Navigation – Plan du site
Deuxième partie – Des exercices de Meidinger (1783) à la fin du XIXe siècle

L’exercice dans les grammaires du FLE pour un public hispanophone au XIXe siècle

Irene Valdés Melguizo
p. 281-312

Résumés

Les points de départ de cet article seront, d’un côté, la naissance du concept de « manuel » avec l’ouvrage du grammairien allemand J.-V. Meidinger (Praktische französische Grammatik, 1783) et, d’autre part, l’institutionnalisation du français langue étrangère en Espagne suite à la loi Moyano (1857). À partir de ces événements, nous nous proposons d’analyser les grammaires éditées en Espagne au XIXe siècle, afin d’examiner les exercices que les grammairiens ont utilisés en fonction de l’ouvrage pour un public hispanophone, et les classer selon leurs caractéristiques. Nous constaterons qu’il existe une sorte de cohérence parmi tous les exercices analysés. Elle est due principalement au modèle méthodologique de l’époque, c’est-à-dire, la méthodologie traditionnelle théorique et la méthodologie théorico-pratique (avec leurs variantes).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La loi Moyano institutionnalise l’enseignement des langues vivantes (dont le français) dans l’ensei (...)

1C’est au XIXe siècle que l’enseignement du français langue étrangère (désormais FLE) s’institutionnalise en Espagne grâce à la loi Moyano (1857)1 et que les outils d’enseignement/apprentissage (désormais e/a) se modifient – certains auteurs employant le terme de manuélisation pour caractériser ce processus (Lépinette 2012) – en s’inspirant notamment de l’ouvrage du grammairien allemand Johann Valentin Meidinger (Praktische französische Grammatik, 1783). Une des caractéristiques essentielles des grammaires au XIXe siècle est la présence d’exercices comme le précise Macht (1989 : 9) : « ce qui est différent des grammaires précédentes, c’est l’idée d’ajouter à chaque groupe de règles un nombre de phrases allemandes que l’élève doit traduire en français ». L’analyse de notre corpus confirme cette tendance. Par conséquent, nous considérons la loi Moyano (1857) et la grammaire de Meidinger (1783) comme points de départ de notre travail de recherche. Notre objectif est double : identifier les exercices que les grammairiens ont proposés pour le public hispanophone auquel ils destinent leur ouvrage et ensuite classer ces exercices en fonction de leurs caractéristiques.

2Pour cela, nous avons sélectionné une série de grammaires-manuels significatifs du XIXsiècle, plus spécifiquement sept ouvrages publiés entre 1848 et 1865 : a) Atalo Castañs (1848) ; b) Antonio Bergnes de las Casas (21852) ; c) Francisco Piferrer (31852) ; d) Eduardo Benot (21852) ; e) R.E.Leandro Delaborde (51859) ; f) Joaquín Mendizábal (21860) ; g) J. B. Reinaud (31865).

3Il s’agit de grammaires du français éditées en Espagne, destinées à un public hispanophone et dont la fonctionnalité pédagogique est claire : servir d’outil pour enseigner/apprendre le FLE. Ce sont des grammaires complètes, susceptibles d’être utilisées par des apprenants de différents niveaux, qui montrent divers niveaux de difficulté et qui établissent une stricte progression dans l’enseignement ; enfin ces grammaires sont aussi représentatives des méthodologies en vigueur dans d’autres pays européens et révèlent leur influence au-delà de leur pays d’origine : Theodore Robertson, Franz Ahn, Heinrich Ollendorff. Ces auteurs qui représentent au moins deux courants méthodologiques – une version de la méthode analytique pour le premier, la méthode synthétique pour les deux autres – (Christ 1993) seront les spécialistes à suivre, car leurs méthodes jouissent d’un vrai succès dans le domaine de l’e/a des langues au XIXe siècle. Et cela se reflètera bien évidemment dans les choix méthodologiques de certains grammairiens du corpus analysé.

  • 2 Il n’est évidemment pas possible dans le cadre de cette étude d’analyser tous les ouvrages destinés (...)

4Nous estimons que notre corpus est suffisamment représentatif2 de l’enseignement du français dans les années postérieures à la loi Moyano en raison de la diffusion de ces ouvrages à leur époque. Ces grammaires ont en effet contribué de manière significative à la constitution et à l’évolution de l’e/a de la langue française pour un public hispanophone.

  • 3 García Bascuñana est le principal responsable du Diccionario de historia de la enseñanza del francé (...)

5D’autre part, ces grammaires-manuels ont déjà fait l’objet de plusieurs études sur l’e/a du FLE en Espagne, de la part de nombreux chercheurs (Fernández Fraile & Suso López 1999 ; Suárez Gómez 2008 ; Lépinette 2002 ; García Bascuñana 20163). Ces chercheurs ont étudié diverses questions sur ces ouvrages : les contextes sociaux et historiques, les aspects biographiques… Notre objectif est de compléter ce qui a déjà été écrit à leur sujet en y étudiant plus spécifiquement la question de l’exercice.

L’évolution de l’exercice au XIXe siècle

6Nous partons de l’hypothèse que la notion de manuélisation (Lépinette 2012) permet de caractériser l’évolution des ouvrages d’enseignement des langues (et donc du français) après la parution de la grammaire pratique de Meidinger (1783). Selon Brigitte Lépinette « [ce] processus […] se produit, de manière spécialement évidente, durant la décennie 1840-50 ». Il se caractérise par le fait que « [l]es ouvrages offrent moins de règles […] ces dernières [étant remplacées] par des applications. Notons que les dites applications recourent principalement à la traduction » (2012 : 44).

  • 4 Dans cette perspective, il serait intéressant d’analyser les rapports entre l’enseignement du franç (...)

7À partir de ce moment l’exercice pour l’e/a des LE s’est développé selon un schéma relativement similaire que Christ (1993) décrit comme suit : « l’élève trouve des phrases entières ou des parties de phrases dans sa langue maternelle qu’il traduira dans la langue cible. […] Meidinger aide le débutant en ajoutant à chaque exercice de traduction une liste des éléments inconnus, et ceci dans la forme grammaticale qui convient » (ibid., 6). Les disciples de Meidinger, tels que Ploetz et Seidenstücker (ibid., 5-10), ont modifié et adapté le concept de « manuel » articulé autour d’une leçon de grammaire (souvent de petite taille) et systématiquement suivie d’exercices spécifiques4.

8L’introduction des exercices marque ainsi l’évolution des grammaires vers le manuel (Hébrard 1982 : 10). Selon Vigner (1984 : 44), l’exercice est « né tout à la fois d’une nécessité fonctionnelle – faire travailler simultanément un nombre plus élevé d’élèves – et d’une conception de l’enseignement des langues qui allait accorder à la description du système une place de plus en plus importante ». Le même auteur établit également une série de caractéristiques qui définit l’exercice : omniprésence, stabilité et familiarité (2016 : 7, 16). Toutefois si « l’exercice est un outil d’un usage courant, familier à tous, apprenants comme enseignants », il s’avère toutefois « plus délicat, dans sa conception comme dans son usage, qu’on ne serait a priori tenté de le croire » (ibid. : 13). Ces caractéristiques, comme nous pourrons le constater, se retrouveront dans les exercices analysés.

Typologie des exercices dans les grammaires du FLE pour hispanophones

9Le fil conducteur pour la composition de ces ouvrages consiste à fournir aux apprenants les deux outils principaux pour l’acquisition guidée d’une langue étrangère : les règles et la pratique des règles. La caractéristique essentielle et commune dans toutes les grammaires analysées sera la communion entre la théorie et la pratique ainsi que la place prépondérante que les exercices y jouent.

  • 5 Concernant les citations, nous avons bien entendu reproduit la graphie d’origine des ouvrages en qu (...)

Todos los gramáticos han convenido en que era necesario ejercitarse en las reglas de la lengua que quiere aprenderse ; pero en el método que debe adoptarse para verificar este estudio, es en lo que no han estado acordes, pues los unos juzgan que deben presentarse algunos temas para que puedan traducirse con el auxilio del infinitivo de los verbos y de los términos más difíciles ; otros, reprobando este método, creen mas acertado escribir la traducción analizando las palabras, las frases, las inversiones é idiotismos (Bergnes 21852 : 133)5.

10Nous proposons ci-dessous, sous des rubriques autonomes, notre propre classification des exercices examinés dans notre corpus de grammaires-manuels analysés : exercices de traduction ; exercices d’analyse ; exercices de correction ou cacographies ; exercices de conversation ; exercices de prononciation.

Exercices de traduction

11La plupart des manuels analysés préconisent les exercices de traduction (version-thème), étant donné l’héritage de la méthode traditionnelle dont le principal exercice était précisément la traduction de L1 à L2 et de L2 à L1 (Germain 1993 : 106). Les grammaires-manuels disposaient donc d’une typologie très variée de ces exercices de traduction (cf. infra).

Le thème

12Les exercices proposés par Castañs (selon la méthode d’Ahn) se centrent principalement sur ce type de traduction. Ce sont des phrases courtes à traduire de l’espagnol vers le français. Celles-ci reprennent le vocabulaire qui ouvre chaque partie grammaticale. Ce sont des situations quotidiennes dans les premières leçons, parfois il s’agit tout simplement des syntagmes nominaux, pour continuer avec des phrases plus complexes dans les leçons postérieures :

Castañs (1848 : 22)

13Castañs présente aussi dans la partie de l’Apéndice de ejercicios misceláneos (1848 : 83-102) une série de textes à traduire, mais cette fois-ci, ce sont des textes à caractère littéraire et d’une longueur de 5 à 10 lignes. Ces textes reflètent les points grammaticaux précédemment étudiés. L’auteur ajoute, au début du « texte à traduire » quelques mots, expressions qui y apparaîtront avec leur traduction en français, et dans le corps du texte (entre parenthèses) les concepts grammaticaux qui ont une structure différente de celle de l’espagnol. Par exemple :

Castañs (1848 : 101)

14Ce type d’exercice peut se présenter sous forme de questions et de réponses, il s’agit d’une sorte de dialogue très artificiel qui reprend les points grammaticaux étudiés auparavant. Dans ces textes – qui reprennent le vocabulaire et la grammaire de chaque leçon – les étudiants doivent traduire de petites phrases de l’espagnol vers le français. C’est le cas de la grammaire de Benot, qui s’inspire de la méthodologie d’Ollendorff. Le vocabulaire utilisé est celui de tous les jours, de la vie quotidienne, par exemple : les parties du corps (21852 : 25), les différentes langues et les nationalités (ibid., 55), l’indication du lieu (ibid., 84), le temps météorologique (ibid., 262).

15Chez Reinaud l’exercice appelé Tema se centre sur de petites phrases espagnoles à traduire en français sous forme de dialogues (questions/réponses). Cet exercice reprend les points grammaticaux et le lexique de la leçon, par exemple :

Reinaud (31865 : 49)

16Mendizábal dans sa grammaire présente un exercice nommé Composicion. Ce sont de petites phrases en espagnol à traduire en français. Ces phrases ne sont pas exactement les mêmes phrases que celles trouvées dans le texte de la leçon ; le vocabulaire peut varier, mais il est toujours en lien avec le sujet du texte principal. Avant de faire cet exercice, Mendizábal en propose un autre dénommé Ejercicio preparatorio. Cet exercice aidera les étudiants à accomplir l’exercice Composicion, puisque dans le premier exercice les étudiants trouveront une série de phrases, des mots qu’ils utiliseront après dans l’exercice de composition.

Mendizábal (21860 : 5-6)

  • 6 Il s’agit de l’exercice dit de rétro-version. Le maître donne aux élèves un texte en L1 qui n’est r (...)

17Les caractéristiques communes à ces exercices de thème sont les suivantes : variation de longueur, choix de mots « simples », découpage des énoncés en « morceaux » (proches de nos « syntagmes »), phrases complètes de type narratif et/ou descriptif, mini-conversations sur le contenu grammatical, sujets littéraires ou sujets en rapport avec la vie quotidienne. L’élève devra traduire d’abord de la L2 (le français) vers la L1 (l’espagnol) et puis, sur base de ses « souvenirs », il tente le chemin inverse (a priori plus difficile) : de la L1 vers la L2. Plusieurs grammairiens donnent la consigne suivante : « Despues de la traduccion del frances al español, se repiten los mismos ejercicios del español al frances » (Mendizábal 21860 : V)6.

La version

18L’exercice de version connaît chez les auteurs analysés des variantes qui concernent les modalités d’application de cet exercice: la traduction interlinéaire (appelé aussi littérale ou libre), la traduction dite castillane, la traduction alternative... Nous présentons ainsi les différentes manifestations de cet exercice dans notre corpus.

19Castañs, dans sa grammaire, présente l’exercice de version (traduction du français en espagnol), selon les mêmes caractéristiques que celles des exercices de thème :

Castañs (1848 : 10)

  • 7 L’étymologie de ce mot relève le poids de la mémoire dans ce type d’exercice : Du latin mnemonĭcus, (...)

20Dans la grammaire de Bergnes, nous avons trouvé un type d’exercice nommé « Ejercicio mnemonico ». Il s’agit – comme son nom l’indique7 – d’un exercice de mémoire. La présentation de cet exercice est la suivante : une première colonne en français (faites de syntagmes nominaux ou de petites phrases) et une deuxième, avec leur traduction en espagnol. Le vocabulaire est celui de la vie de tous les jours. Par exemple :

Bergnes (21852 : 31)

21Et d’un autre côté, ces énoncés peuvent servir pour travailler la conjugaison, par exemple :

Bergnes (21852 : 101)

22Cet exercice reprend ainsi les points grammaticaux précédents et le vocabulaire afin de travailler la traduction de L2 à L1. Il s’agit d’un exercice de conjugaison « contextualisé » faisant varier le type de phrases et la place de l’adverbe (d’où le nom « sobre las reglas de construccion »). La langue espagnole a pour fonction de donner le sens de la phrase et de permettre une comparaison structurale (cf. la place différente de « siempre » et « nunca » par rapport à « toujours », « jamais »).

23La traduction interlinéaire (appelée aussi libre ou littérale)

24Ce type d’exercice a pour but d’arriver à la compréhension du texte qui habituellement ouvre la leçon. Généralement, la phrase en langue espagnole est « calquée » sur la structure de la phrase en langue française. Les auteurs ne touchent donc pas à l’ordre des mots en français (L2), mais adaptent celui de l’espagnol (L1) – quitte à produire un espagnol artificiel ou incorrect. Cette technique est censée favoriser la compréhension, par l’élève, de la structure de la phrase française (cf. infra).

25Piferrer prône ce type d’exercice et propose la traduction interlinéaire du texte de chaque leçon. L’objectif de cette traduction est de permettre à l’étudiant d’appréhender les différences de syntaxe et de construction entre les deux langues (Besse 1996, 2011). Voici un exemple de la présentation de ce type d’« exercice » :

Piferrer (31852 : 44)

  • 8 Il s’agit d’une méthodologie pratique, mais la théorie y joue aussi un rôle central : « el creador (...)
  • 9 Nous avons constaté que les textes que proposent Delaborde et Mendizábal font parfois aussi partie (...)

26Les exercices proposés par Delaborde et Mendizábal8 reprennent ce même modèle, mais ils utilisent le terme traduction « Libre » (Mendizábal) ou « Literal » (Delaborde). Normalement, ce sont des textes à caractère littéraire dont la longueur peut varier : les plus courts, dans les premières leçons, font de 8 à 10 lignes ; les plus longs (dans les leçons les plus avancées) peuvent atteindre 10 à 30 lignes9. Il s’agit dans tous les cas d’une traduction littérale du texte français.

27Grâce à ces deux auteurs, le modèle de la grammaire de Robertson (1834) fait son entrée en Espagne, avec Delaborde (1855) et Mendizábal (1846) ce dernier étant considéré comme le Robertson espagnol.

28À la différence de Mendizábal, Delaborde, incorpore, dans la traduction littérale, des explications (en bas de page) des mots ou des notions qui auraient différentes significations ou qui fonctionneraient autrement dans les deux langues :

  • 10 Cette histoire est une version simplifiée d’une anecdote rapportée par Laurent-Pierre Bérenger et E (...)

Delaborde (51859 : 2)10

29Selon Delaborde (51859 : VIII), avec cet exercice les élèves arriveront à l’essence de la langue française, car ils pourront observer dès le début l’équivalence des termes français avec les termes espagnols, et ce grammairien y propose la diversité de différentes significations des mots (par exemple, le cas d’« étant » équivalence en espagnol estando/siendo selon le contexte, ou le cas de « pour » dont la traduction pourrait être para/por). À la fin du texte, Delaborde présente aussi tous les verbes utilisés dans le texte, pour que l’étudiant puisse connaître la forme infinitive et toutes les significations possibles de chaque verbe.

30Les exercices appelés « Práctica - Pratique » chez Reinaud font aussi partie de cette catégorie, car celui-ci présente un texte en français avec sa traduction en espagnol au-dessus de la version française. Dans les premières leçons, ce sont des textes avec une thématique de tous les jours : l’école (31865 : 40), l’amitié (ibid. : 64), les repas (ibid. : 73) ; et ensuite, dans les leçons postérieures les textes présentent un registre de langue plus élevé et il s’agit de situations très particulières : une lettre de Voltaire à M. D’Alembert sur la mort de Mademoiselle de l’Espinasse (ibid. : 158), une pétition pour demander du secours à la famille royale (ibid. : 170), etc.

31La traduction castillane (ou libre)

32L’exercice de « Traducción castellana » est une traduction libre rendant le sens du texte français en « bon castillan ». L’étudiant alors compare et se sert de la traduction pour saisir le sens et le fonctionnement de la langue française. Comme l’indique Delaborde dans son prologue (51859 : VIII), cette traduction sert à se séparer de l’équivalence décontextualisée et à former une version correcte du texte en langue espagnole ; il s’agit essentiellement donc d’un exercice de langue maternelle (Chervel 2006).

33Delaborde et Mendizábal proposent cet exercice dans leurs grammaires. Il est question du texte français de la leçon traduit en espagnol, sans remarques ni explications, par exemple :

Delaborde (51859 : 3)

34Mendizábal, pour sa part, utilise le terme de « Traduction libre » pour se référer à cet exercice, par exemple :

Mendizábal (21860 : 3)

35Exercices de traduction et de mémoire

36De la même façon que dans les exercices précédents, le texte à traduire est celui du texte principal, mais la présentation diffère significativement. Cette fois-ci, il s’agit de deux colonnes : la première reprend les mots, les expressions, les parties de la phrase en français ; et la deuxième colonne leur traduction en espagnol. Delaborde donne des indications précises afin de suivre une méthode facile et brève pour utiliser ce type d’exercice :

  • 11 « Après avoir lu l’exercice de traduction littérale suffisamment de fois pour apprendre l’orthograp (...)

Despues de haber leido el ejercicio de traduccion literal suficiente número de veces, para enterarse de la ortografia de las palabras francesas, y de su significacion española, se dividira una oja de papel en dos columnas, se escribirá en la columna de la izquierda el texto en frances […], y en la de la derecha la traduccion […]. Luego se traducirá del frances al español y de este al frances. […] Cuando el alumno estudio por si solo, tapará la columna de la derecha, pronunciará en voz alta las palabras francesas, y en seguida las traducirá […]. Esto se debe hacer respectivamente hasta que la traduccion de una á otra lengua se ejecute con soltura (Delaborde 51859 : 3)11.

Delaborde (51859 : 3)

37Nous pouvons constater dans ces indications que l’objectif principal est de créer un automatisme à l’heure de traduire (de l’espagnol au français et vice versa) à partir du texte que les étudiants ont déjà travaillé. Mendizábal, à son tour, reprend ce même exercice dans sa grammaire.

38Ce type d’exercice fait penser aux exercices de mémoire de Bergnes, puisque le but final était de créer un automatisme de traduction chez l’étudiant à travers l’utilisation de la mémoire de celui-ci.

39Les lignes directrices pour ces exercices sont les suivantes : la longueur des textes (des phrases courtes, des phrases plus longues, de petits textes) ; la présentation (en colonnes, en parallèle) ; les thèmes travaillés (sur la vie quotidienne, sur les sujets littéraires) ; les objectifs visés (un vocabulaire spécifique, la conjugaison, la compréhension du texte).

Exercices d’analyse

40Bergnes (21852) est le seul grammairien qui présente ce type d’exercice dans sa grammaire. L’exercice se centre sur l’analyse d’un texte littéraire. Il s’agit d’une « […] análisis de la lengua, […] descomposición del texto en unidades fragmentadas, a través del cual se accede a un saber gramatical » (Fernández Fraile 1995 : 86). Cet exercice est présent principalement dans la partie Supplément, le texte à analyser étant un texte littéraire, le Télémaque de Fénelon (Bergnes 21852 : 273-279). Bergnes est conscient de l’importance des savoirs littéraires : « […] he puesto varios trozos selectos, y de diversos géneros, de los mejores autores franceses, modernos sobre todo, tales como Buffon, Cuvier, Victor Hugo, Lamartine, Janin, La Bruyère, Chateaubriand, Lafontaine, etc. » (ibid. : 8), et il les utilise pour analyser et examiner la langue française principalement à travers la littérature. L’étudiant d’abord lira ce texte, et ensuite il se consacrera aux explications proposées afin de comprendre le texte, et avoir ainsi un accès à la littérature et à la culture à travers la langue française. Voici les célèbres premières lignes du Télémaque :

Bergnes (21852 : 273)

Bergnes (21852 : 280)

41Cet exercice est alors d’une grande valeur pour l’apprentissage de la grammaire, et en tant que reflet de la phase d’application du savoir théorique appris antérieurement (en suivant le schéma traditionnel : explication de la leçon – mémorisation – application). On relèvera que les explications grammaticales sont données dans la L1 de l’élève ; ces explications réfèrent également, quand c’est nécessaire, au fonctionnement de l’espagnol pour éclairer, par contraste, celui du français (notamment pour les verbes réflexifs et réciproques).

Les exercices de correction ou cacographies

42Ces types d’exercices font penser aux exercices de cacographie définis comme suit par Ferdinand Buisson dans son Dictionnaire de pédagogie :

  • 12 En ligne : [http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.p (...)

[...] une méthode consistant à enseigner la grammaire et l’orthographe au moyen de phrases et de mots écrits incorrectement et qu’on charge l’élève de corriger. On cite quelques exemples très anciens de « cacographies », – Larousse en mentionne une de 1752 et Littré une autre de Joubert en 1759, – mais c’est seulement depuis le commencement du dix-neuvième siècle que l’usage de ces exercices s’est généralisé (Buisson [1887] 191112).

43L’intérêt de Bergnes pour ces exercices est évident ; il les adapte au contexte hispanophone et les oriente vers les « difficultés » spécifiques des étudiants espagnols apprenant le français :

  • 13 « et d’autres [...] veulent que le meilleur moyen est d’attirer l’attention de l’étudiant en leur p (...)

y otros […] quieren que el mejor medio sea provocar la atencion del que aprende con esponerle frases equivocadas, para que meditando y recorriendo las reglas aprendidas, procure hallar falta, y preparado de antemano, sabiendo que precisamente hay errores en las líneas que va recorriendo, busque cuál es la palabra equivocada y en qué consiste la equivocación ; […] y de este modo queda grabado en su mente el estudio de las reglas (Bergnes 21852 : 133)13.

44Cet exercice a comme objectif de faire travailler aux étudiants une série de phrases en français incorrectes (ibid. : 134-141), en leur demandant de les corriger. Juste après la présentation des formes incorrectes, l’auteur propose un corrigé.

Bergnes (21852 : 134)

  • 14 L’on notera deux anomalies dans le corrigé (item 4) : « la plûpart » (l’accent circonflexe était fr (...)

Bergnes (21852 : 135)14

45Ce genre d’exercice manifeste le caractère prescriptif de l’enseignement grammatical de l’époque que l’on peut résumer par la célèbre formule « ne dites pas, mais dites… ».

46Ces exercices de correction grammaticale étaient surtout utilisés pour le français langue maternelle (FLM), Noël & Chapsal (1823) ayant popularisé l’exercice dans les années vingt sans l’avoir inventé :

Ils [= les exercices] marchent de front avec les préceptes, pour les mieux graver dans la mémoire ; et, présentant à l’élève des phrases rendues fautives, afin de lui laisser le mérite d’appliquer la règle, ils sont comme autant d’énigmes dont il trouve aisément le mot. Cette méthode a le double avantage de piquer sa curiosité, en flattant son amour-propre, et de hâter ses progrès, en tenant continuellement son attention sur le qui-vive (Noël & Chapsal, [1823] 1844 : 4).

Les exercices de conversation

47Les exercices examinés jusqu’ici étaient envisagés pour améliorer l’expression écrite, même si les maîtres pouvaient faire lire à voix haute les phrases à traduire (version) ou les phrases traduites (thème) et, ainsi, contrôler la prononciation (cf. infra). Mais d’autres exercices étaient destinés à aider les apprenants à la pratique orale de la langue.

48Dans l’ouvrage de Reinaud (31865 : 368-380), un bref supplément de conversation sous forme de dialogues en deux colonnes, en espagnol (la première) et en français (la deuxième) couronne ce manuel. Les sujets à travailler (par exemple : une toilette d’homme, une toilette de femme, une blanchisseuse, un tailleur…) reproduisent les situations de communication (pour utiliser une expression actuelle) auxquelles les apprenants pouvaient être confrontés dans leur vie réelle.

49Pour sa part, Bergnes dans son Supplément présente une série de phrases qui facilitent la conversation « Frases familiares para romper a hablar en francés » organisées par thématiques, par exemple : du manger et du boire (21852 : 193), les heures et les parties du jour (ibid. : 197), un dialogue avec le cordonnier (ibid. : 203). Ces dialogues fournissent donc des « modèles de conversation » plus ou moins calqués sur l’usage réel (des dialogues en situation).

  • 15 Il s’agit d’un exercice encore peu pratiqué à l’époque, du moins dans les classes (des questions à (...)

50Delaborde et Mendizábal prévoient également un exercice de conversation dans chaque leçon. Ce sont des propositions de questions et de réponses fournies au maître pour animer en classe une conversation (entre l’enseignant et l’étudiant) sur un texte préalablement vu afin d’en faciliter l’appropriation (le lexique, la morphologie, etc. contenus dans le texte)15. Ces questions peuvent être posées en français ou en espagnol (dans les premières leçons), ou exclusivement en français (dans les leçons les plus avancées), par exemple :

Mendizábal (21860 : 70)

Les exercices de prononciation et de lecture à haute voix

51Ces exercices se trouvent pratiquement dans tous les manuels, « exercices de prononciation » chez Delaborde et « exercices de lecture à voix haute » chez les autres auteurs (Mendizábal, Reinaud, Bergnes, Piferrer).

52Dans les deux cas, les étudiants doivent lire une série de phrases, toujours en classe, afin de travailler la lecture. Les phases d’exemplification et d’explication phonétique font partie de la lecture en elle-même. Comme l’indique Sven Öhman (1997) : « on comprend mal la phonétique traditionnelle, si l’on essaye d’en faire une espèce de science de la parole […], car la phonétique traditionnelle est la doctrine de la prononciation des expressions de l’écriture » (1997 : 16).

53Les exercices de prononciation chez Delaborde et de lecture chez Mendizábal suivent les techniques de la méthode « Robertson », avec les listes de nombres et des signes à mémoriser pour guider, faciliter l’apprentissage du système phonétique français. Comme l’affirme Fernández Fraile (2016), Roberston « essaie de classer les sons d’une langue en les distinguant selon des critères articulatoires. […] Il choisit des chiffres et des signes pour consigner les valeurs permanentes des sons vocaliques et consonantiques présents dans les différentes réalisations graphiques » (2016 : 153).

54Le texte utilisé à lire et à prononcer est celui de la leçon. Dans ce texte, ces deux grammairiens signalent à l’aide de petits numéros juste au-dessus des mots la règle que les étudiants doivent suivre pour arriver à acquérir une prononciation correcte.

Mendizábal (21860 : 1)

Delaborde (51859 : 17)

55Ces textes présentent les caractéristiques suivantes : ce sont des textes d’une longueur de 5 à 10 lignes (selon les leçons) et à caractère littéraire. À mesure que les leçons avancent, les indications de la prononciation sont moins nombreuses (Mendizábal 21860 : 400), ou même ces indications disparaissent (Delaborde 51859 : 385).

56De son côté, Bergnes utilise aussi un texte numéroté dans la première partie de son ouvrage pour exercer les élèves dans la lecture. L’étudiant devra lire le texte, mais il a dû précédemment étudier les règles de prononciation (ibid. : 26-27). C’est un texte qui explique quelques proverbes de la langue française, par exemple :

Bergnes (21852 : 26)

  • 16 Cette présentation fait penser à celle de la grammaire de Galmace, Llave nueva y universal para apr (...)

57Quant à Piferrer, il recourt à la prononciation figurée pour enseigner la manière de prononcer les sons de la langue française, sans aucune règle explicite16. À force de lire et relire cette prononciation figurée, l’étudiant était censé d’arriver à la maîtriser sans réflexion, ni mémorisation de règles.

58En ce qui concerne les exercices de lecture dans la grammaire de Reinaud, la présentation est faite sous forme de tableaux de lecture. Juste avant de commencer les différentes leçons du manuel, ce grammairien propose une série de tableaux (un total de 12 tableaux, 31865 : 11-35) afin que les étudiants puissent s’exercer dans la lecture-prononciation de la langue française.

Les résultats

59Une fois ces exercices analysés, nous constatons qu’il existe une certaine cohérence entre ces différents types d’exercices. Elle résulte principalement du modèle méthodologique de l’époque – à savoir la méthodologie traditionnelle théorique et la méthodologie théorico-pratique (avec leurs variantes) – dans laquelle ces ouvrages s’inscrivent : « la caractéristique la plus surprenante de cette première moitié du XIXe siècle, du point de vue méthodologique, c’est la résurgence de la méthode pratique ou naturelle (ou pratico-théorique, si l’on veut), qui renverse l’ordre traditionnel en commençant l’étude d’une LE par la pratique » (Suso López 1999 : 5).

60Araújo (31897) – grammairien espagnol de l’époque (qui fait partie de l’enseignement du FLE en Espagne à la charnière des XIXe et XXe siècles) – souligne l’importance de suivre une méthodologie efficace et pratique dans l’enseignement des langues. Il recommande ainsi de joindre la pratique à la théorie dans l’e/a. La théorie sans la pratique, c’est comme un « un árbol sin fruto ni verdor » (31897 : IX), puisque la démarche la plus convenable pour l’e/a des langues est précisément celle où la théorie ainsi que la pratique (les procédés) complètent ce processus de l’e/a.

  • 17 Fernández Fraile & Suso López utilisent une classification qui reprend en grande partie les princip (...)

61La classification proposée par Araújo (ibid. : IX) permet de regrouper les différents ouvrages étudiés en trois catégories17 :

62– la grammaire de Bergnes s’inscrit dans la méthodologie théorique « presentando ordenada en un cuerpo de doctrina toda la teoría gramatical » (ibid. : IX) ;

63– celle de Castañs trouve sa place dans la méthodologie pratique « desprovista de este cuerpo de doctrina, apareciendo las reglas à medida a los ejercicios prácticos » (ibid. : IX) ;

64– les grammaires de Benot, de Piferrer, de Reinaud, de Mendizábal et de Delaborde illustrent la méthodologie théorico-pratique « metódicamente expuesta la teoría, conforme al punto especial de vista de cada cual, é interrumpida por varios ejercicios que vienen à comprobar los principios teóricos » (ibid. : IX).

65Les exercices servent alors d’un côté à la correction, avec les exercices principalement de correction ou cacographie (Bergnes), et d’un autre côté, à l’application pratique des règles proprement dit avec les exercices de traduction (Castañs, Benot, Reinaud, Mendizábal, Piferrer, Delaborde, Bergnes), de conversation (Bergnes, Reinaud, Delaborde, Mendizábal), de prononciation (Delaborde, Mendizábal, Bergnes, Piferrer, Reinaud) et aussi d’analyse grammaticale (Bergnes). Il s’agit alors d’appliquer les différents points grammaticaux étudiés dans les différents exercices afin d’acquérir la langue française.

En guise de conclusion

66Ces différentes grammaires peuvent être caractérisées par les termes de « brièveté », « efficacité » et « rapidité », la plupart des grammaires-manuels étant des ouvrages dont le but est d’acquérir par l’exercice la langue française en peu de temps : 5 mois chez Benot ; 80 jours pour Delaborde ; en 16 leçons avec Piferrer ; 55 tout de même chez Reinaud…

67Si l’on prend toutes ces considérations en compte, nous pouvons résumer la principale caractéristique méthodologique du XIXe siècle (avant l’apparition de la méthode directe) pour un public hispanophone par cette maxime : « Pocas reglas, algunas esplicaciones y sobre todo mucha práctica, ved ahí la llave de todas las lenguas » (Reinaud 31865 : VII).

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Benot, Eduardo (21852). Nuevo método del Dr. Ollendorff […] adaptado al francés. Cádiz : Imprenta Gaditana, á cargo de D. Enrique Otero.

Bergnes de las Casas, Antonio (21852 [1845]). Novísimo Chantreau o Gramática Francesa […]. Barcelona : Juan Oliveres.

Castañs, Atalo (1848). Primer curso de francés seguido de un Compendio de Gramática Francesa. Método de Ahn. Madrid : Casa Editorial Bailly-Baillière.

Chapsal, Charles-Pierre & Noël, François-Joseph (1842). Exercices élémentaires adaptés à l’Abrégé de la grammaire française […]. Paris : Marie-Nyon.

Chapsal, Charles-Pierre & Noël, François-Joseph (1844 [1823]). Nouvelle Grammaire Française, sur un plan très méthodique, avec de nombreux exercices d’orthographe, de syntaxe et de ponctuation. Tournai : Typographie de J. Casterman.

Delaborde, R.E.Leandro (51859). Nuevo método teórico y práctico en 80 días. Madrid : Imprenta de Mariano Saint de la Peña.

Meidinger, Johann Valentin (1783). Praktische Französische Grammatik, wodurch man diese Sprache auf eine ganz neue und sehr leichte Art in kurzer Zeit gründlich erlernen kann. Frankfurt am Main : l’auteur et C. Fischer.

Mendizábal, Joaquín (21860). Gramática francesa según el método Práctico-Teórico-Analítico de M. Robertson. Zaragoza : Imprenta y Librería de Vicente Andrés.

Piferrer, Francisco (31852). El idioma francés puesto al alcance de todos ó Método Natural para aprender el francés de un modo fácil y agradable sin cansar la memoria. Madrid : Despacho de Libros.

Reinaud, J. B. (31865). Lengua francesa. Método teórico-práctico dividido en 45 lecciones […]. Barcelona : Imprenta de Valentin Domenech.

Sources secondaires

Araújo, Fernando (31897-1898 [1889]). La gramática razonada histórico-crítica de la lengua francesa. Toledo/Paris/Madrid : Imp. y Librería de Menor Hermanos/ H. Welter, libraire-éditeur/ Librerías de Hernando, Suárez y Fé.

Besse, Henri (1996). « Traduction interlinéaire et enseignement des langues (chez Locke, du Marsais, Radonvilliers, Robertson, et quelques autres) ». Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 18, 293-312.

Besse, Henri (2011). « Des techniques d’enseignement/apprentissage des langues étrangères, et de l’exemple de la traduction interlinéaire ». Synergies Chine, 6, 13-23.

Buisson, Ferdinand (1911 [1887]). Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire. En ligne : [http ://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/].

Chervel, André (2006). Histoire de l’enseignement du français du XVIIe au XXe siècle. Paris : Retz.

Christ, Herbert (1993). « De Meidinger à Ploetz en passant par Seidenstucker, Ahn et Ollendorff, ou le cheminement de la méthodologie synthétique ». Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 12, 5-10.

Fernández Fraile, Mª Eugenia (1995). « La traducción como procedimiento didáctico en la enseñanza del francés en España en el siglo XIX ». In Francisco Lafarga, Albert Ribas & Mercedes Tricás Preckler (Coord.), La traducción : metodología, historia, literatura: ámbito hispanofrancés. Actas del III Coloquio de la Asociación de Profesores de Francés de la Universidad Española (APFFUE). Barcelona : Promociones y Publicaciones Universitarias. 81-90.

Fernández Fraile, Mª Eugenia (2016). « L’enseignement de la prononciation en français à travers la correspondance entre les sons et les chiffres en Espagne : l’adaptation de la méthode Robertson dans les ouvrages de Joaquín Mendizábal et de Carlos Mountifield & Leandro Delaborde (XIXe siècle) ». In Antonio Gaspar Galán & Javier Vicente Pérez (éds). Histoire de l’enseignement de la prononciation du français aux Espagnols (XVIe-XXsiècles). Bern : Peter Lang, 143-168.

Fernández Fraile, Mª Eugenia & Suso López, Javier (1999). La Enseñanza/Aprendizaje del francés en España entre 1767 y 1936 : objetivos, contenidos y procedimientos. Granada : Universidad de Granada.

Germain, Claude (1993). Évolution de l'enseignement des langues : 5000 ans d’histoire. Paris : Clé International.

Hebrard, Jean (1982). « L’exercice de français est-il né en 1823 ? ». Études de linguistique appliquée, 48, 9-31.

Lépinette, Brigitte (2002). « La syntaxe dans les grammaires pour l’enseignement du français en Espagne au XIXe siècle ». Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 29, 26-93.

Lépinette, Brigitte (2012). Un demi-siècle de grammaire pour l’enseignement du français en Espagne (1800-1850) : contexte, paratexte, textes. Valencia : Universitat de Valencia.

Macht, Konrad (1989). « Le manuel français de Meidinger ». Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 4, 8-13.

Öhman, Sven (1997). « Phonétique et prononciation ». Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 19, 12-22.

Suárez Gómez, Gonzalo (2008 [1956]). La enseñanza del francés en España hasta 1850. ¿Con qué libros aprendían francés los españoles ? Reeditado con notas y un estudio introductorio por J. F. García Bascuñana & E. Juan Oliva. Barcelona : Promociones y Publicaciones Universitarias.

Suso López, Javier (1999). « La méthode naturelle d'apprendre la langue française dans la première moitié du XIXe siècle en Espagne ». Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 23, 185-203.

Suso López, Javier (2016). Diccionario de historia de la enseñanza del francés en España (siglos XVI-XX), entrée Roberston. Groupe de recherche en Linguistique Appliquée. Éditeur principal : Juan Francisco García Bascuñana. Tarragona : Université Rovira i Virgili. En ligne : [http://www.grelinap.recerca.urv.cat/ca/projectes/diccionario-historia-ensenanza-frances-espana/].

Vigner, Gérard (1984). L’exercice dans la classe de français. Paris : Hachette.

Vigner, Gérard (2016). « L’exercice. Un outil de formation méconnu », Carnets. En ligne : [http : //carnets.revues.org/1850].

Haut de page

Notes

1 La loi Moyano institutionnalise l’enseignement des langues vivantes (dont le français) dans l’enseignement secondaire en Espagne. Les Plans d’études postérieurs vont réglementer les questions concernant les cours, les horaires, les objectifs et les contenus d’enseignement. Ainsi, le Plan d’études du 26 août 1858 dispose que le français fait partie des Études Générales (à orientation culturelle), tandis que l’anglais, l’italien et l’allemand font partie des Études d’application (à l’agriculture, l’industrie et le commerce). Les langues vivantes doivent être enseignées dans tous les cas d’une façon efficace et pratique, étant donné que savoir parler une langue vivante est vu comme un outil de promotion sociale et de modernité (d’après Fernández Fraile & Suso López 1999 : 207-210 et 245-249).

2 Il n’est évidemment pas possible dans le cadre de cette étude d’analyser tous les ouvrages destinés à l’enseignement/apprentissage du FLE et publiés en Espagne au XIXe siècle ; au moins ceux qui sont présents ont un caractère emblématique, à notre avis.

3 García Bascuñana est le principal responsable du Diccionario de historia de la enseñanza del francés en España (siglos XVI-XX) réalisé par le groupe de recherche de Linguistique appliquée de l’Université Rovira i Virgili (Tarragone, Espagne). Dans ce dictionnaire, les membres de l’équipe analysent différents sujets sur l’enseignement du FLE en Espagne.

4 Dans cette perspective, il serait intéressant d’analyser les rapports entre l’enseignement du français langue maternelle (FLM) et l’enseignement du FLE ; faute de place, nous ne pouvons aborder cette question et renvoyons à la contribution de Sophie Piron dans ce même numéro.

5 Concernant les citations, nous avons bien entendu reproduit la graphie d’origine des ouvrages en question.

6 Il s’agit de l’exercice dit de rétro-version. Le maître donne aux élèves un texte en L1 qui n’est rien d’autre qu’un passage traduit par eux-mêmes de la L2 vers la L1 (version) – et corrigé par le maître. Les élèves doivent ensuite, sur base de leur mémoire et de leur réflexion, faire le chemin inverse, c’est-à-dire retourner vers la L2, d’où le nom donné à cet exercice, la rétro-version. Il s’agit en réalité d’un thème, mais où le texte à produire est en quelque sorte « connu ».

7 L’étymologie de ce mot relève le poids de la mémoire dans ce type d’exercice : Du latin mnemonĭcus, et celui du grec μνημονικός (mnēmonikós). La signification que le Diccionario de la Real Academia Española propose est la suivante : « Perteneciente o relativo a la memoria ».

8 Il s’agit d’une méthodologie pratique, mais la théorie y joue aussi un rôle central : « el creador de un método basado en el de Jacotot, que consistía en iniciarse en el aprendizaje de la lengua inglesa a través de una doble perspectiva teórica y práctica » (Suso López 2016 : Diccionario de historia, entrée Robertson).

9 Nous avons constaté que les textes que proposent Delaborde et Mendizábal font parfois aussi partie d’autres manuels pour apprendre les langues (Exercices anglais ou cours de thèmes gradués pour servir de développements aux règles de la grammaire anglaise pratique de Percy Sadler 81848 ; Compositions françaises, matières et corrigés de Émile Lefranc 41844).

10 Cette histoire est une version simplifiée d’une anecdote rapportée par Laurent-Pierre Bérenger et Eustache (Le Père) Guibaud dans La Morale en action, ou Élite de faits mémorables et d’anecdotes […] (Paris, 1787 pour la première édition.). L’on notera qu’en général, les textes proposés sont des textes dits « authentiques » (cf. infra la lettre de Voltaire, etc.).

11 « Après avoir lu l’exercice de traduction littérale suffisamment de fois pour apprendre l’orthographe des mots français et leur signification en espagnol, une feuille de papier sera divisée en deux colonnes, le texte sera écrit dans la colonne de gauche en français [...], et dans celle de droite la traduction [...]. Ensuite, il sera traduit du français en espagnol et vice versa [...]. Lorsque l’étudiant étudiera tout seul, il ne consultera pas la colonne de droite, il prononcera les mots français à voix haute, puis il les traduira [...]. Cela doit être fait jusqu’à ce que la traduction d’une langue à une autre soit faite couramment » (notre traduction).

12 En ligne : [http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=2231].

13 « et d’autres [...] veulent que le meilleur moyen est d’attirer l’attention de l’étudiant en leur proposant des phrases incorrectes, de sorte qu’en méditant et en suivant les règles apprises, il essaye de trouver la faute et se prépare à l’avance, sachant qu’il y a précisément des erreurs dans ces lignes, et il doit chercher le mot incorrect et en quoi consiste l’erreur; […], et ainsi l’étude des règles reste gravée dans son esprit » (notre traduction). Consultez les deux images suivantes comme exemple de ce type d’exercice.

14 L’on notera deux anomalies dans le corrigé (item 4) : « la plûpart » (l’accent circonflexe était fréquent à cette époque) est devenu « le plûpart » et l’accord du verbe se fait au féminin singulier.

15 Il s’agit d’un exercice encore peu pratiqué à l’époque, du moins dans les classes (des questions à poser par l’enseignant et les réponses attendues de l’élève). Il ne faut pas oublier que beaucoup d’enseignants n’étaient pas des « natifs » et que fournir des modèles de réponses était toujours fort utile.

16 Cette présentation fait penser à celle de la grammaire de Galmace, Llave nueva y universal para aprender con brevedad y perfeccion la lengua francesa (1748), où la langue française est présentée en tableaux de trois colonnes : l’espagnol dans la première, le français dans la deuxième et la prononciation figurée dans la troisième (sans recourir à aucune règle de prononciation).

17 Fernández Fraile & Suso López utilisent une classification qui reprend en grande partie les principes de celle d’Aráujo mais avec une autre dénomination : (i) méthodologie traditionnelle théorique (MTT) ; c’est-à-dire, une « descripción exhaustiva de la totalidad de la lengua, y tal conjunto se da al alumno para su aprendizaje como condición inicial para poder manejar la misma con corrección » (1999 : 106) ; et la (ii) méthodologie traditionnelle théorique pratique (MTTP), autrement dit, il s’agit d’une « [disminución] [d]el componente gramatical general y común para todas las lenguas, que reduce la descripción gramatical de la lengua francesa a lo estrictamente necesario, y que amplía por el contrario la ejercitación » (ibid. : 100)

Haut de page

Table des illustrations

Légende Castañs (1848 : 22)
URL http://journals.openedition.org/dhfles/docannexe/image/7196/img-1.png
Fichier image/png, 389k
Légende Castañs (1848 : 101)
URL http://journals.openedition.org/dhfles/docannexe/image/7196/img-2.png
Fichier image/png, 642k
Légende Reinaud (31865 : 49)
URL http://journals.openedition.org/dhfles/docannexe/image/7196/img-3.png
Fichier image/png, 980k
Légende Mendizábal (21860 : 5-6)
URL http://journals.openedition.org/dhfles/docannexe/image/7196/img-4.png
Fichier image/png, 73k
Légende Castañs (1848 : 10)
URL http://journals.openedition.org/dhfles/docannexe/image/7196/img-5.png
Fichier image/png, 611k
Légende Bergnes (21852 : 31)
URL http://journals.openedition.org/dhfles/docannexe/image/7196/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Bergnes (21852 : 101)
URL http://journals.openedition.org/dhfles/docannexe/image/7196/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Piferrer (31852 : 44)
URL http://journals.openedition.org/dhfles/docannexe/image/7196/img-8.png
Fichier image/png, 1,1M
Légende Delaborde (51859 : 2)10
URL http://journals.openedition.org/dhfles/docannexe/image/7196/img-9.png
Fichier image/png, 1,4M
Légende Delaborde (51859 : 3)
URL http://journals.openedition.org/dhfles/docannexe/image/7196/img-10.png
Fichier image/png, 73k
Légende Mendizábal (21860 : 3)
URL http://journals.openedition.org/dhfles/docannexe/image/7196/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Delaborde (51859 : 3)
URL http://journals.openedition.org/dhfles/docannexe/image/7196/img-12.png
Fichier image/png, 196k
Légende Bergnes (21852 : 273)
URL http://journals.openedition.org/dhfles/docannexe/image/7196/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Bergnes (21852 : 280)
URL http://journals.openedition.org/dhfles/docannexe/image/7196/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Bergnes (21852 : 134)
URL http://journals.openedition.org/dhfles/docannexe/image/7196/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Bergnes (21852 : 135)14
URL http://journals.openedition.org/dhfles/docannexe/image/7196/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Mendizábal (21860 : 70)
URL http://journals.openedition.org/dhfles/docannexe/image/7196/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Mendizábal (21860 : 1)
URL http://journals.openedition.org/dhfles/docannexe/image/7196/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Delaborde (51859 : 17)
URL http://journals.openedition.org/dhfles/docannexe/image/7196/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Bergnes (21852 : 26)
URL http://journals.openedition.org/dhfles/docannexe/image/7196/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irene Valdés Melguizo, « L’exercice dans les grammaires du FLE pour un public hispanophone au XIXe siècle »Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 62-63 | 2019, 281-312.

Référence électronique

Irene Valdés Melguizo, « L’exercice dans les grammaires du FLE pour un public hispanophone au XIXe siècle »Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 62-63 | 2019, mis en ligne le 27 avril 2020, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/dhfles/7196

Haut de page

Auteur

Irene Valdés Melguizo

Université de Grenade ivaldes@ugr.es

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SIHFLES

Haut de page
  • Logo SIHFLES
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals