Navigation – Plan du site
Bibliothèque

Mathieu Grenet, La fabrique communautaire. Les Grecs de Venise, Livourne et Marseille, 1770-1840

Athènes, École française d’Athènes, coll. « Mondes méditerranéens et balkaniques », Rome, École française de Rome, n° 521, 2016, 456 p.
Alexandre Massé
p. 150-152
Référence(s) :

Mathieu Grenet, La fabrique communautaire. Les Grecs de Venise, Livourne et Marseille, 1770-1840, Athènes, École française d’Athènes, coll. « Mondes méditerranéens et balkaniques », Rome, École française de Rome, n° 521, 2016, 456 p.

Texte intégral

1Mathieu Grenet, maître de conférences à l’Institut national universitaire Jean-François Champollion à Albi, travaille sur l’histoire sociale et les contacts interculturels, tout particulièrement dans l’espace méditerranéen. L’ouvrage qu’il publie sur les communautés de la diaspora grecque à Venise, Livourne et Marseille de 1770 à 1840 est le fruit – largement remanié à l’issue de ses travaux postdoctoraux – de ses recherches doctorales, entreprises à l’université Lumière-Lyon 2 et à l’Institut universitaire européen, sous la direction d’Olivier Zeller puis d’Anthony Molho. Le livre qui est en le résultat est de bonne facture. Il s’agit d’un fort volume de 456 pages comprenant des annexes et illustré de nombreux plans, cartes, graphiques et tableaux. Sa consultation est facilitée par l’existence de deux index, un des noms de personnes et un des noms de lieux.

2L’objectif de l’auteur est de mener une analyse comparative du fait communautaire au sein de la diaspora grecque à partir de l’étude de trois grandes villes méditerranéennes où se situent d’importantes colonies grecques : Venise, Marseille et Livourne. La périodisation choisie – classique, mais stimulante – permet de saisir les bouleversements connus par les colonies grecques à partir des années 1770 jusqu’à la guerre d’indépendance et aux premières années de l’affirmation de l’État néohellénique. En plus de mettre en lumière les permanences et les changements, l’approche comparative permet à l’auteur de saisir l’importance des flux et des échanges qui parcourent l’espace de la diaspora grecque. L’apport principal de ce considérable travail de recherche réside aussi dans le questionnement à la fois théorique et empirique de la définition même de la notion de « communauté ». Mathieu Grenet s’attache méthodiquement à interroger les catégorisations afin d’inclure dans son étude du fait communautaire les usages et les pratiques, tout en soulignant les contradictions opposant parfois les enjeux identitaires et collectifs. Ainsi, les communautés apparaissent comme des ensembles fabriqués perpétuellement renégociés et aux frontières mouvantes.

3Pour mener à bien ce travail ambitieux, Mathieu Grenet s’inscrit dans le renouveau historiographique autour de l’intérêt croissant pour les phénomènes diasporiques – qu’il s’agisse de la diaspora grecque ou de la diaspora juive par exemple – et s’appuie sur la maîtrise d’une impressionnante bibliographie, majoritairement en français, anglais, grec et italien. Mathieu Grenet élabore son analyse à partir d’archives diverses. Si certaines sont publiées, comme la correspondance d’Adamantios Koaïs, d’autres sont parfois plus difficiles d’accès. Ainsi, l’auteur se focalise en priorité, d’une part, sur les sources des confréries et des églises grecques orthodoxes, notamment les registres paroissiaux, d’autre part sur les sources des institutions gouvernementales ou municipales chargées de gérer les affaires religieuses et la présence étrangère, telles les archives de la municipalité provisoire vénitienne et celles de la préfecture de l’Adriatique pour Venise.

4L’ouvrage s’organise en quatre parties. La première, « Présence », a deux objectifs : définir ce qu’est être « grec » et confronter cette définition – ou ces définitions – avec le contexte des trois villes étudiées. Mathieu Grenet s’intéresse tour à tour à l’hétérogénéité sociale, juridique et culturelle des communautés grecques, aux liens familiaux, professionnels et sociaux qui les structurent et à leur démographie (chapitre 1). La comparaison entre Marseille, Livourne et Venise permet à l’auteur d’interroger les catégories utilisées habituellement pour penser la diaspora grecque, notamment celle de « communauté marchande ». Il a pu déterminer l’importance à tous les niveaux d’une population grecque flottante qui vient perturber les équilibres locaux des communautés grecques. Enfin, et c’est là l’une des nouveautés à souligner dans cette étude, une place notable est accordée à l’importance des femmes dans le fonctionnement des communautés (chapitre 2).

5La deuxième partie, « Espace », se focalise sur les interactions entre les communautés locales des trois cas étudiés et la diaspora grecque dans son ensemble. Les circulations et les contacts entre les réseaux se révèlent structurants pour le fonctionnement de la diaspora. Cet élément rejoint la question toujours délicate du cosmopolitisme des villes méditerranéennes (chapitre 3). À plus petite échelle, l’auteur se penche ensuite sur les mobilités intra-urbaines, notamment sur la concentration des Grecs dans certains quartiers, souvent autour des lieux de culte, mais aussi des hôpitaux grecs ou d’associations laïques. L’occupation de l’espace se traduit également par des usages d’appropriation, comme les cortèges funéraires ou les fêtes, ce qui constitue bien souvent un révélateur de l’identité revendiquée par la communauté (chapitre 4).

6La troisième partie, « Communauté », porte sur la construction et l’évolution des liens qui fabriquent la communauté. Une place centrale est accordée à l’analyse des institutions qui officialisent l’existence des communautés, mais qui, en outre, participent à leur définition, si ce n’est à leur construction, en posant des règles d’appartenance et d’exclusion. Ces institutions constituent la partie visible des communautés grecques et accaparent fréquemment le rôle d’interlocutrices avec les autorités locales. Les élites commerciales, grâce à leurs capacités financières, s’assurent le contrôle de ces instructions, ce qui leur permet de contrôler la communauté (chapitre 5). Ce processus n’est pas sans provoquer des résistances et des conflits. Mathieu Grenet démontre ainsi que la cohésion des communautés est plus assurée par une multitude de liens locaux, comme les alliances familiales, les solidarités régionales ou les partenariats d’affaires, que par l’existence d’un sentiment national naissant (chapitre 6).

7La quatrième et dernière partie, « Recompositions », suit une démarche diachronique pour mettre en valeur les modifications connues par les communautés grecques sous l’influence de la guerre d’indépendance (1830-1840) et face à l’affirmation du jeune État ottonien (1830-1840). L’auteur démontre ainsi que, contrairement à ce qui a longtemps été affirmé, la diaspora grecque n’a pas soutenu unanimement l’insurrection, qui, au contraire, a été la source de tensions voire de conflits induisant des oppositions sociales et politiques (chapitre 7). Un épilogue consistant aborde la difficile intégration juridique, politique et sociale des Grecs de la diaspora au sein de l’État hellénique, en soulignant l’existence de résistances qui prouvent la solidité des liens communautaires construits depuis les années 1770.

8En fin de compte, l’ouvrage de Mathieu Grenet se distingue par sa richesse thématique et ressort tout à la fois de l’histoire sociale, culturelle et économique, ce qui souligne à nouveau combien ces différents domaines ne doivent pas être séparés. Son approche historique et anthropologique lui permet de mettre en évidence l’existence d’une « grécité » définie par des pratiques quotidiennes et par des institutions diasporiques qui contribuent à fabriquer la communauté. L’analyse tout en nuance des sources établit clairement qu’une communauté n’est pas un fait absolu, mais un vécu construit dans un contexte social et spatial à un moment donné. L’autopsie qui en est faite met en évidence sa temporalité et son hétérogénéité, d’autant plus que l’appartenance à la communauté n’est pas exclusive, les individus pouvant se revendiquer d’identités multiscalaires. On ne peut que recommander la lecture de cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Massé, « Mathieu Grenet, La fabrique communautaire. Les Grecs de Venise, Livourne et Marseille, 1770-1840 », Diasporas, 31 | 2018, 150-152.

Référence électronique

Alexandre Massé, « Mathieu Grenet, La fabrique communautaire. Les Grecs de Venise, Livourne et Marseille, 1770-1840 », Diasporas [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 21 août 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/1545

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals