Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Juifs d'EuropeAvant-Propos

Texte intégral

1Nous présentons dans les pages qui suivent un dossier bâti autour de l’histoire des Juifs en Europe de l’Ouest, des rêves (et des illusions) nourris au XIXe siècle à la Shoah et aux reconstructions qui l’ont suivie. Ces six textes ont des statuts divers : études scientifiques, témoignage, autobiographie, document. Mais ils s’articulent tous autour d’une même dialectique fondamentale, mise au jour par Hannah Arendt, celle du « parvenu » et du « paria ».

2L’espérance « israélite » d’intégration, de réussite, de reconnaissance, de « fusion » dans la société moderne, a été au cœur de l’expérience juive en France, en Italie ou aux Pays-Bas. Nous la trouvons dans l’étude de Joël Sebban sur l’étonnante attraction exercée sur le judaïsme français par le modèle chrétien, et même catholique, au cœur du cadre concordataire du XIXe siècle ; mais aussi dans le culte de l’excellence, scolaire et sociale, dont se souvient Denise Weill-Gerbert, issue d’une famille d’ingénieurs, de polytechniciens et d’agrégés d’histoire (sa tante avait épousé Marc Bloch). Un culte qui resurgit au lendemain de la Shoah, comme un renouement tenace de la vie, et qui fait que le fils unique d’un déporté et d’une pharmacienne devenue marchande de vêtements pour survivre est boursier de la IVe République puis professeur d’université et scientifique reconnu. Quelques années auparavant, une autre enfant puis adolescente, elle aussi passionnée de lecture et d’écriture, entamait dans l’« annexe » d’une maison d’Amsterdam ce qu’elle voulait être une carrière d’écrivain : et Anne Frank est bien devenue l’un des auteurs mondiaux du XXe siècle. Nous publions ici plusieurs pages, jamais traduites en français, de son atelier déjà complexe d’écriture, entre journal, nouvelles, roman, mise en abîme…

3La Shoah l’a emportée, comme elle l’a fait du père de Jacques Fijalkow (dont nous publions les cartes postales qui scandent son voyage sans retour, de Lacaune à Drancy), d’un frère de Denise Weill-Gerbert ou de Szmul Globus et de son fils. C’est que la haine des Juifs n’a cessé de border leur rêve citoyen, quand bien même ce rêve avait pu aller jusqu’à la conversion au catholicisme et à la fidélité au fascisme italien : on découvrira avec intérêt, à cet égard, le destin – et le judaïsme — contrariés d’un Gino Arias. Mais ce n’est pas sur la lettre qu’il envoie à son père, en 1939, et qui est un terrible exemple de « haine de soi », que ce dossier devait se conclure : c’est bien sur les recommencements de la vie dans l’après-guerre. Qu’un futur « Juste parmi les nations » ait discrètement veillé sur un élève pensionnaire rescapé de la Shoah, en 1951, est peut-être la plus belle page de ce dossier.

4Elle compense quelque peu la tristesse d’autres survivants, non pas les enfants, appelés pour la plupart à expérimenter ce que l’un d’eux, Boris Cyrulnik, devait appeler la résilience, mais les adultes, dont le couple, la santé, l’espérance dans la vie, ont pu être brisés à jamais par la déportation d’un être aimé. C’est que la Shoah, une fois le nazisme disparu, et longtemps avant qu’elle ne devienne objet de mémoire collective, a été une série d’absences, de vides, de deuils inachevés, mais aussi de difficultés très concrètes (le manque d’argent, l’ancien appartement vidé de ses meubles et presque toujours occupé par des sinistrés issus d’un autre malheur…), que les historiens, à l’inverse des psychologues, par exemple, n’ont pas encore suffisamment scrutés. Sandra Marc, qui travaille sur les dossiers du COJASOR, en donne ici une illustration à partir du cas d’anciens assignés à résidence à Lacaune.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Avant-Propos »Diasporas, 19 | 2011, 119-120.

Référence électronique

« Avant-Propos »Diasporas [En ligne], 19 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 24 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/1893 ; DOI : https://doi.org/10.4000/diasporas.1893

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search