Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Juifs d'EuropePéripéties et rôle des réseaux de...

Juifs d'Europe

Péripéties et rôle des réseaux de résistance juifs et protestants 1940-1944

Denise Weill-Gerbert et Anny Bloch
p. 147-154

Texte intégral

Introduction par Anny Bloch-Raymond, socio-anthropologue

  • 1 Montpellier, Presses du Languedoc, 1993, p. 66.

1Rencontrée lors d’un voyage en Israël, en mai 2009, Denise Weill-Gerbert m’avait alors raconté quelques bribes de son histoire : la longue amitié de ses parents avec ceux d’Antoine Veil, sa filiation avec Marc Bloch, les principes éducatifs qu’elle avait reçus, faisant du devoir d’aider l’autre une nécessité. Son énergie, sa force de caractère m’avaient surprise. D’où venaient une telle résistance et une si grande autorité ? Elle avait ébauché son histoire, sa naissance à Strasbourg, son parcours de femme engagée dans les œuvres de l’hôpital Hadassah, ses activités à la Coopération féminine de Paris. Pour elle, toutes ces actions allaient de soi. Elle avait évoqué son année passée à Nîmes, en 1944, infirmière clandestine dans la Maison de Santé protestante. Trois années se sont écoulées ensuite. En travaillant sur la période de 1939-1945 et le sauvetage des juifs dans la ville de Nîmes, j’ai découvert son bref témoignage publié par le pasteur et résistant Aimé Bonifas dans son ouvrage Les Protestants nîmois durant les années noires 1940-19441. Elle a alors accepté de me parler plus longuement et je l’en remercie. Nous avons réalisé l’entretien qui suit au Mémorial de la Shoah, en janvier 2012, au moment même du centième anniversaire de l’Œuvre de Secours aux Enfants (OSE). À la fin de notre dialogue, elle m’a signalé la présence au Mémorial, ce jour-là, de grands leaders de la résistance juive et du sauvetage des enfants, Georges Loinger et Madame Garel, qu’elle est allée saluer. Elle faisait partie de ce monde, en était le témoin. Même si elle n’avait pas participé directement à la Résistance, elle l’avait « vécue ».

2Son témoignage est l’incarnation même de l’un des axes de travail de la revue Diasporas. Histoire et sociétés, le modèle de l’israélite d’avant-guerre, issu de la bourgeoisie, cherchant l’excellence dans les plus grandes écoles et s’engageant au service de la République. Tout au long de son récit, Denise Weill-Gerbert met en évidence la manière dont se forment les élites de la IIIe République, leurs codes, leurs pratiques, la musique jouant le rôle de marqueur de distinction, comme l’aurait écrit Pierre Bourdieu. Naturellement, leurs affinités se portent vers un monde proche, les protestants de la « HSP » (Haute Société Protestante). Tout les y conduit, la fréquentation mutuelle des mêmes écoles, l’exercice d’une religion respectueuse des lois républicaines – avec une pratique que l’on nommerait libérale –, leurs goûts pour des distractions identiques.

3Les effets de la nazification de la France atteignent toutes les couches de la société. Le statut des juifs du 3 octobre 1940 et celui, plus rigoureux encore, du 2 juin 1941 transforment la vie aisée en dénuement. La famille de Denise Weill ne désarme pas, les enfants poursuivent leurs études et s’engagent, d’une part du côté de la Résistance nationale et de De Gaulle, manifestation de leur patriotisme, et de l’autre, manifestation de leur judéité, du côté de la Résistance juive, avec le réseau Garel. Malgré les difficultés et le danger, la solidarité familiale est constante et devient encore plus étroite : les enfants sont hébergés chez les amis ou dans la parenté. Ce récit permet de côtoyer des personnages connus, le grand historien Marc Bloch, Antoine Veil, futur mari de Simone Veil, Jacques Monod, futur prix Nobel de biologie. La proximité entre l’éthique des familles juives et celle des protestants est saisissante. Il n’est pas étonnant, dès lors, que les protestants aient joué un rôle dans le sauvetage de Denise Weill et de son amie, en la personne d’une grande dame, Marcelle Monod, directrice de la Maison de Santé Protestante de Nîmes et active résistante.

4C’est bien, de toute évidence, l’éthique du protestantisme et l’éthique de la responsabilité, notions chères à Max Weber, qui sont à l’œuvre dans ce témoignage, tant les destins des réfugiés et de leurs hôtes sont intimement liés.

Denise Weill-Gerbert péripéties et rôle des réseaux de résistance juifs et protestants : 1940-1944

5Mon père s’appelle Henri Lippman Weill. Il est né le 29 janvier 1888. Ma mère est Hélène Vidal, elle est née le 2 mars 1893. Ils se sont mariés le 14 mai 1914. Née à Strasbourg le 15 octobre 1923, je suis la benjamine d’une famille de quatre enfants. Mon frère Marc est né en 1915, ma sœur Annette en 1919 et mon frère Robert en 1921.

Affinités juives et protestantes de l’élite républicaine

  • 2 Aujourd’hui Lycée Chaptal.

6Mon père, d’origine alsacienne, avait été formé dans un très bon collège, le Collège Chaptal à Paris2. Puis il avait intégré Polytechnique ; entré deuxième et sorti deuxième, il avait choisi l’École des Mines de Paris et décidé de servir l’État et non l’industrie privée, pourtant beaucoup plus rémunératrice. Il avait été envoyé à Lille, puis très vite mobilisé dans l’artillerie, dés le début de la « grande guerre ». Il a été décoré, après la bataille de Verdun, par Pétain en personne. Après la guerre, il a été nommé à Strasbourg, où je suis née. Nous habitions dans le quartier dit allemand, rue Silbermann, un quartier résidentiel, la Neustadt.

7La famille de ma mère, qui était originaire de Lorraine (ses grands ancêtres Hirsch étaient maîtres de forges en Lorraine), s’appelait Vidal. Ce nom a l’avantage de ne pas être identifié comme juif. Il y a, en effet, des Vidal catholiques. Ce fut notre premier faux nom.

  • 3 Grandeur proportionnelle à la concentration de l’urée sanguine, exprimant la valeur fonctionnelle d (...)

8À Strasbourg, le milieu culturel foisonnant convenait très bien à mes parents ; de même que le milieu musical. La musique a toujours joué un grand rôle dans ma famille maternelle. Ma mère, qui jouait de l’orgue et du piano, avait un piano à queue pour elle et un piano droit pour les enfants. Tout ce qui concernait la culture était bienvenu dans notre famille. Je n’ai pas peur de dire que nous étions des bourgeois. Mes parents fréquentaient aussi les milieux protestants, la « HSP », et beaucoup d’amis issus des grandes écoles. Mon père était très lié avec le Professeur Ambard, médecin inventeur de la constante d’Ambard3.

9Lorsque Marc Bloch (mari d’une jeune sœur de ma mère, Simone) est arrivé dans la famille, c’était la première fois que nous rencontrions un agrégé d’histoire. La meilleure amie de ma mère, Suzanne Robineau, était protestante et appartenait à la grande famille des Monod. Jacques Monod, futur prix Nobel de biologie et cousin de Suzanne, était également un ami.

10Le père de ma mère, Paul Vidal, était ingénieur des Ponts et Chaussées. À Bordeaux, dans les années 1900 et suivantes, il était chargé de surveiller l’estuaire de la Gironde et sa vitesse de sédimentation. Un dragueur a porté son nom, le « Paul Vidal ».

11Nous avions tout à fait conscience de nos origines. L’affaire Dreyfus, vu l’âge de mes parents, avait laissé des empreintes durables dans notre famille. Semblables à de nombreux israélites français, nous n’étions pas pratiquants et n’allions pas à la synagogue. Pourtant, mes deux frères ont fait leur bar mitzvah et nous marquions les fêtes en lisant, en français, les prières de ces solennités. Nous avons été élevés dans une éthique qui a laissé en nous de profondes traces. Nous savions qu’il fallait obtenir de très bons résultats scolaires, les meilleurs possibles, et ne pas nous arrêter au milieu du gué. En particulier, nous devions être toujours reçus aux examens, si possible avec mention pour mes frères, qui avaient d’ailleurs passé l’un et l’autre une année scolaire entière dans un collège anglais. Lorsque j’ai quitté le cours privé protestant proche de la maison pour entrer au lycée en cinquième (on choisissait le latin pour être dans les meilleures classes), mon frère aîné, Marc, m’a fait apprendre tout le programme de latin de sixième pendant les vacances d’été et je suis passée sans difficultés en classe latin de cinquième. Cela se faisait tout naturellement, sans emphase. Pour autant, ne croyez pas que nos parents nous aient élevés dans le luxe, mais tout au contraire dans le sens de l’effort et du travail fini. Notre mère cousait elle-même certains de nos vêtements.

12En 1930, toute notre famille est venue à Paris lorsque mon père a été promu Ingénieur en chef des Mines. Nous avons alors habité rue de Courcelles, dans le XVIIème arrondissement. Mon père travaillait au Ministère des Travaux Publics, boulevard Saint-Germain. Il a ensuite disposé, en plus, d’un bureau chez lui.

13En mai 1939, pour les vingt-cinq ans de mariage de nos parents, nous avons organisé une grande fête à la maison, à Paris où se trouvait la plus grande partie de notre famille. Ce fut la dernière fois que celle-ci s’est réunie au complet, avant qu’elle ne soit décimée par la guerre. À cette occasion, nous avions prévu une pièce de théâtre, Sigismond de Courteline, de la musique et des chants. Oncle Marc (Bloch) nous avait prêté pour le théâtre sa robe de satin jaune (la couleur de la Faculté des Lettres), et nos professeurs de piano et violon nous avaient fait répéter des sonates en secret.

Dispersion de la famille en 1939

  • 4 Antoine Veil, futur énarque, se marie avec Simone Veil le 26 octobre 1946.

14En septembre 1939 a lieu l’évacuation. Le gouvernement a conseillé aux familles avec enfants de quitter Paris. Mon père est resté à Paris et a continué à travailler au Ministère des Transports. Ma mère est partie dans l’Yonne, près de Sens, avec moi, et nous avons accueilli Antoine Veil4, le futur mari de Simone. Son père, André Veil, avait fait l’École des Mines avec mon père. Nos deux familles sont toujours restées très unies. La famille Veil habitait Blamont et Nancy, et souhaitait qu’Antoine quitte l’Est de la France.

15Robert et Annette s’installent à Bordeaux pour faire « Maths sup » et pharmacie. Marc était officier car il avait suivi une préparation militaire et faisait un « service allongé » (Munich 1938).

  • Mai 1940

16Bombardement de Sens. Des flots de réfugiés arrivent du Nord.

  • Juin 1940

17La débâcle. Ma mère se replie sur Bordeaux, où l’une de ses cousines nous accueille et dépose au passage Antoine à Argenton-sur-Creuse, où s’était réfugiée la famille Veil. Mon père est lié au gouvernement, qui se replie de Paris à Bordeaux, puis à Vichy, où ma mère le rejoint.

  • Juillet/Août 1940

18Marc est fait prisonnier dans le Nord de la France. Il s’échappe aussitôt et revient se cacher à Paris, puis à Vichy où il se fait démobiliser comme grand asthmatique (ce qu’il était).

  • Septembre 1940

19Mon père doit remonter à Paris avec le gouvernement pour organiser les transports. Ma mère a beaucoup de mal à obtenir un Ausweis. Annette et moi revenons aussi à Paris.

  • Octobre 1940

  • 5 Le 3 octobre 1940, une loi du gouvernement de Vichy met en place le Statut des Juifs qui exclut les (...)

20Rentrée scolaire. A cause du numerus clausus, Marc n’a pas pu s’inscrire pour la préparation de l’agrégation d’histoire à Clermont Ferrand (où était réfugiée la Faculté de Strasbourg)5. Il s’installe à Lyon et commence des études d’expert-comptable. Robert le rejoint et s’inscrit à l’École Centrale Lyonnaise. Annette s’inscrit en pharmacie, mais les cours sont tout à fait irréguliers. Je reste moi-même à Clermont-Ferrand chez mon oncle Marc Bloch. Le lycée pratique le mi-temps pédagogique afin d’accueillir les élèves strasbourgeois. Cela me permet de faire ma « philo » et le conservatoire de violon en même temps.

  • Janvier 1941

  • 6 Sur Marc Bloch dans les années 1940, Étienne Bloch, Marc Bloch (1886-1944), une biographie impossib (...)

21Oncle Marc Bloch perd son poste de professeur à Clermont, rejoint Montpellier où il obtient un poste et entre dans la Résistance6. Je continue mon année scolaire chez les Veil, installés à Grenoble.

  • Octobre 1941

22Mes frères sont toujours à Lyon, Annette et moi à Paris avec nos parents.

  • Décembre 1941

  • 7 La troisième rafle de 1941 en zone occupée, celle du 12 décembre, a conduit à l’arrestation de 743  (...)

23Grande rafle du 12 décembre (hauts fonctionnaires et professions libérales)7.
Mon père échappe miraculeusement à cette rafle, peut-être parce que son nom commence par « W »… Il quitte immédiatement Paris en vélo avec Annette pour passer la ligne de démarcation en fraude, près de Tournus. Trois jours plus tard, à pied et au petit matin, je passe à mon tour la ligne en fraude, avec ma mère. Nous retrouvons mon père à Lyon. Mes parents, craignant le pire, avaient prévu longtemps auparavant ce passage en fraude. Pour traverser la ligne, beaucoup de prudence et de précaution étaient nécessaires. Nous courions de sérieux risques d’être arrêtés. Il fallait, en effet, calculer le temps laissé entre le passage de deux patrouilles nazies et leurs terribles chiens. Il fallait franchir la ligne ni trop tôt, ni trop tard. Pour ne pas nous faire repérer, nous n’avions rien emporté, pas de sacs, pas de valises ; nous marchions le long des chemins, comme si nous étions des paysannes. Il faut aussi savoir que tout le long de la ligne de démarcation, tous les fermiers avaient supprimé leurs chiens afin qu’ils n’aboient pas si quelqu’un franchissait cette petite route. Il faisait si froid ce petit matin-là que des stalactites se formaient sur nos foulards.

24Une fois arrivées en zone libre, nous avons pris le train à Tournus (je me souviens avoir crié en montant dans ce train : « C’est chauffé ! »). Nous avons atteint Lyon.

25Avant de quitter notre confortable appartement de Paris, ma mère m’a dit : « Nous allons jouer ensemble des sonates de Beethoven pour piano et violon. Qui sait si nous retrouverons un jour nos instruments !… ».

À Lyon, décembre 1941-1942, dénuement et engagement dans la Résistance et dans le réseau Garel

26Les comptes en banque étaient bloqués. Il fallait trouver de petits boulots. Mon père a sans doute perçu une petite retraite, mais ce fut une période très difficile. Nous nous sommes retrouvés à Lyon sans presque rien tandis qu’Annette, ma sœur ainée, était partie à Grenoble, chez les Veil, afin de recommencer sa troisième année de pharmacie.

27Mes parents avaient loué une chambre d’hôtel, avec une fameuse alcôve lyonnaise. Ils dormaient dans l’unique lit, et moi par terre. Ma mère nous obligeait à manger ces horribles harengs saurs, peu chers et fortifiants. Une caisse d’oranges vide se trouvait au milieu de la pièce et nous servait de table de salle à manger.

  • Rentrée 1942

28J’ai dû attendre d’avoir dix-neuf ans pour enfin commencer mes études d’infirmière et d’assistante sociale à l’école Rockefeller de Lyon. La directrice des études d’infirmières appartenait à une grande famille protestante, originaire de Strasbourg, que mes parents connaissaient, les Hering. La directrice du service social s’appelait Mademoiselle Lucas, catholique fervente. Robert poursuivait ses études à l’École Centrale Lyonnaise et Marc, celles d’expert-comptable. Ils habitaient ensemble une chambre d’étudiant. En octobre 1942, nous avons célébré les fiançailles de Robert et de Mylaine, la deuxième fille des Veil.

29Après le débarquement américain en Afrique du Nord, en décembre 1942, la famille s’est dispersée. Mes parents sont restés à Lyon et se sont cachés dans le quartier des dames de petite vie, grâce à un ami résistant qui leur avait trouvé un petit local.

30Marc a voulu rejoindre de Gaulle en gagnant l’Algérie après avoir traversé l’Espagne. Mais il n’a pas pu franchir les Pyrénées ; il a été trahi par le passeur qui l’a livré aux Allemands. Placé dans un camp d’internement, il a été ensuite déporté à Buchenwald sous son identité de résistant, « Marc Weiblé ». Nous avons reçu de lui quelques cartes interzones, rédigées en allemand afin de signifier à la censure que rien d’illégal n’était écrit. À la libération de Paris, en août 1944, atteint de typhus, Marc était tellement faible que la Croix-Rouge n’a pas jugé qu’il puisse guérir. Rapatrié trop tardivement, il est décédé trois jours après son arrivée à Paris. Notre famille en veut beaucoup à la Croix-Rouge pour cette raison.

  • 8 Le réseau Garel, du nom de son fondateur Georges Garel (en fait : Grigori Garfinkel), né le 1er mar (...)
  • 9 Toutes deux déclarées Justes parmi les nations.

31Annette est partie à Saint-Etienne en février 1944 participer au sauvetage des enfants juifs, organisé par l’OSE : le réseau Garel8. Elle était logée dans le service de l’« Aide aux Mères », dirigé par deux résistantes, Juliette Vidal et Marinette Guy9. L’Aide aux Mères offrait ainsi une couverture qui permettait d’abriter des jeunes filles juives.

32Mon frère Robert, tout comme les deux fils aînés de Marc Bloch, est parti en décembre 1942 pour l’Espagne, où il a été emprisonné à Miranda, puis à Barcelone pendant cinq ou six mois. Libéré, il a rejoint l’Algérie comme interprète auprès des Américains.

33Je n’ai pas fait moi-même de résistance active ; mes parents ainsi que les oncles et tantes souhaitaient que les plus jeunes enfants des familles gardent leur neutralité, en espérant qu’eux, au moins, resteraient en vie. En demandant à ma mère comment je pourrais justifier cette conduite après la guerre, elle m’a dit : « Tu répondras comme les immigrés, nous avons vécu ».

34À Lyon, nous avions de fausses cartes d’identité, sous des noms différents pour éviter que l’ensemble de la famille ne soit arrêté. À l’école d’infirmières et d’assistantes sociales, j’ai obtenu une vraie fausse carte d’identité au nom de « Jeanne Fournier », une élève inscrite sur les listes mais qui n’avait pas intégré l’école.

À Nîmes, clandestine à la Maison de Santé Protestante

35Lyon devenait de plus en plus dangereuse. En avril 1944, grâce aux deux directrices de l’école, j’ai quitté la ville avec une amie, Hélène Weil, pour continuer mes études à la MSP (Maison de Santé Protestante) à Nîmes. Y était adjointe une école d’infirmières, dirigée par Marcelle Monod, une femme exceptionnelle.

36Pour sortir de la gare de Nîmes, il fallait montrer sa carte d’identité. Mais la gare n’était pas, heureusement pour nous, aussi surveillée que celles des zones côtières. La directrice nous a accueillies en nous faisant des recommandations très strictes. Il en allait de la sécurité de la MSP et de la nôtre. Je vous interdis de sortir le jour, vous travaillerez la nuit de 19 heures à 8 heures du matin et vous ne suivrez pas les cours ». Nous montions sur le toit pour regarder l’extérieur. Nous avons donc tout appris par l’exercice de notre métier. J’ai été affectée au service de maternité. La nuit, j’étais seule pour m’occuper du service et je n’avais le droit d’appeler la surveillante et l’accoucheur qu’à la dernière minute, quand l’enfant était bien engagé. Nous avons donc reçu immédiatement de lourdes responsabilités. Je n’avais pas encore vingt ans et je travaillais dur ; j’ai ainsi écrit à mes parents : « Ma chère marraine, je suis très fatiguée ce matin, j’ai accouché quatre fois cette nuit ». Et je promettais de ne plus accoucher les Espagnoles, elles accouchaient trop vite !

37Mon amie Hélène se trouvait, de nuit, en chirurgie. Le soir, elle apercevait des hommes et les entendait au réveil parler sous chloroforme leur langue maternelle, l’anglais. Ils disparaissaient ensuite. C’était sans doute des parachutistes. On nous faisait totalement confiance. Nous étions solidaires, vu le danger que nous encourions tous.

38Lorsque la ville de Nîmes a été bombardée, le 27 mai 1944, l’hôpital, proche de la gare, a été touché et le service des contagieux a été transféré chez nous ; y compris les militaires allemands qui s’y trouvaient. Ce fut un supplément de travail et j’ai dû porter ses repas à un soldat « boche » alors que je savais que mon frère n’avait sans doute pas à manger. En maternité, les familles venaient visiter les leurs avec du raisin ; je le pressais pour donner le jus aux accouchées et je mangeais les peaux. Notre menu consistait en châtaignes matin, midi et soir. J’étais logée mais je n’avais pas d’argent. Avant mon départ pour Nîmes, ma mère m’avait fabriqué des tabliers d’infirmière avec des morceaux minuscules de draps et nous les faisions blanchir au clair de lune. Nos seuls contacts étaient avec les surveillantes, très bienveillantes. On ne voyait la directrice que dans les moments nécessaires, par exemple lorsque nous avons eu un cas de folie puerpérale, après l’accouchement d’une femme en pleine nuit.

39Je suis restée à la MSP jusqu’en septembre 1944, date de la libération de Nîmes. Nous agissions dans la lignée de nos surveillantes, « ce que femme veut, Dieu le veut ». J’étais capable de tenir un service, m’avait félicité Marcelle Monod quand je suis partie. On nous avait donné très vite de lourdes responsabilités ; c’est une ligne de conduite du monde protestant. La confiance était totale.

40Marcelle Monod était une femme remarquable ; nous l’appelions « la Grande », c’était en effet une grande dame. Je regrette seulement de ne l’avoir pas suffisamment remerciée. Elle aurait, je pense, approuvé les derniers mots que ma mère nous a adressés : « Pour vivre heureux, restez unis et occupez-vous des autres ».

Denise Weill-Gerbert

Denise Weill-Gerbert
Haut de page

Notes

1 Montpellier, Presses du Languedoc, 1993, p. 66.

2 Aujourd’hui Lycée Chaptal.

3 Grandeur proportionnelle à la concentration de l’urée sanguine, exprimant la valeur fonctionnelle du rein, selon le Dictionnaire Larousse…

4 Antoine Veil, futur énarque, se marie avec Simone Veil le 26 octobre 1946.

5 Le 3 octobre 1940, une loi du gouvernement de Vichy met en place le Statut des Juifs qui exclut les juifs de la fonction publique et de certaines professions (par exemple, la presse). Un second Statut, aux clauses aggravées, intervient le 2 juin 1941. Vingt jours plus tard, une autre loi introduit un numerus clausus dans l’enseignement supérieur.

6 Sur Marc Bloch dans les années 1940, Étienne Bloch, Marc Bloch (1886-1944), une biographie impossible, Limoges, Culture & Patrimoine en Limousin, 1997, et Carole Fink, Marc Bloch, une vie au service de l’histoire, Lyon, PUL, 1997.

7 La troisième rafle de 1941 en zone occupée, celle du 12 décembre, a conduit à l’arrestation de 743 Juifs. Il s’agit de « notables », quasiment tous de nationalité française. Arrêtés en « représailles à une série d’attentats anti-allemands », ces hommes sont transférés au camp de Compiègne. Quelques-uns, chefs d’entreprises, commerçants, ingénieurs, médecins, avocats ou universitaires, sont libérés dans les semaines qui suivent mais la plupart restent emprisonnés et intègrent ensuite les convois de déportés.

8 Le réseau Garel, du nom de son fondateur Georges Garel (en fait : Grigori Garfinkel), né le 1er mars 1909 à Vilnius, a incarné l’activité clandestine de l’O.S.E (Œuvre de Secours aux Enfants) en zone libre. Il a sauvé 1 600 enfants. Les assistantes sociales du réseau sont divisées en deux catégories. Une dizaine de femmes non-juives sont appelées « les aryennes » ou « les pures », par Garel lui-même. Les femmes juives dont l’accent et l’apparence peuvent passer inaperçus sont dénommées les « synthétiques » ou les « aspécifiques » Elles sont recrutées parmi les cadres de l’O.S.E, car la diminution des activités légales de l’organisation les rend plus disponibles. Les assistantes sociales juives sont couvertes par leur affiliation à des œuvres légales ou des associations non-juives. Elles circulent munies de fausses cartes d’identité, pour leur éviter d’être prises dans des rafles ou arrêtées lors de contrôles d’identité. Le réseau Garel s’assure également du soutien d’autres organisations telles que la section clandestine des Eclaireurs Israélites de France, la Sixième en zone sud, le Mouvement de la Jeunesse Sioniste, l’Amitié Chrétienne du Père Chaillet et de l’Abbé Glasberg. (http://lamaisondesevres.org/cel/cel2.html).

9 Toutes deux déclarées Justes parmi les nations.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Denise Weill-Gerbert
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/1921/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denise Weill-Gerbert et Anny Bloch, « Péripéties et rôle des réseaux de résistance juifs et protestants 1940-1944 »Diasporas, 19 | 2011, 147-154.

Référence électronique

Denise Weill-Gerbert et Anny Bloch, « Péripéties et rôle des réseaux de résistance juifs et protestants 1940-1944 »Diasporas [En ligne], 19 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 24 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/1921 ; DOI : https://doi.org/10.4000/diasporas.1921

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search