Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Juifs d'EuropeL’écrivain Anne Frank : visite de...

Juifs d'Europe

L’écrivain Anne Frank : visite de son atelier et traduction d’extraits inédits en français

Avec un avant-propos de Philippe Lejeune
The writer Anne Frank: a visit of her workshop and a translation of unpublished extracts in french language
Clazina Maria Schrama
p. 155-166

Résumés

Pendant 25 mois, Anne Frank a rédigé son journal intime. En mars 1944, après avoir entendu sur la radio clandestine néerlandaise un appel à préserver les écrits de la guerre, elle a entrepris de le réécrire pour en tirer un livre. Un travail inachevé au moment de sa déportation, mais que son père Otto a mené à bien après la guerre, à partir de ce qui avait pu être sauvé: une moitié du journal, des feuilles volantes de sa réécriture, et d’autres textes d’Anne. L’ensemble a été publié intégralement depuis peu, et quelques pages, inédites en français, sont ici traduites pour la première fois.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ph. Lejeune, « Anne Frank : pages retrouvées », La Faute à Rousseau, n° 19, octobre 1998, p. 61-63 (...)

Merci à Clazina Maria Schrama de nous rendre accessibles en français quelques nouveaux textes de l’atelier d’écriture d’Anne Frank. C’est une longue et belle histoire que celle du sauvetage de son Journal par son père. Mais c’est aussi une histoire douloureuse et compliquée. Le livre publié en 1947 par Otto Frank n’est pas, comme on le dit souvent, une publication censurée, mais le contraire : Otto Frank a réussi à faire d’un corpus inachevé, et mutilé par l’histoire, une véritable œuvre conforme au projet de sa fille, écrivain en herbe. À sa mort en 1980, il a légué tous les manuscrits à l’Institut d’Histoire de la Seconde Guerre mondiale, à Amsterdam, si bien qu’une splendide édition critique, montrant page à page la réécriture de son journal par Anne, puis le montage par son père de la réécriture et du journal original, a pu voir le jour (en 1986 en néerlandais, en 1989 en traduction française). En 1998, on a retrouvé trois feuillets écartés par le père. J’en ai publié deux en traduction française, grâce à mon amie Solange Leibovici1. Le troisième nous est donné ici par Clazina Maria Schrama, et il fait partie d’un travail dont on doit souhaiter qu’elle l’étende rapidement à tous les textes d’Anne Frank inédits en français. Elle nous propose ensuite quelques-unes des « Scènes de la vie à l’Annexe » écrites pendant l’été 1943, mais surtout un texte remarquable de février 1944 : Anne, apprentie journaliste, qui est en même temps apprentie amoureuse, va « interviewer » le jeune Peter et nous décrit son cadre de vie et sa personne : c’est méthodique et… charmant ! Mais d’autres textes du Livre de caisse, où Anne Frank avait « édité » à la fois ses souvenirs d’avant l’Annexe, les scènes de vie à l’Annexe et ses contes, restent inédits en français, comme aussi l’ensemble de son cahier de notes de lecture, qui n’a vu le jour en néerlandais même qu’en 2004. Au-delà de ce travail de traduction, reste à faire sur les manuscrits des feuilles volantes un travail de codicologie pour comprendre la méthode suivie par Anne dans la réécriture de son journal, sur des feuilles de couleurs différentes. Reste peut-être surtout à réunir un jour, autour de l’atelier d’écriture d’Anne Frank, les critiques qui se sont consacrés à éditer et à étudier d’autres journaux d’enfants et d’adolescents tenus pendant la Seconde Guerre mondiale.
Philippe Lejeune

  • 2 Barnouw, David, Van Der Stroom, Gerrold (éd.), Les Journaux d’Anne Frank, (Philippe Noble et Isabel (...)

1Le samedi 10 décembre 2011, 300 personnes ont eu la possibilité de visiter la maison d’Anne Frank, momentanément inoccupée. Non pas la cachette internationalement célèbre et transformée en musée, mais l’appartement dans lequel l’Allemand Otto Frank a conduit sa femme Edith et ses deux filles Margot et Anne après avoir fui le régime nazi en 1933. La famille Frank a vécu à cette adresse, au Merwedeplein à Amsterdam, jusqu’au lundi 6 juillet 1942 ; elle se réfugia alors dans la cachette située à l’arrière des bureaux d’Otto Frank. Actuellement, l’appartement au Merwedeplein appartient à l’organisation Ymere, qui l’a restauré tel qu’il était au moment où la famille Frank l’occupait, en prenant soin d’y replacer des meubles d’origine, ou de parfaites copies. Ymere prête l’appartement à des écrivains, poètes et journalistes, victimes de la censure dans leur propre pays, afin qu’ils puissent travailler en paix. C’est là une reconversion parfaite pour l’ancienne maison d’Anne Frank, une jeune fille elle-même traquée, et qui rêvait de devenir écrivain, comme on peut l’observer à la date du 11 mai 1944 dans son journal intime : « Tu sais depuis longtemps que mon souhait le plus cher est de devenir un jour journaliste et plus tard un écrivain célèbre. »2

2Pour son treizième anniversaire, le 12 juin 1942, Anne a reçu un journal intime. Au début, ses notations sont aléatoires. Mais quand la famille doit disparaître dans la clandestinité, moins d’un mois plus tard, Anne emporte son journal et commence à y consacrer plus de temps, l’utilisant comme s’il s’agissait d’une amie et confidente. Le 28 mars 1944, le ministre néerlandais exilé à Londres, Gerrit Bolkesteyn, lança un appel à la radio clandestine, demandant à la population de sauvegarder les journaux intimes, lettres et sermons portant sur la guerre, afin de créer des archives qui témoigneraient de la vie des Néerlandais sous l’occupation nazie. Cet appel incita Anne Frank à écrire un livre sur la période passée dans l’annexe, à partir de son journal intime. À cette fin, elle commença à réécrire ce dernier sur des feuilles volantes.

  • 3 Frank, Anne, Journal d’Anne Frank, Paris, Calman-Levy, 1959. Épilogue.

3Le 4 août 1944, les huit habitants clandestins de l’annexe furent arrêtés et déportés. Seul Otto Frank survécut et retourna à Amsterdam. Sa secrétaire Miep Gies lui donna les écrits de sa fille qu’elle avait pu sauver pour les lui restituer à la fin de la guerre. Après les avoir lus, Otto décida de réaliser le souhait d’Anne et, en 1947, le journal intime fut publié aux Pays-Bas. Otto rajouta un épilogue avec ces mots : « Sauf quelques passages ne présentant aucun intérêt pour le public, le texte original est publié intégralement3. ». En 1950, la maison d’édition Calmann-Lévy, à Paris, en a publié une traduction sous le titre de Journal d’Anne Frank.

4Le 19 août 1980, Otto mourut, léguant tous les écrits de sa fille à l’État néerlandais. Quand le RIOD, Rijksinstituut voor Oorlogsdocumentatie [Institut d’État pour la documentation de guerre], reçut les documents, il apparut clairement qu’Anne Frank avait écrit beaucoup plus que ce qui avait été publié dans le Journal.

5On trouve tout d’abord les cahiers sur lesquels elle a écrit son journal intime. Quand le premier cahier rouge à damiers a été rempli, Anne a continué à rédiger son journal sur d’autres cahiers. En fait, on ne sait pas exactement combien de cahiers elle a utilisés, car ses textes n’ont pas tous été sauvés. Le premier cahier rouge à damier court du 12 juin au 13 novembre 1942. Le ou les cahiers suivants ont disparu. On trouve ensuite un cahier qui va du 22 décembre 1943 au 17 avril 1944. Un troisième cahier poursuit jusqu’au 1er août 1944, trois jours avant l’arrestation des clandestins.

  • 4 Les Journaux d’Anne Frank, op. cit., p. 616. Entrée du 29 mars 1944.
  • 5 Ibid., p. 689.
  • 6 Ibid., p. 280.

6Il y a deuxièmement les feuilles volantes sur lesquelles Anne Frank a entrepris de réécrire son journal intime, au moment où elle a décidé de publier un roman sur la vie dans l’annexe : « Pense comme ce serait intéressant si je publiais un roman sur l’Annexe ; rien qu’au titre, les gens iraient s’imaginer qu’il s’agit d’un roman policier4. » Elle a entamé le travail de réécriture le 20 mai 1944 : « Au bout de longues tergiversions, j’ai enfin commencé mon ‘’Annexe’’, (…)5 » Mais là aussi, on peut penser que nous ne disposons pas de l’ensemble de son travail. Ainsi n’y a-t-il que six entrées sur ces feuilles volantes pour la période qui va du 12 décembre 1942 au 27 février 1943. Et l’on ne retrouve, par exemple, aucune trace d’évènements importants ou de fêtes comme Noël 1942, le Nouvel An, la naissance de la princesse royale des Pays-Bas, le 19 janvier 1943 (alors qu’Anne est une grande admiratrice de la famille royale, comme on le constate dans la réécriture du lundi 21 septembre 1942 : « J’écoute souvent radio Orange, récemment il y a eu un discours du prince Bernhard, ils attendent un enfant aux alentours du mois de janvier, a-t-il dit. Je suis bien contente, ici ils ne comprennent pas que j’aime autant la famille royale6. »), ou encore le dix-septième anniversaire de sa sœur Margot, le 16 février 1943.

7En troisième lieu, Anne Frank a tenu un cahier dans lequel elle recopiait des phrases et paragraphes trouvés dans des livres et qui lui plaisaient. Il y a là des extraits en néerlandais, en anglais et en allemand. Ces notes montrent qu’Anne était une jeune fille cultivée : elle lisait notamment la poésie de Goethe, le théâtre de Shakespeare et l’Utopie de Thomas More. Ce cahier a pour titre Mooie-Zinnenboek : Livre des jolies phrases. Il a été publié aux Pays-Bas en 2004, mais n’a pas été traduit en français.

8Enfin, outre son journal, Anne avait un cahier dans lequel elle écrivait des histoires courtes : des nouvelles, en quelque sorte. Une partie de ces histoires étaient inventées, mais d’autres étaient des descriptions d’événements qui s’étaient réellement produits dans l’annexe. Ce cahier a lui aussi été publié dans son intégralité aux Pays-Bas en 2001, sous le titre de Verhaaltjes, Gebeurtenissen uit het Achterhuis. Cady’s Leven. [Histoires et événements de l’annexe. La vie de Cady]. La vie de Cady est un roman inachevé d’Anne Frank, publié en français en même temps que les histoires courtes, dans le volume intitulé Contes.

9Contrairement à ce qu’affirmait en 1947 l’épilogue du Journal d’Anne Frank, il est apparu aux chercheurs du RIOD que le journal de la jeune fille n’avait pas été publié intégralement. En fait, comme près de la moitié en était perdue (la fin de 1942 et presque toute l’année 1943), Otto Frank a ajouté à la partie préservée les réécritures opérées en 1944 et un certain nombre d’évènements de l’annexe tels que sa fille les avait décrits dans son cahier d’histoires courtes. Le RIOD a estimé nécessaire de publier une édition critique, en regroupant et comparant l’ensemble des écrits d’Anne Frank : journal intime, réécritures, version du journal éditée en 1947 par Otto. Le volume a été publié en 1986 aux Pays-Bas, en 1989 en France sous ce titre : Les Journaux d’Anne Frank.

  • 7 n 1952, Otto Frank a rejoint sa soeur et ses frères à Bâle. Il y a fondé le Fonds Anne Frank, une a (...)
  • 8 Mirjam Pressler est une écrivain et traductrice allemande. Elle avait traduit l’édition critique en (...)
  • 9 Qui était pourtant décédé depuis onze ans à cette date…

10Cette édition complète a convaincu l’Association Anne Frank de Bâle7 (propriétaire des droits relatifs aux écrits de la jeune fille) de demander à l’écrivain allemand Mirjam Pressler8 de recommencer le travail d’Otto Frank. C’est-à-dire de reconstituer le Journal d’Anne Frank à l’aide de tous les écrits subsistant : le journal intime (incomplet), les feuilles volantes sur lesquelles Anne avait réécrit ce journal, et les événements de l’annexe décrits dans le cahier d’histoires courtes. Il y avait une condition : que rien ne fût supprimé de l’édition de 1947. Cette nouvelle version du « journal » est parue en France en 1991, sous ce titre : Le Journal d’Anne Frank, édité par Otto H. Frank9 et Mirjam Pressler. Cette édition comprenait 30 % de texte supplémentaire par rapport à l’édition française « classique » de 1950.

  • 10 Les Journaux d’Anne Frank, op. cit., p. 521.

11Ce n’était pas la fin de la longue histoire, pleine de rebondissements, de la mise au point du « journal » d’Anne Frank. En 1998, un ancien confident d’Otto, Cor Suijk, révéla qu’il avait en sa possession trois des feuilles volantes sur lesquelles Anne avait réécrit son journal. Elles lui avaient été confiées par Otto peu avant son décès en 1980. Ces feuilles contenaient cinq pages des réécritures : deux pour l’entrée du 20 juin 1942, trois pour celle du 8 février 1944. Pourquoi Otto avait-il voulu les tenir secrètes ? Dans l’édition intégrale de 1986, 47 lignes avaient été coupées à cette date du 8 février 1944, à la demande de la famille Frank, parce qu’Anne y donnait « une description très déplaisante et en partie fausse de la relation entre ses parents10. » Comme la réécriture sur feuille volante de ce passage avait été cachée par Otto, on peut penser que la famille Frank a affirmé qu’Anne avait dû regretter d’avoir écrit ce passage, puisqu’elle ne l’avait pas repris dans sa réécriture, comme on le pensait à l’époque. Cela a convaincu le RIOD de ne pas publier ces 47 lignes. Après les révélations de Cor Suijk, cependant, une édition néerlandaise révisée des Journaux d’Anne Frank de 1986 a été publiée par le RIOD en 2001, avec les cinq pages retrouvées. Cette édition n’a pas été traduite en français mais, en cette même année 2001, Le Journal d’Anne Frank a été réédité avec ce passage du 8 février 1944 qui n’apparaissait pas dans les versions précédentes.

12Les deux autres pages confiées par Otto à Cor Suijk, à savoir la réécriture du 20 juin 1942, ne figurent à ce jour que dans l’édition néerlandaise révisée de 2001, et n’ont pas été traduites en français. Contrairement à son journal intime, qu’Anne Frank a commencé à tenir le jour de son treizième anniversaire, le 12 juin 1942, elle a fait débuter ses réécritures à la date du 20 juin. Elle a du reste choisi de réécrire deux fois le récit de cette journée, et l’une de ces versions a été tenue secrète par Otto. La voici, d’abord en néerlandais, à titre d’échantillon, puis en français (traduite pour la première fois) :

  • 11 Barnouw, David, Van Der Stroom (éd.), De Dagboeken van Anne Frank [Les Journaux d’Anne Frank], Amst (...)

Het is een heel nieuwe en eigenaardige gewaarwording voor me om in een dagboek te schrijven. Ik heb het tot nu toe nog nooit gedaan en als ik een goeie vriendin zou hebben, die ik alles wat er op mijn hart ligt zou kunnen navertellen, zou ik er niet aan gedacht hebben me een dik, gecartonneerd schrift aan te schafffen en dat vol met onzin te krabbelen, die later niemand meer interesseert. Maar, daar ik het schrift nu eenmaal gekocht heb, zal ik doorzetten en er voor zorgen dat het niet na een maand in een vergeten hoekje komt te liggen en ook zal ik er zorg voor dragen dat niemand het in zijn handen krijgt. Vader, moeder en Margot mogen wel heel lief zijn en ik kan hen ook wel veel vertellen maar met m’n dagboek en vriendinnen-geheimen hebben ze toch niets te maken. Om me nu nog meer te verbeelden dat ik een vriendin heb, een echte vriendin die m’n liefhebberijen met me deelt en m’n zorgen begrijpt, zal ik m’n dagboek niet gewoon bijhouden, maar m’n brieven richten aan de vriendin-in-de-verbeelding Kitty. Vooruit dan maar !11

C’est une sensation très étrange et nouvelle pour moi d’écrire dans un journal intime. Je ne l’ai jamais fait jusqu’à maintenant et si j’avais eu une bonne amie, à qui j’aurais pu raconter tout ce que j’ai sur le cœur, il ne me serait pas venu à l’esprit de me procurer un épais cahier cartonné et d’y griffonner plein de bêtises qui n’intéresseraient personne plus tard. Mais comme j’avais déjà acheté le cahier, je persévèrerai et veillerai à ce qu’il n’atterrisse pas au bout d’un mois dans un petit recoin oublié, et je prendrai également soin que personne ne mette la main dessus. Père, mère et Margot sont très gentils et je peux leur raconter beaucoup de choses, et pourtant ils n’ont rien à faire avec mon journal intime et mes secrets-de-copines. Pour m’imaginer encore plus que j’ai une amie, une vraie amie qui partage mes passe-temps favoris et comprend mes soucis, je ne tiendrai pas simplement mon journal intime à jour, mais j’adresserai mes lettres à l’amie-imaginaire Kitty. On y va !

13Pourquoi Otto s’est-il refusé à ce que ces lignes soient publiées ? Certains ont avancé qu’il a craint d’être accusé de n’avoir pas respecté la volonté de sa fille, si l’on venait à lire ces mots d’Anne, « je prendrai soin que personne ne mette la main dessus ». A-t-il redouté que la preuve d’une réécriture, dans laquelle Anne Frank mentionne qu’elle vient elle-même de se procurer un cahier, puisse confirmer les thèses des négationnistes qui prétendent que le Journal d’Anne Frank n’est qu’une invention postérieure ? Le choix de cette réécriture, l’acquisition du cahier, sont des indices supplémentaires qui montrent qu’elle voulait écrire un vrai roman et trouver des lecteurs. La phrase citée à l’instant n’était qu’une fiction destinée à créer un lien et de la proximité avec de futurs lecteurs, en leur donnant l’impression qu’ils allaient partager un secret.

14Le fait que le Journal d’Anne Frank soit une œuvre composite, comprenant un journal intime et des réécritures, n’affecte pas sa valeur historique. Les événements présentés sont bien réels. À cet égard, il est dommage que certaines descriptions de la vie dans l’annexe, contenues dans le cahier d’histoires courtes, n’aient pas été incluses dans Le Journal d’Anne Frank : il est vrai que l’une d’elles traitait du déplaisant problème des puces ! Ce qui est intéressant, c’est qu’Anne Frank a daté ces descriptions :

  • 12 Texte original dans Frank, Anne, Verhaaltjes, en gebeurtenissen uit het achterhuis. Cady’s Leven, [(...)
  • 13 Pf est l’abréviation utilisée par Anne pour le huitième clandestin, Fritz Pfeffer, avec lequel elle (...)

La Puce Mercredi 7 juillet 194312
Nous avons encore un nouveau mal et ce sont bien les puces de Muschi [le chat]. Nous ne savions pas que les puces de chat viennent également sur les personnes, mais c’est bien vrai. Hier, j’en ai capturé une en haut de ma jambe, dix minutes plus tard encore une autre en bas, et le soir sur le lit de Pf13 à nouveau il y en avait une qui marchait sur ma jambe ; elle a glissé entre mes doigts, ces animaux sont si atrocement rapides. Ce matin je m’habillais devant le placard, et à nouveau une puce marchait, un vrai miracle ! Une puce qui marche et saute, je n’en avais jamais vu. Je l’ai ramassée et j’ai failli l’écraser, mais tout de suite madame est repartie en sautant. En soupirant, je me suis déshabillée et j’ai examiné longtemps mon corps nu et mes vêtements jusqu’à ce que je retrouve la puce dans ma culotte. À peine une seconde, et elle était décapitée.

15Même si le sujet des puces n’est guère plaisant, elles ont constitué un problème bien réel pour les clandestins de l’annexe, et l’historien doit le prendre en compte. La lutte contre les puces a du reste connu une suite un mois plus tard. Ici encore, le texte est traduit pour la première fois en français :

  • 14 Ibid. p. 34.
  • 15 v.P est l’abréviation du nom de la famille van Pels. Anne Frank leur a donné le pseudonyme de van D (...)
  • 16 Johannes Kleiman était un ami et collaborateur d’Otto Frank. Il avait aidé les clandestins dans l’a (...)

Salauds ! Vendredi 6 août 194314
Qui sont les salauds ? Des Grands Salauds ! v.P.15 ! Qu’y a-t-il maintenant ? Je vais vous le dire. C’est la vérité, c’est à cause de l’indifférence de v.P. que nous avons autant de puces dans notre maison. Pendant des mois, nous l’avons dit et répété : « Envoyez le chat à une institution de nettoyage ! ». La réponse était toujours : « Notre chat n’a pas de puces ! ». Lorsqu’il y en eut vraiment trop, et que nous ne pouvions plus dormir à cause des démangeaisons, Peter, qui n’était désolé que pour son chat, l’inspecta et, bien sûr, les puces lui sautèrent au visage. Il se mit au travail, peignant le chat avec le peigne fin de Mme, peignant, brossant avec notre seule brosse. Qu’advint-il ? Au moins cent puces ! Kleiman16 fut consulté, et le lendemain tout fut recouvert chez nous d’une sale poudre verte. Ça n’a servi à rien. Puis est venue une bombe avec une sorte d’antipuce. Père, Pf, Margot et moi avons été longtemps occupés ; nettoyer, balayer, frotter et traiter. Tout était recouvert ; les tapis, les couvertures, les planchers, les canapés, les coins et recoins, il ne restait pas un endroit non traité. En haut, idem pour la chambre de Peter ; mais v.P. considéra que c’était inutile pour leur propre chambre. Nous insistions pour qu’ils traitent au moins les vêtements, les couvertures et les chaises. Ils ont dit qu’ils le feraient. Tout a été mis dans le grenier et soi-disant traité. Mais rien de tout ça ! Les Frank, on peut s’en moquer. Rien n’a été fait ; aucune odeur. La mauvaise excuse était : les stocks pouvaient être endommagés et marqués par l’odeur !… Conclusion : les puces sont venues ici à cause d’eux. Nous avons la puanteur, les démangeaisons, l’inconfort. Mme ne pouvait pas supporter l’odeur la nuit. Lui, il a fait comme s’il avait traité et il a rapporté les chaises, couvertures, etc. non traités. Laisse les Frank s’étouffer dans leurs puces !

16Ce dernier récit révèle qu’Anne Frank pouvait se mettre en colère, et que même si les huit habitants de l’annexe étaient unis dans leur clandestinité et leur peur des Nazis, il y avait aussi entre eux de vrais désaccords. Dans le cahier d’histoires courtes, Anne décrit une autre querelle, liée aux tâches à effectuer dans l’annexe. Ce passage, intitulé La Querelle concernant les pommes de terre et daté du mercredi 4 août 1943, n’a été repris dans aucune des éditions françaises du Journal. Il fait allusion au fait que les van Pels souhaitaient que les filles Frank participent plus aux tâches ménagères. Le plus intéressant, pour l’historien, est la conclusion qu’Anne Frank en tire tout à coup :

  • 17 Ibid., p. 27.

Mercredi 4 Août 1943 La querelle des pommes de terre17
Après avoir eu environ 3 mois de paix, interrompus par quelques altercations mineures, il y a eu à nouveau une discussion acharnée aujourd’hui. C’était tôt le matin, pendant les épluchages de pommes de terre, et personne ne s’y attendait. Je décrirai la discussion ici ; tous les participants ont parlé dans un tel désordre qu’il n’était pas possible de suivre la conversation entière.
Mme commençait, (bien sûr, hein !) en disant que ceux qui n’aident pas à éplucher les pommes de terre dans la matinée, devraient les éplucher le soir. Personne n’a répondu, et ce n’était certainement pas du gré des v. Pels, parce que peu après M. commençait [en disant] qu’en fait, chacun pouvait éplucher ses propres pommes de terre, sauf Peter, parce qu’éplucher les pommes de terre n’était pas un travail pour des garçons ! (Ici on peut voir la logique !)
M. v.P. a continué : « Je ne vois pas non plus pourquoi les hommes doivent toujours aider ici ; de ce fait, le travail est partagé d’une façon très inégale ; pourquoi l’un doit-il travailler plus pour la communauté que l’autre ? ». À ce moment-là, mère est intervenue, parce que maintenant elle comprenait quelle direction allait prendre la conversation : « ah ! ah !, je comprends, vous estimez que les enfants ne travaillent pas assez. Mais savez-vous que quand Margot n’aide pas, Anne le fait, et vice-versa. Peter n’aide pas non plus, vous ne l’estimez pas nécessaire pour lui, eh bien, je pense que ce n’est pas nécessaire pour les filles ! ». Maintenant M. aboyait à tort et à travers, Mme jappait, Pf. apaisait, et mère criait. C’était une scène infernale, et près de cela se tenait ma petite et mince personne, observant comment les soi-disant « sages adultes » se crêpaient littéralement le chignon. Des mots volaient à gauche et à droite, Mme accusait Pf. de jouer double jeu (je suis d’accord), M. parlait à mère de la communauté, combien il travaillait, et qu’on devait plutôt lui accorder de la pitié. D’un coup il a crié à travers tout ça : « Les enfants feraient mieux d’aider un peu plus ici au lieu d’avoir toujours le nez collé dans des livres, des filles n’ont pas besoin d’apprendre autant ! » (Moderne, hein !). Mère, de nouveau assez calme, a déclaré qu’elle n’avait aucune pitié pour v.P. Puis il a repris : « Pourquoi les filles ne portent jamais les pommes de terre à l’étage, et pourquoi les filles ne vont jamais chercher de l’eau chaude, elles ne sont pas si faibles que ça ? »
« Vous êtes fou ! » a crié mère tout à coup, et là j’étais vraiment un peu stupéfaite, je ne l’aurais jamais imaginée aussi courageuse.
Le reste est relativement peu important, toujours la même chose. Margot et moi devrions être promues bonnes de la maison Annexe. Ici on peut tranquillement utiliser l’expression moins soignée : « mon cul ! », parce que cela ne sera jamais le cas.
v.P. a eu également la brutalité de dire qu’on ne pouvait pas considérer le fait que Margot fasse la vaisselle dans la matinée et dans l’après-midi, depuis plus d’un an, comme du travail. Rien qu’après avoir entendu ce qui s’est passé, père voulait se précipiter à l’étage pour bien dire à M. ses quatre vérités, maman pensait qu’il valait mieux lui expliquer que si tout le monde devait éplucher ses propres pommes de terre, tout le monde devait aussi vivre de ses propres sous.
Ma conclusion est la suivante : l’incident tout entier n’avait de sens que pour v.P. : toujours revenir sur de vieilles histoires. Si Père n’était pas aussi gentil pour ces gens, il vaudrait certainement mieux leur dire la vérité en face, que nous et les autres, nous les avons sauvés de la mort au vrai sens du terme ; dans un camp de travail, on doit faire bien autre chose que peler des pommes de terre…. Et même autre chose que chercher les puces du chat !

17Il apparaît assez clairement que les clandestins ont compris que la déportation des juifs dans un camp de travail signifiait leur mort, même s’ils n’imaginent pas de quelle manière elle serait donnée.

  • 18 Dans Le Journal d’Anne Frank, Calmann-Lévy, 2001, p. 221-222. Original en néerlandais dans Verhaalt (...)

18Voici maintenant la seconde partie d’une description d’un dimanche dans l’annexe. La première seule (de 8 h à 12 h 15) avait été traduite dans notre langue18.

Une heure moins le quart : Si tout est essuyé et s’il n’y a plus que les casseroles à attendre leur tour, je descends à l’étage du dessous pour y faire la poussière et aussi le lavabo si j’y ai lavé le matin.
Une heure : Messages.
Un heure et quart : L’un de nous va laver ou couper ses cheveux. Ensuite nous sommes tous de nouveau occupés à éplucher les pommes de terre, étendre le linge, frotter le palier, nettoyer la salle de bain, etc. etc.
Deux heures : Après le message de la Wehrmacht, on attend la musique et le café et la paix revient. Qui peut me dire pourquoi les adultes ici doivent toujours dormir ? Déjà à onze heures du matin, on peut voir certains bâillements et il n’est pas rare d’entendre se lamenter : « Oh, si je pouvais roupiller une demie heure ! ». Ce n’est vraiment pas agréable de ne voir que des visages pleins de sommeil où que vous alliez dans l’après-midi entre 2 et 4 heures. Pf. dans notre chambre, père et mère dans le salon, et en-haut les v.P., qui partagent leurs lits dans l’après-midi. Mais oui, il n’y à rien à faire, peut-être je le comprendrai quand j’aurai leur âge moi aussi. Dans tous les cas, l’heure de sommeil est encore plus étendue le dimanche. Pas besoin d’aller en haut avant quatre heures et demie, voire cinq heures, parce qu’ils sont tous encore aux pays des rêves. La fin d’après midi est comme dans la semaine, sauf pour le concert de 6 à 7 heures. Une fois que nous avons mangé et fait la vaisselle, je suis folle de joie car le Dimanche est passé.

19Enfin, le 22 février 1944, Anne se lance dans sa première « interview » de future journaliste. Il s’agit d’interroger Peter.

  • 19 Original en néerlandais, ibid., p. 64-65.

Mardi, le 22 février 1944. Ma première interview.19
Imaginez-vous, si mon premier sujet d’interview savait qu’il serait utilisé comme matériau ! Il serait certainement tout rouge et demanderait : « Mais pourquoi m’interroger, moi ? ». Je l’avoue, alors, mon sujet est Peter, et je vais même vous dire comment je suis arrivée chez lui d’un coup !
J’ai eu l’idée d’interviewer quelqu’un ; et puis comme tous les gens à la maison sont déjà bien connus, j’ai pensé tout à coup à Peter, qui se tient toujours à l’arrière-plan et, comme Margot, donne rarement lieu à mécontentement ou à querelle. Si, vers le soir, vous frappez à sa porte, vous entendez un cri doux : « Oui, oui, » et vous pouvez être sûr que quand vous ouvrez la porte, sa tête vous regarde à travers deux marches de l’escalier du grenier, et généralement il te dit d’une façon un peu timidement accueillante : « Alors ? ». Sa chambre, c’est — eh oui, qu’est-ce que c’est ?, je pense une sorte de petit palier en bas du grenier, très petit, très sombre et très humide, mais… il en a fait une vraie chambre.
S’il est assis du côté gauche de l’escalier du grenier, il y a entre ça et le mur certainement pas plus d’un mètre d’espace. Là se trouvent sa petite table, comme chez nous souvent jonchée de livres (l’escalier aussi sert d’étagère), une chaise, et sur le côté opposé de l’escalier son vélo, suspendu au plafond. Cet engin actuellement inutile est enveloppé de papier d’emballage, tandis que de l’une des pédales une longue corde d’extension pend très joyeusement. Afin de compléter l’ensemble du coin de travail, une lampe est suspendue au-dessus du visage de l’interviewé ; elle a un abat-jour très tendance, à savoir qu’il est fait d’un morceau de carton et revêtu de papier.
Je suis donc toujours à la porte, et je jette un regard dans l’autre sens. Contre le mur, donc en face de Peter, derrière la petite table, se trouve un canapé à fleurs bleues, dont la literie est cachée derrière le dossier. Au-dessus, à nouveau une lampe similaire à celle qui se trouve 50 cm plus loin, ainsi qu’un miroir à main et un peu plus loin une petite bibliothèque, qui est encombrée de haut en bas, de manière masculine et inélégante, de livres emballés dans du papier brun. Pour augmenter un peu plus encore son importance (ou parce que le propriétaire ne pouvait la mettre nulle part ailleurs), il y a une boîte à outils, où vous pouvez certainement retrouver les choses que vous cherchez. C’était il y a longtemps, mais il m’est arrivé de retrouver mon couteau favori dans les profondeurs de cette boîte, et ce ne sera pas la seule chose qui se soit accidentellement retrouvée dedans.
Une planche est fixée à côté de la petite bibliothèque, recouverte de papier-qui-a-été-blanc-il-y-a-longtemps. Cette planche était destinée à recevoir des bouteilles de lait et d’autres provisions, mais le trésor de livres du jeune résident est si étendu que ces matières pédagogiques ont occupé tout l’emplacement et que les diverses bouteilles de lait ont trouvé un destin par terre.
Sur le troisième mur est pendue une autre petite boîte (auparavant une boîte de cerises) où vous trouverez une autre magnifique collection, entres autres un blaireau, un appareil, du scotch, des laxatifs, etc, etc.
À côté de cette boîte il y a la gloire de l’art de l’invention des v. Pels, à savoir une armoire en carton, avec seulement deux ou trois piliers dans un matériau plus robuste. Devant ce cabinet, rempli de costumes d’homme, de vestes, de chaussettes, de chaussures et autres, est fixé un rideau vraiment beau que Peter a enfin obtenu de sa mère, après plusieurs semaines à le mendier. Sur ce cabinet, on trouve tellement de choses que je n’ai jamais découvert ce qu’il y a vraiment.
Le revêtement du plancher chez v. Pels junior doit être également observé. Non seulement il a dans sa chambre deux grands tapis et un petit, qui sont de vrais persans, mais ces tapis ont des couleurs tellement vives que chaque personne qui entre dans la chambre ne peut que les remarquer. Le sol, qui est assez instable et pas très régulier, on doit y marcher avec beaucoup de prudence, est donc orné de pièces précieuses.
Deux des murs sont recouverts de toile de jute verte, et les deux autres richement couverts de belles et moins belles stars de cinéma et de jolies pancartes publicitaires. Il ne faut pas prêter trop d’attention aux marques de graisse et de brûlure, puisqu’on peut s’attendre à ce que les choses se salissent au bout de dix-huit mois dans un tel encombrement.
Le plafond, pas très confortable non plus, est fait, comme tous ici, de vieilles poutres, et comme l’eau s’infiltre de la soupente, à travers le grenier, dans la chambre de Peter, il y a quelques feuilles de carton qui servent à en protéger. Les nombreuses tâches et auréoles montrent que cette protection n’est pas très efficace.
Je crois que j’ai fait le tour de la chambre maintenant, et j’ai juste oublié les deux chaises, dont l’une est marron avec des trous, et le numéro deux est une vieille chaise de cuisine blanche, que Peter a voulu repeindre l’année dernière, avant de découvrir, une fois que la moitié de la chaise était poncée, que ce n’était pas possible. Cette chaise, avec son allure d’à moitié poncée, avec un barreau manquant (on en avait besoin pour servir de pique-feu), plus noire que blanche, n’est pas très nette. Mais comme je l’ai déjà dit, la pièce est sombre et la chaise ne frappe pas trop l’œil. La porte vers la cuisine est décorée de tabliers et il y a aussi quelques crochets avec des chiffons à poussière et des brosses.
Après ce récit, chaque chose peut être exactement désignée dans la chambre de Peter, à l’exception du protagoniste lui-même. Donc, je tiens également à effectuer cette tâche et décrire à son tour le propriétaire de chacune de ces possessions glorieusement énumérées.
Chez Peter, il y a une grande différence entre les habits de la semaine et ceux du dimanche. Dans la semaine, il porte un bleu, et on peut en toute sécurité les appeler inséparables, tant il s’oppose à l’idée de trop laver cette pauvre chose. Je ne peux m’imaginer aucune autre raison, sinon sa peur que son vêtement bien-aimé soit un jour trop usé, à force de lavages, et doive être alors jeté. En tout cas, il est aujourd’hui lavé de frais et on peut de nouveau voir la couleur bleue. Autour du cou, aussi inséparable que son bleu, est noué un foulard bleu. Autour de la taille, une épaisse ceinture de cuir marron, et des chaussettes de laine blanches, avec cela, peu importe si quelqu’un vient le lundi, le mardi, ou n’importe quel autre jour ouvrable, on peut de suite reconnaître Peter. Dimanche, par contre, son vêtement connaît une renaissance. Un beau costume, de jolies chaussures, une chemise, une cravate, enfin, je n’ai pas besoin de mentionner le reste parce que tout le monde doit connaître ce que sont des vêtements décents.
Telle est l’apparence. À propos de Peter lui-même, mon opinion a radicalement changé ces derniers temps. Auparavant, je le trouvais stupide et étourdi, mais aujourd’hui, il n’est ni l’un ni l’autre, et tout le monde sera d’accord avec moi, si je dis qu’il est devenu très gentil.
Je suis absolument convaincue qu’il est honnête et généreux. Il a toujours été modeste et très serviable, et j’ai l’impression qu’il est beaucoup plus sensible que quiconque pourrait le penser ou le soupçonner. Il a une préférence que je ne dois absolument pas oublier, ce sont les chats. Rien n’est trop beau, à ses yeux, quand il s’agit de Mouschi ou Moffi, et je crois que ces deux-là lui donnent beaucoup de l’amour qui lui manque. Il n’est pas peureux, non plus, au contraire, ni crâneur, contrairement aux autres garçons de son âge. Stupide, il ne l’est absolument pas et j’aime particulièrement l’excellent fonctionnement de sa mémoire.
Je n’ai besoin d’informer personne de sa belle apparence, car chacun de ceux qui le connaissent le sait par lui-même. Ses cheveux sont merveilleux, une touffe de boucles brunes épaisses, des yeux bleu gris, et pour le reste, oui, décrire des visages a toujours été mon point faible, donc après la guerre je collerai sa photo parmi celles des autres clandestins ici, ainsi je n’ai rien de plus à décrire avec mon stylo.

20Après la guerre… : le destin en a décidé autrement, mais Anne Frank est entrée, à sa manière, dans le monde littéraire, avec bien plus de lecteurs que n’en eurent beaucoup d’écrivains. Il restait aux Français à découvrir quelques pages encore de la vie dans l’annexe, telle que la voyait Anne, à sa manière pénétrante et sans complaisance.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Frank, Anne, Contes, Paris, Larousse, 2009.

Frank, Anne, Contes. Édition complète des contes d’Anne Frank, Paris, Presses Pocket, 1985.

Frank, Anne, Het Achterhuis, [La Maison derrière] Amsterdam, Bert Bakker, 1947, éd. 81, 1990.

Frank, Anne, Journal d’Anne Frank, Paris, Calmann-Lévy, 1959.

Frank, Anne, Journal d’Anne Frank, suivi de huit contes inédits, (trad. Tylia Caren et Suzanne Lombard), Paris, Calmann-Lévy, 1959.

Frank, Anne, Le journal d’Anne Frank, Paris, Calman-Lévy, 2001.

Frank, Anne, Mooie-Zinnenboek [Livre des jolies phrases], Amsterdam, Bert Bakker, 2004.

Frank, Anne, Verhaaltjes, en gebeurtenissen uit het achterhuis. Cady’s Leven, [Histoires et événements de l’annexe. La vie de Cady], Amsterdam, Bert Bakker, 2001.

Barnouw, David, Van Der Stroom, Gerrold (éd.), De Dagboeken van Anne Frank. [Les journaux d’Anne Frank], Bert Bakker, Amsterdam, 1986 ; 5e éd. révisée, 2001.

Barnouw, David, Van Der Stroom, Les Journaux d’Anne Frank, (Philippe Noble et Isabelle Rosselin-Bobulesco trad.), Paris, Calman-Lévy, 1989.

Haut de page

Notes

1 Ph. Lejeune, « Anne Frank : pages retrouvées », La Faute à Rousseau, n° 19, octobre 1998, p. 61-63 et 64 (traduction inédite). Du même, « Comment Anne Frank a réécrit le journal d’Anne Frank », Les Brouillons de soi, Seuil, 1998, p. 331-365 [Note de la rédaction].

2 Barnouw, David, Van Der Stroom, Gerrold (éd.), Les Journaux d’Anne Frank, (Philippe Noble et Isabelle Rosselin-Bobulesco trad.), Paris, Calman-Lévy, 1989, p. 683.

3 Frank, Anne, Journal d’Anne Frank, Paris, Calman-Levy, 1959. Épilogue.

4 Les Journaux d’Anne Frank, op. cit., p. 616. Entrée du 29 mars 1944.

5 Ibid., p. 689.

6 Ibid., p. 280.

7 n 1952, Otto Frank a rejoint sa soeur et ses frères à Bâle. Il y a fondé le Fonds Anne Frank, une association qui détient les droits d’auteur sur les écrits d’Anne Frank.

8 Mirjam Pressler est une écrivain et traductrice allemande. Elle avait traduit l’édition critique en allemand.

9 Qui était pourtant décédé depuis onze ans à cette date…

10 Les Journaux d’Anne Frank, op. cit., p. 521.

11 Barnouw, David, Van Der Stroom (éd.), De Dagboeken van Anne Frank [Les Journaux d’Anne Frank], Amsterdam, Bert Bakker, 1986, 5e éd. révisée, 2001, p. 226-227.

12 Texte original dans Frank, Anne, Verhaaltjes, en gebeurtenissen uit het achterhuis. Cady’s Leven, [Histoires et événements de l’annexe. La vie de Cady], Amsterdam, Bert Bakker, 2001, p. 19.

13 Pf est l’abréviation utilisée par Anne pour le huitième clandestin, Fritz Pfeffer, avec lequel elle partagea sa chambre. Dans le journal publié, Pfeffer porte le pseudonyme d’Alfred Dussel, inventé par Anne.

14 Ibid. p. 34.

15 v.P est l’abréviation du nom de la famille van Pels. Anne Frank leur a donné le pseudonyme de van Daan.

16 Johannes Kleiman était un ami et collaborateur d’Otto Frank. Il avait aidé les clandestins dans l’annexe, et a été arrêté en même temps qu’eux. Il a survécu. Anne Frank lui avait donné le pseudonyme de M. Koophuis.

17 Ibid., p. 27.

18 Dans Le Journal d’Anne Frank, Calmann-Lévy, 2001, p. 221-222. Original en néerlandais dans Verhaaltjes, en gebeurtenissen uit het achterhuis. Cady’s Leven, op. cit., p. 61.

19 Original en néerlandais, ibid., p. 64-65.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clazina Maria Schrama, « L’écrivain Anne Frank : visite de son atelier et traduction d’extraits inédits en français »Diasporas, 19 | 2011, 155-166.

Référence électronique

Clazina Maria Schrama, « L’écrivain Anne Frank : visite de son atelier et traduction d’extraits inédits en français »Diasporas [En ligne], 19 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 24 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/1937 ; DOI : https://doi.org/10.4000/diasporas.1937

Haut de page

Auteur

Clazina Maria Schrama

Auteur d’un mémoire de master Anne Frank : Un véritable journal intime ? Histoire d’une rédaction et d’une réception, Univ. de Toulouse-Le Mirail, 2011. Les traductions originales du néerlandais vers le français sont son œuvre.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search