Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19BibliothèqueLimore Yagil, La France terre de ...

Bibliothèque

Limore Yagil, La France terre de refuge et de désobéissance civile (1936‑1944)

Exemple du sauvetage des Juifs, tome I, Histoire de la désobéissance civile. Implication des corps de métiers ; tome II, Implication des fonctionnaires. Le sauvetage aux frontières et dans les villages-refuges ; tome III, Implication des milieux catholiques et protestants. L’aide des résistants, Cerf, 2010-2011, 3 vol. , 469, 399 et 446 p.
Patrick Cabanel
p. 199-201
Référence(s) :

Limore Yagil, La France terre de refuge et de désobéissance civile (1936‑1944), Exemple du sauvetage des Juifs, tome I, Histoire de la désobéissance civile. Implication des corps de métiers ; tome II, Implication des fonctionnaires. Le sauvetage aux frontières et dans les villages-refuges ; tome III, Implication des milieux catholiques et protestants. L’aide des résistants, Cerf, 2010‑2011, 3 vol. , 469, 399 et 446 p

Texte intégral

1L’auteur avait déjà publié en 2005, sur le même sujet et chez le même éditeur, un volume de 765 pages, Chrétiens et Juifs sous Vichy (1940‑1944). Sauvetage et désobéissance civile (cf. Diasporas, 7, 2005, p. 209‑211). Elle poursuit son étonnante aventure éditoriale, avec la générosité du Cerf, à travers ces trois volumes dont on découvre que, mis côte à côte, ils figurent le drapeau tricolore (le I est bleu, le II, blanc, le III, rouge). Ce n’est pas un hasard : non pas que le livre prétende être patriotique ou nationaliste ! mais, après que les choses sont dites une première fois par François-Georges Dreyfus dans la préface, L. Yagil entend saluer la « merveilleuse prise en charge des juifs par les habitants et les élus » des localités de refuge (II, p. 395) et, plus largement, dénoncer ce qu’elle appelle, en utilisant des guillemets, le « charme » de l’ouvrage de Robert Paxton, La France de Vichy (1973) et sa contribution à une « pensée unique » (sic), « somme toute assez sommaire, et réductrice, présentant au lecteur une image manichéenne de la France sous Vichy, une mise en accusation régulière de l’attitude des Français et des Françaises, entretenue par un déluge de livres et de films suggérant que la majeure partie de la France aurait été lâche ou complaisante » (I, p. 28). Son objectif est d’analyser la véritable étendue du sauvetage des juifs en France, bien au-delà des seuls Justes. « Il s’agit d’analyser les principaux gestes de désobéissance civile effectués, les multiples formes d’actions entreprises en faveur des juifs sans tenir compte de savoir si le sauveur était un pétainiste convaincu ou un résistant de la première heure » (I, p. 32).

2L’enquête s’ouvre sur trois chapitre généraux. Le premier s’efforce de présenter un historique de la notion de désobéissance civile, depuis le personnage d’Antigone jusqu’aux travaux des Oliner sur la « personnalité altruiste ». Le second, intitulé « L’engagement de l’individu en faveur des réfugiés », a la bonne idée de s’intéresser tout d’abord aux réfugiés républicains espagnols mais ne tarde pas à décontenancer le lecteur car, selon une pente habituelle chez L. Yagil, et sur laquelle je vais revenir, il accumule les données régionales ou départementales, classées sans aucun souci d’un tableau d’ensemble, avant de revenir sur les réfugiés polonais de 1919 puis de proposer une série de fiches, sur l’OSE, la Cimade, l’action de Varian Fry, etc. Chacune de ces mises au point est intéressante en elle-même, mais leur mise bout à bout, sans aucun souci de composition, laisse perplexe. Un troisième chapitre introductif présente les grands traits de la vie des juifs dans la France de Vichy. Chacun des trois volumes, sans doute pour pouvoir être lu isolément, reprend la même chronologie détaillée des années 1940 ; le troisième propose de riches annexes, comprenant notamment des listes de préfets, de fonctionnaires, de membres des forces de l’ordre, d’évêques, ayant prêté assistance à des juifs, et proposant un tour de France des « villages ou localités-refuges ». La liste des sources et la très copieuse bibliographie attestent du sérieux des travaux préparatoires et des dépouillements réalisés.

3Le corps des trois volumes est consacré à l’exploration des gestes d’aide aux juifs dans divers milieux de la société française. Voici, tour à tour, les « blouses blanches » (médecins et assistantes sociales), les enseignants et professeurs, les scientifiques, les artistes – tome I ; les fonctionnaires (administration préfectorale, collectivités locales, membres des forces de l’ordre) – tome II ; les membres des clergés catholique et protestant – tome III, ici très proche, inévitablement, du volume publié en 2005. Ce tome III s’achève sur un chapitre consacré aux résistants, tandis que le second consacre près d’une moitié de ses pages à des milieux non plus socioprofessionnels, mais géographiques : les frontières (Suisse, Espagne et ligne de démarcation) et les « villages-refuges ». On mesure l’ambition totalisante de l’auteur et, rançon de cette volonté de tout embrasser, sa difficulté à bâtir un plan vraiment convaincant, entre sociologie, géographie et confessions.

4Cette difficulté se retrouve dans les listes situées à la fin du T. III, et que l’on doit, malheureusement, se garder de considérer comme des instruments de travail vraiment fiables : il est vrai que l’obstacle est pratiquement insurmontable au moment de prétendre citer tous les lieux d’aide aux juifs, voire tous les noms de ceux qui ont joué un rôle important en la matière. Il vaudrait mieux renoncer plutôt qu’embrasser trop large (la majorité des préfets et des évêques auraient aidé les juifs, à suivre les formulations quelque peu ambiguës de l’auteur), ou trahir trop de lacunes, ou encore multiplier les erreurs de localisation ou de dénomination. Ainsi la liste des écoles et collèges ayant accueilli des élèves juifs se limiterait-elle, pour la région de Montpellier, à un collège et un lycée de Rodez et à une minuscule école de hameau en Lozère ; le Collège cévenol du Chambon-sur-Lignon est situé par l’auteur dans un mystérieux Tavas (les Tavas sont un quartier rural de la commune, sans lien avec l’établissement) ; etc.

5La liste de 145 villages ou localités-refuges (105 en zone non occupée), si prometteuse, comporte une confusion entre de rares lieux où l’on peut parler vraiment d’accueil collectif des juifs, et des villes ou villages, évidemment très nombreux, où une poignée de personnes ont obtenu la médaille des Justes sans que cela renvoie à aucun geste collectif (il n’est pas rare que Yad Vashem récompense plusieurs personnes, parents ou voisins, pour le sauvetage d’un seul juif ou d’une famille juive, ce qui n’implique l’existence d’aucun milieu ou réseau organisé). L’auteur n’aurait pas dû ranger côte à côte le Chambon-sur-Lignon et le hameau voisin de Villelonge, connu des seuls érudits locaux, car elle risque d’induire en erreur un observateur extérieur ; on ne saurait la suivre lorsqu’elle voit dans les villes ou gros bourgs de Mende, Florac et Meyrueis, en Lozère, des localités-refuges (tout en oubliant Le Malzieu, dans le même département, pour lequel la question d’un accueil généralisé peut être posée, comme l’a fait Marek Halter dans La Force du bien). Citer Lacaune ou Aulus-les-Bains, mais aussi Saint-Martin-Vésubie, dans la zone d’occupation italienne, dans cette liste, c’est friser le contresens, en oubliant que ces bourgs ont été des zones d’assignation à résidence, et donc d’installation contrainte et officielle des juifs, aux antipodes des modèles du Chambon ou de Dieulefit où les juifs sont arrivés spontanément et ont bénéficié d’aides légales puis clandestines qui se sont déployées selon une autre forme de spontanéité, que l’on peut dire humanitaire. L. Yagil semble trahir ce que l’on pourrait désigner comme un agacement ou une « jalousie historiographique » à l’encontre du plateau du Chambon-sur-Lignon, devenu une icône mondiale. Elle insiste à plusieurs reprises (t. II, p. 327, 351, 398, t. III, p. 324) sur le fait que le phénomène des villages-refuges ne se limite pas aux zones protestantes, ce qui est à la fois vrai et faux. Il est vrai, à l’évidence, que quelque 200 000 juifs n’ont pu être sauvés par moins de 2 % de la population française, soit quelque 800 000 Français protestants. Mais l’historien soucieux de bâtir une typologie du sauvetage doit être attentif à bien marquer la spécificité des « terres de refuge », d’une part, et celle de ces villages et fermes situés dans une vaste zone à l’ouest et au sud-ouest de Paris, de la Normandie au Béarn, dans laquelle les réseaux parisiens de sauvetage des enfants, réseaux principalement juifs ou « mixtes » (l’Entraide temporaire), mais aussi catholiques (Notre-Dame de Sion), ont placé des centaines d’enfants. La Sarthe et le plateau du Chambon, pour citer deux zones exemplaires à cet égard, ont contribué à sauver des centaines de juifs, mais selon des modalités extrêmement différentes.

6De telles remarques pourraient être multipliées ; elles sont nécessaires, au-delà du signalement d’inévitables scories sur les noms, pour éviter à des lecteurs non avertis de confondre des « modèles » très divers d’aide et de sauvetage : tout lieu n’est pas un milieu, tout héros n’est pas un réseau, tout anonyme n’est pas un peuple. En même temps, et cela doit être souligné, ces critiques ne rendent pas justice à un effort considérable de documentation et de mise en ordre que l’auteur a été largement la première à tenter, au-delà des listes de Justes qui ont, elles, le mérite d’être clairement identifiées et établies, mais ne découvrent qu’une petite partie du monde de l’aide et du sauvetage. Le lecteur peut choisir de se plonger dans la catégorie socioprofessionnelle de son choix, ou dans le département de son choix, il trouvera des dizaines de dossiers dénichés par l’auteur dans les fonds d’archives et ici exploités et résumés pour la première fois. L’ampleur des dépouillements donne à ces trois volumes, évidemment indissociables, quelque chose d’une « encyclopédie » du sauvetage, y compris dans le mode d’exposition : à l’intérieur des chapitres thématiques, la matière est organisée région par région, département par département (ou diocèse par diocèse, dans le cas des catholiques), parfois commune par commune et organisation par organisation. On trouve ainsi pas moins de dix pages sur les seuls sanatoriums et préventoriums, classés par établissement (t. I, p. 228‑239). Aucune recherche sur l’histoire du monde médical dans les années 1940 ne pourra se passer de ces pages, ou de celles sur les hôpitaux et cliniques, ni de l’ensemble du chapitre ; il en va pareillement pour ceux qui s’intéressent au monde des lycées dans la période, etc.

7En dépit des trois premiers chapitres, il n’y a pas d’effort de synthèse, mais une sorte d’immense inventaire analytique des sources disponibles, ce qui rend autant de services au lecteur mais en le privant de l’accès à une vraie compréhension typologique des choses. C’est là un trait déjà remarqué dans l’ouvrage précédent de L. Yagil ou dans plusieurs de ses articles portant sur le même thème (par exemple son « Typologie du sauvetage des juifs dans le département de la Sarthe », Guerres mondiales et conflits contemporains, 2009, 236, p. 97‑119) : elle offre un apport documentaire sans égal, mais ne cherche pas à dépasser les cadres géographiques, administratifs, organisationnels de ses sources. Cela rend ses publications irremplaçables, mais « inachevées ». Leur plan est plat, mais leur contenu foisonnant. C’est dire le profit qu’un historien averti pourra trouver à les pratiquer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Cabanel, « Limore Yagil, La France terre de refuge et de désobéissance civile (1936‑1944) »Diasporas, 19 | 2011, 199-201.

Référence électronique

Patrick Cabanel, « Limore Yagil, La France terre de refuge et de désobéissance civile (1936‑1944) »Diasporas [En ligne], 19 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 24 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/1982 ; DOI : https://doi.org/10.4000/diasporas.1982

Haut de page

Auteur

Patrick Cabanel

Directeur de la publication

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search