Navigation – Plan du site

Présentation

Revue semestrielle fondée en 2002, Diasporas est consacrée à l’histoire des phénomènes diasporiques et plus largement des migrations et des minorités ethniques ou religieuses. Elle aborde ainsi des thèmes tels que les circulations, les contacts et transferts culturels, la construction de réseaux transnationaux. Croisant initialement histoire et sociologie, Diasporas se centre désormais sur l'histoire dans le temps long, de l’Antiquité à l’époque contemporaine, à travers les aires culturelles les plus variées.

Dernier numéro en ligne
31 | 2018
Fragments d’exils

Temporalités, appartenances
Sous la direction de Mathilde Monge et Natalia Muchnik
Diasporas 31 | Fragments d’exils
Informations sur cette image
Crédits : © Giorgiomantoan

Les diasporas ne sont pas des phénomènes immuables : elles naissent, vivent et s’éteignent, ou se diluent dans des ensembles plus vastes ; d’autres ne restent qu’à l’état d’ébauche. Constructions parfois éphémères à la faveur d’un événement politique ou d’une opportunité commerciale, elles peuvent se muer en édifices structurés, de réseaux et de métropoles qui s’affrontent et se succèdent. Ainsi, la diaspora judéo-ibérique ou portugaise naît des départs successifs de la péninsule Ibérique après les expulsions du XVe siècle, avant de se dissoudre au sein de l’aire séfarade au XIXe siècle. Des villes-étapes, nœuds des migrations, de Goa à Mexico, sont alors autant de creusets pour une diaspora circonscrite dans le temps et dans l’espace. Situer le phénomène diasporique permet de saisir les dynamiques et les temporalités de ces constructions contingentes et de revenir sur l’image trop communément admise de processus continus et atemporels. C’est cette linéarité et, partant, les jeux et rejeux de segments diasporiques que les articles de ce dossier interrogent, à travers une diversité d’approches : vue d’ensemble, étude d’un lieu d’implantation particulier, analyse sur la longue durée ou autour d’un moment-clé.

Ce numéro aborde de manière systématique un problème peu abordé par ailleurs dans les études migratoires et diasporiques. En étudiant ainsi des « fragments d’exil », la notion de diaspora s’en trouve réinterrogée. Face à l’expansion de son usage, ils permettent de souligner la dimension profondément historique de cet objet si singulier, et pourtant de plus en plus universel.

La notion de fragment questionne également une homogénéité souvent reconstruite par l’historiographie qui efface la mosaïque que constituaient – et constituent encore – nombre de ces diasporas, tant pour leurs membres que pour les sociétés d’accueil.

  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals