Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Juifs d'EuropeFrajda et Berthe Globus, Ester Cz...

Juifs d'Europe

Frajda et Berthe Globus, Ester Czernilowski : bribes de destins de femmes juives dans l’immédiat après-guerre

Frajda and Bertha Globus, Esther Czernikowski: Fragments of Jewish Women Fates in the Immediate Post-War
Sandra Marc
p. 167-180

Résumés

Après la Seconde Guerre mondiale, comment les Juifs de France ont-ils retrouvé leur place dans la société ? Quels obstacles ont-ils dû franchir ? Leur est-on venu en aide? C’est à travers l’histoire de trois femmes endeuillées par la Shoah, paupérisées par les mesures antisémites du gouvernement de Vichy, que nous tenterons d’apporter des éléments de réponse à ces questions. Leur misère a été soulagée par une association juive dont l’œuvre est encore trop méconnue: le Comité Juif d’Action Sociale et de Reconstruction (COJASOR).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 COJASOR Maillard, brochure « COJASOR 1945‑1955 – Dix années d’Action sociale », texte d’Ignace Fink

« Souvenons-nous des journées fiévreuses d’août 1944… Suffocant d’anxiété et de joie, les Juifs de France purent sortir des cachettes où ils s’étaient terrés durant quatre ans. Plus de cent mille de leurs frères avaient disparu. Démembrées, trop souvent décapitées par la déportation du père ou du mari, sans ressources, de nombreuses familles juives mesurèrent, loin de leur foyer, l’étendue de leur désastre. Éparpillées aux quatre coins du pays, presque toutes devaient recommencer leur vie, presque toutes avaient besoin d’un secours urgent. »1

1Ces mots d’Ignace Fink, directeur général du COJASOR de 1947 à 1991, illustrent une triste réalité : celle du désarroi, tant affectif que matériel, des Juifs dans l’immédiat après-guerre. Si quelques ouvrages de synthèse sur l’histoire des Juifs en France ou quelques revues ont regroupé des articles sur la situation des Juifs dans l’après-guerre, il existe encore peu d’études spécifiques sur ce thème et cette période. Comment les Juifs de France sont-ils parvenus à se réinsérer dans la nation ? Quels obstacles ont-ils dû franchir ? Leur est-on venu en aide ? C’est à travers le destin de trois femmes que nous tenterons ici d’apporter quelques éléments de réponse à ces questions.

  • 2 Archives municipales de Lacaune (AML), boîte « indésirables », registre « Assignés à résidence – Ét (...)
  • 3 Marc Sandra, Les Juifs de Lacaune sous Vichy, 1942‑1944, assignation à résidence et persécution, L’ (...)
  • 4 Archives départementales du Tarn (ADT), DE (dossier d’étranger) de Frajda Globus nº 896 W 4247.
  • 5 Base de recherche des victimes de la Shoah http://www.memorialdelashoah.org
  • 6 Prénommé Mathias, né en 1925 à Varsovie d’après les archives du COJASOR (COJASOR, CDJC, dossier ind (...)
  • 7 En mai 1941, à Paris, des milliers de Juifs étrangers reçoivent une convocation, le « billet vert » (...)
  • 8 Base de recherche des victimes de la Shoah http://www.memorialdelashoah.org
  • 9 Ibid.

2Le 13 septembre 1942, les époux Globus, Szmul et Frajda, arrivent à Lacaune (Tarn)2 où ils sont assignés à résidence3. Avec leur fille Berthe, ils trouvent à se loger chez un particulier. Au fil de diverses sources et de leurs différents dossiers administratifs, on peut reconstituer des bribes du parcours de cette famille. Celui-ci illustre tout d’abord l’errance des Juifs d’Europe dans l’entre deux-guerre. Szmul et Frajda, nés respectivement en 1888 et en 1890, sont polonais. Leurs deux enfants sont nés à Varsovie, Berthe en 1917, Mathias en 1921 (ou 1925). Probablement pour fuir le climat d’antisémitisme qui règne dans son pays, la famille émigre en France en 19314 et s’installe au 26, rue de Belleville dans le 20e arrondissement de Paris. Szmul subvient aux besoins du foyer en exerçant sa profession de casquettier5. Vient ensuite le temps de la persécution. Le 14 mai 1941, Mathias (Maurice pour l’état-civil) 6est victime de la « rafle du billet vert »7. Interné au camp de Compiègne, il en est déporté vers Auschwitz par le convoi nº 2, le 5 juin 19428. Le 7 juin, le port de l’étoile devient obligatoire pour les Juifs de la zone occupée, les 16 et 17 juillet, c’est la rafle du Vel’d’Hiv. Ce climat de terreur pousse sans doute Szmul, Frajda et Berthe à fuir la capitale et à franchir clandestinement la ligne de démarcation pour se réfugier en zone sud. C’est à Pau qu’ils se trouvent lorsque leur est notifiée leur assignation à résidence à Lacaune. Le martyre de la famille s’y poursuit puisque Szmul est raflé dans ce bourg le 20 février 1943, puis déporté à Maïdanek par le convoi nº 50 du 4 mars 1943. En septembre de la même année, Esther Czernikowski rejoint sa sœur Frajda et s’installe dans le village. Elle aussi a perdu son mari, Boruch, raflé dans la région parisienne, interné à Drancy puis déporté à Auschwitz par le convoi nº 119.

Doc : photographie : Frajda Globus (ADT, DE 896 W 4247)

Doc : photographie : Frajda Globus (ADT, DE 896 W 4247)

Doc : photographie : Berthe Globus (ADT, DE 896 W 1153)

Doc : photographie : Berthe Globus (ADT, DE 896 W 1153)

3À l’heure de la Libération, seules Frajda, Berthe et Esther ont donc survécu. Esseulées, désargentées, vont-elles parvenir à retrouver un semblant de vie normale ? Une association leur est venue en aide, comme elle l’a fait pour des milliers d’autre Juifs en France : le Comité Juif d’Action Sociale et de Reconstruction (COJASOR). Avant de revenir sur le parcours personnel de ces trois femmes, nous présenterons dans les grandes lignes cette association, le contexte de sa naissance et les buts qu’elle s’est fixés.

  • 10 Sur les controverses sur le rôle de l’UGIF, voir Laffitte Michel, Un engrenage fatal — L’UGIF face (...)
  • 11 Goldsztejn Isabelle, « Le rôle de l’American Joint dans la reconstruction de la communauté », Archi (...)
  • 12 Wieviorka Annette, « Les Juifs en France au lendemain de la guerre : état des lieux », ibid., p. 17
  • 13 Lettre de Marc Jarblum à Nahum Goldmann, fondateur du Conseil juif mondial, le 21 novembre 1944, ci (...)
  • 14 Godsztejn Isabelle, Au secours d’une communauté : l’American Jewish Joint Distribution Commitee en (...)
  • 15 Hobson Faure Laura, Un « Plan Marshall Juif »…, op. cit., p. 226.
  • 16 Ibid.
  • 17 Ibid., p. 234.
  • 18 COJASOR Maillard; brochure COJASOR 1945‑1955. Dix années d’action sociale.
  • 19 Concernant l’histoire de la FSJF et son rôle dans les années d’après-guerre, voir : Hobson Faure La (...)
  • 20 Goldztejn Isabelle, « Le rôle de l’American Joint dans la reconstruction de la communauté », Archiv (...)

4Durant le conflit, l’Union générale des israélites de France (UGIF) regroupait tous les organismes caritatifs communautaires10. À la Libération, le Gouvernement provisoire de la République française (GPRF) a confié sa liquidation à Richard Weil. L’UGIF est alors remplacée par le Comité général de défense (CGD)11 . À Paris comme en province, les demandes abondent. Sont assistées en septembre 1944 dans la capitale 29 786 personnes12. Pour répondre à cet océan de détresse, « les organisations et les œuvres [juives] poussent comme des champignons. »13 Mais ces initiatives ne peuvent faire face sans l’aide financière de l’American Jewish Joint Distribution Committee (JOL ou « JOINT »)14. Les bureaux parisiens du Joint rouvrent leurs portes en septembre 1944 et, en décembre, ils retrouvent en la personne d’Arthur Greenleigh une direction américaine15. L’organisme encourage alors le regroupement et la spécialisation des œuvres. En janvier 1945, le Dr Joseph Schwarz – directeur des opérations européennes du Joint — rencontre les dirigeants des trois comités d’aide principaux : le Comité d’assistance aux réfugiés (CAR), le Comité général de défense et la Fédération des sociétés juives de France (FSJF)16. « Par l’intermédiaire d’Arthur Greenleigh, ces organismes fusionnèrent pour devenir le Comité Juif d’action sociale et de reconstruction (COJASOR), opérationnel dès le mois de mars 1945 sous la direction de Maurice Brener. »17 Cette fusion n’est pas totale : seul le service d’aide aux réfugiés de la FSJF est intégré au COJASOR naissant18, la FSJF19 conservant pour le reste son autonomie. « Ainsi le COJASOR agit comme une agence centrale par laquelle transitent les fonds du Joint destinés à l’assistance directe. »20

5La naissance du COJASOR s’explique par une nécessité : rationaliser le secteur des secours d’organisations juives pléthoriques. Le nouveau venu peut être considéré comme le regroupement d’organismes juifs qui avaient œuvré légalement et/ou clandestinement durant la guerre avec l’aide financière du Joint. Ces mêmes acteurs, confrontés à la misère juive de l’après-guerre, parachèvent leur œuvre. La création du COJASOR, dont deux directeurs généraux — Maurice Brener et Ignace Fink – sont issus des rangs de la Résistance, marque en quelque sorte l’épilogue des activités de sauvetage.

Doc : Statuts du COJASOR, 1945 (archives privées Roger Fichtenberg et COJASOR CDJC ; conseil directeur — Procès verbaux). 1/2

Doc : Statuts du COJASOR, 1945 (archives privées Roger Fichtenberg et COJASOR CDJC ; conseil directeur — Procès verbaux). 1/2

Doc : Statuts du COJASOR, 1945 (archives privées Roger Fichtenberg et COJASOR CDJC ; conseil directeur — Procès verbaux). 2/2

Doc : Statuts du COJASOR, 1945 (archives privées Roger Fichtenberg et COJASOR CDJC ; conseil directeur — Procès verbaux). 2/2
  • 21 Synthèse des données récoltées dans les ADR et les AML.
  • 22 628 y ayant été assignés à résidence (à savoir 505 adultes concernés par cette mesure et, de facto, (...)
  • 23 120 d’entre eux, dont 22 enfants, furent raflés à Lacaune les 26 août 1942 et 20 février 1943, puis (...)

6Le 7 septembre 1944, Lacaune fête sa libération ; les troupes du corps franc de la Montagne Noire défilent dans les rues de la ville. À cette date, d’après nos calculs21, sur le total des 754 Juifs ayant vécu depuis le début de la guerre dans cette commune22, 144 ont péri23 tandis que 284, dont 224 adultes et 60 enfants, ont échappé aux persécutions et sont encore présents à Lacaune. Parmi eux, Frajda, Berthe et Esther.

  • 24 COJASOR CDJC, dossier individuel de Frajda Globus – nº 3047.
  • 25 AML, boîte « indésirables », cahier « enregistrement des visas d’arrivée et de départ délivrés aux (...)

7Beaucoup de rescapés doivent leur survie aux combats qu’ils ont livrés au quotidien ; ainsi une quarantaine d’entre eux, estimés « en fuite » dans les registres d’assignation, réapparaissent-ils. Certains étaient cachés dans les alentours, tandis que d’autres n’ont vraisemblablement jamais quitté le bourg, dissimulés par leur logeur. C’est sans doute le cas des trois femmes. En effet, on peut lire dans le compte-rendu de la première visite dune assistante sociale du COJASOR à Paris : « Madame G. revient de la campagne où elle était cachée avec sa sœur et sa fille. »24 Tous les anciens assignés aspirent à reconstruire leur existence aussi rapidement que possible. Aussi, dès qu’ils le peuvent, quittent-ils le bourg pour tenter de rejoindre leur ancien lieu de résidence et de travail ou essayer de reconstruire leur existence dans une ville qui leur offrira des possibilités de logement et de subsistance. Dès septembre 1944, 72 personnes quittent Lacaune pour rejoindre les grandes agglomérations de Belgique ou de France — au premier rang desquelles Paris – ; elles sont 52 en octobre, 22 en novembre25… Deux raisons essentielles expliquent la présence tardive (au-delà d’octobre 1944) ou le retour à Lacaune des anciens assignés : certains ne peuvent regagner le pays où ils vivaient avant les hostilités (en particulier la Belgique), d’autres ne parviennent pas à récupérer ou à trouver un logement.

8En attendant, tous émettent, entre le 8 septembre 1944 et le 2 avril 1945, des demandes d’allocations auprès du service des réfugiés du département du Tarn. Etrangement, le formulaire à compléter sur lequel figure en en-tête la mention « République française », requiert d’expliciter la religion du demandeur…

Doc. Exemple d’en-tête d’un dossier de demande d’allocations auprès du service des réfugiés du Tarn (ADT 348 W - 489)

Doc. Exemple d’en-tête d’un dossier de demande d’allocations auprès du service des réfugiés du Tarn (ADT 348 W - 489)
  • 26 ADT 348 W – 489 dossier individuel de Frajda Globus.

966 dossiers sont constitués entre septembre 1944 et avril 1945 (51 en octobre et 6 en décembre 1944), pour un total de 144 personnes (110 adultes et 34 enfants). Le dossier constitué par Frajda porte le nº 184, celui d’Esther le 185. Le requérant doit faire état du nombre de personnes que compte sa famille, préciser son département d’origine, sa profession et le salaire qu’il touchait avant les hostilités – de même pour son conjoint –, ses revenus ou allocations au moment de la constitution du dossier. Le maire doit avaliser ces renseignements, expliciter la date et le motif de l’arrivée dans la commune, donner son avis motivé sur la suite à réserver à cette demande. On trouve dans la plupart des dossiers un formulaire joint, intitulé « supplément pour le logement, l’éclairage et le chauffage », dans lequel le demandeur explicite depuis quand et comment il fait face à ce type de dépenses dans sa commune de « refuge ». Pour parvenir à répondre à ces démarches administratives, souvent complexes à appréhender pour des étrangers maîtrisant mal le français, les réfugiés juifs de Lacaune s’organisent et créent un comité superviseur26.

  • 27 ADT, divers dossiers d’étrangers.
  • 28 Marc Sandra, Les Juifs de Lacaune sous Vichy, op. cit., p. 81‑82.

10Au moment de la constitution des dossiers, 68 des 110 adultes sont dépourvus de tout revenu ; 37 Hollandais et 1 Belge perçoivent des allocations de leur gouvernement respectif ; 4 seulement perçoivent ou percevaient encore récemment un salaire. Comment le pourraient-ils ? Ils ont été bien souvent victimes des évictions professionnelles du régime de Vichy, leur carte d’identité d’étranger comporte fréquemment la mention « non-travailleur »27, et ils sont reclus dans un village de montagne offrant des possibilités professionnelles réduites. Sans doute le « système D » mis en place durant la guerre perdure-t-il : on coud, on tricote, on ressemelle, on travaille aux champs… et on troque avec les Lacaunais28.

  • 29 ADT 348 W 489 dossier individuel de Meelech Schmidt. Note du 9 mars 1945 du service des réfugiés qu (...)
  • 30 Ibid., dossier individuel de Szyja Teitelbaum.
  • 31 Ibid., dossier individuel de Jeanne Blouschtein.

11Le service des réfugiés du Tarn semble tout ignorer de la spécificité de la situation des Juifs de Lacaune qui sont contraints de produire un certificat de salaire ou, à défaut, d’indiquer les raisons pour lesquelles ils ne travaillent pas29. Certains produisent des certificats médicaux30, tandis que les réponses fournies par d’autres soulignent l’absurdité même d’une telle demande : « Ayant une carte non travailleur, je ne puis travailler et par conséquent fournir un certificat de travail. »31

12Le dossier de Frajda Globus est tout bonnement égaré. Le 6 décembre 1944, elle écrit au préfet pour le lui signaler :

  • 32 Ibid., dossier individuel de Frajda Globus.

« […] hier tous les réfugiés Juifs ont reçu leur carte leur permettant de toucher leur allocation. Mais nous n’avons rien reçu. […] Étant réfugiés depuis longtemps à Lacaune nos moyens d’existence sont très réduits, et nous attendons cet argent avec grande impatience car il nous est très nécessaire pour vivre. »32

13Le 22 décembre, Frajda s’adresse une dernière fois à la préfecture :

Doc. Lettre au préfet du Tarn, 22 décembre 1944 (ADT 348 W – 489 dossier individuel de Frajda Globus)

Doc. Lettre au préfet du Tarn, 22 décembre 1944 (ADT 348 W – 489 dossier individuel de Frajda Globus)
  • 33 AML, boîte « indésirables », cahier « enregistrement des visas d’arrivée et de départ délivrés aux (...)

14Ainsi, à bien des égards, le ministère des Prisonniers, déportés et résistants, ou du moins son antenne locale à Albi, semble-t-il dépassé par l’ampleur de la tâche. Les ratés et insuffisances du système sont nombreux. La machine bureaucratique apparaît lourde, complexe, d’autant plus que beaucoup de réfugiés maîtrisent mal le français et ne sont guère aidés par l’administration. L’aide octroyée est parcimonieuse. À la fin du mois de décembre 1944, lorsque Frajda, Berthe et Esther quittent Lacaune33, la question du versement des allocations retardataires n’a semble-t-il toujours pas été résolue.

  • 34 Une partie de ce dossier est dactylographié, mais certaines notes sont manuscrites, et parfois indé (...)

15Les trois femmes regagnent Paris. L’ancien logement de Frajda est occupé par des sinistrés. C’est donc dans celui d’Esther, qu’elle a pu réintégrer — 31 rue du faubourg St Martin, dans le 10e arrondissement — que les trois femmes s’installent. Dans les derniers mois de l’année 1945, Frajda frappe à la porte du COJASOR. Nous reproduisons ici l’intégralité des enquêtes regroupées dans son dossier, car elles témoignent d’un extrême dénuement qui perdure durant des mois34.

COJASOR CDJC, dossier individuel de Frajda Globus – nº 3047. Enquete Sociale

  • 35 Comité des Œuvres Sociales des Organisations de Résistance.
  • 36 Organisation-Reconstruction-Travail, voir ENOS-ATTALI Sophie et Polack Emmanuelle, « La contributio (...)

[Non daté] Madame G. revient de la campagne où elle était cachée avec sa sœur et sa fille. Son ancien logement 26 rue de Belleville est vidé et occupé par des sinistrés, habite actuellement chez une sœur, fait les courses, la lessive, et les raccommodages. Personne faible, ne peut rendre beaucoup de travail. Elle a vendu la plupart de ses affaires.
Habite dans une pièce très propre, avec sa sœur et sa fille actuellement malade. Depuis le départ de son père, la jeune fille a eu un tel chagrin, qu’elle est devenue presque aveugle d’un œil. Elle est très faible et est en traitement aux Francs Bourgeois. Nous avons accordé, à ces personnes intéressantes, un secours en remboursement des lunettes prescrites par les Francs Bourgeois, et un mensuel pour Mars et Avril.
N’ont plus été suivies depuis.

5/11/45 Ressources actuelles ?
[Signature]

[Non daté] Mm G. ne s’est pas présentée depuis plusieurs mois. Nous dit n’avoir pas [illisible] notre convocation. Sommes d’accord que ce n’est pas [illisible]. Accordons 800 frs. Mars mais demandons une visite de [illisible]. Mme G. a travaillé un peu à un moment donné mais le rendement a été minime, act. ne fait rien. Demand. un certificat médical. Mme G. a fait une demande au COSOR et attend la réponse.
[Signature]

11/3/46 Enquête en cours (Sch)
[Non daté] Mme G. a touché jusqu’en 12/45800. — par mois à la C.R. Pol. Celle-ci doit faire une nouvelle enquête et nous demande également notre copie d’enquête.

14/3/46 Absente. À la deuxième visite, il n’y avait que sa sœur.
&
21/3/46
21/3/46 VISITE A DOMICILE
Mme. G. habite chez sa sœur, Mme C., également femme de déporté, suivie par le COSOR35.
Mme G. femme de déporté ne se remet pas du non retour de son fils âgé de 19 ans, et ce chagrin qui la ronge et contre lequel il n’y a malheureusement aucune consolation lui occasionne une forte tension (26° — vu certificat médical). Vu l’âge et le bas moral de Mme G., je doute fort que son état de santé ne s’améliore beaucoup.
Ressources : A.I.A. 420. — (le fils et le mari étaient Polonais) la C.R.P. a versé jusqu’en février.
Mme G. espère pouvoir récupérer son appartement à la fin du mois prochain, 26 Rue de Belleville, elle a pu également récupérer une tête de machine à coudre. Conseillé de s’adresser à l’O.R.T.36 pour obtenir un pied de machine. Quand elle sera chez elle et si sa santé est meilleure, Mme G. pourra travailler, soit dans la finition à domicile, soit dans les réparations et n’aura plus recours à notre aide.
Comme son cas ressort du COSOR, adressons Mme G. à cet organisme. Avons parlé favorablement à son sujet à l’assistante du COSOR.
PROPOSONS : en attendant résultat COSOR et éventuellement C.R.P. à la suite de l’envoi d’une copie d’enquête
………… 800 pour AVRIL.
[nom de l’assistante sociale]
Quant à sa fille Berthe, celle-ci est mariée à un prisonnier rapatrié qui a un peu travaillé au dehors durant cette saison, à qui on a promis une machine de fourreur d’ici peu et qui pourra travailler chez Mme G. lorsqu’elle sera chez elle, l’appartement du gendre étant occupé par lui et sa femme, ainsi que par son frère et toute sa famille. Berthe est toujours malade avec ses yeux et ne peut, suivant les dires de sa mère, faire aucun travail au dehors. On ne peut donc demander grand secours des enfants.

28/3/46 Demander un certif. Médical pour sa fille Berthe. Secourir pendant 2 mois. Revoir les résultats des demandes à l’O.R.T. et au COSOR
[Signature]

09/4/46 Mme G. ne touche pas au COSOR. Le refus a été motivé par l’origine étrangère de l’[illisible] et ses enf. Quant à la C.R.P. Mme G. va s’adresser prochainement pour renouveler sa demande. Mme G. est toujours déprimée, sa santé est mauvaise. Accordons 800 frs. pour Avril avec 2 Kilos de p. az. et 1 sav.
[Signature]

07/5/46 La situat. est sans changement. La fille Berthe est mariée. C’est son mari [illisible] prison. rap. Mme G. habite avec sa sœur qui a égal. mari déporté. Ne touche rien à la mairie. Touche chez les Pol. 800 f. Plus que Mme G est à suivre. ac. 1000 f. pour mai.
[Signature]

07/5/46 La C.R.P. ne verse plus que 500 frs. Continuons le mensuel. Elle n’a pas de pied pour sa machine. Elle a repris son logement mais n’a pas de meubles, dirigeons au S.R. 2 kgs de Matzes, 1 sav. Mensuel 1000 frs.
G

[Non daté] Mme G. est une femme très fatiguée. Habite encore chez sa sœur. Payons 1000 frs p. juillet. 1 savon, 1 beurre, 2 kg farine
[Signature]

13.8 Mme G. a une machine à coudre, mais pas une table, elle était à l’O.R.T. pour réclamer. Elle a la vue fatiguée, peut travailler très peu. Accordons 700 frs et colis.
[Signature]

16‑9-46 L’état de santé de Mme ne s’est pas amélioré. A l’air maladif. Tension toujours forte. N’est pas en mesure de fournir des efforts suivis. Pourrait travailler un peu chez elle, mais n’a pas encore de pied pour sa machine à coudre. Conseillons d’acheter ou de s’adresser à nouveau à l’O.R.T. En attendant 700 frs et un colis. Mme G espère réintégrer bientôt son logement (26, rue Belleville). Ne croyons pas que Mme G. sera longtemps à notre charge. 1 bon de V.
[Signature]

14.10.46 N’a toujours pas la machine. Remettons fiche méd. Continuons aide pr. [illisible] 700 frs + 1 colis
[Signature]

14/11/46 Touche un secours mensuel de 500 frs. à la Croix-Rouge polonaise
[Signature]

14-XI-46 Avons la rep. du médecin. Vu que Mme G. n’a pas de métier, femme 56 ans, ne voyons pas qqce que elle pourra faire. Sa fille l’aide malade. Nous pensons que notre aide est à maintenir. Une enq. A domicile [illisible]. Fait un peu de rac. Ac. 1000 + colis [phrase illisible]
[Signature]

27/11/46 Absent.

 ?/12/46 Visite à domicile
La concierge nous signale que la fille de Mme G. vient d’avoir un bébé, le gendre serait fourreur et le jeune ménage habiterait 12, rue Vincent. D’autre part il nous est signalé qu’une nièce est hébergée chez Mme G.
Conclusion. Dans l’impossibilité de joindre Mme G. nous la convoquons chambre II.

2/12/46 Enquête chambre II
Mme G. a réintégré son logement vidé de son contenu, depuis 6 mois. Loge avec une nièce qui possèderait une machine prêtée par une tante et qui travaille à domicile dans la couture, elle participe aux frais de loyer.
Mme G. nous semble une femme vieillie prématurément par les chagrins, nous présente une ordonnance d’un médecin de famille qui la traiterait pour le cœur et de l’hypertension, a travaillé jusqu’à ces derniers temps comme raccommodeuse à domicile mais au gain insuffisant et incapable de continuer ce travail.
La fille mariée depuis 1 an à un prisonnier de guerre qui est fourreur à façon mais le jeune ménage qui vient d’avoir un bébé ne peut aider Mme G. comme il le voudrait, Mme G. prend ses repas chez sa fille mais semble souffrir moralement.
Ressource C.R.P. 500 frcs mensuel
I° /Dirigeons au Cosr.
Conclusion. Secours à maintenir
[Signature]

13.XII.46 Mange chez la fille
Loyé payé par la nièce, touche 500f à la C.R.P.
Un [illisible] régulier n’est pas nécessaire.
Accorder 1 colis alimentaire.
[Signature]

13/XII Accordons un colis C. pour décembre
[Signature]

20.XII.46 Visite chez Mr STREN Henri 12, rue Vincent
Mr STERN gendre de Mr Globus habite dans un appartement de 3 pièces, travaille dans la fourrure à façon. J’ai l’impression que ses affaires marchent bien et que ces personnes peuvent aider leur mère.
D’accord avec Mme K., proposons un colis mensuel.
[Signature]

8.5.47 1 colis de temps à autre
[Signature]

9‑1-48 À classer
[Signature]

  • 37 Voldman Danièle, « Le logement : crise, pénurie ou restriction ? » in Veillon Dominique et Flonneau(...)
  • 38 Mission d’étude sur la spoliation des Juifs de France, Rapport général, Paris, la Documentation Fra (...)
  • 39 COJASOR Maillard ; brochure COJASOR 1945‑1955. Dix années d’action sociale.
  • 40 COJASOR CDJC, dossier individuel d’Esther Czerniokowski – nº 10794.

16Ainsi, au travers de ce seul dossier, transparaissent les nombreux obstacles auxquels Frajda, comme nombre de Juifs, a dû faire face pour se réinsérer. Son âge déjà avancé, une santé fragilisée et le poids de deuils impossibles sont alourdis encore par les entraves matérielles. Dans une capitale où la pénurie de logements est immense37, elle mettra des mois à réintégrer son ancienne habitation, tous ses meubles ayant probablement été pillés par les Allemands38. Elle est dans l’incapacité de travailler : sa santé ne lui permet pas de fournir de gros efforts, la machine à coudre qu’elle possède n’a pas de pied. Elle ne parvient pas à en récupérer un auprès de l’ORT. Les mesures antisémites de Vichy (aryanisation, assignation à résidence) ont peu à peu paupérisé la famille. En 1945, Frajda n’a plus rien : « Elle a vendu la plupart de ses affaires ». Réduite à l’assistanat, elle ne perçoit aucun soutien de l’État, ni d’aucun organisme français, le COSOR ayant rejeté sa demande du fait de l’origine étrangère de son époux et de son fils, mais aussi très probablement parce qu’ils n’étaient pas résistants. Seuls la Croix Rouge polonaise et le COJASOR lui viennent en aide. Ce dernier est souvent le seul recours de Juifs désemparés. Comme en témoigne le cas de Frajda, la première forme d’aide que l’œuvre octroie consiste tout simplement en la distribution de sommes d’argent, modestes mais régulières, afin que les Juifs les plus nécessiteux puissent faire face à leurs besoins les plus urgents. Il faut également nourrir et habiller ceux qui n’ont plus rien : le COJASOR ouvre quatorze cantines à Paris et deux en province, qui servent une moyenne de 60000 repas mensuels. Des colis alimentaires sont distribués, comme à Frajda, des vestiaires organisés39, et ce n’est là qu’une partie des diverses actions de l’Association. Cependant, face à l’ampleur des demandes, le COJASOR est contraint d’écarter ceux qui sont moins nécessiteux, malgré leur détresse morale. Ainsi, le 7 octobre 1946, la demande d’aide d’Esther Czernikowski reçoit-elle une fin de non recevoir : « Marchande ambulante, travaille. Carte parfaitement en règle. Aucun secours. »40 L’œuvre enquête également sur les proches des demandeurs : l’aide accordée à Frajda diminue lorsque la situation matérielle de sa fille et de son gendre s’améliore.
Nous perdons la trace des trois femmes en 1948.

17Le destin de Frajda, Berthe et Esther nous montre que les bornes chronologiques de la Seconde Guerre mondiale sont un prisme bien trop réduit pour mesurer l’ampleur des conséquences de l’antisémitisme et de la Shoah. Après la Libération, il ne fut pas aisé pour les Juifs de France de retrouver leur place dans la société. La restauration de la légalité républicaine effaçait l’opprobre des législations antisémites de l’occupant nazi et de Vichy, sans toutefois donner aux victimes les moyens de récupérer rapidement leurs biens (logement, outil de travail). En France, durant ses premières années d’existence, l’activité du COJASOR fut considérable, tant par son maillage de l’ensemble du territoire français que par la diversité des solutions concrètes qu’il tentait d’apporter à la misère juive. Laissant à l’Œuvre de secours aux enfants (OSE) le soin des enfants et en particulier des orphelins, il se consacra essentiellement aux jeunes et aux adultes. Nous n’avons esquissé dans ce présent article qu’un rapide portrait d’ensemble ; chaque thématique, chaque bureau du COJASOR mériterait une analyse plus fouillée : ce sont là autant de pistes pour de futures recherches.

Haut de page

Notes

1 COJASOR Maillard, brochure « COJASOR 1945‑1955 – Dix années d’Action sociale », texte d’Ignace Fink.

2 Archives municipales de Lacaune (AML), boîte « indésirables », registre « Assignés à résidence – État-civil, registre sept 1942 ».

3 Marc Sandra, Les Juifs de Lacaune sous Vichy, 1942‑1944, assignation à résidence et persécution, L’Harmattan, 2001 ; Id., « Lacaune, un centre d’assignation à résidence… », in Fijalkow Jacques (dir.) La mémoire juive – Les anciens, Nages, Centre de recherches de Rieumontagné, 2010, p. 7‑24 ; Id., Les Juifs de Lacaune-les-Bains (Tarn) dans l’après-guerre : difficultés quotidiennes, réinsertion et aide du COJASOR (1944‑1949), mémoire de master 2, Univ. Toulouse-Le Mirail, 2010.

4 Archives départementales du Tarn (ADT), DE (dossier d’étranger) de Frajda Globus nº 896 W 4247.

5 Base de recherche des victimes de la Shoah http://www.memorialdelashoah.org

6 Prénommé Mathias, né en 1925 à Varsovie d’après les archives du COJASOR (COJASOR, CDJC, dossier individuel de Frajda Globus – nº 3047) ou Maurice, né le 25/01/1921 à WARSCHAU, d’après la fiche de déportation disponible sur le site http://www.memorialdelashoah.org

7 En mai 1941, à Paris, des milliers de Juifs étrangers reçoivent une convocation, le « billet vert » : ils sont « invités à se présenter » le 14 mai dans divers lieux de rassemblement « pour examen de situation ». Leur liste a été établie grâce au fichier du recensement effectué à partir de septembre 1940 par les autorités françaises, sur ordre de l’occupant allemand. Ils doivent être accompagnés d’un membre de leur famille ou d’un ami. Persuadés qu’il s’agit d’une simple formalité, beaucoup s’y rendent. Ils sont alors retenus, tandis que la personne qui les accompagne est priée d’aller chercher pour eux quelques vêtements et vivres. 3 700 Juifs sont ainsi arrêtés dans la région parisienne : c’est la « rafle du billet vert ». Conduits à la gare d’Austerlitz en autobus, les Juifs sont transférés le jour même en train vers le Loiret, à une centaine de kilomètres au sud de la capitale. 1 700 d’entre eux sont internés à Pithiviers, 2000 à Beaune-la-Rolande. Ils vont y rester pendant plus d’un an, dans l’ignorance totale du sort qui leur est réservé. Le 8 mai 1942, 289 d’entre eux sont transférés au frontstalag de Compiègne-Royallieu, d’où ils sont majoritairement déportés vers Auschwitz le 5 juin 1942, par le convoi 2. D’après http://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=19410514

8 Base de recherche des victimes de la Shoah http://www.memorialdelashoah.org

9 Ibid.

10 Sur les controverses sur le rôle de l’UGIF, voir Laffitte Michel, Un engrenage fatal — L’UGIF face aux réalités de la Shoah, 1941‑1944, Liana Levi & Fondation pour la Mémoire de la Shoah, 2003.

11 Goldsztejn Isabelle, « Le rôle de l’American Joint dans la reconstruction de la communauté », Archives Juives nº 28/1, 1er semestre 1995, L’après-guerre, p. 26.

12 Wieviorka Annette, « Les Juifs en France au lendemain de la guerre : état des lieux », ibid., p. 17.

13 Lettre de Marc Jarblum à Nahum Goldmann, fondateur du Conseil juif mondial, le 21 novembre 1944, citée dans Hobson Faure Laura, Un « Plan Marshall Juif » : la présence juive américaine en France après la Shoah — 1944‑1954, thèse de doctorat sous la direction de Nancy L. Green, EHESS, 2009, p. 212.

14 Godsztejn Isabelle, Au secours d’une communauté : l’American Jewish Joint Distribution Commitee en France (1933‑1950), mémoire de maîtrise d’histoire, Univ. Paris 1, 1992, 168 p.

15 Hobson Faure Laura, Un « Plan Marshall Juif »…, op. cit., p. 226.

16 Ibid.

17 Ibid., p. 234.

18 COJASOR Maillard; brochure COJASOR 1945‑1955. Dix années d’action sociale.

19 Concernant l’histoire de la FSJF et son rôle dans les années d’après-guerre, voir : Hobson Faure Laura, op. cit., p. 68‑69 ; Boukara Philippe « Dans la mouvance de la « Fédération » (1944‑1949) », Revue d’Histoire de la Shoah nº 158, septembre-décembre 1996, Juifs de France dans l’immédiat après-guerre : des lendemains qui ne chantaient pas, p. 86‑89.

20 Goldztejn Isabelle, « Le rôle de l’American Joint dans la reconstruction de la communauté », Archives Juives, op cit., p. 27.

21 Synthèse des données récoltées dans les ADR et les AML.

22 628 y ayant été assignés à résidence (à savoir 505 adultes concernés par cette mesure et, de facto, leurs 123 enfants), 126 étant venus s’y réfugier ou retrouver des membres de leur famille (dont 28 enfants).

23 120 d’entre eux, dont 22 enfants, furent raflés à Lacaune les 26 août 1942 et 20 février 1943, puis déportés. Aucun n’a survécu. 22 personnes sur les 200 ayant fui le bourg furent appréhendées ailleurs et déportées, dont deux seulement survécurent et furent rapatriées.

24 COJASOR CDJC, dossier individuel de Frajda Globus – nº 3047.

25 AML, boîte « indésirables », cahier « enregistrement des visas d’arrivée et de départ délivrés aux étrangers » (août 1942 - oct. 1946).

26 ADT 348 W – 489 dossier individuel de Frajda Globus.

27 ADT, divers dossiers d’étrangers.

28 Marc Sandra, Les Juifs de Lacaune sous Vichy, op. cit., p. 81‑82.

29 ADT 348 W 489 dossier individuel de Meelech Schmidt. Note du 9 mars 1945 du service des réfugiés que l’on retrouve dans de nombreux autres dossiers.

30 Ibid., dossier individuel de Szyja Teitelbaum.

31 Ibid., dossier individuel de Jeanne Blouschtein.

32 Ibid., dossier individuel de Frajda Globus.

33 AML, boîte « indésirables », cahier « enregistrement des visas d’arrivée et de départ délivrés aux étrangers » (août 1942-oct. 1946).

34 Une partie de ce dossier est dactylographié, mais certaines notes sont manuscrites, et parfois indéchiffrables.

35 Comité des Œuvres Sociales des Organisations de Résistance.

36 Organisation-Reconstruction-Travail, voir ENOS-ATTALI Sophie et Polack Emmanuelle, « La contribution de l’ORT à la reconstruction de l’artisanat juif parisien dans l’immédiat après guerre : l’exemple des métiers du textile », Archives Juives nº 39/2, 2e semestre 2006, Les Juifs dans le Paris du vêtement et de la mode, p.  64‑71.

37 Voldman Danièle, « Le logement : crise, pénurie ou restriction ? » in Veillon Dominique et Flonneau Jean-Marie (dir.), Le temps des restrictions en France 1939‑1949, n° spécial de : Les Cahiers de l’Institut d’histoire du temps présent, 32‑33, Paris, mai 1996, p. 377‑388.

38 Mission d’étude sur la spoliation des Juifs de France, Rapport général, Paris, la Documentation Française, 2000, 205 p.

39 COJASOR Maillard ; brochure COJASOR 1945‑1955. Dix années d’action sociale.

40 COJASOR CDJC, dossier individuel d’Esther Czerniokowski – nº 10794.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Doc : photographie : Frajda Globus (ADT, DE 896 W 4247)
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/1946/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Doc : photographie : Berthe Globus (ADT, DE 896 W 1153)
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/1946/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Doc : Statuts du COJASOR, 1945 (archives privées Roger Fichtenberg et COJASOR CDJC ; conseil directeur — Procès verbaux). 1/2
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/1946/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Doc : Statuts du COJASOR, 1945 (archives privées Roger Fichtenberg et COJASOR CDJC ; conseil directeur — Procès verbaux). 2/2
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/1946/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Doc. Exemple d’en-tête d’un dossier de demande d’allocations auprès du service des réfugiés du Tarn (ADT 348 W - 489)
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/1946/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Doc. Lettre au préfet du Tarn, 22 décembre 1944 (ADT 348 W – 489 dossier individuel de Frajda Globus)
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/1946/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandra Marc, « Frajda et Berthe Globus, Ester Czernilowski : bribes de destins de femmes juives dans l’immédiat après-guerre »Diasporas, 19 | 2011, 167-180.

Référence électronique

Sandra Marc, « Frajda et Berthe Globus, Ester Czernilowski : bribes de destins de femmes juives dans l’immédiat après-guerre »Diasporas [En ligne], 19 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/1946 ; DOI : https://doi.org/10.4000/diasporas.1946

Haut de page

Auteur

Sandra Marc

Professeur d’histoire-géographie, elle a fait de la ville de Lacaune (Tarn) le cadre microhistorique de son intérêt pour les questions de l’assignation à résidence sous Vichy et de la réinsertion des Juifs dans l’après-guerre. Elle a publié Les Juifs de Lacaune sous Vichy, 1942‑1944, assignation à résidence et persécution, L’Harmattan, 2001.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search