Navigation – Plan du site
Deuxième partie – Des exercices de Meidinger (1783) à la fin du XIXe siècle

Les exercices gradués dans la méthode du Grammalessico francese a uso degl’italiani d’Arminio Wurmbrand Bianchi

Marie-Denise Sclafani
p. 261-280

Résumés

L’article se propose d’analyser les exercices du manuel d’Arminio Wurmbrand Bianchi, Grammalessico francese a uso degl’italiani, qui ont une forme et une structure que l’on retrouve dans de nombreux manuels s’inspirant des méthodes dites « synthétiques ». Wurmbrand, en effet, introduit dans son manuel une nouveauté pour pourvoir au caractère incomplet de la méthode synthétique : il propose, ainsi, avant chaque exercice, la traduction des seuls termes « radicalement dissemblables » des deux langues « similaires à l’origine » qui caractérisent la langue française et la langue italienne. Le but est de fournir aux élèves la maîtrise lexicale de la langue française avec une attention toute particulière à la pratique de l’oral.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le Grammalessico francese a uso degl’italiani d’Arminio Wurmbrand Bianchi, publié pour la première fois en 1871, paraît dans une période où les manuels s’inspirent de la méthode pratico-théorique conçue comme une évolution « pratique » de la méthode appelée « synthétique ». Cette dernière trouve son origine dans la Praktische französische Grammatik de Johann Valentin Meidinger, parue à Francfort en 1783, pour ensuite être reprise et complétée par Seidenstücker puis par Franz Ahn, Karl Plötz et Heinrich Ollendorff (Christ 1993 : 6). Dans la méthode pratico-théorique, les parties du discours sont le plus souvent divisées en « leçons » avec des règles de grammaire réduites, simplifiées et graduées, suivies d’exercices applicatifs de traduction censés donner à l’élève la possibilité d’appliquer activement les règles apprises. Ces méthodes naissent et se développent avec l’intention de rendre l’apprentissage de la langue étrangère plus pratique et moins ancré sur la mémorisation de règles complexes de grammaire et de listes de mots classés par ordre alphabétique et/ou thématique.

2En Italie, entre 1800 et 1860, on assiste à un changement de la didactique du français et donc de son enseignement qui, à partir de l’Unité italienne, n’est plus considéré comme un « art d’agrément », mais comme une discipline scolaire à part entière (Minerva 1996 : 123). Les manuels participent à cette évolution et l’exercice se répand dans les manuels, en particulier à partir des années 1820 (Minerva & Pellandra 1997 : XX) ; il y occupe désormais une part importante, remplaçant partiellement ou totalement la partie pratique anciennement constituée par des lettres, des contes ou des histoires et des dialogues et que l’on retrouvait à la fin des volumes (Minerva 1996 : 131). Les exercices proposés étaient souvent des exercices de traduction (traductions interlinéaires, thèmes ou versions) précédés d’une liste de mots (un lexique de mots les plus usités) et de règles de grammaire, à l’image de la méthode grammaire-thème, dérivée de la méthode grammaire-traduction, utilisée dès la Renaissance pour l’enseignement des langues classiques (Pellandra 1994 : 93), en particulier du latin, et étendue à l’enseignement des langues modernes (Puren 1988 : 18). Ces méthodes pratico-théoriques – qui se diffusent avec succès en Italie au cours « [d]es dernières décennies du siècle » (Minerva 1996 : 142) – se situent dans le sillon de la méthode traditionnelle (i. e. méthode grammaire-traduction), mais l’attention portée à la partie pratique de l’apprentissage éclipse l’importance attribuée à la théorie jusqu’à ce moment-là.

Wurmbrand : quelques repères bio- et biblio-graphiques

3L’on ne connaît de l’auteur du Grammalessico que des bribes de sa vie. Il est professeur d’italien, de français et d’allemand à l’Istituto Forestale de Vallombrosa de 1874 à 1880 (Ministero di Agricoltura, 1880 : 383), première école forestière italienne fondée en 1869 où le français et l’allemand revêtent une importance qui n’est point marginale car la plus grande partie des manuels de botanique sont écrits en français et en allemand. L’examen d’accès à l’école prévoit donc nécessairement la connaissance des deux langues.

  • 1 « De la méthode synthétique en général déjà appliquée aux langues étrangères et programme en partic (...)
  • 2 « […] se avesse forma meno ellenica, mi piacerebbe di più » (Tommaseo 1873 :107).

4Wurmbrand part ensuite à Messine où il continue sa carrière de professeur d’italien. En 1869, il publie Del metodo sintetico in generale già applicato alle lingue forestiere e programma in particolare della nuovissima invenzione il Grammalexicon1 ; l’ouvrage est republié en 1871 à Trevise, le terme de Grammalexicon ayant été remplacé par celui Grammalessico. Il s’agit d’un fascicule de 24 pages (sans nom d’auteur) qui présente, sous une forme proche de celle d’une brochure publicitaire, les principes de la « nouvelle invention » ; normalement, ce type de discours aurait dû avoir sa place dans la préface du manuel, comme de coutume en cette période (Minerva 1996 : 138). La même année, Wurmbrand envoie son « invention » à Niccolò Tommaseo, le célèbre linguiste et écrivain, qui lui répond par une longue lettre faisant l’éloge des nouveautés que l’auteur a l’intention d’apporter aux méthodes dites synthétiques, et la seule remarque faite porte sur le choix du nom, Grammalexicon, « une forme moins hellénique lui aurait plu davantage »2. Un titre que Wurmbrand a changé par la suite.

5Deux ans plus tard, en 1871, paraît donc pour la première fois le Grammalessico francese a uso degl’italiani, simultanément à Trévise et à Venise ; une troisième publication du Grammalessico aura lieu à Messine en 1882 ; deux autres éditions, modifiées et développées, seront proposées, toujours à Messine, en 1883 et en 1888.

  • 3 Il publie en 1867 Una diva emozione, Nozze Martini-Zatti et en 1879 le Goscialino, poema in due can (...)

6Les autres publications de Wurmbrand traitent de sujets différents ; il a notamment rédigé des essais de littérature et des poèmes3, sa dernière publication remonte à 1894, Saggio di poesie.

Le manuel Grammalessico francese a uso degl’italiani

  • 4 « […] ottima e celeberrima innovazione linguistica ».
  • 5 « […] semplificare lo studio e l’uso dei termini ».

7Dans le Grammalessico l’auteur, tout en considérant la méthode synthétique comme une « […] excellente et très célèbre innovation linguistique »4, ne l’estime pas vraiment à même de « […] simplifier l’étude et l’utilisation des mots »5, ceux-ci étant employés en nombre trop réduit et de manière trop générale. Cette lacune ne permet pas de les mémoriser et donc contraint l’élève à l’usage fréquent du dictionnaire ce qui risque de détourner son attention du texte, de l’organisation des phrases et des règles de grammaire. « De manière très significative, on disait à l’époque que les mots devaient être disponibles “dans la mémoire” de l’élève. C’est en effet le procédé traditionnel de mémorisation/restitution qui fut tout naturellement imaginé d’abord pour parvenir à ce degré d’assimilation linguistique » (Puren 1988 : 49).

  • 6 « […] mangiare, bevere, dormire ».

8Wurmbrand considère que les mots utilisés dans les manuels qui suivent et s’inspirent de la méthode synthétique sont peu nombreux, trop habituels, ou trop généraux et qu’ils sont choisis pour donner aux jeunes l’impression d’une apparence de facilité fallacieuse dans l’étude de la langue. Seuls les mots similaires ou identiques à la langue maternelle sont mis en évidence dans ces manuels. Des mots, donc, utiles exclusivement aux besoins de première nécessité comme si l’homme n’avait besoin que de « […] manger, boire, dormir »6. L’auteur considère qu’il est possible de remédier à ce caractère incomplet de la méthode synthétique en mettant à profit l’avantage des langues apparentées : la plus grande partie des mots étant, phonétiquement et sémantiquement, identiques, il est inutile de les mémoriser ; l’attention doit se porter sur ceux qui, par racine, sont vraiment dissemblables des nôtres et qui méritent d’être appris et mémorisés. Ces derniers – qu’il appelle les mots hétérogènes – s’élèvent à un peu plus de 2 000, selon une analyse de Wurmbrand.

  • 7 « […] vocaboli esclusivamente eterogenei, utili e necessari ».
  • 8 Termes qui diffèrent donc par la racine.

9Il propose, donc, d’introduire, avant chaque exercice, les « […] mots exclusivement hétérogènes, utiles et nécessaires »7, en amalgamant en un seul livre la grammaire et le dictionnaire, pour que l’élève n’ait « besoin de rien d’autre ». Le but du manuel de Wurmbrand est de réunir en un seul texte et en un seul enseignement la grammaire, sous la forme « de propositions appropriées et variées » progressivement insérées avant chaque exercice, et le vocabulaire composé des seuls termes « radicalement8 dissemblables » appartenant à deux langues « similaires à l’origine » comme le sont la langue française et la langue italienne.

10Dès la première édition, le manuel est ainsi organisé :

- le texte comprend 189 exercices de traduction et de mémorisation du lexique et de la grammaire ;

- trois tableaux de récapitulation des règles ;

- quatre questionnaires ;

- un tableau des noms masculins en français et féminins en italien ;

- un tableau des noms féminins en français et masculins en italien ;

- une liste de verbes irréguliers et défectifs ;

- un tableau de règles exceptionnelles de prononciation ;

- huit tableaux de règles condensées sur les manières différentes de traduire les prépositions ;

- un tableau sur les termes et les verbes polysémiques ;

- un tableau sur les expressions idiomatiques, un tableau sur les adverbes, une liste complète de règles avec la référence précise à l’exercice correspondant ;

- un dictionnaire composé seulement de termes « hétérogènes ».

11En plus des exercices de traduction et de mémorisation (dont le nombre est porté à 200), la dernière édition comprend également 26 exercices de phonétique et 40 exercices de phraséologie.

« Structure » des exercices gradués

12Le manuel d’Arminio Wurmbrand est donc composé presque exclusivement d’exercices de traduction et de mémorisation du lexique et de la grammaire ; cette forme – qui consiste en un système raisonné d’exercices gradués et progressifs dans lesquels l’italien et le français sont en permanence mis en parallèle – se retrouve dans de nombreux manuels de l’époque.

13Les exercices ont une structure bien définie et sont ainsi composés de manière quasiment identique dans les différentes éditions, à savoir :

14– Un glossaire qui, pour les premiers exercices, se limite à cinq ou six mots, avec leur traduction en italien ; au fur à mesure que l’on avance dans le manuel, il est possible de retrouver jusqu’à quinze mots. Il s’agit bien sûr d’un lexique à étudier et que l’on retrouve dans les phrases des exercices. La particularité de ce glossaire, placé en tête de chaque exercice, est qu’il est exclusivement composé de mots hétérogènes. Voici deux exemples, tirés des exercices n° 10 et n° 176 (Wurmbrand 1871 : 13, 465) :

L’oncle – lo zio ; L’emploi – l’impiego ; Haut, e – Alto, a ; La tante – la zia ; L’orage – il temporale ; Hautain, e – altiero, a. (n° 10).

La bobèche – la canna, becco (del candeliere) ; Le bidet – il ronzino ; L’agrément – il guarnimento, vezzo ; La bergeronnette – la cutrettola (uccello) ; La fiole – l’ampolla, boccietta ; Didier – Desiderio ; En amont – all’insù (del corso d’un fiume) ; En aval – all’ingiù ; Le troc – il baratto ; Troquer – barattare ; La berlue – le traveggole ; La corvée – la servitù, opera servile ; Le caillot – il grumo di sangue ; Le tenancier – il livellario, possidente di terre ; Guillaume – Guglielmo. (n° 176).

15– Des règles de grammaire (relevant de la morphologie ou de la syntaxe), qui peuvent être une règle à part entière ou une de ses exceptions, une conjugaison d’un verbe régulier ou irrégulier. Ces règles – à appliquer dans l’exercice ou les exercices qui suivent – sont introduites de manière graduelle et synthétique. Comme l’indique Puren, ce type de manuel procède :

[…] par réduction et gradation de contenus grammaticaux. Contrairement aux grammaires du XVIIᵉ siècle et du début du XVIIIᵉ siècle, dont les auteurs prennent souvent soin d’indiquer qu’ils ont essayé d’être les plus complets possible, celles publiées à partir de la fin du XVIIIᵉ siècle s’affichent volontiers comme limitées dans leurs contenus par souci d’efficacité pratique. (Puren 1988 : 64)

16Voici l’exemple d’une règle, celle qui introduit l’exercice n° 86 (notre traduction) :

  • 9 « Nei comparativi di eguaglianza, se la frase è negativa, invece di aussi ponesi talvolta si avanti (...)

dans les comparatifs d’égalité, si la phrase est négative, au lieu de aussi on utilise parfois si avant l’adjectif : au lieu de autant on utilise tant de avant le substantif9. (Wurmbrand, 1871 : 137).

17Comme on peut s’en rendre compte, la règle est rédigée en langue italienne. L’enseignement grammatical est donc censé se donner dans la langue maternelle de l’élève.

18– Des phrases en langue française reprenant le lexique et illustrant la règle ; ces phrases-exemples ont pour fonction de documenter le point grammatical à étudier ; les élèves sont censés les apprendre par cœur (et donc les lire en les prononçant correctement) et ainsi se constituer un bagage langagier qui pourra leur servir de modèle (Christ 1993 : 7) ; ces phrases peuvent aussi servir de matériel pour un exercice de version.

19– Des phrases en langue italienne à traduire en français. Ces énoncés relèvent de ce que l’on appelle traditionnellement le thème d’application.

20L’extrait de l’exercice n° 1, présenté un peu plus bas, illustre bien la structure qui comprend donc quatre étapes.

  • 10 Auteurs de manuels scolaires pour l’apprentissage de la langue française à large diffusion dans les (...)
  • 11 Cf. Luciano Charel (1879). Letture francesi. Milano. L’ouvrage inclut : Letture graduate con indica (...)

21Dans la dernière édition du Grammalessico, l’auteur précise l’origine des règles de grammaire qu’il propose en indiquant les auteurs de grammaires de référence de l’époque. Ainsi il se réfère, en particulier, à Leitenitz, Moneta, Monastier et Poerio10. Les tableaux, revus et enrichis, insérés dans le manuel, sont à attribuer à Charel11. Les autres noms auxquels il fait référence sont des auteurs français ayant rédigé des grammaires et/ou des dictionnaires (Noël & Chapsal 1823 ; Sardou 1837 ; Poitevin 1843 ; Bescherelle 1834 ; Sergent 1860 et Littré 1863-1873).

Les exercices de prononciation

  • 12 (1896). Nuova grammatica teorico-pratica della lingua francese: con numerosi esercizi di applicazio (...)

22Dans les manuels (comme ceux de Ferdinando Bassi12) de la même période, « les premières leçons commencent de plus en plus fréquemment par un enseignement théorique de la prononciation (et quelquefois avec des exercices correspondants) avec occasionnellement des ‘prononciations figurées’ utilisant le code graphique du français » (Puren 1988 : 69).

  • 13 Pour les trois derniers exemples, l’usage actuel ne fait plus la liaison.

23Wurmbrand reprend dans son manuel cette pratique et les premiers exercices de sa dernière édition commencent par des notions « De prononciation » (« Della pronunzia »). Il s’agit d’exercices de répétition orale qui pouvaient être exécutés en classe ou en complète autonomie. L’auteur, en effet, après avoir donné des explications théoriques ponctuelles, insère toutes les indications utiles pour le déroulement de l’exercice, comme par exemple : il met en évidence l’usage des lettres majuscules pour indiquer la syllabe accentuée « cris-TAL, pa-PA, O-si-RIS » (Wurmbrand 1888 : 1) ; ou encore, il utilise une police réduite pour indiquer que le E est muet et qu’il ne doit pas être prononcé : « u-ne, ar-bust-te, su-prê-me, ver-du-re » (Wurmbrand 1888 : 3). Le même moyen est utilisé après les voyelles nasales pour indiquer les consonnes qui, à la fin du mot, ne doivent pas être prononcées : « Camp=blanc=plomb » (Wurmbrand 1888 : 5). Le même type de procédé est utilisé pour l’apprentissage des règles concernant la liaison13 :

  • 14 Voici la traduction des règles : « s, x, z – sont les consonnes les plus soumises à la liaison, et (...)

Exercice n° XXV (Grammalessico, 1888 : 19)14

Les exercices de traduction et de mémorisation du lexique

24La partie centrale de l’ouvrage est constituée par l’enchaînement d’exercices de traduction et de mémorisation, composés de phrases qui deviennent, au fur et à mesure que l’on avance dans le manuel, de plus en plus longues. La traduction, en tant qu’exercice pédagogique (Ladmiral 1972 : 17), est pour Wurmbrand un outil fondamental pour acquérir et évaluer les connaissances en morphosyntaxe. Il s’agit d’exercices dont la partie de phrases en français peut constituer, non seulement, une traduction écrite mais, aussi, un exercice oral de version. Les phrases peuvent être lues en classe ou de manière autonome et peuvent être traduites et retraduites :

Exercice n° 1 (Grammalessico 1871 : 5)

25La règle à appliquer, selon Wurmbrand, est la règle générale de la formation du féminin « En français, comme en italien, le féminin se forme en ajoutant un e à la terminaison du terme masculin » (notre traduction). Cette règle s’avère simpliste (elle ne concerne que l’écrit) et inexacte. Toutefois ce type d’explication revient souvent dans le manuel ; l’auteur procède par comparaison avec l’italien pour montrer les analogies et bien sûr les différences entre les deux langues. Cette manière de faire était censée faciliter la compréhension de la structure et des formes du français (et sans doute aussi de la langue maternelle).

26Par ailleurs, le français pouvait aussi être enseigné « avec des systèmes et des grammaires servant aux élèves français pour étudier leur propre langue » (Merger 2005 : 77). Cette habitude d’utiliser et, dans certains cas de traduire et d’adapter, des ouvrages d’auteurs français ayant écrit pour un public francophone (ou considéré comme tel), comme Lhomond (1780), Noël ou Chapsal (1823) pouvait se révéler plus compliquée pour l’élève (Merger 2005 : 77).

27Dans les exercices, l’on retrouve de nombreuses indications pour faciliter leur déroulement : au fur et à mesure que l’on parcourt le manuel, le numéro de l’exercice est rappelé entre parenthèses pour permettre de retrouver facilement la règle explicitée auparavant qu’il faut appliquer pour la traduction de la phrase ; en même temps, il fait office de rappel mnémonique en tant que révision, comme par exemple dans l’exercice n° 102 (Wurmbrand 1871 : 171) :

La sposa (femme) del fabbroferraio (taillandier) è una (73) delle mie nipoti che voi avete conosciute (72) in Svizzera.

28L’on a donc deux références : la première (73) reprend la règle de la double détermination en italien et de la possibilité de la traduire en français en utilisant une périphrase qui, dans ce cas, a été expressément utilisée dans la phrase italienne pour aider l’élève ; en effet, au lieu d’écrire « una mia nipote », formule plus commune en italien, l’on retrouve un calque de la forme française attendue à savoir « una delle mie nipoti » destinée à faciliter la traduction en « une de mes nièces ». La deuxième référence (72) rappelle à la mémoire la règle de l’accord avec l’auxiliaire « avoir » au passé composé. Deux termes sont aussi traduits, sposa (femme) et fabbroferraio (taillandier) ; ces deux termes, insérés, dans des glossaires précédents, sont répétés afin d’en faciliter la mémorisation et en même temps d’aider l’élève à réviser les termes hétérogènes. Ces répétitions constantes ont pour objectif essentiel la mémorisation des règles et du vocabulaire.

  • 15 « etimologicamente consimili ai nostri ».
  • 16 « Alle sillabe combinate = sione, = ssione, = corrispondono le generale egualmente in francese le s (...)
  • 17 Exercice n° 29, Grammalessico, 1871 : 37.
  • 18 Exercice n° 36, Ibidem, 1871 : 46.
  • 19 Exercice n° 61, Ibidem, 1871 : 88.
  • 20 Exercice n° 87, Ibidem, 1871 : 139.

29L’on retrouve aussi les traductions des termes considérés comme « similaires » (non hétérogènes), par exemple, « eccellente (excellent), cuore (cœur), rango (rang), mort (morte), confusione (confusion), canal (canale), […] ». Ce choix est justifié par l’auteur, qui a voulu insérer dans les exercices quelques termes « étymologiquement similaires aux nôtres »15 pour mettre en évidence la similitude des termes. C’est un choix qu’il explique parfois dans ses notes, comme l’on peut le lire à propos des syllabes combinées =sione, =ssione, auxquelles correspondent en français les syllabes =sion, =ssion, avec pour exemple « division », « permission », etc. (cf. Wurmbrand 1871 : 38)16. La prononciation de certains termes est également rappelée entre parenthèses, comme par exemple : « fils (pron. Fiss)17, 70 (soissant diss)18, Aix-la Chapelle19 (Es la sciapell), n’est-ce-pas20 (nespà), etc. ».

30L’apprentissage est progressif, les exercices sont gradués ; au fur et à mesure que l’on avance dans le manuel, les règles précédemment établies sont reprises et de nouveaux termes s’ajoutent aux termes introduits précédemment. Les règles de formation du féminin et du pluriel des substantifs et des adjectifs, enrichies par l’ensemble des exceptions introduites graduellement dans les différents exercices, sont reprises et répétées jusqu’au dernier exercice ; voir l’exercice n° 167 (Wurmbrand 1871 : 396) où l’on a la phrase avec le terme « gioielli (bijou, plurale in –x) » comme « exception » à la règle expliquée dans l’exercice n° 56.

31La mémorisation du lexique se fait selon les mêmes modalités : les mots introduits dans les exercices sont repris dans les exercices suivants, parfois même sous forme d’une liste insérée dans une phrase, comme par exemple pour les noms de métiers ou la variété des oiseaux (exercice n° 108) :

Mon courtaud fait maintenant le courtier. Le taillandier, le menuisier, le boucher, le boulanger, le colporteur, le rémoleur, le ramoneur, le pêcheur, le frippier, le marmiton, le matelot, le saunier, le graveur (da graver, incidere), le portefaix, la repasseusse, la sage femme, le cordonnier, le dégraisseur, enfin tous les ouvriers, gagnent beaucoup d’argent dans cette ville, pleine de commerce et d’industrie. (Wurmbrand 1871 : 187).

32Le nouveau terme introduit dans l’exercice est « Le courtier – il sensale », tous les autres ont été introduits dans les exercices précédents. Ou encore :

  • 21 Notons que cet énoncé pour être correct doit comprendre une détermination devant le pronom « autres (...)

Il y a bien (48) des oiseaux dans toutes ces cages ; il y a des étourneaux, des fauvettes, des moineaux, des serins, des perroquets, et autres21 encore.

33Le nouveau terme introduit dans l’exercice est « L’étourneau – lo stornello ».

34L’on remarquera aussi l’attention toute particulière accordée au lexique, non seulement aux termes hétérogènes, mais aussi à un rappel constant à la dérivation des termes, comme par exemple dans les exercices n° 110, 113 ; 134 et 148 :

[…] pollai (poulailler, da poule, gallina) (n° 110).

[…] polso (poignet, da poing, pugno) (n° 113).

Questa donna gravida (grosse, da grossesse, gravidanza : in senso di gravida, grosse vuol sempre esser posposto al nome, altrimenti significa grossa (n° 134).

[…] goffaggine (maladresse, cioè mala destrezza da adresse) […] (n° 148). (cf. Wurmbrand 1871 : 192, 200, 257, 313).

35En ce qui concerne les phrases utilisées dans les différents exercices, l’on a l’impression qu’elles composent un amalgame hétérogène sans aucune logique apparente. Effectivement, en lisant en succession les phrases les unes après les autres, l’on ressent un effet quelque peu bizarre car elles n’ont aucun lien entre elles et sont fortement artificielles (exercice n° 138 composé de phrases à apprendre par cœur et à traduire) :

Rien de plus beau que les élans de l’amour ; rien de plus laid que l’envie et la haine. As tu (sic) arrosé les pivoines de mon jardin ? Oui ; j’y ai aussi essarté les mauvaises herbes avec ma serpette. Vous me cassez toute la vaisselle, ma chère amie ; ayez-en un peu plus de soin. C’est bien étrange qu’étant âgé de plus de soixante dix ans, tu n’aies pas encore une ride sur le front. […] (Wurmbrand 1871 : 277).

Autres formes d’exercices : la répétition (l’exemple de la phraséologie) et les questions

36Dans la dernière édition du manuel, l’on retrouve aussi quarante exercices de phraséologie insérés dans les exercices de traduction. Il s’agit d’exercices de mémorisation qui portent sur les termes français utilisés dans le texte, réutilisés pour former des expressions figées et/ou imagées. L’objectif est de mémoriser les termes utilisés et traduits dans les exercices précédents dans certaines acceptions spécifiques. L’auteur précise, dans une note, que le maître doit utiliser ces exercices en tant que travaux pratiques de répétition orale qui stimuleront l’élève à apprendre avec « nouveauté et curiosité » l’esprit et le style de la langue étudiée. Les phrases, dans ce type d’exercice, diffèrent totalement des phrases forgées qui composent la quasi-totalité des exercices précédents. En fait, il ne s’agit pas vraiment de phraséologie, mais de l’utilisation figurée ou métaphorique de termes polysémiques comme on peut le voir dans l’exercice n° 13 :

Grammalessico 1888 : 39

  • 22 « Conjuguez (au choix) quelques-uns des verbes irréguliers. Connaissant déjà les règles de prononci (...)

37Dans le Grammalessico, nous trouvons aussi quatre questionnaires. Ce type d’exercice permettait au maître de vérifier les connaissances acquises par l’élève ; il pouvait aussi être utilisé de manière autonome par l’élève pour faire le point sur son apprentissage des notions de morphosyntaxe. Comme le rappellent Minerva & Pellandra, « la matière grammaticale […] est divisée en leçons, les règles et les exemples sont suivis d’exercices d’application de plus en plus nombreux et les manuels se dotent d’un nouvel outil didactique : le questionnaire grammatical » (2003 : 72). Ce questionnaire est considéré comme « une nouvelle stratégie didactique […], dont le but est surtout de vérifier l’acquisition de la grammaire […] » (Minerva 1996 : 192). En voici un exemple (questionnaire n° 4) traduit en notes22.

Questionnaire n° 4 (Grammalessico 1871 : 523)

38Le fait que les questions soient posées en italien confirme ce que la présentation des règles en cette même langue indique : l’enseignement grammatical se donne, en principe, dans la langue maternelle de l’élève.

Conclusion

39Tout au long du XIXᵉ siècle, et, en particulier, durant la deuxième moitié du siècle, différentes méthodes se succèdent et se croisent, inspirées principalement des méthodes allemandes, celles de Meidinger, Ahn, Ollendorf (Lillo 2016 : 11), mais aussi françaises (cf. Theodore Robertson). Les appellatifs utilisés sont très variés : dans le groupe des méthodes théorico-pratiques, l’on retrouve les termes analytique, philologique, systématique et dans le groupe des méthodes pratico-théoriques, les termes utilisés sont plutôt synthétique, gradué, simplifié, etc. Nombreux sont donc les manuels publiés en Italie qui adaptent les méthodes de Ahn, d’Ollendorff ou de Roberston, et les titres reflètent cette évolution : Il nuovo Ollendorff per imparare la lingua francese de Genzardi, Grammatica della lingua francese scritta da Ollendorff a uso degli italiani de Giovanni Ruggio ou encore Il nuovo Ahn, metodo pratico per imparare la lingua francese de Pizzigoni, etc. La plus grande partie de ces manuels auront une diffusion modeste et limitée, comme cela a été très probablement le cas pour le Grammalessico de Wurmbrand, étant donné que ce sont les enseignants eux-mêmes qui « pour faciliter l’apprentissage des langues […] ont souvent proposé à leurs élèves des outils pédagogiques qu’ils avaient eux-mêmes préparés » (Lillo 2016 : 9).

40L’on a bien remarqué que « trop souvent, l’on a sacrifié le bon sens au nom de la gradualité en soumettant des phrases banales, plates, absurdes, et, ce qui est plus grave, sans aucun lien » (Pellandra 2004 : 85) les unes avec les autres, mais probablement l’avantage, par rapport aux autres méthodes utilisées en classe à la même époque, est que « ces méthodes ‘pratiques’ marquent manifestement un progrès par rapport à celles avec une longue série indigeste de définitions, de règles et d’exceptions. Elles offrent un enseignement progressif, gradué et, dès le début, utilisent des phrases en rapport avec la réalité concrète de tous les jours » (Pellandra 2004 : 85). Le choix d’utiliser cette langue considérée comme artificielle sera soumis à des critiques et au sarcasme des « adeptes de la méthode grammaire-traduction, mais aussi des novateurs de la fin du siècle qui stigmatiseront l’obscurité de ces phrases fabriquées dépourvues de tout leur contenu communicatif » (Minerva & Pellandra 2003 : 73). Le but est simplement de fournir à celui qui étudie jusqu’au bout et de façon assidue le manuel, la maîtrise lexicale de la langue française avec une attention toute particulière à la pratique de l’oral.

41Le Grammalessico de Wurmbrand représente non seulement une tentative d’innovation didactique, en s’ajoutant aux manuels qui élèvent l’exercice au fondement de l’enseignement de la langue étrangère, mais, il applique, aussi, une théorie personnelle sur l’acquisition du lexique. Les mots similaires à l’italien sont évités ou marginalisés dans les exercices proposés afin d’apprendre seulement ceux qui sont dissemblables. Bien que sa méthode soit soutenue par une base théorique originale, le Grammalessico n’a pas trouvé d’adeptes, et reste en marge de l’histoire de la didactique des langues ; cependant Wurmbrand est bien loin de pouvoir être considéré comme un simple fou littéraire.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Ministero di Agricoltura, Industria e Commercio, Direzione dell’Agricoltura (1880). Annali di Agricoltura, Ordinamento dell’Istituto Forestale di Vallombrosa ed indicazione del materiale scientifico. Rome: Tipografia Eredi Botta, n° 29.

Tommaseo, Niccolò (accenni di) (1873). Studi elementari e dei superiori delle Università e de’ collegi. Rome: Tipografia Collettiva.

Wurmbrand Bianchi, Arminio (1869). Del metodo sintetico in generale già applicato alle lingue forestiere e programma in particolare della nuovissima invenzione: Il Grammalexicon. Venise: Tip. Ripamonti-Ottolini. En ligne : [https://archive.org/details/bub_gb_ngBqv2uOxp0C].

Wurmbrand Bianchi, Arminio (1871). Del metodo sintetico in generale già applicato alle lingue forestiere e programma in particolare della nuovissima invenzione : Il Grammalessico (Dott. A. Wurmbrand). Trévise: tip. di Luigi Priuli.

Wurmbrand Bianchi, Arminio (1871). Il Grammalessico francese: ad uso degli italiani/compilato dal Dott. A. Wurmbrand. Trévise: tip. di Luigi Priuli.

Wurmbrand Bianchi, Arminio (1888). Grammalessico francese ad uso degli italiani : metodo il quale per una serie di graduati esercizi composti de’ soli vocaboli che non sono radicalmente gli stessi nelle due lingue, guidi all'esatta cognizione della grammatica e del dizionario prettamente francese: edizione modificata e accresciuta sulla prima, parte 1. Messine: Tip. Gaetano Capra e c. edit.

Sources secondaires

Christ, Herbert (1993). « De Meidinger à Ploetz, en passant par Seidenstücker, Ahn et Ollendorf, ou le cheminement de la méthodologie synthétique ». Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 12, 5-10.

Ladmiral, Jean-René (1972). « La traduction dans l’institution pédagogique ». Langages, 28, 8-39.

Lillo, Jacqueline (2016). « Maîtres et professeurs, manuels, dictionnaires (XIXᵉ siècle) ». Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 56, 5-26.

Merger, Marie-France (2005). « Candido Ghiotti : une figure emblématique du professeur de français (Italie, fin XIXᵉ siècle) ». Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 35, 75-90.

Minerva, Nadia (1996). Manuels, maîtres, méthodes. Repères pour l’histoire de l’enseignement du français en Italie. Bologne : CLUEB.

Minerva, Nadia & Pellandra, Carla (1997). Insegnare il francese in Italia, Repertorio analitico di manuali pubblicati dal 1625 al 1860. Bologne : CLUEB.

Minerva, Nadia & Pellandra, Carla (2003). « Le français en Italie : histoire d’un apprentissage ». La Revue des deux Rives, 3, 69-75.

Pellandra, Carla (1994). « La scolarisation d’un art d’agrément : l’enseignement du français en Italie au XIXᵉ siècle ». Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 14, 92-101.

Pellandra, Carla (2004). « Le radici del nostro mestiere. Storia e storie degli insegnamenti linguistici ». Quaderni del CIRSIL 3. Bologne : CLUEB.

Puren, Christian (1988). Histoire des méthodologies de l’enseignement des langues. Paris : Clé international.

Haut de page

Notes

1 « De la méthode synthétique en général déjà appliquée aux langues étrangères et programme en particulier de la nouvelle invention le Grammalexicon » (notre traduction).

2 « […] se avesse forma meno ellenica, mi piacerebbe di più » (Tommaseo 1873 :107).

3 Il publie en 1867 Una diva emozione, Nozze Martini-Zatti et en 1879 le Goscialino, poema in due canti.

4 « […] ottima e celeberrima innovazione linguistica ».

5 « […] semplificare lo studio e l’uso dei termini ».

6 « […] mangiare, bevere, dormire ».

7 « […] vocaboli esclusivamente eterogenei, utili e necessari ».

8 Termes qui diffèrent donc par la racine.

9 « Nei comparativi di eguaglianza, se la frase è negativa, invece di aussi ponesi talvolta si avanti all’aggettivo: invece di autant de ponesi tant de avanti al sostantivo ».

10 Auteurs de manuels scolaires pour l’apprentissage de la langue française à large diffusion dans les écoles italiennes. Quelques titres : Vincenzo Leitenitz, Cours théorique et pratique de langue française : à l'usage des italiens, Grammatica francese ; Giuseppe Moneta, Prima lettura in lingua francese ad uso degl'Italiani, Traduzione francese dei temi italiani della grammatica : coll'aggiunta di note e di un esercizio in italiano ed in francese ; Antoine Monastier, Nuova grammatica elementare-pratica della lingua francese, Simple méthode questionnaire pour apprendre le français ; Giuseppe Poerio, La France littéraire, Nuovo corso di lingua francese : ad uso delle scuole italiane.

11 Cf. Luciano Charel (1879). Letture francesi. Milano. L’ouvrage inclut : Letture graduate con indicazioni per la pronuncia e annotazioni per la traduzione precedute da un nuovo trattato di pronuncia et Letture graduate, con indicazioni per la pronuncia e annotazioni per la traduzione.

12 (1896). Nuova grammatica teorico-pratica della lingua francese: con numerosi esercizi di applicazione, di lettura e di traduzione ad uso delle scuole secondarie d’Italia. Trévise: Longo & Zoppelli; (réédition en 1899).

13 Pour les trois derniers exemples, l’usage actuel ne fait plus la liaison.

14 Voici la traduction des règles : « s, x, z – sont les consonnes les plus soumises à la liaison, et toutes sont prononcées avec un son doux comme le z français ; C, G – prennent, en se liant, le son accidentel K ; D – prend le son T ».

15 « etimologicamente consimili ai nostri ».

16 « Alle sillabe combinate = sione, = ssione, = corrispondono le generale egualmente in francese le sillabe = sion = ssion, - Es: division, permission, ecc. ».

17 Exercice n° 29, Grammalessico, 1871 : 37.

18 Exercice n° 36, Ibidem, 1871 : 46.

19 Exercice n° 61, Ibidem, 1871 : 88.

20 Exercice n° 87, Ibidem, 1871 : 139.

21 Notons que cet énoncé pour être correct doit comprendre une détermination devant le pronom « autres » (et D’autres encore).

22 « Conjuguez (au choix) quelques-uns des verbes irréguliers. Connaissant déjà les règles de prononciation française, indiquez aussi les règles particulières ou les exceptions. Parlez-moi de l’accentuation et de la ponctuation françaises. Quelle est la règle générale à observer pour les adverbes ? Quels adverbes particuliers peuvent avoir aussi un régime exception ? Citez-moi les principaux adverbes de la langue française. Que doit-on considérer par rapport aux prépositions près, avant, vers ? ». Notre traduction].

Haut de page

Table des illustrations

Légende Exercice n° XXV (Grammalessico, 1888 : 19)14
URL http://journals.openedition.org/dhfles/docannexe/image/7202/img-1.png
Fichier image/png, 445k
URL http://journals.openedition.org/dhfles/docannexe/image/7202/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Exercice n° 1 (Grammalessico 1871 : 5)
URL http://journals.openedition.org/dhfles/docannexe/image/7202/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Légende Grammalessico 1888 : 39
URL http://journals.openedition.org/dhfles/docannexe/image/7202/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Légende Questionnaire n° 4 (Grammalessico 1871 : 523)
URL http://journals.openedition.org/dhfles/docannexe/image/7202/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Denise Sclafani, « Les exercices gradués dans la méthode du Grammalessico francese a uso degl’italiani d’Arminio Wurmbrand Bianchi », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 62-63 | 2019, 261-280.

Référence électronique

Marie-Denise Sclafani, « Les exercices gradués dans la méthode du Grammalessico francese a uso degl’italiani d’Arminio Wurmbrand Bianchi », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 62-63 | 2019, mis en ligne le 12 avril 2020, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/dhfles/7202

Haut de page

Droits d’auteur

© SIHFLES

Haut de page
  • Logo SIHFLES
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals