Navigation – Plan du site
Varia

L’idéologie raciale aux États-Unis : Edward A. Ross et la construction du discours antisémite

Racial Ideology in the USA: Edward A. Ross and the construction of the antisemitic narrative
Adele Valeria Messina
Traduction de Nadia Iera
p. 115-129

Résumés

L’importance de l’accès ouvert et son efficacité pour l’histoire contemporaine et les sciences sociales sont au cœur de cet article. Cette étude tente de démontrer que la recherche ne devient réelle et cohérente que lorsque les ressources sont bien utilisées et que leur accès est libre. L’objectif principal de ce travail est donc de montrer le bon fonctionnement de l’accès ouvert, que celui-ci permet d’obtenir des résultats positifs et constitue un outil privilégié dans la stratégie contemporaine des recherches sociales. Après cette première réflexion, l’analyse d’une étude de cas sera proposée de manière approfondie.

Cet article est l’aboutissement d’une recherche menée par l’auteur pour son doctorat à travers la lecture de revues sociologiques en ligne sur EBSCOhost. Il entend aider à comprendre comment les objets cités, les métadonnées descriptives et les citations ont permis de mettre en lumière un problème inconnu : la culture de l’idéologie raciale aux États-Unis aux xixe et xxe siècles. La conviction profonde qui anime ce travail est que le dialogue interdisciplinaire est non seulement possible mais fécond.

Haut de page

Notes de l’auteur

L’auteur remercie Nadia Iera pour sa traduction de l’italien.

Texte intégral

« Et c’est vrai : l’histoire préfère l’ordre au désordre et l’historien qui l’écrit ne va pas toujours chercher au-delà. »
Pierre Vidal-Naquet, « Le héros, l’historien et le choix » (1993)

Introduction

1L’un des plus importants changements socio-économiques et scientifiques de ces dernières années a été la reconnaissance de l’utilité du dispositif d’accès ouvert à des formats détachables. Les nouvelles technologies et les données mises à disposition sur le web par la communauté scientifique rendent les ressources plus accessibles au public, mais surtout permettent aux chercheurs de consulter de nouvelles sources innovantes et réutilisables. Cela permet une manipulation flexible et souple, plus rapide, ainsi que l’enrichissement et la découverte d’autres textes et de nouvelles données. L’utilisation de ces technologies, des technologies du web sémantique et des données favorise la construction et la préservation d’identifiants permanents et univoques, par conséquent le développement et le maintien de bases de données.

  • 1 Cf. Peter Suber, Qu’est-ce que l’accès ouvert ? Marseille, OpenEdition Press, 2016, DOI : 10.4000/b (...)

2Aujourd’hui, cette question suscite l’intérêt de nombreuses disciplines : de la sociologie à l’histoire, en passant par les sciences politiques et la géographie. Le libre accès aux publications scientifiques est important pour la reproduction et la vérification de la recherche. Le débat sur cette question soulève de nouvelles interrogations quant aux données existantes, mais il fait avancer l’état de la recherche et surtout, en ce qui nous concerne, nous permet de prendre connaissance de faits historiques méconnus. Après l’obtention d’une licence ouverte et l’autorisation de l’université concernant la libre réutilisation, à condition de citer la source des données, des effets inattendus peuvent se produire pour la recherche. Suite à la semaine consacrée au libre accès aux publications scientifiques, du 24 au 28 octobre 2016 à Prague, et pour tenter de comprendre les changements en matière d’ouverture des informations publiques, cet article s’attache à souligner les points positifs de la mise en ligne de jeux de données1.

3La technologie n’a cessé de révolutionner les sciences humaines et, après l’invention de la machine à écrire, de l’ordinateur ou d’Internet, nous vivons aujourd’hui le début d’une nouvelle révolution dans ce domaine : celle des données ouvertes. Les sciences humaines peuvent se développer et diffuser leurs résultats grâce à des revues en ligne en libre accès. Notre objectif ici est de démontrer l’utilité de l’open access (accès ouvert) pour les chercheurs, et de la mise à disposition des articles dans les archives ouvertes aux utilisateurs.

4Cette étude n’entend pas énumérer les lois relatives à l’accès libre, mais plutôt exposer un exemple concret rendu possible grâce à un accès ouvert aux articles. Cette présentation nous semble utile pour deux raisons : elle permet d’abord de souligner l’importance de la mise en ligne de jeux de données ; elle est ensuite l’occasion d’insister sur l’intensification de la circulation internationale des données. En effet, sans l’existence de cet accès ouvert, l’étude de cas exposée ici n’aurait probablement pas été dévoilée.

Les données ouvertes : un nouveau tournant

  • 2 Dariah Winter School in Prague, « Open data citation for social sciences and humanities » [En ligne (...)

5« Publikování » est un mot tchèque qui signifie rendre public et que j’ai découvert le 24 octobre 2016 à l’université Carlova de Prague, à l’occasion du séminaire « Open data citation for social science and humanities »2. Ce terme est étroitement lié à l’étude de cas que nous allons évoquer. Plusieurs questions peuvent être soulevées : que veut-on rendre public et de quelle manière ? Est-il possible de concilier le principe de l’accès ouvert et les droits d’auteur ? Durant la semaine du libre accès ayant eu lieu à Prague, ce sont justement les deux adjectifs « libre » et « public » qui ont été associés à la recherche académique.

6Notre réflexion est donc axée sur un texte et sa publication : la nécessité de partager avec les autres la connaissance de faits et de fournir au public utilisateur la possibilité de réutiliser les sources pour une connaissance publique. Le plan de gestion des données implique que les données de la recherche passent de l’accessibilité à l’inter-opérabilité et deviennent ainsi réutilisables. Tout ce qui est numériquement archivé sera diffusé : tout devient visible, source de savoir et de connaissance. C’est exactement à ce moment-là qu’un dilemme se pose : le matériel qui n’est pas proposé en accès ouvert est-il écarté de la connaissance universelle ? De plus, paradoxalement, cette même phase d’auto-archivage soulève un autre problème : tout lecteur-utilisateur, en tant que bénéficiaire de l’œuvre, peut potentiellement devenir auteur. Il semble donc plus que normal de se demander à qui appartient le droit de copie (copyright) ou de diffusion des données ; il est tout aussi légitime de se demander qui héritera des compétences et des responsabilités à la place de l’éditeur. Il semble que l’éditeur ne soit pas le seul qui diffuse les données et les recherches : elles sont rendues publiques par quiconque les utilise après les avoir lues. Selon la loi italienne du 22 avril 1941 n. 633, par exemple, chaque auteur détient le droit de propriété intellectuelle de son œuvre dès sa création. En 2003, la déclaration de Berlin se prononce de manière claire sur le choix entre l’accès ouvert et les droits d’auteur et de paternité. En revanche, la conférence de Trente, « Pubblicazioni scientifiche, diritti d’autore ed Open Access », du 20 juin 2008, s’accorde sur la nécessité de céder les droits d’auteur sous forme non exclusive : il serait donc préférable d’utiliser les licences Creative Commons, de ne céder que les droits d’exploitation économique, de demander un droit de publication dans les archives institutionnelles. Tout cela parce que certains droits d’auteur sont réservés. À ce niveau cependant – pour paraphraser le proverbe quis custodiet ipsos custodes ? (qui gardera ces gardiens ?) –, qui s’assure du respect des droits d’auteur ?

7Bien évidemment, pour pouvoir lire les textes, il faut avoir libre accès aux sources et archives. Cependant, avec l’apparition de l’accès ouvert, les archives traditionnelles – lieux qui recèlent des trésors où puiser des ressources et où se rendre personnellement – risquent de perdre toute valeur, de ne plus être aussi importantes qu’elles l’étaient auparavant : en d’autres termes, ces lieux risquent de ne plus être aussi fréquentés qu’avant. Les recherches menées à travers des variables booléennes peuvent les limiter : en ce sens qu’elles les confinent et les bloquent. De plus, une recherche lancée à travers l’utilisation de mots-clés finit par ne pas tenir compte d’aspects qui émergeraient au cours d’une recherche faite en consultant directement des archives. Bien évidemment, l’accès ouvert ne fonctionne pas de la même manière pour toutes les disciplines : pour les disciplines scientifiques, la situation est assez différente.

8Nous étudierons ici un cas que nous avons découvert uniquement grâce aux données de la recherche et au libre accès au texte intégral de nombreuses publications mises en ligne en anglais à travers la plateforme EBSCO. La plupart du matériel en accès ouvert est en effet écrit surtout en anglais – et ce vecteur linguistique représente clairement une limite.

9Le libre accès permet de mettre en lumière des textes qui ne sont pas connus, mais surtout de savourer le texte. Dans cette étude de cas, le xml (langage de balisage extensible) a été fondamental parce qu’il nous a permis d’apprécier chaque mot du texte et s’est avéré un excellent outil permettant la réutilisation des données. Le cas que nous allons aborder est précisément le résultat de recherches menées à travers l’accès ouvert aux données : les articles sur lesquels nous avons travaillé étaient en accès ouvert, ainsi l’usager n’a pas dû faire face à des dépenses. Le problème des coûts nous intéresse particulièrement puisqu’il est lié à la qualité de la recherche. Avec l’accès ouvert, les dépenses – celles du processus éditorial ou du peer review (l’évaluation par les pairs), par exemple – sont couvertes par l’auteur, par l’université d’origine de ce dernier ou par les organismes qui financent la recherche. Un problème fondamental apparaît cependant : si l’auteur paie l’évaluation par les pairs aux revues en accès ouvert concernées, à quel point la recherche est-elle scientifique, à partir du moment où elle est influencée par l’auteur qui se charge des dépenses ? Bien entendu, ce dernier ne touchera jamais rien pour son travail : il n’attend rien d’autre en échange qu’une certaine visibilité, contrairement aux auteurs d’ouvrages non scientifiques. Mais ceci est une autre histoire.

10Pour en revenir à notre cas, la nouveauté fondamentale est que ce dernier a mis en évidence un thème inédit et qu’il a ouvert la voie à d’autres recherches : l’idéologie raciale aux États-Unis.

  • 3 Edward A. Ross, « The Post-War intellectual climate », American Sociological Review, X, 1945, n° 5, (...)

11Edward A. Ross est un sociologue américain dont le nom commence à être connu dans les milieux universitaires lorsqu’en 1945, à la fin de la Première Guerre mondiale, il décrit dans l’American Sociological Review (ASR) les horreurs qu’Hitler et l’idéologie raciale ont perpétrées en Europe. L’histoire de Ross, l’un des pères fondateurs de la sociologie américaine, est loin d’être simple. En feuilletant cette revue, il est intéressant d’observer la manière dont il condamne ouvertement, et seulement à la fin du conflit, l’idéologie de la race supérieure. Il avait déjà été séduit par cette dernière et par le culte de la biologie entre la fin du xixe siècle et le début du siècle suivant3.

12Il nous semble intéressant de préciser à quel moment l’idéologie de la « bonne » ou « belle race » commence à faire partie des pratiques discursives sociologiques et comment elle s’approprie les concepts appartenant à la zoologie, à la chimie, aux sciences naturelles dans leur sens large ; pour comprendre, en dernier lieu, le parcours à travers lequel des catégories comme « ethnos », « relation sociale », « groupe primaire » ont été re-signifiées à la lumière des théories biologiques raciales, devenant des notions particulières issues du champ sociologique, mais avec une signification spécifique pour les sciences naturelles ou positives.

  • 4 Cf. Alexandra Stern, Eugenic Nation: Faults and Frontiers of Better Breeding in Modern America, Ber (...)

13Le fichier xml nous a donné la possibilité d’entrer dans le texte et de lire qu’à partir de 1897 et durant les trente premières années du xxe siècle, la sociologie américaine a été traversée par une phase anti-illuministe se présentant sous forme d’eugénisme social, racisme biologique et antisémitisme, non plus simplement dans le sens traditionnel. Au cours des années précédant l’avènement du nazisme, elle est fortement influencée par ces mêmes théories idéologiques qui dégénérèrent en Europe, conduisant à l’extermination des juifs4. De nombreuses idées concernant la « bonne race » – le terme utilisé est eugénétique, du suffixe grec ευ (eu), « bon », et du mot γήνος (ghenos), « race, descendance ou lignée de sang » – commencent à circuler dans les milieux académiques de la sociologie américaine au début du xxe siècle. L’idéologie d’une race meilleure, c’est-à-dire parfaite et pure car non contaminée par des germes dégénératifs, s’insinue assez rapidement dans la pensée de nombreux intellectuels, influençant leurs théories.

14Ces données ouvertes permettent de reconstruire l’histoire de l’eugénisme aux États-Unis. Par exemple, à la base du succès de l’eugénétique dans les cercles sociologiques des États-Unis, on trouve d’abord la nécessité pour la sociologie de devenir une discipline scientifique : elle introduit à cet effet dans ses élaborations discursives une série de termes spécifiques à la physique et à la chimie. Elle s’approprie donc des dispositifs conceptuels qui ne lui sont pas propres mais qui lui sont utiles pour jouir d’un statut scientifique, au même titre que les sciences naturelles. Les références à la biologie de type racial ainsi qu’à des expressions particulières de l’eugénétique servent plutôt à affronter la crise économique internationale à partir de 1929.

  • 5 Voir Martin Bulmer, The Chicago School of Sociology : Institutionalization, Diversity, and the Rise (...)

15Un groupe de chercheurs se réunit pour expliquer les changements provoqués par la modernité (Henry Hughes, Lester F. Ward, William G. Sumner, Edward A. Ross, Albion W. Small) et pour trouver des solutions de nature pratique ; il propose l’avènement d’une société meilleure, débarrassée de toutes ses composantes, en particulier les immigrés d’Europe de l’Est qui, selon eux, contribuent au contraire à son insuccès. Certains d’entre eux occupent également un poste au gouvernement, comme Lester F. Ward, le premier président de l’American Sociological Society (1906-1908), qui travaillera pendant plus de quarante ans en tant qu’expert pour le gouvernement américain5. Dans les milieux sociologiques à Chicago, Harvard, Yale, Stanford, du Wisconsin ou à Columbia, des connotations antisémites s’ajoutent à un langage racialement marqué : les locutions telles que « race juive » ou « les Juifs sont comme des caillots insolubles » ne sont pas rares.

16Ross est un personnage influent impliqué dans la construction sociale de l’idée des « juifs en tant que race », grâce aux dispositifs propres aux sciences naturelles. Pour ce chercheur, il serait opportun, pour une Amérique meilleure, de débarrasser le pays des « caillots insolubles », des individus considérés comme des menaces biologiques pour la santé de la nation, et de favoriser une société constituée uniquement des descendants des colonisateurs anglo-saxons.

Lorsque l’accès ouvert fonctionne

  • 6 Cf. Richard Hofstadter, Social Darwinism in American Thought, Boston, Beacon Press, 1955.

17La plateforme EBSCO nous a permis de lire de nombreux textes de Ross et de découvrir le premier point dans l’agenda de Ward, Ross et Small : c’est-à-dire la question sociale de l’immigration, au sujet de laquelle ont souvent été avancées des propositions théoriques aux parfums xénophobes évidents, et qui parfois ont atteint des formes de zèle réel contre les étrangers. L’afflux ininterrompu et en continuelle augmentation de personnes aux traditions religieuses et culturelles inhabituelles est perçu comme un danger imminent à conjurer. Dans un effort de préservation du caractère national du pays, faisant toutefois progresser – (γραίδιον) graidion, avancer, (προ) pro, vers le bon-beau absolu – la société américaine. Un discours spécifique sur le type de nation idéale est construit par certains de ces chercheurs. Les catégories de personnes habitant sur le sol américain et y exerçant de manière légitime la souveraineté sont clairement indiquées. Ce qui prête à réflexion est que, dans ce contexte, comme nous l’avons indiqué précedemment, la sociologie n’est pas encore une science positive : dans sa tentative de le devenir, elle commence à se biologiser. Elle adopte des termes appartenant aux sciences naturelles sans en changer la signification ; le sens originaire des mots empruntés remplace un sens proprement sociologique ; enfin, elle adopte seulement la signification conceptuelle pour créer de nouvelles expressions. Durant la période située entre le xixe et le xxe siècle, les sciences naturelles se rapprochent des théories sur l’hérédité et des études sur l’amélioration de l’espèce humaine. Cependant, à partir du moment où la discipline sociologique s’empare du concept de darwinisme et des catégories appartenant à l’eugénétique (« race », « sélection »), pour trouver des solutions au problème des immigrés en surnombre, ses pratiques discursives dégénèrent. La rencontre entre pressions du mouvement eugéniste et réflexions sociologiques de cette nature débouchera sur différentes formes de pensée eugénétique et sur des politiques à contenu racial6.

18Selon ces sociologues, face au problème de l’immigration, et pour préserver au mieux l’ethnie nationale américaine (l’άριστον, ariston), il faut favoriser les meilleurs. Les well-comers et les well-borns appartiennent à cette catégorie de personnes. Ces derniers sont ceux qui sont « bien nés » et descendent des premiers colons du Nouveau Monde, ils sont aryens et protestants ; les well-comers sont quant à eux les « bienvenus », car descendants des premiers colonisateurs, c’est-à-dire des habitants de la Nouvelle Angleterre. En fait, derrière le mot « bien » (well) se cache l’idée de sélection sociale. Les traditions et les coutumes de culture protestante ainsi que la langue anglophone constituent donc à leurs yeux les seules valeurs dignes de transmission. La tradition culturelle protestante favorise néanmoins la formation de situations xénophobes et antisémites. D’autre part, les mœurs et les comportements des immigrés d’Europe orientale de culture hébraïque sont jugés comme des éléments particulièrement polluants. Ce sont des « grumeaux insolubles » (insoluble clots), une expression biologique au sens négatif, se référant au caillot, au sang coagulé, renvoyant de manière évidente à des cas pathologiques. L’idée qu’il existe des races inférieures nuisant à la société américaine et causant des tensions et des contradictions sociales modernes est ainsi lentement inoculée : c’est vers elle que conflue à petites doses la haine qui, en Europe, culminera ensuite dans la violence de masse.

La fonctionnalité des revues en ligne sur EBSCO : le cas du sociologue Ross

19On peut dire que l’idéologie du progrès social s’unit à celle de la « race supérieure » et le cas du sociologue Ross le montre clairement. Cette recherche hémérographique nous a permis de trouver un article de Ross intéressant où l’on peut lire deux termes particulièrement significatifs : « insoluble » et « caillot ». C’est ici que se situe le point de départ : ces métadonnées sont liées à d’autres métadonnées et méta-informations.

  • 7 Sur les subventions pour la recherche, voir Jennifer Platt, A History of Sociological Research Meth (...)
  • 8 Cf. John L. Gillin, « The personality of Edward Alsworth Ross », American Journal of Sociology, XLI (...)

20Durant sa carrière académique, Ross écrit 27 livres et 300 articles. Son profil reflète suffisamment le parcours de l’eugénisme social américain. L’intense et turbulente activité académique de Ross, ou mieux encore ses discours sur la « bonne race » américaine permettent de reconsidérer la période de réforme de la société américaine sous l’influence de l’idéologie du progrès et de comprendre comment cette pensée a obtenu un large consensus dans les milieux sociologiques, étant également utilisée par les chercheurs en sociologie pour légitimer des réformes à fond politique7. Théoricien raciste et eugéniste, partisan d’une sociologie appliquée, populiste déterminé, de par ses positions politiques Ross entrera en conflit avec Leland Stanford, veuve du fondateur de l’université homonyme, et en sera donc expulsé en 1900. Après son renvoi de l’université de Stanford, Ross travaillera dans celle du Wisconsin (1906-1937)8 et, jusqu’à la fin des années 1920, il emploiera dans ses analyses sociologiques des expressions propres à la biologie ou à la zoologie. Au cours de ce siècle, le mythe anglo-saxon l’obsède et, avant la Grande Guerre, son aversion manifeste pour les immigrés d’Europe de l’Est le conduit à occuper une position influente au sein de l’Immigration Restriction Movement (Mouvement de Restriction de l’Immigration). Après le conflit, il entretiendra des rapports avec l’aile raciste du mouvement eugéniste et avec les membres les plus idéologistes qui soutiennent la pureté de la race nordique.

  • 9 Joyce O. Hertzler, « Edward Alsworth Ross: Sociological pioneer and interpreter », American Sociolo (...)

21Né en 1866 à Virden, dans l’Illinois, fils du fermier William Carpenter Ross et de la maîtresse d’école Rachel Alsworth, Ross effectue sa formation dans l’Iowa ; orphelin à 10 ans, il est en effet élevé par trois familles, en particulier les Beach, résidant dans cet État. À 17 ans, il commence à enseigner dans une école de campagne. Amateur de culture et de sciences, il étudie des matières comme l’économie et la philosophie dans différentes académies, du Coe College, dans l’Iowa, où il obtient son baccalauréat en 1886, à l’université Johns Hopkins où il deviendra docteur de recherche en « économie politique, philosophie et éthique » en 1891, en passant par Berlin dans les années 1888-18899. Son statut d’intellectuel migrant influencera sa réflexion sociologique et le style de ses œuvres. Les valeurs de Ross semblent surtout déterminées par les enseignements de parents presbytériens, par la piété religieuse des protestants originaires d’Irlande du Nord, et par les mœurs des agriculteurs du Midwest où il grandit. L’orgueil ethnocentrique l’amène à s’identifier aux descendants des Irlandais du Nord, estimés comme la meilleure race de par leurs qualités physiques et leurs attitudes caractérielles. Selon Ross, ceux-ci doivent être considérés de souche supérieure à cause de leurs victoires sur les Britanniques et sur les Indiens durant la conquête de l’Ouest.

  • 10 Voir Edward A. Ross, « The causes of race superiority », Annals of the American Academy of Politica (...)

22Profondément convaincu de la supériorité des Nordiques, comme d’autres chercheurs de l’époque (ses collègues Robert M. MacIver et Frederick J. Turner, ou Josiah Strong et William J. Bryan, natifs du Midwest), il considère que les institutions américaines, aussi bien politiques que sociales, doivent être remodelées et revenir aux principes des Teutons, peuple amateur de liberté qui habitait la Forêt-Noire dans l’Allemagne médiévale10.

23Ross peut être considéré comme l’un des pères fondateurs de la catégorie sociologique de « supériorité ». Les termes « nativisme » et « environnementalisme », qui expriment un attachement démesuré à son lieu de naissance, constituent deux idéologies qui, bien que superposables, présentent des particularités spécifiques. En général, alors que le terme « nativisme », du latin « nascor », « naître », renvoie à ceux de descendance, de sang, en revanche l’amour pour l’environnement physique, « environnementalisme », met en jeu la notion de territoire-sol. Le point de superposition des deux « ismes » est dû au fait que tous deux contribuent à définir la nation, l’un à travers la signification de « sang », l’autre à travers celle de « sol ».

  • 11 Julius Weinberg, « E.A. Ross: The progressive as nativist », The Wisconsin Magazine of History, L, (...)

« Ross aimait s’auto-identifier aux honnêtes Anglo-Saxons blonds aux yeux bleus, les qualités qu’il leur reconnaissait correspondant en effet au portrait idéalisé qu’il faisait des hommes écossais et irlandais. Tous deux étaient particulièrement individualistes, énergiques et avaient un sens moral fortement marqué11. »

  • 12 Edward A. Ross, « The Post-War intellectual climate », art. cit, p. 648.

24Ce discours renforce le stéréotype du juif, émigré de l’Est, avare et improductif. Pour de nombreux sociologues, le nativisme américain, c’est-à-dire l’idéologie qui soutient la supériorité teutonique, représente la seule forme capable d’offrir des solutions concrètes aux questions sociales de la modernité et de l’immigration. Quand une société traditionnelle change et perd son équilibre, le seul élément qui semble garantir l’inaltérabilité et la sécurité est le sang, en tant que signe inchangé d’identité et d’appartenance. En ce sens, l’apologie de la race confère fermeté et stabilité à un monde en crise. Dans un pays incapable de gérer les conséquences sociales de l’immigration, le sang des résidents commence à être considéré comme plus pur que celui du voisin qui vient d’arriver. La race apporte une réponse à l’angoisse identitaire que génère l’étranger immigré porteur de nouveauté, dans ce cas les juifs qui résident en ville – représentant la modernité de manière absolue, et incarnant donc les inquiétudes et les peurs produites par la massification urbaine. Le xénophobisme de Ross, aux caractéristiques initiales spécifiquement darwiniennes, s’atténuera jusqu’à disparaître, en raison d’un agnosticisme victorien ayant progressé au cours des années. Ses discours antisémites ou eugénistes peuvent être lus jusqu’en 1937, quand la recherche se tourne vers des matières scientifiques lors de la crise internationale de 1929. Ross prend conscience très tard des dangers inhérents à l’idéologie du progrès social. En 1945, il écrit les paroles « nous n’aurions jamais imaginé12 », par lesquelles il reconnaît les limites de l’illuminisme scientifique. C’est le réformiste-conservateur Ross, qui construit l’idée d’une société meilleure finissant cependant par se trouver face à une catastrophe irréversible.

Quelques exemples de racisme, d’antisémitisme et d’eugénisme chez Ross (1899-1937)

25Grâce au libre accès, on constate que l’eugénétique, née pour faire progresser et améliorer le genre humain, a tracé le chemin de sa destruction. Des expressions comme « segments inférieurs », « sang sémitique », « capital eugénique », « mal formé », « insectes », et bien d’autres encore, ne sont pas de simples signifiants : elles contiennent une signification et une valeur idéologiques qui communiquent une vision biologique des questions sociales à résoudre.

  • 13 Id., « The sociological frontier of economics », The Quarterly Journal of Economics, XIII, 1899, n° (...)

26Le choix du concept de frontière, emprunté aux sciences naturelles, en est un exemple assez significatif. En 1899, dans « The sociological frontier of economics », Ross l’utilise plusieurs fois en faisant allusion à quelque chose de très précis. Guidé par des idées provenant des milieux où il a été formé, il soutient la nécessité d’introduire aux États-Unis des barrages économiques, sociaux et culturels pour protéger les descendants de la lignée américaine13. Ils serviront à contrôler les afflux d’immigrés toujours plus importants. Mais cet essai est également intéressant pour d’autres raisons, notamment pour ses références continuelles au champ de la botanique et des sciences naturelles, par exemple lorsque le sociologue élabore son discours sur la vigueur de la race ou encore, quand il considère comme absolument vitale l’adoption du cycle de la nature comme modèle pour la production économique. Selon Ross, l’observation de ce que produit la terre aiderait ceux qui occupent les postes décisionnels. Les compétences pour la gestion des contradictions de la modernité s’acquerraient à travers le modèle des périodes de semence, de culture et de repos des grands domaines : de même que la nature ne sélectionne que les plants les plus résistants, la société ne doit choisir que les meilleurs. En outre, on devine son amour pour la terre dans des passages de son texte où sont exposés les avantages de la propriété terrienne et où il désapprouve la prédilection des juifs pour le commerce et la finance.

  • 14 Id., « Social control. XIV. Education », American Journal of Sociology, V, 1900, n° 4, p. 465-487.

27Son intérêt pour la sécurité sociale conduit Ross à continuer ce genre de réflexion en janvier 1900, dans une série d’études ayant pour thème l’éducation sociale14. Cette fois, il recourt au thème du « développement mental » de l’enfant pour justifier le « développement » d’une race meilleure. Le concept qu’il utilise pour expliquer comment éduquer chaque individu, et donc toute la société, est la notion biologique d’hérédité. Que de racisme et d’eugénisme dans la lecture de son discours sociologique ! À travers des expressions comme « germoir d’idées » ou « en forger le caractère », nous comprenons que, selon Ross, la personne hérite de caractères, d’habitudes, de comportements, mais est aussi conditionnée ou influencée par le milieu qui l’entoure. Comme tous les «  environnementalistes », il croyait au caractère héréditaire du comportement humain : d’où la conviction que la société américaine la meilleure doit être formée des descendants des Anglo-Saxons et éduquée selon leurs valeurs.

  • 15 Id., « The causes of race superiority », art. cit., p. 85-88.
  • 16 Sur l’antisémitisme de nombreux sénateurs républicains et démocrates, voir Georges Vacher de Lapoug (...)

28Pour la première fois, pendant son discours devant l’American Academy of Political and Social Science (Académie américaine des Sciences politiques et sociales) en 1901, Ross utilise l’expression « suicide racial », faisant allusion au fait que la dernière vague d’immigration, provenant d’Europe de l’Est, serait en train de conduire au suicide la race pure américaine15. La présence toujours plus massive de nouveaux immigrés aurait empêché les résidents natifs américains, descendants des Yankees de sang bleu, de se reproduire de manière incontaminée. La locution « suicide racial » sera reprise plus tard par Théodore Roosevelt pour exprimer à nouveau son aversion pour la population émigrée de l’Est, dans son ascension vers des postes de pouvoir16.

  • 17 Edward A. Ross, « Recent tendencies in sociology II. Original differences in population », Quarterl (...)

29Au cours des années, Ross écrit de nombreux traités de sociologie où il expose, en observateur attentif de la réalité, les dernières positions théoriques de la discipline, rappelant les thèmes à soumettre à l’attention du public. En 1902, à travers les termes « race » et « type anthropologique », il trace une carte géographique des types raciaux présents dans la société : les juifs appartiennent au « type vigoureux 17 ».

  • 18 Ibid., p. 101.

« Dans cette nouvelle lecture de l’évolution humaine, on rencontre rarement le mot “race”. Cette notion biologique est remplacée par une notion sociologique, le “type”. Pour chaque descendance – c’est-à-dire, l’environnement physique qui laisse son empreinte sur un peuple naissant –, il y a un type18. »

30Il est clair que l’auteur reprend ici la pensée d’Edmond Demolins. En ce sens, le « type social » devient synonyme de « race », alors que la consécration de l’élément zoologique et biologique revêt une version extrême : les différentes races existantes, donc les différents types sociaux, descendent de l’environnement naturel ; un peu comme si la nature devait décider du travail qu’ils sont amenés à accomplir dans la société. À partir des types sociaux caractérisés, il est possible de remonter aux différentes formes de vie économique.

  • 19 Ibid., p. 102-104.
  • 20 Ibid., p. 104.
  • 21 Cf. Edward A. Ross, « Recent tendencies in sociology III. Social selections », Quarterly Journal of (...)
  • 22 Ibid., p. 450.

31Le genre humain gravite autour du concept de « corps biologique qui produit » : le monde industrialisé célèbre le biologique et fait du « corps qui produit » l’élément clef de la richesse sociale. Tout cela rappelle la classification du genre humain selon laquelle il existerait deux espèces humaines : l’une utile et l’autre pas. Cette conception selon laquelle les hommes sont un stock de marchandises, les plus forts grandissent et continuent à vivre, alors que les faibles, non productifs, doivent être éliminés, est un terrain idéologiquement dangereux qui contient les germes propices à l’enracinement de l’idéologie totalitaire « du jardin parfait sans mauvaises herbes ». À la fin du texte, Ross affronte l’énigme juive : grâce au concept d’« isolement », emprunté à la physique et qualifié par l’adjectif « social », il explique la formation du type juif, produit social, dédaigné par les Blancs et méprisé par les Noirs19. À la lumière d’expressions comme « le juif est un produit » ou « sang sémitique » son discours pourrait être défini comme une tentative de « chosification » des juifs, réduction à l’état d’objets car économiquement inutiles – une réflexion qu’il faudrait comparer à d’autres positions sociologiques contemporaines20. Nombreux sont les cas où, comme le relate Ross en mai 1903, la sociologie est amenée à discuter de la pureté de la race : selon différents représentants de la discipline, afin d’éviter la décadence de la nation, toutes les institutions doivent opérer une « sélection sociale » sur la population21. Dans la société moderne, suivant l’influence darwinienne, les plus forts doivent gagner et les faibles doivent être éliminés. Pour exprimer le concept de « régénération du meilleur sang », Ross a recours à la notion de « capital eugénique » : « La nature élimine ce qui est inadapté : la société élimine ce qui est inapte22. »

  • 23 Cf. ibid., p. 438.

32Le succès peut être garanti à une condition cependant : éliminer de la société, avant même d’éliminer les masses d’immigrés, les « malades » et les « infirmes », ceux qui génèrent les éléments inutiles à la société, c’est-à-dire les parents. Il faut donc légiférer en faveur de l’union entre les meilleurs hommes et les meilleures femmes, en contrôlant les pratiques de mariage, à partir du moment où c’est « le sang d’un peuple qui détermine son histoire sociale23 ». La doctrine de la sélection constitue ainsi la base d’un État social du bien-être.

  • 24 Voir Edward A. Ross, The Old World in the New. The Significance of Past and Present Immigration to (...)
  • 25 Voir Id., « The Hebrews of Eastern Europe in America », The Century Magazine, LXXXVIII, 1914, p. 78 (...)
  • 26 Cf. ibid., p. 787.

33Dans la pensée de Ross, eugénisme, antisémitisme et racisme sont encore réunis quand, en 1911, sur invitation de The Century Magazine, il écrit un discours politique sur la question de l’immigration. Si en 1897 l’immigré était pour lui seulement un étranger, désormais ses considérations montrent des positions plus extrêmes. Les dix articles publiés dans cette revue, ainsi que d’autres chapitres qui seront ajoutés, sont rassemblés dans The Old World in the New, qui constituera le septième volume de The Early Sociology of Race and Ethnicity, dirigé par Kenneth Thompson et édité pour la première fois en 191324. Ces articles et le livre contribuent à renforcer la pensée nativiste américaine et les positions du Mouvement de Restriction de l’Immigration. À l’approche de la Première Guerre mondiale, les immigrés représentent pour Ross une menace à venir pour l’ordre social existant déjà précaire. Parmi tous les immigrés, les plus redoutables sont selon lui les juifs d’Europe de l’Est : pour eux, sans terre et à la recherche d’une terre, symbole de sécurité et de stabilité sociale, l’Amérique représente la terre promise. Si Cicéron, dans sa défense de Flaccus, a haussé la voix contre les juifs devant les juges, les qualifiant de « nombreux », « clans » et « puissants », pour Ross a fortiori, aujourd’hui, un Américain devrait le faire contre eux, car ils sont devenus plus nombreux, environ deux millions, et ils occupent des postes de pouvoir25. Pour expliquer la menace qu’ils représenteraient pour les institutions américaines, le sociologue définit les juifs comme « irrespectueux du droit et sans retenue dans la violation des lois civiles26 ». Il appuie son raisonnement en exposant, d’un côté, les données sur l’augmentation de la criminalité chez les jeunes juifs et, de l’autre, la hausse de la prostitution chez les jeunes filles ou les adolescentes juives. Les juifs sont en somme pour lui un « corps en croissance » qui commercialise le mal social au détriment de la société américaine.

  • 27 Ibid., p. 788.

« Quand, maintenant, dans une société comme la nôtre, aussi vulnérable qu’un escargot sans sa coquille, ils utilisent la pression, la ruse et le mensonge, tout comme dans le vieux monde, ils se retrouvent rapidement dans une position de parasitisme prospère, ne laissant sur leur sillage que mépris et malédictions27. »

  • 28 Ibid., p. 790. Cf. l’expression « esprits affamés ».

34L’un des termes les plus fréquents dans le texte est « race » : on peut le lire dix fois et même parmi les titres des deux derniers paragraphes, « Race Traits » et « The Race Line ». Si les juifs sont une race – argumente Ross (la construction hypothétique qui amène de manière subtile à considérer la conclusion comme une vérité mérite notre attention) –, alors l’un de leurs traits caractéristiques est l’intellectualité : les juifs sont dangereux car ils ont un esprit et ils pensent28. Ainsi, le stéréotype du juif inutile à la société est à nouveau proposé. Ne travaillant pas dans le secteur primaire ou secondaire de l’économie et occupant les charges les plus élevées du pouvoir, les juifs ne contribuent pas à l’augmentation matérielle de la richesse :

  • 29 Ibid., p. 786.

« Les immigrants juifs participent rarement à la production de base. Ils participent peu au labourage des terres, à la production alimentaire, à l’extraction de minéraux, à la construction de bâtiments et aux transports29. »

  • 30 Cf. ibid., p. 790.

35L’image du juif comme un envahisseur « qui aime sans passion et combat sans haine » est dominante30.

  • 31 Voir Edward A. Ross, « Estrangement in society », American Journal of Sociology, XXIII, 1917, n° 3, (...)
  • 32 Voir Edward A. Ross, « Class and caste. II. Gradation », American Journal of Sociology, XXII, 1917, (...)

36Début 1917, Ross réélabore le concept d’étranger, renforçant ses jugements négatifs31. L’étranger n’appartient pas à la communauté nationale : par cette considération, il souligne pour la seconde fois l’impossibilité d’une quelconque solidarité entre les immigrés et les natifs américains s’agissant des valeurs, de la langue ou des coutumes, à la base de toute nation moderne32. Il affrontera également le thème de la mobilité sociale. Les locutions « race humaine » ou « orgueil racial » lui permettent de reconfirmer ses préjugés sur les juifs :

  • 33 Ibid., p. 601.

« Les riches juifs, obligés d’investir leur patrimoine dans des biens meubles invisibles – argent, bijoux, etc. - n’ont jamais réfléchi à ce que la propriété foncière pourrait leur apporter33. »

  • 34 Cf. Edward A. Ross, « Socialization », American Journal of Sociology, XXIV, 1919, n° 6, p. 652-671.
  • 35 Cf. William G. Sumner, Folkways: A Study of the Sociological Importance of Usages, Manners, Customs (...)

37Dans l’article « Socialization » (1919), sa passion pour la terre américaine et l’ethnie anglo-saxonne réapparaissent34. L’utilisation d’un lexique propre aux sciences positives est particulièrement significative. Au moins deux concepts sont mis en relief : en premier lieu, la nécessité de défendre la nation américaine ; en second lieu, le fait qu’elle doive être exclusivement constituée de natifs américains. Seuls ceux qui partagent les mêmes valeurs et normes, étant nés du/sur le même sol – dans le langage de Ross, « enfant de cette même terre-mère » (environnement physique), du grec φύω (phuo), « naître, générer » –, peuvent constituer la nation, conçue comme groupe primaire. Ces valeurs et ces normes, acceptées par tradition, sont perpétuées par les résidents d’un même territoire et exercent une force contrainte sur les individus35. Grâce à elle, chacun peut s’identifier au groupe auquel il appartient biologiquement. L’expression « nous nous sentons » utilisée par Ross dans ses écrits témoigne d’un sentiment d’appartenance typiquement lié à l’idéologie totalitaire dont nous héritons et se trouvant à la base de l’identité nationale.

38L’attachement de Ross pour la communauté nationale réapparaît en 1924, dans son introduction à Roads to Social Peace où il expose, parmi ses objectifs principaux, la promotion de la paix entre les groupes et les classes sociales :

  • 36 Edward A. Ross, Roads to Social Peace. The Weil Lectures, 1924, on American Citizenship, Chapel Hil (...)

« La tolérance n’est pas toujours une valeur sociale. Si le but de la société est de favoriser le progrès de manière rapide, nous ne devrions pas tolérer l’existence de forces “sombres”, de types et d’éléments antisociaux et sinistres. […] Les conflits entre les différents groupes – raciaux, nationalistes, culturels, religieux – peuvent être atténués non seulement par ceux qui inculquent l’esprit de tolérance, mais aussi par des dispositions constitutionnelles solides qui font que chacun aura la certitude qu’aucun élément hostile n’exercera jamais de domination36. »

  • 37 Id., Standing Room Only ? New York, Century Co., 1927.
  • 38 Cf. Julius Weinberg, « E.A. Ross », art. cit., p. 247.

39La question démographique et celle de la régulation de l’immigration réapparaissent dans Standing Room Only ? (1927)37. Le concept de frontière dont Ross s’était précédemment servi prend le ton de la rhétorique politique. Il nous invite de manière explicite à fermer la porte aux immigrés : le risque n’est pas seulement celui du surpeuplement, mais surtout celui de la dispersion des natifs ou de la désintégration des traditions nationales. Données statistiques en main, le sociologue propose l’étude du cas de l’immigration dans les laboratoires de biologie. Dans le second chapitre du volume, « The quenching of sectarian strife », il souligne de nouveau à quel point le manque de contrôle des immigrés peut représenter un grave danger pour la société : les différences culturelles, de langues ou de coutumes entre natifs américains et émigrés d’Europe orientale peuvent dégénérer en affrontements politiques et en conflits économiques. En fait, pour Ross, le veto du président Cleveland (1893) contre la réduction des quotas d’immigration a été l’un des plus grands désastres provoqués par un président américain. Mais contrairement à ses affirmations passées, Ross admet la possibilité pour ces immigrés d’être naturalisés. La phase de naturalisation passe à travers l’enseignement de la langue anglophone : « Habillez-vous comme vous voulez, priez qui vous voulez, mais permettez à vos enfants que notre langue leur soit enseignée38 ! »

  • 39 Voir « 1921 Emergency Quota Law, H.R. 4075, Pub. L. 67-5, 42 Stat. 5, 67th Congress, May 19, 1921 » (...)

40L’assimilation linguistique est un point fondamental : à travers le langage comme phénomène social, l’identité nationale d’un groupe se transmet. D’après l’analyse des écrits de Ross, de nombreux chercheurs ont démontré que le sociologue a soutenu à plusieurs reprises le National Committee of the Immigration Restriction League (Comité national de la Ligue de Restriction de l’Immigration). En particulier, Ross était favorable à l’introduction du test de compétences linguistiques, outil linguistique, de nature légale, destiné à vérifier le degré de naturalisation des immigrés39. La pensée de Ross, tendant à l’exaltation de la culture américaine, émerge de manière assez évidente de ses écrits, souvent « sans style » et aux thèmes fréquemment répétitifs. Dans ses textes, la disposition illogique et irrationnelle de certains termes dénonce la construction d’un discours formulé pour orienter l’opinion du lecteur. La réitération de mots comme « race juive », « type juif », « la nation », « genre humain », « malade », pas toujours définis de manière opportune, à mi-chemin entre l’usage sociologique et l’usage biologique, ou l’utilisation de superlatifs comme « le plus brillant » ou « le plus ennuyeux », ou sa prédilection pour les propositions interrogatives peuvent générer un sentiment de confusion, mais permettent aussi d’acquérir et d’intérioriser, sans que le sujet s’en aperçoive, l’idée de supériorité de la race nordique. Ces discours construits rencontrent l’esprit de l’individu et lui livrent inconsciemment un ensemble de convictions, d’idées et de critères d’action.

  • 40 Julius Weinberg, « E.A. Ross », art. cit., p. 248.

« Dans l’Amérique de Ross il n’y avait de place pour personne d’autre. “Rien d’étonnant, alors,” a écrit Ross, “qu’en quarante ans, le capitaliste américain […] ait tiré profit de la meunerie et de l’aciérie, des usines de conditionnement et de la verrerie, qui ont engendré une ‘prospérité’ sensationnelle…”40. »

  • 41 Edward A. Ross, « Freedom in the modern world », American Journal of Sociology, XLII, 1937, n° 4, p (...)

41Avec « Freedom in the modern world » (1937), Ross corrige ses dérives les plus importantes : au lieu de continuer sa harangue en faveur de l’idéologie de la « belle race », il s’interroge sur les concepts de liberté et de modernité41. Par bien des aspects, c’est un changement par rapport au parcours précédent. Ross met en effet de côté les thématiques inhérentes à la question raciale et s’intéresse à des questions concernant l’ordre social et l’indépendance politique. Face au communisme et au fascisme, il se demande si liberté et modernité peuvent cohabiter car les deux idéologies passent sous silence la liberté des opposants politiques. Toutefois, il semble conscient qu’à la fin seule prévaudra l’idéologie en mesure de garantir une pleine liberté.

L’histoire d’une idée

  • 42 Id., Changing America: Studies in Contemporary Society, London, Unwin Co., 1912.

42Quel héritage Edward A. Ross nous a-t-il laissé ? John Lewis Gillin, l’un de ses principaux disciples, reconnaît divers défauts et imperfections chez son maître. Il souligne, dans Changing America (1912)42, combien Ross a offensé les juifs, ce pourquoi il a fortement été critiqué par les catholiques, les protestants, des hommes d’affaires, des politiciens du Wisconsin et ses collègues.

43Comme nous l’avons vu, Ross était très ambivalent. Pour lui, amélioration de la société américaine et orgueil ethnique ont toujours coïncidé. Grand conservateur, mais également profondément réformiste, durant le New Deal il se bat pour atteindre des objectifs politiques libéraux, aspirant à une nette amélioration de la qualité de vie américaine : il est favorable au suffrage féminin et souhaite de meilleures conditions de travail pour les femmes, il se mobilisera contre le chômage et le travail des mineurs, il soutiendra l’action des syndicats.

  • 43 Id., « The Post-War intellectual climate », art. cit., p. 650.

« Le spectacle terrifiant du cynisme nazi et de la cruauté s’accorde avec l’ancien dogme de la “dépravation totale” et confirme la vision “fondamentaliste” de ce que l’on peut attendre de “l’inconscient”. […] Après les horreurs des camps de concentration nazis, le massacre des Juifs, le traitement des civils en Russie sous l’occupation, l’optimisme facile d’il y a un demi-siècle sera laissé aux gamines et aux jeunes gens qui entrent dans l’adolescence !43 »

44À la fin de sa carrière académique, Ross proposera des thèses très différentes de ce qu’il avait théorisé des années durant :

  • 44 Ibid.

« Les enseignements que nous a laissés une organisation démoniaque qui s’est illustrée en termes de combats, de cruauté et de brutalité, tentant de prendre le contrôle de gens très civilisés ne seront pas oubliés de sitôt. Que des centaines de milliers de diabolistes purs et durs puissent avoir réussi à se brouiller avec plus de la moitié de l’humanité, à supprimer plus de trente millions de vies et à causer la destruction d’une quantité de richesses inestimables peut ressembler à un cauchemar ; c’est ce qui s’est pourtant réellement produit44»

  • 45 Voir Howard W. Odum, « Folk sociology as a subject field for the historical study of total human so (...)

45En mars 1953, le sociologue de l’université North Carolina Howard W. Odum affronte le problème de la « meilleure race » dans un long article publié dans Social Forces. Après avoir reparcouru toute l’histoire de la sociologie américaine, de son institutionnalisation à l’après-Seconde Guerre mondiale, Odum indique quelles sont les coutumes et les valeurs qui doivent toujours être transmises, synthétisant ce qu’il reste de Ross et s’interrogeant sur la pensée sociologique après Ross. Il se demande comment des personnes aussi intelligentes et douées ont pu employer leur énergie et leurs forces à détruire l’homme. Pourquoi ont-elles fait si peu pour maintenir, à travers les sciences et les inventions sociales, des relations pacifiques entre les êtres humains ? Est-il possible que des intellectuels ayant joué un rôle si déterminant dans le développement de la civilisation aient échoué quant à la rencontre des besoins des hommes45 ?

46En conclusion, la réutilisation des métadonnées, nous l’avons vu, présente des avantages : les écrits de Ross sont plus qu’actuels dans la société de la post-vérité. Celui qui a construit le discours antisémite et raciste nous permet d’observer comment sont créés les mensonges politiques, que la représentation de la réalité n’est qu’une vision personnelle, et comment se servir des craintes et des sentiments d’autrui.

  • 46 Rudolf Vrba, Alan Bestic, Je me suis évadé d’Auschwitz, Paris, Ramsay, 2004, p. 267-269.

47« On estimait que les nazis se préparaient à exterminer au moins un million de personnes. On se demandait dans quel pays il pouvait encore rester autant de juifs, et ce n’est que peu à peu, au fur et à mesure que des indices nous parvenaient, que nous sûmes qui était destiné à pulvériser les records. […] Je sus que le moment était venu. Depuis deux ans je pensais à m’évader, d’abord par un réflexe égoïste pour retrouver au plus vite la liberté, puis d’une façon plus pressante, plus objective, pour aller dire au monde ce qui se passait à Auschwitz, maintenant j’avais une raison impérative, urgente46. »

Haut de page

Notes

1 Cf. Peter Suber, Qu’est-ce que l’accès ouvert ? Marseille, OpenEdition Press, 2016, DOI : 10.4000/books.oep.1600, https://books.openedition.org/oep/1600 (dernier accès, 24 février 2017).

2 Dariah Winter School in Prague, « Open data citation for social sciences and humanities » [En ligne], mis en ligne le 28 janvier 2017, consulté le 14 février 2017. URL : http://opendatacite.huma-num.fr/content/DARIAH_Winter_School-FullSynthesis.pdf.

3 Edward A. Ross, « The Post-War intellectual climate », American Sociological Review, X, 1945, n° 5, p. 648.

4 Cf. Alexandra Stern, Eugenic Nation: Faults and Frontiers of Better Breeding in Modern America, Berkeley, University of California Press, 2005.

5 Voir Martin Bulmer, The Chicago School of Sociology : Institutionalization, Diversity, and the Rise of Sociological Research, Chicago, University of Chicago Press, 1984, p. 8, 10, 223.

6 Cf. Richard Hofstadter, Social Darwinism in American Thought, Boston, Beacon Press, 1955.

7 Sur les subventions pour la recherche, voir Jennifer Platt, A History of Sociological Research Methods in America, 1920- 1960, Cambridge, Cambridge University Press, 1996.

8 Cf. John L. Gillin, « The personality of Edward Alsworth Ross », American Journal of Sociology, XLII, 1937, n° 4, p. 534-542.

9 Joyce O. Hertzler, « Edward Alsworth Ross: Sociological pioneer and interpreter », American Sociological Review, XVI, 1951, n° 5, p. 597-613.

10 Voir Edward A. Ross, « The causes of race superiority », Annals of the American Academy of Political and Social Science, XVIII, 1901, p. 67-89.

11 Julius Weinberg, « E.A. Ross: The progressive as nativist », The Wisconsin Magazine of History, L, 1967, n° 3, p. 245 (Traduction de l’auteur dans ce passage ainsi que dans les passages suivants).

12 Edward A. Ross, « The Post-War intellectual climate », art. cit, p. 648.

13 Id., « The sociological frontier of economics », The Quarterly Journal of Economics, XIII, 1899, n° 4, p. 386-395.

14 Id., « Social control. XIV. Education », American Journal of Sociology, V, 1900, n° 4, p. 465-487.

15 Id., « The causes of race superiority », art. cit., p. 85-88.

16 Sur l’antisémitisme de nombreux sénateurs républicains et démocrates, voir Georges Vacher de Lapouge, « Old and new aspects of the Aryan question », American Journal of Sociology, V, 1899, n° 3, p. 329-346 ; Stephen H. Norwood, « Legitimating Nazism: Harvard University and the Hitler regime, 1933-1937 », American Jewish History, XCII, 2004, n° 2, p. 189-223.

17 Edward A. Ross, « Recent tendencies in sociology II. Original differences in population », Quarterly Journal of Economics, XVII, 1902, n° 1, p. 82-110.

18 Ibid., p. 101.

19 Ibid., p. 102-104.

20 Ibid., p. 104.

21 Cf. Edward A. Ross, « Recent tendencies in sociology III. Social selections », Quarterly Journal of Economics, XVII, 1903, n° 3, p. 438.

22 Ibid., p. 450.

23 Cf. ibid., p. 438.

24 Voir Edward A. Ross, The Old World in the New. The Significance of Past and Present Immigration to American People, New York, Century Co., 1914.

25 Voir Id., « The Hebrews of Eastern Europe in America », The Century Magazine, LXXXVIII, 1914, p. 785.

26 Cf. ibid., p. 787.

27 Ibid., p. 788.

28 Ibid., p. 790. Cf. l’expression « esprits affamés ».

29 Ibid., p. 786.

30 Cf. ibid., p. 790.

31 Voir Edward A. Ross, « Estrangement in society », American Journal of Sociology, XXIII, 1917, n° 3, p. 350-358 ; John Higham, Strangers in the Land: Patterns of American Nativism, 1860-1924, New Brunswick, Rutgers University Press, 1963.

32 Voir Edward A. Ross, « Class and caste. II. Gradation », American Journal of Sociology, XXII, 1917, n° 5, p. 594-608.

33 Ibid., p. 601.

34 Cf. Edward A. Ross, « Socialization », American Journal of Sociology, XXIV, 1919, n° 6, p. 652-671.

35 Cf. William G. Sumner, Folkways: A Study of the Sociological Importance of Usages, Manners, Customs, Mores, and Morals, Boston, Ginn and Co., 1906.

36 Edward A. Ross, Roads to Social Peace. The Weil Lectures, 1924, on American Citizenship, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 1924, p. 5, 8.

37 Id., Standing Room Only ? New York, Century Co., 1927.

38 Cf. Julius Weinberg, « E.A. Ross », art. cit., p. 247.

39 Voir « 1921 Emergency Quota Law, H.R. 4075, Pub. L. 67-5, 42 Stat. 5, 67th Congress, May 19, 1921 » [En ligne], consulté le 28 janvier 2012. URL : http://library.uwb.edu/guides/usimmigration/1921_emergency_quota_law.html, et « Immigration Act of 1924, H.R. 7995, Pub. L. 68-139, 43 Stat. 153, 68th Congress, May 26, 1924 » [En ligne], consulté le 28 janvier 2012. URL : http://library.uwb.edu/guides/usimmigration/1924_immigration_act.html, où le principe de la discrimination raciale et de l’infériorité des groupes ethniques d’un point de vue culturel et biologique est théorisé. En 1928, Park écrit que la situation lui échappe car la question de la race et les programmes du mouvement eugéniste américain commencent à faire partie de l’agenda politique.

40 Julius Weinberg, « E.A. Ross », art. cit., p. 248.

41 Edward A. Ross, « Freedom in the modern world », American Journal of Sociology, XLII, 1937, n° 4, p. 459-462.

42 Id., Changing America: Studies in Contemporary Society, London, Unwin Co., 1912.

43 Id., « The Post-War intellectual climate », art. cit., p. 650.

44 Ibid.

45 Voir Howard W. Odum, « Folk sociology as a subject field for the historical study of total human society and the empirical study of group behaviour », Social Forces, XXXI, 1953, n° 3, p. 193-223.

46 Rudolf Vrba, Alan Bestic, Je me suis évadé d’Auschwitz, Paris, Ramsay, 2004, p. 267-269.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adele Valeria Messina, « L’idéologie raciale aux États-Unis : Edward A. Ross et la construction du discours antisémite », Diasporas, 31 | 2018, 115-129.

Référence électronique

Adele Valeria Messina, « L’idéologie raciale aux États-Unis : Edward A. Ross et la construction du discours antisémite », Diasporas [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 21 août 2018, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/1336 ; DOI : 10.4000/diasporas.1336

Haut de page

Auteur

Adele Valeria Messina

Adele Valeria Messina est historienne, formée à Cosenza et à Rome, en Italie. Spécialiste de la sociologie de la Shoah, elle est membre du Centre de recherche en histoire, philosophie et politique à l’université de Calabre, où elle a obtenu le doctorat « Politique, société et culture » en 2013. Elle fait aussi partie de la Central European History Society (2017). Elle a notamment publié : American Sociology and Holocaust Studies: The Alleged Silence and the Creation of the Sociological Delay (Boston, ASP, 2017).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals