Navigation – Plan du site

AccueilNuméros68Contre l’applicationnisme linguis...

Contre l’applicationnisme linguistique, la didactologie des langues-cultures

Against linguistic applicationism, the didactology of culture languages
Georges Daniel Véronique

Résumés

Dans la France de l’après-guerre, la linguistique universitaire est graduellement associée à l’entreprise de rénovation de la diffusion du français à l’étranger, notamment lors de l’élaboration du Français fondamental (1951-58). Une décennie de travaux en linguistique appliquée s’ouvre dans le domaine de l’enseignement-apprentissage des langues vivantes (LV) et du français langue étrangère (FLE). Dans les années 1970, en France, la didactique des langues étrangères (DDL) et du français langue étrangère (FLE) se substitue à la linguistique appliquée pour mettre fin à l’hégémonie de la linguistique structurale dans l’enseignement des langues. Parmi les orientations qui se développent en DDL, apparaît dans les années 1980 la didactologie/didactique des langues-cultures (D/DLC) défendue par Robert Galisson. Sa démarche se fonde sur une critique de l’applicationnisme linguistique dans l’enseignement-apprentissage des langues, et sur la notion de langue-culture contre la notion de langue telle qu’elle est mise en œuvre par les linguistes et certains didacticiens. En une trentaine d’années, les différents courants de la DDL, dont la D/DLC, issus du mouvement de rejet de la linguistique appliquée à l’enseignement des langues, se sont affirmés sur le terrain de l’enseignement du FLE et des LV, et dans le domaine de la théorisation en didactologie des langues, consacrant ainsi l’effacement de la linguistique appliquée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Comme le rappelle Sylvain Auroux (1990 :136), « [...] le concept traditionnel d’application nie qu’ (...)

1Cette contribution aborde une période particulière de l’histoire récente de l’enseignement du français langue étrangère (FLE) et des langues étrangères en France, celle qui s’étend de l’émergence puis du rejet de la linguistique appliquée dans les années 1960-1970 au développement d’une construction disciplinaire originale dans les années 1980, celle de la didactologie des langues et des cultures que l’on doit principalement à l’industrie de Robert Galisson (1932-2020). Je voudrais interroger cette histoire immédiate à travers deux questions : pourquoi le recours à la linguistique appliquée a-t-il été remis en cause dans les années 1970 en France ? L’emploi péjoratif du terme « applicationnisme »1 porte témoignage de ce rejet. À quels enjeux répond la promotion de la didactologie/didactique des langues et des cultures (D/DLC), de 1977 à 2002, dans le champ de l’enseignement-apprentissage des LV et du FLE ?

2Le régime d’historicité (Hartog 2012) qui préside à ce bouleversement se lit dans les textes performatifs de Michel Dabène (1972), de Denis Girard (1972) et de Galisson (1986), tout autant que dans les tentatives d’explication des acteurs de ce présent en train de s’écrire. L’un d’entre eux, Daniel Coste, s’est penché à de nombreuses reprises (1987, 1989, 1992 et 1996 entre autres) sur le reflux de la linguistique appliquée en France et sur « la résistible ascension de la didactique des langues ». Les textes qui font advenir le changement comme ceux qui en proposent une explication dans le temps même du changement constituent le corpus de ma démarche. Évoquer le rejet de l’applicationnisme linguistique en didactique des langues tout en observant l’élaboration de la didactologie/didactique des langues est une façon de naviguer en pleine conscience entre « champ d’expérience » et « horizon d’attente » en contemporain de ce moment d’histoire dont il s’agit de comprendre la logique singulière (Hartog 2012 : 89).

3La première partie de cette contribution est consacrée au recours à la linguistique en matière d’enseignement-apprentissage des LV, y compris du FLE, en France, à partir des années 1950. Dans une deuxième partie, je m’attarderai sur le flux et le reflux de la linguistique appliquée en France entre 1958 et les années 1970 et sur le développement de la didactique des langues comme discipline alternative. Ces deux premières parties devraient permettre de répondre à la première des deux questions qu’aborde ce texte, celle du rejet de la linguistique appliquée en France. Dans une troisième partie, je tenterai de démêler les fils du cheminement de Galisson en didactique des langues et de la « dramaturgie épistémologique » (Chevalier & Encrevé 2006) qui l’accompagne, à une époque où le structuralisme linguistique triomphe à l’Université. Cette partie finale devrait éclairer l’émergence de le didactologie/didactique des langues-cultures et sa réception, et répondre ainsi à la seconde question que ce texte tente d’explorer.

La diffusion du français dans l’après-guerre : un recours grandissant à la linguistique

4Dans la phase politique et sociale qui s’ouvre dans l’immédiat après-guerre, il s’agit pour la Quatrième République française (1946-1958) de reconstruire le pays, de gérer son empire colonial dorénavant Union française, et de rétablir, entre autres, le rayonnement de la langue française. En matière éducative, cette période voit la rénovation du système d’enseignement en France. Selon André Chervel (1993 : 239-240),

l’augmentation des effectifs dans les collèges, la refonte des systèmes de carrière et l’ouverture des lycées, collèges et écoles normales à tous les titulaires de l’enseignement secondaire, qu’ils soient agrégés ou certifiés, amène le ministère à franchir le pas décisif, et à transformer les CAEC (certificats d’aptitude à l’enseignement dans les collèges) en certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement secondaire (CAPES) dont la première session a lieu en 1952.

5C’est à l’occasion de la modification du CAPES (décret du 17 janvier 1952) que l’École supérieure de préparation et de perfectionnement des professeurs de français à l’étranger de la Sorbonne (ESPPPFE) se voit confier la préparation de la mention « étranger » du CAPES section lettres modernes (Véronique 2010). C’est dans ce contexte social et éducatif qu’advient un événement majeur, la mise en chantier du Français fondamental (1951-1958). Pour le détail de la mise en place du Français fondamental, on se reportera utilement à Cortier & Parpette (2006) et à Cros (2016 : 142 et suiv.).

6Pendant que la linguistique croît lentement au sein de l’Université, les grammairiens et linguistes français de l’époque sont conviés à participer à l’élaboration du Français fondamental, confiée au Centre d’étude du français élémentaire (CEFE) que dirige Georges Gougenheim (1900-1972) à l’École normale supérieure de Saint-Cloud. Innovante par ses enquêtes sur le français parlé et sur la disponibilité lexicale, le Français fondamental en ses deux degrés constituera un instrument déterminant de l’organisation moderne de l’enseignement du français langue étrangère et un facteur de la dynamisation de sa diffusion dans les ex-colonies françaises après les indépendances des années 1960, et à l’étranger. Cette réalisation majeure est un premier exemple de lexicologie appliquée que Galisson (1970 et 1971) tentera d’améliorer et d’exploiter dans ses travaux au BELC et à Paris III, tout comme Pierre Le Goffic & Nicole Combe McBride (1975).

7Plusieurs raisons expliquent l’importance du Français fondamental dans le développement de l’enseignement du français, langue étrangère. En premier lieu, la sélection lexicale et grammaticale du Français fondamental (premier et second degré) définit de fait un curriculum pour l’enseignement du FLE. Ces inventaires lexicaux et grammaticaux structurent durablement cet enseignement en niveaux entre 1958 et 1976 (année de parution de Un niveau-seuil). Parallèlement à cette réalisation linguistique, une nouvelle méthodologie qui puise sans le dire dans la méthode orale britannique de Harold E. Palmer (1877-1949) et la méthodologie audio-orale américaine (Véronique 2019) voit le jour : c’est la méthodologie structuro-globale audio-visuelle (SGAV). La mise en manuel de cette méthodologie à travers Voix et images de France (1962) constitue d’ailleurs un bel exemple de collaboration entre linguistes et pédagogues.

8L’élaboration du Français fondamental ouvre la voie à la création de deux structures para-universitaires, le Centre de recherche et d’étude pour la diffusion du français (CREDIF), organisme qui succède au CEFE et le Bureau d’étude et de liaison pour l’enseignement du français dans le monde (BEL), fondé en 1959, qui se transforma ensuite en Bureau pour l’enseignement de la langue et de la civilisation françaises (BELC) en 1966. L’Université, et ses structures dédiées comme l’École de préparation des professeurs de français à l’étranger (EPPFE) de la Sorbonne, sont ainsi reléguées à la périphérie de l’appareil de diffusion du FLE, suivant une tradition qui confie cette activité depuis le XIXe siècle à des organismes extra-universitaires, privés principalement (Alliance israélite universelle, Alliance française, Mission laïque) (voir Spaëth 1999 et 2010 ; Cros 2016).

9L’élaboration du Français fondamental et la création de la méthodologie d’enseignement SGAV sollicitent la production de matériaux d’enseignement en FLE. Cette situation nouvelle ouvre la voie à la collaboration avec des linguistes d’Amérique du Nord qui s’inscrivent dans la tradition de l’applied linguistics. Sans viser à l’exhaustivité, il convient de rappeler les rôles de Pierre Delattre (1903-1969), de Pierre Léon (1916-2010), d’André Rigault (1922-1996) et d’Albert Valdman (1931- .) en matière de grammaire du français parlé, d’emploi de laboratoires de langues et d’exercices structuraux, et d’élaboration des progressions d’enseignement. Ainsi, la réalisation du Français fondamental et de ses développements linguistiques et méthodologiques ultérieurs, favorisent la collaboration de spécialistes du français langue étrangère et de linguistes universitaires ; leur espace de contact est la « linguistique appliquée » (Coste 1987).

La linguistique appliquée en France (1958-1976)2 : émergence et rejet

  • 2 1958 marque traditionnellement le début de la linguistique appliquée en France et 1976 correspond à (...)
  • 3 La pensée de Culioli influencera ultérieurement le travail de Charlirelle, groupe d’enseignantes d’ (...)

10Le terme et la notion de linguistique appliquée apparaissent à la même période dans la plupart des pays européens, c’est-à-dire dans les années 1950, bien après l’applied linguistics aux États-Unis (Véronique 2009 ; Berthet 2011 ; Candel 2011). En 1958, Bernard Quemada crée le Centre de linguistique appliquée de Besançon (CLAB). En 1964, l’Association internationale de linguistique appliquée (AILA) tient son premier congrès à Nancy et l’Association française de linguistique appliquée (AFLA) est fondée en 1965. Dans le sillage de l’émergence de la méthodologie verbo-tonale, la Revue de phonétique appliquée sera lancée à partir de 1965, à l’université de Mons (Belgique) autour de Raymond Renard (Berré 2010 ; Galazzi 2012). Dans de nombreuses publications, Coste met en avant, à la suite de Jean-Claude Chevalier (1984), quatre aspects déterminants de l’apparition de la linguistique appliquée à l’Université dans les années 1960 : i) le rôle décisif de figures universitaires quelque peu marginales dans l’Université d’alors comme Quemada (1928-2018) ; ii) la croissance de la linguistique au sein de l’Université ; iii) l’implication croissante des universitaires dans l’enseignement des langues ; et iv) la relative indétermination de la linguistique appliquée à cette période en France. Dans l’article qu’il consacre à Quemada en 1992, Coste note que « en France, la linguistique appliquée voit officiellement le jour sans qu’on sache, mis à part quelques initiés, à quelle linguistique elle se réfère et de quelles applications effectives elle peut se prévaloir » (Coste 1992 : 21). En effet, les figures dominantes en linguistique à l’époque, André Martinet (1908-1999), puis Antoine Culioli (1924-2018), ne tentent pas d’imposer leur théorie en linguistique appliquée3.

11Coste (1998) a su saisir la dynamique de l’implication grandissante des linguistes universitaires dans l’enseignement du FLE à travers l’analyse fine de la rencontre de Sèvres de 1961 entre des linguistes de l’Université et le BEL et le CREDIF. En effet, ces deux organismes déjà chargés de la diffusion du FLE accueillent en décembre 1961 des linguistes et des phonéticiens issus des principales universités françaises, pour définir des lignes d’action et de coopération communes. Coste souligne les convergences entre des linguistes soucieux d’affirmer l’existence de leur discipline au sein de l’Université et les structures chargées de la diffusion du FLE. Il insiste particulièrement sur le rôle du BEL comme passeur de la linguistique appliquée (Coste 1998 : 94). En provenance du BELC, qui prend la suite du BEL, Galisson confirmera dans un premier temps cette orientation, lors de son arrivée à l’Institut des professeurs de français à l’étranger (IPFE), à la Sorbonne, en 1969.

  • 4 Les termes entre guillemets de ce paragraphe sont empruntés à Moirand (1988 : 34-62) qui décrit à l (...)

12Dans son analyse des articles publiés par Le français dans le monde entre 1961 et 1981, Sophie Moirand (1988) distingue quatre phases dans la présence des références à la linguistique dans cette revue. Selon cette auteure, qui rejoint en cela les conclusions de Chevalier (1984), de 1961 à 1966, on assiste à « la lente montée du structuralisme » linguistique dans les travaux de la revue. De 1966 à 1970, ce sont « les beaux jours du structuralisme », la linguistique appliquée triomphe. À partir de 1970-76, « lorsque l’authentique arrive », de nouveaux besoins en formation déclenchent le recours à de nouvelles disciplines de référence, au-delà de la linguistique, telles les sciences de l’éducation et la sociologie. À cette occasion, les critiques formulées à l’endroit de la linguistique appliquée imposent graduellement la didactique des langues étrangères. De 1976-1981, les discours didactiques s’orientent « vers l’approche communicative »4, nourrie par des références à l’ethnographie de la communication de Dell Hymes et John J. Gumperz et au fonctionnalisme de Michael A.K. Halliday.

Le mouvement de rejet de la linguistique appliquée

13Dès 1972, Dabène (1972) et Girard (1972) amorcent la contestation de la linguistique appliquée et promeuvent la « didactique des langues » (Besse 1998).

Il faut cesser de considérer l’enseignement des langues comme l’application de quoi que ce soit. […] C’est dans cette perspective que l’on pourrait parler de didactique des langues, en tant que discipline spécifique [...],

14écrit Dabène (1972 : 14-15). Dans les années 1970, au milieu des critiques qui s’élèvent à l’endroit de la linguistique appliquée à l’enseignement des langues, Louise Dabène et Emmanuel Companys créent à Vincennes un Institut de linguistique appliquée et de didactique des langues (ILADL) (Besse 1998). Comme l’a souvent rappelé Coste (1987 et 1997), la période est pourtant encore indécise. En 1975, Coste imagine encore un avenir pour la linguistique appliquée si « elle s’arrache aux influences des théories strictement linguistiques » (1975 : 11). À la même période, Galisson (1977) fait de la linguistique appliquée l’une des branches de la didactique des langues étrangères à côté de la méthodologie. Ce sont les acteurs du BELC et du CREDIF essentiellement qui, après avoir porté la linguistique appliquée, organisent la transition vers la didactique des langues et des cultures.

Les raisons du rejet de la linguistique appliquée

15Le mouvement de rejet de la linguistique appliquée dans le domaine de l’enseignement des LV et du FLE en France semble être dû à plusieurs causes. Dans les années 1970, de nouveaux besoins et de nouveaux publics dans l’enseignement-apprentissage des langues sollicitent des réponses que la linguistique structurale dominante n’est pas en mesure de fournir. Cela d’autant plus qu’une crise s’amorce au sein de la linguistique, tiraillée entre la formalisation de la linguistique générative et l’éclosion de travaux en ethnographie de la communication et en analyse des interactions verbales en sociolinguistique. Dans cette conjoncture sociale et intellectuelle, les didacticiens qui accèdent à l’Université aspirent à une didactique des langues distincte de la linguistique et des autres disciplines savantes. Ces critiques sont rappelées dans cette longue citation de Galisson (1994 : 28) où l’auteur stigmatise les applicationnistes (les termes clés de la citation sont en gras dans le texte original) :

Les dépendantistes, ou applicationnistes inféodent l’enseignement/apprentissage des langues à des disciplines de référence prestigieuses (comme la linguistique, la psychologie ...), auxquelles ils empruntent les théories qu’ils préconisent pour la classe. [...]

Les applicationnistes pratiquent donc la théorisation externe (les théories qu'ils recommandent sont des produits d’importation), en adoptant une attitude heuristique d’origine extra-domaniale (ils partent d’une théorie « étrangère », qu’ils cherchent, à implanter sur le terrain de l’enseignement/apprentissage des langues ; leurs interventions ne sont pas déterminées par l’attente des praticiens).

De la didactique des langues à la didactologie des langues-cultures

  • 5 Pour certains didacticiens tel Maurice Sachot (1997 : 65), le lien d’implication est nécessaire : « (...)

16On peut observer deux moments dans l’évolution de la didactique des langues après les années 1970. Dans un premier temps, la DDL se substitue à la « linguistique appliquée ». À la figure ambiguë de l’application succède celle non moins ambiguë de l’implication, objet de débats contradictoires5. Dans un second temps, plusieurs orientations s’épanouissent en DDL, dont la didactologie des langues-cultures. Certains des courants de la DDL ne constituent d’ailleurs qu’une mutation par substitution de la linguistique appliquée, non un rejet radical.

La diversité des inscriptions en DDL

17Diverses acceptions de la DDL sont proposées. Coste (1986) définit la didactique des langues comme un ensemble de discours adressés à différents publics et obéissant à des objectifs variés. Il identifie six pôles dont le « comment faire en classe », les questions de méthodologie, et celle des politiques linguistiques. Louis Porcher et ses disciples se tournent résolument vers des disciplines contributoires comme l’interactionnisme symbolique de Erving Goffman et la sociologie critique de Pierre Bourdieu, et s’engagent dans des thématiques nouvelles, comme celles de l’interculturalité et de l’enseignement fonctionnel. Le courant animé par Galisson, rejoint par Christian Puren, prône l’émergence d’une discipline nouvelle, la didactologie des langues-cultures (voir Véronique 2009). À ces courants de la DDL, il convient d’ajouter l’ensemble des travaux qui s’interrogent sur les situations d’écrit, sur la grammaire textuelle et le discours (voir par exemple Moirand 1979).

  • 6 Commission présidée par Jean Auba (1917-1986), inspecteur général de l’Instruction publique, direct (...)

18C’est dans ce contexte que, sous l’impulsion de Porcher (1940-2014), le Rapport de la commission Auba6 en 1982 encourage l’entrée du français langue étrangère à l’Université et la création des diplômes de langue française (Porcher 1986). La création de diplômes et de filières universitaires exacerbe les débats en DDL et le rejet de la linguistique appliquée.

Robert Galisson et la didactologie/didactique des langues-cultures

  • 7 Les ELA n° 123-124 : 501-512 fournissent une liste des publications de Galisson entre 1965 et 2001.

19Galisson (1932-2020) est un acteur majeur de la période étudiée dans cette contribution. Détaché au BELC de 1964 à 1968, il est recruté à l’UER IFPE/DiFLE de Paris III en 1969. Lors de son passage par le BELC, il travaille sans relâche sur le vocabulaire et son enseignement. Après avoir soutenu l’une des premières thèses en linguistique appliquée consacrée à l’enseignement du vocabulaire en français langue étrangère en 1966, il construira en deux grandes étapes la didactologie/didactique des langues-cultures (Galisson 1977 ; 1986). Jacques Cortès (2016) dresse une biographie intellectuelle riche de Galisson à laquelle je renvoie volontiers7.

  • 8 Ces trois secteurs peuvent être sommairement définis ainsi : la déontologie se préoccupe des devoir (...)

20Au début de sa carrière au BELC, Galisson inscrit ses réflexions et ses premières publications dans le sillage de la linguistique appliquée (Galisson 1965). Dans les années qui suivent, il défend l’idée que la didactique des langues est une discipline couvrante qui réunit deux composantes, la méthodologie et la linguistique appliquée (Galisson 1972). Ensuite, il milite pour que la didactique des langues se déclare indépendante des sciences du langage. En 1986, Galisson fonde la didactologie des langues-cultures ; il appelle alors de ses vœux une nouvelle discipline à trois composantes majeures : la déontologie, la programmatologie et la méthodologie8. Galisson (1999) reproche à la linguistique appliquée comme à la didactique des langues qui lui succède d’avoir consacré l’essentiel de leurs travaux aux méthodes et aux méthodologies.

Pourquoi la didactologie/didactique des langues-cultures ?

21À partir des années 1980, au moment où la formation en FLE devient une matière universitaire grâce aux préconisations du Rapport Auba, Galisson engage une analyse historique de l’évolution des rapports entre linguistique appliquée et DDL, où il isole plusieurs états de développement qui se caractérisent par une dépendance à l’égard des disciplines de référence, principalement de la linguistique. Il prône une discipline autonome de la linguistique, la didactologie/didactique des langues-cultures (D/DLC, Galisson, 1986) et explique la différence entre la « didactologie » et la « didactique » par le fait que la première a vocation à penser les modèles et l’appareil théorique de la seconde. Galisson justifie son projet d’élaboration théorique par le vœu de répondre « [...] (aux) attentes et besoins des sujets particuliers qu’elle a vocation de servir (les apprenants et leurs enseignants), ainsi que de la société où ils évoluent » et par le désir « [...] [d’]ouvrir l’accès aux langues-cultures pour en faire un lieu d’émancipation du natif, et de connaissance-reconnaissance de l’étranger » (Galisson 2002 : 497-498).

22La D/DLC présente plusieurs traits distinctifs que Galisson (1986 ; 1990 ; 1998 ; 2002) résume fort bien. Cette nouvelle discipline prône une démarche « particulariste » et une épistémologie pragmatiste, rejetant tout applicationnisme (Galisson 1998 : 101). Galisson appelle à une démarche contextualisée en matière d’enseignement-apprentissage des langues. Marquant une réserve à l’égard de la méthodologie, la D/DLC se pense comme une discipline d’observation et d’intervention centrée sur le sujet et l’objet de l’enseignement-apprentissage de la langue-culture.

23Des propositions constitutives de la D/DLC, il convient de retenir deux notions remarquables mobilisées par Galisson : celles de conceptualisation / conceptualisme et de langue-culture. Pour faire pièce à l’applicationnisme, la D/DLC prône la conceptualisation, c’est-à-dire la mise au point d’une réponse conceptuelle éclectique adaptée au contexte où elle est mise en œuvre. Démarche pragmatique, la conceptualisation favorise l’appropriation de notions et pratiques innovantes par les acteurs du terrain et aide au « passage du gué » (Galisson 1997). La notion de langue-culture, qui s’oppose radicalement à la « langue » des linguistes, permet à la D/DLC de penser les langues vivantes comme des objets sensibles où la signification, la vision du monde et les dimensions artistiques sont intimement liées. Les travaux de lexiculture réalisés par Galisson illustrent parfaitement la notion de langue-culture (voir par exemple Galisson 1995).

24Au milieu des nombreuses propositions en didactique des langues qui émergent à la suite du rejet de la linguistique appliquée à l’enseignement des langues, la didactologie/didactique des langues se distingue de ses rivaux par sa radicalité dans le rejet des sciences du langage et par sa volonté de construire une véritable démarche d’autonomie dans l’intervention didactique.

Conclusion

25Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, la linguistique structurale se développe lentement dans l’Université française. Comme l’ont fort bien montré Chevalier & Encrevé (2006), cela tient pour partie à la balkanisation des études de linguistique où les francisants et les linguistes d’autres langues ne communiquent guère entre eux. Dans la situation de renouveau général de l’après-guerre, suite aux préconisations de l’Unesco, l’État français engage la réalisation du Français fondamental et confie cette tâche à des linguistes et à des pédagogues du français langue étrangère. Cette volonté institutionnelle de rénovation de l’enseignement du français dans le monde resserre les rapports entre spécialistes du FLE et linguistes universitaires (Coste 1987). Les conditions d’émergence de la linguistique appliquée en France sont réunies.

26L’universitarisation de la recherche sur l’enseignement-apprentissage du FLE et des LV fonde la présence disciplinaire de la linguistique appliquée dans les années 1960 ; elle constituera également la cause de son rejet hors de ce domaine. En effet, dès la décennie suivante, des chercheurs appellent à l’exclusion de la linguistique appliquée au bénéfice de la didactique des langues. De nouveaux besoins de formation dans des situations socio-économiques en évolution créent les conditions pour qu’en France, une mutation s’opère entre linguistique appliquée et didactique des langues. Cette évolution est soutenue par l’émergence de nouvelles orientations en sciences du langage autour de l’étude des interactions verbales et de l’ethnographie de la communication. Le rejet de la linguistique appliquée au bénéfice de la DDL tient à une aspiration à l’autonomie par rapport à la tutelle des linguistes. Ce mouvement accompagne la création de nouveaux diplômes et filières universitaires en didactique du FLE à partir des années 1980.

27Dans la diversité des positionnements en DDL à partir des années 1970, la didactologie/didactique des langues et des cultures de Galisson et de ses disciples représente une proposition originale par l’appareil conceptuel et méthodologique qu’elle mobilise. La D/DLC s’oppose à l’applicationnisme de la linguistique appliquée et de divers courants de la DDL, dont celui de la grammaire textuelle et de l’analyse du discours ; elle prône une démarche éclectique et pragmatique, contextualisée autour de la langue-culture à transmettre. La promotion de la D/DLC répond non seulement à une volonté d’autonomie par rapport à la linguistique, y compris à l’Université, mais également à un vœu de prise en compte des acteurs de terrain, enseignants et apprenants, et au désir de mettre en avant un objet d’enseignement distinct de la langue des linguistes, la langue-culture.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Dabène Michel (1972). « Didactique des langues et disciplines fondamentales ». Voix et Images du Crédif 15, 14-15.

Galisson Robert (1965). Inventaire thématique et syntagmatique du français fondamental. Paris : Hachette et Larousse.

Galisson Robert (1970). L’apprentissage systématique du vocabulaire. Tomes 1 et 2. Paris : Hachette et Larousse.

Galisson Robert (1972). « Que devient la linguistique appliquée ? Qu'est-ce que la méthodologie de l'enseignement des langues ? ». Études de linguistique appliquée 7, repris dans Études de linguistique appliquée 79, 141-153.

Galisson Robert (1977). « ...SOS... Didactique des langues en danger... intendance ne suit plus... ». Études de linguistique appliquée 27, 78-98.

Galisson Robert (1986). « Éloge de la “didactologie/didactique des langues et des cultures (maternelles et étrangère) – D/DLC” ». Études de linguistique appliquée 64, 39-54.

Galisson Robert (1990). « Où va la didactique du français langue étrangère ? ». Études de linguistique appliquée 79, 9-34.

Galisson Robert (1994). « Un espace disciplinaire pour l’enseignement/apprentissage des langues-cultures en France : État des lieux et perspective. » Revue française de pédagogie, 25-37.

Galisson Robert. (1995), « Où il est question de lexiculture, de Cheval de Troie et d’Impressionnisme ». Études de Linguistique Appliquée 97, 5-14.

Galisson Robert (1997). « Les concepts fondateurs de la didactologie sont-ils des passeurs de gué légitimes ? » Études de linguistique appliquée 105, 71-92.

Galisson Robert (1999). « Quelle(s) discipline(s) choisir pour l’éducation aux langues-cultures ? (la formation par l’inscription disciplinaire) ». In Robert Galisson & Christian Puren. La formation en questions. Paris : CLÉ International.

Galisson Robert (2002). « Didactologie : de l’éducation aux langues-cultures à l'éducation par les langues-cultures ». Études de linguistique appliquée 128, 497-510.

Galisson Robert & Coste Daniel (dir.) (1976). Dictionnaire de didactique des langues. Paris : Hachette.

Girard Denis (1972). Linguistique appliquée et didactique des langues. Paris : Armand Colin.

Sources secondaires

Auroux Sylvain (1990). « Application ». In Sylvain Auroux (dir.). Les notions philosophiques. Dictionnaire. Paris : PUF, 136.

Berré Michel (2010). « Raymond Renard. Structuro-global et verbo-tonal. Variations 1962-2010. Essais de didactique des langues ». Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde 45, 254-260.

Berthet Michel (2011). « La linguistique appliquée à l’enseignement des langues secondes aux États-Unis, en France et en Grande-Bretagne ». Histoire, Épistémologie, Langage (Vol. 33) 1, 87-93.

Besse Henri (1998). « Contribution à l’histoire du mot didactique ». In Jacqueline Billiez (éd.). De la didactique des langues à la didactique du plurilinguisme. Grenoble : CDL-LIDILEM, 17-30.

Candel Danielle (2011). « ‘Linguistique appliquée’ : parcours définitoires et lexicographiques ». Histoire, Épistémologie, Langage (Vol. 33) 1, 99-93.

Chervel André (1993). Histoire de l’agrégation. Contribution à l’histoire de la culture scolaire. Paris : INRP / Éd. Kimé.

Chevalier Jean-Claude (1984). « Linguistique appliquée et linguistique tout court ». In Daniel Coste (dir.). Aspects d’une politique de diffusion du français langue étrangère depuis 1945. Matériaux pour une histoire. Paris : Hatier, 119-126.

Chevalier Jean-Claude & Encrevé Pierre (2006). Combats pour la linguistique, de Martinet à Kristeva. Essai de dramaturgie épistémologique. Lyon : ENS Éditions.

Chini Danielle & Goutéraux Pascale. (dir.) (2008). « Psycholinguistique et didactique des langues. Travaux du GEPED en hommage à Danielle Bailly ». Cahiers de recherche n° spécial. Paris : Ophrys.

Cortes Jacques (2016). « Avec Robert Galisson, remonter le cours du temps ». Synergies Portugal 4, 157-184.

Cortier Claude & Parpette Chantal (dir.) (2006). « De quelques enjeux et usages historiques du Français fondamental ». Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde 36.

Coste Daniel (1975). « La méthodologie de l’enseignement des langues maternelle et seconde : état de la question ». Études de linguistique appliquée 18, 5-21.

Coste Daniel (1986). « Constitution et évolution des discours de la didactique du français langue étrangère ». Études de linguistique appliquée 61, 52-66.

Coste Daniel (1987). Institution du français langue étrangère et implications de la linguistique appliquée : contributions à l’étude des relations entre linguistique et didactique des langues de 1945 à 1975. Doctorat d’État, Université Paris VIII.

Coste Daniel (1989). « Élans et aléas de la linguistique appliquée. ». Bulletin CILA 50, 116-128.

Coste Daniel (1992). « Bernard Quemada et la linguistique appliquée. Quelques moments d’un parcours (entre 1957 et 1967) ». Études de linguistique appliquée 85, 17-31.

Coste Daniel (1996). « La linguistique appliquée : en revenir ou y revenir ? ». In La linguistique appliquée en 1996. Points de vue et perspectives. COFDELA, Université Stendhal - Grenoble III. Grenoble : LIDILEM, 17-40.

Coste Daniel (1998). « Recherche universitaire et enseignement du français langue étrangère. À propos d’une rencontre de 1961 ». Langue Française 117, 82-98.

Coste, Daniel (éd.) (1984). Aspects d’une politique de diffusion du français langue étrangère depuis 1945. Matériaux pour une histoire. Paris : Hatier.

Cros Isabelle (2016). Contribution à l’histoire du français langue étrangère au prisme des idéologies linguistiques (1945-1962). Paris : Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3.

Galazzi Enrica (2012). « Les sciences phonétiques et la prononciation du français. Quelques moments-phares ». In Bernard Colombat, Jean-Marie Fournier & Valérie Raby (dir.). Vers une histoire générale de la grammaire française. Matériaux et perspectives. Actes du colloque international de Paris (HTL/SHESL, 27-29 Janvier 2011), Paris : Honoré Champion, 553-569.

Hartog François (2012 [2003]). Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps. Paris : Éditions du Seuil.

Le Goffic Pierre & Combe McBride Nicole (1975). Les constructions fondamentales du français. Paris : Hachette et Larousse.

Moirand Sophie (1979). Situations d’écrit. Compréhension / production en français langue étrangère. Paris : CLÉ International.

Moirand Sophie (1988). Une histoire de discours…Une analyse des discours de la revue ‘Le français dans le monde’, 1961-1981. Paris : Hachette.

Porcher Louis (1986). « Priorités institutionnelles ». Études de linguistique appliquée 64, 75-92.

Sachot Maurice (1997). « La didactique des disciplines au milieu du gué ». Études de linguistique appliquée 105, 55-72.

Spaeth Valérie (1999). « Enseignement du français, linguistique et politique ». Mots 61, 67-84.

Spaeth Valérie (2010). « Les institutions de diffusion du français et l’EPPFE en 1920 : l’universalité du français en question ? ». Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde 44, 41-53.

Véronique Daniel (2009). « La linguistique appliquée et la didactique des langues et des cultures : une polémique française au cœur d’un débat international ». Le français dans le monde. Recherches et applications 46, 42-52.

Véronique Daniel (2010). « DE l’ESPPFE à l’UER EFPE : l’émergence d’un acteur universitaire de la didactique du FLE (1945-1980) ». Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde 44, 89-102.

Véronique Daniel (2019). « La rigueur et l’innovation d’Harold E. Palmer (1877-1949) : le cas des exercices dans ses propositions didactiques ». Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde 62-63, 429-448.

Haut de page

Notes

1 Comme le rappelle Sylvain Auroux (1990 :136), « [...] le concept traditionnel d’application nie qu’il y ait une réalité propre à l’innovation technique et que le rapport que celle-ci entretient avec le développement scientifique soit essentiellement un processus sociologique complexe ». Le terme d’applicationnisme employé, entre autres par Galisson (1994), sanctionne cette signification.

2 1958 marque traditionnellement le début de la linguistique appliquée en France et 1976 correspond à la parution du Dictionnaire de didactique des langues de Galisson & Coste, qui a bien failli s’appeler « de linguistique appliquée et de méthodologie des langues ».

3 La pensée de Culioli influencera ultérieurement le travail de Charlirelle, groupe d’enseignantes d’anglais (cf. Chini & Goutéraux (2008).

4 Les termes entre guillemets de ce paragraphe sont empruntés à Moirand (1988 : 34-62) qui décrit à l’aide de ces étiquettes vingt ans de travaux (1961-1981) de la revue Le français dans le monde.

5 Pour certains didacticiens tel Maurice Sachot (1997 : 65), le lien d’implication est nécessaire : « [...] chaque discipline d’enseignement implique comme référence interne une ou plusieurs disciplines scientifiques. La linguistique [...] est impliquée comme référence interne dans la didactique des langues. » Ce point de vue est réfuté par Galisson (1997).

6 Commission présidée par Jean Auba (1917-1986), inspecteur général de l’Instruction publique, directeur du Centre international d’études pédagogiques (CIEP) de Sèvres, dont les travaux ont abouti à la mise en place du module de licence de FLE et de la Maîtrise FLE dans les universités françaises.

7 Les ELA n° 123-124 : 501-512 fournissent une liste des publications de Galisson entre 1965 et 2001.

8 Ces trois secteurs peuvent être sommairement définis ainsi : la déontologie se préoccupe des devoirs de la didactologie des langues et des cultures et des raisons d’enseigner / apprendre les langues et les cultures étrangères ; la programmatologie s’intéresse au contenu linguistique et culturel à enseigner / apprendre ; et enfin, la méthodologie étudie la mise en œuvre pédagogique des contenus à enseigner et à apprendre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Daniel Véronique, « Contre l’applicationnisme linguistique, la didactologie des langues-cultures »Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 68 | 2022, mis en ligne le 17 décembre 2022, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/dhfles/9056 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dhfles.9056

Haut de page

Auteur

Georges Daniel Véronique

UMR 7309, LPL, Aix-Marseille Université & CNRSgeorges.veronique@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search