Navigation – Plan du site

Ancrages et circulations. La diversité des sociétés romani-tsiganes en France au début du xxe siècle

Rooted communities and circulation. Romani-Gypsy societies in France in early 20th century
Ilsen About
p. 35-50

Résumés

Cet article présente le cadre général des présences romani-tsiganes en France au début du xxe siècle. Fondée sur une synthèse de sources imprimées et de descriptions régionales ou générales, cette étude propose de définir les modalités d’une inscription ancienne et pourtant méconnue. Partant d’une critique du modèle diasporique appliqué à ces populations, l’analyse offre de combiner l’historiographie des migrations et celle des mobilités itinérantes pour repenser une présence inscrite au croisement de cadres géographiques variés. Le jeu des échelles, à la fois régionales et transfrontalières, semble ainsi définir une morphologie spécifique, fondée sur l’ancrage local des communautés et sur l’exercice d’une circulation courante ou intermittente.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir Henriette Asséo, Les Tsiganes. Une destinée européenne, Paris, Gallimard, 1994 ; Leonardo Pias (...)
  • 2 Katie Trumpener, « The time of the Gypsies: A “People without History” in the narratives of the Wes (...)
  • 3 David Mayall, Gypsy identities, 1500-2000. From Egipcyans and Moon-Men to the Ethnic Romany, Londre (...)
  • 4 Voir Christophe Robert, Éternels étrangers de l’intérieur ? Les groupes tsiganes en France, Paris, (...)

1Évoquer la présence tsigane revient souvent à discuter une image figée dans l’imaginaire collectif d’un peuple homogène, relié par des fils mystérieux aux quatre coins du monde, tirant derrière soi un mode de vie itinérant formé de tentes, de roulottes, de caravanes et de bidonvilles. L’ethnonyme Tsiganes regroupe quatre grands ensembles (Roms, Calé/Gitans, Sinti/Manouches et Anglo-Romani) distingués par des histoires et des géographies différentes ou croisées et reliés par une pratique variable de la langue romani1. Si les mœurs supposées exotiques et archaïques et les habitudes décrites immanquablement comme douteuses et illicites restent des traits évoqués ordinairement, leur appartenance notamment paraît entourée de toutes les brumes de l’histoire2 : une provenance unique, mythique et lointaine située dans les tréfonds du Moyen Âge suggère une origine indienne, les appellations anciennes d’Égyptiens et de Bohémiens, dont le souvenir s’avère tenace, semblent ajouter de nouvelles et curieuses hypothèses ; une religion incertaine et une langue méconnue renforcent les doutes qui entourent une identité considérée comme flottante3. L’absence supposée de nationalité ou d’appartenance à toute entité politique, ancienne ou moderne, fonde surtout la croyance d’un déracinement éternel et permanent, une présence reconnue dans la plupart des pays d’Europe, et surtout dans sa partie orientale, ajoutant une confusion supplémentaire sur l’identité des Tsiganes de France4.

  • 5 Voir le dossier édité par Henriette Asséo, Massimo Aresu (dir.), « Zingari: una storia sociale », Q (...)
  • 6 David Mayall, Gypsy Identities, 1500-2000…, op. cit. ; Felice Gambin (dir.), Alle radici dell’Europ (...)

2La condition circulatoire des communautés et leur position dans les échelles de la mobilité demeurent sans doute l’aspect apparemment le plus énigmatique : la figure de l’errance et d’un irréductible vagabondage, la diversité des provenances et l’impossibilité supposée de définir un quelconque point de départ au voyage qu’ils semblent accomplir en permanence, vers un lieu indéterminé, découragent toute modélisation. Il paraît ainsi difficile de relier leur histoire à celle des mobilités courantes et de saisir la nature et l’objet de leurs déplacements. Les travaux d’histoire sociale conduits par une historiographie en plein renouvellement et les nombreuses approches monographiques insistent dorénavant sur l’inscription ancienne et la multiplicité des ancrages et des implantations, urbaines et rurales, repérés dans toutes les parties de l’Europe, mais aussi dans les anciens territoires orientaux de l’Empire ottoman, en Perse et dans le Caucase5. À la fin du xixe siècle, la présence tsigane en Europe représente ainsi le résultat d’une subduction séculaire de différentes composantes installées sur tout le pourtour septentrional et oriental du bassin méditerranéen et dans l’ensemble des régions du continent6. Des foyers importants se trouvent non seulement consolidés historiquement mais intégrés culturellement, qu’il s’agisse de l’Espagne, des régions balkaniques, de l’espace roumain ou du périmètre de la Galicie orientale, entre Pologne, Autriche et Russie.

3Partant d’une description transversale, centrée sur l’espace français, il s’agira ici de produire une vision panoramique des différentes modalités de la circulation et de l’implantation des groupes tsiganes au tournant des années 1900, en considérant particulièrement les relations des communautés présentes sur le territoire à la mobilité des personnes aux frontières et à l’intérieur du pays. Le cas de la France, outre sa position géographique particulière, au croisement de divers espaces européens, méditerranéen, centre européen et britannique, au point aussi de convergence des routes de l’émigration vers les Nouveaux Mondes, constitue un cas relativement unique à l’échelle du continent puisqu’il regroupe les composantes des trois principaux ensembles des populations tsiganes, reconnus de manière traditionnelle, les Sinti germaniques, dénommés Manouches en France, les Gitans hispanisés, les Roms orientaux et même, à la marge, les Gypsies anglo-romani. Cette division schématique fondée sur divers paramètres, culturels ou linguistiques, s’appuie notamment sur un héritage historique et une assise géographique apparemment délimitée. Elle s’avère surtout pratique pour distinguer des appartenances distinctes qui se manifestent à l’occasion dans les documents d’archives et pour repérer les passages à l’œuvre entre les différentes aires des mondes tsiganes européens.

  • 7 Voir Ilsen About, « Écrire une histoire des mondes tsiganes : la découverte et le soulèvement des a (...)

4Les sources mobilisées pour esquisser ce panorama, issues des productions savantes, des recueils documentaires constitués à l’époque, des documents épars collectés ou réalisés par des observateurs et commentateurs variés, mais également des archives administratives réalisées autour ou à propos des groupes tsiganes, fournissent une matière à la fois prolixe et complexe qui préjuge bien souvent d’une définition et d’une désignation claire des communautés en présence. Il s’agira d’offrir ici un parcours transversal qui utilisera une partie de cette diversité documentaire mobilisée en particulier pour sa valeur sociale7. À partir d’une analyse des conditions économiques et des pratiques de mobilité de plusieurs groupes, on envisagera la fabrique d’une forme originale d’appartenance des communautés tsiganes en France marquées à la fois par une très grande diversité et par une large dispersion géographique à l’échelle du pays. L’époque étudiée est marquée par la circulation en Europe occidentale de groupes venus d’Europe orientale qui suscitent de nombreux commentaires. Cette étude s’intéressera tout d’abord aux débats provoqués par ces arrivées et confrontera ensuite les regards sur ces groupes avec ceux portés sur les populations tsiganes historiques, d’installations plus anciennes, avant de dégager un cadre général et descriptif des présences tsiganes en France au début du xxe siècle.

  • 8 Aparna Rao (dir.), The Other Nomads: Peripatetic Minorities in Cross-Cultural Perspective, Köln, Bö (...)
  • 9 Amit Yahav-Brown, « Gypsies, nomadism, and the limits of realism », Modern Language Notes, 121, 200 (...)

5L’objet de cette étude n’est pas de fournir un nouvel appareil théorique macroscopique qui expliquerait d’un seul geste la morphologie des mondes tsiganes. Il ne s’agira donc pas de reprendre les concepts de « minorités péripatétiques », de « communautés vagabondes », qui ont été par exemple avancés8. Ces analyses ont souligné notamment les fluctuations importantes de paramètres tels que la temporalité des pratiques de l’itinérance, la dimension spatiale des circulations et la structure sociale et familiale qu’elles impliquent. Mais ce modèle ne permet pas de comprendre la place jouée par les communautés ancrées dans un espace historiquement défini, voire dans des espaces urbains. De même, les hypothèses fondées sur une approche globale des systèmes migratoires ou diasporiques n’ont pas permis de prendre en compte les attaches profondes aux territoires, vécus et habités, et de saisir les nombreux croisements opérés entre une présence durable et une mobilité diluée dans le temps, selon des temporalités multiples9. Il s’agira ainsi de répondre aux nombreuses questions que soulève l’histoire des groupes semi-itinérants et itinérants : comment se déploient des liens interfamiliaux au-delà des frontières, dans un espace de circulation étendu à l’échelle de l’Europe et de la Méditerranée ? Comment s’élaborent les techniques d’une circulation à la fois organisée et fluide ? Comment s’organise l’économie de cette circulation et comment se répartit au quotidien l’exercice des pratiques professionnelles ? Comment se maintiennent et se perpétuent les éléments communs d’appartenance à un ensemble culturel structuré, malgré la distance et le temps ?

Le passage des Calderari et l’imaginaire d’une circulation permanente

  • 10 Voir Henriette Asséo, « Izydor Kopernicki et les Roms de la Galicie polonaise », Études tsiganes, 2 (...)

6Les passages de groupes tsiganes spécialisés dans les métiers de la chaudronnerie, ou dans celui des montreurs d’ours, dans l’ensemble de l’Europe occidentale, entre les années 1860 et les années 1900, ont suscité une très grande curiosité : de nombreux observateurs se demandèrent en effet quelles étaient la nature et les origines d’une circulation qui semblait échapper à toute définition. Pour les contemporains qui constatent l’arrivée de ces caravanes et tentent de retracer leurs parcours, une fascination particulière incite à rencontrer et interroger ceux qui sont perçus comme les descendants lointains des caravanes de Tsiganes qui arrivaient dans les villes de la fin du Moyen Âge. Pour les savants de l’époque, qui parlaient le romani et pouvaient converser avec ces Roms kaldérash issus de la Galicie orientale, ils apparaissaient comme les témoins des grandes transformations à l’œuvre à l’intérieur des mondes tsiganes européens10. Mais ces savoirs restent confidentiels et ne parviennent pas à transformer l’image d’un exotisme absolu qui contamine tous les discours à propos de ces « Bohémiens étrangers » et, par contagion, tous ceux qui sont associés aux mondes des Tsiganes.

  • 11 Les débats savants consacrés aux origines des migrations kaldérash, reliées ou non à la fin du serv (...)

7Les récits de nature ethnographique et relations savantes se distinguent en particulier des articles de presse, simplificateurs à l’extrême, et indiquent ce passage à l’œuvre. Un modèle presque exemplaire de narration se diffuse et mentionne, avec constance, les habits colorés, les tentes pittoresques et les manières jugées exotiques de groupes qui frappent par leur apparente originalité. Alors que leur position professionnelle et le travail de la chaudronnerie sont toujours immanquablement évoqués, il ne semble pas aisé d’admettre leur réelle fonction et les limites de leur champ d’activités. Si leur identité de « Tsiganes » semble presque toujours certaine, les liens qui les relient aux autres groupes connus n’apparaissent pas clairement. Les multiples qualificatifs et origines possibles qui leur sont attribués, les désignations confuses des langues qu’ils parlent, conjuguées à la diversité des documents d’authentification qu’ils présentent aux autorités ou aux observateurs, contribuent à cette incertitude11.

  • 12 Arthur Bordier, « Les Tziganes », Bulletin de la Société dauphinoise d’ethnologie et d’anthropologi (...)

8En 1907, un texte intitulé sobrement « Les Tziganes » paraît dans le Bulletin de la Société dauphinoise d’ethnologie et d’anthropologie12. Son auteur, Arthur Bordier, membre de la Société d’anthropologie de Paris, est l’un des fondateurs de la Société de médecine publique et d’hygiène professionnelle. À la fois médecin et anthropologue, ethnologue local et promoteur d’une amélioration de la santé publique, par le biais des théories hygiénistes, il observe ce cas d’école qui lui permet d’évoquer à la fois l’étrangeté des sujets et de discourir sur leur apparence :

  • 13 Ibid., p. 57-58.

« Il se trouve en ce moment à Grenoble une bande de nomades, campés aux portes de la ville sous des tentes bariolées, couchées sur des tentures aux couleurs crues. Les hommes sont vêtus de vestons soutachés de broderies voyantes, auxquels pendent d’énormes boutons d’argent […]. Les femmes, drapées dans des haillons multicolores, reproduisent sans y songer les poses esthétiques de la statuaire antique […]. Ce sont ces nomades qui parcourent l’Europe sous le nom de Romanichels, de Bohémiens, de Gypsi, de Gitani… Il existe d’autres bandes semblables à celle-ci, dont le métier est de faire danser des ours, on les nomme des urserii. Mais les calderari s’entourent de plus nobles professions que les urserii. Ils travaillent en effet de leurs mains, tandis que les autres ne font rien. Tous viennent plus ou moins directement de la Hongrie, de la Roumanie, des régions danubiennes. D’ailleurs, toujours mystérieux, ils n’aiment pas beaucoup dire ni d’où ils viennent, ni où ils vont13. »

9Cette narration conventionnelle insiste sur les attraits particuliers et les détails notables d’une apparence présentée comme extraordinaire. Mais elle permet surtout, de manière dialectique, d’inclure toutes les autres entités tsiganes reconnues habituellement et assimilées, de fait, à une provenance aussi énigmatique que secrètement gardée. Incidemment, la diversification professionnelle des groupes en circulation qui ressort de cette description insiste sur le haut degré de spécialisation et sur le transport d’outils de travail ou d’animaux de foire : la connaissance indispensable des territoires, la maîtrise des moyens de circulation, par train ou par bateaux, l’anticipation des déplacements par le repérage et la localisation des bassins d’emploi, c’est-à-dire l’identification de l’offre, s’imposaient donc par nécessité.

  • 14 Voir par exemple Paul Bataillard, « Quelques mots sur les bohémiens hongrois », Bulletin de la soci (...)
  • 15 Robert Andrew Scott Macfie, Andreas (Mui Shuko), Gypsy Coppersmiths in Liverpool and Birkenhead, Li (...)

10Des analyses détaillées, publiées dans la littérature savante, offrent précisément les moyens de saisir les logiques d’une circulation qui pouvait se poursuivre pendant plusieurs années et à une échelle géographique continentale. Tout d’abord, l’idée d’une arrivée unique et située dans le temps doit être écartée. Les circulations de chaudronniers tsiganes en Europe occidentale peuvent en effet être repérées dès les années 1860, ce qui implique une transmission dans le temps d’une connaissance relative aux périodes et aux trajets utiles dans l’exercice d’un commerce fondé sur les relations interpersonnelles14. Le recours à des émissaires, chargés de reconnaître les lieux et d’établir des contacts, l’usage d’annonces publiées dans les journaux locaux annonçant leur venue ou encore le démarchage par cercles concentriques d’un point de base vers les villes environnantes sont ainsi avérés et ressortent d’entretiens effectués auprès des membres de certaines de ces familles. À ce système à la fois circulatoire et commercial, l’un et l’autre étant inséparables, s’ajoutaient des dynamiques familiales et interfamiliales à l’échelle continentale. L’ancienneté des circulations et la multiplicité des groupes familiaux répartis dans la plupart des pays d’Europe donnaient lieu en effet à de nombreux rapprochements qui pouvaient justifier des mobilités régulières ou épisodiques : ainsi, comment expliquer qu’Adam Kirpatsch effectue, en 1911, un voyage de Liverpool vers le lieu de pèlerinage de Częstochowa, en Pologne, pour guérir son enfant, qu’il fait halte à Berlin et revient à Liverpool en l’espace de quelques mois, sans que ce voyage s’inscrive à l’intérieur d’un réseau solide de relations et de relais15 ?

  • 16 Henriette Asséo, « L’inclusion exotique… », art. cit.
  • 17 « Passage d’une troupe de Tziganes calderrari à Lyon », Bulletin de la Société d’anthropologie de L (...)

11De nombreux témoignages centrés sur l’apparence et qui alimentent un « exotisme assumé », en quelque sorte stratégique, relevé par Henriette Asséo, renseignent aussi sur les modalités d’une circulation organisée16. Ainsi en 1910, une note publiée dans le bulletin de la Société d’anthropologie de Lyon se consacre au « passage d’une troupe de Tziganes calderrari17 ». L’auteur anonyme décrit l’arrivée et le départ d’une « nuée de Moraviens, ce que les habitants des campagnes appellent des Hongrois » :

  • 18 Ibid.

« Ils dédaignent aujourd’hui les voyages collectifs en des voitures inconfortables et empruntent le railway pour aller de leur pays dans un autre. Mais s’ils ont changé les moyens de transport, en revanche ils respectent l’originalité de leur costume national : pantalon et longue veste en drap bleu soutachée de tresses noires, comme les pelisses des officiers français ; les mollets emprisonnés en des bottes spéciales […]. Ces Moraviens sont tous chaudronniers en cuivre ou, plus exactement, raccommodeurs de chaudrons. Ils monopolisent ce genre de travail, comme les Romanichels abâtardis ont la spécialité des travaux de vannerie18. »

  • 19 Guido Malagola, « Gli zingari », La lettura Rivista mensile del Corriere della Sera, 1, 1904, n° 12 (...)

12Ces remarques qui opposent les Tsiganes locaux et ces grands voyageurs soulignent les changements d’une mobilité qui utilise désormais les chemins de fer et les canaux conventionnels de la circulation internationale. Le voyage saisi au point fixe qui est celui de l’observateur suggère une pérégrination au long cours et une maîtrise nécessaire des passages aux frontières, et des exigences du contrôle en la matière, ainsi qu’une connaissance des routes continues et des points de rupture. C’est aussi ce qui ressort du récit livré par un informateur italien qui évoque son voyage le long des côtes de l’Istrie et de la Croatie, en 1904, à bord d’un navire avec une caravane d’environ soixante-dix personnes qui avaient vendu tous leurs chevaux avant d’embarquer19. De même, les conversations du peintre et membre de la Gypsy Lore Society, Augustus John, qui retrouve par hasard, à Marseille, puis à Milan, un groupe de « Tsiganes russes » :

  • 20 Augustus E. John, « Russian Gypsies at Marseilles and Milan », Journal of the Gypsy Lore Society, n (...)

13« Alors, après une bouteille de lači mol [bon vin], j’appris que mon nouvel ami, appelé Džanos Storikin, était l’un des membres du groupe de Tsiganes chaudronniers qui, arrivés à Marseille de Belgique, en route pour l’Italie, attendaient de retrouver leurs bagages, qui s’étaient perdus dans le voyage, avant de poursuivre vers Milan pour rejoindre une partie du groupe qui était dirigé par un certain Todor, un homme important et fortuné. Mon informateur, cependant, envisageait sérieusement de se rendre lui-même à Alger avec sa femme et un de ses fils, mais se demandait si la Corse n’était pas un pays encore plus intéressant, et m’interrogeait avec impatience pour savoir si j’avais visité et si je pouvais recommander ces endroits. Après avoir “fait” pratiquement toute l’Europe, sans parler de quelques incursions au sud du Caucase, ce vieux nomade ressentait toujours la soif de voyager aussi intensément que jamais. Mais finalement, après s’être informé du tarif pour Alger, exorbitant selon lui, Džanos Storikin décida d’accompagner le reste de la bande en Italie20. »

  • 21 Voir par exemple Daniel Roche, Les circulations dans l’Europe moderne, xviie-xviiie siècles, Paris, (...)

14Où l’on voit que l’observateur devient lui-même un informateur qui indique et conseille et laisse penser qu’il oriente sans connaître, et comprendre, les véritables logiques d’une itinérance fondée sur une longue expérience et un réseau solide de correspondants et de relais, à l’intérieur comme à l’extérieur du groupe. Faire l’Europe peut aussi être entendu comme une manière d’appréhender un espace qui est celui d’un passage et des migrations que les historiens apprennent à regarder comme les traces d’une respiration complexe, faite d’allers et de retours, de temps d’arrêt et de secousses21.

  • 22 Émile Zola, « Souvenirs, IX », in id., Nouveaux contes à Ninon, Paris, G. Charpentier, 1878, p. 181 (...)

L’inscription des mobilités de ces familles d’entrepreneurs tsiganes, chaudronniers ou montreurs d’ours, dans une dimension élargie des circulations européennes ne permet pas toutefois de saisir l’articulation de ces groupes avec une autre présence tsigane beaucoup plus diffuse et inscrite dans une histoire parfois extrêmement ancienne des territoires. Dans un passage de ses Souvenirs, publiés en 1874, Émile Zola rend compte de sa rencontre avec des Bohémiens chaudronniers installés dans un campement de la porte de Saint-Ouen, près de Paris. Son récit insiste sur la foule qui se presse pour visiter les lieux et laisse entrevoir une critique des modes parisiennes pour le spectaculaire, mais il observe également le déplacement d’activités de ces Bohémiens transformés en promoteurs d’une exposition de leur apparence. Pour Zola, l’occasion de cette description d’un campement marqué par l’étrangeté et l’exotisme rend surtout possible l’évocation des autres Bohémiens qu’il a croisés dans la petite ville provençale de son enfance, qui « ne soulèvent pas une telle émeute de curiosité » ; ses souvenirs évoquent alors la proximité et la familiarité que lui et ses camarades entretenaient avec ces voisins22.

15Un autre monde dès lors se dessine entre les chaudronniers étrangers et ces Bohémiens familiers, qui fixent l’imaginaire du voyage et du départ mais constituaient surtout une présence à la fois quotidienne et permanente inscrite dans l’histoire personnelle de chacun.

Diversification des ancrages et circulations intermittentes

  • 23 Camille Audigier, « Les Bohémiens », Le Correspondant, 79, 25 octobre 1907, p. 358-377, cit. p. 359
  • 24 Voir Ilsen About, « De la libre circulation au contrôle permanent. Les autorités françaises face au (...)
  • 25 Camille Audigier, « Les Bohémiens », art. cit., p. 360.

16Combiner une observation des ancrages tsiganes et constater les circulations à la fois continues, intermittentes ou ponctuelles ne relèvent pas seulement d’une élaboration théorique. Des témoignages contemporains traduisent, même indirectement, une polyvalence remarquable des attaches et des déplacements. Camille Audigier, écrivain et auteur éclectique d’essais et de romans apologétiques sur le monde rural, publie un long texte en 1907 sur « Les Bohémiens » dans la revue catholique Le Correspondant. Ce tableau, qui porte un regard extrêmement négatif sur son sujet, commence par une description du parcours d’une « caravane de soixante romanichels, commandée par la “cheffesse” Varia Reinhart, âgée de quatre-vingt-treize ans23 » : l’auteur évoque les expulsions successives de cette caravane de plusieurs cantons suisses, ses tentatives pour pénétrer en Autriche, en Allemagne puis en France et son immobilisation non loin de Genève, dans la localité de Moillesulaz, cernée par les polices française et helvétique24. L’auteur justifie au passage le rejet qu’ils inspirent et insiste sur les conduites illégales et les dommages qui accompagnent leur passage. La narration se poursuit en évoquant l’image terrible des hommes, femmes et enfants marqués par toutes les caractéristiques infamantes qui leur sont habituellement attribués : la saleté, la duplicité, l’archaïsme et la violence. Surtout, leur liberté apparaît sous les traits d’une déviance profonde et d’une contamination : « Car le bohémien passe à travers la civilisation comme le ver au milieu du fruit mûr », explique-t-il sans détour25.

  • 26 Laurent Dornel, « “Bohémiens, Tsiganes et nomades” : la construction d’une figure particulière de l (...)

17Cette succession de traits communs et de préjugés courants, reflets d’une xénophobie ciblée, élaborée au xixe siècle, ne serait pas très originale si elle ne révélait, incidemment, le constat d’un ancrage multiforme26. Plusieurs observations viennent en effet contredire l’idée d’une mobilité vagabonde et désorientée et fournissent de précieuses informations sur des modalités élaborées du déplacement :

  • 27 Camille Audigier, « Les Bohémiens », art. cit., p. 361.

« On l’a sûrement remarqué, toujours les bohémiens s’arrêtent où d’autres bohémiens se sont arrêtés. Dans une région qui leur est totalement inconnue, ils vont, sans hésitation, au campement que leurs congénères, un an ou deux auparavant, avaient occupé. Dans mon village d’Auvergne, c’était près du champ de foire ; à Thiers, vers l’entrée du Moutier ; à Clermont-Ferrand, derrière l’abattoir ; à Riom, près du cimetière, etc. Et toujours, qu’ils fussent venus de ce côté-ci ou de l’autre de la ville, toujours, sans hésiter dans le méandre des ruelles, ils se dirigeaient vers le campement désert, rangeaient leurs roulottes dans le même sens, installaient leur tente au même endroit, érigeaient leur foyer sur les mêmes pierres27. »

  • 28 Voir François de Vaux de Foletier, Les Bohémiens en France au xixesiècle, Paris, Lattès, 1981.
  • 29 Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe, xve-xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1993 ; P (...)
  • 30 Voir Peter Sahlins, Boundaries. The Making of France and Spain in the Pyrenees, Berkeley, Universit (...)

18Cette mention, qui semble résulter d’une somme de souvenirs personnels plutôt que d’une collecte documentée d’informations, indique des lieux habituels de passage, suggère un système de reconnaissance ou une carte imaginaire des espaces traversés, évoque le rythme régulier des circulations et la répétition des gestes et des pratiques, le respect d’une sorte de coutume de la route28. Comprises comme les composantes d’une culture migratoire particulière, ces manières de circuler invitent à une contextualisation des mobilités tsiganes à l’intérieur d’un plus vaste espace des circulations qui touchaient chaque village, bourg ou ville au xixe siècle et qui s’inscrivaient au cœur d’un maillage serré du territoire parcouru à la fois par les familles tsiganes et par toutes les composantes des mondes de l’itinérance. Il serait en effet erroné de saisir les circulations tsiganes sans considérer leur place dans un ensemble beaucoup plus large des mobilités intermittentes, saisonnières ou épisodiques, qui animaient le quotidien de la plus grande partie de l’Europe. L’histoire des mondes itinérants ne recouvre encore que très partiellement la très grande diversité des conditions et des pratiques : les colporteurs, ouvriers, marchands ambulants et forains, composantes les plus étudiées de cette Europe des passages, constituaient l’essentiel d’une population qui recoupait aussi les mondes tsiganes de l’itinérance29. L’étude des espaces frontaliers montre d’ailleurs la densité et la variété des passages qui impliquent bien souvent une composante tsigane, qu’il s’agisse de l’espace pyrénéen, alpin ou rhénan30.

19Dans la littérature populaire de l’époque, la maîtrise des chemins et la reconnaissance des lieux par les Tsiganes ont fait l’objet d’une croyance profondément enracinée dans les consciences qui trahit un impensé de la mobilité. Utilisant des signes mystérieux et un langage secret, les Tsiganes inscriraient sur le tronc des arbres, sur les pierres, sur la route ou sur les portes des maisons les lettres d’une langue cryptée, adressant selon des logiques inconnues, à d’autres errants de leur sorte, des messages secrets. Cette croyance tenace s’exprime par exemple dans l’article d’un journal adressé aux habitants des campagnes :

  • 31 « Gardez-vous des romanichels », La Vie à la campagne, 15 juillet 1909. Voir aussi « Les Romanichel (...)

« Vous n’avez peut-être pas encore remarqué les signes hiéroglyphiques tracés sur le bois des clôtures de campagne ou sur la pierre des maisons de village, à la craie, au charbon, à la pierre rouge, sans doute, parce qu’on n’a pas attiré votre attention là-dessus. Ces signes qui ne disent rien aux yeux qui ne savent pas les lire sont, pour les Nomades, un véritable langage31. »

  • 32 Leonardo Piasere, « I segni “segreti” degli zingari », La Ricerca folklorica, 31, 1995, p. 83-105.

20Des spécialistes prétendent alors décrypter cette langue secrète qui dissimule tous les méfaits. L’analyse de cette question a montré l’ancienneté mais aussi la pérennité de cette croyance et ce qu’elle révèle des obstacles à une compréhension de la mobilité des Tsiganes32.

21Au-delà de certains fantasmes collectifs, dont l’hypothèse d’une maîtrise secrète et douteuse des « signes de la route », les observateurs relèvent incidemment la variété des ancrages et des configurations spatiales prises par les communautés en France au tournant des années 1900. Sans toutefois relier tous les fils d’une présence perçue comme insaisissable, les relevés parus dans la presse fournissent en particulier une source inépuisable de renseignements. Ainsi, le journaliste Jean Frollo rapporte en 1901 :

  • 33 Jean Frollo, « Les Bohémiens de France », Le Petit Parisien, 8 juillet 1901.

« À Paris, il y a quelques semaines, deux de ces tribus, celle des Ferko et celle des Pali-Karra, fortes en tout de 300 personnes, mettaient en émoi le quartier de Javel. Leur caravane, qui arrivait de Fresnes et se dirigeait sur Étampes, s’était installée sur les glacis des fortifications, et, certes, ce n’était pas un spectacle ordinaire que celui de cette quinzaine de roulottes traînées par soixante chevaux et derrière lesquelles marchait un véritable troupeau d’ours, de singes, de loups et de renards, tenus en laisse par des tziganes au teint bronzé. Quelque temps plus tard, une autre tribu de bohémiens s’installait sur la place de la Pompadour, à Créteil33. »

22À la même période, un entrefilet paraît dans le journal L’Ouest-Éclair :

  • 34 « Mœurs de Bohémiens. La mort d’un nomade, un superbe enterrement », L’Ouest-Éclair, 18 mars 1903.

« Une tribu de bohémiens, composée de vingt-cinq personnes occupant six voitures s’était rendue jeudi à Carhaix [Finistère] pour la foire du lendemain. Samedi elle en repartit et trois voitures se dirigèrent vers Gourin tandis que trois autres allaient vers Huelgoat. Arrivé au pont de Kergoat, un enfant qui se trouvait dans la dernière voiture avertit la troupe que son père venait de mourir. Les nomades revinrent aussitôt à Carhaix, d’où un exprès à bicyclette fut envoyé à la troupe qui se rendait à Huelgoat. Peu de temps après, toute la tribu se trouvait réunie34. »

  • 35 « Une malice de romanichels », Gil Blas, 22 avril 1902.
  • 36 Cette articulation apparaît dans de nombreux exemples étudiés localement : Adèle Sutre, « Les Bohém (...)

23Ces mentions indiquent que les contemporains percevaient assez nettement une variété de modalités sociales présentes sur le territoire. En les comparant les unes aux autres, ces sources éparses forment une trame descriptive qui permet de souligner la taille variable des groupes en circulation, de quelques familles à plusieurs centaines de personnes, et celle des équipements de transport, grandes caravanes organisées ou seulement quelques roulottes regroupées de manière occasionnelle. Les motifs du déplacement semblent clairement économiques, liés à la tenue de foires dans les campagnes ou à la recherche de débouchés dans les espaces urbains, suivant une pluriactivité qui combine par exemple artisanats et spectacles ambulants, ou une répartition du travail entre différentes parties du même groupe, séparées ou regroupées selon les occasions, parfois lors d’un enterrement. Bien souvent, les témoignages indiquent la multiplicité des lieux traversés comme pour illustrer une omniprésence envahissante. En creux, cependant, se dessine la pratique courante et intermittente de routes reconnues et parcourues habituellement par les familles qui rejoignent chaque fois des points d’appui ou des lieux coutumiers de résidence. Un court article mentionne en 1902 la permanence de la famille Demestre dans le département de Seine-et-Oise35. Il est fait référence au projet mis en œuvre par le préfet de procurer un habitat à l’ensemble du groupe dans un faubourg de Versailles et même de fournir du travail aux adultes. Saisis par « la nostalgie du grand air », ils auraient cependant repris la route avant de revenir camper à Orsay. Si le texte suggère un besoin irrépressible de circuler au hasard des chemins, la malice supposée des Romanichels ne serait que la traduction d’une pratique saisonnière de la mobilité et de l’alternance traditionnelle entre les périodes de résidence et celles dédiées au travail itinérant36.

24Pour dresser un tableau général des composantes tsiganes en France à la fin du xixe siècle, il semble ainsi nécessaire de prendre le contre-pied des représentations les plus courantes et d’intégrer dans un schéma explicatif un très grand nombre de paramètres et de conditions qui croisent le monde des villes et celui des campagnes, la périodicité des travaux agricoles, le rythme des foires et des marchés, mais aussi le calendrier des pèlerinages et des occasions de rencontre, mariages, funérailles et réunions variées, qui émaillaient la vie quotidienne.

Systèmes des mobilités tsiganes

  • 37 Victor de Rochas, Les Parias de France et d’Espagne (Cagots et Bohémiens), Paris, Hachette, 1876, p (...)

25En premier lieu, l’inscription urbaine des mondes tsiganes se poursuit au xixe siècle et s’amplifie avec la densification des villes. Dans le sud-ouest de la France, à Toulouse, Montpellier, Béziers, Perpignan ou Arles, des territoires localisés de l’espace urbain concentrent des familles de Manouches et Gitans. Dans chacun de ces cas, le « quartier gitan » s’inscrit historiquement dans la construction de l’espace urbain : réputés pour leurs lieux de sociabilité, ces quartiers correspondent souvent à des espaces situés non loin du centre historique mais dans les marges qui séparent la ville de la campagne, près des lieux de marché ou de foire. À cette époque, la spécialisation dans le commerce des chevaux et l’entretien des bêtes (ânes ou chiens), par la tonte notamment, des Gitans catalans du Sud-Ouest est reconnue et apparaît dans de multiples témoignages37.

  • 38 Ibid., p. 271 et 284.
  • 39 Voir Le livre des Gitans de Perpignan, avec la participation de la communauté gitane de la ville et (...)

26Acteurs d’un commerce spécialisé et habiles connaisseurs de l’espace à la fois urbain et régional, les habitants du quartier Saint-Jacques de Perpignan ne sont pas tous dépendants de la demande et manifestent la maîtrise d’une offre recherchée. Rochas lui-même, malgré son regard assez peu bienveillant, le reconnaît lorsqu’il évoque le mariage de la fille d’un riche marchand de chevaux, hors de sa communauté, avec un boulanger catalan ou bien les toilettes bourgeoises qu’arborent les filles ou les femmes de riches maquignons gitans38. Ce que prouvent aussi ces remarques est la capacité des maquignons ou tondeurs de Perpignan à se transporter à la recherche de bassins plus florissants, hors de la ville, et à alterner des périodes de résidence et de mobilité. La pluriactivité aussi n’est pas rare et, au sein d’une même famille, l’artisanat, le petit commerce, les arts du spectacle et le maquignonnage s’associent aisément à l’intérieur d’une communauté soudée par l’entraide et les mariages interfamiliaux39.

  • 40 Raymond Lizop, « Une émeute raciale à Toulouse en 1895 (Faubouriens contre Gitans) », L’Auta, 1967, (...)
  • 41 Voir à ce sujet Emmanuelle Stitou, « L’affaire des Gitanos. Chronique d’une flambée raciste à Toulo (...)

27À Toulouse, l’émeute anti-gitane qui enflamme la ville en septembre 1895 a été étudiée comme une flambée de violence contre cette communauté qui, à la suite d’une série catastrophique d’étincelles, subit un véritable état de siège instauré dans le quartier Saint-Cyprien. Nombreuses sont les familles qui se réfugient alors à Montauban et Perpignan40. Même si les éléments manquent pour inscrire cet épisode dans un contexte plus large, il apparaît que les Gitans pourchassés ne le sont pas au titre de leur identité étrangère mais précisément en tant que Gitans toulousains dont la présence dans la ville, visible et connue, est alors considérée comme indésirable41. Cet épisode renverrait ainsi à une inscription élargie des présences tsiganes dans le tissu urbain en France qui s’inscrirait en faux des représentations courantes associant cette composante sociale aux espaces ruraux.

  • 42 Ilsen About, « Roma under surveillance in urban context. Control, identification and expulsion in P (...)
  • 43 Émilie Braga, Les Bohémiens de la région parisienne. Entre fantasmes et réalités (1850-années 1930)(...)
  • 44 Voir par exemple Clément Caraguel, « Un enterrement de Bohémiens dans la forêt », in Charles Asseli (...)

28L’exemple des grandes métropoles, à Paris, Lyon ou Marseille, commence à être mieux connu et les savoirs s’accumulent sur les modalités d’une inscription à la fois territoriale et professionnelle donnant lieu à l’établissement d’un corpus normatif qui, tout en contestant la légalité de ces présences, en reconnaît l’évidence et envisage leur réglementation42. À Lille, près du terrain noir, à Paris, sur l’immense espace de la zone, à Lyon, sur les bords des fleuves, ou à Marseille, près de la Joliette, des emplacements s’inscrivent durablement dans le paysage des villes et composent des lieux pérennes d’installation43. Ces rues, quartiers ou terrains en friche concentrent des parties visibles d’un ensemble de familles qui peuvent aussi se diluer beaucoup plus profondément dans l’espace urbain ou dans ses marges lointaines. Autour de Paris par exemple, la forêt de Fontainebleau accueille des enterrements qui ont laissé des traces, et des communes comme Choisy-le-Roi ou Lizy-sur-Ourcq, près de Meaux, constituent des lieux fréquents de passage, qui entraînent d’ailleurs, parfois, l’installation de sépultures qui demeurent visitées jusqu’à nos jours44.

  • 45 Voir Alain Reyniers, « L’installation des Sinti dans les Vosges du Nord au xixe siècle », Études ts (...)
  • 46 Voir Louise Pisla Helmstetter, Sophie Képès, Sur ces chemins où nos pas se sont effacés. Souvenirs (...)
  • 47 Voir Lick, Scènes de la vie manouche. Sur les routes de Provence avec les Sinti piémontais, 1935-19 (...)
  • 48 Remy Welschinger, Vanniers (Yeniches) d’Alsace. Nomades blonds du Ried, Paris, L’Harmattan, 2013.

29Après la guerre franco-prussienne, le départ des familles bohémiennes installées en Moselle et dans les Vosges, notamment dans le village de Bærenthal, vers le nord, les Ardennes et la Belgique, constitue un mouvement important, étudié par Alain Reyniers, qui conditionne fortement l’histoire des mondes manouches en France45. Ce mouvement inspire alors une division reconnue habituellement entre les Manouches de l’Est et ceux du Grand-Ouest, de la Normandie aux pays de la Loire et jusque dans le Sud-Ouest46. Cependant, les limites semblent aussi poreuses entre les foyers manouches déjà évoqués et ceux du Centre de la France et des régions du Massif central d’un côté, et ceux des territoires des Alpes et du Sud, d’un autre côté. Au xixe siècle, l’ajout d’une nouvelle composante, celle des Sinti-Piémontais, venus d’Italie, dont certaines familles se spécialisent dans les métiers du cirque, complète un tableau qui n’est jamais figé47. Si l’on considère les Yéniches, dont la langue n’a pas à voir avec le romani, par exemple, il apparaît que les limites se sont trouvées sans cesse bousculées à l’intérieur des mondes manouches mais également à leurs frontières : les logiques matrimoniales transrégionales ou transcommunautaires ont pu avoir un effet d’atténuation des frontières ou, au contraire, de renforcement, poussant ainsi des groupes ou des ensembles de familles à s’isoler d’un socle ancien pour reconstituer un nouveau socle d’alliances recomposées avec le temps48. Il apparaît dès lors que la distinction aujourd’hui admise entre les Gitans du Sud, les Manouches et les Zongrois – terme utilisé pour évoquer les Roms orientaux installés en France de manière pérenne – semble extrêmement fragile.

  • 49 Orsetta Bechelloni, « Mobilité, circulation et enracinement : une histoire de sédentarisation en pa (...)
  • 50 Voir par exemple les études de cas : Frère E. Boireau, « Les Gitans dans le Saumurois », Monde gita (...)

30Une approche transversale permet de constater, pour la seconde moitié du xixe siècle, une superposition originale de trois systèmes sociaux et économiques tsiganes. Le premier se compose d’un ensemble de groupes familiaux implantés localement, circulant dans une aire géographique délimitée, autour d’une grande ville ou dans ce qui s’appelle encore, dans bien des cas, des pays bornés par des fleuves ou des reliefs, structurés par des lignes de villages ou de gros bourgs. Au rythme des foires locales et des grands marchés qui ponctuent la vie dans les campagnes, ces familles circulent selon le calendrier des marchés et s’inscrivent dans un ensemble étendu d’activités qui comprend à la fois le commerce de chevaux, le petit artisanat, la vente de détail ou les spectacles ambulants49. Selon les saisons et les régions, leurs membres sont aussi saisonniers dans les champs et dans les fermes où ils travaillent aux récoltes ou à l’entretien des animaux, comme les tondeurs dans le sud de la France. Selon les cas, des groupes familiaux ou des individus adoptent une pluriactivité ou bien une activité unique, d’après une répartition qui n’est pas intangible non plus et qui peut varier suivant de multiples facteurs : un musicien ambulant l’été peut ainsi exercer comme vannier en hiver, un autre peut demeurer toute sa vie un marchand de chevaux. Pour la France, les pays de l’Ouest, le Massif central ou les régions du Sud-Ouest constituent autant de foyers où, suivant une respiration spécifique, des communautés s’inscrivent profondément dans le monde rural ; dans ce cas, ces implantations se transforment en appellations ethniques spécifiques, comme les Manouches d’Auvergne ou de Bretagne50. On peut inclure dans ce même système les communautés enracinées dans des quartiers ou des rues déterminées des moyennes ou des grandes villes, comme en témoignent les nombreux exemples de la toponymie urbaine. De Grenoble à Perpignan ou Toulouse, des réseaux familiaux sont implantés si fortement dans l’espace urbain qu’ils en viennent même, parfois, à disparaître en tant que composante singulière de la population et se fondent définitivement dans un paysage urbain en pleine recomposition.

  • 51 Voir en particulier Bernard Leblon, Les Gitans d’Espagne. Le prix de la différence, Paris, Presses (...)
  • 52 Paola Trevisan, « Sinti e circensi: Storia di un legame invisibile », in Felice Gambin (dir.), Alle (...)

31Un deuxième système dont l’existence remonte à l’Ancien Régime prend la forme de réseaux que l’on pourrait qualifier de transrégionaux ou transfrontaliers et qui occupent l’espace des bordures, comme les forêts rhénanes, les Alpes ou l’espace pyrénéen. La géographie de ces espaces ne relève pas seulement de configurations topographiques mais aussi de divers facteurs politiques et économiques. Ainsi l’espace adriatique relie les mondes des Roms ou Sinti italiens et ceux de Grèce et des Balkans autour des circuits du commerce maritime. Les Sinti du royaume de Piémont-Sardaigne circulent dans un espace politique qui rassemble la Sardaigne, les terres génoises et piémontaises et, de l’autre côté des Alpes, le comté de Nice et la Savoie. De même, les sociétés gitanes se trouvent installées à la fois en France et en Espagne, de part et d’autre des Pyrénées, de Marseille à Barcelone et de Bordeaux à Bilbao51. Il faut noter que ce système fonctionne, comme le premier, selon des respirations propres et des équilibres qui relèvent des mécanismes de l’offre et de la demande et des spécialisations professionnelles qui ont cours au sein de chaque groupe familial. Le modèle des Circassiens sinti-piémontais, qui transitent entre France et Italie, reste ainsi emblématique mais ne doit pas masquer de multiples autres configurations plus complexes52.

  • 53 Voir par exemple le parcours exemplaire des Dimitrievitch, Dimitri Galitzine, « Aliocha. Des Dimitr (...)

32Un troisième système, dont il est difficile de déterminer l’origine exacte et dont les premières traces semblent apparaître à partir des années 1850 et 1860, est caractérisé par une circulation transcontinentale ou transméditerranéenne qui met en relation des espaces très éloignés les uns des autres. Pour comprendre cette configuration, il convient de préciser que les mondes tsiganes s’inscrivent dans un espace qui recoupe à la fois les territoires de l’Empire ottoman, de l’Empire russe, des empires d’Europe centrale et orientale et des espaces balkaniques naturellement, ainsi que des mondes scandinaves et des îles britanniques. De plus, les terres d’empire en Afrique du Nord et dans les Amériques du Sud, dès l’époque moderne, et du Nord, surtout au xixe siècle, mais aussi l’Afrique du Sud, l’Australie et les grandes métropoles asiatiques comme Shangaï accueillent des communautés tsiganes ou deviennent des lieux de passage courants à l’intérieur d’un vaste ensemble relationnel dont la nature se dévoile progressivement53. Si la division traditionnelle qui distingue les Sinti germaniques, les Manouches en France, les Gitans de la péninsule Ibérique, les Anglo-Romani, dit Gypsies, et les Roms orientaux permet de simplifier un cadre général et offre une présentation didactique utile, cette répartition schématique ne résiste pas à une analyse plus poussée.

  • 54 Johan Miskow, « Foreign Gypsies in Denmark », Journal of the Gypsy Lore Society, 3, 1924, n° 3, p.  (...)
  • 55 Voir aussi Johan Miskow, « Rebekka Demeter », Journal of the Gypsy Lore Society, 7, 1913-1914, n° 4 (...)

33Pour situer le cas français dans un contexte plus large et pour donner un exemple évocateur, choisi parmi une infinité dans les archives, il suffira de mentionner le travail de Johan Miskow (1875-1937), folkloriste et anthropologue danois qui publie en 1924 un court texte à propos des « Tsiganes étrangers au Danemark54 ». Il y est question de plusieurs familles installées au Danemark ou en transit vers la Suède, dont certains membres sont nés en France (en Alsace), d’autres en Norvège, en Allemagne, en Bavière (Schönberg), Saxe (Liebstadt, Halle), ou Thuringe (Nordhausen), mais aussi en Italie et en Albanie55. Cet exemple n’illustre cependant qu’un aspect d’un système extrêmement complexe et divers qui relie le Caucase à Liverpool et la Norvège à l’Espagne. La littérature à ce sujet rappelle l’existence de plusieurs groupes spécialisés dans le commerce international des chevaux (les Lovari) ou de ceux qui se spécialisent dans le travail du métal (les Kaldérash), mais là aussi de multiples exemples viendraient enrichir ces divisions et apporter une diversité bien plus grande que celle qui peut être, à ce jour, supposée.

Conclusion

34L’amplification des migrations orientales de groupes tsiganes à la fin du xixe siècle a suscité quelques propositions de modélisation des mondes tsiganes européens. Dans un contexte marqué par la nationalisation des États et la politisation croissante de la question des minorités, ethniques ou religieuses, la définition d’une identité tsigane s’est heurtée cependant aux difficultés posées par une succession entremêlée d’étapes historiques, une temporalité spécifique des modes de circulation et une géographie originale qui dépasse à la fois les aires géographiques traditionnelles, les limites et les frontières des États, des nations et des empires. Une présence tolérée et courante, partie prenante des sociétés d’Ancien Régime, se trouve désormais désignée comme une exception et une anomalie. Alors même que la mobilité des groupes kaldérash témoigne d’une reconfiguration importante des mondes tsiganes en Europe, ils sont pris pour cible par la littérature sociojuridique, académique et parascientifique qui utilise cet exemple pour déterminer des propriétés et des traits supposés, dont la valeur présentée comme négative est étendue à toute une population.

  • 56 Elena Marushiakova, Vesselin Popov, « “Gypsy” groups in Eastern Europe: Ethnonyms vs. professionyms (...)
  • 57 Adèle Sutre, « Des pièces d’or pour parcourir le monde. Les circulations transnationales de famille (...)

35Cette contagion des discours et des représentations a vraisemblablement joué un rôle important dans la politisation croissante de la « question tsigane ». Elle a aussi entraîné une dilution profonde, sur le plan intellectuel, de la diversité des communautés tsiganes et l’établissement d’une cartographie figée des ethnonymes et des professions, selon un dispositif qui se retrouve dans d’autres parties de l’Europe56. L’apport des études récentes, conduites par Adèle Sutre, sur les migrations transatlantiques et les présences tsiganes à l’échelle du monde aide à envisager un changement radical d’échelle et à prendre en compte le niveau micro-historique des morphologies sociales57. Penser la diversité des mondes tsiganes en France, au tournant du xxe siècle, considère ainsi d’éloigner tout cadre général pour envisager le mouvement d’une composante sociale, à la fois singulière et ordinaire, inscrite à la fois dans une Europe des passages et des métiers de l’itinérance et dans une transformation profonde des espaces dans lesquels s’inscrivent ces professions.

Haut de page

Notes

1 Voir Henriette Asséo, Les Tsiganes. Une destinée européenne, Paris, Gallimard, 1994 ; Leonardo Piasere, Roms. Une histoire européenne, trad. V. Dutaut, Paris, Bayard, 2011 [2004] ; Yaron Matras, The Romani Gypsies, Cambridge, Harvard University Press, 2015.

2 Katie Trumpener, « The time of the Gypsies: A “People without History” in the narratives of the West », Critical Inquiry, 18, 1992, n° 4, p. 843-884 ; Jim Mac Laughlin, « European Gypsies and the historical geography of loathing », Review (Fernand Braudel Center), 22, 1999, n° 1, p. 31-59. Voir aussi Klaus-Michael Bogdal, Europa erfindet die Zigeuner. Eine Geschichte von Faszination und Verachtung, Berlin, Suhrkamp, 2011.

3 David Mayall, Gypsy identities, 1500-2000. From Egipcyans and Moon-Men to the Ethnic Romany, Londres, Routledge, 2004 ; Adrian Marsh, Elin Strand (dir.), Gypsies and the Problem of Identities. Contextual, Constructed and Contested, Istanbul, Swedish Research Institute, 2006.

4 Voir Christophe Robert, Éternels étrangers de l’intérieur ? Les groupes tsiganes en France, Paris, Desclée de Brouwer, 2007.

5 Voir le dossier édité par Henriette Asséo, Massimo Aresu (dir.), « Zingari: una storia sociale », Quaderni Storici, 49, 2014, n° 2. Pour les espaces ottomans et caucasiens : Faika Çelik, « Limits of tolerance: The status of Gypsies in the Ottoman Empire », Studies in Contemporary Islam, 5, 2003, n° 1-2, p. 161-182 ; Ömer Ulusoy, Les êtres en marge. Les Tsiganes de l’Empire ottoman, Istanbul, Isis, 2013 ; Elena Marushiakova, Vesselin Popov, Gypsies in Central Asia and the Caucasus, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2016.

6 David Mayall, Gypsy Identities, 1500-2000…, op. cit. ; Felice Gambin (dir.), Alle radici dell’Europa. Mori, Giudei e Zingari nei paesi del Mediterraneo occidentale, secoli xv-xxi, 3 vol., Florence, SEID, 2008-2011.

7 Voir Ilsen About, « Écrire une histoire des mondes tsiganes : la découverte et le soulèvement des archives », in Ilsen About, Marc Bordigoni (dir.), Présences tsiganes. Enquêtes et expériences dans les archives, Paris, Le Cavalier Bleu, 2018, p. 17-39. Concernant les archives savantes, le Journal of the Gypsy Lore Society, publié à partir de 1888, constitue une source inestimable de relevés et d’enquêtes ethnographiques.

8 Aparna Rao (dir.), The Other Nomads: Peripatetic Minorities in Cross-Cultural Perspective, Köln, Böhlau Verlag, 1987 ; Leonardo Piasere (dir.), Comunità girovaghe, comunità zingare, Naples, Liguori, 1995.

9 Amit Yahav-Brown, « Gypsies, nomadism, and the limits of realism », Modern Language Notes, 121, 2006, n° 5, p. 1124-1147 ; Leo Lucassen, Wim Willems, « Gypsies in the Diaspora? The pitfalls of a biblical concept », Social History, 33, 2000, n° 66, p. 251-269 ; Ada Ingrid Engebrigsten, « Key figure of mobility: The nomad », Social Anthropology, 25, 2017, n° 1, p. 42-54.

10 Voir Henriette Asséo, « Izydor Kopernicki et les Roms de la Galicie polonaise », Études tsiganes, 2011, n° 48-49 p. 140-147 ; Adèle Sutre, « “They give a history of wandering over the world”. A Romani clan’s transnational movement in the early 20th century », Quaderni Storici, 49, 2014, n° 2, p. 471-498 ; Henriette Asséo, « L’inclusion exotique. Des Roms de la Galicie polonaise traversent l’Europe, 1900-années 1920 », in Mônica Raisa Schpun, Laurette Wittner (dir.), Migrações e espaços urbanos, São Paulo, Alameda [à paraître].

11 Les débats savants consacrés aux origines des migrations kaldérash, reliées ou non à la fin du servage en Moldavie et Valachie, furent réactivés au début des années 1990 : Angus Fraser, « The Rom migrations », Journal of the Gypsy Lore Society, 2, 1992, n° 2, p. 131-145 ; Thomas A. Acton, « Rom migrations and the end of slavery: A rejoinder to Fraser », Journal of the Gypsy Lore Society, 3, 1993, n° 3, p. 77-88. Une intégration plus large aux dynamiques migratoires continentales a depuis élargi les perspectives, voir Leo Lucassen, « Hungarian coppersmiths in Western Europe from the 1860s to Word War I », in Klaus J. Bade, Pieter C. Emmer, Leo Lucassen, Jochen Oltmer (dir.), The Encyclopedia of Migration and Minorities in Europe from the 17th Century to the Present, Cambridge, Cambridge University Press, 2011, p. 480-482.

12 Arthur Bordier, « Les Tziganes », Bulletin de la Société dauphinoise d’ethnologie et d’anthropologie, 1907, n° 1-2, p. 57-61.

13 Ibid., p. 57-58.

14 Voir par exemple Paul Bataillard, « Quelques mots sur les bohémiens hongrois », Bulletin de la société d’anthropologie de Paris, 4, 1869, p. 549-552.

15 Robert Andrew Scott Macfie, Andreas (Mui Shuko), Gypsy Coppersmiths in Liverpool and Birkenhead, Liverpool, H. Young and sons, 1913, p. 41-43. Adèle Sutre a étudié ces modalités de circulation dans Adèle Sutre, « “They give a history of wandering over the world”… », art. cit. Voir aussi id., Du parcours du monde à son invention. Géographies tsiganes en Amérique du Nord des années 1880 aux années 1950, thèse de géographie, Paris, École des hautes études en sciences sociales, 2017.

16 Henriette Asséo, « L’inclusion exotique… », art. cit.

17 « Passage d’une troupe de Tziganes calderrari à Lyon », Bulletin de la Société d’anthropologie de Lyon, 29, 1910, p. 11-12.

18 Ibid.

19 Guido Malagola, « Gli zingari », La lettura Rivista mensile del Corriere della Sera, 1, 1904, n° 12, p. 1116-1120.

20 Augustus E. John, « Russian Gypsies at Marseilles and Milan », Journal of the Gypsy Lore Society, n° 4, 1911, p. 217-234, cit. p. 218 [traduction de l’auteur].

21 Voir par exemple Daniel Roche, Les circulations dans l’Europe moderne, xviie-xviiie siècles, Paris, Fayard, Pluriel, 2011 [2003] ; Josef Ehmer, Stan Nadel, Annemarie Steidl, Hermann Zeitlhofer (dir.), European Mobility. Internal, International, and Transatlantic Moves in the 19th and early 20th Centuries, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2009.

22 Émile Zola, « Souvenirs, IX », in id., Nouveaux contes à Ninon, Paris, G. Charpentier, 1878, p. 181-188, cit. p. 187-188.

23 Camille Audigier, « Les Bohémiens », Le Correspondant, 79, 25 octobre 1907, p. 358-377, cit. p. 359.

24 Voir Ilsen About, « De la libre circulation au contrôle permanent. Les autorités françaises face aux mobilités tsiganes transfrontalières, 1860-1930 », Cultures & Conflits, 2010, n° 76, p. 15-37.

25 Camille Audigier, « Les Bohémiens », art. cit., p. 360.

26 Laurent Dornel, « “Bohémiens, Tsiganes et nomades” : la construction d’une figure particulière de l’étranger au xixe siècle », Études tsiganes, 2011, n° 47, p. 10-25 ; Emmanuel Filhol, Le contrôle des Tsiganes en France (1912-1969), Paris, Karthala, 2013.

27 Camille Audigier, « Les Bohémiens », art. cit., p. 361.

28 Voir François de Vaux de Foletier, Les Bohémiens en France au xixe siècle, Paris, Lattès, 1981.

29 Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe, xve-xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1993 ; Paul-André Rosental, Les sentiers invisibles. Espaces, familles et migrations dans la France du xixe siècle, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999 ; Sigrid Wadauer, « Mobility and irregularities: Itinerant sales in Vienna in the 1920s and 1930s », in Thomas Buchner, Philip R. Hoffmann-Rehnitz (dir.), Shadow Economies and Irregular Work in Urban Europe (16th to early 20th Centuries), Vienne, Münster, 2011, p. 197-216 ; Jeroen Salman, Pedlars and the Popular Press. Itinerant Distribution Networks in England and the Netherlands, 1600-1850, Leyde, Brill, 2014.

30 Voir Peter Sahlins, Boundaries. The Making of France and Spain in the Pyrenees, Berkeley, University of California Press, 1989 ; Ilsen About, « Building lines between Nations. Border-making and police practices at the French-Italian frontier, 1890-1914 », in Lisa Antéby-Yémini et al. (dir.), Borders, Mobilities and Migrations. Perspectives from the Mediterranean, 19-21st Century, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 2014, p. 41-56.

31 « Gardez-vous des romanichels », La Vie à la campagne, 15 juillet 1909. Voir aussi « Les Romanichels. Comment les Bohémiens font parler les murs », Jardins et basses-cours, 20 novembre 1910, n° 66, p. 461-462.

32 Leonardo Piasere, « I segni “segreti” degli zingari », La Ricerca folklorica, 31, 1995, p. 83-105.

33 Jean Frollo, « Les Bohémiens de France », Le Petit Parisien, 8 juillet 1901.

34 « Mœurs de Bohémiens. La mort d’un nomade, un superbe enterrement », L’Ouest-Éclair, 18 mars 1903.

35 « Une malice de romanichels », Gil Blas, 22 avril 1902.

36 Cette articulation apparaît dans de nombreux exemples étudiés localement : Adèle Sutre, « Les Bohémiens du pays ». Une étude de l’inscription territoriale des Bohémiens dans le sud-ouest de la France au xixe et au début du xxe siècle, mémoire de master, Paris, École des hautes études en sciences sociales, 2010 ; Lise Foisneau, La famille contre l’État. Histoire anthropologique d’une famille romani dans l’espace national (1860-1946), mémoire de master, Paris, Institut d’études politiques de Paris, 2014.

37 Victor de Rochas, Les Parias de France et d’Espagne (Cagots et Bohémiens), Paris, Hachette, 1876, p. 271.

38 Ibid., p. 271 et 284.

39 Voir Le livre des Gitans de Perpignan, avec la participation de la communauté gitane de la ville et la contribution de quelques Payos, Paris, L’Harmattan, 2003.

40 Raymond Lizop, « Une émeute raciale à Toulouse en 1895 (Faubouriens contre Gitans) », L’Auta, 1967, n° 350, p. 114-122.

41 Voir à ce sujet Emmanuelle Stitou, « L’affaire des Gitanos. Chronique d’une flambée raciste à Toulouse à la fin du xixe siècle », Études tsiganes, 2008, n° 30, p. 10-25 ; Emmanuel Filhol, « Une émeute anti-gitane. Toulouse, 25 septembre 1895 », Recueil Alexandries, 2016. URL : http://www.reseau-terra.eu/article1367.html

42 Ilsen About, « Roma under surveillance in urban context. Control, identification and expulsion in Paris, Lyon, Marseille, 1900s-1930s », in Hilde Greefs, Anne Winter (dir.), Migration, Regulation and Materialities of Identification in European Cities, 1500-1930s, Londres, Routledge, 2018 [à paraître].

43 Émilie Braga, Les Bohémiens de la région parisienne. Entre fantasmes et réalités (1850-années 1930), mémoire de master, Paris, Université Panthéon-Sorbonne, 2011.

44 Voir par exemple Clément Caraguel, « Un enterrement de Bohémiens dans la forêt », in Charles Asselineau et al., Fontainebleau. Paysages, légendes, souvenirs, fantaisies, Paris, Hachette, 1855, p. 197-205.

45 Voir Alain Reyniers, « L’installation des Sinti dans les Vosges du Nord au xixe siècle », Études tsiganes, 1990, n° 36, p. 38-57.

46 Voir Louise Pisla Helmstetter, Sophie Képès, Sur ces chemins où nos pas se sont effacés. Souvenirs d’une Tzigane d’Alsace, Strasbourg, La Nuée bleue, 2012 ; Marie-Paul Dolle, Aimé Spitz, « Quelques installations de Tsiganes en Alsace », Études tsiganes, 1972, n° 18, p. 20-25 ; Jean-Luc Poueyto, « Le nom, l’État et la personne chez les Manouches de la région paloise », in Agnès Fine, Françoise-Romaine Ouellette (dir.), Le Nom dans les sociétés occidentales contemporaines, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2005, p. 71-92.

47 Voir Lick, Scènes de la vie manouche. Sur les routes de Provence avec les Sinti piémontais, 1935-1945, Châteauneuf-les-Martigues, Wallada, 1998 ; Tavo Burat, « I Sinti piemontesi », Studi piemontesi, 28, 1999, n° 2, p. 519-522 ; Pascal Robert, « La migration des Sinté piémontais en France au xxe siècle », Études tsiganes, 2004, n° 18-19, p. 29-51.

48 Remy Welschinger, Vanniers (Yeniches) d’Alsace. Nomades blonds du Ried, Paris, L’Harmattan, 2013.

49 Orsetta Bechelloni, « Mobilité, circulation et enracinement : une histoire de sédentarisation en pays bourguignon », in Noël Barbe, Emmanuelle Jallon (dir.), Migrations, itinérance, mobilités, Vesoul, conseil général de la Haute-Saône, 2008, p. 114-140.

50 Voir par exemple les études de cas : Frère E. Boireau, « Les Gitans dans le Saumurois », Monde gitan, 1967, n° 2, p. 13-18 ; l’équipe diocésaine de Clermont-Ferrand, « Les Manouches d’Auvergne », Monde gitan, 1967, n° 4, p. 14-20. Voir aussi François de Vaux de Foletier, « Voyages et migrations des Tsiganes en France au xixe siècle », Études tsiganes, 1973, n° 3, p. 1-30 ; Marie-Paul Dollé, Les Tsiganes manouches, Sand, M.-P. Dollé, 1980. Voir aussi le témoignage d’André Barthélémy, Routes de Gitanie, Paris, Le Centurion, 1982.

51 Voir en particulier Bernard Leblon, Les Gitans d’Espagne. Le prix de la différence, Paris, Presses universitaires de France, 1985.

52 Paola Trevisan, « Sinti e circensi: Storia di un legame invisibile », in Felice Gambin (dir.), Alle radici dell’Europa…, vol. 3, op. cit., p. 255-274.

53 Voir par exemple le parcours exemplaire des Dimitrievitch, Dimitri Galitzine, « Aliocha. Des Dimitrievitch aux Tziganes Dimitrievitch », Études tsiganes, 2005, n° 23-24, p. 160-175 ; Paul French, « Gypsies of Shangai: The Roma community of late 1930s and 1940s Shangai and their role in the city’s entertainment industry », Journal of the Royal Asiatic Society China, 75, 2013 n° 1, n.p.

54 Johan Miskow, « Foreign Gypsies in Denmark », Journal of the Gypsy Lore Society, 3, 1924, n° 3, p. 47-48.

55 Voir aussi Johan Miskow, « Rebekka Demeter », Journal of the Gypsy Lore Society, 7, 1913-1914, n° 4, p. 247-260 ; Johan Miskow, « Gypsies in Sweden and Denmark », Journal of the Gypsy Lore Society, 3, 1929, n° 8, p. 134-140.

56 Elena Marushiakova, Vesselin Popov, « “Gypsy” groups in Eastern Europe: Ethnonyms vs. professionyms », Romani Studies, 23, 2013, n° 1, p. 61-81.

57 Adèle Sutre, « Des pièces d’or pour parcourir le monde. Les circulations transnationales de familles tsiganes au tournant du xxe siècle », Autrepart, 2013, n° 67-68, p. 53-68.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ilsen About, « Ancrages et circulations. La diversité des sociétés romani-tsiganes en France au début du xxe siècle », Diasporas, 31 | 2018, 35-50.

Référence électronique

Ilsen About, « Ancrages et circulations. La diversité des sociétés romani-tsiganes en France au début du xxe siècle », Diasporas [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 21 août 2018, consulté le 16 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/1021 ; DOI : 10.4000/diasporas.1021

Haut de page

Auteur

Ilsen About

Ilsen About est chargé de recherche au CNRS, rattaché au Centre Georg-Simmel de l’École des hautes études en sciences sociales. Auteur de travaux sur l’histoire de l’identification à l’époque contemporaine, ses recherches actuelles portent sur l’histoire des politiques anti-tsiganes au xxe siècle et sur l’histoire des sociétés romani contemporaines en Europe. Il a publié, avec Vincent Denis, une Histoire de l’identification des personnes (La Découverte, 2010) et codirigé les ouvrages Identification and Registration Practices in Transnational Perspective. People, Papers and Practices (Palgrave, 2013), Présences tsiganes. Enquêtes et expériences dans les archives (Le Cavalier Bleu, 2018) et Mondes tsiganes. Une histoire photographique, 1860-1980 (Actes Sud, 2018).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals