Navigation – Plan du site
Bibliothèque

Phryné Pigenet, Catalans malgré tout. L’exil catalan en France au xxe siècle. Histoire et mémoire

Canet, Trabucaire, 2017, 287 p.
Vincent Marin
p. 143-145
Référence(s) :

Phryné Pigenet, Catalans malgré tout. L’exil catalan en France au xxe siècle. Histoire et mémoire, Canet, Trabucaire, 2017, 287 p.

Texte intégral

1Dans cette monographie, Phryné Pigenet, agrégée et spécialiste de l’histoire de l’exil républicain catalan, retrace de façon diachronique les différentes vagues d’immigration catalane en France tout au long du xxe siècle. Dans la lignée de l’ouvrage collectif Les exils catalans en France (Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2005) qu’elle codirigea, elle se propose d’analyser les éléments d’affirmation d’une identité politique et culturelle spécifiquement catalane au sein des mouvements migratoires successifs des Espagnols de l’autre côté des Pyrénées. « Chercher [dans le passé] les racines de cette singularité » (p. 5) : tel est le leitmotiv qui apparaît dès l’introduction et en filigrane tout au long des sept chapitres.

2L’auteure propose tout d’abord une typologie de l’immigration catalane antérieure à la guerre civile. Deux destinations étaient privilégiées : alors que l’essentiel de l’immigration populaire se concentra prioritairement dans le Midi, l’avant-garde artistique catalane, porteuse d’un catalanisme culturel, privilégiait la capitale française. Sur un plan idéologique, les réfugiés de sensibilités libérale, républicaine et carliste, majoritaires au xxe siècle, laissèrent place à partir de 1917 aux anarchistes, socialistes, communistes et nationalistes basques et catalans. Malgré leurs différences politiques et sociologiques, les associations communautaires d’exilés poursuivirent des objectifs communs et jouèrent un rôle important dans le sud de la France. En 1926, l’insurrection du colonel Macià contre la dictature de Primo de Rivera fit émerger au sein de l’immigration catalane une identité catalano-républicaine qui fut par la suite le ciment de la solidarité déployée pendant la guerre civile à l’égard des exilés.

3Pour ce qui est précisément de ce conflit fratricide, Phryné Pigenet privilégie l’étude des regards croisés entre l’opinion publique française et la nouvelle vague d’immigration catalane. Loin d’être monolithique, le regard des Français à l’égard de l’immigration espagnole oscilla entre « enthousiasme, indifférence ou hostilité » (p. 30). Au-delà de la population civile, la solidarité des organisations françaises ou immigrées contrasta avec les positionnements de l’État français, dont la politique d’accueil s’avéra de plus en plus répressive et restrictive entre 1936 et 1939. La situation des immigrés catalans fut particulièrement tragique : les reproches formulés par le gouvernement républicain espagnol – et, plus largement, par l’opinion républicaine – contre la Generalitat et les Catalans s’ajoutèrent au choc de la défaite.

4L’épisode traumatique de la Retirada qui s’ensuivit, depuis le passage de la frontière jusqu’à l’installation dans une nation française en guerre, est finement analysé. Comme les autres exilés espagnols, l’internement des hommes dans les départements frontaliers et le placement des femmes et des enfants sur le reste du territoire français furent le lot de la majorité des exilés catalans. Les intellectuels catalans firent figure d’exception : des résidences leur furent spécialement allouées par la Generalitat en exil et différents comités, notamment à Toulouse et en Seine-et-Marne. Parmi les initiatives de solidarité et d’aide aux réfugiés déployées par les institutions espagnoles et différentes ONG bien connues, l’historienne souligne l’existence de l’Entraide aux réfugiés catalans. Créée en février 1939, cette organisation visait à soutenir prioritairement l’élite catalane. Parallèlement, alors que la période entre le printemps 1939 et le printemps 1940 fut plutôt favorable aux réfugiés, l’arrivée au pouvoir du maréchal Pétain et l’occupation allemande supposèrent une nette détérioration de leur condition. Au même titre que l’ensemble des exilés espagnols, les Catalans furent victimes à la fois de manipulations émanant du régime franquiste, de la politique répressive du régime de Vichy et de la soif de main-d’œuvre de l’occupant nazi.

5Le déracinement, les conditions de vie infrahumaines dans les camps d’internement et un sentiment teinté tout à la fois de ressentiment et d’admiration à l’égard de la France configurèrent chez les exilés une mémoire singulière. Cette mémoire est avant tout le produit d’une résistance individuelle et collective dont Phryné Pigenet dessine les contours. La participation de certains immigrés espagnols à la Résistance supposa par ailleurs l’insertion de ces derniers dans la mémoire collective du pays d’accueil. La structuration de la Résistance, facilitée par le regroupement imposé par les autorités françaises, avait donné lieu à des formes d’engagement multiples, toutes motivées par l’antifascisme et l’espoir d’un renversement du franquisme une fois le conflit mondial terminé.

6À ce moment-là, la question du statut et de l’insertion des réfugiés s’avéra fondamentale. L’historienne étudie tour à tour les flux d’entrée et de retour vers l’Espagne, les déchirements familiaux engendrés par les inscriptions consulaires et la complexité du statut de réfugié. Les conventions franco-espagnoles et le caractère indéboulonnable de la dictature engendrèrent par ailleurs une augmentation notable du nombre de naturalisations, dont l’auteure analyse les modalités à partir de l’exemple des Catalans réfugiés en Haute-Garonne. Progressivement et malgré « le coût social de l’exil » (p. 141), l’amélioration du niveau de vie ainsi que le parcours scolaire et professionnel de la seconde génération constituent à n’en pas douter des indicateurs d’une insertion sociale réussie au sein de la société française.

7Au-delà de la question de l’intégration, la trajectoire politique de l’exil républicain en général et de l’exil catalan en particulier est naturellement abordée. Alors que cet exil nourrit des espoirs importants au moment de la Libération et fut marqué par une réaffirmation de l’identité catalane, l’isolement et les divisions au sein de l’exil, combinés à la fin de la tolérance française, supposèrent une traversée du désert pour les organisations exilées, qu’elles soient institutionnelles comme la Generalitat ou politiques comme le PSUC ou ERC. Les années 1960 furent marquées par une redynamisation des organisations antifranquistes malgré le vieillissement de leurs membres et par des stratégies multiformes de mobilisation. Les villes du Sud-Ouest de la France, de par leur situation géographique et leur échelle, jouèrent à cet égard un rôle central. Si de grandes tendances se dégagent, l’auteure prend néanmoins le soin d’insister sur la diversité des parcours individuels qui permettent d’appréhender les évolutions des comportements politiques et les différences entre réfugiés et exilés politiques.

8Phryné Pigenet analyse pour finir les spécificités du catalanisme en exil pendant la dictature franquiste en mettant en lumière la dimension éminemment politique de la culture catalane dans le combat contre la dictature. Elle décrit l’émergence, en exil, d’une culture diasporique, mais également les permanences et les mouvances de la culture catalane en exil structurée autour de l’idéal patriotique et républicain. À cet égard, elle souligne l’importance déterminante de l’association Cultura catalana, incarnation d’une ambition républicaine et patriotique, ainsi que des communautés catalanes de l’extérieur connues sous le nom de casals. Elle analyse par ailleurs le profil sociologique des dirigeants du casal de Toulouse et de Paris : alors que les premiers étaient issus majoritairement du « petit peuple de l’exil », les seconds avaient un profil plus élitiste. Les dynamiques de renouvellement des programmations culturelles, malgré une nostalgie manifeste, marquèrent également cette décennie. S’appuyant sur des enquêtes qualitatives menées auprès de la seconde génération d’immigrés catalans, l’historienne étudie le processus d’acculturation et de métissage ainsi que les limites de la transmission.

9Tout au long de l’ouvrage, l’auteure construit son propos en s’appuyant sur un grand nombre de sources primaires issu des archives françaises et catalanes, de mémoires ou encore de la documentation privée. Les questionnaires envoyés à la seconde génération d’immigrés catalans figurant en annexe constituent par ailleurs un outil précieux abordant des thématiques aussi diverses que l’école, l’intégration, les rapports à la langue et à la culture d’origine, les pratiques sociales et culturelles ou encore les rapports à l’exode républicain. Grâce à ces sources multiples et variées, Phryné Pigenet parvient assurément à mettre en lumière la singularité de l’exil catalan, sans oublier pour autant qu’il constitue une composante pleine et entière des différentes vagues d’immigration espagnole en France. En résonance avec l’actualité, cette publication nous rappelle combien l’identité catalane ne peut être appréhendée sans la prise en compte d’une identité républicaine solide qui structura sa trajectoire dans l’Hexagone tout au long du siècle dernier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Marin, « Phryné Pigenet, Catalans malgré tout. L’exil catalan en France au xxe siècle. Histoire et mémoire », Diasporas, 31 | 2018, 143-145.

Référence électronique

Vincent Marin, « Phryné Pigenet, Catalans malgré tout. L’exil catalan en France au xxe siècle. Histoire et mémoire », Diasporas [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 21 août 2018, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/1519

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals