Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Juifs d'EuropeL’exclusion des journalistes juif...

Juifs d'Europe

L’exclusion des journalistes juifs des publications fascistes en Italie

The Expulsion of Jewish Journalists from Fascist Publication in Italy
Fanny Levin Gallina
p. 137-145

Résumés

La persécution des Juifs en Italie constitue l’un des aspects les plus tragiques du totalitarisme fasciste. Dans le sillage des études récentes consacrées à l’exclusion des intellectuels, ce travail entend retracer l’histoire, à peine étudiée, des journalistes victimes des lois raciales. En l’espace de quelques semaines, ils furent recensés et rayés du tableau professionnel. Relégués au rang de citoyens de seconde zone, beaucoup furent contraints de prendre le chemin de l’exil.

Haut de page

Texte intégral

1Les persécutions antisémites dans l’Italie fasciste ont fait l’objet de nombreux travaux depuis ces dernières années. Si les historiens ont démontré l’absence de toute pression allemande, et l’efficacité de l’application des lois raciales, ils s’interrogent encore sur le moment de la décision et les motifs qui ont poussé Mussolini à engager l’Italie sur la voie de l’antisémitisme d’État. À la différence de l’Allemagne ou de la France, l’Italie n’avait pas connu, à la fin du XIXe siècle, la formation de mouvements et de partis antisémites. Les Juifs avaient obtenu l’égalité des droits au moment de l’Unité et depuis ils étaient bien intégrés à la société, comme en témoigne le pourcentage de mariages mixtes – 30 % –, le plus élevé d’Europe. Depuis son arrivée au pouvoir en 1922, Mussolini les considérait comme des citoyens à part entière ; à maintes reprises, il loua leur esprit patriotique et leur confia des postes de responsabilité. Surtout, au lendemain de l’arrivée d’Adolf Hitler au pouvoir, il ne cessa de critiquer la doctrine raciste du national-socialisme. De telles déclarations, ajoutées aux rencontres avec les représentants du sionisme, contribuèrent à rassurer la communauté juive de la péninsule, convaincue de la bienveillance du Duce à son égard.

  • 1 Fabre G., L’elenco : censura fascista, editoria e autori ebrei, Turin, Zamorani, 1998, XIV, 499 p. (...)
  • 2 Chargé de la presse et de la propagande en Italie, le ministère de la Culture populaire visait à la (...)
  • 3 Le fondateur et premier directeur du Popolo d’Italia fut Benito Mussolini. Après son arrivée au pou (...)

2Brutalement, l’antisémitisme devint à partir de l’été 1938 une composante fondamentale de l’idéologie et de la politique fascistes. En l’espace de quelques mois, les Juifs italiens furent marginalisés. Ils furent exclus du Parti national fasciste (PNF), et la plupart des professions leur furent interdites. Dans la continuité des recherches de Giorgio Fabre, cet article entend retracer l’histoire, à peine étudiée, des journalistes victimes des lois raciales1. En procédant à la mise en évidence des mécanismes de persécution, nous nous interrogerons sur le rôle des responsables de journaux dans les enquêtes raciales et de « discrimination », menées conjointement par le ministère de la Culture populaire (Minculpop) et le Bureau de la démographie et de la race (Demorazza2). Les lois d’exclusion seront évidemment détaillées, avant de nous pencher sur les différentes démarches effectuées par leurs victimes, en nous focalisant plus particulièrement sur le cas des journalistes travaillant pour le Popolo d’Italia, l’organe du PNF3.

L’éloignement des journalistes juifs avant 1938 ?

  • 4 La « fascisation » de la presse ne fut pas facile, la plupart des journalistes italiens ayant été f (...)

3Dès le début du Ventennio, Mussolini s’efforça de contrôler la presse écrite afin d’endoctriner la population et modeler la génération fasciste à venir. Entre la marche sur Rome et l’adoption des lois « fascistissimes » de 1925 et 1926, le Duce mit au pas les grands quotidiens de tendance libérale et supprima les oppositions. Par la suite, le pouvoir se lança dans une véritable épuration de la profession de journaliste. Non seulement l’inscription au Parti devint obligatoire pour continuer à l’exercer, mais il fallait avoir fait preuve d’une particulière fidélité à l’égard du régime pour s’occuper des informations politiques4.

  • 5 L’auteur de la lettre anonyme faisait allusion à la rédaction du Corriere della Sera, quotidien le (...)

4Pour avoir dénoncé une telle situation, le journaliste Davide Giudici fit l’objet d’une enquête, dirigée et coordonnée par la police politique. À l’origine de l’affaire, une dénonciation anonyme parvenue à la préfecture de Milan l’accusait d’appartenir à l’ancienne rédaction « judéo-démo-maçonnique » du Corriere della Sera5. Bien que la commission d’enquête n’ait pas donné suite, la pression exercée par une minorité d’antisémites liés au régime lui valut son licenciement en 1929. Peut-on pour autant affirmer que Mussolini entendait limiter, dès cette époque, la présence des Juifs dans les journaux ?

  • 6 Sur la question, les deux historiens divergent. Giorgio Fabre voit dans l’éloignement des Juifs la (...)

5Comme l’ont montré les recherches récentes menées par Giorgio Fabre et Marie-Anne Matard-Bonucci, ce n’est qu’à partir de 1933 que le dictateur commença à les éloigner des cercles du pouvoir6. Pour autant, il continua à en engager au sein de son propre journal. Mais à partir de 1936, dans le contexte de la montée de l’antisémitisme au sein de l’état-major fasciste, il refusa d’engager un sténographe de confession juive. Dans les mois précédant l’adoption des lois raciales, il persista dans son refus d’embaucher l’économiste Mario Attilio Levi. Surtout, il décida de se séparer de son ancienne conseillère et maîtresse, Margherita Sarfatti, chargée jusque-là de la rubrique culturelle. À plusieurs reprises, le Duce donna donc l’impression de vouloir éloigner les Juifs, mais il ne prit aucune mesure officielle jusqu’en octobre 1938.

Les mesures gouvernementales : entre exclusion et « discrimination »

6Dans un texte de L’Informazione diplomatica du 5 août 1938, le gouvernement annonçait l’organisation d’un recensement des Juifs dans le pays. L’enquête démarra le 11 août 1938, orchestrée par le sous-secrétaire d’État à l’Intérieur. La procédure concernant la presse fut lancée sous la direction du ministre de la Culture populaire, en septembre 1938. Aux directeurs de journaux, l’ordre fut donné d’indiquer, avec l’aide des préfets et des carabiniers, les noms des employés juifs (rédacteurs, collaborateurs extérieurs, membres du conseil d’administration, personnels employés, ouvriers, concessionnaires et chargés de publicité, etc.), en précisant : a) leur nom exact, leur résidence habituelle, leur « race » et celle de leurs deux parents ; b) s’ils étaient en concubinage avec une aryenne et éventuellement, le nombre de leurs enfants ; c) la date de leur inscription au PNF, leurs mérites militaires et politiques ; d) s’ils avaient des parents (père, frères ou enfants) tombés, mutilés ou blessés à la guerre, pour la cause fasciste ou en Espagne. Enfin, les descendants de Juifs convertis devaient fournir des certificat de baptême remontant à au moins deux générations.

7Les directeurs, secondés par les responsables administratifs, disposaient d’une dizaine de jours. Leur mission était d’autant plus difficile que les seules données provenaient des intéressés. En l’absence, à cette date, de critères précis concernant l’appartenance au judaïsme, se posait la question du statut des convertis et des enfants de couples mixtes. Dans les semaines qui suivirent, une circulaire du sous-secrétaire d’État apporta des éléments de réponse. Devaient être considérés comme « métis » : a) les enfants de deux parents de nationalité italienne, dont un Juif ; b) les enfants d’un parent de nationalité italienne et d’un autre, Juif étranger ; c) les enfants de deux parents de nationalité étrangère, dont un Juif.

  • 7 En octobre 1938, le Grand Conseil du fascisme publia des critères pouvant être invoqués par des Jui (...)

8Comment interpréter une telle directive ? Au vu des circonstances dans lesquelles les procédures furent organisées (une semaine après l’adoption des premières lois interdisant aux Juifs de fréquenter les écoles italiennes et obligeant ceux qui étaient étrangers à quitter le pays), il ne fait guère de doute qu’une nouvelle mesure législative était en préparation. En effet, le 7 octobre 1938, le Grand Conseil du fascisme promulgua une loi votée au Sénat un an plus tard, le 29 juin 1939, sous le numéro 1054, et distinguant deux catégories de journalistes : les Juifs « discriminés », transférés des tableaux professionnels ordinaires vers des tableaux ajoutés, pouvaient continuer leur activité7 ; les Juifs non « discriminés », en revanche, furent rayés des tableaux professionnels. Afin de toucher des indemnités de licenciement, ils devaient s’inscrire sur des listes spéciales, après en avoir fait la demande auprès de la Cour d’appel.

  • 8 Les demandes d’« aryanisation » consistaient en une déclaration de « non-appartenance à la race jui (...)

9Afin d’échapper à la persécution, les Juifs adoptèrent diverses stratégies. Certains, convertis de longue date, tentèrent de démontrer leur appartenance à la « race aryenne »8. D’autres, anciens combattants aux mérites exceptionnels, cherchèrent à bénéficier du statut de « discriminés ». Dans le cadre de ces procédures, les directeurs de journaux jouèrent un rôle de premier plan. Dans les délais impartis, ils firent parvenir au ministère de la Culture populaire les données nécessaires à la commission de Demorazza pour identifier les « discriminés » et les enfants de mariages mixtes, parmi les 95 Juifs travaillant dans la presse italienne.

10Les directeurs de journaux n’eurent pas seulement une responsabilité déterminante dans la dénonciation. En consultant régulièrement le pouvoir central, ils entraînèrent aussi une dynamique de la persécution. À la question de savoir si les Juifs « discriminés » pouvaient continuer à travailler et à signer des articles, une circulaire du ministre de la Culture populaire du 17 octobre 1939 répondit sans appel : quelle que fût leur catégorie, les Juifs n’avaient pas le droit d’occuper des postes de responsabilité au sein des journaux. De même, rares furent les journalistes autorisés à rédiger des articles, dès lors publiés anonymement. « Discriminés » ou pas, le nouveau projet de loi leur rendait ainsi pratiquement impossible l’exercice de leur profession.

Titre

Descendants de 2 parents juifs

Descendants d’1 parent juif

Descendants de grands-parents
juifs

Aryens mariés à un juif

Total

Administrateurs

1

0

0

0

1

Correspondants

7

4

1

1

13

Rédacteurs

15

3

2

2

22

Collaborateurs

24

2

0

1

27

Employés

14

4

1

1

20

Ouvriers

5

4

0

3

12

Total

66

17

4

8

95

  • 9 Bien que les collaborateurs de confession israélite du journal de Roberto Farinacci aient été peu n (...)
  • 10 Mario Levi est né en 1900 dans une famille juive de Modène. Après des études de droit et de lettres (...)
  • 11 Né le 16 novembre 1891 à Monticelli d’Ongina, dans la province de Piacenza, Claudio Soavi fut socia (...)

11En dépit de leur alignement sur les directives de Mussolini en matière de race, certains responsables de la presse, à l’instar, paradoxalement, de l’antisémite de longue date qu’était pourtant Roberto Farinacci, apportèrent leur soutien aux persécutés9. Ainsi à l’automne 1940, l’ancien ras de Crémone aida le journaliste Mario Levi à émigrer en Argentine10. D’autres responsables, sollicités par les secrétaires fédéraux et les préfets pour évaluer le profil politique et moral de leurs collaborateurs, appuyèrent les demandes de « discrimination ». Ainsi Aldo Borelli, directeur du Corriere della Sera, joignit au dossier de Claudio Soavi, ancien directeur administratif, un long rapport dans lequel il indiquait ses nombreux mérites civils et militaires11 : il commençait par expliquer qu’il avait fondé, en 1923, un hôpital pour les pauvres à Monticelli d’Ongina, dans la province de Milan. Suivait un long exposé faisant l’éloge de ses proches. Ainsi l’un de ses frères, Emmanuele, était-il décoré du brevet de la marche sur Rome. Le cadet, prénommé Ugo, avait adhéré au mouvement fasciste dès 1919. De même, son oncle était un ancien combattant garibaldien. Enfin, son cousin était tombé à la bataille d’Adoua en 1896. À la fin de la lettre, Aldo Borelli ajoutait que la femme et le fils de Soavi étaient catholiques.

12En dépit de la tiédeur du fascisme de l’intéressé, l’avis favorable du directeur pesa dans la décision finale. Lorsque Soavi obtint la « discrimination » en janvier 1941, il lui adressa un billet de remerciement :

  • 12 Archivio storico del Corriere della Sera, Carteggio personaggi e società, fasc. nº 1081C (« Claudio (...)

« Cher Borelli,
Depuis la fin du mois d’août 1938, vous m’avez donné, à deux reprises, raison de vous être reconnaissant. Permettez-moi de vous dire que c’est cela dont je me souviens et dont je me souviendrai toujours dans ma misère »12.

13Le lendemain, Aldo Borelli, qui appliqua avec beaucoup de zèle les dispositions antisémites, tentait de rassurer son ancien collègue :

  • 13 Ibid., lettre d’Aldo Borelli à Claudio Soavi, 16 janvier 1941. Borelli apporta également son soutie (...)

« Cher Soavi,
Je reçois votre lettre. La discrimination qui vous a été justement accordée pour vos mérites vous dispense de toute gratitude envers les personnes qui ont signalé ces mérites comme il était de leur devoir de le faire, surtout si, vous ayant côtoyé au travail, elles avaient pu se convaincre qu’il s’agissait de mérites concrets et non fictifs. Par conséquent, restez serein, travaillez de bon cœur comme vous l’avez toujours fait et soyez comme toujours empli de foi en la compréhension et en la justice du régime »13.

Les cas de Margherita Sarfatti et de Gino Arias

  • 14 Les Juifs travaillant pour le Popolo d’Italia début septembre 1938 étaient Gino Arias, Carlo Foa, L (...)
  • 15 À la veille de l’adoption des lois antisémites, quinze Juifs travaillaient pour les publications dé (...)

14Au Popolo d’Italia, à l’issue d’une enquête qui dura à peine deux jours, le rapport du directeur administratif indiqua quatre Juifs parmi les employés administratifs et les collaborateurs extérieurs14. Ceux qui travaillaient pour la « grande » presse, ou la presse « d’information », étaient beaucoup plus nombreux15. La sous-représentation dans les publications du PNF permet, d’une part, de vérifier l’hypothèse suivant laquelle Mussolini s’était gardé de désigner des Israélites comme membres de la rédaction de son journal. Et d’autre part, la rapidité et l’efficacité avec laquelle fut menée la procédure d’enquête, donnent à penser que l’organe du PNF se situait à l’avant-garde des persécutions antisémites.

  • 16 Giuseppe Toepliz, de confession israélite et administrateur délégué de la Banca commerciale, fut un (...)

15Avant le tournant de 1938, un très petit nombre de Juifs avaient joué un rôle de premier plan au Popolo d’Italia, parmi lesquels Margherita Sarfatti, ou encore Gino Arias, l’un des théoriciens de l’État corporatif16. Fascistes de la première heure, ils étaient de proches collaborateurs de Mussolini. Bien que convertis au catholicisme, ils furent touchés de plein fouet par les lois antisémites, et contraints de prendre le chemin de l’exil.

16Issue de la riche bourgeoisie juive vénitienne, Margherita Sarfatti était mariée à un avocat, futur conseiller du Parti socialiste italien. Donatrice et collaboratrice du quotidien L’Avanti, organe officiel de ce même parti, elle rencontra Mussolini en 1912 et devint sa maîtresse. Son influence sur lui fut déterminante dans presque tous les domaines. Grâce à son soutien financier et à ses relations dans le monde politique, elle contribua à son accès au pouvoir, sans pour autant occuper de fonction officielle. Versée dans les arts et les lettres, elle est à l’origine du Novecento italiano, un mouvement prônant le retour au classicisme, réunissant quelques-uns des principaux artistes de l’époque, et dont elle fit l’emblème culturel de la « révolution fasciste ». Face à la montée du national-socialisme, elle s’efforça de mettre en garde Mussolini contre le nouveau chancelier allemand. De même, elle dénonça à maintes reprises l’antisémitisme de Roberto Farinacci, directeur du quotidien Il Regime fascista. En 1932, Mussolini l’écarta de sa vie privée. Cependant, elle continua à travailler pour le Popolo d’Italia et resta la conseillère du Duce jusqu’à son rapprochement avec Hitler.

  • 17 Le texte rédigé par Mussolini niait la décision de mettre en place une politique antisémite en Ital (...)

17En février 1938, elle demanda au ministre des Affaires étrangères, Galeazzo Ciano, un nouveau passeport pour se rendre en Amérique. Face à ses inquiétudes, Ciano lui assura que Mussolini démentirait officiellement toute décision de persécution des Juifs. Moins d’une semaine plus tard, L’Informazione diplomatica publiait une note en ce sens, mais qui ne la rassura guère17. Le 13 mai, elle prit un bateau pour Istanbul, puis rejoignit la France, redoutant l’imminence de lois raciales. La suite des événements lui donna raison. Comme beaucoup d’écrivains et de journalistes juifs, elle fut exclue des cercles culturels et des maisons d’édition.

18De crainte qu’elle ne critiquât la politique fasciste auprès des diplomates et de la presse étrangère, le Duce chercha à la faire revenir en Italie. Il demanda au ministre de la Culture populaire, Dino Alfieri, de la charger d’une mission visant à glorifier l’image du pays à l’étranger, mais elle prétexta que des recherches très complexes la retenaient à Paris. En novembre 1939, elle partit pour Rio de Janeiro faire la promotion de sa biographie de Mussolini, Dux, traduite en portugais. Elle était bien connue des cercles artistiques d’Amérique du Sud, surtout à Buenos Aires. Non sans peine, elle réussit à obtenir un visa et l’Institut culturel américain lui donna son accord, en août 1940, pour une série de conférences sur le roman. Trois ans plus tard, Mussolini était destitué et l’armistice entre Italiens et Alliés signé. Margherita Sarfatti attendit cependant la fin de la guerre pour rentrer en Italie. Si après le conflit certains artistes et intellectuels italiens se montrèrent reconnaissants pour le soutien qu’elle leur avait apporté durant l’époque fasciste, la grande majorité lui tourna le dos.

  • 18 Arias G., Il sistema della costituzione economica e sociale italiana nell’età dei Comuni, Rome-Turi (...)
  • 19 Arias G., Principi di economia commerciale, Milan, Società Editrice Libraria, 1917, XVI, 948 p.

19Comme sa collègue, Gino Arias fut victime des lois raciales. Originaire de Florence, il avait poursuivi des études juridiques à l’université de Bologne et obtenu un doctorat en histoire du droit italien en 1903. Entre 1901 et 1906, il avait publié différents essais sur l’histoire des institutions médiévales, parmi lesquels Il sistema della costituzione economica e sociale italiana nell’età dei Comuni18. Par la suite, il abandonna cette discipline pour se consacrer aux études économiques. En 1909, il fut appelé à la chaire d’économie politique de l’université de Gênes, où il resta jusqu’en 1924, avant de se transférer à Florence et enfin à Rome. Dans le domaine des sciences politiques, il s’opposa à la doctrine de l’économie pure, soutenant la nécessité d’une méthode historico-scientifique qui étudiât le phénomène économique dans ses aspects les plus concrets. Son traité Principi di economia commerciale s’inspire de cette théorie19.

20Partisan du mouvement fasciste depuis 1921, Gino Arias cumula les distinctions politiques et académiques ; il fut membre de la commission des 18 pour la réforme législative en 1925, du Conseil de l’Institut fasciste de culture, du Conseil national des corporations, de l’Union intellectuelle franco-italienne de Paris, de la Société Paroisse d’Athènes, correspondant de la Société d’économie politique de Paris, vice-président de l’Académie des Georgeophiles et enfin député de 1934 à 1939. Par ailleurs, il collabora à de nombreuses publications fascistes, comme Gerarchia, Critica Fascista, Educazione Fascista et le Popolo d’Italia, en tant que spécialiste du problème des corporations, et rapporteur pour de nombreux projets de loi en matière financière.

21Avant l’organisation du recensement de 1938, à la fin de février, une enquête fut menée sur son compte par la Direction générale de la Sécurité publique, via la préfecture de Rome. Le document ne faisait aucune allusion à la « race juive », les informations demandées portant sur sa conduite politique et morale, ainsi que ses éventuels mérites spécifiques. Ce questionnement précoce, six mois avant l’adoption des lois raciales, ne laisse guère de doute quant à son interprétation. À cette époque, Mussolini réfléchissait probablement à la mise en place d’exemptions dans la discrimination.

22Licencié du Popolo d’Italia en juillet 1938, Gino Arias émigra en Argentine où il enseigna l’économie politique à l’université de Cordoba. C’est depuis son exil à Buenos Aires qu’il demanda au rédacteur en chef, Giorgio Pini, de reprendre son activité. Face à son refus, il décida d’écrire au Duce pour contourner la persécution. Dans une longue lettre datée du mois de novembre, il commentait le refus opposé par la Demorazza à sa demande de « non appartenance à la race juive » :

  • 20 Archivio Centrale di Stato, Ministero dell’Interno, Demorazza, Fascicoli personnali, b. 42, fasc. « (...)

« Duce,
En tant qu’Italien et en tant que fasciste, je comprends la valeur historique de la politique de la race. Mais moi, j’ai été parmi les premiers, dans les lointaines années 1914-1915, à combattre de manière résolue la mentalité internationaliste des économistes, qui existait alors et qui trouvait son origine chez le Juif anglais David Ricardo. Toutes mes œuvres sont inspirées par le principe politique nationaliste, depuis mes Principes d’économie commerciale de 1917 […] Il n’est pas possible, Duce, que moi, je perde mon poste, d’où j’ai célébré, avec toute ma passion, l’idée fasciste, et illustré les résultats obtenus par le fascisme […] [dans] les colonnes du Popolo d’Italia, de Gerarchia et de L’Economia, toujours et partout, depuis ma première chaire à Gênes, à Florence, à Rome. Je ne suis pas, moi, de race juive du côté de mon père. La famille Arias est d’origine espagnole et typiquement aryenne, comme le démontre l’Encyclopédie espagnole elle-même […] Mon salut, Duce, est entre vos mains. Je vous demande de faire en sorte que le décret du 5 septembre, qui indique la race juive du côté du père comme une condition nécessaire, ne soit pas appliqué »20.

  • 21 Entre 1906 et 1907, Arias écrivit une série d’articles pour l’Archivio della Società Romana di Stor (...)
  • 22 Gino Arias est également l’auteur de Studi e documenti di Storia del diritto, publié en 1902 chez L (...)

23La lettre se terminait par l’évocation de la conversion de l’auteur au catholicisme, en 1931. Son parcours, en réalité, n’était pas linéaire. Depuis le début du XXe siècle, il avait consacré de nombreux écrits à l’histoire économique de l’Église au Moyen-Âge21. Dans le contexte des pogroms perpétrés en Pologne, il avait pris fermement position dans le Corriere Israelitico, un organe proche du mouvement sioniste. Dans un article daté de 1904, il dénonçait le côté « domestique » de l’antisémitisme italien, différent de l’antisémitisme « sauvage », mais tout aussi dangereux, car plus discret et sournois. Selon lui, le sionisme constituait le seul rempart face à la propagation de l’antisémitisme en Europe. Trente ans plus tard, le ton était tout autre. En tant que sénateur, Arias a voté en faveur de l’adoption des lois raciales. Mais, en dépit de son dévouement total au catholicisme et à la politique du régime, la décision de la Demorazza fut catégorique : Gino Arias était de « race juive ». En mai 1939, son épouse présenta une requête à Antonio Le Pera, le directeur de la Demorazza. Au sein du ministère de l’Intérieur, la commission d’enquête examina son dossier, composé d’un curriculum vitae détaillé et d’une liste exhaustive de ses publications22. Grâce à l’intervention directe de Mussolini, Arias obtint la « discrimination », peu de temps avant de mourir en Argentine, le 14 octobre 1940. Entre temps, il avait adressé à son père une lettre lourde de reproches, interceptée par la Police politique :

  • 23 Archivio Centrale di Stato, Ministero dell’Interno, Demorazza, Fascicoli personnali, b. 42, fasc. « (...)

« Cher père,
L’infamie de Judas m’a contraint à partir. Si vous m’aviez écouté, vous auriez rendu un service au Seigneur et la famille serait sauve. La colère de Dieu contre Judas m’a frappé, moi qui suis innocent, et on m’a détruit mon œuvre. Je reconstruirai ma vie dans une terre amie, en bon Italien et en bon catholique. Augustus est infesté de Juifs allemands qui suscitent le dégoût général. La commission de la race a rejeté mon recours, parce que juif est mon père, juive est ma mère et juifs sont mes frères. S’il ne s’agissait que de moi, j’aurais été sauf, mais votre obstination dans le mal m’a perdu »23.

24Cette lettre est révélatrice du sentiment d’incompréhension et de colère ressenti par la majorité des Juifs convertis qui avaient rejoint le Parti au début du Ventennio. Comme Gino Arias, d’autres journalistes ont exprimé leur indignation face à l’injustice des lois raciales, sans pour autant que leur fidélité au régime en fût altérée. Ce fut le cas de Mario Attilio Levi, ancien collaborateur du Popolo d’Italia, comme l’atteste cette lettre adressée au rédacteur en chef, au printemps 1939 :

  • 24 Archivio Centrale di Stato, Archivio Giorgio Pini, I Versamento, b. 18, lettre de Mario Attilio Lev (...)

« Illustre Pini,
Votre article d’aujourd’hui sur le squadrisme est superbe. Mais qui a su écrire une telle page, doit savoir mesurer l’abysse de douleur et d’humiliation que ressent celui qui, aujourd’hui, au lieu de voir son passé fasciste exalté, doit donner une preuve de sa foi et de sa discipline, ce qui est beaucoup plus difficile que d’offrir généreusement sa vie face à l’ennemi à l’heure de gloire. Combien sauraient supporter les épreuves qui m’ont été imposées après tant d’années de service désintéressé dans les organisations, dans les squadristi, dans les journaux et dans le secteur scientifique, sans rien renier et en maintenant intacts ses propres idéaux ? […] Quant à la discrimination que vous me souhaitiez, elle m’a déjà été accordée ; et j’en suis heureux dans la mesure où cela me permet de conserver ma plume noire de chasseur alpin, même si cela n’empêche pas que je reste exclu du parti et de tout ce qu’était ma vie »24.

25Dans le cadre de cette étude de la persécution des journalistes de « race juive », nous nous sommes limitée à quelques cas significatifs. D’autres personnages mériteraient de faire l’objet d’une recherche approfondie, afin de mieux saisir le rôle à la fois ambigu et décisif des cadres dirigeants de la presse italienne. Confrontés à l’opacité de la loi, ils ont interrogé les autorités politiques sur le statut des « métis » et des « discriminés ». De même, leur intervention dans le cadre des enquêtes raciales ou de « discrimination » a fait souvent basculer la situation des intéressés. Généralement, ils ont appuyé leurs requêtes, non pas d’ailleurs par bonté d’âme, mais par esprit de corps. Ceci étant, ils n’ont pas hésité à dénoncer certains de leurs collaborateurs de longue date, au risque de devoir se séparer d’auteurs importants, particulièrement appréciés des lecteurs, mais c’était le prix à payer pour prouver leur fidélité inconditionnelle au régime. En cela, leur comportement ne différait guère de celui de l’administration fasciste, la « question juive » ayant été traitée avec sérieux et efficacité. Le régime put se féliciter de la collaboration des directeurs qui exécutèrent avec beaucoup de zèle les dispositions antisémites. À travers la rigueur des enquêtes et l’absence de protestation, Mussolini fut à même de vérifier avec quelle efficacité il contrôlait la presse italienne, qui devint un des rouages de la persécution.

Haut de page

Notes

1 Fabre G., L’elenco : censura fascista, editoria e autori ebrei, Turin, Zamorani, 1998, XIV, 499 p. Cet ouvrage est consacré à la mise au ban des éditeurs juifs en Italie.

2 Chargé de la presse et de la propagande en Italie, le ministère de la Culture populaire visait à la fois à contrôler et à censurer l’information, tout en encadrant la presse écrite, afin de la faire participer au consensus populaire nécessaire à la pérennité du régime. Créée en juillet 1938 et dépendant du ministère de l’Intérieur, la Demorazza était l’organe chargé de statuer sur les demandes d’appartenance raciale. Elle accorda également des exemptions face aux lois antisémites.

3 Le fondateur et premier directeur du Popolo d’Italia fut Benito Mussolini. Après son arrivée au pouvoir en 1922, il continua à le contrôler en nommant à sa tête son frère, Arnaldo, puis son neveu, Vito.

4 La « fascisation » de la presse ne fut pas facile, la plupart des journalistes italiens ayant été formés à l’époque libérale. En outre, ceux qui étaient menacés d’exclusion étaient souvent protégés par les dirigeants des journaux, qui écrivaient des lettres au gouvernement pour affirmer leur adhésion et leur soutien au régime.

5 L’auteur de la lettre anonyme faisait allusion à la rédaction du Corriere della Sera, quotidien le plus diffusé en Italie, dirigé par Luigi Albertini de 1900 à 1925. D’abord favorable à la naissance du fascisme, ce dernier fit de son journal un organe d’opposition après l’assassinat du député socialiste Giacomo Matteotti par un groupe de squadristi, en juin 1924. Pour avoir régulièrement dénoncé l’esprit violent et anti-démocratique du régime, il fut démis de son poste.

6 Sur la question, les deux historiens divergent. Giorgio Fabre voit dans l’éloignement des Juifs la préparation, dès cette époque, du tournant de l’antisémitisme d’État. Marie-Anne Matard-Bonucci, elle, affirme que Mussolini ne cessa pas de confier à certains Juifs des postes de responsabilité. Fabre G., Mussolini razzista : dal socialismo al fascismo : la formazione di un antisemita, Milan, Garzanti, 2005, 508 p. ; Matard-Bonucci M.-A., L’Italie fasciste et la persécution des Juifs, Paris, Perrin, 2006, 599 p.

7 En octobre 1938, le Grand Conseil du fascisme publia des critères pouvant être invoqués par des Juifs de nationalité italienne pour éviter les persécutions : « 1) Des familles d’hommes tombés durant les quatre guerres menées par l’Italie au cours de ce siècle (guerres de Libye, mondiale, d’Ethiopie et d’Espagne) ; 2) Des familles de volontaires dans les guerres de Libye, mondiale, d’Ethiopie et d’Espagne ; 3) Des familles de combattants des guerres de Libye, mondiale, d’Ethiopie et d’Espagne décorés de la croix du mérite de guerre ; 4) Des familles d’hommes tombés pour la cause fasciste ; 5) Des familles de mutilés, invalides, blessés pour la cause fasciste ; 6) Des familles de fascistes inscrits au parti dans les années 1919‑20‑21‑22 et au second semestre de l’année 1924, et des familles de légionnaires de Fiume ; 7) Des familles ayant des mérites exceptionnels qui seront reconnus par une commission ad hoc ». À l’issue d’une enquête menée par la Demorazza, 3522 Juifs italiens reçurent le statut de « discriminés ».

8 Les demandes d’« aryanisation » consistaient en une déclaration de « non-appartenance à la race juive ». En 1942, 3200 dossiers furent examinés, la majorité recevant un avis défavorable.

9 Bien que les collaborateurs de confession israélite du journal de Roberto Farinacci aient été peu nombreux en 1938, certains occupaient des postes de responsabilité, tels Mario Levi, responsable des chroniques, Leo Reggiani, chef sténographe et Enrico Varenna, président du Conseil d’administration.

10 Mario Levi est né en 1900 dans une famille juive de Modène. Après des études de droit et de lettres, il travailla pour La Provincia di Cremona avant de rejoindre Il Regime fascista en septembre 1923. Bien que sans hostilité envers le fascisme et ayant rencontré Mussolini à plusieurs reprises, il refusa de s’inscrire au parti avant décembre 1933. Pour autant, Roberto Farinacci appuya sa demande de « discrimination » auprès du sous-secrétaire d’État à l’Intérieur. Comme il n’avait jamais pris parti publiquement en politique, la réponse de la Demorazza fut négative. Il fut contraint de quitter le pays, et Farinacci finança son voyage en Amérique du Sud.

11 Né le 16 novembre 1891 à Monticelli d’Ongina, dans la province de Piacenza, Claudio Soavi fut socialiste avant de rejoindre le camp interventionniste, se portant volontaire pendant la Première Guerre mondiale. Fantassin pendant six ans, il fut blessé et plusieurs fois décoré. Il était notoirement antifasciste quand il prit la tête, en 1935, du conseil d’administration du Corriere della Sera. Pour continuer l’exercice de ses fonctions, il fut contraint de s’inscrire au PNF.

12 Archivio storico del Corriere della Sera, Carteggio personaggi e società, fasc. nº 1081C (« Claudio Soavi »), lettre de Claudio Soavi à Aldo Borelli, 15 janvier 1941.

13 Ibid., lettre d’Aldo Borelli à Claudio Soavi, 16 janvier 1941. Borelli apporta également son soutien au correspondant Mario Sandri et à l’ancien rédacteur Fernando Bavesi.

14 Les Juifs travaillant pour le Popolo d’Italia début septembre 1938 étaient Gino Arias, Carlo Foa, Laura Halphen et Nerina Levi.

15 À la veille de l’adoption des lois antisémites, quinze Juifs travaillaient pour les publications dépendant du Corriere della Sera (Domenica del Corriere, Corriere dei Piccoli, La Lettura et Romanzo Mensile). Parmi eux, le directeur administratif Claudio Soavi, les correspondants Mario Levi, Mario Sandri et Eugenio Tagiuri, l’employée Ester De Angelis et le dessinateur Giorgio Tabet. Il faut ajouter Alessandro Della Seta, Ugo Ghiron et Lina Schwartz, collaborateurs occasionnels. D’autres journalistes furent suspectés d’appartenir à la « race juive », mais réussirent à prouver leur « aryanité » grâce à un certificat de baptême.

16 Giuseppe Toepliz, de confession israélite et administrateur délégué de la Banca commerciale, fut un des premiers actionnaires du Popolo d’Italia.

17 Le texte rédigé par Mussolini niait la décision de mettre en place une politique antisémite en Italie. Il se terminait cependant par une inquiétante mise en garde : « Le gouvernement fasciste se réserve toutefois la possibilité de surveiller l’activité des Juifs récemment arrivés dans notre pays et de faire en sorte que le rôle des Juifs dans la vie d’ensemble de la nation ne soit pas sans proportion avec les mérites intrinsèques des individus et l’importance numérique de leur communauté ».

18 Arias G., Il sistema della costituzione economica e sociale italiana nell’età dei Comuni, Rome-Turin, Nazionale, 1905, 558 p.

19 Arias G., Principi di economia commerciale, Milan, Società Editrice Libraria, 1917, XVI, 948 p.

20 Archivio Centrale di Stato, Ministero dell’Interno, Demorazza, Fascicoli personnali, b. 42, fasc. « Gino Arias », lettre de Gino Arias au Duce, 9 octobre 1938. Par la suite, Arias insista à plusieurs reprises sur les origines espagnoles et aryennes de son nom.

21 Entre 1906 et 1907, Arias écrivit une série d’articles pour l’Archivio della Società Romana di Storia Patria sur la finance pontificale et l’Église du XIVe siècle.

22 Gino Arias est également l’auteur de Studi e documenti di Storia del diritto, publié en 1902 chez Le Monnier, et d’une série d’articles sur la législation agraire au XVIIe siècle, publiés dans le Giornale degli Economisti en 1908.

23 Archivio Centrale di Stato, Ministero dell’Interno, Demorazza, Fascicoli personnali, b. 42, fasc. « Gino Arias », lettre de Gino Arias à son père, 14 janvier 1939.

24 Archivio Centrale di Stato, Archivio Giorgio Pini, I Versamento, b. 18, lettre de Mario Attilio Levi à Giorgio Pini, 25 mars 1939.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Levin Gallina, « L’exclusion des journalistes juifs des publications fascistes en Italie »Diasporas, 19 | 2011, 137-145.

Référence électronique

Fanny Levin Gallina, « L’exclusion des journalistes juifs des publications fascistes en Italie »Diasporas [En ligne], 19 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 16 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/1912 ; DOI : https://doi.org/10.4000/diasporas.1912

Haut de page

Auteur

Fanny Levin Gallina

Titulaire d’un double doctorat de recherche en histoire contemporaine, elle a soutenu en 2011, aux universités de Grenoble II et Turin, une thèse intitulée Racisme et antisémitisme dans la presse italienne à l’époque fasciste : entre propagande politique et journalistique.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search