990 (Actes du Colloque d’Aix-la-Chapelle, septembre 1989, 256 p.) : 12 € les 2 numéros + 5 € de frais d’envoi.

71n° 7, juin 1991 (32 p.) : 6 € + 2,5 € de frais d’envoi.

72n° 8, décembre 1991 (Actes du Colloque de Parme, juin 1990, 436 p.) : 18 € + 5 € de frais d’envoi.

73n° 9, juin 1992 (56 p.) : 7 € + 2,5 € de frais d’envoi.

74n° 10, décembre 1992 (partie des Actes du Colloque de Genève, septembre 1991, 128 p.) : 10 € + 5 € de frais d’envoi.

75n° 11, juin 1993 (56 p.) : 7 € + 2,5 € de frais d’envoi.

76n° 12, décembre 1993 (Actes de la journée d’étude de Bologne, janvier 1993, 52 p.) : 7 € + 2,5 € de frais d’envoi.

77n° 13, juin 1994 (132 p.) : 10 € + 2,5 € de frais d’envoi.

78n° 14, décembre 1994 (Actes du Colloque de Potsdam, septembre 1993, 212 p.) : 12 € + 2,5 € de frais d’envoi.

79n° 15, juin 1995 (Actes du Colloque d’Edimbourg, septembre 1994, 202 p.) : 12 € + 5 € de frais d’envoi.

80n° 16, décembre 1995 (180 p.) : 12 € + 5 € de frais d’envoi.

81n° 17, juin 1996 (Actes des journées de Saint-Cloud, septembre 1992, 185 p.) : 12 € + 5 € de frais d’envoi.

82n° 18, décembre 1996 (Actes du Colloque de Tarragone, septembre 1995, 503 p.) : 24 € + 6 € de frais d’envoi.

83n° 19, juin 1997 (Actes du Colloque de Linköping, mai 1996, 254 p.) : 12 € + 5 € de frais d’envoi.

84n° 20, décembre 1997 (Actes du Colloque de Grenoble, centenaire du CUEF, septembre 1996, 176 p.) : 12 € + 5 € de frais d’envoi.

85n° 21, juin 1998 (n° anniversaire de la SIHFLES, 226 p.) : 15 € + 5 € de frais d’envoi.

86n° 22, décembre 1998 (Actes de la journée d’étude de Bologne, mars 1996, 170 p.) : 15 € + 5 € de frais d’envoi.

87- n° 23, juin 1999 (Actes du Colloque de Sintra, octobre 1998, 484 p.) : 24 € + 5 € de frais d’envoi.

88n° 24, décembre 1999 (Actes du Colloque d’Avila, octobre 1997, 233 p.) : 20 € + 5 € de frais d’envoi.

89n° 25, décembre 2000 (Actes de la journée « Enseignement et diffusion du français dans l’empire colonial français », Saint-Cloud, décembre 1998, 134 p.) : 18 € + 5 € de frais d’envoi.

90n° 26, juin 2001 (numéro banalisé, 220 p.) : 18 € + 5 € de frais d’envoi.

91n° 27, décembre 2001 (Actes du Colloque de Palerme, octobre 2001, 1er volume, 185 p.) : 18 € + 5 € de frais d’envoi.

92n° 28, juin 2002 (Actes du Colloque de Palerme, octobre 2001, 2e volume, 202 p.) : 18 € + 5 € de frais d’envoi.

93n° 29, décembre 2002 (numéro banalisé, 195 p.) : 18 € + 5 € de frais d’envoi.

94n° 30, juin 2003 (Actes du Colloque de Bologne, « Télémaque », juin 2003, première partie, 262 p.) : 18 € + 5 € de frais d’envoi.

95n° 31, décembre 2003 (Actes du Colloque de Bologne, "Télémaque", juin 2003, deuxième partie, 240 p.) : 18 € + 5 € de frais d’envoi.

96n° 32, juin 2004 (numéro banalisé, 198 p., avec CD audio d’ac­compagnement) : 18 € + 5 € de frais d’envoi.

97n° 33-34, juin 2005 (Actes du Colloque de Valence, n° double, 310 p.) : 30 € + 8 € de frais d’envoi.

98n° 35, décembre 2005 (numéro banalisé, 192 p. ) : 18 € + 6 € de frais d’envoi.

99n° 36, juin 2006 (Actes du colloque de Lyon, « Français fondamental », 250 p.) : 18 € + 6 € de frais d’envoi.

100n° 37, décembre 2006 (Actes du colloque d’Utrecht, « Langue(s) et religion(s) », 204 p.) : 18 € + 6 € de frais d’envoi.

101n° 38-39, juin-décembre 2007 (Actes du colloque de Galatasaray, « Les français des élites », 298 p.) : 18 € + 6 € de frais d’envoi.

102n° 40-41, juin-décembre 2008 (Actes du colloque de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, « L'Émergence du domaine et du monde francophones », n° double, 358 p.) : 30 € + 6 € de frais d’envoi.

103n° 42, juin 2009 (Actes du colloque de Grenade, première partie, « Approches contrastive et multilinguisme dans l'enseignement des langues en Europe, XVIe-XXe siècles », 264 p.) : 30 € + 6 € de frais d’envoi.

104n° 43, décembre 2009 (Actes du colloque de Grenade, deuxième partie, « Les langues entre elles dans les usages et les contextes éducatifs en Europe, XVIe-XXe siècles », 252 p.) : 18 € + 6 € de frais d’envoi.

105n° 44, juin 2010 (Actes du colloque de l'université Pars 3 Sorbonne nouvelle, « De l'École de préparation des professeurs de français à l'étranger à l'UFR DFLE. Histoire d'une institution », 190 p.) : 18 € + 6 € de frais d’envoi.

106n° 45, décembre 2010 (Actes de la journée d'étude de Leyde, « Langue française, identité(s) et école(s), le cas de la minorité catholique au Levant, milieu XIXe-XXe siècle)  » et « Représentations identitaires et apprentissage des langues : Europe et bassin méditerranéen (XVIe-XXe siècles », 270 p.) : 18 € + 6 € de frais d’envoi.

107n° 46, juin 2011 (Actes de la journée d'étude de la Cité nationale de l'histoire de l'immigration, « Accueil et formation des enfants étrangers en France de la fin du XIXe siècle au début de la Deuxième Guerre mondiale », 222 p.) : 18 € + 6 € de frais d’envoi.

108n° 47-48, décembre 2011 – juin 2012 (Actes du colloque co-organisé par la SIHFLES à Gargnano, les 6-8 juin 2011, Voix féminines. Ève et les langues dans l’Europe moderne, 370 p.) : 30 € + 6 € de frais d’envoi.

109n° 49, décembre 2012 (numéro banalisé, 272 p.) : 20 € + 6 € de frais d’envoi.

110n° 50, juin 2013 (numéro anniversaire), « Usages et représentations du français hors de France. 25 ans d'études historiques au sein de la SIHFLES. Actants, outils, pratiques », (242 p.) : 20 € + 6 € de frais d’envoi.

111n° 51, décembre 2013 (Actes du colloque tenu à Raguse les 7-8-9 juin 2012 première partie, « Grammaire et enseignement du français langue étrangère et seconde – Permanences et ruptures du XVIe au milieu du XXe siècle », 193 p.) : 20 € + 6 € de frais d’envoi.n° 52, juin 2014 (Actes du colloque tenu à Raguse les 7-8-9 juin 2012 seconde partie, « Grammaire et enseignement du français langue étrangère et seconde – Permanences et ruptures du XVIe au milieu du XXe siècle », 210 p.) : 20 € + 6 € de frais d’envoi

112n° 53, décembre 2014 : Marcus Reinfried (éd.) « Français, anglais et allemand : trois langues rivales entre 1850 et 1945 / French, English and German : Three languages in competition between 1850 and 1945 (Actes du colloque tenu à Essen du 13 au 15 septembre 2012), 236 pages : 20 € + 6 € de frais d’envoi.

113n° 54, juin 2015 : Despina Provata & Marie-Christine Kok Escalle (éd.) « Usages du français et pratiques d’enseignement en Europe balkanique, centrale et orientale. Grèce, Serbie, Bulgarie, Moldavie, Hongrie, Allemagne, Russie XVIIIe – XXe siècles », 236 pages : 20 € + 6 € de frais d’envoi.

114n° 55, décembre 2015 : Gérard Vigner & Gisèle Kahn (éd.) « (Se) former pour enseigner le français à qui ne le parle pas nativement. Réseaux religieux et réseaux laïques. Réseaux privés et réseaux publics (1850-1950), (Actes des journées d’étude tenues à l’Alliance française de Paris, les 27 et 28 novembre 2014), 229 pages : 20 € + 6 € de frais d’envoi.

115n° 56, juin 2016 : Jacqueline Lillo (éd.) « Les dictionnaires bilingues des maîtres ou professeurs auteurs de manuels pédagogiques », 216 pages : 20 € + 6 € de frais d’envoi.

116n° 57, décembre 2016 : Ana Clara Santos (éd.) « Innovations pédagogiques dans l’enseignement des langues étrangères : perspective historique (XVIe-XXIe siècles) », 208 pages : 20 € + 6 € de frais d’envoi.

117n° 58/59, décembre 2017 : Ana Clara Santos (éd.). « Innovations pédagogiques dans l’enseignement des langues étrangères : outils, passeurs, politiques éducatives (XVIIIe-XXIe siècles), 224 pages : 20 € + 6 € de frais d’envoi.

En cas de commande de l’ensemble des numéros, compter 590 € frais d’envoi compris.

Numéros de Documents en ligne : http:/dhfles.revues.org

BON DE COMMANDE

118Vous trouverez les sommaires des numéros de Documents sur notre site Internet :

119http://dhfles.revues.org

120Je souhaite commander les numéros suivants de Documents :

121n° : ..................................................................................……………......

122au prix de : ....................................................………………....................

123frais d’envoi : ………...................................………...................……...….

124Total : ....................................................................……........………...….

125A envoyer à l’adresse suivante :

126.....................................………………......................................................

127.........................................................................................…….……….…

128Facture à établir au nom de :

129.........................................................................................………………..

130Signature

N. B. Veuillez libeller vos chèques ou virements au nom de la SIHFLES

  • Par chèque bancaire

  • Pour les personnes ne disposant pas d’un compte en France, par virement international sur le compte bancaire :

  • 30002 00421 0000007719B 88

  • IBAN : FR73 3000 2004 2100 0000 7719 B 88

  • BIC : CRLYFRPP

  • Domiciliation : LCL Crédit Lyonnais, PARIS Nation

  • 1 place de la Nation – 75011 PARIS

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Christine Kok Escalle, « Marjolijn Voogel, Bon ton of boring ? De ontwikkeling van het Frans in het onderwijs en uitgeverij in Nederland [L’évolution du français – bon ton ou ennuyeux ? – dans l’enseignement et l’édition aux Pays-Bas]. », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 60-61 | 2018, 383-386.

Référence électronique

Marie-Christine Kok Escalle, « Marjolijn Voogel, Bon ton of boring ? De ontwikkeling van het Frans in het onderwijs en uitgeverij in Nederland [L’évolution du français – bon ton ou ennuyeux ? – dans l’enseignement et l’édition aux Pays-Bas]. », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 60-61 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/dhfles/5789

Haut de page

Auteur

Marie-Christine Kok Escalle

ICON Universiteit Utrecht

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SIHFLES

Haut de page
  • Logo SIHFLES
  • OpenEdition Journals